Version classiqueVersion mobile

Journal 1838-1842

 | 
Charles Weiss

Année 1840

Texte intégral

Janvier 1840

  • 1 Duchâtel.

11er janvier.— Monsieur de Montalembert est venu me surprendre ce matin et, malgré la rigoureuse consigne que j'avais donnée au concierge, il a pénétré dans la Bibliothèque où nous avons passé deux bonnes heures à parler littérature et politique. Il m'a promis son appui près du ministre de l'Intérieur1 en faveur de Laumier. Son opinion sur le [...] est la même que la nôtre ; il est étonné que l'abbé Busson, homme de sens et d'esprit, concoure à une œuvre aussi déplorable, et il se propose de lui en parler. Dans son intérêt pour la Franche-Comté, il voudrait prêter son appui au Progrès, mais le voyage que l'un des gérants vient de faire dans le département de la Haute-Saône l'a effrayé. Je l'ai rassuré de mon mieux en lui disant que le voyageur du Progrès est tout simplement un homme mal élevé, mais au demeurant le meilleur fils du monde. Mes raisons ont paru le convaincre, mais je n'en suis pas sûr. M. de Montalembert désirerait beaucoup assister à notre session du congrès et il m'a promis d'y venir s'il ne va pas en Espagne, pays qu'il désire visiter avant son complet anéantissement ; il part demain matin avec l'espoir de revenir sous très peu de jours.

22 janvier.— Les carillons franc-comtois, in-8° ; tel est le titre d'un recueil de chansons que Viancin vient de publier et qui me paraît destiné à un succès de vogue. Il y en a quelques-unes qui datent d’une époque déjà révolue comme Les Trois jacobins et Le Baptême d'une cloche par Charles X, mais la plupart sont assez récentes et critiquent des travers actuels. Les annonces de journaux et Le grand citoyen me semblent les meilleures de toutes et doivent, si je ne me trompe, prendre place dans le choix des meilleures chansons françaises.

  • 2 Peut-être le comte Louis Biondi, marquis de Bardino (Rome 1776 †1839), antiquaire italien ; ou plu (...)

33 janvier.— M. Jouffroy me mande qu'un de ses amis nommé Biondi2 vient d'amener à Paris une collection de tableaux de l'école florentine depuis Giotto au Perugin, et que si le Conseil municipal veut lui ouvrir un crédit de 2 à 3 000 fr., il pourra profiter d'une occasion qui ne se représentera peut-être jamais pour procurer à notre futur musée des tableaux précieux. La commission du musée a donné un avis favorable, mais le Conseil municipal ne sera probablement réuni qu'après la vente qui doit commencer le 7 de ce mois. Ainsi, selon toute apparence, on ne pourra pas profiter de l'offre patriotique de notre honorable député.

44 janvier.— M. Bourgeois, curé de Septfontaines, vient de terminer une vie de saint Martin dans le genre de la sainte Elisabeth de M. de Montalembert, mais avec moins de talent ; il a l'approbation du séminaire pour la faire imprimer et, ce matin, il est venu me prier de lire son manuscrit pour lui en dire mon avis. Sous le rapport du style cet ouvrage m'a paru médiocre, mais pour le fonds je n'ai pas ce qu'il faudrait pour en porter un jugement compétent.

55 janvier.— M. de Chantrans, chez qui j'étais retourné pour entre la suite de son Mémoire philosophique, n'ayant pas eu le temps de le mettre au net, m'a lu la relation d'un voyage qu'il fit en 1775 de Bayonne à Pampelune où il se trouva le jour de la fête de saint Firmin, patron de la Navarre. Cette relation, écrite d'un style simple et clair, m'a vivement intéressé.

66 janvier.— Notre ami Victor m’a envoyé un exemplaire de son Coup d'œil sur les antiquités Scandinaves. Ce morceau a été imprimé dans les Annales de la Société libre des beaux-arts.

  • 3 Ponce-Denis-Ecouchard Lebrun (Paris 1729-1807), poète qui composa 600 épigrammes souvent sévères, (...)

77 janvier.— M. le comte Brunet de la Renoudière a changé le format de son journal, le plus lu et le plus ennuyeux que l’on vit oncques même dans notre pays, qui n'est pas celui du journalisme. Là-dessus, Viancin a fait cette drôle d'épigramme, imitée de celle de Le Brun3 contre la traduction de Bauer poète de Toulouse :

Ci-gît Le Séquanais qui, mort in 8°,
Essaya vainement de revivre in 4°.

  • 4 Augustin-Xavier Maurice (1798-1844).

88 janvier.— M. l'avocat général4, qui revient de Dole où il était allé passer les fêtes, a découvert dans un des murs de l'ancienne caserne un Christ sculpté sur pierre dont les formes attestent une très haute antiquité. Il a passé l'après-midi à la Bibliothèque, occupé de rechercher dans les auteurs un dessin analogue, sans rien trouver, mais un connaisseur me dirait que le Christ est du Xe siècle que je n'en serais pas surpris. Je lui ai conseillé d'en envoyer le dessin à M. de Caumont qui pourrait mieux que personne lever les doutes à cet égard.

  • 5 en fait, le t. III : Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, B (...)
  • 6 L'un des trois tribunaux épiscopaux — vicomté, mairie et régalie — qui devait disparaître au xviie(...)

99 janvier.— Victor Baille vient de dessiner pour le 2ème volume des Documents5 une portion de la maison de M. de Saint-Juan, rue des Granges, qui dans le XVIIe siècle était le siège de la Régalie6. Ce joli dessin sera gravé par Jules Baron et fournira le sujet d’une dissertation assez curieuse sur les anciennes cours de justice de notre bonne ville de Besançon.

  • 7 Jean du Potet de Sennevoy (La Chapelle, Yonne, 1796-Paris 1881). Ce disciple de Mesmer avait créé (...)

1010 janvier.— Depuis quelques jours, M. le baron Du Potet7, exclu de Paris par la Faculté de médecine dont il se déclare l'implacable adversaire, a ouvert un cours de magnétisme animal que fréquentent assidûment les amateurs de merveilles et les gobe-mouches plus communs ici qu'ailleurs. Il annonce lui-même que sa doctrine peut devenir dangereuse entre les mains des ignorants ou des hommes vicieux qui seraient disposés à en abuser. Cet aveu seul devrait suffire pour faire fermer son cours, mais l'autorité municipale est trop occupée par les autres projets qu'elle médite dans l’utilité des citoyens pour songer à garantir leurs mœurs et leur santé des pièges d'un charlatan que l'on sait au surplus très adroit et très spirituel.

1111 janvier.— M.de Saint-Juan est venu me communiquer une Epître à Viancin qu'il se propose de lire à la première séance de l'Académie. Cette pièce est on ne peut plus légère au fond puisque ce n'est qu'une invitation à dîner, mais il y a, ce me semble, quelques vers bien tournés. Elle subira jeudi prochain l'épreuve d'une première lecture, et malgré les oppositions que je prévois, cette épreuve ne peut que lui être favorable.

1212 janvier.— Le Cours élémentaire et abrégé de Belles-Lettres, par M. Bousson de Mairet, est à sa 2ème édition. L'auteur l’a réellement revu et corrigé ainsi qu'il annonce sur le frontispice. Il va soumettre encore une fois son ouvrage au Conseil royal de l'université en le priant de l’adopter pour les collèges et les maisons d’éducation, et l'accueil que son Eloge de d'Olivet a reçu de l'Académie française pourrait bien avoir une heureuse influence sur la décision à intervenir.

  • 8 Jérôme-Adolphe Blanqui (Nice 1798-Paris 1854), frère du théoricien socialiste Louis-Auguste Blanqu (...)

1313 janvier.— Notre député Jouffroy vient de réunir dans une brochure ayant pour titre La Politique de la France en Afrique, les idées qu'il avait émises à l'Académie des sciences morales et politiques lors de la discussion du rapport de M. Blanqui8 sur l’Algérie. Ainsi, voilà son nom rattaché aux deux questions les plus importantes qui aient été soulevées depuis vingt ans : la colonisation de l’Afrique et l’avenir de l'Orient.

  • 9 Thomas Gousset, évêque de Périgueux depuis 1831.

1414 janvier.— Depuis plusieurs années le bruit s'était accrédité que si le siège de Paris venait à vaquer, Mgr Mathieu, le premier prélat de France, ne manquerait pas d'y être appelé. La mort de M. de Quelen a laissé vacant le siège et Mgr Mathieu n'a pas même été désigné par les journaux parmi les prélats qui pourraient avoir quelque droit à lui succéder. En revanche, le bon et modeste évêque de Périgueux9, s'est trouvé sur la liste des candidats les plus dignes d'être offerts à la nomination royale. Mgr Mathieu ne nous aurait quitté, dit-on, qu'avec une extrême répugnance. Le voilà donc tranquille et nous aussi.

1515 janvier.— L'anniversaire de ma naissance a été célébré chez Mad. Hugel par les amis. Avec beaucoup de gaieté, au dessert, Viancin a chanté sur la circonstance des couplets qui m'ont paru très agréables. Il a choisi l'air de pam-pam dont il s’est déjà servi dans une occasion semblable, avec beaucoup de succès. Il était plus d'onze heures quand nous nous sommes séparés.

  • 10 Titre pastichant celui de Clarisse Vigoureux, Paroles de providence.

1616 janvier.— Cet espiègle de Jules Crestin continue à poursuivre les phalanstériens de ses sarcasmes et de ses spirituelles plaisanteries. Il vient de réunir sous le titre de Paroles de Ch. Fourier10 les axiomes de l'auteur de la théorie sociétaire, en les rangeant par chapitres. Je ne connais rien de plus bouffon, et je ne doute pas que ce pamphlet n'ait un très grand succès s'il avait le courage de le livrer à l'impression ; mais à ses tergiversations, j'ai cru m'apercevoir qu'il était couard ou lésineur.

1717 janvier.— A la séance de l'Académie, M. Clerc père a lu la suite de sa réfutation du système de Kant ; mais, conservant rancune à la Revue des Deux Bourgognes qui s'était permis une critique toute bénévole de la première partie de son mémoire, il avait fait précéder cette nouvelle attaque contre le philosophe de Kœnigsberg d'une réponse très virulente au journaliste bourguignon. Pérennès en a demandé la suppression, et, de sa part, c'est un acte de courage dont l'Académie doit lui savoir gré. M. Clerc a défendu sa tirade avec la chaleur d'un jeune poète qui défend ses premiers vers, mais il a, bien malgré lui, consenti au retranchement exigé.

1818 janvier.— M. le conseiller Demesmay a fait au Conseil municipal son rapport sur les eaux d'Arcier. J’espère que le conseil en aura délibéré l'impression et que les citoyens ne seront pas engagés cette fois-ci dans des dépenses effrayantes, comme ils l’ont été déjà plusieurs fois depuis le régime de liberté sous lequel nous vivons, sans qu'on leur en ait préalablement donné connaissance.

1919 janvier.— Xavier Marmier est de retour à Paris de son voyage au Spitzberg dont il s’occupe de rédiger la relation. Il me mande qu'il lui tarde déjà de trouver une occasion pour visiter quelque autre région lointaine.

  • 11 Félix Passot a présenté ses prétentions dans un article de L'Impartial, qu'il signe de son nom ; i (...)
  • 12 Le système de la turbine hydraulique, créée en 1824 par Bourdin, avait été mis au point par l'ingé (...)

2020 janvier.— M. Passot11 qui dispute à MM. Convers et Boudsot la découverte de la turbine dont ils ont déjà fait plusieurs applications12 est arrivé ici avec l'intention de leur intenter un procès en contrefaçon. On dit que Clerc de Landresse a refusé de lui prêter son ministère comme avocat et qu'il aura bien de la peine à trouver dans tout notre barreau quelqu'un qui veuille se charger de faire valoir ses droits. En attendant, MM. Convers et Boudsot viennent de faire imprimer dans Le Progrès une petite lettre assez impertinente dans laquelle ils annoncent la publication prochaine d'un mémoire où ils se proposent de mettre en évidence toute la rapacité de leur adversaire.

  • 13 Le titre définitif de l'ouvrage (Lons-le-Saunier, Frédéric Gauthier, 1841) sera : Les échos du Jur (...)
  • 14 Abbé Jacques Delille (1738-1813).

2121 janvier.— J'ai reçu ce matin le prospectus du recueil des poésies de Gindre de Mancy qui paraîtra sous le titre des Echos du Mont Jura, titre qui me paraît on ne peut plus mal choisi13. Le prospectus rédigé, m'a-t-on dit, par mon ami Tercy, le maître et le patron du jeune poète, est assez maladroit. En rappelant la traduction des Bucoliques de Virgile, il n'aurait pas fallu ce me semble rappeler les Géorgiques de Delille14, mais on ne s'avise jamais de tout.

2222 janvier.— Depuis quelques jours, on a marqué les arbres de Chamars qui doivent être coupés pour préparer l'emplacement de l'arsenal en construction. Ainsi la seule partie de cette belle promenade qui pouvait encore être fréquentée par les citoyens leur est enlevée. L'insouciance coupable de l'administration municipale à cet égard est signalée dans L'Impartial par un article vraiment remarquable.

2323 janvier.— M. de Magnoncour a perdu son procès complètement. Ses adversaires auraient eux-mêmes rédigé l'arrêt qu'ils n'auraient pas pu faire mieux. On enlève 150 000 fr. à l'homme le plus honorable de la province pour les donner à une espèce de forban. C'est moins M. de Magnoncour qu'on dépouille que les établissements et les pauvres du pays. Tout ce qui reste ici d'honnêtes gens est révolté. L'arrêt est déjà flétri par l'opinion publique, c'est l'œuvre de la plus basse envie. On ne conçoit pas que des gens qui se disent juges puissent se laisser influencer par d'aussi misérables passions. En parlant de cet arrêt on peut dire :

  • 15 Sur ce procès, voir ce Journal au 31 juillet 1838.

C'est donner aux fripons un encouragement15.

2424 janvier.— Devoisin m'a apporté la préface de l'ouvrage qu’il publie sur Alger et Constantine en me priant de la lire et de la corriger. En jetant un coup d’œil sur la première page, j'y ai trouvé tant d'incorrections, de fautes de langue et de non-sens que je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire qu'il ne fallait pas corriger la préface, mais la refaire d'un bout à l'autre et que je n'en avais pas le temps. On n'avait jamais dit pareille vérité à ce pauvre Devoisin, qui se croit un personnage. Je me suis repenti de ma brutalité, mais il n'était plus temps ; le coup était parti et l’auteur était reparti emportant son épreuve, mais sans doute furieux contre moi.

2525 janvier.— Le médecin Thiébaud, nommé par la protection de son beau-père professeur à l'Ecole de médecine lors de sa création, mais qui après plusieurs années a cessé de remplir la chaire en conservant le titre et les appointements, est sérieusement malade. On dit qu'il donne par son testament sa bibliothèque à l'Ecole, et 60 000 fr. pour l'établissement d'une salle de maternité. Si le fait est vrai, il aura fait plus de bien après sa mort que pendant sa vie, car il était d'une complète nullité.

2626 janvier.— Un vent impétueux règne ici depuis quelques jours. Aujourd'hui la tempête a été plus forte encore, surtout à l'entrée de la nuit. Plusieurs personnes ont été renversées dans la rue par la force du vent, et l'on s'attend à recevoir de fâcheuses nouvelles des bâtiments en mer qui se seront trouvés dans le voisinage des côtes.

2727 janvier.— Il est toujours fort question de magnétisme et de somnambulisme. M. le baron Du Potet paraît content du nombre des dupes qu'il a trouvé dans notre bonne ville puisqu'il annonce un nouveau cours qui commencera le 30.

  • 16 Le dramaturge bisontin Jean Mairet (1604-1686).
  • 17 Weiss n'était pas aussi catégorique, de très loin, dans la première mention de cette pièce, le 11 (...)
  • 18 Déjà cité le 11 octobre 1838 [voir la page à l'index].
  • 19 Jean Rey (Montpellier 1773-Paris 1849). Industriel et littérateur. Auteur de plusieurs ouvrages hi (...)

2828 janvier.— Aujourd'hui l'Académie a tenu sa séance publique dans la grande salle de la mairie. Le président Léon Bretillot l'a ouverte par un morceau très remarquable sur notre tragique Mairet16 comparé à ses prédécesseurs et à ses contemporains. Mon ami de Saint-Juan a lu ensuite son épître à Viancin qu'il lime depuis six mois au moins et qui n'en est pas meilleure ; le fonds en est beaucoup trop léger, puisque c'est une invitation à dîner : ces sortes de pièces faites pour l'intérieur de la famille n'en devraient pas sortir, mais c'est là ce qu’il aurait été difficile de lui faire comprendre17. Puis est arrivé le rapport, toujours très intéressant, de Pérennès sur les travaux de l'année précédente. A Pérennès a succédé le bon Guillaume qui, dans un morceau assez gai, assez bien écrit, a flagellé l'école romantique ; c'est dommage qu'il n'ait trouvé à lui opposer que des génies de la force de M. Fortia d’Urban18 et de M. Rey19, des grands hommes de sa façon. La séance a été terminée par une légende de Demesmay. Au total, la séance n'a pas manqué d'intérêt, nous y reviendrons s'il est nécessaire.

2929 janvier.— Demesmay m'a lu hier une satire qu’il vient de composer et dont il m'a fait l'honneur de me faire l'un des interlocuteurs. Son but est de prouver, ce qui n'est pas au reste très difficile, que nous ne valons ni plus ni moins que nos pères. Il m'a constitué le défenseur du temps passé, le laudator temporis acti d'Horace, et c'est lui-même qui se charge de me répondre. Quoiqu'il ne m'ait pas donné le beau rôle dans cette pièce, je suis forcé de convenir que j'y ai trouvé une verve satirique dont je ne l'aurais jamais cru capable. Au surplus, pour juger sainement cette pièce qu'il paraît avoir improvisée, il faudrait la lire. J'attends donc encore avant de prononcer définitivement.

3030 janvier.— Aucun de nos trois journaux n'a encore rendu compte de la séance académique ; il paraît que l'épître louangeuse du baron de Saint-Juan à son ami Viancin et les considérations de M. Guillaume sur l'état de la littérature ont déplu généralement à nos jeunes écrivains, mais qu'il ne sont pas encore d'accord sur la manière dont ils doivent manifester leur mauvaise humeur. J'ai lu tout à l'heure une lettre d'un académicien (Demesmay) aux journalistes, dans laquelle M. Guillaume est assez malmené ; mais je lui ai conseillé de ne pas la rendre publique et j’espère qu'il la conservera dans son portefeuille.

3131 janvier.— Notre graveur Jules Baron retourne dans quelques jours à Paris. Pendant le dîner, je lui trouvais un air triste qu'il n'a pas ordinairement. « Qu'avez-vous donc, lui dis-je, mon pauvre Jules, est-ce qu'il vous est arrivé quelque chose de fâcheux ? — Hélas non, me répondit-il, mais je pense que c'est peut-être la dernière fois que je dîne avec vous. »

Février 1840

321er février.— L'anniversaire de la naissance de Pérennès a été célébré chez Madame Hugel par ses associés dans la forme accoutumée. Au dessert, Viancin nous a chanté quelques couplets qu'il avait improvisés sur la circonstance et Pérennès nous a lu quelques vers touchants à l'amitié. La conversation s'est continuée au café du Balcon, tant et si bien que nous n'en sommes sortis qu'après l'heure ordinaire de la retraite.

332 février.— Le Progrès contient un article assez piquant sur la séance publique de l'Académie. L'auteur, qui signe « alpha et omega » et que je voudrais bien connaître, est certainement un homme d'esprit, mais certes il pourrait mieux employer les dons qu'il a reçus de la nature qu'à jeter le ridicule sur la seule institution littéraire de la province. Ce n'est pas que je prétende que l’Académie ne soit pas justiciable de la critique, bien au contraire, mais les leçons qui sont données à la société académique devraient l’être avec plus de mesure et de gravité que si elles s’adressaient à un imberbe qui fait ses débuts dans la carrière des lettres. On devrait savoir gré au baron de Saint-Juan de cultiver la littérature, puisqu'il est à peu près le seul dans sa position qui fasse au moins preuve de bonne volonté. Nos jeunes gens ne comprendront les convenances que lorsque leur fougue sera passée, et alors ils ne feront plus des feuilletons, ils seront des hommes.

343 février.— De la politique de la France en Afrique, par M. Jouffroy, membre de la Chambre des députés, in-8°, imprimerie de Henry à Paris.

354 février.— Notre compatriote Victor Le Rebours vient d'adresser à la Bibliothèque un certain nombre d'ouvrages plus ou moins rares, entre autres un Recueil des discours officiels du prince royal de Suède, aujourd'hui Charles-Jean, une suite de monnaies de Suède, du Danemark et de Norvège, et quelques antiquités qu'il a recueillies lui-même dans ce pays. Grâce à ce généreux ami ainsi qu'à Marmier, nous possédons des collections en ce genre telles qu'il n’en existe point dans les départements.

365 février.— M. de Magnoncour est parti ce matin pour Paris d'où il reviendra le plut tôt qu'il le pourra dans son château de Frasne où il se propose de passer à l'avenir au moins six mois de l'année. Jamais je n'ai pu mieux apprécier que dans la visite que je lui ai faite hier au soir tout ce qu'il y a de grand, de noble, de généreux dans cet homme si méconnu, si indignement calomnié dans un pays où il n'est connu que par ses bienfaits.

376 février.— Poésies par F. Lélut, in 8°, imprimerie de Gauthier-Laguionie à Paris. Journal de la librairie, no 188.

387 février.— Perron m'a communiqué ce soir un article qu'il a rédigé pour Le Progrès, intitulé Délibération du conseil de la ci-devant ville de Chrisopolis sur la nécessité d'y amener les eaux d'Arcier. Le cadre est assez bien choisi, mais la plaisanterie pourrait être beaucoup plus piquante ; comme le temps presse et que les patriotes insensés pressent le Conseil d'adopter un projet qui doit mettre à sa disposition les revenus de la ville, l'article tel qu'il est paraîtra dimanche.

  • 20 Le rédacteur politique et gérant du Progrès, Bidal, ou Bouvier, le rédacteur littéraire et adminis (...)

398 février.— En lisant ce soir Le Charivari au café du Balcon, j'y ai trouvé un article sur la commission chargée d'examiner le projet de dotation du duc de Nemours, tellement applicable à la commission du Conseil municipal chargée de l'examen du projet des eaux d'Arcier, qu’en y faisant quelques légers changements on eût pu le donner comme rédigé pour la circonstance. J’ai fait part de cette idée au rédacteur20 qui l'a adoptée et il paraîtra demain. Cet article et celui de Perron doivent causer un grand scandale.

  • 21 Voir la note au 16 novembre 1838. La comédie figure au catalogue des imprimés de la Bibliothèque ( (...)

409 février.— M. Ch. Brunet21, de Besançon, vient de m'adresser sa comédie intitulée Chou pour chou ou le Béarnais. Cette pièce en deux actes et en prose n'a point été représentée, mais il me semble qu’elle aurait du succès. Elle est imprimée in-12 chez Duverger à Paris.

4110 février.— Le rédacteur du Progrès n'a pas osé, réflexion faite, insérer dans son numéro de dimanche l'article sur les eaux d'Arcier tiré du Charivari. L'un de ses principaux actionnaires y était si clairement désigné qu'il n'aurait pas pu s'empêcher de s'y reconnaître et, dès lors, il aurait plus fait encore pour accélérer la chute du journal qu'il n'a fait pour le créer. Mais demain il paraîtra un pamphlet intitulé Contre qui n'en est pas un, dans lequel nos municipaux sont traités assez mal, mais cependant pas comme ils le méritent. C'est réellement une pitié que de voir l'insouciance des hommes indépendants pour tout ce qui tient à l'intérêt général. On dirait que la Révolution ne leur a rien appris et qu'il en faut une nouvelle pour leur enseigner que tous les hommes sont solidaires des sottises publiques et qu'il est de l'intérêt de tous d'être bien administrés.

  • 22 Joseph-Basile-Bernard Van Praët (Bruges 1754-Paris 1837). Devenu bibliothécaire de la reine Marie- (...)

4211 février.— Notice sur le Speculum humanae salvationis, par J. Mar. Guichard (de Besançon), Paris, Paul Renouard, in 8° de 131 ff. M. Guichard est employé à la Bibliothèque royale depuis quelques années, et feu M. Van Praët22, son premier patron, est resté son modèle. Cet opuscule annonce des connaissances rares et place l'auteur au rang des premiers bibliographes français. Il doit faire désirer que M. Guichard achève le grand travail qu'il a entrepris sur les incunables de la Bibliothèque dont il mériterait d’être un des conservateurs.

  • 23 La consommation journalière moyenne en France est aujourd'hui d'environ 180 litres d'eau par habit (...)

4312 février.— L’avocat Curasson rédige en ce moment une consultation pour les héritiers Bourgon dans laquelle il démontre que la religion ( ?) du Conseil d'Etat a été surprise lorsqu'il a décidé que la source d'Arcier pouvait être expropriée pour cause d'utilité publique. « Comment, dit-il, peut-on dire qu'il y a utilité d'amener de trois lieues une nouvelle source dans une ville arrosée par une rivière et tellement environnée de fontaines qu'on pourrait la comparer à Tantale au milieu des eaux. » Il se moque en passant du rapport fait au Conseil municipal par son collègue Demesmay, rapport dans lequel il dit que chaque habitant de Besançon a besoin pour sa consommation journalière de 71 litres d'eau fraîche et limpide, pas une goutte de moins23. Toutes ces raisons qui paraissent des répliques n'empêcheront pas, dit-on, le Conseil municipal de voter dans la prochaine séance l'expropriation de la source d'Arcier.

  • 24 Joseph-Adolphe Kornprobst (Gray 1804-Blois 1891), du corps royal des Ponts et Chaussées, avait dir (...)

4413 février.— Aujourd'hui, l'ingénieur Kornprobst24 a publié comme supplément au Progrès des réflexions sérieuses sur le moyen de procurer à la ville une plus grande quantité d'eau ; son but, dans cet article qui doit être suivi de plusieurs autres, est de prouver que le projet n'est point étudié, que les bases de l'ingénieur Boudsot sont erronées et que la dépense diminuée à dessein sera certainement beaucoup plus considérable. Cette question des eaux est tellement importante qu'elle occupe tout le monde en ce moment, mais les furieux sont décidés et rien ne les fera revenir de leur détermination.

  • 25 Micaud.

4514 février.— Un mécanicien nommé Petitperrin doit présenter demain au maire une soumission par laquelle il s'oblige de fournir à la ville deux fois plus d'eau que n'en donnerait la source d'Arcier, et cela pour la somme de 25 000 fr. qui ne lui sera payée que lorsque la ville sera en pleine jouissance des eaux. Mais telle est l'opinion que l'on a du maire25 que plusieurs personnes pensent qu'il ne donnera point au conseil communication de ce projet.

4615 février.— Le dernier numéro du Progrès contient un article assez mal rédigé pour qu'on puisse l'attribuer au sieur Convers, dans lequel il se plaint que M. Passot, l'inventeur de la turbine, vient d'inonder la ville d'un pamphlet plein de personnalités. Le pamphlet est un mémoire judiciaire dans lequel M. Passot démontre qu'il est l'inventeur bien réel de la turbine que le sieur Convers voudrait s'approprier. Il n'a été tiré qu’à cent exemplaires : ainsi la ville n'en a point été inondée et j'en ignorais même l'existence. Dans l'article du Progrès, il est précédé de l'épigraphe : « Bien d'autrui ne prendras, etc... » C'est un précepte de la morale éternelle ; si le sieur Convers prend le précepte pour une personnalité, cela prouverait que sa conscience n'est pas bien tranquille. Dans l'article du Progrès, le sieur Convers dit que M. Passot a voulu faire juger leur contestation sans expertise préalable. C'est un mensonge. 11 est au contraire prouvé que M. Passot n'a pas cessé de demander des experts et qu'il a fait tout ce qui dépendait de lui pour en trouver. Le tribunal a nommé trois experts parmi les membres de l'Académie des sciences ; M. Passot les accepte et le sieur Convers voudrait bien pouvoir les récuser. Et le sieur Convers est membre du Conseil municipal de Besançon, fauteur des eaux d’Arcier et leur inventeur. Voilà une invention que personne ne lui contestera. M. Passot, inventeur de la turbine, est de Moirans.

  • 26 District administratif dirigé par un pacha.

