Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Février 1834

Texte intégral

  • 1 L'un des carnets de voyages de Charles Weiss (Ms 1622 à 1935 de la B.M. de Besançon) nous apprend (...)

11 er février. — Mme Carmouche, autrefois la jolie Jenny Vertpré1 donne depuis quelques jours des représentations qui sont assez suivies. Elle annonce pour demain la dernière, mais on croit qu'elle se décidera, si elle a du monde, à prolonger son séjour d'une semaine.

22 février. — M. Courvoisier a voulu donner, avant son départ, un dîner à ceux des académiciens avec lesquels il est le plus particulièrement lié. C'était chez Madame Hugel. Nous étions seize. La réunion a été fort gaie. Au dessert, Viancin a chanté des couplets analogues à la circonstance, comme on dit, et qui sans être de première force, ne sont cependant pas mauvais. Celui dans lequel il propose de porter la santé de notre président m'a paru le meilleur. Les autres convives en ont jugé comme moi, puisqu'ils l'ont fort applaudi. Répété sur la demande des auditeurs, il a été trouvé meilleur encore que la première fois, mais comme à toute chose il doit y avoir un terme, on s'est contenté de le claquer. Nous n'avons pas quitté la table avant dix heures, et comme nous nous sommes reconduits mutuellement pour prolonger le plaisir de rester ensemble, on ne s’est pas séparé avant la retraite.

  • 2 Flavien de Magnoncour (voir Journal, II, pp. 219 et 267).

33 février. — Flavien est arrivé d'Italie après une absence de quinze mois2. Il rapporte de son voyage une foule d'objets curieux, des vases grecs, des tableaux, des pierres gravées, des antiques et des objets d'art. Il m’a fait voir un poignard de la composition de Melle de Fauveau, actuellement à Florence, qui m'a paru merveilleux. La gaine est en velours rouge garni de deux bandes de cuivre bronzé. Le manche a pour couronnement un chevalier dans l'attitude de la douleur et à l'extrémité est un autre chevalier mourant. Les deux figurines sont séparées par un scorpion, insecte qui donne la mort. Cette pensée me paraît sublime et l'exécution répond à la pensée. C'est le faire de Benvenuto Cellini, c’est mieux peut-être. Mais il faudrait être plus connaisseur que je ne le suis pour prononcer.

44 février. — Les légitimistes publieront dans leur journal qui paraîtra demain une pétition aux chambres, pour leur demander une plus grande liberté de la presse (ce qui n'est pas possible), l'admission dans les collèges électoraux de tout citoyen payant une contribution foncière quelconque, et enfin l'abolition du serment au roi que tous les électeurs doivent prêter avant de déposer leur vote. Pertusier est venu me communiquer son projet de pétition pour en savoir mon avis. Je lui ai dit que Miran, l’organe des républicains, la signerait. Il en est convenu. Alors j’ai ajouté : « Vous ne pouvez donc plus nier, sans mauvaise foi, l'existence du parti républico-carliste. » Il s’est beaucoup révolté contre cette assertion, mais les faits parlent d'eux-mêmes, et j'ai terminé par lui dire, ce que je crois vrai, que les légitimistes en s'opposant au maintien de l'ordre public en France, travaillaient plus que ses adversaires déclarés à empêcher le retour de Henri V.

55 février. — Flavien fait de la Toscane une description plus courte mais plus pittoresque et mieux sentie que toutes celles qu'on lit dans les géographies modernes. « C'est, dit-il, un pays dont les montagnes sont sans bois et les rivières sans eau. »

  • 3 L'abbé Doney était un partisan de l'ultramontanisme de Lamennais (voir Journal, I : note 6, p. 338 (...)

