Version classiqueVersion mobile

Journal 1838-1842

 | 
Charles Weiss

Année 1839

Texte intégral

Janvier 1839

11er janvier. — Notre pensionnaire Proudhon a écrit au frère de M. Pérennès une lettre dans laquelle il lui rend compte de sa conduite à Paris depuis deux mois. Cette lettre remarquable par l'originalité du style ne l'est pas moins par la vigueur des idées et par l’absolu des jugements. Il paraît qu'il s'occupe d'un travail sur les prophètes ; mais en attendant il va faire paraître dans le Journal de l'Instruction publique un article sur un ouvrage de grammaire d'Ackermann.

22 janvier. — La circulaire de l'Académie produit plus d'effet que je ne m'y étais attendu. Je la trouvais trop molle, trop suppliante ; il me semblait que, sans s'écarter des règles de la convenance, il était possible de s'exprimer avec plus d'énergie. Telle qu'elle est, elle a suffi pour émouvoir la Cour royale, l'archevêque et tous les bons citoyens sont disposés à réunir leurs efforts pour empêcher la spoliation dont la ville est menacée et je commence à croire qu'on n'osera pas tenter de l'exécuter, dans la crainte d'une résistance que l'on n'arrêterait peut-être pas facilement.

33 janvier. — M. de Rotalier nous annonce la découverte d'un castrum sur les bords de la Saône, entre Seveux et Vellexon, dans un endroit où jamais on n'en avait soupçonné un. La saison ne permet pas d'aller sur-le-champ vérifier si cette conjecture a quelque fondement, mais il doit être fait prochainement un rapport à l'Académie sur cette découverte, et sans doute elle chargera quelques-uns de ses membres d'aller se promener sur cette direction, en retournant visiter les travaux de Membrey.

  • 1 Le baron Claude-Pierre Bouvier d'Eclangeot (Dole 1759-1843). Professeur de droit à l'Université de (...)

44 janvier. — La ville de Dole et les villages voisins de la forêt de Chaux soutiennent en ce moment un procès pour leur affouage, à la Cour royale de Besançon. L'arrêt sera prononcé dans quelques jours et il est à craindre qu'il ne soit pas favorable aux communes. Le maire de Dole1 disait hier à M. le premier président Alviset que si les communes perdaient leur procès, les paysans qui se croiraient spoliés pourraient bien se porter à des excès. « Dans ce cas, Monsieur, lui répondit le premier, je monterais moi-même à cheval et j'irais à la tête des gendarmes contre les paysans. » Pour sentir le plaisant de cette réponse, il faut se faire une idée de M. Alviset, estropié, maladroit, qui n'a jamais manié d’armes de sa vie et qui n'a monté que des chevaux de boucher.

55 janvier. — M. Duvernoy a découvert un dépôt considérable de titres et documents provenant de nos archives, qui en ont été distraits à l'époque où les commissions de la Convention faisaient enlever tous les papiers inutiles, c'est-à-dire ceux qui ne concernaient pas l'histoire. Le propriétaire actuel lui a fait promettre de ne pas le nommer, mais M. Duvernoy espère de vaincre sa répugnance et d'obtenir qu'il restituera, moyennant échange, tous les documents en question à la Bibliothèque.

  • 2 Dominique-Joseph Garat (Bayonne 1749-Les Urdains 1833), homme politique versatile et ondoyant, man (...)

66 janvier. — En achevant la lecture des singuliers mémoires de Garat2 sur Suard, Pérennès a formé le projet de faire mieux connaître l’illustre bisontin pour lequel il a conçu une véritable affection. Je l'ai beaucoup encouragé à suivre cette idée. La vie de Suard ne comporte pas un bien grand développement ; c'était plutôt un homme de pensée que d'action sous tous les rapports. Excellent pour le conseil, il était trop paresseux ou si l’on veut trop philosophe pour exécuter. Mais il serait possible de faire suivre cette notice du petit nombre de morceaux, tous excellents, sortis de sa plume et de cette manière on aurait un volume plein d'intérêt. Pérennès s'est enthousiasmé à cette idée et m'a dit en me quittant : « Cela sera fait avant la fin de l'année. » Nous verrons.

  • 3 Dans ses Hommes illustres d'Arbois..., vers 1847, ouvrage inédit (Arch, munic. d'Arbois), Just Sár (...)

77 janvier. — Bousson de Mairet me mande qu'il termine une traduction des Cansiones pœticum, dont il n'en existe qu'une très imparfaite3 et qu'il prépare une seconde édition de son Cours de belles-lettres dont la première s'épuise petit à petit malgré le mauvais vouloir de MM. du Conseil royal.

  • 4 Pierre Nicole (1625-1695) se rattache au groupe de Port-Royal ; il avait rédigé des Essais de Mora (...)

88 janvier. — On a reçu de Salins la nouvelle de la mort de M. Répécaud, ancien inspecteur de l'Académie où il a laissé d'honorables souvenirs. Avant la Révolution de 1789, il avait professé dans les collèges de l'Oratoire et comme la plupart de ses confrères, il était bon janséniste. Il a publié, sous le voile de l'anonymat, un ouvrage sur les vérités du christianisme qui n'a pas eu grand succès, par la double raison que les prêtres n'aiment pas les livres qui s’ingèrent dans l'enseignement religieux et qu'ils ne pouvaient pardonner à l'auteur son attachement aux dogmes de Pascal et de Nicole4.

99 janvier. — Le général Delort vient d'écrire à Pérennès qu'il se charge de faire valoir les droits de la province à conserver des établissements d'instruction supérieure. Il parlera d'abord au ministre, et s'il le faut, il s'adressera au roi lui-même. Cette lette qui, malheureusement, n'est pas de nature à être rendue publique, ranime l'espoir que nous avons de garder notre faculté des lettres et de voir se rétablir celle des sciences dont nous avons été si injustement privés.

1010 janvier. — M. le préfet m'a remis, pour la déposer au cabinet Pâris, la figurine en bronze trouvée l’année dernière à Saint-Hippolyte et dont je crois avoir déjà parlé. Plus je l’examine et moins je la crois antique. C'est très probablement un bronze fabriqué dans le xvie siècle à l'époque où le goût naissant de l'antiquité donnait une valeur à tous les objets grecs ou romains. Le général Janin qui est venu malgré lui prendre, il y a quelques mois, le commandement de la division, est devenu pour nous un terrible concurrent pour les antiquités. Il a, depuis qu'il est ici, ramassé beaucoup d'objets précieux qui seront perdus pour la province, car il les destine à meubler le cabinet qu'il possède dans les Pyrénées où, dès qu'il aura l'âge de la retraite, il ira fixer sa résidence.

  • 5 La famille de Saint-Juan était installée dans l'hôtel du Bouteiller, à l'angle de la Rue des Grang (...)

1111 janvier. — La question de l'opportunité de la Halle se représente au Conseil municipal, maintenant qu'elle est depuis deux ans en exécution et qu'elle a déjà coûté plus de cent mille écus. La minorité du conseil réclame la suppression de toute la partie supérieure de l'édifice comme inutile. Mais la majorité tient bon, par amour-propre, à l'achèvement du plan tel qu'il a été adopté. Les voisins de la nouvelle halle, qui doit augmenter la valeur de leurs maisons, se prononcent pour l'achèvement, et le baron de Saint-Juan5 en tête croit ne servir que l'intérêt public quand il est mu par son intérêt particulier.

  • 6 Henri Gisquet (Vézin, Moselle, 1792 †Paris 1866). C'est une négociation pour l'achat de fusils à L (...)
  • 7 C'est-à-dire Dubois, commissaire de police de la ville.

1212 janvier. — Le procès de l'ancien préfet de police de Paris, Gisquet6, vient d’épouvanter et de scandaliser la France entière. On n’avait pas idée de turpitudes et de dilapidations pareilles. Un individu que je ne veux pas nommer parce qu’il n'est pas certain qu'il en soit l'auteur, a fait circuler ces jours derniers dans les cafés une pièce manuscrite dans laquelle, faisant allusion à cet épouvantable procès, il invitait à surveiller la conduite du Gisquet de Besançon7 Cette méchanceté ne paraît pas avoir eu le moindre retentissement.

1313 janvier. — Le Conseil municipal s'est vivement prononcé dans la dernière séance en faveur du maintien de la Faculté des lettres et de la création des nouvelles facultés que réclame l'intérêt du pays. C’est toute une université qu'il demande. Une députation a été nommée séance tenante pour aller à Paris présenter et appuyer les vœux des Franc-Comtois ; elle se compose de M. Micaud, maire, qui s'est excusé sur son âge, de M. Vuilleret et du baron de Saint-Juan. Cette délibération sera transmise demain au préfet qui ne manquera pas d'en donner connaissance au ministre. Il est impossible que cette manifestation ne produise pas un bon effet.

  • 8 Bousson de Mairet avait été nommé au collège de Rodez en 1837, mais son ouïe de plus en plus faibl (...)

1414 janvier. — Bousson de Mairet me mande qu'à dater du 1er janvier sa pension est supprimée, et que l'Université ne veut lui accorder ni place ni traitement8. Cette nouvelle l’a jeté dans un incroyable état d'exaspération. Il se dégonfle dans un ouvrage déjà commencé et qui doit avoir pour titre : De la nécessité de la réforme universitaire. Notre pauvre recteur qui n'en peut mais n’y sera pas ménagé.

  • 9 Peut-être l'un des cafés de Granvelle.

1515 janvier. — Anniversaire de ma naissance. Mes amis se sont réunis à sept heures chez Mme Hugel pour la fêter. Viancin, toujours poète quand même, avait composé pour la circonstance une chanson dans laquelle, faisant allusion au sort qui m'avait récemment fait le roi de la fête, a célébré les avantages que l’on trouverait sous mon gouvernement, avec esprit, mais peut-être d'une manière trop sérieuse. Sa chanson pourra servir à celui qui fera mon éloge funèbre à l’Académie, pourvu qu’il veuille bien adoucir certains traits un peu trop crus. Pérennès a lu ensuite des couplets dont j’étais également le héros. Je n'étais pas en verve, et si j'ai répondu quelque chose à tous ces témoignages d'amitié, il n'y avait du moins, j'en suis sûr, rien de saillant. Je me suis tout à fait critiqué, mais nos deux autres convives, Perron et Lancrenon, qui n'étaient point engagés dans la partie, ont fort applaudi. Nous avons terminé la soirée au café du Grand-Salon9. Il était onze heures et demie quand nous nous sommes séparés, et c'était avec le désir de nous revoir bientôt.

1616 janvier. — C'est encore de moi que je veux parler aujourd'hui. J'ai dîné et passé la soirée chez M. de Magnoncour avec le préfet et sa nièce, Mme de Lapparent, dont je me reproche de n'avoir pas fait mention plus tôt dans ce journal. Si je n'avais que vingt ans, je n'oserais pas dire tout ce que je pense de cette dame ; mais j’en ai soixante et je suis sans conséquence. Ainsi je déclare que je n'ai pas vu de ma vie une personne plus aimable, plus spirituelle, plus artiste, en un mot avec laquelle j’aurais plus sympathisé. Quoique vieux j'ai cependant encore de temps à autre des moments de verve, mais près d'elle je ne trouve pas un mot à dire. Je l’écoute, soit qu'elle parle, soit qu'elle chante ou qu'elle joue du piano. Cependant, il faut qu'avec son esprit de femme elle ait deviné l'effet qu'elle produisait sur moi, puisqu'elle m'a retenu jusqu'à minuit pour me faire entendre des airs de sa composition que j'ai trouvés délicieux ou pour me raconter les détails de ses rapports avec Liszt, son maître de musique, dont elle est enthousiaste. En voilà je crois assez pour le thème de quelques vers que je veux faire, mais non lui adresser, quand je pourrai aller me promener seul dans les prés de Beure, au printemps prochain.

1717 janvier. Le sceptique moderne montrant le revers des choses, 2e éd. (Nancy, impr. de Dard, 1836, in-8 de 291 pp.). Cet ouvrage est de mon ami Perron qui l’a composé pendant qu'il professait la philosophie au collège de Nancy. La première édition a été détruite entièrement et les exemplaires de la seconde sont très rares. Il n'en existerait pas un seul que la perte ne serait pas grande. Le fonds du livre c'est Candide, avec beaucoup moins d'esprit, mais Candide déclamateur, c'est-à-dire l'opposé de Voltaire et du bon goût.

1818 janvier. — Lancrenon vient d'acquérir pour notre musée, moyennant 900 frs, un joli tableau de Breughel de Velours, représentant l’Incendie de Troie. Nous ne possédions aucun morceau de ce peintre qui passe pour l'un des premiers de l'école flamande.

  • 10 L'archéologue amateur déjà cité dans les volumes précédents.

1919 janvier. — Bauquier10 m'a apporté quatorze pièces de la monnaie de l'ancien chapitre de Besançon, portant d'un côté le bras de saint Etienne le protomartyr et de l’autre une croix avec les mots civit. bisunt. Ces pièces en argent ont été trouvées dans une tête de mort.

2020 janvier. — Enhardi par la vigoureuse délibération du Conseil municipal contre le projet d’enlever à la ville de Besançon le dernier débris de son antique et glorieuse université, M. le recteur Ordinaire a écrit au ministre de l’Instruction publique une lettre dans laquelle il lui représente tout le pays comme prêt à s'insurger contre les théories ministérielles. Cette lettre, de la part d’un homme si prudent et si timide dans ses expressions, ne peut manquer de faire réfléchir le ministre, et les mêmes personnes que j'ai vues il y a quelques jours disposées à croire que toutes les démarches de la province seraient une vaine démonstration reprennent cœur et sont persuadées que nous aurons la Faculté des sciences.

2121 janvier. — Pérennès a reçu de M. Droz une lettre qui le rassure sur la suppression prochaine de notre Faculté des lettres, mais il ne lui cache pas que le projet pourrait être remis plus tard sur le tapis et que le seul moyen de prévenir ce malheur est de réclamer avec instance la réorganisation de la Faculté des sciences. Il est heureux que le Conseil municipal se soit prononcé vivement à cet égard avant l'arrivée de cette lettre qui pourrait tout paralyser. Sa délibération est entre les mains du préfet et ce magistrat va l'adresser au ministre de l'Intérieur, en y joignant toutes les observations qu'il jugera propres à faire triompher la juste demande de la ville.

2222 janvier. — Le procès intenté par la ville à Mme Vve Bourgon pour l'expropriation des sources d'Arcier se plaide en ce moment au tribunal de première instance. M. Blanc, substitut du procureur du roi me disait qu’il était étonné de voir le conseiller Bourgon, connu pour son patriotisme, disputer à la ville des sources qu'elle réclame pour cause d'utilité publique. « Eh, lui ai-je répondu, c'est précisément par patriotisme que M. Bourgon s'oppose de tout son pouvoir à ce que la ville, en s'emparant des sources dont elle n'a nul besoin, s'engage dans une dépense de plus de deux millions qui va l'obérer pour plus d'un siècle. — Dans ce cas, m'a-t-il répliqué, c'est ce que M. Bourgon devrait faire plaider par l'avocat de Merey. » Cette observation est juste, je l'ai communiquée à M. Bourgon, et peut-être en résultera-t-il un mémoire dans lequel il sera clairement démontré que la question des eaux d'Arcier est moins une affaire d'utilité publique que d'intérêt particulier.

2323 janvier. — M. Bourgon a donné sa démission de président de l'administration de l’hospice de Bellevaux. Il paraît que depuis quelque temps le préfet, qui ne lui pardonne pas encore de s'être mis sur les rangs pour la députation de Pontarlier, saisissait toutes les occasions de le tracasser, il s'en est aperçu et s'est dépêché de lui déclarer qu'il cessait des fonctions très assujettissantes et dans l'exercice desquelles il n'était soutenu que par la certitude du bien qu'il faisait. Pour ma part, je regrette bien vivement qu'il ait pris cette détermination. Je crois le préfet bien embarrassé maintenant pour le remplacer.

2424 janvier. — La nomination à la place de membre du Conseil général vacante par la mort de M. Bretillot père donne déjà lieu à des intrigues. L'administration y porte Léon Bretillot et je ne pense pas qu'il soit possible de faire un meilleur choix. Mais des ennemis de Léon et du préfet lui opposent l'avocat de Merey, homme de mérite sans doute, mais à vue étroite et d'un caractère tracassier.

2525 janvier. — Perron nous a lu hier, dans une séance de l'Académie, son discours de réception. Le sujet qu'il a choisi est le patriotisme, grand mot peu compris et difficile à traiter parce qu'il fournit trop aux lieux communs. Perron n'a pas su se garantir de cet écueil, mais tel qu'il est, son discours est l'œuvre d'un écrivain averti et d'un logicien. S'il consent à faire tous les retranchements qui lui ont été indiqués, ce morceau y gagnera beaucoup et sera certainement entendu avec plaisir à la séance du 28.

2626 janvier. — L'élection à la place vacante au Conseil général par la mort de M. Bretillot père est devenue une affaire de parti. Les hommes de progrès, fatigués du calme dont le département jouit depuis que M.Tourangin en est l'administrateur, voudraient tenter d'introduire dans le conseil un de ces hommes d'opposition qui disent toujours non quand la majorité dit oui, et c'est, comme nous l'avons déjà dit, sur l'avocat de Merey qu'ils ont jeté les yeux. Une fraction des électeurs s'est réunie chez le banquier Jacquard et leur manifeste a paru dans L'Impartial. Le président Bourqueney et l'avocat général Maurice ont déclaré qu’ils renonçaient à leur candidature en faveur de M. de Merey. Ainsi la question reste entre l'avocat et Léon. C'est le 31 qu’elle sera décidée. D'ici là nous n'en parlerons plus.

2727 janvier. — Il paraît certain que le recteur Ordinaire est dans l'intention d’abdiquer des fonctions que les lois nouvelles et le zèle du ministre Salvandy rendent insupportables. Ce qu'il y a de sûr c'est qu'il a donné congé à la personne qui tenait dans sa maison le seul logement qu'il puisse décemment occuper. Il s'agit donc maintenant pour les personnes qui prennent intérêt à l’avenir du pays de savoir s’il n’y aurait pas moyen d'influer sur le choix de son successeur. On dit, mais je ne puis le croire, que le recteur a traité de sa place avec M. Huart, proviseur actuel du collège. Cela me paraît impossible, mais le recteur pourrait bien lui avoir promis d’user de toute son influence pour lui assurer sa succession. C'est là ce qu'il s'agit de savoir et d'empêcher si faire se peut.

  • 11 Lu professeur Jean-Ignace Bourgon, président de l'Académie.
  • 12 Jean de Chalon-Arlay (1257-1315), une des figures de l'histoire comtoise ; lié aux Hasbourg, il av (...)
  • 13 Le jurisconsulte Jean-Baptiste-Victor Proudhon, mort en 1838.
  • 14 Marie d'Orléans, fille de Louis-Philippe (1813-1839)

2828 janvier. — Séance publique de l'Académie. Le discours du président Bourgon11 Sur l'ancienne université de Bourgogne, sujet de circonstance : des recherches, mais point de style. Un Mémoire d'Edouard Clerc sur les entreprises de Jean d'Arlay12 contre la commune de Besançon : de l'intérêt et passablement écrit. Une Epître du président Trémolières, assez longue pour être regardée comme un poème ; c'est Besançon en 1838, tableau des changements survenus dans le matériel de la ville et dans les mœurs des habitants : versification facile mais prosaïque, des traits fort agréables, au total un des meilleurs morceaux qui soient sortis de la plume du président. Discours de réception de Perron, Le Patriotisme : sujet mal choisi ; la première partie ne contient guère que des lieux communs, la seconde, dans laquelle il fait des allusions à la province et où il s'élève contre la centralisation tout en reconnaissant ses avantages, est très supérieure à la première. Rapport sur les travaux de l'année par Pérennès : un peu long mais bien écrit ; le secrétaire perpétuel est un homme d'un vrai talent. Eloge de M. Proudhon13 par l'avocat Curasson, son élève : des faits, de l'ordre, de la méthode mais des fautes de grammaire et de goût. Des vers sur la mort de la princesse Marie14, par Demesmay, ont terminé la séance, qui a été bien remplie.

  • 15 Il avait été installé en 1821 dans la chaire de chimie de l'Ecole pratique de médecine. Membre de (...)

2929 janvier. — Le président Bourgon a donné hier un splendide dîner à l'issue de la séance. J’étais du nombre des convives et l'un de ceux qui ont su ménager le mieux leur estomac et leur tête. L'amphitryon, sans avoir bu beaucoup, était un peu en train et sa conversation s'en est ressentie ; dans l'état d'expansion où il se trouvait, il a dit bien des choses que dans un autre moment il se serait bien gardé de nous confier. Bientôt, la conversation s’est portée sur l’archéologie. Bourgon nous a raconté dans le plus grand détail le voyage qu'il a fait le printemps dernier avec Edouard Clerc dans le canton d’Amancey où ils ont découvert une grande quantité de tombes dont la date est encore incertaine. Il avait trouvé dans un de ces tombeaux, le seul qu'il ait fait ouvrir, des fragments de vase dont la matière était inconnue. Des expériences très récentes de Desfosses15 ont constaté que c'était du lignite, substance que les géologues modernes regardent comme antédiluvienne. Les géologues sont évidemment en défaut ; il s'agit de le leur démontrer et ce peut être le sujet d'un mémoire du plus haut intérêt.

3030 janvier. — L'abbé Meynier m'a confirmé la découverte de thermes à Cousance, il y a plusieurs années, dans un état de conservation très remarquable. Depuis, on a trouvé dans cet emplacement à diverses reprises des médailles du Bas Empire et il m'en a promis de très belles pour le médaillier de la ville.

3131 janvier. — Léon Bretillot a été nommé membre du Conseil général au premier tour de scrutin, à sept ou huit voix de majorité. Son seul concurrent était M. l'avocat de Merey qui, placé par ses partisans candidat de l'opposition, a réuni les suffrages de tous les ennemis de Bretillot et, de plus, tous ceux des ennemis du gouvernement. Cette élection a réveillé toutes les haines, toutes les mauvaises passions qui paraissaient assoupies. Des lettres échangées entre M. de Merey et le confiseur Caillon ont été placardées dans les cafés et réfutées dans L'Impartial. Voilà des gens qui vivaient en paix brouillés à tout jamais. Dieu préserve les nations simples et vertueuses d'un mode de gouvernement qui tend sans cesse à diviser les citoyens d'une même ville que la nature avait destinés à vivre en frères !

Février 1839

321er février. — C'est le jour de naissance de Pérennès. Il a été fêté hier au restaurant d'Hugel moins gaiement qu'il ne l'aurait été sans l'élection. Nous n'étions que six amis et nous n'avions pas voté pour le même candidat. La soirée s'en est ressentie. Viancin l’a seul égayée par quelques jolis couplets qu'il n'avait pas eu le temps d'écrire mais que nous lui ferons répéter à la première occasion.

332 février. — Des neiges extraordinaires, surtout dans la saison qui est avancée, retardent l'arrivé du courrier de Paris depuis quelques jours. Avant-hier et aujourd'hui il n'a pu être distribué que dans l'après-midi. Ce soir, le préfet a fait imprimer un bulletin annonçant que le roi a prorogé les chambres jusqu'au 15 février. Cette nouvelle a excité la plus vive inquiétude. 11 est question de la dissolution de la chambre des députés. C'est ainsi que le malheureux Charles X a présenté ces fameuses ordonnances qui ont amené l'expulsion de sa famille. Serais-je destiné à voir encore une révolution nouvelle ? Que le ciel m'en préserve.

  • 16 Jacques-Marie Guignet (Salins 1784-Paris 1848). Ebéniste à Autun, il exerça plusieurs métiers à Ge (...)

343 février. — Manuel des ordres d'architecture, suivi de l'Introduction d'un nouvel ordre. Ouvrage rectifié sur les meilleurs traités de cet art, par J.-M. Guignet16, de Salins (Jura). Paris, impr. de Fain, in 8° avec pl.

354 février. — Une estafette a apporté l'ordonnance du roi qui prononce la dissolution des Chambres. Cette nouvelle, quoique prévue, a jeté dans la stupeur tous les amis du gouvernement. La France semble se retrouver dans la même crise qu'en 1830, et la joie des fanatiques qui se bercent des idées de progrès ne fait qu'ajouter aux craintes des paisibles citoyens.

36— Aujourd'hui a été enterré le jeune Bernard, élève de l'Ecole polytechnique, l'un des jeunes gens de la province dont l'avenir promettait le plus de chances favorables. Il n’avait que dix-huit ans lorsqu'il obtint une médaille d'encouragement de l'Académie pour un mémoire sur la législation de l'empereur Frédéric Barberousse. Personne ne doutait alors qu'il fit son étude la plus sérieuse des mathématiques. Reçu le septième à l'école, il en était devenu le premier lorsque sa santé l'obligea de demander un congé. Le directeur en le voyant partir dit : « Je perds le meilleur de mes élèves. » Son honnête homme de père que j'ai vu ce soir est dans la plus profonde affliction.

375 février.Le Paravent, par Ch. de Bernard, Paris, impr. de Béthune, 2 vol. in 8°.

38— Vertel fils a publié ces jours derniers dans L'Impartial un feuilleton sur un concert, qu'il a signé de ses initiales A. V. Nos mélomanes ou mélophiles, dont le chef est toujours le jeune Crestin, mécontents de ses principes en musique, viennent de faire lithographier son portrait sous la forme d'un âne avec ces mots : Asinus Verbaliver. Cette caricature circulait hier, mais je ne pense pas qu'elle soit mise en vente. Tout inoffensif que soit Vertel, il ne lui serait guère possible de laisser passer une plaisanterie de ce genre sans en témoigner de l'humeur.

396 février. Dictionnaire général des communes, hameaux, granges, fermes, rivières, ruisseaux, etc... du département du Jura, faisant suite à la statistique de M. Pyot. Lons-le-Saunier, impr. de Courbet, in 8°.

  • 17 Ministère Molé.

40— La dissolution de la Chambre met notre excellent préfet dans le plus grand embarras où il se soit trouvé de sa vie. Tous nos députés actuels font partie de la coalition qui s'est formée pour renverser le ministère17. Ainsi, le voilà forcé de combattre les mêmes hommes qu'il a recommandés l'année dernière au suffrage des électeurs. Quelque parti qu'il prenne, il est impossible que la considération dont il jouit, et par conséquent son influence n'en reçoive un échec. Son frère, député de l'arrondissement de Montbéliard, se retire. M. Clément, député de l'arrondissement de Baume, est inoffensif, mais M. Jouffroy, qui s’est prononcé contre le ministère dans la discussion de l'adresse, M. Véjux, comme pour faire nombre dans le tiers parti, et M. de Magnoncour, qui malgré les affaires qui le retenaient à Besançon a fait le voyage de Paris uniquement pour mettre la boule noire contre les ministres, sont trois hommes qu’on lui commandera nécessairement d'écarter. Dire du mal d'eux, annoncer qu'ils ont perdu la confiance du gouvernement, n'est pas dans la situation des esprits un moyen bien sûr d'empêcher leur réélection. D'ailleurs, en les écartant, il faut trouver des candidats à leur substituer. Personne ne se met encore sur les rangs, si ce n'est l’avocat général Maurice, candidat courant de tous les arrondissements de la province. Je le répète, la position du préfet est difficile ; pour un homme médiocre, elle ne serait pas tenable.

  • 18 Jean-Joseph Pourcy, électeur du canton de Besançon-Sud, membre de la Société d'Agriculture du Doub (...)

417 février. — Le préfet cherche des candidats pour les opposer aux coalisés, mais tous ceux que de complaisants amis mettent en avant refusent de se soumettre à l'épreuve toujours si douteuse des élections. Je suis sûr que des propositions sérieuses ont été faites par les collèges de Besançon au président Monnot, au conseiller Gras, à M. Vuilleret, au docteur Pourcy18, etc... mais tous ont décliné franchement un honneur auquel ils ne pensaient pas. Le conseiller Bourgon a accepté la candidature pour Montbéliard ; il doit partir incessamment pour voir les électeurs les plus influents de l'arrondissement.

428 février. — Véjux est arrivé le matin par le courrier, chargé de faire des promesses et des offres à quiconque se prononcera pour la coalition. Il ne fait aucun doute de sa réélection et de celle de ses collègues qui, comme lui, ont voté contre le ministère Molé. Dans la journée il a vu tous ceux sur lesquels il croyait pouvoir compter. Son étonnement a été grand d'entendre le conseiller Bourgon lui dire qu’il voterait, lui, pour le ministère s'il était élu. Il venait de lui faire l'offre de faire annoncer sa candidature par les journaux de la coalition. Il a bien vite rengainé ses compliments.

439 février. — On dit, et je le crois, que l'avocat général Maurice consent à se porter candidat au collège de Besançon intra muros contre Magnoncour. C'est ce qui pouvait arriver de plus heureux à Flavien, mais un candidat qui serait plus embarrassant pour lui, c'est Pouillet qui, dit-on, abandonne son élection à Poligny pour se présenter à Besançon. L'Impartial en parle aujourd'hui, mais cette nouvelle mérite, avant d'être crue, confirmation.

44Le jeune libéré, par Mlle Crombach, Paris, impr. de Crapelet, in-12.