4716 février.— Le Conseil municipal, dont les membres avaient pris d’avance la résolution de ne pas écouter les observations qui leur seraient faites contre le projet d’aller chercher au loin des eaux dont la ville n'a pas besoin mais qu'elle pensait se procurer d'une manière plus simple et plus économique, a délibéré de nouveau que la source d'Arcier devait être expropriée. Les intéressés à cette entreprise étaient si nombreux que personne, à part le docteur Bonnet, n'a osé manifester la moindre opposition à ce plan si bien concerté. La délibération prise, M. le maire a donné communication au conseil de la soumission de Petitperrin dont nous avons parlé et d'une lettre de l'ingénieur Parandier qui déclare que les eaux d'Arcier ne peuvent pas être amenées à Besançon par des conduites en fonte. Cette révoltante escobarderie sera signalée aujourd'hui même dans Le Progrès, mais la presse ne doit pas s'en tenir là. Il faut qu'elle flétrisse l'ignoble conduite de cet homme entêté et orgueilleux qui n'a pu conserver aucun de ses adjoints, et qui gouverne la ville comme un pachalik26

  • 27 Le 26 mars 1838, Weiss affirmait seulement à propos de Stafford : « Il a été écouté assez tranquil (...)

4817 février.— L'un des auteurs d'un drame sifflé27 il y a dix-huit mois sur notre théâtre veut en essayer dans quelques jours un nouveau. Le drame de Lacuson, par MM. Bidal et Bouvier, est à l'affiche et, si les maladies des acteurs ou actrices, toujours si communes même en province, n'y mettent pas obstacle, la représentation est fixée au 25 de ce mois.

4918 février.— On dit que César Convers, l'inventeur des eaux d'Arcier, est lui-même honteux du succès qu’il a remporté samedi dernier au Conseil municipal. Il en a fait l'aveu le jour même de son triomphe au rédacteur du Progrès. Mais n’importe, tant qu’il n’aura pas montré publiquement son repentir de cette action vraiment coupable, il doit être poursuivi comme un mauvais citoyen et signalé dans toutes les occasions au mépris des gens de bien auxquels il reste un peu de patriotisme.

  • 28 Appelé Petitperrin les 14et 16 février.

5019 février.— Le succès que les marchands des eaux d'Arcier ont obtenu au Conseil municipal n'a pas abattu le courage de ses adversaires, décidés à la poursuivre jusqu'à toute extrémité. Le Séquanais vient d'imprimer la proposition du sieur Perrin28 qui fait l'offre de fournir à la ville la quantité d'eau dont elle peut avoir besoin, moyennant une somme de 25 000 fr. qui ne lui sera payée que lorsque la besogne sera terminée. Cette soumission, dont le maire n'a donné connaissance au Conseil qu'après la délibération, doit frapper les habitants et plus encore l'autorité supérieure.

5120 février.— On parle d'une caricature qui doit paraître incessamment, représentant un énorme boa recevant des eaux d'Arcier qui s'échappent de ses écailles de manière qu'il n'en arrive pas une seule goutte à Besançon. Cette allégorie qui résume le mémoire de M. Parandier de manière à le faire comprendre à ceux-là mêmes qui ne l'ont pas lu, doit produire une grande sensation.

5221 février.— Le pauvre M. Pyot, dont la Statistique du Jura, couronnée par la Société d'émulation du Jura, avait obtenu en 1839 la première mention honorable au concours de l'Académie des inscriptions, est mort ces jours derniers à Clairvaux dans un âge qui semblait lui promettre encore de longs jours. Il avait fait comme médecin la campagne désastreuse de Russie en 1812. C’était un homme d'esprit et d'imagination, deux belles et brillantes qualités, mais qui ne suffisent pas pour constituer l'historien, et M. Pyot, né pour le roman, avait eu le tort de vouloir faire de l'histoire.

5322 février.— Le Progrès a refusé d'insérer l'article suivant : « On annonce la prochaine représentation des Eaux d'Arcier, pièce à machines et à intrigues d'un très grand effet. Le Conseil municipal, jaloux de procurer à nos concitoyens ce superbe spectacle, a voté des fonds suffisants pour les décors et la mise en scène dont les frais ne peuvent qu'être fort considérables ; mais tout le monde conviendra que les fonds publics ne sauraient être mieux employés. Le principal rôle sera joué par un acteur moins connu par ses talents que par son patriotisme : il ne demande que cent mille francs pour sa part dans les bénéfices. On ne trouverait pas dans tous les grands hommes de Plutarque un pareil exemple de désintéressement. »

5423 février.— Un plaisant propose pour le nouveau canal d'Arcier l'inscription suivante :

« Ignotus Caesar fuit ; restituit Caesar Conversus. »

5524 février.— En dînant avec Viancin, nous avons traduit cette inscription en deux vers français qui méritent d'être conservés pour leur laconisme.

Eaux d'Arcier.
Un César idolâtre en a tiré parti
Et nous les redevons à César converti.

  • 29 Marie-Jean-Pierre Flourens (1794-1867). Ce savant médecin fit ses études à Montpellier (anatomie, (...)

5625 février.— Victor Hugo vient d'échouer encore dans sa candidature à l'Académie française. Son concurrent, M. Flourens29, l'un des secrétaires perpétuels de l'Académie des sciences, l'a emporté d'une voix ; au dernier tour de scrutin il a obtenu 17 voix et Victor 16.

5726 février.— M. l'abbé Busson a publié dans Le Séquanais un premier article sur le magnétisme, qu'il considère comme anti-social et anti-religieux. Les citations nombreuses qu'il a tirées de l'ouvrage de M. Du Potet sont la partie la plus curieuse de cet article qui m’a paru d'ailleurs assez bien raisonné. Mais ce n'est pas sérieusement que l’on devrait combattre de pareils adversaires, c'est par le ridicule qu'il faudrait en faire justice, et si Viancin n'était pas malheureusement devenu magnétiseur, il aurait plus fait par une chanson que M. Busson dans la suite d'articles qu'il se propose de nous donner sur le même sujet.

5827 février.— Notre ami Victor m'écrit qu'il va se mettre en route pour La Haye d'où il ne reviendra à Paris qu'au mois de mai. Pendant son absence une revue s'est chargée de publier successivement ses recherches sur le nord qu'il se propose de réunir plus tard en un volume.

5928 février.— Convers s'est décidément fâché du dernier article inséré dans Le Progrès où il est désigné comme une espèce de figaro se moquant du Conseil municipal qu’il fait aller. Il a donc signifié au rédacteur de ce journal qu'il entendait qu'on n'y parlât plus de lui si ce n'est pour le louer. Il veut bien spolier la ville, mais il ne veut pas qu'on le sache et surtout qu'on le dise. Voilà donc les patriotes modernes ! Les hommes qui veulent de la publicité contre tout ce qui est bon, tout ce qui est honorable, mais qui s'en plaignent dès qu'elle éclaire leurs actes. Le pauvre Viancin, soupçonné d'être l'auteur de l'article incriminé, a été menacé de perdre sa place à la mairie. J'espère qu'avant de commettre un pareil acte, ils y regarderaient à deux fois.

6029 février.— Le plaisant opuscule que nous promettait Jules Crestin sur la doctrine phalanstérienne est enfin publié. Les Paroles de Fourier, in 8 de 16 pages, sont la plus joyeuse bouffonnerie qu'il soit possible d'imaginer et je serais bien surpris qu'elle ne produisît pas une grande sensation. Dans la crainte, assurément mal fondée, d'être poursuivi comme plagiaire, l'éditeur responsable a cru devoir la donner sous la rubrique [...], chez les marchands de nouveauté, mais elle a certainement été imprimée à Besançon, probablement chez Proudhon.

Mars 1840

  • 30 L'Annuaire du Doubs de 1820 cite Billet : « Ferblantier très instruit et d'un génie inventif aussi (...)

611er mars.— M. Billet30, mécanicien distingué, membre de l’ancienne Société d'agriculture, est mort ces jours derniers à l'âge de 70 ans. On lui doit différentes inventions très ingénieuses, entre autres celle de la pompe à main dont tous nos jardiniers se servent sans que probablement pas un ne sache le nom de l'homme modeste auquel ils en ont l'obligation.

  • 31 Voir Journal, II, 372.

622 mars.— M. Drevon31, l'un des savants les plus distingués de notre moderne barreau, vient d'être nommé professeur à la chaire de droit vacante à Dijon par la mort de notre illustre Proudhon. Ainsi l'Ecole de Dijon aura quelque temps encore à la sa tête un jurisconsulte franc-comtois. Cette nouvelle a produit ici la sensation la plus agréable.

  • 32 Alphonse Marquiset avait déjà proposé d'entreprendre l'éclairage au gaz de la ville en 1836 (Journ (...)

633 mars.— S'il y a une bonne place, ce n'est pas pour un enfant de la ville. Notre sage Conseil municipal vient de justifier tout récemment cet ancien axiome bisontin en accordant le monopole de l'éclairage de la ville au gaz à une compagnie anglaise, de préférence à la compagnie lyonnaise qui lui faisait des conditions plus avantageuses. Mais Alphonse Marquiset32 eût été le directeur de cette dernière compagnie, et ce motif seul a suffi pour l'écarter. Il faut convenir que nous avons des conseillers municipaux comme on n'en rencontre guère. J'espère qu'ils ne tarderont pas à être démasqués.

644 mars.— M. Bruet, jeune artiste élève de Flajoulot et qui promet de lui faire honneur un jour, vient de lithographier d'après un dessin de Baille le portrait du curé de Saint-Pierre, M. Griffon, d'une ressemblance parfaite et qui joint à ce mérite, le premier de tous, celui d'une bonne et franche exécution. Le même artiste s'occupe de lithographier le portrait de Mgr l'archevêque de Besançon. Les deux portraits seront mis en vente à la même époque qui doit être très rapprochée.

655 mars.— De la politique générale et du rôle de la France en Europe, suivi d'une appréciation de la marche du gouvernement depuis juillet 1830, par Victor Considerant, in-8, imprimerie de Duverger à Paris.

666 mars.— M. Jouffroy est nommé membre du Conseil royal de l'instruction publique. Le voilà donc soumis à une réélection comme député de l'arrondissement de Pontarlier. M. le préfet m’a fait appeler ce matin pour m'engager à user de mon influence sur Le Progrès dans cette circonstance, et je lui ai promis avec une incroyable bonhomie, au lieu de lui déclarer que je n'avais aucun rapport sérieux avec le rédacteur de ce journal, ce qui est la vérité.

  • 33 On écrit aussi Dumonin.

677 mars.— Lettre à mon père, médecin à Gy en Franche-Comté, sur Jean-Edouard Du Monin33, poète célèbre du XVIe siècle, né à Gy, par Francisque Lélut son compatriote, Paris, imprimerie de Gautier-Laguionie, in-8 de 64 pages. M. Lélut est un vrai patriote franc-comtois ; cependant, il dit qu’il n'y a pas dans toute la province sept à huit personnes qui connaissent le nom de Du Monin. C'est dire en d'autres termes qu'il n'y a que ce nombre de personnes qui s'occupent d'histoire littéraire et c'est calomnier la province. Sa lettre, qui pourrait réellement être intéressante, est fort superficielle, et je n'en veux d'autre preuve que le long et curieux post-scriptum dans lequel il consigne des détails qui lui avaient échappé à une première lecture. La notice sur Du Monin reste encore à faire.

688 mars.— Aujourd'hui dimanche, dernier jour des fêtes de carnaval, on a vu, dit-on, dans les rues, un homme portant une fontaine avec deux robinets. Sur l'un il y avait : « eau d'Arcier à 50 centimes le verre » ; et sur l'autre : « excellente eau du Doubs gratis ». Cette plaisanterie de fort bon goût n'a pas dû faire rire les entrepreneurs des eaux d’Arcier ; elle ferait le sujet d'une bonne caricature.

699 mars.— On a commencé la semaine dernière les creusages sur la plaine des capucins pour les fondations du nouvel arsenal de l'artillerie.

7010 mars.— Feuilles au vent, poésies par feu Aimé de Loy, in-8, impr. de Boitel à Lyon, portrait. On ne sait si ce volume contient le recueil des ouvrages de De Loy annoncé depuis quelques années, ou seulement des pièces inédites trouvées dans son portefeuille.

7111 mars.— La sœur de Gigoux est venue me dire que les tableaux de son frère n'avaient point été admis à l'exposition et qu'il se proposait de concert avec les autres artistes dont les ouvrages ont été refusés par le jury, d'ouvrir une exposition particulière. J'ai grand peur que ce moyen violent ne lui réussisse pas.

7212 mars.— De Saint-Juan a fait l'épigramme suivante impromptue contre un ecclésiastique fort connu qui s'est occupé plus qu'il ne le devait des dernières disposition du chevalier Desbiez, son oncle :

« Tu te caches en vain, beau masque, on te connaît,
« Mal déguisé par ta soutane
« On devine l'abbé Valet
« En voyant tes oreilles d'âne. »

  • 34 L'abbé Valet, aumônier du Collège.

73Une épigramme n’est pas toujours, comme on le sait, une vraie vérité. L'abbé Valet34 doué d'une mémoire prodigieuse, n'est pas un âne dans l'acception du mot, mais il manque de l'esprit de société, si nécessaire aux ecclésiastiques et, dit-on, fait souvent des sottises.

7413 mars.— Hier a eu lieu la première représentation de Clauda la Rouge, drame en cinq actes dans le genre nouveau, par les rédacteurs du Progrès, MM. Charles Bouvier et Bidal. J'avais promis d'aller voir cette pièce et Viancin avait retenu une loge où nous nous sommes trouvés avec Pérennès et Perron, juges très compétents, tous bien décidés à prononcer sur le mérite de la pièce comme si nous n'en avions pas connu les auteurs. L'exposition nous en a paru mauvaise, les caractères à peine indiqués mal connus et la marche fort embarrassée, et malgré tous ces défauts, nous avons reconnu dans l'ouvrage une véritable conception dramatique que des hommes de talent auraient su exploiter. Mais nos jeunes auteurs n'ont pas de talent. Ainsi, Dieu leur fasse grâce. Quelques sifflets se sont fait entendre pendant les entractes, mais la pièce, écoutée avec plus d'attention que je n'en soupçonnais à notre parterre, a été applaudie et les auteurs nommés. Dimanche donc aura lieu la seconde représentation, avec des corrections, mais nous n'y reviendrons pas.

  • 35 Eugène Boulart (Besançon 1808-Conflans-Sainte-Honorine 1875), chargé des travaux, était le fils du (...)

7514 mars.— En creusant les fondations du nouvel arsenal, on a découvert des fragments d'antiquités, une pierre avec des moulures d'un bon style, des urnes, des vases lacrymatoires, etc. Le capitaine d'artillerie Boulard35, chargé de la surveillance de ces travaux, a promis de faire recueillir soigneusement tous ces objets et de les faire porter au cabinet d'antiques de la ville.

  • 36 Dans le numéro du 12 mars, on trouve cette complainte intitulée : Histoire lamentable d'un magnéti (...)

7615 mars.— Le dernier numéro du Progrès contient dans son feuilleton une complainte36 sur l'expulsion de l'hôpital d'un élève en médecine nommé Goux, convaincu d’avoir magnétisé des malades. On attribue cette chanson à Viancin qui en est réellement l'auteur ; mais les mêmes personnes qui, les premières, avaient applaudi à ses chansons sur le Conseil municipal, sur les élections, etc. trouvent très mauvais qu'il se soit permis de tourner en ridicule les hospitalières, et je crains que sa manie chansonnière ne lui fasse tort.

  • 37 Alexandre Bertrand, dessinateur et caricaturiste, cité le 30 septembre 1839.

7716 mars.— J'avais promis de ne pas revenir sur Clauda la Rouge et cependant je suis forcé d'en dire encore un mot. Un ami des auteurs, M. Bertrand37, jeune artiste plein de talent, leur avait dessiné pour mettre au-dessus de l'affiche une vignette représentant une des plus belles scènes du drame, celle où Julien déguisé en moine se fait reconnaître à Lacuson prisonnier à Montaigu. M. le maire n'a pas voulu permettre l'affiche de cette vignette. L'un des auteurs, Bidal, est allé lui demander le motif de cette décision ; le maire lui a répondu qu'il n'avait pas à lui rendre compte de ses raisons, et il s’en est suivi une discussion très animée dans laquelle le maire a eu l'avantage du sang-froid, mais voilà tout.

7817 mars.— Les ailes d’Icare, par M. Ch. de Bernard, Paris, Imprie de Laguionie, imprimeur à Paris, 2 vol. in-8. Le nouveau roman de notre compatriote avait paru dans le feuilleton du Journal des débats*.

7918 mars.— Il court en manuscrit une parodie de la scène de César et de Brutus dans La Mort de César qui est assez plaisante. C'est un dialogue entre Convers et Bonnet sur le projet d'amener à Besançon les eaux d'Arcier. L'auteur, que l'on croit être Viancin, n'est pas, quel qu'il soit, un partisan de ce projet si désastreux pour la ville. J'y ai remarqué ce vers qui ne fera pas rire le grand César Convers, si jamais il lui tombe sous les yeux :

« Le vainqueur de Passot qui refit la turbine. »

8019 mars.— Il y a eu séance à l'Académie. M. Perron y a lu un discours très remarquable sur la marche de la philosophie dans le XIXe siècle et l'influence que l'école écossaise a eue sur l'école française. Dusillet qui se trouvait ici en personne nous a lu ensuite un dialogue en vers entre deux troubadours, l'un de Toulouse et l'autre de la Séquanie, qui vantent tour à tour les avantages de leur province. C'est une gracieuse imitation de ces combats dont on trouve tant d'exemples dans les anciens poètes bucoliques.

8120 mars.— Annuaire du département du Jura, par Désiré Monnier, Lons-le-Saunier, Fréd. Gauthier, in-12 avec des lithographies. Ce volume contient des recherches fort curieuses sur un certain nombre de communes du Jura et les annales du département depuis 1830 où sont mentionnés bien des faits intéressants.

8221 mars.— Il n'est pas tombé une seule fois de la neige pendant les trois mois d'hiver, et aujourd'hui, premier jour du printemps si l'on s’en rapporte aux almanachs, les toits sont couverts d'une neige qui n'a pas l'air de vouloir fondre aux rayons du soleil.

  • 38 Le conseiller.

8322 mars.— C'est demain que la question de l'expropriation de la source haute d'Arcier sera soumise au tribunal de Vesoul. M. Bourgon38 est parti pour suivre cette affaire et distribuer aux juges l'avis de M. de Merey. Mais on assure que César Convers est aussi parti pour Vesoul dans l'intérêt de la ville et de la compagnie Boudsot. Cette nouvelle preuve de patriotisme désintéressé lui sera comptée un jour.

8423 mars.— Non seulement Convers était parti pour Vesoul, mais il avait emmené le maire dans sa voiture ; ils ont fait ensemble leur visite aux juges, ils leur ont recommandé les intérêts de cette pauvre ville de Besançon qui meurt de soif tout le long de la rivière. Quel zèle touchant de la part de M. Micaud ! Patience... L'affaire a été renvoyée à quinzaine et M. Bourgon ne paraît pas décidé à lâcher pied... Ainsi nous verrons s'écouler encore tant d'eau avant, quoi qu'il arrive, que l'on puisse commencer des travaux pour la conduite des eaux d'Arcier.

8524 mars.— Pécot est dangereusement malade depuis un mois ; il connaît la gravité de son état et ne se dissimule pas que la fin est très prochaine. Il m’a fait appeler ce matin pour me dire qu'il m'aimait plus que je ne l'avais jamais pensé et qu'il mourrait dans ces sentiments-là. Il m'a serré tendrement la main, m'a embrassé deux fois et m'a dit le dernier adieu. J'ai voulu le tranquilliser un peu en lui disant que j'espérais bien avoir le plaisir de le revoir encore, mais il rejeté cette idée et m'a dit d’une voix faible : « Non, dans ce monde-ci, jamais. » Il donne à l'Ecole de médecine sa bibliothèque et ses instruments de chirurgie, mais je ne crois pas qu'il ait fait d'autres dispositions patriotiques.

  • 39 Le manuscrit, richement enluminé, avait été exécuté pour Charles de Neuchâtel, archevêque de Besan (...)
  • 40 François-Ignace Dunod de Charnage, historien de l'église de Besançon.

8625 mars.— M. Bourgon m'a rapporté de Vesoul le fameux bréviaire de Charles de Neufchâtel, Paris, Jean Dupré, 1496, in 8 sur vélin39. Cette édition n'a pas été connue de Dunod40 ni du père Laire, ni de Van Praët. Cet exemplaire vient de la bibliothèque de l'abbaye de Faverney où il était depuis 1776. Je l'ai payé pour la ville 100 fr. dont je lui ferai volontiers cadeau, si le maire ou le Conseil municipal trouve que je l'ai payé trop cher.

8726 mars.— M. de Lasteyrie, en passant il y a quelques mois à Besançon, regrettait de ne pas trouver dans toute la province un seul fragment d'anciens vitraux pour en enrichir sa curieuse histoire de la peinture sur verre. Je ne pus pas alors lui en indiquer un seul. Depuis, M. le professeur Bourgon m'a signalé les vitraux de l'abbaye de Montbenoît restaurés aux frais du cardinal de Granvelle dont on y voit le portrait, et hier j'ai appris qu’il existait dans l'ancienne église de Beaujeu, près de Gray, un superbe vitrail représentant l'assomption de la Vierge. Il est bien singulier que M. de Magnoncour, propriétaire des forges de Beaujeu, n'en ait rien su. Le vitrail a failli être enlevé l’année dernière. Un de ces coureurs d'antiquités que nous envoie Paris en offrait 500 fr., et le marché aurait été consommé par le Conseil munici pal si l'archevêque n'y avait pas mis empêchement.

8827 mars.— Depuis longtemps mes amis sentent la nécessité d'avoir à leur disposition un des journaux qui se publient à Besançon pour y insérer leurs opinions sur les mesures de l'administration et faire connaître les hommes et les travaux scientifiques et littéraires qui s'exécutent dans la province. Hier, nous nous sommes réunis chez Perron pour nous occuper sérieusement de cet objet d'une grande importance, et d'ici à quelques jours nous saurons à quoi nous en tenir, c'est-à-dire si nous pouvons avoir un journal ou si nous devons y renoncer.

  • 41 Désiré-Adrien Gréa (1786-1863).
  • 42 Gréa sera cependant candidat contre Jouffroy : voir plus loin au 7 avril.

8928 mars.— Gréa41, que ses amis politiques — comme l'on dit maintenant — avaient vainement sollicité de venir demeurer à Besançon à une époque où, par l'indépendance de sa position, il aurait pu leur être utile, vient s'y établir maintenant pour être plus à portée de surveiller l'éducation de ses enfants, et sa présence, quoiqu'il n'y ait pas un homme plus pacifique et plus nul, va devenir un sujet de division parmi les électeurs. Ceux de Pontarlier lui offrent déjà de l'élire à la place de Jouffroy, mais cela n'a rien de sérieux42. Il n'en sera pas de même aux élections générales où le parti du progrès l'opposera sans doute à M. de Magnoncour et peut-être même à Véjux.

9029 mars.— M. Ch. de Rotalier m’a dit qu'il venait de terminer son histoire de l'Algérie qui formera 2 volumes in 8 et qu'il se propose d'aller très prochainement à Paris pour la faire imprimer.

  • 43 Citée par Brune, Dictionnaire des artistes...

9130 mars.— Nous avons cette année six peintres au Salon : M. Baron, Adolphe Brune, Mlle Adine Curie43, Laviron, le marquis de Valdahon et son fils Jules. Mlle Adine est née à Paris mais elle est originaire de notre province et les tableaux qu'elle a mis à l'exposition sont des paysages des environs de Besançon. Baron et Laviron sont des élèves de Gigoux qui a vu toutes ses productions rejetées par le jury. Huguenin, le sculpteur dolois, a éprouvé le même échec. Il paraît décidément que le jury veut décourager les artistes qui se croient d'autant plus près de la nature qu'ils font plus laid, et certes ce n'est pas moi qui les désapprouverai.

  • 44 L'abbé Denizot, chanoine honoraire.

9231 mars.— Le Progrès annonce dans son premier numéro du mois d'avril à ses abonnés l'abandon par le Conseil municipal du projet désastreux d'amener les eaux d'Arcier, le paiement de 600fr. à Maire par le curé de Saint-Maurice44 pour l'indemniser du temps qu'il a perdu à modeler une statuette pour son église, etc... Nous verrons comment prendront la plaisanterie nos très taciturnes compatriotes.

Avril 1840

  • 45 Philippe-Albert Stapfer (Berne 1766-Paris 1840). Arrivé à Paris comme ministre plénipotentiaire su (...)
  • 46 Née Marie-Amélie Panckoucke (Lille 1750-Paris 1830), sœur de l'éditeur de l'Encyclopédie. Femme de (...)

931er avril.— Les journaux nous ont appris la mort de M. Stapfer45, savant très distingué que notre Académie comptait au nombre de ses membres honoraires. Il avait dû cette distinction au choix que madame Suard46 avait fait de lui pour son exécuteur testamentaire, chargé de remettre à l'Académie le titre de la pension de 1 500 fr. que la testatrice signait pour l'entretien d'un jeune franc-comtois à Paris. Il vint lui-même apporter cette pièce. Le zèle qu'il avait mis dans cette affaire, la manière dont il en rendit compte, contribuèrent plus que ses talents bien réels à le faire élire honoraire par acclamations.

  • 47 Francis d'Allarde.

942 avril.— Soirée donnée au conseiller Bourgon par la Société des amis pour l'anniversaire de sa naissance. La réunion a été moins gaie que de coutume parce qu'il y a été question de l'entreprise du journal dont nous nous occupons sérieusement depuis quelques jours. Viancin n'avait pas eu le temps de faire des vers pour la circonstance, mais il y avait songé car il en a dit que son projet avait été de chanter La Tête, sur l'air du P..., de Francis47. Quoiqu'il en ait ajourné à l'année prochaine pour nous donner cette pièce, j'espère bien que nous la verrons plus tôt.

953 avril.— On commence à couvrir la nouvelle halle en ardoises, sans doute parce que l'ardoise est plus chère que la tuile et que le 5 % de l'architecte en vaudra mieux.

  • 48 Louis Suchaux, dans sa Galerie biographique de la Haute-Saône, cite un Claude-François Prinet qui (...)

964 avril.— M. Prinet, numismate très distingué, mort à Lure il y a quelques années, a laissé dit-on une collection de chartes et de pièces intéressantes sur l'histoire de la province. On nous a fait espérer qu'il donnerait communication de ces documents à la commission de l'Académie si quelqu'un lui en faisait la demande officielle. Ma lettre est partie hier48.

  • 49 M. de Vannois selon Le Progrès du 12 avril.
  • 50 Le Progrès, L'Impartial et Le Séquanais font effectivement mention à plusieurs reprises, dans sa c (...)

975 avril.— Une émeute a eu lieu la semaine dernière à Lons-le-Saunier à l'occasion de pommes de terre qu'avait fait acheter sur le marché M. Vanoise49, qui vient d'établir une manufacture de fécules dans son château de Courlans. La populace ayant voulu s'opposer au départ des voitures chargées de pommes de terre, la gendarmerie et une compagnie d'infanterie se sont rendues sur la place du marché pour dissiper l'attroupement. Des pierres ont été lancées par les mutins ; un officier et plusieurs soldats ont été blessés. Les mutins se sont transportés à Courlans, et le château a été pillé. Des troupes sont parties de Besançon et de Dole pour rétablir l'ordre. Comme les journaux donneront des détails de cet événement50, nous ne faisons que le consigner ici pour faciliter les recherches, mais nous n'y reviendrons pas.

986 avril.— La médaille de l'abbé d'Olivet, gravée par Maire, est revenue de la Monnaie ; c'est la huitième de la galerie franc-comtoise. Elle est fort bien exécutée.

997 avril.— On a reçu de Pontarlier la nouvelle de la réélection de Jouffroy à une immense majorité : sur 173 votants, il a obtenu 147 suffrages. Gréa, son concurrent le plus redoutable n'en a obtenu que 13.

1008 avril.— Dans la nuit, le feu s'est manifesté à l'hôpital Saint-Jacques, dans la boulangerie. Tout le pavillon qui contenait les ateliers et le logement des enfants a été la proie des flammes. On n’a pu se rendre maître du feu qu’après trois heures du matin, et toute la journée on a dû craindre qu'il ne se manifestât dans quelques autres parties de ce vaste bâtiment. Tout le monde s'est plaint du peu d'ordre qui a régné dans la distribution des secours. Parmi les habitants, chacun voulait commander et personne ne voulait obéir. Il est présumable que sans la garnison le mal aurait été plus grand encore, tant l'apathie des citoyens est devenue grande, tant il y a maintenant absence complète de patriotisme. Voilà ce que les journaux ne disent pas et c'est pour cela que je le dis. Cette nuit, trois cents militaires veilleront sur l'emplacement de l'hôpital pour prévenir un nouvel incendie et les bourgeois dormiront aussi tranquillement que si la chose n'était pas la leur, que s'ils y étaient complètement étrangers.

