Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Introduction

Texte intégral

  • 1 Journal, I (1815-1822), p. 19.

1Le troisième volume du Journal de Charles Weiss que nous présentons aujourd'hui restitue le texte du manuscrit de la Bibliothèque municipale de Besançon pour quatre années seulement : 1834, 1835, 1836 et 1837. Les quelque trois cent cinquante pages qui le composent ne recouvrent donc qu'un court moment de l'histoire locale et régionale. Combien faudrait-il de volumes pour publier intégralement le manuscrit qui se termine, comme on le sait, le 12 juillet 1865 et qui compte au total plus de 1 000 feuilles écrites recto et verso ?1

  • 2 Date du début du Journal et date du début de la publication.
  • 3 Par exemple la naissance des triplés Pidancet...
  • 4 Journal : 2 juin 1835, « ceux qui liront ceci après moi... » ; 5 septembre 1837, « La conversation (...)
  • 5 Par exemple, Journal, 4 mai 1834.

2Telle quelle, cette portion du Journal conserve son caractère de chronique, rédigée par un homme très au courant, par sa fonction de bibliothécaire, de la vie intellectuelle et culturelle à Besançon et en Franche-Comté, et à qui ses multiples relations avec Paris et l'étranger assurent une large information dépassant le cadre provincial. Depuis 18152, en effet, la conception même du Journal de Charles Weiss a évolué. Les réflexions personnelles, émaillées de notes bibliographiques, qui étaient mises sur le papier à l'occasion, à titre de pense-bête pour l'usage de leur rédacteur, ont laissé la place à un récit plus construit, davantage rédigé, dans lequel Weiss ne note — à de rares exceptions près — qu'une idée ou anecdote par jour, quitte à rappeler un fait sans grande portée, quelquefois même antérieur à la date de sa consignation3, si rien d'essentiel dans la vie intellectuelle bisontine ou dans le déroulement de la journée du bibliothécaire n'est intervenu ce jour-là. A plusieurs reprises, Charles Weiss évoque clairement qu'il pense pour la postérité et n'exclut pas la publication de ses notes journalières4. Mais on peut remarquer que si, souvent, il affirme qu’il reviendra sur un point qu’il évoque avec prudence, avant d'avoir vérifié ses sources, il ne le fait quasiment jamais5.

***

3Si ce volume, pas plus que les précédents, ne revêt le caractère d'un journal intime auquel l'auteur ferait confidence de ses secrets et de ses sentiments, il nous informe cependant discrètement de certains événements de sa vie privée.

  • 6 Bibl. municip. Besançon, ms 1935-10.

4A la date du 22 mars 1834, le Journal annonce le départ de Charles Weiss pour Paris où il va chercher ses nièces, en espérant passer le moins de temps possible dans « une ville où, à part Nodier, Jouffroy et quelques autres amis de jeunesse, rien ne m'attire plus ». Un petit carnet de voyage6 nous renseigne un peu plus précisément sur le voyage et le séjour de Charles Weiss. Sa belle-sœur, Adélaïde-Thérèse L’habitant était morte au début de l'année 1834, laissant une fille Caroline, filleule du bibliothécaire et âgée de 14 ans. Son frère, Claude-François Weiss, l'acteur dramatique, disparu en juin 1823, avait eu déjà deux autres filles, Céleste et Louise, et il fallait régler le sort des trois orphelines : c'est le motif principal du voyage à Paris.

5Charles Weiss quitte Besançon le 22 mars en compagnie de Flavien de Magnoncour et, après avoir fait étape à Dole, Dijon, Montbard, Joigny et Melun, arrive le 25 mars dans la capitale. Il s’installe chez Michaud, l'éditeur de la Biographie universelle à laquelle il collabore et profite de ce séjour pour régler avec lui les comptes en suspens. Il recherche ses nièces pour décider de leur avenir, en compagnie de Véret, ami d'enfance et ancien commissaire de police à Besançon qui, après bien des avatars et grâce à l'intervention des amis comtois, se trouve alors employé à la maison du roi, section des secours. M. et Mme Levesque, qui avaient pris en charge les intérêts des trois jeunes filles, l'aident de leurs conseils avec une bonté dont Weiss fait à maintes reprises l'éloge. La situation sera réglée assez rapidement ; le 4 avril, à l'issue d'une réunion de famille, la tutelle des trois filles de Claude-François Weiss est confiée à Charles, son frère. Louise, enceinte, restera à Paris auprès des Levesque, son oncle se chargeant de les défrayer des sommes engagées pour elle ; Caroline le suivra à Besançon. L'indigence des trois jeunes filles dispense du paiement des frais de succession. Le dimanche 30 mars, Weiss avait emmené sa nièce Louise à Notre-Dame pour y entendre la messe de l'archevêque et il note dans son carnet qu'il a jugé M. de Quélen bien jeune pour occuper le siège de l’archevêché de Paris...

