Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Mars 1834

Texte intégral

11 er mars. — La proposition de M. Bavoux pour le rétablissement de la loi sur le divorce vient d'être adoptée pour la seconde ou même la troisième fois par la Chambre des députés, à une très grande majorité. Tous les amis de l’ordre espèrent que cette loi immorale sera repoussée de nouveau par la Chambre des Pairs et que son auteur n'osera plus la reproduire dans les sessions suivantes.

  • 1 Olympe-Delphin Micaud avait montré très jeune un talent réel pour la littérature et était entré en (...)

22 mars. — Micaud1 m'a communiqué la seconde Némésis dans laquelle il attaque vertement le système monstrueux de nos auteurs dramatiques, l'attitude déplorable de la Chambre des députés, l'impudence des avocats et la faiblesse du jury qui renvoie les provocateurs des désordres sans oser leur infliger la moindre punition. Cette pièce dans le genre de journal est écrite avec une verve et une chaleur très remarquables. Si, comme il se le propose, Micaud la fait imprimer à Paris, je ne doute pas qu’elle n'y fasse une très grande sensation.

  • 2 Etienne Cabet, né à Dijon en 1788, élu député de la Côte-d'Or en 1831, soutenait des thèses démocr (...)

33 mars. — Le député Cabet2, de Dijon, l'un des chefs des anarchistes, vient d'être condamné pour outrages à la personne du Roi, à deux ans de prison et à une amende considérable. Cette nouvelle a fait une assez vive sensation parmi nos républicains ; ils ont répandu le bruit, aussitôt démenti, qu'un engagement avait eu lieu à Paris entre les élèves des écoles et les agents de la police, et que les personnes qui avaient quitté Paris dans la soirée avaient entendu tirer le canon.

44 mars. — L'abbé Barthélemy, de Vesoul, vient de m’adresser le prospectus de la Science en famille, recueil universel de l'industrie, des sciences et des arts. Le journal dont la première livraison est en vente paraît tous les mois, in 8° de 32 pages avec 4 planches. Le prix de l'abonnement annuel est de 6 fr.

55 mars. — Le Patriote compare Cabet à Mirabeau, mais c'est par timidité ou par courtoisie ; Cabet ressemble beaucoup plus à Marat.

66 mars. — M. Aimé Paris, après avoir terminé son cours de mnémotechnie, propose d'en ouvrir un pour l'enseignement de la musique par la méthode de Galin. Ainsi nous lui aurons la double obligation de nous avoir appris à retenir les notes et à les chanter.

77 mars. — Le Salon de peinture est ouvert depuis le 1er mars. Parmi les artistes qui ont exposé leurs productions cette année, les journaux ne signalent encore aucun franc-comtois. Cependant il est probable que Conscience n'aura pas manqué cette occasion d’offrir au public ses chiens et ses chevaux, et Gigoux des portraits et des tableaux de genre. Quant à Lancrenon, il tient rigueur au public et il m’a mandé qu’il n'enverrait plus rien au Salon.

88 mars. Précis de droit politique, dédié à la Société des droits de l'homme et du citoyen par le cit. Eugène Depercy, in 8° de 3 feuilles un quart. Imprimerie de Deis à Besançon.

99 mars. — Le procureur Conscience, mort la semaine dernière à 91 ans, laisse une très belle bibliothèque de livres choisis et bien conditionnés. Je lui ai vu de beaux elzévirs, mais il est probable que la plupart ont passé de son cabinet à celui de M. Guillaume.

  • 3 Châtillon-le-Duc, Doubs.

1010 mars. — Le musée de la ville vient de s'enrichir de quelques antiquailles découvertes récemment dans les ruines du château de Châtillon3. Il y a un étrier en fer, un éperon et un fer de lance. Une figurine de bronze représentant un soldat armé d’un sabre, donné comme les autres objets par le curé de Châtillon vient, à ce qu'il assure, de Morteau où il a été trouvé dans les champs il y a quelques années.

1111 mars. Cours de droit naturel professé à la faculté des lettres de Paris (année classique 1833-1834) par Théodore Jouffroy, de l'Institut, 1ère leçon, in 8° ; imprimerie d'Henry, à Paris.