1019 avril.— M. Bobillier, de Lons-le-Saunier, auteur de quelques ouvrages de mathématiques, vient de mourir à Châlons-sur-Marne, où il était professeur à l'Ecole des arts et métiers et au Collège. Il ne devait pas avoir plus de quarante ans, et dans une lettre qu'il m'écrivait au commencement de l'année scolaire, c'est-à-dire du mois de novembre dernier, il m'annonçait qu'il était occupé de terminer un ouvrage qui probablement est perdu pour la science.

10210 avril.— La ville a perdu son procès contre les héritiers Bourgon pour l'expropriation de la source d'Arcier, par un défaut de forme. Toutes les formalités sont à recommencer, mais on les recommencera car il n'est pas possible d'espérer que nos édiles, mieux éclairés sur les véritables intérêts de la ville, abandonnent un projet aussi désastreux.

  • 51 L’abbé Claude-Bénigne-Marie Dartois (1799-1877), fut curé de Villers-sous-Montrond pendant 14 ans. (...)

10311 avril.— Le curé de Villers, l'abbé Dartois, vient de m'adresser une dissertation en forme de lettre sur les fautes qu'il a remarquées sur les chartes imprimées à la suite des deux premiers volumes des Documents. Cette dissertation est extrêmement curieuse et je ne doute pas que la commission n'adjoigne l'auteur à son travail, et qu'elle ne demande en même temps pour lui la première place vacante à l'Académie51.

  • 52 Le premier président Jean-Ferdinand Jobelot (Gray 1620-Besançon 1702), est connu pour sa réponse l (...)

10412 avril.— Bretillot est parti pour Paris avant-hier, Perron hier, ainsi de suite. Cette ville déjà si morte va l'être encore davantage, et je crains bien que tous mes efforts pour la galvaniser, pour lui rendre une vie réelle, ne soient en pure perte. Celui qui lira cette note devinera qu'en l'écrivant je me trouvais découragé, et qui ne le serait pas en voyant l'égoïsme où la complète nullité de tous ceux qui devraient marcher à la tête de la ville. Il y a deux jours que j'étais dans une maison respectable où l'on proposait une souscription de 5 fr. par tête pour venir au secours des malheureux qui ont tout perdu à l'incendie de l'hôpital. Il y a 150 ans que le président Jobelot52 donnait 100 000 fr. pour construire les bâtiments qui viennent d'être incendiés. Aujourd'hui, le président Jobelot serait un fou que les tribunaux interdiraient à la requête de son fils ou de son petit-fils.

  • 53 Le décès de Mme Bourgon, née Sombarde, est annoncé dans Le Séquanais.

10513 avril.— Le professeur Bourgon, qui vient d'avoir le malheur de perdre sa femme53, est lui-même malade à Pontarlier, en sorte que je forme à moi seul en ce moment la commission Granvelle, celle des Documents, et que je suis en outre chargé tout seul des préparatifs du Congrès.

  • 54 L'inscription, selon Coindre (Mon vieux Besançon), avait été placée en 1715 par les soins de l'int (...)

10614 avril.— En réparant la porte taillée, le génie en a fait disparaître entièrement la table de marbre qui portait l’inscription fabuleuse « Julius Caesar aperuit », effacée en 179354.

10715 avril.— L'incendie de l'hôpital donne lieu aux bruits les plus fâcheux pour le maire. On l'accuse de s’être opposé à ce que les bâtiments fussent assurés, de n'avoir pas veillé sur l'entretien des pompes dont plusieurs se sont trouvées hors de service au moment où l'on en a eu besoin, etc... Ce mécontentement presque général ne peut manquer d'avoir quelque influence sur les élections prochaines, et bien des personnes pensent qu'il ne sera pas réélu.

10816 avril.— L'Impartial vient de trouver que les eaux du Doubs n'étaient pas même bonnes pour éteindre le feu en cas d'incendie. Cette précieuse découverte est consignée dans Le Progrès qui a paru ce matin. Il est donc impossible d'abandonner l'admirable projet d'amener les eaux d'Arcier, qui ne coûtera que la bagatelle d'un million cinq cent mille francs.

10917 avril.— Le maire a, dans une proclamation, remercié ses concitoyens du zèle qu'ils ont déployé lors de l'incendie de l'hôpital Saint-Jacques. Le Séquanais, d'un naturel belliqueux, dit que le maire vient de publier un manifeste.

  • 55 Sans doute la prison, qui se trouvait alors accolée au Palais de justice.

11018 avril.— Jules Crestin, condamné à trois jours de prison pour refus de service dans la garde nationale, a promis de se rendre mardi prochain à notre hôtel [...]55 mais il se propose d’y mener joyeuse vie. Il a déjà convoqué toute la bande des harmoniphyles (sic) pour y donner un concert le jour même de son installation. Il n'y a qu'une chose à craindre, c'est que le maire, très peu plaisant de son naturel, ne s'avise pour contrarier Crestin de donner des ordres pour empêcher l’entrée de la prison aux musiciens.

  • 56 L'Ecole des veuves ou le philosophe de vingt ans (Journal de la librairie).

11119 avril.— L'Ecole des veuves56, comédie en 3 actes et en vers par M. Ch. Brunet, de Besançon, Paris, in-12. L'auteur est âgé de 72 ans, étant né en 1768. C'est un homme de beaucoup d'esprit et qui, malgré les infirmités presqu'inséparables de la vieillesse, conserve beaucoup de gaieté. Son fils, habile helléniste, jouit déjà d'une assez grande réputation parmi les savants ; il a traduit en grec vulgaire les Maximes de La Rochefoucauld.

  • 57 Jean-Antoine Varin d'Ainvelle, président de chambre à la cour de Besançon de 1830 à 1840, puis pré (...)
  • 58 Augustin Spicrenaël avait été procureur du roi à Baume.

11220 avril.— L'avocat général Maurice est nommé président de chambre à la place de M. Varin57, démissionnaire. C'est, dit l'avocat Curasson, de toutes les combinaisons la plus bête et c'est pour cela qu'elle a réussi. M. Jobard est nommé avocat général et Spicrenaël substitut58.

11321 avril.— De l'organisation et de l'état actuel de la cavalerie, par le général Préval, faisant suite aux observations qu'il publiées en 1839, in 8, imprimerie de Bourgogne à Paris.

  • 59 L'affaire de Mazagran se déroula du 2 au 6 février 1840 et opposa les 123 Français du capitaine Le (...)

11422 avril.— L'affaire de Mazagran en Afrique a, comme l'on dit maintenant, un grand retentissement59. Cent vingt français se sont défendus pendant toute une journée contre 4 000 arabes qu'ils ont fini par mettre en fuite. Certainement c'est une action éclatante, mais à la manière dont on en parle même à la Chambre des députés, on croirait qu'on est tout étonné de retrouver encore un peu de courage dans des français. Cela fait bien peu d'honneur à la nation. Ce qui a été dit à la tribune s'est répété dans les journaux et les potins de Paris se propagent dans les provinces. La nôtre n’a pas été préservée de ce ridicule. Besançon s’est fait gloire d'avoir produit un des héros de Mazagran qui sur-le-champ a été réclamé par le village de Rioz, et voilà que Dole ouvre une souscription pour élever un monument au lieutenant Magnan, né dans ses murs et l'un des officiers mazagrans. Cela touche de bien près au ridicule.

11523 avril.— Notre maire qui ne manque pas non plus de courage, a celui de réunir demain la commission du Conseil municipal pour les eaux d'Arcier. Cette commission est composée comme de juste de tous les partisans de ce funeste projet et de tous ceux qui y sont intéressés. Je proposais d'annoncer dans le journal que M. le maire, voulant enfin s'éclairer réellement sur la question avait adjoint à cette commission les trois membres opposants, MM. Vuilleret, Bonnet et Roy. On a trouvé mon idée bien hardie. Voyez-vous, mes petits amis, à quel degré de servilité étaient tombés vos grands pères qui cependant parlaient comme vous, du matin au soir, de leur courage et de leur indépendance.

  • 60 Le pluriel de Weiss semble indiquer sa participation à la rédaction de l'article... L'Impartial(...)

11624 avril.— L'Impartial, répondant aujourd'hui à l'article dans lequel nous nous sommes moqués60 de la préférence qu'il donnait aux eaux d'Arcier pour éteindre l'incendie de l'hôpital, nous a traités d'hydrophobes. La qualification m'a paru fort malsonnante et j’ai sur-le-champ projeté de lui répliquer. Mon article fait, Viancin m'en a apporté un, moins piquant que le mien et pour cette seule raison meilleur. Ainsi je n'ai pas hésité à lui donner la préférence.

11725 avril.— J'ai reçu de M. le curé du Russey, l’abbé Verdot, une lettre dans laquelle il m'indique quelques erreurs dans l'explication donnée par la commission de l’Académie à plusieurs locutions des chartes qu'elle a publiées dans les deux premiers volumes des Documents. Les observations du curé du Russey, exprimées avec convenance, m'ont paru fort justes. Mais M. Duvernoy, l'ypercritique [sic], ne sera sans doute pas de mon avis.

11826 avril.— Gouniot, aujourd'hui professeur de rhétorique au grand collège de Luxeuil, a profité des vacances de Pâques qui finissent après-demain pour m'apporter la préface d'un poème de plus de 6 000 vers qu'il vient de terminer. Il y a dans cette préface des idées originales et justes, mais qui ne sont pas exprimées assez clairement ou du moins pas assez développées. Son style, d'ailleurs, manque de souplesse : les phrases ne s'enchaînent pas naturellement. En un mot, avec du talent, il n’a pas les qualités qui constituent l'écrivain. Quant à ses vers, je les soupçonne diantrement rocailleux, mais il a eu la discrétion de ne pas nous les montrer.

  • 61 Victor Cousin (Paris 1792-Cannes 1867), philosophe, ministre de l'Instruction publique dans le cab (...)
  • 62 Paul-François Dubois (Rennes 1793-Valence 1874) était député de Nantes (et non de Rennes), comme J (...)

11927 avril.— Le nouveau ministre de l'Instruction publique, M. Cousin61, vient de demander un supplément de crédit de 100 000 fr. pour établir à Rennes une Ecole de médecine et une Faculté des sciences. Qu'a donc fait la ville de Rennes pour obtenir cet avantage ? Rien, absolument rien. La ville de Besançon a offert 100 000 fr. pour avoir une Faculté des sciences et elle ne peut pas l’obtenir. Dubois62 est de Rennes, mais Jouffroy n'est-il pas du département du Doubs ?

12028 avril.— La fête du roi, affichée depuis dimanche, n'offre rien de nouveau si ce n'est qu'au lieu d'être célébrée le premier, elle est renvoyée au 3 mai. Après cela, tout ce que vous savez d'amusant : la revue de la garde nationale à Chamars et le feu d’artifice sur les Prés de Vaux, c'est-à-dire sur l'emplacement d'où le moins de monde possible pourra le voir. Il faut bien convenir que si nos édiles brillent par quelque endroit, ce n'est pas par l'imagination, mais d'ailleurs ils ont tant de belles et bonnes qualités que nous serions des ingrats de nous plaindre.

  • 63 Louis de Givenchy, secrétaire perpétuel de la Société des antiquaires de la Morinie (Boulonnais), (...)

12129 avril.— M.de Givenchy63, de Saint-Omer, qui par une précaution que je trouve assez bonne veut faire voir la France à son fils avant de l'envoyer visiter les pays étrangers, est arrivé ce soir à la Bibliothèque, muni d'une lettre de passe de M. de Caumont dont certes il aurait pu se passer. Ce n'est pas que M. de Givenchy soit un homme éblouissant d’esprit ou d'érudition, mais il a des manières si affectueuses qu’il est impossible de ne pas se trouver avec lui sur le champ comme avec une ancienne connaissance. Il a voulu aller ce soir même rendre une visite au professeur Bourgon, mais je dois le revoir demain matin et je prévois qu'il me prendra la plus grande partie de la journée.

12230 avril.— M. Huart, le recteur de l'île de Corse, est ici depuis quelques jours, et quoi qu'il en dise, je pense qu'il serait fort content de ne pas retourner à Ajaccio. Mais comme il est homme d'esprit, il sait se plier à la nécessité et tâche de tirer le meilleur parti d'une position qu'il doit regarder comme un exil. Dans les tournées rectorales, il recueille des minéraux et des pierres dont il se propose de faire un jour hommage à notre cabinet d'histoire naturelle, et rentré chez lui, il prépare une vie de Pasquale Paoli pour laquelle il a déjà, m'a-t-il dit, beaucoup de matériaux. Il m'a donné pour la Bibliothèque un exemplaire du roman de Tristan, le chevalier de la Table ronde, éd. de Michel Lenoir, 1521, in folio.

Mai 1840

1231er mai.— Voici donc le joli mai, si prôné par les poètes et si cher aux jeunes filles ; il vient à la suite d'une sécheresse qui dure déjà depuis plus de cinq semaines et qui ne paraît pas devoir cesser encore. On sait déjà que la récolte des fourrages sera des plus médiocres, et si le temps continue, il est impossible que les céréales ne souffrent pas. Une mauvaise année, toujours une chose calamiteuse, le serait bien plus encore à cause de la corruption des masses qui ne demandent que l'occasion de faire main basse sur les riches.

1242 mai.— Le Progrès vient de publier un article sur les élections municipales, mal écrit mais assez bien pensé, dans lequel nos édiles sont traités avec peu de ménagement. On dit que le maire en est d'une humeur insupportable, mais il faut bien qu'il s'habitue à entendre faire la critique de son administration, l'une des plus funestes pour notre ville à raison de sa faiblesse et de son entêtement, deux défauts qui semblent incompatibles et qui se trouvent pourtant assez fréquemment réunis dans le même homme.

1253 mai.— Comme le beau temps continue, la fête du roi a été célébrée avec toute la pompe calme et solennelle. Cette fois, on n'a pas été obligé de presser le défilé de la garde nationale dans la crainte d'une ondée, et l'on a pu circuler dans les rues pour voir les illuminations assez mesquines des hôtels des grands fonctionnaires sans parapluie. Le feu d'artifice, tiré sur les Prés de Vaux à 9 heures, était beau. Un instant auparavant, le tocsin avait sonné à Saint-Maurice : des enfants s'étaient avisés de mettre le feu dans les broussailles qui garnissent les rochers de la Citadelle du côté du port Rivotte et il n'était pas éteint à deux heures.

1264 mai.— Voilà le bâtiment de la halle terminé ou à peu près. Les maçons ont placé tout en haut un énorme bouquet en l'honneur du maire et puis sont allés lui faire le compliment d'usage, dans l'espoir d'en tirer quelque argent pour boire à sa santé, mais on assure qu'ils en ont été pour leurs frais d'esprit et que le maire les a fort mal reçus ; cela ne me surprendrait pas.

  • 64 Marcel-Bernard Jullien (Paris 1798–), grammairien, directeur de la Revue de l'Instruction publique(...)
  • 65 Huart, recteur de l'île de Corse, Carbon, recteur en exercice, J.-J. et Désiré Ordinaire, anciens (...)
  • 66 Peut-être Fénelon (1651-1715) qui écrivit des fables en 1701.

1275 mai.— M. Jullien, sous-intendant militaire, frère de M. Jullien, le fondateur de la Revue encyclopédique64, que nous avons eu à Besançon en 1815, vient d'y revenir avec la place d'intendant en chef. Pendant son absence, il s'est occupé de littérature plus qu'il ne l'avait fait jusqu’alors. Hier j’ai dîné chez lui avec les quatre recteurs65 qui se trouvent en ce moment à Besançon. Après dîner, il nous a lu différentes pièces de vers de sa façon qui m’ont paru très remarquables, entre autres une dont j'ai oublié le titre mais que l'on pourrait sans inconvénient intituler La statistique de l'île de Corse. Il est vraiment étonnant qu'un homme qui, comme F[...66], n'avait pas fait des vers avant 50 ans, ait acquis le talent d'exprimer avec grâce et facilité des détails étrangers à la poésie.

1286 mai.— Histoire de l'église depuis son établissement jusqu'au pontificat de Grégoire XVI, par M. l’abbé Receveur, professeur en Sorbonne, Paris, imprimerie de Dondey-Dupré, in-8 et in-12. L’ouvrage est annoncé en six volumes dans les deux formats. Le premier seul paraît en ce moment mais on en promet deux autres pour cette année.

  • 67 Dormoy habitait rue Saint-Vincent (Annuaire du Doubs).
  • 68 Nicolas Nicole (Besançon 1701-1784). Cet architecte, formé à Paris auprès de Jacques Blondel, a fo (...)

1297 mai.— Les héritiers de M. Dormoy67, juge honoraire au tribunal d'instance, viennent de faire hommage à la ville du buste de M. Nicole68, l'architecte de la Madeleine et du Refuge. Ce buste en plâtre, moulé sur le modèle en marbre de Breton, est déposé à la Bibliothèque.

1308 mai.— Le Séquanais est furieux des éloges que les deux autres journaux de Besançon ont donné à M. de Magnoncour à raison de l'empressement qu'il a mis à venir au secours de notre hôpital incendié. A l'en croire, rien n'est plus commun que de voir les personnes riches faire un noble usage de leur fortune, et il n'y a personne qui, à la place de M. de Magnoncour, n'en eût fait autant que lui. En supposant que cet honorable citoyen soit l'homme le plus riche du pays, Le Séquanais conviendra du moins qu'il n'est pas le seul dans la province ou dans la ville qui ait le superflu. Et bien, puisque la générosité est une vertu si commune dans la classe dont il est l'organe, nous le prions de vouloir bien signaler à notre reconnaissance et à notre vénération les personnes qui, à l'exemple de M. de Magnoncour, se sont dépouillées en faveur du premier établissement de la province. Voilà le petit article que je voudrais voir imprimer dans Le Progrès qui n'y pense même pas.

  • 69 Charles-Toussaint Boucley (1791-1877)

1319 mai.— M. Jouffroy est nommé officier de la Légion d'honneur. M. Boucley69, que nous avons eu quelque temps professeur d'humanités à notre collège royal, puis inspecteur de l'académie, est nommé chevalier.

  • 70 Cousin.

13210 mai.— Pérennès m'a communiqué la lettre qu'il écrit au ministre de l'Instruction publique70 pour obtenir la formation d'une ou de deux nouvelles chaires à notre Faculté des lettres. Il demande une chaire de littérature étrangère, puis une de linguistique. Pour occuper la première, il comptait sur Marmier, qui lui a répondu qu'il ne se jugeait pas propre à l’enseignement et qu’il avait donné sa démission de la chaire que M. Salvandy lui avait conférée à l'académie de Rennes. La seconde serait remplie par Ackermann, aujourd'hui à Berlin, ou par Proudhon. Je ne suis pas inquiet de trouver des sujets, ils ne manqueront pas, mais M. le ministre nous accordera-t-il ces chaires ? Voilà ce qui est plus que douteux.

13311 mai.— Le professeur Bourgon que je crois gravement malade, et malheureusement je ne suis pas le seul de mon avis, est tourmenté plus que jamais du besoin de travailler. Il est venu me prier d'écrire à M. Jouffroy de lui obtenir du ministre une indemnité de 500 fr. pour un voyage qu’il veut faire en Suisse à l'effet de visiter des archives cantonales et d'en extraire les pièces relatives à l'histoire de la province. Je doute qu'il puisse jamais faire ce voyage, mais j'écrirai.

13412 mai.— M. Grillet, l'un de nos conseiller municipaux, vient de proposer au Conseil de profiter de la circonstance où la maison des Grands Carmes va être mise en vente, pour en faire l'acquisition. Sa proposition qui n'a rien de déraisonnable n’aura pas de suite parce qu'avant tout, nos conseillers hydrophiles veulent avoir les eaux d'Arcier ; mais il vaudrait encore mieux racheter Granvelle, le seul monument que possède la ville et qui finira par disparaître si l'on n'y prend garde.

13513 mai.— Le feu s'est manifesté cette nuit dans une maison de la rue du Petit-Battant, occupée en partie par un sabotier. Les secours ont été si prompts et si bien dirigés que la partie supérieure de cette maison a seule été brûlée. Quoique toujours trop grande pour de pauvres gens, la perte se réduira probablement à quelques milliers de francs.

  • 71 Voir Journal, III, 167 (19 décembre 1835). L'abbé Theret avait été curé d'Ornans de 1817 à 1835, p (...)

13614 mai.— Hier a été enterré M. l'abbé Theret71, ancien curé d'Ornans, chanoine du chapitre métropolitain, âgé de 96 ans. C'était un des ecclésiastiques les plus instruits et les plus laborieux du diocèse. Il n'a rien fait imprimer, mais comme il écrivait du matin au soir, à moins qu'il ne brûlât tous les soirs ce qu'il avait écrit dans la journée, on doit trouver chez lui beaucoup de notes et de documents utiles pour l'histoire contemporaine.

  • 72 Alphonse Delacroix, architecte municipal après Marnotte.

13715 mai.— L'absence de toute administration se fait de plus en plus sentir dans notre pauvre ville. Le préfet me disait ce matin : « Il n'y a pas dans le département un seul chemin vicinal sur lequel on ne puisse se promener en voiture, et le pavé de Besançon est si mal entretenu que je vais être obligé de vendre mes chevaux, ne pouvant plus les faire sortir sans crainte de les voir rentrer estropiés. » A cela, je lui ai répondu : « Il peut bien y avoir de la faute du maire, mais il y en a plus encore de l'architecte72. » Et il en est convenu.

  • 73 Peut-être François De Troy (Toulouse 1645-Paris 1730), de la famille de peintres français de ce no (...)

13816 mai.— M. Hippolyte Wey continue à rendre de véritables services aux arts dans la province en sauvant de la destruction une foule de tableaux qu'un enduit de crasse avait fait passer du salon chez les brocanteurs. Il m'a fait voir aujourd'hui plusieurs tableaux remarquables, entre autres un portrait de femme de la cour et un autre du bibliothécaire des grands augustins de Paris que Lancrenon a déjà retenus pour notre futur musée. Ce sont deux très belles choses. Il les attribue à De Troy73 peintre de Louis XV.

13917 mai.— Perron m'a fait part hier au soir d'un projet qu'il a conçu de donner une traduction des œuvres philosophiques de Boèce, précédée d'une préface ou dissertation sur l’état de la science à l'époque où vivait ce dernier représentant de la science romaine. D'après les explications qu'il m'a données sur son plan, ce travail très important et qu'il paraît avoir mûri suffisamment ne pourrait que lui faire beaucoup d'honneur.

14018 mai.— Le pauvre Pécot a été enterré aujourd'hui. Il y avait deux mois qu'il était dans un état désespéré et qu'à chaque instant on s'attendait à le voir expirer. Lui-même n’a pas douté un seul instant de l'issue que devait avoir sa maladie. Il se plaignait seulement que son agonie fût trop longue. Philosophe chrétien, il a demandé de bonne heure les secours de la religion et plusieurs fois depuis deux mois il a reçu le viatique des mains de Mgr l'archevêque. C'était un très habite praticien et fort occupé de sorte qu'il est mort avec le regret de ne pas pouvoir rédiger quantité d'observations rares et curieuses qu'il avait eu l’occasion de faire. Il lègue à l'école, dit-on, sa bibliothèque médicale, ses instruments de chirurgie et une somme de 20 000 fr. Cet exemple de donner à l'école ne peut manquer d'avoir des imitateurs.

  • 74 On dirait aujourd'hui : aux Montarmots.

14119 mai.— Le professeur Bourgon a fait déposer à la Bibliothèque les fragments d'antiquités qu'il a découverts ces années dernières dans différentes localités de la montagne, notamment à Amancey. Sa santé ne s'améliore pas, et cependant il refuse de prendre le congé dont il a besoin pour aller se reposer quelque temps à Montarmot74.

  • 75 Michel-Antoine-Marie Bulloz (Avrigney 1796-Besançon 1845), docteur en médecine, académicien de Bes (...)
  • 76 Charles Gardaire (Besançon 1795-1856), inspecteur puis recteur (1850-1853) de l'académie de Besanç (...)

14220 mai.— La mort de Pécot et le départ de Lefaivre, nommé directeur du génie au Havre, laissent deux places vacantes à l'Académie, et notre ville devient si pauvre en hommes de mérite que ce n’est pas chose aisée de les remplacer. J'en parlais ce soir avec Viancin, Perron et Bulloz75, et nous ne nous sommes accordés que sur un seul candidat : M. Gardaire76, l'un des inspecteurs de l'Université, savant modeste qui pendant plusieurs années a professé la philosophie avec distinction au collège de Dijon. On lui donnerait pour concurrent M. Meusy, professeur de langues anciennes à la Faculté, bon latiniste et même bon helléniste, mais peu laborieux, de sorte que le choix ne pourrait pas être décidément mauvais. Mais il reste encore une place vacante et je serais fort d'avis qu'on la fit remplir par un homme haut placé, quelle que soit son opinion politique, de toutes les considérations la plus absurde quand il s'agit de choisir un académicien.

14321 mai.— La Revue du Jura, qui se soutient je ne sais comment, annonce pour un des prochains numéros une lettre d'un membre de la Société d'émulation de Lons-le-Saunier à un membre de l'Académie de Besançon sur le deuxième volume des Documents. Je m'attends à une critique sans mesure ; mais enfin, si elle contient des observations judicieuses, nous tâcherons d'en profiter pour le troisième volume dont l'état de santé du professeur Bourgon retarde l'impression qui devrait être commencée depuis plus de deux mois.

14422 mai.— Hier, à la séance particulière de l'Académie, Trémolières a lu une Epître sur un village comme on n'en connaît point, qui m'a fait le plus grand plaisir. C'est un tableau ravissant qui prouve que, sur le retour de l’âge, l'auteur a conservé toute la grâce et la fraîcheur d'imagination, attributs de la jeunesse. Je lui en ai fait mon compliment bien sincère, et je suis sûr que cette pièce, lue en séance publique, produira nécessairement un bon effet.

14523 mai.— Les dons que MM. Thiébaud et Pécot ont récemment faits à l'Ecole de médecine viennent de fournir à Perron un article sur la nécessité pour le gouvernement de transformer notre Ecole en une Faculté que réclament impérieusement les besoins de la province et dont l'influence ne saurait être qu'avantageuse dans un pays où les esprits sont prédisposés à l'étude des sciences naturelles et mathématiques.

14624 mai.— Mon ami Ponçot est arrivé ce matin avec l'intention bien arrêtée de se fixer à Besançon pour y terminer ses jours. Déjà membre honoraire de l'Académie, nous avons décidé de l'y admette sur-le-champ dans la liste des membres travaillants où il pourra nous être fort utile comme archéologue et surtout comme numismate. Son élection ne peut pas être douteuse un seul instant.

  • 77 Les petits-enfants comprendront que c'est par hasard, en construisant le bâtiment si dispendieux d (...)

14725 mai.— Le brave général Donzelot, que le maire n'a pas voulu voir à son dernier voyage à Paris, donne des tableaux à la ville de Besançon. J'en ai reçu hier l’avis de Pauthier. N'est-ce pas une chose honteuse que la ville, qui fait tant de dépenses ridicules et que les industriels poussent à des dépenses plus extravagantes encore, n'ait pas un local pour son musée ? Voilà ce que nos petits-enfants ne pourront certainement pas comprendre77.

  • 78 Voir Journal, III, 44.

14826 mai.— Examens de conscience développés et expliqués par un très grand nombre de faits historiques, d'anecdotes et de maximes, par M. l'abbé Vermot78, in 12, imprimerie de Périsse à Lyon.

14927 mai.— Aujourd'hui est mort M. [A.] Rolin, professeur émérite de notre collège, à l'âge de 92 ans. C'était un parfait honnête homme et un véritable philosophe pratique. A l'âge de 80 ans, se trouvant affecté d'une surdité qui ne lui permettait plus de fréquenter ses amis, il s'arrangea de manière à vivre seul sans trop s'ennuyer. Le moyen qu'il trouva, ce fut de s'amuser à traduire Horace en vers français. Il n'avait jamais fait de vers et n'était pas sensible à l'harmonie de la versification, de sorte que sa traduction était fort au-dessous du médiocre, mais on doit la trouver tout entière dans ses papiers. Il m'en a lu souvent des morceaux dans lesquels j'ai remarqué de temps en temps des vers passables que j'étais fâché de voir si mal accompagnés.

