Version classiqueVersion mobile

Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique

Bloy pamphlétaire dans Christophe Colomb devant les taureaux, ou : Christophe Colomb, un saint nécessaire

Michèle Fontana

Texte intégral

1"Une assommante réitération du Révélateur du Globe" : ainsi Bloy présente-t-il en sa préface Christophe Colomb devant les taureaux.

  • 1 Œuvres de Léon Bloy, Mercure de France, 1964. Bref rappel historique :
    1856 À la demande de Pie IX, (...)

2Réitération ? reprise, sans doute, du sujet, rapidement rappelé : aux approches de 1892, Christophe Colomb doit être béatifié1.

  • 2 "Dissertations assommantes" (p. 296) ; "Il serait inutile et fort assommant..." (p. 325).
  • 3 Propos d'un entrepreneur de démolitions, 0, tome II, pp. 75-8, 08.05.1892 : Bloy caresse le rêve d (...)
  • 4 Joseph Bollery : Vie de Léon Bloy, vol. II, p. 359, lettre du 25.10.1990.

3Assommante ? Certes, l'adjectif peut signifier "ennuyeux", et c’est ainsi qu'il est employé à deux reprises dans le texte2. Mais chez l'auteur de "l'art de déplaire"3, les "métaphores assommantes" avoisinent les "épithètes homicides". Nous opterons pour ce second sens, agressif, car, dans le même temps, Bloy écrit à Louis Montchal, à propos de son livre : "...publication invendable à Paris mais calculée pour un retentissement énorme en Espagne et en Amérique...". Il s'agit de forcer la main au succès, au-delà de la "conspiration du silence" qui règne en France à son encontre. Et dans cette intention, Bloy s'est chargé de la campagne publicitaire. Voici ce qu'il en dit à Laurent Tailhade4 :

"Je viens d'adresser une lettre encyclique à tous les évêques du monde. Une lettre en latin bien entendu et en très bon latin, croyez-moi. Je leur mande avec autorité de répandre mon bouquin dans leurs diocèses et cela au nom de l'honneur de l'Église ! Ce serait amusant, n'est-ce-pas ? qu'une œuvre aussi peu boulevardière eût un succès œcuménique..."

  • 5 Lettres aux Montchal, Œuvres complètes de Léon Bloy, Bernouard, Paris 1947, tome III p. 506, lettr (...)

4Bloy embellit un peu les choses ! Une lettre, plus exacte, à Louis Montchal, rétablit la vérité5. La lettre encyclique, qui "supplie humblement" les évêques de recommander la lecture de son ouvrage, n'atteint pas tous ses destinataires, faute d'argent. L'essentiel réside dans cet optimisme de Bloy, heureux de l'accueil qui lui est fait alors à La Plume, et stabilisé dans sa vie affective.

5Le hiatus que nous venons de relever entre le ton triomphateur du courrier et celui de la préface s'explique : cette "captado malevolentiae" relève de la tradition polémique et c'est dans cette perspective que nous voudrions interroger Christophe Colomb devant les taureaux. Nous examinerons donc, dans un premier temps, comment la béatification de Colomb donne lieu à une mise en scène polémique, alors même qu'elle n'est plus à l'ordre du jour en 1890. Nous montrerons ensuite que Bloy, pourtant maître du genre, fait éclater son pamphlet. Mais alors pourquoi traiter un tel sujet ? Nous prendrons appui sur la réflexion littéraire placée au cœur du texte pour apporter des éléments de réponse.

6* Les numéros des pages, donnés sans référence ou seulement CCT, renvoient à Christophe Colomb devant les taureaux, Œuvres de Léon Bloy, Mercure de France, 1964, tome I.

Colomb, un saint nécessaire à l'Église ?

7En bon pamphétaire, Bloy simplifie et propose une vision manichéenne de l'époque : la Maçonnerie est en guerre contre l'Église. Dans cet affrontement, le nom de Colomb, selon qu'il appartiendra au Bréviaire ou au panthéon républicain, constitue un enjeu décisif, d'ici 1892 ; et, sur cette toile de fond, une nouvelle exclusive (pour ne pas dire un "scoop") : le duc de Veragua, descendant de Christophe Colomb, est la victime complice de la Maçonnerie.

