Version classiqueVersion mobile

Journal 1838-1842

 | 
Charles Weiss

Année 1842

Texte intégral

Janvier 1842

  • 1 Villemain, ministre de l'Instruction publique.

11er janvier.— Dans les visites du jour de l'an, il a été question de la Faculté des sciences. On assure que M. Clément a écrit au préfet qu’il avait déterminé le ministre1 à en provoquer le rétablissement sous la promesse que la ville ferait les fonds nécessaires pour disposer un local convenable. Ce serait une chose remarquable que la ville qui vote des millions quand il s’agit d'un chemin de fer dont on ne peut pas prévoir les conséquences, se montrât lésineuse lorsqu'il s’agit d'un établissement d'une si haute importance, surtout à une époque où l'on revient à l’idée de rétablir les universités.

  • 2 Sur ce journal républicain, voir Vogne, La presse périodique..., t. IV, p. 193-239.

22 janvier.— Le National, dans un article assez piquant, attaque M. de Golbery, notre nouveau procureur général, pour avoir changé de place à la Chambre et Véjux qui, pour avoir également modifié son opinion, vient de recevoir la croix d'honneur. L'article du National a été reproduit par Le Patriote jurassien2, journal semi-républicain qui s'imprime à Lons-le-Saunier et va devenir le sujet des causeries et des commentaires de tous les politiques de la province pendant au moins quinze jours, et puis après il n'en sera plus question.

33 janvier.— M. Laurens fils a mis en vente son Annuaire du département du Doubs pour 1842 ; c'est comme l'année dernière un recueil de chiffres à l'usage des amateurs de statistiques, mais inutile à tous ceux qui cherchent autre chose dans les ouvrages de ce genre que le produit de l'impôt et le mouvement de la population.

44 janvier.— Meusy a publié l'autre jour dans Le Franc-Comtois un article contre les doctrines de l'école sociétaire qui regarde Fourier comme son chef et son patron. Muiron n'a pas osé lui répondre dans son Impartial, soit pour ne pas déplaire au préfet, soit pour ne pas rallumer une guerre mal éteinte. Mais ne voulant pas qu'un seul mot avancé contre son oracle passe sans réplique, il vient de faire l'honneur à l'article de Meusy de le réfuter dans une brochure ad hoc qui a été mise en vente aujourd'hui.

  • 3 Rue Moncey. Communication faite dans la séance de janvier 1842 de l'Académie.

55 janvier.— L'architecte Marnotte vient de faire un curieux travail sur les anciennes constructions qui ont été trouvées dans la rue Baron à l'époque de son élargissement3. Au mémoire qu'il a rédigé sur ces constructions, il a joint un plan qui les représente ainsi que tous les objets d'art, bases et fragments de colonnes découverts dans les maisons.

  • 4 Il avait déjà été publié à Neuchâtel (dans le Musée..., 1841, 186 p.) et ne le sera pas à Besançon

66 janvier.— M. Duvernoy a lu dans une séance particulière de l'Académie une dissertation sur les débats longs et quelquefois sanglants que la délimitation de nos frontières a occasionnés avec la Suisse. Ce morceau vraiment intéressant ayant été retenu pour la séance publique sera imprimé dans le prochain recueil de la compagnie4.

  • 5 Ou plutôt le thermomètre.

77 janvier.— Il fait depuis trois jours un froid assez vif, quoique le baromètre5 ne soit pas encore descendu au-dessous de cinq degrés. Laumier a profité de la circonstance pour annoncer dans Le Franc-Comtois que l'on était très effrayé des résultats du prochain dégel.

  • 6 Ou Foblanc.

88 janvier.— Marmier est enfin arrivé avec un compatriote, M. Faublanc6, jeune médecin qui part pour Constantinople. Il ne se propose pas de rester plus de deux ou trois jours avec nous, pressé qu'il est de se rendre dans sa famille où il attendra le retour du printemps, ou du moins la cessation des grands froids, en étudiant la langue russe dont la connaissance lui est à peu près indispensable puisqu'il se propose dans ses courses de pousser jusqu'à Saint-Petersbourg et même jusqu'en Sibérie. Mais j'espère que notre accueil cordial le décidera à prolonger son séjour au moins une semaine. Déjà il est engagé jusqu'à jeudi. Après cela nous verrons.

  • 7 Jean Boyvin dédia un Traité général des monnaies à son fils Claude (1612-1674).

99 janvier.— M. de Contréglise a été si touché que je l’eusse fait comprendre dans la liste des personnes auxquelles seraient accordés des exemplaires des Mémoires de Granvelle qu'il s'est empressé de m'adresser pour la Bibliothèque de la ville le manuscrit autographe des Instructions du président Boyvin à son fils7, directeur général des monnaies du Comté de Bourgogne.

1010 janvier.— Le Conseil général du département assemblé extraordinairement pour délibérer sur la grande question du chemin de fer a voté 1.500.000 francs à appliquer à la ligne qui suivra la vallée du Doubs.

1111 janvier.— Proudhon, avant de retourner à Paris où il va jouir de ses succès, vient de lancer un troisième manifeste sous le titre de Conseils aux propriétaires : lettre à M. Considerant, rédacteur du Journal de la Phalange. Cette brochure, dont il m'a envoyé un exemplaire avec un mot de sa main sur la couverture, m'a paru beaucoup moins violente que les deux autres ; cependant il s'y trouve quelques traits contre le gouvernement qui pourraient bien blesser la susceptibilité du nouveau procureur général et lui attirer un de ces procès de presse qu'il semble redouter.

  • 8 Achille Girod, imprimeur installé à Saint-Claude (Besançon) puis rue Saint-Vincent, encouragea les (...)

1212 janvier.— On vient de mettre en vente à la lithographie de Girod8 un portrait fort ressemblant du général Morand, d'après le médaillon de David d'Angers.

  • 9 Il figure encore dans l'Annuaire de 1842 comme chef du bureau des contributions.

1313 janvier.— Ce matin est mort M. Morel, doyen des employés de la mairie de Besançon9 et l'un des plus honnêtes hommes que j'aie connus. Il était âgé de 73 ans et n'a été malade que quatre jours. Malgré la différence d'âge, nous avons été fort liés autrefois, mais depuis la mort de sa femme, et surtout celle de sa fille dont j'étais le parrain, il vivait extrêmement retiré et nous ne nous rencontrions guère que par hasard à la promenade ou plus souvent à la Bibliothèque où il venait chercher des livres. C'était un homme d'un grand bon sens, très laborieux et qui, dans sa jeunesse, avait cultivé les lettres et la philosophie. En feuilletant les papiers de l'ancienne Académie, j’ai découvert qu’il avait été l'un des concurrents pour une question de morale, et quand je lui en ai parlé, il en convint mais il n'en fut plus question depuis. Je ne serais point étonné que l'on trouvât dans son bureau quelques essais d'un âge plus avancé et qui mériteraient d'être conservés, sinon publiés.

  • 10 Il s'agit des Mémoires et comptes-rendus de la Société d'Emulation du Doubs, t. I, 3e et 4e livrai (...)

1414 janvier.— Th. Bruand, membre de la Société scientifique de Besançon, doit faire paraître dans le nouveau cahier actuellement sous presse un mémoire sur les papillons de la province ; le même cahier contiendra un mémoire de M. Boudsot sur la théorie des meules et des observations botaniques de Grenier10.

  • 11 Claude-Marie-Joseph Guichard, conservateur au département des imprimés de la Bibliothèque royale.

1515 janvier.— Marie Guichard11 a été nommé secrétaire de la Société des antiquaires de Paris pour l'année courante.

  • 12 Charles Weiss atteint 63 ans.
  • 13 Elisabeth Travelet-Weiss, alors âgée de 15 ans (Bourguignon-lès-Morey 1827-Besançon 1853), fille d (...)

1616 janvier.— C'était hier l'anniversaire de ma naissance12 ; il a été célébré aujourd’hui chez Migeon par mes amis d'élite auxquels s'était réuni Marmier, resté pour cet objet à Besançon, avec une effusion de cœur qui m'a vivement touché. Dans la journée, il m'avait envoyé par une jardinière un bouquet charmant, chose assez rare dans la saison en un pays où la culture n'est pas aussi avancée que la civilisation. Lorsque nous nous sommes mis à table, il a tiré de sa poche un verre de couleur bleue dans son étui qu'il m'a prié d'accepter pour m'en servir dans les occasions solennelles. Au dessert, il m'a récité des vers composés à ma louange dans lesquels je n'ai trouvé à reprendre que l'épithète de savant dont personne mieux que moi ne sait combien je suis peu digne, mais que d'ailleurs, à ma honte, je n'ai jamais envié ni désiré de mériter. Ces vers charmants pleins de négligence, de facilité et de nobles sentiments, m’ont ému doucement. Viancin a chanté ensuite des couplets dans lesquels il a fait la critique de mes défauts ; c'était de sa part une contrevérité très aimable, mais il a manqué de tact et de goût en me reprochant de ne pas aller à la messe, car s'il est vrai que je n'y vais pas régulièrement tous les jours commandés par l'église, il l'est aussi que j'y assiste assez souvent les jours où l'audition de la messe n'est pas d'obligation ; et puis cela n'est pas bien de reprocher à un ami quelque chose qui peut être pris au sérieux par des gens malveillants. Enfin Pérennès a couronné la séance par des vers où il exprime le vœu que nous puissions nous retrouver à ce banquet de l'amitié dans trente ans. C'est beaucoup promettre à l'âge que j'ai et je ne le voudrais pas si je me sentais décliner sensiblement, mais j’ai fait bonne contenance et les verres se sont entrechoqués avec une allégresse que je n'oublierai jamais. Ma petite fille13 à qui j'ai raconté ce qui s'était passé à ma fête en a été plus émue que moi quoique mon récit fut des plus simples, car je crains d’exciter son imagination. Heureux privilège de son âge, qui est compensé par tant de désagréments que je ne l'envie pas.

1717 janvier.— Ch. Laumier, que nous avons fait venir de Paris pour le mettre à la tête du Franc-Comtois, ne remplit pas notre attente. Auteur de quelques romans estimables et de diverses pièces de poésie marquées au coin d'un véritable talent, nous pensions avoir à faire à un littérateur ; sa manie est de se croire un publiciste distingué et le voilà qui remplit une feuille destinée exclusivement à notre province de discussions sur les plus hautes matières de la politique. Des lettres qui me sont arrivées de tous les côtés nous avertissent que nous faisons fausse route, mais notre Montesquieu persiste dans ses dires, persuadé que ses tartines doivent avoir une influence plus ou moins éloignée sur les affaires du pays. C'est là un nouveau genre de folie et, bien malgré moi, j'ajoute Laumier à la liste déjà nombreuse des franc-comtois auxquels il ne manque que du bon sens pour être des hommes distingués.

1818 janvier.— Marmier est parti ce matin pour Pontarlier où il se reposera des dîners de Besançon et préparera un morceau qu'il viendra lire à la prochaine séance publique de l'Académie.

1919 janvier.— La dernière brochure de Proudhon, Avertissement aux propriétaires, a été saisie aujourd'hui par ordre de M. le procureur général. Cette mesure a, dit-on, été le résultat d'une délibération de la cour royale, les chambres assemblées, qui a décidé que l'auteur serait poursuivi. Proudhon, en ce moment à Paris, ne sera pas médiocrement étonné en apprenant la nouvelle.

  • 14 Chalon d'après l'Annuaire du Doubs.

2020 janvier.— A part la saisie de la brochure de Proudhon qui est vraie, tout ce que j'ai dit dans le précédent article est inexact. Elle a été saisie par ordre du procureur du roi Chalons14 et la cour ayant refusé d'évoquer la connaissance de l'affaire, la saisie a été déférée à la chambre des mises en accusation qui décidera s’il y a lieu d'y donner suite et de poursuivre l'auteur. Cette décision ne se fera pas attendre, mais il est cependant probable que Proudhon ne sera pas renvoyé aux assises prochaines qui commenceront le 24. Autrement, il serait dans la nécessité de faire défaut.

  • 15 En fait Mathy ou Matty de la Tour, ingénieur ordinaire de 1ère classe des Ponts et Chaussées à Gra (...)

2121 janvier.— M. Perron a communiqué à l'Académie un travail complet de M. l'ingénieur Matil15 sur les fameuses mosaïques de Membrey.

2222 janvier.— Viancin se propose de concourir une seconde fois à l'Académie des jeux floraux pour le prix de l'ode. Sa pièce intitulée La Poésie me paraît infiniment supérieure à celle qui fut couronnée l'année dernière et dont le succès le surprit lui-même presque autant que moi.

2323 janvier.— La chambre des mises en accusation a rendu une ordonnance qui maintient la saisie de la brochure de Proudhon et déclare qu'il y a lieu à le poursuivre devant les tribunaux ; en conséquence, il est convoqué à comparaître devant la cour d'assises le jeudi 3 février prochain. M. Jobard, ancien député, est chargé de suivre l'accusation, mais il est probable que Proudhon, maintenant à Paris, ne sera pas de retour pour cette époque et qu'il se laissera condamner par défaut.

  • 16 Jean-Baptiste Lemonnier (Thionville 1759-Salins 1842), associé correspondant de l'Académie de Besa (...)

2424 janvier.— Le journal Le Salinois annonce la mort de M. Lemonnier16, ancien employé des salines, membre correspondant de l'Académie de Besançon. C'était un excellent bibliophile qui avait formé une belle collection de livres rares et précieux dont la plus grande partie périt dans l'incendie de Salins.

  • 17 Noël du Fail, seigneur de La Herissaye (Près de Rennes v.1520-1591). Ce magistrat du présidial de (...)

2525 janvier.— Guichard m'annonce qu'il prépare une nouvelle édition des Contes d'Eutrapel qui paraîtra dans les premiers jours de février, mais il me dit en même temps que son imbécile d'imprimeur a jugé à propos de rajeunir la vieille orthographe de Fail17 et qu'il est désolé de cette stupide ânerie.

2626 janvier.— Laumier est décidément un homme intraitable et j’aurais dû m’en douter depuis longtemps : il compose son journal d'articles pillés à droite et à gauche sans prendre même la peine d’en corriger le style qui n’est pas même correct. Des répétitions fréquentes, des phrases inintelligibles défigurent tous les numéros, et ce qu’il y a de pis, c’est qu’aucun de nous n'a le droit de lui en parler ; il se croit la science infuse et nous regarde tous comme des envieux ou des ennemis. On n'a jamais poussé plus loin la stupidité et je ne m'étonne plus qu'il soit arrivé à 60 ans sans avoir pu s’assurer une existence honorable.

2727 janvier.— Séance publique de l'Académie. Le discours du président, M. Ed. Clerc, ne soutiendrait pas la lecture ; je ne me souviens pas d'avoir jamais rien entendu de plus mal écrit. M. Trémolières a lu d’une faible voix un fragment de son poème sur les gens mariés ; le sujet est anti-poétique s’il en fut et il aurait fallu vraiment plus de talent qu'il n'en a jamais eu pour le rendre supportable. Le rapport de M. Pérennès sur les travaux annuels des académiciens n’a rien offert de bien saillant, mais il a saisi avec l'habileté qui le caractérise la présence de X. Marmier pour s'élever à quelques considérations sur l'amour du sol natal qui m'ont paru très remarquables. Les Stances de Demesmay sur la mort de Mme Pourtier de Chaucenne ont obtenu la sympathie de l’assemblée, malgré le mauvais débit du poète qui ne se doute pas de l’art de lire les vers. M. Dusillet fils, académicien nouvellement élu, a fait suivre son discours de remerciement d’un chapitre de ses mémoires inédits intitulé L'attaque de nuit ; cette narration simple, naïve, rapide a obtenu le plus grand succès : je l'avais prédit et je suis bien aise de ne m'être pas trompé. Mais la lecture de Marmier, improvisation chaleureuse, a réuni tous les suffrages et les méritait. Les Stances de Laumier, qui ont terminé la séance, mal lues et par conséquent mal entendues, n’ont pas produit d'effet.

2828 janvier.— M. Prétet, maréchal de camp du génie, né à Cramans (Jura), est mort le 22 de ce mois à Metz où il remplissait les fonctions de commandant de l'école. C'était un homme sec, dur, ne voyant rien au monde que des remparts et des casemates. On n'a pas encore oublié à Besançon que c'est lui qui a commencé, sans aucune nécessité, la dévastation de la belle promenade de Chamars, et qu'il a fait démolir la tour de l'église Saint-Paul, monument du XIIe siècle, malgré les instances de toutes les autorités, d'accord cette fois pour en demander la conservation.

  • 18 Dans le compte-rendu de l'Album franc-comtois de la séance de l'Académie, la plume caustique de Be (...)

2929 janvier.— Dans sa dernière séance, l'Académie a nommé associés résidants MM. Meusy, professeur de littérature ancienne à la Faculté des lettres, et Navand, conseiller à la cour royale ; dans la classe des associés correspondants M. le docteur Pratbernon, à Vesoul. On dit que Belamy doit attaquer les élections dans le premier numéro de l'Album franc-comtois18.

3030 janvier.— Proudhon est arrivé de Paris pour comparaître aux assises ; il est assigné pour jeudi 3 février prochain. La chambre des mises en accusation, dont M. Ed. Clerc fait partie, a retenu la prévention d'attaque à la religion fondée sur ce qu'il se moque du parti que les prêtres tirent des indulgences. Il est impossible qu'il ne soit pas acquitté sur ce chef et c'est une grande faute de la part des magistrats que de ne pas l'avoir écarté. Au surplus Proudhon paraît très satisfait d'être enfin reconnu dans son propre pays comme un homme dangereux.

  • 19 Mgr Gousset.

3131 janvier.— Le mandement de Mgr de Reims19 pour le carême est un chef-d'œuvre d'éloquence douce et persuasive et de charité chrétienne, mais à moins de supprimer tout à fait ce temps de jeûne et d'abstinence, il ne sera pas possible de le limiter plus qu'il ne l'a fait. L'usage de la viande n'est interdit qu'à dater du dimanche des rameaux. C'est presque le carême impromptu dont parle Gresset dans une de ses plus jolies pièces.

Février 1842

321er février.— Marmier a été reçu par ses compatriotes de Pontarlier avec une solennité à laquelle il ne se serait guère attendu il y a quelques années. Il y a eu un bal en son honneur et le lendemain un grand dîner par souscription à l'hôtel de ville. C'est vraiment admirable.

332 février.— Mon ambitieux ami Viancin ne se contente pas de disputer encore l'églantine cette année aux jeux floraux, mais il concourt encore le prix de l'élégie et celui de l'hymne à la Vierge. Il m'a communiqué seulement aujourd'hui ces deux pièces qui me semblent bien faibles. Son ode, quoique faite beaucoup trop vite et pêchant par le plan, renferme de grandes beautés.

  • 20 Constant Tripard (Lods 1812-Arceau, Côte-d'Or, 1884). Reçu avocat à la cour royale en 1835, élu as (...)

343 février.— Proudhon a comparu aujourd'hui devant la cour d'assises ; il a été défendu par l'avocat Tripard20. Il a lu lui-même une espèce de justification qui n'était autre chose qu'une diatribe contre les philosophes et les académiciens de Besançon dont il a eu l'impudence de désigner quelques-uns qu'il ne connaît que par les services qu'il en a reçus. Le jury a déclaré que le volume qui lui a été déféré ne contenait pas d'attaque à la propriété et par conséquent que l'auteur n'était point coupable. Proudhon a été accompagné à sa sortie par les jeunes gens qui partagent ses principes, et peu s'en est fallu, dit-on, qu'il n'ait eu les honneurs de l'ovation dans la rue des Granges. Eh bien, que dira maintenant M. le premier président qui voulait que son ouvrage sur la propriété fût poursuivi. Je n’en sais rien ; mais ce que je sais bien c'est que son absolution est un scandale qui afflige profondément tous les amis de l'ordre public.

  • 21 Le Franc-Comtois du 5 février donne un compte-rendu du procès de Proudhon signé Filingre ; un arti (...)

354 février.— Le triomphe de Proudhon ne sera pas aussi complet qu’il l'avait espéré. Il s'est enfin trouvé quelqu'un pour entrer en lutte avec lui et qui, sans s'effrayer de ses injures et de ses menaces, saura le réduire à sa véritable valeur qui est assez mince. Perron, qui avait eu la curiosité d'assister à l’audience où Proudhon a eu à se défendre de ses publications, en est sorti si profondément indigné de l'ingratitude et de la lâcheté de cet homme d'une nature perverse qu'il a résolu de lui donner une publique leçon de morale et de bienséance dans un article qui sera inséré dans le premier numéro du Franc-Comtois21.

  • 22 Eugène-François-Jean-Baptiste Crestin d'Oussières, né à Arbois en 1793, sera maréchal de camp.

365 février.— M. d'Oussières22 colonel du génie, invité par les belles dames de la société à donner un bal, a pris le jour qui leur convenait le mieux pour les réunir à une brillante soirée. C'est aujourd'hui même qu'elle aura lieu, mais quelques-unes de ces dames ont réfléchi que M. d'Oussières étant employé par le gouvernement, il se pourrait qu'on trouvât chez lui des fonctionnaires militaires et même civils et qu'alors on les compromettrait en y allant. Je ne pense pas qu'il y en eût beaucoup parmi les jeunes hommes qui tiennent à ce scrupule, mais la question de savoir si l'on irait ou n'irait pas à ce bal a été sérieusement agitée. C'en est assez pour faire juger où nous en sommes encore après douze ans.

  • 23 Voir le Journal, 29 janvier 1842 (note sur cet article) et 3 avril 1838 (notice sur le personnage)

376 février.— L'Album franc-comtois contient un article de M. Th. Belamy23 sur les dernières élections de l'Académie, qui mériterait une solide réponse si ce n'était se compromettre que de repousser des injures parties de si bas. Il est inouï que le fugitif écrivain du Raseur abuse encore une fois de la patience de ses compatriotes, mais ce que l'on a pardonné peut-être à tort à l'écolier imberbe ne peut s'excuser dans un homme parvenu à l'âge où d'ordinaire la raison est venue : on ne se venge de l'insecte incommode qu'en l'écrasant.

387 février.— Le préfet a donné un bal pour la clôture des plaisirs de l'hiver : quatre cents personnes au moins y ont assisté. Quoique je ne fusse du nombre, je sais que la gaieté la plus franche a régné dans la soirée. La danse n'a pas cessé avant trois heures du matin et les joueurs d'écarté ne se sont retirés qu'au jour.

398 février.— Aujourd'hui mardi gras, on a vu dans l'après-midi quelques masques monter et descendre dans la Grande Rue, mais le nombre s'en est accru dans la soirée et vers les dix heures du soir l'affluence en était si considérable que l'on peut conjecturer que le bal de la comédie sera bien garni.

409 février.— Proudhon a écrit au rédacteur du Franc-Comtois une lettre dans laquelle il le somme de nommer les académiciens qui ne partagent pas ses doctrines, sous peine d'être déclaré infâme. Cette lettre pleine d’injures et rédigée de la manière la plus grossière ne pouvait pas être accueillie dans le journal et Perron s'est chargé d'en donner la raison à l'auteur.

  • 24 Duchâtel, officier breton, prévôt de Paris en 1413, soupçonné d'avoir été l'instigateur du meurtre (...)

4110 février.— M. Clerc a rapporté de Dijon un plâtre de la tête de Jean sans Peur, tué sur le pont de Montereau par Duchâtel24, et en a fait hommage au Cabinet Paris.

4211 février.— Le conseiller Demesmay m'a remis de la part de son fils Camille, jeune statuaire plein d'avenir, une jolie statuette de Flore qui doit augmenter les richesses de notre musée provincial.

4312 février.—. M. le préfet est parti hier pour Paris où il va soutenir les droits de la ville de Besançon au chemin de fer qui doit relier Mulhouse à Dijon. Il a tellement excité le zèle des habitants en faveur de ce projet qu'il aurait des fonds suffisants pour exécuter le chemin de fer de Besançon à Dijon sans l'appui du gouvernement.

  • 25 Martin du Nord, ministre de la Justice et des Cultes
  • 26 Marnotte présentera en 1844 à l'Académie de Besançon un “Essai sur les moyens d'opérer la restaura (...)

