Version classiqueVersion mobile

Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique

Naissance de Bloy Résurrection de Colomb

Albert Rombeaut

Texte intégral

1Il vaudrait mieux cent fois - pour ne pas sortir de la métaphore - reprendre la haute mer et risquer tous les naufrages (Sur la tombe de Huysmans, tome IV, O.C. Mercure de France p. 340).

2Il y a plus affaire à interpréter les interprétations qu'à interpréter les choses, et plus de livres sur les livres que sur autre subject : nous ne faisons que nous entregloser.

3Il fallait un révélateur pour raconter le Révélateur (Christophe Colomb devant les taureaux, tome I, O.C. Mercure de France, p. 311).

4Il me vient un soupçon : en fin de compte, Bloy n'aurait jamais vraiment parlé de Colomb, même s'il croyait le faire. Exemple d'un texte qu'une écriture emportée, sans cesse, et courant proprement après son propos, fait déborder du cadre qu'il s'était donné. Mais sont-ce des choses à dire, le jour d’un colloque consacré à Colomb...

5Quel plus définitif constat, - définitif non dans son contenu, dans sa proposition, mais dans la circularité de sa formulation-, que celui que Bloy profère, à la page 271 du Christophe Colomb devant les taureaux : "La société contemporaine est devenue un Orphelinat de Parricides" Le bilan est brutal et net : fils sans père, pères descendus au tombeau, mise en question de tout héritage... Déboussolement, aurait ajouté Bloy... Le XIXème siècle, ce vaste champ de ruines, voit s'effacer, au fil des ans, un à un, les repères que les siècles précédents avaient vu s'élever et perdurer. Cartes, instruments de mesure, astrolabes, tous désormais obsolètes, remisés. On navigue à vue, désormais, recomposant les territoires et les continents vers lesquels on vogue.

6C'est la crise dans les lettres. Chaque écrivain est un Hamlet en proie au doute. Bloy, Hamlet rouge, en témoigne à sa façon, affirmant s'installer là où personne ne vient ; là où il prétend pouvoir dire ses vérités à chacun.

7Sans doute a-t-il pensé œuvrer, avec les autres, à la béatification de Christophe Colomb ; sans doute a-t-il tenté, par dessus l'activité de ses textes, de réarmer l'Église, la religion ; encore que ses certitudes, en la matière, au fil des ans, se soient affaiblies... Nous acceptons de le croire.

8S'il y a un enjeu à son texte, c'est pour d’autres raisons.

9Mais, si on le lui avait soufflé, sans doute, Bloy aurait-il réclamé également la béatification de Napoléon... ou de Bloy lui-même.

Détails, anecdotes, menus propos

10Avant que d'évoquer Bloy, laissons parler Barbey d'Aurevilly, tout occupé, dans la préface au Révélateur du Globe, à reconstruire la généalogie de textes consacrés à Colomb et dont procède le texte même de Bloy, à en aérer le feuilleté, un tant soit peu écrasé, ratatiné par l'histoire.

11D'abord, ce furent, affirme Barbey, "de maigres notices, menteuses ou dérisoires" ; (p. 21, T.I OC) puis, "pour la première fois, la vie de Christophe Colomb fut écrite" (p. 21 op. cit.). Et Barbey de citer le nom du comte de Lorgues qui "a écrit son nom, à une telle profondeur, dans le nom de Christophe Colomb, qu'on ne peut plus lire l'un sans lire l'autre" (p. 22 op. cit.). Nom dans nom et, déjà, texte dans texte : l'origine s'éloigne.

12Reste pour l'auteur de l'Ensorcelée à faire entrer Bloy sur la scène de la lecture et de l'écriture, en un mot, sur la scène des textes.

13Dans le corps de cette préface, il signale une particularité, une singularité dont est frappé le texte du jeune écrivain, Léon Bloy : celle d'être, selon les propres mots de Barbey, un "livre sur un livre" (p. 23 op. cit.).

14Immédiatement après ce constat de l'existence d'un nouveau feuilleté, d'une nouvelle strate au texte colombien, Barbey décline les motifs de la secondarité ; Bloy, selon ses mots, est proprement "le second après le premier" (p. 23 op. cit.).

15Pour un premier livre d'un nouvel auteur, c'est bel et bien d'un livre second qu'il s'agit, d'une glose, d'une "entreglose", pour reprendre la belle expression de Montaigne.

16L'origine de la carrière littéraire de Bloy serait à chercher dans le livre d'un autre. Bloy écrirait en somme parce qu'il lit. C'était bien vu et d'autres tel Borgès après D'Aurevilly le rediront : Bloy n'a sans doute jamais rien fait d'autre, quitte à écrire, lorsque la matière à lire lui faisait défaut, entre les lignes de ses propres textes.

17Mais c'est une façon d'être original, aussi, que de commencer par être le second, dans l'ordre de la chronologie.

18Bien sûr, Barbey d'Aurevilly ne peut se contenter d'introduire Bloy, dans le monde de la littérature, par ce seul constat de secondarité.

19À quoi sert de commencer si ce commencement, d'une manière ou d'une autre, n'apporte rien de neuf ?

  • 1 Préface, par Barbey d'Aurevilly, au Révélateur du Globe, pp. 22-25, tome I des Œuvres de Léon Bloy (...)

20L'important, on s'en doute, c'est aussi de dédouaner l'entreprise bloyenne. Comment pouvait s'y prendre Barbey d'Aurevilly, sinon en pointant énergiquement le fait que le supplément bloyen est irréductible au texte du comte Roselly de Lorgues parce que, dit Barbey, "il (Bloy) a pensé sur ce sujet, en son propre et privé nom, avec une profondeur et une énergie nouvelles"1.

21J'évoquais tout à l'heure le XIXème siècle et les repères qui s'effaçaient. Barbey, en dépit de la tonalité tonitruante qui est la sienne, ne fait que re-marquer, presque sans mesurer l'importance de la remarque, que la question de l'écriture est liée, désormais, à des stratifications, à des emboîtements de noms, à des scènes d'appropriation : à Bloy dans Lorgues et Lorgues dans Colomb, comme autant d'accouplements textuels monstrueux... La littérature, pour changer de métaphore, se nourrirait d'elle-même. Ou, pour le dire encore autrement, parti à la découverte de la chose même - ici Colomb -, une littérature ne ferait que s'aventurer dans l'océan des textes, dans la bibliothèque de Babel. On le voit : une telle entreprise s'ignore à proportion qu'elle se métaphorise.

