Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Janvier 1834

Texte intégral

11 er janvier. — Temps mauvais, de la pluie par ondées et un vent violent qui dure depuis près d'un mois. Avant le jour, des saluts de tambours et de trompettes annoncent la nouvelle année ; dans la matinée, des visites de cérémonie ; dans l'après-midi, des visites plus amicales ; des marchands d’oranges et de joujoux sur toutes les places ; un mouvement extraordinaire dans les rues de gens qui vont et viennent, qui se coudoient sans se regarder ou qui s'embrassent presque sans se connaître, c'est le tableau du jour de l'an dans des villes qui sont même plus grandes que Besançon. M. Courvoisier est arrivé hier, avec l'intention de passer une partie de l'hiver à Besançon.

  • 1 Dans le Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art de Franche-Comté, de l'abbé Paul Brune, Jean-L (...)

22 janvier. — M. Callier1, véritable artiste quoiqu'il ne s’intitule modestement que ferblantier, vient d’exécuter en bronze un portrait fort ressemblant de Cuvier d’après le buste qui est à la Bibliothèque. Son projet est d'en faire hommage à cet établissement.

33 janvier. — Notre faculté académique aurait grand besoin que le recteur s'en occupât un peu plus qu'il ne le fait. Par le caprice du doyen, l'abbé Astier, qui n’avait pas envie de revenir à Besançon cette année, et qui n'y est revenu que parce qu'il tient à toucher son traitement jusqu'à ce qu'on ait fixé sa retraite, le cours de philosophie se trouve interrompu. Celui de la littérature française l'est également par l’indisposition de Pérennès qui n'a pas de suppléant, en sorte que depuis la rentrée des cours, les élèves sont réduits aux leçons de littérature ancienne de Génisset et d’histoire de Bourgon. Parce que le recteur est tout occupé des écoles primaires, ce n'est pas une raison pour qu'il néglige les hautes études. Il est très bon, à ce que je crois, d'apprendre à lire aux paysans, mais il est plus essentiel encore, n'en déplaise aux novateurs, d'avoir des classes fortes pour les jeunes gens qui se destinent à l'exercice des professions libérales.

  • 2 Jean-Baptiste dit Auguste Clésinger. Cf. Journal, II, p. 375, note 7.

44 janvier. — Le jeune Clésinger2 a abandonné le sujet qu'il se proposait de traiter en bas-relief. Pour rendre le nu il faut des modèles et on n'en trouve pas facilement à Besançon. D'ailleurs comme son père l'a remarqué sagement, il n'est pas sans danger d'exposer un homme de vingt ans à rester en présence d'une femme qui n'a de voile que celui de la pudeur. Il va donc faire un bas-relief sans femme. C’est la réception du cardinal de Granvelle à Besançon lorsqu’il y fut exilé par Philippe II pour avoir voulu le détourner d'appliquer des mesures de rigueur contre les flamands révoltés. Le sujet est beau, mais demande beaucoup d'études.

  • 3 C’est ce charivari — et aussi peut-être son âge, Dusillet ayant alors 65 ans — qui mit fin effecti (...)

55 janvier. — Les Jésuites, revenus dans leur maison de Dole, ont voulu profiter du jubilé pour recommencer leurs prédications. Le curé ayant refusé, diton, leurs services, ils les ont offerts à la supérieure de l'hôpital qui ne s'est pas montrée aussi difficile. Dès lors des rassemblements ont eu lieu dans la salle même des malades. Le maire, M. Dusillet, loin de les empêcher comme c'était son devoir, les a favorisés. Sa conduite a été connue d'autant plus facilement qu'il n'est rien moins que discret. En conséquence, les libéraux l’ont accusé d'avoir livré la ville aux Jésuites, et pour lui témoigner leur mécontentement de sa conduite lui ont donné le charivari le mieux conditionné qui se soit jamais vu à Dole. Cette scène qui a eu lieu le 31 décembre a tellement affecté M. Dusillet3 qu'il se propose de donner sa démission.