15028 mai.— Devoisins m'écrit : « Voilà M. Charles de Bernard à Besançon. Je désirerais, avec votre recommandation, publier sous son patronage des souvenirs de voyage et un roman intitulé L'Odalisque Gulzaïm. » Je parlerai bien volontiers de Devoisins à M. de Bernard, et j'aime à croire qu'il ne refusera pas, s'il trouve les ouvrages passables, à lui en procurer la vente à quelques éditeurs parisiens, mais combien cette chance est périlleuse dans un moment où il y a moins de lecteurs que de personnes qui composent des livres.

15129 mai.— Aujourd'hui a été enterré M. le général Verdière, maréchal de camp commandant la subdivision du département du Doubs, brave militaire et homme de beaucoup d'esprit dont la perte laissera de longs regrets à tous ceux qui l'on connu. Les obsèques ont eu lieu à l’église Saint-Jean, sa paroisse, avec toute la pompe possible. Le corps a été transporté au cimetière des Chaprais où deux discours ont été prononcés, l'un par M. le maréchal de camp Picquet, commandant l'artillerie, et l'autre par M.Tourangin, notre préfet qui, dit-on, dans cette triste circonstance, s'est surpassé.

  • 79 Richard Picque ou Pique, dit Lagasse (ce qui explique le nom de Lapie que lui donne Weiss), d'une (...)

15230 mai.— La nouvelle est parvenue hier à l'archevêché de la nomination de Mgr Gousset à l'archevêché de Reims. Ce n'est pas le premier franc-comtois qui occupe ce siège important. L'archevêque Lapie79, qui sacra Charles VI au maître-autel de Reims lors des victoires de la France sur les Anglais, était chanoine de Besançon.

15331 mai.— Charles de Bernard est ici depuis quelques jours, mais si occupé de ses affaires particulières que je n'avais pu le voir qu'en passant et pour ainsi dire à la dérobée. J'ai dîné hier avec lui et Viancin aux Vendanges de Bourgogne. C’est l'ami Girard qui était notre amphitryon. Le dîner, qui s'est prolongé jusqu'à dix heures du soir, a été très amical et même assez gai, mais il n'a rien offert de bien saillant. Tout ce que j'en ai retenu c'est que de Bernard, qui aime Paris comme ville de succès, a conservé quelque chose de tendre pour la province et qu'il se prêterait volontiers à toutes les mesures qui seraient adoptées pour son immigration.

Juin 1840

1541er juin.— On travaille depuis quelques jours au rélargissement du pont de Battant en amont, mais une économie mal entendue du Conseil municipal empêchera de tirer de cette amélioration tout le parti possible. Le pont sera rélargi mais non la rue du pont, en sorte que les voitures seront toujours agglomérées dans cette partie de la voie publique.

1552 juin.— Lettres sur le nord : Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzberg, par Xavier Marmier, in 12, imprim. de Schneider à Paris, tome 1er

1563 juin.— C'est notre député, M. Véjux, qui s'est chargé de faire à la chambre le rapport sur la nécessité d'établir à Rennes une Faculté des sciences. Il faut espérer que l'honorable [...] se chargera de solliciter à la session prochaine le même avantage pour Besançon.

1574 juin.— M. Mourgeon, ancien conseiller de préfecture et secrétaire général du département, est mort ce matin à l'âge de 70 ans. C'était un excellent citoyen, un bon administrateur qui a rendu pendant plus de quarante ans de grands services au pays dont il avait la confiance qu'il a constamment justifiée.

  • 80 Préludes à l'organisation de la Société d'émulation du Doubs.
  • 81 Voir Journal, III, 311 (12 septembre 1837)
  • 82 Pierre-Joseph-Auguste Reynaud-Ducreux (Besançon 1800-1878), professeur de mathématiques à l'Ecole (...)

1585 juin.— On parle de l'organisation d'une société scientifique80 qui s'établirait ici en concurrence avec l'Académie. Elle serait, dit-on, divisée en plusieurs sections : histoire naturelle, Grenier, Martin81 et Delacroix, tous médecins ; mathématiques, Moutrille et Renaud-Ducreux82 ; industrie, Convers et Boudsot. Eh, mon Dieu ! Que ces messieurs s'organisent et qu'ils fassent du bien s'ils le peuvent. Les académiciens seront les premiers à les applaudir.

  • 83 L’Annuaire du Doubs de 1841 lui donne le titre de professeur de dessin.

1596 juin.— Mais ce n'est pas tout. Un M. Gaillard, professeur de fortification à l'Ecole d'artillerie83, vient de découvrir une méthode qui doit élever le dessin au rang des sciences exactes, c'est-à-dire que Laplace ou tout autre grand faiseur de chiffres fera quand il lui plaira le tableau de la Transfiguration. Les chefs d'œuvre des arts ne seront plus que des applications des règles de calcul, moins le génie, dont nous apprenons tous les jours à nous passer. Et puis Le Séquanais crie que le Conseil municipal ne peut manquer d'arrêter dans nos murs M. Gaillard qui ne pense pas à s'en aller, à moins qu'il n'ait en vue une meilleure place, et qu'il est impossible de regarder à la dépense pour retenir un citoyen si utile. Allons, les hommes de génie à pensionner se multiplient ; j'en connais un à qui il faut 30000 fr. Espérons que M. Gaillard sera moins cher, autrement les produits de l'octroi ne pourraient pas suffire à l'entretien de tous ces esprits créateurs.

1607 juin.— La Société des amis des arts, qui doit recevoir 300 tableaux tant de l'exposition parisienne que des amateurs de la province, prévient le public que l'exhibition de tous ces chefs d'œuvre aura lieu, non dans la salle de la cour royale, mais dans l'orangerie de la préfecture où l'on fait en ce moment des travaux d'appropriation. La mairie ne devrait-elle pas rougir de n'avoir pas un local pour une telle circonstance, quand elle va jeter ses revenus de 20 ans dans l'eau.

1618 juin.— Les élections municipales seront encore cette fois-ci, et probablement bien d'autres encore, aux intrigants qui regardent les revenus publics comme leur caisse et qui opèrent sur les fonds de la cité, comme les ministres sur ceux de la France. M. Micaud, que tous les bons citoyens désiraient surtout de voir écarté des fonctions de maire, a été réélu dès le premier jour, mais à une faible majorité. Son amour-propre n'est pas satisfait de ce honteux triomphe, mais il continuera d'être maire quand même.

  • 84 Le Séquanais, et les autres journaux, présentent la liste des élus avec le nombre des voix obtenue (...)

1629 juin.— On dit que quelques personnes ont l'intention de protester contre la nomination de M. Micaud par la raison que le bureau lui a attribué plusieurs bulletins qui ne portaient aucune désignation et qui, par conséquent, pouvaient aussi bien appartenir au sieur Micaud, négociant, domicilié sur la même section. C'est évidemment une escobarderie, mais la protestation signée ferait voir à M. Micaud qu'il est loin de réunir comme il le prétend les suffrages de tous les citoyens84.

16310 juin.— Les deux articles insérés dans Le Progrès de dimanche dernier contre l'administration municipale produisent une vive sensation. Ceux qui en sont blessés se plaignent surtout du premier qui contient des noms propres ; mais je crois que le second, qui ne renferme que des faits dont aucun ne peut être démenti, leur tient beaucoup plus au cœur. Les succès que la coterie continue d'obtenir dans les élections ne la consolent pas d'avoir vu le plan de ses honteux projets mis au grand jour. Elle voit clairement que l'influence qu'elle exerce encore ne peut manquer de lui échapper dans un temps très rapproché, et qu'elle aurait été vaincue dès le premier combat sans les moyens dont elle dispose et qui ne sont jamais ceux dont peut user l'opposition.

  • 85 Voir le récit de ces trois jours de charivari : Journal, II, 200-201 (24 au 25 mai 1832).

16411 juin.— Je disais hier à Viancin : « Mais puisque M. le maire Micaud n'aime pas que l'on critique dans Le Progrès les actes de l'administration, il devrait au moins être permis de les louer dans le journal. Ainsi, par exemple, il ne se plaindrait sans doute pas d'un article dans lequel on dirait : c'est sous l'administration de M. Micaud et avec son agrément que, pendant trois jours, un charivari fut donné à M. le cardinal de Rohan85 ; c’est avec son bon plaisir que la promenade de Chamars, devenue le seul refuge des oisifs d'une cité dont on exagère l'importance, a été transformée en un lieu qu'une personne honnête, un homme studieux, ne peut plus fréquenter, etc... » Il a trouvé le cadre piquant mais il a trouvé très imprudent de le remplir.

  • 86 Séguin, élu par 94 voix, et Jean-Baptiste Vuilleret par 111, Béchet par 51 voix. Le Conseil munici (...)
  • 87 Le docteur Emile Delacroix (Châteaudun 1809-1877), frère de l'architecte. Docteur ès sciences en 1 (...)

16512 juin.— Aujourd'hui l'opposition a eu une sorte de triomphe. Au premier tour de scrutin, deux des conseillers municipaux qu'elle présentait sont sortis, MM. Séguin et Vuilleret. L’avocat Curasson a eu, malgré toutes les intrigues des partisans des eaux d'Arcier, assez de suffrages pour provoquer un ballottage dans lequel il a succombé86. L’élu est le conseiller Béchet, beau-père du frère de l'architecte Delacroix87, pour qui le projet des eaux d'Arcier est au petit pied une affaire de 75 000 fr. Pauvre ville ! Mais comme on l'a dit : si la Montagne a eu son 31 mai, plus tard est arrivé le 9 thermidor.

  • 88 Voir Marcel Vogne, La presse périodique en Franche-Comté..., t. IV, p. 305 et suiv. Les noms de de (...)

16613 juin.— On a distribué dans la journée le prospectus d'une revue mensuelle de magnétisme animal intitulée Le Prométhée88. Le directeur de cette revue, qui ne réunira jamais le nombre des souscriptions suffisantes pour devenir viable, est M. Alexandre Mayer, espèce de charlatan répudié même par les adeptes du magnétisme et les rédacteurs des élèves <internes> de l'hospice Saint-Jacques.

  • 89 Théophile Bruand, dont le père a été accusé du meurtre d’un autre fils, élu avec 68 voix ; Hubert (...)

16714 juin.— C'est une tâche pénible pour l'annaliste de revenir encore aux élections municipales qui sont en proie aux intrigants les plus effrontés et les plus stupides qu'il soit possible d'imaginer. Aujourd'hui, ils ont eu le front d'opposer à M. Roy, membre sortant, et à M. Bulloz, médecin professeur à l'Ecole secondaire, le jeune Bruand, dont le nom rappelle la plus effroyable tragédie qui ait eu lieu dans la province, et le jeune France, marchand d'huile épurée qui, s'il est connu, ne peut l'être que par son incapacité absolue. Eh bien ! Il y a eu ballottage et les intrigants l'ont emporté89. Les réflexions arrivent en foule et c'est par pudeur qu'on ne les enregistre pas.

16815 juin.— Les meneurs veulent éloigner M. de Magnoncour du Conseil municipal, quoi qu'il se soit prononcé pour les eaux d'Arcier : il[s] craignai[en]t, bien à tort certainement, qu'il ne soit sur les rangs pour la mairie, et ils ont besoin que M. Micaud, qu'ils n'aiment pas, reste maire. C'est, disent-ils, un mal nécessaire. Nous saurons demain s'ils ont réussi dans leur nouvelle intrigue.

16916 juin.— La Bibliothèque a reçu ce matin le buste de M. Jouffroy, l'un des hommes qui font le plus d’honneur à la province par les talents et par la capacité politique. Ce buste, d’une parfaite ressemblance, est placé provisoirement dans la grande salle où il est écrasé par le voisinage de celui de Victor Hugo, mais il faudra lui élever un piédestal dans la salle de philosophie où il sera là comme un roi dans son palais.

17017 juin.— M. de Magnoncour, malgré toutes les intrigues des chefs de cabale, a été réélu hier membre du Conseil municipal. Les habitants de Battant ont eu le bon sens de conserver pour leur mandataire le seul homme qui ait su faire des sacrifices dans l'intérêt de la ville, soit en fondant sa première salle d'asile dans leur quartier si populeux, soit en venant généreusement au secours de l'hôpital récemment incendié. Demain finissent les élections municipales. Il ne reste plus qu'un seul membre à élire. Les voix se partagent entre Parandier, présenté par L'Impartial comme homme spécial et que pour cette raison je n'apprécierais pas, et l'avocat Curasson, porté par tous les hommes dévoués, trop peu nombreux malheureusement pour qu'on puisse espérer qu'ils l'emporteront.

17118 juin.— Mlle Crombach, de Lons-le-Saunier, jeune personne qui a publié il y a quelques années un petit recueil de poésies où l'on a trouvé des dispositions, vient de recevoir de l'Académie française un prix de 1 500 fr. à titre d'encouragement.

17219 juin.— Maintenant que les élections municipales sont terminées, Le Séquanais se fâche contre leur résultat. L'article qu'il vient de publier passe en virulence tous ceux qu'a donnés Le Progrès. Il aurait mieux fait d'engager les légitimistes dont il est l'organe de se rendre dans leurs sections et de réunir leurs suffrages sur Curasson ou sur quelques autres bons citoyens.

17320 juin.— L'Académie s'est réunie aujourd'hui extraordinairement pour délibérer sur le parti qu'elle devait prendre au sujet de la fête de l'imprimerie qui se célèbre le 24 de ce mois à Strasbourg. Elle a voté une somme de 150 fr. pour la souscription à la statue de Gutenberg et invité ceux de ses membres qui pourraient s'absenter à se rendre à l'inauguration de cette statue.

17421 juin.— La procession générale, favorisée par un temps magnifique, a eu lieu avec la pompe accoutumée. Les autorités continuent à se dispenser d’y assister. Demain aura lieu la procession dite de la Surprise, pour remercier Dieu d'avoir, en 1575, délivré notre ville des huguenots.

  • 90 Aujourd'hui la maison portant le no 1 de la rue du Lycée et le no 31 de la rue Claude-Pouillet.

17522 juin.— Vers midi un orage a éclaté sur Besançon. Le tonnerre est tombé deux fois dans l'espace de quelques minutes, d’abord sur le pont à l'endroit où sont commencés les travaux pour le rélargissement. Une sentinelle chargée d'empêcher la station des voitures n'a point été frappée par la foudre, mais asphyxie, et il a fallu le transporter au corps de garde voisin où des soins qui lui ont été administrés l'ont rappelé promptement à la vie. Ensuite, à l'extrémité de la rue Poitune, dans la maison90 [...] qui appartenait à l'abbé Millot, le frère de l'historien ; là, le tonnerre a suivi la rampe de l'escalier, brisé la pierre de la dernière marche, traversé la cour pour renverser un coup la descente, et s’est précipité dans la fosse d'aisance. On dit que l'on a aperçu des trous au passage de la foudre dans les maisons voisines, mais, en résultat, on peut appeler cette pièce Plus de peur que de mal.

17623 juin.— On vient de commencer les travaux dans l’église du Saint-Esprit, cédée par la ville aux protestants pour l'exercice de leur culte. Cette église, une des plus anciennes de Besançon, remonte au moins au XIIe siècle. M. Victor Baille, jeune architecte qui s'est occupé de l'étude de nos monuments, la croit d'une date plus reculée. L'intérieur était entièrement couvert de peintures à fresque dont il conserve plusieurs morceaux.

  • 91 Philibert de Chalon, prince d'Orange (Nozeroy 1502-Florence 1530), un des plus grands capitaines d (...)

17724 juin.— Jules Baron vient de terminer la gravure du portrait de Philibert de Chalon91 dont il m'a envoyé une épreuve avant la lettre. Cette estampe, qui fait beaucoup d’honneur à notre jeune compatriote, doit figurer à l'exposition bisontine, où elle ne peut manquer d'être remarquée.

17825 juin.— M. de Ronchaud, celui de nos jeunes poètes qui donne le plus d'espérance, s'est arrêté quelques jours ici en revenant de Paris. Il n'a rien fait paraître depuis son volume d'Essais, mais il est occupé d'un grand travail auquel il se propose de consacrer plusieurs années, et il est reparti ce matin pour le Jura où il va chercher des tableaux et des inspirations.

  • 92 Les Feuilles du bibliophile, publiées par l'éditeur parisien en collaboration avec Charles Nodier.
  • 93 Carl Falkenstein publia en 1840 à Leipzig un ouvrage sur l'histoire de l'imprimerie : Geschichte d (...)

17926 juin.— M. Guichard, de Besançon, dont le journal de Techener92 contient des articles fort remarquables, s'occupe en ce moment de recherches sur les livres xylographiques dont il se voit forcé de publier un spécimen pour prendre date sur un M. Falkenstein93 qui fait imprimer un ouvrage sur le même sujet en Allemagne.

  • 94 Claude-Joseph Lecourbe s'illustra dans les guerres de la Révolution et du Directoire ; au retour d (...)

18027 juin.— La Société d'émulation du Jura met depuis deux ans au concours l'éloge du général Lecourbe94. M. Bergier, le directeur du mont-de-piété, m'a montré celui qu'il se propose d'envoyer. C'est une analyse assez bien faite des victoires et conquêtes ; mais, d'ailleurs, pas l'ombre de talent oratoire. Je ne serais cependant pas étonné qu'il fût couronné.

  • 95 Le tableau cité par Weiss est au Musée de Besançon.

18128 juin.— Francis Conscience, peintre connu des artistes par son prénom et qui avait un talent remarquable pour peindre les animaux, les chiens, les chevaux, vient de mourir à Luxeuil dans un âge peu avancé, sans avoir rien fait qui puisse recommander son nom à l'avenir des suites de son intempérance et de ses goûts crapuleux. Notre ville ne possède de lui qu'un tableau représentant un cuirassier dont le cheval se cabre devant l'explosion d'un obus. Ce tableau, exécuté sans étude, en quelques heures, ne pouvant pas figurer au futur musée, n'y sera certainement pas admis95.

  • 96 Claude-Elisabeth Parguez (1762-1840), capitaine de cavalerie, légua en outre à la ville une somme (...)

18229 juin.— M. Parguez96, de Pontarlier, capitaine retraité de cavalerie, mort la semaine dernière, a fait l'hôpital Saint-Jacques de Besançon son héritier universel en lui imposant différentes conditions : il a par le même acte donné ses livres, ses estampes, ses armes et ses médailles à la ville de Besançon et ces différents objets ont été depuis dix jours apportés à la Bibliothèque. Les livres sont d'informes bouquins d'ailleurs très connus et qui n'ont, pour cette double raison, aucune valeur. Les armes consistent en une vingtaine de fusils de chasse, des carabines et d'espingoles que nous ne pouvons pas conserver et qu'il faudra vendre si la mairie ne les place pas dans ses greniers. Toutes ses estampes se bornent à peu près aux portraits de la famille royale déchue et il n'avait que neuf médailles modernes. Cependant le legs fait un très grand bruit dans la ville et ce serait une grande maladresse que de chercher à désabuser le public à cet égard.

18330 juin.— Résumé de philosophie à l'usage des aspirants au baccalauréat ès-lettres, par l'abbé Robin, Lons-le-Saunier, Frédér. Gauthier, in-12.

Juillet 1840

  • 97 Charles Belin, juge de paix du canton de Boussières, où se tiennent les audiences tous les 15 jour (...)

1841er juillet.— Dispute de dix et de douze sur la numération, les monnaies, poids et mesures, en prose rimée de douze syllabes à la ligne, etc..., par Charles Belin, juge de paix97, in 8°, imprimerie de Proudhon à Besançon.

  • 98 Voir plus haut comment, au contraire de ce qu'il fait ici, Weiss défendait Théophile contre Victor (...)

1852 juillet.— Aujourd'hui ont été installés les nouveaux membres du Conseil municipal et la question des eaux d'Arcier ne tardera sans doute pas à être reprise. Un fait qui doit être signalé, c'est qu'il ne s'est pas trouvé une seule personne qui ait osé protester contre l'élection de M. Micaud, entachée de nullité, ni s'élever contre le scandale de l’élection du jeune Bruand98 dont on parle même de faire un adjoint.

1863 juillet.— Traité théorique et pratique des poids et mesures, conforme à la nouvelle législation, par Cl. Vercez, in-12, impr. de Javel à Arbois

1874 juillet.— Le Séquanais contient sur le projet d'amener ici les eaux d’Arcier un article plus fort que tous ceux qui ont été imprimés dans Le Progrès. Il s'agit, dit-il nettement, de manier et de distribuer à quelques intéressés la somme d'environ un million, etc... Les intéressés ne répondront pas, mais ils ne peuvent aller en avant sans commettre une impudence et un mépris de l'opinion qui finira par leur porter malheur.

  • 99 Bourgeois (voir le 4 janvier 1840).

1885 juillet.— Vie de saint Martin, évêque de Tours, par l'abbé M.-V. B.99, in-12, imprimerie d'Outhenin-Chalandre. L'auteur est le curé de Septonfaines.

  • 100 Léonard Callet, conseiller à la Cour, rue Saint-Vincent (Annuaire du Doubs, 1840), conseiller muni (...)

1896 juillet.— L’inventeur des eaux d'Arcier, Convers, a été nommé membre du Conseil général en remplacement de M. Mourgeon, mort le mois passé. Il avait pour concurrent M. de Merey qui a eu une dizaine de voix. L'Impartial avait recommandé aux électeurs le conseiller Callet100. Bravo, mes chers compatriotes : encore une prime d'encouragement aux intrigants qui ne manqueront pas de vous en remercier à leur manière.

1907 juillet.— Charles de Bernard a réuni quelques personnes dans un dîner chez Migon : Curasson, Pérennès, Viancin, Bretillot étaient du nombre des convives dont je faisais aussi partie ; certainement, les gens d'esprit y abondaient. La chère était délicate et le vin de champagne glacé a été prodigué par l'amphitryon. Eh bien ! il ne s'est pas dit, dans ce dîner qui s'est prolongé jusqu'à dix heures du soir, un seul mot saillant et qui mérite d'être retenu. J'ai cru en voir la cause dans le manque d'abandon des convives qui, tous ayant plus ou moins de prétention, étaient sous les armes et cherchaient à briller.

1918 juillet.— Le professeur Bourgon est de retour des eaux d'Yverdon qui ne lui ont pas fait grand bien. Cependant je m'attendais à le trouver plus malade qu'il ne l'est. Il revient de Montarmot où il a installé son vieux père et il a dû y retourner ce soir. Son travail sur Pontarlier l'occupe et il m'a parlé de ses autres besognes, en homme qui se propose de s'y remettre aussitôt qu'il sera débarrassé des tracasseries qui sont la suite de son changement de position.

192— Jouffroy a obtenu pour son fils une demi-bourse au collège de Besançon.

  • 101 Jean-Baptiste Le Chevalier (Trelly 1752-Paris 1836), voyageur et archéologue. Secrétaire de Choise (...)

1939 juillet.— M. de Vienne a retrouvé dans les papiers qu'il se proposait de vendre à l'épicier comme inutiles, une correspondance avec M. Le Chevalier101, l'auteur du Voyage en Troade, qui présente un très grand intérêt, et je la lui ai demandée pour la Bibliothèque et il n'était pas éloigné de me la donner, mais en relisant ces lettres, qu'il avait depuis longtemps perdues de vue, il a pensé que la publication en serait agréable au public, et il voudrait que j'en fusse l'éditeur. Il m'a écrit, pour me faire part de son projet, un billet charmant, tel que jamais n'en ont écrit les [...] ou les Fontenelle à un âge moins avancé. M. de Vienne a quatre-vingt dix ans.

19410 juillet.— M. Droz, de l'Académie française, est arrivé depuis avant-hier et je n'ai pas encore eu le plaisir de le voir. A son dernier voyage, j'avais eu sa première visite. Je ne pense pas cependant qu'il soit moins bien pour moi, mais le mariage de son petit-fils lui a donné une si grande quantité de parents qu'il lui faut nécessairement du temps pour les voir et leur rendre ses visites d'obligation.

19511 juillet.— Contre M. Arago, réclamation adressée à la Chambre des députés par les rédacteurs du feuilleton La Phalange, suivi de la Théorie du droit de propriété, par Victor Considerant, in-8°, imprimerie de Duverger à Paris.

19612 juillet.— Aujourd'hui a eu lieu l'ouverture de l’exposition des arts et métiers dans l'orangerie de la préfecture, faute d'un autre emplacement dans toute la ville. Cet embarras de trouver un local pour quoi que ce soit dans une ville qui a la prétention d'être grande a fourni le sujet d'un article très piquant et très bien rédigé dans Le Progrès. Cet article est du notaire Clerc.

  • 102 Antoine-Marie Carbon (né à Compiègne en 1787), recteur jusqu'en 1848.

19713 juillet.— Avant-hier sont arrivés MM. les inspecteurs généraux de l'Université Gaillard et Péclet ; ils doivent commencer ce matin les examens des classes du Collège royal. Je suis invité à dîner avec eux demain chez le recteur102, mais des engagements antérieurs avec M. de Vienne, qui veut me faire dîner avec M. Droz, ne m'ont pas permis d'accepter l'invitation universitaire.

19814 juillet.— Hier, Flavien est venu me surprendre très agréablement à la Bibliothèque ; je le savais arrivé à Frasne, mais en quittant Paris, il doit se trouver si heureux chez lui que je n’espérais pas qu'il abandonnerait si tôt ses ombrages si frais et son beau château pour venir causer avec moi. Il éprouve chaque année quelques mécomptes sur les hommes ; cette année, c’est Jouffroy qui l'attriste. Ce qu'il m’en a dit, et qui confirme mes propres observations, m'afflige bien profondément. Comment en un plomb vil l’or pur s'est-il changé ?

19915 juillet.— Le conseil académique a tenu une séance pour MM. les inspecteurs généraux. On y a ramené très naturellement la question de la Faculté des sciences. M. le maire, que l'on croyait assez indifférent au rétablissement de cette faculté, a dit que, pour l'avoir, la ville serait très disposée à sacrifier la Faculté des lettres. C'est précisément l'enfant qui donne le jouet qu'il tient pour celui qu'il veut avoir. Sur l'observation qui lui a été faite qu'il y avait dans ce propos manque de tact et de convenance, il a tenté de s'excuser en disant que lorsqu'il désirait une chose, c'était avec une telle ardeur qu'il était prêt à faire tous les sacrifices pour l'obtenir, mais que ce serait lui faire tort que de douter de l'intérêt tout particulier qu'il porte à la Faculté des lettres. Viancin, à qui je racontais ce soir ce qui s'était passé à la séance, m'a dit : « Oui, M. le maire veut ce qu'il veut ; il donnerait la Faculté des lettres pour la Faculté des sciences, comme il donnerait le Doubs pour la source d'Arcier.

  • 103 Comparer cette proposition avec la réflexion que Weiss écrit dans son journal le 1er mai : « Une m (...)

20016 juillet.— Qu'est-ce que la propriété ? ou recherches sur le principe du droit et du gouvernement, par J. Proudhon, 1er mémoire, in-12, imprimerie de Bajat à Paris. L'auteur, titulaire de la pension Suard, a dédié cet ouvrage à l'Académie de Besançon qu'il veut mettre de moitié dans ses idées subversives de l'ordre social. Suivant lui, la propriété est un vol, et son ouvrage n'a pas d'autre but que de prouver ce principe103 M. Proudhon, qui ne manque pas de talent, a surtout beaucoup d’esprit et une grande prétention à l'originalité. Cependant son livre n'est qu’un pastiche du fameux discours de Rousseau sur l'origine de l'inégalité des conditions, et pour compléter la ressemblance, il a dédié son livre à l'Académie comme Rousseau avait dédié le sien aux magistrats de Genève. Les genevois refusèrent cet hommage et l'Académie de Besançon ne pense pas pouvoir accepter celui de son pensionnaire. Une commission a été nommée aujourd’hui pour examiner cet ouvrage anarchique et en faire rapport dans la prochaine séance. On dit que Proudhon arrive ici dans quelques jours.

20117 juillet.— Les Recherches sur Neufchâtel au comté de Bourgogne, par l'abbé Richard, curé de Dambelin, un vol. in 8°, ont été mises en vente aujourd'hui. L'auteur, homme excellent et zélé patriote, désirerait vivement que les journaux de la province parlassent de son ouvrage. Il n'y a que M. Duvernoy, ou mieux encore M. Ed. Clerc qui pourrait lui rédiger un article convenable. Je leur en parlerai.

20218 juillet.— Péclet est parti hier au soir avec son collègue Gaillard pour Pontarlier où l'on construit en ce moment un magnifique collège que MM. les inspecteurs ont eu la curiosité d'aller visiter. De retour ici demain ou après, ils repartiront immédiatement pour Paris, en sorte que nous ne pourrons pas les avoir à dîner, comme c'était notre intention, mais Péclet m'a promis que l'année prochaine il s'arrangerait de manière à nous donner au moins un jour. C'est un bien excellent garçon et un zélé patriote. Dans la conversation que nous avons eue à la Bibliothèque, il m'a paru disposé à seconder sérieusement la demande de notre Faculté des sciences.

