Version classiqueVersion mobile

Journal 1838-1842

 | 
Charles Weiss

Introduction

Texte intégral

1A feuilleter les pages de ce quatrième volume du Journal de Charles Weiss, le lecteur pourrait éprouver une certaine lassitude : entamant la vingt-cinquième année de sa chronique quotidienne, le 1er janvier 1838, le bibliothécaire de Besançon n'a rien changé dans la forme — immuable depuis 1833 — de sa relation des événements bisontins et comtois.

2Cependant, son témoignage est toujours un reflet fidèle de la vie provinciale et les renseignements que peut y trouver le chercheur ou le simple curieux sont aussi nombreux et variés. Weiss insiste particulièrement sur les progrès de l'urbanisme dans la cité comtoise et les problèmes qu'il a soulevés : élargissement de certaines rues, construction du pont « fil de fer », installation de l'éclairage au gaz, construction de l'Arsenal, achèvement de la halle aux grains... Le bibliothécaire insiste sur des sujets dans lesquels il est plus ou moins directement impliqué, comme le projet de création d'un musée destiné aux collections provisoirement déposées à la Bibliothèque municipale. Il s'implique avec véhémence dans la polémique qui concerne le projet d'alimentation en eau potable de la ville, qui oppose les partisans du retour aux sources d'Arcier à ceux qui, comme lui, croient plus économique — et plus sain ! — de puiser directement dans les eaux du Doubs... Mais c'est moins l'hygiène que la ponction prévue sur les finances communales qui préoccupe le fonctionnaire. Sur la trame du quotidien se détachent certains événements dramatiques comme l'incendie de l'hôpital Saint-Jacques en 1840 ou les événements politiques : élections de 1839, querelles au sein du Conseil municipal bisontin, incertitude sur le tracé du chemin de fer — déjà ! — qui de Dijon à Mulhouse et Strasbourg peut emprunter selon les uns la vallée du Doubs et selon les autres celle de l'Ognon.

3De tout cela les journaux se font l’écho plus ou moins partial, et Weiss est lui-même engagé dans l'émulation qui aiguillonne les différentes feuilles locales ; avec ses amis — Perron, Pérennès, l'inévitable Viancin... soit le groupe d’amis qui se réunit chaque année pour l'anniversaire du rédacteur — il participe en juillet et août 1840 à la création du journal Le Franc-Comtois, que les notes quotidiennes du bibliothécaire permettent de suivre dans sa composition numéro après numéro. Weiss organise chez lui les réunions des responsables et sans doute actionnaires :

« Dans une réunion qui eu lieu hier dans ma chambre, il a été convenu que nous nous chargions de la rédaction d'un nouveau journal qui paraîtrait immédiatement après la cessation du Progrès et prendra le titre de Franc-Comtois. Le prospectus rédigé par Pérennès a été approuvé par la commission et sera imprimé pour être distribué le jour même où Le Progrès finira. Tous les détails d'administration sont réglés, et nous nous sommes séparés sans prévoir aucun obstacle à l'accomplissement de notre œuvre patriotique. » (28 juillet 1840)

4Mais il note, dès la parution du prospectus :

« Le bruit s'est répandu que Le Franc-Comtois était mon journal, et m'en voilà forcément aux yeux de certaines gens le rédacteur responsable bien qu'il soit probable que je n'y mettrai pas une ligne. » (4août 1840.)

  • 1 Le Franc-Comtois : journal de Besançon et des trois départements. Notice dans Vogne, La presse pér (...)

5Weiss, comme toujours, souhaite rester dans l'ombre, et ses convictions n’apparaissent jamais clairement. Entre les lignes, on lit cependant dans le journal quotidien de Weiss que tel article a été inspiré, sinon écrit, par lui ; Le Franc-Comtois, journal fondé par des intellectuels bisontins et soutenu par le préfet, n'a pas de position politique franche et joue le rôle factice d'un contrepoids par rapport à L'Impartial, journal préfectoral... L'année 1842 se termine par une cruelle interrogation sur la survie du journal1 Après avoir eu de l'extérieur les échos concernant la création de L'Impartial, de La Gazette de Franche-Comté..., c'est de l'intérieur que l’on peut voir fonctionner le nouveau journal périodique et assister aux querelles qui divisent bientôt ses promoteurs et le rédacteur qu'ils ont embauché.

  • 2 Voir Edmond Préclin, “La Faculté des lettres de l'université de Besançon : 1809-1919”, Annales lit (...)