4413 février.— Les plans de réparation de la cathédrale et du clocher qui serait reconstruit presque entièrement sont terminés ; avant de les adresser au ministre25, Mgr l'archevêque a voulu les communiquer aux personnes qu'il a cru le plus propres à juger de leur importance et je ne sais pourquoi je me suis trouvé au nombre des élus. C'est réellement très beau mais la dépense qui s'élèvera à plus d'un million pourra bien en faire ajourner l'exécution26.

  • 27 Le projet n'aboutira pas.

4514 février.— On parle d'un nouveau journal comme prêt à paraître à Besançon ; il aurait pour titre Le Progrès, et pour rédacteurs MM. Proudhon et Belamy. Si réellement cette idée jetée en avant a jamais des suites, on peut s'attendre à de belles choses27

4615 février.— M. le professeur Grenier vient de recevoir du directeur du Jardin botanique de Saint-Petersbourg un envoi considérable de plantes et de graines que, faute d'un jardin à Besançon, il est obligé d'envoyer au directeur du jardin de Dijon.

4716 février.— Dans la nuit du 14 au 15, un incendie a éclaté dans la rue de Battant près de l'hospice de Bellevaux. Les secours sont arrivés assez promptement pour préserver une partie de la maison dont le premier étage a seul été la proie des flammes. Personne n'a péri.

4817 février.— Le fils de M. Curasson a fait hommage du buste de son père à la Bibliothèque ; il est placé provisoirement dans la nouvelle salle où se trouvent les ouvrages de droit. Ce buste fait honneur au talent de M. Maire.

4918 février.— Proudhon vient de faire imprimer, ainsi qu'il l'avait annoncé, la défense qu'il a prononcée devant la cour d'assises ; mais il en a retranché les passages les plus virulents. L'on conclut de cette déférence, la première qu'il ait eue pour l'opinion publique, qu'il est en voie d’amendement ; je le souhaite de grand cœur, mais je ne puis croire qu'un homme aussi orgueilleux puisse jamais se corriger.

  • 28 Augustine Dufresne, 1789-1842. Quelques erreurs à relever dans cette note : Augustine Dufresne, bi (...)

5019 février.— Madame Gros, veuve du peintre célèbre à qui l'on doit les Pestiférés de Jaffa, les pendentifs du Panthéon et une foule de chefs d'œuvre, était née à Besançon ; elle se nomme Dufresne. Par son testament, elle a légué au musée de notre ville son portrait peint par son mari, celui de son fils peint par Ingres et enfin une Baigneuse de Gros28.

5120 février.— Jos. Bard (de la Côte-d'Or) est arrivé ici hier matin, sans autre but que celui de voir ses amis et de visiter pour la seconde ou troisième fois notre cathédrale de Saint-Jean, dont il se propose de parler d'une manière détaillée dans un ouvrage sur l'architecture religieuse qui, dans ce moment, est sous presse. Je lui ai parlé des réparations que l'archevêque se propose de faire à cette église et que j'avais trouvées très bien entendues, en lui faisant espérer qu'il pourrait voir les plans qui ne doivent pas être encore partis pour Paris. Dans l’après-midi, nous sommes allés à l'archevêché et Monseigneur a eu la complaisance de nous faire voir ces plans restés dans son cabinet. Mais Jos. Bard, qui a fait une étude spéciale de la matière, les a trouvés détestables en tout point. La critique très juste a porté principalement sur le clocher qui ne serait nullement en rapport avec le style de l'église, sur l'inutilité de prolonger le chœur, ce qui détruirait toute l'harmonie de la nef, et enfin sur le ridicule qu'il y avait à percer de nouvelles fenêtres dans une église dont le jour naturel plein de mystère invite à la prière et au recueillement. Ses observations, présentées avec politesse, n'ont point été du goût de l'archevêque qui paraît être le véritable auteur de toutes ces innovations, et il s’est empressé d'éconduire le véridique Jos. Bard, qui s'est trouvé très offusqué du ton cavalier du prélat.

5221 février.— Le Franc-Comtois de samedi contient une fable allégorique de Viancin sur le procès de Proudhon qui me semble fort jolie et qui ne doit, je pense, blesser personne. Il m'avait communiqué sa pièce pour lui en dire franchement mon avis ; ne la trouvant pas bonne, je me suis amusé à la refaire : à son tour, il l'a retravaillée sur mes idées et en a fait un des plus agréables morceaux qui soient sortis de sa plume.

  • 29 A la jonction de la rue des Martelots et de la place Jean-Comet, à côté de l'hôtel Petit de Mariva (...)

5322 février.— Notre jeune peintre Lunteschutz vient d'arriver ici pour satisfaire à la loi de la conscription, mais il se propose d'utiliser son séjour de deux ou trois mois en faisant des études de paysages dans nos environs ou en reproduisant par la lithographie quelques-uns des plus beaux ouvrages que nous possédons ; il s'est passionné tout d'abord pour le plafond peint par Chazerand dans l'hôtel de Camus, place Dauphine29 et nous pouvons espérer de le voir dans un des prochains numéros de l'Album.

5423 février.— On vient de mettre en vente la quatrième livraison des Mémoires de la Société d'émulation, qui complète le premier volume. Cette livraison plus variée que les précédentes contient la liste des membres jusqu'ici peu connus dont le président honoraire est M. le comte d'Udressier, le vice-président annuel est César Convers et le trésorier Jules Crestin.

5524 février.— A la séance ordinaire de l'Académie, le président Maurice a lu un rapport très bien fait et fort intéressant sur le curieux ouvrage de M. Flourens dans lequel il rend compte des travaux de Frédéric Cuvier sur l'instinct des animaux, leur intelligence, leur sociabilité, etc...

5625 février.— La mairie paraît enfin vouloir faire droit aux plaintes qui s'élèvent de toute part contre le mauvais état des promenades publiques ; dans ce moment elle fait recharger de retailles de pierre la grande allée de Chamars et, comme le dit L'Impartial, il ne s'agira plus que de la recouvrir de sable pour la rendre praticable.

5726 février.— Alexandre de Saint-Juan est de retour ce matin de Paris où il a passé quatre mois menant la vie d'écolier, quoiqu'il ait sur son aveu fréquenté assez peu les cours de l'école de droit. Il se plaint non sans quelque raison que son père, qui connaissait les défauts de son caractère, l'ait laissé aller seul dans cette grande ville où des hommes plus âgés et plus fortifiés que lui contre les attraits du vice ne laissent pas d'y succomber. De son voyage à Paris où il ne tardera pas de retourner, il rapporte quelques chapitres d'un roman en vers dont il est le héros et qu'il nomme Gabriel. Il nous en a lu ce soir à Viancin et à moi plusieurs fragments qui prouvent que, s'il n'a pas fait de progrès dans le droit, il en a fait dans l'art de la composition, qu'il entend l'agencement d'un sujet et qu’il a beaucoup gagné sur le rapport de la versification.

5827 février.— Le baron Martin de Gray m'a envoyé la première partie de l'ouvrage qu’il prépare sur Napoléon pour lui en dire mon avis. Je l’ai lue et je n’en suis rien moins que satisfait. Dans son début et dans quelques morceaux assez rares, on reconnaît l'homme familiarisé avec les historiens de l'antiquité, mais c'est là tout. Son style flasque et enflé, ses phrases longues et traînantes, quelquefois embarrassées, trahissent à chaque instant son peu de talent comme écrivain. La fameuse campagne d'Italie, déjà tant racontée, l'est ici d'une manière si détaillée qu’elle ne comprend pas moins de cent pages que l'on pourrait réduire à huit ou dix sans rien perdre d'intéressant. Les proclamations et les ordres du jour qu'il insère tout au long de son récit ne servent qu'à faire ressortir davantage son inexpérience dans l'art du style. En résumé, cet ouvrage ne mérite pas d'être publié. Voilà ce que je pense, mais que je ne lui dirai pas, du moins d'une manière aussi crue.

5928 février.— Perron a retrouvé dans les compositions de sa première jeunesse le canevas d'un roman dans lequel il se proposait d'encadrer avec des descriptions des plus beaux sites de la province les principaux événements de la Révolution en Franche-Comté. Les passages qu'il m’en a lus ce soir ne manquent pas d'intérêt ; et d'ailleurs il a du talent comme écrivain, aussi je l'ai encouragé à continuer ce travail qui d'ailleurs a l'avantage de le délasser d'études plus sérieuses et plus importantes.

Mars 1842

601er mars.— L'abbé Duronzier, frère de nos jeunes ecclésiastiques qui annonçaient le plus de goût pour les sciences, est mort le mois dernier au petit séminaire de Consolation, âgé d’un peu plus de trente ans. Il s'est distingué au Congrès de Besançon où il a soutenu une lutte assez vive contre Perron sur le mode de l'enseignement de la philosophie dans les écoles universitaires et a lu un mémoire sur les désinences de la langue grecque dont il avait fait une étude approfondie. Son plus vif désir, qui ne s'est pas accompli, était d'être employé à la prédication de l'Evangile dans les missions des Indes.

612 mars.— Mgr l'archevêque est allé voir la sainte Philomène de Lancrenon, et plus scrupuleux encore que M. le curé de Ste-Madeleine, au lieu d'un ange, il en a condamné deux comme suspects de grande indécence et de provocation aux désirs charnels. Lancrenon a déclaré qu'il garderait son tableau et il a très bien fait. Il est heureux pour l'art et même pour la religion que les saints pontifes de la Renaissance n'aient pas eu les mêmes scrupules que notre digne prélat : que de chefs d’œuvre nous aurions perdus et, en outre, un des plus beaux chapitres du génie du christianisme.

623 mars.— Nous avons appris ce matin la nouvelle de la mort de M. Jouffroy ! Quelle perte pour le pays et pour ses nombreux amis ! C'était l'homme le plus complet qu'eut jamais produit notre pauvre province à laquelle il était si dévoué, et de longtemps il ne sera remplacé. L'amitié qu'il me portait est la chose qui m'a le plus honoré à mes yeux ! Je me suis souvent senti fier d'avoir été distingué par un homme d'un esprit aussi éminent.

  • 30 Louis-Joseph-Achille-Amédée Oudet, âgé de 33 ans, que l'archevêque venait de nommer curé de Vesoul (...)
  • 31 La date de décès donnée par Brune (15 décembre 1840) est erronée : Auguste-Louis-Henri Charpentier (...)

634 mars.— Les obsèques de l’abbé Oudet30 ont eu lieu aujourd'hui dans la chapelle de l'hôpital Saint-Jacques dont il était aumônier. L'archevêque y assistait avec tout son clergé. Le corps est resté exposé depuis les huit heures du matin jusqu'à la nuit et pendant tout ce temps l'affluence des personnes qui sont venues le visiter a été si grande qu'il a fallu prendre des précautions pour éviter les accidents : c'était à qui s'approcherait de plus près pour faire toucher au cercueil un lien, un chapelet ou d'autres objets. Toute la ville le regarde comme un saint ; son portrait sera fait par Charpentier31 et si, comme je le crois, il est lithographié, il se vendra par milliers.

645 mars.— La fonte des neiges de la montagne a élevé les eaux du Doubs à une assez grande hauteur. Hier, un des bateaux à lessive amarrés derrière Bellevaux a été entraîné par le courant et, après s’être brisé contre les arches du pont, est venu échouer à Tarragnoz. Personne n'a péri.

656 mars.— Tous nos artistes sont occupés à reproduire les traits de l'abbé Oudet, que la voix publique proclame un véritable bienheureux. On voit déjà dans l'atelier de Girod une lithographie qui le représente sur son lit de mort, mais cette lithographie due au crayon de Bertrand, qui n'avait produit jusqu'ici que des caricatures, est très mauvaise. J'augure beaucoup mieux d'un petit buste dont j'ai vu l'ébauche dans l'atelier du jeune Franceschi, enfant d'une grande espérance.

667 mars.— Le même sculpteur dont nous venons de parler, le jeune Franceschi, a fait un médaillon de Flajoulot, son premier maître, qu'il se propose d'exécuter à ses frais en marbre blanc pour décorer la tombe que le conseil municipal doit lui élever au cimetière des Chaprais où il est inhumé.

  • 32 Le conseiller Donat Demesmay ne sera pas candidat, et c'est son neveu Auguste Demesmay qui sera él (...)

678 mars.— Il est déjà question de nommer un député pour l'arrondissement de Pontarlier, en remplacement de Jouffroy. Parmi les candidats qui se mettent sur les rangs, celui qui paraît avoir le plus de chances est M. le conseiller Demesmay32, récemment nommé chevalier de la Légion d’honneur.

689 mars.— Perron m’a communiqué la notice sur Jouffroy qu'il a rédigée pour Le Franc-Comtois ; elle n'est pas précisément mauvaise, mais je m'attendais à beaucoup mieux d'un homme comme lui, parlant de Jouffroy. Dans quelque temps, j'ai l'intention d'écrire aussi quelque chose sur mes rapports avec notre grand philosophe, mais j'attends pour m'en occuper que nous soyons débarrassés complètement des éloges officiels et des discours académiques.

6910 mars.— J'ai assisté aujourd'hui à un examen de la chapelle de la métropole sur l'invitation de Mgr l'archevêque. J'aime la musique, mais je ne connais pas la valeur d’une note ; ainsi j’étais là fort déplacé. Cependant j’ai tenu ma place dans un bon fauteuil tout comme un autre. La chapelle se compose de 24 enfants dont la plus grande partie n’ont pas de voix ou chantent faux ; quelques-uns cultivent la musique instrumentale et m'ont paru plus insupportables encore que leurs confrères [...]. Mais Monseigneur est enchanté de son œuvre, et personne n'oserait lui dire qu’il se trompe. Ainsi la chapelle, à moins d'un miracle que je n'espère pas, restera longtemps encore ce qu'elle est, c'est-à-dire la plus mauvaise du royaume et ce n'est pas peu dire.

7011 mars.— Le Journal de la Haute-Saône m’apprend la mort aussi subite qu’imprévue du docteur Pratbernon, médecin à Vesoul et récemment nommé membre correspondant de l'Académie de Besançon. Il avait à peine 50 ans et semblait destiné à prolonger très loin son honorable carrière. C'est une perte irréparable pour sa famille et pour le département. En mon particulier je le regrette bien vivement.

  • 33 La Bibliothèque de Besançon conserve deux opuscules signés Rameaux, dont l'un édité à Strasbourg e (...)

7112 mars.— J'ai dîné aujourd'hui chez Me Ravier avec M. Rameaux, d'Annoires, son parent, professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg. M. Rameaux a la réputation d'un homme instruit et laborieux ; dans le peu de temps que nous avons passé ensemble, je l'ai jugé modeste, obligeant et très bon compatriote. Il est auteur de quelques opuscules33 qu'il m'a promis de m'envoyer pour la Bibliothèque.

7213 mars.— Le capitaine Renaud, l'un des plus zélés disciples de Fourier, vient de publier sous le titre de Solidarité un nouveau commentaire sur la doctrine de son maître. Cet ouvrage restera inconnu comme tant d'autres de la même fabrique, ou bien il en sera porté un jugement dans Le Franc-Comtois, ce qui nous dispense nous-même d'en parler plus en long.

7314 mars.— Muiron a distribué hier aux abonnés de son journal un petit pamphlet intitulé : Déni et couardise du Franc-Comtois. C’est une réponse que nous avons refusé d'insérer à deux articles contre la doctrine de Fourier dont il s'intitule gravement le premier disciple. Ma première pensée a été de lui répliquer, mais je crois qu'il vaut mieux le laisser parler le dernier dans cette discussion oiseuse puisqu’elle est sans résultat.

  • 34 Henri Boissard, de Pontarlier.

7415 mars.— C'est le 9 avril qu'est convoquée l'assemblée électorale à Pontarlier pour nommer un député à la place de M. Jouffroy. Parmi les candidats, on cite déjà M. Boissard34, conseiller à la cour royale de Dijon, et le comte d'Estemod, tous les deux d'origine franc-comtoise mais nés en Bourgogne. Ainsi la Franche-Comté, si fière il y a quelques années, serait maintenant réduite à quêter des députés dans les provinces voisines. Pauvre pays !...

  • 35 Une des deux filles de M. de Bouzies de Champvans, directeur des haras.

7516 mars.— La comédie de Mlle de Bouzies35 est intitulée A force d'amour. C'est un petit acte fort agréable ; l’exposition est très bien faite, et la scène qui amène le dénouement est très intéressante. J'étais loin d'imaginer que l'auteur eût autant de ressources dans l'esprit. Certainement, un auteur de profession aurait tiré un meilleur parti de la donnée, mais c'est quelque chose que de l'avoir trouvée et d'avoir su y adapter un dialogue vif, spirituel et toujours naturel.

  • 36 L'abbé Jean-Baptiste Rose (Quingey 1714-1805) s'intéressa à l'histoire, aux mathématiques, à la mi (...)

7617 mars.— Le conseiller Béchet va faire lithographier le portrait du grand-oncle de sa femme, l'abbé Rose36, auteur d'un traité de morale couronné par l'Académie de Dijon, d'un essai sur les courbes loué par l'Académie des sciences et de différents autres ouvrages qui prouvent moins un grand écrivain, du moins un homme de mérite.

  • 37 Au lycée Charlemagne en 1840 : Jouffroy, en parlant du devoir, « véritable but de la vie et vérita (...)

7718 mars.— Damiron, le successeur de Jouffroy dans la chaire de philosophie de la Faculté de Paris m'a adressé les quelques mots qu'il a prononcés en terminant sa leçon du 9 de ce mois sur notre illustre et à jamais regrettable ami. Il y a rappelé le discours de Jouffroy à une distribution de prix qu'il présidait il y a dix-huit mois37, morceau bien fait pour donner une haute idée de son remarquable talent.

  • 38 Une lettre de Bousson de Mairet du 26 octobre 1840 signale à Weiss ce médecin demeurant à Dole, ve (...)

7819 mars.— On commence à Arbois l'impression de la Biographie franc-comtoise du médecin Morelle de Bucey38. C'est tout simplement la reproduction des articles que j'ai fournis à la Biographie universelle avec des additions tirées des almanachs et des journaux de la province. Bousson de Mairet, qui s'est chargé de surveiller cette édition, m'a envoyé les premières feuilles en placard en me priant de les corriger. Il me suppose bon enfant, et il a raison.

7920 mars.— Mlle de Bouzies, dont j'ai cité récemment une comédie très agréable, est encore auteur de trois nouvelles qui ne m’ont pas fait autant de plaisir ; du dialogue mince qu'elle <a racontés·, et il y a peu d'invention dans ces petits romans. C’est toujours une femme parfaite, victime de l'homme le plus froid et le plus égoïste que l'on puisse imaginer. L'une de ses nouvelles, intitulée Le roi, fait présumer que l'auteur croit comme beaucoup d’autres personnes, que le dauphin sorti du Temple vit encore dans quelque coin de l'Allemagne ; mais Mlle de Bouzies en raconte des particularités que je ne me souviens pas d’avoir lues nulle part. Le dauphin, vrai ou faux, rentré en France dans les premières années de l'Empire et saisi par la police de Bonaparte ne dut la vie qu'aux sollicitations de Joséphine. Bonaparte lui fit jurer de ne pas réclamer les droits au trône tant qu'il l'occuperait ou ses descendants. Voilà qui explique l'obscurité dans laquelle ce prince a vécu jusqu'à la Restauration. A cette époque, dégagé de son serment, il revient en France, est arrêté par la police royale, mais comme on n'osa pas le mettre en jugement, on lui substitua le sabotier Mathurin Bruneau qui fut condamné à quelques années de réclusion au Mont-Saint-Michel. Le prince sorti de prison fut conduit hors de France par un pieux ecclésiastique qui lui persuada d'embrasser l'état religieux. Devenu prêtre, il a par conséquent abdiqué ses droits au trône, mais il jouit d’une assez grande aisance puisqu'il peut de temps en temps envoyer des sommes considérables aux fidèles sujets de son père. Ces données admises, on peut lire avec intérêt la nouvelle de Mlle de Bouzies, qui me semble la meilleure de toutes celles qu'elle a composées jusqu'ici.

8021 mars.— Les candidats connus pour la députation de l'arrondissement de Pontarlier sont M. Buffet, président du tribunal de l'arrondissement, qui doit sa place à Jouffroy mais qui n'en passe pas moins pour un homme d'un talent assez mince, et M. le conseiller Béchet, qui déclare hautement qu'il se laissera nommer mais qu'il ne fera pas la moindre démarche pour capter les suffrages des électeurs. Un troisième candidat plus sérieux que les deux précédents, c'est M. Boissard, président à la cour royale de Dijon. Né à Pontarlier, M. Boissard est un homme d'un vrai mérite, mais il a 72 ans, âge un peu avancé pour commencer ses débuts dans la carrière parlementaire ; cependant il a plus de chances que ses deux adversaires, puisqu'il a l'appui de la famille Demesmay et qu'il aura probablement celui de la préfecture.

8122 mars.— Les trois tableaux légués par la veuve de Gros au musée futur de Besançon sont arrivés aujourd'hui. La caisse envoyée à la mairie a été ouverte et les tableaux sont dans le cabinet du maire. Lancrenon qui les a vus en est dans l'admiration ; il est particulièrement content du portrait de la mère de Madame Gros, née Madeleine Amaudru, peinte par son gendre à une époque où elle avait perdu la vue. C'est un des chefs d'œuvres de Gros.

  • 39 Faustin Besson (Dole 1821-Paris 1882), peintre, fils de Désiré Besson (1795-1864).

8223 mars.— Le livret de l'exposition parisienne indique les ouvrages de neuf artistes franc-comtois : Edouard Baille, Henri Baron, Faustin Besson39, Adolphe Brune, Jean Gigoux, Lunteschutz, le vicomte de Valdahon. Sept peintres et deux sculpteurs : Camille Demesmay et Huguenin. De ces neuf artistes, quatre peintres et un sculpteur sont de Besançon et tous les autres de Dole.

8324 mars.— Le préfet est arrivé hier de Paris à quatre heures du soir ; il avait quitté la veille le courrier à Dijon pour y voir le président Boissard, son candidat à la députation pour l'arrondissement de Pontarlier. M. Boissard est un homme de 70 à 72 ans, très bon magistrat et fort honnête homme, et le préfet qui le met en avant est à peu près sûr de son élection.

8425 mars.— Quand Laumier prendrait à tâche de rendre Le Franc-Comtois ridicule, il ne pourrait pas agir autrement qu'il ne fait. Il refuse ou n’accepte qu’avec humeur les articles qu'on lui présente et il ne prend pas la peine d'en rédiger lui-même. Je lui avais donné la liste des peintres franc-comtois dont les ouvrages ont été admis à l'exposition ; sur sept, il en a oublié deux, Lunteschutz et le marquis de Valdahon, et les autres, il se contente d'indiquer leurs tableaux avec les numéros d'ordre comme si on voulait aller les voir au musée, Le Franc-Comtois à la main. Décidément Laumier, qui n'a jamais eu un bon esprit, est un homme complètement usé.

8526 mars.— Voici très certainement une nouvelle à laquelle je ne m'attendais pas et même que je ne croyais pas, lors même qu'elle m'avait été dite par quelqu'un de sérieux : Auguste Demesmay, l'auteur des Solitudes et des Traditions, se met sur les rangs pour être député à Pontarlier, et il est presque certain qu'il sera nommé.

8627 mars.— Le mois de mars a presque été aussi froid que le mois de février a été beau. Dans la dernière quinzaine, il est tombé beaucoup de neige ; on assure qu'il y en a eu plus d'un pied en plusieurs chutes dans la montagne. Dans la nuit du 24 au 25, il a gelé à glace et Ton craint que les abricotiers n'aient beaucoup souffert.

  • 40 Vicomte Emile Rigollier de Parcey (Dijon 1795-Villette-lès-Dole 1861), élu député de Dole au premi (...)
  • 41 vicomte Charles Daniel de Boisdenemetz, d'une famille normande, maire de Dole de 1850 à 1858.
  • 42 Ou plutôt Magdeleine, procureur à Dole.

8728 mars.— Dole, comme toutes les petites villes et même les grandes, est exposée aux diseurs de quolibets et de prétendus bons mots. Il ne faut qu'un esprit mal fait pour troubler la population la plus paisible. Besançon a eu il y a quelques années son raseur, maintenant Dole a un faiseur de cancans. C'est sous ce titre qu'un rimeur que je suppose être Bancenel vient de publier une chanson dans laquelle il attaque les principaux citoyens de Dole : MM. de Parcey,40 Boisdenemetz41, Dusillet, Froidevaux, Madeleine42, etc... Cette pièce lithographiée a été mise ce soir dans les serrures des principales maisons, en sorte qu'elle est très répandue.