22Je retiens, de la préface de Barbey, que l'ajout bloyen d'une couche, au texte de Colomb ; que le supplément de pâte que la patte de Bloy apporte, tout à la fois, à Colomb et à ColombLorgué, (Nous n'oublions pas tous les autres, Colomb-Irvingué ; Colomb-Cooperisé ; Colomb-Lamartinisé ; Colomb-Julesvernisé ; Colomb-Humboldtisé ; entre les lignes desquels Bloy ira fouiller et feuilleter...), est un supplément par lequel Bloy se réapproprie les textes, y allant de sa marque, de son estampille, de son nom propre à des fins d'altération.

23Le Révélateur du Globe, en plus de révéler, tout à la fois, le rôle de Colomb, le texte du comte Roselly de Lorgues, aura contribué à révéler, en plus, l'écrivain Léon Bloy.

24Bloy est dans ce texte.

25Je retiens également que la préface aurevyllienne, pour décrire le travail bloyen, le procès d'appropriation des textes, va le traiter selon la logique de deux systèmes métaphoriques : celui du bond et de l'élan ; le texte de Lorgues jouant le rôle d'un "tremplin" d'où "un robuste esprit s'est élancé à une hauteur dont s'étonneront certainement ceux qui ne sont pas capables de le mesurer" (p. 23 op. cit.).

26Soit. L'important, sans doute, c'est de constater que la métaphore de l'élan va elle-même faiblir et céder la place à la métaphore de l'embrasement : "première étincelle" d'une préface qui fera "luire" un nouveau talent destiné à tout "embraser". Il est vrai, affirme Barbey d'Aurevilly, que Léon Bloy est "un esprit de feu" dont le livre mérite la qualification de mystique. Or, c'est au feu de cette mystique-là, à cette "lueur allumée au foyer de l'Amour" divin que, selon Barbey, Bloy s'éclairera pour creuser "plus avant que l'histoire du comte Roselly de Lorgues dans les entrailles de la réalité divine" (p. 24 op. cit.).

27Un "feu" qui "creuse" et qui plus est dans des entrailles...

28Est-ce à dire que Barbey d'Aurevilly, ce jour-là, contrôlait si peu son écriture qu'il y laisse la dysphorie piétiner les plus beaux parterres de fleurs de rhétorique ou, au contraire, faut-il lui faire crédit d'un coup d'œil exercé ? Après tout, ces deux régies, ces deux systèmes métaphoriques sont ceux que le texte bloyen va mettre en œuvre pour faire quitter au nom de Colomb, le sol trop plat des discours convenus, pour l'extraire de la gangue glacée des interprétations réductrices et le chauffer au rouge.

29L'important, pour nous, c'est que, ce disant, Barbey, non seulement nous prévient que le "privé" et le "propre" bloyens ont plus à voir avec une manière qu'avec un contenu mais encore que ce "privé" et "propre" aurait des liens marqués avec la mise à feu, avec l'étincelle et la lumière.

30Mais ce n'est pas, vous en conviendrez, un mince paradoxe que de laisser pressentir le propre et le privé à l'aide des instruments altérant de la métaphore. L'écriture, ne cessant, pour s'approcher d'elle-même, d'avoir à s'éloigner, à l'altérer, à se travestir, à se figurer, irrémédiablement, irrévocablement autre.

31Quittons un instant l'année 1884 et allons jusqu'au 21 avril 1890.

32Ce jour-là, dans une lettre à madame Thuillier, Bloy fait le récit de la façon dont Jeanne Molbech, sa future fiancée et femme, a appris à le connaître. Je laisse Bloy raconter :

"Quand elle me rencontra, elle ne savait rien de moi. (...).

  • 2 Lettre du 21 avril 1890 à Henriette Thuiller, in Lettres aux Montchal, volume II, page 479, Typogr (...)

Quelques jours après, ayant eu l'occasion de parler de moi à Mlle Réad, celle-ci lui prêta Le Révélateur qui fut pour elle un coup de surprise et un éblouissement. Elle voulut me connaître et nous eûmes ensemble une longue conversation dans laquelle nous nous apparûmes l’un à l'autre."2.

33La future madame Bloy a été la victime, sans doute consentante, d'un coup bloyen : il séduit par l'écrit. Et le coup qu'elle en reçoit est comme la foudre. Les écailles lui tombent : elle voit. Bloy, en un instant, est passé de l'incognito à la connaissance, via un éblouissement que procure une lecture et un livre.

  • 3 Vingt ans plus tard, il semble que le nom de Colomb fasse toujours aussi bien venir celui de Bloy. (...)

34Il semble que le Révélateur serve avant tout à révéler son auteur3. Tout Bloy, à cette époque, est dans ses livres ; son livre. C'est ce que Barbey d'Aurevilly appelait le propre et le privé nom. Le Révélateur du Globe, en plus de Colomb, dit la vérité de Bloy ; du Bloy public et du Bloy privé.

35Bloy parle de Colomb en son nom ; ce qui semble, de moins en moins, être le cas du comte de Lorgues, car, quelques années plus tard, amené à relire le texte du postulateur, Bloy, à la date du 19 octobre 1901, dans son Journal, avoue sa déception :

  • 4 Journal tome II, pp. 74-75, Mercure de France.

"Rebutés (les Bloy, lui et sa femme, lisent ensemble), dégoûtés d'abord par l'odieux poncif de l'écrivain, la beauté de cette Vie exceptionnelle nous saisit bientôt (...). Miracle d'un livre, absolument médiocre par la forme, néanmoins tout-puissant sur l'âme."4.

36Ce que Bloy a, le comte en manque.

37C'est un peu de cela qui se partage si mal que je voudrais parler.

38Le révélateur du globe révèlerait plus qu'il n'y paraît à première lecture. Il révèle plus qu'on ne pourrait le supposer. Il inclurait, en son corps textuel, un supplément, pas forcément visible, pas forcément lisible : ce supplément, appelons-le, par commodité, le corps bloyen.

39Du Colomb de Lorgues au Colomb de Bloy, il y aurait moins un écart de contenu qu'un écart, irréductible, dans l'ordre de la forme. On peut compter, dit Bloy, sur l'inaltérabilité de Colomb qui, de toutes façons, reste intact, intègre.

40C'est une constante chez Bloy que de re-marquer cette différence - entre une forme qui renvoie immédiatement au sens et une autre qui ne renverrait qu'à la signification C'est cette remarque, toujours reportée dans le texte même, qui fonde l'entreprise bloyenne, elle-même, jusque dans sa souffrance.

41Ainsi, à la date du 4 avril 1903, Bloy cherche, dans Saint-Augustin, un commentaire sur la résurrection de Lazare - retenez ce nom ; il n'est pas "innocent" comme on dit-. Bloy est forcé de constater qu'il "ne trouve rien" que c'est "Toujours l'exégèse morale comme dans la plupart des Pères". À ce moment de sa déception, Bloy ajoute :

"L'autre exégèse n'est aperçue que chez quelques visionnaires et encore si faiblement !... Cette science, telle que je l'ai conçue ou inventée, partant de ce point que l'Écriture - c'est à dire la Vulgate - n'est que l'Autobiographie divine, peut et doit se définir : l'Illumination, lieu d'embarquement de tout enseignement théologique et mystique." (Journal tome II, p. 160).