6Evidemment, la part accordée à la vie culturelle de la cité et de la province est toujours prépondérante. Les cinq années couvertes par ce volume sont importantes pour l'avenir universitaire de Besançon : les personnalités du monde intellectuel de la ville, soutenus par les élus locaux, mènent le combat à Paris auprès des ministres pour éviter la suppression de la Faculté des lettres, un moment envisagée en 18382. Weiss se laisse aller à de beaux morceaux de grandiloquence :

« L'affaire des facultés commence à remuer les esprits. La délibération de l'Académie a été distribuée aujourd'hui. Une réunion a eu lieu chez le [...]. Mais c'est à Paris qu'il faut frapper les grands coups [...]. Notre cri doit être : “A la rescousse, Franc-Comtois !” Il s'agit pour nous d'être ou de n'être pas. » (30 décembre 1838.)

7Des efforts sont déployés en particulier par le doyen Pérennès, professeur de littérature française, pour obtenir deux nouvelles chaires à la Faculté des lettres, une de littérature étrangère et l'autre de linguistique. Le maintien de la Faculté des lettres étant acquis, le monde local se bat pour obtenir le rétablissement d'une Faculté des sciences : le principe n'en sera accordé qu'en 1843 et l’ouverture ne fut effective qu'en 1845.

  • 3 Le Congrès s'est déroulé du 1er au 11 septembre 1840.

8En 1840, après Rouen et avant Lyon puis Strasbourg, Besançon reçoit le Congrès scientifique de France, pour la huitième session de cette manifestation culturelle nationale annuelle qui préfigure le Congrès national des Sociétés savantes... Weiss en fut le secrétaire, et dirigea ensuite la rédaction des actes3 :

« Le volume du Congrès est enfin imprimé au bout d'un an (excusez le retard) [...].. J’espère que dans le peu de temps qui me reste à vivre, le Bon Dieu ne m'enverra plus une semblable corvée. » (28 août 1841).

9Les travaux et communications furent assurés par de nombreux participants français et étrangers. La vie de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon poursuit son cours normal et Weiss ne manque jamais d'en rendre un compte précis et détaillé — n'épargnant ni les amis, ni les autorités — qu'il s'agisse des séances publiques et privées, des communications, des concours, du passage des comtois exilés hors de la province qui honorent de leur présence les réunions ou les banquets de la compagnie : le professeur Bugnet, Xavier Marinier, l'écrivain Charles de Bernard, le philosophe Théodore Jouffroy, l'académicien Joseph Droz...

***

10Pas plus que dans les années précédentes, Weiss ne nous renseigne sur sa vie privée, mais il se laisse peut-être aller plus volontiers à exprimer une opinion ou un jugement sur les rencontres qu'il fait ou les événements qu'il traverse, autrement que par une critique purement littéraire, même grammaticale. Il faut le plus souvent lire entre les lignes du Journal pour apprécier ce qu'il a pensé de Pierre-Joseph Proudhon, dont les démêlés avec l’Académie se sont précisément déroulés de 1838 à 1842. Weiss connaît le jeune homme, né en 1809, comme lui dans le quartier populaire de Battant dans un milieu modeste d'ouvriers. Il l'a vu emprunter les livres à la Bibliothèque pendant ses études et l'on peut penser qu'il évoqua avec son ami Pérennès, qui avait été le professeur du jeune Proudhon, la figure et l’avenir de cet étudiant laborieux. Obligé d'interrompre ses études avant l'obtention du baccalauréat à cause de la modicité des ressources familiales, Proudhon entre comme ouvrier typographe à l'imprimerie Gauthier, puis à Paris, et comme compagnon en province avant de revenir à Besançon où, dès février 1836, le Journal signale son association avec Lambert pour racheter l'imprimerie Montarsolo. Un an plus tard, le 3 février 1837, Proudhon fait à Weiss une première visite pour lui présenter le début de son Essai de grammaire générale d'après les principes établis par Bergier, ce qui nous vaut une première appréciation sur Proudhon :

« Jeune homme instruit dans les langues et qui ne manque pas de talents, mais c'est un génie rude, difficile à manier, plein de ses propres idées et qui ne pourra pas tirer parti de ses ressources si, par le frottement, il n'acquière un peu de poli. » (3 février 1837.)

11Weiss a finement jugé l'individu, opposant son talent d'écrivain au caractère de l'homme dont les aspérités n'auraient pas manqué de gêner une carrière bourgeoise traditionnelle ; en tout cas, la personnalité du « socialiste comtois » semble avoir fasciné le bibliothécaire. Lorsqu'on évoque à l'Académie le nom de Proudhon pour l'attribution de la pension Suard en 1838, Weiss a ce mot :

« Proudhon le linguiste, sur lequel Pérennès, moi et beaucoup d'autres font reporter de belles espérances pour le pays... » (15 avril 1838.)