8829 mars.— Viancin qui assistait le jour de Pâques à la messe pontificale a été si indigné de l'horrible cacophonie si mal à propos décorée du nom de musique, qu'il n'a pu s'empêcher de composer une pièce iambique dans laquelle il exprime tout son mécontentement. Elle m'a paru trop cruelle pour l'insérer dans Le Franc-Comtois, mais Viancin est homme de tête et je ne serais point surpris de le voir passer outre malgré mes représentations.

8930 mars.— D'après ce qui me revient de tous côtés, Auguste Demesmay a les plus grandes chances de l'emporter sur M. Boissard aux prochaines élections de Pontarlier. Le préfet n'attaque point sa candidature mais il empêche sa feuille de le désigner aux électeurs. Il lui fait une guerre sourde qui n'est peut-être pas moins dangereuse que le serait une guerre déclarée.

9031 mars.— Auguste Demesmay, arrivé hier matin de Paris, est parti ce soir même pour Pontarlier sans voir le préfet contre qui il est furieux : il s'est contenté de lui écrire une lettre que j'ai lue ce matin, assez ferme, sans insolence, et qui ne fait qu'ajouter à l'embarras de cet administrateur. Si Demesmay est élu, comme tout le fait présumer, il se rapprochera du préfet qui ne lui tiendra certainement pas rancune ; mais s'il échoue, il ne lui pardonnera jamais cet échec.

Avril 1842

911er avril.— Il paraît une lettre d'un habitant de Besançon à un électeur de Pontarlier en faveur de la candidature de M. Boissard ; cette pièce sort des bureaux de la préfecture et je soupçonne même le préfet de l'avoir rédigée. D'un autre côté, Le Franc-Comtois, par esprit d'indépendance ou peut-être par suite des liaisons de ses rédacteurs, appuie la candidature de Demesmay.

922 avril.— L'Impartial annonce qu'il s'expliquera dans son prochain numéro sur la candidature de M. Demesmay ; comme ce journal est l'organe avoué de la préfecture, je me plais à croire que le préfet n'oubliera pas ses anciens rapports d'amitié et de bienveillance avec le candidat. Dans tous les cas, il doit s'attendre à une vigoureuse réplique car on commence à l'échauffer.

  • 43 Douera, dans l'arrondissement d'Alger, dans les collines du Sahel.

933 avril.— J'ai reçu une lettre de Devoisin qui m'annonce que l’on s'occupe de construire une ville à Douera43 et qui me demande le nom d'un franc-comtois pour le donner à une place ou à une rue de la nouvelle cité. Je lui proposerai de la nommer Moncey.

944 avril.— Auguste Demesmay a envoyé sa profession de foi politique à Bretillot ; elle paraîtra demain dans Le Franc-Comtois avec une lettre de Bretillot en réponse à l'article de L'Impartial dans lequel la candidature d'Auguste est attaquée par le préfet lui-même, mais cette fois il faut en convenir avec plus de mesure qu'il n'en a mise il y a quelque temps contre les députés de la coalition. Un père ne frappe jamais trop fort ; ceci fait allusion à ce que me disait l'autre jour le préfet, qu'il regardait Auguste comme un de ses enfants.

955 avril.— Bidal (Hippolyte) qui revient de faire une tournée comme voyageur d'une maison de Bordeaux, m'a rapporté pour notre musée un sceau antique autour duquel on lit Sigillum conventus de Battendo civ. Bisontinum, et que je crois du XVe siècle.

966 avril.— Le préfet a fait partir M. Maistre, secrétaire de la préfecture, pour surveiller les élections de Pontarlier. M. Boissard, le candidat de l'administration, s'y est rendu aujourd'hui en poste.

977 avril.— Viancin a composé un feuilleton très plaisant sur les élections qui préoccupent tous les esprits et dont on attend les résultats avec une vive impatience. Il a su trouver matière à s'égayer dans un sujet fort triste de sa nature, et je serais fort étonné si ce petit morceau n'avait pas un grand succès.

  • 44 Le décès est indiqué dans l'état civil du Franc-Comtois du 9 avril

988 avril.— Thomas Maruliers, mort le 3 de ce mois à l'hôpital âgé de 80 ans44, doit figurer dans l'histoire de la Révolution dans les départements. Il a été commandant de la garde nationale à Besançon en 1793.

999 avril.— M. le préfet, qui m'a fait l'honneur de venir me voir ayant su que j'étais indisposé, m'a dit qu’il lui était égal de voir nommer Auguste ou M. Boissard pour député de l’arrondissement de Pontarlier.

10010 avril.— A 10 heures du soir, le courrier a apporté la nouvelle qu’Auguste Demesmay avait été élu député à la majorité de près de 30 voix. Cette nouvelle a été répandue sur-le-champ dans les cafés en sorte qu'elle a été sue par toutes les personnes qui portaient intérêt à cette nomination.

  • 45 Villemain.

10111 avril.— Le ministre de l'Instruction publique45 a donné l'ordre d'exécuter le buste en marbre de Jouffroy pour le placer dans une des salles de l'Institut.

10212 avril.— On connaît le jugement de l'Académie des jeux floraux sur les pièces envoyées au concours de cette année. Viancin, qui avait concouru pour l'ode, l'idylle et le sonnet, n'a rien obtenu : tous les prix ont été décernés à des poètes de Toulouse ou des départements voisins.

10313 avril.— L'abbé Ballot, curé de Frétigney, est décidément un homme d'un rare mérite ; il est inconcevable qu'ayant appris pour ainsi dire à lire à l’âge de 22 ans, il ait pu faire des progrès aussi rapides dans les lettres et les sciences. Mathématicien très remarquable, il possède à fond les langues anciennes et l'allemand. Maintenant, il étudie l'hébreu autant que le lui permettent les devoirs auxquels le caprice de l'archevêque l'assujettit. J'ai causé avec lui cet après-midi pendant plus de cinq heures de temps et je lui ai reconnu autant de douceur et de modestie que de talent.

10414 avril.— L'Académie a décidé, sur la proposition de M. de Magnoncour, qu’il serait élevé une statue en marbre à M. Jouffroy, au moyen d'une souscription en tête de laquelle elle se place pour 500 francs.

10515 avril.— Notre président de l'Académie, M. le conseiller Ed. Clerc, qui n'assistait point hier à la séance à raison d'un rhume qu'il voulait faire passer en se promenant au soleil, s'est prudemment avisé d'aller consulter Mgr l'archevêque sur la question de savoir s'il était convenable d'élever un monument à la mémoire de M. Jouffroy, philosophe anti-chrétien. Monseigneur lui a répondu qu’il fallait bien s’en garder, et la question posée ainsi, l'archevêque ne pouvait pas répondre autrement. Alors M. Ed. Clerc est venu nous raconter à Pérennès et à moi la réponse de Mgr l'archevêque, en ajoutant que si l’Académie persistait dans son projet, lui ne pourrait pas y donner les mains et qu'il ne souscrirait pas. Voilà le grand mot lâché, l'être ou n'être pas d'Hamlet.

  • 46 “Improvisation à M. Auguste Demesmay”, dans le no 7 du Franc-Comtois (19 avril 1842).

10616 avril.— Alexandre de Saint-Juan a improvisé des vers à Demesmay sur la députation, qui ne sont pas mauvais. Le poète député les a accueillis avec une bonté cligne et je crois que la pièce romantique figurera dans un des prochains feuilletons du Franc-Comtois46

10717 avril.— La commission de l'Académie a décidé qu’il serait élevé un monument à M. Jouffroy, mais elle a jugé qu'on ne devrait se prononcer sur le genre du monument que lorsqu'on connaîtrait le montant de la souscription. En effet, il est inutile de décider qu'on fera une statue si l'on a des fonds que pour un buste. La discussion dont je viens d'indiquer le résultat a été très animée. A ceux qui rejetaient l'idée d'une statue en disant qu'il n'en avait jamais été élevé à des franc-comtois, j'ai répondu : « Vous pourriez aller plus loin car c'est ici la première fois que six franc-comtois ont été réunis pour délibérer sur les honneurs à rendre à un de leurs compatriotes. » Et le fait me paraît si extraordinaire que ce serait le cas d'en perpétuer le souvenir par une médaille.

10818 avril.— La nouvelle du jour est le mariage de la fille du général Voirol avec le fils de M. de Montbrun, receveur général du département. L'archevêque a béni leur union à la cathédrale en présence d'un grand nombre de curieux. Le cortège se composait de 14 voitures.

10919 avril.— M. Demesmay est parti ce soir pour Paris. Le nouveau député est plein des meilleures intentions. Nous verrons bientôt s'il est en état de les mettre à exécution, car c’est à l'œuvre qu'on connaît l'ouvrier.

11020 avril.— Les nouvelles de notre chemin de fer par la vallée du Doubs ne sont pas satisfaisantes ; les ponts sur cette rivière effrayent le génie militaire qui ne voit pas que ce sont les montagnes qu'il faut défendre et non pas le Doubs, guéable en cent endroits pendant plus de la moitié de l'année. Il est possible que le préfet retourne bientôt à Paris pour défendre le projet qu'il a présenté.

  • 47 Jouffroy avait perdu la foi alors qu’il était à l'Ecole normale (1813-1816) ; fidèle au courant de (...)
  • 48 Sur Broussais, voir ce Journal, 15 mars 1839. Dans son cours de phrénologie sur la localisation de (...)

11121 avril.— L'Académie s'est réunie pour entendre le rapport de la commission sur le monument à élever à Jouffroy. La discussion a été vive et très longue sur l'opportunité d'élever un monument à un philosophe dont les doctrines sont attaquées par les chefs du clergé de France47. M. Ed. Clerc et l'avocat général Jobard ont fait à cette occasion des professions de foi très inopportunes à mon avis. M. le préfet a rappelé la compagnie à la convenance de la discussion ; M. Jobard lui a répliqué avec une chaleur qui ne lui est pas ordinaire. Après deux heures perdues en querelles, l'Académie a décidé, à une assez forte majorité, que la souscription serait annoncée dans les journaux et qu'elle ajournait à se décider sur la nature du monument après qu'elle connaîtrait le produit de cet appel. Le président Maurice a été réellement curieux ; il a dit qu'il avait toujours parlé de Jouffroy avec estime pendant sa vie, mais que le moment était arrivé de dire la vérité. Tout en le déclarant philosophe, il a prononcé que les doctrines de Jouffroy étaient anti-sociales, et sur ce que l'on avait avancé que Jouffroy avait combattu le matérialisme avec succès, il a dit que les opinions de Jouffroy avaient été pulvérisées par Broussais48, autrement que le matérialiste Broussais avait triomphé de Jouffroy, défenseur de la spiritualité et de l'immortalité de l'âme. On ne peut se faire une idée de ce bavardage prétentieux quand on ne connaît pas le personnage.

  • 49 Amédée Dauchy, 5 rue Neuve, payeur du département, avait « les dépenses de guerre » dans ses attri (...)

11222 avril.— Une dépêche télégraphique arrivée hier à la préfecture a annoncé que M. le maréchal Moncey est mort à Paris le 20 de ce mois à dix heures du soir. Il nomme son exécuteur testamentaire M. Dauchy, payeur de la 6ème division49.

11323 avril.— La cour de cassation a rejeté le pourvoi de M. Bourgon contre le jugement du tribunal de Baume qui autorise la ville de Besançon à s'emparer des eaux d'Arcier pour cause d’utilité publique. Maintenant nous allons voir à l'œuvre César Convers et compagnie ; ce sera le cas de frapper une médaille dont je me chargerais volontiers de fournir l'inscription.

11424 avril.— M. Parandier est parti hier pour aller défendre son plan de chemin de fer par la vallée du Doubs ; il avait été précédé de vingt-quatre heures par le préfet qui met au succès de cette affaire un zèle et une activité dont le département doit conserver le souvenir.

11525 avril.— Nous avons enfin des nouvelles de X. Marmier qui n'a pas écrit à Besançon depuis son départ. Il était à la date de sa lettre à Copenhague, accueilli, fêté par les princes et par les savants et promettant livres et curiosités aux établissements publics de sa ville natale.

  • 50 .L'Impartial du 28 avril signale la contestation de Portalis (le baron Auguste-Joseph-Melchior, 180 (...)

11626 avril.— L'admission du député de Pontarlier à la Chambre a été ajournée sur la protestation de Portalis qui prétend lui contester le cens nécessaire pour l'éligibilité. L'Impartial pense que cette difficulté n'aura pas de suite50.

11727 avril.— Bousson de Mairet est arrivé ce matin avec la tragédie de Thémistocle dont il a refait plus de 500 vers, et le premier volume d’une histoire universelle qui doit en avoir au moins quatre. Il est plus sourd que jamais, ce qui rend la conversation difficile avec lui, mais il est d'ailleurs, comme toujours, un excellent garçon, modeste et docile à la critique. C'était là l’homme qu'il nous aurait fallu à la tête du Franc-Comtois, et non pas ce stupide Laumier, si gonflé d'orgueil qu'il nous regarde tous, sans excepter Pérennès, comme des sots et des imbéciles.

  • 51 Weiss en dit trop ou pas assez : il cite le fait sans porter de jugement, donc sans dire en quoi c (...)

11828 avril.— L'inauguration du temple protestant dans l'église du Saint-Esprit a eu lieu aujourd'hui, à dix heures du matin. Il y a eu sans doute de très beaux discours prononcés à cette occasion, mais je ne m'en occupe pas. Ce qu'il est important de mentionner, c'est que des morceaux de musique relatifs à la fête ont été exécutés par des jeunes gens catholiques, parmi lesquels on cite le petit Crestin et Th. Bruand, membre du Conseil municipal51.

11929 avril.— La médaille de Curasson est en vente depuis hier ; l'exécution en est soignée et la ressemblance parfaite. C’est Louis de Vaulchier qui a composé l'inscription que MM. de l'Académie ne désavoueraient pas.

12030 avril.— Pauthier me mande qu'il vient de recevoir des propositions pour aller à Petersbourg remplir la place de sinologue de l'Académie impériale, avec un traitement très honorable. Il hésite s'il doit accepter et me prie de lui donner à cet égard des conseils dont il a très grand besoin.

Mai 1842

1211er mai.— Fête du roi. Grand'messe à la cathédrale où les professeurs de la Faculté et de l'Ecole de médecine ont assisté pour la première fois en robe. Revue à Chamars : la garde nationale, qui figure pour une somme assez forte au budget de la ville, n'y était représentée que par une cinquantaine d'hommes. La crainte de la pluie a empêché de tirer le feu d'artifice aux Prés de Vaux. Il n'y a eu de drapeaux qu'aux fenêtres des fonctionnaires publics, et les illuminations ont été très mesquines, mais il y avait beaucoup de monde dans les rues.

  • 52 Jean-François de La Harpe (Paris 1739-1803), poète et critique, entré à l'Académie française en 17 (...)

1222 mai.— Le bon abbé de La Boissière, ancien professeur de littérature à la Faculté de Besançon et membre de l’Académie de cette ville, est mort à Carpentras le 25 avril, dans un âge avancé. Il avait prêché dans sa jeunesse à Versailles et La Harpe52 avait prédit qu'il serait un des plus grands orateurs de la chaire, mais les circonstances ne lui ont pas permis de réaliser cette bienveillante prédiction.

1233 mai.— Le jeune Petit, pensionnaire de la ville et l'un des plus brillants élèves du sculpteur David, me mande qu'il s'occupe d'un monument à élever à la mémoire du maréchal Moncey.

1244 mai.— Une collision qui aurait pu avoir des suites funestes a eu lieu ces jours derniers entre des soldats du 75ème de ligne et des chasseurs de Vincennes. Les plus échauffés s'étaient donné rendez-vous dans les Chaprais pour y terminer leur querelle à coup de sabre. L'autorité militaire prévenue à temps a pu les empêcher d'en venir aux mains. Quelques-uns des plus mutins ont été mis en prison, la garnison est consignée.

  • 53 Weiss a déjà fait cette réflexion les 28.4.1840 et 26.4.1841, alors que les Prés de Vaux avaient é (...)
  • 54 Il s'agit du calibre de l'une des pièces qui composaient l'artillerie de campagne (24, 12, 8 et 6  (...)

1255 mai.— Le feu d'artifice préparé pour la fête du roi a été tiré aujourd'hui aux Prés de Vaux, c'est-à-dire dans l'endroit d'où il peut être vu de moins de monde53. MM. les artilleurs avaient cette fois remplacé les marrons et les pétards par des pièces de huit54 dont la détonation épouvantait les femmes et faisait hurler les chiens.

1266 mai.— La ville soutient en ce moment un procès contre le génie militaire pour être maintenue dans la propriété de la portion du Petit Chamars qu'elle n'a pas cédée pour l'arsenal en construction. C’est l'illustre et généreux citoyen de Merey qui plaide contre la ville. Il faut avoir furieusement la rage de plaidailler pour ne pas se récuser dans une affaire qu’il serait honteux de gagner.

1277 mai.— L'Impartial contient un article de Filingre sur La Solidarité, ouvrage de H. Renaud destiné à expliquer le système sociétaire de Fourier, qui me semble très remarquable. Je doute que le fier rédacteur du Franc-Comtois soit capable d'en faire un pareil.

1288 mai.— Le préfet qui est de retour de Paris où il était allé pour soutenir le projet du chemin de fer par la vallée du Doubs m'a dit que le ministre de l'Instruction publique était disposé à voter une somme pour le monument de Jouffroy. Cette nouvelle fera plaisir à Ed. Clerc.

  • 55 La toile dont il s'agit s'intitule La raccommodeuse de dentelles, appelée aussi Le joueur de guimb (...)

1299 mai.— La ville vient d'acquérir pour le futur musée un joli tableau de Gresly, Le joueur de bombarde55, qui reste placé provisoirement à la Bibliothèque.

13010 mai.— Un mémoire d'Ebelmen, de Baume, sur la manière dont s'opère la fusion du minerai dans les hauts fourneaux a mérité les éloges de l'Académie des sciences qui l'aurait fait imprimer dans son recueil des savants étrangers s'il n'avait pas dû paraître dans les Annales des mines.

13111 mai.— Un événement horrible a eu lieu dimanche dernier sur l'un des chemins de fer de Paris à Versailles. Une des locomotives en éclatant a mis le feu aux wagons, un grand nombre de personnes ont péri sans qu'il ait été possible de leur donner le moindre secours. Trente lettres arrivées ce matin de Paris renferment des détails plus ou moins certains sur cette catastrophe épouvantable. On cite parmi les victimes le jeune Guichard, de Lons-le-Saunier, beau-frère du bibliothécaire Guénard.

  • 56 Amaranthe-Alphonse Dugommier Denis (Paris 1794-Hyères 1876), maire d'Hyères depuis 1830, député du (...)

13212 mai.— Dans la discussion qui a lieu maintenant à la Chambre sur l'établissement du chemin de fer, le seul des députés de la province qui ait pris la parole, c'est M.de Parcey, maire de Dole, mais celui qui a pris avec le plus de chaleur et de conviction la défense de la ligne passant par Besançon et la vallée du Doubs, c'est M. Denis56, député du Var, dont l'excellent discours a été reproduit dans L'Impartial d'hier et qui le sera probablement dans Le Franc-Comtois.

13313 mai.— Le préfet dont la santé avait été gravement compromise dans son dernier voyage à Paris, s'est trouvé si malade pendant la tournée de révision qu'il a été obligé de se faire ramener à Besançon.

  • 57 Jules-Sébastien-César Dumont d'Urville (1790-1842) avait participé sur l'Astrobale au voyage de re (...)

13414 mai.— Parmi les victimes de l'épouvantable accident de chemin de fer se trouve un jeune homme de Lons-le-Saunier, nommé Guichard ; il a succombé à ses blessures, mais deux compatriotes qui l'accompagnaient ont été moins maltraités. Une perte irréparable pour la France, c'est celle du brave amiral Dumont d’Urville57, qui a péri dans ce désastre avec sa femme et son fils unique. J'avais fait sa connaissance l'année dernière chez M. de Rochelle où je dînai avec lui. Cent fois je me suis déjà rappelé sa conversation intéressante et l'éloge si piquant dans sa bouche de nos bons missionnaires, comparés avec les ministres anglicans. C'est une belle chose que je voudrais avoir le talent d'écrire comme je la sens.

  • 58 Ces deux personnes ne sont pas identifiées ; le premier appartenait peut-être à la famille d'Antho (...)

13515 mai.— Aujourd'hui, M. le professeur Bugnet arrivé de Paris est venu visiter la Bibliothèque avec deux de ses élèves, le jeune comte d'Anthouard et M.<Brion de Valigny>, fils d'un conseiller à la cour de cassation58.

13616 mai.— D. Monnier réclame son manuscrit de Lacuzon qu'un imprimeur de Bourg se charge de publier à ses frais.

13717 mai.— Laumier, venu l'année dernière de Paris pour donner une nouvelle impulsion au Franc-Comtois reconnaît lui-même qu’il n'est pas en état de le soutenir et se propose de s'en retourner au faubourg Saint-Antoine reprendre ses habitudes littéraires.

13818 mai.— La ville a gagné son procès contre le génie militaire qui lui disputait la propriété de la portion du Petit Chamars qu'elle n'a point cédée pour la construction de l'arsenal, mais fera-t-elle quelque chose enfin pour remettre cette promenade à la disposition des habitants ? On peut en douter.

13919 mai.— Notre pauvre ami Demesmay, après son admission à la Chambre des députés, est allé déclarer à MM. Guizot et Duchâtel qu'il était ministériel, c'est-à-dire disposé à appuyer sans examen les nouvelles expériences qu'ils voudraient tenter sur notre pauvre France. Les ministres ont été stupéfaits de la naïveté du nouvel élu, sans exemple dans nos fastes législatifs.

  • 59 Duchâtel.

14020 mai.— M. de Magnoncour me mande que le ministre de l'Intérieur59 lui a promis un tableau pour le musée de la ville, et que Gigoux doit avoir la croix d'honneur.

14121 mai.— Alexandre de Saint-Juan vient, aidé de sa sœur Marie, de corriger la pièce sur le maréchal Moncey ; elle doit être imprimée dans le premier numéro de l'Album.

  • 60 Aucune mention dans les journaux bisontins.

14222 mai.— Les journaux de Paris font grand bruit, en attendant que les nôtres en parlent, du bandage inventé par <Pernet> (d'Omans)60, auquel il a donné le nom de bandage franc-comtois.

14323 mai.— L’approche de la dissolution de la Chambre des députés met en émoi toutes les petites ambitions provinciales. On assure que M. de Magnoncour, qui doit être nommé pair, ne se représentera pas au collège de Besançon et qu'il sera remplacé par M. Léon Bretillot, homme très capable mais qui ne passe pas pour avoir le cœur bien chaud.

  • 61 Le sous-préfet de Pontarlier, de 1839 à 1852, fut Jules-Etienne-Xavier Demesmay (1801-1865), frère (...)

14424 mai.— Le préfet, dont la santé s'est améliorée, s'est remis en route pour achever la tournée de révision ; il doit présider les opérations du conseil aujourd'hui à Ornans et samedi prochain à Pontarlier où il ne descendra pas comme de coutume à la sous-préfecture. C'est ici un événement grave puisqu'il doit prouver que le préfet a rompu sérieusement avec la famille Demesmay61, à raison des dernières élections dans l'arrondissement.

14525 mai.— Le jeune Petit, élève de David, vient d'adresser à la mairie de Besançon le modèle du monument qu'il propose d'élever en cette ville au maréchal Moncey. Nous verrons ce que décidera le Conseil municipal, ou plutôt la coterie qui le dirige depuis quelques années.

14626 mai.— Malgré le Concordat qui supprime la Fête-Dieu et en renvoie la célébration au dimanche suivant, les processions ont eu lieu aujourd'hui dans le village de La Vèze, qui faisait il y a quelques années partie de la commune de Besançon. Cet acte de désobéissance dont il ne sera pas même fait mention dans les journaux prouve que le clergé ne peut pas s’habituer à respecter les lois auxquelles il devrait donner l'exemple de la plus complète soumission.