  • 6 Georges Duby, Robert Mandrou : Histoire de la civilisation française, XVII-XXème siècles, Armand C (...)
  • 7 Pierre Chevallier : Histoire de la franc-maçonnerie française tome III, Fayard, Paris, 1984, p. 28 (...)
  • 8 Eugen Weber : Satan franc-maçon la mystification de Léo Taxil, Julliard, Paris, 1964, p. 201.
  • 9 Jean-Marie Mayeur : Les débuts de la IIIème république, Le Seuil, Paris, 1973, p. 145.
  • 10 Cf. "L'obsession du simulacre" Propos, op.cit., p. 122 : "Une chose tout à fait remarquable, c'est (...)
  • 11 Cf. Bloy : Le Pal, 0, tome 14, p. 82. Attesté par J.-M. Mayeur, op. cit., p. 144.
  • 12 Pierre Chevallier : Histoire. Op. cit., p. 56.

8Selon G. Duby et R. Mandrou6, dès la fin de l'Empire "la jeunesse intellectuelle... est anti-cléricale avec fougue". Les loges recrutent7. En 1877, le Grand Orient supprime l'article portant sur l'obligation de la croyance en Dieu et en l'immortalité de l'âme8. Pour J.-M. Mayeur, la Maçonnerie est bien "une manière de Contre-Église9. La République dresse des statues à ses grands hommes (ce qui exaspère Bloy)10. La Libre Pensée organise des vendredis saints gras11 et des enterrements civils ; (cf. dans CCT, l'allusion aux funérailles "impies" de Mazzini, p. 286). Dans ce climat, comme le souligne P. Chevallier, il n'y a "pas de place pour un catholicisme libéral ou une maçonnerie vraiment tolérante"12.

  • 13 Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII, Maison de la Bonne Presse, Paris.

9Léon XIII, dans l'encyclique Humanum genus du 20 avril 1884, consacrée aux francs-maçons, dénonce, après bien d'autres papes (ce que rappelle Bloy, CCT, p. 290) l'action satanique de cette "secte" qui peut enchaîner des "esclaves" et emploie "à toutes sortes d'attentats ces instruments passifs". Il s'agit bien de "deux camps ennemis", et le pape lance cet appel : "Arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites-la voir telle qu'elle est"13.

  • 14 Raoul Girardet : Mythes et mythologies politiques. Le Seuil, Paris, 1986, chap. I.
  • 15 On trouve citées les "arrière-loges" dans "Léon XIII et la conspiration des imbéciles" commentaire (...)
  • 16 "Si l’imbécile avait osé faire les frais d'une traduction espagnole, on pouvait gagner une somme c (...)

10Bloy dramatise : "Il est clair que le Prince du Monde a effroi de Colomb. Il revendique cette gloire immense à l'unique fin d’en priver l'Église et la Papauté" (p. 285). Il oppose au monde moderne un mythique Âge d'or, à portée de main, négligeant toute autre considération · "l'exaltation catholique du Christophore doit conférer à l'Église une adolescence nouvelle" CCT, p. 291. Le mythe de la Conspiration, tel que l'analyse Raoul Girardet14, est développé. Bloy évoque "ces êtres sans visage qui dirigent, du fond de leurs ténèbres, cette redoutable puissance (p. 101) et se plaît à égrener les éléments obligés du complot : "mot de passe" (p. 286), "lieux d'En-Bas" (p. 291), "souterraines intrigues" (p. 291), "crapaudière" (p. 326), "se couler comme un scolopendre venimeux" (p. 285). Répondant au vœu du Saint-Père de démasquer l'ennemi, Bloy ne peut mettre à jour leur action qu'à travers le duc de Veragua "ami des profanateurs qui l'utilisent" (p. 285), "pâture des Loges" (p. 318) ; car il existe deux sortes de francs-maçons : la masse, et une élite, soigneusement cloisonnées. On reconnaît le thème des "arrière-loges" popularisé par le "converti" Léo Taxil - on sait que Bloy se défiait du personnage, mais il a pu être sensible à ses révélations, et, éventuellement, à leur impact commercial -15. L'héritier de Christophe Colomb est donc de ceux qui "mangent, boivent, chantent... et payent" (p. 291). Ce thème du complot est enrichi d'un ingrédient à succès, - que commence à répandre Drumont - : la jonction maçon/Juif. Le complice Harrisse "n'est-il pas le lauréat des loges et des synagogues ?" (p. 325). Pour faire bonne mesure, Bloy entonne un couplet anti-démocratique citant Roselly, pour l'Italie (p. 286), et fustigeant l'Espagne devenue "un peuple démocratique enivré de nouveautés imbéciles" (p. 279). Les propos sur l'étranger, en particulier contre l'Espagne, disséminés dans le volume, font partie d'une recherche de scandale, de succès : Bloy avait espéré que l'éditeur ferait les frais d'une traduction en espagnol16. Donc la béatification de Colomb, loin de concerner le seul monde catholique s'inscrit dans les conflits de l'époque. Le monde entier prépare les fêtes du quatrième centenaire de la découverte, évoquées pp. 282 à 284, alors que s'étend la puissance maçonnique. L'urgence est maintes fois rappelée.