6En même temps qu'il réglait ses affaires de famille, Charles Weiss fait le tour des libraires et des bouquinistes, en quête de livres destinés à compléter les collections de la Bibliothèque de Besançon : la moitié des dépenses consignées dans son carnet est consacrée à l'achat de livres sur les quais, chez Crozet, Debure, Techener ou Mme Porquet. Il visite ses amis comtois ; souvent reçu à l'Arsenal chez Nodier, il y rencontre Bretillot, Demesmay, Jouffroy, à moins qu'il n’accompagne son ami de toujours dans un restaurant, au Bœuf à la mode, par exemple. Il rencontre à plusieurs reprises son protégé Gustave Fallot, Guichard le bibliophile, son correspondant assidu Berthevin, le général Delort qui s'emploie à réintégrer Alphonse Marquiset — le fils de son amie et logeuse de Besançon — dans l'administration du télégraphe. Il dîne à deux reprises chez l'actrice Minette, visite le Salon en compagnie de Gigoux dont il supporte mal la prétention et la familiarité, et préfère discuter avec Lancrenon.

7Il ne manque pas de se rendre à la Bibliothèque royale dont il visite les nouvelles installations en compagnie du conservateur Van Praët et converse volontiers avec Charles Magnin, collaborateur du Globe puis du National, qui occupa en 1834-1835 la chaire de littérature étrangère à la Faculté des Lettres de Paris, et dont il connaissait la prédilection pour l'étude du théâtre ancien et moderne.

8Ses affaires étant en ordre, malgré l'amicale pression des Comtois résidant à Paris, Weiss est résolu à quitter la capitale où, dit-il, il s'ennuie et perd un temps précieux pour le travail. Sans doute aussi, ne se sent-il pas toujours à l'aise dans les salons parisiens comme celui de la baronne de Crouseilhes, née de Choiseul-Gouffier, chez qui sa timidité le paralyse, le faisant paraître, croit-il, tout à fait sot. « Je ne suis pas fait pour le grand monde », écrit-il au soir de sa visite à la baronne. Le provincial qu'il était s’accomode mal de la verve légère, primesautière ou railleuse des beaux esprits parisiens ; ayant entendu Nodier, chez le libraire Crozet, « raconter des historiettes de sa jeunesse dont le fond est à peu près vrai, mais tous les détails absurdes », il note qu'ils se quittent assez froidement. On peut rapprocher cette réaction du propos tenu par Weiss en 1810 et rapportée par Eldon Kaye : « On m'assure que Nodier vient passer ici l'hiver. J’aime Nodier de tout mon cœur, et cette nouvelle me fait de la peine. Il a un tel empire sur moi qu’il me ferait faire des sottises, et je voudrais continuer à être sage si je puis, et cependant j’essaie de ne pas me brouiller avec lui. »

9La réelle amitié qui unissait les deux hommes n'allait pas sans une certaine rivalité et, du côté de Weiss, sans une lucidité quelque peu amère sur l'ami qui avait réussi alors que lui n'avait point su travailler à sa propre gloire, empêtré dans des travaux obscurs ou ingrats, ouvert à des rencontres qui lui prenaient tout le temps qu’il ne passait pas dans les livres !

  • 7 La famille Marquiset avait acquis l'ancien couvent des Carmes ; Weiss était déjà locataire de cett (...)