  • 62 A l'angle de la rue Sarrail et de l'avenue Gaulard ; la charpente du bâtiment a été refaite en 199 (...)

14727 mai.— En creusant les fondations d'une nouvelle caserne de cavalerie dans l'extrémité du jardin du couvent de la Visitation62, on a mis au jour des fragments d'une mosaïque qui sont tombés sous la pioche des travailleurs ; mais comme cette mosaïque était fort peu remarquable, on ne doit pas avoir de regrets de sa perte.

14828 mai.— Perron, qui s'occupe sans relâche de sa candidature, fait imprimer un manuel électoral dont j'ai lu les épreuves. Aux qualités qu'il exige d'un député, pour qui le connaît, il est clair qu'il a écrit cette brochure en contemplation devant son miroir ; elle est d'ailleurs faite pour obtenir un certain succès au moment des élections générales qui paraissent devoir avoir lieu dans le courant du mois de juillet.

14929 mai.— Procession générale. L'Académie s'est encore dispensée d'y assister. Il y avait un chœur de jeunes gens chantant des cantiques avec les voix les plus fausses du monde.

15030 mai.— On a trouvé dans les fouilles que fait exécuter le génie sur la place des casernes des médailles du Haut Empire. J'ai vu entre les mains de M. Ch. de Rotalier un néron, un vespasien, un antonin, etc.

15131 mai.— François Pérennès, frère de notre secrétaire perpétuel et lui-même lauréat de notre Académie, est parti aujourd'hui pour Paris où il va travailler à la rédaction de quelques revues littéraires. C'est un bien digne jeune homme et je fais des vœux pour qu'il réussisse dans une entreprise bien hasardeuse à l'époque où nous vivons.

Juin 1842

  • 63 François-Zénon Colombet.

1521er juin.— Notre compatriote Colombet63, qui se trouve en ce moment à Rome, vient d'adresser aux journaux une lettre dans laquelle il rend compte de l'audience qu'il a reçue de S.S. dont il a eu l'honneur de baiser la mule, c'est-à-dire la croix rouge brodée sur la chaussure du pape qui soulève un peu le pied.

1532 juin.— Laumier, qui ne veut pas qu'on trouve à redire à sa rédaction, vient de publier sur la procession générale de la Fête-Dieu l'article le plus singulièrement stupide qu.'il soit possible d'imaginer. Mais je pense en fait que si un malin eût voulu le marquer, il n'aurait pas aussi bien réussi.

  • 64 Vautrot, d'après l'Annuaire du Jura pour 1842.
  • 65 Curieuse remarque : Weiss semble ignorer que le journal avait cessé de paraître après le numéro du (...)

1543 juin.— M. Brunet de La Renoudière a été mis en prison aujourd'hui pour avoir insulté et je crois même battu le maire de Fraisans64 dans l’exercice de ses fonctions. Cette leçon sévère sera peut-être utile à M. le comte qui, sous une apparence tranquille cache à ce qu'il paraît un caractère très violent. Il aura sans doute pris des mesures pour que sa détention ne ralentisse pas la publication du Séquanais, journal légitimiste qui compte plus d'années d'existence que d’abonnés65.

1554 juin.— La turbine Passot vient d'être appliquée en grand dans la capitale même du Berry avec un succès que constatent les journaux de la province.

  • 66 L'inscription figurait dans l'église des Capucins, démolie pour permettre la construction de l'ars (...)

1565 juin.— On vient de retrouver l'épitaphe composée par J. Mairet pour Luc Mareschal de Vezet, premier (président) de la chambre des comptes de Dole, mort à Bruxelles en 1663 et qui avait ordonné que son cœur fût rapporté à Besançon pour être inhumé dans la chapelle de sa famille aux Capucins. Cette pièce inédite a été imprimée dans Le Franc-Comtois66.

1576 juin.— Adolphe de Circourt est arrivé hier avec sa femme pour donner des soins à son cousin Albert de Sauvagney, gravement malade d'une hémoptysie. J'ai causé avec lui ce matin et j'ai été très content de la disposition où je l'ai vu de se fixer dans la province où il sent qu'il pourrait faire beaucoup de bien, tandis qu'il est perdu dans ce gouffre de Paris où l'on ne peut arriver au pouvoir que par des moyens qui répugnent à tout honnête homme. Il ne serait pas plus rassuré que moi sur l'avenir de la France s'il n'était pas convaincu que la marche des événements est dans les vues de la Providence.

1587 juin.— La fable épigrammatique d’Alexandre de Saint-Juan contre Laumier est imprimée dans le Courrier de la montagne ; celui-ci s'est reconnu dans le geai déplumé qui donne des leçons de chant au pinson ; il est furieux comme un sot qu'il est et je ne doute pas qu'il n'y réponde par quelque grossière sottise s'il ne se trouve pas là quelqu'un pour l'en empêcher.

1598 juin.— Le maire s'est enfin décidé à répondre à Petit pour le remercier de l'envoi qu'il a fait à la ville du plan d'un monument à élever au maréchal Moncey sur une des places publiques ; il lui annonce en même temps qu'il soumettra ce plan au conseil municipal dans la prochaine session, mais la faction des eaux d'Arcier n'en permettra pas l'adoption.

1609 juin.— Laumier a d'abord eu l'idée de répondre à la fable d'Alexandre par une autre fable dont la pensée m'a paru assez bonne. C'étaient les deux mêmes oiseaux mis en jeu mais avec des rôles différents ; et comme on le pense bien, le pinson ingrat et mal appris devait y recevoir une forte leçon. Mais il a réfléchi que ce serait faire trop d'honneur à son critique imberbe que de se commettre avec lui et il s'est contenté de lui écrire une lettre digne et sévère que je me suis chargé de faire parvenir à son adresse.

16110 juin.— A la séance de l'Académie, M. Navand a lu un fragment de son histoire du parlement et M. Duvernoy un chapitre de son ouvrage sur les relations des Franc-Comtois avec les Suisses après le onzième siècle. M. Droz, de l’Académie française, assistait à cette séance.

16211 juin.— Le bruit court que l'administration a décidément adopté pour son candidat au collège de Besançon intra muros M. le président Maurice, mais un pareil choix n'est pas fait pour réunir les suffrages des citoyens qui regardent la députation comme une chose sérieuse, et l'on peut être certain que M. Maurice rencontrera une vive opposition.

16312 juin.— Il y a eu hier chez M. Ordinaire, ancien recteur, un petit dîner diplomatique dans le but de déterminer Léon Bretillot à accepter la députation. Le préfet lui a dit qu'il était l'homme nécessaire, indispensable pour faire réaliser le projet du chemin de fer par la vallée du Doubs. M. Droz a appuyé et Léon, sans se rendre à de pareilles sollicitations, m'a paru ébranlé. M. Droz repart ce soir pour Paris par le courrier.

16413 juin.— L'Album franc-comtois contient l'ode sur la mort du maréchal Moncey, qui peut être considéré comme le premier morceau sérieux d'Alexandre de Saint-Juan. Il y a des choses faibles, d'autres de mauvais goût, mais il y a aussi des strophes remarquables. Le jeune homme a de l'avenir mais à la condition qu’il maîtrisera son imagination, ce qui ne lui sera pas facile.

16514 juin.— Le recteur a donné aujourd'hui à dîner aux inspecteurs généraux, MM. Bourdon et Matter, deux hommes d'un grand mérite dont j'aurai l'occasion de reparler plus tard. Après le dîner, je prenais l'air sur la terrasse avec les convives et je ne sais comment la conversation est venue à tomber sur les architectes, l'une des plaies les plus ruineuses de notre époque. Par suite de la conversation, je me trouvai amené à raconter l'anecdote de la clé que je ne peux pas obtenir sans le renouvellement de toutes les serrures de la Bibliothèque. M. le préfet, qui m'entendait, me dit : « M. Weiss, vous faites du Molière. » Un instant après je vins m'asseoir à la table de jeu près du préfet qui, toujours occupé de ce qu'il m'avait entendu dire, me dit : « C'est singulier, on apprend tous les jours à vous connaître. » Qu’est-ce que cela signifie ? Je n'en sais rien, mais j'aurai certainement avant peu une explication avec M. le préfet.

  • 67 Marie Delaunay, connue sous le nom de Madame Dorval (Lorient 1798-Paris 1849). Cette actrice incar (...)
  • 68 L'Angelo, tyran de Padoue, 1835, drame en prose en trois journées.

16615 juin.— Mme Dorval67, qui s'intitule la première actrice du Théâtre français, joue ou plutôt hurle depuis quelques jours sur le théâtre de Besançon des drames de fabrique moderne. Elle a donné hier L'Angelo68 de notre Victor Hugo que notre sot parterre a eu l’impolitesse d'accueillir par des éclats de rire qui se sont communiqués jusqu'aux loges. Quelle honte ! de voir ainsi sifflés à Besançon des chefs d'œuvre pour lesquels Paris n'a pas assez d'applaudissements ni de couronnes.

16716 juin.— A la séance de l'Académie, M. Matter qui en est associé, a lu un fragment d'un ouvrage qu’il se propose de publier sur le principe des mœurs qu'il aurait pu trouver dans la nature de l'homme, mais qu'il a mieux aimé chercher dans une loi de la Providence, ce qui est précisément la même chose. Ainsi tout son ouvrage, qui peut être long, repose absolument sur une logomachie. M. Matter a des prétentions comme philosophe et comme érudit, mais au fond il m'a paru très bon homme. Si j'étais son ami, je lui conseillerais de viser moins à l'esprit mais il ne m'écouterait pas.

  • 69 M. Brocard, qui avait remplacé M. Neiner.

16817 juin.— Nos deux inspecteurs généraux sont partis. M. Bourdon, hier au soir, pour Bar-sur-Aube où il a quelques velléités de se faire nommer député, et M. Matter, ce matin, pour Pontarlier où il doit inspecter le collège qui, tombé sous l’ancien principal, est devenu sous son nouvel administrateur69, l'un des plus florissants du ressort académique. Ces renseignements, je les tiens de M. le recteur.

  • 70 Ferdinand, marquis de Grammont (1805-1889), fils du marquis Alexandre de Grammont, député de Lure (...)
  • 71 Ed. de Mazères, nommé par ordonnance du 10 août 1839.
  • 72 Sous-préfet de Lure de 1833 à 1839.

16918 juin.— Nous ne pouvons-nous occuper d'ici à un mois que des élections. Il n'est pas moyen d'aborder un autre chapitre avec les gens graves que je fréquente habituellement, ni même avec les plus frivoles en apparence. Bornons-nous donc à enregistrer les faits. M. de Grammont70 est attaqué dans son arrondissement de Lure par le préfet de la Haute-Saône71 qui lui oppose M. de Courchamp72. On débite depuis hier que le conseiller Béchet, qui se présentait à Poligny contre Pouillet, renonce à sa candidature pour se présenter à Pontarlier en concurrence avec Auguste Demesmay.

17019 juin.— Pauthier a obtenu un prix de 2 500 francs pour la traduction des moralistes chinois.

17120 juin.— Le Franc-Comtois est le plus inconséquent des journaux. Perron, l'un de ses fondateurs, est l'un des candidats avoués de l'arrondissement de Gray où il a pour concurrent un négociant et un industriel, et le journal, dans deux articles sur les élections recommande aux électeurs d'envoyer à la chambre des industriels ou des négociants. Perron est furieux de cette inconséquence et il a raison.

17221 juin.— Le baron Henry, de retour de Paris, m'a dit qu'il avait traité avec un libraire d'un roman qui paraîtra au mois de novembre prochain.

  • 73 Dans le numéro du 21 juin 1842 du Franc-Comtois.

17322 juin.— Marmier m'a adressé de Stockholm une pièce de vers à ses amis de Franche-Comté que j'ai publiée dans le journal73.

17423 juin.— Perron vient de faire imprimer sa profession de foi aux électeurs de l'arrondissement de Gray. Elle est écrite avec beaucoup de franchise et de dignité, mais je doute qu'elle ait le succès qu'il désirerait. Il en doute lui-même, car il accuse déjà ses amis de ne l'avoir pas suivi dans cette circonstance assez chaudement. Il se ménage par là le moyen de leur dire : « Si je n'ai pas réussi, c'est votre faute et non pas la mienne. »

17524 juin.— Un accident grave a troublé la procession qui se rendait le 21 à Saint-Ferjeux. Un officier d'artillerie a culbuté une femme qui a reçu à la tête un coup de pied dont elle est morte dans la journée.

  • 74 Jean-David Passavant (Francfort-sur-le-Main 1787-1861), peintre et écrivain, auteur de plusieurs o (...)

17625 juin.— M. de Passavant74, d'une famille originaire de Franche-Comté établie en Allemagne depuis la Réforme, est venu à Besançon recueillir les renseignements pour une histoire de la peinture depuis la Renaissance jusqu'au xviie siècle qu’il prépare en ce moment. Il a vu les tableaux que nous avons à la Bibliothèque ; je l'ai accompagné à Saint-Jean et à l'archevêché, mais il n'a pas pu voir notre musée naissant où il aurait pu trouver différents morceaux dignes d'être cités dans son ouvrage.

17726 juin.— C'est vraiment un fait exprès pour désobliger Perron et nuire à son élection. Laumier, réduit aux fonctions de metteur en pages du Franc-Comtois, n'est même pas capable de les remplir. Il est évident pour tout homme de bon sens que dans le moment des élections les journaux ne doivent pas parler d'autre chose ou que du moins les articles qui s'y rapportent doivent être placés les premiers ; et bien Laumier a renvoyé la lettre de Perron aux électeurs de Gray à la rubrique Haute-Saône et a placé les quelques lignes dont je l'avais fait précéder à la rubrique Doubs. On n'est pas plus stupide ni méchant. Perron sera furieux avec raison mais il ne le sera pas plus que moi.

17827 juin.— Viancin a improvisé, c'est le mot, une chanson sur les devoirs du journaliste qui malheureusement se ressent de la précipitation avec laquelle elle a été faite et de la double gêne qu’il a ressentie, ne voulant blesser ni Laumier qu'il avait en vue, ni les candidats à la députation. Pour faire une bonne chanson, il faut avoir du temps et les coudées franches.

17928 juin.— La candidature de Convers à la succession de M. de Magnoncour inquiète et trouble le préfet plus qu'il ne le voudrait. C'est cependant lui qui a pris Convers par la main dans un estaminet pour le placer à la mairie, et c'est lui qui est allé chercher pour en faire un député Maurice qui ne réunit les affections de personnes. Voilà pour un homme d'esprit une double bévue dont nous courons risque d'être les victimes.

18029 juin.— M. Clément est arrivé depuis hier, avec Paul Courvoisier, qui vient de Lille où il est en garnison, à Baume tout exprès pour lui donner sa voix. J'ai dîné chez M. Bourgon avec M. Clément et M. Véjux en famille. M. Clément, homme pratique et de bon sens, n'a presque rien dit, mais M. Véjux s'est donné complètement les violons avec cet imperturbable sang-froid de la sottise. Tout s'est fait à la chambre par lui, il sait par avance ce qui se fera dans la session prochaine, et c'est avec une véritable supériorité qu’il m'a parlé des fautes du Franc-Comtois.

18130 juin.— M. le préfet est venu me confirmer que les chances de Perron à Gray prennent plus de consistance. Il a écrit en faveur de sa candidature au ministre de l'Intérieur. Dans le moment qu'il était dans ma chambre est arrivé M. le conseiller Nourrisson qui n'a pas voulu prendre d'engagement mais qui, certainement, ne serait pas venu me voir s'il ne se sentait pas disposé à donner sa voix à Perron.

Juillet 1842

  • 75 Mazères.

1821er juillet.— Un pamphlet contre Perron vient d'être imprimé à Gray. Sa candidature est présentée par le journal du préfet de la Haute-Saône75 comme n'étant pas sérieuse. Nous répondrons au journal de la préfecture, mais il faut qu'il réponde lui-même au pamphlet dont il n'est arrivé qu'un seul exemplaire et que certainement on ne voudra pas nous communiquer.

  • 76 Marin Gilbert dit Miran, un ancien bagnard fixé sous un faux nom à Besançon (Voir Journal, 2 mai 1 (...)

1832 juillet.— Le Franc-Comtois rappelle à Convers ses opinions républicaines et ses liaisons de 1834 avec le rédacteur du Patriote76. Le voilà dont forcé de s'expliquer sur sa candidature qu'il n'avoue pas ouvertement : et si dans deux jours il n'a pas donné sa profession de foi, on tient en réserve des arguments qui le forceront bien de parler quelqu'envie qu'il ait de garder le silence.

1843 juillet.— Ouverture de l'exposition des produits des arts et de l'industrie dans une des salles de la nouvelle halle. Le maire termine son allocution en annonçant que cette salle est destinée à recevoir les tableaux composant le musée de la ville.

1854 juillet.— L'imprimeur Deis a dit à Pérennès que les partisans de Convers avaient menacé de briser les presses du Franc-Comtois, mais un fait de cette gravité mérite confirmation. L'Impartial annonce que Convers a déclaré qu'il ne pouvait pas accepter la députation et engagé ceux qui voulaient lui donner leurs voix à reporter leurs suffrages sur Maurice. Le pauvre Impartial, confiant dans cette déclaration, oublie donc que Convers disait aussi qu’il fallait élire M. de Mérey au Conseil général, tandis qu'il travaillait en dessous à assurer sa propre élection.

1865 juillet.— Il a paru aujourd'hui une brochure en faveur de Convers qui sort des presses de Proudhon, l'anti-propriétaire ; elle est signée dit-on des initiales A.C, mais je n'ai pas encore pu me procurer ce pamphlet qui n'est destiné qu'aux adeptes.

  • 77 Auguste Convers avait participé avec Miran à la fondation du Patriote franc-comtois en 1832 (Vogne (...)

1876 juillet.— L'avertissement aux électeurs que Proudhon vient d'imprimer en faveur de la candidature de Convers ne se vend pas et ne sera distribué qu’à ses partisans connus, mais j'ai eu en communication l'exemplaire déposé à la préfecture. Les initiales A.C. sont celles d’Auguste Convers77, frère du futur député ; mais ce n'est certainement pas lui qui est le rédacteur de cette brochure. Dès les premières pages, j'ai reconnu la fièvre de Proudhon et je suis bien convaincu qu'il en est l’auteur. La brochure, assez bien écrite et dans laquelle on rencontre parci par-là quelques traits piquants, pêche par le raisonnement, et Pérennès s'est chargé de la réfuter dans le prochain numéro du Franc-Comtois.

1887 juillet.— Indépendamment de la réfutation de la brochure de Proudhon, Le Franc-Comtois contient des vers de Viancin contre Convers désigné sous le nom de Blaguedin, sobriquet qui rappelle celui qu'il s'est donné lui-même de chevalier de La Blague. Ces vers pleins de sel et de bonne plaisanterie doivent un peu troubler ses rêves de grandeur, mais il sait dissimuler, et ce soir on l'a vu se promener dans la Grande Rue, la pipe à la bouche, entouré de cinq ou six de ses partisans qui semblaient lui former une garde.

1898 juillet.— Convers s'est enfin décidé à faire paraître une lettre non pas aux électeurs mais à ses amis, dans laquelle il leur déclare qu'il acceptera la députation par dévouement à son pays. Non jamais on a poussé plus loin l'outrecuidance, ou les élections ne sont plus qu'une affaire de coterie. Dans tout ceci, le préfet ne se conduit pas comme on pourrait l'attendre d'un homme de son caractère. Lui qui a montré tant de courage contre ses amis semble craindre d'affronter Convers qu'il méprise et dont le succès, s'il avait lieu, le forcerait de solliciter son changement.

1909 juillet.— Un commis voyageur déguisé sous le nom de Jules Raimbaud a lancé ce matin un écrit républicain qui n'a pas eu tout le succès qu'il s'en promettait, car le soir même les électeurs portés au bureau par le factieux Convers ont été culbutés de la manière la plus complète.

19110 juillet.— Maurice a été élu député au premier tour de scrutin à une immense majorité, mais Convers a obtenu cent voix et c'est plus qu'il n'en faut pour avertir les amis de l'ordre et du pays que cet ignoble tribun pourrait avoir des chances aux prochaines élections s'ils ne se réunissent pas pour l'écarter de l'administration dont Convers n'aurait jamais dû faire partie.

19211 juillet.— Tous les députés du département ont été réélus, Clément à Baume, Silas Tourangin à Montbéliard, Demesmay à Pontarlier et Véjux au collège de Besançon extra muros. A Gray, il n'y a pas eu de majorité au premier tour de scrutin : les voix se sont partagées entre Lacordaire, député sortant, Adéodat Dufournel et Perron, dans la proportion inverse des mérites des candidats. Il reste un beau rôle à jouer à Perron ; s’il ne le saisit pas, Lacordaire sera réélu infailliblement.

  • 78 Adéodat Dufoumel (Gray 1808-1882), maître de forges à Gray, député de la Haute-Saône de 1842 à 184 (...)

19312 juillet.— Perron a fait ce que je lui aurais conseillé si j'avais été près de lui : il a reporté les voix dont il pouvait disposer sur Dufoumel78 qui a été élu à une grande majorité. Cette conduite est celle d'un honnête homme et d'un homme habile ; elle lui assure sa nomination aux prochaines élections, en lui assurant le patronage de la famille Dufoumel, la plus puissante de l'arrondissement de Gray.

19413 juillet.— Les amis de Convers lui conseillent de donner sa démission de la place d'adjoint au maire de Besançon, mais il est trop rusé pour suivre un pareil conseil. Il sait trop qu'une fois qu'il aurait quitté la mairie, il cesserait d'avoir la moindre influence. Il a donc repris modestement ses fonctions comme si de rien n'était. En attendant, ses adversaires répandent contre lui des quolibets qui le désolent. Le plus remarquable est celui dans lequel on dit que sa chicane avec l'épicier Jourdain a été prédite par David, comme le prouve ce passage d'un psaume : « Et tu Jordanus quia Conversus. »

  • 79 Voirol.

19514 juillet.— Une dépêche télégraphique arrivée hier au soir annonce que M. le duc d'Orléans avait péri dans un accident. Le préfet avait reçu l'ordre de ne communiquer cette nouvelle qu'au lieutenant-général79, dans la crainte qu'elle ne se répandît avant que la duchesse, aux eaux de Plombières, pût en être informée officiellement. La dépêche n'a été affichée qu'aujourd'hui dans l'après-midi. A la nuit, une seconde dépêche affichée annonce que les chambres sont convoquées pour le 26. Toute la ville est dans la consternation.

19615 juillet.— On a quelques détails sur l'accident déplorable dont le duc d'Orléans a été la victime. Le prince revenait de Neuilly où il était allé prendre congé du roi avant de partir pour le camp de Saint-Omer ; ses chevaux ont pris le mors aux dents ; il a sauté de la voiture pour les arrêter et est tombé sur la tête. Cette mort qui compromet le présent et l'avenir de la France afflige vivement tous les bons citoyens, mais on ne peut se faire une idée de la douleur dans laquelle elle a plongé le préfet.

19716 juillet.— Mgr l'archevêque, prenant l'initiative, a fait célébrer aujourd'hui à la cathédrale pour le duc d'Orléans un service auquel ont assisté toutes les autorités et une grande partie de la population. Tous les soldats du régiment des chasseurs de Vincennes, formé par le duc d'Orléans, y assistaient un crêpe au bras. Pendant la cérémonie, des coups de canon tirés de cinq en cinq minutes venaient ajouter à la tristesse des assistants. L’archevêque officiait lui-même.

19817 juillet.— M. le marquis de Grammont vient d'adresser à la Bibliothèque un beau portrait de son père, l'un des hommes les plus spirituels et les plus généreux dont s'honore notre province.

19918 juillet.— Notre exposition n'est pas très brillante, mais il est très important de soutenir une intention qui ne peut manquer d'avoir d'importants résultats pour l’avenir du pays. Environ trente peintres et sept sculpteurs de la province y ont envoyé quelques-uns de leurs ouvrages.

20019 juillet.— Auguste Demesmay est arrivé de Pontarlier, plus fier, plus content de lui que jamais. Il ne parle que des témoignages d'affection qu'il a reçus de ses compatriotes, des sérénades qui lui ont été données, des illuminations, etc... Cependant son triomphe, qu'il ne doit qu'à lui seul et à son propre mérite, ne l'adoucit pas en faveur de ceux qui ont contrarié son élection. Il ne parle du préfet que comme d'un furieux qui finira par troubler le pays et qui n'a plus pour lui que des ganaches. Merci, Auguste.