42Soyons sensible au motif "colombien" par lequel Bloy termine sa remarque. L'autre exégèse, celle dont Bloy se dit l'inventeur - comptez combien de fois Colomb est appelé "l'inventeur du Nouveau Monde" - ne peut être assimilée qu'à un embarquement.

43Ce que Bloy dénonce, chez Augustin, c'est une fermeture du texte sur lui-même et l'interdiction tacitement contenue dans la circulation claire et chrétienne du code que l'on puisse y aller de la glose. Saint-Augustin ne donne que ce que l'on sait déjà. Bloy cherche à penser ceci : qu'il serait possible de donner ce que l'on cherche et qu'on n'a pas encore trouvé.

44Toujours dans le journal bloyen, mais à la date du 2 mai 1895, Bloy avait déjà installé le même dispositif : "Lecture de la Vie de saint Antoine de Padoue, par le père de Chérancé. Il faut vraiment aimer les saints pour avaler des livres si médiocres (...).

45À la réflexion, cette plainte n'est pas digne de moi, l'auteur du Fou, dans le Brelan d'Excommuniés. Car voici le mystère : Jésus n'a vaincu le monde qu'"en apparence", et il est le Pauvre. Les magnificences de l'Art ne lui conviennent pas. La littérature pouilleuse des livres de dévotion dont il est forcé de se contenter, jusqu'à la venue du Vagabond, est, par conséquent, une sorte de langue misérable, ignominieuse, divinement appropriée à sa condition ; (...)" (Journal, tome I, pp. 160-161).

46À Colomb, inventeur et créateur d'un nouveau monde, révélateur du globe, opérateur de l'ouverture, de l'embarquement, il faut un écrivain de la splendeur, une sorte d'élu que le comte de Lorgues n'est pas.

47Ce dont Colomb témoigne, avant tout, au titre de messager, c'est que rien n'est achevé et surtout pas le Texte. "Colomb" a donc un double statut : un seul et même nom propre, celui de Colomb indexe deux ensembles qui, de ce fait, communiquent : un ensemble de "faits historiquement attestés" dont le sens n'a pas encore été dit ; mais également, surtout, par analogie - poétiquement en somme - un dispositif d'interprétation. Bloy reverse au crédit de la thèse d'un non-clôture du Sens, la mise en évidence par Colomb de l'inachèvement terrestre. En cela, soutient Bloy, Colomb, "humiliait en plusieurs points essentiels le despotisme scolastique d'une exégèse inflexible où la Lettre des Saints Livres étouffait l'Esprit du Seigneur." (op. cit. p. 32). À une représentation canonique du Texte comme ensemble "figé" de "formules" et de "sentences" - pour un peu, par anticipation, Bloy dirait lieu commun-, Bloy oppose donc le coup de force de Colomb, proprement facteur, au double sens de messager et d'opérateur, d'une découverte inaugurale, propre, en un sens, à décevoir ceux qui étaient assis dans la "certitude que toutes les révélations divines étaient consommées." (op. cit. p. 34) Que la Terre manquât à sa totalité, qu'elle pût s'augmenter d'autant, n'est qu'une traduction, la métaphore d'un autre défaut concernant le Texte.

48Le sens de la découverte de Colomb n'est pas à raconter comme le pense et le fait le comte de Lorgues, il est à "deviner" comme le soutient Bloy.

49Pour nous en convaincre, allons encore une fois jusqu'au journal de Bloy, cette fois, à la date du 15 juin 1904, à distance du Révélateur du Globe - mais la distance et non l'attenance est la loi de la reprise bloyenne -. Bloy y consigne un "Apologue explicatif de l'insuccès de tous (ses) livres depuis vingt ans". Notez que vingt ans, c'est ce qui sépare très exactement l'apologue du Révélateur. Amorcé par un rappel du voyage de Colomb, l'apologue décrit l'entreprise à laquelle s'est engagée Bloy comme un voyage. Mais à la différence du voyage colombien assuré d'un aboutissement, susceptible d'être achevé, bouclé par un retour, le voyage bloyen, celui qu'entreprend le "promulgateur de l'absolu" est un voyage sans retour qui l'engage progressivement dans le dénuement, dans l'abandon. Et l'apologue de conclure que "Le téméraire cherche ses compagnons. Il comprend alors que c'est le bon plaisir de Dieu qu'il soit seul parmi les tourments et il va dans l'immensité noire, portant devant lui son cœur comme un flambeau." (Journal, tome II, pp. 236-237).

50Le Révélateur du Globe était le point de départ de l'entreprise Moyenne, le point de départ d'un voyage qui ne s'achèvera pas et qui, contre tous les vents et toutes les marées, doit se poursuivre dans l'Océan sans bord du sens et de l'interprétation.

51Poser comme thèse - théologique, sémantique, poétique - que tout n'a pas été dit, que les significations sont condamnées à se durcir en lieux communs par - je cite Bloy qui se confie à l'abbé Cornuau, dans une lettre du 19 décembre 1909 - "la rigide Écriture", qu'un texte, par conséquent, ne saurait être autre chose qu'une mise en forme provisoire, circonstancielle, de figures, c'est annoncer la mise en souffrance du texte, le renvoi sine die de tout règlement de comptes, et clairement réinscrire dans le geste de lecture, l'obligation, proprement crucifiante, - Ah ! Si on pouvait comprendre ce que Dieu fait, sans doute, on mourrait d'admiration. N'y comprenant rien, on meurt de chagrin" (Journal tome II, 20 juin 1902) du dévoiement, du déplacement des figures vers les figures, de la métaphorisation à outrance.

52Une pareille entreprise - la révélation de la révélation - ne peut être qu'une entreprise de profération. Le cri est la seule manière de répondre à l'inversion historique que Bloy discerne dans la prééminence accordée à l'écriture : "Le Messie - ajoute-t-il dans l'article intitulé L'idole des Mouches (Belluaires et Porchers, O.C. tome II, p. 240) ne s'appellera plus le Verbe, il se nomme désormais la Phrase. C'est la caricature de l'infini, c'est l'infécondité même déclarant son antagonisme à la Parole Initial qui fit éclater les douves de l'ancien chaos."

53Tout familier de Bloy sait de quelle manière l'auteur du Désespéré rêve et pense et représente son écriture : sur le modèle du cri, de la profération prophétique.