66 janvier. — M. Dusillet a fait part à ses administrés de son projet de quitter la mairie par une affiche qui doit augmenter les regrets que cette détermination ne peut manquer d'exciter sinon maintenant, du moins plus tard, quand les esprits seront calmés. Il la termine ainsi : « On s'est armé contre moi de ma bonté même : il est temps que je me retire. » Dole n’aura de longtemps un maire aussi spirituel et aussi zélé pour les intérêts de sa ville. C’est à lui seul qu'on doit tous les établissements littéraires établis à Dole depuis dix-huit ans, une école fondée sur le plan des universités d'Allemagne, un musée déjà très remarquable et une bibliothèque qui ne le cède qu'à celle de Besançon pour le nombre et le choix des volumes.

  • 4 On écrit plutôt Dubourg. Voir Journal, II, p. 379.
  • 5 Claude Goudimel, né à Besançon vers 1505, mort à Lyon en 1572, massacré le jour de la Saint-Barthé (...)

77 janvier. — Notre dernier prélat, Monseigneur Du Bourg4 avait recherché les moyens d’empêcher, en soutenant la maîtrise de la métropole, la chute de l'art musical dans la patrie de Goudimel5. Depuis sa mort, mais sur l'instigation du digne prélat, une association s’est formée sous le patronage de sainte Cécile. Elle vient de lancer un prospectus dans le public, et l’on ne doute pas que le nombre des souscripteurs ne soit plus que suffisant pour couvrir les dépenses de la chapelle.

88 janvier. — M. Quirot, frère du conventionnel, a longtemps exercé des fonctions importantes dans l’administration du département. Il y remplissait aux principales époques de la Révolution les places de procureur syndic ou de commissaire du gouvernement. Sous Buonaparte on le fit agent comptable de l’administration des haras. A la Restauration il cessait d’être employé et depuis, il a vécu dans la retraite et même dans l'obscurité la plus complète. S'il a voulu se faire oublier il y a réussi complètement. Il paraîtrait cependant d'après ce que Pertusier m'a dit aujourd'hui que M. Quirot a tiré parti de sa retraite involontaire pour composer une Histoire de la Révolution. Il ne montre ce travail qu'aux personnes qui jouissent de sa confiance et l’on assure qu'on y trouve des détails très curieux sur les événements qui se sont passés dans notre province et sur les hommes qui y ont joué un rôle.

  • 6 Dans le compte-rendu élogieux que fait l'Impartial, le 9 janvier, des conférences données par les (...)

99 janvier. — Dîner chez Pérennès. Toute la conversation n'a roulé que sur le système de Fourier et sur les deux prédicants qui sont venus récemment annoncer le nouvel évangile : M. Victor Considerant, jeune homme d'imagination qui ne fait pour ainsi dire que de sortir de l'école polytechnique, et M. Berbrugger6, plus éloquent et plus logicien que Considérant, sachant mieux répondre aux objections, et se plaignant même de ce qu'on ne lui en adressait pas autant qu'il l'aurait désiré pour avoir le plaisir de les réfuter. L'un des convives, M. Buignet, inspecteur de l'Académie, se trouvant à dîner avec Berbrugger, l'entendit s'étonner du peu d'objections qu’on lui avait adressées à la leçon qu’il avait faite ce jour-là même. « De quoi, lui dit-il, ce silence vous étonne, il devrait vous confondre puisqu'il prouve que notre peuple ne trouve pas votre doctrine assez sérieuse pour la juger digne de réfutation. »

1010 janvier. — On a reçu la nouvelle de la mort de M. De Bry, ancien préfet du département du Doubs sous le régime impérial. Il est mort à Paris le 6 de ce mois. C'était un homme de mérite et un excellent administrateur. Si, comme je le pense, il laisse des mémoires sur les événements auxquels il a pris part, ils ne peuvent être que très curieux. Comme restaurateur de l'Académie de Besançon, il a droit à un éloge public, mais sa qualité de régicide rend cette tâche difficile, et si le secrétaire perpétuel ne veut pas s'en charger, personne je crois n'aura le courage de la revendiquer.

  • 7 A l’origine, avant d'être un lieu de divertissement et de jeu, le Casino était un lieu public où l (...)
  • 8 Lors de la restauration de l'Académie en 1806, les réunions se tenaient à l'archevêché, puis à la (...)