66 février. — J'ai dîné chez l'abbé Gousset avec quelques-uns de ses confrères, Génisset et Curasson. Nous avons été fort gais. Les petits abbés surtout ne demandaient pas mieux que de trouver l'occasion de rire, aussi sont-ils venus à bout de bannir la politique de la conversation, et désormais ce sera le parti qu’il faudra prendre. Après le café, Curasson a voulu attaquer l'abbé Doney3 sur son antigallicanisme. Sans s'émouvoir l'abbé lui a très bien répondu, et je ne doute pas que toutes les personnes qui voudront connaître à fond cette matière ne finissent par être de son avis.

77 février. — Le bel Andrea Del Sarto que Flavien a rapporté de son voyage à Rome est l'objet des visites et des conversations de tous les amateurs. Quelques-uns pensent que ce tableau n'est pas du maître auquel on l'attribue, mais tous conviennent que le tableau est de la plus grande beauté et si j'avais à choisir parmi tous ceux que Flavien a rapportés de son voyage, c'est celui-là que je préférerais, lors même qu'on viendrait à prouver que c'est le chef-d'œuvre d'un peintre inconnu.

88 février. — Flavien a le plus grand désir de prendre place parmi les auteurs ; il m'a lu ce soir un Voyage à Subiaco qu'il se propose, après l'avoir retouché, de faire imprimer dans la Revue européenne. Son style, quoique plus formé que l'année dernière, laisse encore beaucoup à désirer ; mais s'il peut s'astreindre à lire de bons livres et à réfléchir avant de prendre la plume, je ne doute pas qu'il ne finisse par écrire très agréablement. Il aime, il recherche les mots singuliers, les expressions néologiques, mais son goût naturel et vrai le corrigera bientôt de ce défaut et quand la mode en passera, il ne sera pas l’un des derniers à la quitter.

99 février. — L'hiver s'est passé très gaiement ; beaucoup de soirées et de bals dans les maisons particulières. Ce qu'on appelle la société n'est point allée chez le général Morand, à cause de sa femme que l'on dit méchante, mais elle s'est précipitée dans le salon du général Verdière, qui ne s'est pas trouvé assez grand pour contenir le nombre des danseurs et surtout des danseuses. Le préfet n'a pas reçu, à raison de la mort de son père, assesseur d'un juge de paix de je ne sais quel canton du département de l'Indre, personnage tout à fait inconnu, et je tiens que dans ces moments-ci, de sa part, c'est une sottise. Puisqu'il voulait imiter les grands, il aurait dû chercher ses exemples à la Cour où le Roi ne porte pas le deuil plus de six semaines. Mais comme je l'ai dit, depuis longtemps l'hiver n'avait pas été aussi brillant. Cependant aujourd'hui dimanche gras, on n'a presque pas vu de masques dans les rues. Des enfants et des ouvriers couraient seuls les rues, les uns dans la journée, les autres le soir.

  • 4 Désiré-Adrien Pétremand de Valay, dont la Banque de France occupe actuellement le bel hôtel constr (...)

1010 février. — Le curé de Notre-Dame vient de faire une quête dans la paroisse pour une cloche plus grosse que la seule qu'il ait. On assure qu'il a trouvé des paroissiens bien disposés et que la récolte a été des plus abondantes. M. de Valais4 a donné pour sa part 1.500 fr. Le curé, depuis le retour de Flavien, lui a fait une visite pour l'engager à être le parrain de la nouvelle cloche, mais je doute qu'il accepte cet honneur ridicule et toujours dispendieux.

1111 février. — « On s'amuse beaucoup à Besançon, me disait ce soir Madame de Goumay, mais je trouve qu'on n'y est pas gai. » Cette observation est pleine de justesse. Il y a eu des cris dans les rues, poussés par des femmes du peuple ou par des enfants ; les mascarades ont été fort bruyantes quoique peu nombreuses, mais tout cela n'était pas franc, n'était pas gai. Au travers des cris de joie, on entendait la Parisienne et des chants révolutionnaires. Au fond de toutes ces joies prétendues on sentait l'irritation, un désir vague de mieux être et un fort dépit se manifestait contre l'ordre des choses.

  • 5 Genevrey est un village du canton de Saulx ; il s'agirait donc plutôt ici de Chenevrey [-et-Morogn (...)

