Version classiqueVersion mobile

Journal 1838-1842

 | 
Charles Weiss

Année 1838

Texte intégral

Janvier 1838

  • 1 Louis Marmier, né en 1815 à Dambelin, sera inspecteur d'Académie à Dijon.
  • 2 François Richard-Baudin.

11er janvier. — La continuation du beau temps a dû permettre aux amateurs de visiter, de parcourir les rues dans tous les sens avec la plus grande facilité. Quant à moi, j'ai passé la journée à la Bibliothèque sous clef à corriger cette épouvantable Biographie du général Beauvais, l'une des plus étonnantes mystifications de ce siècle de charlatanisme et de friponneries. Ainsi qu'il en était convenu depuis quelques jours, j'ai dîné chez Pérennès avec Viancin et Lancrenon, le frère de Xavier Marmier1 qui part demain pour aller occuper au collège de Beaune une chaire de philosophie que l'on croirait créée exprès pour lui tant elle lui arrive à point, et notre poète Rich. Baudin2, dont la misanthropie hors de sens et de propos nous a singulièrement divertis.

  • 3 L'Impartial du jeudi 28 décembre 1837 : « Nous recevons la communication suivante : Besançon va jo (...)

22 janvier. — L'Impartial contient une lettre assez raisonnable sur la nécessité de conserver à la rue qui conduit aux Chaprais le nom de Chifflet, l'un des plus honorables de la ville. Il y a quelques jours qu'il a parlé de l'autorisation donnée par le conseil municipal à une compagnie parisienne d'éclairer la ville au gaz de résine3, sur la condition que ladite compagnie ferait les dispositions nécessaires pour faire jouir la ville de ce nouveau mode d'éclairage avant le 1er décembre de l'année courante. C'est aujourd'hui qu'ont dû commencer les essais pour s'assurer de la solidité du nouveau pont de fil de fer, qui doit être ouvert incessamment aux voitures du commerce.

  • 4 Description sommaire de la villa et des trouvailles postérieures dans le Dictionnaire des Communes (...)

33 janvier. — M. Edouard Clerc marche de découverte en découverte. Il vient de trouver près de Thise4, à une lieue de Besançon, une étendue de terrains couverte de tuiles et de débris romains qui suppose en ce lieu un établissement au moins de la grandeur de Marnay. C'est vraiment une chose singulière qu'aucun des nombreux savants qui se sont occupés de la topographie de la province séquanaise sous la domination romaine n'ait signalé ce canton que les habitants du lieu nomment entre eux la villa ou la ville. M. Clerc doit faire de cette découverte le sujet d'un nouveau mémoire qu'il communiquera dans une de ses prochaines séances à l'Académie et à la Société des documents.

  • 5 L'abbé Richard.

44 janvier. — Le bon et laborieux curé de Dambelin5 est venu passer ici quelques jours pour continuer dans les archives de la préfecture ses recherches sur les communes du canton de Pont-de-Roide, dont il se propose de nous donner bientôt l’histoire. Dans une visite qu'il a faite récemment au château de Neufchâtel, chef-lieu d'une des plus illustres familles de la Comté, il a découvert des cheminées sculptées à l'époque de la Renaissance et qui sont dans un état de parfaite conservation. Il m'a promis de faire des démarches près du propriétaire actuel pour l'acquisition de ces cheminées qui deviendraient un des ornements de notre musée du Moyen Age, ou tout au moins de m'en procurer des dessins que nous pourrons ensuite faire lithographier pour en accompagner la description.

55 janvier. — La construction du nouvel arsenal dont on paraît vouloir enfin s'occuper sérieusement doit nécessiter la démolition de l’ancienne église des capucins qui sert de temple aux protestants depuis qu'ils ont le libre exercice de leur culte en notre ville. Comme l'administration municipale est tenue de leur fournir un local pour leurs réunions, elle a jeté les yeux sur l'église du Saint-Esprit pour l'approprier à cet effet. C'est une excellente idée puisqu'elle aura pour résultat de conserver une des plus anciennes églises de Besançon et la plus curieuse par le nombre et la singularité de ses ornements qui remontent au 13ème siècle.

66 janvier. — M. Perron, chargé du cours de philosophie, en remplacement de ce malheureux Bach, est arrivé aujourd'hui de Gray où il était depuis quelques jours chez son beau-frère. Sa première visite a été pour moi. Il a eu beaucoup de peine à quitter Paris où il avait l'espérance d'obtenir la suppléance de Jouffroy à la Sorbonne pour venir professer à Besançon où il se regarde comme enterré. Il a eu la politesse de me dire que j'étais pour beaucoup dans les raisons qui l'ont décidé à venir. Je lui ai bien recommandé de ne pas trop laisser voir cette répugnance qui ne pourrait manquer de déplaire à ses collègues. Il doit commencer son cours mercredi prochain ; mais il ne sait pas encore la matière qu'il traitera cette année ; d'ailleurs, il ne s'en montre pas fort inquiet.

77 janvier. — L'abbé Robin, nommé aumônier du collège de Lons-le-Saunier, part demain pour aller prendre possession de ce modeste emploi ; il emporte avec lui le matériau d'une Histoire de Jean de Chaton qu'il se propose de terminer dans ses loisirs et d'insérer, s'il lui est possible, dans le Recueil de la Société d'Emulation du Jura. J'ai peu vu d'homme plus content de la modeste position qu'il vient enfin de conquérir, mais c'est qu'il a réellement été fort malheureux, sans qu'il y eut de sa faute, et la joie qu'il ressent maintenant s'accroît du plaisir d'être <délivré> du danger qui le menaçait.

88 janvier. — M. Furne est arrivé de Paris pour presser l'impression de la Biographie universelle ; au lieu de six volumes comme il l'avait annoncé, elle en aura huit de 50 feuilles chacun ; c'est donc, indépendamment de la révision de la totalité de l’ouvrage, deux volumes entiers qu’il faudra faire, et ce dans moins de deux ans. Avec toute la besogne que j'ai déjà et celle qui peut encore me survenir, il est impossible que j'en vienne à bout, si je ne trouve pas quelqu'un pour m'aider, et la chose n'est pas aisée dans un pays où tous ceux qui savent écrire prennent le chemin de Paris.

99 janvier. — M. Roux de Rochelle vient de donner une 2ème édition de son poème des Trois âges, in 8° ; elle est augmentée de notes et de pièces diverses.

1010 janvier. — Le pont des Chaprais, ou plutôt le pont innominato, car personne n'a songé je pense au nom qu'on lui donnerait, a été livré aujourd'hui à la circulation. L'entrepreneur a fait annoncer par L'Impartial que la recette de cette première journée serait versée dans la caisse du bureau de bienfaisance ; mais il n'aura pas fait dans cette circonstance un grand acte de générosité, car avec deux pieds de neige au moins et sept degrés de froid, peu de personnes auront été tentées de porter leur offrande de 5 centimes, sans une absolue nécessité.

1111 janvier. — Hier, le nouveau professeur de philosophie a fait sa première leçon ; elle avait attiré un très grand nombre d'auditeurs parmi lesquels on a remarqué surtout les élèves du Séminaire très curieux d'entendre l'auteur de l'Introduction à l'histoire du christianisme. Les jeunes gens, qui doivent suivre le cours pour être en état de recevoir à la fin de l'année le grade de bachelier, ont été généralement satisfaits de M. Perron qui ne vise point à l'effet, parle avec clarté, même avec élégance et sait donner de l'intérêt aux choses qui n'en paraissent pas susceptibles. Mais les prêtres ne se sont pas prononcés sur le mérite du nouveau professeur dont on dit des choses étranges que je ne crois pas : la leçon a été précédée par une allocution toute paternelle du recteur, M. Ordinaire, qui s'est attaché à exciter l'émulation des élèves en leur présentant pour exemples leurs aînés les plus distingués, dont plusieurs siègent maintenant à l'Institut.

  • 6 Architecte de la ville depuis le début de 1837.

1212 janvier. — L'architecte Delacroix6 regrette que l'on n'ait pas préféré pour le nouveau temple protestant à l'église du Saint-Esprit, qui n'a d’autre mérite que d'être ancienne, celle de Saint-Paul, à peu près de la même époque, mais chef-d'œuvre du style gothique ou chrétien. Je l'ai engagé à faire le plan de cette église et à l'adresser à la commission nouvellement créée pour veiller à la conservation des anciens monuments religieux ; il a trouvé que j'avais raison et m'a promis de s'en occuper sur-le-champ. Delacroix dessine très bien, et s'il veut faire un plan de Saint-Paul comme il en est très capable, je ne doute pas que la commission ne trouve le moyen de faire rendre cette église à la ville.

1313 janvier. — Un nouveau casino vient de s'établir dans l'une des salles du Café parisien. Il compte déjà plus de 80 souscripteurs à 60 fr. par an. On y lira les journaux et les revues, on pourra y faire venir des liqueurs, de la bière et du café et l'on sera libre d'y fumer le cigare ; mais les jeux de cartes y sont interdits. Ce sont des jeunes gens qui sont à la tête de ce nouvel établissement qui, dans un temps donné, paraît devoir l'emporter sur les deux autres.

  • 7 Le lieutenant-général Simon Bernard.
  • 8 Sans doute le maréchal de camp, commandant de l'Ecole royale d'artillerie, Jean-Ernest Ducos, vico (...)
  • 9 Victor Tourangin.

1414 janvier. — Le ministre de la Guerre7 vient d'autoriser le commandant de l'artillerie8 à mettre en adjudication une partie des bâtiments de l’arsenal, projeté depuis si longtemps, sur la double condition que la ville fournirait les terrains et s'obligerait en outre à payer la moitié des frais de construction. Le conseil municipal qui se trouve en avance avec le ministère de la guerre de sommes assez considérables, a refusé nettement de continuer le rôle assez sot qu'on lui fait jouer, celui de payeur, à moins de certitude que la ville serait indemnisée de ses sacrifices. Là dessus, le préfet9 a pris feu, et son journal d'hier contient un article assez peu mesuré contre le conseil municipal dont les membres élus par le peuple montrent moins de générosité et de patriotisme que leurs devanciers élus par l'administration. Cet article peu propre à ramener les conseillers récalcitrants aux vues du ministre de la Guerre, a produit une assez grande sensation dans les cercles et les cabinets de lecture où il est devenu l'objet de vifs commentaires. Toutefois on n'en reparlera qu'autant que la résistance municipale donnerait lieu à des mesures ou à des propos qui ne seraient pas de nature à être consignés dans le Journal du département.

  • 10 Heures à l'usage de Besançon : Bibliothèque municipale de Besançon, 235.725, réserve comtoise.
  • 11 Flavien de Magnoncour.
  • 12 Simon Vostre, libraire, éditeur à l'enseigne Saint-Jean l'Evangéliste à Paris, de 1486 à 1520 ; il (...)
  • 13 Augustin Duseuil (1673-1746), relieur à Paris, connu par ses encadrements de reliure à triples fil (...)

1515 janvier. — J'ai reçu les Heures sur vélin de Besançon10 que Flavien11 m'avait annoncées depuis quelques jours. C'est l'édition de Simon Vostre12, 1512, Gr. in8° et Pt in 4° avec figures sur bois. L'exemplaire est relié magnifiquement en maroquin rouge par quelque excellent relieur de Paris au commencement du 18ème siècle, comme Duseuil ou Pasdeloup13 ; et le volume serait digne de tous les éloges que Flavien lui donnait en me l'annonçant, s'il était complet ; malheureusement il manque à la fin plus de 20 feuilles. Je ne l'en ai pas moins mis à la Bibliothèque jusqu'à ce que le hasard m'en procure un autre, ce que je n’espère guère, cette édition étant si rare qu'elle ne se trouve pas à la Bibliothèque du roi.

1616 janvier. — Le froid est extrêmement rigoureux depuis quelques jours ; il y avait hier 14 degrés, aussi ne rencontre-t-on dans les rues que les personnes qui ne peuvent se dispenser de sortir. La navigation sur le canal est interrompue et ne sera probablement pas reprise avant quelques semaines.

1717 janvier. — Le professeur Bourgon vient de publier un nouvel ouvrage que nous aurons l'occasion de mentionner plus bas, parait vouloir s'occuper maintenant de la Franche-Comté d'une manière plus sérieuse qu'il ne l'a fait jusqu'ici. D'après ce que j'ai aperçu de ses recherches à la Bibliothèque, il songerait à déterminer les anciennes divisions de la province. Il veut faire une carte de nos pagi pendant que M. Clerc en fait une de la Séquanie romaine. II y a là une émulation louable et dont le pays profitera.

1818 janvier. — Nous avions depuis quelques années à Besançon une fabrique de chocolats qui marchait à la vapeur comme celle qui fait à Paris l'admiration des badauds de la rue de Richelieu. Quoique les produits en fussent excellents et que le fabriquant put les livrer à un prix inférieur aux chocolats de Paris, elle n'a pas pu se soutenir, tant l'habitude est enracinée dans la province de tirer de la capitale tous les objets de consommation ! La fabrique de Caillon est fermée ; et la vente en est annoncée pour le mois prochain.

1919 janvier. — La commission des documents historiques n'a pas encore pu venir à bout de s'entendre sur la partie purement typographique et matérielle de ses publications. Au lieu de s'en rapporter à l'imprimeur, comme le voulait le bon sens puisque c'est son affaire, elle a voulu discuter sur les caractères à employer dans le texte et dans les notes, sur les majuscules et les italiques, sur les points et les virgules ; et voilà trois épreuves qu’on lui présente de la première feuille sans qu'elle en soit plus avancée. Elle doit se réunir encore après-demain pour décider des points importants. Mon avis sera qu'elle s'en rapporte sur eux à l’imprimeur, ou mieux à deux de ses délégués, pourvu que je ne sois pas un de ceux qu'elle désignera.

  • 14 Jules-Aimable Baron (Besançon 1814-Avanne 1899). Dessinateur et lithographe, protégé de Weiss, il (...)
  • 15 Gérard Edelinck, graveur français d'origine flamande. Travailla avec Philippe de Champaigne et Rob (...)

2020 janvier. — Mon petit Jules Baron14 m'a envoyé, avec une lettre bien jolie, deux épreuves, dont une pour Maire, des essais de gravure qu'il a commencés au mois de décembre dernier et qu’il vient de terminer : ce sont des têtes d’expression, des bustes exécutés au burin. Il y a progrès dans notre futur Edelinck15 et je ne manquerai pas de l'en féliciter aujourd'hui même.

  • 16 Comte Charles-Frédéric Reinhard, né dans le Wurtemberg en 1761 † Paris 1837. Diplomate français, m (...)
  • 17 Le chevalier Artaud de Montor, Paris 1772-1849, diplomate et littérateur. Son Histoire de Pie VII (...)

2121 janvier. — Pauthier me mande qu'il s'est mis sur les rangs pour la place vacante à l'Institut par la mort de M. Reinhard16. Il convient qu'il n'a pas grande chance de succès, mais ce dont il ne convient pas c'est que s'il eût fait pour avoir des amis à l'Institut la moitié de ce qu'il a fait pour se brouiller avec tous les orientalistes, son élection serait assurée. J'ai écrit en sa faveur une lettre au chevalier Artaud17 qui m'a fait à maintes fois des offres de service et qui pourrait m'en rendre un bien grand en appuyant de son suffrage la candidature de Pauthier à la classe des Inscriptions où notre province n'a dans ce moment aucun représentant.

2222 janvier. — Abrégé de l'histoire de l'Empire romain depuis sa fondation jusqu'à la prise de Constantinople, par M. Bourgon, professeur à la Faculté des Lettres, Besançon, SainteAgathe, in 12. L'Impartial du 20 janvier contient un article sur cet ouvrage.

2323 janvier. — Pauthier, m'a-t-on dit, a le projet de fonder avec Ackermann une Revue littéraire des départements de l'Est, et dans laquelle on n'admettrait que des articles rédigés par des franc-comtois. Il trouverait difficilement des collaborateurs qui consentiraient à lui envoyer gratuitement des articles, et plus difficilement encore un nombre suffisant de souscripteurs pour soutenir cette entreprise. Ainsi je prédis qu'il en sera pour ses frais de son prospectus, si tant est qu'il le fasse paraître.

2424 janvier. — Le cercle établi récemment dans une des salles du Café parisien, maison Marquiset, vient d'être fermé par arrêté du préfet. Cette mesure a été provoquée par l'impudence de quelques membres appartenant à l'opinion républicaine et qui, n'ayant pas pu faire admettre quelques-uns de leurs candidats, ont trouvé tout simple d'abroger le règlement pour lui en substituer un autre conforme à leurs vues. Ainsi s'évanouit dès le principe l'idée conçue par quelques jeunes gens honnêtes de rapprocher des hommes qui semblaient se haïr que parce qu'ils ne se connaissaient pas. Les grands partisans de l'élection en ont méconnu le droit ; et les amis déclarés de l'égalité ont donné une nouvelle preuve qu'ils ne veulent être les égaux de leurs concitoyens qu'autant qu'ils seront les maîtres.

2525 janvier. — M. Clerc père, président annuel de l'Académie, a choisi pour le sujet du discours qu'il doit prononcer à la prochaine séance publique l'éloge du fameux Dumoulin, qui a professé avec éclat à l'Université de Dole, et même à Besançon qui n'avait point alors l'Université. Le sujet lui convient d'autant mieux que M. Clerc a fait une étude toute spéciale des œuvres de ce célèbre jurisconsulte, dont il prépare une table depuis plus de dix ou quinze ans. Il a fait lecture aujourd'hui d'une première partie de son travail dont il réserve l'autre à la séance d'août. C'est dommage qu'il ait cru devoir adopter cette singulière division que d'ailleurs il n'a pas su justifier par de bonnes ou de mauvaises raisons. Mais la partie qu'il a lue est très intéressante, et je crois qu'avec quelques retranchements qui n'exigeraient que le passage de la plume, il serait possible d'en faire un morceau tout à fait remarquable.

2626 janvier. — Mon vieil ami le président Trémolières, que j'ai eu l'occasion d'aller voir aujourd'hui en solliciteur, non pas pour moi grâce à Dieu, qui, je l'espère bien, n'aurai jamais rien à démêler avec la justice humaine, mais pour quelque autre. Après le départ du client, il m'a retenu pour me parler spectacle en me rappelant le temps, bien éloigné maintenant, où l'on ne levait pas le rideau sans que nous fussions assis l'un près de l'autre au fond du parterre. A ce sujet, il m'a lu sur une tragédie nouvelle d'Alexandre Dumas, Catherine l’une des femme d'Henri VIII, un pot-pourri qu'il vient de faire et qui contient l’analyse de cette pièce monstrueuse où rien ne manque pour le spectacle mais qui blesse toutes les idées reçues et toutes les convenances. Ce pot-pourri que j'ai tort de dire qu'il m'a lu, car il l'a chanté de sa voix enrhumée, est très joli. Il aurait fait grand bruit à Paris, ici l'on n'en parlera pas.

2727 janvier. — L'Impartial contient un article intitulé Mœurs franc-comtoises dont je ne peux que soupçonner le rédacteur, mais qui est si singulier qu'il me semble impossible qu'il n'excite pas les plus vives réclamations. Les franc-comtois, suivant le rédacteur, sont pieux sans intolérance, instruits sans scepticisme, économes sans lésine, et, partant de là, il trouve tout simple que le spectacle soit peu fréquenté, que les jeunes demoiselles refusent de chanter dans les soirées musicales et que les musiciens artistes qui donnent des concerts à leur bénéfice en soient pour leurs frais. Il va plus loin, s'il est possible, car il s'indigne d'avoir vu des comédiens et, le croirait-on, une comédienne à la dernière soirée musicale où l'on ne devrait admettre que les abonnés. Si cet article, que l'on croirait écrit il y a deux siècles, tombe par hasard sous les yeux de quelque faiseur parisien, les comédiens et la comédienne si gratuitement insultés seront vengés. Mais j'aurais du regret que personne ici ne se chargeât de punir ce singulier pédagogue, et, plus jeune, je n'aurais pas cédé ce plaisir je crois à mon meilleur ami.

  • 18 Formule équivalente à pro domo, mais fondée sur forum « pour place publique » ?
  • 19 La citation complète est : « Vous êtes orfèvre, Monsieur Josse, et votre conseil sent son homme qu (...)

2828 janvier. — Notre nouveau confrère Convers, qui n'avait pu se rendre à la dernière séance de l'Académie, est venu lire aujourd'hui devant une commission le discours qu'il doit prononcer à la prochaine séance publique. Il a choisi pour son sujet : Des moyens de moraliser la classe ouvrière. Il y avait là de quoi dire de bonnes choses et en grand nombre, mais l'auteur n'a pas cru devoir aller au fond de la question. Après les caisses d'épargne dont il loue l'établissement, il ne voit qu'un moyen de moraliser les ouvriers — mille pardons du barbarisme mais il est reçu parmi les gens de progrès — c'est de leur donner une instruction relative à leur profession, c'est-à-dire d'établir, comme nous l'avons fait, une école de formation appliquée dont M. Convers est le directeur. On voit qu'il combattait ou parlait pro foris18. Le mot de Molière, « vous êtes orfèvre, Monsieur Josse »19, sera vrai dans tous les temps.

  • 20 Pierre-Antoine Mougin (Charquemont 1735–Grand'Combe 1816). S'adonnait à l'astronomie ; correspondi (...)

2929 janvier. — Le bon curé de Matche, M. l'abbé Verdot, vient de m'adresser la suite de ses recherches sur les communes de la haute montagne. Le sujet est passablement aride ; mais il a eu le secret de le rendre intéressant en y rattachant des détails sur les hommes plus ou moins célèbres dont les villages qu’il décrit ont été le berceau. C'est ainsi qu’en parlant de La Grand’Combe, il donne sur le curé Mougin20 l'un des plus utiles astronomes du 18ème siècle, des renseignements curieux et la copie d’un de ses opuscules sur la construction des lunettes astronomiques, et qu’à l’article Maîche il donne la copie d’une lettre fort curieuse de l’abbé Receveur, embarqué comme aumônier sur l'un des bâtiments de La Peyrouse et mort dans cette expédition célèbre.

  • 21 Jacques Matter (1791-1864), né près de Saverne. Historien et philosophe français, nommé en 1832 in (...)
  • 22 L'ouvrage de Schiller s'intitule en fait : Histoire de la révolte qui détacha les Pays-Bas de la d (...)
  • 23 Charles Duvernoy, le bibliothécaire de Montbéliard, membre de la commission des papiers de Granvel (...)

3030 janvier. — M. Matter21, un de ces grands hommes qui s'élèvent dans le temps actuel aussi rapidement que les champignons dans les terres chaudes, vient de publier trois volumes de Mélanges philosophiques, historiques, etc, où il parle du cardinal de Granvelle qu'il ne connaît pas avec la même impartialité qu'aurait pu le faire un flamand hérétique au 16ème siècle. Ce n'est pas la peine d'arriver trois siècles après pour répéter toutes les calomnies encore plus stupides qu'atroces que les libéraux de ce temps-là se sont permises sur un des plus grands ministres qui aient jamais existé. Il est bien singulier que M. Matter, protestant et faiseur de livres, n'ait pas connu l'Histoire du parlement des Pays-Bas, par Schiller22, protestant, et qu'il n'ait lu que les libelles écrits dans son opinion. Un inspecteur général de notre époque qui ne croit à peu près à rien comme chacun sait, devrait être impartial, c'est bien le moins. Mais cela n'est pourtant pas : M. Matter qui se croit peut-être un esprit fort, n'est qu'un fanatique, bien moins excusable que les catholiques du même genre dont il fait sans doute fi ! Et voilà pourtant comme nous nous aveuglons de notre propre lampe. Quoi qu'il en soit, M. Duvernoy23, protestant mais intéressé à la gloire de Granvelle qui lui procure depuis trois ans une occupation passablement lucrative, a répondu dans L'Impartial d'aujourd'hui à M. Matter, pas aussi vivement qu’aurait pu le faire un écrivain indépendant, mais cependant assez pour que M. Matter, s'il lit cet article et qu'il soit susceptible d'amendement, rougisse de ses invectives contre l'illustre prélat dont il a parlé sans esprit et sans critique.

  • 24 Le doyen Jean-Baptiste Pérennès.

3131 janvier. — L'Académie a tenu hier sa séance publique de rentrée. M. Clerc, président annuel, en a fait l'ouverture par son mémoire sur Dumoulin, morceau que j'avais déjà entendu dans une séance particulière et qui m'a paru plus long que la première fois. Est venu ensuite le rapport du secrétaire perpétuel24 sur les travaux de l'année précédente, dans lequel il a distribué d'une main libérale les éloges aux travailleurs. Il y a rattaché la création des ponts et l'organisation de l'école de médecine ; puis le discours de réception de Convers, les deux dissertations de M. Clerc fils et les pièces de vers de Demesmay et Viancin. Toutes ces lectures ont retenu l'attention d'un public peu nombreux mais bienveillant pendant plus de deux heures. Le discours de Convers n'a pas été goûté ni compris à ce qu'il paraît ; nous verrons dans quelques jours si l’impression lui sera plus favorable.

Février 1838

321er février. — Monseigneur l'archevêque, qui assistait à la séance de l'Académie, vient d'écrire au secrétaire perpétuel qu'à l'avenir il se dispenserait de s'y trouver, ne voulant pas approuver par sa présence des choses qu'un évêque ne peut pas entendre sans rougir. Là-dessus, on a scrupuleusement recherché le trait auquel le scrupuleux prélat fait allusion dans sa lettre, et nous avons cru le trouver dans la pièce de Viancin, Mon chapeau bleu ; mais en vérité, si nous avons deviné juste, ce serait porter le rigorisme beaucoup trop loin ; d'autres pensent que le prélat, blessé qu'on eût ouvert la séance avant son arrivée et ne voulant pas l'avouer, a imaginé ce prétexte pour faire connaître son mécontentement à la Compagnie. Dans tous les cas, il me semble qu'il aurait mieux fait de ne pas écrire une lettre qui devant être communiquée aux académiciens, aura nécessairement une certaine publicité et deviendra par conséquent le sujet de nombreux commentaires.

332 février. — La lettre de monseigneur m'a inspiré ce matin une espèce d'impromptu qui contient je crois quelques vers passables, mais si la pièce n'était pas destinée à mourir entre deux ou trois amis, elle aurait grand besoin d'être retouchée. Amour-propre d'auteur à part, les vers suivants ne me paraissent pas mal tournés ; je viens de peindre l'effet que de beaux vers pouvaient produire même sur une éminence et je poursuis :

Or convenez mes amis qu'à sa place
Tout comme lui vous demanderiez grâce.
Continuez dans vos heureux loisirs
De célébrer l'amour et vos plaisirs :
Même en hiver couronnez-vous de roses
Que tient pour vous toujours fraîches écloses
La poésie dans ses riants jardins
Dont je connais à peine les confins ;
Mais permettez à celui dont la tête
Sans se troubler ne peut voir votre fête
De s'en tenir éloigné, s'il se peut... etc.

343 février. — J'ai eu ces jours derniers une conversation de quelques heures avec notre nouveau professeur de philosophie, M. Perron. C'est un homme d'esprit, on ne peut le nier, de beaucoup d'esprit même, et qui fera j'en suis sûr grand honneur à notre province. Mais il m'a paru terriblement tranchant et la manière légère avec laquelle il traite les chefs actuels de notre littérature pourrait faire présumer qu'il n'en trouve aucun qui lui soit supérieur. Avec cette idée de ses pairs, il est impossible qu'il se résigne à rester à Besançon ; et quand je lui ai entendu dire qu’il se proposait d'aller au mois d'août prochain faire un voyage à Paris, j'en ai conclu tout naturellement que c'était avec l'intention de solliciter une chaire dans une autre Faculté ou même à Paris. L'avenir montrera si je me trompe, mais je ne le crois pas.

  • 25 L’actuelle place Jean Cornet. Sur la fontaine du xviiie siècle évoquée ici, voir Estavoyer et Gavi (...)

354 février. — La fontaine de la place Dauphine25, construite il y a peut-être moins d'un siècle, menace ruine. L'administration s'est vue obligée de la faire étayer en attendant qu'on puisse la démolir. Il paraît que les matériaux employés à ce monument étaient de mauvaise qualité, et que l'on ne pourra en tirer d'autre parti que pour recharger le chemin entre les deux nouveaux ponts, lequel doit nécessairement être exhaussé de plusieurs pieds si l'on veut le mettre à l'abri des inondations annuelles.

  • 26 Charles-Auguste Bouvier, né à Besançon, peintre, élève de P. Delaroche, Couture et Diaz (Brune, Di (...)
  • 27 Le père Joseph Engramelle, naturaliste.

365 février. — M. d'Udressier et Parandier s'occupent en ce moment d'un grand travail sur les fossiles des environs de Besançon. Ils ont choisi pour leur dessinateur le jeune Bouvier26, qui ne manque pas de talent pour ce genre de dessin. J'ai vu de lui il y a quelques années des tableaux de chenilles et de papillons qui, sans trop de désavantage, auraient soutenu la comparaison avec ceux d'Engramelle27.

376 février. — On commence à parler du sacre de M. Cart, évêque nommé de Nîmes. Cette cérémonie doit avoir lieu à la cathédrale, et l'on dit que M. l'évêque d'Autun, l'un des deux assistants du prélat consécrateur, est arrivé. Les dames de Besançon se proposent d'offrir au nouvel évêque de Nîmes, avec une croix pectorale, l'anneau et la crosse. Le prix de ces trois objets s'élèvera, dit-on, à plus de mille écus.

387 février. — Lancrenon vient de faire le portrait de Viancin, d'une ressemblance parfaite. Viancin l'en a remercié par trois couplets, qu'il a chantés ce soir à une petite réunion chez Lancrenon et qui joignaient le mérite de l'à propos à celui d'une excellente facture. Lancrenon était ému aux larmes, ainsi que sa femme, et cette émotion s'est communiquée à tous les spectateurs de cette scène vraiment touchante. Sur la prière qu'on lui en a faite, Pérennès a bien voulu relire des vers qu'il avait composés pour l'anniversaire de la naissance et qui ont reçu le même accueil que les couplets. A la foule près, moins nombreuse qu'elle ne l'aurait été à Paris où l’on s'amuse que lorsqu'on est pressé dans un salon à ne pouvoir pas respirer, on s'y serait cru transporté dans un cercle de littérateurs et d'artistes ; les Parisiens ont rarement le bonheur de passer des soirées aussi agréables, mais c'est là entièrement leur faute.

398 février. — Le baron de Saint-Juan a donné aujourd'hui son dîner de vice-président de l'Académie. Au dessert, Viancin, toujours habile à saisir la circonstance, a chanté des couplets très gais et qui par conséquent ont fait grand plaisir, dans lesquels il joua fort agréablement sur les titres de l'amphitryon. Le préfet et le recteur assistaient à ce banquet académique.

409 février. — A la séance de la commission des documents, M. Duvernoy a lu un mémoire sur la seigneurie d'Héricourt qu'il se proposait de publier à la tête d'une histoire du siège de cette ville par Christophe de Rye au 16ème siècle. Son opinion sur cette seigneurie, appuyée sur les pièces qu'il a trouvées aux archives de Montbéliard, était en opposition avec celle de nos historiens franc-comtois ; avec un peu plus de tact de sa part, c'eût été pour lui un motif de ne la présenter qu'avec des formes dubitatives, mais au contraire, il a vivement attaqué Gollut et Dunod. Le ton emphatique dont il a lu son mémoire n'a fait qu'accroître les préventions de la commission et elle a décidé à l'unanimité qu'il ne serait point imprimé. Il n'a pas été assez maître de lui pour cacher son mécontentement de cet échec qu'il aurait dû prévoir, et l'humeur qu'il a montrée ne doit pas lui rendre dans la suite les juges plus favorables.