4510 février. — Les fêtes de carnaval commencent d'une manière assez triste. Le beau temps, dans toute autre circonstance, aurait favorisé les mascarades, mais on est trop occupé par les prochaines élections pour songer à se réjouir. Le président Monnot, après s'y être refusé formellement, consent enfin à se présenter comme candidat contre Véjux. Sa candidature sera annoncée dans le prochain numéro de L'Impartial. Véjux doit être furieux.

4611 février. — La police a saisi dans l'imprimerie de Lambert une feuille intitulée République platonicienne, dans laquelle on invite le peuple à se débarrasser des tubes digestifs qu'on appelle les grands et qui ne sont réellement que de grandes charognes. A part cette phrase très répréhensible, on ne trouve dans cette feuille que les déclamations qui se rencontrent partout sur les vices et les maux de l'état social. Ainsi, je ne prévois pas que l'auteur puisse être puni, si ce n'est pour avoir mal choisi le moment de répandre ses rêveries. Il se nomme Gavard, c'est un ouvrier employé dans une manufacture au faubourg Rivotte.

  • 19 Le curé de Mattaincourt avait fui la Lorraine pendant la guerre de Trente ans et s'était réfugié à (...)

4712 février. — Mlle Héloïse Pillard, de Gray, se dédommage du long silence qu’elle a gardé en publiant simultanément trois ouvrages qui sont annoncés tous les trois dans le no 6 du Journal de la librairie : Mélanges, in-12 ; Premiers chants de ma lyre, in-12 ; La vie du bien-heureux Pierre Fourier, curé de Mattaincourt19, in-12. Les trois volumes, qui sont annoncés en vente à Paris chez les principaux libraires, sortent des presses de Decourchant.

4813 février. — M. Jouffroy a fait, dit-on, sa paix séparée avec le ministère ; du moins il est le seul de nos députés qui ne soit pas attaqué dans L'Impartial. J'ai de la peine à croire qu'après avoir fait de Flavien un coalisé, il le laisse dans l'embarras. Il ne doit pas tarder d'arriver, et je suis impatient de savoir ce qu'il y a de vrai dans les bruits qui circulent depuis quelques jours.

4914 février. L'Impartial de ce matin contient sur Flavien un article dans le genre de ceux que Charivari publie tous les jours contre les fonctionnaires publics. Il était tout simple au préfet d'attaquer un député qu'il a reçu l'ordre d'écarter, mais il aurait pu, ce me semble, le faire avec des armes plus courtoises. Flavien se propose d'emprunter pour lui répondre la plume de Perron qui se chargera volontiers de sa défense, mais il faut trouver un prête-nom pour signer les articles.

5015 février. — On a enterré aujourd'hui à Notre-Dame le général Chabert, mort d'une fluxion de poitrine au 8ème jour. C'était un homme fort aimable et qui sera vivement regretté de tous ceux qui l'ont connu.

5116 février. — Le conseiller Bourgon s'est enfin décidé à se porter candidat pour l'arrondissement de Montbéliard. Sa lettre aux électeurs, arrivée trop tard à l'imprimerie, n'a pas pu paraître dans le journal de ce matin. Celle de Maurice, qui se présente aux électeurs de Besançon, s'y trouve : il y déclare fièrement qu'il n'acceptera, pendant qu'il sera député, aucune faveur du gouvernement. J'imagine, comme dit Viancin, qu'en faisant une telle promesse, « le citoyen ne risque pas beaucoup ».

5217 février. — Introduction à l'étude de la théologie, par M. l'abbé Receveur, professeur en Sorbonne, Besançon, imprimerie de Chalandre, in-8°.

5318 février. — Muiron, propriétaire de L'Impartial, a trouvé un candidat pour l'arrondissement de Montbéliard, c'est Victor Considérant. En conséquence, il refuse nettement d'insérer aucun article favorable à la candidature de Bourgon, qu'au contraire il paraît très disposé à combattre. Il a fallu recourir à l'autorité du préfet qui se prononce faiblement. J'ai perdu toute ma journée en allées et venues qui n'ont pas abouti à grand'chose. M. Bourgon me désespère par son apathie ; il veut bien consentir à se laisser nommé député, mais il ne veut pas faire la moindre démarche pour arriver à son but. Il m'a quitté, au milieu de la rue, à cinq heures, parce que c'est l'heure de son dîner, me laissant le soin des démarches nécessaires pour l'insertion des articles qui le concernent dans le journal de demain.

5419 février. — La lettre de M. Bourgon aux électeurs de l'arrondissement de Montbéliard a paru dans L'Impartial ; elle est précédée d'un article qui n'est pas de moi, quoique sous mon nom, mais que je ne désavouerai pas quoiqu'à peine publié il ait soulevé déjà de nombreuses inimitiés. J'ai cru et je crois encore qu'en forçant M. Bourgon à se déclarer candidat à Montbéliard, je lui ai rendu service à lui, mais encore aux autres députés dont il pouvait entraver l'élection. Ainsi le voilà dès ce moment hors de concurrence avec Jouffroy à Pontarlier et forcé d'appuyer la candidature de Magnoncour à Besançon. Dans quelques jours nous saurons si je me suis ou non trompé dans mes calculs, mais le seul homme qui ne concevra jamais le service immense que j'ai voulu lui rendre en me faisant sa caution, c'est M. Bourgon dont l'apathie et l'entêtement passent de beaucoup l'idée qu'on avait voulu m'en donner. Voici la première fois que je parais en mon nom dans les luttes électorales. Je ne m'en repens pas, mais ce sera bien certainement la dernière.

5520 février. — Clément est arrivé. J'ai dîné avec lui chez le recteur ; il est plus hautain que jamais. Lorsque j'ai voulu lui parler d'appuyer la candidature de Bourgon à Montbéliard, il m'a répondu noblement : « Je ne ferai jamais rien contre un de mes collègues. — Mais, lui ai-je dit, ce collègue se retire et s'il est élu, on assure qu'il n'attendra pas la fin de la session prochaine avant de donner sa démission. » L'argument était pressant, mais sa phrase était toute faite, il l'a répétée et s'est renfermé dans un silence complet.

5621 février. — Mon ami Jouffroy était à huit heures dans ma chambre. Son empressement à venir me voir m'a vivement touché. Quoi qu’il ne fût à Besançon que depuis quelques instants, il était déjà informé de la candidature de Bourgon à Montbéliard et du rôle que j'ai joué dans cette affaire. « C’était, lui ai-je dit, un moyen de vous rapprocher et je l'ai saisi avec empressement. » Il a trouvé que j'avais raison et m'a fort approuvé. Comme nous sortions, Flavien, qui le cherchait, est venu nous rejoindre. Nous nous sommes promenés longtemps sur la place du Palais, à causer de la situation politique du pays. Il blâme la dissolution parce que les réunions électorales ne font qu’échauffer les esprits et retarder l'époque si désirable d'une réconciliation. Nous avons déjeuné chez Béchet.

5722 février. — M. Bourgon se conduit comme un véritable enfant ; il voudrait que le préfet appuyât son élection d'une manière plus ostensible qu'il ne le fait ; il refuse d'aller à Montbéliard, parce qu'il n'est pas sûr de la majorité des électeurs ; toutes les représentations que je lui ai faites pour l'engager à faire une démarche indispensable au succès de son affaire ont été inutiles. Je l'ai quitté très mécontent de m'être mis en avant pour lui, en pure perte. On dit ce soir qu'il a écrit à Pontarlier pour se mettre une seconde fois en opposition avec Jouffroy. Je ne puis pas le croire, tant la chose est absurde. Si cela était cependant, je rabattrai beaucoup de la bonne opinion que j'ai de lui.

5823 février. — Manuel d'orthographe ou grammaire française pratique, par M. Saillard, in-12, impr. de Lambert à Besançon. L'auteur, qui ne manque peut-être pas de mérite, est bien le pédant le mieux conditionné qu’il soit possible d'imaginer. Il a un tel sentiment de sa dignité personnelle qu'il ne lui est jamais arrivé de prévenir même un de ses supérieurs en le saluant dans la rue, et ce qu'il y a de mieux c'est qu'il s'en vante.

  • 20 Amédée-Louis Despans de Cubières (Paris 1786-1853), général, s'était distingué dans les guerres de (...)

5924 février. — Les professions de foi des candidats abondent. Victor Considerant et Silas Tourangin viennent d'adresser chacun la leur aux électeurs de l'arrondissement de Montbéliard, où M. Bourgon aurait, s'il avait été plus habile, une position inexpugnable. Véjux vient de donner la sienne aux électeurs de Besançon extra-muros, Pouillet à ceux de Poligny, le général Cubières20 à ceux de Lure. Heureux peuple de trouver dans son sein un si grand nombre de personnes qui sollicitent avec un si noble désintéressement l'honneur de faire ses affaires, dussent les leurs en souffrir.

6025 février. — M. Louis de Vaulchier ne se porte pas, mais se laisse porter candidat légitimiste au collège de Besançon intra muros. Il sait d'avance qu'il n'a pas de chance de succès ; conséquemment, il ne porte pas grand intérêt à toutes les menées électorales, dont il est scandalisé plus que moi, parce qu'en sa qualité de jeune homme, il est tout simple qu'il connaisse moins le monde et par conséquent qu’il soit moins indulgent pour les faiblesses du prochain. Dans la conversation que j'ai eue avec lui cet après-midi, je l'ai trouvé plus constitutionnel que tous nos indépendants coalisés, et plus disposé qu'aucun d’eux à soutenir le trône chancelant de Louis-Philippe. Il comprend ce que c'est que la royauté, lui, et ne pense pas comme les légitimistes que l'avilir soit un bon moyen de lui donner plus de force et d'influence sur les peuples.

6126 février. — Le professeur Bourgon m'a communiqué l'épreuve du discours qu'il a prononcé comme président à la dernière séance de l'Académie. En l'entendant, je l'avais jugé fort mal écrit, la lecture a confirmé ce que je ne faisais que soupçonner. C'est décidément une plate rhapsodie. Les notes de Duvernoy qu'il y a cousues sont pour la plupart des hors d'œuvre ; celle sur l'origine de la maison de Saint-Mauris est très insolente. J'ai eu le courage de dire tout cela très franchement à M. Bourgon qui m'a fort remercié de ce qu'il appelait mes bons conseils. Nous verrons s’il en profitera.

  • 21 Locution italienne peut-être, pour signifier que l'avocat se courbe ?

6227 février. — Le préfet a pulvérisé dans L'Impartial la profession de foi de Véjux, et par occasion, est revenu sur les deux autres députés coalisés du département, Magnoncour et Silas Tourangin, qu'il conjure les électeurs de ne pas renvoyer à la Chambre où ils ne feraient que du mal. Son candidat à Montbéliard est enfin parti cet après-midi pour aller répondre aux objections des électeurs qui le soupçonnent d'être légitimiste. Le petit Crestin a ouvert une souscription pour donner des sérénades aux députés coalisés, le jour même de leur réélection ; il faisait circuler cet après-midi la liste au Café Normand ; et Viancin qui l’a vue m'a dit qu'elle était déjà couverte d'un assez grand nombre de signatures de jeunes gens. On parle d’une caricature qui aura pour titre : Le candidat quêtant les suffrages des électeurs ; c'est Maurice qui en a donné l'idée. Il est représenté dans la boutique d'un épicier : l'homme du commerce est monté sur une échelle pour compter les pains de sucre qui lui restent. M. l'avocat général <in i fianchi>21 s'incline profondément au pied de l'échelle et fait un geste à l'épicier. En bas, on lira : « Ne vous dérangez pas, j'attendrai, ou si cela vous est plus commode, j'aurai l'honneur de revenir. »

  • 22 Philippe Demesmay, sous-préfet de 1830 à 1839.
  • 23 Le conseiller Bourgon avait été candidat à Pontarlier lors des élections précédentes.

6328 février. — Jouffroy, à son arrivée à Pontarlier, aurait essuyé un charivari si le sous-préfet22 n'avait pris les mesures nécessaires pour empêcher les malveillants de se réunir comme ils en avaient manifesté le projet. Mais la police n'a pas, malgré toute sa vigilance, empêché quelques gamins de venir dans la soirée crier sous les fenêtres de l'ancien député : « Vive Bourgon23, à bas Jouffroy. » Le préfet, informé ce matin de ces manifestations insultantes, s’est empressé de désavouer dans L'Impartial la candidature de Bourgon à Montbéliard en le signalant comme un légitimiste déguisé. Son élection se trouve par là très compromise, mais c'est sa faute. Je ne connais pas un homme plus gauche avec du bon sens et plus entêté.

Mars 1839

641er mars. — Les députés coalisés ont profité du peu d’instants qui leur restent pour répondre aux accusations portées contre eux par la feuille de L'Impartial. Magnoncour et Véjux ont publié des lettres aux électeurs. Les amis de Magnoncour ont distribué dans la soirée une feuille dans laquelle ils relèvent avec une noble conscience le mérite de ce candidat en rappelant les services qu'il a rendus à la révolution de 1830 ainsi qu'à la ville de Besançon en particulier. Il est toujours question de caricature et de chansons, mais il n'y a rien encore de distribué.

652 mars. — C’est aujourd'hui que les collèges se sont assemblés pour la formation des bureaux. Au collège intra-muros, Donat Demesmay, porté par les deux oppositions, a été élu président, mais les scrutateurs indiqués par la préfecture l'ont emporté sur ceux de la coalition. Ainsi, l'élection de M. de Magnoncour est douteuse, mais au collège extra muros le bureau a été formé complètement par les amis de Véjux qui sortira demain au premier tour de scrutin. En attendant le résultat, les coalisés s'amusent aux dépens de leurs adversaires et les pamphlets se sont succédés toute la journée ; le plus plaisant est une Lettre en réponse à des lettres imprimées dans L'Impartial : Considérant le phalanstérien aujourd'hui candidat du ministère et de la préfecture à Montbéliard, y est traité de la manière la plus gaie. Les caricatures sur Maurice ne sont pas lithographiées mais elles vont être affichées dans le Casino. Dans l'une, il est représenté faisant une visite à Barrey, connu sous le nom de l'épicier constitutionnel. Barrey, le bonnet de coton sur la tête, est assis les bras croisés sur un baril de harengs ; Maurice, le dos courbé, dans l'attitude la plus humble, lui présente sa requête. On lit au-dessus : « Hareng sort ». On a vu dans la journée des gendarmes, le mousqueton sur le bras, se mêler au groupe des électeurs. C'est une insigne maladresse... !

663 mars. — Véjux a été nommé au premier tour de scrutin à une assez faible majorité. Malgré l'appui des radicaux, M. de Magnoncour n'a pas obtenu la majorité absolue au collège intra muros ; il lui a manqué cinq voix. Si, comme ils l'ont promis, les légitimistes lui reportent les voix qu'ils ont perdues sur un candidat qui n'avait aucune chance, il est certain que demain il sera nommé. Mais il est certain que la Préfecture va faire l'impossible pour faire triompher Maurice qui réunit déjà cent trente-neuf suffrages.

  • 24 L'avocat général Maurice.

674 mars. — Au second tour de scrutin, M.de Magnoncour a été nommé à une immense majorité. Aussitôt, des musiciens cachés dans le voisinage de l’hôtel de ville sont arrivés en hâte pour exécuter une fanfare de triomphe, qui a été vivement applaudie. Des sérénades ont ensuite été données à M. de Magnoncour et à Véjux. Le confiseur Caillon, qui demeure en face du palais Granvelle, avait placé devant sa maison un transparent dans le centre duquel on lisait le chiffre 213 en or. Son projet était d'illuminer le soir, mais la police l’a fait inviter à y renoncer, dans la crainte d'amener quelque collision. La soirée a été plus tranquille qu'on ne s’y attendait. Des jeunes gens avaient menacé le préfet et son candidat24 d'un charivari, mais les mesures avaient été prises pour empêcher tout rassemblement dans le voisinage de la préfecture. Il est probable que le préfet n'aurait pas été fâché qu'il y eût un peu de tapage... En allant déposer son vote dans l'urne électorale, il a dit de manière à être entendu de tous les électeurs qui se trouvaient dans la salle : « Je viens voter ostensiblement afin de mériter encore plus le charivari que l'on me prépare. » Le président Donat Demesmay lui a répondu : « M. le préfet, c’est un plaisir que personne n’est dans l'intention de vous procurer. » Les cinq députés du Doubs sont les mêmes. D'après les nouvelles que l'on a reçues des départements voisins, la coalition triomphe partout. Quel parti prendra le gouvernement ? C'est ce que l'on ne peut tarder d'apprendre.

685 mars. — Le préfet tenait beaucoup à recevoir un charivari ; c'est un goût que je ne conçois pas ; il y revient aujourd'hui dans L'Impartial où il déclare que, quoiqu'il n'y ait réellement pas eu la moindre démonstration charivarisante, il ne s'en tient pas moins pour bien et dûment charivarisé, parce qu'il est sûr qu'on a eu l'intention de lui donner le charivari. Il va plus loin car il déclare qu'il avait recommandé de laisser faire les charivaristes, tant qu'ils n'auraient pas porté atteinte aux personnes et aux propriétés.

  • 25 Louis-François Nicod de Ronchaud (Lons-le-Saunier 1816-Saint-Germain-en-Laye 1887), fils du député (...)
  • 26 Emile de Girardin (Paris 1806-1881), publiciste et homme politique. Il lança de 1829 à 1835 une sé (...)

696 mars. Premiers chants. Poésie par Louis (Nicod) de Ronchaud25, Paris, imprimerie de Paul Renouard, in 8°. M. de Girardin26 a dit en parlant de ce recueil dans un des spirituels feuilletons de La Presse : « Voici des vers et c'est de la poésie. » Ce jugement me paraît juste. M. de Ronchaud est l'élève de M. de Lamartine. Il y a dans ses vers, comme dans ceux du maître, du vague, du vaporeux ou je ne sais quoi qui ne va guère aux hommes positifs, mais il y a des pensées, des images et de l'harmonie, et le jeune poète, ne fît-il pas autre chose, serait une des gloires de la Franche-Comté.

  • 27 Le rancio était un vin rouge d'Espagne (Navarre) qui jaunissait et prenait un goût particulier en (...)

707 mars. — J'ai vu le préfet : il m'a paru bien triste de tout ce qui vient de se passer relativement aux élections. Sa brouillerie avec Magnoncour lui fait surtout beaucoup de peine, et Magnoncour qui le sait se montre peu généreux. Loin d'être blessé des chansons de Viancin, il a trouvé charmants Ses loups et ses moutons et m'a dit qu'il se proposait de lui envoyer quelques bouteilles de rancio27 contre quelques exemplaires. C'est une affaire qui se fera sans peine. Le recteur est moins indulgent ; il blâme les chansons et se montre plein d'aigreur contre Magnoncour.

  • 28 André-Frédéric Hartmann (1772-1861), industriel qui avait fondé une fabrique de toiles peintes à P (...)

718 mars. — Muiron n'est que médiocrement fâché de l'échec de Victor Considerant au collège de Montbéliard ; M. Hartmann, député de Colmar28, est décidé à donner sa démission en faveur de Considerant qui ne peut manquer alors d'être élu à une immense majorité. L'apparition de notre jeune compatriote à la Chambre fera suivant Muiron un effet prodigieux ; les orateurs les plus en crédit disparaîtront devant le nouvel orateur comme les étoiles devant le soleil, et Jouffroy cessera d'être le premier député de Franche-Comté.

  • 29 Peut-être Edouard Dunod de Charnage (1783-1826), auteur de plusieurs ouvrages historiques, en part (...)

729 mars. — Pérennès vient d'être chargé par un de nos libraires de continuer l'histoire de France par Dunod29 à commencer par le règne de Louis XIV. C'est une entreprise sérieuse et qui lui demandera plusieurs années, mais il est fort en état de la conduire à bien.

7310 mars. — L'Académie a offert aujourd'hui un modeste banquet à Jouffroy. Nous étions quatorze. Au dessert, Viancin, notre providence, a improvisé de fort jolis couplets à l'honneur de notre illustre convive qui s'est montré fort touché des témoignages d'estime et d'affection dont nous cherchions à l'entourer. Curasson a débité des historiettes dont le sel est en grande partie dans la manière dont il les raconte, et, ce qui m'a fait grand plaisir, Jouffroy l'a fort goûté. Avec son sens exquis, il a deviné sous l'enveloppe un peu commune de Curasson un homme de sens et d'esprit et le lui a dit franchement. Dans le colloque à mi-voix, je suis revenu sur mon idée de faire donner à Curasson le titre de correspondant de l'Académie des Sciences morales, dont il est plus digne que beaucoup de ceux qui le portent, et Jouffroy m'a promis de faire toutes les démarches nécessaires pour le succès d'une chose à laquelle j'attache un grand intérêt.

  • 30 Claude-Ferdinand Bobillier (Les Gras 1763-Vesoul 1839), prêtre défroqué en 1796 et devenu alors pr (...)
  • 31 Nicolas-Sébastien Roch, dit de Chamfort (1741-1794), écrivain, élu en 1781 à l'Académie française, (...)

7411 mars. — On a reçu la triste nouvelle de la mort de M. Ferdinand Bobillier30, arrivée à Vesoul le 7 courant. C'était un homme de beaucoup d'esprit et d'un sens droit. Il aurait été très capable de composer des ouvrages estimables mais il a jugé comme Chamfort31 que le public ne valait pas la peine que l'on s'occupât de lui. Outre quelques brochures de circonstance auxquelles il n'a pas mis son nom, il n'a publié que des Eléments d'arithmétique lorsqu'il était professeur à l’Ecole centrale du département de la Haute-Saône.

7512 mars. — Quoique les élections soient terminées, nos jeunes gens continuent à faire des caricatures. Celle que l'on a vue aujourd'hui dans le Café Normand représente un nid où l'on voit quatre petits ; au-dessus voltige le père auquel le dessinateur a donné la figure très ressemblante du président Monnot ; de sa bouche sort une légende portant ces mots : « Qui veut ma place ? » et les quatre petits répondent ; « C'est moi, Papa. » Il y a de quoi désoler ce pauvre Monnot qui, j'en suis sûr, en se mettant sur les rangs pour la députation, n'a fait que céder aux instances réitérées du préfet et du recteur.

7613 mars. — Le feuille bibliographique de Techener, que j'ai reçue ce matin, contient un article de Guichard sur la date de l'imprimerie, tiré d'un ouvrage français du xve siècle, et un rapport de Nodier à l'Académie française sur les diverses acceptions du mot <à bout>. L'article de Guichard, plein de recherches et rédigé dans un style très convenable, est le premier morceau imprimé de ce jeune bibliographe qui promet de marcher sur les traces de notre P. Laire pour l’étude spéciale des incunables.

7714 mars. — Le marquis de Saint-Mauris, pair de France de la création de Charles X annulée après la Révolution de 1830, correspondant de notre Académie, auteur de la généalogie de sa maison et de quelques ouvrages héraldiques, est mort dans son château de Colombier, près de Vesoul, âgé d’environ 80 ans.

  • 32 François-Joseph-Victor Broussais (Saint-Malo 1772-Vitry 1838). Médecin militaire, professeur au Va (...)

7815 mars. — Le docteur Lélut (de Gy) est un des candidats présentés pour remplacer le médecin Broussais à l'Institut32.

  • 33 Achille-François-Léonor de Jouffroy d'Abbans (Ecully-lès-Lyon 1785-1859), fds de l'inventeur de la (...)

7916 mars. — Dusillet, de retour de Paris, travaille avec Achille de Jouffroy33 à un opéra de Faust, qu'il destine à l'Académie royale de musique. On ne m'a pas fait connaître le musicien dont il a fait choix pour cet ouvrage.

8017 mars. — Nous avons fêté l'anniversaire de la naissance de Lancrenon par un modeste banquet qu’ont prolongé quelques bouteilles de vin de Champagne et qui s'est terminé par quelques couplets fort jolis de Viancin.

8118 mars. — Le musée vient de faire l'acquisition d'un joli tableau représentant une chasse aux canards ; il a été payé 400 fr. et tous les membres de la commission ont trouvé ce prix fort au-dessous de la valeur de ce gracieux tableau.

8219 mars. — Clésinger, condamné par décision du Conseil municipal à démolir la façade de sa maison sur la rue neuve Baron, pour ne s'être pas conformé à l'alignement qui lui avait été tracé par le voyer de la ville, a fait paraître il y a quelques semaines un factum dans lequel il inculpe l'architecte actuel, Delacroix. Celui-ci lui a répondu en peu de mots, mais vertement. Aujourd'hui, Clésinger réplique, et selon toute apparence, Delacroix, qu'il accuse de ne s'être pas conformé lui-même à l'alignement tracé, ne tardera pas à faire paraître une nouvelle réponse. Cette petite guerre de plume, à laquelle le public ne prend qu'un médiocre intérêt à raison de la gravité des circonstances, ne peut cependant pas manquer d'avoir des suites fâcheuses pour l'architecte et pour Clésinger lui-même. Car il est impossible que les tribunaux n'en prennent pas connaissance.

8320 mars. — Béchet a reçu de Jouffroy une lettre sur la situation actuelle qui n'est rien moins que rassurante. Cette lettre qui bientôt a été connue et commentée, a produit une sensation d’autant plus vive que le caractère connu de Jouffroy ne permet pas de penser qu'il s'alarme légèrement ou mal à propos.

  • 34 Charles-Nicolas Huart (Epernay 1791-Besançon 1866), était allié par son mariage à la famille Margu (...)

8421 mars. — Répécaud, le fils de l'ancien inspecteur de l'Académie, est nommé proviseur provisoire du collège de Besançon en remplacement de M. Huart34, nommé recteur de l’île de Corse, mais qui n'est pas encore parti pour sa destination.

  • 35 Jean Boyvin (Dole 1575-1650), avocat général, conseiller puis président du parlement est l'auteur (...)

8522 mars. — Guénard s'occupe de la réimpression de la Relation du miracle de Faverney par le président Boyvin35. Son édition in 8° ne sera tirée qu'à 300 exemplaires en gr. pap. et trois exemplaires sur papier couché. La préface est du comte Louis de Vaulchier.

  • 36 Antoine, duc de Lorraine et de Bar (1489-1544).

8623 mars. — Les héritiers de M. Huguet ont le projet d'envoyer son médaillier à Paris où ils espèrent en tirer meilleur parti que s'ils le mettaient en vente à Besançon. M. de Poinctes vient d'en rédiger le catalogue. Il y a trouvé quelques pièces rares, un Carolus en or du cardinal de Bourbon, dont les ligueurs avaient fait Charles X, des monnaies en or et en argent de Besançon très bien conservées, des pièces d'argent d'Antoine de Lorraine36, etc...

  • 37 L'abbé Vieille.
  • 38 La chapelle bâtie au xviiie siècle près de la Grange-Martin, sous le vocable de Saint-Claude, dépe (...)

8724 mars. — Le tableau de saint Claude ressuscitant un enfant à la prière de sa mère, qui avait disparu il y a quelques années de la Madeleine, au grand regret des amateurs, vient d'être retrouvé dans une espèce de bouge où le curé37 dépose les décorations inutiles. Il est en ce moment dans l'atelier de madame Gloriot, qui en fait une copie pour la succursale créée récemment sous le patronage du saint évêque38. Puisque ce tableau n'a point de valeur pour le curé, ce serait je pense le cas de le réclamer pour notre futur musée dont il serait un des ornements. Il faut appeler là-dessus l'attention de Lancrenon et des membres de la commission des beaux-arts.

  • 39 Il fera carrière dans la diplomatie, en poste successivement à Saint-Petersbourg, Dresde, Constant (...)
  • 40 Rachel avait débuté en juin 1838, au Théâtre français dans le rôle de Camille, d'Horace, une carri (...)

8825 mars. — Le jeune de Lallemand, qui termine ses études à Paris39, vient d'adresser des vers à la jeune tragédienne Rachel40, après lui avoir vu jouer le rôle d'Emilie dans Cinna. Dans cette pièce vraiment remarquable pour un si jeune homme, après lui avoir rappelé qu'exprimer et sentir c'est là tout le génie, il l'invite à se défier des séductions de toute espèce dont elle est entourée, il lui dit :

« Chaque flot qui te porte est prêt à t'engloutir. »

89Ce vers me semble vraiment beau.

  • 41 Pierre-Paul de Riquet (Béziers 1604-Toulouse 1680), ingénieur, constructeur du canal du Midi.

9026 mars.Ode sur l'inauguration de la statue de Riquet de Bonrepos41, créateur du canal de jonction des Deux mers, avec des notes (par M. Monnier, du Jura), in 8°, impr. de Lagarrigue à Toulouse.

9127 mars. — L'Impartial nous apprend que Victor Considerant a été reçu en audience particulière par le duc d'Orléans et que S.A.R. l'a entretenu fort longtemps de ses ouvrages d'économie politique. Si le fait est vrai, comme on ne peut guère en douter, il prouve que S.A.R. a beaucoup de temps à perdre. Un des derniers écrits de Victor Considerant a eu l'honneur d'une deuxième édition : c'est La paix ou la guerre, à la France et au corps électoral, in 8°, imprim. de Duverger à Paris.