1212 février. — Le curé de Genevrey, près de Marnay5, jeune homme encore vert mais fort extravagant, vient d'être accusé d'attentat à la pudeur par quelques-unes de ses paroissiennes. Il a pris la fuite et l'on croit qu’il s'est réfugié en Suisse. Tout notre clergé est en émoi de cette aventure. On a fait des démarches pour empêcher les journaux d’en parler et les magistrats ont promis de ne pas demander son extradition. Ainsi dans le cas où le coupable n'aurait pas l'impudence de reparaître dans le pays, l'affaire n'aura point d'éclat.

  • 6 Adam Gottlob Œhlcnschlaeger, ou plutôt Œhlenschläger (1779-1850), premier grand poète romantique d (...)

1313 février. Corrège, tragédie en cinq actes par Œhlenschlaeger6 traduit par X. Marmier. Strasbourg, Levrault, in 8° de 8 feuilles.

14 Discours prononcés dans la séance publique tenue par l'Académie française pour la réception de M. Ch. Nodier le 26 décembre 1833. Paris, imprimerie de Didot, in 4° de 5 feuilles.

15— Victor Hugo, Etude sur Mirabeau, Paris, imprimerie de Decourchant, in 8° de 6 feuilles.

1614 février. Projet de perfectionnement de la navigation de la Saône depuis Gray jusqu'à Chalon, par M. J. Cordier, député de l'Ain. Paris, imprimerie de Lachevardière, in 4° de 9 feuilles.

  • 7 En réalité Broch d’Hotelans, dont la filiation remonte à Claude Broch, échevin de Vesoul en 1536.

17 Vérité, science et justice ou le Triumasinat. Besançon, imprimerie de Montarsolo, in 8° de 3 feuilles. C'est un pamphlet très piquant de Baucourt contre son beau-frère Pauteux de Sauvagney qui lui a fait ôter la tutelle de ses filles par une décision du conseil de famille. Les deux autres personnages qui figurent dans le triumasinat sont M. Broché d'Hotelange [sic7] et M. d'Aubonne, ex-garde du corps.

1815 février. — Les cuisinières huppées, les dignitaires du cordon bleu ont offert ce soir un bal aux laquais leurs bons amis. On prétendait que c'était le colonel Mathieu, commandant de la place, qui s'était fait l'ordonnateur de cette fête burlesque, mais d'après des renseignements plus exacts, il paraît que le bal a eu lieu dans une salle de l'hôtel de Paris et que les rafraîchissements, car il y en a eu, ont été payés non par le galant colonel mais par une souscription que ces dames ont faite entre elles.

1916 février. — La clôture du Carnaval a été plus gaie qu'on ne devait s'y attendre. Aujourd'hui dimanche des brandons, les masques ont circulé dans les rues depuis le midi, les uns à pied, les autres à cheval ou en voitures. La foule était si grande qu'à peine pouvait-on passer de Granvelle au pont. Ceux qui ne se trouvaient dans les rues que pour leurs affaires étaient obligés de faire de longs détours pour arriver à leur destination. Pour cette fois, il y avait de la joie et point de cris. Si la soirée se passe sans incident, on n'aura pas vu de longtemps à Besançon une aussi grande affluence et autant de gaieté, enfin une aussi belle fête que celle que les masques ont donnée à toute la ville.

2017 février. — Ne pouvant pas nier qu'on se soit amusé hier à Besançon plus qu'on ne l'avait fait depuis bien des années, les ennemis de l'ordre des choses prétendent que cette manifestation de la joie populaire était l'œuvre de la police. Les uns disent que 200, les autres 300 fr. ont été distribués aux chefs ouvriers pour les engager à louer des masques et les voitures avec lesquelles ils ont parcouru la ville pendant tout l’après-midi.