11Bloy pèse de tout le poids de son affectivité dans cette œuvre de "justice et d'indignation chrétiennes" (dédicace, pp. 255 et 340).

  • 17 La Plume no 29 du 01.07.1890 : "Nous sommes heureux d’offrir exceptionnellement à nos lecteurs ce (...)
  • 18 "...Vous devenez un insupportable pédant en matière de catholicisme. (...) Vous avez les idées d'u (...)

12D'autre part, un paratexte (pour reprendre l'expression de G. Genette) imposant sert de caution à l'ouvrage : épigraphe initiale, dédicace à son épouse, préface "Notification préalable aux spadassins du silence", donnée à La Plume17 épigraphe (s) de chaque chapitre, appendices ; les épigraphes sont empruntées à l'Écriture Sainte, à deux maîtres de la littérature polémique : Juvénal et d'Aubigné, à deux grands dramaturges : Aristophane, Shakespeare, et à deux auteurs du 19ème siècle : Baudelaire... et Bloy. Les nombreuses citations proviennent des mêmes sources, auxquelles il faut ajouter : Eschyle, Tacite, de Maistre, Chateaubriand, Hello, Roselly de Lorgues, et la Revue du Monde Catholique. Ces références constituent un argument d'autorité, en quelque sorte. Cette majesté donnée au livre peut cependant paraître un peu lourde et l'on pourrait y voir la marque d'une certaine "cuistrerie" comme le lui a dit son maître Barbey d'Aurevilly18, dans un autre domaine, il est vrai.

  • 19 Marc Angenot : La Parole Pamphlétaire, Payot, Paris, 1982, p. 111.

13Ce manichéisme, qui répond tout à fait à ce que Marc Angenot appelle le "couplage notionnel" présent dans tout pamphlet19 offre l'avantage, tout d'abord, de surprendre le lecteur du Révélateur du Globe par la focalisation exercée sur le duc de Veragua ; elle permet ensuite de minimiser le rôle de l'historien Harrisse, et surtout des catholiques tièdes : le chanoine Sanguinetti, par exemple, à qui le précédent ouvrage donnait finalement beaucoup trop de publicité. Ici, quelques allusions seulement à de "tristes prêtres" (p. 285) et aux "délais cupides et (aux) ajournements de ses Judas" (p. 307).

  • 20 Réf. note 11, article du 02.04.1885 "Les Catholiques déshonorent Jésus-Christ comme jamais les Jui (...)
  • 21 Bloy collabora à La Restauration en 1874 ; on sait qu'il garda rancune à Cadoudal de ne pas lui av (...)