1111 janvier. — Le progrès est la maladie du siècle, le mot de ralliement de tous les jeunes gens qui se sentent quelque capacité ou, comme dit leur chef, qui ont reçu le coup de marteau. M. Parandier, qui certainement est par son activité et par la variété de ses connaissances à la tête des partisans du progrès de notre province, a conçu le projet de former une espèce de Casino scientifique et littéraire7 où l'on serait admis moyennant une légère rétribution annuelle, pour lire les journaux scientifiques et pour causer des intérêts de la science et du pays. On ne peut nier que l'idée ne soit bonne en elle-même, mais le difficile est de trouver un salon dans une ville où l'Académie n'a pas un asile et ne s'assemble que dans un local d'emprunt8. Il avait jeté les yeux sur la Bibliothèque et comme elle n'est ouverte au public que trois fois la semaine jusqu'à cinq heures, il a trouvé très simple que les progressifs y fussent admis tous les jours sans exception jusqu'à dix heures du soir. Tous les projets sont beaux en expectative, mais la pierre de touche qui les fait apprécier, c'est l'exécution. Si le nombre des sous-cripteurs est considérable, la salle de lecture est trop petite pour les recevoir ; s'ils sont peu nombreux, le produit de la souscription ne pourra pas suffire pour couvrir les frais. Quand le bon Parandier aura résolu cette première objection je me réserve de lui en fournir d'autres.

  • 9 François-Gabriel Henrion Staal de Magnoncour (1763-1835), grand propriétaire foncier (voir Journal (...)

1212 janvier. — M. de Magnoncour père9 est de retour de la campagne depuis quelques jours. Il a profité de la solitude où il a vécu quelques mois pour faire de sérieuses réflexions sur sa conduite, et il m’a dit qu'il était décidé à faire désormais un meilleur emploi de son immense fortune. Il a réparé l'église de Frasne, il a souscrit pour l'association de Sainte-Cécile, et il m'a dit qu'il avait l'intention de soutenir les écoles des Frères de la doctrine chrétienne que le conseil municipal de Besançon veut supprimer en leur refusant les allocations nécessaires. S'il exécute tous ces projets il aura bientôt reconquis dans l'estime publique la place qu'il est digne d'y occuper et qu'un homme d'autant d'esprit n'aurait jamais dû perdre.

  • 10 François-Florent Ferrière, sculpteur sur bois (voir Journal, II, p. 386)

13— Ferdinand-Florent Ferrière10, sculpteur, mourut hier à l'hôpital à 77 ans. C'était un ouvrier très habile pour l'ornement, et les curieux conservent de lui des vases de fleurs exécutés avec une grande délicatesse. Il a travaillé longtemps en Suisse et à Stuttgart où il fut employé par le prince de Wurtemberg à décorer son nouveau palais. Devenu vieux sans avoir pu faire d’économies, il était tombé dans la misère la plus profonde. Admis à l'hospice des vieillards depuis peu d'années, il a passé ses derniers jours dans une sorte d'apathie, mais d'ailleurs rien ne lui manquait.

1413 janvier. — M. Courvoisier m'a dit ce soir qu'il serait très disposé à s'occuper de l'histoire ecclésiastique de la province si je voulais lui fournir les matériaux dont il aurait besoin. Je lui ai répondu que M. l'abbé Gousset avait eu la même intention et qu'il avait déjà donné communication à l’Académie de quelques-unes de ses recherches sur la chronologie de nos archevêques, mais que ses devoirs de grand vicaire l'empêchaient de pousser son travail plus loin. Là-dessus, nous sommes convenus d’attendre l'occasion de parler à M. Gousset de ses projets et si, comme je le pense, il consent à remettre ses notes à M. Courvoisier, il se chargera de débrouiller cette partie de notre histoire, la plus curieuse et la plus intéressante pour le Moyen Age.