20319 juillet.— Calcul du poids des fers d'après le système métrique, par Louis Roy, in 18, Besançon, imprimerie de Chalandre.

20420 juillet.— Proudhon, qui est ici depuis quelques jours, est venu me voir cet après-midi à la Bibliothèque. Il a été fort surpris de l'effet qu'a produit son livre sur les académiciens qu'il croyait plus avancés dans les véritables principes de la philosophie. D'ailleurs, il n'en désavoue ni les principes, ni les conséquences et il est persuadé que dans trois années on rendra plus de justice à ses vues. La chose qui lui fait de la peine, c'est qu'on lui reproche d'avoir imité Rousseau. Il s'en défend de son mieux, prétendant qu'il est lui et rien que lui et qu'il ne doit rien à personne. On ne peut se faire une idée de sa naïveté, de son orgueil ; sa conviction est qu'il a découvert les véritables bases de la société, que personne avant lui n'avait même soupçonnées, et qu'on finira par revenir à son avis.

  • 104 Pierre-Charles Damien ou Damiens, licencié ès lettres, professeur au collège (Annuaire du Doubs, 1 (...)

20521 juillet.— Un des professeurs de notre collège, M. Damiens104, vient de faire un travail qui me paraît fort curieux sur la numération des Romains. Il se propose de la lire à la prochaine réunion du congrès et je ne doute pas qu'il ne soit très bien accueilli.

  • 105 Selon l'annuaire du Doubs, Mathiot était avocat stagiaire et résidait 68 rue des Granges.

20622 juillet.— Une division qu'il était facile de prévoir vient d’éclater entre les deux quartiers de Besançon. Les habitants de Battant se plaignent avec raison de l'administration qui non seulement néglige leurs intérêts matériels, mais se monstre hostile à leur égard en leur enlevant la halle qu'ils possédaient depuis un temps immémorial. Ils demandent donc à former une commune séparée qui aurait son administration particulière. Quelques meneurs entre lesquels on nomme le jeune avocat Mathiot105 sont occupés en ce moment de rédiger la requête des plaintes qui doit être présentée au préfet pour obtenir la séparation. Cette démarche ne peut pas avoir le résultat qu'en attendent les pétitionnaires, mais elle forcera probablement l'administration à s'occuper davantage d'un quartier très populeux et bien digne d'intérêt.

20723 juillet.— L'Eucharistie expliquée par un prêtre du diocèse de Besançon, in-18, imprimerie de Proudhon.

  • 106 Villers-le-Lac.

20824 juillet.— Notice historique à l'heureuse mémoire de M. Verdant, ancien curé de Villers106, in-12, impr. de Sainte-Agathe. Cet ecclésiastique est mort le 2 août 1839 à 67 ans.

  • 107 François Ebaudy de Fresne (Langres 1743-Vesoul 1815), d'une famille d'Amance (frère d'Ebaudy de Ro (...)

20925 juillet.— M. Eugène de Fresne, l'inventeur d'un moteur atmosphérique dont les journaux de Paris parlent avec enthousiasme, est de Vesoul et probablement le petit-fils de M. Ebaudy de Fresne107, économiste au siècle dernier, qui ne reçut de ses compatriotes que le sobriquet de rêveur ou de songe-creux, en récompense de ses découvertes dont plusieurs ont été appliquées depuis, mais sans en rapporter l'honneur à leur auteur. M. Eugène sera probablement plus heureux que son aïeul, et si comme il l'assure, il parvient à diriger des ballons, voilà sa fortune faite tout du premier coup. Ce que c'est que d'arriver à temps.

  • 108 Voir plus haut, 20 janvier, 15 février et 18 mars 1840.

21026 juillet.— La grande question du chemin de fer occupe dans ce moment notre municipalité. M. le maire a dans une séance récente nommé une commission qui doit s'entendre avec celle de Bourgogne pour étudier le tracé d'une ligne de Dijon à Strasbourg passant par Besançon. L'inévitable Convers en fait partie bien entendu, mais comme on lui a adjoint des hommes qui ne se contenteront pas de ses « blagueries » habituelles et qui voudront des raisons, il est à craindre que sa réputation ne reçoive en cette conjoncture un petit échec. Déjà son ami Grenier ne parle de sa capacité que comme d'une chose fort équivoque et ses admirateurs de l'année dernière hésitent sur ce qu'ils doivent penser de son invention de la turbine Passot108. Attendons, et si justice se fait, cet intrigant ne tardera pas de retomber dans sa nullité.

  • 109 Joseph-Marie-Frédéric Nicod (Saint-Claude 1782-Paris 1840), avocat à Saint-Claude puis à Paris, no (...)

21127 juillet.— Le Progrès annonce la mort de M. Nicod109, membre de la Chambre des députés et nommé récemment conseiller à la cour de cassation. M. Nicod était de Saint-Claude et n'avait que 57 ans. Il passait pour l'un des plus grands jurisconsultes de l’époque, mais il n'a rien fait imprimer que quelques consultations.

  • 110 Notice sur le journal dans Vogne, La presse périodique..., t. IV, p. 307-352.

21228 juillet.— Dans une réunion qui eut lieu hier dans ma chambre, il a été convenu que nous nous chargions de la rédaction d'un nouveau journal qui paraîtrait immédiatement après la cessation du Progrès et prendra le titre de Franc-Comtois. Le prospectus rédigé par Pérennès a été approuvé par la commission et sera imprimé pour être distribué le jour même où Le Progrès finira. Tous les détails d'administration sont réglés, et nous nous sommes séparés sans prévoir aucun obstacle à l'accomplissement de notre œuvre patriotique110.

21329 juillet.— Bidal est venu me lire ce soir le morceau qu'il doit faire paraître dans le dernier numéro du Progrès, en forme d'adieu à ses abonnés. Il y flétrit avec courage les blagueurs du patriotisme plus prêts à fermer les cordons de leur bourse qu’à les dénouer lorsque l'intérêt du pays l'exige et qui trouvent dans leur savoir faire les moyens de retirer avec intérêts les sommes qu'ils versent au trésor public pour l'acquit de leurs contributions. Cet article, mieux écrit qu'il n’appartient à Bidal, parce qu'il a été composé de verve, doit produire quelque sensation sur les lecteurs de Besançon qui devinent facilement les allusions.

  • 111 Masuyer, né à L'Etoile (Jura), avait déjà publié un ouvrage sur la souveraineté du peuple (Journal(...)
  • 112 Charles de Rémusat, ministre de l'Intérieur de mars à octobre 1840.

21430 juillet.— Observations d'un habitant du Jura (Masuyer111) sur la circulaire de M. le ministre de l'Intérieur112 à MM. les préfets, inséré dans les journaux du 16 mars 1840, in 8, imprimerie de Courbet à Lons-le-Saunier.

21531 juillet.— La défaite des royalistes en Espagne ayant forcé un grand nombre d'Espagnols à chercher un asile en France, le ministère les a dirigés sur les points les plus éloignés afin qu'ils ne puissent pas continuer à correspondre avec leurs partisans et ranimer le feu mal éteint de la guerre civile. Dans ce moment, il y en a plus de 300 à Besançon, tant prêtres que soldats. Quoiqu'en dise Le Séquanais, tous sont assez bien vêtus. D'autres ont été répartis à Salins, Vesoul, etc.

Août 1840

2161er août.— Viancin a fait une réponse à l'épître du baron de Saint-Juan. Il y a de bons vers mais elle a besoin d'être encore travaillée.

2172 août.— Les fêtes de juillet renvoyées au dimanche, comme les fêtes patronales de village, ont été célébrées ainsi que les années dernières, sans intelligence de la part de l'administration qui ne se doute même pas de ce qu'il faudrait et de ce qu'elle pourrait faire et par conséquent sans enthousiasme de la part de la population. Son programme est le même depuis dix ans. C'est à dégoûter d'en faire mention.

2183 août.— Le prospectus du Franc-Comtois, qui succède au Progrès, est paru hier. Il n'a d'autre défaut que d'être rédigé dans un style un peu trop académique, mais cela ne pouvait être autrement puisqu'il est de la façon du secrétaire perpétuel Pérennès.

2194 août.— Le bruit s'est répandu que Le Franc-Comtois était mon journal, et m'en voilà forcément aux yeux de certaines gens le rédacteur responsable bien qu'il soit probable que je n'y mettrai pas une ligne. Si je pouvais croire que M. le préfet a concouru à répandre ce bruit, cela me ferait de la peine, mais avant de le croire, il faudra que cela me soit démontré clair comme le jour.

2205 août.— Nous avons donné à dîner aujourd'hui à de Bernard au Pré aux Clercs. Bretillot, arrivé hier de la campagne, a voulu être des nôtres et je lui en ai su bon gré. Pendant le dîner, de Bernard a dit qu'il avait été sollicité de faire au nom des habitants de Battant une pétition contre le projet d'amener à Besançon les eaux d'Arcier et qu'on lui avait assuré que cette pétition serait couverte le jour même de plus de six cents signatures de propriétaires. Cette assertion a trouvé Bretillot un peu incrédule, mais elle ne l’en fera pas moins réfléchir. Si ce funeste projet pouvait être écarté, nous nous trouverions comme par le passé d'accord sur tous les points, et c'est là ce que je désire sincèrement, car je le regarde comme un de nos meilleurs citoyens.

2216 août.— L'Académie a entendu aujourd'hui le rapport de la commission sur l'ouvrage de son pensionnaire Proudhon. A l'unanimité la commission a improuvé les principes de cet ouvrage anti-social et conclu à ce que l'auteur soit sérieusement blâmé et invité à plus de mesure pour l'avenir. L'avocat Curasson a trouvé les conclusions trop douces et demandé que Proudhon fût privé de sa pension. Cet avis, partagé par MM. Clerc père et fils, aurait été peutêtre adopté mais les indulgents ont demandé que l'affaire soit renvoyée à une séance plus nombreuse. Le premier président Alviset, quoique non convoqué, était à la séance.

  • 113 Louis-Léopold Chambard. Voir Journal, III, 313.

2227 août.— Le jeune Chambard113, de Saint-Amour, qui a remporté il y a deux ans à Paris le grand prix de sculpture, a fait offrir à l'Académie un plâtre de Marius qui lui a valu le prix, et même offert de venir à Besançon s'il était nécessaire pour présider au moulage.

2238 août.— Un orage tel que je ne me souviens pas d'en avoir vu un pareil à éclaté ce matin sur Besançon de 7 à 9 heures, avec une intensité vraiment effrayante. Les éclairs et les coups de tonnerre les plus terribles se succédaient sans intervalle avec un bruit épouvantable. Cependant il n'y a pas eu de graves accidents. Le tonnerre est tombé dit-on dans les Chaprais où il aurait labouré quelques pieds de vigne. On dit aussi qu'un homme atteint de la foudre dans la rue d'Arènes en a été quitte pour une large brûlure sur le cou.

2249 août.— Le conseiller Ed. Clerc se propose de publier les explications des plus anciens monuments de Besançon, que l’architecte Delacroix s'est chargé de dessiner.

22510 août.— Les pompiers ont célébré aujourd'hui la fête de saint Laurent. Ceux de la banlieue, mécontents de n'avoir pas eu part à la prime accordée aux pompiers de la ville à l'occasion de l’incendie de l'hôpital, se sont réunis dans une auberge à Battant pour fêter leur saint, et les autres à Bregille. Cette division que l'autorité municipale aurait dû prévoir et qu'elle doit faire cesser pourrait devenir fatale.

  • 114 Le capitaine Claude-Hélène-Hippolyte Renaud (Besançon 1803-Epinal 1873), avait assuré la construct (...)

22611 août.— Le capitaine Renaud114 s'occupe de réfuter l'ouvrage de Proudhon, Qu'est-ce que la propriété ?, dans lequel le fouriérisme est attaqué sans ménagement.

22712 août.— L'Académie, assemblée pour condamner l'ouvrage de Proudhon, s’est trouvée fort embarrassée pour trouver la manière dont elle procéderait dans une affaire si nouvelle. Les défenseurs de l'accusé ont prétendu qu'il fallait l'entendre avant de passer outre et cette proposition a passé sans contradiction. Restait à décider le jour où il serait entendu, et sur la proposition de M. Alviset, qui n'a point été contredite, l'affaire a été renvoyée au mois de décembre prochain. Mais quoi qu'il arrive désormais, Proudhon a par le fait gagné son procès.

  • 115 Romaric Gandillot, déjà cité pour un ouvrage de jurisprudence en 1833 (Journal II, 262) et pour un(...)

22813 août.— Essai sur la science des finances, par M. Romaric Gandillot115, avocat à la Cour royale de Paris, vol. in 8°. Il en sera rendu compte dans Le Franc-Comtois.

22914 août.— Une lettre de Jullien l'aîné, Jullien de Paris, Jullien le fondateur de la Revue encyclopédique, Jullien qui m'appelle son collaborateur quoique je ne lui aie jamais donné une ligne pour ses journaux, m'annonce qu’il arrivera le 28 courant pour assister au Congrès, accompagné de notabilités des deux mondes, mais la lettre contient d'ailleurs quelques avis sur la manière de composer le compte-rendu de la session dont je tâcherai de faire mon profit.

  • 116 Parmi les nièces de Girod de Chantrans figure Claude-Françoise Girod de Novillars, dont la fille, (...)

23015 août.— M. Girod-Chantrans, qui est allé passer la belle saison chez sa nièce116 à Aiglepierre, près de Salins, a fait une chute dans sa chambre et s'est cassé le col du fémur. Son âge avancé fait craindre que cet accident ne soit incurable.

  • 117 Actuellement rue Luc-Breton.

23116 août.— Nouvel abus. Le jury chargé de l'estimation d'une écurie que la ville se propose d'acheter pour la démolir afin de procurer le rélargissement de la rue de la Bouteille117 a porté à 14 000 fr le prix de cette écurie qui n'en vaut pas 6 000. A certaines gens, quand il s'agit des deniers communaux, il semble qu'ils en peuvent disposer non pas comme des leurs dont ils sont extrêmement ménagers, mais comme d'un butin enlevé à l'ennemi.

23217 août.— Lejeune Clésinger, le sculpteur, qui devait présenter un chef-d'œuvre à la dernière exposition de Paris, est maintenant à Dole où il fait les bustes ou les portraits de quelques dames.

23318 août.— On remarque avec raison que les amis des beaux-arts de Besançon auraient dû s'arranger de manière à ce que leur exposition n'ait pas lieu la même année que celle de Dijon. La rivalité qu'ils ont établie, peu favorable au progrès des arts dont ils se disent les amis, est très propre à réveiller les anciennes animosités des deux villes qui, grâce à Dieu, sont éteintes depuis longtemps.

  • 118 L'école nationale d'ingénieurs des arts et métiers créée par Bonaparte en 1800 à Compiègne a été t (...)

23419 août.— Il est question d'établir à Besançon une école industrielle dans les salles de la nouvelle halle dont on commence à reconnaître l'inutilité comme marché de grains. Mais qu'est-ce que serait cette école ? Une succursale des écoles des arts et métiers de Châlons118 Angers, etc... alors le gouvernement doit s'opposer à cet établissement ; ou bien une succursale des hospices où l'on apprend déjà des notions aux enfants des familles pauvres, ou enfin une nouvelle spéculation de quelques industriels qui voient dans le nouvel établissement un moyen de se procurer des places lucratives.

23520 août.— L'embarras est de trouver des adjoints qui veuillent se contenter d'être les très humbles valets de M. Micaud et ne prendre part à l'administration de la cité qu'autant que cela pourra convenir à ses vues. On assure qu'il a demandé pour adjoint M. Convers. Si le fait est vrai, il est fort curieux. Reste à savoir s'il y aura dans tout le conseil, à part Bruand, quelqu'un qui consentira à se faire le <pendant> de ce personnage.

  • 119 Guy-Etienne-Donat Demasmay, conseiller municipal, avocat puis conseiller à la Cour royale.

23621 août.— On a discuté aujourd'hui au Conseil le budget de la Bibliothèque. Comme à l'ordinaire, les très illustres conseillers m'ont fait le reproche de n'acheter que des bouquins. M. Demesmay119 a déclaré que lui ne pouvait pas concevoir que j'eusse payé 100 fr un bréviaire. Tout ce qu'il a dit prouve seulement son ignorance et ne fait tort qu'à lui, mais ses déclarations n'ont pas moins réussi à faire maintenir l'allocation pour acheter des livres à la somme exiguë de 2000 fr à laquelle elle se trouve réduite depuis que les sages et les habiles sont à la tête de l'administration municipale.

23722 août.— M. Salvi, l'un des plus grands bibliographes de l'Europe, est en ce moment à Besançon ; il m'a dit qu'il venait de terminer un ouvrage sur les dialectes italiens qu'il se propose de faire imprimer l'hiver prochain à Padoue et qui fournira 3 volumes in 8°. Cet ouvrage ne peut qu'être fort curieux et pour mon compte, je l'attends avec une vive impatience.

  • 120 Fervent adepte de l'homéopathie (Journal, III), professeur d'anatomie à l'Ecole de médecine.

23823 août.— Le médecin Tournier120 a inséré dans Le Franc-Comtois un article sur les besoins matériels de l'Ecole de médecine, persuadé, dit-il, qu'il suffira de les indiquer pour que l'administration s'empresse de les satisfaire. Il n'en sera cependant pas ainsi : ce n'est pas en flattant nos administrateurs que l'on peut en espérer quelque chose, mais en les flagellant vigoureusement et comme l'a fait Viancin dans une pièce qu'il lira demain à la séance publique de l'Académie, en les traînant aux gémonies de l'opinion.

  • 121 Cette notice avait été faite par Charles Weiss lui-même.
  • 122 Comparer le commentaire avec celui qui accompagne la première mention de la même pièce, le 22 mai (...)
  • 123 Ou Daudon, voir p. 93.
  • 124 Villers-sous-Montrond.

23924 août.— Séance publique de l'Académie. Discours du président Bretillot, remarquable surtout par sa position, car industriel et commerçant, il parle contre l'industrie et le commerce en faveur des lettres et des arts. Notice sur Hugues Ier, archevêque de Besançon, dont l'éloge avait été mis en concours121. Le village comme il y en a peu, pièce de vers médiocre du président Trémolières122. Rapport sur le concours d'économie politique par Perron, bien fait mais un peu long : un prix d'encouragement décerné à l'auteur du seul mémoire envoyé ; c'est Tissot, qui s'est caché sous le pseudonyme de Donneau123, qui en est l’auteur. Rapport du professeur Bourgon sur les fouilles archéologiques exécutées par un paysan d'Amancey. Enfin, épître de Viancin à Saint-Juan. Elections : membres résidants, Kornprobst, ingénieur civil, et Gardaire, inspecteur de l'académie ; correspondants, l'abbé Dartois, curé de Villers124 ; président annuel, Curasson ; vice-président, Auguste Demesmay. M. de Bernard assistait à la séance.

24025 août.— Il y a dans la pièce de Viancin une tirade contre les insectes qui dévorent le budget municipal et contre le scandale des dernières élections qui a dû choquer prodigieusement le maire et ses acolytes. M. le préfet m'en a parlé comme d'une impudence. Perron le juge plus sévèrement : c'est selon lui une inconvenance inexcusable, et il a raison. Je lui ai dit que nous avions fait, Pérennès et moi, tout ce qui dépendait de nous pour engager Viancin à la retrancher. Il prétend que nous n'avons pas parlé d'une manière assez forte et qu'en cela nous avons commis un crime de lèse-amitié. J'ai dit à Viancin que le maire saisirait la première occasion pour le destituer ; il m'a répondu : « Il n’oserait. » C'est la réponse de César, qui fut assassiné quelques jours après.

24126 août.— P. Victor est arrivé depuis quelques jours pour le congrès qui doit être nombreux et brillant. J'attends incessamment M.de Caumont qui m'a promis de venir quelques jours d'avance pour m'aider à l'organiser. Jullien de Paris doit se mettre en route le 28 avec une foule de savants transatlantiques dont il a toujours une bande sous la main.

  • 125 Jean-Baptiste Collard (1769-1837) fut professeur à l'Ecole de médecine.

24227 août.— La distribution des prix à l'Ecole de médecine a eu lieu dimanche dernier. C'est le docteur Foncin qui a prononcé le discours ; comme il a été généralement trouvé bon, on dit qu'il l'a trouvé dans les papiers de son beau-père, le docteur Collard125

  • 126 Minette (1788-1853), comédienne, amie de Weiss, avait été adoptée par le poète Marsoudet, de Salin (...)

24328 août.— Madame Margueritte126, qui n'était pas venue à Besançon depuis plusieurs années, y est arrivée ce matin par la voiture de Salins pour y passer deux jours. Je lui ai donné à dîner au Pré aux Clercs, car elle a conservé le goût de la guinguette malgré sa haute fortune. Après-demain dimanche, elle reprendra le chemin de Torcy où elle va passer le mois de septembre.

  • 127 Le duc de Broglie est le gendre de Mme de Staël, et avait ainsi hérité de Coppet.

24429 août.— M. Lebrun, l'auteur de Marie Stuart, a traversé Besançon, se rendant à Coppet où il va passer quelques jours avec M. le duc de Broglie127 ; il voyage avec sa femme, dont la modestie et la simplicité relèvent encore le mérite. J’ai eu l'honneur de les accompagner à Saint-Jean voir le Fra Bartolomeo, à la Bibliothèque où je leur ai montré les lettres autographes de l’infortunée reine d’Ecosse, puis au musée. A 9 heures, ils étaient en voiture pour aller à Pontarlier où ils descendront chez le frère de M. Jouffroy.

  • 128 Sa réception au barreau de Besançon est de 1835.

24530août.— Aujourd'hui est mort l'avocat Renaud128, dans un âge peu avancé. Il jouissait de l'estime de ses confrères qui faisaient cas de son opinion dans les matières délicates, et dans ce moment où les aigles de notre barreau songent à prendre leur retraite, il paraissait plus fait que pas un autre pour les remplacer.

  • 129 Théobald Cheveraux, d'Evreux, membre de plusieurs sociétés savantes.

24631 août.— M. de Caumont est arrivé aujourd'hui pour prendre part aux discussions du Congrès, avec quelques-uns de ses compatriotes normands, entre autres M. Cheveraux129, d'Evreux, dont les manières polies et simples m'ont inspiré la plus vive sympathie pour cet excellent jeune homme.

Septembre 1840

  • 130 Grande salle de l'académie universitaire, c'est-à-dire à la Faculté des Lettres, rue Saint-Vincent (...)
  • 131 Sur les participants et les travaux de cette huitième session du Congrès scientifique (la première (...)

2471er septembre.— Le Congrès s'est réuni à midi dans la salle de l'académie130. En ma qualité de secrétaire général, j'ai proclamé la 8ème session ouverte131. Le nombre des membres présents était de 52. On a procédé aux élections : M. Tourangin a été nommé président à une immense majorité, et vice-présidents MM.de Caumont et Jullien de Paris. L’assemblée s'est ajournée au lendemain dans les différents cours qui lui ont été désignés.

  • 132 Louis Vulliemin (Yverdon 1797-Lausanne 1879). Continuateur de l'Histoire des Suisses, de Müller (t (...)
  • 133 Jean de Muller (Schaffhouse 1752-1809), auteur de l'Histoire des suisses, 5 vol., qui eut plusieur (...)
  • 134 Jean-Jacques Porchat (1800-1864), professeur à l'université de Lausanne, connu comme le « La Fonta (...)
  • 135 Alexandre Daguet (1816-1894), professeur de rhétorique à Fribourg, présenta au Congrès un mémoire (...)
  • 136 François Guilliman (ou plutôt Vuillemin), né à Romont dans le canton de Fribourg, mort en 1612 ou (...)
  • 137 Mathias Mayor (1785-1846), médecin à Lausanne, auteur en 1838 d'un Essai sur l'anthropotaxidermie (...)

2482 septembre.— Il nous est arrivé plusieurs étrangers distingués : M. Vulliemin132, de Lausanne, le continuateur de Müller133, qui nous a lu un épisode plein d'intérêt sur l'émeute des paysans bâlois en 1591 ; M. Porchat134, ancien recteur de l'académie de Lausanne, auteur d'un recueil de fables dont il a communiqué quelques-unes à l'assemblée générale, qui ont été très applaudies ; M. Daguet135, professeur de littérature grecque à Fribourg, qui s'occupe en ce moment d'une biographie de Guilliman136 ; M. Mayor137, célèbre chirurgien, inventeur de plusieurs machines orthopédiques, etc...

2493 septembre.— Ce matin dans la séance de la section des sciences mathématiques, M. Passot (de Moirans), l'inventeur de la turbine qui fait tant de bruit, ayant obtenu la parole pour développer son système, le médecin Delacroix s'est opposé à ce qu'il pût s'expliquer à raison du procès pendant au tribunal d'instance. La section n'ayant pas eu d'égard à cette opposition intempestive, il s'est retiré en protestant. Cet épisode remarquable ne sera probablement pas mentionné dans les procès-verbaux.

  • 138 Le comte du Coetlosquet avait été sous-préfet.
  • 139 L'abbé Duronzier était en 1840 professeur au séminaire de Consolation.

2504 septembre.— M. du Coetlosquet138 a, dans un morceau très piquant, attaqué l'enseignement de la philosophie qu'il regarde comme dangereux par la malice ou l'étourderie des professeurs qui mettent sans cesse en discussion les principes fondamentaux de la société. Il a été soutenu par M. Lecerf, professeur en droit à Caen. La discussion s'est engagée entre ces deux messieurs et notre professeur Perron, appuyé par l'abbé Duronzier139, mais il est facile de prévoir qu'elle ne peut amener aucune conclusion raisonnable.

2515 septembre.— Francis Wey est arrivé, non pour prendre part aux joutes du Congrès, mais pour faire un pèlerinage dans la province, qu'il se propose de publier l'hiver prochain sous le titre à la mode d'Impressions de voyage. Je n'ai fait que l'entrevoir et il part demain.

2526 septembre.— M. Micaud a été réinstallé comme maire de Besançon. M. Poulet reste son premier adjoint et le sieur Convers est nommé deuxième adjoint. La musique de la garde nationale a exécuté différents airs dans la cour de l'hôtel de ville pendant la cérémonie, qui ne s'en est pas moins faite à peu près à huis clos.

2537 septembre.— M. de Caumont a annoncé au Congrès que la Société pour la conservation des monuments mettait à sa disposition une somme de 500 fr pour les appliquer comme il le jugerait des plus convenables. 200 fr ont été destinés à l'église de Montbenoît, 200 à SaintAnatoile de Salins, et 100 à des fouilles.

2548 septembre.— Les membres du Congrès sont allés en bateau visiter les grottes d'Osselle. L'un d'eux, M. Guyornaud, s'est chargé de rendre compte de cette excursion dans Le Franc-Comtois.

2559 septembre.— Le Congrès a tenu une séance à laquelle les dames ont été invitées. Cette séance, présidée par le préfet qui n'avait pas encore pu assister à cette réunion, a été nombreuse. Les lectures ont été entendues avec intérêt, particulièrement le tableau des progrès de la littérature dans la province depuis 50 ans par Pérennès.

25610 septembre.— Le Congrès s’est terminé aujourd'hui par un banquet chez Migon aux frais des membres résidants. Des toasts nombreux y ont été portés. Je n'oublierai certainement pas celui que M. du Coetlosquet a porté avec une aimable obligeance au secrétaire général. D'ailleurs la petite fête s'est passée parfaitement.

25711 septembre.— M. de Caumont est parti ce soir avec les savants arrivés de Normandie pour assister à un Congrès qui doit se réunir à Turin dans quelques jours et auquel sont convoqués tous les savants d'Italie. Ce sera vraiment bien autre chose que le nôtre ; mais, dans notre petite ville, nous n'avons pas pu faire mieux.

  • 140 Le personnage de Cadet-Buteux, créé par le chansonnier Désaugiers, était le héros de chansons et c (...)

25812 septembre.— J'ai oublié de dire que dans le banquet final du Congrès, Viancin a chanté sur l'air de Cadet-Buteux140 des couplets charmants et qui ont été fort applaudis même par ceux dont le spirituel auteur faisait la critique. Notre préfet, qui n'a pas pu assister à cette soirée, m'a dit que le Congrès n'avait rien produit de plus spirituel.

  • 141 Le personnage ne figure pas dans le volume des procès-verbaux.