4110 février. — Le ministre de l'Intérieur, M.de Montalivet, ou plutôt son commis, a rayé du budget du conseil général du département la somme allouée pour monnayer la publication des documents sur l'histoire de la province, et jusqu'à celle de 100 fr votée pour la conservation des antiquités de Mandeure. C'est une suite de cette centralisation tant vantée par les amis du progrès et dont le but évident est d'éteindre dans les provinces toute émulation pour la plus grande gloire de Paris.

4211 février. — Thibaudet, jeune littérateur du Jura, dont j'ai déjà eu l'occasion de parler, m'a adressé par occasion quelques numéros de la Sentinelle où il a inséré des articles sur la chronique du : pays. Son style est celui des écrivains à la mode dont, à ce que l’on assure, on commence à se fatiguer même à Paris, et l'invention est à la hauteur du style : des brigands, des coups de poignard, des scènes de nuit, enfin de la fantasmagorie. Au total ce n'est ni meilleur, ni plus mauvais que beaucoup d'autres livres.

4312 février. — M. Edouard Clerc a reçu du ministre Salvandy sa nomination à la place de correspondant de la commission historique ; le ministre l'engage à correspondre directement avec lui, du moins une fois par mois, pour lui rendre compte du résultat de ses recherches. Mais en vérité, on ne sait de quoi l’on doit être le plus étonné, ou de l'outrecuidance parisienne ou de la bêtise du ministre qui se persuade que nous autres provinciaux nous devons être trop heureux de travailler sur son ordre à la Babel historique pour les littérateurs parisiens qui d'abord auront le profit, et puis la gloire s'il y a.

  • 28 Esprit politique et social du xixe siècle, par M. Léonce Saporta, in-8° de 23 feuilles. Saintain à (...)

4413 février. — Un nouvel écrivain entre dans la lice. C'est M. Léonce Saporta. D'après son nom, je le soupçonnais bien d'origine franc-comtoise ; mais je n'en avais pas la certitude. M.Pinseau m'a tiré de peine. M. Saporta, de Dole, habite depuis quelques années avec son père un village près de Lons-le-Saunier. C'est probablement dans cette paisible solitude qu'il élucubré le volume in 8 annoncé dans le Journal de la librairie du samedi 10 courant. Le titre, je ne me le rappelle pas28, mais je sais très bien que le sujet est sérieux et que M. Saporta n'aspire rien moins qu'à prendre place parmi nos écrivains philosophico-politiques. J'en dirai probablement davantage lorsque j'aurai lu son livre, si par hasard il me tombe dans les mains.

  • 29 Son « sarcophage à l'antique » est encore visible au cimetière des Chaprais.
  • 30 L'abbé Griffon.

4514 février. — Le conseiller Masson29 est mort ce matin d'une maladie pour laquelle les médecins n'ont pas encore de nom puisqu'ils en nient l'existence. Ils s'en allaient disant à tous ceux qui leur demandaient de ses nouvelles, « mais il n'a point de mal, il se lèvera quand il sera fatigué de garder le lit ». Lui seul sentait son état et sa fin s'approcher. Il a mandé le curé de Saint-Pierre30 qui n'a pas voulu lui administrer les sacrements des mourants parce qu'il ne le croyait pas en danger. Hier, l’avocat général Maurice alla lui rendre une visite qu'il termine en lui disant : « Dans quelques jours, j'espère vous voir reprendre vos fonctions à la Cour » ; mais le conseiller lui répondit : « Je n'existerai pas demain à 5 heures du matin » et cette prédiction si frappante s’est réalisée à la lettre. Maintenant les médecins disent qu'il est mort d'une fièvre cérébrale <...> qu'ils emploient au besoin pour déguiser leur complète ignorance. Ce pauvre conseiller Masson n'était pas un grand génie, ainsi que le montrent différents traits racontés par ses confrères, mais c'était un honnête homme et c'est bien quelque chose par le temps qui court.

  • 31 Aujourd'hui rue du Lycée. Un projet de pont dans le prolongement de cette rue figure sur différent (...)

4615 février. — On parle d'un nouveau pont suspendu à construire dans le faubourg NotreDame pour l'agrément des personnes qui se plaisent à fréquenter les avenues de Chaudanne et la délicieuse vallée de Velotte. M. Bouchot, de l'Isle, notre ancien député, se charge de la construction moyennant un péage, et la soumission est en ce moment présentée au conseil municipal. S'il l'exécute, comme on peut le présumer, notre ville, qui pendant longtemps n'a eu qu'un seul pont, en aura quatre, et celui-là ne sera pas le dernier car il est déjà question d'en construire un cinquième pont à l'extrémité de la rue du Collège31.

4716 février. — M. Jules Crestin, grand ordonnateur des soirées municipales, a fait distribuer un billet dans lequel il se plaint de la négligence de la police et notamment de son chef, le sieur Dubois, qu'il rend responsable des désordres qui ont eu lieu au concert donné pour les pauvres.

4817 février. — La rigueur de l'hiver qui se prolonge en augmentant la misère a multiplié les mendiants dont on est assailli de toutes parts. Le préfet a profité de cette circonstance pour remettre en avant un projet qu'il a conçu depuis quelque temps pour la suppression de la mendicité ! Il a nommé une commission qui doit s'occuper avec lui des moyens les plus efficaces de parvenir à ce but en fournissant de l'ouvrage et des secours à tous les malheureux.

  • 32 Salvandy.

4918 février. — Ackermann me mande que le ministre32 vient enfin d’accorder l'autorisation d'imprimer les Recherches de Fallot sur les origines de la langue, à l'Imprimerie royale.

5019 février. — Le nœud gordien, par Ch. de Bernard, Paris, impr. de Béthune, 2 vol., in 8, prix 15 fr. Il ne faut pas oublier que de Bernard, La Vilette et Dugrail sont un seul et même individu. Ce changement successif de nom est un ridicule plus commun qu'on ne le croirait dans ce siècle d'égalité, mais l'homme qui se montre si faible sous ce rapport n'en est pas moins un écrivain de grand talent.

  • 33 Montalivet.

5120 février. — M. Jouffroy mande à Auguste Demesmay qu'il a parlé au ministre de l’Intérieur33 et que S. Ex. a donné sur-le-champ l'ordre de rétablir au budget départemental la somme votée par le conseil général pour encouragement aux publications historiques.

5221 février. — La commission des documents historiques a tenu une nouvelle séance pour entendre le rapport de ses délégués sur le mémoire de M. Duvernoy. Ils ont conclu à la suppression de deux ou trois phrases dans lesquelles l'auteur tranche de questions encore indécises sur des points tout à fait étrangers au but de l'Académie. M. Duvemoy s’y est montré, comme dans les séances précédentes, d'un entêtement qui n'a pas de nom. Sa conduite dans cette circonstance m'a prouvé comme à tous nos confrères la vérité de ce vers : « Un sot savant est sot plus qu'un sot ignorant. » Il n'a jamais pu comprendre ce que tout le monde lui criait aux oreilles : « Vous avez raison dans ce que vous avancez, nous en sommes convaincus, mais cela ne doit pas être imprimé dans un recueil de documents. » Après une discussion de trois heures qui n'a pas changé sa position, il est sorti très mécontent de nous, et par contre, hors de lui.

5322 février. — Saint-Juan m'a lu ce soir d'anciens vers de Flajoulot, qui m'ont fait regretter qu'un homme doué de dispositions si remarquables pour la littérature n'en ait pas su tirer un meilleur parti. Il y a dans toutes ses pièces des vers qu'un poète ne refuserait pas d'avouer, mais partout absence de goût et de jugement. Le pauvre malade du cerveau a voulu faire des additions à son Epître à dom Grappin, et il a intercalé dans cette pièce déjà fort décousue, deux longues tirades adressées l'une à Saint-Juan, l'autre à Nodier et à moi, puis une comparaison de trente vers au moins, et sans s'occuper le moins du monde de coudre ces lambeaux à ce qui précédait ou à ce qui devait suivre. Je l'ai toujours soupçonné peu raisonnable, mais décidément il est fou. Pour mon compte, j'en suis très fâché, mais qu'y faire ?

5423 février. — Il est question maintenant de donner un nom à la nouvelle rue qui conduit au pont Saint-Pierre. Toutes les personnes qui comptent pour quelque chose la gloire littéraire et les services rendus anciennement au pays veulent qu'on lui conserve le nom de Chifflet ; mais c'est malheureusement le plus grand nombre, ceux qui ne connaissent des Chifflet que le dernier président, ne le veulent pas. Léon Bretillot doit publier dans L'Impartial des réflexions sur cet objet qui préoccupe les esprits, et démontrer que l'on ne peut sans se rendre coupable de la plus grande ingratitude déshériter cette illustre famille du privilège de donner son nom à l'une des rues de la cité.

  • 34 Vicomte Charles de Launay : pseudonyme sous lequel se cachait madame Emile Girardin (Delphine Gay) (...)
  • 35 Francis Wey donna en feuilleton à La Presse, en 1838, son roman : Les enfants du marquis de Ganges (...)

5524 février. — Francis Wey a, comme il me l'annonçait, fait sa paix avec le vicomte Delaunay34 Ses articles sur cette épouvantable famille de Ganges35 commencent à reparaître dans la Presse et je pense que nous ne tarderons pas à les voir réunis en un vol. in 8.

5625 février. — La vieille habitude des bals masqués se perd de plus en plus dans notre ville, au milieu d'une population qui ne rêve plus que fortune, industrie et progrès, et qui par conséquent n'a plus le temps de s'amuser et de jouir de la vie. Aujourd'hui, dimanche gras, la grande rue était pleine de promeneurs sérieux comme des vieillards et qui souriaient de pitié à des enfants déguisés avec les premiers oripeaux qui leur étaient tombés sous les mains. A neuf heures, la ville était aussi calme qu'elle pourra l'être au milieu du carême.

  • 36 Cité dans le Journal de la librairie, 24 février.

5726 février. — Nodier s’est fait éditeur, métier moins fatigant et presque aussi lucratif que celui de rédacteur de feuilleton ou d'articles dans les revues. Il vient de publier avec une préface le Livre des jeunes personnes36, extraits de prose et de vers choisis dans les meilleurs écrivains français anciens et modernes. Paris, Desmé, in 8 à 2 volumes.

5827 février. — Depuis la nomination de l'abbé Cart à l'évêché de Nîmes, on s'enquiert avec curiosité de son successeur à la place de vicaire général du diocèse. On m'assurait aujourd'hui que notre archevêque hésitait entre l'abbé Goguillot, procureur du séminaire, et l’abbé Denizot, curé de Saint-Maurice, les deux ecclésiastiques les plus médiocres pour ne rien dire de plus de tout le clergé franc-comtois. L'archevêque, dans ce choix, serait déterminé par le désir de n’avoir dans son conseil que des hommes incapables d'avoir une idée à eux, et conséquemment de très humbles serviteurs.

  • 37 Elle interviendra le 28 mai 1841.

5928 février. — On a reçu la nouvelle que M. le marquis de Grammont, député de la HauteSaône, était dangereusement malade à Paris. Sa mort37 serait un vif sujet d'affliction pour les habitants de l'arrondissement de Lure qui, depuis plus de vingt ans, lui ont continué son mandat à la chambre où, depuis la Révolution de juillet comme auparavant, il siège à l'extrême gauche.

Mars 1838

601er mars. — Le lieutenant général Billard a cessé aujourd'hui ses fonctions de commandant de la division. C'est un excellent homme qui sera fort regretté de tous les gens de bien. L'Académie dont il suivait les séances avec une exemplaire assiduité a décidé qu'il lui serait expédié un diplôme de membre honoraire.

612 mars. — Hier, à la séance de l'Académie, on a lu un poème ou, comme l'on dit maintenant, une légende de Gindre de Mancy intitulée La Fée de Vaux-sous-Bornay. La pièce est beaucoup trop longue, mais elle est pleine de jolis détails et d'un bout à l'autre écrite avec la plus heureuse facilité. Tout cela n'avait pu charmer les académiciens impatients d'aller dîner, de sorte que la lecture finie, tous se sont levés sans attendre la permission du président qui lui-même avait témoigné plusieurs fois son impatience en frappant du poing sur la table. Pendant que chacun était occupé de chercher son manteau, le président debout a dit : « Messieurs, est-ce que cette histoire qu'on vient de lire a quelque réalité ? Quant à moi, je déclare que je n'ai pas la moindre connaissance de tout ce que l'auteur dit qui s'est passé à Vaux-sous-Bornay. »

623 mars. — Les obsèques de M. du Magny ont eu lieu hier à Saint-Jean avec un concours extraordinaire de toute la noblesse de la ville. Allié aux deux ou trois familles parlementaires qui subsistent encore, il n'en a pas fallu davantage pour amener à cette cérémonie une affluence de hobereaux et de tous les nobles du pays à qui d'ailleurs personne ne serait disposé plus que moi à pardonner leurs prétentions s'ils pouvaient les étayer de quelques talents ou de quelques vertus. M. du Magny était un homme à part dans cette caste. Jeté jeune par la Révolution en Allemagne, il avait employé le temps de son exil à cultiver les arts pour lesquels il avait des dispositions naturelles très remarquables. Après avoir appris pendant quelques jours de Flatters à broyer la terre, il a fait lui-même son buste d'une grande ressemblance. Il avait du talent pour la mécanique et il a imaginé une petite voiture qu'il faisait rouler au moyen d'un double levier. Rêveur, inventeur, il vivait retiré du monde dans une petite maison construite sur ses plans, avec sa femme et une fille unique qui a du talent pour la peinture. Depuis quelques années, il a cessé de fréquenter l'Académie qui le comptait depuis 1817 au nombre de ses membres et à laquelle il aurait pu faire plus d’honneur s'il eût eu moins de modestie ou plus d'activité.

634 mars. — Le carnaval a fini presque aussi tristement qu'il avait commencé. Cependant on a vu quelques masques dans l'après-midi courir les rues à pied et même en voiture, mais sans gaieté. Il n'y a plus que les enfants qui prennent quelque plaisir à tous ces travestissements qui faisaient les délices de nos grands-pères. Toutefois le bal masqué était très nombreux.

645 mars. — MM. de Vaulchier partent après-demain pour l'Italie où ils vont passer le printemps à visiter les galeries de tableaux et les bibliothèques ; ces voyages à l'étranger sont assez communs maintenant qu'on a la possibilité de se rendre à Naples dans moins de temps qu'il n'en fallait autrefois pour aller à Paris. La semaine dernière il est déjà parti cinq à six de nos jeunes gens qui vont explorer en curieux les villes de la Lombardie, des Etats de l'Eglise et Venise. Avant peu de temps, nous compterons plus de personnes qui auront fait le voyage à Rome qu'avant la Révolution on n'en comptait qui eussent fait le voyage à Paris.

656 mars. — La loterie pour les pauvres s'est tirée ce soir à la préfecture. Elle a produit 5 000 fr. qui ont été versés dans la journée au bureau de bienfaisance. Le petit tableau de Lancrenon est échu à M. Forget, ancien directeur des vivres. Auguste Demesmay a obtenu un tablier brodé par une demoiselle à qui, quelques jours auparavant, il disait : « Le tablier, c'est moi qui l'aurai. » Il y a de singuliers hasards !

667 mars. — Richard-Baudin, qui ne se plaît qu'où il n'est pas, va quitter le collège où il est maître d'études pour entrer au séminaire de Saint-Sulpice. En attendant, il fait des vers avec une admirable facilité. L'Impartial qui paraîtra demain doit en contenir une pièce qu'il vient d'adresser à un enfant, dans laquelle il a exprimé tous les lieux communs d'usage avec un rare bonheur. J'ai passé la soirée avec lui chez Viancin ; il est fort amusant, mais les plaisanteries qu'il se permet sur ses maîtres et en particulier sur Pérennès, son bienfaiteur, ont bien rabattu de la bonne opinion que j'avais de ce jeune homme ; je crains bien que sa vanité ne lui fasse commettre bien des fautes ; je le juge peut-être bien sévèrement mais je le crois un ingrat !

678 mars. — Le général Bachelu est nommé membre de la Chambre pour l'arrondissement de Chalon. Son élection va renforcer cette minorité de l'extrême-gauche qui n'est rien en elle-même mais à laquelle se rattachent tous les mécontents du pays, artisans de troubles et de désordres, prêts à mettre la France en révolution pour satisfaire leurs caprices. Bachelu est le 15ème franc-comtois qui siège à cette session, l'une des plus faibles en talents depuis 1789.

  • 38 Froissard-Broissia (Jean-Ignace de), Dole 1620-1691, camérier du pape Innocent XI, fondateur de l' (...)

689 mars. — M. de Balay vient de m'adresser le portrait du protonotaire de Froissard38, l'un de ses ancêtres, fondateur de la maison des orphelins à Dole, l'une des plus belles institutions de la province. Sa famille s'est décidée à faire les frais d'une médaille destinée à perpétuer le souvenir de ce bienfaiteur de l'humanité, c'est-à-dire qu'elle consent à donner 500 fr. contre cent médailles qui lui seront livrées par notre pauvre Maire et qui lui coûteront à lui 200 fr. Ainsi MM. de Froissard en se cotisant paient une somme de 300 fr. à l'artiste qui grave une médaille de l'homme qui fait le plus d'honneur à leur famille, et cette mesquinerie, car c'en est une, est un trait de magnificence qui ne trouvera peut-être pas un seul imitateur dans toute la province.

6910 mars. — La vente de la bibliothèque Mermet, commencée le 5 de ce mois, n'a pas attiré autant d'amateurs qu'on aurait pu l'espérer d'après son importance. Des ouvrages sans aucune valeur s'y sont vendus très cher, et d'autres d'un prix considérable à raison des gravures et de la condition s'y sont donnés réellement pour rien. Le propriétaire, pour qui cette bibliothèque était moins un objet d'utilité qu'une affaire de spéculation, l'estimait au moins 30 000 fr. et c'est tout au plus si les héritiers en retireront le tiers. Il y a vraiment de quoi dégoûter de vendre des livres en province et je trouve tout simple que M. Guillaume ait pris des dispositions pour qu'après sa mort son cabinet ne puisse être vendu qu'à Paris.

7011 mars. — M. Aubert-Aix, le censeur du collège, qui avait abandonné le projet de concourir pour l'éloge de l'abbé d'Olivet proposé par l'Académie, vient de se raviser, et c'est en conséquence qu'il est venu me demander de lui communiquer les ouvrages dont il avait besoin pour son travail. Ne pouvant pas lui prêter pour quelques mois les ouvrages que nous avons de d'Olivet, puisque d'autres concurrents pourront en avoir besoin, je l'ai renvoyé à M. Guillaume qui se trouve propriétaire, pour des causes étrangères à ce journal, des papiers de l'abbé d'Olivet. Il a suivi mon conseil et, ce soir, il a pu me montrer un exemplaire de la Prosodie, corrigé de la main de l'auteur, et différents manuscrits de d'Olivet dont je n'ai jamais eu connaissance, entre autres un petit recueil de vers latins et français dans lesquels j'ai distingué des stances au duc Léopold de Lorraine, pour le remercier d'une médaille envoyée par ce prince à l'auteur en reconnaissance des vers qu'il lui avait adressés à l’occasion de la naissance de son fils.

7112 mars. — M. Boullée, de Lyon, a traversé Besançon se rendant à Strasbourg où il va pour un mois pour se perfectionner, m'a-t-on dit, dans la connaissance de la langue allemande et faire quelques recherches littéraires, recueillir des matériaux pour son histoire de Périclès qu'il espère mener bientôt à bonne fin. Dans le même temps, il est occupé d’un autre ouvrage qu'il intitulera : Histoire de la dernière année de la Restauration, dans lequel il se propose ledit M. Jeannerod aurait donné un soufflet à Crestin, et que celui-ci aurait demandé raison de cette injure, et que M. Jeannerod aurait fait des excuses de sa vivacité. Voilà ce que l'on vient de me raconter, mais je ne sais si la chose est vraie. C'est ce que je lâcherai d'éclaircir.

7219 mars. — La vérité du christianisme démontrée par la seule raison, par M.-P.-J. Petitcuenot, in 8 de 21 feuilles, imprimerie de Simon à Baume.

  • 39 L'Annuaire... du Doubs de 1839 indique qu'il a été publié en 1838 par Lambert : drame en 5 actes p (...)

7320 mars. — C'est lundi prochain que l’on joue le drame du jeune Bouvier ; il en a déjà vendu le manuscrit au libraire Monnot qui s'est chargé de le faire imprimer à ses frais, en sorte que l'on en pourra distribuer des exemplaires dans la salle le jour même de la représentation39.

7421 mars. — Le général Billard doit quitter Besançon sous peu de jours pour retourner à Paris où il ira tranquillement achever dans la retraite une vie honorable et qui n'a pas été sans éclat. Il emporte les regrets de tous ceux qui l'ont connu. Son successeur est, dit-on, le général <Pelprat> qui commande maintenant à Perpignan.

7522 mars. — A la séance de l'Académie, M. Edouard Clerc a lu un mémoire sur la carte de Franche-Comté divisée dans les anciens pagi, qu'il prépare de concert avec M. le professeur Bourgon. Cette lecture a été entendue avec le plus vif intérêt. Pérennès se propose d'en rendre compte dans un des prochains numéros de L'Impartial.

  • 40 On sait que le fabuliste vécut pendant vingt ans chez sa protectrice et amie, madame de La Sablièr (...)

7623 mars. — Richard-Baudin a quitté décidément le collège pour n'y plus rentrer. Il part pour le séminaire de Saint-Sulpice après Pâques, d'ici là sans l'amitié de Pérennès, il se trouverait sans asile. Lorsque son ancien protecteur, envers lequel il s'est montré fort peu reconnaissant, lui a dit : « Si vous n'avez pas de chambre, j’en ai une à votre service, vous vous y établirez demain, aujourd’hui », il lui a répondu : « J'y pensais... ». C'est la réponse de La Fontaine à Mme de La Sablière40.

  • 41 Plutus ou Plutos, dieu de la richesse (agricole) dans la mythologie grecque.

7724 mars. — J'ai revu cet après-midi à la Bibliothèque Ch. Demandre qui ne m'avait pas donné signe de vie depuis qu'il est occupé de faire du sucre de betterave. Il est bien las d'un métier qui ne rapporte que de l'argent, et il soupire après le moment où il pourra le quitter pour revenir à la culture des lettres. L'amour du gain n'a pas pu étouffer ce qu'il avait en lui de grand, de noble et de généreux. Dans le premier moment de sa rupture avec les muses, il a brûlé ses vers et, d'après ce qu'il m'a dit, j'ai vu qu'il regrettait ce sacrifice qu'il a fait trop légèrement à Plutus41 du fruit de ses doux loisirs. Il était ici pour affaires et il repart demain. Je n'ai pas pu dîner avec lui chez M. de Magnoncour mais j'ai été y passer la soirée avec Viancin. Il nous a promis de revenir nous voir au premier beau temps et de rester avec nous quelques jours pour se retremper un peu. Nous avons bien des choses à nous dire.

7825 mars. — Duvernoy, l'hypercritique, m’a remis pour la corriger sous le rapport du style la première partie de sa notice sur la seigneurie d'Héricourt, qui doit faire partie du prochain recueil de l'Académie. Quoi qu’assez courte, j'ai employé une après-midi à la lire. C'est un amas de dates et de petits faits sans réelle importance que l'on pourrait diminuer des trois quarts, mais bien hardi serait celui qui lui en ferait la proposition ! Le vrai but de cette pitoyable brochure est de prouver contre Dunod qu'Héricourt ne faisait pas partie du comté de Bourgogne, question qui peut avoir quelque valeur pour l'avenir, mais qui n'en a bien évidemment point pour le public.

7926 mars. — La première représentation de Stafford, drame en cinq actes, a eu lieu aujourd'hui. C'est un événement pour notre théâtre, alimenté par des pièces qui ne nous arrivent qu’après avoir éprouvé la critique parisienne. Il a été écouté assez tranquillement, bien que bon nombre de jeunes gens eussent été contents de la voir siffler. Les auteurs ont été nommés au milieu des applaudissements. La pièce est imprimée. Par un manque d'égards dont je ne puis cependant pas trop leur en vouloir, les auteurs se sont avisés de me dédier sans m'en prévenir une pièce dont je ne connaissais pas même le titre. Je n'assistais pas à la représentation, mais je viens de la lire ; elle ne me paraît pas plus mauvaise que beaucoup d'autres.

  • 42 Peut-être s'agit-il du docteur Emile Delacroix (Châteaudun 1809-Besançon 1877), fondateur avec son (...)

8027 mars. — Le livret de l'exposition des ouvrages des artistes vivants m’est arrivé ce matin. Indépendamment de Gigoux, qui, cette année plus heureux que l'année dernière, a fait recevoir par le jury son tableau d’Antoine et Cléopâtre, dont on ne parle plus guère, quelques franc-comtois figurent au Salon. Brune (Adolphe), Français et Baron, deux amis qui travaillent ensemble, Francis [Conscience], le peintre de chevaux, et M.de Valdahon. Parmi les sculpteurs Camille Demesmay, que son père n'envoyait pas à Paris pour y fréquenter les ateliers de Bosio ou de David, et encore une statuette de plâtre de Delacroix, le frère de notre architecte42, et Victor Huguenin, plusieurs morceaux dont une baigneuse en marbre.

8128 mars. — Application de la méthode des projections à la recherche de certaines propriétés géométriques, par L.-A.-F. Ferriot, Grenoble, imprimerie de Prudhomme*, in 8.

  • 43 Mémoires d'un médecin, de Harison (L'Impartial, 29 mars 1838).

8229 mars. — Les étourdis qui viennent de faire jouer sur notre théâtre le drame de Stafford, tiré ou plutôt copié textuellement des Mémoires de Harison43, méritaient sans doute une leçon, mais il faut convenir que celle que vient de leur donner L'Impartial* est sans proportion avec le délit dont ils se sont rendus coupables. En prenant leur drame dans un roman, ils n'ont fait que suivre l'exemple que donnent tous les jours les auteurs les plus huppés de la capitale. L'idée première du plagiat ne leur appartient pas. Qu'ils aient après cela commis des fautes de costume et de mœurs, cela n’est pas étonnant de la part de deux jeunes gens qui n'ont pas encore eu le temps de perfectionner leur éducation de collège. Mais leur âge méritait quelque indulgence, leur bon vouloir peut-être quelque encouragement. Il y a plus que de la sévérité à les avoir traités avec moins d'égards que l'on en aurait eu pour des criminels au premier chef. Il y a de quoi dégoûter pour jamais de faire des pièces de théâtre dans un pays où les talents dramatiques ne sont pas si communs que l'on puisse jeter des injures au nez de ceux qui veulent bien tenter quelques essais.

8330 mars. — L’un des deux coupables, Hippolyte Bidal, veut répondre à l'article trop sévère, mais d'ailleurs bien fait, de L'Impartial. Je l'ai trouvé ce soir à l'imprimerie, occupé de rédiger une lettre qu'il m'a priée d'entendre et qui m'a paru très platement écrite ! Sur mes observations, il a retranché toute la partie de cette lettre dans laquelle il se justifiait du reproche de plagiat par l'exemple de Voltaire qui se vantait d'avoir traduit de Sophocle le 5ème acte d'Œdipe, et que des censeurs ignorants ou de mauvaise foi accusent d'avoir pris à Maffei le plan et les plus belles scènes de Mérope. Il m'a fallu discuter pour lui démontrer qu'il était stupide d'établir la moindre parité entre l'un des maîtres de la scène française et les autres à coup de citation du plus faible drame qui jamais ait été représenté sur aucun théâtre. Décidément, Hippolyte Bidal est un sot, je m'en doutais bien, mais je ne l'aurais pas cru de cette force-là.

8431 mars. — Système légal des poids et mesures, mis en rapport avec les anciennes mesures en usage dans les départements du Jura, du Doubs et de la Haute-Saône, par C.-V.-F. Troutet, in-18, impr. de Javel à Arbois.

Avril 1838

851er avril. — La lettre de Bidal est jugée bien sévèrement ; je n'y voyais qu'une platitude, le monde y voit une insigne lâcheté. On ne conçoit pas qu'il ait pu rejeter sur son associé le reproche de plagiat dont il aurait gardé la responsabilité sans le moindre inconvénient puisque le drame de Stafford est maintenant aussi complètement oublié que s'il n'en eut jamais été question.

862 avril. — Les enfants du marquis de Ganges ou les expiations, par Francis Wey, Paris, impr. de Decourchant, in 8. Voilà mon pauvre ami Wey bien content d'avoir pu voir ses feuil letons réunis en un beau volume, mais il lui reste encore à le faire adopter du public et ce n'est pas le plus aisé.

  • 44 Voir au t. II, p. 377, n. 10.
  • 45 Gabriel-Théodore Bélamy, né en 1809. Voir Journal, III-179. Devait collaborer à plusieurs journaux (...)

873 avril. — Besançon est devenu une véritable manufacture biographique. On y réimprime en ce moment deux éditions du Dictionnaire de Feller44 et la Biographie du général Beauvais. Les éditeurs de Feller sont Pérennès, notre doyen, le jeune Bélamy45, écrivain spirituel et léger mais qui ne se pique ni d'exactitude ni de beaucoup de conscience, et Guénard pour la partie bibliographique. La biographie de Beauvais est remaniée par Viancin que j'aide de mes conseils et, de temps en temps, de quelques additions.

  • 46 Proverbe dont la référence ainsi rédigée devait suffire à l'époque de Weiss.

884 avril. — La guerre excitée par le drame de Stafford n'est pas terminée. Bouvier vient de répondre à Bidal qu'il traite fort cavalièrement. Les deux cousins ne se ménagent guère, et l'on pourrait les croire irréconciliables si l'on ne savait le proverbe insolent46 mais qui malheureusement pour le coup est applicable de toutes manières.

895 avril. — Le grand pénitencier, M. le chanoine Domet, a prêché dimanche dernier aux Dames de Saint-Louis un sermon contre le duel. Il faut croire qu'il avait entendu dire que quelques-unes de ces bonnes religieuses avaient l'intention d'aller sur le terrain.

906 avril. — Le nouvel évêque de Nîmes dont le sacre est annoncé pour le dimanche de Quasimodo vient d'adresser une circulaire aux différentes maisons religieuses dont il était le directeur, pour réclamer des prières. Cette pièce est imprimée ; on n'en a pas lu de plus ridicule pour le style qui n'est pas même français.

917 avril. — Nodier continue toujours d'alimenter la Revue de Paris de ses articles gais et spirituels. Le dernier qu'il ait fourni est intitulé Les trois talismans et doit avoir une suite. On ne s'aperçoit pas du tout que son esprit baisse ; c'est toujours la même verve, la même fraîcheur qu'il y a vingt ans.

  • 47 Rue Renan.

928 avril. — On vient de commencer la démolition dans la rue du Clos47 d'une maison qui devait être l'une des plus vieilles de la ville puisqu'elle est antérieure à l'ordonnance qui oblige à construire en pierre la façade sur la rue.