9228 mars. Amour et Folie, tel est le titre d'un vaudeville qui a eu deux représentations sur notre théâtre. Belamy, qui en a rendu compte dans le feuilleton de L'Impartial, reconnaît la supériorité sur toutes les productions du cru de cette œuvre dont l'auteur a refusé de livrer son nom au public empressé de l'encourager par ses applaudissements.

  • 42 Charles-Edouard de Beaumont (Lannion 1812-Paris 1888), peintre, aquarelliste et lithographe, fils (...)
  • 43 Denis-François-Xavier Bourges (1797-1869), peintre, élève de M.de Valdahon.
  • 44 Odette de Champdivers, maîtresse de Charles VI (1368-1422), dite la Petite Reine. Elle soignait le (...)

9329 mars. — Jules Baron m'a envoyé le Livret de l'exposition des objets d'art. La Franche-Comté y figure ce me semble d'une manière honorable ; on y compte pas moins de huit peintres et un sculpteur : Edouard Baille y a fourni trois portraits dont deux pastels que l'on dit très beaux ; Edouard Beaumont42 qui habite le palais de Versailles, le fils ou le neveu du statuaire que j'ai connu dans ma jeunesse, une Vue prise des environs de Sentis ; Xavier Bourges43, de Dole, trois tableaux Nature morte ; Th. Bruand, une Vue des environs de Besançon prise de la nouvelle route de Quingey ; Francis Conscience, Un tombereau ; Gigoux, Le Christ au Jardin des oliviers, beau, et que Jouffroy doit demander pour une de nos églises, La Madeleine, commandée par le ministre de la Maison du roi, Héloïse recevant Abélard au Paraclet, tableau de petite dimension, et le Portrait en pied du général Donzelot, que la ville devrait demander pour le placer dans une de ses salles ; le vieux marquis de Valdahon, La Question embarrassante, et son fils, le vicomte Jules, Une chaumière du Nivernais. En tout, quinze tableaux de différentes dimensions. Huguenin a présenté un joli groupe en marbre de Charles VI secouru par Odette de Champdivers44, un buste en marbre d'une dame et une statuette en plâtre.

9430 mars. — Xavier Marmier m'écrit que si l'on obtenait la création d'une chaire de littérature étrangère à la Faculté des lettres de Besançon, il tiendrait à grand honneur de venir la remplir ; il me mande en même temps que M. de Montalembert est porté de la meilleure volonté pour notre province et qu'il se réunira, si on le lui demande, aux députés du Conseil municipal pour solliciter toutes les améliorations dont on sent la nécessité dans l'enseignement supérieur.

9531 mars. — Discours d'Isocrate à Démonique, texte grec avec analyse par A. Mottet, élève de l’ancienne Ecole normale, Paris, impr. de Delalain, in-12.

Avril 1839

  • 45 Auguste Mignet (1796-1884), historien romantique ; fit paraître, de 1836 à 1844 quatre volumes con (...)
  • 46 Le rapport de Pérennès dans la séance publique de l'Académie du 28 janvier 1840 cite ce travail, q (...)

961er avril. — Désiré Monnier m'a envoyé son ouvrage sur le condottiere Lacuzon pour le faire imprimer dans le second volume des Documents. Quand je le lui ai demandé, je croyais qu'il avait découvert des pièces originales et authentiques sur la vie de ce célèbre partisan et qu'il se proposait de les publier en les réunissant par un récit historique à peu près comme M. Mignet45 a publié les lettres de Louis XIV relatives à la succession d'Espagne. Mais il n'en est pas ainsi. Désiré n'a fait ni plus ni moins qu'un ouvrage sur un à propos de Lacuzon, divisé par chapitres. Je n'ai encore lu que les trois premiers. Dans l'un il traite de l'origine des rivalités des nations voisines ; dans un autre, il examine pourquoi les historiens de la province n'ont parlé que superficiellement de Lacuzon, et il croit en trouver la cause dans le mépris que les nobles historiens ont toujours eu pour les illustrations roturières ; et dans le troisième, en cherchant à déterminer le lieu de naissance de son héros, il se livre à son goût incurable pour les étymologies. Ainsi le livre de Monnier ne me convient pas et me voilà fort embarrassé pour le lui dire46.

  • 47 L'hôtel Chifflet est celui dont le jardin, depuis la Rue des Granges, longeait l'ancienne rue Chif (...)

972 avril. — L'hôtel sur lequel le dernier président Chifflet avait établi le majorat de sa baronnie vient d’être mis en vente par son fils. N'ayant pu trouver un acquéreur pour la totalité, il a pris, à l'instar de la fameuse bande noire, le parti de le vendre par lots47. Un de ces lots a été acheté par l'imprimeur Chalandre pour la somme de 160 000 fs.

983 avril. — Les scènes tumultueuses qui ont eu lieu ces jours derniers à la Comédie ont déterminé la mairie à faire réimprimer et afficher les règlements sur la police des spectacles.

994 avril. — Le jeune Gouniot m'a envoyé deux nouvelles pièces de sa composition, une élégie et une épître. Il y a des choses vraies et bien senties dans l'élégie dont le sujet est aussi ancien que le monde puisqu'il s'agit d'un désespoir amoureux. Mais l'épître est très inférieure sous le rapport du style et même par celui du sujet mal compris et mal expliqué. Tout cela n’empêche pas que le jeune auteur ait du talent, et l'on doit regretter qu'abandonné à lui-même il n’ait jamais eu des maîtres pour le guider ou des amis pour lui donner de sévères conseils.

1005 avril. — Viancin s'est avisé de faire imprimer dans la Revue des Deux Bourgognes la chanson qu'il a faite pour le dernier anniversaire de ma naissance et que par allusion à la fève que j'avais eue quelques jours auparavant, il a intitulée « Le Roi des Bibliothécaires ». Lorsque je la lui ai entendu chanter, elle m'a paru un peu longue, comme je crois en avoir déjà fait la remarque, et je lui dis : « Mon ami, vous avez voulu faire d'avance mon panégyrique ou mon oraison funèbre à l'Académie. » Je n'aime pas la louange et je ne crois pas avoir jamais été flatté, depuis que je suis sorti du collège, des éloges qui m'ont été donnés par les personnes bienveillantes que j'ai rencontrées de temps en temps sur mon chemin. Ainsi je n'ai pas lu, et il est probable que je ne lirai jamais la chanson de Viancin, mais on m'en parlera et cela me fait de la peine. Cet après-midi, le professeur Bourgon est venu le premier m'en faire compliment. Comme en pareil cas il faut ne rien dire ou dire nettement ce que l'on pense, je lui ai dit : « Si Viancin m'avait consulté, il n'aurait pas fait imprimer une chanson faite pour quelques amis et qui n'aurait jamais dû sortir du cercle très restreint pour lequel elle avait été composée. D'ailleurs, je la trouve trop longue. — Vous avez raison, m'a répondu le professeur, il y a quelques couplets qu'il faudrait en retrancher. » Si je lui avais demandé lesquels, je crois qu'il aurait été très embarrassé pour me répondre. Mais je n'avais pas envie de laisser la conversation sur ce terrain, et j'ai été tout heureux de pouvoir la déplacer.

1016 avril. L'Impartial, qui s'est fait depuis quelque temps, au grand déplaisir de ses abonnés, le propagateur des doctrines utopiques de Fourier, annonce que ses amis se réuniront demain 7 pour célébrer par un banquet l'anniversaire de la naissance de l’inventeur de la véritable doctrine sociale, et que ceux qui voudront y prendre part pourront se faire inscrire au bureau du journal jusqu'à 6 heures du soir. Nous aurons probablement dans quelques jours des nouvelles de cette petite fête gastronomique. Je serais bien trompé si les convives étaient nombreux.

1027 avril. — Tissot, le professeur de philosophie à la Faculté de Dijon, était ici aujourd'hui. Je ne l'avais pas vu depuis bien des années. C'est toujours le même excellent homme, tel que je l'ai connu. Il a mille ouvrages sur le métier : il poursuit la traduction de Kant ; il revoit son travail sur Aristote, mais il n'a pas le projet de rien publier cette année.

  • 48 Aucun recueil de prose et vers ne figure sous ce titre dans la liste des ouvrages imprimés de Bard (...)

1038 avril. — Aujourd'hui, j'ai eu la visite de Joseph Bard, de la Côte-d'Or ; il est depuis peu de temps revenu de l'Italie et il se dispose à y retourner très promptement. Le ciel, les eaux, les paysages, les hommes, les monuments anciens et modernes, tout l'enchante, tout le ravit dans ce nouveau paradis terrestre, et s'il n'était pas bourguignon, il voudrait être italien. Il va sans dire qu'il nous donnera bientôt quelque ouvrage sur l'Italie, mais il a maintenant sous frappe à Lyon, la ville de son cœur, un recueil de mélanges, prose et vers, qu’il veut intituler Inania48. Nous lui avons donné à dîner modestement chez Marchand, Pérennès, Viancin, Perron et moi-même. Le dîner a été fort gai. Joseph Bard nous a beaucoup parlé du grand poète Lamartine et ce qu'il nous en a dit est vraiment caractéristique. Le grand poète ne fait des vers qu'au mois d'octobre, le matin pendant des heures, en se promenant dans son parc ou à cheval ; le reste de la journée, il reçoit de nombreuses visites des maires du voisinage et des curieux qui se donnent rendez-vous à son château. Il ne parle à table que de ses meutes et de ses chevaux, et jamais Bard, qu'il avait invité d'une manière toute spéciale, n'a pu amener avec lui la conversation sur la littérature. Nous nous sommes quittés à près de minuit. Je gage que les dîners chez M. de Lamartine sont moins longs.

1049 avril. — M. de Magnoncour, que ses affaires avaient retenu plus tard que ses collègues, est parti hier pour Paris ; ainsi voilà notre députation au grand complet. Il arrivera, je pense, à temps pour participer à la nomination du président, qui doit décider de la formation du ministère et par conséquent faire cesser l'état de crise qui se prolonge depuis six semaines au grand préjudice du commerce et de toutes les branches d’industrie.

10510 avril. — Le Conseil municipal vient d'être autorisé à faire l'acquisition de différentes maisons de la rue du Perron, de la rue des Granges et de la rue de la Bouteille pour l'élargissement de ces rues. Le froid n'a pas encore permis de reprendre les travaux avec une grande activité, mais tout fait présumer que dans cette campagne la rue Baron sera terminée entièrement et que d'autres améliorations seront poussées vivement.

10611 avril. — Il est question depuis quelques mois de remplacer le portail actuel de Saint-Jean par un portail plus en harmonie avec le style de cette ancienne basilique, et de changer le clocher très lourd et très massif en une flèche légère. On dit que l'archevêque a obtenu pour ces améliorations une somme de 200 000 francs. Bard, à qui l'on parlait de ce projet, ne l'a point approuvé ; il a même promis d'en faire sentir l'absurdité dans un article qu'il fera insérer dans le journal intitulé L'Art en province, dont il est un des fondateurs.

10712 avril. — Notre préfet vient d'obtenir un congé pour se rendre dans sa famille ; il en profitera pour aller à Paris où il doit se trouver à la fin du mois. Je crains bien que son projet ne soit de demander son changement.

  • 49 Charles-Augustin Dusillet (Dole 1792-Auxon-Dessous 1863), fils du maire de Dole, appartint au cabi (...)

10813 avril. — Dusillet a terminé son opéra de Faust qui ne lui a pas coûté plus de six semaines, et il en a dans ce moment un autre sur le métier. C'est une chose admirable qu'à son âge il ait conservé tant de facilité. Son fils49, qui revient de Dole où il l'a laissé tout occupé de sa nouvelle œuvre, n'a pas pu m'en dire le sujet.

  • 50 Il s'agit de la rue de la Préfecture, et non de factuelle impasse Granvelle ; un dessin de Coindre (...)

10914 avril. — On vient de placer dans la rue de Granvelle50 une cloison pour les travaux que doit nécessiter la pose de la grille en face des nouveaux bains.

11015 avril. — Jules Crestin poursuit son attaque contre les fouriéristes. Il s'est condamné à lire la plume à la main tous les ouvrages de Fourier et de ses disciples, et la brochure qu'il prépare ne sera qu'une suite de citations textuelles que chacun pourra vérifier. Cette brochure qui paraîtra dans quelques jours ne peut manquer d'exciter un grand scandale, et c'est là précisément ce qu'il veut.

  • 51 Léon Bretillot.

11116 avril. — Jouffroy est fort de mon avis relativement au portrait du général Donzelot. Il est persuadé que la ville l'obtiendrait pour le placer dans la salle des illustres qui devrait exister depuis longtemps, si la demande en était faite d'une manière convenable. J'en ai parlé à Léon51 qui est entré dans mes idées. Nous verrons ce que cela deviendra.

11217 avril. — L'abbé Cuinet, curé d'Amancey, que le rapport du professeur Bourgon à l'Académie ne peut manquer de rendre fameux dans toute la province, en continuant les fouilles dans les communaux de sa paroisse, y a découvert un grand nombre de médailles romaines du Haut et du Bas Empire. La plus ancienne de celles que j'ai vues est un Néron et la plus récente un Constantin. C'est donc dans l'intervalle qui sépare ces deux princes qu'ont eu lieu, dans la plaine d'Amancey, les combats oubliés par l'histoire, mais qui doivent avoir été meurtriers si l'on en juge par le grand nombre de tumuli. Le professeur Bourgon en compte plus de trois cents.

  • 52 Le récit de la procession de Salins à Notre-Dame de Gray en 1631 figure au t. II des Mémoires et d (...)

11318 avril. — Il y avait bien longtemps que je n'avais eu des nouvelles de mon pauvre abbé Robin. J'en ai reçu une lettre qui me prouve qu'il a toujours beaucoup d'amitié pour moi, mais qui ne me rassure que médiocrement sur sa tête. Il m'envoie pour le second volume des Documents le récit de la procession de Salins à la Notre-Dame de Gray, morceau dont Pérennès regrette ainsi que moi de ne pas connaître l'auteur52

  • 53 Le général Lepin avait épousé une Caron, de la famille des maîtres de forges de Fraisans.

11419 avril. — Le général Lepin est mort il y a quelques jours à Salins d'une hydropisie. C'était un homme de mérite mais qui n’a pas su se faire honneur de son immense fortune53. L'économie poussée à l’excès est le défaut habituel des savants. Je ne veux pas d'autre preuve du peu que c'est que la science, puisqu'elle n'apprend même pas à connaître le néant des richesses et de la vie. M. Lepin était correspondant de l'Académie de Besançon, à laquelle il n’a jamais fourni le moindre renseignement.

  • 54 L'abbé Pierre-Simon Blanc (né à Mondon. Doubs), auteur de plusieurs ouvrages de piété, et d'un Cou (...)

11520 avril.L'Encyclopédie du XIXème siècle est, comme tout ce qui se fait maintenant, un ouvrage de spéculation et de fabrique. De cela je n'en doute pas ; mais l'éditeur, qui serait bien aise de réaliser le plus promptement possible ses bénéfices, vient de publier comme appât aux souscripteurs la liste des principaux articles déjà mis au jour, avec les noms des auteurs. Il y a en a quatre de Franche-Comté : l'abbé Blanc54 pour la théologie, Péclet la physique, l'abbé Receveur la philosophie et Valette la jurisprudence. Il me semble que ce n'est pas mal comme ça.

11621 avril. — M. Ed. Clerc n'a pas perdu ses vacances : il a découvert en se promenant sur les bords de l'Ain un camp sarrasin parfaitement conservé. C'est la matière d'une dissertation qu'il lira prochainement à l'Académie.

11722 avril. — L'abbé Richard a fait le voyage de Dambelin pour m'apporter le manuscrit de son Histoire du canton de Pont-de-Roide qu'il se propose de faire imprimer. D'après ce que j'en ai lu, il y a des choses très curieuses dans cet ouvrage, mais le style a grand besoin d'être retouché.

11823 avril. — Histoire de la littérature au Danemark et en Suède, par Xavier Marmier, Paris, impr. de Gratiot, in 8°.

  • 55 Antoine Ponçot (Besançon 1775-1866), intendant militaire à Vesoul, membre de la Société d'agricult (...)

11924 avril. — Mon bon ami Ponçot55 est venu me surprendre très agréablement ce matin. Il arrive comme il me l'avait promis pour chercher un appartement qui convienne à sa femme, car quant à lui, je crois qu'il serait bien logé partout où il pourrait étudier tranquillement. Il a apporté sa carte des voies romaines franc-comtoises, en sorte qu'il pourra s'occuper de cette grave question avec nos antiquaires Bourgon et Clerc.

12025 avril.Souvenirs, in 8°. C'est le titre d'une pièce de vers que j'ai reçue de Lons-leSaunier et qui est signée Le Pèlerin. L'auteur, que je ne connais pas, doit être notre ami Gouniot, actuellement professeur à Lons-le-Saunier, mais je ne voudrais pas l'affirmer. Il y a dans cette pièce des prétentions à la noblesse déchue que je ne peux pas m'expliquer de la part d'un aussi grave philosophe, né bon bourgeois et voilà tout.

  • 56 Antoine-Elie Elwart (Paris 1808-1877), professeur au Conservatoire de Paris, est le compositeur de (...)

12126 avril. — -Dusillet est ici depuis hier. Il nous a lu ce soir chez Viancin son opéra de Faust ou plutôt La fille de Faust. Cette pièce qui ne lui a pas coûté plus de dix-huit jours est certainement l’une des mieux écrites que l'on aura vues depuis longtemps dans le genre lyrique. Elle est destinée au Théâtre de la Renaissance que notre ami Victor Hugo a si singulièrement inauguré avec son Ruy Blas. Son musicien, qui se nomme Elwart56 n'est guère connu que par des chants d'église. Il aura de quoi s'exercer sur le canevas que Dusillet a brodé depuis les airs les plus simples jusqu'aux morceaux les plus nobles, depuis la pastorale jusqu'à la tragédie la plus patriotique. Tout est réuni sans effort dans cette pièce dont la représentation ne durera pas plus de deux heures. Si la pièce est représentée, comme je n’en doute pas, je lui prédis un brillant succès.

12227 avril. — L'Impartial contient l'annonce de la réimpression de l'opuscule de J. Boyvin sur le miracle de l'hostie de Faverney. L’éditeur ou soi-disant tel est M. Alex. Guénard qui, ne voulant pas être sous-bibliothécaire, titre très au-dessous de son mérite, prend celui de bibliothécaire adjoint. La préface très spirituelle qu'il a mise à la tête de cette réimpression est de M. Louis de Vaulchier ; les notules lui ont été fournies par Pallu, etc, en sorte que s'il a quelque chose à revendiquer dans cette œuvre, ce ne peut être que les non-sens s'il y en a. Après la vanité toute puérile du jeune éditeur, il est impossible de trouver rien de plus plaisant que le feuilleton d'annonce ; le rédacteur en a sans doute été très satisfait puisqu’il l'a signé en toutes lettres : le professeur Bourgon.

12328 avril. — L'Académie a donné à dîner chez Migeon à Dusillet. Nous n'étions qu'un bien petit nombre mais on peut dire sans trop de vanité que c'était l'élite du sacré troupeau. Je n'ai regretté pour mon compte que Pérennès ; des affaires, des parents l'ont empêché de venir prendre part au banquet académique, mais nous avions les deux Bourgon, conseiller et professeur, Perron, Viancin et Curasson. Le dîner a été des plus gais. Au dessert, Viancin, notre providence accoutumée, s'est troussé des couplets pour Dusillet, couplets impromptus mais spirituels comme il les sait faire et qui ont produit tout l'effet désiré. La soirée s'est prolongée jusqu'à près de minuit.

  • 57 Hugues Ier (1003-1066). Archevêque de Besançon en 1031, son rôle est considérable dans l'expansion (...)

12429 avril. — Edouard Clerc a reçu du conservateur du médaillier du roi l'empreinte d'une monnaie de l'archevêque de Besançon Hugues Ier57. Cette pièce est inconnue de nos numismates ; il va la faire graver sur bois pour pouvoir la publier dans la suite de ses recherches sur l'histoire du Comté de Bourgogne.

  • 58 Alexandre-Théodore Gaillard (Paris 1796-1830), docteur ès-lettres en 1812. En 1831, il est provise (...)

12530 avril. — MM. les inspecteurs généraux sont arrivés. Cette année, ce sont MM. Augustin Cournot, de Gray, très habile mathématicien, et Théod. Gaillard58, que je ne connais pas mais qui paraît très lié avec notre Marmier dont il m'a apporté une lettre.

Mai 1839

1261er mai. — Une salve d'artillerie tirée à la Citadelle a salué la fête du roi, qui est renvoyée à dimanche prochain. L'affiche de la mairie se ressent de la mauvaise disposition des esprits, entretenue par les journaux et par l'état de crise où se trouvent les affaires commerciales.

1272 mai. — Marmier m'a envoyé pour notre cabinet par M. Gaillard un almanach lapon qui consiste en trois petites planchettes couvertes de signes et de chiffres, et le modèle d'un berceau dans lequel les lapons transportent leurs enfants par le froid le plus rigoureux sans qu'ils en soient incommodés.

1283 mai. — J'étais en veine de cadeau. Achille de Jouffroy m'a envoyé, avec un billet charmant, un bel exemplaire du magnifique ouvrage qu'il vient de publier in fol. sous le titre d’Introduction à l'histoire de France.

1294 mai. — L'Impartial d'aujourd'hui contient l'éloge de l'historien Bourgon ; le précédent contenait un article dirigé contre Pérennès. Ce rapprochement est au moins singulier, je pense qu'il est l’effet du hasard. Pérennès croit y voir la griffe de son malin collègue et si l'on s'en rapportait aux apparences, il pourrait bien avoir raison.

1305 mai. — Fête du roi. Un orage qui a duré presque tout l'après-midi a dû contrarier la revue. Malgré le mauvais temps, le feu d'artifice a été tiré sur les Prés de Vaux. Les édifices publics ont été illuminés. D'ailleurs il est impossible de rien imaginer de plus froid que cette fête. Le nombre des mécontents s'augmente et celui des indifférents est loin de diminuer.

1316 mai. — Notre Proudhon a obtenu l’accessit du prix fondé par Volney pour le meilleur mémoire sur les langues, manuscrit ou imprimé, pendant l'année, mais par une inconcevable bizarrerie, il s'est désigné dans le billet joint à son ouvrage, imprimeur à Marseille. C'est, dit Pérennès, modestie de sa part. Soit, mais on conviendra que cette modestie est singulièrement placée.

1327 mai. — Bousson de Mairet me mande qu'il vient de vendre à un libraire de Lons-le-Saunier un abrégé de son Cours de littérature, qui doit être mis immédiatement sous presse, et me prie de bien vouloir lui en corriger les épreuves.

1338 mai. — Les belles mosaïques de Membrey que nous avons été visiter au mois de novembre dernier ont été dégradées pendant l'hiver, moins par la saison que par une cupide malveillance. On dit que M. Mérimée doit venir les voir prochainement, afin de décider le parti que l'on doit prendre pour en assurer la conservation.

  • 59 La démonstration eut lieu sur un garçon de 16 ans qui souffrait d'une arthro-synovite à la suite d (...)

1349 mai. — M.Louvrier, médecin à Pontarlier, vient d'inventer une machine pour redresser les membres ankylosés. Il en a fait ces jours derniers l'expérience à l'hôpital de Besançon, en présence de la plupart des professeurs de l'Ecole de médecine, et, comme il l'avait annoncé, le membre a été redressé. Il reste maintenant à savoir si le malade pourra marcher aussi facilement qu'il le faisait avant son accident, c'est ce que la suite apprendra59

  • 60 C'est sous ce titre, Le Progrès, que cet hebdomadaire illustré paraîtra d'août 1839 au 30 juillet (...)
  • 61 Weiss s'est longuement étendu (du 20 mars au 4 avril 1838) sur ce drame qui fut représenté au théâ (...)

13510 mai. — Il s'agit depuis quelques mois d'établir un journal hebdomadaire pour contrôler celui de la préfecture qui de temps en temps est par trop niais. Le journal, qui prendrait le titre d'Opposition, serait rédigé par les jeunes gens du pays qui n'ont ni regrets ni désirs, mais qui par leur âge et leur inexpérience appartiennent à ce que l'on est convenu de nommer le progrès60. Les fondateurs se sont assurés de la coopération de quelques artistes de la province qui jouissent d'une certaine réputation à Paris, pour avoir des dessins ou des gravures. Il y a grande apparence que ce journal, dans des mains habiles, aurait du succès, mais, malheureusement, ceux qui se présentent comme gérants sont Bidal le grrand serpent [sic] et son cousin Bouvier, son complice dans je ne sais plus quel drame mort-né61 dont il a été question dans cette feuille.

  • 62 Renaud, ancien magistrat.

13611 mai. — Béchet vient d'être nommé par le canton de Quingey membre du Conseil général en remplacement de son beau-père62. Sur trente votants, il a eu vingt-neuf voix. S’il s'était donné la sienne, il aurait eu l'unanimité. Je disais ce soir au conseiller Bourgon : « Notre ami Béchet doit être bien content, car il est flatteur d'être nommé de cette manière. — Et bien moi, m'a répondu le vieux parlementaire, je serais bien fâché de l'être ainsi : pour un homme qui a du cœur, il y a des suffrages qu'il est honteux d'obtenir. Celui qui les réunit tous est à coup sûr un homme sans caractère qui ménage les méchants et ne sait pas dans l'occasion prendre le parti convenable pour peu qu'il craigne de déplaire ou de se faire des ennemis. »

13712 mai. — De Bernard publie dans le Journal des débats un roman intitulé Les ailes d'Icare, que le recteur Ordinaire a trouvé si remarquable qu'il en recueille tous les lambeaux pour se procurer le plaisir de les relire de suite. « Ce jeune homme, me disait-il aujourd'hui, s'est fait un style à lui, mélange heureux du classique et de ce qu'il y a de bon dans le romantisme, et je me suis familiarisé [avec] sa manière au point qu'en lisant les premières lignes d'un feuilleton, je devine s'il en est l'auteur. »

  • 63 Le Musée des Familles, recueil littéraire (1833-1900), dont l'un des fondateurs fut E.de Girardin, (...)
  • 64 Lamoral, comte d'Egmont, prince de Gavre (1522-1568), un des meilleurs capitaines de Charles Quint (...)
  • 65 Guillaume Ier de Nassau, prince d'Orange (1533-1584), d'abord bien en cour auprès de Philippe II, (...)

13813 mai. — Le Musée des Familles63 contient une belle lettre de Rubens dans laquelle il venge le cardinal de Granvelle des reproches que lui ont adressés les protestants au sujet de la mort d'Egmont64 et des autres excès commis dans les Pays-Bas soulevés par le prince d'Orange65. Véritable prêtre, dit Rubens, il ne sait que pardonner et bénir ses ennemis. C'est là l'idée, mais elle est beaucoup mieux exprimée.

13914 mai. — Le nouveau proviseur du collège royal, M. Répécaud, a été installé aujourd'hui, à l'issue des classes, en présence des élèves et du conseil académique. M. l'inspecteur Clairin, faisant la fonction de recteur, a prononcé un discours dans lequel il a engagé les élèves à rester jeunes le plus longtemps possible. Ce conseil est tout à fait de saison à une époque où les enfants, déjà vieux à quinze ans, n'attendent pas même ce temps-là pour se croire des personnages.

  • 66 Hubert-Joseph Lyautey, un des trois frères vivants à cette époque ; né en 1789, il a été nommé col (...)

14015 mai. — Le 6ème régiment d’artillerie, venant de Lyon, est arrivé aujourd'hui pour tenir garnison ; il remplace le régiment dont le colonel Lyautey66 est commandant.

14116 mai. — Le Conseil municipal s'occupe de fixer le chemin que suivra la route royale dans la traversée de la ville. C'est ce qu'on peut regarder comme du temps perdu, car le plan qui lui est soumis et dont l'exécution est remise à un siècle n'engagera certainement pas ceux qui vivront alors. Mais il néglige tout ce qui tient à l'instruction, au développement du goût des lettres et des sciences. Le collège ne se répare pas ; rien ne se fait pour l'agrandissement de l'Ecole de médecine et le rétablissement de la Faculté des sciences est oublié.

  • 67 Marie de Saint-Juan (1822-1890).

14217 mai. — En nous promenant ce soir dans les jardins de Salans, Marie67 m'a récité deux pièces de vers charmantes qu'elle a faites récemment. Il est impossible de rien imaginer de plus gracieux et de plus frais que la peinture qu'elle fait de ces mêmes jardins où nous nous promenions. Je voulais faire quelques vers sur le même sujet, mais il faut y renoncer.

14318 mai. — L'élargissement du pont de Battant vient d'être adjugé pour la somme de 42 000 fr. Les travaux doivent être exécutés dans l'année, ainsi l'entrepreneur n'a pas de temps à perdre pour faire préparer les matériaux.

14419 mai. — J'ai reçu une lettre de Marmier qui m'envoie son livre pour la Bibliothèque ; il va retourner dans le nord où il restera jusqu'à la fin de l'hiver. Ainsi le voyage qu'il projetait en Franche-Comté se trouve retardé d'au moins un an. Il ne croit pas que le manuscrit de Devoisin puisse, dans la forme qu'il a maintenant, trouver un acheteur ; je m'en doutais d'après le jugement qu'en avait porté Pérennès, mais j’espérais encore. C'est fini.