25913 septembre.— Tandis que les hommes de la plus haute naissance, tels que M. le marquis de <Vert>141, le successeur des rois d'Yvetot, M. du Coetlosquet, M. de Caumont, etc. venaient de la Normandie, de la Lorraine, de la Bourgogne, de la Suisse pour assister à la fête littéraire de Besançon, nos gentilshommes franc-comtois, oubliant les plus simples devoirs de la politesse, allaient dans leurs campagnes se livrer à leur apathie habituelle. Rien ne prouve plus leur stupidité et leur complète ignorance des faits qui se passent sous leurs yeux. Quos vult perdire Jupiter adventat ! Je ne cesse de jouer avec eux le rôle de Cassandre ; qu'ils se perdent puisqu'ils veulent être perdus.

  • 142 L'hôtel Chassignet ou Sauvagney, dans l'actuelle rue Pasteur, dont les lithographies de « La maiso (...)

26014 septembre.— Le Congrès nous a valu une fort jolie lithographie de la maison Sauvagney, rue des Chambrettes142 ; le propriétaire, en la faisant lithographier, a eu pour but d'intéresser le Congrès à la restauration d’un édifice du Moyen Age que l'autorité municipale se propose de faire abattre sous le prétexte de rectifier l’alignement dans une partie de la ville qui n'a certainement pas besoin d'être élargie ; mais il est fort douteux que cette démarche puisse empêcher César Convers d'aller en avant dans ses vastes projets pour l'embellissement de la cité qu'il entend à sa manière, c'est-à-dire dans son intérêt.

26115 septembre.— Aujourd'hui est mort Charles Flajoulot à l'âge de 66 ans. C’était certes un homme d'esprit et de talent mais il s'était rendu fort ridicule par sa conduite et les écarts de son imagination ont empêché de lui rendre dans son pays la justice qui lui était due.

  • 143 La chapelle, construite par Pierre d'Andelot, abbé de Bellevaux au xvie siècle, remarquable par sa (...)

26216septembre.— Tandis que nous négligeons de recueillir les monuments qui couvrent notre sol, des artistes étrangers continuent à les explorer. Un architecte dijonnais est venu relever en plâtre les corniches et bas-reliefs de la curieuse chapelle des d’Andelot dans l'église de Pesmes143.

26317 septembre.— J’aurais bien envie que Victor Baille, jeune architecte plein de goût et de talent, fût chargé de restaurer l'église de Pesmes dont je viens de parler. Le curé, M. Liquet, à qui je l'ai proposé, me semble assez disposé à l'accepter pour son architecte. Reste à savoir si je pourrai le déterminer à faire ce voyage pendant les vacances.

26418 septembre.— Perron, en réfléchissant au Congrès, a conçu l'idée d'en établir un pour la province qui se réunirait tous les deux ou trois ans à Besançon, et dont il espérerait les résultats les plus avantageux. Cette idée fera le sujet d'un mémoire qu'il se propose de lire à l'Académie dans une de ses prochaines séances.

  • 144 N’a pu être identifié.

26519 septembre.— L'Impartial contient dans son feuilleton d'hier un article fort remarquable sur l'opuscule de F. Wey, Etudes sur la langue française, par Ch. G.144 Le jeune écrivain, que je ne connais pas, annonce un talent réel d'analyste et je croirais rendre un réel service au Franc-Comtois si je pouvais l'attacher à sa rédaction.

  • 145 Voir le Journal, 5 avril 1840.
  • 146 On peut trouver dans L'Impartial, du 23 au 27 septembre, le compte-rendu détaillé des audiences et (...)

26620 septembre.— C'est demain que commence la procédure contre les paysans des environs de Lons-le-Saunier accusés d'avoir pillé, le printemps dernier, le château de Courlans appartenant à M.de Vanois145. Ils seront défendus par des avocats de Paris et du Jura146 qui, sentant l'importance de la cause qu'ils ont à soutenir, se disposent à faire valoir tous les moyens pour la faire triompher.

  • 147 Léger-Joseph George (Nancy 1787-Besançon 1841), ancien professeur de mathématiques à Nancy, secrét (...)

26721 septembre.— M. le baron d'Eckstein est en ce moment à Besançon ; il vient de visiter les Vosges, qu'il ne connaissait pas encore, et doit se rendre sous peu de jours dans le Jura, près de M. de Ronchaud avec lequel il reprendra le chemin de Paris. Nous avons dîné chez Migon avec Perron qui, pour se trouver avec le célèbre auteur du Catholique, a faussé compagnie au bon M. George et, ce qui est plus grave, à M. Isidore Bourdon147, l'un des inspecteurs généraux de l'Université, auteur de quelques ouvrages élémentaires de mathématiques et chargé de l'examen des aspirants à l'école polytechnique.

26822 septembre.— L’arrivée prochaine de troupes, qui ne peuvent être logées dans les casernes faute d'effets de literie, a déterminé le maire à faire un appel aux habitants de matelas, couvertures, paillasses, etc. et telle est la crainte d'avoir des militaires logés chez eux que tous s'empressent de porter les objets de couchage qu'on leur a demandés. La grande salle de la mairie est pleine de matelas et l'on ne rencontre dans les rues que des femmes qui en portent sur leur tête, tellement qu'il y en aura de reste. L'Impartial vante ce zèle comme une preuve de patriotisme ; je ne peux y voir qu'un éloignement d'ailleurs très naturel des bourgeois pour les soldats.

  • 148 L'abbé Augustin Devoille a publié d'autres ouvrages que ces Chants de l'exil, conservés à la bibli (...)

26923 septembre.— Chants d'exil, poésies religieuses, par A. Devoille148, Paris, in-18. L'auteur que je ne connais pas m'a dédié une pièce de ce volume, intitulée Besançon ; il y en a une autre, Un jour de printemps, dédiée à Pérennès.

27024 septembre.— On assure que L'Impartial va paraître tous les deux jours. C'est une manière de faire la guerre au Franc-Comtois qui ne paraît que deux fois la semaine et dont la rédaction d'ailleurs est bien négligée.

  • 149 L'Original, comédie en un acte par deux amateurs, selon L'Impartial du 23 septembre.

27125 septembre.— On a joué ces jours derniers sur notre théâtre une bluette intitulée L'Original149, que l'on attribue à un jeune <Ménans>, qui paraît avoir plus de bonne volonté que de talent. M. Belamy, que l'on accusait d'avoir mis la main à cet ouvrage, a cru devoir repousser toute participation dans une lettre imprimée dans L'Impartial. Il y a dans cet acte de modestie une grande vanité.

  • 150 Gottfried August Bürger (1747-1794), du groupe des écrivains de Göttingen, s'inspira des légendes (...)

27226 septembre.— Gouniot vient de faire imprimer dans le recueil de la Société d'émulation du Jura une imitation de La Fiancée de Lénore, de Bürger150, dont quelques exemplaires ont été tirés à part. J'en ai été content et beaucoup plus que je ne m'y attendais d'après les idées singulières de l'auteur qui, toute sa vie, a été un rêve-creux cherchant, comme l’on dit, midi à quatorze heures. Il y a même des passages très remarquables et que l'on devrait citer dans le cas où l’on voudrait rendre compte de ce morceau dans un des journaux de la province.

27327 septembre.— J'ai été bien surpris de voir entrer ce matin à la Bibliothèque notre orientaliste Pauthier que je n'attendais plus cette année. Il est arrivé avec sa belle-sœur pour des arrangements de famille qui le forcent d'aller à Mamirolle, mais il en reviendra vers la fin de la semaine et nous nous arrangerons alors pour faire, si le temps le permet, quelques excursions à la campagne, soit à pied, soit en voiture.

  • 151 L'ouvrage a déjà été annoncé par Weiss le 30 juin.

27428 septembre.— Résumé de philosophie à l'usage des aspirants au baccalauréat ès-lettres, par M. l'abbé Robin, in-12, impr. de Gauthier à Lons-le-Saunier. L'Univers, journal religieux, a rendu un compte avantageux de cet ouvrage151.

  • 152 L'abbé Denizot.
  • 153 L'abbé Thiébaud, secrétaire de l'archevêché.

27529 septembre.— Le curé de Saint-Maurice152 vient de faire placer dans son église un tableau qu'il a commandé à Bourges et qui lui a coûté, dit-on, fort cher, un tableau plus que médiocre représentant le patron de la paroisse refusant de sacrifier aux idoles. Il avait commandé le même sujet à Lancrenon qui lui en avait fait une esquisse admirable. C’est une chose vraiment révoltante qu'il aille employer l'argent des dévots à faire travailler un peintre inconnu de Bourges, tandis que nous avons à Besançon des artistes capables de faire mieux et à moins de prix. Cette sottise du curé m'a été signalée par l'abbé Thiébaud153 qui le juge tout aussi sévèrement que moi.

  • 154 Il était en fait notaire, comme l'attestent les autres citations dans ce Journal et l'Annuaire du (...)

27630 septembre.— L'avocat Grandjacquet154, d'Ornans, est mort d'une apoplexie foudroyante. C'est une perte immense pour toute la vallée dont il était le bienfaiteur, l'oracle et presque le souverain. Il n'avait guère que 50 ans.

Octobre 1840

  • 155 Mme de Staël à Coppet, Voltaire à Ferney.

2771er octobre.— Francis Wey est de retour de son excursion dans le Jura où il était allé chercher des impressions de voyage. Il n'est pas allé plus loin que Genève, mais il a vu Coppet et Ferney, des endroits sur lesquels il se propose de dire de grands mensonges et cela sans le moindre scrupule, attendu, dit-il, que les hôtes de ces deux châteaux155 ne se sont pas épargné les fictions quand ils en ont eu besoin pour le succès de leurs ouvrages.

2782 octobre.— Les vendanges seront très abondantes cette année, mais le vin sera de qualité médiocre et par conséquent à fort bas prix.

  • 156 Selon G. Coindre (Le vieux Salins), c'est dans l'hôtel de cette famille, au Bourg-Dessous de la vi (...)

2793 octobre.— L’abbé Robin m'a communiqué une Vie du sire de Pontamougeard156, gentilhomme de Salins, qu'il se propose de publier l'année prochaine. Avant de la livrer à l’imprimeur, il a cru devoir la faire lire à M. le comte d'Udressier, l'un des descendants de Pontamougeard, qui lui a fait quelques observations dont il profitera pour rendre son ouvrage plus exact et plus utile pour le pays, qu'il a en vue dans toutes ses productions.

2804 octobre.— M. Devosge, aujourd'hui directeur de l'école de Dijon, vient de lithographier lui-même les œuvres de son père, in fol., dont il m'a adressé un exemplaire pour la Bibliothèque de Besançon. Ce recueil contient des compositions admirables, entre autres Adam et Eve chassés du paradis terrestre. Mais ce que j’admire le plus, c’est le piété filiale de M. Devosge qui, après plus de trente ans, élève ce beau monument à la mémoire de son illustre père.

2815 octobre.— M. L'abbé Blanc, professeur à Paris, est reparti ce matin pour se retrouver à la rentrée des cours qui a lieu plus tôt à Paris que dans les provinces. En venant me faire ses adieux, il m'a dit qu'il se proposait de faire imprimer cet hiver son Introduction à l'histoire ecclésiastique qui doit former un très gros volume in 8°.

2826 octobre.— En travaillant à disposer l'église du Saint-Esprit pour en faire un temple protestant, on a découvert un tombeau du Moyen Age ou de la Renaissance, tout couvert de moulures et de bas-reliefs d'un fini remarquable. On se propose de le transporter à la Bibliothèque où nos archéologues pourront l'examiner à loisir et en faire la description.

  • 157 L’abbé Claude-François Nonnotte (Besançon 1711-1793), jésuite, fut enseignant puis prédicateur. Au (...)

2837 octobre.— Mort de M. Laurens (Anatoile), chef de division à la préfecture, rédacteur de l'Annuaire du département depuis 1812. Il était membre de l'Académie de Besançon, de Rouen et de Dijon, et secrétaire de la Société d'agriculture qui ne s'est pas trop bien trouvée de sa gestion. Il était âgé de 65 ans. Son père, originaire de Rouen, avait épousé une nièce de l'abbé Nonnotte157 et s'était établi à Besançon où il exerçait la profession de perruquier. C'était un homme d'esprit, connaisseur en livres et en estampes et qui faisait un petit commerce de bouquins. Je lui en ai acheté plus d'un à très prix très modérés. Nodier et moi nous lui rendions de fréquentes visites il y a une quarantaine d'années.

  • 158 Peut-être Sandraz de Courtilz, auteur du xviiie siècle dont les Mémoires de d'Artagnan, réimprimés (...)

2848 octobre.— Le baron Henry est venu me faire hier sa visite d'adieu. Il retourne à Paris, uniquement pour changer de place car, à ce qu'il m’a dit, il s'ennuie partout. Il se propose de terminer cet hiver un roman qu'il a commencé par le mot de <Sandraz158> qui lui servira d'épigraphe : « Il avait trop de talent pour se contenter de son obscurité, mais il n'en avait pas assez pour mériter la gloire. » Cette devise me semble heureuse et j'espère que le baron Henry la développera bien.

2859 octobre.— Notre sculpteur Huguenin est chargé de l'exécution de deux bustes, dont celui de Cuvier, destinés à décorer la nouvelle salle des pairs ; l'autre est celui de Fontanes.

  • 159 Le pont de Battant, ou aujourd'hui pont Battant.

28610 octobre.— On est occupé dans ce moment à poser l'appui en fer du trottoir à gauche du pont de la Madeleine159. La saison avancée ne permettra pas de travailler à l'autre trottoir avant l'année prochaine.

  • 160 L'hospice fut fondé en 1203, 1207 étant la date du décès de Jean de Montferrand. L'ordre du SaintE (...)

28711 octobre.— Il a été découvert hier dans l'église du Saint-Esprit une tombe d'une grandeur extraordinaire, avec la représentation grossièrement faite d'un prêtre et une inscription dont M. Duvernoy n'a pu déchiffrer que les premiers mots : « Cy gît maître Etienne... » Si cette tombe est, comme on le présume, du 13ème siècle, c'est probablement celle d'un des premiers grands maîtres ou directeurs de l'hospice du Saint-Esprit, fondé vers 1207 par Jean de Montferrand qui fit venir pour le desservir des religieux de Montpellier160

  • 161 La France vit alors la crise de 1840 déclenchée en Orient autour de Méhemet-Ali, soutenu par la po (...)

28812 octobre.— Les journaux de Paris ont donné l'ordre de chanter La Marseillaise comme un cri de guerre dans tous les théâtres161, et les commis voyageurs de Besançon, les marchands de sucre ou de calicot, tous gens très belliqueux comme l'on sait, ont fait chanter hier l’hymne de Rouget de Lisle, avec accompagnement de bravos et de trépignements de pied. Cette démonstration guerrière ayant eu lieu avec l'autorisation de la mairie, il n'y a pas grand'chose à dire, pourvu que nos coryphées s'en tiennent là !

28913 octobre.— On a saisi dimanche dans le parterre un couplet ajouté par un de nos poètereaux à La Marseillaise, qui commence par ces deux vers :

En vain un gouvernement lâche
Voudrait comprimer notre élan, etc.

290Le police, toujours si indulgente, n'a pas vu dans ces deux vers une attaque contre le gouvernement du roi, mais elle informe contre l'imprimeur du couplet, qui paraît avoir été reproduit à grand nombre, pour n’avoir pas, ainsi que la loi l’exige, mis son nom en bas de l’imprimé. L’affaire, si l’imprimeur est découvert, chose que ne peut guère manquer d’avoir lieu, sera sur-le-champ traduite au tribunal judiciaire.

  • 162 Alphonse Deis, dit l'Avocat « parce qu'il ne l'était pas », selon Coindre qui lui consacre un pass (...)

29114 octobre.— L'Impartial d’hier mercredi contient une lettre que son impartialité l’a, dit-il, obligé de reproduire et qui est d’un de nos belliqueux chantres de La Marseillaise. Cette lettre, énergique protestation contre tous ceux qui ne voient dans cette démonstration que l’opinion de quelques jeunes insensés, est signée D., lettre qui selon toute apparence cache le nom de l’avocat Deis162 qui pourrait bien être aussi l’auteur de l’insolent couplet incriminé.

  • 163 La phrase de Weiss est assez mal construite.

29215 octobre.— On assure que l’un des nouveaux régiments dont la création vient d’être ordonnée sera organisé à Besançon, et là-dessus L'Impartial fait aux habitants un nouvel appel de matelas pour pouvoir coucher les défenseurs de la patrie. Ce n’est certes pas moi qui comprimerai cet élan patriotique, mais il me semble qu’il devrait être assisté par l’administration municipale s’il en est besoin ; à chacun son rôle, et puis qu’il y a bien quelque chose à reprocher, non au gouvernement mais à l'administration militaire pour sa négligence à pourvoir les villes de guerre d’effets de literie163

29316 octobre.— M. Branche, receveur municipal d’Ornans, termine la description des papillons de la province dont il possède une collection qu’il regarde comme complète et dont plusieurs espèces n’ont jamais été décrites.

  • 164 Elevée dans l'ancien couvent des Carmes par R. Maire et dont la Déposition de Croix du Bronzino co (...)

29417 octobre.— M. Adolphe Brune est à Besançon où il est venu tout exprès pour dessiner quelques parties du beau tableau du Bronzino, la gloire de notre musée, qui vient de la chapelle des Granvelle164. Il en a fait un dessin au crayon gris, dans l'espace de deux heures, qui est un petit chef-d'œuvre.

29518 octobre.— Une dépêche télégraphique, arrivée hier et affichée sur-le-champ sur l'ordre du préfet, a annoncé que le roi avait encore failli être la victime d'un lâche assassinat. Cette nouvelle n’a pu empêcher les partisans de la guerre à tout prix de continuer à chanter La Marseillaise. Elle a été imprimée par Proudhon et se vend cinq centimes. On s'attend ce soir qu'il y aura du bruit au spectacle [sic].

29619 octobre.— Ainsi qu’on l’avait prévu, les tapageurs ont demandé hier au spectacle La Marseillaise, mais l'autorité n’a pas permis de la chanter. Les cris et les vociférations n’ayant pas permis aux acteurs de commencer la seconde pièce, on a pris le parti de faire évacuer la salle. Ce matin, le maire a fait afficher une proclamation dans laquelle il annonce l’intention de sévir contre les perturbateurs s’ils veulent continuer à troubler l’ordre et réclame dans cette circonstance l’appui de tous les bons citoyens.

29720 octobre.— L’auteur du couplet dont nous avons parlé n'est point comme nous l’avions pensé l’avocat Deis ; il se nomme Berneau, c’est le neveu d’un aubergiste. Traduit devant le tribunal de police correctionnel, il a été condamné à 25 fr. d’amende et à six jours de prison.

29821 octobre.— Le sculpteur Huguenin était ces jours derniers à Auxonne, occupé à déterminer de concert avec le corps municipal l’emplacement où doit s'élever une statue de Napoléon dont il espère être chargé, étant maintenant à Lons-le-Saunier pour le monument de Rouget de Lisle.

  • 165 René, vicomte Vaulchier du Deschaux (Besançon 1817-Mantry 1880), archiviste paléographe de la prom (...)
  • 166 Les Navarret, vieille famille de Besançon, est une branche issue au xiie siècle de la famille nobl (...)
  • 167 D'après Le Séquanais : « D'argent burellé à la bande d’azur chargée de trois quintes feuilles d'or (...)

29922 octobre.— Encore un désappointement. La tombe découverte dans l'église du SaintEsprit, et que le savant Duvemoy croyait être celle d'un des premiers maîtres en direction de cet hospice, a été lue par M. René de Vaulchier165, élève de l’Ecole des chartes. L'inscription est ainsi conçue : « Vénérable et discrète personne maître Etienne Navarette, de Vercel, licencié èsdroit, qui décéda le jour de Saint-Nicolas d'hiver l'an mil quatre cent quatre.166 » Cette tombe est ornée de deux blasons : celui de droite représente les armes de Navarette, famille de Besançon qui est éteinte, et celui de gauche les armes de la femme du défunt, dont on n'a pas encore pu découvrir la famille167.

30023 octobre.— C'est une chose étrange que l'apathie de l'administration militaire. Il y a un mois qu’elle a demandé des matelas aux habitants pour coucher l'excédent de la garnison. Aujourd'hui elle leur demande des draps, mais c'est un impôt énorme que son incurie fait peser sur les habitants des villes de guerre, déjà si malheureux par les vexations de toute espèces auxquelles ils sont exposés de la part du génie.

30124 octobre.— Le livre de Proudhon, De la propriété, vient d'être saisi à Paris par ordre du ministère public, et, s'il est traduit en cour d'assises pour délit de la presse, fût-il acquitté par un jury trop indulgent, il deviendra bien difficile à ses amis de lui conserver la pension Suard dont il aurait dû jouir jusqu'au mois de septembre 1841.

30225 octobre.— Parmi nos jeunes compatriotes qui cultivent les lettres à Paris, nous ne devons pas oublier Guichard, employé de la Bibliothèque royale. Il publie dans ce moment dans le Bulletin du bibliophile des extraits fort curieux de ses recherches sur les éditions xylographiques, c'est-à-dire en planches de bois, ouvrage qu'il poursuit avec zèle mais qu'il n'espère pas avoir terminé avant deux ou trois ans.

  • 168 Les Recherches historiques sur la ville et l'arrondissement de Pontarlier, t. I, parut en 1841 che (...)

30326 octobre.— M. Colin, né à Pontarlier, vient de dessiner pour l'histoire de cette ville par M. Bourgon, le baptistère de l'église de Doubs, monument très remarquable de l'art de la sculpture dans notre province au XVIe siècle. Ce baptistère porte avec la date de 1560 les initiales J.P.M. que l’on conjecture être celles du nom de l'artiste168.

  • 169 La confrérie locale des chevaliers de Saint-Georges réunissait les représentants de la plus ancien (...)

30427 octobre.— Maire vient de terminer la médaille de Cl.-Louis de Falletans, gouverneur de l'ordre de Saint-Georges en 1677169. Cette médaille, exécutée aux frais de la famille, ne fera point partie de la galerie métallique de la province.

30528 octobre.— C'est aujourd'hui que s'est ouverte à Paris la session des Chambres dans les circonstances les plus graves que l'on aie vues depuis bien des années. Aucun de nos députés ne manquera à son poste. M. de Magnoncour est parti le 24, et M. Véjux le lendemain. Dans tous les autres points de la province et de la France, il y a eu la même exactitude, le même empressement parmi les représentants.

30629 octobre.— Une ordonnance du roi proroge au 5 novembre l'ouverture de la session. Cette mesure, fâcheuse dans les graves circonstances où nous nous trouvons, a été nécessitée par la dissolution spontanée du cabinet Thiers qui voulait imposer au roi ses opinions belliqueuses.

30730 octobre.— M. Liquet, curé de Pesmes, l'un des ecclésiastiques les plus éclairés du diocèse, m'a promis de publier successivement dans Le Franc-Comtois des articles sur le retard que l'autorité ecclésiastique met à faire placer dans la cathédrale le monument de M. de Rohan, sur les antiquités de l'église de Pesmes, sur les ouvrages et les mérites de l’abbé Gaume, récemment nommé chanoine théologal à Paris, et sur la nécessité pour les jeunes ecclésiastiques de se livrer à l’étude de l'histoire.

30831 octobre.— Une pluie abondante qui est tombée depuis trois jours a fini par faire déborder toutes les rivières de la province. A Gray, les inondations de la Saône égalent celles de 1800. Deux jeunes gens, qui ont voulu traverser la Saône au-dessus du pont dans une frêle embarcation, ont été entraînés par la rapidité du courant. L'un d'eux est parvenu à gagner le rivage en nageant mais l'autre a été la victime de sa témérité.

Novembre 1840

  • 170 Abbé du Mont-Sinaï au vie siècle.

3091er novembre.— Madame la baronne Martin de Gray, m'a communiqué plusieurs nouvelles qu'elle a composées dans ses moments de loisir et qui m'ont paru très agréablement écrites. Ce sont une Chronique du château de Gray au XIIIe siècle, Clémentine, Saint Jean Climaque170, Le Conscrit, etc. Son mari, le baron Martin, ancien député, s'occupe d'une Histoire de Napoléon dont le principal mérite sera l'impartialité.

3102 novembre.— Nous n'avons certainement pas dans la province un écrivain plus fécond que M. Tissot, professeur de philosophie à la Faculté de Dijon. Le numéro 43 de la Bibliographie de la France annonce de cet infatigable écrivain les ouvrages suivants : Ethique ou science des mœurs, in 8°, impr. de Douillier à Dijon ; Histoire abrégée de la philosophie, in 8°, impr. du même ; Logique de Kant, traduit de l'allemand, in 8°, impr. du même.

3113 novembre.— Rentrée de la Cour royale. M. Spicrenaël, nommé récemment substitut, a prononcé le discours d'usage ; l'auteur inhabile avait choisi pour sujet la vérité, lieu commun qui ne pouvait pas prêter à des développements oratoires. La déclamation était en rapport avec le discours fort médiocre.

3124 novembre.— La rentrée de la Faculté des lettres a eu lieu hier à 6 heures et demie dans la grande salle de l'académie. Le discours obligé du recteur n'a guère été qu'une homélie, mais le rapport du doyen Pérennès sur les cours de l'année dernière et de l'année qui commence, aussi bien pensé que bien écrit, a enlevé tous les suffrages.

3135 novembre.— Il y a des gens si maladroits qu'ils sont capables d’embrouiller les questions les plus claires comme de gâter les meilleures choses. Tel est le nouveau professeur Tournier qui, dans un article du Franc-Comtois, a compromis bien malgré lui sans doute l'existence de l'Ecole préparatoire de médecine en répondant à des objections que personne n'avait osé faire contre cet établissement, et en mettant en doute la bonne volonté du maire qu’il devait engager d’honneur à cette création, au lieu de lui indiquer les moyens qu'il pouvait prendre pour la retarder.

  • 171 Il habite Place Saint-Pierre d'après l'Annuaire du Doubs de 1840.
  • 172 Plotin (v. 205-270), philosophe néo-platonicien qui influença les Pères de l'Eglise.
  • 173 Marsile Ficin (Toscane 1433-1499), humaniste italien qui diffusa les œuvres de Platon par ses trad (...)

3146 novembre.— M. Raynaud, professeur d’histoire au collège de Besançon171, entreprend une traduction de Plotin172. Je n'ai pu lui prêter aujourd'hui que la traduction de Ficin173, mais nous devons avoir l'édition princeps du texte grec et, dès que je l'aurai retrouvée, je m'empresserai de la mettre à sa disposition. Il faut encourager de toutes les manières les personnes qui travaillent en province, et, Dieu merci, je l'ai toujours fait autant que je l'ai pu.

3157 novembre.— Rentrée solennelle à l'Ecole de médecine. Cette école a perdu deux professeurs dans le cours de l'année, MM. Thiébaud et Pécot. L'éloge du Dr Thiébaud a été prononcée par M. Martin, son cousin et son héritier, et celui du Dr Pécot par M. Villars, son émule et son ami depuis vingt-cinq ans. Sans avoir entendu les deux discours, je devine aisément celui qui doit être le meilleur.

  • 174 Le Christ et les pèlerins d'Emmaüs, de Théodore Caruelle d'Aligny (1798-1871), exposé actuellement (...)
  • 175 Le musée avait acquis pour 700 F. en 1836, d'après Castan (Musée de Besançon...) un Saint-François (...)
  • 176 Jules-Joseph Lunteschutz (Besançon 1822–Francfort-sur-le-Main 1893), peintre de genre et de portra (...)

3168 novembre.— Le musée s'est accru la semaine dernière d'un tableau accordé par le gouvernement, Les disciples d'Emmaüs, de composition un peu froide mais qui n'est pas sans mérite174, et de Saint François de Zurbaran175, copie assez bonne du jeune Lunteschutz176, le même à qui nous devons déjà la copie du Mendiant de Murillo.

3179 novembre.— Grandjacquet a laissé 4 volumes in folio de notes sur le code civil et principalement sur les hypothèques, matière encore fort obscure. M. Bugnet se propose d'extraire de ce manuscrit tout ce qui lui paraîtra important et de le publier sous le titre de Commentaires sur le code civil etc. Le projet est beau mais il n'est pas encore en voie d'exécution.

  • 177 Marius Darmès (1797-1841), auteur de l'attentat dirigé contre le roi le 15 octobre 1840, de caract (...)

31810 novembre.— Notre Conseil municipal, dans la séance d'aujourd'hui, a voté un peu tardivement une adresse au roi sur l'attentat de Darmès177. Dans la même séance, il s'est montré fort mesquin à l'égard de notre Ecole de médecine ; il y a toujours une arrière-pensée des eaux d'Arcier qui domine nos édiles.