939 avril. — Bouvier n'est point découragé par la critique sévère mais juste de L'Impartial ; il achève dans ce moment un nouveau drame dont le sujet est pris dans l'histoire de la province et qu'il compte faire représenter après Pâques.

  • 48 Voir au 18 avril.

9410 avril. — Un prêtre des environs de Saint-Claude48, qui s'occupe de recherches historiques, est venu m'apporter quelques manuscrits et m'en a promis d'autres sur l'origine et les accroissements des communes de l'ancienne terre de la Grande Judicature. Je l'ai fait asseoir, quoique je fusse très occupé, pour l'entendre causer. C’est un homme de sens qui ne manque ni de lecture, ni d’érudition, et qui m’a donné des renseignements que je voudrais bien être à même de vérifier. Il prétend qu'il existe un abrégé du Discours de Boguet sur les sorciers par un juriste de Salins et une réfutation de cet ouvrage, également par un Salinois. Ces deux ouvrages qu'il dit avoir eus entre les mains doivent être bien rares puisque je n'en avais jamais entendu parler.

  • 49 Claude de Clermont, né à Salins en 1732, s'était affirmé comme un partisan des idées libérales à l (...)

9511 avril. — Le président Trémolières est venu me lire une pièce de vers qu'il destine à la Revue des Deux Bourgognes : c'est Le Cheval de M. de Clermont49, pauvre bête que les révolutionnaires, sans égard pour ses bons et loyaux services, vendirent à un maître de poste qui vit sa fin avant la semaine tandis que son malheureux maître était conduit à Paris où il mourut sur l'échafaud. Le commencement de cette pièce est bien prosaïque, mais il y a par-ci parla des vers naturels et faciles, et le sujet est traité d'une manière intéressante.

9612 avril, Jeudi-Saint. — La journée, une des plus belles que nous ayions eue depuis le retour du printemps, a singulièrement favorisé les stations. Une affluence considérable se portait dans les rues, se pressait aux portes des églises et c'était avec grande peine que l'on pouvait y entrer. Suivant l'antique coutume, j'ai visité les reposoirs dans la soirée avec le conseiller Bourgon et M. de Magnoncour. Nous n'avons pas pu entrer à Saint-Maurice tant la foule y était grande.

9713 avril. — Melle Lefevre, jeune actrice, assez aimée du public, est morte ici il y a quelques semaines des suites d’une couche. Son portrait lithographié par un dessinateur est en vente aujourd'hui chez tous les marchands d'estampes. Je doute fort que le pauvre lithographe recouvre ses fonds. Nous ne sentons pas encore assez les arts pour les encourager, même de quelques centimes.

9814 avril. — Maire a terminé son médaillon du Christ, d'après son buste en marbre qui est à la Bibliothèque. S'il avait fait frapper à la Monnaie, chaque médaillon lui serait revenu à plus de six francs et il ne lui aurait pas été possible de retirer jamais ses frais, mais il a trouvé le moyen de se passer de la Monnaie et il peut livrer son médaillon, entouré d'une jolie bordure, au prix de 6 fr. Nous verrons s'il en vendra beaucoup ; je le désire vivement car il a bien besoin de gagner pour se remettre au niveau.

  • 50 Pierre-Joseph.

9915 avril. — Proudhon le linguiste50, sur lequel Pérennès, moi et beaucoup d'autres font reposer de belles espérances pour le pays, est venu me surprendre ce matin, au moment où je me flattais que la solennité du jour me garantirait de toute visite. Il est arrivé de Paris depuis deux jours et du moment où il a mis le pied dans son atelier typographique, il s'est vu forcé d'y travailler comme compositeur. Ce qu'il pense de Paris, c'est ce que j’en pense moi et tous les vrais Franc-Comtois et autres, tous ceux qui ne croient pas aux merveilles ineffables de la centralisation. Il a d’ailleurs le ton tranchant de la jeunesse et décide, à tort ou à raison, sans ménagement, du mérite de tous les littérateurs, même les plus huppés. Mais ce qu'il m'a dit de plus saillant c'est qu'il a, pendant son séjour à Paris, connu des jeunes gens et assez nombreux qui s'occupent des moyens de régénérer la société par des voies de douceur.

10016 avril. — Le portrait de M. l'abbé Cart, nommé évêque de Nîmes, lithographié par le jeune Baille, pensionnaire de la ville, est en vente depuis ce matin chez tous les libraires ; il est parfaitement ressemblant. Le <succès> en est certain.

10117 avril. — Après plusieurs jours de la température la plus douce, nous voici revenus encore une fois à l'hiver qui ne veut plus nous quitter. Ce matin, les toits étaient couverts de neige et il en est tombé de distance en distance pendant toute la journée.

  • 51 Gilbert Cousin, de Nozeroy (1506-1572).

10218 avril. — L'ecclésiastique de Saint-Claude dont j'ai parlé ne cesse pas de fréquenter la Bibliothèque où il passe une partie de la journée à faire des extraits du Discours de Boguet sur les sorciers et de la description de notre Bourgogne par Cousin51. Je sais enfin son nom ; il se nomme Gruet. Mais avant qu'il m’eut dit comment il se nommait, il m'avait demandé cent francs à emprunter pour quelques jours. M'excusant sur mon manque d’argent et sur ce que je ne le connaissais pas, je l’avais envoyé à l'ex-conseiller Droz, le plus riche et le plus vilain de l'endroit. L'ex-conseiller, fidèle à son caractère ladre, a tout doucettement éconduit le pauvre prêtre qui s'en est venu me conter sa misère ; ma foi, je n'ai pas pu y tenir et j'ai souscrit en faveur de son maître de pension un billet de 50 francs. Advienne que pourra, s'il faut payer, je payerai.

10319 avril. — Cette semaine est celle des visites imprévues. Pallu, que je n'avais pas vu depuis dix ans, est tombé ce matin à la Bibliothèque au moment où je l'attendais le moins. Nous avons déjeuné ensemble chez Guénard et dîné chez M. de Magnoncour. Il ne m’a d'ailleurs rien dit d'extraordinaire.

  • 52 Le nom de Sancey-le-Long s'était déjà substitué à cette forme ancienne quand Weiss écrit, de même (...)

10420 avril. — M. Hippolyte Monnier, de Long-Sancey52, l'un des candidats pour la pension Suard, est depuis quelque temps à Paris pour y terminer son cours de droit. Mais tout en fréquentant les cours, il trouve le loisir de fournir des articles dans les journaux et de prendre part à différentes productions dramatiques. Il a plusieurs pièces, les unes reçues et qui sont en répétition, les autres qui attendent leur tour pour la lecture. Membre du comité dramatique, il s'appuie dans la lettre qu'il écrit à notre digne président, M. Clerc, du suffrage de MM. Casimir Delavigne, Viennet et Desportes, de l'Académie française, et de celui de Victor Hugo. Il a traité le sujet du suicide, présenté par l'Académie, sous la forme du roman et la question d'histoire d'une manière pittoresque ; enfin il a choisi l'héroïque Jeanne d'Oiselay pour le sujet d'une tragédie à lui tout seul, qu'il a sur le métier. Voilà certes des titres incontestables ; et si tous ces faits sont prouvés, sa candidature fera beaucoup de tort à notre jeune Proudhon.

  • 53 Dans la séance publique de l'Académie du 24 août 1839, le professeur Bourgon, président, prononçan (...)

10521 avril. — M. le professeur Bourgon est revenu de vacances ; il n'a pas perdu son temps ou pour mieux dire, il l’a bien employé, car il a trouvé l’emplacement de notre ancien castrum de Filomusiacum,53 sur la position duquel tous nos savants n'ont hasardé jusqu'ici que des conjectures plus ou moins probables. C'est à Nods que M. Bourgon le place définitivement ; ruines de constructions romaines, tuileaux, médailles du Haut Empire, etc. Tout ce qui peut attester sa découverte, il l'a vu, trouvé, reconnu, comme il le démontrera dans un mémoire dont il est présentement occupé.

  • 54 Flavien de Magnoncour.
  • 55 Michel Boyron dit Baron, Paris 1653-1729. Comédien et auteur dramatique qui joua dans la troupe de (...)

10622 avril. — Flavien54 est reparti ce matin pour Paris d'où il ne reviendra qu'au mois de juillet prochain. Il nous a donné hier un dîner d'adieu, à moi et à quelques amis intimes. Le préfet nous a raconté la singulière réponse que M. Clerc, l'ancien procureur général, lui a faite ces jours derniers. La conversation était tombée sur l'ancienne Comédie française. M. Clerc vantait le jeu de Baron55 et, s'interrompant : « Vous connaissez Baron, M. le Préfet, quel grand comédien ! — Je le connais d’autant mieux, dit le Préfet, qu'il était d’Issoudun et que, par conséquent, c'est pour moi un compatriote. — Ah ! monsieur le préfet, vous êtes d'Issoudun, cela ne me surprend pas ! »

  • 56 L'Impartial signale dans le compte-rendu de la cérémonie la présence des évêques de Saint-Claude, (...)

10723 avril. — Le sacre de M. l'abbé Cart a eu lieu aujourd’hui à la métropole avec une pompe extraordinaire56 ; les tribunes et la nef principale avaient été réservées pour les autorités et pour les parents de M. Cart, accourus de Mouthe pour assister à la cérémonie. La foule, grande pourtant quelque temps dans les bas-côtés de l’église, s'est écoulée promptement parce qu'on ne pouvait pas voir dans le chœur, même à l'aide d'une chaise. Dans l'après-midi, le portrait de M. Cart se vendait à la porte de l'église mais comme le prix en était assez élevé, on ne se pressait pas pour l’acheter. L'Impartial ne manquera pas de donner demain un article sur cette fête, aussi j'y renvoie les curieux.

  • 57 Hippolyte Wey, 1782-1853, frère de Casimir avec qui il avait fondé une fabrique de tapis, toiles e (...)

10824 avril. — M. Hippolyte Wey57 vient de découvrir un moyen de nettoyer les tableaux sans courir le risque de les endommager, ainsi que cela n'arrive que trop souvent ; mais il fait un secret de son procédé qu'il n'a pas voulu communiquer à Lancrenon qui s'en serait servi dans l'intérêt de la ville. Il m'a fait voir un tableau de Breughel de Velours, représentant des baigneuses, auquel il a rendu son premier éclat et toute sa fraîcheur. C'est vraiment un petit chef-d'œuvre. Le hasard, qui paraît être en train de le favoriser, vient de lui procurer pour quelques écus deux superbes portraits de Rigaud, celui de J. d'Estrées, abbé de Saint-Claude, et l'autre du cardinal de Polignac, l'auteur de l'Anti-Lucrèce. Les deux portraits seraient dignes de figurer dans la galerie de la ville, mais cette pensée de lui en faire hommage ne peut pas arriver à un homme aussi étroit.

  • 58 L'Annuaire du Doubs de 1837, p. 410, indique que Mairet, notaire de Puessans, est également rappor (...)

10925 avril. — M. Mairet, notaire à Puessans58, près de Baume, publie le prospectus d'une édition de Virgile en 2 volumes in 8, avec une traduction française, des notes et des index. Il m’a écrit de lui envoyer la note de toute une édition de Virgile et des différentes traductions que nous avons de ce poète. Je lui ai répondu qu'il serait plus court à lui de m'envoyer la note des éditions de Virgile qu'il voudrait consulter pour son travail.

  • 59 Charles-Edouard de Rotalier.

11026 avril. — J'ai reçu la première épreuve de la nouvelle que M. de Rotalier cadet59 fait imprimer à Auxonne et que je lui ai promis de corriger. Elle est intitulée La captive et le sujet est tiré de l'histoire de l'Algérie.

11127 avril. — Notre professeur Tissot me mande de Dijon qu'il a profité des vacances de Pâques pour traiter la question du suicide proposée par l'Académie, et qu'il vient d'adresser son mémoire au secrétaire perpétuel. Il n'y a pas mis son nom, ne voulant pas être connu dans le cas où il ne serait pas couronné, mais il me donne la devise pour que je puisse réclamer le prix dans le cas où il lui serait adjugé.

  • 60 Weiss a déjà cité Charles Willemin (III-66).

11228 avril. — Les frères Vuillemin60 distribuent le prospectus d’une Description du val de Morteau, avec 16 lithographies exécutées par un artiste du pays. Le prix de la souscription est de 3 fr.

11329 avril. — Mgr l'évêque de Nîmes a célébré pontificalement la messe à Saint-Pierre, paroisse où il était vicaire lorsque M. de Rohan le fit, il y a quelques années, chanoine et l'un de ses vicaires généraux. Cette cérémonie avait attiré une foule immense de curieux.

  • 61 Aujourd'hui rue Jean-Jacques Rousseau.

11430 avril. — On creuse en ce moment un égout dans la rue de l'Arbalète61 pour recevoir les eaux de pluie qui, plusieurs fois par an, inondent la cour de l’Hôtel de Ville. Un ouvrage de ce genre, exécuté jadis à Rome par l'ordre de Tarquin l'ancien, est encore aujourd'hui l'objet de l'étonnement des antiquaires, mais je ne pense pas que notre édile ait songé à s'immortaliser par celui qu'il fait exécuter. Il n'a dû penser qu’à le faire le plus petit et le moins coûteux possible. Les anciens pensaient toujours à la postérité ; c'est maintenant ce à quoi on songe le moins. Mais est-ce que nous ne devons pas en avoir une ?

Mai 1838

1151er mai. — Fête du roi, partagée en deux comme l'année dernière. Hier et ce matin, des salves d'artillerie à la Citadelle, puis la messe à la cathédrale où toutes les autorités ont assisté pour le décorum. Le reste du programme renvoyé à dimanche. Le préfet a donné un bal.

1162 mai. — L'imprimeur Lambert, jeune homme de 35 à 40ans, père de famille, peu favorisé de la fortune, mais qui n'était cependant pas mal dans ses affaires, avait disparu le 31 mars laissant une lettre dans laquelle il semblait annoncer le dessein de mettre fin à son existence. Depuis, toutes les recherches faites par sa famille et par ses amis avaient été inutiles. Ce matin, son cadavre a été retrouvé dans la forêt d'Avanne ; une bouteille qui était à côté de lui fait conjecturer qu'il s'est empoisonné, et l'état du cadavre qu'il a dû exécuter ce dessein peu de temps après sa disparition. C'était un homme de mœurs douces et d'un esprit cultivé ; il faisait des vers passables, mais, sous ce rapport, il ne serait jamais allé bien loin. Sa mort n'en sera pas moins sentie par tous ceux qui l'ont connu un peu intimement. Il laisse un frère, médecin à Paris, placé à la tête d'un grand établissement de bains qui fera fortune ou sera coulé dans peu d'années.

  • 62 Félix-Joseph Mercier, écrivain et poète, avait été maire de Rougemont (II-361).

1173 mai. — Mercier, de Rougemont62, le grand pétitionnaire, vient de m'adresser tous ses manuscrits en me chargeant d'y faire un choix et de le publier, m'offrant un quart dans les bénéfices pour me dédommager des peines que je prendrai pour mener à bien cette affaire. Il me donne d'ailleurs les pouvoirs les plus illimités sur toutes ses productions, car si je ne juge pas qu'elles méritent l'honneur d'être publiées, il me laisse le maître de les garder ou de les déposer à la Bibliothèque de la ville. Ainsi je suis tout à la fois son éditeur et son exécuteur testamentaire.

  • 63 Barthe.

1184 mai. — Mon ami Foisset m'écrit qu'il veut absolument que l'abbé Doney soit évêque de Dijon, que la députation de la Côte-d'Or l'a demandé au ministre des Cultes63 et qu'il faut que je fasse de mon côté toutes les démarches nécessaires pour assurer sa nomination. Mais mon pauvre ami Foisset ne sait pas que M. l'abbé Doney, homme d'esprit, n'en a pas eu assez pour se concilier l'affection de ses compatriotes et que si la nomination doit avoir lieu, ce ne peut être que contre l'assentiment du préfet et de tous les membres de la députation du département du Doubs auxquels depuis huit ans il a constamment été hostile.

  • 64 Le président Edouard Clerc avait épousé en 1832 la fille de Noël Lemire, maître de forges à Clairv (...)

1195 mai. — M. Edouard Clerc, le grand explorateur à qui nous devons déjà la découverte d'un camp et d'une villa romains, arrive d'une excursion dans le Jura où il était allé chez son beau-père64 passer les vacances de Pâques. Son excursion n'a pas été perdue pour l'archéologie ; il a fait fouiller un tumulus dans lequel il a trouvé une médaille de bronze, fruste il est vrai mais sur laquelle tout numismate un peu exercé voit l’effigie de Constantin Caïus. Cette découverte a frappé Monnier et quoiqu'elle contrarie un peu ses idées systématiques, il n'en a pas moins reconnu le premier la pièce de Constantin, alors qu'il s'attendait à trouver celle d'un empereur du Haut Empire.

1206 mai. — La reprise de la fête du roi s’est faite conformément au programme municipal ; la revue obligée à Chamars de la garde nationale et des batteries de l'artillerie. Le soir, quelques lampions sur les fenêtres ou autour des portes des fonctionnaires, puis un feu d'artifice. Le feu tiré aux Prés de Vaux a été contrarié par la lune dont l'éclat faisait pâlir tous les soi-disant soleils de l'artillerie. Au surplus, il a inspiré un de nos poètes dont la pièce paraîtra dans le premier numéro de L’Impartial.

1217 mai. — En creusant l'égout de la rue de l'Arbalète, on a trouvé les restes d'une chaussée romaine sur laquelle l'Académie devrait bien demander un mémoire à l'architecte Delacroix qui serait très en état de le lui fournir et qui le ferait avec plaisir. Dans l'épaisseur de cette chaussée, que l'on a été obligé de couper, on a trouvé une médaille en bronze d'Auguste qui sera déposée à la Bibliothèque.

  • 65 Sans doute Amédée de Poinctes de Gevigney, âgé de 16 ans. Il quittera Besançon en 1839 pour entrer (...)

1228 mai. — Dimanche, pendant la revue de la garde nationale, deux projectiles ont été lancés avec un fusil à vent contre les transparents relatifs à la fête qui décoraient le portique de la préfecture. On ne connaît pas l'auteur de ce fait, mais les soupçons se portent naturellement sur le jeune de Poinctes65, sorti récemment de l'école des jésuites à Fribourg. L'Impartial publie, sur ce petit événement, un long article très inconvenant, mais qui n'en sera pas moins répété dans les journaux de Paris.

1239 mai. — L'avoué Gallet, jeune homme de trente-cinq à quarante ans, s'est noyé dans le Doubs près de Dole. On attribue ce suicide au chagrin qu’il éprouvait de ne pouvoir point épouser sa maîtresse et de ne pouvoir pas vivre sans elle. Par son testament, il institue son héritière universelle sa mère qu’il aimait tendrement. Il laisse, dit-on, une fortune de plus de 150 000 frs, somme considérable.

12410 mai. — Le conseil municipal, dans sa séance d’aujourd’hui, a <décidé> que la rue Chifflet prendrait à l’avenir le nom de rue Neuve-Saint-Pierre. Ainsi le conseil vient de répudier les plus grandes gloires littéraires de Besançon. Une chose remarquable, c’est que les membres les moins éclairés du conseil ont voté pour la continuation du nom de Chifflet et que le vice-président de l’Académie, baron de Saint-Juan, a voté contre, évidemment poussé par un sentiment de jalousie. Le conseiller Bourgon a protesté contre cette décision anti-patriotique.

  • 66 L'alimentation en eau de Besançon par les sources d'Arcier va marquer la vie politique locale pour (...)

12511 mai. — Les romains du conseil municipal viennent d’obtenir une ordonnance royale qui les autorise à s'emparer de la source d'Arcier pour en amener les eaux à Besançon. On est fort étonné que des partisans du progrès indéfini aillent chercher des exemples chez les Romains, mais ils vont éprouver de la part des héritiers Bourgon, propriétaires actuels des eaux, des obstacles auxquels ils ne s'attendent pas et l'exécution de leur romantique projet peut être ajourné pour bien des années66.

12612 mai. — Francis Wey est devenu le critique en chef de La Presse ; c'est lui qui depuis quelques semaines rend compte dans ce journal des ouvrages nouveaux, et il s'acquitte de son emploi avec un courage vraiment remarquable. Ce n'est pas une petite besogne que d'entreprendre dans la foule des productions qui paraissent tous les jours, de distinguer celles qui méritent d'être lues et dont les auteurs ont droit à des encouragements.

  • 67 Léon Bretillot.

12713 mai. — Léon67 est de retour de Paris où il était allé passer six semaines pour voir l'exposition ; il n'est pas émerveillé des tableaux de Gigoux sous le rapport de la composition, mais il trouve qu'il a beaucoup acquis dans diverses parties de l’art et qu'il a profité de son voyage en Italie. Comme nous, il est indigné de la délibération du conseil municipal relativement à la rue Chifflet et il ne tiendra pas à lui de faire revenir sur cette mesure antipatriotique.

12814 mai. — Les comédiens viennent de remettre au théâtre Le Médecin malgré lui, avec plus de succès qu'on ne pouvait l'espérer ; mais peu s’en est fallu que les plaisanteries un peu graveleuses de Sganarelle n'aient été sifflées par notre très moral parterre. Au surplus, ce n'est pas la première fois que Molière aurait éprouvé cet affront dans notre ville.

  • 68 Dans le rapport de l'abbé Doney sur le concours de l'Académie, sur les 26 participants, cet auteur (...)

12915 mai. — L’Académie vient de recevoir de Cayenne68 un mémoire sur la question du suicide ; elle a été flattée de voir que ses programmes allaient jusqu'en Amérique, et je ne serais pas surpris qu'elle nomme son correspondant l'auteur du mémoire, pour peu que son ouvrage annonce du talent.

  • 69 Jean-Baptiste Boisot (Besançon 1636-1694), abbé commendataire de Saint-Vincent de Besançon, est co (...)

13016 mai. — Jules Baron, notre graveur, est ici depuis quelques jours avec tous ses outils ; pendant qu'il y restera, son projet est de graver les portraits de Granvelle, de Renard et de sa femme, trois des plus beaux que nous ayions dans notre musée. Il faudra que je lui conseille de graver aussi celui de l'abbé Boisot69, le fondateur de notre Bibliothèque, dont on ne parle pas dans ce pays-ci autant qu'on le devrait.

13117 mai. — Les gémissements et les espérances de la religion catholique en France, ou de l'Etat présent et de l'avenir de l'Eglise de France, par Mgr Tharin, ancien évêque de Strasbourg, in 8° de 13 feuilles 1/2, imprimerie de Marius-Olive à Marseille.

  • 70 Ce mémoire est cité dans le Journal, III-249.

13218 mai. — Le dernier numéro de la Revue des Deux Bourgognes contient l'analyse du mémoire de M. de Gingins sur les anciens pagi de la Haute-Bourgogne au temps de la première race de ses rois70. Cette analyse est du jeune Clovis Guyornaud, dont on a déjà eu l'occasion de parler quelquefois. Elle est faite avec tous les égards qu’un jeune homme qui débute dans la carrière doit à l'un de ses devanciers, mais M. Guyornaud ne partage pas sur tous les points l'opinion de M. de Gingins et il l'a dit avec franchise. M. de Gingins n'en a pas été content, et il l’a manifesté dans une lettre à M. Duvernoy. Les érudits sont donc comme les poètes genus irritabile.

  • 71 Sans doute a-t-il voulu dire : « au-dessous du sol actuel ».

13319 mai. — En creusant l'égout de la rue de l'Arbalète dont j'ai parlé il y a quelques jours, on a découvert à 25 pieds au-dessous du sol naturel71 des restes d'une ancienne voie romaine et, à la même profondeur, une médaille d'Auguste en bronze que l'architecte Delacroix m'a remise aujourd'hui pour le cabinet de la ville.

13420 mai. — On a commencé hier la démolition de la maison Bouvot, Grand'Rue, en face de la rue de la Préfecture. Elle appartient aujourd'hui au confiseur Vaissier qui n'a pas trouvé digne de lui sans doute une maison qu'habitait il y a moins de cinquante ans le dernier descendant d'une des familles consulaires de l'ancienne cité impériale.

  • 72 Peut-être Etienne-François-Philippe Demesmay, 1772-1853, notaire, qui fut sous-préfet de Pontarlie (...)

13521 mai. — Au mois de mars dernier il a été découvert à Chaffois, près de Pontarlier, dans un champ appartenant à M. Demesmay72, un certain nombre de pièces d'or portant d'un côté l'effigie de saint Martin et au revers le blason de l'évêque d'Utrecht. Ces pièces ont été trouvées à côté d'ossements humains, d'où l'on peut conjecturer que ce petit trésor était celui d'un officier des bandes qui ont désolé notre Franche-Comté dans le 16ème siècle ou le 17ème siècle. M. Demesmay m'a remis aujourd'hui une de ces pièces pour le médaillier de la ville.

13622 mai. — Mon ami Beuchot, en annonçant dans son dernier numéro du Journal de la librairie le premier volume de la Biographie universelle de Furne, dit que ce n'est qu'une réimpression, corrigée, augmentée et diminuée du général Beauvais, et que cette biographie n'est point celle à laquelle je travaille. Je voudrais bien qu'il eût dit la vérité. La conduite de Michaud à mon égard ne justifie pas la faiblesse que j'ai eue de consentir à me charger de la révision d'une Biographie faite en concurrence avec la sienne, mais Dieu m'est témoin qu'en ceci je n'ai point été conduit par un intérêt sordide et que j'ai eu seulement en vue de rendre service à Deis et de faire gagner quelque argent à mon ami Viancin.

13723 mai. — M. Lyautey, intendant militaire qui, l'année dernière, a fait partie de l'expédition de Constantine, m'a rapporté une inscription tumulaire dont il a fait hommage à la Bibliothèque de la ville. Cette épitaphe est celle d'un certain Lepidius, qualifié de Solutor, mot qui pourrait bien avoir la signification de payeur ou d'intendant comptable. Ce serait une chose assez singulière que ce pauvre Lepidius ait été déterré par un de ses modernes confrères dans un pays où certes, à moins d'avoir le don de prévision, il était impossible d’imaginer, il y a dixsept à dix-huit cents ans, que les Français auraient un jour des établissements.

  • 73 Charles-Casimir Du Gabé (Le Mas-d'Azil 1799-1874). Cet avocat toulousain s'est manifesté d'abord d (...)

13824 mai. — La chambre des députés a retenti ces derniers jours de la dénonciation d'un cer lain Du Gabet73 contre notre préfet, violemment soupçonné d'avoir mis en loterie une croix d'honneur. Le ministre n’a pas trouvé de meilleur moyen de le défendre qu'en déclarant le fait faux à la face de toute la France, ajoutant qu'un préfet qui se serait rendu coupable d'une telle profanation aurait été révoqué sur-le-champ. Cependant le fait est exact : la croix d'honneur a été mise en loterie par le préfet, mais certes dans la meilleure intention du monde. C'est de sa part une inconvenance irréfléchie et voilà tout. Il faut vivre sous le régime où nous sommes pour voir attacher tant d'importance à des petites choses et pour qu'un pays soit menacé de perdre un excellent magistrat, auquel tout le monde rend justice, parce qu'il a cru pouvoir mettre dans une loterie pour les pauvres un objet qui est en vente chez tous les marchands, sans que personne puisse y trouver à redire.

13925 mai. — M. Micaud va, en sa qualité de maire, avoir un procès avec le directeur du spectacle, Sainte-Marie. Il s'est engagé à lui payer une somme annuelle de 6 000 et même 8 000 fr. à titre de subvention, si le public était content de sa troupe. Maintenant qu'il s'agit de payer la somme, Sainte-Marie prétend qu'il a rempli ses engagements et le maire trouve que non. Sainte-Marie vient de distribuer un mémoire contre le maire dans lequel il ne lui ménage pas les reproches. Le conseil municipal a autorisé le maire à plaider. On s'attend, si le procès a lieu, à des révélations très plaisantes de la part du directeur qui, ne conservant pas son privilège, n'a plus rien à ménager.

  • 74 D'OIivet avait été traducteur de Cicéron. Il reçut Voltaire à l'Académie française et celui-ci, da (...)

14026 mai. — Ackermann vient de m’adresser son éloge de d’Olivet pour le concours académique. Il me traite un peu cavalièrement de camarade en me donnant pour un éloge un fort médiocre feuilleton d'une gazette parisienne. C’est le temps et non le talent qui lui a manqué pour faire mieux. Tout ce qui doit composer l’éloge de cet habile grammairien se trouve en rudiments dans les quatre pages qu’il m'a envoyées, mais pas le moindre développement. Il a cependant oublié une chose essentielle dans l'éloge de d'Olivet : Voltaire, qui le nommait son maître, qui l'appelait Cicéron d'Olivet74, qui lui a prodigué jusqu'à la fin les éloges et même les cajoleries, n'est pas nommé une seule fois dans un morceau où il devait jeter le plus vif éclat. Le morceau, et j'en suis très fâché, ne peut pas être couronné, mais je ferai tout ce qui dépendra de moi pour qu'il soit mentionné d'une manière honorable.

14127 mai. — Le génie militaire, qui loue à la ville le terrain dont elle a fait la promenade de Chamars, l'encombre de matériaux pour la réparation des remparts ou la construction des nouvelles fortifications qu'il projette dans l'intérêt de la défense de la place. Il en résulte que la promenade autrefois si belle ne peut plus être fréquentée maintenant que par les écoliers ou par un petit nombre de malades à qui l'on a prescrit un exercice modéré, mais alors, pourquoi imposer un droit à la ville pour la location d'un terrain dont les citoyens <ne peuvent jouir>.

  • 75 Charles-César Clerc de Landresse, Baume-les-Dames 1801–Besançon 1867, qui fut élève de V. Proudhon (...)

14228 mai. — Hier à dîner chez M.de Saint-Juan, on disait que l'architecte Marnotte était occupé de décorer d'une fresque la façade de la maison de campagne de l'avocat Clerc de Landresse75 qui l'a servi dans son procès contre la ville sur la Halle. « Ah oui, dit Viancin, il veut lui peindre sa reconnaissance. »

  • 76 Charles-Jean, maréchal Bernadotte.
  • 77 Ou plutôt danois : la fille d'Œhlenschlager était tombée amoureuse de Marmier, qui ne l'épousera p (...)

14329 mai. — Les journaux annoncent que Xavier Marmier a été reçu de la manière la plus distinguée par le roi de Suède76, et qu'il est question de son mariage avec la fille du plus célèbre poète suédois77. C'est là une excellente nouvelle pour notre Franche-Comté qui devrait tressaillir de joie toutes les fois qu'il arrive quelque chose d'heureux à ses enfants.

14430 mai. — Essai sur l’analyse physique des langues, ou de la formation et de l'usage d'un alphabet méthodique, par Paul Ackermann, in 8° de 3 feuilles, imprimerie de Porquet à Paris.

14531 mai. — Les orages continuent depuis quelques jours d'une manière vraiment effrayante ; avant-hier il y en a eu trois dans la journée. Les coups de tonnerre les plus violents étaient suivis d’un torrent de grêle mêlé de pluie. Plusieurs personnes ont vu tomber la foudre dans la direction de Patente, d'autre du village de Morre, d'autres enfin du côté de Saint-Ferjeux et toutes peuvent avoir également raison car l'orage enveloppait tout le territoire de la ville impériale. Ce qu'il y a malheureusement de certain c'est que Beure a beaucoup souffert de la grêle tombée sur le soir. Hier l'orage a recommencé avec moins de violence, mais il a duré depuis deux heures jusqu'à sept, commençant sur Besançon et finissant du côté de Pouilley, marche contraire à celle que l'on a cru observer ces dernières années.