  • 68 Alexandre Mazas (Castres 1791-Paris 1856), littérateur qui avait commencé une carrière militaire s (...)

14520 mai. — M. Mazas, ancien bibliothécaire de l'Arsenal68 auteur de quelques ouvrages historiques peu connus, se trouve de passage à Besançon où il se propose de rester une semaine. J'ai reçu sa première visite aujourd'hui. Il est fort recommandé aux carlistes du pays et j'ai peur que ce ne soit pas son mérite seul qui lui vaille les prévenances dont il est l'objet.

14621 mai. — Maire vient d'exécuter le modèle d'une médaille pour les comices agricoles qui m'a paru de fort bon goût. Elle représente une tête de Cérès couronnée d'épis, d'après l'antique.

14722 mai. — Cours théorique et pratique de grammaire française, par Cl.-Jos. Chevassu, 1er vol., grammaire, in 12, imprimerie de Courbet à Lons-le-Saunier.

  • 69 L'hôtel aujourd'hui appelé de Clermont (Grande-Rue) fut construit en 1739 pour le conseiller Pourc (...)

14823 mai. — J'ai dîné chez Mme de Clermont69 avec M. Mazas ; j'y ai trouvé de la politesse, de l'étiquette, des formes aristocratiques, mais point de laisser-aller, de cordialité. Mme de Clermont passe pour avoir l'esprit élevé, des manières nobles, une grande générosité de cœur. Il n'y a pas là un mot de vrai. C'est une femme bienveillante, d’esprit commun et prétentieux ; elle a l'économie d'une bourgeoise. M. de Clermont s'efface tellement qu'il est impossible d'émettre une opinion sur son caractère sans craindre de se tromper. Mlles de Clermont sont charmantes. M. Mazas a fait les frais de la conversation à lui seul avec un aplomb imperturbable ; il a la voix criarde, parle haut et tranche sur toutes les questions d’une manière qui prouve, ou du moins semble prouver, peu d'habitude de la haute société. Si je puis éviter de semblables réunions, je n'y manquerai pas.

14924 mai. — Notre compatriote Péclet vient de présenter à l'Académie des sciences un instrument de son invention qu'il nomme un manomètre (Journal des débats du 22).

15025 mai. — J'ai reçu une lettre de Pauthier qui m'annonce que le général Donzelot est prêt à envoyer son portrait en pied à la ville, si le Conseil municipal lui en fait la demande. Et bien on craint maintenant que le Conseil ne croie déroger à sa dignité s'il prenait l'initiative dans cette circonstance. Mais morbleu, c'est moi qui l'ai prise, et le conseil informé des sentiments du général peut se borner à le remercier. Si jamais un de nos descendants vient à lire mes pattes de mouches, il sera peut-être bien étonné de la dignité d'un conseil municipal élu par le peuple en 1829.

15126 mai. — M. le préfet est de retour de son voyage dans le Berry. Arrivé ce matin à dix heures, il a repris immédiatement ses fonctions. C'est très bien, mais il était inutile de le faire imprimer dans L'Impartial.

15227 mai. — Etudes sur les historiens du Lyonnais, par F.-Z. Collombet, 1ère série, in 8°, imprimerie de Boitel à Lyon.

15328 mai. — Perron a imaginé un moyen simple et certain d'avoir un vocabulaire complet de tous les anciens dialectes de la Franche-Comté. Ce serait de faire imprimer la nomenclature de tous le mot usuel et d'en adresser des exemplaires à tous les maires, curés et instituteurs de chaque commune, en les invitant à faire suivre le mot français de son équivalent dans le patois du village. Il doit en faire la proposition dans une des premières séances de l'Académie et je ne doute pas que si elle est accueillie, nous n'en obtenions des résultats plus facilement que de toute autre manière.

  • 70 Alexandre-Jakovlevitch, prince de Labanoff de Rostoff, né en Russie en 1788, fit d'abord carrière (...)

15429 mai. — M. le prince de Labanoff70 m'a adressé pour la Bibliothèque le catalogue de ses cartes géographiques et quelques-unes de ses publications historiques. Le prince m'a fait l'honneur de m'annoncer qu’il part le 1er juin pour l'Allemagne et qu'il compte rentrer en France par Besançon où il sera dans le courant d'octobre.

15530 mai. — Il y a eu séance à l'Académie ; je m'étais bien promis d'y assister, mais un orage épouvantable qui a éclaté vers les deux heures et s'est prolongé jusqu'à cinq m'a retenu prisonnier de ma chambre. M. le baron de Gingins a été nommé membre honoraire en attendant une vacance dans la classe des associés étrangers. C'était un hommage dû à l'auteur de savants mémoires sur l'histoire du comté de Bourgogne, à l'apologiste de notre dernier souverain Charles le Téméraire ou le Hardi. Un nouveau mémoire de M. le professeur Bourgon sur de récentes découvertes à Amancey a rempli la séance.

15631 mai. — M. Mazas m'a forcé de l'inviter à dîner aujourd’hui chez Migon. Les genevois [ ?] sont des gens bien rasés ; la manière dont il s'y est pris pour arriver à son but ne pourrait être expliquée qu'avec quelques détails et cela n'en vaut pas la peine, mais il est lui-même un excellent sujet d'étude. Officier d'état-major à la Restauration, rédacteur de La Quotidienne, puis employé à la Bibliothèque de l'Arsenal et instituteur du duc de Bordeaux qu’il est allé voir à Goritz, il habite maintenant à Lyon où il vient de donner un deuxième (volume) de ses grands capitaines français. Son voyage a pour but apparent de placer cet ouvrage dont les royalistes devraient lui disputer les exemplaires. Depuis qu'il est ici, il a vu tout ce que la ville renferme de gens connus dans la contre-révolution, et cependant il parle hautement, pour moi s'entend, contre la noblesse et prédit une transformation sociale qu'il appelle de tous ses vœux. Il reproche aux nobles leur bêtise, leur haine, leur ignorance complète de la situation du pays. Il en cite des traits à faire reculer. Il me disait tout à l'heure qu'un excellent ouvrage à faire serait un traité de la noblesse dans lequel on examinerait sa conduite depuis cinquante ans, ses fautes depuis la Révolution de 1830, et dans lequel on lui dirait ce qu'elle doit faire pour se sauver avec le pays, s'il en est encore temps.

Juin 1839

1571er juin. — Dîner avec Pérennès et M. Mazas au Pré aux Clercs. Je compte mes journées par mes dîners. Celui-ci a été tout politique, mais nous étions tous si modérés qu'il n'y a pas eu la moindre parole irritante. Les faits sont pour nous accomplis. Ce qui nous inquiète, ce n'est pas le mot ; je veux dire ce qui nous occupe, c'est l'avenir, et nous ne sommes ni l'un ni l'autre en position de le deviner et moins encore de le diriger. M. Mazas, qui connaît toute la France qu'il a parcourue plus d'une fois dans tous les sens, nous dit que notre province est celle où il a trouvé le plus d'ordre et par conséquent le plus d'éléments de prospérité. Cela peut être, et je le souhaite de tout mon cœur.

1582 juin. — Malgré l'incertitude du temps, la procession générale a eu lieu. L'archevêque portait le Saint Sacrement ; le dais était suivi d'une quinzaine de conseillers de la Cour royale, mais aucune autorité civile ou militaire n'assistait à la cérémonie. Dans l'après-midi, un orage n'a pas permis de faire les processions des paroisses.

1593 juin. — Histoire civile et religieuse des lettres latines au quatrième et au cinquième siècle, par F.-Z. Collombet, in-8, imprimerie de Périsse à Lyon.

1604 juin. — Notre ex-proviseur, M. Huart, part demain pour la Corse où il est nommé recteur. Il est venu cet après-midi me demander mes commissions pour ce pays. Je l'ai fort engagé à nous envoyer une collection d'échantillons de pierres et de mines, et à ne pas négliger les antiquités, les médailles et les manuscrits. Son véritable but dans cette visite était de m'engager à faire des démarches pour lui faire obtenir le rectorat. Je lui ai dit que je n'avais aucune espèce de crédit et que tout ce que je pouvais, c'était de faire des vœux pour le succès de ses démarches. Il lui a cependant été facile de voir que mes vœux pour lui n'arrivaient qu'après ceux que je fais pour Pérennès.

1615 juin. — Guénard a rapporté de Paris les différents objets que Marmier envoya pour le cabinet de la ville. Ce sont des bâtons runiques, des patins lapons et une corne dont les habitants de la Laponie se servent pour boire. Je n'imagine pas du moins qu'ils puissent en faire un autre usage.

1626 juin. — Le Conseil d'Etat de Neufchâtel vient d'adresser à la commission des documents, sur sa demande, le cartulaire de la maison de Montfaucon avec l'autorisation d'en extraire tous les articles qu'elle jugera convenable et de le faire copier au besoin ; mais sous la condition expresse qu'il ne sortira pas de la Bibliothèque.

1637 juin. — Le professeur Bourgon m'a dit qu'il avait reçu d'un libraire des propositions pour le charger d'une édition de l'Histoire ancienne et de l'Histoire romaine de Rollin, mise au niveau des nouvelles découvertes. Ce travail lui coûterait d'après ses calculs deux ans et six heures par jour. Il m’a demandé ce qu’il pouvait exiger pour les honoraires. C'était s'adresser à l’homme le plus incapable de lui donner un conseil, mais je crois bien qu'il n'a voulu que m'apprendre qu'il était connu des libraires.

1648 juin. — J'ai reçu une lettre de Marmier qui va s'embarquer pour le Spitzberg. Il croit être de retour en septembre à Stockholm où il me dit de lui écrire à la légation française, mais il ne pense pas qu'il sera revenu à Paris avant l'hiver prochain.

  • 71 Voir au 1er avril 1839.

1659 juin. — La commission des Documents, qui ne s'était pas réunie depuis le mois de décembre, s'est assemblée aujourd'hui ; elle a décidé que le Lacuzon de Monnier ne pouvait pas être admis dans la collection, mais que ce travail très remarquable pourrait être imprimé dans le Recueil de l'Académie71 ; je me suis trouvé chargé de rendre compte de cette décision à Monnier et de proposer à l'Académie l'impression de son travail dans les Mémoires de la Compagnie, double tâche que je n'ai pas pu récuser mais qui n'en est pas moins très difficile.

16610 juin. — Sur le projet de constituer les régiments de cavalerie à quatre escadrons mobiles et un escadron de dépôt, par le général Préval, in 8°, imprimerie de Bourgogne à Paris.

16711 juin. — Dans la séance de dimanche de la Commission des Documents, j'avais fait décider que le voyage littéraire de dom Berthod dans les Pays-Bas autrichiens ferait partie du troisième volume. Ce matin, la feuille du bibliophile m'apprend que le voyage vient d'être imprimé à Gand, in 8, mais à petit nombre d'exemplaires. J'en ai demandé un qui me dispensera d'une copie et que je pourrai collationner d'ailleurs avec l'original que nous avons dans les manuscrits de dont Berthod.

16812 juin. — La mairie de Dijon vient de décider qu'une des places de cette ville prendrait le nom de place Proudhon. L'Impartial a profité de cette occasion pour faire honte à la mairie de Besançon d'avoir ôté le nom de Chifflet à la nouvelle rue qui conduit au pont des Chaprais.

16913 juin. — Le Conseil municipal a dans sa séance d'aujourd'hui décidé qu'il serait écrit par le maire au général Donzelot pour lui demander son portrait.

  • 72 Ils sont actuellement attribués à Pietro della Vecchia (1603-1678) : Trois siècles de patrimoine p (...)

17014 juin. — Lancrenon a fait l'acquisition pour le Musée de deux portraits de l'école espagnole, l'un est baptisé Vélasquez, mais on ne peut pas trop se fier à ces sortes d'inscription presque toujours placées par le vendeur pour augmenter le prix de son tableau72.

  • 73 Le père Jacques Bridaine, 1701-1767, missionnaire français, placé à la tête des missions royales i (...)

17115 juin. — M. Cresp, professeur de déclamation, a donné une séance préparatoire dans la salle des actes de la Faculté. Il a déclamé le morceau fameux du sermon de Mabillon sur le petit nombre des élus et l'improvisation non moins fameuse du P. Bridaine73 ; voilà pour la prose. Des fragments de Cinna, d'Hamlet, du Roi s'amuse, quelques fables de La Fontaine, etc. Il a du talent, sans contredit, de l'âme, de la chaleur, mais son organe est fatigué et il ne prononce pas toujours assez haut pour être entendu des auditeurs un peu éloignés.

  • 74 Max Buchon (Salins 1818–1869), a puisé son inspiration dans l'étude des mœurs comtoises ; républic (...)

17216 juin. — Essais poétiques par Max B. (Buchon)74, de Salins, vignettes par Gustave C. (Courbet), Besançon, imprimerie et librairie de Sainte-Agathe, in 18. Association de deux jeunes gens de vingt ans qui ne promet rien. Vers détestables, sans idées, sans le moindre germe de poésie. Les lithographies plus mauvaises encore s'il est possible.

  • 75 Un ouvrage similaire a été cité par Weiss dans son Journal le 29 avril 1833.

17317 juin. — Manuel de droit administratif contenant les matières de l’examen, par R. Gandillot et J.-M. Boileux, in 8° de 26 f., imprimerie de Fain à Paris75

17418 juin. — Félix Muguet est arrivé d'Italie. Il m'a rapporté des dessins des tombeaux d'innocent XI, par Monnot, à Saint-Pierre de Rome, et des statues de saint Pierre et saint Paul à Saint-Jean de Latran, et des statues de saint Claude et de saint André, de Breton, à Saint-Claude des Bourguignons. Voilà pour moi ou pour la Bibliothèque, ce qui est la même chose ; mais il rapporte pour lui un assez grand nombre de tableaux qui, sans être des premiers maîtres, ont cependant du mérite et serviront aux études de nos jeunes artistes.

17519 juin. — D'Epagny vient de publier un mémoire dans lequel il propose de former un second théâtre à l'Odéon dont il serait le directeur, s’il trouvait un assez grand nombre de comédiens qui voulussent jouer la comédie en société moyennant une part dans les recettes.

17620 juin. — L'impression des Recherches de l'abbé Richard sur la maison de Neuchâtel est commencée. J'ai déjà corrigé la première feuille, mais je me suis chargé là d'une besogne plus considérable que je ne le croyais.

17721 juin. — M. Nicod de Ronchaud, l'auteur des Premières poésies, est venu me rendre visite à la Bibliothèque. Je l'ai reçu avec tout l'empressement que mérite son beau talent. C'est un jeune homme qui ne paraît pas avoir vingt ans, les cheveux blonds, coupés en rond, les yeux doux, parlant avec une simplicité charmante. Il ne fait que passer mais il m'a promis de revenir au mois de septembre avec M. d'Eckstein ; en me quittant, il m'a remercié de la manière dont je l'avais accueilli !

17822 juin. — Hier a été faite la procession anniversaire de la surprise par les huguenots en 1575. Elle n'était pas nombreuse, et très certainement la plupart des personnes qui s’y trouvaient n'en soupçonnaient même pas l'origine.

  • 76 Pierre-Eugène Bretillot, né en 1811, jeune frère de Léon.

17923 juin. — Auguste Demesmay est maintenant en Angleterre avec le jeune Bretillot76 ; son projet est de visiter les principales villes manufacturières. C'est une idée qui devait éclore dans la tête d'Eugène Bretillot, l'un de nos futurs industriels ; mais Demesmay, le poète, cela m'étonne. Qu'apprendra-t-il donc à Birmingham ou à Manchester qui puisse s'allier avec sa tradition patriotique ?

18024 juin. — Pauthier est honorablement mentionné dans le rapport sur l’exposition des produits de l'industrie pour avoir concouru à faire graver et fondre des caractères mobiles chinois.

18125 juin. — M. Cresp a donné hier une séance payante de déclamation. Il y a répété à peu de chose près les mêmes morceaux que dans la séance préparatoire, et je n'ai pas trouvé qu'il les eût mieux dits. S'il en donnait une seconde, je ne pense pas qu'il trouverait assez d'auditeurs pour payer ses frais. Dans son intérêt, je l'engage donc à s'en tenir là. Parmi les nouveaux morceaux qu'il nous a lus, se trouvait l'Elu et le damné, de Nodier, que pour ma part j'ai fort applaudi.

  • 77 René-Charles-Hippolyte Le Prestre de Lezonnet, marquis de Châteaugiron (Rennes 1774–Nice 1848). Fu (...)

18226 juin. — M. Durand de Lançon, l’un des membres les plus distingués de la Société des bibliophiles français, est venu visiter notre Bibliothèque. Il est presque de notre province par ses goûts et par le séjour qu'il a fait à Lure où il est receveur des finances. Il avait été envoyé dans la Normandie mais, dès qu'il l'a pu, il s'est hâté de revenir prendre sa place en Franche-Comté. Nous avons beaucoup parlé de son ami, M.de Châteaugiron77. Consul à Bucarest et récemment envoyé à Tanger où il sera vraisemblablement obligé de se rendre, malgré son antipathie pour ce pays. Il est probable que je le reverrai avant son départ.

  • 78 Le Journal de la librairie qui cite l'ouvrage en avril 1839 ne donne pas le nom des auteurs : M*** (...)

18327 juin. La coalition et le siège du ministère, petit poème sur de grands hommes, histoire du temps présent. Paris, imprimerie de René, in 8°. Ce poème en 5 chants est de M. Octave Michon, né à Dole le 11 octobre 180478. Pallu, qui m'envoie ce renseignement, aurait dû compléter la biographie de son compatriote.

18428 juin. — Edouard Clerc a lu, à la séance de l'Académie, un mémoire très remarquable sur le séjour des Sarrasins en Franche-Comté. Il a été retenu pour la séance publique du mois d'août.

18529 juin. — M. Jouffroy a fait, au nom d'une commission, un rapport à la Chambre des députés sur la nécessité d'augmenter nos forces navales dans la Méditerranée. Ce rapport écouté, ce qui est rare, avec la plus grande attention, a produit un grand effet sur l'assemblée.

  • 79 Claude Fauchet (1529-1601), érudit et humaniste qui passa sa vie à recueillir les documents sur l' (...)

18630 juin. — Joseph Pallu, bibliothécaire à Dole, s'occupe de recherches sur le roman de Guillaume de Dole dont Fauchet79 a conservé des extraits fort intéressant dans ses Recherches sur les poètes français avant le xve siècle, mais dont on ne connaît aucune copie. Il pense, et même prouve assez bien, que l'on ne sait pas le titre de ce roman et que Guillaume de Dole en est l’auteur. Quel est ce Guillaume ? C'est selon lui Guillaume Grosse-Tête ou le Grand, de la famille des comtes de Bourgogne. Je l'ai fort engagé à poursuivre ses recherches et, s'il le fait, nous lui devrons un document des plus curieux sur l’histoire de notre littérature au xiie siècle.

Juillet 1839

  • 80 Le Séquanais devait paraître du 1er septembre 1839 au 1er septembre 1841 avec ce sous-titre : Journ (...)

1871er juillet. — Depuis longtemps on se plaint de n'avoir dans le département qu'un seul journal. Différentes coteries songent à en établir d'autres, mais jusqu'ici personne ne s'était mis en avant pour en fonder un. M. le comte de Brunet, fixé par un riche mariage à Besançon, et M. Henri de Rotalier sont allés ces jours derniers proposer à Pérennès de s'associer à eux pour la rédaction d’une feuille qui prendrait le titre de Séquanais80 et dans laquelle seraient discutés tous les objets qui peuvent intéresser la province. Pérennès n’a pas voulu prendre d'engagement positif et je l'en loue ; mais il a promis de s'abonner à cette feuille et de faire tout ce qui dépendrait de lui pour lui procurer des souscripteurs.

  • 81 Jules Chifflet (1615-1676), abbé de Balerne, chancelier de la Toison d'Or ; Thomas Chifflet (né en (...)
  • 82 Sans doute Pierre-François d'Orchamps, chanoine et grand trésorier du chapitre ; sa sœur Jeanne Ba (...)

1882 juillet. — Un brocanteur de vieux tableaux me propose d'acquérir pour la Bibliothèque les portraits de Jules Chifflet, chanoine de Louvain, de Thomas Chifflet81, général des carmes déchaussés, et d'un d'Orchamps82, trésorier de l'insigne et illustrissime église métropolitaine. Ces trois portraits, qui paraissent assez ressemblants, sont d'une exécution médiocre et dans un état déplorable. Je suis pourtant d'avis d'en faire l'acquisition, parce que je sens l'importance de commencer une galerie d'hommes illustres qui, fondée une fois, ne peut manquer de s'accroître rapidement par les dons des particuliers, flattés de voir des personnes de leur famille ou de leur nom dans cette galerie.

  • 83 Le Progrès devait paraître en fait du 1er août 1839 au 30 juillet 1840 ; il se présente comme un j (...)

1893 juillet. — Hippolyte Bidal et Charles Bouvier, deux des plus grands étourdis de la province, viennent de lancer le prospectus d'un nouveau journal qu'ils intitulent Le Progrès et qui paraîtra le 1er août prochain s'ils trouvent des actionnaires et des souscripteurs, mais il est impossible qu'ils trouvent ni les uns, ni les autres. Ainsi on peut regarder d'avance leur entreprise comme avortée83.

1904 juillet. — M. Matil, professeur à l'Académie de Neuchâtel, vient d'être envoyé par son gouvernement à Besançon pour y recueillir toutes les pièces et documents relatifs à l’histoire de cette petite principauté. Depuis hier, il est installé à la Bibliothèque où il copie toutes les chartes qui lui conviennent. M. Matil est un jeune homme de fort bonne mine et qui paraît très laborieux.

1915 juillet. — Victor, que je désirais l'autre jour à la séance de déclamation de M. Cresp, est ici, et j'ai eu le plaisir de le conduire à la nouvelle soirée de déclamation. Maître dans l'art de réciter les vers, Victor, comme je m'y attendais, a été beaucoup plus indulgent que tous nos prétendus connaisseurs, qui croient donner une preuve de leur supériorité en dénigrant les autres. Il ne regarde pas M. Cresp comme un homme d'un talent extraordinaire, mais il lui reconnaît des qualités qui ne peuvent être que le fruit de longues études. Il trouve par exemple qu'il dit très bien la fable, l'élégie, tous les morceaux qui ne demandent que de l'intelligence et de la sensibilité.

1926 juillet. — M. Duvernoy est venu m’annoncer la mort de M. de Gingins, baron de La Sarraz, admis nouvellement à l'Académie dans la classe des honoraires. Si ce bruit se confirme, cette mort sera une perte très grande pour l'histoire du pays, dont il s'occupait avec beaucoup de zèle ainsi que le prouvent les mémoires qu'il a publiés dans le Recueil de l'Académie de Turin et récemment dans la Revue des Deux Bourgognes.

1937 juillet. — La cour de cassation vient de prononcer par défaut de forme la nullité des opérations faites jusqu'à ce jour par la ville pour se mettre en possession des sources d'Arcier. Eh ! Plût à Dieu que le Conseil municipal profitât de cette occasion pour renoncer à un projet aussi ridicule que dispendieux et qui, s'il s'exécute jamais, forcera d'ajourner indéfiniment les améliorations les plus importantes.

1948 juillet. La défense et illustration de la langue française, par Joachim du Bellay, précédée d’un discours sur le bon usage de la langue française, par Paul Ackermann, in 8° de 9 feuilles, imprimerie de Terzuolo à Paris. Ackermann est né par accident dans une petite ville de la Haute Alsace, mais il est de Montbéliard où il a été amené presqu'enfant et où il a fait ses études.

1959 juillet. Théâtre de Gœthe, traduction nouvelle, revue, corrigée et augmentée de notices et d'une préface par M. Xavier Marmier, in-18, imprimerie de Mme Dondey-Dupré à Paris. Ce volume ne doit contenir que le théâtre choisi de Gœthe, mais j'ai copié ce titre dans le no du Journal de la librairie du 6 courant.

19610 juillet. — La médaille du professeur Proudhon est en vente. C'est la sixième de la galerie franc-comtoise.

  • 84 Nous dirions spécialistes ;

19711 juillet. — La commission de l'Académie chargée d’examiner s’il y avait lieu ou non de réunir un congrès à Besançon en 1840 a été d'avis unanime que cette réunion n'aurait d'autre résultat que de mettre en évidence le peu de ressources de la province en ce moment, soit sous le rapport des hommes spéciaux84 s'occupant de littérature, de sciences et d'art, soit sous celui des capitalistes disposés à favoriser un mouvement scientifique par des sacrifices pécuniaires. En conséquence, je vais être chargé d'écrire à M. de Caumont, le grand entrepreneur des congrès, pour le remercier de ses offres obligeantes. La commission était composée du professeur Bourgon, de Léon Bretillot, d'Edouard Clerc et de moi.

19812 juillet. — Le nombre des mauvaises têtes et des cerveaux fêlés est beaucoup plus grand que ne l'imagineraient les personnes qui voient le calme dont jouit la province. Ce calme n'est qu'apparent, cette tranquillité est trompeuse. Les journaux de Paris produisent ici comme ailleurs leur effet dissolvant. Ceux-là même qui ne devraient pas désirer mieux que ce qu'ils ont veulent autre chose sans savoir quoi. La preuve en est dans la facilité que trouvent les rédacteurs du Progrès à placer les actions qui doivent servir à soutenir leur journal. J'aurais parié qu'ils n'auraient pas assez de souscripteurs pour faire paraître un seul numéro. Le contraire m'est démontré, et ce qui m'étonnerait maintenant, c'est qu'ils ne pussent pas se soutenir pendant au moins une année, avec plus d'éclat que n'en a jamais eu L'Impartial, avec l'appui du gouvernement et les abonnements forcés des communes.

  • 85 Monnaie à fleur de coin : celle dont l'empreinte est aussi nette que si elle venait d'être frappée (...)

19913 juillet. — M. Mérimée est venu visiter les ruines de Membrey qu'il a trouvées fort intéressantes. Il a promis un secours de 800 fr pour continuer les fouilles et il s’est hâté de reprendre le chemin de Marseille où il doit s'embarquer pour la Corse qu'il se propose d'explorer. Pendant une heure qu'il est resté sur l'emplacement des mosaïques de Membrey, il a fait faire sur le terrain une fouille qui a produit plusieurs médailles romaines, entre autres une Crispina en bronze à fleur de coin85. Cette pièce que j'ai vue est entre les mains de M. le professeur Bourgon.

20014 juillet. — M. Droz, de l'Académie française, est arrivé ce matin. Il est venu me rendre une visite à la Bibliothèque et j'ai dîné avec lui chez son ami, M. Ordinaire. Sa santé me paraît meilleure qu'il y a deux ans. Nous avons beaucoup parlé du pays, puis du pensionnaire Proudhon et de la Faculté des sciences dont il espère le rétablissement prochain. La conversation nous a conduits sur le terrain de la politique et il s'est prononcé franchement contre la coalition qui ne peut, suivant lui, n'avoir que des résultats funestes pour la France. Il est logé cette fois-ci à l'Hôtel national.

20115 juillet. — Le docteur Bonnet s'occupe de réfuter le projet ruineux d'amener à Besançon les eaux d'Arcier : il se propose de démontrer d'après les auteurs et l'expérience habituelle que les eaux du Doubs sont infiniment supérieures à celles d'Arcier ; que le dessèchement des marais de Saône ou même simplement des modifications de la culture de ce vallon peuvent occasionner la perte de la source d'Arcier en sorte que, le canal achevé, l'on pourrait bien n'avoir pas d'eau tandis qu'on n'aura pas la même crainte en puisant dans le Doubs ; et enfin que ce canal gigantesque ne pourrait pas être achevé dans dix ans, même en y appliquant la totalité de l'excédent des revenus de la ville, au lieu que l'on peut dans une seule campagne procurer aux différents quartiers de la ville presque sans frais la quantité d'eau nécessaire aux besoins de la population. Si ce mémoire est bien rédigé, il est impossible qu'il ne produise pas de l'effet.

  • 86 Il s'agit sûrement de Richard-Baudin, dont on sait qu'il pensa pendant un temps entrer dans les or (...)

20216 juillet. — L'abbé Richard-Gordon86 est arrivé depuis quelques jours ; il a devancé d'un mois l'époque ordinaire des vacances parce qu'il est affecté d'un mal d'yeux qui ne lui permet pas la moindre application. Il a renoncé tout à fait aux vers, non qu'il en ait perdu le goût, mais il prétend qu'il n'en a plus le secret. Si sa robe le lui permettait, il serait assez disposé à entreprendre une polémique avec les chefs de la littérature moderne, les Lamartine et les Hugo, pour lesquels il ne se sent pas la moindre sympathie et qu'il accuse de tout ce qui fait du mal en poésie et même en politique.

  • 87 Cet ouvrage posthume fut précédé de son éloge par Curasson, élève du professeur.