  • 80 Charles-François-Joseph Broquard de Bussières (Besançon 1791-Soissons 1853). Polytechnicien, il so (...)
  • 81 Louis-Jean Levesque de Pouilly (Reims 1691-1750), administrateur et moraliste. Sa Théorie... parut (...)
  • 82 Le beau-père de Broquard de Bussières, Pierre-Elisabeth Levesque de Pouilly (Reims 1766-Soissons 1 (...)

20120 juillet.— M. Broquart de Bussières80, député de la ville de Reims, est né à Besançon, fils d'un conseiller au Parlement ; il a épousé la petite-fille de Levesque de Pouilly81, l'auteur de la Théorie des sentiments agréables, et a succédé à son beau-père82 dans les fonctions de député de Reims. M. de Bussières, qui n'était pas venu depuis longtemps à Besançon, y est arrivé ces jours derniers avec sa famille. Il a visité aujourd'hui la Bibliothèque et nous avons eu une conversation qui aurait duré plus longtemps s’il n'avait pas été attendu chez Mme de Lamblin, sa cousine germaine ou sa plus proche parente.

  • 83 N'est cité ni dans Brune, ni dans Bénézit.

20221 juillet.— Midol83, le maître d'écriture qui s'intitulait modestement le premier calligraphe de l'Europe, est de retour ici depuis quelques jours. Il a renoncé à l'écriture pour cultiver la peinture et il est porteur d'un album de 25 à 30 tableaux qu'il a composés dans l'espace de deux années et qu'il estime 25 000 fr. Cet album qu'il a eu la complaisance de me faire voir est très remarquable et si c'est lui qui a fait les miniatures qui décorent chaque tableau, il a réellement acquis un talent précieux. Son projet n'est pas de se fixer à Besançon où, suivant lui, les arts ne sont pas assez encouragés, mais il y restera quelques mois s'il trouve des élèves pour apprendre l'écriture gothique, byzantine et l'art de composer des pièces d'écriture ornée.

20322 juillet.— Le préfet, qui connaît la mauvaise situation du Franc-Comtois sous le rapport financier, m'a fait des ouvertures pour réunir ce journal à L'Impartial. Cette proposition n'est pas acceptable.

20423 juillet.— L'architecte <Lacroix>, qui ne manque pas de talent mais qui tombe souvent dans le bizarre, vient de faire exécuter pour l'Ecole de médecine une chaire d'une forme singulière.

20524 juillet.— L'Impartial a, dans un article d'une insigne mauvaise foi, prétendu que les propriétaires de la source d'Arcier avaient des prétentions exagérées. Cette attaque était d'autant plus déplacée que l’affaire est en ce moment soumise à la décision du jury chargé de prononcer sur la valeur des objets que la ville réclame sous le prétexte d'utilité publique. M. le conseiller Bourgon a répondu pour ses neveux à L'Impartial avec autant de dignité que d'énergie.

20625 juillet.— Un violent orage a éclaté ce matin à Bolandoz. Le tonnerre a tué deux bœufs attelés à une voiture chargée de laves et renversé le conducteur qui en a été quitte pour la peur.

20726 juillet.— Sur l'ordre de l'archevêque, des messes ont été célébrées hier pour le duc d'Orléans dans toutes les églises du diocèse.

20827 juillet.— Les fêtes anniversaires des Glorieuses n'auront pas lieu cette année. Il n'y a que le service pour les victimes qui ait été conservé. En conséquence il y aura demain à la cathédrale une grand'messe solennelle à laquelle toutes les autorités ont été invitées.

20928 juillet.— Pérennès a donné sa démission de la place de secrétaire perpétuel de l’Académie. Il ne sera pas aisé de lui trouver un successeur.

21029 juillet.— De tous les députés de la province, le seul qui n'ait point assisté à la séance royale pour l’ouverture des chambres, c'est M. Dufournel, le concurrent de notre pauvre Perron pour la députation de Gray.

21130 juillet.— On travaille dans ce moment à la démolition de la façade de la fontaine de la place Dauphine qui menaçait ruine depuis plusieurs années.

  • 84 Louis-Aimé Martin, qui signe parfois Louis Aimé-Martin (Lyon 1786-Paris 1847), est notamment l'aut (...)
  • 85 Aimé Martin était bibliothécaire à Sainte-Geneviève, et non à la Mazarine.

21231 juillet.— Aimé Martin84, l'un des conservateurs de la Bibliothèque Mazarine85, est arrivé à Besançon avec sa femme, veuve de Bernardin de Saint-Pierre, qu'il conduit en Suisse pour la distraire du chagrin que lui a fait éprouver la mort de sa fille adoptive, Virginie de Saint-Pierre. Aimé Martin, que je n'avais fait qu'entrevoir à Paris chez Techener, est un homme d’un rare mérite. C’est un bon écrivain et un libre penseur. Ses Conseils aux mères de famille, couronnés par l'Académie française, sont un ouvrage remaquable.

Août 1842

2131er août.— Mauvais, qui avait accompagné M. Arago à Perpignan pour y observer l'éclipse du 8 juillet, a été nommé membre de l'Académie de cette ville dont M. Arago a été nommé président honoraire perpétuel.

2142 août.— Viancin me mande que la candidature de Perron avait divisé le beau sexe dans le département de la Haute-Saône et que les dames qui s'étaient déclarées en sa faveur avaient reçu le nom de péronnelles.

2153 août.— Pérennès continue de guerroyer contre L'Impartial avec beaucoup de talent ; dans le numéro d'hier, il lui reproche son manque de convenance dans la question des indemnités dues aux propriétaires des sources d'Arcier, avant le prononcé du jury, et continue à le harceler sur le fouriérisme.

2164 août.— Mme Aimé Martin est retenue à Besançon plus longtemps qu'elle ne le voulait par des maux de nerfs et des douleurs de rein qui la font cruellement souffrir. Dans les moments de relâche qu'elle éprouve, je vois son mari à la Bibliothèque et nous faisons ensemble d'agréables promenades dans les Chaprais ou sur les bords du Doubs qu'il trouve avec raison très pittoresques.

  • 86 Toutes les mélodies publiées dans l'Album sont de Théodore Belamy ; reliées à la suite dans le vol (...)

2175 août.— L'Album franc-comtois qui a paru ce matin ne contient qu'une romance, musique de Th. Belamy86 et une nouvelle de Ch. de Rotalier que j'ai trouvée fort agréable, mais pas un mot de l'exposition qui dure depuis un mois ; cela est vraiment extraordinaire.

2186 août.— Le baron Henry est fort embarrassé pour trouver un titre au roman qu'il vient de faire imprimer à Paris, mais qui ne sera mis en vente qu'au mois de novembre prochain. Son éditeur l'a baptisé Le Maudit, et lui veut absolument le nommer Il maladetto ou il n'y manque rien. Ce grave sujet fait par sa faute l'entretien des cafés et des salons littéraires où il n'est guère ménagé par ses prétendus amis.

2197 août.— Gigoux est arrivé ce matin par le courrier ; il est venu droit à moi ce matin dans la cour où je causais avec M. Aimé Martin et, sans tenir le moindre compte de mon interlocuteur, auquel il a cependant dit bonjour en l'appelant par son nom, il s'est posé entre nous dans l'attitude d'un homme qui attend les hommages qu'il a le droit d'exiger. Comme son apparition inattendue me contrariait, je l'ai renvoyé à un autre moment. Il m'a paru mieux que les années dernières ; il ne porte plus que la moustache sous le nez ; si elle est rousse, ce n'est pas de sa faute. Un liseré rouge à sa boutonnière annonce qu'il a récemment été décoré de la Légion d'honneur.

2208 août.— L'ancienne coutume qui rendait les habitants des différents quartiers ennemis les uns des autres et les amenait tous les dimanches sur les glacis pour s'y livrer des combats toujours dangereux et quelquefois mortels, s'est renouvelée depuis quelques semaines. Hier, le glacis de Charmont était couvert d'enfants de 10 à 15 ans qui poursuivaient à coups de pierre ceux du quartier de Battant non moins nombreux et non moins acharnés à une lutte dont le seul résultat possible est la mort ou l'estropiement de quelques-uns d'entre eux. Mais si les luttes se continuent, à quoi servent et les prédications des prêtres et les instructions des maîtres d'école ? Les philosophes qui rêvent la perfectibilité devraient bien nous donner la solution de ce problème.

2219 août.— M. Courtois, curé de Pontarlier, nommé par l'archevêque de Reims l'un de ses vicaires généraux, est parti pour Reims où il doit prêcher à la cathédrale le 15, jour de la fête du diocèse.

22210 août.— L'archevêque de Besançon, piqué sans doute de quelques articles plus ou moins caustiques, vient d'interdire à ses secrétaires la lecture du Franc-Comtois, le plus innocent et le plus religieux des journaux. Cette mesure doit hâter la chute de cette feuille qui sera remplacée par un journal radical. Je n'avais pas besoin de cette mesure du prélat pour apprécier son intelligence et l'étendue de ses lumières.

  • 87 L'abbé Griffon.

22311 août.— Les pompiers ont fait célébrer hier une messe à Saint-Pierre. Lors de la présentation du pain béni, les officiers et un assez grand nombre de soldats sont allés à l'offertoire ; le curé87 a du être content de sa recette.

22412 août.— Adolphe Brune, Faustin Besson et quelques autres artistes dolois sont venus visiter notre exposition dont ils ont paru très satisfaits. Il n'en est pas de même de Gigoux qui, tout en faisant le modeste, dit les choses du monde les plus incroyables sur notre ville, furieux de ne pas y trouver de la part des principaux fonctionnaires l'accueil qu'il croit dû à son mérite.

  • 88 L'injuste, le funeste.

22513 août.— Le jury nommé pour prononcer sur les indemnités à accorder aux propriétaires des eaux d'Arcier est assemblé depuis hier. Clerc de Landresse, surnommé l'injuriosus88, y parle pour la ville et de Merey pour les mineurs Bourgon. Cette affaire attire à l'audience un assez grand nombre de curieux ; de curieux, entendez-vous ? mais point de citoyens qui connaissent les intérêts de la ville, qui les comprennent, qui devinent l'importance d'une affaire dont le résultat peut être la ruine complète de la cité pour enrichir un architecte et ses associés.

226C'est là cependant toute la question.

  • 89 Montalembert avait publié en 1829 un ouvrage : Du catholicisme et du vandalisme dans l'art (un vol (...)

22714 août.— Dans une des dernières séances du Comité des monuments historiques, M.de Montalembert89 a signalé comme une restauration absurde celle qu'a faite l'architectè Delacroix à l'église du Saint-Esprit, cédée récemment aux protestants. Le savant pair y signale de telles absurdités qu'on y trouve des ornements du XIIe et du XIIIe siècle à côté de décorations de la Renaissance et même de la fin du XVIe siècle.

  • 90 Le vieux moulin de la Cana, compris entre les côtes boisées et le cours du Doubs, était alimenté p (...)
  • 91 Reçu avocat en 1832, il habitait 9 rue des Granges (Annuaire du Doubs).

22815 août.— Le jury d'expropriation des eaux d'Arcier a prononcé aujourd'hui sur les indemnités dues par la ville aux différentes parties intéressées. Dans les débats, l'injuriosus Clerc avait beaucoup plaisanté sur les ânes qui font le service du moulin de La Cana90. L'avocat Lamy91, en lui répondant, lui a dit que s'il fallait des ânes pour égayer l'auditoire, il n’était pas nécessaire d'aller les chercher au moulin puisqu'on les trouverait facilement sans sortir de l'enceinte de la cour. Voilà un échantillon des énormités du nouveau barreau de Besançon.

22916 août.— L’illustre Francis Wey, arrivé d'hier à Besançon pour y passer les vacances, s'est présenté à la Bibliothèque pour y prendre la masse de livres dont il pense avoir besoin pour le travail dont il s'occupe. On peut conjecturer que le grand homme songe à quelque réformation de la langue, car il a mis en réquisition tous les dictionnaires français. Il se croit toujours à Paris.

  • 92 Jean-Antoine Tinseau (Besançon 1697-Nevers 1782), nommé en 1745 évêque de Belley, puis en 1751 de (...)

23017 août.— Un journal annonce que M. Courtois, curé de Pontarlier, est présenté par le roi pour l'évêché de Nevers. Ce siège a déjà été occupé par M. Tinseau92, l'un des plus dignes prélats qu'a produits notre province.

23118 août.— Béchet est toujours le même : ignoble et fastueux. Il souscrit pour 100francs au monument de Jouffroy, mais il s'informe de ce que donneront les autres et se montre furieux que M. de Magnoncour n'en donne que 200.

23219 août.— Ed. Clerc a obtenu la moitié de la troisième médaille décernée par l'Institut aux auteurs des meilleurs ouvrages sur l'histoire de France. Jusque là, il n'y a rien à dire, mais le rapporteur, M. Lenormand, présente M. Clerc comme un écrivain très distingué et lui refuse l'érudition et l'esprit de critique. Or M. Clerc ne sait pas écrire, mais il a beaucoup d'érudition acquise par de consciencieux travaux et il est doué d'un esprit de critique très remarquable. Le jugement de l'Institut le blesse et le confond. Il est indigné.

23320 août.— En creusant les fondations du nouveau parc d'artillerie dans l'enceinte du couvent des capucins, on a découvert un curieux mur de construction romaine qui suppose l'existence dans cet emplacement de bâtiments considérables. Marnotte en a dessiné la position et les contours et il se propose d'en faire le sujet d'une communication à l'Académie.

  • 93 Ancien receveur des domaines à Remiremont. correspondant de l'Académie de Besançon en août 1843. S (...)
  • 94 Charles-Athanase, baron Walckenaer (Paris 1771–1852), membre de l'Institut, trésorier de la Biblio (...)

23421 août.— Gravier93, de Faucogney, m’a envoyé la dissertation sur Amagétobrie, qu'il place avec Walckenaer94 dans un village au pied des Vosges qui porte le nom d'Amage.

  • 95 Répécaud.

23522 août.— Distribution des prix au collège royal. Discours emphatique du proviseur95, improvisation pénible du recteur. Couronnes, musique et applaudissements comme l'année dernière et comme on en entendra jusqu'à la fin des temps. D'ailleurs rien qui mérite d'être noté.

23623 août.— Un plaisant a fait un calcul d'après lequel il a démontré que les eaux d'Arcier reviendront à 25 centimes le litre, c'est-à-dire au prix du vin commun mais très passable.

23724 août.— Séance publique de l'Académie. Le prix de poésie, dont le sujet très difficile selon moi, était le siège de Dole en 1636, a été partagé entre Gindre de Mancy et Richard Baudin. Il ne s'est point présenté de concurrent pour les autres sujets. Le discours du président Clerc, très bien débité et d'ailleurs intéressant à été entendu avec plaisir. Le mémoire de Navand sur l'ancien parlement a paru long. Dusillet fils a fait une lecture assez amusante ; c'est encore un chapitre de ses Souvenirs. Viancin a lu son Ode refusée par les jeux floraux et qui ne me semble pas bonne quoiqu'il ait fait de nouveaux efforts pour l'améliorer ; son talent le porte à la chanson satirique et anecdotique, il a tort de sortir de ce genre dans lequel il aurait pu se faire une réputation honorable.

23825 août.— L'allocation de la Bibliothèque a été réduite à mille francs par le Conseil municipal, persuadé que cela me fait beaucoup de peine, mais je n'ai pas le 5 % sur les acquisitions que je fais et si la Bibliothèque perd à cette réduction, moi je n'y perds pas un centime.

  • 96 L’église parisienne de Saint-Germain l'Auxerrois avait subi des dégâts lors d'émeutes en 1831.

23926 août.— Gigoux est de retour de son voyage au saut du Doubs d'où il rapporte des études précieuses ; il se propose de passer encore quelques jours ici pour voir ses amis et de reprendre le chemin de Paris où il doit se trouver pour l'ouverture de la chapelle qu'il a exécutée dans l'église Saint-Germain-l'Auxerrois96.

24027 août.— On a déposé à la nouvelle salle de la Bibliothèque cinq amphores bien conservées provenant des fouilles que l'artillerie fait exécuter en ce moment dans le terrain des ci-devant capucins.

  • 97 Jacques-Hippolyte Rolle (né à Dijon en 1804), ancien élève de l'Ecole des chartes, était au Nation (...)

24128 août.— M. Hippolyte Rolle97, bibliothécaire de la ville de Paris et l'un des rédacteurs du National, est en ce moment à Besançon. J'ai dîné aujourd'hui avec lui chez Meusy à Arcier où nous avons passé un après-midi fort agréable.

24229 août.— M. Camille Demesmay vient d'être chargé par le ministre d'exécuter en marbre le buste du maréchal Moncey pour la ville de Besançon.

24330 août.— M. Vertel songe à prendre sa retraite de la place de directeur de l'Ecole de médecine ; M. le préfet m'a dit qu'il travaillait à faire avoir sa succession à Bulloz.

24431 août.— Il a été découvert dans les fouilles que l'on exécute sur la place des Casernes un beau vase gallo-romain d'une belle conservation. M. Ravillon qui l'a payé 30 sols en a fait hommage à la Bibliothèque.

Septembre 1842

  • 98 Edmond-Ludovic-Auguste Cavé (Caen 1794-1852), littérateur, avait obtenu après 1830 la direction de (...)
  • 99 Du nom d'un pitre français célèbre sous la Restauration et l'Empire.

2451er septembre.— Gigoux est reparti ce soir pour Paris où le rappelle pressamment une lettre de M. Cavé98, chef de bureau des arts, qui lui tient en réserve deux tableaux de la chapelle de la Chambre des pairs. C'est un si drôle de corps, avec la dignité de Bobèche99 que l’on ne sait réellement s'il est ou non satisfait de l'accueil de ses compatriotes.

2462 septembre.— On a retrouvé dans le Doubs avant-hier, près de Besançon, le corps de l'ancien traiteur Jussy qui s'est noyé, laissant un billet annonçant sa fatale résolution. Comme il était fort à son aise et qu'on ne lui connaissait aucun sujet sérieux de chagrin, on se perd en conjectures sur les raisons qu'il a eues de se livrer à cet acte de désespoir.

2473 septembre.— Ce matin un vigneron qui était allé visiter une vigne près du Polygone dans le temps de l'exercice du canon, a eu la jambe fracassée par un boulet perdu. Transporté sur-le-champ à l'hôpital, il y est mort au moment où l'on se préparait à lui faire l'amputation.

2484 septembre.— La nouvelle troupe de comédiens a fait ses débuts jeudi dernier par une représentation de Robert le Diable ; les acteurs dont les principaux étaient déjà connus ont été accueillis du public mais les chœurs et les ballets ont été sifflés à outrance.

  • 100 Jules-François Jacquot-Rouhier, marquis d'Andelarre (Dijon 1803-Andelarre 1885), député de la Haut (...)

2495 septembre.— Le marquis d'Andelarre100 que j'ai vu hier est un des hommes de notre pays qui me paraît avoir le plus d'avenir. Nous avons parlé le cœur sur la main de tous nos intérêts scientifiques et matériels. En parlant de nos députés de la Haute-Saône, il m'a dit : « C'est leur nullité qui assure leur réélection à tout jamais ! » Je trouve ce mot profond.

2506 septembre.— Le jeune Philibert, architecte de talent, est mort à 32 ans des suites d'une imprudence à la chasse qui lui a occasionné une fluxion de poitrine. C'était le petit-fils du digne M. Thomassin, mort médecin militaire à Besançon, qui avait rempli la place de chirurgien en chef des armées.

2517 septembre.— Lundi 5 est mort à Saint-Ferjeux l'abbé Richard, doyen du chapitre métropolitain, âgé seulement de 50 ans. L'abbé Busson lui a consacré dans Le Franc-Comtois un article où il loue ses connaissances dans les langues et dans les différentes branches de l'histoire naturelle.

2528 septembre.— Une épreuve de l'Ange gardien, gracieuse composition de notre sculpteur Petit, est arrivée à la Bibliothèque.

2539 septembre.— Un arrêté du maire de Besançon fixe l'ouverture des vendanges au 12 de ce mois, mais le raisin n'étant pas également mûr, la récolte s'en fera à deux époques qui seront déterminées.

25410 septembre.— M. le marquis de Grammont est venu me voir à la Bibliothèque. J'avais beaucoup entendu parler de son radicalisme et je n'ai pas manqué de mettre la conversation sur les matières politiques pour le forcer de s'expliquer. Comme je m'en doutais bien, il n'est rien moins que radical : il aimerait mieux voir augmenter le cens que de l'abaisser, repousse de tout son cœur les adjonctions de capacité, et croit justifier le pouvoir en appuyant les incompatibilités. Avec des radicaux comme ceux-là, je crois qu'il ne serait pas difficile d'établir une bonne monarchie et je ne conçois pas que le gouvernement combatte son élection.

  • 101 La toile représente la famille de René Boutin de Vaussigny, financier riche et actif à Paris (1651 (...)

25511 septembre.— Madame la marquise de Mazelières vient d'adresser à la ville pour le musée un grand et beau tableau de Largillière représentant les principaux membres de la famille Boutin de Diencourt, qui a rempli des emplois dans la province avant la Révolution101.

25612 septembre.— Pérennès a loué un appartement au château de Ruffey-sur-l'Ognon où il se propose de passer les vacances dans la solitude la plus complète, pour y revoir la traduction de l'Art poétique d’Horace et y rassembler les matériaux d'un grand ouvrage auquel il consacrera plusieurs années.

  • 102 Charles Pompée, professeur à l'Ecole de commerce de Brême, était le fils du grammairien établi à B (...)

25713 septembre.— Pompée, professeur de langues à Brème,102 vient d'adresser à la Bibliothèque un exemplaire de ses Dialogues espagnols et allemands, 2 vol. in 8.

  • 103 Martial (Marcus Valerius Martialis), le poète satirique des Epigrammes, du Ier siècle après J.C., (...)

25814 septembre.— Augustin Dusillet, que j'ai vu à la campagne chez son beau-père M. Bourgon, m'a communiqué deux jolies épîtres de sa composition. L'une aux rigoristes, l'autre aux ambitieux ; celle aux rigoristes dans laquelle on sent qu'il s'est inspiré de <Martial103> contient une tirade sur les cartes à jouer que Delille n'aurait pas désavouée.

  • 104 Il y était professeur de dogme.

25915 septembre.— L'abbé Jeanjacquot, de Recologne, l'un des ecclésiastiques les plus distingués du diocèse, quitte le Séminaire où il languissait104 depuis plusieurs années dans une place fort inférieure à ses talents pour entrer dans l'institut des jésuites, et voilà comment notre archevêque dépeuple le diocèse d'hommes de mérite ; mais il n'y pense guère, occupé qu'il est de la recherche des reliques. Il vient de découvrir à l'abbaye de Bellevaux un os insigne de la tête de saint Etienne, protomartyr, qui l'occupe entièrement.

26016 septembre.— Le Conseil général a voté 500 francs pour le monument de M. Jouffroy, sur la proposition de Léon Bretillot.

26117 septembre.— Auguste Demesmay est venu me voir aujourd'hui, plein de colère contre Perron à qui le préfet avait eu le tort de penser pour la députation de l'arrondissement de Pontarlier, et contre moi qui avais eu l'audace de certifier des faits dont j'avais eu la confidence. Il est étonné qu'après la mort de Jouffroy un cri unanime ne se soit pas élevé dans tout le département pour le désigner comme son seul successeur possible. Quelle sottise et quelle fatuité.

  • 105 Rue Bersot, où les constructions militaires constituent l'ensemble du quartier Ruty.

26218 septembre.— On démolit les maisons de la rue Saint-Paul105 pour agrandir la place des Casernes ; elles étaient achetées depuis plus de trente ans par le gouvernement qui en a suspendu la démolition jusqu'à ce qu'il soit en mesure de reconstruire la caserne de la cavalerie.

26319 septembre.— Mgr de Reims m’a fait l’honneur de m’adresser pour la Bibliothèque le premier volume du Recueil des conciles de sa métropole.