1212 mars. — Je disais aujourd'hui à M. Bénard, notre nouveau professeur de philosophie : « On ne peut pas plus faire de nouvelles découvertes en métaphysique qu'en mathématiques et c'est là ce qui fait que métaphysiciens et mathématiciens sont sur le chemin de Charenton. Il est vrai que quelques-uns y vont en passant par la Chambre des Pairs. »

  • 4 Le général Morand.

1313 mars. — Une estafette, arrivée à onze heures du matin, est descendue à l'hôtel du général de division4. A une heure de l'après-midi un bataillon était en route, mais on n'a pas encore pu connaître le point sur lequel il s’est dirigé. Les uns disent qu’il est allé renforcer la garnison de Dijon, d'autres qu'il a pris la route d'Arbois où l'on se bat. Dans quelques jours, nous serons sans doute plus instruits.

1414 mars. — Tout ce grand bruit n'avait aucun fondement. Un bataillon du 2ème est parti pour Dijon où il fera le service en attendant l'arrivée du corps qui est en route pour venir y tenir garnison. D'ailleurs la capitale de la Bourgogne est fort tranquille, et malgré, ou peut-être à cause de la condamnation de Cabet, les chefs d'émeute y sont moins insolents qu'il y a quelques mois.

  • 5 Il est vrai que Désiré Nisard collabora en républicain convaincu au National avant de se rallier p (...)
  • 6 Sur le rôle diplomatique de Simon Renard, de Vesoul, voir Mathieu Tridon, “Simon Renard, ses ambas (...)

1515 mars. — Le préfet de la Haute-Saône arrive de Paris. J'ai dîné avec lui chez M. de Magnoncour. Il est impossible de se faire une idée de la coquetterie qu'il a eue avec moi, de ses petits soins, de ses attentions que je reconnais ne pas mériter. Il m'a dit que MM. Carel, le rédacteur du National, et Nisard5, son collaborateur, se disposaient à publier l'histoire des villes de France et que, si je ne me hâtais pas de publier celle de Besançon, ces beaux fils de Paris, avec leur langue dorée, leur style à la mode, me couperaient l'herbe sous le pied ou me couleraient à fond. Il s'est servi de ces deux expressions. Il veut aussi que je publie un extrait des mémoires du cardinal de Granvelle, en trois ou quatre volumes, avec un discours préliminaire de 200 pages dans lequel je jeterai un coup d’œil sur l'état de l'Europe au xvième siècle, traitant plus à fond l'affaire du protestantisme, Calvin à Genève reconstruisant l’édifice social, et d'un autre côté les Granvelle, nos grandes figures catholiques à Bruxelles, puis Renard6 allant à Londres négocier le mariage de Philippe II avec Marie la Catholique. Et puis il m'a assuré que tout cela me rapporterait argent et profit, deux choses dont je ne me soucie guère car je ne suis pas du siècle et je sais apprécier la vie à sa valeur.

  • 7 Simon Bonnet (Buillon 1782-Beure 1872) avait suivi les cours de l’Ecole vétérinaire de Lyon. Il fi (...)

1616 mars. — Le dr Bonnet7, médecin agriculteur, l'un des chefs du parti républicain à Besançon, vient de déclarer publiquement qu'il renonçait à une secte dont les buts et les principes lui faisaient horreur depuis qu'il les avaient pénétrés.

  • 8 Bernard de La Monnoye (1641-1728). Ce bourguignon, poète et historien, avait en effet remporté cin (...)

1717 mars. — Le jeune Deis, d'Arbois, vient de faire une Epître sur le duel ; il sera curieux de la comparer à celle de La Monnoye8 sur le même sujet qui remporta l'un des premiers prix de poésie qu'ait décerné l’Académie française.

  • 9 « Chanter pouilles » : injurier, quereller (Larousse du xxème siècle).

1818 mars. — L'abbé Gousset s'occupe en ce moment de répondre au soi-disant curé qui lui a chanté pouilles9 à l'occasion de sa Défense des principes de Liguori. Dans le principe, il avait soupçonné l'abbé Fijean d'être l’auteur de cette critique injurieuse ; il a découvert depuis qu'elle était de l'abbé Vermot, l'un des jeunes prêtres de la mission de Beaupré.

1919 mars. — Auguste Clésinger, par sa conduite extravagante, cause beaucoup de chagrin à son pauvre père. Gâté par son séjour à Rome où il ne fréquentait que la jeune noblesse, il s'est fait ici une société de quelques faquins avec lesquels il perd son temps. A peine s'il travaille deux heures dans la matinée ; le reste de la journée, il le passe à la promenade et dans les cafés où certes, s'il apprend quelque chose, ce n'est pas à marcher sur les traces de Raphaël et de Michel-Ange.