20317 juillet. — Traité du domaine de propriété ou de la distinction des biens, considérés principalement par rapport au domaine privé, par M. Proudhon, 3 vol. in 8°, Dijon, Douillier87

20418 juillet. — Il y a eu séance aujourd'hui à l'Académie. M. Droz y assistait, aussi les académiciens y étaient-ils plus nombreux que de coutume. M. Droz, dans une improvisation fort remarquable, a rendu compte des travaux du pensionnaire Proudhon et de la situation satisfaisante de son prédécesseur, M. Mauvais, attaché maintenant à l'Observatoire avec un traitement de 2 000 fr. Viancin a lu des vers fort plaisants contre les cloches, Pécot un rapport sur la machine orthopédique de M. Louvrier, de Pontarlier, et Parandier un mémoire sur les chaux et ciments. La séance n'a pas duré moins de deux heures et demie : c'est beaucoup à raison de la chaleur.

20519 juillet. — Le feu a pris hier à la raffinerie de sucre de MM. Petit, rue des Bains de Chamars. Les secours prompts ont empêché les progrès de l'incendie qui pouvait causer des dommages considérables. La perte est évaluée à 9 000 fr.

20620 juillet. — On a distribué aujourd'hui le prospectus d'un nouveau journal, Le Séquanais, qui paraîtra le 1er septembre prochain si le nombre des souscripteurs est suffisant pour couvrir les frais d’imprimerie. Le rédacteur en chef de ce journal est M. le comte de Brunet, ce jeune officier dont on a eu l'occasion de parler au sujet de la nouvelle méthode pour apprendre à lire aux enfants.

20721 juillet. — Complots des prétendus philosophes du XVIIIe siècle contre la religion et preuves de sa vérité, par l'abbé Petitcuenot. Besançon, imprimerie d'Outhenin-Chalandre, in 8°.

20822 juillet. — Les députés du département se sont réunis pour présenter au roi le 1er volume des Documents sur l'histoire de la province, publié par l'Académie. C'est mon ami Jouffroy qui, dans cette circonstance, a porté la parole et je suis sûr qu'il s'est bien acquitté de sa mission. L'état de sa santé l'a forcé de quitter Paris avant la clôture de la Chambre, et maintenant il doit être à Mouthe.

20923 juillet. L'Impartial de ce matin contient la critique un peu tardive de cette halle monumentale qui coûte déjà plus de 200 000 fr à la ville. On dit que cette critique est l'expression de la pensée de plusieurs membres du Conseil municipal qui commencent à reconnaître leur faute et qui voudraient que la halle entreprise avec des idées grandioses s'arrêtât au premier étage où elle est parvenue.

  • 88 La Recherche était le nom de la corvette sur laquelle Marmier s'était embarqué avec Joseph-Paul Ga (...)
  • 89 Gaimard a résumé ses observations dans ses Voyages de la commission scientifique du Nord.

21024 juillet. Histoire de l'Islande, par Xavier Marmier, 1ère partie, in 8°, imprimerie de Didot. Cette histoire fait partie du voyage <de>88 La Recherche [de la Découverte], qui se publie sous la direction de M. Gaimard89.

21125 juillet. — Mgr l'évêque de Périgueux vient d'être décoré de la croix d'honneur. Ce prélat est attendu très prochainement à Besançon.

21226 juillet. — M. de Magnoncour, que son procès a forcé de quitter la Chambre avant la fin de la session, est arrivé ce soir avec sa femme et une partie de sa maison. La maladie de son avocat, M. Clerc de Landresse, ayant obligé la cour de renvoyer sa cause à quinzaine, il va partir pour Frasne d'où il ne reviendra qu'à l'époque où son procès devra être jugé.

  • 90 Marie-Joseph Monny de Mornay (Langres 1804 †1868), agronome français. Après avoir dirigé des explo (...)
  • 91 Charles-Jacques-Marie-Tanneguy, comte Duchâtel (Paris 1803-1867), député de Charente-Inférieure, m (...)

21327 juillet. — M. de Mornay90, envoyé par le ministre de l’Intérieur91 pour juger de la situation de l'agriculture dans la province, a passé l'après-midi à la Bibliothèque, à faire des extraits des statistiques et des annuaires du département. Si c'est ainsi qu'il compte remplir sa mission, il aurait pu ne pas quitter Paris où se trouvent tous les documents qu'il a consultés.

  • 92 L'épouse du général commandant le département du Doubs.

21428 juillet. — L'anniversaire des journées de Juillet, tardivement annoncé par l'administration municipale, se célébrera comme les années dernières. Cette fois, seulement, on a supprimé le feu d’artifice. Un service funèbre a eu lieu ce matin à la métropole ; M. de Magnoncour accompagnait Mme de Verdière92 chargée de la quête.

21529 juillet. — Continuation de la fête : salves d'artillerie, revue de la garnison à 6heures dans la promenade de Chamars, et des illuminations devant les édifices publics. La pluie dans la soirée n'a pas permis aux curieux de circuler dans les rues. Tout cela est si bête que l'on ne croit pas qu'on recommencera tous les ans. Notre administration municipale, qui se croit dans le progrès, est tellement arriérée qu'elle n'a pas la moindre idée de l'effet des fêtes publiques sur une population. C'est un sujet que l'Académie devrait proposer au concours.

21630 juillet. — Histoire du régiment de Champagne, par Roux de Rochelle, Paris, impr. de F. Didot, in 8°. Prix, 6 fr. Journal de la librairie.

21731 juillet. — Mgr de Périgueux, arrivé modestement avant-hier au soir dans le coupé de la diligence, est venu me surprendre le lendemain à la Bibliothèque. Sa Grandeur avait rendu ses visites obligées au général et au préfet, mais elle a eu la bonté de me dire elle-même que j'étais sa première visite d'ami. Elle a voulu que je lui montrasse les nouvelles salles et le musée, et pendant tout le temps qu'elle a mis à les parcourir, elle n'a cessé de me parler avec la même bienveillance, avec la même affection que lorsqu'elle occupait au séminaire l'appartement de l'abbé Brocard. Mgr m'a invité à faire le voyage à Périgueux et je regrette sincèrement que les divers travaux dont je suis chargé ne me permettent pas de prendre ces agréables vacances.

Août 1839

2181er août. — La Bibliothèque de la ville a reçu le buste en bronze du général Ruty, pair de France, né à Besançon vers 1770 et mort avant la Révolution de 1830, laissant la réputation d'un homme d'esprit et d’un excellent général d'artillerie.

  • 93 Joseph-Noël dit Natalis de Wailly (Mézières 1805-Paris 1886), auteur d'ouvrages sur le Moyen Age, (...)

2192 août. — J'ai reçu la visite de M. Natalis de Wailly93, l'auteur de l'Essai sur la paléographie, qui se rend à Montbéliard pour tirer dans les archives les pièces d'un intérêt historique, afin de les faire transporter aux Archives générales du royaume. Cette commission ne peut manquer de déplaire à l'honorable M. Duvernoy.

2203 août. — Le premier numéro du Progrès a paru le 1er dans la soirée. Dès le début on voit que les rédacteurs sont incapables de mener ce journal à bien. Ils n'ont ni style, ni pensée. Ce serait donc une chose fort inutile que de s'en occuper plus longtemps.

  • 94 Aujourd'hui rue d'Alsace.
  • 95 Jean-Baptiste-Marie Lefaivre, lieutenant colonel à la direction du Génie de Besançon (Annuaire, 18 (...)

2214 août. — On vient de découvrir dans la rue du Clos-Saint-Paul94, près de la buanderie militaire, une mosaïque d'un travail grossier mais dont le dessin est d'une beauté remarquable. M. le conseiller Clerc s'est empressé de la dessiner, et le colonel Lefaivre95 se propose d'en faire enlever les parties les mieux conservées pour les déposer dans le cabinet d'antiquités de la ville.

  • 96 Benjamin-Edme-Charles Guérard (Montbard 1797-Paris 1854), historien et érudit, directeur de l'Ecol (...)

2225 août. — Recherches sur les formes grammaticales de la langue française au XIIIe siècle, par Gustave Fallot, publiées par Paul Ackermann et précédées d'une notice sur l'auteur par Μ. B. Guérard96, in-8, imprimerie royale.

2236 août. — M. l'abbé Pellier de Lacroix, chanoine de Saint-Claude, suspendu par son évêque, en a appelé au métropolitain, Mgr de Pins, administrateur du diocèse de Lyon, qui lui a donné tort. Il appelle aujourd'hui de cette nouvelle décision au Conseil d'Etat, mais en supposant que le Conseil d'Etat déclare qu'il y a abus, qu'en résultera-t-il ? Le pouvoir civil peut-il le relever de l'interdiction prononcée par l'autorité ecclésiastique ? Certainement non. En attendant, ce chanoine qui paraît une très mauvaise tête, remplit le diocèse de ses écrits contre l'évêque. Le Journal de la librairie du 4 courant n'en indique pas moins de quatre. Quelle pitié !

  • 97 Les « Messieurs de Port-Royal » ont déjà été cités dans le Journal (8.1.1839), sauf l'abbé de Sain (...)
  • 98 Le duc de Lauzun (Armand-Louis de Gontaud-Biron, 1747-1793) appartenait au groupe que Fontanes dés (...)

2247 août. — Sainte-Beuve, qui vient de terminer son cours de littérature, est arrivé hier au soir ici, retournant à Paris ; il nous a trouvés, Viancin et moi, dînant très modestement, et nous nous sommes mis à jaser comme gens qui ne se seraient pas vus depuis longtemps et qui par conséquent ont mille choses à se dire ; et puis est venue tout d'abord sa brouillerie avec Hugo qu'il n’a pas très bien expliquée, et puis le théâtre, la littérature avec les noms propres et les jugements tranchants. La première curiosité satisfaite, Sainte-Beuve nous a parlé de son Histoire de Port-Royal, prise au point de vue littéraire, qu'il compte publier dans cinq à six mois, nous contant ses remarques curieuses sur Saint-Cyran97, Arnauld, Pascal, Nicole, etc. Comme il était fatigué, nous l'avons reconduit à l'hôtel de France en ajournant au lendemain. Il a passé l'après-midi sur les bancs de Granvelle et à la Bibliothèque, et nous sommes allés dîner au Pré aux Clercs tous les trois. La conversation a roulé sur son édition de Fontanes qu'il ne lui a pas été permis de donner complète par les scrupules de Mme de Fontanes, sur Chateaubriand, Ballanche, le chevalier de Lauzun98, etc. A dix heures, il a témoigné le désir de s'en retourner. Ainsi s'est terminée cette douce apparition. Il sera demain en voiture avant cinq heures et samedi matin à Paris.

  • 99 Charles le Téméraire.

2258 août. — M. de Gingins, arrivé hier des bains de Bade dont il ne sait s'il doit se louer ou se plaindre, est venu s'installer à la Bibliothèque où il va passer une quinzaine de jours à recueillir des matériaux pour son histoire du duc Charles le Hardi99, à laquelle il se propose de consacrer le reste de sa vie.

  • 100 Weiss cite la brochure à la date du 1er octobre. Charles Pellarin, Charles Fourier, sa vie et sa t (...)

2269 août. — L'Impartial m'a révélé l'existence d'une dame-auteur de Besançon qui, pour son début, se mesure avec la fameuse Mme Dudevant, plus connue sous le nom de George Sand. La franc-comtoise, avec sa naïveté provinciale, reproche à George Sand son immoralité, la fausseté de ses principes et le détestable emploi de ses talents, dans une brochure dont L'Impartial fait l'éloge sans aucune restriction. Notre compatriote se nomme Mad. Courvoisier100. Qui est-elle ? Je n'en sais rien ; il faudra s'en informer.

22710 août. — Une lettre de M. Clerc, conseiller à la Cour royale, adressée au rédacteur de L'Impartial et dans laquelle il signale les coupables tendances du Progrès à l'animalisation [ ?] des citoyens, a vivement excité la curiosité publique. Cette lettre est écrite d'un style incorrect qui n'est pas celui de M. Clerc, et quelques-uns de ses amis déclarent qu'il n'en est pas fauteur. C'est ce que l'on ne peut tarder de savoir d'une manière certaine.

22811 août. La captive de Barberousse, roi d'Alger, chronique du XVIe siècle, par Ch. de Bermont (de Rotalier), Paris, Souverain, in 8°. Ce roman, écrit avec élégance mais avec quelque recherche, et d'ailleurs plein d’intérêt, est le début d’un jeune homme qui promet à la province un écrivain digne de marcher à côté des Bernard, etc.

22912 août. — M. le conseiller Clerc désavoue la lettre imprimée sous son nom dans le dernier numéro de L'Impartial ; sa déclaration paraîtra demain dans le même journal, mais il est probable que Ton ne connaîtra jamais l'impudent faussaire qui s'est caché sous le nom de cet honorable citoyen. Quelques personnes pensent que c'est un ami du Progrès, et avec d'autant plus de vraisemblance que cette lettre a valu plus de vingt nouveaux abonnés à cette feuille.

  • 101 Le baron Edouard Henry, fils du colonel baron Claude-François Henry.

23013 août. — Le baron Henry101, qui depuis longtemps avait cessé de me venir voir parce qu'il trouvait sans doute que je lui disais trop franchement la vérité, est venu me soumettre le plan, si plan il y a, d'un roman anti-social (c'est son expression) qu’il est en train de composer. Je me suis hasardé à lui donner quelques conseils sévères, mais j'ai la certitude qu'il n'en profitera pas. Sa position dans le monde qui lui a permis de satisfaire tous ses goûts l'a usé avant le temps. Il n'a point de foi en lui ni dans les autres ; il ne lit guère que des romans, et celui qu'il va faire sera très probablement un pastiche de Byron ou de quelques-uns de ces hommes de génie arrivés à la fin de la société comme les nuées de corbeaux à la fin d'une bataille, pour se repaître des cadavres. C'est vraiment dommage car Henry, malgré son cynisme affecté, ne manque ni de talent ni de probité.

23114 août. — La Revue de Franche-Comté, fondée à Lons-le-Saunier par A. Thibaudet, jeune homme auquel on ne peut pas refuser du talent et du patriotisme, va commencer sa seconde année. Cette revue est rédigée uniquement par des enfants du Jura. La table des articles ne contient que des noms à peu près inconnus si ce n'est celui de Gindre de Mancy, l'un des associés de notre Académie, et celui d'Armand Marquiset, le sous-préfet de Dole.

  • 102 Le tableau de Lancrenon est toujours en place dans l'église de la Madeleine, bien que le culte de (...)

23215 août. — Lancrenon que j'ai été visiter avec M. le baron de Gingins, m'a montré l'esquisse du tableau de sainte Philomène qu'il doit exécuter pour l'église Sainte-Madeleine102. C'est une espèce d'apothéose de la sainte, entourée d’anges qui portent les divers instruments de son martyre. Il impossible de rien imaginer de plus harmonieux que cette composition vraiment remarquable. Madame de Gingins l'a trouvée très supérieure à l'apothéose de sainte Geneviève du même maître.

23316 août. — Le moment des concours de l'Ecole de dessin est arrivé. M. de Saint-Juan est allé, dans l'intérêt des professeurs, s'assurer s'ils y songeaient. On lui a répondu que cinq à six élèves seulement étaient en état de concourir, mais que si le nombre n'était pas plus grand, c'est qu'il en était parti il y a quelques jours une dizaine des plus forts, se rendant à Paris. Ainsi, selon toute apparence, au lieu de nous plaindre comme nous l'avons fait jusqu'ici du petit nombre d’artistes sortis de notre province, nous aurons à nous plaindre du trop.

23417 août. — Les mêmes membres du Conseil municipal qui se montrent si prodigues des deniers de la cité pour une halle — que ses plus zélés partisans n'osent plus défendre qu'en disant : « Si elle était à faire, on ne la ferait pas, mais au point où elle en est, il faut bien la finir. » — ceux-là même qui veulent maintenant faire venir les eaux d'Arcier, quoique l’exécution de ce projet gigantesque devra absorber pour vingt ans au moins tous les revenus de la ville, se montrent impatients des frais d'entretien de la Bibliothèque qu'ils appellent un gouffre ; ils se sont réunis pour diminuer l'allocation annuelle pour les acquisitions, et comme les défenseurs de la Bibliothèque, par une suite de circonstances imprévues, ne pouvaient assister à la session, il est probable qu'ils l'emporteront.

23518 août. — Notre ami Perron, que la nécessité de faire en même temps un cours de philosophie au collège et un autre à l'académie a fatigué horriblement, a cependant trouvé le loisir de composer des Eléments de grammaire générale dont les premières pages sont imprimées. C'est une introduction à une grammaire française qu'il se propose de publier à la suite, mais qui pourra s'appliquer également à l'étude de toutes les langues humaines. C'est une idée si simple qu'il est bien étonnant qu'aucun de nos grammairiens si nombreux n'ait songé à la réaliser. Je lui en ai fait mon compliment sincère.

  • 103 Le baron de Roujoux s'était lié d'amitié avec Nodier à Dole, entre 1806 et 1811, quand il tenait u (...)

23619 août. — Jules Baron, qui est arrivé de Paris, m'a apporté l'épreuve d'une feuille de je ne sais quel ouvrage qui s'imprime en ce moment où il est question de bas-relief en ivoire qui décorait l'évangéliaire de notre église Saint-Jean. Ce bas-relief a été acquis par le cabinet du roi à la vente de M. le baron Roujoux, ancien sous-préfet de Dole103. Quant à l'évangéliaire, il fait partie des manuscrits de la Bibliothèque de Besançon.

23720 août. Consultation grammaticale sur le mot marchandise, par M. Ch. Nodier, de l'Académie française, in-4°, de l'imprimerie de Maulde à Paris. Cette brochure citée comme autorité dans un arrêt conforme de la cour de cassation, fait beaucoup de bruit.

23821 août. — M. Adolphe de Circourt est arrivé d'une excursion qu’il vient de faire dans le pays de Liège et sur les bords du Rhin. Cet écrivain infatigable prépare une vie de Dante qui n’aura pas moins de deux volumes in-8. Il passera l’automne chez son oncle à Sauvagney et retournera à Paris au mois de novembre.

  • 104 Sans doute Pierre-Antoine Lebrun (Paris 1785-1873), poète et directeur de l'Imprimerie royale, mem (...)

23922 août. — Il y a eu une séance préparatoire à l’Académie. M. Jouffroy qui y assistait a rendu compte à la compagnie de la manière dont il s'était acquitté de la commission qu'il avait reçue de présenter au roi le premier volume des Documents inédits. Le discours improvisé qu'il a adressé au roi est une chose très remarquable. Nous ne pouvons plus compter sur M. Lebrun104, de l'Académie française, qui, de Plombières, est retourné à Provins pour participer à l'élection d'un membre du Conseil général ; quant à M. Magnin, il ne quittera pas Paris cette année.

24023 août.Le Progrès a été saisi ce matin par ordre du procureur général. J'ai lu le numéro et je n'ai pas eu l'adresse de trouver la phrase qui a échauffé la bile du chef du parquet. C’est une bonne fortune pour la feuille inconnue qui ne devrait pas passer l'automne : la voilà maintenant un objet sacré pour la mauvaise presse parisienne qui va la grandir et la recommander à tous les mécontents. Et puis M. de Merey, le drapeau des mécontents, qui n'a voulu de sa vie plaider en cour d'assises, s'est chargé de la défense de la feuille incriminée. Mais, M. le procureur général, votre bienveillante maladresse ne peut manquer de faire vivre la feuille infortunée que rien ne pourrait préserver d'une prochaine chute, sans votre appui.

  • 105 Curieuse erreur de Charles Weiss, qui évoque le titre du concours de 1838 ; le rapport de l'abbé D (...)
  • 106 Claude-Joseph Tissot, des Fourgs, qui appartenaitt à la branche des Tissot-Daudon.

24124 août. — Séance publique de l'Académie dans la grande salle de la Cour royale. Auditoire nombreux, beaucoup de dames dans l'enceinte. M. Jouffroy y assistait. Le discours du président Bourgon sur l'utilité des études archéologiques, que personne ne conteste : mal débité, beaucoup trop long. Dissertation d’Edouard Clerc sur les invasions des Sarrasins en Franche-Comté : pleine de recherches, écrite d'un style net et vigoureux. Préface d'un voyage en Sicile par M. de Vaulchier : bien écrit, style à effet, Jouffroy en a été fort content ; rapport de M. Béchet sur le concours de l'éloge de l'abbé d’Olivet : prix décerné à Paul Ackermann ; 1er accessit, Bousson de Mairet. Rapport de l'abbé Doney sur la question du suicide105 : prix partagé entre le frère de Pérennès et M. Daudon106, que je ne connais pas. Vers de Viancin sur les cloches, très jolis, mais qui n'ont pas dû plaire à l'archevêque. Elections : Bretillot, président, et Béchet, vice-président ; associés correspondants, Xavier Marmier et le médecin Lélut, de Gy.

24225 août. — Commonitoire de saint Orientus, évêque d'Auch au ve siècle, poème en deux livres traduit en français par F.-Z. Collombet, in 8°, imprimerie de Périsse à Lyon.

  • 107 Pierre-Philibert Pompée (Besançon 1809-Paris 1874), pédagogue et organisateur de l'enseignement pr (...)

24326 août. — M. Pompée107, de Besançon, inspecteur de l'instruction primaire à Paris, chargé par le gouvernement d’aller en Suisse examiner les méthodes employées dans les divers cantons, en revenant de cette mission, a voulu s'arrêter dans sa ville natale, et pour y utiliser son séjour, s'y est occupé de recherches sur l'état de l'instruction primaire au XIe siècle. Après avoir vainement cherché dans les archives des traces des institutions qui pouvaient exister sur cet objet dans notre diocèse, il est venu me demander ce que je savais à cet égard. Cette question singulière m'a renversé ! M. Pompée a déjà publié un gros volume sur l'instruction primaire et, de retour à Paris, il en mettra un second en train qui contiendra les résultats de son voyage.

  • 108 Ferdinand-Charles, comte de Lasteyrie du Saillant, 1810-1879. Homme politique et archéologue, memb (...)

24427 août. — M. de Lasteyrie108, auteur de l'Histoire de la peinture sur verre, est venu visiter hier la Bibliothèque, accompagné de M. et de Mme de Magnoncour. C'est un fort aimable jeune homme, aussi modeste qu'instruit et dont la conversation, pleine d'intérêt, m'a paru très attachante.

24528 août. — Gigoux, arrivé ce matin, est venu me rendre visite. Il a coupé sa barbe de bouc et porte seulement une moustache rousse qui ne lui va pas trop mal. Ainsi qu'on me l'avait annoncé, il a pris des manières et j'ai été très content de lui. Loin d'être comme autrefois le contempteur de toutes les célébrités provinciales, il en est au contraire devenu l'apologiste et trouve admirable tout ce que nous avons fait depuis trois ou quatre ans. C'est avoir passé d'un excès dans un autre, et sa manière de louer prouve toujours l'idée gigantesque qu'il a conservée de son propre mérite. Mais au total il a beaucoup gagné et je ne doute plus qu'il ne soit un jour un homme très aimable.

24629 août. — Dans sa séance d'hier, le Conseil municipal s'est montré fort brutal pour les artistes et les arts ; il a diminué de 1 000 fr l'allocation de la Bibliothèque, réduit à 500 celle du Musée et supprimé l'Ecole de musique instrumentale qu'il avait instituée l'année dernière. C'est vraiment une dérision que de voir les affaires d'une ville entre les mains d'une majorité aussi inepte !

24730 août. — Perron se décide à faire imprimer le discours qu'il a prononcé à la distribution des prix du collège royal. Dans ce discours, il se propose de montrer que chaque génération a la tâche que nos pères ont eu pour mission de détruire et que celle de la génération nouvelle sera de réédifier et de conserver. C'était là un sujet fort délicat à traiter, et je trouve pour mon compte que l'auteur s'y montre par trop révolutionnaire, mais tout le monde n'est pas de mon avis et c'est la vérité que Perron, en faisant imprimer son discours, ne fait que céder aux instances de plusieurs personnes respectables.

24831 août. — Le docteur Bonnet songe sérieusement à combattre le projet d'amener à Besançon les eaux d'Arcier tandis qu'il serait si facile de s'en procurer en amenant dans la ville quelques-unes des sources qui sillonnent sur son territoire, si l'on s'obstine à reparler des eaux du Doubs qui sont les plus salubres et les plus agréables de toutes. Dans la discussion que j'ai eue avec lui sur ce sujet, j'ai deviné qu'il le traiterait mal, et j'ai regretté d'autant plus l'impossibilité où je me trouve de m'occuper du sujet le plus important qui puisse se présenter de longtemps pour notre ville.

Septembre 1839

2491er septembre. — Le Séquanais a paru ce matin. Ce numéro contient une chanson sur le nom d'Arcier, fort gaie et par conséquent fort jolie. Si elle n'est pas de Viancin, elle lui sera certainement attribuée. M. le comte de Brunet, qui continue de faire des appels aux légitimistes, écrit bien lourdement : il n'écrira pas souvent dans son journal s'il veut en assurer le succès.

  • 109 La princesse Marie d'Orléans, 1813-1839.

2502 septembre. — La princesse Marie109, vision, par Tercy, in 8°, imprimerie de Richelet au Mans. L'auteur, mon vieil ami, maintenant dans une maison de santé dans la ville où son opuscule est imprimé, m'en a adressé un exemplaire avec un billet écrit au crayon que je conserverai précieusement.

  • 110 Le Journal de la librairie n'apporte pas plus de précision.

2513 septembre.L'Arkelaïde Mathilde ou la France au XIXsiècle, par le protarque d'Artamor, in 8°, imprimerie d'Escalle à Lons-le-Saunier. Parait par livraisons. Qu'est-ce que cet ouvrage ? Quel en peut être l'auteur ? Je n'en sais absolument rien110.

  • 111 Sans doute Broch d'Hotelans (cf. Journal, III-26).

2524 septembre. — Guyornaud est revenu de Dijon où il était allé prendre un grade à la Faculté de droit. Il se propose de travailler à l’éloge de Hugues Ier, proposé par l'Académie pour 1840, et dès aujourd'hui il est venu me demander où il pourrait trouver des matériaux. Il paraît que ce sujet a généralement plu. M. d'Hotelange111 est venu hier me prier de lui indiquer où il trouverait les chartes qui, d'après le programme, doivent servir de base à ce travail.

2535 septembre. — M. de Magnoncour est parti pour Milan avec sa femme ; c'est, d'après ses calculs, un voyage d'une quinzaine de jours au plus. Dans le cas où ses affaires ne le rappelleraient pas plus tôt, il pousserait jusqu'à Venise, mais il sera certainement de retour avant la fin du mois.

2546 septembre.Exposition du système métrique et comparaison des anciennes mesures de la Haute-Saône avec les mesures légales, par M.E.L., in 8, imprimerie de Suchaux à Vesoul.

2557 septembre. — Le Conseil général a, dans sa dernière session, accepté au nom du département la collection géologique de M. Renaud-Comte, qui sera placée provisoirement dans les combles des bâtiments de l'Académie, et voté une somme de 1 000 fr pour l'impression de ses Mémoires dont la publication est confiée à l'ingénieur Parandier, son ami.

2568 septembre. — Le Séquanais contient des vers d'un poète de Bugny à la louange d'Alexandre Lapret, que l'auteur compare à Benvenuto Cellini, ne faisant, dit-il dans une note en prose, que prévenir le jugement de la postérité sur ce jeune artiste, le plus habile ciseleur de l'époque.

2579 septembre. — M. le comte de Montalembert est venu me surprendre ce matin à la Bibliothèque ; il ne faisait que traverser Besançon, mais il compte y revenir pendant les vacances. Il est toujours occupé de la vie de saint Bernard ; il se décide d'acquérir une terre dans la province : « Je veux, m'a-t-il dit, me faire franc-comtois, mais on me repousse. » Je lui ai dit que loin de là, nos journaux avaient parlé de lui plusieurs fois avec éloge ; il m'a paru touché.

  • 112 La dissertation de dom Berthod sur les différentes positions de la ville de Besançon (1764) figure (...)

25810 septembre. — J'ai passé toute ma journée d'hier à dresser la carte de Besançon par ses monuments pour accompagner la dissertation de D. Berthod sur l'origine et les différentes positions de cette ville. Ce travail n'est pas aussi facile qu'on l'imaginerait et je serai peut-être forcé d'y revenir plus d'une fois avant de la publier dans l'état où je le voudrais112.

25911 septembre. — Hier, en revenant de chez M. d'Udressier avec Jules Baron, j'ai presque été le témoin d'un suicide. A moins de cinquante pas de nous, sur le chemin que nous suivions, un jeune artilleur s'est brûlé la cervelle avec un pistolet d'arçon. La fumée de l'explosion n'était point encore dissipée et le feu brûlait ses vêtements. Des cultivateurs que nous avons appelés sont accourus, mais il n'y avait plus de moyen de le secourir. Ils avaient entendu comme nous l'explosion mais sans en deviner la cause ni le triste résultat.

26012 septembre. — Les travaux de l'Ecole de médecine sont depuis plusieurs jours en pleine activité. Tout fait présumer qu’ils seront terminés pour l'époque de la rentrée des cours. Une économie mal entendue du Conseil municipal avait fait supprimer les modestes décorations de la porte d'entrée, mais les professeurs se sont cotisés pour les faire exécuter à leurs frais et la ville ne sera point accusée de lésiner quand il s'agit de monuments publics, lorsqu'elle est si sottement prodigue dans tant de circonstances.