1514 janvier. — M. de Vienne, l'un de nos plus fameux amateurs de musique, vieux garçon, n'ayant pour héritier que des parents éloignés auxquels il laissera bientôt une succession considérable, s'est pris de folle passion pour l’association de Sainte-Cécile. Il a dit à M. Ordinaire qu'il se proposait de refaire son testament en vue de doter l'association, mais je ne crois pas qu’il exécute jamais ce beau projet.

  • 11 L'Annuaire du Doubs de 1835 mentionne une édition de cette œuvre à Strasbourg.

1615 janvier. Manuel de l'histoire de la littérature nationale allemande, par August Koberstein, traduit par X. Marinier, Paris11, Levrault, 1834, in 8°.

  • 12 Louis-Sébastien Mercier (1740-1814), écrivain français issu d'une famille de commerçants, bien oub (...)

1716 janvier. — Hier dans l'après-midi, le nommé Jolyot, depuis longtemps connu pour se livrer à l'usure, a été tué d’un coup de pistolet par le nommé Barthaud, de Mouthier, avec lequel il avait quelques difficultés pour un règlement de compte. Ils avaient dîné très gaiement ensemble dans un cabaret de la rue de la prison, avec M. Martin, avoué. Jolyot avait apporté de chez lui deux bouteilles de vin de champagne. Ils en avaient déjà vidé une lorsque M. Martin fut obligé de sortir pour ses affaires. Il paraît qu'après son départ, Jolyot et Barthaud revinrent sur leur ancien compte et que Barthaud voulut lui faire signer une quittance en lui présentant un pistolet chargé. Après le coup, Barthaud descendit disant que Jolyot venait de se tuer. Le commissaire de police accompagné d'un médecin vint reconnaître le corps ; on trouva dans la bouche de Jolyot un biscuit. Barthaud a été arrêté et il passera certainement à la cour d'assises, mais tout le monde fait des vœux pour son acquittement. Rien ne prouve mieux combien Jolyot était haï et méprisé. On raconte de lui des traits d'usure qui sont presque incroyables. Je l’ai connu dans sa jeunesse, il jouait la tragédie dans les greniers de Charmont. Je me souviens de lui avoir vu, quoique très laid, jouer le personnage de Durimel dans le Déserteur, de Mercier12. Malgré sa fortune qui passait pour considérable il n'avait pas pu trouver à se marier. Il avait fini par épouser, il y a quelques années, la veuve de M. <Bautin>, déjà vieille, en lui assurant tout son bien par contrat de mariage.

  • 13 Antoine-Henri-Jean-François de Bérault-Bercastel (1720-1794) avait publié à partir de 1778 une His (...)

1817 janvier. — Je vois avec plaisir s’augmenter le nombre des ecclésiastiques qui sentent la nécessité de se livrer à l'étude pour mieux remplir les devoirs de leur état. Le curé de Brans, arrondissement de Moissey, travaille depuis quelques années à une histoire de l'église sur un plan qui m'a paru meilleur que celui de Bérault-Bercastel13. Il possède une bibliothèque fournie de bons livres et qu'il a l'intention d'augmenter. Il a de l'instruction et l'énonce avec beaucoup de facilité. Cet estimable curé se nomme Mérillet.

  • 14 Gustave-Maximilien-Juste, prince de Croy-Solre (1773-1844), archevêque de Rouen, pair de France, d (...)

1918 janvier. — Le bruit s'est répandu que M. de Croy14 cardinal archevêque de Rouen, était nommé à l'archevêché de Besançon. Ce choix, qu'une petite partie de la population verrait avec plaisir, n'est pas présumable. L'ancien aumônier du roi Charles X n'aurait ici pour partisans que les partisans de l'ancienne dynastie et serait repoussé par tous les amis de l'ordre et de la tranquillité du pays. M. Courvoisier qui a vu souvent M. le grand aumônier aux Tuileries a la plus mince idée de son esprit et de sa capacité. « C'est, dit-il, une tête de veau montée sur des pieds de bœuf. »