2118 février. — Les ouvriers en soie de Lyon viennent de se remettre en insurrection. Depuis quelques jours, ils refusent de travailler et menacent de mort ceux qui rentreraient dans les ateliers. On en porte le nombre à 60.000. Une estafette a apporté cette nouvelle aux républicains de Besançon qui sont organisés par sections comme les carbonari. C’est avec une grande anxiété qu'on attend le courrier de cette ville dans l'idée qu'il ne peut apporter que de fâcheuses dépêches. Les négociants qui craignent d'être pillés emballent leurs marchandises et les dirigent sur les points où ils espèrent trouver plus de sûreté. Si le gouvernement n’a pas prévu cette catastrophe, il est mal servi par ses agents ; et s'il l'a prévue, comment n'a-t-il pas pris les mesures pour l'empêcher. On est ici dans la consternation, particulièrement les banquiers qui doivent se trouver compromis et quelques-uns pour des sommes assez fortes. Le commerce de Lyon aura de la peine à se relever de ce nouveau coup qui lui est porté par les hommes les plus intéressés à le soutenir.

2219 février. — M. Girod, marchand de vin, arrivé de Lyon par le courrier, assure qu'on a beaucoup exagéré la position de cette ville. La veille et le jour de son départ, il a bien vu quelques groupes d'ouvriers sur les places et entendu proférer des cris séditieux, mais la population lui a paru calme et il croit que les agitateurs ne parviendront pas à la soulever.

  • 8 Jean-Baptiste Nayme (1771-1843), d'une vieille famille de Brussey (Hte-Saône), médecin qui fut att (...)
  • 9 Plutôt que Jean-Baptiste Gail, professeur au Collège de France, mort en 1829, il s'agit peut-être (...)

2320 février. — Le docteur Naimes8 est de retour à Brussey depuis quelques jours, avec l'intention d'y passer le reste de sa vie dans un repos philosophique, avec des amis et des livres qui sont aussi des amis. Naimes est un des hommes les plus spirituels que j'aie connus. Il a été médecin de M. de Choiseul-Gouffier dont il a une pension. Gail9 l'a proclamé dans une note l'un des premiers hellénistes de France. Il a fait la traduction française d'Aretée de Cappadoce qu'il a eu l'intention de publier, mais dont il n'existe que quelques feuilles d'imprimées, les seules qui le seront jamais. Il est très savant botaniste. Avec un esprit étendu et des connaissances variées, il n’achèvera jamais rien qui puisse recommander son nom à l'avenir. D'où cela vient-il ? C'est un problème que je tâcherai d'expliquer un jour, mais ce n'est pas ici le lieu.

  • 10 Il faut entendre :...« l'un des descendants de l'auteur de la Sophonisbe » c'est-à-dire Jean Maire (...)

2421 février. — J'ai reçu la visite de M. Bousson de Mairet, nommé récemment principal du collège d'Arbois. Il a peu d'esprit mais un assez grand fonds de littérature et il fait des vers avec assez de facilité. Il se propose de composer un drame historique qu'il fera jouer à la fin de l'année par ses élèves, dont le héros serait ce brave et malheureux Morel que Biron fit pendre en 1594 pour avoir tenté de défendre Arbois contre l'armée qu'Henri IV destinait à s'emparer du Bugey et de la Bresse. Il a déjà fait une tragédie de Thémistocle, imitée en partie de Métastase, qui n’a pas eu les honneurs de la représentation mais dont on trouve plusieurs scènes dans les recueils de la Société d'Emulation du Jura. Comme il se dit l’un des descendants de la Sophonisbe10, il est tout simple qu'il veuille justifier cette prétention en montrant qu'il a hérité de son génie tragique.

2522 février. — Hier Besançon a perdu un excellent citoyen et un très honnête homme, M. Branche, ancien avoué près de la Cour royale et conseiller de préfecture depuis la révolution de 1830. J'ai eu l'occasion de le voir et d'apprécier son caractère en 1814, époque où il remplissait pendant le blocus les fonctions temporaires d'adjoint de la mairie. Il sera vivement regretté de tous ceux qui comme moi ont su démêler dans ces formes simples tout ce qu'il cachait de noblesse d'âme, de dévouement et de vrai patriotisme. Il est mort presque subitement, n'ayant pas gardé la chambre vingt-quatre heures ; avant-hier, il assistait encore au cours de mnémotechnie de M. Aimé Paris.