Juin 1838

1461er juin. — J'ai reçu une lettre de Marmier datée de Stockholm ; il m'annonce son prochain départ pour Trondheim où il doit être arrivé maintenant. Il se loue de l'accueil qu'il a reçu en Suède, particulièrement du roi qui lui a remis une belle médaille d'or portant ces mots : Charles-Jean à X. Marmier. Mais il n'est pas question dans cette lettre du mariage que les journaux de France supposent qu'il est sur le point de contracter avec la fille d'un des plus grands poètes du Nord.

1472 juin. — On m'a remis aujourd'hui pour la Bibliothèque les vues de Constantine lithographiées sur les dessins de notre Devoisin, l'ancien élève de ce pauvre Génisset. Il est en ce moment à Lyon et dans peu de jours il sera probablement à Besançon. Je serai certainement bien aise de le voir, mais je le serais bien plus encore si je pouvais lui être utile en lui procurant un petit emploi dont il aurait grand besoin, n'ayant ni fortune, ni même d'économies.

1483 juin. — Le professeur Bugnet a traversé ce matin Besançon pour aller à Bolandoz pour les vacances, qu'il est dans l'usage de prendre à la Pentecôte. J'ai déjeuné avec lui chez Béchet et je ne l'ai quitté que lorsqu'il est monté en voiture. Il ne m'a jamais fait autant de caresses ; il voulait m'emmener et je n'ai pu m'en défendre qu'en lui promettant solennellement d’aller le voir à sa campagne au mois de septembre.

  • 78 Charles Weiss, évidemment. Journal de la Librairie, 26 mai 1838.

1494 juin. — Stafford, le drame en 5 actes traité d'une manière si outrageante par L'Impartial est annoncé dans le Journal de la Librairie. Beuchot a profité de la dédicace pour dire un mot du grand biographe78 sans lequel la Biographie universelle n'aurait jamais été faite. Je le jure, j’aurais cent fois mieux aimé qu'il n'en dit rien.

1505 juin. — Notre jeune peintre Baille a été retenu le quatrième pour le concours au grand prix de Rome.

1516 juin. — Le conseil municipal se réunit depuis quelques jours pour aviser aux moyens de procurer l’éclairage de la ville par le gaz, mais les séances se passent en discussion et toujours il se sépare sans rien délibérer. Enfin, il a dans sa séance d'aujourd'hui invité le maire à faire signifier à la compagnie qui s'était chargée d'éclairer la ville au gaz de résine qu'elle était déchue de l'autorisation de faire passer des tuyaux dans les rues, attendu qu’elle a laissé passer les délais où les travaux devaient être commencés.

1527 juin. — Le statuaire David m'annonce l’envoi du buste de Victor Hugo, le grand poète, pour la Bibliothèque. Il me mande en même temps que le jeune Petit qu'il m'avait recommandé l'année dernière, a été reçu le premier au concours pour la pension de Rome. « Si, dit-il en terminant, la ville de Besançon accorde une petite pension à ce jeune homme, elle peut avoir l'assurance qu'elle n'aura jamais mieux employé son argent. »

1538 juin. — Je me suis aperçu aujourd'hui que l'on avait enlevé du cabinet Paris le petit bronze doré désigné dans le catalogue sous le nom de salière de Michel-Ange. C'est la première fois depuis 26 ans que je suis conservateur des cabinets de la ville que j'ai la certitude d'une soustraction. Il y a peut-être longtemps que le vol est commis, ainsi je ne peux avoir de soupçon sur personne ; c'est ce qui fera que je me défierai de tout le monde.

1549 juin. — Frédéric Cuvier est arrivé avec M. Dutrel pour inspecter les écoles de l'Académie. Il et venu me voir cet après-midi à la Bibliothèque où nous avons causé longtemps et à cœur ouvert de la marche de l'instruction en France. L'ouverture des bibliothèques la nuit, encouragée par le ministre, lui paraît comme à moi la chose du monde la plus absurde. Il croit rester ici toute la semaine prochaine ; ainsi j'aurai le plaisir de le revoir.

15510 juin. — Les fêtes des Saints que la Révolution avait suspendues ont repris partout dans nos campagnes avec une nouvelle faveur. Aujourd'hui à Saint-Claude l'affluence des curieux et des promeneurs était immense. Sans faire de trop grands frais d’imagination on aurait pu se croire transporté à Saint-Cloud ; les deux côtés de la route étaient bordés de tables chargées de pâtisseries, de fruits et de comestibles plus solides ; dans toutes les maisons, dans les prés voisins, on dansait ; des voitures plus commodes qu'élégantes transportaient pour une légère rétribution les curieux de Besançon à Saint-Claude et de Saint-Claude à Besançon, et ceux qui ont eu l'idée de cette spéculation ont dû s’en applaudir car ils ont trouvé bien des personnes disposées à faire ce léger trajet en voiture à cause de la poussière. La civilisation s'étend partout et le goût des jouissances matérielles fait chaque jour des progrès.

  • 79 Charles le Téméraire, duc et comte de Bourgogne.

15611 juin. — Les frères Vuillemin, de Morteau, sont occupés d'une tragédie dont le sujet est la défaite de notre duc Charles79 par les Suisses à Morat. C'est un sujet qui peut plaire aux Suisses, mais non aux Franc-Comtois dont il blesse la vanité nationale et c'est une étourderie de leur part de l'avoir choisi de préférence à vingt autres qu'ils auraient également pu tirer de nos annales. Ils ont détaché de leur pièce une scène qu'ils ont adressée à Auguste Demesmay en le priant de la faire insérer dans la Revue des Deux Bourgognes. Je l’ai lue ; elle m'a paru détestable.

15712 juin. — M. Droz mande à Pérennès qu'il est forcé de suspendre l'impression de son Histoire de la Révolution par l'état de sa santé et que sur le conseil des médecins, il va faire un voyage de quelques semaines pour se remettre de ses fatigues.

  • 80 Brunet de La Renoudière (Pierre), né à Mortagne en 1808, avait épousé en 1837 Marie-Françoise Pour (...)

15813juin. — M. Brunet80, jeune officier qui s'est marié l'année dernière à Besançon avec Melle Pourcheresse, vient de prendre sa retraite pour se livrer plus librement à ses goûts littéraires. Il est déjà connu par une méthode de lecture dont le recteur, juge très compétent, parle avec éloge. Maintenant, il s'occupe d'un Dictionnaire français où les mots seront rangés par racines. Il m'a communiqué son plan et je lui ai promis volontiers de l'aider de mes conseils.

15914 juin. — On a commencé la démolition de la maison Grammont pour l'élargissement de la rue Baron, du côté de la Grande rue. Le travail ne sera pas terminé de plusieurs années par la raison que les locataires ne veulent pas quitter sans indemnité.

16015 juin. — Les travaux de la nouvelle halle sont en pleine activité ; depuis plus d’un mois, 50 ouvriers sont occupés à terminer les murs que tous les gens de bon sens auraient voulu voir abattre et raser à niveau de terre. L'entêtement du conseil municipal à faire achever un bâtiment dont la majorité de ses membres commence à reconnaître l'inutilité prouve que les corps ainsi que les individus se laissent conduire par l'amour-propre. La Halle n'aurait été jamais achevée sans la crainte du ridicule que l'on aurait couru en avouant que l'on s'était trompé.

  • 81 L'expression est d'Horace pour signifier la susceptibilité des poètes.

16116 juin. — M. Clerc père est furieux contre le rédacteur de la Revue des Deux Bourgognes qui s'est permis de n’être pas en tout de son opinion dans les reproches qu'il adresse au grand et inintelligible philosophe Kant. Il est tellement piqué de son observation qu'il se propose d'exprimer son mécontentement dans le discours qu'il doit, en sa qualité de président, prononcer à la prochaine séance de l'Académie. J'ai fait ce que j'ai pu pour l'en dissuadèr, mais je crains bien de n'y avoir pas réussi ; l'amour-propre de M. Clerc est d'une nature vivace ; on parle tant du genus irritabile vutum81 ; c'est de celui des avocats qu'on aurait dû parler.

16217 juin. — Procession générale de la Fête-Dieu. C'est toujours un des plus beaux spectacles dont on puisse jouir. Le canon de la Citadelle a annoncé la marche de la procession, les troupes étaient stationnées sur les places, la Cour royale suivait le dais, mais les autres autorités n'ont été remarquées que par leur absence.

  • 82 Le Traité est paru en 1839.

16318 juin. — Le progrès s'étend de proche en proche et gagne insensiblement de Paris dans les provinces. Curasson vient de vendre à Lagier, libraire à Dijon, un Traité de la compétence des juges de paix mise en rapport avec la nouvelle loi, pour une somme de 12 000 fr. L’ouvrage n'est pas fait ; c'est ainsi qu'en agissent les maîtres de Paris, mais ils se font payer d'avance et Curasson attendra son paiement jusqu'à la mise en vente de l'ouvrage. Nous ne sommes pas encore au courant, mais je ne doute pas que nous n'y soyions avant peu d'années82.

16419 juin. — Gerfaut par Ch. de Bernard, Paris, impr. de Béthune, 2 vol. in 8°, prix 15 fr. Les journaux de Paris n’ont pas encore rendu compte de cette nouvelle production franc-comtoise, ainsi nous n'en connaissons que le titre qui n'est rien moins que significatif.

  • 83 Auguste Demesmay.

16520 juin. — Auguste83 est parti pour Pontarlier où il va passer quelques semaines dans sa famille. J'ai regret de voir s'éloigner ce brave garçon que ses qualités me rendent cher, mais j'espère que son absence ne sera pas perdue pour les muses et qu'il trouvera dans ses loisirs le moment de composer quelques nouvelles Traditions. Son livre a beaucoup de succès et je m'en réjouis bien sincèrement.

16621 juin — Melle Curasson arrive de Paris où elle a passé six semaines. D'après ce qu'elle m'a dit, les Franc-Comtois y tiennent un rang distingué dans les lettres et dans les arts et c'est une des choses qui me sont le plus agréables. Elle n'a pas pu voir Nodier pour qui je lui avais donné une lettre, mais ce n'est la faute de personne. L’occasion de le voir se représentera bientôt.

16722 juin. — Supplément à l'Essai sur le travail des greffes, par M. Perrin, Lons-le-Saunier, impr. de Gauthier, in 4°.

  • 84 Léon Bretillot.

16823 juin. — Le buste de Victor Hugo par David est enfin arrivé. Il est beau comme l'antique. C'est vraiment une chose admirable. Léon84 s'est chargé d'en parler dans un des prochains numéros de L'Impartial et Viancin m'a promis de faire écrire à David une lettre officielle de remerciement.

16924 juin. — En écrivant ce matin à David, je lui ai dit que je me proposais d'arranger une petite cérémonie pour l'inauguration du buste de Victor dans la nouvelle salle de la Bibliothèque. J'ai communiqué cette idée à Pérennès qui d'abord l'a fort approuvée. Mais ce soir il a changé d'avis et nous avons eu une discussion assez vive sur cet objet. Il a été convenu que nous nous en rapporterions pour ce qu'il convient de faire au recteur, homme froid et grave qui saura concilier ce que nous devons à Victor et aux principes littéraires que ce même Victor n'a malheureusement pas toujours respectés.

17025 juin. — Devoisin est arrivé d'Alger. Six années d'absence l'ont tellement changé que je ne l'aurais pas reconnu. Il paraît qu'il a mis son séjour dans cette contrée à profit pour son instruction. Il en parle avec beaucoup d'intérêt. Son opinion est que la France ne doit point abandonner cette colonie importante. Il est persuadé que les Arabes se réuniront franchement à nous dès qu'ils seront certains que nous ne les laisserons pas retomber sous le joug des Turcs qu'ils n'aiment pas mais qu'ils redoutent. Suivant lui, ces promesses suffiraient pour empêcher les Anglais de s'emparer de cette colonie.

  • 85 Les Annuaires postérieurs donnent toujours la même adresse pour Weiss, qui a dû changer d'appartem (...)
  • 86 Pourquoi ? Parce que Jean Chapelain (1595-1674) eut la réputation d'être un mauvais poète ?
  • 87 Eugène Hugo (Nancy 1800-Charenton 1837), poète lui aussi, avait remporté un prix de l'Académie des (...)

17126 juin. — Bergier, le directeur du mont-de-piété, ne manque pas d'instruction, ni même d'esprit, mais c'est un original, un homme à part qui vaut la peine d'être étudié. Je pourrais bien m'en occuper un de ces jours quand j'aurai terminé l'arrangement de mes papiers dans mon nouvel appartement85. Il est venu hier à la Bibliothèque ; le buste de Victor Hugo lui a paru, comme à tout le monde, une chose admirable mais il est indigné que David ait employé son talent à reproduire les traits d'un homme dont le nom ne passera à la postérité que comme celui de Chapelain86. Tout ce que j'ai pu lui dire pour le calmer n'a fait que l'irriter davantage et, dans sa mauvaise humeur, il a fini par prédire que Victor terminerait sa vie à Charenton. J'espère bien qu'il sera pour cette fois un mauvais prophète, mais je n'ai pu m'empêcher de penser que c'est là qu'un des frères de Victor est mort il y a quelque temps à peine âgé de trente ans87.

17227 juin. — Devoisin est venu me revoir : il m'a remis pour la Bibliothèque quelques médailles en bronze de Didon qu'il a déterrées lui-même aux ruines de Carthage et des échantillons de fort jolis cristaux provenant d'une montagne que les Arabes nomment la montagne du Diable ou la montagne maudite.

  • 88 Peut-être l'épouse de Pierre d'Alcantara-Charles-Marie, duc d'Arenberg (1790-1877), née Alix-Marie (...)

17328 juin. — Croix et douleur, Emile Chavin, Dole, impr. de L.-A. Pillot, in 18. Tel est le titre d'un opuscule dont l'auteur vient de m'adresser pour notre Bibliothèque un exemplaire sur papier vélin. Il n'en a été tiré que 20 pour le pays ; il est dédié à Mad. la princesse d'Arenberg88. Le dernier feuillet contient l'annonce de plusieurs ouvrages qu'il se prépare à publier successivement.

17429 juin. — Le grand sculpteur David ne m'a pas fait attendre sa réponse. Il m'adresse l'acte de naissance du jeune Petit auquel il prend un intérêt tout paternel. J'ai remis cette pièce à Viancin qui s'est chargé de recueillir les renseignements dont j'ai besoin pour dresser ma demande au conseil municipal en faveur de ce jeune homme. Le suffrage d'un artiste aussi distingué que David doit entraîner le conseil municipal ou bien il faut désespérer du pays.

17530 juin. — Devoisin a fait hommage à la ville d'une tente arabe. Elle est déposée provisoirement au cabinet Paris en attendant qu'on ait imaginé un local où elle pourrait être dressée. Le conseil municipal que j'aurai soin d'informer des dispositions bienveillantes de Devoisin et de sa générosité envers la ville saisira probablement la première occasion d'être utile à ce brave jeune homme.

Juillet 1838

1761er juillet. — Le général Janin, venu bien malgré lui de Bordeaux à Besançon, forcé de céder sa place au général Castellanne, avait dans un premier moment d'humeur annoncé qu'il ne recevrait personne. Il a probablement senti ce qu'il y avait de ridicule dans une pareille conduite, car il a donné aujourd'hui un grand dîner aux officiers de la garnison et aux principales autorités.

1772 juillet. — Mlle Perreciot nous enlève Devoisin pour quelques semaines : elle ne conçoit pas qu'il ait pu rester tant de jours à Besançon avant d'aller à Baume où il est attendu avec une si grande impatience. Quant à elle, depuis la mort de Génisset, le séjour de Besançon lui est insupportable : lorsqu'elle a été forcée de traverser cette ville, le pavé lui en brûlait les pieds. La lettre qu'elle écrit à Devoisin est inimaginable.

1783 juillet. — La commission chargée d'examiner les titres des aspirants à la pension Suard s'était assemblée aujourd'hui chez le recteur. Les candidats sont au nombre de sept : deux seulement ont fixé l'attention de la commission ; elle a témoigné le regret de n'avoir pas deux bourses à donner au lieu d'une, mais elle a renvoyé pour se prononcer sur les deux candidats à une séance qui précédera de peu de jours l'élection du pensionnaire.

  • 89 Le curé Vieille.
  • 90 La Congrégation des rites a suspendu le culte de cette sainte en 1961.

1794 juillet. — Le curé de Sainte-Madeleine89 demande à Lancrenon un tableau de sainte Philomène, dont les reliques découvertes récemment dans les catacombes de Rome sont devenues subitement l'objet d’une dévotion spéciale90. Lancrenon serait enchanté de trouver l'occasion de faire un tableau, mais quel parti pourra-t-il tirer d'un semblable sujet ? Il aimerait mieux, et moi aussi, faire le tableau de saint Maurice.

  • 91 Mort le 2 novembre 1837.

1805 juillet. — Pécot m'a communiqué l'éloge de M. le docteur Collard91 qu'il doit présenter à la distribution des prix de l'école de médecine. Je n'en ai pas été mécontent, mais s'il se décide à le faire imprimer je pourrais lui indiquer quelques corrections de style qui me semblent indispensables.

  • 92 Léon Bretillot.
  • 93 Ferdinand Chifflet, voir note au 2 avril 1839.
  • 94 Il a épousé la fille de Jean-Agathe Micaud.

1816 juillet. — Léon92 a, dans un feuilleton de L'Impartial, stigmatisé la ridicule délibération du Conseil municipal qui débaptise la rue Chifflet. J'aime à croire que ses piquantes observations frapperont quelques-uns de nos sages conseillers et qu'ils reviendront sur une décision qui ne leur fait pas honneur. M. Ferdinand Chifflet93 a fait une visite à Léon pour le remercier de son article, mais sa position de gendre du maire94 ne lui a pas permis d'avouer qu'il en était l'auteur. Il s'est donc contenté de dire à M. Chifflet qu'il partageait les sentiments du rédacteur de l'article, mais qu'il ne pouvait pas accepter des remerciements qui revenaient à un autre.

  • 95 D'origine italienne, Baserga exposait dans sa boutique curiosités et objets d'art, en particulier, (...)
  • 96 Aujourd'hui rue Luc-Breton. L'immeuble qui a succédé est aujourd'hui d'un style troubadour.

1827 juillet. — On a commencé il y a quelques jours la démolition de la maison qu'occupait le physicien Bazerga95, Grand'Rue, à l’angle de la Bouteille96 qui, d'étroite qu'elle était, deviendra bientôt l'une des rues les plus larges et les plus belles de la ville.

1838 juillet. — Mon ami D. Monnier vient de donner une nouvelle édition de la Dissertation sur le culte des esprits dans la Séquanie, sans doute corrigée et augmentée. Elle fait partie de l'Annuaire du Jura pour la présente année, mais je pense qu'il en aura fait tirer à part quelques exemplaires et qu'il pourra bien m'en arriver tôt ou tard un exemplaire.

1849 juillet. — Conseil d'Etat, conseil royal, chambre des Pairs, vénalité des charges, duel et peine de mort, par M. Bavoux, Paris, imprimerie de Casimir, in 8.

  • 97 Aujourd'hui Hôtel de Paris, rue des Granges.
  • 98 Professeur au Collège royal.

18510 juillet. — L'historien Michelet est arrivé ce matin à Besançon où il a passé la journée à l'hôtel de France97. C'est un homme de 40 ans, fort affable et, quoique savant, sans aucun esprit de morgue et de pédanterie. Il avait écrit à Bénard, son élève98, qu’il désirait me voir. Le hasard m'a fait trouver devant la poste à 5 heures du matin, au moment où il arrivait dans le courrier. Il a passé une partie de l'après-midi à la Bibliothèque que je lui ai fait voir en détail ainsi que nos tableaux. Il part demain pour Berne d'où il se propose de se rendre à Saint-Gall puis à Venise. Le but de ce voyage est de rechercher des documents sur notre histoire à la fin du 15ème et au commencement du 16ème siècle.

18611 juillet. — En continuant le creusage des fondations dans la partie de la rue Baron qui touche à la rue des Granges, on a découvert plusieurs fragments d'antiquités, des colonnes et des médailles.

18712 juillet. — Le professeur Perron a réuni aujourd'hui à dîner les membres de la Faculté et quelques amis auxquels il était bien aise de faire goûter le vin de Champagne dont on vient de lui expédier un panier. Au dessert, Viancin a chanté une chanson nouvelle qu'il a faite sur la délibération du conseil municipal qui débaptise la me Chifflet pour lui imposer le nom de Saint-Pierre. Malgré l’envie que j’ai de trouver toutes ses chansons excellentes, je n'ai pas été content de celle-ci ; mais heureusement qu'il y a remédié, et comme il est très docile aux observations qu'on lui fait, je ne désespère pas même de voir la nouvelle pièce prendre rang à côté de ses aînées, dont le succès est toujours croissant.

18813 juillet. — Explication de la loi du 25 mai 1838 sur les justices de paix, de celle du 20 mai concernant les vices rédhibitoires dans les ventes et échanges d'animaux domestiques et du 28 mai sur les faillites et banqueroutes, par E. Longchamp, Paris, impr. de Fournier, in 8 de 4 feuilles.

18914 juillet. — Un modeste amateur, M. de La Salle, qui est venu hier visiter le cabinet Paris, m'a surpris par l'étendue de ses connaissances dans les arts et par son goût exquis de l'antique. D'après ce que j'ai pu deviner par le peu de détails personnels qui lui sont échappés dans la conversation, M. de La Salle, parisien, a quitté le service après la Révolution de 1830 pour se livrer entièrement à la culture des arts. Garçon et possesseur d'une fortune assez considérable, il a pu passer plusieurs années en Italie, à Bologne, à Florence, à Rome, dans les musées ou dans les ateliers des artistes. Il possède, soit à Paris, soit dans sa campagne, une collection précieuse de dessins, de gravures des premiers maîtres et des antiques. Nous nous sommes quittés assez amis pour que j'aie pu lui recommander notre jeune graveur Baron, auquel il m'a promis d'être utile. C'est tout ce que M. de La Salle pouvait faire pour moi.

19015 juillet. — Recherches sur les propriétés physiques, chimiques et médicinales des eaux de Luxeuil, par Victor Revillout, Vesoul, imprimerie de Suchaux, in 8.

  • 99 Victor Le Rebours dit Victor, artiste et lecteur du roi de Hollande.
  • 100 Le fait divers criminel relatif à Bruand est raconté par Weiss dans son Journal (II-89, 90) et a f (...)

19116 juillet. — Victor99, arrivé ce matin du fond de la Hollande, est venu me voir comme je dînais avec Viancin. Il repart demain pour son ermitage de La Cluse où il se propose de rester jusqu'à la fin de l'automne, mais dans l'intervalle il fera bien quelques excursions pour voir ses amis de Besançon. Il a dans ce moment en tête un drame dont le sujet ou le héros est le fameux Bruand100 et qu'il intitulerait le Bourreau de sa famille. J'ai passé la soirée à lui démontrer que s’il parvenait à faire sur cette donnée un ouvrage estimable, il marquerait au front du sceau de l'infamie les descendants d’un homme coupable, mais qui jouissent maintenant dans le pays d'une juste considération. Mais la « beauté » du sujet ne lui a pas permis de condescendre à mes humbles prières et je m'attends à le voir revenir un de ces matins m'apporter un drame qu'il faudra que je trouve bon, quand même il serait souverainement ridicule.

  • 101 Allusion aux Voyages pittoresques dans l'ancienne France, de Taylor et Nodier.

19217 juillet. — Introduction à l'histoire de France ou description physique, politique et monumentale de la Gaule jusqu'à l'établissement de la Monarchie, par Achille de Jouffroy, de l'Académie de Rome, etc..., Paris, Firmin Didot, un vol., huit livraisons à 10fr. Je suppose que notre bon ami Achille emploiera dans cette publication les lithographies qu’il a fait exécuter il y a une dizaine d'années lorsqu'il voulait donner en concurrence avec Nodier la description de la France au Moyen Age101.

19318 juillet. — Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses, par Augustin Cournot, Paris, imprimerie de Gratiot fils, in 8, prix 6 fr.

19419 juillet. — A la séance de l'Académie, M. Bourgon le professeur a lu un mémoire fort intéressant sur les antiquités qu'il vient de découvrir dans le canton d'Amancey. Ce morceau, quoiqu'un peu long, a été entendu avec plaisir ; il sera imprimé dans le premier recueil.

  • 102 Georges-Philippe Clésinger, le père.

19520 juillet. — Notre sculpteur Clésinger102, à qui l'on doit la première idée de l'élargissement de la rue Baron, s’est dispensé de faire construire sa maison d'après un plan adopté par la mairie. Mais il se trouve aujourd'hui qu'il ne s'est point conformé à l'alignement qui lui avait été donné. Il anticipe sur la rue de près d'un pied, en sorte qu'il sera forcé de démolir sa façade pour la monter sur l'alignement ou d'indemniser les propriétaires des terrains qui doivent fermer l'autre côté de la rue pour qu'ils lui laissent la largeur fixée par l'ordonnance royale. De manière ou d'autre, il ne peut se tirer de la mauvaise position où il s'est mis sans qu'il lui en coûte une somme bien supérieure à la valeur réelle du terrain dont il s'est emparé le plus sottement du monde.

19621 juillet. — M. le professeur Perron m'a communiqué le plan d'un travail immense dont il s'occupe depuis quelque temps. Il ne s'agit rien de moins que d'analyser les ouvrages des philosophes anciens et modernes de manière à réduire leurs différents systèmes à la plus simple expression. Pour réaliser ce projet il a fait un Dictionnaire philosophico-alphabétique comprenant tous les mots sous lesquels doivent se ranger toutes les idées bonnes ou mauvaises de tous les philosophes. Ce premier travail fini, M. Perron rapprochera tous les mots analogues, ce qui lui permettra d'élaguer toutes les redites, les superfétations, etc... En procédant de cette manière, il est persuadé que toutes les idées philosophiques pourront être résumées dans moins de six volumes in 8. L'état de la science sera alors clairement connu. C'est le seul moyen de la faire avancer d'une manière utile. Je ne sais si je me trompe, mais je trouve ce projet admirable, et comme il a beaucoup de persévérance, je ne doute pas qu'il ne vienne promptement à bout de l'exécuter.

19722 juillet. — Abrégé de l'histoire de l'Empire romain depuis sa fondation jusqu'à la prise de Constantinople, par le professeur Bourgon, imprimerie de Sainte-Agathe à Besançon, in 12.

19823 juillet. — Hier j’ai eu le plaisir vraiment très grand de voir et d'embrasser M.de Bernard, ou de La Villette ; je n'entends pas lui disputer son nom, car je tiens qu'il honorera celui qu'il aura choisi. Je l'ai trouvé changé et fort à son avantage. Depuis trois ans qu'il est à Paris, il a perdu le ton de morgue qui déparait ses excellentes qualités. Je l'ai trouvé bon, affable et plus modeste qu'il ne l'était avant les succès qu'il vient d'obtenir. Il doit passer un mois ou six semaines dans la province, et comme j'espère avoir souvent l'occasion de le voir, j'aurai probablement l'occasion de parler plus d'une fois de lui.

19924 juillet. — L'Académie ou plutôt une de ses commissions vient de décider qu'elle proposerait pour sujet de prix : la nécessité du repos du dimanche sous le rapport social et hygiénique ; une telle question si, comme je le crois, elle est adoptée par l'Académie, ne peut manquer de fournir à toutes les déclamations et aux sarcasmes des petits journaux parisiens ; mais, loin de m'en affliger j'en suis très content et je suis intimement persuadé que les injures ne serviront qu'à augmenter le nombre des concurrents.

20025 juillet. — Désiré Monnier me mande qu'il vient de terminer ses recherches sur le capitaine Lacuzon et qu'il me les adressera pour les publier dans le 2ème volume des Documents historiques... mais il voudrait comme de juste n'en pas être pour ses frais de transcription. Je lui ai écrit que la commission versait 50 centimes par rôle à ses copistes.

  • 103 La vie aventureuse de ce curieux personnage avait de quoi inspirer un écrivain.

20126 juillet. — J'ai revu M. de Bernard qui donne à ses parents les premiers jours de son arrivée, mais qui m'a répété qu'il ne tarderait pas de venir s'installer à la Bibliothèque. Il se propose de prendre le fameux Watteville103 pour le héros d'un de ses premiers romans. C'est un terrible concurrent pour Monnier et pour Guyornaud qui tous les deux ont le même projet. Je crois même que le travail de Guyornaud est déjà fort avancé.

20227 juillet. — On a enterré aujourd'hui à Saint-Pierre, sa paroisse, M. Borel, ex-professeur à l'école de dessin. Il n'était pas très âgé, mais une attaque de paralysie l'avait forcé il y a quelque temps à prendre sa retraite. Il était de Pesmes et le camarade de Paillot à l'école de M. Devosge où il a remporté des prix. C'est Paillot qui le fit venir à Besançon il y a une trentaine d'années pour remplacer un des professeurs de l'école nouvellement rétablie. Elève d'Augustin pour la miniature, on en connaît quelques-unes de lui qui sont fort belles. Son principal morceau est une copie de l'Atala de Girodet, chef-d'œuvre de patience. Il en demandait 30 000 fr., c'est-à-dire deux fois autant que l'original a été payé par le gouvernement. A ce prix-là, il n'a pas dû trouver d'acheteur. Cette copie fait partie de son cabinet qu'il a voulu vendre à la ville, mais à des conditions fort exagérées. C'est là toute sa succession.

20328 juillet. — Le professeur académicien Pouillet est en Franche-Comté. Il est venu me voir en passant ; il va dans sa famille où il se propose de rester une quinzaine de jours, puis il reviendra voir ses amis de Besançon et partira pour le Jura dont les élections l'ont fait leur député sans le connaître, sous l'influence ministérielle. Il veut être de retour à Paris dans les premiers jours de septembre pour veiller à l'impression de son Traité de physique dont la 3ème édition est tellement améliorée que c'est un ouvrage entièrement neuf.

20429 juillet. — Les fêtes anniversaires des Glorieuses se sont célébrées cette année en deux jours, comme les années précédentes. Il n'a pas eu le moindre changement dans le programme : des prières pour les morts, puis le lendemain des distributions aux indigents, une revue et des lampions. Il faut convenir que nos administrateurs ne se mettent pas en frais d'imagination pour amuser le bon peuple qui paye et qui par conséquent devrait être compté pour quelque chose.

20530 juillet. — Frédéric Cuvier, de l'Académie des Sciences, inspecteur général de l'Université, est mort à Strasbourg dans l'exercice de ses fonctions. On a reçu ce matin cette triste nouvelle par les journaux de Paris ; elle m'a été confirmée par M. Ordinaire. Frédéric est mort d'un gonflement de la mœlle épinière, maladie dont est mort son frère Georges il y a quelques années. C'était un grand anatomiste et un homme de beaucoup de bon sens. Il a, quand il a pu, servi fortement les jeunes gens du pays, particulièrement ceux de Montbéliard.

  • 104 Flavien de Magnoncour.
  • 105 Le son de cloche est différent selon la partie à laquelle on a affaire. Un autre fermier du fourne (...)