2019 janvier. — M. Richard-Baudin, qui se dit enfant de Gray, maître d'études au collège de Lons-le-Saunier, vient d'adresser des Stances assez remarquables à M. Muyard, professeur de rhétorique au même collège. Imprimées dans la Sentinelle du Jura, ces Stances ont été reproduites par l'impartial qui a paru ce matin. On y voit que M. Baudin n'est pas content de son sort, qu'il est très fâché de ne pas avoir des champs joyeux de leurs moissons et des vignes où rit le raisin. Cependant il en prendrait son parti, s'il avait du moins une cabane, des figuiers et une maîtresse aux cils noirs et aux yeux bleus dont l'ombre accompagnerait ses pas. Il n'aime pas les prêtres de Baal qui <sanglent> le peuple du <bât> sacerdotal. Il ne croit pas au dieu vengeur, mais il aime de tout son cœur le dieu père des hommes et mort pour eux sur une croix. Malgré toutes ces inepties, M. Baudin a du talent pour les vers, et s'il continue à se cultiver, je ne doute pas qu'il ne se fasse un nom parmi les versificateurs de l'école romantique. Seulement je lui conseillerais de ne pas faire imprimer, du moins tant qu'il sera maître d'études, les vers qui lui passent par la tête et qui pourraient bien lui attirer au lieu d’éloges quelques réprimandes de M. le recteur.

2120 janvier. — Aujourd'hui à dîner chez M. Ordinaire, on a parlé du maréchal Soult, qui désorganise l'armée suivant les uns, qui la livre aux républicains suivant les autres, mauvais ministre de l'avis de tout le monde. J'ai voulu dire mon avis, avant mon tour ou après, je n’en sais rien. « C'est un voleur, un V..., m'a dit M. Ordinaire. On l'a dit à la tribune, je puis bien le répéter. » J'ai senti que j'avais eu tort et que M. Ordinaire savait mieux vivre.

2221 janvier. — Un double jugement du jury vient d'acquitter la Gazette et le Patriote de l’accusation d'insulter au Roi et à son gouvernement. C'est un double scandale qui doit augmenter la haine que tous les amis de l'ordre doivent porter à la presse périodique, ou comme dit Nodier, à la mauvaise presse, l’une des plaies les plus funestes des gouvernements modernes et qui ne peut manquer de les renverser tôt ou tard. M. Lerouge, procureur général qui soutenait l'accusation a, diton, été au-dessous du médiocre. Miran, le gérant du Patriote, en se défendant, a porté l'impudence au point de lire et de commenter en pleine audience le budget de 1835, et le procureur général n’a pas osé l'interrompre pour l'inviter à se renfermer dans la défense.

2322 janvier. — Notre secrétaire perpétuel, M. Génisset, dont il est impossible de trop louer le zèle pour les intérêts de l'Académie, n'a d'autre défaut que de donner dans un mysticisme inintelligible et même un tant soit peu ridicule. Partisan de toutes les idées nouvelles comme un véritable jeune homme quoiqu’il ait plus de soixante ans, il se complaît dans les rêves du progrès, de l’association et de la bienveillance universelle. Déjà l'année dernière il avait fait précéder son compte-rendu des travaux des académiciens par des considérations en style cérémonieux sur un principe régénérateur, sur la transformation sociale et autres billevesées que, lui, a la bêtise de croire neuves mais qui datent de loin. Cette année il annonce que la transformation commence à s'opérer, parce que le feu n'est pas aux quatre coins de l'Europe, et que les académiciens assistent plus régulièrement aux séances. Toutes les observations qu'on lui a faites pour l’engager à corriger ce morceau n'ont abouti qu'à lui faire supprimer le mot [... ?...] qu’il emploie dans le même sens que les saint-simoniens. Bertaut a dit très plaisamment que Génisset était le chef et le type de la littérature <cataclystique>. L'épithète lui restera.

  • 15 Le poète irlandais Thomas Moore avait commencé la publication de ses Mélodies irlandaises en 1808, (...)

2423 janvier. — Viancin continue la traduction des Mélodies de Moore15 dont il a publié quelques morceaux dans les recueils de l'Académie, il y a plusieurs années. Il m'en a remis un cahier aujourd'hui pour lui en dire mon avis.