  • 113 Claude-François-Irénée Faivre d'Esnans (Baume-les-Dames 1794 †1867), docteur en médecine dévoué, a (...)

26113 septembre. Précis systématique de physique, par C.F.I. Faivre d'Esnans113. Baume-les-Dames, imprimerie et fonderie de Victor Simon, in 12.

26214 septembre. Le Progrès vient de signaler à la mairie la nécessité de curer le canal de Chamars pour prévenir les fièvres d'automne si fréquentes dans la ville et presque toujours si dangereuses. Nous verrions avec plaisir la mairie profiter de cet avertissement salutaire, mais il est bien à craindre qu'elle le dédaigne.

  • 114 Ce village, qui surplombe la Barbèche, affluent du Dessoubre, a été l'objet de fouilles en juin 18 (...)

26315 septembre. — M. le préfet a fait déposer au cabinet Paris les antiquités récemment découvertes au village de Peseux114 et qui ont intéressé le Conseil général, lequel a voté des fonds pour continuer les fouilles dans cette localité.

  • 115 Nans, canton de Rougemont (Doubs).

26416 septembre. — Depuis quelques jours, Pérennès est allé s'établir avec sa famille dans le village de Nans115 où il se propose de passer un mois pour se reposer des fatigues de l'année. Il n'y restera cependant pas oisif car il a emporté une caisse de livres et, d'après ce qu'il m'a dit, je crois qu'il a le projet de concourir pour l'éloge de Madame de Sévigné, proposé par l'Académie française.

26517 septembre. — Le lauréat Ackermann est arrivé hier venant de Lyon où il était allé voir sa famille et allant visiter les curiosités du Jura. Le prix qu'il a remporté pour l'éloge d'Olivet paiera les frais de son voyage. Il est venu me voir à la Bibliothèque avec le pensionnaire Proudhon, homme de génie peut-être, mais ours mal léché s'il en fut et qui devrait sinon retourner dans les bois du moins rester dans sa chambre. A leur arrivée, je causais avec M. Paillard, élève de l'Ecole des chartes. La conversation s'étant engagée sur les concours d'agrégation, j'ai dit que j'avais été fort content du rapport que je venais de lire de Μ. E. Clerc sur le concours pour l'agrégation à la Faculté des lettres. M. Clerc, a dit l'élève Paillard, est un écrivain élégant et un homme de bon sens. — « Moi, je ne pense pas comme vous, a dit brusquement Proudhon ; il écrit mal et n'a pas le sens commun. » J'ai cependant invité Proudhon à dîner avec Ackermann, mais j'avoue que je ne serai pas tranquille que je ne lui aie vu tourner les talons.

26618 septembre. — Notre ancien pensionnaire Mauvais, arrivé depuis quelques jours à Besançon, y a fait, de concert avec Reynaud-Ducreux et Jules Moutrille, des expériences de daguerréotype. Ils ont obtenu par ce procédé une vue des quais, admirable par les détails qu'il aurait été impossible d'avoir de toute autre manière.

26719 septembre. — M. Petit, pensionnaire de la ville, âgé de 20ans, a remporté le 2ème grand prix de sculpture pour un bas-relief représentant le serment des sept chefs devant Thèbes. M. Petit est élève de David qui le regarde comme une des espérances de la sculpture française. Notre Franche-Comté, dans quelque temps, ne manquera pas d'artistes.

26820 septembre. — Le musée de Dole vient d'obtenir le tableau de l'Envie, l'un des plus remarquables de la dernière exposition dont l'auteur est M. Brune, de Souvans près de Dole. Le jeune artiste que je ne connaissais pas encore personnellement est venu hier à Besançon avec Armand Marquiset et Besson. Nous avons visité ensemble l'amas de tableaux que nous nommons le musée. Il a beaucoup admiré notre Bronzino, en regrettant de ne pas le voir dans une place plus convenable. M. Brune est un homme de trente ans, très modeste, d'une très grande simplicité de manières, un peu froid, mais qui m’a paru plein de goût et de sens, deux qualités plus rares aujourd'hui que jamais.

26921 septembre. — Le mémoire du docteur Bonnet sur le projet d'amener à Besançon les eaux d'Arcier a paru aujourd'hui. Quoique écrit faiblement et avec une modération extrême dans un homme de son caractère, il est impossible qu’il ne fasse pas une vive sensation. Les partisans du projet ne manqueront pas de lui répliquer ; c'est alors qu'il leur répondra et qu'il leur dira tout ce qu'il a sur le cœur.

27022 septembre. — L'abbé Receveur est toujours au nombre des mécontents. Je lui ai dit que s'il était doyen de la Faculté de théologie en Sorbonne, il changerait de manière de voir ; il n'en a pas voulu convenir. Cependant, rien n'est plus vrai. Il prépare un ouvrage qui aura pour titre La Cour et les parvenus, espèce de pamphlet républicain dont il se promet un grand scandale. En attendant, il va passer six semaines dans ses montagnes pour y travailler à une nouvelle Histoire ecclésiastique déjà vendue à un libraire. Lui aussi fait de la littérature industrielle.

27123 septembre. — La Faculté des lettres et le Conseil académique se sont réunis aujourd'hui pour présenter un candidat à la chaire de philosophie, vacante depuis l'admission de l'abbé Astier à la retraite. M. Perron, chargé de cette chaire depuis deux ans, a été présenté en première place à l'unanimité. D’après cela, sa nomination est certaine.

27224 septembre. — Depuis quelques jours, le tableau de sainte Philomène par M. Baille est exposé dans la salle des antiques de l'Ecole de dessin. La sainte est représentée dans l'attitude de la résignation, tendant ses mains au fer que tient un geôlier ; à ses pieds est une couronne d'or, et sur sa gauche un personnage agenouillé plongé dans la tristesse. Qui est ce personnage ? Je n'en sais rien, et c'est ce qu'il est impossible de deviner à qui ne connaît pas la légende de la sainte dont le culte est nouveau, quoique son martyre remonte, dit-on, au temps de Dioclétien. C'est la seule critique fondée que l'on puisse faire de cette composition dont l'ordonnance est on ne peut moins entendue. La tête de la sainte est d’une grande beauté et l'expression en est admirable ; elle présente ses mains qui sont fort belles au geôlier, sans affectation, presque sans y penser. Le geôlier est bien ce que doit être un pareil homme, impassible, sans colère comme sans pitié. La douleur du personnage inconnu ne produit aucun effet, précisément parce qu'il est inconnu ; est-ce un père, un amant ? L'un ou l’autre, mais il est impossible de le deviner. Quoi qu'il en soit, ce tableau destiné à l'église Notre-Dame fait honneur à M. Baille, dont les rapides progrès font espérer que, s'il se met sur les rangs, il obtiendra le prix de Rome. C'est le vœu de ses compatriotes.

27325 septembre. — Bauquier, arrivé ces jours derniers de Paris — où il a fait un séjour de dix jours, a tout vu, tout visité, même Saint-Cloud et Versailles, sans dépenser plus de cinquante francs y compris les frais de voyage aller et retour — m’a raconté ce matin que, dans ses courses, il avait rencontré notre graveur Rambert et que cet artiste, si méconnu dans son pays, était regardé comme le plus habile graveur sur bois de la capitale et qu'il ne pouvait suffire aux nombreuses demandes qui lui viennent de toute part. Cette nouvelle m'a fait grand plaisir.

27426 septembre. — Colin, de Lons-le-Saunier, procureur général à la Cour de Dijon, est nommé premier président à la Cour royale de Douai. Fortune, ce sont là de tes coups !

27527 septembre. — Nodier qui, depuis qu'il habite à Paris, ne s'est jamais mis en rapport avec les journaux de la province, s'est avisé d'écrire une lettre aussi polie que spirituelle au rédacteur du Séquanais, sur la prononciation de la dernière syllabe de ce mot. Sa lettre que M. le comte de Brunet a inséré dans le dernier numéro de son journal est suivie d'une réponse critique de Proudhon, la plus impertinente qu’il soit possible d'imaginer : voilà mon ami Nodier bien payé de sa courtoisie et je doute fort qu'il ait jamais l'idée de se compromettre de nouveau avec de pareils adversaires.

27628 septembre. — Dans une petite excursion que j'ai faite à Pesmes avec mon ami Perron, nous avons employé une matinée à examiner les archives de cette commune qui a joué un rôle dans les guerres de la province aux XVIe et XVIIe siècles. Nous avons découvert dans cet amas de papiers la charte d'affranchissement de la commune en 1416 par Guillaume de Granson ; elle est inédite et trouvera par conséquent sa place dans les Documents. Je voudrais que Perron fît l'histoire de Pesmes d'après les chartes ; il m'a promis de s'en occuper.

  • 116 Charles II, roi d'Espagne de 1665 à 1700. La toile avait été exécutée par Brune en 1835.

27729 septembre. — Le musée de Dole que nous avons visité aujourd'hui s'est enrichi depuis quelques années de plusieurs morceaux remarquables, entre autres de l'Exorcisme de Charles II116 par Brune. C'est une scène de nuit d'un effet très piquant : la tête du prélat exorciseur a paru si belle que les jeunes peintres se sont presque tous empressés de la copier.

  • 117 Alexandre Bertrand (Besançon 1814-1878). La Bibliothèque de Besançon conserve ses albums de dessin (...)

27830 septembre. — Un jeune artiste de Besançon, Alexandre Bertrand117, s'est avisé de publier un album lithographique destiné à reproduire les traits des célébrités de nos rues. On verra si ce projet réussit.

Octobre 1839

2791er octobre. A George Sand, par Mme Louise Courvoisier, in 8°, impr. de Hiard à Meulan. Il a déjà été rendu compte de cet opuscule dans L'Impartial.

  • 118 [Un précurseur d'Albert Savants ?]

2802 octobre. — On annonce une réponse au mémoire de M. Bonnet sur les eaux d'Arcier. Il paraît qu'elle vient de Paris118, et ce sera vraiment une chose plaisante que de voir un avocat parisien buvant de l'eau de la Seine s'escrimer à prouver que l'eau du Doubs n'est pas potable.

  • 119 Alexandre-Gabriel Desbiez de Saint-Juan.

2813 octobre. — M. Louis de Ronchaud m'avait annoncé son arrivée à Besançon où devait l’accompagner M. le baron d'Eckstein. Là-dessus, j'avais convoqué le ban et l'arrière-ban des notabilités littéraires que j'ai sous la main. M.de Saint-Juan est arrivé de Salans avec son fils119, mais nos illustres voyageurs ne sont pas venus, effrayés sans doute par le mauvais temps. Il a bien fallu en prendre notre parti et nous avons déjeuné chez M. de Saint-Juan, sauf à recommencer demain si le cas y échoit.

2824 octobre. — Comme j'en avais le pressentiment, nos illustres voyageurs, arrivés hier fort tard, se sont présentés cet après-midi à la Bibliothèque. J'ai offert le dîner qui a été accepté cordialement. M. d'Eckstein, dès le potage, a pris la parole qu'il a conservée jusqu'à onze heures du soir : littérature, linguistique, histoire, politique, philosophie, anecdotes curieuses, il a parlé de tout et toujours très bien. C'était un feu roulant et puis des éclairs. A moins de l'avoir entendu, on ne peut pas se faire une idée d'une verve aussi prodigieuse.

  • 120 Neveu de Georges Cuvier ; sera chef de la section des cultes non catholiques au ministère de la Ju (...)

2835 octobre. — La saison des vacances nous amène toujours quelques voyageurs recommandables ; hier ont visité la Bibliothèque M. Laurillard, directeur du Muséum anatomique, et M. Cuvier120, le fils de Frédéric, maître des requêtes au Conseil d'Etat en service ordinaire.

  • 121 Auteur en 1819 d'une Histoire de la république de Venise.

2846 octobre. — M. de Magnoncour est de retour de son voyage d'Italie dont il a rapporté quelques éditions aldines et des curiosités. Il est si émerveillé de Venise qu'il se propose d'y retourner l'année prochaine et d'y passer plusieurs mois pour recueillir des matériaux sur l'histoire de cette ville qu'il prétend mal connue. Il ne fait aucun cas de l'ouvrage de Daru121, et M. d'Eckstein partage son opinion.

2857 octobre. — Le congrès scientifique du Mans, en terminant sa session, a décidé qu'il se réunirait en 1840 à Besançon et, sans me consulter le moins du monde, s'est avisé de me nommer secrétaire général de la session future. J’en ai reçu l'avis officiel il y a quelques jours mais, attendu les vacances, je n'ai pas encore répondu.

  • 122 Charles-Edouard Clerc (Baume-les-Dames 1803 - Besançon 1867), notaire à Besançon. Il était frère d (...)

2868 octobre. — Quelques jeunes amis des arts ont conçu le projet de fonder à Besançon une société comme il en existe dans plusieurs villes voisines pour encourager les talents. Tous les deux ans, il y aurait une exposition publique pendant un mois des ouvrages des artistes de la province. Le prix de l'abonnement est de 25 francs. A la tête de cette société est M. Clerc122, notaire, qui, fort peu occupé de son état, s'est chargé de trouver des souscripteurs.

  • 123 Jean II le Bon (1319-1364), fils et successeur de Philippe VI de Valois. Son fils, Philippe le Har (...)

2879 octobre. — Le jeune Clésinger, en congé depuis quelques jours à Besançon, d'où il doit se rendre à Paris pour y être employé dans les bureaux du génie militaire, vient de faire l'esquisse d'un groupe représentant Jean Il à la bataille de Poitiers. Le roi, la hache à la main, soutient son fils blessé pour la seconde fois et qui, d'une main défaillante, cherche à parer les coups qui pourraient être portés à son père123. Le groupe que j'ai vu dans l'atelier de ce jeune artiste m'a paru très bien composé. Son désir est de le répéter en grand à Paris afin de l'étudier et de le présenter à la prochaine exposition. Il se flatte, dans le cas où son travail obtiendrait le suffrage des commissions, que le gouvernement le chargerait de l'exécuter en bronze ou en marbre pour la ville de Poitiers et d'obtenir ainsi du premier coup un rang distingué parmi les sculpteurs français. Pauvre jeune homme !

  • 124 Joseph Boiston, de Morteau, sculpteur, avait été pensionnaire de l'Académie à Rome en 1789 ; reven (...)

28810 octobre. — Dans sa tournée pour le recrutement, M. le préfet a découvert à Morteau un buste de Brutus que l'on dit beau comme l'antique et qu'il se propose d'acquérir pour le musée du département. Ce buste est l'ouvrage du sculpteur Boiston124, de Morteau, élève de l'Ecole de France à Rome, et qui est mort greffier de la justice de paix de son canton.

28911 octobre. — Danjou, dans la Gazette musicale, flagelle cruellement le Conseil municipal de Besançon pour avoir supprimé l'école de Gantz.

29012 octobre. — M. l'abbé Blanc, de Mondon, actuellement professeur au collège Stanislas à Paris, prépare un cours d'histoire ecclésiastique dont le premier volume doit être mis sous presse à la rentrée des écoles. Il a passé ces jours derniers à Besançon, retournant à Paris, et il m'a promis de m'adresser le prospectus de son œuvre.

29113 octobre. — M. de Bernard, revenu au pays pour soigner sa mère malade, m'a parlé du projet qu'il aurait d'entreprendre un ouvrage qui lui donnât dans le monde savant une consistance plus grande que ne peuvent le faire des romans et des articles de journaux. Capefigue lui a conseillé de faire une histoire de la noblesse française, mais il y trouve de grandes difficultés. « Ce serait, lui ai-je dit, la contrepartie de l'Histoire du Tiers-Etat, d'Augustin Thierry, mais il vous faudrait dix fois plus de talent qu'à lui pour réussir, dans l'état actuel des esprits. Le sujet me semble pourtant bien trouvé, mais j'intitulerais cet ouvrage Histoire de la féodalité ou du gouvernement féodal. » Cet avis lui a paru bon, nous reparlerons de cela.

  • 125 Journal de la librairie, no°5371 (1839).

29214 octobre. — Deux jeunes gens inconnus, MM. Félix Beaudouin et Adolphe Ménans, viennent de faire imprimer chez Deis un drame en cinq actes intitulé Le Huguenot125 et qu'ils se proposent d'essayer le mois prochain sur le théâtre de Besançon.

29315 octobre. — La dernière livraison de l'Histoire du prieuré de Morteau, par MM. Vuillemin, est en vente depuis quelques jours. En la terminant, ces messieurs se plaignent de n'avoir pas obtenu les renseignements qu'ils ont demandés et dont ils avaient besoin pour compléter cet ouvrage. Si j'avais pu connaître leur plan, il est certain que j'aurais pu leur fournir des notes sur plusieurs pièces de Morteau et je l'aurais fait avec plaisir, mais ils ne m'ont rien demandé.

29416 octobre. — Notre ancien recteur, M. Ordinaire, me disait l'autre jour que si son successeur ne consentait pas à reprendre sa bibliothèque, il me prierait de venir la voir et d'en faire l’estimation. « Mon projet, m'a-t-il dit, est de vendre les livres que je ne garderai pas, car je suis sot de donner. » Ce mot est si plaisant dans sa bouche qu'il m'a paru digne d'être conservé.

29517 octobre. — Viancin est d'une fécondité extraordinaire ; ses chansons se succèdent sans interruption dans Le Progrès et dans Le Séquanais qu'il semble avoir pris à tâche d'alimenter. Celle qu'il vient de publier sur les annonces me semble bien jolie.

29618 octobre. — Le jeune de Saint-Juan m'a lu un poème en deux chants dont le héros est un Labourey, l'assassin dont le nom est resté à l’une des places de la ville. Personne n'a jamais eu, je crois, plus de facilité que ce jeune homme à faire des vers médiocres. Dans la quantité, cependant, il s'en trouve par-ci par là que ne désavoueraient pas les faiseurs de Paris.

29719octobre. — Lancrenon vient d'être sérieusement malade d’un coup de sang. Quoiqu'il soit hors de danger, ses amis conservent de l'inquiétude sur son état et désirent le voir user d'un régime qui prévienne le retour de semblables accidents.

  • 126 Figure en feuilleton dans L'Impartial du 13 octobre 1839.

29820 octobre. — Un élève sortant de rhétorique du collège de Besançon, Ph. Filingre, vient de faire insérer dans L'Impartial un article remarquable sur l'histoire de l’abbaye de Cluny, de M. Lorain126. Ce n'est pas seulement par le style que ce morceau mérite l'attention, c'est aussi par le fonds des idées qui sortent de l'allure commune. Si M. Ph. Filingre tient ce qu'un pareil début semble promettre, les satires du siècle trouveront en lui un rude jouteur. Dieu le veuille !

29921 octobre. — Mauvais retourne demain à Paris. Nous avons dîné ce soir à la campagne de Viancin qui, pour lui faire plus d'honneur, avait invité plusieurs amis ; je l'ai trouvé bien gai pour un homme occupé de choses sérieuses : il me semble qu'un calculateur, un astronome comme il est, devrait ignorer les calembours nouveaux, ou du moins ne pas les répéter sans une absolue nécessité.

30022 octobre. — C'est aujourd'hui le tour de M. de Bernard. Tous nos lettrés reprennent successivement le chemin de Paris. M. de Bernard est venu me faire ses adieux à la Bibliothèque. Nous avons parlé de l'avenir de la littérature qui n'est pas beau. Il est aussi scandalisé que moi des romanciers et des journalistes, quoiqu'il fasse des romans et rédige des feuilletons, tous ne songeant qu'à gagner de l'argent, et ceux qui en ont le plus ne sont pas les moins avides. Il me citait par exemple Scribe qui a cent mille livres de rente en fonds de terre et qui ne dépense pas un sol. C'est l'usage lors qu’on joue une nouvelle pièce sur un théâtre royal d’envoyer à l’auteur un service de porcelaine de Sèvres. Scribe a eu l’impudence d'écrire au ministre de la Maison du roi qu'il préférerait recevoir en argent ses droits d'auteur. Un service de Sèvres vaut 500 fr, on lui envoie maintenant un billet de 1 000 fr en sorte qu'il gagne de toutes les manières.

  • 127 Les Saint-Juan, outre le domaine dont ils portaient le nom et le château de Salans, avaient une pr (...)

30123 octobre. — Nous avons passé la semaine dernière une journée à Durnes, chez M. le baron de Saint-Juan127. Viancin a fait là-dessus de très jolies stances qu'il se propose de faire imprimer dans le premier numéro du Séquanais. Il n'a jamais été plus en verve que maintenant. Dans une seule semaine il a fait six chansons dont une, sur les annonces des journaux, aurait eu le plus grand succès à Paris.

30224 octobre. — Pallu me mande qu'on vient de découvrir à Jouhe, près de Dole, les fragments d'une statue équestre du plus beau marbre. On continue les fouilles avec beaucoup d'activité.

  • 128 Elle a aujourd'hui disparu, remplacée en 1854 par la chapelle de la Visitation.
  • 129 Le dictionnaire des communes contenu dans l'Annuaire du Doubs (années 1844 à 1848 : notice Omans, (...)

30325 octobre. — Le couvent des minimes d'Ornans qui, suivant dom Grappin, était le plus grand et le plus beau de cet ordre dans la province, vient d'être mis à la disposition de l'archevêque qui se propose d'y établir un pensionnat de femmes. Le prélat ne l'a sans doute pas trouvé assez spacieux pour son pieux dessein puisqu'il l'augmente d'un étage dans toute sa longueur. L'église rendue depuis quelque temps au culte est jolie128. Dans le milieu de la nef on voit la tombe d'un abbé de Bailly129 en relief, très bien composée ; il serait à désirer qu'elle fût dessinée.

30426 octobre. — En montant avec Grandjacquet les rampes d'Omans, nous avons parlé des hommes distingués qui sont sortis de cette vallée en si grand nombre. Il m'en a cité un que je ne connaissais pas : c'est un père Roger, ex-jésuite, mort à Paris vers 1805 dans un âge très avancé. Sur le désir que je lui ai témoigné d'avoir des renseignements détaillés sur cet écrivain, il m'a promis de recueillir des notes et de me les envoyer.

  • 130 Jean-Emmanuel Jobez (Morez 1775-1828).

30527 octobre. — Le tombeau de M. Jobez130 dans le cimetière de Syam est un monument remarquable qui mériterait d'être dessiné. C'est une espèce de temple dans le style égyptien, ouvert de tous les côtés ; au centre est le sarcophage portant une double inscription que je n'ai pas copiée parce que je crois qu'elle sera imprimée.

30628 octobre. — Il existe sur le territoire de Syam une source intermittente très curieuse. Le phénomène se renouvelle environ cinq fois dans une heure. Dom Grappin n'en a point fait mention dans son almanach de la province.

  • 131 Le château de Châteauvillain était situé sur la commune de Bourg-de-Sirod.

30729 octobre. — J'ai visité les ruines de Château villain131 ; c'était une forteresse importante qui existait encore tout entière il y a une trentaine d'années. Une inscription placée dans la partie antérieure de la porte et que Bugnet a relevée porte que ce château était à la fois un lieu de défense et un séjour agréable. La date de 1631 qu'on lit au-dessous est celle de la reconstruction. Ce château appartenait alors au fameux Jean de Watteville.

  • 132 Louis-Etienne-Alphonse Jobez (Lons-le-Saunier 1813-Morez 1893), fils de Jean-Emmanuel. Maître de f (...)

30830 octobre. — M. Alphonse Jobez132 s'occupe d'une histoire du xviiie siècle pour laquelle il a déjà recueilli d'immenses matériaux.

30931 octobre. — Mon ami Marsoudet, quoique bien cassé, fait toujours des vers, mais il ne fait guère que des distiques ; il y en a de fort jolis, celui-ci me semble fort joli :

Le paradis perdu, retrouvé par Fourier,
Rend les hommes d'avance, heureux sur le papier.

Novembre 1839

  • 133 L'abbé Perruche (1775-1846), de Salins, fut censeur au collège de Besançon pendant la Restauration (...)

3101er novembre. — M. l'abbé Perruche133, qui m’a donné un fort bon dîner, a su se créer dans sa retraite des occupations qui l'empêchent de connaître l'ennui. Il consacre plusieurs heures chaque jour à la lecture de quelques ouvrages sérieux, mais sans autre but que de passer le temps d'une manière agréable. Son plus grand plaisir est d'être utile aux jeunes Salinois qui montrent des dispositions pour les lettres. Salins est une ville de professeurs ; elle en compte dans ce moment plus de cent répandus dans les divers collèges de France.

  • 134 L'affaire qui oppose le préfet Tourangin au sous-intendant militaire Charles-René Lyautey est expo (...)
  • 135 Le général Antoine-Virgile Schneider (Sarre-Union 1787-Paris 1847), député en 1834, ministre de la (...)

3112 novembre. — La nouvelle du jour est la dispute du préfet avec M. Lyautey au conseil de révision de Saint-Vit134. Les divers journaux s'en sont emparés et quoiqu'en disent les amis du préfet, tous les torts dans cette occasion ne sont pas du côté de Lyautey, qui s'est plaint au ministre de la Guerre135. Il est bien à craindre que cette lutte n'amène le changement du préfet, et pour mon compte j'en serais très fâché.

  • 136 Elu en février 1839 président de la Chambre de commerce de Besançon, il était qualifié dans le reg (...)

3123 novembre. — La députation du Conseil municipal chargée d'aller à Paris réclamer le rétablissement de la Faculté des sciences se met décidément en route après-demain. Elle est composée du maire, de M. Vuilleret et de M. de Saint-Juan. M. Vuilleret, que je ne connaissais que de nom et que l'on m'avait représenté comme l'un des plus grands adversaires de la Bibliothèque, est venu visiter aujourd'hui cet établissement où il n'avait jamais mis les pieds. Dans la conversation que nous avons eue, il m'a protesté, sans sollicitation de ma part, que personne au Conseil ne prenait plus d'intérêt à la Bibliothèque et que c'était toujours malgré lui qu'il avait sollicité des retranchements sur l'allocation. M. Vuilleret m'a paru un très honnête homme, mais je l'ai trouvé très méticuleux et fort au-dessous de la réputation qu'il s'est faite d’habile financier136.

3134 novembre. — La société d'archéologie fondée à Vesoul par le préfet Thierry se décide enfin à faire connaître ses travaux. La première livraison de ses Mémoires, imprimées par Suchaux in-8, est annoncée dans le Journal de la librairie*. N'est-ce pas une chose étonnante qu'elle n'en ait pas envoyé d'exemplaire à Besançon ! Si on ne savait déjà sa jalousie contre l'Académie de Besançon, cela suffirait seul pour le prouver.

  • 137 Jobard, alors substitut du procureur général, avait été élu en juin 1834, et réélu en octobre 1837 (...)

3145 novembre. — Rentrée à la Cour royale. M. l'avocat général Jobard137 a prononcé le discours, dont le sujet était l'ambition. Quelques personnes prétendent y avoir remarqué des allusions au conseiller Véjux que, toujours suivant elles, l'orateur aurait affecté de regarder. De pareilles suppositions n'ont pas de sens commun.

  • 138 Cet armurier n'est pas identifié. La Franche-Comté a fourni plusieurs fabricants d'armes de qualit (...)

3156 novembre. — Le général Janin continue à rechercher des antiquités qu'il fait passer dans le château des Pyrénées où il se propose de se retirer. Il m’a fait voir aujourd'hui des pistolets ornés d'arabesques et de reliefs en acier, admirablement ciselés, de la fabrique de Courraget138, à Orchamps en Vennes, une petite statuette en bois représentant le vigneron de Besançon à la fin du xvie siècle et enfin une statue de Ganymède, travail grec provenant du cabinet du prince de Bauffremont à Scey-sur-Saône. C'est vraiment prodigieux tout ce qu'il enlève au pays.

3167 novembre. — Eloge historique et littéraire de l'abbé d'Olivet, par M. Bousson de Mairet, Arbois, Auguste Javel, in 8, est l'ouvrage mentionné au dernier concours de l'Académie. L'auteur me l'a dédié sans me prévenir ; il est vrai qu'avant de mettre son opuscule en vente, il m'a demandé la permission de le faire paraître sous mon patronage. Il était bien temps et pouvais-je lui répondre : « Je ne le veux pas. »

3178 novembre. — Ed. Clerc est de retour de la campagne. Pendant ses vacances, il a découvert encore un camp près de Champlitte, non loin de celui qu'il avait déjà signalé l’année dernière. Il en a rapporté le plan très détaillé et je le suppose occupé de la rédaction d'un mémoire qu'il lira dans une des prochaines séances de l'Académie.

3189 novembre. — En travaillant à la construction de la salle d'asile qui s’élève sur l'emplace ment de l'ancienne boucherie St-Quentin, on a trouvé un squelette, des vases en terre et quelques médailles qui figureront probablement dans le cabinet de la ville.

31910 novembre. — Le lieutenant-général Bernard, ex-ministre de la Guerre, est mort le 5 de ce mois au Palais Royal dont il était gouverneur ; il était âgé de 60 ans. Les journaux qui l'ont critiqué si vivement pendant qu'il était au ministère vont s'accorder maintenant à faire son éloge avec la plus touchante unanimité. C'est le sixième membre de l'Académie mort pendant l'année.