12Il est séduit également par le peu de goût que manifeste le candidat pour Paris :

« Ce qu'il pense de Paris, c'est ce que j'en pense, moi et tous les vrais franc-comtois et autres, tous ceux qui ne croient pas aux merveilles ineffables de la centralisation. » (15 avril 1838.)

13Weiss juge Proudhon très supérieur aux autres candidats à la pension, sur lesquels il l'emporte d'ailleurs par 19 voix sur 33 votants, le 23 août 1838.

14Malgré les craintes de Pérennès, qui trouve le nouveau pensionnaire trop occupé de politique, trop ardent à vouloir bouleverser la société pour améliorer le sort des classes pauvres, suspect de fréquenter à Paris « les plus mauvaises têtes et les esprits les plus faux du pays », Weiss lui garde sa confiance d’autant plus qu'il le sait placé sous la garde de Joseph Droz, comme tous les titulaires de la pension Suard.

15En novembre, après une nouvelle visite de Proudhon à la veille de son départ pour Paris, Weiss note :

« Malgré sa brusquerie et son entêtement, c’est un excellent garçon auquel il est impossible de ne pas prendre un vif intérêt. »

16Droz n'en pense pas autant, à l'étonnement de Proudhon qui, par ailleurs, avait traité l'académicien de vieille femme. Mais, manifestement, Weiss était plutôt bien disposé à l'égard du nouveau pensionnaire de l'Académie ; n'avait-il pas été le compagnon et l'ami de Gustave Fallot, hautement estimé par Weiss et mort prématurément en 1836 ? Il travaillait avec Ackermann dont, en 1839, il commente un ouvrage de grammaire dans le Journal de l'Instruction publique. En septembre 1839 Weiss réunit à dîner Proudhon et Ackermann ; il est obligé de reconnaître après les propos sévères de Proudhon sur Edouard Clerc :

« ... Homme de génie peut-être, mais ours mal léché. »

17Il n'en pense pas moins à lui lorsque Pérennès sollicite du ministre de l'Instruction publique la création d'une chaire de linguistique à Besançon.

  • 4 Pierre Hauptmann, Pierre-Joseph Proudhon : sa vie et sa pensée, Paris, Beauchesne, 1982, 1140 p. V (...)

18On sait — sans entrer dans le détail des faits — comment la publication de l'ouvrage Qu'est-ce que la propriété ? ou recherches sur le principe du droit et du gouvernement, dédié par Proudhon à l'Académie de Besançon, va mettre le feu aux poudres4 Cependant, à relire le paragraphe du Journal du 16 juillet relatant le fait, on constate que Weiss, tout en signalant le caractère « anarchique » de l'ouvrage, n'en conteste pas le talent ; il lui refuse le mérite de l'originalité en soulignant la parenté des idées de l'auteur avec celles de Rousseau, ce que Proudhon rejette avec vigueur au cours de l'entrevue qu'il a le 20 juillet avec Weiss qui écrit :

« On ne peut se faire une idée de sa naïveté et de son orgueil. »

  • 5 P. Hauptmann, d'après la correspondance de Proudhon, indique (p. 276) que « le Préfet, le Supérieu (...)

19Dans l'affrontement qui va opposer Proudhon à l'Académie de Besançon, il est difficile de déterminer d'après le Journal la véritable opinion de Weiss. Il n'appartient pas au clan des adversaires acharnés de Proudhon, comme les Clerc père et fils ou Curasson ; il ne vota pas pour le retrait de la pension à son bénéficiaire5. Ainsi qu'il l'écrit le 17janvier 1841 dans cette affaire, « les adversaires du pensionnaire sont furieux et ceux qui l'ont défendu très embarrassés de leur rôle ». Le 23, il cite « le terrible Proudhon, le pensionnaire Suard, qui donne tant d'embarras à ses amis ou du moins à ceux qui lui portent de l'intérêt ».