54En 1884, au moment du révélateur, Bloy n'a pas encore complètement installé le dispositif biographico-proférateur dont il va compléter, par l'intérieur, chacun de ses textes. Six ans plus tard, au moment du Christophe Colomb devant les taureaux, ce dispositif est, en revanche, installé dès la "notification préalable aux spadassins du silence" : l'exégète s'y présente victime de la "croisade de l'inattention", de "l'ignominie", s'affirme condamné à la "quarantaine" et mis au "ban". L'interprétation, la remise en circulation des figures, la quête du sens se paie de l'exclusion. À Bloy comme à Colomb, les affres de l'exil.

55Il n'en reste pas moins que l'écriture interprétative, celle qui honore tout à la fois et rend possible la mise en mouvement des figures, la libération des significations, est systématiquement décrite sous les deux aspects de l'élan et de la flamme, de l'envol et de l'embrasement. Bientôt, de l'éclair qui concentre les motifs du mouvement, de l’illumination et celui de la déflagration, Bloy glissera à une représentation de l'écrit strictement asservie à la métaphore du cri.

56Il n'est pas indifférent que le texte et l'entreprise bloyenne se laisse, par lui, décrire comme vocifération : le cri est l'autre versant de l'élection.

57C'est une voix qui se doit d'ouvrir le code chrétien, pour le coup, suspect d'être une entreprise d'offuscation, du repliement du texte sur le code, c'est-à-dire, les significations convenues.

58S'embarquer sur l'océan - le vrai ou celui des textes - ; révéler le Nouveau Monde ou révéler le Sens ; écrire, figurativement l'Histoire divine ou faire œuvre d'éxégète ; se voir confisquer sa découverte ou souffrir la "Conspiration du Silence" ; vivre en exil ou être un mendiant, fût-il ingrat ; autant de traits que Colomb partage avec Bloy. Jeux de miroir et de doublures : Barbey d'Aurevilly et Mlle Molbech avaient bien vu : le Révélateur du Globe révèle qui surtout qui le révèle, en "son propre et privé nom".

De la nécessité du nom

59Existe-t-il une méthode bloyenne pour écrire l'histoire ? Non, au sens strict et reçu de ce dernier mot. A un correspondant épistolaire qui le pressait d'interpréter dieu sait quel événement historique, Bloy, en 1913, répondait : "Elle (ma femme) vous a fait croire que j'avais inventé le fil à couper le beurre historique et que j'étais en état de répondre à diverses questions, lumineusement. Vous vous êtes embarqué sur ce bateau". (Journal, 31 août 1913, Mercure de France, tome IV, p. 37). On aura remarqué la récurrence du motif : pour Bloy, décidément, histoire, interprétation et traversée sont des motifs qui nécessairement s'appellent.

60Bloy le répète sur tous les tons, sa méthode est la rêverie, la poésie : "Non seulement je ne suis pas historien, mais j'ignore l'histoire. Il faut voir en moi une sorte de rêveur, de visionnaire, si vous voulez, mais rien d'autre." (Journal, tome IV, p. 37, 31/08/1913) ce que nous pourrions traduire par aptitude à la lecture flottante, à l'association, à la mise en communication.

61Pour mettre en branle sa rêverie, l'exégète a besoin d'un matériau. Elle exige un nom ; électivement un nom propre, un patronyme.

62Mais ce qui fait l'affaire, par dessus tout, c'est le nom historique. Qu'est-ce qu'un nom historique ? Le texte bloyen en fait le nom d'un mort.

63Toutes les œuvres littéraires du XIXème siècle démontrent jusqu'à satiété combien il est difficile, éprouvant de porter le nom, de le donner, de le transmettre ou d'en hériter. C'est dans cette problématique générale qu'il faudrait replacer le texte bloyen. Nous n'en n’avons aujourd'hui ni le temps ni la place. Néanmoins, elle restera l'horizon de notre intervention.

64Or, la mort est une opération de décollement. De tout personnage historique, on peut dire, comme le fils de Louis XVI qu'il a été décapité de son nom. Et cette décapitation, véritable allègement pondéral, donne une nouvelle vie au nom, ne l'assigne plus à un corps, partant à une personne. Le nom peut vivre d'une vie propre. C'est à cette vie-là que songe Bloy, lorsqu'après avoir rapproché la légende de Saint Christophe de l'histoire de Colomb, il met en évidence que toute opération d'attraction, de rapprochement, de mise en contiguïté des faits ne se fait, à la lettre, qu'au nom du nom. C'est lui, véritable Hermés du texte, qui répond du Sens. Lisons, à la page 96 du Révélateur du Globe : "Cette représentation n'étant nullement applicable aux événements de la vie de saint Christophe, évidemment elle ne saurait porter que sur son nom. [-Proust n'est pas si loin-] Or, on a donné à ce nom, réellement symbolique, une expression qui ne pouvant concerner le passé, nécessairement alors regarde l'avenir".

65Qu'est ce que Colomb ? Qu'est-ce que Christophe ? Ouvrons la caisse découverte à la page 142 du Révélateur du Globe : "A l'exception d'un petit nombre d'os passablement conservés, tout était en poussière." (op. cit. p. 142). Voilà Colomb réduit à rien sinon à son nom, étrangement gravé, à l'extérieur comme à l'intérieur de la caisse, attendant une ouverture, une libération qui le fera accéder au "registre de la Lumière" comme il est dit dans L'Âme de Napoléon (L'Âme de Napoléon, tome V, O.C. Mercure de France, p. 273).

66Régie absolue : "toute balayure de l'éternité a un nom" (Le Révélateur du Globe, tome I, O.C. Mercure de France, p. 142). Et c'est sur la caisse, le cercueil, la tombe que le nom se démarque du corps, qu'il devient texte, la lame tombale faisant tout à la fois office de couteau et de page. Bloy le répète : "on a jamais pu s'empêcher d'écrire sur les sépulcres des paroles d'immortalité." (op. cit. p. 143).

67C'est par le nom que la personne, en milieu bloyen, devient figure, accède donc au registre des inscriptions, du texte. Le nom libéré fonde l'interprétabilité des personnes, de leurs actes et paroles.

68C'est que, le nom, une fois affranchi, peut circuler, assurer les rapprochements, permettre ces "analogies historiques" (op. cit. p. 131) par lesquelles "l'esprit humain remonte et parcourt intuitivement l'immense procession des faits importants, par dessus toutes les séries intermédiaires des agitations de l'histoire." (op. cit. p. 131).

69Allégé du corps, le nom devient un vecteur ; il court, il vole selon les lignes de force d'une "loi spirituelle identique à la loi physique d'attraction des mondes" (op. cit. p. 55).