2623 février. — Les troubles de Lyon paraissent apaisés pour le moment, mais ce pouvoir occulte qui, sans que l'on connaisse son centre d'action, a pu déterminer tous les ouvriers de cette cité populeuse à quitter leurs ateliers pour se grouper sur la place publique pendant cinq à six jours, n'en reste pas moins effrayant pour tous ceux qui voient un peu plus loin que le lendemain. On ne parle plus de le dissimuler, nous sommes sur un volcan. L'organisation carbonarique n'existe pas seulement à Lyon, elle subsiste dans toute la France, et tôt ou tard son existence se révélera par quelque horrible catastrophe. Puissent ces lignes n'être pas prophétiques.

27— Notre Victor Hugo vient de recevoir dans sa ville natale le plus sanglant affront. Le directeur du spectacle avait annoncé pour aujourd'hui dimanche une représentation de Lucrèce Borgia. Tout le parterre s'est soulevé contre cette horrible pièce et le spectacle a été changé. Si Victor sait jamais ce trait de ses concitoyens, il s'en vengera par une ode, et ce sera une bonne fortune pour les amateurs de son talent lyrique.

  • 11 Weiss précise rarement par un prénom l'identité du personnage qu'il cite. S'agit-il ici du baron C (...)

2824 février. — « Dans six mois, disait à Saint-Juan11 son jardinier, nous verrons bien des choses nouvelles. Tous ceux qui désirent que le peuple soit enfin heureux se sont associés. Il en coûte vingt sols par semaine. C'est beaucoup pour des gens qui n'ont que le prix de leur journée pour vivre avec leur famille, mais c’est de l'argent qui rapportera gros. Nous avons des chefs à qui nous avons juré d'obéir quoiqu'ils nous commandent, et s'ils m'ordonnaient de vous arrêter, je le ferais malgré la peine que j'en éprouverais. » Eh bien ! MM. les jésuites, qu'en dites-vous ? Les révolutionnaires n'ont-ils pas bien profité de vos instructions ? C’est avec les armes que vous leur avez données qu'ils vous battront, et vous l'aurez mérité, convenez-en.

2925 février. — Le professeur Bourgon répand le prospectus d’une nouvelle Histoire de Pontarlier qui sera imprimée dans cette ville, avec du papier fabriqué dans l'arrondissement. Ce sera donc, dit le prospectus, une œuvre toute de patriotisme.

  • 12 Les Mémoires de l'Académie de Besançon de 1835 parlent de ce Riduet, négociant, amateur et collect (...)

3026 février. — On a découvert, dans les fondations d'une maison que M. Bretigney fait bâtir dans le prolongement de la rue Neuve, un tombeau, des médailles du Bas-Empire et un fragment d'antiquité dont M. Riduet12 s'est emparé pour son cabinet.

3127 février. — Le jeune Clésinger se ressent encore de la vie dissipée qu'il a menée à Rome pendant près de deux ans. Habitué qu’il était à vivre familièrement avec les princes de l'Eglise et les plus grands seigneurs, il se trouve mal ici avec de simples artistes dont les idées sont aussi restreintes que leurs finances. Il les dédaigne et recherche nos jeunes patriciens, tous désœuvrés et la plupart dénués de toute espèce de moyens. S'il ne fait pas un retour sérieux sur lui-même, malgré ses dispositions très heureuses, il ne se fera jamais dans les arts une réputation à laquelle il pourrait prétendre et finira même par perdre cette facilité dont il est fier et qui ne le conduira à rien.

  • 13 Sur Claude (en fait Mathias) Pouillet, voir Pluvinage (Philippe), “Quelques épisodes de la carrièr (...)