2020 mars. — M. Marnotte vient, de son autorité privée et sans en prévenir personne, de faire transporter à l'Académie les tableaux de la ville parmi lesquels il s'en trouve de très précieux. Il n'a pas seulement fait un inventaire et quoiqu'une délibération du conseil ait confié la garde du nouveau musée à un conservateur, il a négligé de lui donner avis de ses dispositions, de sorte que cette collection est livrée à la merci du public.

2121 mars. — M. Mourgeon cadet possède dans son cabinet deux jolies esquisses peintes de M. Jourdain, ancien professeur de l'école de dessin. L'une représente une Sainte Famille, et l'autre l'apothéose de saint Maurice. Je ne sais si j'ai déjà eu l'occasion de parler de M. Mourgeon, mais il mérite de tenir un rang honorable parmi les amateurs de la province.

  • 10 Il est rare que Weiss, dans son Journal, parle de lui ou de ses soucis familiaux. Un carnet de voy (...)

2222 mars. — Je pars aujourd'hui pour Paris où je vais chercher mes nièces10, pauvres orphelines à qui la Providence n'a laissé que moi dans ce monde. Le voyage ne sera pas long je l'espère, et je désire bien sincèrement que ce soit le dernier dans une ville où, à part Nodier, Jouffroy et quelques autres amis de jeunesse, rien ne m'attire plus. Les remarques de la route et les nouvelles que j'apprendrai à mon retour m'aideront à combler les lacunes de ce journal auquel je m'attache de plus en plus, persuadé que dans quelques années, si je vis encore, je le relirai avec plaisir.

  • 11 Alexandre Martin, dit baron Martin de Gray (1773-1864), homme politique et érudit (voir Journal, i(...)

2323 mars. — Je me suis trouvé dans la diligence avec Madame Huot, de Gray. C’est une femme très aimable, sans prétention aucune et dont la conversation est pleine d'intérêt. Elle m’a appris que M. Martin11 s'occupe en ce moment d'une traduction de Sénèque. Est-ce qu'il espère faire mieux que Lagrange ? Il avait déjà traduit Salluste, mais son manuscrit est égaré car, qu'on le lui ait pris comme Mme Huot me l'a dit, cela ne me paraît guère présumable.

2424 mars. — En passant à Dijon, j'ai fait une visite au vénérable doyen de la Faculté, M. Proudhon, qui m'a fort bien reçu. Il fait imprimer en ce moment un traité, qui aura plusieurs volumes, sur la propriété.

2525 mars. — Le discours que notre député Jouffroy a prononcé sur la loi des associations est devenu le texte des déclamations les plus furibondes de la part des feuilles de l'opposition. Il a le bon esprit d'en rire. Homme de conscience, il a parlé comme il a cru devoir le faire, il s'est acquitté de la tâche que son mandat lui imposait. Peu lui importe le reste.

  • 12 Selon Brune, Dictionnaire des artistes..., le titre du tableau était : « Le comte de Comminge reco (...)

2626 mars. — L'exposition annuelle des ouvrages d'art au Louvre a commencé le premier de ce mois. M. Gigoux est de tous les artistes franc-comtois celui qui, cette année, a présenté le plus de tableaux. Indépendamment de plusieurs portraits dont celui d'Hippolyte Laviron est le plus remarquable, il n'a pas moins de trois tableaux : un jeune militaire conduisant sa fiancée à une bohémienne qui lui dit la bonne fortune, Mad. d'Houdetot glissant un billet à Saint-Lambert, et La Contamine à La Trappe où il est reconnu par sa maîtresse12.

2727 mars. — Francis Conscience a exposé celte année au Salon une mêlée de cavalerie, M. de Valdahon un tableau de genre, et enfin Hippolyte Laviron un sujet historique.

2828 mars. — Un journal dit que Laviron est non seulement un grand peintre, mais encore un profond géomètre, un savant philologue, un grand érudit et un écrivain de premier ordre. L'article est de son ami Galbaccio.

2929 mars. — Gigoux me disait ce matin que, depuis Winckelmann, personne n'avait parlé de l'antique comme Laviron, et que son histoire des peintres serait un des plus beaux monuments élevés aux arts en France.