14Le ton est celui de la plainte : "On est forcé de reconnaître, en gémissant, que de tels efforts ont pour effet de désintéresser beaucoup de chrétiens..." (p. 286). Plus radicalement, Mgr Magnasco, Pontmartin et la presse catholique française, énumérés dans les "obstacles à l'introduction de la Cause" disparaissent. Le lecteur du "Christ au dépotoir", pour ne citer que ce titre, peut mesurer avec quelle force Bloy s'autocensure20. Il s'accorde en revanche plus de liberté vis-à-vis de la noblesse, qui, à travers ses "rejetons", trahit sa mission et abandonne la Cause ; amertume de l'ancien rédacteur du Légitimiste21 ? Le pape seul est un recours certain ; d’où ce rappel discret : "Pie IX comprenait et disait fort bien que le Saint-Siège est resté le débiteur de Christophe Colomb..." (p. 336). À propos de Rome, un "oubli", de taille : la cause de Colomb a bien été introduite par l'évêque de Bordeaux, Mgr Donnet, en 1877, et a été refusée. Quant aux motifs de ce refus (absence de preuves du mariage de Colomb avec Béatriz, instauration de l'esclavage), ils sont attribués aux tenants du "complot", et incidemment regroupés au 5ème chapitre : Colomb est "une canaille et un fabricateur de bâtards" (p. 307).

15Notons que la campagne anti-maçons et l'énoncé ironique de leur "programme" (p. 326) détourne l'attention de ces arguments de la Congrégation des Rites.

  • 22 Léon XIII demande aux évêques de faire célébrer le 12.10.1892 une messe solennelle De Sanctissima (...)

16Le malentendu est flagrant ; l’église ne réclame plus ce saint ; le vœu de Pie IX, et sa politique, sont abandonnés. Le 12 novembre de cette année 1890, Léon XIII par le toast du cardinal Lavigerie, donne le signal du "Ralliement" à la République. Dans son encyclique consacrée à Colomb, Quarto abeunte saeculo du 26 juillet 1892, le pape distingue saint et "grand homme", déclarant : "Dieu est admirable dans ses saints mais les marques de sa divine vertu apparaissent aussi dans ceux en qui brillent une supériorité d'âme et d'intelligence (...) Christophe Colomb nous appartient (...). Il est constant que la principale idée et la conception qui dirigea son esprit ce fut d'ouvrir un chemin à l'Évangile à travers de nouvelles terres et de nouvelles mers"22.

  • 23 Cf. Exégèse des lieux communs, 0, tome VIII : "Il ne faut pas être plus catholique que le pape" (p (...)
  • 24 Réf. note 15.
  • 25 CCT, pp. 287-288 : "Entendons-nous, cependant. Mes informations personnelles ne me permettent pas (...)
  • 26 Journal de Léon Bloy, Mercure de France, Paris, 1963, tome I, 14 et 15 mai 1892 : Bloy déplore L'i (...)

17En conclusion, nous n'accuserons pas Léon Bloy d'"être plus catholique que le pape"23, mais il apparaît que, dans ses efforts pour faire de Colomb un saint, il est un homme seul. La mise en scène de la "conspiration des imbéciles"24 est une bonne idée pamphlétaire, et même sa façon de reconnaître qu'il n'a pas la preuve formelle que le descendant de Colomb est lui-même maçon25 accable encore le duc, tant les présomptions sont fortes. Pourtant, le livre n'a pas le "retentissement" attendu, et, dans ses écrits ultérieurs26 Bloy ressasse cet échec, s'en prenant au comte de Roselly, ou au pape. A-t-il voulu, par une de ces postures magiques dont il est coutumier, forcer le cours des choses ? Ou Colomb n'est-il qu'un prétexte ? Il est flagrant que la préface, si elle annonce bien le projet de béatification, évoque principalement un autre grand méconnu : Léon Bloy. Et ce n'est peut-être pas que coquetterie, cette façon dégagée d'annoncer ainsi son action : "Incidemment, aujourd'hui, j'expédie quelques Espagnols dont les silhouettes affligeaient l'horizon de mon plus beau rêve".

Colomb, une cause nécessaire à Bloy ?

18On attend du pamphlétaire un réquisitoire vigoureux. D'entrée le ton est menaçant ; la préface annonce, au delà de ce pamphlet, une série de règlements de comptes :

"Il s'en faut que j'aie dégorgé tous les mépris que j'ai sur le cœur !
Incidemment, aujourd'hui, j'expédie quelques Espagnols (...).
Demain ou après-demain, je m'occuperai à nouveau de quelques Français que je n'ai pas oubliés (...)" (p. 259).