20631 juillet. — Flavien104 est arrivé hier matin par le courrier, pour assister aux débats de son procès avec M. Vautrin, son fermier de la forge de Beaujeu. Il a donné rendez-vous à ses hommes d'affaires et son procès est tellement grand que nous ne pourrons le voir que lorsqu'il en sera débarrassé105.

Août 1838

  • 106 L'ouvrage du comte Auguste de Bastard d'Estang paraissait en livraisons depuis 1835 sous le titre  (...)

2071er août. — Nous avons reçu pour la Bibliothèque un envoi de livres du gouvernement : il s'y trouve des ouvrages fort intéressants, entre autres des miniatures des plus beaux ouvrages depuis le 8ème au 16ème siècle par M. de Bastard106. Cet ouvrage est réellement magnifique, mais on dit qu'il coûtera 10 000 fr. en souscription.

  • 107 Théoduline Perreciot.

2082 août. — Devoisin est de retour de Baume où il a passé près d'un mois chez la Vierge de la Troisième manifestation107. Il n'y a pas perdu son temps puisqu'il rapporte un volume de notes de son séjour en Afrique. Pérennès qui l'a parcouru m’a dit qu'il y avait trouvé des choses très intéressantes, et qu'on en tirerait facilement un ouvrage.

2093 août. — Traditions populaires de Franche-Comté, poésies suivies de notes, par Auguste Demesmay, in 8°, imprimerie de Deis à Besançon. Il y a déjà plusieurs mois que le volume est imprimé, mais il vient seulement d'être annoncé dans le Journal de la librairie. Pérennès s'est chargé d'en rendre compte dans L'Impartial.

  • 108 Egbert Lievensz Van Der Pœl (Delft 1621-Rotterdam 1664). Le Catalogue du Musée de Besançon par Cas (...)

2104 août. — La ville vient de faire l'acquisition pour son musée de cinq nouveaux tableaux : un Christ que l'on attribue au Guide, mais que les amateurs ne trouvent pas de la manière de ce peintre, l’Incendie de Sodome que l'on croit de Van Pol108, et trois tableaux de Gresly. Ces cinq tableaux coûtent 880 fr et valent plus du double.

2115 août. — Le procès de Flavien est devenu la grande affaire de la ville. M. Vautrin a publié un mémoire, que l'on attribue à M. de Merey quoiqu'il ne l'ait pas signé, dans lequel il cherche non pas à se justifier d'avoir voulu tromper Flavien, mais à prouver que Flavien a voulu « le faire donner dans le panneau ». Le mémoire a fait beaucoup de bruit ; celui de Flavien vient d'être distribué, il est de maître Clerc de Landresse.

2126 août. — Catéchisme de persévérance ou exposé historique, dogmatique et liturgique de la religion, depuis l'origine du monde jusqu'à nos jours, par l'abbé J. Gaume, tome Ier (introd.), in 8°, imprimerie de Duclos à Nevers.

2137 août. — Le conseil municipal s'est assemblé pour faire le budget de 1839, avec des dispositions fâcheuses contre les établissements littéraires. La commission des finances s'est divisée en deux parties dont une doit attaquer la Bibliothèque, ce gouffre où depuis vingt ans s'engloutissent les revenus de la ville, et l'autre le Musée qui n’existe encore qu'en projet. Les industriels trouvent qu'il est fort ridicule d’acheter des livres qu'ils ne liront jamais, et des tableaux qu'ils ne savent pas encore où placer. Quelques conseillers municipaux se proposent de rétorquer les arguments des faiseurs mais il est fort à craindre qu’avec la meilleure volonté du monde, ils ne mettent pas la même vigueur à la défense que les adversaires à l'attaque et qu’en définitive, la cause des lettres et des arts ne reçoive un sérieux échec.

  • 109 Ludovic Vitet (Paris 1802-Versailles 1873). Il avait débuté comme journaliste littéraire et artist (...)

2148 août. — J'ai dîné hier chez M. de Magnoncour avec M. de Marmier dont j'avais beaucoup entendu parler, mais que je n'avais jamais vu. Il y a dix-huit ans qu'il n'était venu à Besançon. Nous avons causé comme de vieilles connaissances. Il m’a parlé d'un drame qu'il a composé dans le goût des scènes historiques de Vitet109, dont il a trouvé le sujet dans les traditions de sa famille. Cela doit être fort intéressant. Il est venu me voir ce matin à la Bibliothèque qu'il ne connaissait pas et dont il m’a paru fort content. Il m'a promis un buste du roi pour remplacer celui que Besson nous a donné et qui réellement est par trop laid.

2159 août. — La séance particulière de l'Académie était fort peu nombreuse. M. Clerc y a lu la seconde partie de sa dissertation sur la vie et les ouvrages de Dumoulin, qui m'a semblé fort mal écrite, mais j'étais ou mal disposé ou je suis réellement un fort mauvais juge car l'assemblée ne m'a pas paru partager mon opinion. La commission chargée d'examiner le seul mémoire sur les embellissements de Besançon a proposé d'accorder à l'auteur la moitié du prix à titre d'encouragement. J'ai combattu cette proposition mesquine, mais j'ai été battu. Les conclusions de la commission ont été adoptées par sept membres contre deux. Je ne désespère pas de faire revenir l'Académie sur cette décision.

21610 août. — M. Guillemet l'aîné, doyen des avocats de Besançon, est mort hier à l'âge de 75 ans. C'était un homme d'esprit et de courage. Il a joué pendant la Révolution un rôle fort important. Patriote modéré, il fut après le 31 mai conduit au château de Dijon où il resta jusqu'après le 9 thermidor. Membre du département dans des temps difficiles, puis accusateur public près le tribunal criminel, il montra dans ces différentes places une rare capacité ; n'ayant point été compris dans la réorganisation de l'ordre judiciaire sous l’Empire, il reprit sa place au barreau et fut nommé plusieurs fois bâtonnier de l'ordre. Depuis quelques années, il avait cessé de plaider. Il avait consacré son ancienne énergie contre les niveleurs et, depuis la Révolution de 1830, dont il s'était déclaré franchement le partisan, il n'avait cessé de combattre les ennemis du gouvernement établi.

21711 août. — Notre ami Auguste Demesmay a remporté le prix de poésie à l'Académie de Dijon pour une de ses légendes tirées des Traditions du pays. La médaille d’or lui a été décernée le 7 de ce mois dans une séance solennelle à laquelle assistait le président de chambre Dupin, chargé d'inspecter l'école de droit.

21812 août. ·—Les creusages dans la rue Baron continuent de produire des fragments de poteries et des médailles du Haut Empire qui sont recueillies par nos amateurs. L'architecte Delacroix m'a promis aujourd’hui quelques pièces en bronze d'une belle conservation et une en or d'un empereur grec dont il n'a pu déchiffrer le nom.

  • 110 Le titre réel à cette date était Revue de la Franche-Comté. Voir Vogne (Marcel), La presse périodi (...)

21913 août. — Il paraît un premier numéro de la Revue franc-comtoise110 qui s'imprime à Lons-le-Saunier chez Frédéric Gauthier. Il contient deux nouvelles dont une de M.Thibaudet qui paraît le chef de cette nouvelle publication. Dans le bulletin, il est question des Traditions de Demesmay et, chose incroyable, le rédacteur ne les a citées que pour en dire du mal. Plaisant moyen vraiment d'encourager la culture des lettres dans la province que de dénigrer ceux qui les honorent. Ce rédacteur que je ne connais pas est d'ailleurs un pauvre d'esprit et qui, pis, est un envieux.

  • 111 Voir Journal, 14 février 1834 (III-26). Par une double erreur de lecture, les personnages de la fa (...)

22014 août. — Prospectus de quelques pamphlets ou mes jouissances au coin de mon feu, par J. de Bancenel, imprimerie de Tramaux-Malhet à Seurre. C'est ici l'annonce de tous les mémoires et factums que Bancenel publie depuis une dizaine d'années contre tous les parents avec lesquels il est constamment en procès111. Il est bien étonnant qu'il ait trouvé un imprimeur qui ait consenti à faire les frais d'une pareille publication qui ne peut avoir quelque but que dans les environs de Dole où les personnages sont connus.

22115 août. — Dans sa séance d’hier, le conseil municipal a alloué 500 fr. au jeune Petit, élève de David, à titre d'encouragement. Il lui a accordé 500 fr. qu'à titre d'indemnité de logement, et ce qu'il y a de plus flatteur pour moi, c'est que cette somme a été votée à l'unanimité par tous les membres présents.

  • 112 Clovis Guyornaud, rédacteur de l’Album franc-comtois en 1842.

22216 août. — La commission d'histoire de l'Académie a proposé d'accorder la moitié du prix à l'auteur du mémoire sur les traditions populaires de la province112 ; ce n'était pas son avis dans le principe, mais on lui a fait sentir qu’il n’était pas possible de se borner à une simple mention honorable pour un travail qui avait coûté deux ans de recherches et d'études fatigantes. Demesmay, l'abbé Doney étaient de l’avis de donner le prix entier, mais l'opinion de la commission a prévalu.

  • 113 Olivier de La Marche (v. 1426 †Bruxelles 1502), appartenait au groupe des poètes de la Cour de Bou (...)

22317 août. — M. le marquis de Ganay, grand bibliophile, a passé l'après-midi à la Bibliothèque où je lui ai fait voir nos plus beaux manuscrits et nos éditions aldines. C'est un enthousiaste comme j'en ai peu vu dans ma vie. Sa collection n'est pas nombreuse, mais bien choisie. Il s'est procuré récemment un exemplaire magnifique du Chevalier délibéré de La Marche113 qui ne lui revint pas à plus de 50 fs, mais dont je lui donnerais volontiers le double.

  • 114 L'appréciation de Charles Weiss sur le jugement est celle d'un ami de la victime. Voir au 31 juill (...)

22418 août. — Flavien a perdu son procès : il est condamné aux dépens. A quoi servent donc les tribunaux si ce n’est pas pour protéger l'homme simple contre les ruses de l'homme adroit. Le jugement me semble une pierre donnée aux fripons. Dans ma jeunesse, j’étais étonné qu’il y eût tant de prêtres, je le suis aujourd'hui qu'il y ait tant de magistrats. Comment peut-on dormir après avoir rendu un tel jugement ? Le tort de Flavien est d'être riche et peut-être de trop afficher sa richesse. Les juges sont des envieux, à leur insu peut-être, mais voilà certainement le mobile qui les a fait agir114. Mon Dieu ! Que les hommes sont méprisables, et que je suis heureux de ne pas leur ressembler !

  • 115 Jean-Hippolyte Vieille, fils de l'architecte Nicolas, était alors étudiant en droit à Paris.

22519 août. — La commission pour la pension Suard a terminé son travail. C'est Proudhon qu’elle présente le premier aux suffrages de l'Académie et, sans contredit, il est très supérieur à tous ses concurrents ; mais son élection n'est rien moins que certaine. Flajoulot, l'esprit le plus faux que j'aie jamais connu, s'est mis dans la tête de faire avoir la pension à l'un de ses protégés, le fils de l'architecte Vieille115, et d'après ce que l'on m'a dit, il a pris si bien ses mesures qu'il à peu près sûr de l'avoir.

22620 août. — Alfred Marquiset vient d'amodier son jardin pour y construire des bains et une salle de concert. C'est le jeune Crestin qui est à la tête des mélophiles [sic], mais il est probable qu'avant de signer le contrat il s'est assuré de trouver des souscripteurs qui l'aideront à supporter les frais de cet établissement.

22721 août. — Les Quatre talismans, conte raisonnable, suivi de la légende de sainte Beatrix, par Charles Nodier, imprimerie de Dépré à Sceaux, 2 vol. in 8° : collection d'articles imprimés dans la Revue de Paris.

  • 116 François-Emmanuel Guignard, comte de Saint-Priest (1735-1821), homme politique, grand-père d'Alexi (...)
  • 117 Alexis Guignard, comte de Saint-Priest (Saint-Petersbourg 1805–Moscou 1851), historien et diplomat (...)

22822 août. — M. le comte de Saint-Priest, notre ministre près la cour de Danemark, est arrivé hier à Besançon ; il m'a écrit de l’hôtel de France où il est descendu un joli petit billet pour m'annoncer qu'en sa qualité de membre du comité d'histoire, il serait bien aise de pouvoir causer quelques instants avec moi ; je lui ai répondu verbalement que j'étais à la Bibliothèque depuis les six heures du matin à la nuit et que je serai à sa disposition. Il est venu vers les trois heures de l'après-midi. C'est un jeune homme de fort bonne mine, ayant quelque disposition à l'obésité. Je l'ai trouvé fort affable, très poli, parlant facilement de beaucoup de choses dont très certainement il ne connaît aucune à fond. Il a témoigné sa satisfaction de la tenue de la Bibliothèque et m'a demandé si je ne pourrais pas lui donner quelques renseignements sur les ouvrages relatifs à Cîteaux et à Cluny. Je l'ai renvoyé à Lorain et à la Revue des Deux Bourgognes qu'il connaissait déjà, mais il aurait voulu trouver ici quelque ouvrage inconnu. M. de Saint-Priest mène de front deux ouvrages importants. C'est l'histoire de l'Europe depuis le 13ème siècle où, suivant lui, les différents états ont pris la forme qu'ils conservent encore malgré les révolutions qui se sont succédées depuis cette époque, et l'histoire contemporaine qui n'a été écrite jusqu'ici que par des hommes à courte vue. En le conduisant au cabinet Paris, je lui ai parlé d'un de ses ancêtres, ami de M. Paris. Sur la représentation de sa médaille, il m'a dit que c'était son grand-père116. Il sait que je suis malheureusement le réviseur de la Biographie Fume et qui ne le sait pas, grâce à l'indiscrétion de M. Furne. Il m'a demandé des corrections aux articles de Guiche117 et Saint-Priest et je les lui ai promises, mais j'attends les notes qu'il me fournira avant son départ ou qu'il m’enverra de chez son beau-père, M. de La Guiche où il va passer quelques jours avant son départ pour sa destination. Voilà bien en gros tout ce que nous avons dit pendant une heure.

  • 118 Antoine-Cyprien Forien bénéficiera de la pension Suard en 1841.

22923 août. — Proudhon a été nommé titulaire de la pension Suard, à la majorité de 19 voix sur trente-trois votants. Les quatorze autres suffrages se sont répartis également sur le jeune Forien118 élève en droit à la Faculté de Dijon, et Hippolyte Vieille, à la Faculté de Paris. Sur neuf juges ou avocats qui ont pris part à l'élection, il y en a eu sept qui ont donné leur voix aux élèves de droit, et cependant il est bien clair pour tout homme de bon sens que Mme Suard n’a pas eu l'intention d'augmenter le nombre des avocats pauvres dans la province. Il est déjà bien suffisant comme cela pour empêcher la conciliation des parties et par conséquent accroître les procès déjà si multipliés qu'il a été question plus d'une fois d'augmenter d'une section le tribunal de première instance.

  • 119 Sur ce concours, voir : Chennoufi (Ben-Aïssa), Les attitudes devant le suicide sous la Monarchie d (...)

23024 août. — Séance publique de l'Académie. La moitié du prix à Victor Baille pour son mémoire sur les embellissements de Besançon, la moitié du prix à Guyornaud pour ses recherches sur les traditions de la province et le prix double pour la question sur le suicide119 partagé entre M. Tissot, professeur de philosophie à Dijon, dont le livret n'a pas été retrouvé, et M. Agnant, professeur de rhétorique au collège royal de Besançon, et la séance fort longue a été remplie par les rapports. Il n'y a eu une place que pour le discours obligé du président, M. Clerc père, qui a entretenu l'assemblée des mérites de Dumoulin que fauteur place parmi les hommes véritablement grands. Entre cette foule de rapports, Viancin a glissé quelques vers très jolis, un conte dans la manière de La Fontaine, la Chèvre sorcière, l'une des meilleures pièces qu'il ait produites.

23125 août. — Ce matin, une estafette arrivée à la préfecture a annoncé que madame la duchesse d'Orléans est accouchée heureusement d'un fils. Cette nouvelle, accueillie avec la plus complète indifférence, n'aurait pas été connue de la majeure partie de la population avant plusieurs jours si des salves tirées de la Citadelle à dix heures du matin et sept heures du soir n'avaient fait connaître ce cas de réjouissance.

  • 120 Charles Pellarin.

23226 août. — Quelques-uns des concurrents au prix de l'Académie ont signalé comme une des causes des suicides la doctrine anti-sociale de Ch. Fourier ; le rédacteur de L'Impartial120 s'est empressé de protester dans son numéro d'hier contre cette [... ] du système de son maître ; il ne manquera pas de revenir sur une pareille allégation et ce sera sans doute un motif pour lui de donner pour la centième fois à ses abonnés une explication d'une doctrine dont tout ce que l'on peut dire de mieux, c'est qu'elle est inintelligible.

23327 août. — Hier dimanche, un Te Deum a été chanté à la métropole en réjouissance de la naissance du comte de Paris : c'est le titre tant soit peu féodal que Louis-Philippe a imposé à son petit-fils. Dans la soirée, les façades des édifices publics ont été illuminées. Les principaux fonctionnaires, seuls, ont mis des lampions sur la fenêtre. Il y a eu cependant une assez grande foule dans les rues jusqu'à l'heure de la retraite. L’allocation du conseil municipal au budget n'ayant pas permis au maire de faire illuminer l'hôtel de ville, il s'est contenté de faire placer quelques gros lampions à la galerie et au-dessus de la tour Saint-Pierre.

  • 121 Félix Danjou (Paris 1812–Montpellier 1866) organiste de Saint-Eustache, puis de Notre-Dame de Pari (...)

23428 août. — Une visite que j'ai reçue hier à la Bibliothèque m'a vivement intéressé ; c'est celle de M. Danjou121, jeune homme à qui l'on doit une collection intitulée : Archives curieuses de l'histoire de France. Il est difficile d'avoir une figure plus agréable et plus souriante que celle de M. Danjou ; un air doux et modeste prévient tout d'abord en sa faveur. Il a quitté la Bibliothèque royale où il a été attaché cinq ou six ans à la conservation des manuscrits pour se livrer à son goût pour la musique ; il est maintenant organiste à Saint-Eustache et il voyage en ce moment pour connaître l'état de la musique-dans la province. Son étonnement a été grand de voir le point où elle se trouve à Besançon. Il n'a jamais entendu charivari pareil au Te Deum exécuté hier à la métropole par ce que nous appelons la chapelle, dirigée par il maestro Roncaglio. M. Danjou a été beaucoup plus content de l’orgue de Gray et surtout de Dole que de tous ceux de Besançon. Quand je lui ai dit que le conseil général, le conseil municipal votaient chaque année des sommes pour l'enseignement de la musique et, qu'indépendamment de cette double allocation, nous étions parvenus à fonder une société de Sainte Cécile, il ne pouvait concevoir qu’avec de telles ressources on eût produit si peu de chose. Je l'ai adressé à Jules Crestin pour avoir des détails ; mais j'ai oublié de le conduire chez Bretillot qui lui aurait donné les explications que j'étais hors d'état de lui fournir. Il ne faut pas oublier que M. Danjou m'a promis l'édition des Psaumes de Goudimel, 1554, que je n'ai jamais pu me procurer et que même je n'ai jamais vue ; s’il me tient parole, je recevrai ce volume au mois de décembre prochain.

  • 122 M. de Sauvagney.

23529 août. — Les vacances ramènent ici quelques-uns de nos amis de Paris et d'autres profitent de ce moment pour aller faire un tour dans la capitale. Perron est parti par le courrier pour Paris où il va solliciter sa nomination définitive à la chaire de philosophie de la Faculté. Le jeune Albert de Circourt est arrivé depuis quelques jours chez son oncle122 à Gézier. Il m'a fait dire qu'il serait ici samedi et qu'il me priait de ne pas m'engager à dîner pour ce jour-là parce qu'il comptait me réunir à La Villette et à quelques autres de ses camarades.

23630 août. — Le premier volume des Mémoires de Granvelle a été expédié à M. le préfet avec prière de le transmettre à M. le ministre de l'Instruction publique qui l’attend avec impatience. J’ai prévenu Jouffroy de cette expédition, en lui recommandant de soigner nos intérêts.

  • 123 Peut-être Auguste Bousson, d'Arbois, ingénieur civil, mort à Paris en avril 1864.

23731 août. — On vient de mettre en vente chez de Sainte-Agathe deux jolies lithographies représentant le pont de fil de fer, vue de face et de côté ; elles sont, m'a-t-on dit, d'un M. Bousson123, d'Arbois, employé dans les bureaux de Parandier.

Septembre 1838

2381er septembre. — Décidément, nous sommes dans la voie du progrès. L'Impartial d'aujourd'hui contient un rapport de Parandier sur la nécessité d'établir un chemin de fer de Mulhouse à Dijon passant par Besançon avec un plan lithographié indiquant les travaux à entreprendre de suite et ceux qui pourraient être ajournés. Ce rapport a été présenté au conseil général qui, dans la dernière session, a voté une somme pour les frais d'études du projet.

2392 septembre. — Albert de Circourt et de Bernard nous ont donné hier à dîner chez Migeon. Voilà les deux amphitryons. Les convives étaient Pérennès, Viancin et moi, en tout cinq. La conversation a roulé naturellement sur la littérature provinciale. De Bernard s'occupe décidément d'un roman dont Watteville est le héros ; Albert a choisi le capitaine Lacuzon pour le sujet du sien. Ainsi nous pouvons nous attendre à voir paraître avant peu deux ouvrages qui mettront la province en lumière.

2403 septembre. — La chèvre sorcière de Viancin a causé plus de scandale qu’il ne devait le craindre. Le mot inquisition qui se trouve dans cette pièce a fait froncer le sourcil de l'abbé Ruellet, curé de Saint-François-Xavier, académicien de par notre pauvre Génisset, et l'abbé Doney, plus homme du monde, n'a pas pu cacher son mécontentement de cette attaque indirecte du clergé. C'est Pérennès qui m'a fait part de cette double découverte, et j'ai pu juger, à la manière dont il m'a parlé « de ce fait » qu'il partageait la manière de juger des deux illustres académiciens. Pauvre Viancin ! C'est à quoi certainement il ne s'attendait pas. Mais, je l'avoue, j'ai eu le pressentiment de quelque chose de pareil.

2414 septembre. — Les adieux au pouvoir, comédie en un acte par M. d'Epagny, Paris, in 8°. Cette pièce, dans laquelle notre spirituel compatriote a eu un associé, ne paraît pas avoir obtenu de succès. Suivant Beuchot, elle a été jouée le 6 août dernier au Théâtre français et depuis n'a pas reparu sur l'affiche.

2425 septembre. — En continuant les creusages de la rue Baron, on a découvert à plus de vingt pieds de profondeur une quantité considérable de coquilles d’huîtres. N'est-ce pas une preuve que nos ancêtres n'étaient pas aussi reculés, même à l'est de la Gaule, qu'on le croit communément ? Puisqu'ils avaient trouvé le moyen de se procurer des huîtres fraîches, je tiens qu'ils n'étaient pas du tout à plaindre.

2436 septembre. — L'octroi municipal a été adjugé aujourd'hui 275 000 et quelques cents francs ; il n'en rapportait que cent mille il y a quarante ans. Avec de pareilles ressources, toujours croissantes, un administrateur habile ferait de belles choses ; je dis un administrateur et non une administration, car cela est tout à fait différent.

2447 septembre. — Statistique générale du Jura, recherche et documents préparatoires etc., par M. R. Pyot, docteur en médecine, Lons-le-Saunier, Athalin Courbet, in 8 de 162 pp. Toute la partie historique est mauvaise, erronée, superficielle, mais la partie positive, beaucoup meilleure, renfermant des notes utiles et qui le seront bien plus encore dans la suite.

  • 124 Léon de Perrey, ami de Charles de Bernard, fut un chroniqueur qui composa de jolies nouvelles sans (...)

2458 septembre. — Nous nous sommes réunis au Pré aux Clercs pour offrir le dîner d'adieu à de Bernard. Il part demain pour retourner à Paris, en passant par Strasbourg où il ne s'arrêtera que peu de temps. On l’attend à Paris où il est engagé à la rédaction du Journal des débats, auquel il fournira des articles de critique et des nouvelles. Ses affaires le ramèneront l'année prochaine à Besançon où il m'a promis de revenir pour le mois de mai. Pérennès a fait comme moi la remarque que le séjour de Paris l'a changé tout à son avantage. Mais il n'en est pas de même pour Albert de Circourt qui, de doux qu'il était, est devenu taquin et vaniteux. Son ami de Perrey124, qui se trouvait à notre banquet, est un garçon d'esprit, mais il en montre trop et, comme Gresset l'a remarqué :

« L'esprit qu'on veut avoir nuit à celui qu'on a. »

2469 septembre. — La distribution des prix de l’école de dessin a eu lieu aujourd'hui à l'hôtel de ville. On a répandu le bruit que le professeur Flajoulot devait y faire exécuter une cantate de sa composition, paroles et musique. Si la chose est vraie, on peut croire que de longtemps on n'aura rien entendu d'aussi extraordinaire.

24710 septembre. — Mémoire sur le projet de canal de jonction de la Sambre à l'Escaut, présenté par M. J. Cordier, membre de la chambre des députés, Paris, imprimerie d'Henry, in 4°, plans.

  • 125 Pierre-Joseph Proudhon.

24811 septembre. — Pérennès a eu ces jours derniers avec le nouveau titulaire125 de la pension Suard une conversation qui ne le rassure pas sur la conduite qu'il pourra tenir à Paris. Il l'a trouvé beaucoup plus occupé de politique qu’il ne le supposait, et comme tous les jeunes gens de sa condition, disposé, si les circonstances deviennent favorables, à bouleverser la société pour améliorer le sort des classes pauvres. Dans son effervescence, il ne se souhaitait que de l’audace pour entreprendre et mener à fin les plus vastes projets. Malheureusement, il se trouve lié d'avance avec les plus mauvaises têtes et les esprits les plus faux du pays. J'aime à croire que Pérennès s'exagère le danger, mais je ne connais pas d'autre moyen de l’éloigner que de mettre le titulaire sous la direction de M. Droz, homme sage et positif qui nous en rendra bien compte.

  • 126 Léon Bretillot.

24912 septembre. — Les ouvrages des élèves de l'école de dessin n'ont jamais été plus faibles, il n'en est pas un seul qui ait mérité d’arrêter les yeux d'un amateur : on en attribue la faute aux professeurs, et si Léon126, chargé de prononcer le discours, ne le leur a pas dit positivement, du moins il a su le faire entendre car il ne leur a pas donné le moindre éloge. En revanche, il a loué, et, là très bien, Paillot, son devancier, qui était un homme de talent, tel que nous n'en reverrons plus. La cantate de Flajoulot a été chantée mais on ne l'a pas entendue, et c'est tant mieux pour l'auteur. Les prix ont été trouvés très mesquins. Il sera fait l'année prochaine un appel à la munificence du conseil municipal qui sans doute n'hésitera pas à voter une somme plus convenable pour cet objet.

25013 septembre. — Le projet d'une passerelle au faubourg Tarragnoz n'est point abandonné. Des affiches la concernant avec les observations contre ce projet seront reçues à la préfecture jusqu'au 1er octobre prochain.

25114 septembre. — La Revue des Deux Bourgognes pour le mois d'août contient une critique sévère mais juste de la Statistique du Jura par le docteur Pyot, sous le rapport de l'histoire ancienne de cette partie de la province. Je soupçonne qu'elle est d’Edouard Clerc ou de Désiré Monnier.

  • 127 Qui se trouvait à l'emplacement de l'actuelle place Saint-Jacques.

25215 septembre. — On emploie depuis quelque temps l'asphalte à faire des chemins, des trottoirs, etc. Dans ce moment, on en fait un essai sur la terrasse des Capucins127, qui ne manquera pas de ramener à cette promenade peu fréquentée les amateurs de nouveauté, presque aussi nombreux ici que dans le reste de la France.

25316 septembre. — L'abbé Robin, que je comptais aller voir à Salins pendant les vacances, m'a prévenu ; il est arrivé de Lons-le-Saunier il y a quelques jours et il y retournera directement pour se préparer par de nouvelles études théologiques à remplir sa fonction d'aumônier du collège. Pour venir ici, il a passé par Dole où il s'est arrêté quelques jours chez les jésuites qui se chargent de faire faire une retraite aux prêtres qui n'ont pas pu la faire au séminaire épiscopal. Le séjour qu'il a fait dans cette maison, loin de lui remettre la tête, n’a fait que de la lui détraquer davantage. Il a eu le malheur d'avoir pour directeur un jeune fanatique, sans connaissance des hommes ni des choses, qui lui a défendu de continuer à s'occuper de recherches historiques et il a eu la faiblesse de lui promettre de se conformer à cette prescription. Ainsi donc, cette âme ardente ne devra plus s'occuper que de lectures pieuses et d'études théologiques. Si ses supérieurs de Lons-le-Saunier n’ont pas l'esprit de le relever de cette promesse insensée, je le tiens pour fol à lier avant un an.

25417 septembre. — Le comte Gaspard de Pons, l'auteur d'Amour à elle et de quelques autres recueils de poésie, est venu me voir aujourd’hui de la part de Nodier. Je me l'étais figuré beaucoup plus jeune qu'il ne l'est réellement. C'est un homme de quarante ans, froid, d'une conversation insignifiante, sans laisser-aller et sans entraînement. Il s'occupe, m'a-t-il dit, de revoir ses œuvres pour en donner une édition corrigée dont il m'a prié d'avance d'agréer un exemplaire, ce que je lui ai facilement promis.

  • 128 Il travailla à la carte géologique du département en collaboration avec Parrot, ingénieur des mine (...)

25518 septembre. — La géologie vient de faire une grande perte dans notre pays par la mort de M. Renaud-Comte, jeune médecin qui joignait à la pratique de son art l'étude de l'histoire naturelle. Il était occupé d'une carte géologique du Jura128, travail important, et le conseil général venait de voter des fonds pour sa publication.

25619 septembre. — La décision du jury sur le dernier concours de peinture est connue. Notre compatriote Baille n'a pas été heureux dans cette lutte, mais comme il est jeune, il pourra facilement réparer cet échec l’année prochaine, du moins je le souhaite de tout mon cœur.

25720 septembre. — Par arrêté du ministre de l'Instruction publique du 18 de ce mois, Xavier Marmier est nommé professeur de littérature étrangère à la Faculté de Rennes. Je doute qu'il accepte cette place qu'il n'a pas demandée.

25821 septembre. — Différentes nominations viennent d'avoir lieu dans l'Université, qui intéressent les Francs-Comtois : M. Cournot, de Gray, recteur de l'Académie de Grenoble, est nommé inspecteur général ; M. Péclet, professeur de physique, est nommé inspecteur de l’Académie de Paris ; Barbier, beau-frère de Jouffroy, passe du provisorat de Moulins à celui de Metz et il est remplacé à Moulins par M. Répécaud, de Salins, fils de l'ancien inspecteur de l'Académie de Besançon.

25922 septembre. — Un journal annonce que Gigoux prépare un nouveau tableau pour la prochaine exposition. Souhaitons-lui plus de succès que n'en a eu celui d'Antoine et Cléopâtre.

  • 129 Boutique de tissus et nouveautés qui occupait l’angle de la Grande-Rue et de la place de l'Hôtel d (...)