32011 novembre. — Dans une excursion que je viens de faire à Frasne, nous avons fait une course à l'abbaye de La Charité, possédée aujourd'hui par M. Dutailly. De toutes les anciennes maisons religieuses de France, je ne pense pas qu'aucune ait aussi peu subi de modifications. A part quelques arbres verts jaillis dans le clos spacieux des moines, il doit être tel qu'il était en 1789. L'église a été démolie pour en vendre les matériaux, mais les bâtiments de l'abbaye sont à l'intérieur ce qu'ils étaient. Nous les avons parcourus. En entrant dans l’antichambre, la première chose qui m'ait frappé, c'est le portrait de la maîtresse du logis, véritable marchande de la halle, en Flore, avec une couronne de fleurs. Quel beau sujet d'épigramme !

  • 139 Wladimir Gagneur (Poligny 1807-Paris 1889). Homme politique et publiciste, de convictions fouriéri (...)

32112 novembre. Des fruitières ou associations domestiques pour la fabrication du fromage, par Wladimir Gagneur139, Paris, imprimerie de Buché, in 8° d'une feuille.

32213 novembre. — Il est parti ce matin un fort détachement du 19ème régiment se rendant à Lons-le-Saunier. On dit que cette mesure a été nécessitée par la crainte de voir les vignerons se soulever contre l'administration forestière qui ne veut pas leur permettre d'aller comme autrefois cueillir des échalas pour leurs vignes.

  • 140 Abel-François Villemain (Paris 1790-1870), ministre de l’Instruction publique du 12 mai 1839 au 1e (...)

32314 novembre. — Rentrée de l’Académie. M. de Montalembert offre 200 fr pour ajouter au prix proposé à l'auteur du meilleur mémoire sur les traditions historiques de la province. Le ministre de l'Instruction publique140 renvoie à l'Académie un mémoire de M. le professeur Bourgon sur l'importance qu'il y aurait à faire explorer les archives de la Suisse occidentale. M. Béchet fait un rapport verbal sur la découverte récente de plusieurs tombeaux en pierre près du château de Montrond. M. le professeur Bourgon entretient la compagnie des médailles trouvées près de Fontaine-Ronde, dans un emplacement où gisent un grand nombre de cadavres. Les médailles, ou plutôt ces monnaies en argent ou en billon, sont de Charlemagne à Milan, de la ville de Chartres et de Jean de Chalon.

32415 novembre. — M. Ch. de Rotalier a terminé son Histoire d'Alger. Il doit venir passer l'hiver ici pour la revoir et la transcrire, et son projet est d'aller ensuite à Paris où il portera son ouvrage pour le faire imprimer.

  • 141 Il faut sans doute comprendre subventionnés.
  • 142 Extrait de la lettre de Laumier à Weiss : « Parmi les pièces que j'ai faites récemment, il en est (...)

32516 novembre. — Laumier que je croyais toujours au Mans, rédacteur du Journal de la Sarthe, est maintenant à Paris où le ministre de l'Intérieur l'a fait revenir pour rédiger les bulletins qu'il fait adresser périodiquement aux journaux soldés141 des départements. Dans la lettre qu’il m'écrit, il m'annonce que depuis deux ans il a composé plusieurs pièces de vers, entre autres une sur le suicide qu'il croit supérieure à toutes celles qu'il avait composées jusqu'alors142. Il voudrait la voir imprimée dans le premier recueil de l'Académie, et je crois qu'il obtiendra facilement cette faveur.

  • 143 Denis Poisson (Pithiviers 1781–Paris 1840), mathématicien dont la carrière d'enseignant le conduis (...)

32617 novembre. — Voilà les députés de la ville revenus à peu près comme ils étaient partis. Saint-Juan est venu me raconter leur déconvenue. Cependant ils n'ont pas perdu tout espoir. Le ministre leur a dit que si le Conseil municipal votait les sommes nécessaires pour disposer un local à la Faculté des sciences, monter un cabinet de physique et un laboratoire de chimie, on examinerait leur demande avec une sérieuse attention. C'est donc de l'argent qu'il faut ; mais le moyen d'en trouver, si l'on n'abandonne pas le ridicule projet des eaux d'Arcier, et Saint-Juan m'a dit que le maire y tenait plus que jamais. Les personnes qui se sont bien montrées pour la ville et qui se sont jointes à la députation sont le général Delort, Pajol, Clément, M. Droz, M. Ordinaire, Jouffroy, et Pouillet. Les députés ont eu beaucoup à se louer aussi de M. Poisson143, qui se meurt d'un anévrisme ; mais ils ont été très mécontents de Dubois, l'ancien professeur de rhétorique que Pérennes a remplacé— c’est une espèce de sauvage grossier qui leur a dit mille impertinences — et de Thénard, la commère. Le Conseil municipal se réunira demain ou après pour entendre le rapport de ses commissaires. Nous verrons ce que cela deviendra.

32718 novembre. — Aujourd'hui, rentrée à la Faculté des lettres. Bourgon, qui remplissait les fonctions de secrétaire, a lu les règlements et statuts, avec si peu de tact et de bon sens qu'il en a lu un où il est question de la cour d'assises pour les élèves qui contreviendraient aux lois de l'Université. Dans un discours fort bien fait, Pérennès a exposé ensuite le plan de son cours pendant l'année qui commence. C'est un vrai chef d'œuvre de diction, peut-être un peu long pour la masse des auditeurs en général peu attentifs ; mais, et cela m'a fait plaisir, il a été fort applaudi.

32819 novembre. — Il vient de paraître sous le voile de l'anonymat une Réponse aux observations de Bonnet contre le projet d'amener à Besançon les eaux d'Arcier. Au premier coup d'œil, je l'ai trouvé mal écrit et faible de raisons, mais quel n'a pas été mon étonnement en découvrant que les citations sont fausses et que d'un bout à l'autre, tous les raisonnements reposent sur des mensonges. « O patriotisme, me suis-je écrié, à quel degré d'abaissement tu te trouves réduit. » Les Romains qui ont construit le canal d'Arcier seraient morts plutôt que de faire un mensonge, et les successeurs de ces romains, tout aussi désintéressés par la question, mentent impudemment pour avoir la gloire de recommencer leur ouvrage.

32920 novembre. — Le Conseil municipal, assemblé extraordinairement et je ne sais pour quel motif, s'est assez bien conduit ; d’abord il a voté une gratification de 300 fr au jeune Petit qui fait hommage à la ville du bas-relief qui lui a valu le second grand prix de sculpture, et puis il a doublé sa petite pension qui sera portée à 1 000fr pour l'année 1840. Enfin il a voté 300 fr pour l'acquisition de la copie du Mendiant de Murillo par un jeune élève de notre Ecole de dessin.

33021 novembre. Le Progrès continue à harceler les partisans des eaux d'Arcier. Le numéro d’aujourd'hui contient deux petits articles assez piquants, mais défigurés par les fautes de goût et de grammaire.

33122 novembre. — Messe de sainte Cécile, épouvantable cacophonie ! Malgré toute ma longanimité, j'ai été forcé de quitter au credo. « M. Roncaglio, cela va mal, et décidément c'est de votre faute. Vous êtes un bon musicien, un artiste distingué, mais vous n’entendez rien à la musique sacrée et je crois que vous réussiriez mieux dans la partition d'un opéra-comique. »

33223 novembre. — M. Edouard Clerc va faire lithographier une carte de la Franche-Comté, divisée par ses abbayes et ses grandes seigneuries, qui sera très utile pour étudier l'histoire du Moyen Age. On ne saurait trop applaudir au zèle éclairé de ce jeune magistrat qui consacre tous ses loisirs à l'étude, sans jamais rien relâcher de ses devoirs.

33324 novembre. — Mon ami le baron Martin, de Gray, a eu le courage de refaire entièrement la traduction de Salluste dont le manuscrit lui avait été enlevé il y a quelques années par un secrétaire infidèle. Comme il se propose de la faire imprimer, il vient de rédiger une préface qui mériterait, ce me semble, d'être lue dans une des séances de l'Académie. J'en parlerai à Pérennès.

33425 novembre. — Viancin, l'inépuisable chansonnier, vient de composer une chanson contre le système adopté depuis bien des années par le Conseil municipal de supprimer l'éclairage lorsque l'almanach annonce que la lune doit donner ; il se moque très gaiement de cette ridicule économie et je ne serais pas surpris que cette chanson, qui ne peut manquer de devenir populaire, touche les cœurs endurcis de nos édiles.

33526 novembre. — Le peintre Baille vient de terminer le portrait en pied du général Janin, commandant de la 6ème division, que l’on dit très remarquable par la ressemblance ainsi que par la noblesse et la simplicité de la pose.

33627 novembre. — Des placards séditieux ont été affichés hier près des halles et dans les rues habitées par la classe ouvrière que l'on cherche à soulever contre les accapareurs. Ce n'est pas que le pain soit très cher puisqu'il ne coûte pas 20 centimes la livre, mais les mécontents ont profité d'un petit renchérissement dans la quinzaine qui a suivi la foire de la Saint-Martin pour chercher à soulever les masses et à les exaspérer contre les autorités qui n'en peuvent mais. Au surplus, les placards ont été arrachés et la population est fort tranquille.

33728 novembre. — M. Adam de Reculot, le neveu de M. de Magnoncour, revient de Constantinople où il a passé trois mois attaché comme surnuméraire à l’ambassade. Il a profité des congés qui lui ont été accordés pour visiter une partie de l'orient ; il a vu et très bien la Syrie et l'Egypte dont, malgré la peste, il regrette le séjour. D'après ses projets, il ne doit rester que peu de temps en France. J'espère (je le souhaite surtout) que ce jeune homme fasse honneur à la province qui, dès le XVIe siècle, a fourni tant d'habiles diplomates.

33829 novembre. — Le rédacteur du Progrès pour la partie littéraire, Ch. Bouvier, est bien un des personnages les plus vaniteux qu’il soit possible d'imaginer, un homme à mettre sur scène, à livrer aux moqueries des habitués de la halle. Sa pauvre cervelle ne contient pas une idée quelconque et quand il se met à sa table pour rédiger un article, il ne sait jamais ce qu’il dira mais il ne s'en pose pas moins comme un matamore et c'est en caressant sa barbe et en passant les doigts dans ses cheveux qu'il jette à ses lecteurs les quelques lignes qu'il leur livre, toujours en attendant mieux. Ce soir, je l'ai rencontré dans un café et je lui ai dit ce que j'avais sur le cœur contre lui ; il n'en fera ni plus ni moins, mais c'était une satisfaction que je voulais me donner : il m'eut été trop cruel de penser qu'il pourrait me croire sa dupe.

33930 novembre. — Le comte Albert de Circourt est reparti pour Paris, emportant le plan de son histoire romantique de l'église de Brou qu'il aura terminée dans deux mois et qui lui sera payée 150 fr la feuille. Sur le regret que je lui témoignais de le voir faire ainsi de la littérature de pacotille, il m'a répondu : « C'est le public qui le veut ainsi, public indifférent, moqueur, qui ne lit plus et qui n'achète plus de livres : les revues et les cabinets littéraires ont tout tué. »

Décembre 1839

3401er décembre. — Nous avons maintenant trois journaux et il n'y en a pas un seul qui réponde aux besoins de la province. Le pays demande des moyens d'instruction, et pas un des trois journaux n'a parlé de la rentrée de la Faculté des lettres ni de l'école secondaire de médecine. Francis Wey a écrit à l'un des rédacteurs du Progrès : « Faites-nous le journal de la province. » Il a cent fois, mille fois raison, mais nos imbéciles qui toujours ont les yeux et le nez sur Paris ne sont pas en état de suivre ce conseil, et la province restera peut-être longtemps encore sans organe.

  • 144 Frédéric Soulié (Foix 1800–Bièvres 1847), auteur de romans historiques (Les Mémoires du diable, 8 (...)
  • 145 Manuscrit déchiré.

3412 décembre. — Th. Belamy, bon musicien dont on a vivement applaudi dans un des derniers concerts une ouverture que l'on dit très remarquable, cherche à mettre en musique un opéra qui puisse être représenté sur notre théâtre. Il s'est décidé pour une pièce de Fréd. Soulié144, imprimé dans la Revue de Paris et qui jusqu'ici n'a pas trouvé de musicien. Dusillet ou Viancin devrait bien <s'occuper> de lui composer un libretto. Il est inouï que dans un pays où tant de personnes <...> il ne s'en trouve pas qui <...>145.

  • 146 Sur 255 votants : Bretillot en obtient 177 (L'Impartial, 4.12.1839).
  • 147 Pierre-Antoine Lyautey (Vellefaux 1761-Geneuille 1854), fit carrière dans l'administration des arm (...)

3423 décembre. — Elections du Conseil général du département : Léon Bretillot a été réélu à une immense majorité ; son concurrent, M. l'avocat de Merey, porté par l'opposition, n'a réuni que 70 suffrages146 Au Conseil d'arrondissement, MM. Maurice et Grobost, sortants, ont été réélus presque sans conteste. Les ennemis du préfet portaient M. Lyautey père147, destitué récemment de la mairie de Geneuille, mais il n'a eu que 24 voix.

3434 décembre. — Convers le César ou le Majeur vient d'être nommé membre du Conseil d'arrondissement par le canton de Boussières. Cette élection, dont il se glorifiera peut-être, est un des résultats de la loi démocratique de morcellement votée après la Révolution de 1830. Il a eu 26 voix, avec toutes ses intrigues ; ne voilà-t-il pas de quoi se bien enorgueillir ? Mais n'importe, cette espèce de triomphe ne peut manquer d'augmenter sa jactance et le voilà certainement plus que jamais assuré de faire passer son projet des eaux d’Arcier qui doit être discuté prochainement par le Conseil municipal.

  • 148 Le Progrès du 8 décembre dans la chronique locale, fait état de cette “Lettre d'un estomac à ses c (...)

3445 décembre. — Les partisans des eaux d'Arcier viennent de publier la Lettre d'un Estomach à ses compatriotes, 4 f. in 8°. L'auteur qui s'est efforcé d'être plaisant n'est que ridicule comme le prouve assez le titre qu'il a choisi. Viancin se charge de lui répondre dans le premier numéro du Progrès148, et certes il n'aura pas grande peine à lui montrer qu'il n'est qu'un sot. Ce pamphlet est généralement attribué à Convers dit César, ce qui soit dit en passant montre que l'on n'a pas une grande idée de son talent comme écrivain, mais Devoisin, que je crois mieux instruit, m'a dit qu'il était de Delacroix, le gendre de Béchet, aidé de Théophile Bruand.

3456 décembre. — Une édition complète des œuvres de De Loy, ce jeune homme incompris, se prépare dans ce moment à Lyon.

3467 décembre. — La médaille de Froissard, le fondateur de l'ex-maison des orphelins à Dole, est enfin revenue de la Monnaie où le coin avait été envoyé il y a plus de six mois. C'est la septième de la collection.

3478 décembre. — Les musiciens du 19e d'infanterie légère qui part après-demain pour Lyon ont exécuté aujourd'hui une messe à Ste-Madeleine. Tous les amateurs de la ville se sont fait un devoir d'y assister. Le Kyrie m’a paru très beau ; les autres morceaux ne m'ont pas également satisfait ; cependant, au total, cette messe m'a semblé très supérieure à celle qui a été exécutée à la cathédrale pour la fête de sainte Cécile.

  • 149 L'abbé Premord, ancien chanoine de Saint-Honoré, avait été vicaire général de l'évêque de Strasbou (...)

3489 décembre. Règles de la vie chrétienne, d'après les livres saints et les auteurs catholiques les plus approuvés, ou lettres spirituelles à une dame anglaise protestante convertie à la foi catholique, par M. l'abbé Prémord149, et traduction de l'anglais sur la 2ème édition par l'abbé C.-I. Busson, 2 vol. in 12. Ce titre bien long n'est pas fait pour donner une idée avantageuse du style du traducteur, homme d'esprit mais qui ne me paraît pas connaître ni le monde, ni son siècle.

34910 décembre. — En rélargissant la Porte taillée on a trouvé dans la fente d'un rocher deux médailles [ ?] en bronze avec [le buste] d'Auguste, avec le revers de l'autel de [Lyon], et une de Vespasien, mieux conservée.

35011 décembre. — La ville de Dole avait mis au concours la construction d'une salle de spectacle qui doit coûter cent mille francs. C'est le plan présenté par notre jeune architecte Martin qui a été préféré ; en conséquence, il demeure chargé de la direction des travaux qui devront être achevés dans le courant de 1840.

35112 décembre.Cours théorique et pratique de grammaire française, par Cl. Jos. Chevassu, Lons-le-Saunier, impr. de Courbet, in-12. Ce volume, le 3ème de l'ouvrage, contient les exercices non corrigés et corrigés.

  • 150 Annoncée dans le Journal de la librairie, elle se fera à la maison Silvestre rue des Bons-Enfants.

35213 décembre. — M. le conseiller Bourgon a acquis à la vente Boutourlin150 le seul exemplaire connu des Heures de Besançon, 1515, in 4°, au prix énorme de 130 fr. La Bibliothèque royale avait donné commission à 30 fr. C'est sans doute Techener et Crozet qui auront élevé ce volume à ce prix exagéré.

35314 décembre. — Hier s'est tenu à l'Hôtel de ville et sous la présidence de M. le maire, la première réunion de la société des amis des beaux-arts. L'inévitable M. Ed. Clerc, qui s'est mis à la tête de cette association, en aura sans doute été nommé le trésorier et le secrétaire. N'ayant point d'occupation dans son étude de notaire, il fait tout ce qu'il peut pour s'en créer ailleurs. Je ne connais pas d'homme plus fécond en projets ; il éteint la mendicité, il se constitue le patron des jeunes libérés, il veut soulager les ouvriers sans travail ; et d'un autre côté, par des expositions périodiques, il veut encourager les artistes, leur distribuer des primes et des couronnes, que sais-je ? Je ne doute pas de sa bonne volonté mais je ne crois pas qu’il ait les moyens et surtout la persévérance nécessaire pour arriver aux différents buts qu'il se propose. C'est ce qu'un avenir assez court doit nous apprendre.

  • 151 Le madia, « genre de composées originaires du Chili dont certaines espèces (M. sativa, M. molina) (...)
  • 152 Page déchirée.

35415 décembre. — Installation du professeur Bonnet au comice de Busy. Cette cérémonie avait attiré 500 cultivateurs des environs dont quelques-uns étaient venus de plusieurs lieues. Le préfet qui, par parenthèse n’a pas eu en cette circonstance la politesse des rois, n'est arrivé qu'à une heure. Il a ouvert la séance dans une grange par une improvisation chaleureuse qui a été terminée par les cris de vive le roi et vive M. le préfet. Le professeur, après un petit discours relatif à la circonstance, a parlé de la pomme de terre Rohan dont il a montré des produits remarquables et de la madia saliva, graine dont on tire une huile agréable et abondante151. Les auditeurs en blouse écoutaient avec une attention que l'on n'obtiendrait jamais des élèves d’un collège. La séance a été terminée par des distributions de semences et de pommes de terre. A la suite a eu lieu un dîner <...> et gai auquel ont pris part trente à quarante personnes, les cultivateurs les plus <...>152.

35516 décembre. Des bateaux à vapeur : précis historique de leur invention etc., par Achille de Jouffroy, Paris, imprimerie de Duverger, in 8° de 7 feuilles.

35617 décembre. — Nos députés reprennent le chemin de Paris pour assister à l'ouverture des Chambres qui doit avoir lieu le 23 de ce mois. M. Véjux part demain, bien convaincu que sa présence dans les commissions préparatoires est très importante aux destinées du pays. L'ennuyeux procès de M. de Magnoncour, qui se plaide en ce moment, ne lui permettra pas de se mettre en route avant la fin de janvier.

35718 décembre. — Proudhon mande à Pérennès que M. Droz trouve l'éloge de d’Olivet par Bousson de Mairet, qui n'a eu que l'accessit, très supérieur à celui d'Ackermann que l'Académie a couronné, et je trouve, moi, que M. Droz pourrait avoir raison.

35819 décembre. — M. Guillaume a communiqué à l'Académie des poésies inédites de l'abbé d'Olivet et de l’abbé Millot, qui m'ont paru assez médiocres. Cependant, sur la proposition de Pérennès, on a décidé qu'il serait fait un choix des meilleures pour les imprimer dans le prochain recueil de la compagnie.

35920 décembre. — Dans sa séance d'aujourd'hui, le Conseil municipal a nommé M. Demesmay pour lui faire un rapport sur la question si importante des eaux d'Arcier. C’est un pas de fait pour arriver à la solution de la question. Mais le rapport fait, avant de délibérer, il importe de le livrer à la discussion des habitants, autrement le procès ne sera jamais instruit comme les gens de bonne foi et désintéressés doivent le désirer. Ce seront toujours les industriels auteurs du projet qui finiront par l'emporter.

36021 décembre. Mélanges par A. Bonvalot (de Salins), Paris, imprimerie de Fournier, in-12.

36122 décembre. — En dînant aujourd'hui chez M. de Saint-Juan, M.Grenot, membre du Conseil municipal, m'a dit qu'il avait présenté il y a quatre ans à la mairie un plan pour la replantation de la montagne de Rosemont, que ce plan avait eu l'assentiment de tous les conseillers municipaux auxquels il l'avait communiqué, mais que le maire n'avait jamais voulu le mettre en délibération parce que tel était son bon plaisir. Là dessus, je me suis fort récrié sur une décision qui me semblait tout à fait dénuée de sens. Mais M.Grenot a insisté ajoutant que le maire n'agissait jamais autrement. Voilà ce me semble un curieux document pour l'histoire administrative de M. Micaud qui paraîtra, j’espère, aussitôt qu'il aura quitté ses fonctions. Il y aurait de la lâcheté à garder le silence dans une si belle occasion de parler. Ce ne sont pas les institutions qui nous manquent, mais les citoyens assez courageux pour les faire respecter.

36223 décembre. — Perron m'a paru découragé de professer la philosophie en présence de cinquante à soixante bambins plus ou moins attentifs à la leçon, dont cinq au plus sont en état de la comprendre. Je lui ai dit que s'il avait cinq bons élèves sur soixante, il devait s'estimer bien heureux, mais je ne suis pas certain de l’avoir convaincu. Perron, d’un naturel impressionnable, est souvent malade ; je crois qu'il s'imagine que notre climat lui est contraire et qu'il se porterait mieux à Paris. Mais ce qui me paraît certain, c'est qu'il ne se plaît pas à Besançon, et j'en ai beaucoup de regret.

36324 décembre. — Ce matin, m'étant levé de bonne heure, j'ai eu la fantaisie d'aller me promener sur les remparts des Jacobins où, dans ma jeunesse, je suis allé tant de fois rêver avec un La Fontaine à la main, mais une sentinelle m'a forcé de rebrousser chemin. C'est une chose remarquable que les vexations auxquelles les habitants sont exposés dans notre bonne ville, depuis qu'ils ont le bonheur de vivre dans un régime de liberté. Il y a un édit de ce despote de Louis XIV portant que les remparts seront plantés pour servir de promenade aux citoyens.

36425 décembre. — Le temps est excessivement doux pour la saison. Depuis plusieurs jours on ne fait plus de feu dans les appartements et cette nuit on aurait pu se promener comme au printemps ; je suppose donc que les églises auront été bien remplies de dévots ou de curieux. Un P. Ferrand, jésuite, qui passe pour un bon prédicateur, a prêché les stations de l'avent à la cathédrale avec beaucoup de succès. Il a prêché aujourd'hui, fête de Noël, à Saint-Pierre. Je n'ai pas eu l’occasion de l'entendre et je n’en ai pas de regret : c'est une chose singulière comme en vieillissant je deviens de jour en jour moins curieux.

36526 décembre. — J'ai dîné hier à la préfecture en famille, c'est le mot employé par M. Tourangin dans son invitation à laquelle je me suis trouvé fort embarrassé de répondre. Je lui ai donné du cher et bon et j'ai lieu de croire qu'il ne s'en est pas fâché ! Les conseillers et les principaux employés de la préfecture, MM. Demesmay et Viancin formaient avec la famille du préfet la totalité des convives. Le conseiller Demesmay a pendant le dîner soulevé la grande question des eaux d'Arcier, en m'interpellant de répondre à ses arguments qu'il a discutés en avocat qui plaide une cause dont il désire le succès. Je n'ai peut-être pas mis plus de calme à lui répondre, mais il n'a pas tenu à moi d'abréger une discussion pénible. Tout ému que j'étais, j'ai dit plusieurs fois : « Ma réponse est dans la chanson que Viancin va nous chanter. » La soirée s'est ressentie de cette querelle que je n'avais point provoquée et que j'ai tenté d'abréger. Ce matin le conseiller Demesmay m'a dit qu'elle lui avait fait passer une fort mauvaise nuit.

36627 décembre. — Viancin vient d'ajouter à son Recueil qu'il fait imprimer pour les étrennes deux nouvelles chansons qui ne sont pas bonnes et dont une pourrait lui attirer des ennemis dangereux. Il a intitulé l'une Les grands hommes du jour, et l'autre Le café du balcon. Cette dernière n'est mauvaise que sous le rapport de l'art, mais les grands hommes sont une suite d'épigrammes sanglantes contre les industriels décorés de la croix d'honneur, contre l’avocat de Merey, Convers, Roy, etc. Je lui ai donné le sage conseil de la supprimer et de retoucher l'autre qui, dans son état actuel, est trop indigne de ses aînées.

36728 décembre. — M. Louis de Vaulchier arrive de Rome où il était allé avec son père présenter ses hommages au duc de Bordeaux. Il n’a rien rapporté de ce beau voyage que des souvenirs dont nous verrons peut-être un jour des fragments. Pendant son absence, on l'a nommé membre de la commission chargée de trouver les moyens d'éteindre la mendicité ! C'est une commission qui ne lui plaît pas du tout : antiphilanthrope, il veut qu’on soulage les pauvres sans les enfermer. Il s'est expliqué nettement avec moi sur toutes ces inventions de la moderne bienfaisance, et je suis assez porté à lui donner raison.

36829 décembre. — L'avocat Curasson a reçu de Rome par M. de Vaulchier le cachet du duc de Bordeaux sur une carte. Il représente une croix ancrée entre les mots foi, espérance. En bas est la signature du prince avec la date : « Rome, 22 novembre 1839. » Je ne doute pas qu'il n'en ait expédié un grand nombre à ses partisans.

36930 décembre. — Hier, le vénérable M. Girod-Chantrans m'a fait l'honneur de me lire la première partie d'un ouvrage philosophique dont il s'occupe depuis quelques mois. Le sujet n'en est pas nouveau ; il se propose d'y montrer la supériorité de l'homme sur les animaux et l'ascendant de ce roi de la nature sur les trois règnes. Si l'ouvrage était d'un jeune homme, je ne balancerais pas à dire qu'il est au moins très médiocre par le fonds et par la forme ; mais l'auteur entrera dans quelques jours dans sa 90ème année, et cet âge mérite bien des égards.

37031 décembre. La neuvaine de la Chandeleur et Lydie, nouvelles par Ch. Nodier, in 8°, imprimerie de Dépré à Sceaux.

Notes

1 Le baron Claude-Pierre Bouvier d'Eclangeot (Dole 1759-1843). Professeur de droit à l'Université de Dijon, rallié à Napoléon après le 18 brumaire, il fut député au corps législatif en 1809, procureur impérial à Besançon en 1811, membre de l'Académie de Besançon en 1812, procureur général à Limoges en 1818. Il succèda à Dusillet comme maire de Dole en 1834.

2 Dominique-Joseph Garat (Bayonne 1749-Les Urdains 1833), homme politique versatile et ondoyant, manquant de jugement et de caractère. Il avait vécu à partir de 1773-1774 dans la maison des Suard et avait été le protégé de Mme Suard. Louis XVIII, après 1815, le renvoya à l'obscurité. Il avait rédigé un mémoire historique sur M. Suard en 1820, qui fut réédité.

3 Dans ses Hommes illustres d'Arbois..., vers 1847, ouvrage inédit (Arch, munic. d'Arbois), Just Sáron indique à propos de Bousson de Mairet : « Le même auteur a dans ses cartons d'autres ouvrages inédits, savoir : [...] 8 . Condones pœticae, discours choisis des poëtes épiques latins, traduction en prose, 1838. » Mention communiquée par M. Pierre Grispoux.

4 Pierre Nicole (1625-1695) se rattache au groupe de Port-Royal ; il avait rédigé des Essais de Morale (4 vol., 1671-1678).

5 La famille de Saint-Juan était installée dans l'hôtel du Bouteiller, à l'angle de la Rue des Granges et de la rue Luc-Breton.

6 Henri Gisquet (Vézin, Moselle, 1792 †Paris 1866). C'est une négociation pour l'achat de fusils à Londres qui est à l'origine des accusations de concussion portées contre lui. Il n'en avait pas moins été nommé préfet de police en octobre 1831 ; il dut démissionner en 1836, devint conseiller d'Etat et fut élu en 1837 député de Saint-Denis. L'affaire des fusils ressurgit en 1838 ; innocenté, il n'en fut pas moins révoqué du Conseil d'Etat. Il publiera ses mémoires en 1840.