26420 septembre.— Un baron allemand m'écrit de Bonn pour me proposer de concourir avec lui à former une liaison plus étroite entre les muses françaises et les muses allemandes. C'est sans doute mon nom germanique qui m’a valu l'honneur qu'il me fait de m'appeler au congrès où doivent être jetées les bases de cette alliance.

26521 septembre.— Marmier, de retour à Paris, m'annonce qu'il a rapporté de Russie quelques curiosités qu'il destine au musée de Besançon et le catalogue de la bibliothèque de Moscou qu'il m'enverra par la première occasion.

  • 106 Frontin (Sextus Julius Frontinus), fonctionnaire romain du Ier siècle après J.-C., ingénieur milit (...)
  • 107 Jean-Baptiste Rondelet (Lyon 1743-Paris 1829), architecte, élève de Soufflot, termina le Panthéon (...)

26622 septembre.— Bailly, principal du collège de Vesoul, prépare la traduction de Frontin106 pour la bibliothèque de Panckouke, il me demande en communication le travail de Rondelet107 sur le traité des aqueducs de cet auteur.

26723 septembre.— Tous les poètes se ressemblent. Gindre de Mancy me mande qu'il vient de relire fort attentivement la pièce sur le siège de Dole qu’il avait envoyée au concours de l'Académie, et qu'il n'y trouve pas un seul mot à changer. « Ne croyez cependant pas, ajoute-til, que j'aie autant d'amour-propre que Laumier. »

  • 108 Jules Pautet, bibliothécaire de Beaune, associé correspondant né en dehors de la province.

26824 septembre.— Joseph Bard est arrivé se rendant au congrès de Strasbourg où il va lire un discours dans lequel il défend le principe de l'unité catholique et une pièce de vers intitulée Le juif ou l'homme d'argent. Bard est furieux de la préférence que l'Académie de Besançon a donné à Jules Pautet108 qu'il nomme une guenille et déclare formellement qu'il renonce à faire jamais partie d'un corps qui se recrute d'une manière aussi ignoble.

26925 septembre.— Alexandre de Saint-Juan qui se propose de concourir l'année prochaine pour le prix de poésie proposé par l'Académie, dont le sujet est la gloire militaire de la Franche-Comté, est venu me soumette son plan qui me paraît assez bon.

27026 septembre.— Pérennès qui s'est confiné depuis un mois au château de Ruffey pour y travailler plus tranquillement n'y a pas fait même, à ce qu'il dit, la moindre chose. Cette épreuve lui fera probablement passer le goût de la solitude et me donne l'espérance qu'il nous reviendra moins triste, moins morose qu'il ne l'est depuis quelque temps.

  • 109 Léon Dusillet.
  • 110 Fils du géomètre en chef du cadastre à Lons-le-Saunier.

27127 septembre.— Dusillet109 a confié son opéra dont on a parlé précédemment à M. Houry fils110, contrôleur des contributions à Lons-le-Saunier. Ayant eu récemment l'occasion d'aller dans cette ville, il a entendu plusieurs morceaux de ce jeune compositeur qui lui ont donné la plus haute idée de son talent comme musicien. Ainsi nous avons l'espoir de voir représenter dans quelques mois un opéra dont les paroles et la musique sont de deux compatriotes distingués.

27228 septembre.— Désiré Monnier est parti un peu tardivement pour le congrès de Strasbourg qui s'ouvre aujourd’hui ; il s'arrangera sans doute pour s'arrêter à son retour afin de nous donner des détails sur ce qui se sera passé dans cette réunion scientifique, le plus nombreux qu'il y ait jamais eu en France puisque le nombre des adhérents s'élève à 1.000.

27329 septembre.— Il a été trouvé dans les fouilles qui se font sur la place des Casernes deux statuettes de marbre que l'on dit bien conservées ; mais au lieu d'être placées dans le musée municipal, comme on devrait s'y attendre, elles ont été acquises par un spéculateur nommé Dupont, qui se fera un plaisir de les laisser voir aux amateurs.

27430 septembre.— Aujourd'hui est mort le général Morel, maréchal de camp en retraite, à la suite d'une longue et douloureuse maladie. C'était une excellent homme qui sera regretté de ses nombreux amis.

Octobre 1842

2751er octobre.— Il a été publié il y a quelques mois chez Rusand, libraire à Lyon, une vie de sainte Colette tirée de documents contemporains par l'abbé de Saint-Laurent, que je ne connais pas mais que je suppose franc-comtois. Cette vie, écrite probablement vers la fin du XVIIe siècle, était restée inédite et l'on aurait pu se dispenser de la publier sans qu’il y eut la moindre perte. L'éditeur Rusand n'en a pas jugé de même et il trouve son compte à débiter des faits que le bon sens du XVIIe siècle aurait certainement répudiés. Et puis que l'on vante le progrès des lumières !

2762 octobre.— J'ai assisté aujourd’hui à Pesmes à un sermon sur le rosaire prêché par l'abbé Clerc, professeur de rhétorique au petit séminaire de Luxeuil. Cet ecclésiastique est doué d’un assez bel organe, mais son débit est monotone, et la composition m'a paru très médiocre.

  • 111 Le théâtre de Dole a été construit de 1839 à 1843 par l'architecte B. Martin dans un style néoclas (...)

2773 octobre.— Le théâtre de Dole se poursuit avec une grande activité. L'intérieur est assez beau, mais l'architecte111 a fort mal calculé la distance des loges : les quatrièmes sont si élevées que de là les spectateurs verront le théâtre comme s'il était au fond d'un puits ; cela vient de ce que la salle est beaucoup trop haute pour sa largeur. Il est fâcheux qu’on ne puisse plus remédier à ce défaut capital.

2784 octobre.— Dusillet m'a lu ce soir la pièce qu'il a déjà composée pour l'ouverture du théâtre dolois ; elle est écrite en vers de dix syllabes dans le genre de Voltaire qui, certainement, ne l'aurait pas désavouée. Il est impossible, lorsqu'elle sera connue, qu'elle ne fasse beaucoup de bruit. Dans la vieillesse, Dusillet conserve toute la fraîcheur d'esprit de ses plus belles années.

  • 112 De Léonard Dusillet.

2795 octobre.— Nous ne tarderons pas à voir paraître Le Château de Barberousse112 ; l'impression du volume, commencée il y a dix-huit mois à Lons-le-Saunier, touche à sa fin. Il ne reste plus à imprimer que les notes. L'ouvrage, dans le genre d'Iseut de Dole, ne lui est point inférieur et j'en garantirais le succès.

2806 octobre.— La ville est déserte depuis un mois ; tous ceux qui ont des amis ou des connaissances à la campagne ont voulu profiter des derniers beaux jours pour aller les voir. J'ai pu descendre aujourd'hui la Grande Rue sans y rencontrer une seule personne à saluer.

2817 octobre.— Vuillermet, de Boujailles, jeune homme qui ne manque pas de mérite, a quitté Paris où il était depuis deux ans secrétaire d'un homme de lettres riche, à 1 000 francs d'appointements avec le logement. Il revient ici solliciter une place de régent dans un collège communal et s'estimera trop heureux de l'obtenir.

2828 octobre.— Pierre Victor m'a constitué l'éditeur d'un discours qu'il devait prononcer au Congrès de Besançon sur les causes de la décadence de la tragédie en France. Maintenant que le discours est imprimé, je crains bien qu'il me laisse les frais d'impression pour mon compte.

2839 octobre.— M. Edouard Clerc, en partant pour la campagne, m'a laissé le soin de revoir les épreuves du discours qu'il a prononcé à la dernière séance publique de l'Académie et dont le sujet est l'élévation de la bourgeoisie au rang qu'elle occupe maintenant dans la société et qu'elle ne paraît point disposée à abandonner. Les causes qui ont le plus contribué suivant M. Clerc à l'élévation des bourgeois dans notre province sont les affranchissements, la création du parlement et de l'université, et aussi l'institution des Etats. En parlant de l'université, après avoir dit qu'elle avait promptement dissipé dans le Comté de Bourgogne les ténèbres d'une longue nuit, il s'écriait : « Astre éclatant ! »... Je n'ai pas pu laisser subsister ce rapprochement plaisant, mais l'auteur m'en voudra peut-être de lui avoir enlevé cette brillante figure.

  • 113 Charles-François Millot, baron de Montjustin (1747-1842), mort dans le bel hôtel situé au fond de (...)

28410 octobre.— M. de Montjustin113 est mort le 8 à l'âge de 98 ans ; c'est l'un des 22 gentilshommes franc-comtois qui dans les Etats de 1788 adhérèrent à l’égale répartition de l'impôt.

28511 octobre.— Notre musicien Roncaglio, à qui nous ne rendions pas assez de justice, vient d'être appelé à Salins comme organiste de Saint-Anatoile, à des conditions très avantageuses. Son départ fait tomber la chapelle de Saint-Pierre qu'il avait créée et qui était très supérieure à celle de la métropole.

28612 octobre.— Le docteur Bonnet est de retour du Congrès de Strasbourg où il y a obtenu le plus brillant succès. Nommé vice-président de la section d'agriculture, il y a présenté une série de questions qui toutes ont été résolues dans le sens qu’il désirait.

28713 octobre.— Pérennès n'a pas pu prolonger son séjour au château de Ruffey jusqu'à la fin des vacances ; le voilà revenu depuis avant-hier pour n'y plus retourner. Il y avait transporté une bibliothèque toute entière et c'est à peine s'il a eu le temps d'ouvrir un volume. Enfin, il avoue lui-même qu'il n'a rien fait de ce qu'il avait l’intention de faire.

  • 114 Le baron et la baronne Jules Lebœuf de Valdahon.

28814 octobre.— Clésinger fils arrive de Florence, rapportant les bustes en marbre de M.et de Mme de Valdahon114 que l’on dit parfaitement beaux et d’une grande ressemblance. Il doit repartir incessamment pour achever une statue en marbre qui lui a été commandée par un amateur de notre province et dont on parle sur l'esquisse de la manière la plus avantageuse. Son seul but dans cette occasion était de se faire donner de l'argent par son père, et il est parvenu à lui tirer au moins un millier d'écus. Il a loué, dit-on, un atelier près du palais Pitti, l'un des plus beaux de Florence.

  • 115 Ernst-Théodor-Wilhelm Hoffmann (Koënigsberg 1776-Berlin 1822), auteur d’opéras et de récits fantas (...)

28915 octobre.— Pérennès n'a pas tout à fait perdu son temps à Ruffey ; il a recueilli des anecdotes contemporaines pleines d'intérêt et qu'il raconte avec beaucoup d'entrain. Je lui ai donné le conseil de les écrire, et je suis persuadé que s'il le veut il en tirera un bon parti. Les données des Contes d'Hoffmann115 ne sont rien auprès de celles qu’il nous a esquissées ce soir.

29016 octobre.— Francis Wey, quoi qu'on en dise, est un homme d'esprit et de mérite. C'est une chose dont chacun serait d'accord s'il annonçait moins de prétentions, s'il était un peu plus modeste. Il vient de terminer un ouvrage de grammaire qui lui a coûté beaucoup de temps et de recherches ; c'est un recueil d’observations grammaticales entièrement neuves au nombre de plus de 300. Il est occupé maintenant d'une rhétorique sur un plan également neuf et qui ne peut manquer d'obtenir un gand succès s'il parvient à l'exécuter comme il l'a conçue. Wey retourne à Paris dès les premiers jours de novembre.

29117 octobre.— Bard est revenu du Congrès très satisfait des honneurs qu’il y a reçus, mais un peu courroucé contre les strasbourgeois qui lui on fait payer chèrement l'hospitalité qu'ils lui ont accordée pendant une quinzaine de jours. Tout en déclamant contre les hommes d’argent, je le crois très parcimonieux et cette croyance est fondée sur ce qu'il m'a dit lui-même de sa vie de famille et des détails de son voyage. Il est parti hier pour Gray où il va visiter l'église et les restes d'antiquités.

29218 octobre.— D. Monnier ne passera pas par Besançon pour se rendre de Strasbourg à Domblans. Cette annonce donnée par Le Franc-Comtois est une plaisanterie d'autant plus bouffonne que Laumier, coupable de l'article, y a mis le même sérieux que s'il s'était agi du duc de Nemours ou d’un des princes de la science.

  • 116 Villemain.

29319 octobre.— Le ministre116 a rejeté le plan mesquin adopté par le Conseil municipal pour l'établissement de la Faculté des Sciences. Il faudra voir la conduite que le préfet va tenir dans cette circonstance et s'il aura le courage de défendre les intérêts de la ville contre les meneurs du Conseil qu'il n'a que trop favorisés jusqu'ici en les laissant faire, tandis qu'il n'aurait eu qu'à dire un mot pour les arrêter.

29420 octobre.— Les musées vont se multiplier dans la province. Celui de Pontarlier s'est enrichi d'un serpent à sonnette tué en Amérique par un jeune homme de Pontarlier qui en a fait don à cet établissement. A Salins, les vieilles armures, les monnaies et même les jetons sont reçus avec reconnaissance par le musée qui vient d'être inauguré dans cette ville.

29521 octobre.— Décidément les membres de la famille Demesmay sont devenus le point de mire de nos journalistes et en particulier du Franc-Comtois. Ils ne peuvent plus sortir de chez eux sans qu'aussitôt nos publicistes n'en tiennent note. Auguste est allé dîner à Morteau : il faut que la province en soit instruite. Son cousin Camille va visiter l’abbaye de Montbenoît et vite un article sur le statuaire qui ne doit qu’à des dispositions naturelles les succès brillants qu'il a obtenus dans la dernière exposition. Cette affectation frise un peu le ridicule.

  • 117 Mourier.

29622 octobre.— Chaque année, les changements dans le personnel des collèges de notre ressort académique sont considérables. A Besançon seulement, il y a au moins cinq ou six mutations cette année. Le professeur Damiens, dont je conserve un bon souvenir, est envoyé à Reims, le professeur de philosophie117 à Angoulême, etc.

29723 octobre.— Aujourd’hui a eu lieu la rentrée du collège avec la messe du Saint-Esprit et les discours accoutumés.

  • 118 Jean-François, général-baron Boulart (Reims 1776–Besançon 1842). Après avoir fait campagne sous l’ (...)

29824 octobre.— Le général Boulart118 est mort le 21 de ce mois à la suite d'une longue et douloureuse maladie qui l'avait obligé de prendre sa retraite. C'était un bon officier, très instruit, qui emporte les regrets de tous ceux qui l'ont connu.

  • 119 La parution de cet almanach fut différée jusqu'en 1845, et n'eut qu'une seule édition imprimée à B (...)

29925 octobre.— Nous allons avoir un Almanach de commerce de la Franche-Comté ; l'éditeur qui se nomme Péry m'est parfaitement inconnu119.

30026 octobre.— Il est tombé de la neige qui a fondu dans la journée à Besançon, mais on en voit sur les hauteurs. Mais celle qui est tombée en plus grande quantité dans les montagnes ne fondra probablement pas avant le printemps prochain.

30127 octobre.— Victor Considérant, le plus grand apôtre du fouriérisme, est venu à Besançon en quittant Strasbourg où il était allé développer la doctrine de son illustre maître. L'Impartial a profité de l'occasion pour revenir encore sur la théorie du ménage et de la famille.

  • 120 Soult.

30228 octobre.— Le général Pajol, que son âge met à la retraite, a refusé de donner la démission qui lui a été demandée de la place de commandant de la 1ère Indivision militaire. On lui a offert en échange le gouvernement du Louvre et le titre d'aide de camp du roi. Il a rejeté avec hauteur ces propositions brillantes et comme le ministre de la Guerre120 ne peut pas reculer, il est possible que notre compatriote soit mis en disponibilité.

30329 octobre.— M.de Ronchaud, l’un de nos poètes les plus distingués, est à Besançon depuis quelques jours ; il a en portefeuille une tragédie dont il a fait lecture à quelques amis qui, comme l’on pense bien, n'en diront pas un mot.

30430 octobre.— Perron qui était revenu pour assister aux épreuves de la Faculté est retourné ce matin à Pesmes pour soigner sa sœur que l'on dit dangereusement malade.

30531 octobre.— Lancrenon a quitté la campagne plus tôt qu'il ne le voulait, appelé pour donner son avis sur les travaux attaqués pour l'établissement du musée à la nouvelle halle.

Novembre 1842

3061er novembre.— Mgr l'archevêque, revenu de la Normandie dont il a édifié les habitants par son assiduité aux offices de Saint-Ouen, a pontifié aujourd'hui à la métropole.

3072 novembre.— Un vannier à qui l'on demandait s'il avait assisté hier à la messe a répondu : « Certainement, j'y ai lu les mémoires du diable. » Quelle moralité !

  • 121 Mgr Césaire Mathieu.
  • 122 Il occupera cette fonction jusqu'en mars 1848.

3083 novembre.— Rentrée solennelle de la Cour royale. La messe a été célébrée dans la salle des pas perdus qui s'est trouvée trop petite pour contenir toutes les personnes invitées. L'archevêque121 y assistait avec ses serviteurs mais là encore comme partout avec la dignité d'un curé de village. Il est impossible d'imaginer un homme plus borné et qui ait l'esprit plus faux ; je reviendrai peut-être là-dessus. Le discours a été prononcé par M. le procureur général de Golbery qui avait je crois pris pour sujet la dignité de la magistrature, mais quelque sujet qu'il ait choisi, certainement, il ne l'a pas traité car toute sa harangue n'a été qu’un tissu de lieux communs. Son débit est mauvais puisque l'on n’a justement entendu que la moitié des phrases ; il a fait l'éloge de deux de ses prédécesseurs, MM. Meyronnet de Saint-Marc et Clerc. Son silence sur M. Lerouge, son prédécesseur immédiat est une injure. Je sais qu'il aurait été très embarrassé pour le louer, mais je conçois qu'un homme habile s'en serait pourtant tiré. Les avocats en robe, même le fameux de Merey, ont prêté le serment, non pas individuellement mais en masse ; aussi quelques-uns ont dit « nous le jurons ». Si M.de Golbery reste quelques années à Besançon, ce que je ne crois pas122, il pourra y faire du bien, mais à moins qu'il ne gagne beaucoup, il sera toujours un détestable orateur.

  • 123 Emile Delacroix.

3094 novembre.— Hier à dîner chez le conseiller Béchet, le professeur Bugnet s'est avisé de traiter la question des eaux d'Arcier, avec une lucidité qui ne laissait pas la moindre réplique aux adversaires dont il était entouré et avec une énergie qui les a touchés. Le pauvre Béchet et son gendre123 ne savaient pas à quel saint se vouer.

3105 novembre.— Le conseiller Béchet travaille en ce moment à une histoire de la maison de Bellevaux depuis 1720, époque où elle a été destinée à nourrir les mendiants et les condamnés à des peines correctionnelles.

3116 novembre.— Le premier président Alviset à qui, on ne sait pourquoi, le proviseur du collège s'est avisé de conduire les nouveaux professeurs, les a fort mal accueillis. On assure qu'il leur a dit : « Vous faites partie, messieurs, d'un corps qui vous récompense pour professer des doctrines impies et subversives que nous regardons comme notre devoir de poursuivre avec une juste sévérité. »

  • 124 Edouard Ordinaire, fils de Désiré, qui avait été nommé directeur des travaux anatomiques à l'Ecole (...)

3127 novembre.— La rentrée solennelle de la Faculté des lettres et de l'Ecole préparatoire de médecine a eu lieu aujourd'hui à sept heures dans la salle ordinaire des exercices académiques. Cette salle, beaucoup trop petite pour l'affluence des auditeurs, était d'ailleurs éclairée de la manière la plus mesquine. Cette fois, le recteur s'est dispensé de la pénible improvisation dont il nous a régalé les années précédentes. M. Pérennès a fait le rapport des travaux de la Faculté avec son talent accoutumé, seulement je trouve qu'il aurait dû se dispenser d'annoncer que les leçons n'étaient pas obligatoires pour les élèves. M. Martin, secrétaire de l'Ecole de médecine, a lu ensuite son rapport très long, débité lourdement et dans lequel il a nommé deux fois pour son zèle le prosecteur Ordinaire124 tandis qu'il s'est abstenu de nommer aucun des professeurs.

3138 novembre.— Amédée Thierry qui poursuit son projet de remplacer M. de Marmier à la Chambre des députés pour l'arrondissement de Jussey, a fait une nouvelle tournée électorale dans les derniers jours du mois d'octobre. Il est venu à Besançon où je n'étais pas en ce moment, mais j'ai su qu'il avait rendu des visites à plusieurs de nos amis communs.

3149 novembre.— Alexandre de Saint-Juan, arrivé de la campagne, est venu me lire le poème, car ç'en est un, qu'il a composé pendant les vacances sur le sujet proposé par l'Académie. Il y a certainement de belles choses, du mouvement, des vers remarquables et quelquefois de la poésie. S'il était homme à reprendre son œuvre, à la limer, à la travailler, je ne doute pas qu'il ne parvienne à faire quelque chose de remarquable, mais la présomption l'aveugle toujours et il en est encore à savoir que les bons vers ne s'improvisent pas. Au surplus, il retourne à Paris continuer son cours de droit et je ne sais ce qui doit advenir de son année.

31510 novembre.— M. Ch. de Rotalier, nouvel académicien, m'a fait aujourd'hui sa visite ; il est extrêmement flatté de l'honneur que lui a fait l'Académie et je le vois très disposé à nous seconder de tout son pouvoir dans le but que nous nous proposons de soutenir, d'encourager le goût des lettres dans la province. Il a plus de générosité que M. Clerc, des vues plus larges et il m’a laissé convaincu que nous ne pouvions pas faire un meilleur choix.

31611 novembre.— Le professeur Bugnet, qui est arrivé depuis deux jours en attendant son prochain départ pour Paris, répond aux invitations qui lui sont faites par ses anciens amis ou par les personnes qui sont flattées de trouver une occasion de lui témoigner leur estime ou leur reconnaissance, mais c'est toujours le même homme cherchant plutôt qu'il ne les évite les discussions qui le mettent à même de professer publiquement ses opinions, qu'elles blessent ou non les autres convives. C'est ainsi qu'hier il a soutenu avec autant de fermeté que de talent en présence d'un ami qu'il y avait abus dans les donations de propriétés privées au clergé, et aujourd'hui, chez le député Maurice, que l'élection d'Auguste Demesmay était illégale. Tout ce qu'il dit est vrai mais il n'y a pas nécessité de dire la vérité à ceux qui ne la demandent pas et qu'au contraire elle blesse.

31712 novembre.— Demesmay qui n'ignore point ce que Bugnet pense de son élection m'a témoigné le désir que je le présente au savant professeur, mais celui-ci m'a répondu : « Si Demesmay veut me parler, il le peut puisqu'il me connaît personnellement ; si vous me le présentiez, cela serait ridicule car je ne suis pas un personnage. » Aujourd'hui à dîner chez le général Voirol, ils ont échangé quelques paroles d'un côté de la table à l'autre, mais Demesmay n'a pas osé pousser les choses plus loin et le rapprochement qu'il désirait n'aura pas lieu.

31813 novembre.— Le conseiller Gras, qui se trouve aussi l'un de nos magistrats municipaux, disait ce matin à Bugnet : « La ville, avec le ridicule projet d'amener les eaux d'Arcier et le million qu'elle a voté pour avoir une tête de chemin de fer, ne peut manquer d'être ruinée complètement pour un demi-siècle. » Le conseiller a raison et pourtant il a voté pour les eaux d'Arcier et pour le chemin de fer. Il est comme cela bien des gens qui n'ont pas le courage de leurs opinions.

  • 125 Les Marionnettes ont paru en novembre 1842 et mai 1843 dans la Revue de Paris (M.-C. Amblard, “Com (...)

31914 novembre.— Nodier vient de publier dans la Revue de Paris, sous le nom de Neophobus un article sur Les Marionnettes125 qui fait grand bruit, même à Besançon où l'on devient si peu littéraire ; il l'a terminé par une apostrophe où il rappelle notre ancienne amitié qui dure depuis plus d'un demi-siècle, mais je ne sais pourquoi il s'avise de vanter un prétendu talent pour narrer que je ne me connais nullement, et après avoir entonné mes louanges sur le ton le plus solennel, finit par le refrain si connu de la chanson : « Prête-moi ta plume pour écrire un mot. »

  • 126 Pourrait être le marquis Paul Brunet d’Evry (†1848), qui avait épousé en secondes noces en 1830 Ga (...)