26023 septembre. — Le luxe des boutiques s'accroît de jour en jour. Celle de Mme Moutrille129 est toujours plus grande mais depuis longtemps elle n'est plus la seule qui puisse rivaliser avec les plus belles de Paris. Un magasin qui vient d'être ouvert rue des Granges, maison du dr Thiébaud, offre une des plus élégantes devantures que l'on ait encore vues à Besançon.

  • 130 L'avouerie : cf. Histoire de Besançon, 2e éd., 1, 390.

26124 septembre. — M. le baron de <Billfiz>, chambellan du roi de Prusse et l'un des savants distingués de l'Allemagne, voyage en ce moment pour recueillir des matériaux sur la maison de Brandebourg dont il se propose d'écrire l'histoire. Cette maison descend des burgraves de Nüremberg qui, dès le 13ème siècle, avaient l'avocation de Besançon130, et M.de Billfiz espère trouver dans nos archives des documents qu'il a vainement cherchés en Allemagne. Je l'ai mis sur-le-champ en rapport avec M. Duvernoy, qui s’est occupé spécialement de cette partie de nos annales, et je suis convaincu qu'ils ne se quitteront pas sans être très contents l'un de l'autre.

26225 septembre. — Ce matin, j'ai reçu la visite de mon bon ami l'abbé Receveur, qui vient passer ses licences à la Faculté de Besançon. Il n'est pas de ceux que le séjour de Paris rend plus polis et plus aimables. Jamais je ne l'ai vu si rogue et si cassant. Il paraît, d'après ce qu'il m'a dit, qu'il vit dans l'isolement le plus complet, alors autant vaudrait, ce me semble, qu'il restât dans nos montagnes. Cependant, il a refusé la chaire de philosophie à la nouvelle Faculté de Lyon et je le trouve fort décidé à ne pas accepter d'emploi qu'à Paris, seul endroit de la terre où, suivant lui, l'on puisse faire quelque chose.

  • 131 Adolphe de Circourt et son épouse, Albert de Circourt.
  • 132 Ferdinand, baron d'Eckstein (Copenhague 1790-Paris 1861) avait fondé ce journal en 1826. Il avait (...)
  • 133 D'après les indications assez vagues de Weiss, il semble que sa promenade avec madame de Circourt (...)

26326 septembre. — J'ai dîné hier à l'hôtel de France avec les Circourt131, Madame de Circourt, qui me témoigne toujours beaucoup de bienveillance, et le baron d'Eckstein, le fondateur du journal Le Catholique132. Avant le dîner, nous avions vu la Bibliothèque et le Musée ; après dîner, nous avons été visiter la Porte Taillée et Madame de Circourt, n'ayant pas craint de se hasarder sur le chemin du pont de secours, nous avons terminé notre promenade par une course sur le canal133. Le baron d'Eckstein est un homme d'environ quarante ans, d’une physionomie très agréable. Il parle avec une incroyable facilité, surtout quand il est animé par quelques verres de vin de champagne. Je l'ai trouvé charmant et nous nous sommes donné rendez-vous pour aujourd'hui. Comme nous en étions convenu, j'ai été le trouver à midi et nous avons fait une promenade de quatre heures dans les Chaprais. Mon projet était de lui offrir à dîner avec Viancin et Pérennès, mais Pérennès, occupé de la préface à son supplément de Feller ne s'en pas soucié, et je ne suis pas allé plus avant.

  • 134 Probablement dans la famille de Saint-Juan.

26427 septembre. — Les Circourt sont repartis pour Gézier, mais M. d'Eckstein ne quitte Besançon qu'après-demain pour aller dans le Jura où il est attendu. J'éprouve le plus grand regret de le laisser ici seul, mais il ne m’est pas possible de différer le petit voyage que je dois faire à Salans134. Nous nous sommes séparés avec le plus grand désir de nous revoir ; c'est du moins très sincère de ma part. M. d'Eckstein ne tient pas à Paris ; il m’a paru même assez disposé à se retirer dans la province. Je voudrais qu'il donnât la préférence à Besançon où sa présence redonnerait un peu de mouvement aux esprits engourdis de mes chers compatriotes. Il m'a promis de revenir l'année prochaine et de me prévenir de son arrivée assez à temps pour que je puisse convoquer ici tous les amis des lettres. Il ne tiendra pas à moi qu'on ne lui fasse une réception digne de lui.

  • 135 Antoine-Jean Saint-Martin (1791-1832), orientaliste et chronologiste, depuis 1820 membre de l'Acad (...)

26528 septembre. — Dans la conversation de M. d'Eckstein, auquel je penserai longtemps, une des choses qui m'ont le plus frappé, c'est la sûreté de son goût et la justesse de son jugement. Cet homme sait prodigieusement et il est d'une incroyable modestie, mais elle n'est pas du tout affectée. Comme je sais qu'il a particulièrement étudié le sanscrit et les langues de l'Orient, je lui ai parlé des orientalistes de ma connaissance, vivants et morts : Rémusat, l'esprit de Voltaire, une grande sagacité, mais linguiste médiocre ; Saint-Martin135, grand orientaliste, mais hors de l'arménien, qu'il savait parfaitement, homme nul ; notre ami Pauthier, esprit faux, médiocre en tout, etc.

  • 136 Louis-Prosper Gachard, naturalisé belge en 1831, était devenu archiviste général de la Belgique (e (...)

26629 septembre. — M.Gachard, archiviste général du royaume des Pays-Bas136, est arrivé avec l'intention d'extraire des Mémoires de Granvelle toutes les pièces relatives aux troubles de ce royaume ; ce serait un travail immense mais qui me semble tout à fait inutile, puisque les mémoires de Granvelle vont être publiés par le gouvernement français. C'est à Salans que j'ai reçu la nouvelle de l'arrivée de M. Gachard que je ne verrai pas par sa faute, puisqu'il ne m'avait pas fait l'honneur de me prévenir de son arrivée, à une époque où les vacances me donnent le droit d'aller respirer quelques jours l'air de la campagne.

26730 septembre. — A mon arrivée de Salans j'ai trouvé mon ami Joliet qui revient avec son fils Henri de Milan où il a assisté au couronnement de l'empereur d'Autriche comme roi d'Italie. Cette cérémonie est ce qui l'a le moins occupé dans le pays des arts et des lettres. Il a vu les bibliothèques, les musées, les galeries de tableaux et il les a vus en amateur digne d'apprécier les belles choses. Il est fort content de son voyage qui a duré deux mois.

Octobre 1838

2681er octobre. — Cette journée s'est passée en promenades dans la ville avec Joliet qui ne m'a pas donné de nouvelles bien importantes de son voyage en Italie dont, au surplus, il est fort content. Nous avons dîné avec Viancin et Pérennès au Pré aux Clercs. Viancin a chanté au dessert sa chanson du conseil municipal, qu'il a augmentée de deux couplets fort piquants, l'un sur le projet de placer le musée au-dessus de la halle, et l'autre sur celui non moins extravagant de faire venir les eaux d'Arcier pour arroser les rues d'une ville qui, de tous côtés, est entourée par la rivière. Comme ce dernier projet a été conçu par des patriotes qui ne sont pas fâchés de faire leur bien propre en même temps que celui de leurs concitoyens, et que ces patriotes sont des gens très vindicatifs, je crois qu'il fera bien de ne les ridiculiser qu'à huis clos ou du moins en présence de personnes dont il connaîtra la discrétion.

2692 octobre. — M. Gachard, venu à Besançon pour extraire des papiers de Granvelle tous les documents qui sont relatifs à l’histoire de Belgique, n'ayant pas eu soin de se munir d'une autorisation du gouvernement, la commission n'a pas eu pouvoir pour cela. En conséquence, je lui ai signifié cette décision avec toute la politesse possible, mais il n'a pas tenu compte de ce que je lui ai dit, et depuis trois jours il lit et copie les volumes que Guénard, en mon absence, avait pris sur lui de mettre à sa disposition. Je vais en rendre compte au ministre, mais son insistance m’ennuie beaucoup.

2703 octobre. — De l'organe phrénologique de la destruction chez les animaux, etc..., par F. Lélut, médecin, Paris, impr. de Moquet, in 8° de 5 f.

2714 octobre. — Ouverture des vendanges à Besançon ; le temps est superbe et, s'il se soutient, il y a longtemps que cette récolte n'aura été faite d’une manière plus satisfaisante, mais la quantité et la qualité sont annoncées comme médiocres.

2725 octobre. — La ville de Lons-le-Saunier se propose d'élever une statue à Rouget de Lisle, l’auteur de la Marseillaise. L'Impartial voudrait que l'on chargeât de l'exécution Huguenin, jeune statuaire de la province dont les ouvrages ont été déjà remarqués dans les expositions et qui, dans ce moment, exécute pour la Madeleine de Paris une statue colossale de saint Hilaire de Poitiers.

2736 octobre. — Déraison et danger de l'engouement pour les chemins de fer, avis à l'opinion et aux capitaux, par Victor Considérant, Paris, impr. de Duverger, in 8.

  • 137 Le baron Louis-Jacques Thénard, chimiste, fut professeur au Collège de France, pair de France et c (...)

2747 octobre. — M. Thénard137 qui me paraît plus fier de son titre de baron que de celui de professeur de chimie au collège de France, est venu hier visiter la bibliothèque. Je lui ai rappelé que je l'avais vu, il y a quelques dix ans, à Paris chez M. Abel Rémusat. Il ne s'est pas souvenu de la soirée que nous avions passée ensemble, mais il a profité de la circonstance pour énumérer les titres qu'il a en commun avec Rémusat, son ami, homme d’esprit, de tact et profond dans les langues. Au travers de son parlage [sic], je n’ai pas pu deviner le motif de son voyage à Besançon. S'il est venu pour inspecter les écoles, le moment ne pouvait pas être plus mal choisi, puisqu'elles sont toutes en vacances et qu'il ne pouvait espérer d’y trouver ni professeurs ni élèves.

2758 octobre. — On sait aujourd'hui que M. Thénard est venu pour faire à la ville la remise des établissements du collège, au nom de l'Université. L'ordonnance royale qui autorise ce transfert sera insérée dans un des prochains numéros de L'Impartial.

  • 138 Fondateur du Bulletin monumental, il avait créé en 1834 la Société d'archéologie, et créa aussi l' (...)
  • 139 L'hôtel de Soye, au 6 de la rue de la Madeleine actuelle, qui devint pour une part en 1837 l’Ecole (...)

2769 octobre. — M. de Caumont138, de l'Institut, directeur de la société de conservation des monuments, vient de passer ici deux jours qu'il a employés à parcourir la ville et à visiter le peu qu'elle renferme de monuments anciens ou du Moyen Age. Il s'est arrêté principalement devant l'arc de triomphe, qu'il ne croit pas antérieur au ive siècle, et dans l'église Saint-Jean dont la partie réellement ancienne lui paraît très remarquable. Nous avons visité ensemble la maison de la rue de Charmont des de Soye139 et celle de la me de Battant dont la façade est décorée d'une chapelle dans le genre gothique, la vieille église du Saint-Esprit et la galerie du cloître, celle de Saint-Paul et le portail des Jacobins. Il a pris des notes sur ces différents objets qui seront rappelés dans la relation qu'il compte publier de son voyage. M. de Caumont voudrait qu'il y eût un congrès à Besançon et que j'en fusse le secrétaire général et je lui ai promis de consulter à cet égard l'Académie et de lui faire connaître sa décision. Nous nous sommes quittés très contents l'un de l'autre.

  • 140 Le docteur Claude-François Duchanoy (Vauvillers 1742–Paris 1827), régent de l'ancienne Faculté de (...)
  • 141 Sachets pour enfermer la poudre, ainsi prête pour charger la bouche des armes à feu.

27710 octobre. — J'ai dîné hier chez le docteur Pécot avec M. Révillout, médecin des eaux de Luxeuil. Il est bien franc-comtois comme je le présumais, mais non pas de Vesoul. Il est de Vauvillers, neveu du célèbre Duchanoy140 dont les conseils et l'exemple ont déterminé sa vocation pour la médecine. Né en 1796, il a commencé ses études médicales à Paris, à l'âge de 14 ans, et, après avoir pris ses grades, est allé pratiquer à Issoudun où il s'est fait promptement une assez grande réputation. Des raisons de famille l’ont déterminé à revenir en Franche-Comté où il s'est établi à Luxeuil. Il a acheté pour quelques mille francs le curieux cabinet d'un de ses prédécesseurs, le docteur Clerc, dans lequel s'est trouvé le Lectionnaire que Mabillon regardait comme le plus ancien manuscrit de France. On le croyait perdu depuis 1793, époque où le représentant Bernard de Saintes fit enlever de la bibliothèque de l'abbaye de Luxeuil tous les ouvrages sur vélin pour les envoyer à l'armée du Rhin pour faire des gargousses141 M. Révillout en connaît la valeur et ne le cédera que contre plusieurs milliers de francs. Ainsi je ne dois pas espérer de le voir jamais entrer à la Bibliothèque de Besançon.

  • 142 Le marquis de Fortia d'Urban (Avignon 1756-Paris 1843), officier démissionnaire, avait fait une co (...)

27811 octobre. — Discours sur le bonheur domestique, par M. Guillaume, juge, etc..., lu à Paris dans une société de morale, in-12, impr. de Fournier à Paris. C'est le second discours de M. Guillaume qu'édite le marquis de Fortia d'Urban142, le grand protecteur de toutes les médiocrités littéraires, et lui-même auteur d'une foule d'ouvrages dont l'impression l'aurait déjà ruiné s'il n'était possesseur d'une immense fortune.

  • 143 Louis-Jules-Barbon-Hélène Filiol de Raimond (Nevers 1752-Besançon 1838) : cf. O. Chevalier, Monogr (...)

27912 octobre. — L'Académie vient de perdre son doyen d'âge, M. de Raymond père143, ancien inspecteur des postes. C'était un homme de beaucoup d'esprit, qui faisait des vers élégants avec facilité. Il avait été l'un des correspondants de Voltaire dont il introduisait en France les pamphlets irréligieux. Mais depuis longtemps il était rentré dans le giron de l'Eglise et faisait l'édification de sa famille ; doué d'une vive imagination, il avait été l’un des plus zélés disciples de Nodier à Besançon, il croyait au somnambulisme, au magnétisme et aimait les choses extraordinaires.

  • 144 Jean-Claude Ballouhey, Citey (Haute-Saône) 1764-Paris 1864. Enrôlé à 20 ans dans les dragons de la (...)

28013 octobre. — Perron qui est de retour de Paris a eu l'occasion d'y voir M. Balhoué144, de Citey, ex-intendant de l'impératrice Marie-Louise dont il avait toute la confiance. Il a reçu de cette princesse lors de son départ pour Vienne en 1814 plusieurs objets d'art très précieux, entre autres un tableau peint par elle-même qu'il est dans l'intention de léguer au musée de Besançon.

  • 145 Segobodium (Seveux), sur la voie réunissant le pays des Lingons à celui des Helvètes (de Langres à (...)

28114 octobre. — On vient de découvrir à Membrey, dans un lieu en nature de bois, de très belles mosaïques qui prouvent l'existence dans cet endroit d'une habitation considérable. La Revue des Deux Bourgognes conjecture que ce pourrait être l'habitation du prêteur ou d'un des principaux magistrats de l'antique Segobodium145, ville située à peu de distance, mais de l'autre côté de la Saône.

28215 octobre. — Le séjour de Louis-Napoléon en Suisse dans le canton de Turgovie a déplu au gouvernement français qui a demandé son expulsion, et comme les Suisses ne paraissaient pas disposés à accorder cette faveur à la France, elle a jugé convenable d'appuyer sa demande d'un corps d'armée. Hier les rues de Besançon étaient pleines de soldats de toutes armes. Cependant on ne croit pas à la guerre ! Cette <coûteuse> démonstration, étant sans objet réel, n’est plus que ridicule.

28316 octobre. — Notre graveur Maire vient d'achever une Vierge pour faire pendant à son médaillon du Christ. La tête n'est pas d’un bon choix ; le visage est sinué de grosses larmes qui produisent un effet peu gracieux. Au total, c'est un ouvrage fort médiocre et que l'auteur aura beaucoup de peine à débiter.

28417 octobre. — La restauration du château de Frasne que M. de Magnoncour avait entreprise est presque entièrement terminée ; il l'a augmenté d'un nouveau pavillon dans le style de la Renaissance, qui contiendra sa bibliothèque. Sur la porte d'entrée, il a fait placer les armes de la maison d'Oiselay, à qui l'on doit la construction primitive du château, et dans le centre de la galerie celles du cardinal de Granvelle dont le buste se voit au-dessus, de la main d'un sculpteur du 16ème siècle.

28518 octobre. — De l'origine et de la formation des différents systèmes d'écritures orientales et occidentales, par M. G. Pauthier, in 4° de 3 feuilles, imprimerie de Bourgogne à Paris. C'est un article extrait de l’Encyclopédie nouvelle.

  • 146 Le duc de Berry (Charles-Ferdinand de Bourbon) mort en 1820 dans un attentat à la sortie de l'Opér (...)

28619 octobre. — M. de Chamon, évêque de Saint-Claude, n'a pas eu le secret de se concilier l'affection de ses diocésains. Il est même mal vu par plusieurs de ses chanoines. L'un d'eux, M. l'abbé Pellier de La Croix, connu par des brochures qu'il a publiées lors de la catastrophe du duc de Bourbon146 dont il était l'aumônier, vient de dénoncer plusieurs actes de son évêque dans un pamphlet qu'il a intitulé No°Ier. Il passe pour avoir eu part aussi à une chanson très mordante contre le prélat. Ces deux pièces circulent dans le département du Jura, mais elles ne sont point encore parvenues jusqu'à Besançon.

  • 147 Il avait achevé le portail de l'église de la Madeleine (1827), et fera le théâtre de Dole en 1841.

28720 octobre. — On construit de nouveaux bains publics dans le jardin Marquiset, en face de la promenade Granvelle. Ce sera le cinquième établissement de ce genre à Besançon où il y a moins de quarante ans, il n'y en avait qu'un seul construit par la ville et qui suffisait à la population. C'est le jeune Martin147 qui est l'architecte des nouveaux bains ; il a du goût et du talent comme on peut en juger par les belles façades qu'il vient de faire élever dans la rue Chifflet, si sottement débaptisée par notre conseil municipal.

  • 148 Le comte Molé.

28821 octobre. — Les corps dirigés sur la Suisse continuent d'arriver à Besançon d'où on les envoie dans les petites villes du voisinage. Un bataillon du 6e chasseur est parti ce matin pour Omans où l'on n'avait pas vu un seul militaire depuis l'invasion de 1815. Un autre a reçu l'ordre de se rendre à Baume. Cependant Louis-Napoléon a quitté la Suisse dès le 14 de ce mois, et le ministre148, satisfait de l'éloignement de ce prétendant, a écrit à la diète helvétique une lettre insérée dans L’Impartial, par laquelle il déclare que les relations de bon voisinage ne sont point interrompues. Dès lors, à quoi servent ces marches et contremarches de troupes, sinon à fatiguer les habitants ?

28922 octobre. — Nouvelle clef d'Homère, par Ch. Bailly, Paris, imprimerie d'Amédée Gratiot, in 12. M. Bailly, principal du collège de Vesoul, est cousin de mon pauvre ami le recteur Bertaut.

29023 octobre. — En voyant dans le journal officiel de l'Instruction publique l'organisation des facultés de théologie dans différentes académies, j'ai écrit à Jouffroy : « Je ne vois plus de salut pour notre pauvre ville de Besançon, à moins que vous ne deveniez ministre et que vous ne restiez assez longtemps en place pour réparer les injustices dont notre pays est victime depuis plus de quarante ans. »

  • 149 Bernard de Saxe-Weimar est le chef de guerre qui organisa l'invasion des montagnes de la Franche-C (...)

29124 octobre. — Le professeur Bourgon, dans son voyage en Suisse, a découvert ce que tout le monde savait, qu'à l'époque de l'invasion de Weimar149 les communes de la haute montagne avaient transporté leurs archives à Neuchâtel où elles sont restées. Il a pris texte de là pour écrire directement au ministre de l'Instruction publique pour le prier de faire rentrer dans le pays les documents dont il a exagéré l'importance pour notre histoire ; le ministre lui a répondu, et maintenant la correspondance établie, il se flatte d’avoir l'année prochaine une bonne commission qui lui permettra de faire agréablement un nouveau voyage en Suisse.

  • 150 Membrey était à cette date du canton de Fresne-Saint-Mamès, arrondissement de Gray. Ce souspréfet (...)

29225 octobre. — Les fouilles de Membrey prennent plus de consistance. Les mosaïques découvertes sont d'une beauté qui surpasse même celles de Pompeia. Les membres du conseil municipal de cette commune, peu curieux de l'antiquité, sont convenus avec l'autorisation de M. le sous-préfet de l'arrondissement150, M. de <Taillac>, dont le nom mérite d'être conservé, de mettre en vente leurs mosaïques pour en employer le produit à la rénovation des chemins vicinaux. Le préfet Thierry, instruit de cette belle détermination, a cassé l'arrêté du sous-préfet, mais maintenant que le voilà par ordonnance appelé à d'autres fonctions, que deviendra la Pompeia franc-comtoise ? C'est ce que l'on ne peut deviner. L'Académie bisontine a la velléité de s'en mêler ; le fera-t-elle ?

29326 octobre. — C’est par ordonnance du 20 de ce mois que M. Thierry, préfet de la HauteSaône, est appelé à d'autres fonctions. S'il entre au conseil d'Etat comme il le désirait, il en prendra son parti car il regrette toujours Paris. Mais il ne s'attendait pas à ce changement. La preuve c'est qu'il a fait il y a moins d'un mois marché avec un imprimeur de Vesoul pour l'impression de son Histoire de la province romaine, qui doit faire suite à celle des Gaulois.

  • 151 Il est l’auteur en 1835 d'un Aperçu médico-typographique sur le Val de Mièges.
  • 152 Employé aux archives de la préfecture du Jura, correspondant de Weiss pour la biographie locale.

29427 octobre. — M. Germain, médecin à Nozeroy, qui frappe depuis longtemps à la porte de l'Académie avec quelques mauvais vers et des opuscules aussi médiocres151, s'est enfin décidé à faire le voyage de Besançon où il n'avait pas mis les pieds depuis plusieurs années. J'ai eu une conversation avec lui à la Bibliothèque. M. Germain vaut mieux que ses livres ; il ne manque pas d'esprit, il a des dons et de l'instruction et s'occupe de recueillir des antiquités et des médailles dont il possède déjà une fort jolie suite. En écrivant l'autre jour à Piard152, je lui disais : « Maintenant que ma liste de nos numismates est imprimée on va m'en indiquer de toute part que je n'ai pas connus. » M. le docteur Germain pourrait déjà commencer une nouvelle liste.

  • 153 Auguste Voisin, né à Tournai en 1800, mort à Gand en 1843. Professeur de rhétorique puis de poésie (...)

29528 octobre. — Pérennès est de retour de Paris depuis hier ; il est content de son voyage. Il a vu le ministre de l'Instruction publique, auquel il a parlé de la publication des Mémoires de Granvelle, et la plupart de nos compatriotes dont il a reçu l'accueil le plus amical. Mon collègue, le bibliothécaire de Gand, M. Voisin153, dont le nom m'était inconnu, lui a remis pour moi plusieurs ouvrages avec des dédicaces beaucoup trop flatteuses. Tous ces gens-là me louent de mon érudition et c'est précisément ce qui me manque ; je me rends justice.

29629 octobre. — Les derniers jours du condamné Félix Robol, traduit de l'italien par Mgr Tharin, à Lille, imprimerie de Lefort, 2 vol. in 18.

  • 154 MM. Clément, Véjux, de Magnoncour, Jouffroy, S. Tourangin pour le Doubs ; MM. Genoux, de Marmier, (...)

29730 octobre. — Tandis que le ministre Salvandy prodigue les facultés des Sciences à des villes qui ne les demandent pas et où elles ne pourraient avoir aucun résultat, il en refuse une à Besançon qui la demande et dont le conseil municipal est disposé à faire les frais. Notre député Jouffroy vient de rédiger une nouvelle pétition au ministre, dans laquelle il établit les droits de la ville à cette faculté et l'influence qu'elle doit avoir dans un pays si riche en manufactures, mais Pérennès, en cela d'accord avec M. Droz, prétend que le seul moyen d'obtenir cette faculté, qui ne serait qu'une mince restitution de tout ce que nous avons perdu, est d'envoyer à Paris un commissaire actif qui se ferait appuyer des députés des trois départements154 et de tous les Franc-Comtois en crédit. Le difficile est de trouver l'homme propre à cette mission : Pérennès s'offre à la remplir et je ne pense pas que l'on puisse faire un meilleur choix. Reste donc à le faire désigner par le conseil municipal dont la session s'ouvre dans les premiers jours de novembre.

29831 octobre. — La route qui doit traverser le val d'Ornans se poursuit avec une grande activité malgré les difficultés que présente le passage dans les rochers abrupts de la source de la Loue. M. le préfet qui vient de visiter les travaux pense qu'elle pourra être livrée au public à la fin de la campagne prochaine.

Novembre 1838

2991er novembre. — Désiré Ordinaire vient de donner sa démission de la place de directeur de l'Institution des sourds et muets ; il conserve le titre de directeur honoraire. Son successeur, M. <Delavenne>, dans le discours qu'il a prononcé le jour de son installation, a fait l'éloge des talents et des vertus de M. Ordinaire qui va revenir à Besançon. C'est un homme de mérite, mais d'un caractère trop timide et un peu visionnaire.

3002 novembre. — L'Académie s'est assemblée extraordinairement pour nommer des commissaires à l'effet de reconnaître l'état des antiquités découvertes à Membrey et d'aviser au moyen d'en empêcher la destruction par suite d'ignorance ou de cupidité. Les commissaires, dont j'ai l'honneur de faire partie, se mettront en route dès demain pour aller coucher à Frasne chez M. de Magnoncour, d'où ils se rendront à Membrey dimanche dès le matin. Ils sont invités à recueillir tous les documents nécessaires pour faire ensuite un rapport circonstancié qui sera adressé au ministre de l'Intérieur et à la commission des monuments.

3013 novembre. — Marmier m'écrit de Bâle que la veille de son départ de Stockholm, le roi de Suède Charles-Jean lui a conféré l'ordre de l'Etoile polaire, le premier de Suède. Il se montre très touché de l'accueil qu'il a reçu de ce prince qui n’a pas oublié son origine française et saisit toutes les occasions de montrer son attachement à ses compatriotes.

  • 155 Segobodium (aujourd'hui Seveux).

3024 novembre. — La commission nommée par l'Académie était partie hier pour Membrey. Dans la route, elle s'est augmentée de Henri de Rotalier qui se trouvait à Frasne chez M. de Raucourt, son beau-père. Les six commissaires étaient aujourd'hui à deux heures de l'aprèsmidi sur le terrain de l'ancien Segobaudium155 Avec l'autorisation du maire de Membrey, ils ont placé des ouvriers sur différents points, et partout, à deux pieds du sol, on a trouvé des mosaïques d'un travail plus ou moins précieux. La saison force d'ajourner la continuation des fouilles au printemps prochain, mais alors elles seront reprises avec plus d'activité et d’intelligence sous la surveillance d’un ou de plusieurs commissaires.

3035 novembre. — C'est Pérennès qui s'est chargé de faire à l’Académie le rapport sur la visite des commissaires à Membrey. Selon toute apparence, il sera prêt à le lire dans la séance de jeudi prochain.

3046 novembre. — Les députés du département se réunissent pour demander le rétablissement de la Faculté des Sciences à l'Université de Besançon. La pétition, que l'on dit énergique, a été rédigée par M. Jouffroy qui l'a transmise à ses collègues pour la signer ; elle sera présentée au ministre avant la session.

3057 novembre. — Le ministre de la Guerre, Bernard, a perdu quelque chose de cette réputation de Cincinnatus qu’on s’était plu à lui faire à son avènement au ministère. Dans différentes occasions, il s’est montré tout aussi avide que le commun des hommes, et tout récemment il a fait nommer préfet un M. de Saint-Georges, son gendre, que l'on dit étranger aux connaissances les plus vulgaires de l'administration.

3068 novembre. — L'abbé Richard, le curé de Dambelin, vient de terminer son histoire de la seigneurie de Neuchâtel : il doit m'en adresser le manuscrit qu'il m’a recommandé de ne pas communiquer à M. Duvernoy dont il ne partage pas les opinions sur les droits des comtes de Montbéliard sur cette seigneurie.

3079 novembre. — Le pensionnaire de l'Académie, Proudhon, part demain pour Paris. Son but en y allant est de se livrer aux études historiques ; mais dans une longue conversation que j'ai eue avec lui, je l'ai beaucoup engagé à ne pas prendre son parti d'avance, afin de pouvoir profiter de toutes les occasions qui pourront se présenter de s’assurer une situation indépendante. Malgré sa brusquerie et son entêtement, c'est un excellent garçon auquel il est impossible de ne pas prendre un vif intérêt.

  • 156 « A Quingey en Quingeois, les femmes accouchent au bout de trois mois, pour la première fois. » (D (...)

30810 novembre. — Le président Trémolières est de retour de sa campagne où il a passé des vacances en véritable écolier sans en perdre un seul jour. Dans ses loisirs, il s'est amusé à rimer un conte sur le proverbe connu dans la province : A Quingey en Quingeois, les filles etc...156 Pour celui-ci je n'imagine pas qu'il le destine à l'Académie, mais il pourra bien nous en faire la lecture dans une soirée de cet hiver en petit comité.

30911 novembre. — Jules Crestin se propose de prouver au conseil municipal qu'il a eu tort d'enlever le nom de Chifflet à la rue qui le portait sous prétexte qu'elle a été élargie. Il est en conséquence venu chercher à la Bibliothèque des renseignements sur les services rendus au pays par cette illustre famille et, comme il est très expéditif, nous ne tarderons probablement pas à voir paraître le factum.

  • 157 Ecrivain et philosophe grec du ive siècle, auteur des Caractères, imités par La Bruyère.

31012 novembre. — Le professeur Bugnet est reparti ce soir pour Paris ; pendant les deux jours qu'il est resté ici, nous avons été presque continuellement en disputes : il est impossible d'imaginer un caractère plus rude, plus entier, plus insociable. Si tout le monde lui ressemblait, il faudrait fuir dans les bois ou s'arracher les yeux ; et, dans le fond, c’est un honnête homme, obligeant, ami dévoué. Théophraste157 l'a dépeint trait pour trait dans un de ses caractères. C'est le rustique (rustre).

31113 novembre. — Histoire du règne de Louis XVI pendant les années où l'on pouvait prévenir ou diriger la Révolution française, par Joseph Droz, de l'Académie française, Paris, Renouard, 2 vol. in 8.

31214 novembre. — L'article de Jules Crestin a paru dans L'Impartial ; il est acerbe comme on peut en juger par l'épigraphe tirée de Victor Hugo : « Aux gentilshommes qui ne savaient pas écrire ont succédé dans les conseils des communes des paysans qui ne savent pas lire. » L'auteur a signé.

31315 novembre. — Auguste Demesmay est de retour de Paris où il a passé plus de trois mois. S'il en eût été le maître, il y a plus de six semaines qu'il serait revenu. On ne peut, m'a-t-il dit, se faire une idée de la corruption toujours croissante de cette capitale, et il est impossible de ne pas prévoir pour un temps plus ou moins éloigné une catastrophe, résultat nécessaire de l'horrible dépravation de ses habitants.