20Lors des incartades qui suivirent ce premier coup d'éclat, Weiss parle de « fou malhonnête » après la publication de la Lettre à Blanqui, de « singe de Rousseau » le 3 août. Il n'en reste pas moins que Weiss continue de recevoir Proudhon : le fidèle et zélé académicien qu'il était ne pouvait se désolidariser de sa condamnation que l'Académie, malmenée par son pensionnaire, avait formulée contre lui, mais il demeure indulgent. Impossible d'oublier l'entrevue touchante qu'auront vingt ans plus tard les deux hommes, en septembre 1864, se jetant dans les bras l'un de l'autre. Weiss écrira dans son Journal :

« Malgré la diversité de nos opinions, je n'ai jamais cessé de prendre un vif intérêt à Proudhon, que j'ai toujours regardé comme un des hommes qui font le plus d'honneur à notre pays. »

21Ce jugement contient la clé de son attitude, que la réserve de certains de ses propos pourrait amener à qualifier d'ambiguë : illustration de sa province, Proudhon restait cher au cœur de Weiss, ce régionaliste convaincu, plus sensible chez le théoricien socialiste à ses origines bisontines et à son attachement à la Comté qu'à l'ensemble de sa pensée ; il défend avec la même fidélité, la même estime, la mémoire de Théodore Jouffroy contre la réticence, voire l'hostilité de ceux qui reprochent au philosophe pontissalien son reniement de la foi catholique, organisant lui-même la collecte des fonds qui permettront d'ériger en 1845 dans la cour de la Bibliothèque la statue, œuvre de Pradier. Weiss n'a cependant jamais eu la même indulgence pour Fourier et ses disciples, même les plus comtois d'entre eux.

22En somme, Weiss s'affirme ainsi l'ami fidèle de ceux qu'il estimait ; ni prosélyte, ni polémiste, il se révèle plus attaché aux hommes qu'à leurs idées, dans l'esprit de tolérance modérée et amicale qui est la sienne.

***

23Cette attitude s'inscrit parfaitement dans la ligne de conduite qui orienta son existence. La lecture des discours et notices qui lui furent consacrées après sa mort est instructive à cet égard ! Pérennès, dans le discours qu'il prononça aux obsèques du bibliothécaire son ami, le président Alviset célébrant la mémoire du « président perpétuel » à l'ouverture de la séance publique de l'Académie du 23 août 1866, l'abbé Louis Besson dans la notice sur Weiss publiée en 1866 par les Annales franc-comtoises et par l'Annuaire du Jura en 1867, sont unanimes à célébrer son rôle de « patriarche des lettres comtoises », ainsi que le désignait son ami Mignard, de Dijon. Plaçant au-dessus de tout l'importance des relations humaines, il ne refusait jamais un conseil, une aide, acceptait même de corriger des textes qu'il n’avait pas écrits. S’il collabora avec une persévérance désintéressée à la rédaction de plus de cinq mille notices dans la Biographie universelle des frères Michaud, c'est qu'il a réussi à y introduire presque quatre cents figures comtoises qui ne méritaient peut-être pas toutes de passer à la postérité.

24Agréable conteur et causeur aimable, il était apprécié dans les salons, à Paris chez Nodier comme en province ; il se voulait l'ami de tous et accueillait dans sa chambre ou à la Bibliothèque les visiteurs de passage, les comtois de retour dans leur province natale, les chercheurs. La volumineuse masse des lettres de ses correspondants témoigne du rayonnement de son esprit et de sa personne, même en dehors de la Franche-Comté. Largement reconnu en son temps comme un biographe éminent, membre de l'Institut, chevalier de la Légion d'honneur, il se défend cependant d'être digne du titre d'érudit. Il refusa délibérément les occasions qui lui furent offertes de faire une brillante carrière à la bibliothèque de Saint-Cloud ou à la Bibliothèque royale pour demeurer dans sa chère province. On pourrait ajouter qu'il négligea de tirer profit de ses connaissances, de sa prodigieuse mémoire, de la finesse de son esprit pour réaliser des travaux qui lui auraient assuré une célébrité durable. Le Journal nous le révèle même, en certaines circonstances, susceptible aux critiques même amicales ; il s'irrite, le 15 janvier 1842, des reproches que son ami Viancin lui adresse sur son manque d'assiduité aux offices religieux, comme s'il ne voulait pas que sa méfiance d'héritier du xviiie siècle à l’égard de l'esprit clérical et dévot pût le faire soupçonner d'être en contradiction avec les convenances religieuses du monde où il évoluait.

25Auguste Castan, son successeur à la Bibliothèque de Besançon, qui ne pêchait pas par excès de bienveillance, a porté sur lui un jugement clairvoyant dans ces termes :

  • 6 Auguste Castan, “Notice sur Charles Weiss”, Mémoires de la Société d'émulation du Doubs, vol. 19, (...)

« Avec une pointe d'énergie de plus dans le caractère, un peu moins de laisser-aller dans l'esprit, une dose plus forte de convictions et de principes, Weiss aurait donné plus de fruits personnels... mais s'il se fut appartenu davantage, il aurait réalisé moins complètement ce programme d'être tout à tous qui a été l'inspiration capitale de son existence et demeurera le cachet de son originalité. »6

26N'est-ce pas la richesse de ses relations humaines qui nous vaut de trouver aujourd'hui tant d’intérêt à la lecture de son Journal, inépuisable source de renseignements sur la vie bisontine et comtoise de son temps.