2524 janvier. — M. de Magnoncour père vient de faire lithographier par Mazerand la façade de son château de Frasne, reconstruite par le cardinal de Granvelle dans le système d'architecture qu'il affectionnait. Au centre de la façade, on voit le portrait du cardinal en bas-relief et plus bas son écusson. Je dois à la bienveillance de M. de Magnoncour deux épreuves de cette lithographie, l'une pour la bibliothèque et l’autre pour ma collection particulière.

2625 janvier. — M. Thierry, le préfet de la Haute-Saône, est à Besançon où il n'était pas venu depuis un an. Malgré les tracasseries que l'administration lui fait éprouver, il trouve encore le loisir de s'occuper de littérature. Il a sur le métier un nouvel ouvrage et il prépare une seconde édition de l'Histoire des Gaulois.

2726 janvier. — Le jeune Clésinger, arrivé de Rome récemment, vient d'être chargé d'exécuter en bas-relief les douze apôtres pour la nouvelle chapelle de la Vierge à Saint-Jean. On peut en voir déjà un dans son atelier. Ce jeune artiste a certainement du talent et une grande facilité d'exécution, mais je ne sais pas si ce n'est pas lui faire tort que de le charger déjà de travaux publics d'une assez grande importance pour influer sur la réputation.

2827 janvier. — M. Ordinaire (J.-J.) vient d'être nommé correspondant de l'Académie des Sciences morales et politiques (Institut).

2928 janvier. — Séance publique de rentrée de l’Académie. M. Courvoisier, président annuel, en a fait l’ouverture par un discours sur la nécessité pour les sociétés littéraires de s'opposer aux doctrines anarchiques. Un passage de Voltaire sur le gouvernement de la canaille et une analyse du Contrat social où Rousseau démontre que la démocratie ne peut convenir à un grand état devaient déplaire à quelques-uns des auditeurs. Un coup de sifflet s'est mêlé aux applaudissements. M. Courvoisier a prié l'assemblée indignée de mépriser comme lui cet acte d’insolence. Il reste à savoir maintenant si le coup de sifflet s'adressait à M. Courvoisier ou à l'auteur du Contrat social. Le rapport du secrétaire perpétuel sur les travaux annuels, inintelligible dans la première partie, beaucoup trop prolixe dans la seconde, a complètement ennuyé l'assemblée. Elle s'est réveillée de son assoupissement pour écouter M. Pécot racontant les derniers moments de l'archevêque Monseigneur Du Bourg dont il était le médecin. La séance a été terminée par le dernier chant du nouvel Art Poétique de M. Trémolières, plaisanterie étincelante de vers piquants et de bon goût. Je n’ai pas pu lire mon éloge de Bailly qu'on veut renvoyer à la séance prochaine, mais que j’aime mieux faire imprimer dans le premier recueil.

3029 janvier. — M. Miroglio, le premier pasteur de notre église protestante, me disait en faisant allusion à l'interminable discours de Génisset à l'Académie : « C'est vraiment hier que votre secrétaire a gagné le titre de perpétuel. »

3130 janvier. — Besson a commencé ce matin le buste de M. Courvoisier. Ce n’est pas sans peine qu'il s'est décidé à poser ; deux jours suffiront pour s'assurer de la ressemblance et l'artiste terminera son travail à Dole.

3231 janvier. — Le tableau du maître-autel de Notre-Dame représente l'Assomption de la Vierge. Elle est emportée dans les airs à la vue des apôtres qui, tous, ont les yeux élevés vers le ciel. Mais comme le peintre n'a pas été assez habile pour établir la perspective, il en résulte que les apôtres placés sur le même plan que la Vierge doivent apercevoir ce qu’elle ne voudrait pas leur montrer. Un bon prêtre, frappé de cet inconvénient, s'écriait l'autre jour : « Encore si elle avait l'esprit de croiser les jambes ! » Cette anecdote ou ce mot, si l'on veut, qui n'a point été imaginé par les amis du peintre (M. de Boulot), m'a été raconté ce soir par Madame la comtesse de Lallemand.