32015 novembre.— M. de <Brunet>126, beau-frère de M.de Magnoncour, est un homme d'esprit vif, léger et caustique ; il juge notre ville qu'il habite depuis quelques jours prodigieusement ennuyeuse et se répand en bons mots sur nos habitudes, nos spectacles, nos dîners, nos réunions, nos femmes qu'il trouve gauches et ridicules. Sa conversation est extrêmement amusante mais n'a rien de solide. Il me semble que M. de <Brunet> descend en droite ligne de nos petits maîtres dont on trouve les portraits dans l'Histoire de la Régence, mais dont le nom n'existe plus.

32116 novembre.— Il pleut depuis deux jours sans discontinuer ; les eaux croissent très rapidement, et l'on doit s'attendre à de nouvelles inondations dans le midi de la France.

32217 novembre.— Les eaux ont continué de monter toute la journée ; ce soir elles couvraient la place des Casernes et s'étaient répandues le long des remparts près de la poterne du Saint-Esprit et de la nouvelle porte Saint-Pierre où l'on ne pouvait arriver qu'en voiture. On dit qu'elles sont plus grandes de plusieurs pieds qu'en 1832, la plus forte inondation dont on se souvienne, mais le ciel vient de s'éclaircir et dès demain ou après le Doubs sera rentré dans son lit.

  • 127 Jean-Jacques Ordinaire, qui avait été le compagnon de Fourier au collège de Besançon.

32318 novembre.— L'un des anciens rédacteurs de L'Impartial, Pellarin, est arrivé depuis quelque temps à Besançon où il est occupé, dit-on, à recueillir des matériaux pour composer une vie détaillée de Fourier, l'inventeur du phalanstère et de l'attraction passionnelle. S'il veut rapporter dans son ouvrage tous les renseignements que pourrait lui fournir M. Ordinaire127, l'un des anciens amis de Fourier, cela serait très amusant.

  • 128 Marnotte.

32419 novembre.— Décidément, la halle, construite à si grands frais pour servir d'entrepôt aux grains qui devaient arriver de toutes parts d'après nos spéculateurs, va recevoir une nouvelle destination. On mure toutes les ouvertures pratiquées par le premier architecte128 pour la circulation des voitures et l'on couvre la cour intérieure pour en faire un marché qui sera beaucoup trop petit pour l'importance de la ville. Ainsi on aura dépensé plus d'un million pour avoir une halle que l'on n'ouvre pas et l’on y ajoutera deux cent mille francs pour avoir un marché couvert insuffisant. Il faut convenir que si nos bourgeois administrateurs sont habiles, du moins ils ne sont pas économes des deniers publics.

32520 novembre.— Le Franc-Comtois cessera-t-il de paraître ? Ou les fondateurs de ce journal, qui sont incapables de le soutenir, prendront-ils des mesures pour le faire passer à Bidal qui paraît plus propre <qu'un autre> à le soutenir et à lui donner plus de vie ? C'est la double question que Perron a traitée aujourd'hui en petit comité avec d'assez longs développements. Il prêche pour en faire passer la propriété à Bidal et je suis de son avis, mais nous ne sommes pas dans notre droit. Ainsi la chose reste encore indécise jusqu'au 25 janvier où doit avoir lieu une assemblée générale des actionnaires qui ne se passera pas sans de grands débats et des scandales.

  • 129 Charles-Irénée Castel, abbé de Saint-Pierre (Saint-Pierre-Eglise 1658-Paris 1743), abbé de cour et (...)

32621 novembre.— Perron a de grands projets qu'il m'a développés ce soir mais qu’il désespère de pouvoir réaliser avec l'Académie, composée comme elle est d'hommes âgés et par conséquent dépourvus d'activité et de patriotisme. Il voudrait réunir les trois départements de la province par une association mutuelle contre tous les fléaux qui menacent sans cesse les propriétés, et avec le bénéfice qui résulterait de cette association, fonder une université dans la capitale de la province, une école des beaux-arts, une école d'industrie, des collèges royaux, etc. Pauvre Perron, les rêves qu'il fait sont ceux de l'abbé de Saint-Pierre129 qui comme lui était un homme de bien et ne sont pas moins impraticables. Les peuples vieillissent comme les individus et rien ne peut les arrêter quand ils sont sur le penchant de leur régime.

32722 novembre.— La messe de Sainte-Cécile a été célébrée comme les années dernières à la cathédrale. L'archevêque a mis un peu plus de pompe dans le cérémonial mais la musique a été je crois encore plus mauvaise que de coutume. Celui qui est chargé de battre la mesure faisait un bruit à couvrir les voix. On a oublié ou omis volontairement la prière pour le roi.

32823 novembre.— Notre jeune sculpteur Petit m'a envoyé une caisse contenant des médailles de Jouffroy, du maréchal Moncey et de Mgr l'archevêque de Reims. Il faut distribuer les médailles de Jouffroy entre les amis et les personnes qui vénèrent sa mémoire. C'est là mon affaire.

32924 novembre.— Séance de rentrée de l'Académie. Le nouveau secrétaire Perron a fait un compliment à son prédécesseur. J'ai lu un mémoire de Gravier sur la véritable position d'Amagétobrie qui a été renvoyé à une commission composée du procureur général de Golbery et M. Ed. Clerc.

  • 130 César Convers. Cette délibération donna lieu à une polémique entre L'Impartial et le maire Micaud (...)

33025 novembre.— Le Conseil municipal, à la majorité de 11 voix contre six, a voté les fonds nécessaires pour obtenir le rétablissement de la Faculté des sciences, sollicité depuis un grand nombre d'années mais dont les intéressés aux eaux d'Arcier ne voulaient point. Les onze membres qui, dans cette séance, ont fait preuve d'indépendance et de patriotisme sont : MM. le président Monnot, le président Trémolières, le conseiller Bourgon, le conseiller Gras, Bonnet, professeur d'agriculture, Vuilleret, de Saint-Juan, le conseiller Demesmay, Jourdain et France, épiciers, et Séguin. On est étonné et je dirais même scandalisé de voir parmi les opposants le maire et ses deux adjoints, dont un est un savant130 qui fait des cours gratuits de géométrie appliquée aux ouvriers, moyennant un traitement de 1 500 francs, et M. Favre, ancien élève de l'Ecole polytechnique.

33126 novembre.— M. de Merey, répondant à Clerc de Landresse qui avait dit qu'il était scandalisé de la rapacité des architectes du département, dont il ne parlait que preuves en main, lui a dit : « Je suis fâché que mon contradicteur n'ait pas eu plus tôt la preuve des tromperies des architectes, car il n'aurait sans doute pas manqué de la produire au Conseil municipal de Besançon avant qu'il s'engageât dans l'expropriation des eaux d'Arcier. » Le mot est d'autant plus piquant que Clerc de Landresse a été l'avocat de la ville dans cette désastreuse affaire.

  • 131 Gustave-François-Xavier Delacroix de Ravignan (Bayonne 1795–Paris 1858), prédicateur jésuite qui, (...)

33227 novembre.— J'ai entendu prêcher M. l'abbé de Ravignan131. Eh bien, je ne crains pas de le dire, je l'ai trouvé fort en dessous de sa réputation. Son débit d’abord simple et très bon suivant moi ne s'est pas soutenu longtemps sur ce ton ; il affecte des coups de force comme Talma qu'il a peut-être entendu et sur lequel il s'est peut-être formé, mais rien ne me semble plus opposé que la déclamation théâtrale et la déclamation évangélique. Il manque à M. de Ravignan le ton pénétré, l'accent de l'homme convaincu, mais cela ne se donne ni ne s'acquière, il faut l'avoir reçu de Dieu. Le sujet de son sermon était la nécessité de la foi ; il l'a divisé en deux points, précédés d'une invocation non pas à Marie, mais au cœur de Marie ! Que cela me paraît de mauvais goût ! Les pauvres gens que les jésuites ! Comme déclamateur, il a du talent, je ne le nie pas, mais comme raisonneur il est pitoyable. Mon Dieu, que ces gens-là devraient bien répéter les sermons de Bourdaloue et de Massillon, au lieu d'en composer de nouveaux qui sont évidemment inférieurs.

33328 novembre.— Un de nos journaux a récemment publié une pétition aux administrateurs municipaux pour les prier de s'occuper enfin de donner une promenade aux habitants qui en sont privés depuis que le génie militaire s'est emparé de Chamars pour le bouleverser. Pour prouver aux habitants le peu de cas que l'on fait de leurs suppliques, les voitures qui conduisent des déblais sur le terrain destiné à être converti en promenade ont été assujetties au droit de péage sur les ponts dont elles avaient été exemptées jusqu'alors.

33429 novembre.— Convers vient d'être réélu membre du Conseil général du département pour la section nord de Besançon. Sur les 29 électeurs présents, il a eu 27 voix, mais le nombre des électeurs de la section est de 70. En supposant que tous ceux qui ne sont pas venus déposer leurs suffrages étaient contre lui, la différence entre ses partisans et ses adversaires est de 27 à 43. En conséquence, il est clair qu'il n'aurait pas eu la majorité et qu'il n'est point par conséquent le représentant légitime de la section.

33530 novembre.— L'Impartial a rendu compte dans un de ses derniers numéros de la séance du Conseil municipal dans laquelle ont été votés les fonds nécessaires pour l'appropriation des bâtiments destinés à la Faculté des sciences. Le maire a trouvé que cet article renfermait des inexactitudes et en conséquence a écrit au rédacteur de L'Impartial une lettre qu'il le somme d’imprimer pour rétablir les faits. Dans cette lettre qui n'a pas de sens, le maire désigne le docteur Bonnet dont le rapport au Conseil avait servi de base à L'Impartial comme ayant altéré ce qui s'était passé au Conseil municipal. Bonnet qui n'est pas d'un caractère endurant a remis à L'Impartial une réponse signée qui paraîtra demain. Ainsi nous pouvons nous attendre à du scandale que le maire aura provoqué, sans doute malgré lui, mais qui pourra amener des révolutions importantes sur la marche tortueuse de l'administration depuis qu'elle a pour chef réel non pas le maire, honnête homme, mais des industriels.

Décembre 1842

3361er décembre.— Laumier a fait ses adieux aux lecteurs du Franc-Comtois par un article très court qui a été reproduit dans les autres journaux. C'est Bidal qui lui succède dans la rédaction de cette feuille. Nous verrons bientôt ce qui en adviendra.

3372 décembre.— Les sermons ou plutôt les conférences de l'abbé de Ravignan sont toujours suivies avec beaucoup d'empressement. Avant de commencer son dernier discours, l'orateur a annoncé que des places seraient spécialement réservées aux hommes.

  • 132 Charles-Ambroise Roy (Lods 1773-Besançon 1842). La maison léguée à la ville se trouvait au no 6 de (...)
  • 133 Chanoine titulaire de Saint-Jean.

3383 décembre.— Les obsèques ont eu lieu aujourd'hui à Saint-Jean de M. Ambroise Roy, ancien négociant, mort hier à 69 ans. Je l'ai beaucoup connu sans sa jeunesse. C'était un de ces hommes comme notre pays en produit un assez grand nombre, matérialistes par conviction et cependant serviables, obligeants. Il a donné sa maison à la ville pour y établir une grande école, moyennant une rente viagère132. L'abbé Gonin133 étant venu le voir quelques heures avant sa mort lui a dit : « Vous savez que Jésus-Christ est mort pour les pécheurs ? » — « Je ne le suis pas » fut sa seule réponse.

  • 134 Charles-Marie-Antoine-Suzanne, marquis de Terrier-Santans (1773-1832), maire de Besançon de 1816 à (...)

3394 décembre.— Le président Trémolières m'a dit un joli mot de Convers : « Je veux comme Santans134 être maire et député. »

3405 décembre.— Des affiches provoquant au désordre ont été apposées la nuit dernière dans plusieurs quartiers de la ville. J'en ai vu une qui avait été enlevée de la porte de M. Tholomier, rue du Perron ; une autre avait été placée dans la même rue contre la porte de M. Thomassin. Si la police en a eu connaissance, elle ne l’a pas fait savoir aux habitants pour ne pas troubler leur tranquillité.

  • 135 Joseph-Narcisse David (Paris 1794-1866), le meilleur élève de Talma, obtint le 1er prix de tragédi (...)

3416 décembre.— David135, l'acteur

élève de Talma, mais qui près de son maître
n'est qu'un faible roseau près d'un chêne ou d'un hêtre,

342est venu donner ici quelques représentations qui n'auront pas grand succès. Il est accompagné de deux femmes encore plus faibles que lui. M. de Ravignan et la stupide bouderie d'une classe lui enlèveront des spectateurs.

3437 décembre.— Nos prêtres que l’archevêque oblige à venir ici pour entendre M. l'abbé de Ravignan ne sont pas aussi enthousiastes que le prélat de ce prédicateur dont la réputation surpasse de beaucoup le talent. Tous ses discours, ou, comme il les appelle, ses conférences, ne roulent que sur des lieux communs depuis longtemps usés et rebattus, mais il n'a point encore attaqué et je ne crois pas qu'il attaque les vices nouveaux de la société, dont les remèdes sont dans l'Evangile. Oh ! Bridaine ! Que tous ces gens-ci sont auprès de vous de faibles écoliers.

  • 136 Vaissier exploite encore la papeterie d'Arcier sous le Second empire, associé à Bécoulet, employan (...)
  • 137 Une papeterie existe à Arcier dès le XVIIe siècle..

3448 décembre.— Un arrêt de la cour de cassation casse la décision du jury de Besançon qui n’avait pas reconnu que Vaissier136 était, avec les mineurs Bourgon, co-propriétaire des eaux d’Arcier et ordonne qu'il sera procédé à une nouvelle estimation des dommages dus par la ville à Vaissier pour l'expropriation de la partie des eaux d'Arcier nécessaire à l'exploitation de la papeterie137.

  • 138 . Opéra comique de Duval, musique de Dalayrac, joué en 1800 à la salle Favart.

3459 décembre.— M. le premier président Alviset, connu pour sa richesse et pour sa ladrerie, le plus riche et le plus avare de l'endroit comme dit l’auteur de Maison à vendre138, est dans ce moment en discussion avec le génie militaire pour la cession d'un terrain nécessaire à l'agrandissement du fort de Chaudane. La différence entre la somme qui lui est offerte et celle qu'il demande est de 22 francs 50 centimes. C'est là-dessus que le jury aura à se prononcer le 18 de ce mois.

  • 139 Charles-Gabriel-Frédéric Christin (Saint-Claude 1744–1799), avocat, défendit les droits des mainmo (...)

34610 décembre.— Le procureur général m'a fait demander l'ouvrage de Christin139 sur SaintClaude pour y vérifier des passages copiés par un journaliste qui est poursuivi dans ce moment par le procureur du roi à Chartres comme athée et convaincu d'avoir excité au mépris ou à la haine contre les moines de Saint-Claude. Nous voilà donc revenu aux procès de tendance qui ont été tant reprochés au gouvernement de la Restauration.

34711 décembre.— Le jeune de Ronchaud est de retour depuis hier ; il part demain ou après pour Paris, y reportant une nouvelle tragédie qu'il a faite dans trois semaines, plan et versification. Il ne m'en a pas dit le sujet que je ne lui ai pas demandé par discrétion. Quelle que bonne opinion que j’ai de son talent et de sa facilité à faire des vers, je ne puis me persuader qu'une pièce faite si vite puisse être bien bonne ! Je désire de tout mon cœur me tromper.

34812 décembre.— Laumier est reparti ce soir pour Paris, convaincu que c'est notre faute et non la sienne si les affaires du journal qu'il était venu diriger ne sont pas dans un état plus prospère.

34913 décembre.— Marmier vient de m'adresser, non comme il me l'a mandé le catalogue de la bibliothèque de Petersbourg, mais le système d'après lequel les ouvrages sont classés dans cette bibliothèque, l'une des plus riches du nord.

35014 décembre.— Je crois avoir dit que Viancin s'était amusé à faire sur l'opéra de La Juive un pot-pourri qu'il publie dans Le Franc-Comtois. Dans cette pièce qui n'est rien moins que catholique, il y a un rôle de cardinal inquisiteur qui menace d'excommunier la juive, à ce que je crois car je ne connais pas la pièce. Viancin s'est permis là-dessus des plaisanteries dont quelques dévots se sont très choqués. Pérennès m'en a prévenu ce matin, en me chargeant d'en donner avis à Viancin. Tout ce que je vois et que j'entends de la part des gens de sacristie est vraiment incroyable !

  • 140 Méditations sur la vie et la doctrine de Jésus-Christ, d'après les quatre évangélistes, etc..., pa (...)

35115 décembre.— Le curé du Russey, M. Verdot, que j'ai vu ce matin, s'occupe en ce moment de l'histoire des différentes communes dont se compose sa paroisse. C'est un homme modeste, laborieux et qui fera certainement quelque travail utile. Il a traduit l'année dernière les Méditations du P. Avancin et il avait déjà remis son manuscrit à Chalandre pour l'imprimer quand il a paru une traduction de cet ouvrage à Paris, très certainement moins consciencieuse140

35216 décembre.— Il y a eu hier séance à l'Académie. M.de Golbery y a lu un fort bon rapport sur le mémoire de M. Gravier qui croyait sur la foi de Walkenaer avoir retrouvé la position d'Amagétobrie au pied des Vosges dans une commune du nom d'Amage. On a procédé ensuite à la nomination de la commission d'élection. Précédemment j'avais annoncé celle du monument Jouffroy que j'ai composée de ses amis.

35317 décembre.— Bousson de Mairet m'est tombé hier sur les bras au moment où je ne l’attendais plus. Il s'occupe d'un abrégé d'histoire ancienne pour un libraire et de divers autres ouvrages commandés, et puis il est en outre chargé de rédiger un factum dans un procès de famille, qui paraît lui donner beaucoup d'inquiétude.

  • 141 La phrase rédigée par Weiss est peu claire.

35418 décembre.— Le baron Henry m'a envoyé son roman de Senneval avec prière d'en rendre compte dans un journal de la province. Je viens d'y jeter un rapide coup d'œil. Il m'a paru que c'était une imitation de l'Eugénie Grandet de Balzac qu'il nomme un des maréchaux de la littérature ; et puis de son grand homme de province à Paris141. D'ailleurs il y a des pages bien écrites et des détails assez piquants. Nous verrons.

  • 142 Ils ont été imprimés dans les Actes du Congrès.

35519 décembre—. M. Agnant, professeur de rhétorique à notre collège, vient de faire imprimer son poème de Guzman, dont il avait lu des fragments au Congrès de Besançon en 1840142. Il ne manque pas d’un certain talent de versificateur, mais du diable si cet homme-ci a jamais su ce que c'était que la poésie. La dédicace à son père de 82 ans m'a déplu par l'air prétentieux. Les lithographies de Bertrand sont mal venues au tirage. Nous reviendrons plus tard sur cet ouvrage car il est impossible de n'en pas parler.

  • 143 Difficile à identifier avec certitude : peut-être Charles-Louis Bazin (Paris v. 1810-1856), peintr (...)

35620 décembre.— Le jeune Bazin143, que je crois fils d'un sculpteur ornemaniste, vient de faire le portrait en médaillon de l'abbé de Ravignan que l’on dit d’une grande ressemblance. Il est en vente chez les marchands de nouveauté au prix d’un franc. Si toutes les dévotes du prédicateur en achètent un, le débit en sera très grand.

  • 144 L'abbé Mouton.
  • 145 On découvrit en 1841 dans ce village du canton d'Autrey-lès-Gray deux cercueils de pierre, et au d (...)
  • 146 Stendhal avait fait allusion à cette légende dans Le Rouge et le Noir (1830) : « Attentif à copier (...)

35721 décembre.— Le curé de Poyans144, près de Gray, est venu me demander mon opinion sur quelques débris d’antiquités trouvés naguère dans des tombeaux découverts sur le territoire de la commune145. Ces antiquités que je n’ai point vues ont sans doute été communiquées à M. Clerc qui, passant une partie des vacances près de Poyans, y est connu comme un érudit. Cette explication naturelle que j'ai donnée au curé l’a pleinement satisfait, mais il est resté à causer avec moi du travail dont il s'occupe depuis quelques années dans le but d’éclaircir l'origine de son village, du domaine des comtes de Vergy mais dont il attribue la fondation aux chevaliers du Temple. Sa conversation, pleine d'intérêt, a vivement excité ma curiosité, surtout en ce qui concerne la tradition, encore vivante dans le pays, des malheurs et de la fin déplorable de Gabrielle de Vergy146. Il m'a promis de mettre au net ses documents et de me les adresser. Je regrette de ne lui avoir pas demandé son nom.

  • 147 Marie Mennessier-Nodier depuis 1830.

35822 décembre.— M. Porchat, de Lausanne, est arrivé ce soir venant de Paris où il était allé pour faire recevoir à la Comédie française une petite pièce en un acte dont le sujet est la délivrance des prisonniers français par les Lausannois, à l'époque de la guerre contre les Russes. Plus heureux que beaucoup d’autres, il a eu le bonheur d'être admis à lire devant le comité sa pièce qui a été reçue par acclamations. Sera-t-elle jouée ? Et quand le sera-t-elle ? Ce sont là deux questions que personne au monde n'est en position de résoudre. Porchat, pendant son séjour à Paris qui a été de plus d'un mois, a eu souvent l'occasion de voir Nodier et sa famille dont il revient enchanté. En partant il a envoyé à Mlle Nodier147 une fable intitulée Le Palimpseste dont il m’a promis de m'adresser une copie dès qu'il sera arrivé à Lausanne.

35923 décembre.— Las des fêtes et des dîners d’apparat qui ne laissent pas de fatiguer même des estomacs plus solides que le sien, le député Demesmay est enfin de retour à Besançon d'où il ne bougera qu’à l’approche de la session législative. Il s'est empressé d'aller entendre les sermons de l'abbé de Ravignan dont la réputation a pénétré jusque dans les montagnes du Jura, et comme de juste il en a été enchanté. Il m'a dit qu'il était dans la disposition d'aller se confesser et m'a demandé ce que je comptais faire. Je lui ai répondu que je trouvais la question hors de propos, faite légèrement, de mauvais goût, sérieusement au moins indiscrète.

36024 décembre.— Pérennès a fait imprimer dans Le Franc-Comtois un article sur les prédications de l'abbé de Ravignan qui a eu un succès de coterie. Sur-le-champ, Perron en a rédigé un second, à coups de plume car c’est ainsi qu'il travaille presque toujours, plus vrai, plus piquant, qui vaut mieux au fond mais qui sera moins goûté ou qui même ne le sera pas du tout parce qu'il manque d'à propos et qu'il blessera les idées de beaucoup de monde.

36125 décembre.— L'abbé de Ravignan, après avoir prêché ce matin la nativité ou plutôt la divinité de Jésus-Christ, est parti ce soir à quatre heures par la malle-poste pour retourner à monsieur, vous voilà libre de répandre vos médisances sur les avocats. »

36231 décembre.— Viancin nous a chanté hier une chanson fort plaisante sur la mort du Franc-Comtois qui ne mourra peut-être pas, quoiqu'il soit bien malade. Mais il en est des journaux comme des jeunes gens, ils en reviennent de loin.

Notes

1 Villemain, ministre de l'Instruction publique.

2 Sur ce journal républicain, voir Vogne, La presse périodique..., t. IV, p. 193-239.

3 Rue Moncey. Communication faite dans la séance de janvier 1842 de l'Académie.

4 Il avait déjà été publié à Neuchâtel (dans le Musée..., 1841, 186 p.) et ne le sera pas à Besançon.

5 Ou plutôt le thermomètre.

6 Ou Foblanc.

7 Jean Boyvin dédia un Traité général des monnaies à son fils Claude (1612-1674).

8 Achille Girod, imprimeur installé à Saint-Claude (Besançon) puis rue Saint-Vincent, encouragea les essais lithographiques des artistes locaux. Les illustrations de l'Album franc-comtois sortent presque toutes de son atelier.

9 Il figure encore dans l'Annuaire de 1842 comme chef du bureau des contributions.

10 Il s'agit des Mémoires et comptes-rendus de la Société d'Emulation du Doubs, t. I, 3e et 4e livraisons, daté de décembre 1841. Th. Belamy cite avec éloge cette publication et son contenu dans l'Album franc-comtois de 1842 ; les 1ère et 2e livraisons avaient paru en mai 1841.