70Merveille de Colomb : il porte un nom d'oiseau. Bloy l'explique : "la terre n'a jamais aimé que ceux qui la dominent, ceux qui planent, qu'ils soient aigles ou colombes" (op. cit. p. 70) La citation en oublie un, vers lequel, vole, au-dessus des siècles, la colombe, c'est le pape auquel le bonheur du texte donne le nom de Pie. Il ne manquait que l’œuf. Mais Pie a le sien comme Colomb. Pie en est un : "...les papes sont, en une manière, élus et couvés par l'oiseau baptismal" (op. cit. p. 54) "Couvés" est en italique dans le texte... La loi du rapprochement est catholique ; l'analogie et l’attraction sont des opérateurs universels ; leur champ d'application est la langue.

Les offuscateurs

71Dans le texte bloyen, une voix prévient, sans cesse, que toute possibilité interprétative est sous le coup d'une menace : celle d'une offuscation.

72Ténèbres est le terme générique que l'énonciateur bloyen utilise pour désigner, selon une métaphorique généralisante, englobante, le procès d'offuscation auquel, consciemment ou non, volontairement ou non, les suppôts de celui que Bloy nomme le "Prince du monde" donnent la main. Si ce dernier ceint la terre de ses bras, c'est pour l'offusquer également et l'entourer d'une "mare Tenebrosum" (op. cit p. 37). A chaque révélateur, son offuscateur ; à Colomb tout comme à Bloy.

73L'offuscateur est, par inversion, l'anti-exégète. Mais là, où l'exégète travaille, électivement, dans la solitude, l'offuscateur opère en équipe, pour un travail de nuit.

74Nombreux est l'autre nom de l'offuscateur.

75C'est dire qu'en milieu bloyen, l'interprétation prend nécessairement la forme d'un combat.

76En bas, dans les ténèbres, petit et rapetissant tout ce qu'il touche, l'offuscateur est un personnage, une figure plutôt, un des types de cette typologie bloyenne, encore à construire et qui compte dans ses rangs, par exemple, les types de l'artiste, du saint, du bourgeois, ou de la femme. Ces types proprement "discursifs", ces entités conceptuelles, interactives, énonciatrices et gestionnaires de textes qui trouvent, çà et là, à s'incarner, dans des figures historiques ou romanesques, s'agitent, selon leur particularité, sur la scène bloyenne des textes, de l'interprétation et du Sens.

77Le texte bloyen est agonique : sans cesse, préoccupé de convoquer d'autres textes, qu'il arraisonne, pille, découpe, fouille, résume, cite, déforme, évalue et altère.

78Tout titre est l'indice d'un champ clos, (Léon Bloy devant les cochons ; les funérailles du naturalisme, Christophe Colomb devant les taureaux, Belluaires et Porchers, Le Pal, Les Propos d'un entrepreneur de démolitions, etc...) tout texte, un champ clos qui exhibe les dépouilles opimes d'une guerre des textes.

79Polémique, l'exégèse bloyenne affronte deux types d'offuscateurs que je qualifierai d'intrinsèque et d'extrinsèque.

80L'offuscateur extrinsèque est celui qui empêche la diffusion ou réception de l'interprétation bloyenne. Ainsi des journaux catholiques français qui s'ils "ne déclarent pas la guerre à Christophe Colomb à la manière de l'abbé Sanguinetti (...) se taisent simplement - d'une manière absolue. Ils n'ont jamais parlé du projet avant le concile du Vatican et ils n’en ont jamais parlé depuis" (p. 183). L'offuscateur extrinsèque est celui qui noie le livre "au milieu d'une marée d'autres livres. Le lecteur, généralement superficiel (...) ne le distingue pas des autres flots littéraires et, par la suite, se dispense, d'autant plus volontiers de le lire qu'il le connaît déjà par le titre (...) au milieu d'une foule de titres" (p. 184). Dans les deux cas, l'offuscateur prive un nom, une figure, de l'espace de déploiement d'un texte par l’annulation, l'effacement silencieux de ce texte.

81L'offuscateur intrinsèque est celui dont les propres lectures et interprétations concurrencent l'interprétation bloyenne.

82À quoi reconnaît-on, selon Bloy, un offuscateur intrinsèque ? Bloy, parmi divers critères, privilégie les suivants.

83D'abord, l'offuscateur intrinsèque se déclare propriétaire. Il affirme sa juridiction sur un nom, sur un texte, qu'il prétend, pour reprendre un terme bloyen, pouvoir "annexer". "On ne saurait insister,-prévient Bloy, sur le zèle extrême qui pousse les ennemis de la Papauté à s'emparer de toutes forces du nom de Colomb." (op. cit. p. 79) Vol offuscant du nom.

84En quoi consiste cette offuscation ? C'est un geste de réduction ou de contextualisation. Dans les deux cas, Bloy y discerne l'opération d'une lecture "subjective" (pp. 85-86) qui réduit l'extensivité d'un texte, les capacités de flottement et d'associativité de ses figures à l'étroitesse de la tête de lecture. Ce faisant, soutient Bloy, "l'intelligence humaine dépossédée de l'a priori théologique, a désormais son absurde siège à la base d'un angle de vision épouvantablement aigu" et ne peut donc que s'enfoncer "dans un rapetissement de plus en plus moléculaire de son champ d'observation et d'analyse éternelle" (op. cit. p. 84).

85La réduction, "couperet infatigable", consiste en un repliement du nom sur moins que lui : c'est l'école du document qui s'y affaire.

86La contextualisation, geste qui n’est pas exclusif du précédent viserait, lui, à placer le nom dans un contexte dégradant et, par conséquent, offuscant. Et Bloy de stigmatiser "l'outrage commis par le gouvernement piémontais en plaçant son effigie (celle de Colomb) en face de celle de Cavour, sur des billets de banque." (op. cit. p 78). Cela revient, affirme Bloy, à "prostituer" le nom de Colomb, à le "souiller" (op. cit. p. 78).

87À celui qui calcule, sans fin la valeur d'usage, la valeur opératoire du nom de Colomb, il est insupportable qu'on n'attribue à ce nom qu’une valeur marchande, qu'une valeur d'échange. Si le discours bloyen ressortit, ici, au genre de la condamnation morale, il serait regrettable de ne pas mesurer que derrière la condamnation, c'est la possibilité d'une contextualisation illimitée qui veut s'affirmer. À la réduction du nom, à son repliement restrictif sur le profane et le contemporain - ce que Bloy appelle "l'attenant" - (op. cit. p. 169), Bloy maintient ouverte l'opération antagoniste de l'association libre, à distance, d'une lecture à empan maximal ; ce faisant, il donne au nom propre le statut d'énigme dont il pourra se faire l'Œdipe victorieux.