31911 novembre.— La Revue de Franche-Comté, qui a débuté par des injures à Auguste Demesmay, termine par des injures à Ed. Clerc. Il y a dans la province un esprit étroit et une manie de dénigrement que l'on ne saurait trop combattre. Ce serait ce me semble le sujet d'un concours académique.

32012 novembre.— Les travaux de l'élargissement du grand pont s'exécutent avec une lenteur incroyable. Perron a signalé cette apathie dans un article du Franc-Comtois, qui ne sera probablement pas sans effet.

  • 178 Peut-être J.-F. Parandier, dont une lettre figure dans la correspondance adressée à Weiss. « C'est (...)

32113 novembre.— On a reçu la nouvelle de la mort de Parandier178, inspecteur des écoles primaires au Mans. Il était le frère de l’ingénieur des Ponts et Chaussées, et comme lui un excellent garçon. Que la terre lui soit légère.

32214 novembre.— Six notices agronomiques, par M. Gerrier, ancien magistrat, Arbois, imprimerie Javel, in 8°. Des idées utiles qui ne sont néanmoins pas nouvelles. Il n'y a pas grand inconvénient à les répéter.

32315 novembre.— M. l'archevêque a ordonné des prières publiques pour demander à Dieu la cessation du mauvais temps. On ne se souvient pas d'avoir vu des pluies aussi continuelles ; les rivières débordées occasionnent de grands dommages surtout dans les parties basses de la province.

  • 179 Le conservateur Lancrenon et l’architecte Delacroix.

32416 novembre.— Le logement que l'on destine dans la nouvelle halle au conservateur du musée est si incommode qu'il se trouve dans la nécessité de le refuser. L'escalier en escargot qui conduit à la partie supérieure de la halle est si étroit qu'il serait impossible de s'en servir pour monter le moindre meuble et la porte ne peut donner passage qu'à une personne qui n'aurait pas plus d'embonpoint que l'architecte179.

  • 180 Abel-François Villemain (Paris 1790-1870), professeur de littérature française à la Sorbonne, mini (...)

32517 novembre.— Le maire de Besançon veut, dit-on, profiter de la rentrée de M. Villemain180 au ministère de l'Instruction publique pour lui rappeler la promesse de doter notre ville d'une Faculté des sciences, mais une pareille de mande ne s'accorde guère avec la mesquinerie du Conseil municipal et son dernier vote dans l'affaire de l'Ecole de médecine.

32618 novembre.— Le cartulaire de Jean de Chalon, in fol. vélin, enlevé aux archives du département pendant la Révolution, est offert au Grand conseil de Neuchâtel pour le prix énorme de 8 000 fr. Notre préfet, informé de cette affaire, se propose de faire des démarches pour en obtenir la restitution, mais il est fort à craindre qu'il ne réussisse pas.

  • 181 Charles Gay sera professeur à l'Ecole de dessin de Besançon de 1840 à 1852.
  • 182 Louis Hersent (Paris 1777-1860), professeur à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts (1825), (...)

32719 novembre.— M. Gay181, jeune artiste de Lons-le-Saunier, qui se propose de se fixer à Besançon, attiré par la beauté de nos paysages, est arrivé avec quelques œuvres de sa composition qui donnent une idée avantageuse de son talent. C'est un élève de Hersent182 et de M. Devosge fils. Il a été bien accueilli par Lancrenon.

32820 novembre.— Un arrêté de la mairie nomme M. Lancrenon directeur de l'Ecole de dessin et professeur à la place de M. Flajoulot, décédé. Cette mesure blesse l'amour-propre de M. Charpentier qui menace de donner sa démission, mais il réfléchira sans doute avant de prendre un parti aussi violent. La rentrée de l'école est fixée à lundi prochain 23 courant.

32921 novembre.— Les deux journaux de Besançon se sont accordés pour flétrir la mesquinerie du Conseil municipal à l'égard de l'Ecole de médecine, mais L'Impartial, journal de l’administration, a été plus fort que le très indépendant Franc-Comtois.

33022 novembre.— Viancin m'a communiqué des couplets qu'il a faits impromptu sur la nouvelle porte de l'Ecole de médecine, dont le défaut est d'être trop étroite. Ils sont médiocres et je le lui ai dit sans le fâcher.

33123 novembre.— Le jeune Clésinger, encore une fois banni de la maison paternelle, m'écrit de Lausanne qu’il se propose de partir pour l'Italie d'où il reviendra dans un an, grand artiste. Il ne lui manque pour faire ce voyage qu'un passeport et de l'argent, deux choses qu'il imagine que je pourrai facilement lui procurer. Son père, que j'avais prié de venir près de moi, n'a pas voulu entendre parler de lui. M. de Magnoncour, sur lequel il compte pour de l'argent, est à Paris. Cependant ce malheureux jeune homme languit à Genève en attendant ma réponse.

  • 183 L'abbé Gazzera, bibliothécaire, était secrétaire perpétuel de l'Académie royale des sciences à Tur (...)

33224 novembre.— L'abbé Gazzera183 me mande qu'à sa recommandation, l'Académie de Turin vient d'accorder à la Bibliothèque de Besançon un exemplaire des Documents inédits qu'elle publie sur l'histoire du Piémont et de la maison de Savoie.

  • 184 Les héritiers de la Comté de Bourgogne par le mariage d'Othon Ier de Méranie en 1208 avec Béatrix, (...)

33325 novembre.— L'Annuaire du département pour l'année 1840 vient enfin de paraître. Il est composé en très grande partie de notices de M. Duvernoy sur les villages de l'arrondissement de Montbéliard et d’une dissertation du même auteur, savante ou du moins bien fournie de notes et de citations, sur les ducs de Méranie qui ont régné dans la Bourgogne184.

33426 novembre.— Le Franc-Comtois contient une lettre du jeune Petit au maire, par laquelle il lui annonce l'envoi de la statue qu'il avait mise au dernier concours et qui, de l'aveu de ses camarades, aurait dû lui mériter le prix de Rome si la commission ne se fût pas montrée trop sévère.

33527 novembre.— Sur la proposition du conseiller Bourgon, le Conseil municipal a décidé qu'il serait élevé au cimetière public un monument à la mémoire du capitaine Parguez, qui a légué 100 000fr. aux hospices de cette ville. Cette proposition ayant été combattue par l'avocat Demesmay, M. Bourgon lui répondit : « On sait bien que les villes sont peu reconnaissantes, mais il ne faut pas qu'on puisse les accuser d'ingratitude. » Ce mot emporta la délibération.

33628 novembre.— Les entrepreneurs des eaux d'Arcier ne renoncent pas à leur projet insensé. La demande en expropriation des sources vient d'être envoyée au tribunal de Vesoul qui doit prononcer, si la mairie ne s'arrange pas à l'amiable avec les propriétaires.

  • 185 Recueil dû à la collaboration de plusieurs auteurs : Roger de Beauvoir, Paul de Musset, Léon Halév (...)

33729 novembre.— Francis Wey figure parmi les nombreux auteurs d'une Arabesque185 recueil en deux vol. in 8°, qui vient d'être mis en vente à Paris, mais que nous ne tarderons pas de recevoir.

33830 novembre.— Anastase Bergier, directeur du mont-de-piété, a envoyé l'Eloge de Lecourbe à la Société d’émulation du Jura qui vient de remettre ce sujet au concours pour l'année prochaine. Impatienté de ce délai, il serait très disposé à faire imprimer son ouvrage après l'avoir complété par de nouvelles recherches.

Décembre 1840

  • 186 Directeur de l'Ecole de dessin de Salins de 1830 à 1854.
  • 187 Coindre le dit dessinateur consciencieux.

3391er décembre.— La démission de Charpentier de la place de professeur de l'école ayant été acceptée, les sujets se présentent en foule pour le remplacer. Indépendamment de M. Gay, de Lons-le-Saunier, qui s'est mis le premier sur les rangs, sont arrivés avec plus ou moins de titres : Maire, le sculpteur, le jeune Mazerand, professeur de dessin à Salins186 et deux autres au rang inférieur, Jacquemard, commis à la mairie187, et un élève de Flajoulot qui le supplée au collège. Le maire ne se presse pas de nommer ; il dit qu'il s'en rapportera au choix de Lancrenon.

3402 décembre.— La préface des Mémoires de Granvelle m'est revenue en épreuves. Je me propose d'employer ces deux jours à la revoir et à la corriger.

  • 188 Clésinger père.

3413 décembre.— On a transporté aujourd'hui à Saint-Jean le tombeau du cardinal de Rohan qui doit être placé dans la chapelle du Saint-Suaire. Ce monument en marbre des Pyrénées fait honneur au ciseau de M. Clésinger188 à qui l'on doit les statues et les décorations des chapelles de la Madeleine.

3424 décembre.— J'ai reçu de M. de Caumont les médailles décernées par l'Institut des provinces aux auteurs des meilleurs ouvrages publiés dans la Franche-Comté depuis quelques années, dans la classe des sciences, des lettres et de l'histoire. M. le préfet, qui en est prévenu, fixera le jour où elles devront être remises solennellement aux personnes désignées.

3435 décembre.— Le maire a reçu du ministre une réponse à la lettre par laquelle il lui demandait le rétablissement de la Faculté des sciences de Besançon. M. Villemain déclare que les circonstances ne lui permettront pas de proposer ce surcroît de dépenses pour l'année 1841. Cette réponse, à laquelle le maire devait s'attendre, n'aurait pas eu lieu s'il avait fait ce qu’il aurait dû dans cette circonstance, mais il est évident qu'en demandant la faculté, il serait fâché de l'obtenir. Toutes les ressources du budget devront lui suffire à peine pour amener les eaux d'Arcier, entreprise à laquelle il est un peu plus intéressé qu'à voir cultiver les sciences dans notre ville, malheureuse d'avoir un pareil administrateur.

3446 décembre.— La statue d'Ulysse, présentée par le jeune Petit au dernier concours, a été moulée par ses camarades. Il en a envoyé à la ville un plâtre qui a été placé au musée des antiques.

3457 décembre.— Les évêques de Dijon et de Versailles sont en ce moment à Besançon. Les deux prélats assistaient hier aux offices à la cathédrale où Mgr de Besançon a donné la bénédiction pontificale.

  • 189 Habitait 24 rue Neuve à Besançon, où l'on pouvait se procurer son ouvrage (Journal de la librairie(...)

3468 décembre.— L'indicateur du marchand de bois de service et de construction, par J. Hudelot189, in 18, impr. de Proudhon à Besançon.

3479 décembre.— L'un des gendres de M. le maire de Besançon se nomme Mallié ; c'est, diton, le fils d'un négociant de Lyon qui a fait dans le commerce une fortune considérable. Son train de maison est cependant assez mesquin, mais il n'en songe pas moins à se rattacher à la noblesse si méprisée et si enviée. Pour commencer, il se fait faire une voiture dont les portières sont blasonnées d'un... d'argent (maillier) sur un fond de gueule, mais il voudrait y joindre des supports et peut-être une couronne. C'est pour cela que M. le maire, aussi peu versé que moi dans l'art du blason, vient de faire demander à la Bibliothèque de la ville un livre sur l'origine des supports et des couronnes.

34810 décembre.— Du piano, moyen d'en reconnaître les qualités et de l'entretenir, par A. Ehrlich, in 8°, impr. de Courbet à Lons-le-Saunier.

34911 décembre.— Mgr l'archevêque ayant voulu adjoindre à sa chapelle un prêtre espagnol qui lui était recommandé, Roncaglio s'en est trouvé offensé et, après quelques explications un peu vives, a envoyé sa démission qui a été acceptée. Cette affaire n'a pas fait grand bruit puisque je l'ai apprise seulement aujourd'hui. L'éloignement de Roncaglio est cause qu'il n'y a pas eu cette année de messe le jour de la fête de sainte Cécile.

35012 décembre.— Le jeune Viancin vient d'être nommé préparateur de cours de chimie à l'Ecole de médecine. La préférence qui lui a été accordée sur les concurrents a excité la verve d'un de nos jeunes rimeurs qui a épanché sa bile dans une chanson en treize couplets, dont les professeurs ont reçu des copies par la poste. Elle a pour titre Cin-Cin ou l'alchimiste, sobriquet que lui ont donné ses camarades de collège à raison de son goût décidé pour les expériences. J'ai vu une copie de cette pièce entre les mains du docteur Villars qui n'a pas eu l'air de deviner contre qui elle est dirigée.

35113 décembre.— Deux mots sur les principales circonstances de la vie de M. Martin Yron, ancien curé de Poitte (Jura) par un de ses paroissiens, in 12, impr. de Gauthier à Lons-leSaunier. Né le 13 novembre 1805 à Desnes, mort le 15 octobre 1839.

  • 190 François-Barnabé Robert (Dole 1783-1848), littérateur et numismate.

35214 décembre.— L'art épistolaire ou petit traité de la manière d'écrire des lettres par F.-B. Robert190, in-18, impr. de Pillot à Dole. L'auteur est un homme d'esprit auquel il n'a manqué que les circonstances plus favorables et surtout un plus grand théâtre pour se faire une certaine réputation.

  • 191 Non seulement les passants pouvaient lire le thermomètre dans la vitrine de M. Baserga (à l'angle (...)

35315 décembre.— Le froid s'est accru rapidement depuis quelques jours. Ce matin, le thermomètre de M. Baserga191 marquait 8 degrés réaumur. C'est aujourd'hui qu'ont lieu à Paris les funérailles de Napoléon, et l'on espère que le froid, s’il est aussi vif qu'ici, préviendra les désordres que cette cérémonie devait amener dans l'idée de ceux qui l’ont si follement imaginé.

  • 192 Duchâtel.

35416 décembre.— Le télégraphe placé sur la tour Saint-Pierre a joué ce matin pour la première fois. Il a transmis au préfet une lettre du ministre de l'Intérieur192 qui lui annonce que la journée d'hier s'est passée à Paris sans désordre.

35517 décembre.— Avant-hier est mort à l'âge de 77 ans M. Rougeot, receveur municipal de Besançon et l'un des meilleurs citoyens de cette ville. Ses obsèques ont eu lieu hier à SaintJean, mais la rigueur du froid n'a permis qu'à un petit nombre de personnes d'y assister. Dans un article que j’ai remis à Perron pour Le Franc-Comtois, j’ai rappelé quelques-unes des vertus de ce véritable patriote.

35618 décembre.— Aujourd'hui, grand concert pour les inondés. Nos grandes dames, après avoir promis d'y chanter quelques morceaux, se sont ravisées. Ainsi, comme l'a dit Viancin : « Nous avons eu des dames, mais point de chants d'elles. » Parmi les morceaux, il y a eu un <orage> tiré d'un opéra inédit de M. de Vienne, une cantate d’Auguste Demesmay, et une ouverture de la composition de M. Belamy. Les trois noms étaient sur l'affiche.

35719 décembre.— M. Branche a été présenté par le Conseil municipal candidat à la place de receveur municipal vacante par le mort de M. Rougeot. Plusieurs personnes auraient désiré que Viancin se mît sur les rangs et quoiqu'il ne l'ait pas voulu, il a eu quatre voix.

35820 décembre.— L'Art d'enseigner à lire le français, ou principes généraux de lecture sur un plan très méthodique, par J.-A. Lavenne, in-12, impr. d'Enard à Saint-Claude.

35921 décembre.— Il n'y a pas un homme de bon sens, quelle que soit son opinion, qui n'ait été indigné de la manière dont Le Franc-Comtois s'est exprimé dans son article : Paris, correspondance particulière sur le compte de M. Guizot. C'est au contraire parce que cet honorable ministre est en butte aux injures des feuilles anarchistes de Paris que les journaux de la province devraient ne parler de lui qu'avec les égards dus à son loyal caractère et au courage qu’il a montré depuis le commencement de la session des chambres.

  • 193 François-Nicolas-Eugène Droz (Pontarlier 1735–Saint-Claude 1805), magistrat, érudit ; son Histoire (...)

36022 décembre.— L'imprimeur Faivre fils, de Pontarlier, dans l'intention de jouer pièce à M. Bourgon, le nouvel historien de cette ville, vient de reproduire sans le moindre changement : Mémoires pour servir à l'histoire de Pontarlier etc, par M. Droz fils aîné193, in 8, plus un plan. Si c'est de sa part spéculation, elle est stupide ; si c'est comme on le dit méchanceté, basse jalousie, il sera puni par la perte d'une partie de ses fonds, car il ne placera pas cent exemplaires de cette nouvelle édition d’un ouvrage qui n'est plus depuis longtemps à la hauteur des travaux historiques.

  • 194 Jacques-Joseph Gauthier (Pont-de-Roide 1787–Aulx-lès-Cromary 1847). Maître de forges, il exploita (...)

36123 décembre.— Victor Considerant, le principal rédacteur de La Phalange, est ici depuis quelques jours pour les affaires de son oncle, M. Gauthier194, qui vient d'être déclaré en état de faillite. Il perd toute sa fortune à la mine de son oncle ; sa belle-mère et son beau-frère se trouvent également sans ressources. On dit qu'il supporte ce revers avec un courage admirable et qu'il compte sur son talent comme écrivain pour soutenir l'honorable famille qui l'avait adopté et dont il est l'unique soutien.

36224 décembre.— L'Europe civilisée par le christianisme : funestes effets de la doctrine contraire, par M. Mion, ancien cultivateur franc-comtois, 3e éd. in-8 de 3 feuilles, imprimerie de Béthune à Paris.

  • 195 Duchâtel

36325 décembre.— Hier l’Académie, dans sa séance, a décidé qu'il serait formé une nouvelle classe d'associés étrangers, composée de douze membres, et que M. l'abbé Gazzera, bibliothécaire de Turin, prendrait place dans cette classe dont la création doit être soumise à l'approbation de M. le ministre de l'Intérieur195

  • 196 Le général Amédée-Emmanuel-François de La Harpe (1754-1796). Il était cousin de Frédéric César de (...)

36426 décembre.— Les journaux de Suisse parlent avec éloge du buste de M. Porchat, de Lausanne, que Clésinger fils vient d'exécuter avec un rare talent. Il est question de confier à ce jeune artiste les bustes de quelques-unes des récentes illustrations du pays de Vaud, tels que le général La Harpe196, etc. On croit qu’une souscription volontaire suffira pour couvrir les frais d'un monument qui serait élevé dans une île du lac de Lausanne à la mémoire d'un homme qui, lors de la chute de Napoléon, a rendu de si grands services à son canton.

  • 197 L'ancien recteur, d'après l'Annuaire du Doubs de 1840, habitait le canton sud de la ville.

36527 décembre.— M. Billet, que l'on dit associé de M. Delacroix, l'architecte de la ville, vient d'établir dans sa maison, Grande-Rue, un marteau pour préparer des feuilles de zinc. M. Ordinaire197, que cet établissement incommode, en a demandé la suppression. Mais M. le maire, sur l'avis de M. Delacroix, a pris un arrêté pour le maintenir. M. Ordinaire, peu endurant de nature, est furieux contre le maire et déclare nettement qu'il saura le faire repentir de ce déni de justice. Et là-dessus, il raconte les anecdotes les plus piquantes. Au surplus, il s’est pourvu contre l'arrêté du maire devant le Conseil de préfecture qui devra statuer en dernier ressort.

36628 décembre.— Il est inconcevable que dans une ville de l'importance de Besançon on ne trouve pas un seul homme qui ait à la fois de l'indépendance, du talent et du patriotisme. Avant la Révolution et même jusqu'à l'arrivée de Napoléon au pouvoir, cette même ville aurait fourni vingt citoyens courageux et désintéressés qui auraient accepté des fonctions publiques onéreuses ou qui, dans l’occasion, auraient payé de leurs personnes. Maintenant, chacun vit pour soi et, pourvu qu'il ne soit pas troublé dans ses jouissances, trouve que tout va assez bien. Les seuls hommes indépendants sont des prolétaires ou des fonctionnaires qui n'ont de ressources que dans leurs places révocables. Il est donc clair que, puisque les hommes les plus intéressés à l'ordre l'abandonnent eux-mêmes, la société s'en va. Voilà ce que des journaux amis du pays devraient dire, mais il n'y en a pas un seul qui oserait attaquer la morgue du maire, son impéritie et son entêtement qu'il a la bonhomie de prendre pour de la fermeté. Pas un qui oserait dire que César Convers, adjoint, est l'associé de tous les tripoteurs qui spéculent sur le budget de la ville et que, le premier, Delacroix a prouvé par son bâtiment pour la salle d'asile qu'il ignore la première règle de l'architecture, la convenance. Tout ce que l’on ose dire et même dans le secret, c'est qu'il a eu là une mauvaise inspiration. Triste pays ! Pauvres hommes !

36729 décembre.— Quelques jeunes gens, à la tête desquels est Jules Crestin, se proposent de former une société d'émulation dans le but de répandre de plus en plus le goût des sciences physiques et naturelles. Ils se sont déjà fourni un local pour leur réunion et Crestin s'est chargé de les abonner aux journaux scientifiques, les seuls qu'ils recevront. Je souhaite beaucoup que ce projet réussisse, mais je n'ose pas l'espérer quand je vois les éléments dont la nouvelle société sera nécessairement composée.

36830 décembre.— Alexandre de Saint-Juan m'a lu ce soir une ballade intitulée La Cantinière qui m'a paru charmante. Sans doute il y a des négligences, des longueurs et d'autres défauts que n'excuse pas la rapidité de la composition, mais il y a des mots de sentiment et des tableaux qui doivent faire excuser toutes les taches de l'œuvre d'un poète d'ailleurs si jeune.

36931 décembre.— Dans les derniers recueils qu'enfante chaque jour la littérature parisienne aux abois, et qui ne peut tarder à finir avec l'imprimerie, intitulés Les Français peints par eux-mêmes, notre compatriote F. Wey s'est chargé de peindre le Franc-Comtois, mais ce n'est pas pour relever le caractère de ses compatriotes ou pour leur donner d’utiles conseils qu'il s'est chargé de cette tâche, c'est au contraire pour les tourner en ridicule et pour les sacrifier sur l'autel du dieu Paris. Une pareille insulte ne peut rester sans réponse, et c'est le professeur Bourgon qui s'est imposé la tâche de venger le pays dans un des prochains numéros de notre journal.

370— Le temps s'est radouci dans la journée. Après midi il est tombé un verglas qui a beaucoup contrarié les personnes disposées à visiter les magasins d'étrennes. A neuf heures et demie, il n'y avait plus un curieux dans les rues et la cité était aussi morte qu'elle l'est d'ordinaire dans les autres moments de l'année après onze heures.

371— L'archevêque a donné un grand dîner aux principales autorités de Besançon, mais quoique la réunion fût nombreuse, elle n'a pas fait grand bruit.

Notes

1 Duchâtel.

2 Peut-être le comte Louis Biondi, marquis de Bardino (Rome 1776 †1839), antiquaire italien ; ou plus vraisemblablement un de ses descendants.

3 Ponce-Denis-Ecouchard Lebrun (Paris 1729-1807), poète qui composa 600 épigrammes souvent sévères, contre les écrivains.

4 Augustin-Xavier Maurice (1798-1844).

5 en fait, le t. III : Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, Besançon, Sainte-Agathe, 1844, face à la p. 110. Le dessin figure avec un autre des mêmes auteurs représentant « l'hôtel de M. d'Udressier », maison qui fait face à la première dans la rue des Granges ; ils accompagnent le Discours sur la dénomination des rues de Besançon, de Perreciot.

6 L'un des trois tribunaux épiscopaux — vicomté, mairie et régalie — qui devait disparaître au xviie siècle.

7 Jean du Potet de Sennevoy (La Chapelle, Yonne, 1796-Paris 1881). Ce disciple de Mesmer avait créé en 1824 la revue Le propagateur du magnétisme animal, pour répandre ses idées. Il publie en 1840 Le magnétisme opposé à la médecine, qui consacre sa rupture avec la médecine officielle.

8 Jérôme-Adolphe Blanqui (Nice 1798-Paris 1854), frère du théoricien socialiste Louis-Auguste Blanqui, s'intéressa aux questions d'économie politique

9 Thomas Gousset, évêque de Périgueux depuis 1831.

10 Titre pastichant celui de Clarisse Vigoureux, Paroles de providence.

11 Félix Passot a présenté ses prétentions dans un article de L'Impartial, qu'il signe de son nom ; il s'y présente comme ancien professeur de mathématiques et de sciences physiques, ingénieur civil à Paris, et se dit originaire de Moirans (Jura).

12 Le système de la turbine hydraulique, créée en 1824 par Bourdin, avait été mis au point par l'ingénieur stéphanois Benoît Fourneyron (1802-1867), qui en fit les premiers essais en 1827 à Pont-sur-l'Ognon ; la première réalisation industrielle fut réalisée à Fraisans en 1832.

13 Le titre définitif de l'ouvrage (Lons-le-Saunier, Frédéric Gauthier, 1841) sera : Les échos du Jura. Le recueil s'ouvre sur un poème A M. Weiss (voir le fac simile). Les souscriptions de Besançon, réunies par Weiss (les moins nombreuses de la liste générale), sont le fait de ses dix amis les plus cités dans ce Journal : Béchet, les deux Bourgon, Léon Bretillot, Auguste Demesmay, Perron, Saint-Juan, Viancin, Pérennès, Flavien de Magnoncour.

14 Abbé Jacques Delille (1738-1813).

15 Sur ce procès, voir ce Journal au 31 juillet 1838.

16 Le dramaturge bisontin Jean Mairet (1604-1686).

17 Weiss n'était pas aussi catégorique, de très loin, dans la première mention de cette pièce, le 11 janvier.

18 Déjà cité le 11 octobre 1838 [voir la page à l'index].

19 Jean Rey (Montpellier 1773-Paris 1849). Industriel et littérateur. Auteur de plusieurs ouvrages historiques : Histoire du drapeau, des couleurs et des insignes de la monarchie française, 1837 ; Histoire de la captivité de François Ier... Avait eu le mérite de lancer la fabrication en France des châles d'indienne.

20 Le rédacteur politique et gérant du Progrès, Bidal, ou Bouvier, le rédacteur littéraire et administratif ?

21 Voir la note au 16 novembre 1838. La comédie figure au catalogue des imprimés de la Bibliothèque (no 3766).

22 Joseph-Basile-Bernard Van Praët (Bruges 1754-Paris 1837). Devenu bibliothécaire de la reine Marie-Antoinette, il fut recommandé par elle au directeur de la Bibliothèque royale, qui se l'attacha. Après la Révolution, naturalisé français, il devait devenir conservateur des imprimés de la Bibliothèque royale. Le nombre de pages attribué par Weiss à l'ouvrage ne correspond pas à celui du Journal de la librairie, qui indique 8 feuilles 1/4.

23 La consommation journalière moyenne en France est aujourd'hui d'environ 180 litres d'eau par habitant ; l'aqueduc d'Arcier permettait aux Bisontins de disposer de 300 litres d'eau par jour et par habitant.

24 Joseph-Adolphe Kornprobst (Gray 1804-Blois 1891), du corps royal des Ponts et Chaussées, avait dirigé les travaux de percement du tunnel du Trou-aux-Loups, inauguré le 16 octobre 1839 (Coindre, Mon vieux Besançon...).

25 Micaud.

26 District administratif dirigé par un pacha.

27 Le 26 mars 1838, Weiss affirmait seulement à propos de Stafford : « Il a été écouté assez tranquillement, bien que bon nombre de jeunes gens eussent été contents de la voir siffler. Les auteurs ont été nommés au milieu des applaudissements. » Il prend même, les jours suivants, la défense de Bidal et Bouvier, les auteurs accusés de plagiat.

28 Appelé Petitperrin les 14et 16 février.

29 Marie-Jean-Pierre Flourens (1794-1867). Ce savant médecin fit ses études à Montpellier (anatomie, physiologie et même philosophie). Il est depuis 1833 l'un des deux secrétaires perpétuels de l'Académie des sciences ; connu surtout pour ses travaux sur le système nerveux. Le Séquanais du 16 janvier 1841, dans une nécrologie humoristique de l'année passée, évoque « Feu l’Académie immortelle, morte de choix Flourens ». Hugo sera élu l'année suivante.

30 L'Annuaire du Doubs de 1820 cite Billet : « Ferblantier très instruit et d'un génie inventif aussi rare que précieux. » Il aurait mis au point des poêles très économiques et des pompes simplifiées qui lui valurent une récompense à l'exposition du 25 juillet 1819 à Paris, sous les arcades du Louvre.

31 Voir Journal, II, 372.

32 Alphonse Marquiset avait déjà proposé d'entreprendre l'éclairage au gaz de la ville en 1836 (Journal, III, 240, 8 nov. 1836). C'est ce fils de Laurent Marquiset pour qui Weiss s'était employé à trouver une place dans les services du télégraphe.