10Le 12 avril, flanqué de sa nièce Caroline dont il espérait « beaucoup de satisfactions », il reprenait à huit heures la route pour Besançon. Deux épreuves devaient y troubler encore sa sérénité dans les mois suivants : la mort, le 11 décembre 1836, de son amie Madame Marquiset, chez qui il logeait, 88 Grande-Rue7, et dont il appréciait la bonté et les soins ; celle de sa mère, Claudine Travelet, le 23 avril 1837, dont il avait pris soin depuis la disparition du père, Claude-Louis Weiss, mort au début du siècle. Aucune effusion dans le Journal, mais le reflet d'un chagrin réel que ses amis s'emploient à adoucir, pas d'interruption dans les notes : le Journal, comme la vie elle-même, continuait.

***

11La période de la vie de Charles Weiss concernée par ce troisième volume du Journal est importante pour l'activité professionnelle de l'auteur. Guizot, alors ministre de l'Instruction publique, a formé le projet d'extraire des archives du royaume et des bibliothèques de Paris et de la province les documents encore inédits pour en permettre l'accès et l'étude aux historiens. Par arrêté du 12 septembre 1834, une commission est créée à Besançon qui aura la charge de diriger le dépouillement des papiers du cardinal Granvelle, sous la présidence de Charles Weiss.

  • 8 15 mars 1834. Dans la notice préliminaire rédigée par Charles Weiss et placée en tête du premier v (...)
  • 9 Journal, 3 juin 1834.
  • 10 Journal, 17 septembre 1834.
  • 11 Journal, 12 octobre 1834, 29 décembre 1834, 19 avril 1835.

12Le bibliothécaire de Besançon n’était certainement pas étranger à ce projet ; certains passages du Journal prouvent qu'on en parlait dans les milieux intellectuels bisontins8 : Amédée Thierry, le préfet de la Haute-Saône, lui rapporte les propos de Nisard, collaborateur du National, pour l’encourager à rédiger un discours préliminaire qui ferait le point sur l’état de l'Europe au xvième siècle et le rôle qu’y jouèrent les Granvelle et Simon Renard. Le 3 juin 1834, Flavien de Magnoncour l'informe de l'imminence de la formation de la commission et de l'intention du ministre de la composer de savants parisiens9. A cette nouvelle, le sang comtois de Weiss ne fait qu'un tour : Flavien fera savoir au préfet du Doubs que le travail ne peut être assuré que par des personnalités comtoises. L'arrêté du 12 septembre 183410 qui nommait aux côtés de Weiss, ses collaborateurs, le recteur Jean-Jacques Ordinaire, le député Théodore Jouffroy, le grand vicaire Gousset et Génisset, professeur et secrétaire perpétuel de l'Académie de Besançon, prouve que le désir de Weiss avait été entendu. Le travail de la commission se met en place peu à peu comme en font état plusieurs passages du Journal11. Le 6 mai 1835, Charles-Léopold-Eberhard Duvernoy, bibliothécaire à Montbéliard, arrive à Besançon pour diriger les travaux de la commission, complétée par Pérennes et Bourgon, remplaçant Mgr Gousset promu évêque de Périgueux, et Génisset décédé ; et un groupe de jeunes collaborateurs, « espèce d'école des chartes » selon le mot de Weiss, recrutés pour déchiffrer les écritures anciennes ou traduire, comme Théodore Belamy, les pièces en italien ou espagnol.

  • 12 Journal, 1er mai 1837.

13Quelques passages laissent entrevoir les difficultés financières du président : en mai 1836, la subvention allouée aux chercheurs et échue depuis mars, arrive seulement. En mai 1837, Augustin Thierry, dans un mouvement d'humeur contre Besançon qui ne lui adresse pas les documents inédits que l'Académie se réserve de publier, menace de couper les vivres, ce qui soulève l'indignation et la colère de Weiss12.

14Les travaux de la commission bisontine stimulent les recherches des écoles historiques de Belgique et des Pays-Bas et Weiss vit arriver en juillet 1836 le conseiller d'Etat hollandais Groën van Pristerer, venu consulter à la Bibliothèque, du 24 juillet au 12 août, les papiers de la collection Granvelle pour ses travaux sur la maison d'Orange-Nassau.

15Une note du 25 mai 1837 nous apprend que la lecture des analyses des pièces de la collection Granvelle, préparées sous la surveillance de Duvernoy, se faisait chaque semaine en deux ou trois séances de trois heures chacune. Cependant le premier volume des Papiers d'Etat du cardinal de Granvelle ne devait être publié qu'en 1841, suivi de huit autres jusqu'en 1852, date à laquelle le ministre cessa d'allouer les fonds nécessaires. Le travail ne sera complété qu'entre 1877 et 1896 par l'édition en Belgique de la Correspondance du cardinal.