Notes

1 Dans le Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art de Franche-Comté, de l'abbé Paul Brune, Jean-Louis Callier, mort en 1843, est cité comme ferblantier et estampeur à Besançon. Elève de l'école de peinture et de sculpture de la ville, il est l'auteur d'un portrait de Rougnon, professeur de l'ancienne Faculté, et de celui du sculpteur Luc Breton.

2 Jean-Baptiste dit Auguste Clésinger. Cf. Journal, II, p. 375, note 7.

3 C’est ce charivari — et aussi peut-être son âge, Dusillet ayant alors 65 ans — qui mit fin effectivement à ses fonctions de maire. Membre de l'Académie de Besançon, Dusillet consacrera son temps désormais aux travaux de l'esprit. 11 s'établit à Besançon en 1855 et y mourra en 1857 chez son fils Charles-Augustin, président de chambre honoraire à la Cour d'appel de Besançon.

4 On écrit plutôt Dubourg. Voir Journal, II, p. 379.

5 Claude Goudimel, né à Besançon vers 1505, mort à Lyon en 1572, massacré le jour de la Saint-Barthélemy. Beaucoup d'obscurités subsistent sur la vie de ce compositeur français ; on n'est pas sûr par exemple qu'il ait séjourné en Italie. Ses compositions, religieuses pour la plupart, sont d'inspiration catholique au début, puis protestante, en particulier à partir de 1564. Les Psaumes de Clément Marot et Théodore de Bèze, publiés par lui en huit livres, constituent son œuvre majeure. Voir R. Pernette, “Le vrai visage du bisontin Claude Goudimel”. Mém. Soc. Emul. Doubs, 1966, p. ix.

6 Dans le compte-rendu élogieux que fait l'Impartial, le 9 janvier, des conférences données par les deux disciples de Fourier, le journal signale parmi les sujets traités, la Société phalanstérienne fondée à Alger et la colonie fouriériste fondée en 1830 à Condé-sur-Vesgre. A la fin du mois, Deis devait publier à Besançon les Conférences sur la théorie sociétaire de Charles Fourier, données à Lyon par Adrien Berbrugger.

7 A l’origine, avant d'être un lieu de divertissement et de jeu, le Casino était un lieu public où l'on pouvait se réunir pour lire et s'entretenir des sujets à la mode.

8 Lors de la restauration de l'Académie en 1806, les réunions se tenaient à l'archevêché, puis à la Préfecture. En 1829, la municipalité accordait à l'Académie un « local convenable » (une salle à l'hôtel de ville), pour ses séances publiques. A l'époque de Castan, l'Académie se réunira en séance privée rue Ernest Renan.

9 François-Gabriel Henrion Staal de Magnoncour (1763-1835), grand propriétaire foncier (voir Journal, I).

10 François-Florent Ferrière, sculpteur sur bois (voir Journal, II, p. 386)

11 L'Annuaire du Doubs de 1835 mentionne une édition de cette œuvre à Strasbourg.

12 Louis-Sébastien Mercier (1740-1814), écrivain français issu d'une famille de commerçants, bien oublié aujourd'hui, eut en son temps une grande influence. Partisan du modernisme au théâtre, il fut comparé à Diderot et publia en 1773 Du théâtre ou nouvel essai sur l'art dramatique. La pièce citée par Weiss, Le Déserteur (1770), avait charmé la reine Marie-Antoinette qui accorda à l'auteur une pension de 800 livres. Nodier, lui, devait le qualifier de « phrasier sentencieux ».

13 Antoine-Henri-Jean-François de Bérault-Bercastel (1720-1794) avait publié à partir de 1778 une Histoire de l'Eglise en 24 volumes, plusieurs fois rééditée jusque vers 1821.

14 Gustave-Maximilien-Juste, prince de Croy-Solre (1773-1844), archevêque de Rouen, pair de France, devenu en 1821 grand aumônier de France par la mort du cardinal de Talleyrand-Périgord, cardinal en 1825, très légitimiste.

15 Le poète irlandais Thomas Moore avait commencé la publication de ses Mélodies irlandaises en 1808, qu'il acheva en 1834 ; il y exaltait le sentiment patriotique, l’attachement aux légendes et à l'histoire de l'Irlande.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search