88En outre, l'offuscateur reste invariablement fixé, métaphoriquement, au sol. "En général, prévient Bloy à propos de l'abbé Sanguinetti, il préfère qu'on rampe. Dans ce cas, il n'est pas obligé de lever les yeux au ciel et c'est autant de gagné pour cet aruspice de mensonges." (p. 163). Plus loin, Bloy inaugure un des chapitres du Révélateur par cette formule : "Et maintenant, voici trois mille marches. Nous allons descendre comme on n'est jamais descendu. Nous allons descendre de Lamartine à M. Armand de Pontmartin et à la presse catholique française" (p. 183).

89À force de descendre, on arrive au sol, ce lieu d'implantation intellectuelle des adversaires de l'interprétation, là où, par exemple, Armand de Pontmartin, désigné comme "l'auteur des Contes d’un Planteur de Choux" vient "se poser en face de ce Planteur de Croix que fut l'Amplificateur de la Création" (p 188). Le sol désigne l'absence d'élan, d'envol.

90Enfin, l'offuscateur est un extincteur : il ne saurait travailler qu'à noircir. Une fois de plus, il s'agit moins d'une condamnation morale - même si le texte bloyen la comprend aussi - que la stigmatisation d'opérations visant à éteindre les feux de la compréhension. Bloy y revient, sans cesse, des dizaines et des dizaines de fois, variant à peine les formules. Et, à l'aide d'un même appareil lexical, il montre Colomb en lutte contre les Ténèbres (d'ordre matérielles ou humaines qui s'opposent à son entreprise) et l'interpète en lutte contre les offuscateurs. Même lexique donc même combat. Colomb finit par n'être que la pré-figuration de l'interprète ; à moins que ce ne soit le contraire : l'interprète illustrant la quête combienne. Mais est-ce important de décider d'un ordre de précession alors que, le texte bloyen, de toute l'intensité de son fonctionnement, proteste : il n’y a que reversion, version, reprise et rotation. Colomb est le "vainqueur de cet Océan inconnu (...) nommé MER TÉNÉBREUSE" (op. cit. p. 136) Il s'enfonça dans cet "Occident redoutable que l'ignorance de son siècle supposait ténébreux et barré" (op. cit. p. 49). Colomb porte, au front des ténèbres, le "flambeau" de la révélation. Au comte de Lorgues d'abord, à Bloy ensuite de combattre les ténèbres accumulées par l'histoire et les textes : "le crépuscule boréal de Schiller" (op. cit. p. 133), le "déluge d'obscurité" des interprétations, la "pénombre lactée" (op. cit. p. 179) de Lamartine, le "cloaque des opinions basses" (op. cit. p. 168) ou encore les "parties ténébreuses du vaste palais de l'intelligence" (op. cit. p. 16) de l'abbé Sanguinetti. Colomb a, sans doute, découvert l'Amérique. Π a plus sûrement encore donné son nom à une nouvelle forme de lecture.

91En 1907, longtemps après la rédaction du Révélateur, trois ans après Colomb devant les taureaux, Bloy s'attelle à la rédaction de Celle qui pleure. À un bienfaiteur qui l'a secouru, il se confie : "Pour tout vous dire, je vais à la Salette comme Christophe Colomb à la découverte du Nouveau-Monde, avec peu de vivres et un équipage dont je ne suis pas très-sûr, mais dans la plénière et constante volonté de périr parmi les tourments si cela est nécessaire ou seulement profitable." (Journal, tome II, O.C., 5 février 1907, p. 337, Mercure de France).

92En tous les cas, noire, basse, éteinte, la lecture de l'offuscateur, nul familier du texte bloyen ne s'en étonnera, peut, dès lors que la purge polémique a été administrée, apparaître pour ce qu'elle est : un excrément ; un corps mort ; le caput mortuum des alchimistes.

Lazare veni foras

93Faisons sonner le tocsin.

94Dans son texte Constantinople et Byzance, Bloy qui affirmait, par ailleurs, avoir "l'imagination tumulaire" le confesse : "L'histoire est pour moi comme une ruine".

95Le 7 février 1905, dans son journal, Bloy, de retour de la messe, notait cette remarque : "La résurrection de Lazare est l'histoire de tout le monde" (Journal, tome II, O.C. Mercure de France, p. 251). L'histoire de Lazare, l'histoire qu'on raconte au nom de Lazare, si formidablement capable d'extensivité, de compréhension, est donc aussi l'histoire du fils de Louis XVI, celle de Napoléon, de Marie-Antoinette, ou de Christophe Colomb.

96Il est vrai que l’exégète bloyen, au moment de rencontrer un de ces noms historiques, ainsi que les textes qui lui sont associés, submergé par la mélancolie la plus noire, se sent dans les parages de la mort. Un seul exemple : il concerne Louis XVII. Occupé à lire un texte consacré à ce personnage, Bloy rappelle ceci : "Ce drame qui ne ressemble à aucun drame, je le lus donc, par une nuit de mai fort lugubre, dans un lieu très solitaire, étant assis à l'ombre de la mort" (Le fils de Louis XVI, tome V, O.C. p. 11). Cette femme aimée désormais morte rappelle, par contagion, la mort de ses enfants dont Bloy retrouve le souvenir au moment de conclure son livre : "(...) j'ai posé devant mon âme les petits cercueils de mes enfants morts de ma misère (...)" (op. cit. p. 155).

97Les morts appellent les morts. Et les textes de Bloy finissent par constituer une vaste nécropole, un obituaire où, çà et là, se rencontrent, presque effacés sur des stèles, des noms propres. Les titres des œuvres bloyennes composent un singulier monument aux morts. Qu'on en juge : Les Funérailles du Naturalisme ; La Résurrection de Villiers de l'Isle-Adam ; Sur la tombe de Huysmans ; La Rhétorique du suicide ; Rossignol des Catacombes ; Sépulcres blanchis, La chevalière de la mort. Ici on assassine des gands hommes... Que serait-ce si on se mêlait d'aller dans le détail !

98Qu'il se fasse contempteur de son siècle, l'évaluateur de la littérature ou l'interprète de l'histoire, l'exégète commence toujours par mesurer l’ampleur et l'irréversibilité des "dégâts" accomplis par la mort. "En ce moment, affirme Bloy, - mais il aura inlassablement cadenassé le temps qui passe, en bloquant son cours sur l'instant, le moment où le constat de la mort s'impose-, "En ce moment, disait-il, on ne voit plus rien d'aucun côté et la pensée humaine est environnée d’un silence tel qu'on a l'air de faire la veillée des morts autour du cercueil de la société chrétienne" (op. cit. p. 85).

99Que fait Bloy, s'agissant de Colomb, déjà forcément mort, sinon que dresser la liste des secondes morts infligées à lui par les ennemis du Sens, par les offuscateurs.