11 Claude-Marie-Joseph Guichard, conservateur au département des imprimés de la Bibliothèque royale.

12 Charles Weiss atteint 63 ans.

13 Elisabeth Travelet-Weiss, alors âgée de 15 ans (Bourguignon-lès-Morey 1827-Besançon 1853), fille d'un parent de la mère de Weiss et adoptée par le bibliothécaire.

14 Chalon d'après l'Annuaire du Doubs.

15 En fait Mathy ou Matty de la Tour, ingénieur ordinaire de 1ère classe des Ponts et Chaussées à Gray, auteur d'une Description et d’un plan des ruines romaines de Membrey selon le rapport de Perron à la séance publique de l'Académie de janvier 1843.

16 Jean-Baptiste Lemonnier (Thionville 1759-Salins 1842), associé correspondant de l'Académie de Besançon depuis janvier 1828 en tant qu'homme de lettres.

17 Noël du Fail, seigneur de La Herissaye (Près de Rennes v.1520-1591). Ce magistrat du présidial de Rennes, auteur facétieux et humaniste à la mode de Rabelais, a laissé des ouvrages où se révèlent sa connaissance et son goût de la vie rustique ; moraliste et éducateur, il utilise un style plein de verdeur, nourri du parler populaire : Propos rustiques, facétieux et de singulière récréation, 1547, et Contes et discours d'Eutrapel, 1585.

18 Dans le compte-rendu de l'Album franc-comtois de la séance de l'Académie, la plume caustique de Belamy se montre effectivement très méchante : regrettant que le vote des académiciens ait écarté des personnalités trop jeunes, l'auteur apostrophe en ces termes les membres de la compagnie : « Encore jeunes ! eh ! bonnes gens, est-ce que votre institution serait devenue par hasard un ossuaire de l'intelligence ? »

19 Mgr Gousset.

20 Constant Tripard (Lods 1812-Arceau, Côte-d'Or, 1884). Reçu avocat à la cour royale en 1835, élu associé résidant à l'Académie en 1844.

21 Le Franc-Comtois du 5 février donne un compte-rendu du procès de Proudhon signé Filingre ; un article dans le numéro du 8, intitulé Du droit de propriété, paraît sans signature ; le 10, c'est Filingre qui répond à la lettre de Proudhon.

22 Eugène-François-Jean-Baptiste Crestin d'Oussières, né à Arbois en 1793, sera maréchal de camp.

23 Voir le Journal, 29 janvier 1842 (note sur cet article) et 3 avril 1838 (notice sur le personnage).

24 Duchâtel, officier breton, prévôt de Paris en 1413, soupçonné d'avoir été l'instigateur du meurtre de Jean sans Peur.

25 Martin du Nord, ministre de la Justice et des Cultes

26 Marnotte présentera en 1844 à l'Académie de Besançon un “Essai sur les moyens d'opérer la restauration de l'église Saint-Jean de Besançon", illustré de 5 planches. Les plans de 1842 sont ceux des architectes Alphonse Durand et Guérinod, et portaient sur la toiture, les arcs-boutants, les balustrades des bas-côtés et les corniches de la nef (R. Tournier, La cathédrale de Besançon, 1967).

27 Le projet n'aboutira pas.

28 Augustine Dufresne, 1789-1842. Quelques erreurs à relever dans cette note : Augustine Dufresne, bien que bisontine par sa mère, est née et morte à Paris. Par testament, elle lègue au musée de Besançon deux toiles de son mari, le baron Gros : le portrait de sa mère, Mme Dufresne, née Madeleine Amaudru (voir Journal, 22 mars 1842), exposé actuellement dans la salle du xixe siècle du musée, et une Baigneuse, également exposée ; le portrait du frère de Mme Gros (Henri Dufresne, mort en 1831) est un dessin (mine de plomb et craie blanche) de Dominique Ingres aujourd’hui restauré (cabinet des dessins).

29 A la jonction de la rue des Martelots et de la place Jean-Comet, à côté de l'hôtel Petit de Marivat.

30 Louis-Joseph-Achille-Amédée Oudet, âgé de 33 ans, que l'archevêque venait de nommer curé de Vesoul (L'Impartial, 5 mars).

31 La date de décès donnée par Brune (15 décembre 1840) est erronée : Auguste-Louis-Henri Charpentier, né à Paris, est mort à Besançon le 19 septembre 1850 à l'âge de 75 ans.

32 Le conseiller Donat Demesmay ne sera pas candidat, et c'est son neveu Auguste Demesmay qui sera élu.

33 La Bibliothèque de Besançon conserve deux opuscules signés Rameaux, dont l'un édité à Strasbourg en 1842, présenté par son auteur à l'Académie des sciences.

34 Henri Boissard, de Pontarlier.

35 Une des deux filles de M. de Bouzies de Champvans, directeur des haras.

36 L'abbé Jean-Baptiste Rose (Quingey 1714-1805) s'intéressa à l'histoire, aux mathématiques, à la minéralogie et à l'astronomie. Son Traité élémentaire de morale, 1767, 2 vol., a été réédité en 1823 ; son éloge fut fait à l'Académie par dom Grappin en 1810.

37 Au lycée Charlemagne en 1840 : Jouffroy, en parlant du devoir, « véritable but de la vie et véritable bien » et en évoquant Dieu, s'affirmait comme un philosophe spiritualiste.

38 Une lettre de Bousson de Mairet du 26 octobre 1840 signale à Weiss ce médecin demeurant à Dole, venu proposer à l'imprimeur Javel d'Arbois un volumineux manuscrit intitulé Biographie franc-comtoise, et confirme que l'auteur a souvent pillé les articles de la Biographie universelle (B.M., ms 1901, vol. XIV).

39 Faustin Besson (Dole 1821-Paris 1882), peintre, fils de Désiré Besson (1795-1864).

40 Vicomte Emile Rigollier de Parcey (Dijon 1795-Villette-lès-Dole 1861), élu député de Dole au premier tour en 1842.

41 vicomte Charles Daniel de Boisdenemetz, d'une famille normande, maire de Dole de 1850 à 1858.

42 Ou plutôt Magdeleine, procureur à Dole.

43 Douera, dans l'arrondissement d'Alger, dans les collines du Sahel.

44 Le décès est indiqué dans l'état civil du Franc-Comtois du 9 avril

45 Villemain.

46 “Improvisation à M. Auguste Demesmay”, dans le no 7 du Franc-Comtois (19 avril 1842).

47 Jouffroy avait perdu la foi alors qu’il était à l'Ecole normale (1813-1816) ; fidèle au courant des idées de son temps, il croit trouver la réponse au problème de la destinée de l'homme dans la religion de la Raison. A la fin de sa vie, il a évolué vers un spiritualisme qui le réconcilie avec la foi de son enfance. Ses adversaires, au-delà de sa mort, continuent à villipender l'auteur du pamphlet de 1825 : Comment les dogmes finissent.

48 Sur Broussais, voir ce Journal, 15 mars 1839. Dans son cours de phrénologie sur la localisation des fonctions cérébrales, il jugeait qu'il était inutile d'assister le cerveau d’un élément spirituel, d'une âme : pensées et actes sont le produit physique du cerveau.

49 Amédée Dauchy, 5 rue Neuve, payeur du département, avait « les dépenses de guerre » dans ses attributions et c'est à ce titre qu'il semble avoir été choisi par le maréchal Moncey.

50 .L'Impartial du 28 avril signale la contestation de Portalis (le baron Auguste-Joseph-Melchior, 1801-1855, siégeant à gauche) sur l’exactitude d'un certificat établissant le cens de Demesmay. Le cens d'éligibilité, depuis 1831, était de 500 francs.

51 Weiss en dit trop ou pas assez : il cite le fait sans porter de jugement, donc sans dire en quoi cet œcuménisme mérite d'être signalé ; Weiss semble approuver, mais il ne le dit pas.

52 Jean-François de La Harpe (Paris 1739-1803), poète et critique, entré à l'Académie française en 1776. Après la Révolution, il devint plutôt catholique. Il avait publié en 1799 son Cours de littérature ancienne et moderne.

53 Weiss a déjà fait cette réflexion les 28.4.1840 et 26.4.1841, alors que les Prés de Vaux avaient été choisis pour tirer le feu d'artifice dès 1838 ; en 1836 il devait être tiré de la place des Casernes mais avait été annulé par le mauvais temps ; en 1837 il avait été tiré sur les glacis d'Arènes.

54 Il s'agit du calibre de l'une des pièces qui composaient l'artillerie de campagne (24, 12, 8 et 6 livres).

55 La toile dont il s'agit s'intitule La raccommodeuse de dentelles, appelée aussi Le joueur de guimbarde (et non de bombarde comme l'écrit Weiss) d'après un personnage secondaire. Elle est reproduite en couleur p. 63 dans le catalogue de l’exposition tenue à Besançon en janvier-mars et à Bourg-en-Bresse en avril-juillet 1994, rédigé par Marie-Dominique Joubert : Gaspard Gresly, 1712-1756 : un peintre franc-comtois au xviiie siècle.

56 Amaranthe-Alphonse Dugommier Denis (Paris 1794-Hyères 1876), maire d'Hyères depuis 1830, député du Var de 1837 à 1846. Très actif, il s'intéressait à de nombreux sujets : industrie sucrière, forêts, chemins de fer, etc. Ce personnage est remercié pour son aide par Rochet d'Héricourt dans la préface de son Second voyage... au Choa, publié en 1846.

57 Jules-Sébastien-César Dumont d'Urville (1790-1842) avait participé sur l'Astrobale au voyage de recherche des traces de La Pérouse ; il découvrit en 1837 et 1840 la Terre Adélie, nommé par lui du prénom de son épouse.

58 Ces deux personnes ne sont pas identifiées ; le premier appartenait peut-être à la famille d'Anthouard de Vraincourt, qui compta de brillants officiers.

59 Duchâtel.

60 Aucune mention dans les journaux bisontins.

61 Le sous-préfet de Pontarlier, de 1839 à 1852, fut Jules-Etienne-Xavier Demesmay (1801-1865), frère du nouveau député.

62 A l'angle de la rue Sarrail et de l'avenue Gaulard ; la charpente du bâtiment a été refaite en 1995.

63 François-Zénon Colombet.

64 Vautrot, d'après l'Annuaire du Jura pour 1842.

65 Curieuse remarque : Weiss semble ignorer que le journal avait cessé de paraître après le numéro du 1er septembre 1841 (M. Vogne, ouv. cité, p. 265 et suiv.), et collection complète dans la bibliothèque de l'Académie de Besançon ; le journal avait commencé à paraître le 1er septembre 1839.

66 L'inscription figurait dans l'église des Capucins, démolie pour permettre la construction de l'arsenal, face à l'hôpital Saint-Jacques : « Si l'honneur, la sincérité / La justice et la probité / Prolongeaient la trame des hommes, / Le cœur sous la tombe enfermée / Serait encore tout animé, / L'ornement du siècle où nous sommes. / Mais malgré l'injuste dessein / De la parque pleine d'envie, / Sa triste épouse dans son sein / Lui donne une seconde vie. »

67 Marie Delaunay, connue sous le nom de Madame Dorval (Lorient 1798-Paris 1849). Cette actrice incarna les héroïnes romantiques, Marion Delorme et Catarina d'Angelo. Elle eut une liaison avec Alfred de Vigny puis avec Alexandre Dumas.

68 L'Angelo, tyran de Padoue, 1835, drame en prose en trois journées.

69 M. Brocard, qui avait remplacé M. Neiner.

70 Ferdinand, marquis de Grammont (1805-1889), fils du marquis Alexandre de Grammont, député de Lure de 1839 à 1848, aura une carrière politique jusqu'en 1875.

71 Ed. de Mazères, nommé par ordonnance du 10 août 1839.

72 Sous-préfet de Lure de 1833 à 1839.

73 Dans le numéro du 21 juin 1842 du Franc-Comtois.

74 Jean-David Passavant (Francfort-sur-le-Main 1787-1861), peintre et écrivain, auteur de plusieurs ouvrages sur l'art. La famille aurait émigré de Bourgogne en Allemagne.

75 Mazères.

76 Marin Gilbert dit Miran, un ancien bagnard fixé sous un faux nom à Besançon (Voir Journal, 2 mai 1834).

77 Auguste Convers avait participé avec Miran à la fondation du Patriote franc-comtois en 1832 (Vogne, La presse périodique..., t. IV, p. 167)

78 Adéodat Dufoumel (Gray 1808-1882), maître de forges à Gray, député de la Haute-Saône de 1842 à 1848 ; poursuivra une carrière politique jusqu'à sa mort

79 Voirol.

80 Charles-François-Joseph Broquard de Bussières (Besançon 1791-Soissons 1853). Polytechnicien, il sortit de l'Ecole d'application du génie de Metz et fit la campagne de France de 1814-1815 ; il fut député à Reims de 1834 au coup d’état de 1851.

81 Louis-Jean Levesque de Pouilly (Reims 1691-1750), administrateur et moraliste. Sa Théorie... parut en 1747 à Genève. Il dota sa ville natale d'écoles, de promenades et de fontaines publiques.

82 Le beau-père de Broquard de Bussières, Pierre-Elisabeth Levesque de Pouilly (Reims 1766-Soissons 1855) était en fait le petit-fils de Louis-Jean.

83 N'est cité ni dans Brune, ni dans Bénézit.

84 Louis-Aimé Martin, qui signe parfois Louis Aimé-Martin (Lyon 1786-Paris 1847), est notamment l'auteur des Lettres à Sophie sur la physique, la chimie et l'histoire naturelle ; il a surtout été l'éditeur des classiques. Il avait épousé Désirée de Pelleport, veuve de son ami, Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814).

85 Aimé Martin était bibliothécaire à Sainte-Geneviève, et non à la Mazarine.

86 Toutes les mélodies publiées dans l'Album sont de Théodore Belamy ; reliées à la suite dans le volume de la Bibliothèque municipale de Besançon, elles ne portent aucune précision de date.

87 L'abbé Griffon.

88 L'injuste, le funeste.

89 Montalembert avait publié en 1829 un ouvrage : Du catholicisme et du vandalisme dans l'art (un vol. in-8°), consacré à la défense des monuments du Moyen Age.

90 Le vieux moulin de la Cana, compris entre les côtes boisées et le cours du Doubs, était alimenté par le canal antique des eaux d'Arcier, au niveau de Chalèze.

91 Reçu avocat en 1832, il habitait 9 rue des Granges (Annuaire du Doubs).

92 Jean-Antoine Tinseau (Besançon 1697-Nevers 1782), nommé en 1745 évêque de Belley, puis en 1751 de Nevers.

93 Ancien receveur des domaines à Remiremont. correspondant de l'Académie de Besançon en août 1843. Sa théorie sur l'origine d'Amage (canton de Faucogney) assimilée à Amagetobrie, est contestée à l'époque, en particulier par M. de Golbéry, et est rejetée aujourd'hui.

94 Charles-Athanase, baron Walckenaer (Paris 1771–1852), membre de l'Institut, trésorier de la Bibliothèque royale depuis 1839 et conservateur des cartes de géographie.

95 Répécaud.

96 L’église parisienne de Saint-Germain l'Auxerrois avait subi des dégâts lors d'émeutes en 1831.

97 Jacques-Hippolyte Rolle (né à Dijon en 1804), ancien élève de l'Ecole des chartes, était au National depuis 1828, et passa au Constitutionnel en 1844.

98 Edmond-Ludovic-Auguste Cavé (Caen 1794-1852), littérateur, avait obtenu après 1830 la direction des beaux-arts et des théâtres au ministère de l'intérieur qu'il conservera jusqu'en 1848.

99 Du nom d'un pitre français célèbre sous la Restauration et l'Empire.

100 Jules-François Jacquot-Rouhier, marquis d'Andelarre (Dijon 1803-Andelarre 1885), député de la Haute-Saône de 1852 à 1870, représentant à l'assemblée nationale en 1871. Il avait installé une ferme modèle dans son domaine d'Andelarre.

101 La toile représente la famille de René Boutin de Vaussigny, financier riche et actif à Paris (1651-1724) ; son fils Thomas, le futur directeur des fermes à Besançon, est représenté enfant au premier plan du tableau (André Ferrer, “Les Boutin de Diencourt à Besançon : l'énigme du tableau de Largillière”, Mém. de la Soc. d’Emul. du Doubs, 1995, p. 1-9).

102 Charles Pompée, professeur à l'Ecole de commerce de Brême, était le fils du grammairien établi à Besançon.

103 Martial (Marcus Valerius Martialis), le poète satirique des Epigrammes, du Ier siècle après J.C., a pu être l'inspirateur d'Augustin Dusillet. L'épitre sur l'ambition figure dans les Mémoires de l'Académie avec en exergue un extrait des Proversbes (27. v 20) : « Oculi hominum insatiabiles. »

104 Il y était professeur de dogme.

105 Rue Bersot, où les constructions militaires constituent l'ensemble du quartier Ruty.

106 Frontin (Sextus Julius Frontinus), fonctionnaire romain du Ier siècle après J.-C., ingénieur militaire et civil, auteur d'un mémoire sur les aqueducs de Rome.

107 Jean-Baptiste Rondelet (Lyon 1743-Paris 1829), architecte, élève de Soufflot, termina le Panthéon après la mort de son maître ; auteur de plusieurs ouvrages dont un Commentaire sur le mémoire de Frontin.

108 Jules Pautet, bibliothécaire de Beaune, associé correspondant né en dehors de la province.

109 Léon Dusillet.

110 Fils du géomètre en chef du cadastre à Lons-le-Saunier.

111 Le théâtre de Dole a été construit de 1839 à 1843 par l'architecte B. Martin dans un style néoclassique-renaissance ; Le décor de la salle, peint sur toile marouflée, a été réalisé par H. de Saint Léon : c'est la seule salle de Franche-Comté a conserver aujourd'hui son rideau de scène d'origine. P. Blandin et P. Boisnard, “Les théâtres publics du xixe siècle en Franche-Comté”, Bull. du Centre de recherches d'art comtois, no 8 (1994-1995).

112 De Léonard Dusillet.

113 Charles-François Millot, baron de Montjustin (1747-1842), mort dans le bel hôtel situé au fond de la cour du 9 rue Moncey, acheté à Jean-Antoine-Marie de Mesmay, président à mortier du Parlement de Franche-Comté. L'hôtel devint la propriété du marquis Louis-René-Simon de Vaulchier par son mariage avec Céleste de Montjustin.

114 Le baron et la baronne Jules Lebœuf de Valdahon.

115 Ernst-Théodor-Wilhelm Hoffmann (Koënigsberg 1776-Berlin 1822), auteur d’opéras et de récits fantastiques dont Offenbach a tiré son opéra Les contes d'Hoffmann.

116 Villemain.

117 Mourier.

118 Jean-François, général-baron Boulart (Reims 1776–Besançon 1842). Après avoir fait campagne sous l’Empire, général de brigade, commandera l'Ecole d'artillerie de Strasbourg, puis celle de Besançon à partir de 1830. Une chute en 1833 ayant entraîné la paralysie des deux jambes, il ne put assurer de service actif après 1835. Grand officier de la Légion d'honneur depuis 1823.

119 La parution de cet almanach fut différée jusqu'en 1845, et n'eut qu'une seule édition imprimée à Baume-les-Dames par Victor Simon (Vogne, La presse..., t. IV, p.406)..

120 Soult.

121 Mgr Césaire Mathieu.

122 Il occupera cette fonction jusqu'en mars 1848.

123 Emile Delacroix.

124 Edouard Ordinaire, fils de Désiré, qui avait été nommé directeur des travaux anatomiques à l'Ecole (voir Journal, 8 avril 1841).

125 Les Marionnettes ont paru en novembre 1842 et mai 1843 dans la Revue de Paris (M.-C. Amblard, “Complément aux bibliographies des œuvres de Nodier”, Colloque du deuxième centenaire de C. Nodier, Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 1981, p. 265-274).

126 Pourrait être le marquis Paul Brunet d’Evry (†1848), qui avait épousé en secondes noces en 1830 Gabrielle de Rosières-Sorans. Il possédait ainsi plusieurs terres entre Ognon et Saône, sans y résider. Weiss a donc commis une erreur sur sa parenté avec de Magnoncour, fils unique, et dont la femme, Marie Destutt de Tracy, était elle aussi enfant unique.

127 Jean-Jacques Ordinaire, qui avait été le compagnon de Fourier au collège de Besançon.

128 Marnotte.

129 Charles-Irénée Castel, abbé de Saint-Pierre (Saint-Pierre-Eglise 1658-Paris 1743), abbé de cour et bel esprit, élu à l’Académie française en 1695, auteur d'un Projet de paix perpétuelle (1713) et d'un Discours sur la polysynodie.

130 César Convers. Cette délibération donna lieu à une polémique entre L'Impartial et le maire Micaud (nos des 27 et 29 novembre) qui, dans une lettre insérée dans le journal conteste le mot de scrutin employé par désigner la délibération du Conseil municipal.

131 Gustave-François-Xavier Delacroix de Ravignan (Bayonne 1795–Paris 1858), prédicateur jésuite qui, après avoir commencé sa carrière en Suisse et en Savoie au moment des révolutions de 1830, a été appelé par Mgr de Quelen pour remplacer Lacordaire à Notre-Dame de Paris.

132 Charles-Ambroise Roy (Lods 1773-Besançon 1842). La maison léguée à la ville se trouvait au no 6 de la rue de la Madeleine : elle abritera l'Ecole normale de Besançon.

133 Chanoine titulaire de Saint-Jean.

134 Charles-Marie-Antoine-Suzanne, marquis de Terrier-Santans (1773-1832), maire de Besançon de 1816 à 1830, député de 1820 à 1830.

135 Joseph-Narcisse David (Paris 1794-1866), le meilleur élève de Talma, obtint le 1er prix de tragédie. Joua sur plusieurs scènes à Paris (Théâtre français, Odéon), dirigea le théâtre de Bordeaux puis celui de Bruxelles.

136 Vaissier exploite encore la papeterie d'Arcier sous le Second empire, associé à Bécoulet, employant une centaine d'ouvriers et vendant pour 300 000 francs par an (J.-L. Mayaud, Les patrons du Second empire).

137 Une papeterie existe à Arcier dès le XVIIe siècle..

138 . Opéra comique de Duval, musique de Dalayrac, joué en 1800 à la salle Favart.

139 Charles-Gabriel-Frédéric Christin (Saint-Claude 1744–1799), avocat, défendit les droits des mainmortables du Jura et intéressa Voltaire à leur cause. Il publia en 1772 une Dissertation sur l'établissement de l'abbaye de Saint-Claude, ses chroniques, ses légendes, ses chartes... Il périt dans le grand incendie de la ville.

140 Méditations sur la vie et la doctrine de Jésus-Christ, d'après les quatre évangélistes, etc..., par le P. Avancin, jésuite. Traduction libre du latin par M. l'abbé Marguet, 2 vol. in-18, impr. Périsse à Lyon (cité dans la Bibliographie de la France, no 11, 12 mai 1842, 1293).

141 La phrase rédigée par Weiss est peu claire.

142 Ils ont été imprimés dans les Actes du Congrès.

143 Difficile à identifier avec certitude : peut-être Charles-Louis Bazin (Paris v. 1810-1856), peintre, graveur et lithographe connu pour ses portraits.

144 L'abbé Mouton.

145 On découvrit en 1841 dans ce village du canton d'Autrey-lès-Gray deux cercueils de pierre, et au début du XXe siècle un important mobilier funéraire à même la terre (La Haute-Saône, nouveau dictionnaire des communes, t. V).

146 Stendhal avait fait allusion à cette légende dans Le Rouge et le Noir (1830) : « Attentif à copier les habitudes des gens de cour, dès les premiers beaux jours du printemps, M. de Rénal s'établit à Vergy ; c'est le village rendu célèbre par l'aventure tragique de Gabrielle... » Cette mention indique d'ailleurs qu'il faut situer l'action du roman dans la région de Gray (la sous-préfecture dont dépend Vergy dans le roman est Bray) et non vers Pontarlier, en dépit de certains paysages décrits dans d'autres passages.

147 Marie Mennessier-Nodier depuis 1830.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search