  • 158 Thomas d'Yriarte (v. 1750–1792). Ce poète espagnol, qui fut directeur du Mercure de Madrid en 1771 (...)
  • 159 Brunet, qui a quitté Besançon dès 1786 ou 1787, fut secrétaire de légation en Amérique de 1794 à 1 (...)

31416 novembre. — Fables d'Yriarte158, traduites en vers par Charles Brunet159, Paris, Le Doyen, in-18. Cet ouvrage m'a été adressé par l'auteur, né à Besançon le 4 novembre 1768. Fils du directeur des droits réunis de la province, il n'avait que cinq ans lorsqu'il perdit son père. Il fut élevé par son aïeul maternel, fut admis en 1786, à l'âge de 18 ans, au serment d'avocat. Depuis 52 ans qu'il a quitté Besançon où il n'espère pas revenir, le souvenir de sa patrie ne l'a pas quitté un seul instant. La lettre qui contient ces détails est très touchante. Mr Brunet a traduit de l'espagnol d'Yriarte, Abrégé de l'histoire d'Espagne, Paris, 1803.

31517 novembre. — Gigoux prépare pour l'exposition prochaine un tableau représentant Jésus au jardin des Oliviers. Son Christ est, dit-on, fort beau, mais les anges qui l’entourent son loin d'avoir le même mérite.

  • 160 Selon J.-E. Kaye, fille de François-Xavier Viennot, directeur des contributions indirectes de la L (...)

31618 novembre. — Marie-Antoinette devant le 19ème siècle, par Mad. Simon-Viennot, Besançon, impr. de Deis, 2 vol. in 8. Mad. Viennot est de Vesoul160 ; son mari, M. Simon, a professé l’allemand au collège de Versailles ; elle habite maintenant avec sa famille le département de la Haute-Saône. C’est une femme d’une quarantaine d’années. Son fils est employé à la transcription des manuscrits de Granvelle.

31719 novembre. — Ode sur la naissance du comte de Paris, suivie d’une Cantate sur le mariage de Mgr le prince royal etc..., Toulouse, impr. de Lagarigue, in 8. Ces deux méchantes pièces sont de Monnier, du Jura, qu’il ne faut pas confondre avec Désiré Monnier.

  • 161 Victor Le Rebours.
  • 162 Guillaume Ier (1772-1843).

31820 novembre. — Victor161 retourne en Hollande où l’appelle sa place de lecteur du roi162 ; il se propose de passer six semaines à Paris pour presser la décision de la demande qu’il fait à la Comédie française d’une indemnité. Je doute qu’il l’obtienne. Les défenseurs de la comédie sont plus habiles que lui. D’ailleurs la saison qu’il vient de passer à Pontarlier a été sans fruit pour ses travaux littéraires. La tragédie et les trois ou quatre autres ouvrages littéraires qu’il a sur le chantier sont au même point qu’à son passage pour nos montagnes.

31921 novembre. — Le conseil municipal a rejeté à l'unanimité la demande qui lui avait été adressée par quelques oisifs de notre bonne ville de faire ouvrir la Bibliothèque pendant la nuit. Cette mesure, proposée par le ministre de l’Instruction publique, très inutile à Paris, le serait encore davantage dans la province où la Bibliothèque ne pourrait être fréquentée le soir que par les habitués du casino et les lecteurs de ces revues qui sont une des causes de la ruine de la littérature en France.

  • 163 Jean-Jacques Chifflet (Besançon 15881660), – médecin, auteur en 1618 du Vesontio, première histoir (...)
  • 164 L'aîné de ses nombreux et illustres enfants fut Jules, abbé de Balerne, mort en 1676, dont les Mém (...)

32022 novembre. — Le maire s'est cru, je ne sais pourquoi, forcé de répondre à l'article de Jules Crestin contre le changement de nom de la rue Chifflet. Dans sa réponse fort maladroite il nie qu'une délibération municipale ait donné jamais le nom de Chifflet à une rue, mais il assure qu'à l'époque de la mort de J.-J. Chifflet163, les gouverneurs firent complimenter son fils164 au sujet de la mort d'un citoyen illustre qui dans tous les temps avait rendu de si grands services à la ville. Crestin ne manquera pas de profiter de cet aveu pour revenir sur cette affaire qui commence à intéresser nos apathiques compatriotes.

32123 novembre. — Fête de Sainte-Cécile. Hier, une messe de Hummel a été exécutée par nos amateurs à la cathédrale. Quand elle eût été du maestro Roncaglio, elle n'aurait pas été plus mauvaise. Les voix faibles, les instruments plus faibles encore... C'est là mon avis mais je n'entends pas le donner sans appel, et je m'en rapporte volontiers aux dilettanti. Je n'excepte de la proscription que la partie du Credo relative à la Résurrection <sur terre>. Il y a là un solo de trombone d'un bel effet.

32224 novembre. — Les journaux de Dijon nous ont appris la mort de notre grand jurisconsulte, M. Proudhon, doyen de la Faculté de cette ville, mort le 20 de ce mois. Il était membre correspondant de l'Académie des sciences, l'une des classes de l'Institut.

  • 165 Mgr Benoît-Joseph Flaget (Contournat, près de Billom, Puy-de-Dôme, 1763–Louisville, USA, 1850), ci (...)

32325 novembre. — M. Flaget, évêque de Bardstown dans le Kentucky depuis 1809165, est arrivé depuis quelques jours à Besançon pour y faire des prosélytes à l'œuvre de la Propagation de la foi aux Etats Unis. Il a célébré pontificalement la messe aujourd'hui à la cathédrale, et à l'issue des vêpres, il a dit quelques paroles sur l'objet de sa mission. Il avait été précédé dans la chaire par un de ses vicaires, jeune homme doué d'un bel organe et dont le ton et les manières annoncent une éducation soignée, auquel en un mot il ne manque que du talent ou des entrailles pour produire un grand effet sur son auditoire. Cette cérémonie avait attiré à la cathédrale un concours immense. Les prédications du prélat continueront demain à la cathédrale et les jours suivants dans les différentes paroisses mais je doute que le nombre des curieux soit plus grand qu'il ne l'a été ce soir, et surtout que cette mission toute d'aumônes ou d'argent produise un bien grand effet. Tous ceux qui sont dévoués à l'œuvre y prennent part depuis l'époque de son organisation ; trouver maintenant des néophytes, c'est là le difficile ou l'impossible.

32426 novembre. — Première neige de l'année ; elle fondait dans les rues qui présentaient l'aspect d'une mare de boue liquide, mais elle tient sur les toits. Ce soir la Citadelle et Chaudanne étaient toutes blanches. La nuit sera froide. Je plains mon petit Jules Baron qui est en route pour retourner à Paris.

32527 novembre. — Réflexions sur la chute de M. de Lamennais, par M. Ph. Gerbet, imprimerie de Varin-Thiéry, Epernay, in-8. L’auteur a été l'un des premiers et des plus zélés disciples du grand écrivain dont les déplorables doctrines n'auraient d'autre résultat, dans un siècle moins léger, moins indifférent, que de bouleverser la société de fond en comble.

32628 novembre. — Destinée sociale, par Victor Considérant, 2ème vol., Besançon, impr. de Sainte-Agathe, in 8. Encore un rêveur qui veut réformer la société non pas comme M. de Lamennais pour jeter le pouvoir et les richesses aux prolétaires, mais pour appeler tous les hommes au partage des biens de la terre, suivant leur intelligence et leurs capacités. C'est le saint Paul de Fourier ; il se charge d'expliquer ses principes, sa théorie qui, réellement, avait grand besoin d'un interprète.

32729 novembre. — Edouard Clerc est de retour de Bâle où il est allé pour visiter les ruines de l'ancienne Augusta Rauracorum Les observations qu'il a faites sur les lieux feront l'objet d'un mémoire qu'il communiquera très prochainement à l'Académie.

32830 novembre. — Jules Crestin continue à occuper le public de ses réclamations pour que le nom de Chifflet soit rendu à la nouvelle rue qui conduit au pont suspendu. Sa réponse au maire est plus aigre que spirituelle. Ce qu'elle contient de plus piquant c'est la délibération du conseil municipal dont la conclusion est diamétralement opposée aux motifs. Il le termine par les mots : « Il y a loin de l'esprit de parti à l'esprit de cité. », et en cela il a complètement raison.

Décembre 1838

  • 166 L'actuelle commune d'Augst, à 5 km de Bâle.
  • 167 Le transfert de l'Université de Dole à Besançon en 1691 avait coûté à la ville 50 000 écus, soit 1 (...)

3291er décembre. — Un soi-disant haut personnage qui paraît être dans les idées du ministre Salvandy lui écrit dans le Journal de l'Instruction publique une lettre pour l'inviter à compléter le système qu’il a imaginé en établissant des facultés des lettres dans toutes les villes où se trouvent déjà des facultés de droit, et pour ne pas augmenter les dépenses, le conseiller bénévole lui propose de transférer à Grenoble la Faculté des lettres de Besançon. En vérité, ce n'est qu'en France que l'on peut voir tant d'instabilité dans les établissements qui demandent le plus166 de fixité. Notre pauvre province est bien malheureuse de n'avoir pas produit depuis trente ans un homme de mérite, patriote, qui ait su faire valoir ses droits. Si l'on ne sonne pas le tocsin, il ne restera bientôt plus de vestige de cette université célèbre que nous avons payée plus de cent mille écus167.

  • 168 Jean-Baptiste Pérennès.
  • 169 Le recteur de l'Université de Paris en 1694 et 1720.

3302 décembre. — A dîner aujourd'hui chez le doyen de notre Faculté des lettres168 ; il a été, comme on devait s'y attendre, fort question du projet salvandisque dont on vient de parler. Après beaucoup de déclamations et de mots plus ou moins piquants sur la malheureuse activité du petit successeur du grand Rollin169 il a été convenu de convoquer l'Académie pour lui faire part du danger que courent les lettres dans notre pays, menacé par l'ignorante statistique d'un ministre dont toute la science fut dans son compas, et de soulever le préfet, le maire et le conseil municipal contre un projet qui ne tendrait rien moins qu'à nous rejeter dans la barbarie. Nous verrons ce qui résultera de cette assemblée, fixée à jeudi prochain.

3313 décembre. — Fernand Cortès, poème par Roux de Rochelle, Paris, Firmin Didot, in 8. Beau volume imprimé magnifiquement, préface longue et décolorée, poésie honnête mais sans élévation, sans ce feu sacré qui seul fait vivre ou remarquer les vers.

3324 décembre. — M. de Salvandy vient de répondre à notre député Véjux que s'il n'établissait pas une Faculté des sciences à Besançon, c’était faute de sujets propres à remplir les chaires. Cette réponse fait peu d'honneur au ministre qui devrait savoir mieux que personne qu'en France les places manquent souvent aux hommes, mais jamais les hommes aux places. Sans sortir de Besançon, on trouverait quatre fois autant de sujets qu'il en faudrait pour composer la faculté qui se compose de trois ou quatre professeurs. Histoire naturelle : M. d'Udressier, M. Parandier, M. Grenier, etc. Physique : Fargeaud, qui ne demanderait pas mieux que de revenir de Strasbourg, etc. Chimie : Desfosses, Bauthias, etc. Mathématiques : Delly, Moutrille, Convers, etc... Mais non, il y a mauvaise volonté dans le ministre, assez bête pour ne pas comprendre que l’instruction ne s'établit pas avec une carte et un compas. Il est bien singulier que les novateurs, maîtres du terrain depuis cinquante ans, n'aient pas mieux su réussir à fonder quelque chose de stable, et qu'ils en soient toujours à des essais comme lors qu'ils ont commencé.

3335 décembre. — Jouffroy m'écrit qu'il est fort content du 1ers volume des Documents pour l'exécution et pour le choix des pièces. Il en demande quelques exemplaires pour les journalistes qui rendront compte de cette publication à laquelle il prédit un grand succès. Ainsi soit-il.

3346 décembre. — Le Ruy Blas de Victor Hugo est enfin imprimé. La lecture lui sera moins favorable encore que la scène. Gustave Planche, qui en a donné l'analyse dans la Revue des Deux Mondes, traite cette pièce comme l'œuvre d’un cerveau malade. Si Victor Hugo ne se fâche pas d'être traité publiquement d'une manière aussi méprisante, il faut qu'il ait beaucoup d'orgueil ou d'humilité.

3357 décembre. — On a remis à la Bibliothèque les objets que Marmier a rapportés de son voyage au nord. Ils consistent en trois ustensiles Scandinaves dont l'un a la forme d'un marteau, le second est une hache et le dernier une espèce de fer de lance en pierre siliceuse. Parmi les livres qu'il a envoyés en même temps, il n’y en a pas un seul de rare. En tout, ce cadeau n'est pas aussi magnifique que je le croyais d'après ses lettres.

3368 décembre. — La Revue du Jura, que je croyais morte faute d’abonnés, se soutient encore. Le numéro de novembre que je viens de feuilleter contient un article de Dusillet et un autre d'Armand Marquiset. Dans leur bulletin, les rédacteurs menacent les académiciens de la « grande ville » qui ne se sont point abonnés à cette revue patriotique d'examiner leurs titres littéraires ou scientifiques, et de montrer qu'ils n'ont pas de raison de faire tant les renchéris. Ainsi nous pouvons nous attendre à des injures dans le prochain numéro.

3379 décembre. — Hier nous avons célébré l'anniversaire de la naissance de Viancin et de Perron, nés le même jour mais à quelques années de distance, car mon ami Viancin entre dans sa cinquantième année tandis que Perron n'en a guère que trente. Le dîner, chez Mme Hugel, a été fort gai. Au dessert, Viancin nous a chanté une fort jolie chanson dont le refrain est celui des flons-flons des pampams et des lon-làs de Désaugiers. Pérennès a lu aussi des vers pour la circonstance, fort gais, fort gracieux. Nous avons pris le café au Caveau et nous avons terminé la soirée dans ma chambre où il ne manquait que quelques personnes pour que je fusse complètement heureux.

33810 décembre. — L'Académie s'est réunie extraordinairement pour aviser aux moyens de prévenir la ruine de nos établissements littéraires. Le ministre Salvandy, que Dieu confonde, s'est mis dans la tête de transporter à Grenoble notre Faculté des lettres, seul débris de notre ancienne Université, l'une des premières et des plus illustres de France. Lui et les siens, toujours tourmentés du désir d’innover, en sont revenus à l'idée d’établir de grands centres d’instruction comme avant la Révolution de 1789, et en cela je les approuve, mais ces messieurs qui ne sont jamais sortis de Paris et qui gouvernent la France à l'aide d'un compas, comptent la Franche-Comté pour rien parce qu'elle est située entre l'Alsace et la Bourgogne. Une province pauvre mais qui n'en paie pas moins plus de dix millions par an de contributions, dont les sacrifices à raison de sa position sont plus considérables que ceux de la Bourgogne, échappe à leurs calculs et n'est comptée pour rien. Nous ne l'entendons pas ainsi. Délibéré qu'il sera fait un mémoire, dans lequel seront rappelés les titres de la province, qui sera adressé au ministre et même, s'il le faut, au roi, par les députés des trois départements ; que des articles successifs insérés dans L'Impartial avertiront les Comtois du sort que le ministre leur réserve ; que le conseil municipal de Besançon sera invité à envoyer un ou deux commissaires à Paris, etc... La séance a été très chaude. Le recteur Ordinaire s'y est exprimé avec une vivacité qui n'est pas dans ses allures. Le préfet Tourangin a rivalisé de zèle avec nous. J’ai été chargé d'écrire à Jouffroy, ce que j'ai fait. C'est ici une question de vie ou de mort pour notre avenir littéraire. Espérons que nous l'emporterons sur nos ennemis. Quelques-uns pensent qu'ils sont payés pour en agir ainsi, mais je ne puis le croire. Ce sont tout simplement des fous, des insensés, des utopistes ; si j'étais moins vieux, je les attaquerais corps à corps, mais comme dom Diègue, j'en suis réduit à invoquer des appuis.

  • 170 Le café du Balcon, « tenu par Gaugand, chevalier de l'Arc, famulus de loge » (Coindre, p. 678, qui (...)

33911 décembre. — C'est dimanche 9 décembre qu'a été ouvert dans la nouvelle rue Saint-Pierre, ci-devant Chifflet, le café Gaugand170, le plus brillant qu'on ait jamais vu à Besançon. Le nombre des curieux qui l'ont visité ce jour-là est de plus de deux mille. Ainsi la quinzième partie de la population s'est transportée au nouvel établissement. Je ne l'ai vu qu’aujourd’hui avec Viancin et Pérennès. Les glaces, les peintures et les lumières y produisent certainement un bel effet mais la tournure et la mise des consommateurs m'a dégoûté d'y retourner. Je ne crois pas avoir jamais vu, même au spectacle, une réunion de plus mauvaise compagnie. Comme on y fume, le café Gaugand ne sera dans quelques mois qu'une mauvaise tabagie.

  • 171 Il avait été en 1805 surnuméraire du cabinet particulier du ministre des finances Gaudin, duc de G (...)

34012 décembre. — Le 13 novembre dernier est mort à Paris M. François-Xavier Fougeroux, ancien chef de cabinet particulier du ministre des Finances171. Il était né à Vellefrey, paroisse de Bucey, le 9 novembre 1773. Véritable philanthrope, non pas à la manière de De Gerando ou d'Appert, qui se sont enrichis en administrant gratuitement le bien des pauvres, M. Fougeroux était l'un des fondateurs de la Société charitable de saint Régis, instituée pour favoriser les mariages des filles sans fortune et la légitimation des enfants naturels. Deux notices ont été publiées sur la vie de M. Fougeroux. Voir le Journal de la librairie, no de samedi 8 décembre.

  • 172 La parution du premier volume de cet ouvrage a déjà été annoncée le 6 août.

34113 décembre. — Catéchisme de persévérance, ou exposé historique, dogmatique, moral et liturgique de la religion, depuis l'origine du monde jusqu'à nos jours, par l'abbé J. Gaume, Nevers, imprim. de Duclos, 3 vol. in 8172

  • 173 Antoine-Athanase Bretillot (1773-1838), originaire du Haut-Doubs, marié avec une demoiselle Moutri (...)
  • 174 Le cimetière des Chaprais, ouvert en 1824.

34214 décembre. — M. Bretillot173, le premier négociant de notre ville par l'étendue de ses affaires et par la fortune, mais dont le premier titre à mon gré est d'être le père de Léon, est mort avant-hier à l'âge de 65 ans, après quelques jours de maladie. Sa mort est une grande perte pour le pays auquel il a rendu d'importants services pendant la Restauration en défendant avec courage, dans différentes circonstances, les droits acquis par la charte, et depuis en remplissant avec zèle des places gratuites. Il a été présenté ce matin à Saint-Pierre, sa paroisse, et de là conduit au nouveau cimetière174 où M. Micaud, maire, a prononcé au nom du conseil municipal quelques mots d'adieu avec une remarquable émotion.

  • 175 Georges-Just Vuilleret (1811-1882). Passionné d’archéologie, membre actif de l’Académie à partir d (...)

34315 décembre. — Le substitut du procureur du roi, Vuilleret175, s'occupe de l'étude de nos antiquités nationales avec beaucoup de zèle. Pendant les vacances dernières, il a découvert aux environs de Lure plusieurs tombeaux du Moyen Age renfermant des armes, des boucliers très bien conservés et dans un, qui paraît avoir été celui d'une femme, des fragments d'un collier avec une bague. A peu de distance de ces tombeaux il a trouvé un sceau qui n'a pas encore pu être déchiffré. Tous ces objets sont aujourd'hui dans son cabinet qui deviendra l'un des plus curieux de la ville.

34416 décembre. — C'est aujourd'hui qu'a eu lieu sous la présidence du recteur Ordinaire la première réunion de la commission chargée d’aviser au moyen de supprimer la mendicité. Nous ne tarderons pas sans doute de connaître le résultat de ses travaux. La saison déjà rigoureuse fait désirer que l'on vienne promptement au secours des véritables pauvres et qu'on prenne des mesures pour empêcher les mendiants de profession d'exercer leur honteuse industrie aux dépens de la charité publique.

34517 décembre. — Depuis plusieurs jours un jésuite qui s’avoue tel fait tous les soirs des prédications à Saint-Jean. Malgré le refroidissement de la température, les auditeurs sont très nombreux, parce que l'esprit de parti que rien ne peut éteindre ni corriger lui donne de la vogue. Le pays est tranquille, je le sais. Sur tous ces actes, il est d'une complète indifférence parce qu'il ne croit plus au pouvoir des prêtres. Mais est-il bien prudent à notre archevêque, que l'on dit bien en cour, de donner un prétexte aux masses de s'insurger ? Le scandale qui, par un fait semblable, vient d'arriver à Reims devrait le faire trembler.

  • 176 Gustave Loiseau (Paris 1813-1879), jurisconsulte. Il deviendra en 1848 procureur général et en 186 (...)

34618 décembre. — J'ai reçu ce soir un exemplaire du discours que Me Loiseau a prononcé le mois dernier à l'ouverture des conférences des avocats de Paris. D'après la lecture superficielle que j'en ai faite, j'ai pu deviner que ce jeune avocat est de la province ; mais je voudrais savoir s'il est parent de M. Loiseau, l'un des bons avocats à la cour de cassation176.

34719 décembre. — Les journaux m'ont appris, il y a quelques jours, que M. Jouffroy s'étant trouvé gravement indisposé à la suite d'une de ses leçons à la Sorbonne, avait obtenu l'autorisation de se faire suppléer. Cette nouvelle m'aurait attristé profondément si je n'avais pas su que l'intention de M. Jouffroy était de se donner un suppléant à l'exemple de tous ses collègues, dont aucun ne professe la partie dont il est nominalement chargé. Une indisposition grave de M. Jouffroy serait, dans les circonstances, une calamité publique.

  • 177 Le général-baron Jacques-Joseph Couture (Paris 1767 †Besançon 1841), fils de l'architecte Guillaum (...)

34820 décembre. — Le baron Couture, fils d’un célèbre architecte de Paris, est revenu depuis quelque temps à Besançon où les circonstances l'avaient amené dans les temps révolutionnaires et où il s'est marié177. Pendant sa longue absence, il a fait bien des campagnes qui lui ont valu des grades et le titre dont il est décoré. Maintenant que les infirmités ne lui permettent plus guère de quitter la chambre, il emploie son temps à écrire ses souvenirs. Il m'a communiqué le mémoire qu'il a rédigé sur les corps où il a commandé pendant deux ou trois ans et des notices biographiques sur les contemporains illustres qu'il a pu connaître. Le style de ces ouvrages est celui d'un homme qui ne connaît pas les règles d'écrire mais on y trouve des détails curieux et un talent d'observation assez remarquable.

  • 178 Selon Coindre, au 35 de la rue des Granges, qui écrit Deschanet.

34921 décembre. — L'hiver ne promet pas d'être fort gai dans notre ville. Le lieutenant général a obtenu un congé pour aller à Paris et le préfet ne recevra pas. S'il y a des bals, ce ne sera donc que dans quelques maisons particulières, et certainement ils ne seront ni bien brillants ni bien nombreux. Les marchands qui ont fait venir de Paris des toilettes de bal courront de grands risques. On parle du chapelier Deschanettes qui vient d'établir un si beau magasin dans la rue des Granges178, comme l'un des négociants qui perdra le plus par suite des dispositions ultra-économiques de nos hauts fonctionnaires.

35022 décembre. — Le bon Pérennès qui ne peut, à ce qu'il dit, remplir les pénibles fonctions de secrétaire perpétuel sans compromette sa santé, n'en a pas moins mille projets en tête. Il veut concourir pour le prix d'éloquence de l'Académie française ; et puis il veut, dans un ouvrage en <projet>, signaler les graves abus du mode d'enseignement adopté par l’Université. Mais s’agit-il du rapport sur les découvertes d'antiquités faites à Membrey ou sur la nécessité d'accorder à la ville de Besançon une Faculté des sciences, ou simplement d'une lettre au ministre, il n'a jamais le temps et les raisons d'ajourner ne lui manquent pas. Quel dommage qu'un homme d'un talent aussi remarquable manque de l'esprit de suite et qu'il gaspille son temps au lieu de l'employer convenablement pour lui d'abord, et pour les autres.

35123 décembre. — Curasson m'a communiqué la préface de son Traité sur la compétence des juges de paix. J'ai passé l'après-midi à la relire et à lui indiquer les corrections que je jugeais nécessaires. Rien ne prouve mieux son mérite et son bon sens que la docilité avec laquelle il se soumettait à toutes mes critiques dont quelques-unes auraient à tout autre que lui paru bien vétilleuses.

  • 179 Qui paraîtra en deux volumes en 1841.
  • 180 Sans doute Alphonse (né en 1809), ou Paul Tinseau (né en 1813), fils du châtelain de Saint-Ylie.

35224 décembre. — Le sous-préfet de Dole, Armand Marquiset, s'amuse dans ses loisirs à recueillir des renseignements sur les différentes communes de son arrondissement, dont il prépare ainsi la Statistique179. Il a détaché de son œuvre, qui n'est point encore achevée, quelques articles qu'il a fait imprimer dans la Sentinelle du Jura et dont il a tiré quelques exemplaires à part pour les soumettre aux personnes qu'il juge en état de lui donner d'utiles conseils. Certainement, il mérite d'être encouragé ; si son livre n'est pas lu, ses recherches seront toujours utiles à qui voudra plus tard entreprendre la même besogne. Mais il n'en est pas ainsi dans ce malheureux pays tout plein de partialité, et c'est à Dole qu'il trouvera justement les personnes les plus promptes à le dénigrer. M. Tinseau180, jeune homme inepte et qui par conséquent ne devrait être jaloux de personne, me disait aujourd'hui : « J'ai vu le manuscrit de M. Marquiset, il est décoré de dessins des amateurs du pays, et c'est bien certainement ce qu'il y a de mieux dans son ouvrage. » Mais, lourde bête, avant de me parler ainsi, sans provocation de ma part, avec un peu de sens commun, tu te serais informé si je connaissais M. Marquiset et si j'avais avec lui des rapports. L’envie de suivre, le désir de dire du mal ôtent à ceux qui en sont atteints jusqu'à la plus simple politesse ; tu as voulu faire le gentil avec moi et tu n'as été qu'un impertinent.

35325 décembre. — J'ai passé l'après-midi avec Charles de Rotalier qui m'a lu plusieurs chapitres d'un roman qu'il vient de faire et dont le sujet est une révolution à Alger en 1710. La composition, le plan de cet ouvrage est d'un homme qui certainement a de l'avenir, mais il lui reste, comme il le sent très bien, beaucoup à acquérir sous le rapport du style. Son coup d'essai, La Captive, dont l'impression s'achève en ce moment à Auxonne, ne lui paraît plus digne de lui, preuve qu'il a gagné. Comme son imprimeur veut un nom et qu'il n'est pas disposé à jeter le sien au public, La Captive paraîtra comme l'ouvrage de Charles de Bermont, c'est le nom d'une de ses aïeules dont la famille est éteinte.

  • 181 Joursanvault est cité comme donateur d'ouvrages à la Bibliothèque de Besançon dans l'Annuaire du D (...)

35426 décembre. — Une lettre que j'ai reçue de Techener m'a rappelé la vente des manuscrits de M. le baron de Joursanvault181, qui doit avoir lieu à Paris au mois de janvier prochain. Ce cabinet, l'un des plus curieux que jamais particulier ait possédé en France, renferme plus de quatre mille pièces relatives à l'histoire de Besançon et du comté de Bourgogne. C'est là une de ces occasions qui ne doivent jamais se représenter. L'acquisition de ces pièces serait une bonne fortune pour notre Bibliothèque, mais la nécessité d'en faire le dépouillement et de les classer serait un travail pour moi de plus de deux ans, et Dieu sait si je les vivrai. D'ailleurs, j'ai bien autre chose à faire. Ainsi c'est uniquement pour l'acquit de ma conscience que je me suis décidé à attirer sur cet objet l’attention du conseil municipal. Dans sa séance d'aujourd'hui, il a nommé une commission pour, de concert avec la commission de la Bibliothèque, examiner s'il y a lieu ou non d'acquérir les documents en question. Aussi désintéressé là-dessus que si j'étais mort, la décision m'est absolument indifférente et je ne ferai rien pour l'influencer.

  • 182 “Chronique des archevêques de Besançon, xvie siècle”. Mémoires et documents inédits.... t. II, L. (...)

35527 décembre. — Dans une visite que j'ai faite à M. l'abbé Brocard, j'ai découvert chez lui une chronique des archevêques de Besançon par un anonyme qui vivait à la fin du xvième siècle. Ce manuscrit est sans nul doute une copie de celui que J.-J. Chifflet a cité dans son Vesontio parmi les ouvrages qu'il a consultés, mais écrivant en latin, il n'a pas pu en faire connaître le mérite sous le rapport du style. L’auteur, qui ne sera probablement jamais connu, manie la langue française du temps, comme Amyot et Montaigne. Je la fais transcrire pour l'imprimer dans le second volume des Documents182, et j'ai la certitude que ce morceau ne peut qu'augmenter le prix de notre collection.

35628 décembre. — La Revue des Deux Bourgognes, arrivée tardivement, contient le récit de notre excursion à Membrey le mois dernier. Je ne puis m'empêcher de savoir gré à Bourgon d'avoir fait connaître cette démarche de l'Académie dans un but tout patriotique. Il est bien important que nous donnions quelque signe d'existence dans un moment où nous sommes menacés de perdre tous nos établissements d'instruction, sous prétexte que nous ne savons pas en profiter.

35729 décembre. — La cour royale s'est émue à la nouvelle que le ministère se proposait de nous enlever notre Faculté des lettres. Elle a bien, contre mon attente, senti toute la gravité de cette mesure, et quelques-uns des conseillers doivent provoquer une prochaine réunion des chambres pour aviser au moyen de prévenir ce coup, le plus funeste qui, depuis longtemps, ait menacé l'instruction dans la province.

35830 décembre. — L'affaire des facultés commence à remuer les esprits. La délibération de l'Académie a été distribuée aujourd'hui. Une réunion a eu lieu chez le recteur. Le thème des articles à été donné et la semaine ne se passera pas que l'on n'en ait vu paraître quelques-uns dans L'Impartial. Mais c'est à Paris qu'il faut frapper les grands coups et je me suis chargé d'écrire à Marmier, à de Bernard et à Wey pour les intéresser à la province. Notre cri doit être : « A la rescousse, franc-comtois ! » Il s'agit pour nous d'être ou de n'être pas.

35931 décembre. — M. le préfet part dans quelques jours pour Paris. Il s'est chargé de présenter au roi le premier volume des Documents historiques publiés par l'Académie et de profiter de cette circonstance pour plaider avec chaleur la cause de nos facultés. Les intérêts de la province ne peuvent pas être en de meilleures mains.

Notes

1 Louis Marmier, né en 1815 à Dambelin, sera inspecteur d'Académie à Dijon.

2 François Richard-Baudin.

3 L'Impartial du jeudi 28 décembre 1837 : « Nous recevons la communication suivante : Besançon va jouir enfin d'un de ces utiles embellissements qui manquaient à son importance et à son état de progrès. La Compagnie européenne Ph. Mathieu pour l'éclairage par le gaz extrait de la résine vient d'obtenir l'autorisation d'établir une usine dans cette ville. » Le commentaire indique que ce procédé du gaz de résine a été préféré au gaz de houille parce qu'il est sans odeur. Approuvé par MM. Péclet et Pouillet.