100Comment tue-t-on une seconde fois ? Par le silence, par l'oubli, par l'interprétation calomnieuse, celle qui bloque le sens et le réduit à des formules, des sentences, des lieux communs ! Cette seconde mort qui fait durer la première et l'installe dans un suspens interminable est plus importante que la première. L'offuscateur, scandaleusement responsable d'une entreprise de re-mortification interdit la seconde vie de Colomb. Offusquer, c'est empêcher que Colomb puisse être appelé Lazare, qui est, redisons-le, le nom de "tout le monde".

101Aussi la vraie mort de Colomb ne date-t-elle pas de l'année 1506, mais recommence sans cesse. 1506 perdure en 1884. Pour parodier le titre qu'il donna à l'un de ses textes, "on n'assassine" toujours des "grands hommes".

102Et Colomb souffre toujours de la mort, de la mortification... "(...) voilà tout à l'heure quatre cents ans que ce cadavre gigantesque est étendu sur une dalle glacée de la morgue de Castille" (op. cit. p. 87). La mort de Colomb est en souffrance.

103En conséquence, toute guerre des textes et des interprétations, en milieu bloyen, concerne le Passé et les traitements opposés que les textes lui font subir. C'est bien d'une guerre d'appropriation des restes qu'il s'agit.

104Bloy a donc à retrouver les restes de Colomb, ceux que détient le Passé et ceux que dispersent les ennemis du Sens.

105Que le révélateur du globe ne soit pas mort comme le proclament ses ennemis, l'épisode du double cercueil, significativement placé par Bloy à la fin de la partie consacrée à la biographie colombienne, le prouve à sa façon. À la manière de la thèse des deux corps du roi, Colomb a deux corps et deux tombes. Simulacre de corps et de cercueil dans un cas ; vrai corps et vrai cercueil dans l'autre. Le second corps va fonder, en dernière instance, la possibilité de l'interprétation. La démonstration est simple : "Si, véritablement, il pouvait être prouvé que les restes de l'Amiral sont à la Havane, ils continueraient d'y être honorés comme les débris inconnus qu'on y transporta en 1795, l'ont été jusqu'à cette heure (...)" (op. cit. p. 141).

106Ce premier corps referme l'histoire et l'interprétation. En revanche, le nouveau corps, la nouvelle tombe, permettent d'affirmer que le révélateur "vient à peine de commencer authentiquement le noviciat de son propre tombeau" (op. cit. p. 143). Les trois motifs du propre, du vrai et du commencement coïncident : paradoxalement, un corps mort, enfin mort, fonde la possibilité de ce qu'il faut bien appeler une résurrection. Le nouveau mort, le double du mort débloque la situation : le tombeau va pouvoir s'ouvrir. Et Bloy toujours écrit dans l'intervalle entre l'après-midi de la crucifiction et le jour de la résurrection.

107C'est d'un programme d'écriture, doublé d'un programme idéologique, qu'il s'agit, auquel Bloy, çà et là, dans son œuvre, donne la présentation systématique d'un manifeste - par exemple, pour ne citer que lui, le texte L'enthousiasme en art, préface aux Propos d'un Entrepreneur de démolitions - ou qu'il pratique, dès l'année 1875, dans un texte consacré à Barbey d'Aurevilly et intitulé La Méduse-Astruc.

108La matière sur laquelle l'éxégète exerce son art, c'est une matière morte : du fait des circonstances - 1506 est antérieur à 1884 - ; du fait de l'état avancé de décomposition de la société, ce "corps mort que le seul grouillement de ses entrailles fait paraître encore vivant et sur lequel pleure silencieusement la Mère de Celui qui ressuscita Lazare" (La Chevalière de la Mort, tome V, O.C. Mercure de France, p. 93).

109Déjà cadavérique, le corps mort de la société travaille à oublier, à enterrer, pour s'assurer que "le temps passé ne revient pas", comme le prétend un des lieux communs que Bloy recense. L'Histoire est en enjeu. Elle est toujours menacée par ceux qui veulent la cadavériser encore plus, soit en la raidissant en formules figées soit en la décomposant et en la putréfiant encore plus. La mort bloque la mort.

110Or, affirme Bloy, le passé revient : la mort travaille énergiquement. Les analogies ou les coïncidences le raniment, fugacement comme autant de "flèches de lumière dardées dans une catacombe" (Le Révélateur du Globe, p. 131), "lorsque tel ou tel événement contemporain en rappelle d'autres avec trop de précision" (Exégèse des Lieux communs, tome V, O.C. Mercure de France, p. 278). Mais, surtout, de temps à autre, des élus vocifèrent et affirment que le passé n'est pas un tombeau clos.

111L'effraction à laquelle ces élus - "Œdipe de la sainte simplicité qui vont droit au Sphynx intégral du Passé" (Le Révélateur du Globe, p. 85) se livrent, cette exploration du caveau, cette résurrection qu'ils tentent sur le corps mort d'un Lazare, c'est la métaphore d'une "faculté troublante" : "celle de proférer pardessus les hommes et le temps, des paroles inouïes dont il ignore la portée" (Belluaires et Porchers, tome II, O.C. Mercure de France, p. 191).

112Dire, c'est refuser l’idée que tout ait été dit, comme révéler, c'est refuser que tout ait été montré. "La langue morte de l'homme est devenue, par un miracle de résurrection, la Parole vivante de Dieu et a été restituée dans cette forme nouvelle aux ouvriers errants et découragés de l'antique Babel." (Le Révélateur du Globe, op. cit. p. 50). Le programme est simple : "ressaisir l'irrévocable Passé, contraindre ce fantôme à revenir sur ces pas et (de) lui redonner un instant l'étincelle miraculeuse de la vie." (op. cit. p. 83).

113Matière à héritage, le Passé voit combattre les fils : beaucoup d'Abel ; un seul Caïn.

114L'exégète se livre toujours à l'une des deux opérations suivantes : montrer que ce qui prétend vivre est déjà mort ; montrer que ce qui paraît mort, que ce qui est déclaré mort peut vivre encore. Il n'y a pas la place ici, pour instruire cette question complexe de la piété filiale, c'est-à-dire de l'opération par laquelle Bloy familialise littéralement, sous les espèces de l'héritage en souffrance, sous les figures des frères ennemis, du fils prodigue, du père mort, la question du Sens. Le développement serait trop long

115 Nous nous proposons de reprendre cette question, dans un travail à paraître, intitulé La statue du mort.

116Interpréter, c'est crier. "Si on pouvait écrire des cris..." regrette Bloy... Les valeurs du cri, dans le texte bloyen sont multiples. Par l'un de ces aspects, le cri, imaginaire bloyen de l'écriture, représente douloureusement l'effort colossal qui vise à fracturer la clôture tumulaire. Interpréter est une œuvre prométhéenne, titanesque, violente : elle travaille à pulvériser la dalle des inscriptions, de l'écriture pour libérer les nuées de ces "millions d'oiseaux d'or, future vigueur" qu'aperçoit Arthur Rimbaud. "L'esprit, affirme Bloy, qui souffle où il veut a passé sur ce roseau irrémédiablement brisé, sur ce flambeau qui ne fumait même plus, et, tout à coup, le nom devenu presque banal de Christophe Colomb a pris un sens nouveau et s'est mis à resplendir comme un météore." (Le révélateur du Globe, op. cit. p. 57).