7 C'est-à-dire Dubois, commissaire de police de la ville.

8 Bousson de Mairet avait été nommé au collège de Rodez en 1837, mais son ouïe de plus en plus faible ne lui permettait plus de remplir ses tâches.

9 Peut-être l'un des cafés de Granvelle.

10 L'archéologue amateur déjà cité dans les volumes précédents.

11 Lu professeur Jean-Ignace Bourgon, président de l'Académie.

12 Jean de Chalon-Arlay (1257-1315), une des figures de l'histoire comtoise ; lié aux Hasbourg, il avait obtenu la vicomté de Besançon ; à partir de 1301 allié à Philippe le Bel, il eut à mater la révolte des bisontins soulevés contre lui (1307) et leur imposa une lourde amende.

13 Le jurisconsulte Jean-Baptiste-Victor Proudhon, mort en 1838.

14 Marie d'Orléans, fille de Louis-Philippe (1813-1839)

15 Il avait été installé en 1821 dans la chaire de chimie de l'Ecole pratique de médecine. Membre de l'Académie en 1822, il appartient aussi à la Société d'Agriculture. Il avait participé à plusieurs entreprises industrielles : fabrication du charbon animal, du bleu de Prusse. En 1825 il est signalé comme suppléant de M. Euvrard en pharmacie.

16 Jacques-Marie Guignet (Salins 1784-Paris 1848). Ebéniste à Autun, il exerça plusieurs métiers à Genève et à Autun ; s'installe définitivement à Salins comme architecte.

17 Ministère Molé.

18 Jean-Joseph Pourcy, électeur du canton de Besançon-Sud, membre de la Société d'Agriculture du Doubs.

19 Le curé de Mattaincourt avait fui la Lorraine pendant la guerre de Trente ans et s'était réfugié à Gray où il meurt en 1640. Il était le fondateur d'un ordre pour l'instruction des jeunes filles et le réformateur de la congrégation des chanoines réguliers de Saint-Sauveur.

20 Amédée-Louis Despans de Cubières (Paris 1786-1853), général, s'était distingué dans les guerres de l'Empire puis en Espagne et en Grèce. Pair de France en 1839, il sera deux fois ministre de la guerre.

21 Locution italienne peut-être, pour signifier que l'avocat se courbe ?

22 Philippe Demesmay, sous-préfet de 1830 à 1839.

23 Le conseiller Bourgon avait été candidat à Pontarlier lors des élections précédentes.

24 L'avocat général Maurice.

25 Louis-François Nicod de Ronchaud (Lons-le-Saunier 1816-Saint-Germain-en-Laye 1887), fils du député du Jura sous la Restauration, Joseph-Alexis de Ronchaud. Après des études en Suisse, il manifesta très jeune un goût prononcé pour la poésie et se lia à Paris avec les écrivains romantiques. Très lié à la comtesse d'Agoult et au baron d'Eckstein, il fut surtout le disciple et l'ami de Lamartine dont il accompagna la carrière politique et la solitude lorsque la maladie après 1848-1850 obligea le poète à vivre à l'écart du monde. Entré par les études, en particulier sur Phidias, dans le monde de l'art, il devait être directeur du Louvre et des Musées nationaux ; c'est lui qui créa l'Ecole du Louvre. Il se montra sévère pour Les contemplations de Hugo et la peinture réaliste de Courbet, qu'il trouvait vulgaire. (Voir Kaye, Les correspondants de Ch. Weiss ; E. Besson, Louis de Ronchaud, poète, archélogue et critique d'art, Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs, 1887.)

26 Emile de Girardin (Paris 1806-1881), publiciste et homme politique. Il lança de 1829 à 1835 une série de publications comme La Mode, Le journal des connaissances utiles et Le Panthéon littéraire. En 1836 il créa La Presse, premier journal accessible au grand public.

27 Le rancio était un vin rouge d'Espagne (Navarre) qui jaunissait et prenait un goût particulier en vieillissant (Encyclopédie du xixesiècle)

28 André-Frédéric Hartmann (1772-1861), industriel qui avait fondé une fabrique de toiles peintes à Paris, fut élu député dans le Haut-Rhin et siégea dans les rangs des conservateurs jusqu’en 1845, date à laquelle il entra à la Chambre des Pairs.

29 Peut-être Edouard Dunod de Charnage (1783-1826), auteur de plusieurs ouvrages historiques, en particulier, en 1822, De la monarchie en France.

30 Claude-Ferdinand Bobillier (Les Gras 1763-Vesoul 1839), prêtre défroqué en 1796 et devenu alors professeur à Vesoul, il fut fauteur de plusieurs ouvrages mathématiques. Il avait publié en 1791 un Discours sur la distinction des vrais et des faux patriotes, et en 1800 des Lectures morales et amusantes. Il fonda par la suite une imprimerie où lui succéda son neveu Louis Duchet-Suchaux (dit Louis Suchaux), éditeur des annuaires de la Haute-Saône et auteur du premier Dictionnaire des Communes de la Haute-Saône.

31 Nicolas-Sébastien Roch, dit de Chamfort (1741-1794), écrivain, élu en 1781 à l'Académie française, dont il provoqua la suppression en 1793 par son Discours sur les académies (1791).

32 François-Joseph-Victor Broussais (Saint-Malo 1772-Vitry 1838). Médecin militaire, professeur au Val-de-Grâce, dont un hôpital parisien porte le nom.

33 Achille-François-Léonor de Jouffroy d'Abbans (Ecully-lès-Lyon 1785-1859), fds de l'inventeur de la navigation à vapeur. Il avait adapté avec Nodier la pièce de Byron, Le Vampire, qui fut joué au théâtre de la Porte Saint-Martin. Enrichi par la spéculation, il s'était lancé en 1824 dans l'exploitation moderne du domaine dépendant du château de La Jahotière (Loire-Atlantique) et y fonde une usine métallurgique en 1826. Cf. : Les forges du Pays de Chateaubriand, 1984, p. 201-221 (Cahiers du Patrimoine, 3)

34 Charles-Nicolas Huart (Epernay 1791-Besançon 1866), était allié par son mariage à la famille Marguet, de Vuillafans. Coindre, Mon vieux Besançon, loue ses qualités d'honnête homme ; il était membre de l'Académie de Besançon.

35 Jean Boyvin (Dole 1575-1650), avocat général, conseiller puis président du parlement est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont le plus célèbre est le récit du siège de Dole de 1636. La relation du miracle de l'hostie de Favemey (survenu en 1608) était restée manuscrite.

36 Antoine, duc de Lorraine et de Bar (1489-1544).

37 L'abbé Vieille.

38 La chapelle bâtie au xviiie siècle près de la Grange-Martin, sous le vocable de Saint-Claude, dépendait auparavant, comme toutes les habitations de la partie nord de la ville, de la paroisse de la Madeleine. Elle avait été remplacée par une petite église qui devait être abandonnée en 1857 pour l'église actuelle, dessinée par l'architecte Delacroix (Castan, Besançon et ses environs, 1880)

39 Il fera carrière dans la diplomatie, en poste successivement à Saint-Petersbourg, Dresde, Constantinople, Pékin.

40 Rachel avait débuté en juin 1838, au Théâtre français dans le rôle de Camille, d'Horace, une carrière qui devait durer jusqu'en 1856. Grande interprète de Racine, elle avait joué jusqu'en Amérique et en Egypte.

41 Pierre-Paul de Riquet (Béziers 1604-Toulouse 1680), ingénieur, constructeur du canal du Midi.

42 Charles-Edouard de Beaumont (Lannion 1812-Paris 1888), peintre, aquarelliste et lithographe, fils du sculpteur Jean-Baptiste Beaumont (Omans vers 1768-Versailles 1852), peignit d'abord des paysages avant de s'illustrer comme aquarelliste et illustrateur (Gazotte, Le Diable amoureux, 1845 ; Les Nains célèbres depuis l'Antiquité).

43 Denis-François-Xavier Bourges (1797-1869), peintre, élève de M.de Valdahon.

44 Odette de Champdivers, maîtresse de Charles VI (1368-1422), dite la Petite Reine. Elle soignait le roi pendant ses crises de folie.

45 Auguste Mignet (1796-1884), historien romantique ; fit paraître, de 1836 à 1844 quatre volumes consacrés à L'histoire de la Succession d'Espagne, utilisant la correspondance de Louis XIV.

46 Le rapport de Pérennès dans la séance publique de l'Académie du 28 janvier 1840 cite ce travail, qui n'a été pas publié.

47 L'hôtel Chifflet est celui dont le jardin, depuis la Rue des Granges, longeait l'ancienne rue Chifflet et se terminait avec l'Orangerie s'appuyant contre la caserne Lyautey (médiathèque Pierre Bayle).

48 Aucun recueil de prose et vers ne figure sous ce titre dans la liste des ouvrages imprimés de Bard dans le Catalogue général de la Bibliothèque nationale.

49 Charles-Augustin Dusillet (Dole 1792-Auxon-Dessous 1863), fils du maire de Dole, appartint au cabinet du sous-préfet de Dole, M.de Roujoux, puis il fit carrière dans la magistrature : président de chambre à Besançon en 1856. Poète à ses heures, admis à l'Académie de Besançon en 1841.

50 Il s'agit de la rue de la Préfecture, et non de factuelle impasse Granvelle ; un dessin de Coindre montre un muret séparant la promenade de la rue, et c’est sans doute lui qui est surmonté un moment d'une grille.

51 Léon Bretillot.

52 Le récit de la procession de Salins à Notre-Dame de Gray en 1631 figure au t. II des Mémoires et documents inédits (Besançon, Sainte-Agathe, 1839). Cette démarche des Salinois était un acte de reconnaissance à la Vierge après l’épidémie de peste qui ravagea la ville en juillet 1629, en exécution du vœu fait par le magistrat de la ville.

53 Le général Lepin avait épousé une Caron, de la famille des maîtres de forges de Fraisans.

54 L'abbé Pierre-Simon Blanc (né à Mondon. Doubs), auteur de plusieurs ouvrages de piété, et d'un Cours d'histoire ecclésiastique, en 3 vol. (1841).

55 Antoine Ponçot (Besançon 1775-1866), intendant militaire à Vesoul, membre de la Société d'agriculture de la Haute-Saône depuis 1831. Il a fait beaucoup de recherches biographiques sur la demande de Weiss. En 1837, il entre à l'Académie de Besançon.

56 Antoine-Elie Elwart (Paris 1808-1877), professeur au Conservatoire de Paris, est le compositeur de 30 opéras, 3 messes et 4 oratorios.

57 Hugues Ier (1003-1066). Archevêque de Besançon en 1031, son rôle est considérable dans l'expansion de la ville.

58 Alexandre-Théodore Gaillard (Paris 1796-1830), docteur ès-lettres en 1812. En 1831, il est proviseur du Lycée Henri IV, puis inspecteur de l'Académie de Paris, inspecteur général de l'enseignement secondaire jusqu'à sa retraite en 1852.

59 La démonstration eut lieu sur un garçon de 16 ans qui souffrait d'une arthro-synovite à la suite d'un coup de serpe sur le bord externe de la rotule du genou gauche, en présence de MM. Bulloz, Villars, Grenier, Desfosses, Tournier, Martin, Corbet, Delacroix et Pécot. Trois mois après, une nette amélioration de l'état du malade fut constatée (M. Acad. Besançon, 1839, p. 98-101).

60 C'est sous ce titre, Le Progrès, que cet hebdomadaire illustré paraîtra d'août 1839 au 30 juillet 1840, s'affichant effectivement comme d'opposition (M. Vogne, La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, IV, 257-264).

61 Weiss s'est longuement étendu (du 20 mars au 4 avril 1838) sur ce drame qui fut représenté au théâtre de Besançon : Stafford.

62 Renaud, ancien magistrat.

63 Le Musée des Familles, recueil littéraire (1833-1900), dont l'un des fondateurs fut E.de Girardin, et qui visait à l'éducation du grand public.

64 Lamoral, comte d'Egmont, prince de Gavre (1522-1568), un des meilleurs capitaines de Charles Quint, négocia en 1554 le mariage de Philippe II avec Marie Tudor. Opposé à la prépondérance politique du cardinal Granvelle, il fut arrêté en 1567 par le duc d'Albe, condamné à mort et décapité avec le comte de Hornes qui l'avait soutenu.

65 Guillaume Ier de Nassau, prince d'Orange (1533-1584), d'abord bien en cour auprès de Philippe II, se détourna de l'Espagne et du catholicisme à cause des abus du gouvernement des Pays-Bas. Stathouder de Hollande, il se mit à la tête des nobles des Pays-Bas pour lutter contre l'Espagne. Il fut assassiné sur ordre des Espagnols par un fanatique comtois, Balthazar Gérard, originaire de Vuillafans.

66 Hubert-Joseph Lyautey, un des trois frères vivants à cette époque ; né en 1789, il a été nommé colonel en 1830 et maréchal-de-camp en 1841 ; c'est le grand-père du maréchal. Son frère Antoine Nicolas, également dans l'artillerie, né en 1794, il était lieutenant en 1839 : nommé chef d'escadron en 1841, lieutenant-colonel en 1843, colonel le 27 juin 1847, sera ensuite général de brigade. Le troisième frère, Charles-René, était intendant militaire. La famille était originaire de Vellefaux (Haute-Saône) et s'était ensuite fixée à Geneuille.

67 Marie de Saint-Juan (1822-1890).

68 Alexandre Mazas (Castres 1791-Paris 1856), littérateur qui avait commencé une carrière militaire sous l'Empire, s'était démis de son grade en 1820 ; il fut nommé en 1821 conservateur adjoint à la Bibliothèque de l'Arsenal, mais perd son emploi en 1830 pour avoir refusé le serment à Louis-Philippe.

69 L'hôtel aujourd'hui appelé de Clermont (Grande-Rue) fut construit en 1739 pour le conseiller Pourcheresse d'Etrabonne.

70 Alexandre-Jakovlevitch, prince de Labanoff de Rostoff, né en Russie en 1788, fit d'abord carrière militaire de 1806 à 1828 ; il la quitte à cette date pour se livrer à ses goûts littéraires. Auteur d'ouvrages historiques (en particulier sur Marie Stuart), il possédait une magnifique bibliothèque et une riche collection de cartes géographiques, topographiques et marines dont il publia le catalogue (Paris, 1823).

71 Voir au 1er avril 1839.

72 Ils sont actuellement attribués à Pietro della Vecchia (1603-1678) : Trois siècles de patrimoine public. Bibliothèques et musées de Besançon.

73 Le père Jacques Bridaine, 1701-1767, missionnaire français, placé à la tête des missions royales instituées pour la conversion des protestants ; auteur de sermons et de cantiques spirituels (Lar. XXe).

74 Max Buchon (Salins 1818–1869), a puisé son inspiration dans l'étude des mœurs comtoises ; républicain, ami de Courbet, il sera exilé en 1851 ; J. Joliot, Max Buchon, romancier réaliste et régionaliste. Université de Franche-Comté, thèse de 3ème cycle, 1980.

75 Un ouvrage similaire a été cité par Weiss dans son Journal le 29 avril 1833.

76 Pierre-Eugène Bretillot, né en 1811, jeune frère de Léon.

77 René-Charles-Hippolyte Le Prestre de Lezonnet, marquis de Châteaugiron (Rennes 1774–Nice 1848). Fut d'abord officier, puis, suspect comme ancien noble, il quitta l'armée pour faire une carrièire diplomatique. Curieux d'histoire et d'art, il fut l'un des fondateurs de la Société des bibliophiles de France.

78 Le Journal de la librairie qui cite l'ouvrage en avril 1839 ne donne pas le nom des auteurs : M*** et Barthélemy D***. L'imprimeur René est de Sèvres.

79 Claude Fauchet (1529-1601), érudit et humaniste qui passa sa vie à recueillir les documents sur l'ancienne littérature française. En 1581 il publia le Recueil de l'origine de la langue et de la poésie française, ryme et romans, plus les noms et sommaires des œuvres de 127 poètes français vivant avant l'an 1300.

80 Le Séquanais devait paraître du 1er septembre 1839 au 1er septembre 1841 avec ce sous-titre : Journal des intérêts généraux, revue politique, religieuse, scientifique, littéraire, artistique, agricole, commerciale, industrielle et anecdotique. Essentiellement légitimiste et catholique. Voir Vogne, La presse périodique..., IV, p. 265-282.

81 Jules Chifflet (1615-1676), abbé de Balerne, chancelier de la Toison d'Or ; Thomas Chifflet (né en 1635), aumônier de la reine Christine de Suède. Ce sont deux fils de Jean-Jacques.

82 Sans doute Pierre-François d'Orchamps, chanoine et grand trésorier du chapitre ; sa sœur Jeanne Baptiste, épouse en 1698 de Claude-Nicolas Chifflet, est l'héritière de sa famille et en transmet par substitution le nom et les armes à ses descendants.

83 Le Progrès devait paraître en fait du 1er août 1839 au 30 juillet 1840 ; il se présente comme un journal d'opposition. Voir Vogne, La presse périodique..., IV, 258-264.

84 Nous dirions spécialistes ;

85 Monnaie à fleur de coin : celle dont l'empreinte est aussi nette que si elle venait d'être frappée. Une pièce à l'effigie de Crispina, épouse de Commode, fils de Marc-Aurèle, est visible dans les collections de monnaies du Musée d'archéologie de Besançon.

86 Il s'agit sûrement de Richard-Baudin, dont on sait qu'il pensa pendant un temps entrer dans les ordres, mais il abandonna ses études de théologie au séminaire de Saint-Sulpice pour retourner à l'enseignement ; il devait épouser, à Baume-les-Dames en 1842, Sophie Besson. II était descendant des Gordon O'Neil (Journal, III, 272). Baudin est le nom de sa mère.

87 Cet ouvrage posthume fut précédé de son éloge par Curasson, élève du professeur.

88 La Recherche était le nom de la corvette sur laquelle Marmier s'était embarqué avec Joseph-Paul Gaimard — (St-Zacharie, Var, 1790-Paris 1858), naturaliste — pour une misson scientifique, 1836-1840 à la recherche de La Lilloise, navire qui s'était perdu sur les côtes du Grœnland (voir X. Marmier, Journal 1848-1890, édité par Eldon Kaye, p. 21). Weiss a écrit « du voyage à La Recherche de La Découverte », ce qui ne veut rien dire sans correction.

89 Gaimard a résumé ses observations dans ses Voyages de la commission scientifique du Nord.

90 Marie-Joseph Monny de Mornay (Langres 1804 †1868), agronome français. Après avoir dirigé des exploitations agricoles, il deviendra inspecteur général de l'Agriculture en 1841, chef de division en 1848, puis directeur du ministère de l'agriculture.

91 Charles-Jacques-Marie-Tanneguy, comte Duchâtel (Paris 1803-1867), député de Charente-Inférieure, ministre de l'intérieur du 12 mai 1839 au 1er mars 1840.

92 L'épouse du général commandant le département du Doubs.

93 Joseph-Noël dit Natalis de Wailly (Mézières 1805-Paris 1886), auteur d'ouvrages sur le Moyen Age, qui sera en 1854 conservateur des manuscrits de la Bibliothèque nationale.

94 Aujourd'hui rue d'Alsace.

95 Jean-Baptiste-Marie Lefaivre, lieutenant colonel à la direction du Génie de Besançon (Annuaire, 1839). Né à Mézières (Ardennes) en 1783, élu à l'Académie en 1832.

96 Benjamin-Edme-Charles Guérard (Montbard 1797-Paris 1854), historien et érudit, directeur de l'Ecole des chartes, avait succédé en 1833 à Abel Rémusat à l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Il sera nommé en 1852 conservateur du département des manuscrits à la Bibliothèque impériale.

97 Les « Messieurs de Port-Royal » ont déjà été cités dans le Journal (8.1.1839), sauf l'abbé de Saint-Cyran (Jean Du Vergier de Hauranne, Bayonne 1581-Paris 1643), directeur de Port-Royal des Champs en 1636, que son attachement au jansénisme rendit suspect à Richelieu qui le fit emprisonner à Vincennes, et Antoine Arnauld (1612-1694), fauteur de la Fréquente communion.

98 Le duc de Lauzun (Armand-Louis de Gontaud-Biron, 1747-1793) appartenait au groupe que Fontanes désignait comme « princes de la jeunesse » ; il avait pris part à la Guerre d'indépendance en Amérique et mourut sur l'échafaud.

99 Charles le Téméraire.

100 Weiss cite la brochure à la date du 1er octobre. Charles Pellarin, Charles Fourier, sa vie et sa théorie, 2e éd., 1843, et 5e éd., 1871, affirme que Louise Courvoisier, née à Besançon, était une sœur de l'ancien ministre ; épouse Lacombe, elle fit connaissance de Charles Fourier et le fréquenta dans les 6 dernières années de sa vie ; elle envoya son éloge à la rédaction de La Phalange.

101 Le baron Edouard Henry, fils du colonel baron Claude-François Henry.

102 Le tableau de Lancrenon est toujours en place dans l'église de la Madeleine, bien que le culte de sainte Philomène ait été suspendu par la Congrégation des rites en 1961.

103 Le baron de Roujoux s'était lié d'amitié avec Nodier à Dole, entre 1806 et 1811, quand il tenait un cours de littérature, philosophie, grammaire et histoire naturelle. La tablette d'ivoire originale, représentant l'empereur Romain IV et l'impératrice Eudoxie couronnés par le Christ, actuellement à la Bibliothèque nationale, a été remplacée sur l'Evangéliaire de Besançon par une copie en plâtre (Castan, Inventaire des richesse d'art de la Bibliothèque de la ville de Besançon).

104 Sans doute Pierre-Antoine Lebrun (Paris 1785-1873), poète et directeur de l'Imprimerie royale, membre de l'Académie française.

105 Curieuse erreur de Charles Weiss, qui évoque le titre du concours de 1838 ; le rapport de l'abbé Doney en 1839 concerne l'utilité de l'observation du dimanche.

106 Claude-Joseph Tissot, des Fourgs, qui appartenaitt à la branche des Tissot-Daudon.

107 Pierre-Philibert Pompée (Besançon 1809-Paris 1874), pédagogue et organisateur de l'enseignement professionnel. A écrit plusieurs ouvrages sur l'enseignement primaire dont l'un consacré à la vie et aux travaux de Pestalozzi sera couronné par l'Académie des Sciences morales.

108 Ferdinand-Charles, comte de Lasteyrie du Saillant, 1810-1879. Homme politique et archéologue, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres ; publiera aussi une Histoire de l'orfèvrerie.

109 La princesse Marie d'Orléans, 1813-1839.

110 Le Journal de la librairie n'apporte pas plus de précision.

111 Sans doute Broch d'Hotelans (cf. Journal, III-26).

112 La dissertation de dom Berthod sur les différentes positions de la ville de Besançon (1764) figure dans le 2e volume des Mémoires et documents inédits (1839) ; les trois gravures qui l'accompagnent ne sont pas signées, mais leur exécution est attribuée dans la préface à Jules Baron, qui a gravé les dessins de Weiss.

113 Claude-François-Irénée Faivre d'Esnans (Baume-les-Dames 1794 †1867), docteur en médecine dévoué, avait créé en 1825 un cours de physique et de sciences naturelles gratuit (Eloge par le comte de Vaulchier, Annales franc-comtoises, 1868, p. 391-292).

114 Ce village, qui surplombe la Barbèche, affluent du Dessoubre, a été l'objet de fouilles en juin 1839 qui mirent au jour un cimetière burgonde ; les objets recueillis furent dispersés entre les musées de Besançon, de Montbéliard et de Saint-Germain-en-Laye (Dictionnaire des communes du Doubs, V).

115 Nans, canton de Rougemont (Doubs).

116 Charles II, roi d'Espagne de 1665 à 1700. La toile avait été exécutée par Brune en 1835.

117 Alexandre Bertrand (Besançon 1814-1878). La Bibliothèque de Besançon conserve ses albums de dessins et croquis.

118 [Un précurseur d'Albert Savants ?]

119 Alexandre-Gabriel Desbiez de Saint-Juan.

120 Neveu de Georges Cuvier ; sera chef de la section des cultes non catholiques au ministère de la Justice, et conseiller d'Etat en 1848.

121 Auteur en 1819 d'une Histoire de la république de Venise.

122 Charles-Edouard Clerc (Baume-les-Dames 1803 - Besançon 1867), notaire à Besançon. Il était frère de César Clerc de Landresse, et non du président Edouard Clerc comme l'indiquait la note p. 301, Journal, t. III.

123 Jean II le Bon (1319-1364), fils et successeur de Philippe VI de Valois. Son fils, Philippe le Hardi (1342-1404) gagna son surnom à la bataille de Poitiers (1356). Il reçoit en apanage la Touraine puis le duché de Bourgogne.

124 Joseph Boiston, de Morteau, sculpteur, avait été pensionnaire de l'Académie à Rome en 1789 ; revenu à Paris pendant la Révolution, il fit hommage à l'assemblée législative d'un buste en marbre de J. Brutus.

125 Journal de la librairie, no°5371 (1839).

126 Figure en feuilleton dans L'Impartial du 13 octobre 1839.

127 Les Saint-Juan, outre le domaine dont ils portaient le nom et le château de Salans, avaient une propriété à Durnes.

128 Elle a aujourd'hui disparu, remplacée en 1854 par la chapelle de la Visitation.

129 Le dictionnaire des communes contenu dans l'Annuaire du Doubs (années 1844 à 1848 : notice Omans, 1847) décrit, dans l'église à côté du couvent des minimes, la tombe de D. Simon Bailly, ornée d'une inscription latine mentionnant la date de sa mort, 2 janvier 1615, et sa qualité de docteur en théologie.

130 Jean-Emmanuel Jobez (Morez 1775-1828).

131 Le château de Châteauvillain était situé sur la commune de Bourg-de-Sirod.

132 Louis-Etienne-Alphonse Jobez (Lons-le-Saunier 1813-Morez 1893), fils de Jean-Emmanuel. Maître de forges, il occupa plusieurs fonctions politiques dans son département et fut connu pour ses sympathies fouriéristes (voir Kaye, Les correspondants de C. Weiss).

133 L'abbé Perruche (1775-1846), de Salins, fut censeur au collège de Besançon pendant la Restauration, puis inspecteur de l'Université.

134 L'affaire qui oppose le préfet Tourangin au sous-intendant militaire Charles-René Lyautey est exposée dans L'impartial du 1er novembre 1839.

135 Le général Antoine-Virgile Schneider (Sarre-Union 1787-Paris 1847), député en 1834, ministre de la guerre de 1839 à 1840.

136 Elu en février 1839 président de la Chambre de commerce de Besançon, il était qualifié dans le registre des délibérations d'ancien négociant.

137 Jobard, alors substitut du procureur général, avait été élu en juin 1834, et réélu en octobre 1837 à Gray député de la Haute-Saône.

138 Cet armurier n'est pas identifié. La Franche-Comté a fourni plusieurs fabricants d'armes de qualité, notamment Les Lafferières dit Piquet à La Cluse-et-Mijoux.

139 Wladimir Gagneur (Poligny 1807-Paris 1889). Homme politique et publiciste, de convictions fouriéristes, il sera exilé au moment du coup d'état de 1851. Député du Jura de 1869 à 1889.

140 Abel-François Villemain (Paris 1790-1870), ministre de l’Instruction publique du 12 mai 1839 au 1er mars 1840, puis en 1841, 1842, 1843.

141 Il faut sans doute comprendre subventionnés.

142 Extrait de la lettre de Laumier à Weiss : « Parmi les pièces que j'ai faites récemment, il en est une intitulée Le suicide que je regarde à tort ou à raison comme ce que j'ai fait de mieux, à cause de la nature du sujet et de la manière dont je l'ai traité. » Texte reproduit dans Kaye, Les correspondants..., p. 282-285. Il s'agit d'une pièce de trente-cinq strophes de six vers chacune.

143 Denis Poisson (Pithiviers 1781–Paris 1840), mathématicien dont la carrière d'enseignant le conduisit par l'Ecole polytechnique et la Faculté des sciences au conseil royal de l'Université.

144 Frédéric Soulié (Foix 1800–Bièvres 1847), auteur de romans historiques (Les Mémoires du diable, 8 vol., 1837-1838) et de drames.

145 Manuscrit déchiré.

146 Sur 255 votants : Bretillot en obtient 177 (L'Impartial, 4.12.1839).

147 Pierre-Antoine Lyautey (Vellefaux 1761-Geneuille 1854), fit carrière dans l'administration des armées : commissaire-ordonnateur en 1812, chargé de l'organisation des équipages de l'armée.

148 Le Progrès du 8 décembre dans la chronique locale, fait état de cette “Lettre d'un estomac à ses concitoyens” [mais pas d'une réponse de Viancin].

149 L'abbé Premord, ancien chanoine de Saint-Honoré, avait été vicaire général de l'évêque de Strasbourg.

150 Annoncée dans le Journal de la librairie, elle se fera à la maison Silvestre rue des Bons-Enfants.

151 Le madia, « genre de composées originaires du Chili dont certaines espèces (M. sativa, M. molina) sont cultivées en Europe pour leurs graines qui fournissent une huile siccative » employée notamment dans la savonnerie (Larousse).

152 Page déchirée.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search