33 On écrit aussi Dumonin.

34 L'abbé Valet, aumônier du Collège.

35 Eugène Boulart (Besançon 1808-Conflans-Sainte-Honorine 1875), chargé des travaux, était le fils du général d'artillerie Jean-François Boulart, appelé par erreur Brulard dans le t. II du Journal. p. 276 ; il est mort dans le grade de colonel.

36 Dans le numéro du 12 mars, on trouve cette complainte intitulée : Histoire lamentable d'un magnétiseur, ignominieusement chassé de l'hôpital Saint-Jacques, pour avoir fait parler une morte.

37 Alexandre Bertrand, dessinateur et caricaturiste, cité le 30 septembre 1839.

38 Le conseiller.

39 Le manuscrit, richement enluminé, avait été exécuté pour Charles de Neuchâtel, archevêque de Besançon de 1463 à 1498. Jean Dupré, libraire-imprimeur parisien fut l'un des premiers à imprimer des livres liturgiques.

40 François-Ignace Dunod de Charnage, historien de l'église de Besançon.

41 Désiré-Adrien Gréa (1786-1863).

42 Gréa sera cependant candidat contre Jouffroy : voir plus loin au 7 avril.

43 Citée par Brune, Dictionnaire des artistes...

44 L'abbé Denizot, chanoine honoraire.

45 Philippe-Albert Stapfer (Berne 1766-Paris 1840). Arrivé à Paris comme ministre plénipotentiaire suisse, il s'y fixa en 1804 en rentrant dans la vie privée. Auteur de nombreux travaux littéraires en français ou en allemand, comme en 1835 : Berne, son histoire et sa description.

46 Née Marie-Amélie Panckoucke (Lille 1750-Paris 1830), sœur de l'éditeur de l'Encyclopédie. Femme de l'académicien Suard, elle avait tenu à Paris un salon littéraire fréquenté par les beaux esprits, quelques hommes politiques, les philosophes comme Condorcet ; elle est l'auteur de quelques ouvrages, dont une étude sur Madame de Maintenon (Voir E. Badinter, Correspondance inédite de Condorcet et de Mme Suard, 1771-1791, Paris 1988).

47 Francis d'Allarde.

48 Louis Suchaux, dans sa Galerie biographique de la Haute-Saône, cite un Claude-François Prinet qui serait mort en 1784 à Luxeuil et avait fait imprimer des observations sur une médaille trouvée près de Saint-Claude. Il possédait une collection de médailles assez rares. Est-ce le numismate auquel Weiss fait allusion ? Mais il ne semble pas que les indications données par Weiss — « mort à Lure il y quelques années » — puissent se rapporter à un individu mort à Luxeuil 56 ans plus tôt.

49 M. de Vannois selon Le Progrès du 12 avril.

50 Le Progrès, L'Impartial et Le Séquanais font effectivement mention à plusieurs reprises, dans sa chronique locale, des événements et des dégâts causés au château, notamment à la date du 8 avril 1840.

51 L’abbé Claude-Bénigne-Marie Dartois (1799-1877), fut curé de Villers-sous-Montrond pendant 14 ans. Il sera élu le 24 août 1840 à l'Académie de Besançon.

52 Le premier président Jean-Ferdinand Jobelot (Gray 1620-Besançon 1702), est connu pour sa réponse lapidaire au Grand Condé lors du siège de Dole en 1674. Il a assuré la transition du parlement de Dole à Besançon (voir M. Billey, Juristes comtois et réunion à la France, dans Mémorial du tricentenaire de la réunion de la Franche-Comté à la France, 1978). Il avait légué par testament 100 000 francs à l'hôpital de Besançon, dont il avait été l'un des premiers administrateurs.

53 Le décès de Mme Bourgon, née Sombarde, est annoncé dans Le Séquanais.

54 L'inscription, selon Coindre (Mon vieux Besançon), avait été placée en 1715 par les soins de l'intendant de Franche-Comté, Le Guerchois.

55 Sans doute la prison, qui se trouvait alors accolée au Palais de justice.

56 L'Ecole des veuves ou le philosophe de vingt ans (Journal de la librairie).

57 Jean-Antoine Varin d'Ainvelle, président de chambre à la cour de Besançon de 1830 à 1840, puis président honoraire.

58 Augustin Spicrenaël avait été procureur du roi à Baume.

59 L'affaire de Mazagran se déroula du 2 au 6 février 1840 et opposa les 123 Français du capitaine Lelièvre aux 12 000 hommes d'Abd-el-Kader qui durent se retirer. « Le Mazagran », guinguette ouverte au pied de Chaudanne peu après 1840, donna son nom au chemin de ce lieu-dit (Toillon, Les rues de Besançon).

60 Le pluriel de Weiss semble indiquer sa participation à la rédaction de l'article... L'Impartial répondait apparemment à un article du Séquanais (no 31, 18 avril 1840). Un article important sur la question des eaux d'Arcier a paru le 29 avril dans le Séquanais (no 34).

61 Victor Cousin (Paris 1792-Cannes 1867), philosophe, ministre de l'Instruction publique dans le cabinet Thiers. Sa philosophie s'efforce de combiner les idées de Descartes, de l'école écossaise et de Kant dans ce qu'il appelle l'éclectisme. De l'Académie française (1830) et de l’Académie des sciences morales et politiques.

62 Paul-François Dubois (Rennes 1793-Valence 1874) était député de Nantes (et non de Rennes), comme Jouffroy l'était de Pontarlier. Weiss et ses amis reprochent à cet ancien professeur bisontin, inspecteur général de l'Université, de n'avoir pas défendu à ce titre la faculté quand elle était en danger (Journal, 17 novembre 1839).

63 Louis de Givenchy, secrétaire perpétuel de la Société des antiquaires de la Morinie (Boulonnais), membre titulaire non résidant du Comité des chartes.

64 Marcel-Bernard Jullien (Paris 1798–), grammairien, directeur de la Revue de l'Instruction publique de 1843 à 1850.

65 Huart, recteur de l'île de Corse, Carbon, recteur en exercice, J.-J. et Désiré Ordinaire, anciens recteurs.

66 Peut-être Fénelon (1651-1715) qui écrivit des fables en 1701.

67 Dormoy habitait rue Saint-Vincent (Annuaire du Doubs).

68 Nicolas Nicole (Besançon 1701-1784). Cet architecte, formé à Paris auprès de Jacques Blondel, a fourni les plans et dirigé la construction de plusieurs édifices à Besançon : les églises du Refuge (1740), et de la Madeleine (1746), l'hôtel de l'intendance, conçu par Victor Louis. Son portrait par Wyrsch est au musée de la ville. Il s'était fait construire une maison rue Neuve (9 rue Charles-Nodier) en 1759.

69 Charles-Toussaint Boucley (1791-1877)

70 Cousin.

71 Voir Journal, III, 167 (19 décembre 1835). L'abbé Theret avait été curé d'Ornans de 1817 à 1835, puis chanoine titulaire à Besançon.

72 Alphonse Delacroix, architecte municipal après Marnotte.

73 Peut-être François De Troy (Toulouse 1645-Paris 1730), de la famille de peintres français de ce nom, qui eut un grand renom de portraitiste tout en assurant la direction de l'Académie de peinture de Paris.

74 On dirait aujourd'hui : aux Montarmots.

75 Michel-Antoine-Marie Bulloz (Avrigney 1796-Besançon 1845), docteur en médecine, académicien de Besançon depuis 1831.

76 Charles Gardaire (Besançon 1795-1856), inspecteur puis recteur (1850-1853) de l'académie de Besançon ; il sera élu à l'académie en août 1840.

77 Les petits-enfants comprendront que c'est par hasard, en construisant le bâtiment si dispendieux destiné à remplacer l'ancienne halle, que la ville s'est dotée du bâtiment qui abrite aujourd'hui le musée !

78 Voir Journal, III, 44.

79 Richard Picque ou Pique, dit Lagasse (ce qui explique le nom de Lapie que lui donne Weiss), d'une famille aisée de Besançon, figurait parmi les conseillers de Charles V qui le nomma en 1376 à l'archevêché de Reims. Après la mort du roi, c’est lui qui sacra et couronna le jeune Charles VI en 1381 (Lampinet, Bibliothèque séquanaise, t. IV : ms 946 de la Bibliothèque de Besançon, fol. 77 et suiv).

80 Préludes à l'organisation de la Société d'émulation du Doubs.

81 Voir Journal, III, 311 (12 septembre 1837)

82 Pierre-Joseph-Auguste Reynaud-Ducreux (Besançon 1800-1878), professeur de mathématiques à l'Ecole royale d'artillerie ; entra à l'Académie de Besançon en 1847.

83 L’Annuaire du Doubs de 1841 lui donne le titre de professeur de dessin.

84 Le Séquanais, et les autres journaux, présentent la liste des élus avec le nombre des voix obtenues : Micaud est en 9ème place avec 68 voix.

85 Voir le récit de ces trois jours de charivari : Journal, II, 200-201 (24 au 25 mai 1832).

86 Séguin, élu par 94 voix, et Jean-Baptiste Vuilleret par 111, Béchet par 51 voix. Le Conseil municipal est renouvelable par moitié tous les trois ans, les élus siégeant pour six ans.

87 Le docteur Emile Delacroix (Châteaudun 1809-1877), frère de l'architecte. Docteur ès sciences en 1847, il a enseigné pendant 33 ans à l'Ecole de médecine de Besançon et fut inspecteur des stations thermales de Plombières et de Luxeuil.

88 Voir Marcel Vogne, La presse périodique en Franche-Comté..., t. IV, p. 305 et suiv. Les noms de deux internes de l'hôpital Saint-Jacques y sont cités : Ignace Druhen et A. Guillemette. Le premier numéro de la revue ne put paraître.

89 Théophile Bruand, dont le père a été accusé du meurtre d’un autre fils, élu avec 68 voix ; Hubert France élu avec 79 voix.

90 Aujourd'hui la maison portant le no 1 de la rue du Lycée et le no 31 de la rue Claude-Pouillet.

91 Philibert de Chalon, prince d'Orange (Nozeroy 1502-Florence 1530), un des plus grands capitaines de son temps, dont la mort sans héritier direct apporta la succession d'Orange et de Chalon aux Nassau.

92 Les Feuilles du bibliophile, publiées par l'éditeur parisien en collaboration avec Charles Nodier.

93 Carl Falkenstein publia en 1840 à Leipzig un ouvrage sur l'histoire de l'imprimerie : Geschichte der Buchdruckerkunst in ihre Entchung und ausbildung. in 4°, XIV-16-406 p. (catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale).

94 Claude-Joseph Lecourbe s'illustra dans les guerres de la Révolution et du Directoire ; au retour de l'île d'Elbe, Napoléon lui confia la défense du camp retranché de Belfort ; une statue lui a été dressée en 1856 à Lons-le-Saunier.

95 Le tableau cité par Weiss est au Musée de Besançon.

96 Claude-Elisabeth Parguez (1762-1840), capitaine de cavalerie, légua en outre à la ville une somme de 20 000 fr. dont la rente devait servir à l'éducation de jeunes gens sans fortune des arrondissements de Besançon ou de Pontarlier (Toillon, Les rues de Besançon, p. 129).

97 Charles Belin, juge de paix du canton de Boussières, où se tiennent les audiences tous les 15 jours, le mardi, demeurant à Mont (commune de Montferrand-le-Château) (Annuaire du Doubs, 1840).

98 Voir plus haut comment, au contraire de ce qu'il fait ici, Weiss défendait Théophile contre Victor Le Rebours qui voulait faire une pièce de l'affaire Bruand : « il marquerait au front du sceau de l'infamie les descendants d'un homme coupable, mais qui jouissent maintenant dans le pays d'une juste considération. »

99 Bourgeois (voir le 4 janvier 1840).

100 Léonard Callet, conseiller à la Cour, rue Saint-Vincent (Annuaire du Doubs, 1840), conseiller municipal élu en 1837.

101 Jean-Baptiste Le Chevalier (Trelly 1752-Paris 1836), voyageur et archéologue. Secrétaire de Choiseul-Gouffier, il fut attaché à l'ambassade de Constantinople d'où il explora l'Asie mineure, en particulier le site de Troie, en Troade.

102 Antoine-Marie Carbon (né à Compiègne en 1787), recteur jusqu'en 1848.

103 Comparer cette proposition avec la réflexion que Weiss écrit dans son journal le 1er mai : « Une mauvaise année, toujours une chose calamiteuse, le serait bien plus encore à cause de la corruption des masses qui ne demandent que l’occasion de faire main basse sur les riches. »

104 Pierre-Charles Damien ou Damiens, licencié ès lettres, professeur au collège (Annuaire du Doubs, 1840).

105 Selon l'annuaire du Doubs, Mathiot était avocat stagiaire et résidait 68 rue des Granges.

106 Villers-le-Lac.

107 François Ebaudy de Fresne (Langres 1743-Vesoul 1815), d'une famille d'Amance (frère d'Ebaudy de Rochetaillée). Il esquissa les bases d'un système financier prévoyant des institutions comme la caisse d'épargne et le crédit foncier. Son fils Jules-Alexandre fut maire de Vesoul de 1833 à 1837 (L. Suchaux, Galerie biographique de la Haute-Saône...). Le personnage cité par Weiss est sans doute son fils.

108 Voir plus haut, 20 janvier, 15 février et 18 mars 1840.

109 Joseph-Marie-Frédéric Nicod (Saint-Claude 1782-Paris 1840), avocat à Saint-Claude puis à Paris, nommé par le gouvernement de Juillet avocat général à la Cour de cassation ; député de la Gironde en 1831, de la Loire-Inférieure en 1835, il venait d'être nommé (juin 1840) conseiller à la Cour de cassation.

110 Notice sur le journal dans Vogne, La presse périodique..., t. IV, p. 307-352.

111 Masuyer, né à L'Etoile (Jura), avait déjà publié un ouvrage sur la souveraineté du peuple (Journal, I, 307).

112 Charles de Rémusat, ministre de l'Intérieur de mars à octobre 1840.

113 Louis-Léopold Chambard. Voir Journal, III, 313.

114 Le capitaine Claude-Hélène-Hippolyte Renaud (Besançon 1803-Epinal 1873), avait assuré la construction de l'arsenal comme capitaine directeur de l'artillerie. Sera lieutenant-colonel en 1860. Fervent adepte de Fourier.

115 Romaric Gandillot, déjà cité pour un ouvrage de jurisprudence en 1833 (Journal II, 262) et pour un Manuel, 17 juin 1839. Frère de Joseph Gandillot, industriel à Besançon (fabriquant d'objets en « fer creux », c'est-à-dire en fonte moulée).

116 Parmi les nièces de Girod de Chantrans figure Claude-Françoise Girod de Novillars, dont la fille, Marie-Justine Amey de Champvans, avait épousé en 1832 Charles-Désiré de Junet d'Aiglepierre.

117 Actuellement rue Luc-Breton.

118 L'école nationale d'ingénieurs des arts et métiers créée par Bonaparte en 1800 à Compiègne a été transférée à Châlons-sur-Marne en 1806.

119 Guy-Etienne-Donat Demasmay, conseiller municipal, avocat puis conseiller à la Cour royale.

120 Fervent adepte de l'homéopathie (Journal, III), professeur d'anatomie à l'Ecole de médecine.

121 Cette notice avait été faite par Charles Weiss lui-même.

122 Comparer le commentaire avec celui qui accompagne la première mention de la même pièce, le 22 mai 1840.

123 Ou Daudon, voir p. 93.

124 Villers-sous-Montrond.

125 Jean-Baptiste Collard (1769-1837) fut professeur à l'Ecole de médecine.

126 Minette (1788-1853), comédienne, amie de Weiss, avait été adoptée par le poète Marsoudet, de Salins ; en 1824, elle avait épousé Louis-César-Auguste Margueritte, futur directeur de la Compagnie du gaz à Paris (Voir Franche-Comté et Monts-Jura, janvier 1929).

127 Le duc de Broglie est le gendre de Mme de Staël, et avait ainsi hérité de Coppet.

128 Sa réception au barreau de Besançon est de 1835.

129 Théobald Cheveraux, d'Evreux, membre de plusieurs sociétés savantes.

130 Grande salle de l'académie universitaire, c'est-à-dire à la Faculté des Lettres, rue Saint-Vincent (Mégevand).

131 Sur les participants et les travaux de cette huitième session du Congrès scientifique (la première s'était tenue en 1833 à Caen), on peut consulter le volume des procès-verbaux, rédigé en partie par Weiss, publié en 1841 (Besançon, Antoine de Sainte-Agathe).

132 Louis Vulliemin (Yverdon 1797-Lausanne 1879). Continuateur de l'Histoire des Suisses, de Müller (t. X à XIII), il était professeur à l'Université de Lausanne.

133 Jean de Muller (Schaffhouse 1752-1809), auteur de l'Histoire des suisses, 5 vol., qui eut plusieurs éditions de 1780 à 1808.

134 Jean-Jacques Porchat (1800-1864), professeur à l'université de Lausanne, connu comme le « La Fontaine vaudois » ; auteur de Fables et paraboles, 1854.

135 Alexandre Daguet (1816-1894), professeur de rhétorique à Fribourg, présenta au Congrès un mémoire sur l'histoire littéraire de la Suisse au Moyen Age. Il publiera en 1851 une Histoire de la confédération suisse.

136 François Guilliman (ou plutôt Vuillemin), né à Romont dans le canton de Fribourg, mort en 1612 ou 1623. Historiographe de la maison d'Autriche.

137 Mathias Mayor (1785-1846), médecin à Lausanne, auteur en 1838 d'un Essai sur l'anthropotaxidermie et en 1841 de La Chirurgie simplifiée.

138 Le comte du Coetlosquet avait été sous-préfet.

139 L'abbé Duronzier était en 1840 professeur au séminaire de Consolation.

140 Le personnage de Cadet-Buteux, créé par le chansonnier Désaugiers, était le héros de chansons et couplets satiriques, de parodies dirigées contre les opéras, comédies ou tragédies à la mode.

141 Le personnage ne figure pas dans le volume des procès-verbaux.

142 L'hôtel Chassignet ou Sauvagney, dans l'actuelle rue Pasteur, dont les lithographies de « La maison Maréchal » furent offertes par M. Alfred de Sauvagney, descendant de la famille Mareschal, qui se divisa en plusieurs branches au cours des siècles. Ne pas confondre avec l'hôtel Mareschal, contigue à la porte Rivotte.

143 La chapelle, construite par Pierre d'Andelot, abbé de Bellevaux au xvie siècle, remarquable par sa décoration de marbres noirs et rouges, de pierre rouge de Sampans, et par les statues du retable.

144 N’a pu être identifié.

145 Voir le Journal, 5 avril 1840.

146 On peut trouver dans L'Impartial, du 23 au 27 septembre, le compte-rendu détaillé des audiences et le nom des avocats. Il y eut 7 condamnés parmi les 42 accusés.

147 Léger-Joseph George (Nancy 1787-Besançon 1841), ancien professeur de mathématiques à Nancy, secrétaire de l'académie universitaire à Besançon. Bourdon ne se prénome pas Isidore, mais Louis-Pierre-Marie.

148 L'abbé Augustin Devoille a publié d'autres ouvrages que ces Chants de l'exil, conservés à la bibliothèque de Besançon.

149 L'Original, comédie en un acte par deux amateurs, selon L'Impartial du 23 septembre.

150 Gottfried August Bürger (1747-1794), du groupe des écrivains de Göttingen, s'inspira des légendes populaires et nationales : Lénore, le Chasseur sauvage, les aventures du baron de Münchausen, etc. Le plus grand poète lyrique allemand avant Gœthe, dans l’élan du Sturm und Drang.

151 L'ouvrage a déjà été annoncé par Weiss le 30 juin.

152 L'abbé Denizot.

153 L'abbé Thiébaud, secrétaire de l'archevêché.

154 Il était en fait notaire, comme l'attestent les autres citations dans ce Journal et l'Annuaire du Doubs.

155 Mme de Staël à Coppet, Voltaire à Ferney.

156 Selon G. Coindre (Le vieux Salins), c'est dans l'hôtel de cette famille, au Bourg-Dessous de la ville, que les visitandines s'établirent au xviie siècle.

157 L’abbé Claude-François Nonnotte (Besançon 1711-1793), jésuite, fut enseignant puis prédicateur. Auteur d'ouvrages contre Voltaire. Il était frère du peintre Donat Nonnotte.

158 Peut-être Sandraz de Courtilz, auteur du xviiie siècle dont les Mémoires de d'Artagnan, réimprimés en 1816, auraient inspiré A. Dumas.

159 Le pont de Battant, ou aujourd'hui pont Battant.

160 L'hospice fut fondé en 1203, 1207 étant la date du décès de Jean de Montferrand. L'ordre du SaintEsprit prit naissance à Montpellier vers le milieu du xiie siècle ; dès la fin de ce siècle, il desservait une dizaine d'hôpitaux dans plusieurs villes de France. Sur l'identification du personnage inhumé, voir plus loin, 22.10.1840.

161 La France vit alors la crise de 1840 déclenchée en Orient autour de Méhemet-Ali, soutenu par la politique belliqueuse de Thiers ; la France, isolée du reste de l'Europe par la diplomatie anglaise, semblait s'orienter vers la guerre. Louis-Philippe, plus modéré, remplaça Thiers par Guizot et la tension retomba.

162 Alphonse Deis, dit l'Avocat « parce qu'il ne l'était pas », selon Coindre qui lui consacre un passage plein d'humour dans Mon vieux Besançon, ajoutant qu'il devait publier en 1857 dans L'Impartial une sorte d'histoire du théâtre de Besançon.

163 La phrase de Weiss est assez mal construite.

164 Elevée dans l'ancien couvent des Carmes par R. Maire et dont la Déposition de Croix du Bronzino constituait le retable (Estavoyer et Gavignet, Besançon, ses rues, ses maisons)

165 René, vicomte Vaulchier du Deschaux (Besançon 1817-Mantry 1880), archiviste paléographe de la promotion 1841 de l'Ecole des chartes, auteur de nombreuses études parues dans la presse régionale.

166 Les Navarret, vieille famille de Besançon, est une branche issue au xiie siècle de la famille noble bisontine des de Ruffey. Fiétier, La cité de Besançon... et Généalogies..., M. Soc. Emul. Doubs, 1971 et 1972, ne pousse les généalogies que jusqu'au xive siècle et n'évoque pas ce personnage. Le Séquanais, à la date du 24 octobre 1840, puis Guénard dans son Besançon en 1843, donnent la transcription de l'épigraphe : « Cy gyt vénérable et discrette personne maistre Estienne Navarret lic. en loys, qui fust et trespassa le mardy devant st. Nicholas d'hivers l'an M. CCCC et IV. Dieu hait son âme. Amen. »

167 D'après Le Séquanais : « D'argent burellé à la bande d’azur chargée de trois quintes feuilles d'or. » De Mesmay et les Gauthier donnent aux Navarret des armoiries proches : « D'argent à la bande de gueule chargée de trois quintes feuilles d'or. » (Cf. aussi Fiétier, art. cité ci-dessus).

168 Les Recherches historiques sur la ville et l'arrondissement de Pontarlier, t. I, parut en 1841 chez Laithier, à Pontarlier, inachevé du fait de la mort de Bourgon. Il signalait la présence d'un vase de pierre servant de baptistère dans l'église de Doubs, mais aucun dessin de ce monument ne figure dans l'ouvrage.

169 La confrérie locale des chevaliers de Saint-Georges réunissait les représentants de la plus ancienne noblesse de la province (C. Brelot, La noblesse réinventée..., t. I, p. 82-83). A la date du 27 mai 1841, Weiss donne la médaille comme appartenant à la galerie.

170 Abbé du Mont-Sinaï au vie siècle.

171 Il habite Place Saint-Pierre d'après l'Annuaire du Doubs de 1840.

172 Plotin (v. 205-270), philosophe néo-platonicien qui influença les Pères de l'Eglise.

173 Marsile Ficin (Toscane 1433-1499), humaniste italien qui diffusa les œuvres de Platon par ses traductions, ainsi que les Ennéades de Plotin. L'édition princeps n'a pas été identifiée dans le catalogue de la Bibliothèque de Besançon.

174 Le Christ et les pèlerins d'Emmaüs, de Théodore Caruelle d'Aligny (1798-1871), exposé actuellement dans la salle du xixe siècle.

175 Le musée avait acquis pour 700 F. en 1836, d'après Castan (Musée de Besançon...) un Saint-François d'Assise, attribué à Francisco Zurbaran (1598-Madrid 1664) ; c'est en fait une œuvre du peintre italien Beinaschi, 1636-1688 (d'après N. Spinosa, conservateur du Musée du Capodimonte à Naples, 1995). Par contre, Lunteschutz offrit en 1840 au musée une copie du Moine en prière du peintre espagnol : c'est peut-être le tableau dont il s'agit ici.

176 Jules-Joseph Lunteschutz (Besançon 1822–Francfort-sur-le-Main 1893), peintre de genre et de portrait, exposa au Salon de Paris de 1851 à 1867.

177 Marius Darmès (1797-1841), auteur de l'attentat dirigé contre le roi le 15 octobre 1840, de caractère révolutionnaire. Exécuté en 1841.

178 Peut-être J.-F. Parandier, dont une lettre figure dans la correspondance adressée à Weiss. « C'est d'abord son frère Jules qui meurt prématurément à Vendôme, où il exerçait les fonctions d'inspecteur des écoles primaires... en 1840, c'est le tour de sa sœur Jeannette... » (Ernest Girard, L'ingénieur Parandier : notes biographiques (1902).

179 Le conservateur Lancrenon et l’architecte Delacroix.

180 Abel-François Villemain (Paris 1790-1870), professeur de littérature française à la Sorbonne, ministre de l'Instruction publique du ministère Guizot (1840-1841).

181 Charles Gay sera professeur à l'Ecole de dessin de Besançon de 1840 à 1852.

182 Louis Hersent (Paris 1777-1860), professeur à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts (1825), portraitiste à la mode sous la Restauration.

183 L'abbé Gazzera, bibliothécaire, était secrétaire perpétuel de l'Académie royale des sciences à Turin. Il sera élu associé étranger de l'Académie de Besançon en mars 1841.

184 Les héritiers de la Comté de Bourgogne par le mariage d'Othon Ier de Méranie en 1208 avec Béatrix, fille de l’empereur Frédéric-Barberousse et de la fille de Renaud III de Bourgogne. Le duché de Méranie, dont la capitale est Merano, est composé d'une grande partie du Tyrol et de l'Istrie.

185 Recueil dû à la collaboration de plusieurs auteurs : Roger de Beauvoir, Paul de Musset, Léon Halévy, Amédée de Bast, etc...

186 Directeur de l'Ecole de dessin de Salins de 1830 à 1854.

187 Coindre le dit dessinateur consciencieux.

188 Clésinger père.

189 Habitait 24 rue Neuve à Besançon, où l'on pouvait se procurer son ouvrage (Journal de la librairie).

190 François-Barnabé Robert (Dole 1783-1848), littérateur et numismate.

191 Non seulement les passants pouvaient lire le thermomètre dans la vitrine de M. Baserga (à l'angle de la rue Breton et de la rue des Granges), mais il pouvaient prendre connaissance de la température dans les encarts publicitaires que le marchand d’estampes insérait dans les journaux.

192 Duchâtel.

193 François-Nicolas-Eugène Droz (Pontarlier 1735–Saint-Claude 1805), magistrat, érudit ; son Histoire de la ville de Pontarlier avait été édité en 1760.

194 Jacques-Joseph Gauthier (Pont-de-Roide 1787–Aulx-lès-Cromary 1847). Maître de forges, il exploita plus de 25 usines en Franche-Comté. Il avait épousé en 1816 la fille du professeur Génisset, était frère de Clarisse Vigoureux dont la fille, Julie, épousa Victor Considerant (J.-C. Dubos, Une famille de maîtres de forges, les Gauthier, B. de la Soc. Agric... Haute-Saône, 1984 ; J. Joliot, Clarisse Coignet, cousine des Considerant : une adolescence fouriériste, Mém. Acad. Besançon, vol. 185, 1983).

195 Duchâtel

196 Le général Amédée-Emmanuel-François de La Harpe (1754-1796). Il était cousin de Frédéric César de La Harpe (Rolle 1754-Lausanne 1838), qui avait appartenu au directoire de la République helvétique (1798-1800) et obtint en 1815 l'émancipation du canton de Vaud.

197 L'ancien recteur, d'après l'Annuaire du Doubs de 1840, habitait le canton sud de la ville.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search