***

  • 13 Kaye (Eldon), Les Correspondants de Charles Weiss, Québec, Le préambule, 1987, 540 p. (Coll. Analy (...)

16Depuis la sortie en 1981 du deuxième volume du Journal, le rayonnement de la personnalité de Charles Weiss a trouvé sa confirmation dans la parution de l'ouvrage important d'Eldon Kaye, professeur à l'Université Carleton d'Ottawa : Les Correspondants de Charles Weiss13. L'auteur a dépouillé toute la correspondance adressée au bibliothécaire et conservée à la Bibliothèque de Besançon, analysant chaque correspondant et publiant le texte des pièces les plus intéressantes. Son travail et le nôtre, complémentaires, se renvoient l'un à l'autre : nous y avons puisé beaucoup de renseignements ainsi qu'en témoignent les nombreuses références à l'ouvrage d'Eldon Kaye citées dans nos notes.

***

17Le répertoire des signes utilisés dans ce volume est conforme à celui des deux volumes précédents :

18<> pour une lecture hypothétique ;

19[] pour les mots illisibles.

20Les notes figurent au bas des pages ; les noms de l'index précédés d'un astérisque sont ceux des personnages déjà cités dans les deux volumes précédents.

21Nous ne saurions mieux conclure cette introduction qu'en adressant nos remerciements à toutes les personnes qui nous ont aidée dans nos recherches, à la Bibliothèque de Conservation et de Prêt de Besançon, aux Archives départementales du Doubs, à la Faculté des Lettres de l'Université de Besançon, aux services techniques de cartographie de la Mairie de Besançon, et à toutes les personnes qui nous ont aidée de leurs conseils et qui ont complété notre information.

22Nous devons une mention particulière à l'Institut d’Etudes comtoises et jurassiennes et aux Annales de l'Université de Besançon qui ont bien voulu accueillir ce travail et le publier dans les Cahiers d'Etudes comtoises, et à M. François Lassus, ingénieur à l'Université, qui a revu, complété et corrigé ce travail.

Notes

1 Journal, I (1815-1822), p. 19.

2 Date du début du Journal et date du début de la publication.

3 Par exemple la naissance des triplés Pidancet...

4 Journal : 2 juin 1835, « ceux qui liront ceci après moi... » ; 5 septembre 1837, « La conversation que j'ai eue... mériterait d'être consignée ici mot pour mot » ; 23 octobre 1837, « c'est à celui qui lira cette note quand je ne serai plus... » ; 29 décembre 1837, « c'est un de ces rêves dignes de fixer l'attention des moralistes, et c'est pour eux que je le consigne ici. »

5 Par exemple, Journal, 4 mai 1834.

6 Bibl. municip. Besançon, ms 1935-10.

7 La famille Marquiset avait acquis l'ancien couvent des Carmes ; Weiss était déjà locataire de cette famille alors qu'elle habitait à Battant... Voir G. Marquiset, A travers ma vie.

8 15 mars 1834. Dans la notice préliminaire rédigée par Charles Weiss et placée en tête du premier volume des Papiers d'Etat du cardinal de Granvelle (Paris, Impr. royale, 1841, lvii-628 p.), on trouve de fait une analyse des personnages principaux et l'historique de la collection. L'abbé Boisot, abbé commendataire de St-Vincent de Besançon, les sauva de l'oubli et de la destruction en les rassemblant en 82 volumes. Au cours du xviiième siècle, dom Levesque et dom Bertod, bibliothécaires de la dite abbaye, puis dom Grappin, tentèrent d'utiliser cette masse de documents pour leurs travaux. La Révolution mit fin aux recherches et aux publications.

9 Journal, 3 juin 1834.

10 Journal, 17 septembre 1834.

11 Journal, 12 octobre 1834, 29 décembre 1834, 19 avril 1835.

12 Journal, 1er mai 1837.

13 Kaye (Eldon), Les Correspondants de Charles Weiss, Québec, Le préambule, 1987, 540 p. (Coll. Analyses littéraires), diffusion en France par Les Belles-Lettres, Paris.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search