***

  • 7 Eldon Kaye, Les Correspondants de Charles Weiss, Québec, Le Préambule, 1987, 540 p. (coll. Analyse (...)

27Depuis la sortie en 1981 du deuxième volume du Journal, le rayonnement de la personnalité de Charles Weiss a trouvé sa confirmation dans la parution de l'ouvrage important d'Eldon Kaye, professeur à l'Université Carleton d'Ottawa : Les Correspondants de Charles Weiss7. L'auteur a dépouillé toute la correspondance adressée au bibliothécaire et conservée à la Bibliothèque de Besançon, analysant chaque auteur de lettre et publiant le texte des pièces les plus intéressantes. Son travail et le nôtre, complémentaires, se renvoient l'un à l'autre : nous y avons puisé beaucoup de renseignements ainsi qu'en témoignent dans les notes les nombreuses références à l'ouvrage.

***

28Nous ne saurions mieux conclure cette introduction qu'en adressant nos remerciements à toutes les personnes qui nous ont aidées dans nos recherches, à la Bibliothèque de Conservation et de Prêt de Besançon, aux Archives départementales du Doubs, à la Faculté des Lettres de l'Université de Besançon, et à toutes les personnes qui nous ont aidées de leurs conseils et qui ont complété notre information.

29Nous devons une mention particulière à l’Institut d'Etudes comtoises et jurassiennes et aux Annales littéraires de l'Université de Besançon qui ont bien voulu accueillir ce travail et le publier dans la série des Cahiers d'Etudes comtoises, et à M. François Lassus, ingénieur à l'Université, qui a revu ce travail au fur et à mesure de sa rédaction, a réalisé l'index sous notre direction et a assuré l'édition de l'ouvrage.

30Le répertoire des signes utilisés dans ce volume est conforme à celui des précédents :

31<> indique une lecture hypothétique ;

32[...] remplace un mot ou des mots illisibles ;

33Les notes figurent au bas des pages.

34L'index de ce quatrième volume a été fondu dans un index général du Journal dans l'état de sa publication (chaque volume étant indiqué par son numéro en chiffres romains). Un index des principaux lieux cités, qui ne figurait pas dans les deux premiers volumes, a été réalisé afin de permettre l'homogénéité de l'instrument de travail.

Notes

1 Le Franc-Comtois : journal de Besançon et des trois départements. Notice dans Vogne, La presse périodique..., t. IV, p. 307-352. Voir p. 313 la liste des propriétaires des 82 actions : en dehors de l'imprimeur Deis (5 actions), les plus importants actionnaires en possède quatre : Weiss est parmi eux avec Perron, Pérennès, Meusy, Bulloz et Viancin — les fondateurs — ainsi que l'ancien notaire Renaud et le recteur Carbon. La journal continue à exister jusqu'en 1850, mais il a changé de commanditaires et est depuis 1845 l'organe de César Convers, homme dont on appréciera dans le présent volume du Journal les rapports conflictuels avec Weiss.

2 Voir Edmond Préclin, “La Faculté des lettres de l'université de Besançon : 1809-1919”, Annales littéraires de Franche-Comté (organe de l'Univ. de Besançon et de l'IECJ), 1947, p. 33-72. Le doyen Préclin — qui intéressa le premier madame Lepin au journal de Weiss — utilise le journal comme source essentielle de cet article, en précisant : « Pour la période comprise entre 1820 et 1865, les deux premiers volumes du Journal... constituent une source de premier ordre, vivante et sûre, avec quelques jugements discutables. »

3 Le Congrès s'est déroulé du 1er au 11 septembre 1840.

4 Pierre Hauptmann, Pierre-Joseph Proudhon : sa vie et sa pensée, Paris, Beauchesne, 1982, 1140 p. Voir notamment p. 236 une lettre de Proudhon à Bergmann exprimant ses réactions face à l'attitude de l'Académie.

5 P. Hauptmann, d'après la correspondance de Proudhon, indique (p. 276) que « le Préfet, le Supérieur du séminaire, Weiss et Pérennès l'avaient courageusement soutenu contre la cabale ».

6 Auguste Castan, “Notice sur Charles Weiss”, Mémoires de la Société d'émulation du Doubs, vol. 19, 1868.

7 Eldon Kaye, Les Correspondants de Charles Weiss, Québec, Le Préambule, 1987, 540 p. (coll. Analyse littéraire) ; diffusion en France par Les Belles Lettres, Paris.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search