4 Description sommaire de la villa et des trouvailles postérieures dans le Dictionnaire des Communes du Doubs, p. 3121 (t. 6).

5 L'abbé Richard.

6 Architecte de la ville depuis le début de 1837.

7 Le lieutenant-général Simon Bernard.

8 Sans doute le maréchal de camp, commandant de l'Ecole royale d'artillerie, Jean-Ernest Ducos, vicomte de La Hitte (Ann. du Doubs. 1838) ; né en 1789, nommé lieutenant-général en 1840.

9 Victor Tourangin.

10 Heures à l'usage de Besançon : Bibliothèque municipale de Besançon, 235.725, réserve comtoise.

11 Flavien de Magnoncour.

12 Simon Vostre, libraire, éditeur à l'enseigne Saint-Jean l'Evangéliste à Paris, de 1486 à 1520 ; il avait publié en particulier des livres d'Heures, ornés de gravures sur bois avec des bordures remplies d'arabesques, de figures et de petits sujets historiques et fantastiques.

13 Augustin Duseuil (1673-1746), relieur à Paris, connu par ses encadrements de reliure à triples filets avec fleurons d'angle. Travailla pour la duchesse de Berry et pour le roi. Antoine-Michel Padeloup (Paris 1685-1758), « relieur du roi » en 1733 ; il avait d'abord travaillé en collaboration avec son cousin Duseuil, précité, et aurait contribué à l'élaboration du décor à dentelle de mosaïque, adopté par les relieurs d'art parisiens de la seconde moitié du xviiie siècle. La reliure de Besançon appartient au premier type : triple filet d'or et fleurons d'angle.

14 Jules-Aimable Baron (Besançon 1814-Avanne 1899). Dessinateur et lithographe, protégé de Weiss, il fréquente à Paris Tony Johannot et Gavarni mais ne réussit pas à se faire un nom dans le monde des arts. Il a illustré de dix portraits gravés l'Histoire de la Franche-Comté de Rougebief (1851).

15 Gérard Edelinck, graveur français d'origine flamande. Travailla avec Philippe de Champaigne et Robert Nanteuil et grava les portraits des personnages illustres de son temps. Il fut encouragé par Colbert et pensionné par Louis XIV qui le logea aux Gobelins.

16 Comte Charles-Frédéric Reinhard, né dans le Wurtemberg en 1761 † Paris 1837. Diplomate français, membre de l'Académie des Inscriptions et de l'Académie des Sciences morales et politiques, dont l'éloge funèbre sera prononcée en mai 1838 par le prince de Talleyrand.

17 Le chevalier Artaud de Montor, Paris 1772-1849, diplomate et littérateur. Son Histoire de Pie VII devait être couronnée en 1838 par l'Académie française.

18 Formule équivalente à pro domo, mais fondée sur forum « pour place publique » ?

19 La citation complète est : « Vous êtes orfèvre, Monsieur Josse, et votre conseil sent son homme qui a envie de se défaire de sa marchandise. » (L'Amour médecin, acte I, sc. 1.)

20 Pierre-Antoine Mougin (Charquemont 1735–Grand'Combe 1816). S'adonnait à l'astronomie ; correspondit avec Lalande ; observations parues dans La Connaissance des temps et dans le Journal des Savants (1775-1803).

21 Jacques Matter (1791-1864), né près de Saverne. Historien et philosophe français, nommé en 1832 inspecteur général des études puis inspecteur général des bibliothèques de France, conseiller ordinaire de l'Université.

22 L'ouvrage de Schiller s'intitule en fait : Histoire de la révolte qui détacha les Pays-Bas de la domination espagnole ; il fut publié en 1788. Le second livre est consacré pour une grande partie au cardinal Granvelle, que Schiller considère évidemment comme le tyran des Pays-Bas et le champion d'une religion détestée mais dont il admirait pourtant le génie d'homme d'Etat.

23 Charles Duvernoy, le bibliothécaire de Montbéliard, membre de la commission des papiers de Granvelle.

24 Le doyen Jean-Baptiste Pérennès.

25 L’actuelle place Jean Cornet. Sur la fontaine du xviiie siècle évoquée ici, voir Estavoyer et Gavignet, Besançon, ses rues, ses maisons, Besançon, Cêtre, 1982, p. 53.

26 Charles-Auguste Bouvier, né à Besançon, peintre, élève de P. Delaroche, Couture et Diaz (Brune, Dictionnaire des artistes... de Franche-Comté) ou plutôt Jean-Charles Bouvier, né à Besançon en 1801, dessinateur (Kaye, Les correspondants de C. Weiss, p. 93).

27 Le père Joseph Engramelle, naturaliste.

28 Esprit politique et social du xixe siècle, par M. Léonce Saporta, in-8° de 23 feuilles. Saintain à Paris (Journal de la librairie, 10.2.1838, no 645).

29 Son « sarcophage à l'antique » est encore visible au cimetière des Chaprais.

30 L'abbé Griffon.

31 Aujourd'hui rue du Lycée. Un projet de pont dans le prolongement de cette rue figure sur différents plans du xixe siècle ; la passerelle de Tarragnoz n'a été construite que cent-vingt ans plus tard : la décision du Conseil municipal en faveur de l'édification de la passerelle Mazagran est de juin 1958.

32 Salvandy.

33 Montalivet.

34 Vicomte Charles de Launay : pseudonyme sous lequel se cachait madame Emile Girardin (Delphine Gay), écrivant dans La Presse, de 1836 à 1839, un feuilleton hebdomadaire sous le titre : Courrier de Paris (Dictionnaire encyclopédique du xixe siècle).

35 Francis Wey donna en feuilleton à La Presse, en 1838, son roman : Les enfants du marquis de Ganges, ou les Expiations. L'annuaire du Doubs de 1839 signale la parution du volume en 1838 chez Decourchant. Voir ce Journal, 2 avril 1838.

36 Cité dans le Journal de la librairie, 24 février.

37 Elle interviendra le 28 mai 1841.

38 Froissard-Broissia (Jean-Ignace de), Dole 1620-1691, camérier du pape Innocent XI, fondateur de l'hospice des orphelins de Dole.

39 L'Annuaire... du Doubs de 1839 indique qu'il a été publié en 1838 par Lambert : drame en 5 actes par Bouvier et Hip. Bidal ; il avait déjà été annoncé par Weiss le 5 décembre 1837 (III-330).

40 On sait que le fabuliste vécut pendant vingt ans chez sa protectrice et amie, madame de La Sablière.

41 Plutus ou Plutos, dieu de la richesse (agricole) dans la mythologie grecque.

42 Peut-être s'agit-il du docteur Emile Delacroix (Châteaudun 1809-Besançon 1877), fondateur avec son frère de la Société d'émulation du Doubs.

43 Mémoires d'un médecin, de Harison (L'Impartial, 29 mars 1838).

44 Voir au t. II, p. 377, n. 10.

45 Gabriel-Théodore Bélamy, né en 1809. Voir Journal, III-179. Devait collaborer à plusieurs journaux : Le Raseur (1831), La Revue des Deux Bourgognes, L'Album franc-comtois, Le Progrès en 1842.

46 Proverbe dont la référence ainsi rédigée devait suffire à l'époque de Weiss.

47 Rue Renan.

48 Voir au 18 avril.

49 Claude de Clermont, né à Salins en 1732, s'était affirmé comme un partisan des idées libérales à la veille de la Révolution. Maire de Salins en 1790 et député à l'Assemblée législative, il se retira de la vie publique en 1792. Dénoncé, il devait être condamné à mort et guillotiné en 1794.

50 Pierre-Joseph.

51 Gilbert Cousin, de Nozeroy (1506-1572).

52 Le nom de Sancey-le-Long s'était déjà substitué à cette forme ancienne quand Weiss écrit, de même que Sancey-le-Grand au lieu de Grand-Sancey pour le chef-lieu de la commune.

53 Dans la séance publique de l'Académie du 24 août 1839, le professeur Bourgon, président, prononçant le discours inaugural, évoque quelques stations romaines de Franche-Comté dont Filomusiacum. Dans le Dictionnaire des communes du Doubs, t. V, Alfred Bouveresse, dans l'article concernant Nods, suggère que cette station a pu être un relais d'hommes et de chevaux sur la voie romaine de Besançon vers l'Italie par Pontarlier et Lausanne.

54 Flavien de Magnoncour.

55 Michel Boyron dit Baron, Paris 1653-1729. Comédien et auteur dramatique qui joua dans la troupe de Molière. Son père avait été marchand de cuir à Issoudun avant de se faire comédien par amour pour une actrice.

56 L'Impartial signale dans le compte-rendu de la cérémonie la présence des évêques de Saint-Claude, Langres, Autun et Saint-Dié.

57 Hippolyte Wey, 1782-1853, frère de Casimir avec qui il avait fondé une fabrique de tapis, toiles et draps.

58 L'Annuaire du Doubs de 1837, p. 410, indique que Mairet, notaire de Puessans, est également rapporteur de la Chambre de discipline des notaires de l'arrondissement de Baume-les-Dames.

59 Charles-Edouard de Rotalier.

60 Weiss a déjà cité Charles Willemin (III-66).

61 Aujourd'hui rue Jean-Jacques Rousseau.

62 Félix-Joseph Mercier, écrivain et poète, avait été maire de Rougemont (II-361).

63 Barthe.

64 Le président Edouard Clerc avait épousé en 1832 la fille de Noël Lemire, maître de forges à Clairvaux (Jura), l'un des plus importants industriels de l'époque ; Marie-Germaine-Marguerite-Joséphine-Clémentine Lemire, née en 1815, survivra à son mari jusqu’en 1900. Cette alliance marque une continuité dans l'histoire familiale : les deux grands-pères du président avaient été maîtres de forges, l'un à Villersexel l'autre (Girardey) au Magny-Vernois, de même que son beau-frère Bouly l'est au Crochot.

65 Sans doute Amédée de Poinctes de Gevigney, âgé de 16 ans. Il quittera Besançon en 1839 pour entrer dans une classe préparatoire à Paris, au collège Laville. La famille était connue pour ses convictions ultra-légitimistes (C.-I. Brelot, La noblesse réinventée..., p. 404).

66 L'alimentation en eau de Besançon par les sources d'Arcier va marquer la vie politique locale pour quelques années. Ce n'est pas un hasard si le problème figure dans le programme électoral d'Albert Savarus... Weiss évoque une première fois le projet le 26 mars 1818 ; le 1er janvier 1833, évoquant une amélioration de la vie urbaine, il dénonçe les prétentions exorbitantes de Mme Bourgon.

67 Léon Bretillot.

68 Dans le rapport de l'abbé Doney sur le concours de l'Académie, sur les 26 participants, cet auteur américain n'est pas cité, quatre mémoires seulement ayant été retenus.

69 Jean-Baptiste Boisot (Besançon 1636-1694), abbé commendataire de Saint-Vincent de Besançon, est considéré comme le fondateur du Musée et de la Bibliothèque de Besançon parce qu’il avait légué à sa mort sa collection d'œuvres d'art, d'ouvrages et de manuscrits (pour beaucoup venant des Granvelle) à son abbaye, à condition qu'elle fût ouverte au public sous le contrôle de la ville. Les portraits de Simon Renard et de sa femme, Jeanne Lullier, étaient l'œuvre d'Antonio Moro, ou plutôt — selon l'attribution actuelle (Exposition du tricentenaire du musée et de la bibliothèque de Besançon, Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie) — de Willem Key (Bréda v. 1520 – Anv ers 1568). Celui de Nicolas Perrenot de Granvelle avait été peint par le Titien.

70 Ce mémoire est cité dans le Journal, III-249.

71 Sans doute a-t-il voulu dire : « au-dessous du sol actuel ».

72 Peut-être Etienne-François-Philippe Demesmay, 1772-1853, notaire, qui fut sous-préfet de Pontarlier de 1830 à 1839 ; il était le père de Jules et d'Auguste Demesmay.

73 Charles-Casimir Du Gabé (Le Mas-d'Azil 1799-1874). Cet avocat toulousain s'est manifesté d'abord dans la vie politique comme légitimiste avant de siéger après 1839 avec les ministériels.

74 D'OIivet avait été traducteur de Cicéron. Il reçut Voltaire à l'Académie française et celui-ci, dans sa réponse, s'exprima en ces termes : « L'abbé d'OIivet a aujourd'hui un ami à regretter et à célébrer [le président Bouhier qu'il remplace], un ami à recevoir et à encourager. » (Compte-rendu de Béchet sur le concours de l'Académie, 1839).

75 Charles-César Clerc de Landresse, Baume-les-Dames 1801–Besançon 1867, qui fut élève de V. Proudhon à Dijon, s’illustrera à partir de 1860 comme maire de Besançon par d'importants travaux d'urbanisme.

76 Charles-Jean, maréchal Bernadotte.

77 Ou plutôt danois : la fille d'Œhlenschlager était tombée amoureuse de Marmier, qui ne l'épousera pas. Il ne sera marié qu'un an à Eugénie Pourchet, épousée en mai 1843, qui mourut en couches.

78 Charles Weiss, évidemment. Journal de la Librairie, 26 mai 1838.

79 Charles le Téméraire, duc et comte de Bourgogne.

80 Brunet de La Renoudière (Pierre), né à Mortagne en 1808, avait épousé en 1837 Marie-Françoise Pourcheresse, née en 1812.

81 L'expression est d'Horace pour signifier la susceptibilité des poètes.

82 Le Traité est paru en 1839.

83 Auguste Demesmay.

84 Léon Bretillot.

85 Les Annuaires postérieurs donnent toujours la même adresse pour Weiss, qui a dû changer d'appartement dans la maison Marquiset (les Carmes).

86 Pourquoi ? Parce que Jean Chapelain (1595-1674) eut la réputation d'être un mauvais poète ?

87 Eugène Hugo (Nancy 1800-Charenton 1837), poète lui aussi, avait remporté un prix de l'Académie des Jeux floraux pour une Ode sur la mort du duc d'Enghien. Tombé dans une profonde dépression, il perdit effectivement la raison.

88 Peut-être l'épouse de Pierre d'Alcantara-Charles-Marie, duc d'Arenberg (1790-1877), née Alix-Marie-Charlotte de Talleyrand-Périgord, épousée en 1829, morte en 1842.

89 Le curé Vieille.

90 La Congrégation des rites a suspendu le culte de cette sainte en 1961.

91 Mort le 2 novembre 1837.

92 Léon Bretillot.

93 Ferdinand Chifflet, voir note au 2 avril 1839.

94 Il a épousé la fille de Jean-Agathe Micaud.

95 D'origine italienne, Baserga exposait dans sa boutique curiosités et objets d'art, en particulier, selon Coindre (II-714) un thermomètre que venaient consulter « les vieux messieurs ».

96 Aujourd'hui rue Luc-Breton. L'immeuble qui a succédé est aujourd'hui d'un style troubadour.

97 Aujourd'hui Hôtel de Paris, rue des Granges.

98 Professeur au Collège royal.

99 Victor Le Rebours dit Victor, artiste et lecteur du roi de Hollande.

100 Le fait divers criminel relatif à Bruand est raconté par Weiss dans son Journal (II-89, 90) et a fait l'objet de publications récentes.

101 Allusion aux Voyages pittoresques dans l'ancienne France, de Taylor et Nodier.

102 Georges-Philippe Clésinger, le père.

103 La vie aventureuse de ce curieux personnage avait de quoi inspirer un écrivain.

104 Flavien de Magnoncour.

105 Le son de cloche est différent selon la partie à laquelle on a affaire. Un autre fermier du fourneau se plaint également de Magnoncour : « Mais il était écrit que ce parfait honnête homme [Nicolas Lépine] se laisserait tenter par la location du fourneau de Beaujeu, où il fut indignement volé par Mr de Magnoncour, son propriétaire, qui eut l'audace de vendre des affouages de bois dans lesquels il avait préalablement, et à l'insçu [sic] de Mr Lépine, fait des coupes sombres. Que de gens passent en cours d'assises qui sont moins coupables ! » (Dates et souvenirs du baron Edmond Boulart, rédigés en 1876, archives privées.)

106 L'ouvrage du comte Auguste de Bastard d'Estang paraissait en livraisons depuis 1835 sous le titre : Peintures et ornements des manuscrits classés dans un ordre chronologique pour servir à l'histoire des arts du dessin depuis le ive siècle de l’ère chrétienne jusqu'à la fin du xvie, avec planches coloriées. Chaque livraison avec 8 planches se vendait 1 800 F.

107 Théoduline Perreciot.

108 Egbert Lievensz Van Der Pœl (Delft 1621-Rotterdam 1664). Le Catalogue du Musée de Besançon par Castan précise que la toile de l’Incendie de Sodome fut achetée en 1838 pour 50 F.

109 Ludovic Vitet (Paris 1802-Versailles 1873). Il avait débuté comme journaliste littéraire et artistique au Globe, auteur d'une trilogie historique qu’il appella La Ligue. Après 1830, il est inspecteur des monuments historiques et fit une carrière politique.

110 Le titre réel à cette date était Revue de la Franche-Comté. Voir Vogne (Marcel), La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, t. IV, p. 243-246.

111 Voir Journal, 14 février 1834 (III-26). Par une double erreur de lecture, les personnages de la famille Bancenel cités dans le Journal, l'un le 15 décembre 1822, le second le 14 février 1834, étaient appelés de Baucourt. En réalité, le premier est Jean-François de Bancenel (1762-1827), chevalier de Malte et maire de Salins de 1814 à 1819, marié à Marie-Marguerite-Bemarde d'Udressier. Le second, neveu du précédent, Marguerite-François-Joseph de Bancenel, avait eu de Mlle de Bougeliers un fils mort jeune et trois filles. Très désargenté, il avait intenté plusieurs procès aux membres de sa famille, sollicité sans succès une place dans l'administration centrale, pour se lancer finalement dans la publication de pamphlets politiques subversifs (J.-T. de Mesmay, Dicionnaire... des anciennes familles... ; C.-I. Brelot, La noblesse réinventée..., Il, 884).

112 Clovis Guyornaud, rédacteur de l’Album franc-comtois en 1842.

113 Olivier de La Marche (v. 1426 †Bruxelles 1502), appartenait au groupe des poètes de la Cour de Bourgogne. Son poème. Le Chevalier délibéré, parut en 1483.

114 L'appréciation de Charles Weiss sur le jugement est celle d'un ami de la victime. Voir au 31 juillet 1839.

115 Jean-Hippolyte Vieille, fils de l'architecte Nicolas, était alors étudiant en droit à Paris.

116 François-Emmanuel Guignard, comte de Saint-Priest (1735-1821), homme politique, grand-père d'Alexis.

117 Alexis Guignard, comte de Saint-Priest (Saint-Petersbourg 1805–Moscou 1851), historien et diplomate, entré à l'Académie française en 1849, avait épousé en 1827 Antoinette-Marie-Henriette de La Guiche (†1865).

118 Antoine-Cyprien Forien bénéficiera de la pension Suard en 1841.

119 Sur ce concours, voir : Chennoufi (Ben-Aïssa), Les attitudes devant le suicide sous la Monarchie de Juillet, tirées du concours de l'Académie... de Besançon organisé en 1838, DEA Méthodes et techniques nouv. en sciences de l'homme (option Histoire sociale), Besançon, 1986, 58 f. dactyl.

120 Charles Pellarin.

121 Félix Danjou (Paris 1812–Montpellier 1866) organiste de Saint-Eustache, puis de Notre-Dame de Paris. Fondateur de la revue de la musique religieuse populaire et classique (1845-1849), auteur de quelques compositions de musique religieuse.

122 M. de Sauvagney.

123 Peut-être Auguste Bousson, d'Arbois, ingénieur civil, mort à Paris en avril 1864.

124 Léon de Perrey, ami de Charles de Bernard, fut un chroniqueur qui composa de jolies nouvelles sans les publier (L. de Piépape, Mém. Acad. Besançon, 1884).

125 Pierre-Joseph Proudhon.

126 Léon Bretillot.

127 Qui se trouvait à l'emplacement de l'actuelle place Saint-Jacques.

128 Il travailla à la carte géologique du département en collaboration avec Parrot, ingénieur des mines.

129 Boutique de tissus et nouveautés qui occupait l’angle de la Grande-Rue et de la place de l'Hôtel de Ville (Saint-Pierre), no 50, à l'emplacement de factuelle librairie Camponovo.

130 L'avouerie : cf. Histoire de Besançon, 2e éd., 1, 390.

131 Adolphe de Circourt et son épouse, Albert de Circourt.

132 Ferdinand, baron d'Eckstein (Copenhague 1790-Paris 1861) avait fondé ce journal en 1826. Il avait gagné la confiance de Louis XVIII qu'il avait suivi à Gand puis en France ; il fut inspecteur général au ministère de la police puis historiographe au ministère des affaires étrangères.

133 D'après les indications assez vagues de Weiss, il semble que sa promenade avec madame de Circourt les ait conduits par le chemin escarpé au-dessus de la Porte Taillée en direction du front arrière de la Citadelle, où Vauban avait fait édifier un pont de secours. Le canal du Rhône au Rhin, ouvert en 1833, traverse Besançon par le lit de la rivière.

134 Probablement dans la famille de Saint-Juan.

135 Antoine-Jean Saint-Martin (1791-1832), orientaliste et chronologiste, depuis 1820 membre de l'Académie des Inscriptions. Second conservateur de la Bibliothèque de l'Arsenal en 1824, il assuma plusieurs emplois à l'Imprimerie royale et au ministère des affaires étrangères. Il fut directeur du journal L'Universel (1829).

136 Louis-Prosper Gachard, naturalisé belge en 1831, était devenu archiviste général de la Belgique (et non des Pays-Bas dans leur acception actuelle). Il s'intéressait particulièrement à l'histoire de Charles-Quint et de Philippe II et à la domination espagnole dans les Pays-Bas.

137 Le baron Louis-Jacques Thénard, chimiste, fut professeur au Collège de France, pair de France et chancelier de l'Université.

138 Fondateur du Bulletin monumental, il avait créé en 1834 la Société d'archéologie, et créa aussi l'Institut des provinces, sorte d'Académie centrale destinée à stimuler les sociétés provinciales.

139 L'hôtel de Soye, au 6 de la rue de la Madeleine actuelle, qui devint pour une part en 1837 l’Ecole normale d'instituteurs, faisait partie des biens de A.-F. Gauthiot d'Ancier. Son nom lui vient de Prosper-Ambroise de Précipiano, baron de Soye, ingénieur des fortifications comtoises au xviie siècle.

140 Le docteur Claude-François Duchanoy (Vauvillers 1742–Paris 1827), régent de l'ancienne Faculté de médecine de Paris, administrateur des hôpitaux et hospices civils.

141 Sachets pour enfermer la poudre, ainsi prête pour charger la bouche des armes à feu.

142 Le marquis de Fortia d'Urban (Avignon 1756-Paris 1843), officier démissionnaire, avait fait une courte carrière municipale en Avignon avant de se consacrer exclusivement aux belles-lettres. Depuis 1830 il était membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

143 Louis-Jules-Barbon-Hélène Filiol de Raimond (Nevers 1752-Besançon 1838) : cf. O. Chevalier, Monographie de la famille Filiol de Raimond, 1965, 111p.

144 Jean-Claude Ballouhey, Citey (Haute-Saône) 1764-Paris 1864. Enrôlé à 20 ans dans les dragons de la reine, il fut ensuite caissier de la banque de Marguerrye et Alexandre de La Rochefoucault, trésorier de l'impératrice Joséphine, intendant de Marie-Louise. La notice biographique rédigée sur le personnage par Perron lui-même (Mém. Acad. Besançon, 1848) évoque le tableau dont il s'agit (mais qui serait peut-être de Pierre-Paul Prudhon), représentant l'innocence jouant avec des colombes et qui aurait été légué au Musée de Besançon.

145 Segobodium (Seveux), sur la voie réunissant le pays des Lingons à celui des Helvètes (de Langres à Besançon vers la Suisse par Pontarlier et Yverdon). Les fouilles de Membrey, qui mirent au jour les restes de thermes romains, souffrirent de querelles administratives ; il ne reste rien des mosaïques, si ce n'est un dessin de M. Le Beuffe conservé par la Société d'agriculture de la HauteSaône (voir La Haute-Saône, nouveau dictionnaire des communes, IV, 104-105).

146 Le duc de Berry (Charles-Ferdinand de Bourbon) mort en 1820 dans un attentat à la sortie de l'Opéra.

147 Il avait achevé le portail de l'église de la Madeleine (1827), et fera le théâtre de Dole en 1841.

148 Le comte Molé.

149 Bernard de Saxe-Weimar est le chef de guerre qui organisa l'invasion des montagnes de la Franche-Comté pendant l'hiver 1638 pour le compte de Richelieu.

150 Membrey était à cette date du canton de Fresne-Saint-Mamès, arrondissement de Gray. Ce souspréfet serait Philipot de Tayac, encore en place en 1841.

151 Il est l’auteur en 1835 d'un Aperçu médico-typographique sur le Val de Mièges.

152 Employé aux archives de la préfecture du Jura, correspondant de Weiss pour la biographie locale.

153 Auguste Voisin, né à Tournai en 1800, mort à Gand en 1843. Professeur de rhétorique puis de poésie, bibliothécaire de l'Université de Gand et secrétaire perpétuel de l'Académie des Beaux-Arts.

154 MM. Clément, Véjux, de Magnoncour, Jouffroy, S. Tourangin pour le Doubs ; MM. Genoux, de Marmier, de Grammont, Jobard pour la Haute-Saône ; MM. Pouillet, Dalloz, Janet et Colin pour le Jura.

155 Segobodium (aujourd'hui Seveux).

156 « A Quingey en Quingeois, les femmes accouchent au bout de trois mois, pour la première fois. » (Dictionnaire des communes du Doubs, p. 2649 [t. V].) Le proverbe est analysé dans J.-F. Perron, Proverbes franc-comtois qui cite aussi, fondé sur la même consonnance : « A Bresle (Oise) en Breslois... »

157 Ecrivain et philosophe grec du ive siècle, auteur des Caractères, imités par La Bruyère.

158 Thomas d'Yriarte (v. 1750–1792). Ce poète espagnol, qui fut directeur du Mercure de Madrid en 1771, est l'auteur de plusieurs comédies et poèmes, surtout d'un recueil de Fables littéraires en 1782.

159 Brunet, qui a quitté Besançon dès 1786 ou 1787, fut secrétaire de légation en Amérique de 1794 à 1797 puis en Espagne en 1798, secrétaire de la chambre de commerce de Paris en 1803. A écrit des fables en prose et des vaudevilles (Kaye, Les correspondants...)

160 Selon J.-E. Kaye, fille de François-Xavier Viennot, directeur des contributions indirectes de la Loire.

161 Victor Le Rebours.

162 Guillaume Ier (1772-1843).

163 Jean-Jacques Chifflet (Besançon 15881660), – médecin, auteur en 1618 du Vesontio, première histoire de la ville.

164 L'aîné de ses nombreux et illustres enfants fut Jules, abbé de Balerne, mort en 1676, dont les Mémoires ont été publiés par l'Académie de Besançon (Mémoires et documents inédits...).

165 Mgr Benoît-Joseph Flaget (Contournat, près de Billom, Puy-de-Dôme, 1763–Louisville, USA, 1850), cité dans l'Annuaire du Doubs pour 1839 comme « le plus ancien des évêques de l'Amérique. » Entré dans l'ordre de Saint-Sulpice, il se porta volontaire comme prêtre aux Etats-Unis ; en 1808 il fut désigné pour occuper le siège épiscopal de Bardstown avec juridiction sur une grande partie du centre des Etats-Unis. Après avoir rencontré Grégoire XVI à Rome, il entreprend en 1837 sa campagne en faveur de la Propagation de la foi (visite de 45 diocèses). Il retourna en Amérique en 1839, et transféra en 1841 son siège à Louisville.

166 L'actuelle commune d'Augst, à 5 km de Bâle.

167 Le transfert de l'Université de Dole à Besançon en 1691 avait coûté à la ville 50 000 écus, soit 150 000 francs de l’époque (Histoire de Besançon, II, 118).

168 Jean-Baptiste Pérennès.

169 Le recteur de l'Université de Paris en 1694 et 1720.

170 Le café du Balcon, « tenu par Gaugand, chevalier de l'Arc, famulus de loge » (Coindre, p. 678, qui s'inspire du présent récit pour décrire le nouveau café). Le bâtiment abrite maintenant l'ΑΝΡΕ, et doit son nom à l'immense balcon de la salle de restaurant au premier étage.

171 Il avait été en 1805 surnuméraire du cabinet particulier du ministre des finances Gaudin, duc de Gaète. Cf. Gossin, ancien conseiller à la Cour de Paris, Vie de Fougeroux, 1839, 58 p.

172 La parution du premier volume de cet ouvrage a déjà été annoncée le 6 août.

173 Antoine-Athanase Bretillot (1773-1838), originaire du Haut-Doubs, marié avec une demoiselle Moutrille, négociant à partir de 1820, banquier. Président de la Chambre de commerce depuis 1829, il avait occupé diverses fonctions à Besançon : président du tribunal de commerce, conseiller général, administrateur des hospices et de la caisse d'épargne.

174 Le cimetière des Chaprais, ouvert en 1824.

175 Georges-Just Vuilleret (1811-1882). Passionné d’archéologie, membre actif de l’Académie à partir de 1853, il devait fonder le Musée d’archéologie de la ville, constitué à partir de ses collections particulières. (Voir de Soultrait, Eloge prononcée aux obsèques de J. Vuilleret le 18 mars 1882, Mém. Acad. Besançon, 1882). Sa carrière dans la magistrature fut plus modeste que ne semble le signifier l'affirmation de Weiss : nommé en 1838 juge suppléant au tribunal de première instance de Besançon, il le demeura jusqu'à sa mort.

176 Gustave Loiseau (Paris 1813-1879), jurisconsulte. Il deviendra en 1848 procureur général et en 1861 premier président de la cour d'appel de Besançon. Il sera membre de l'Académie de Besançon et de la Société d'Emulation du Doubs. Il était le fils de Jean-Simon Loiseau, avocat à la cour d'appel de Paris.

177 Le général-baron Jacques-Joseph Couture (Paris 1767 †Besançon 1841), fils de l'architecte Guillaume-Martin. Ses états de service sous la Révolution et l'Empire lui valent d'être fait baron d'Empire en 1810 ; il est inspecteur de l'infanterie en 1816-1818, mis à la retraite en 1832.

178 Selon Coindre, au 35 de la rue des Granges, qui écrit Deschanet.

179 Qui paraîtra en deux volumes en 1841.

180 Sans doute Alphonse (né en 1809), ou Paul Tinseau (né en 1813), fils du châtelain de Saint-Ylie.

181 Joursanvault est cité comme donateur d'ouvrages à la Bibliothèque de Besançon dans l'Annuaire du Doubs (1839). La collection de ses archives avait été cataloguée par les soins de Techener en un volume de 300 pages. Originaire de Beaune, ce généalogiste et diplomatiste distingué avait réuni une masse de documents dont certains concernent l’histoire des provinces ; parmi ceux-ci, les pièces concernant la Franche-Comté et Besançon. Le fonds Joursanvault figure parmi les nouvelles acquisitions de la Bibliothèque nationale.

182 “Chronique des archevêques de Besançon, xvie siècle”. Mémoires et documents inédits.... t. II, L. de Sainte-Agathe, 1839, p. 5-60.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search