117Une fois la dalle éclatée, il revient à Bloy de faire circuler les noms, à les faire circuler le plus rapidement possible, en un tournoiement incessant. Toupie du texte qui donne le vertige, qui se donne le vertige, qui promeut la rotation des figures et des noms, qui suscite les plus grands écarts pour les annuler en un fulgurant éclair.

118Mais, textuellement, Bloy n'avait-il pas à sa manière, par l'écriture redonné chair aux débris. Transportons-nous jusqu’au chapitre V de la seconde partie du Révélateur du Globe. Que les restes de Colomb manquent même du reste, c'est-à-dire, d'une image - Bloy le répète à satiété : "Christophe Colomb fut oublié par les maîtres de l'art" (op. cit. p. 107) va donner à Bloy la possibilité de composer, de recomposer un Colomb glorieux, tel qu'en lui-même l'écriture bloyenne le restitue, corps textuel à venir, conjecture "de la personne physique de Colomb sous le nimbe probable de sa future gloire d'apôtre et de confesseur de Jésus-Christ" (op. cit. p. 107).

119Colomb, selon Bloy, "fait éclater les cadres de l'analogie" (p. 44, op.cit.) et c'est là, très exactement, le geste, maintes fois réitéré auquel se livre l'exégète.

120Le Bloy de la découverte répondant au Colomb de l'interprétation. La lecture bloyenne est une lecture étrange, paradoxale puisque c'est le contenu lui-même qui sans cesse "reflète", redouble, met en abyme la lecture ou son mouvement.

121C'est dans l'interprétation même, dans le cours de l'interprétation, dans son objectivisation qu'il faut rechercher les motifs de son fonctionnement, de sa raison.

122Le narré reflète la narration ; l'expliqué, l'explication ; le lu, la lecture ; l'interprété, l'interprétation ; l'énoncé, l'énonciation. Est-il surprenant, dans ces conditions, d'entendre Bloy affirmer l'étonnante loi de duplicité qui l'unit à Colomb qui fonde la possibilité même de l'interprétation.

123C'est l’identité d'inspiration avec son héros, c'est un autre écho de la même pensée divine retentissant à quatre siècles de distance dans un autre cœur" CCDT 311.

124C'est dans un même mouvement que le Révélateur du Globe révèle le sens de l'entreprise de Colomb et le sens de l'entreprise bloyenne - l’entreprise de lecture comme l'entreprise intellectuelle -.

125Qu'on en juge : Colomb, par échos, doublure, selon la loi du rapprochement extrinsèque, devient, dans l'œuvre, l'analogue du Fils de Louis XVI, de Marie-Antoinette, de Napoléon, de Jeanne d'Arc ; il devient, par un tour supplémentaire, proprement confondant, l'analogue de Bloy, absorbant et restituant, par avance, l'œuvre et son "auteur", interdisant qu'on calcule avec certitude les frontières du texte. Et, dans les limites strictement littéraires et éditoriales du titre, Le Révélateur du Globe, selon la loi intrinsèque des analogies, Colomb est d'Abraham (p. 75), Caïn (p. 76), Moïse (p. 89), Élie, (p. 123), Ézéchiel (p. 124), Daniel (p. 45), le Christ selon l'Évangile, (pp. 106, 111), Mane (p. 111), le Père, le Fils, l'Esprit-Saint, Saint Paul (p. 90), Saint Pierre, Saint Christophe, des figures de la mythologie nordique...

126Colomb vole d'un nom à l'autre, endossant, d'un jeu de mot, d'une homonymie, d'une ressemblance, d'une consonnance, d'une analogie, les valences textuelles de tous ces noms ; reportant, par la même occasion, sur chacun de ces noms, les valences associées de tous les autres noms.

127Qui peut dire s'il s'agit d’histoire ou de religion... Bloy a raison : c'est de poésie qu'il s'agit.

128D’une poésie minée par l'angoisse : si, par malheur, les noms affectaient de ne plus circuler, de ne plus voler, tout serait à refaire. Il faudrait chercher à nouveau le tombeau de Lazare, fracturer la dalle énergiquement, aérer, illuminer et toujours recommencer. Après Colomb, Marie-Antoinette ; puis le Fils de Louis XVI ; puis Napoléon ; Puis Jeanne d'Arc ; et toujours Bloy...

Notes

1 Préface, par Barbey d'Aurevilly, au Révélateur du Globe, pp. 22-25, tome I des Œuvres de Léon Bloy, Mercure de France 1964.

2 Lettre du 21 avril 1890 à Henriette Thuiller, in Lettres aux Montchal, volume II, page 479, Typographie François Bernouard.

3 Vingt ans plus tard, il semble que le nom de Colomb fasse toujours aussi bien venir celui de Bloy. Voici ce que Bloy notait dans son Journal, tome III, à la date du 19 novembre 1912 : "Vous voulez donc - il s'adresse à Termier - parler de moi une fois de plus à propos de l'Atlantide et de Christophe Colomb. Ce rapprochement de mon nom et de celui de la Colombe Christophore est accablant Vous allez renouveler ainsi voue fille Jeanne qui ne voit pas mon égal. Car vous êtes une troupe singulière d'hypnotisés ou d’hallucinés qui finirez par me faire croire que je suis un personnage tout à fait extraordinaire, ce qui me gênerait. Je voudrais bien savoir ce que Dieu pense de tout ça."
À dire vrai, l'association Bloy-Colomb revient plusieurs fois. Ainsi à la date du 5 février 1901, on peut lire dans le journal de Bloy : "Pour tout dire en peu de mots, je vais à la Salette comme Christophe Colomb à la découverte du Nouveau-monde..."
En un mot, il semble à Bloy que son destin, de façon symbolique et figurative - soit d'être lié à celui du Christophore.
Voici quelques pièces de ce dossier :
20 août 1895 : "Après cela, comment s'étonner de mon destin ? C’est une chose étrange, mais incontestable, qu’il est extrêmement dangereux de s'occuper avec amour du Christophore, et le discernement de cette figure colossale de l'Esprit de Dieu, portant le Christ et porté lui-même "sur les eaux" est la plus efficace et la plus avant courrière dégustation des amertumes de la mort."

4 Journal tome II, pp. 74-75, Mercure de France.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search