3228 février. — Notre compatriote Pouillet13 vient de m'adresser le prospectus d'un ouvrage important qu’il va publier avec la protection du gouvernement. C'est le Portefeuille industriel du Conservatoire des Arts et Métiers, un Atlas et descriptions des machines, appareils, instruments et outils employés en agriculture et dans les différents genres d’industrie. Un prospectus est joint à la première livraison composée de quatre planches in folio et d'un texte in 8°.

Notes

1 L'un des carnets de voyages de Charles Weiss (Ms 1622 à 1935 de la B.M. de Besançon) nous apprend que notre bibliothécaire avait en 1829, accompagné de Jouffroy, le philosophe des Pontets, applaudi Jenny Vertpré au Théâtre des Variétés. Cette comédienne, qui jouera sur la scène du théâtre de Besançon, avait épousé en 1826 un auteur dramatique, Pierre François-Adolphe Carmouche (1797-1868) qui fit jouer plus de deux cents mélodrames à Paris, dont l'un, Le Vampire, en collaboration avec Charles Nodier en 1820.

2 Flavien de Magnoncour (voir Journal, II, pp. 219 et 267).

3 L'abbé Doney était un partisan de l'ultramontanisme de Lamennais (voir Journal, I : note 6, p. 338 ; II, note 13, p. 355).

4 Désiré-Adrien Pétremand de Valay, dont la Banque de France occupe actuellement le bel hôtel construit par l’architecte Colombot (voir Journal, II, p. 359).

5 Genevrey est un village du canton de Saulx ; il s'agirait donc plutôt ici de Chenevrey [-et-Morogne], dans le canton de Pesmes puis dans celui de Marnay en 1826 lors de la création de celui-ci.

6 Adam Gottlob Œhlcnschlaeger, ou plutôt Œhlenschläger (1779-1850), premier grand poète romantique danois, dont les tragédies inspireront les écrivains Scandinaves.

7 En réalité Broch d’Hotelans, dont la filiation remonte à Claude Broch, échevin de Vesoul en 1536.

8 Jean-Baptiste Nayme (1771-1843), d'une vieille famille de Brussey (Hte-Saône), médecin qui fut attaché au duc de Choiseul-Gouffier puis maire de Brussey de 1830 à 1843 (voir R. Monnet, Histoire de Brussey, Paris, 1967).

9 Plutôt que Jean-Baptiste Gail, professeur au Collège de France, mort en 1829, il s'agit peut-être de son fils Jean-François (1795-1845), helléniste lui aussi.

10 Il faut entendre :...« l'un des descendants de l'auteur de la Sophonisbe » c'est-à-dire Jean Mairet. En 1836 fut imprimé à Arbois Le capitaine Morel, dit le Prince, ou le siège d'Arbois en 1595, qui célébrait la défense de la ville par Morel, officier d'Arbois, contre l'armée de Biron et sa mort par pendaison à un tilleul de la ville.

11 Weiss précise rarement par un prénom l'identité du personnage qu'il cite. S'agit-il ici du baron Charles Desbiez de Saint-Juan, dit le père (1785-1862) ou de son fils Alexandre (1820-1863), tous deux amis de Weiss et tous deux poètes. Sur le fils, voir Mangaretto (Martine) et Pottier (Jean-Michel), Etude et édition d’un recueil manuscrit portant le titre de légendes, contes et fables, et attribué à Alexandre Desbiez de Saint-Juan, Univ. Besançon, mém. de maîtrise, 1979.

12 Les Mémoires de l'Académie de Besançon de 1835 parlent de ce Riduet, négociant, amateur et collectionneur d'antiquités. La rue Neuve est l'actuelle rue Charles-Nodier.

13 Sur Claude (en fait Mathias) Pouillet, voir Pluvinage (Philippe), “Quelques épisodes de la carrière d’un grand physicien franc-comtois : Claude-Servais-Mathias Pouillet”, M. Soc. Emul. Doubs, 1984, pp. 59-77, 2 portr.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search