3030 mars. — Le préfet de police de Paris a fait saisir des armes et des munitions que les républicains avaient réunies dans différents quartiers. Dans le cas où la loi contre les associations deviendrait le prétexte de nouveaux troubles, on espère du moins que la tranquillité de Paris ne sera point compromise.

3131 mars. — Les travaux de la halle de Besançon devaient être adjugés aujourd'hui, mais sur les observations du maire, l'adjudication a été renvoyée au 21 avril.

Notes

1 Olympe-Delphin Micaud avait montré très jeune un talent réel pour la littérature et était entré en janvier 1821 à l'Académie de Besançon. Weiss cite à plusieurs reprises des pièces de vers composées par le jeune auteur jusqu'en mars 1823. Le 19 mars, Micaud fit une faillite retentissante de plus de cent mille francs. Condamné à la prison, il occupe sa détention à composer une tragédie, Virginie, et à apprendre l'italien et l’allemand. A partir de mars 1823, le nom de Micaud ne figure plus sur les registres de l'Académie. Il continue d'écrire : les deux Némésis signalées par Weiss, satires contre les intrigants, les hommes en place, le « système » (Annuaire de 1832 : « Epître à Auguste Demesmay », par Olympe Micaud, Gauthier, in 8° ; Annuaire de 1833 : « Epître en vers à Némésis », par O. Micaud, Besançon, in 8°) et des poèmes comme celui adressé au général Delort, le 15 juillet 1840, ou La décadence adressée à Cuvillier-Fleury, journaliste au Journal des Débats, tous deux dédicacés à Charles Weiss et conservés à la Bibliothèque municipale de Besançon.

2 Etienne Cabet, né à Dijon en 1788, élu député de la Côte-d'Or en 1831, soutenait des thèses démocratiques très en avance sur son temps. Il publie en 1834 le journal Le Populaire dont certains articles lui attirent la condamnation du gouvernement. L'auteur du Voyage en Icarie (1840) mourra aux Etats-Unis, désespéré de n'avoir pas réussi à fonder une cité socialiste au Texas puis en Illinois.

3 Châtillon-le-Duc, Doubs.

4 Le général Morand.

5 Il est vrai que Désiré Nisard collabora en républicain convaincu au National avant de se rallier plus tard à l'Empire. Armand Carrel avait, lui, rompu avec ses premiers collaborateurs, Thiers et Mignet, pour faire du National un organe républicain.

6 Sur le rôle diplomatique de Simon Renard, de Vesoul, voir Mathieu Tridon, “Simon Renard, ses ambassades, ses négociations, sa lutte avec le cardinal de Granvelle”, Mém. Soc. Emul. Doubs, 1881.

7 Simon Bonnet (Buillon 1782-Beure 1872) avait suivi les cours de l’Ecole vétérinaire de Lyon. Il fit comme chirurgien aide-major les campagnes de Saxe et de France en 1814. Reçu docteur en médecine par la Faculté de médecine de Paris en 1826, il consacra sa vie à l’étude de l'agriculture, de la médecine et des sciences qui s'y rapportent. Auteur d'un Manuel pratique et populaire d'agriculture (4e édition en 1837), il fut membre de l'Académie de Besançon (voir Journal, II, p. 373, note 29).

8 Bernard de La Monnoye (1641-1728). Ce bourguignon, poète et historien, avait en effet remporté cinq fois le prix de poésie de l'Académie française entre 1675 et 1685, dont une fois grâce à une Epître sur l'abolition du duel. La publication sous le pseudonyme de Gui Barezai, en 1701, de ses Noëls bourguignons, pleins de verve et de malice, ont plus fait pour sa mémoire.

9 « Chanter pouilles » : injurier, quereller (Larousse du xxème siècle).

10 Il est rare que Weiss, dans son Journal, parle de lui ou de ses soucis familiaux. Un carnet de voyage manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Besançon nous renseigne avec précision sur son séjour à Paris (voir Introduction).

11 Alexandre Martin, dit baron Martin de Gray (1773-1864), homme politique et érudit (voir Journal, i, p. 85, note 78).

12 Selon Brune, Dictionnaire des artistes..., le titre du tableau était : « Le comte de Comminge reconnu par sa maîtresse ». Il s'inspirait d'un épisode du roman de Madame de Tencin, Les mémoires du comte de Comminge, public en 1735 et que La Harpe comparait à la Princesse de Clèves.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search