19Dans une première partie, l'adversaire est disqualifié : l'ignominie du duc de Veragua est progressivement révélée : noble déchu (1er chapitre) - Bloy ignore, ou feint d'ignorer que l'élevage n'est pas dégradant -, parricide (2ème chapitre) - métaphoriquement-, jouet de la maçonnerie (3ème chapitre) - ce qui est présenté comme plausible-. Une seconde partie est consacrée à la présentation d'une machination : le duc offre le prix qui doit couronner une biographie de Colomb, et le lauréat retenu d'avance pour disqualifier les travaux de Roselly de Lorgues est le comparse Henry Harrisse (4ème chapitre). Le duc dilapide ainsi un héritage matériel et moral (5ème chapitre). L'Académie d'Histoire espagnole, organisatrice du concours truqué, et sa complice, le soutient (6ème chapitre). Au 7ème chapitre, prenant de la hauteur, comme il convient, Bloy se livre à quelques réflexions et adjure l'Église d'intervenir.

  • 27 Marc Angenot, op. cit., p. 295.
  • 28 Léon Bloy de Maurice Bardèche, La Table Ronde, Paris, 1989, pp. 236-237. Une erreur p. 236 : le du (...)
  • 29 Exemples : CCT p. 290 "La Franc-Maçonnerie et la vieille hérésie Janséniste... politique" p. 291, (...)

20Le développement n'offre pourtant pas la rigueur d'une démonstration implacable. Pour mimer la spontanéité de la parole, il se fait, selon Marc Angenot, "humoresque et zigzagant" (...). Plutôt que linéaire, il est à la fois redondant et lacunaire"27. La séduction du pamphlet naît précisément de cette liberté apparente. Bloy en use, avec une certaine désinvolture. Les reprises sont fréquentes. Un exemple, chapitre 3ème : (p. 288) Bloy évoque "les joyeux enfants du mystère" ; p. 289 : "Ils sont, je l'ai dit plus haut, les enfants du mystère". Ou encore, cette liaison entre deux chapitres : (chapitre 5ème, p. 302) : "Trente mille francs ! C'est une somme, pourtant, et j'y reviens avec complaisance". Les citations sont nombreuses. Maurice Bardèche compte, pour sa part, qu'un tiers du livre est fait de citations de Roselly ! C'est excessif28. Certaines citations restent inavouées29. D'autres sont revendiquées avec aisance :

  • 30 Transposition de "Les fanfares de la charité" Belluaires et Porchers, 0, tome II, p. 368.

"Veut-on savoir ce que j'écrivais, il y a deux ans, dans un journal très fameux, à ¡'occasion d'une mort aristocratique (...)
Cette page tombée, avec l'événement qui la motiva, dans le plus profond oubli, je l’exhume (...) (p. 33)"30.

21Les digressions abondent également. Celle que constitue le développement sur la franc-maçonnerie est ainsi justifiée :

"Je demande pardon pour cette digression, mais il me semblait indispensable de préciser, d’une façon absolue le caractère soigneusement déguisé de l’opposition à la Cause de Christophe Colomb" (p. 291).

  • 31 Une image obsédante, présente à deux reprises : la foule des suppliants au seuil du paradis (p. 27 (...)

22D'autres sont des ornements attendus ; le portrait de Harrisse, par exemple. Cette éthopée procède par définitions données comme significatives en elles-mêmes : "C'est un méthodiste mâtiné de sémite, à ce qu'on m'a dit, (...) c'est un admirateur passionné d'Ernest Renan (...) c’est l'auteur enfin de l'ignorée Bibliotheca Americana Vetustissima (...) (p. 296). Une citation de Roselly vient compléter ce portrait. L'anecdote qui met en scène Villiers de L'Isle Adam, d'une efficace brièveté, amène rapidement, à travers le jeu des discours indirects, au dialogue final ; le mot de la fin est alors commenté et l'histoire justifiée à posteriori. Un récit à la première personne structure le premier chapitre, en une ouverture très travaillée, - nous y reviendrons-. D'un mot : "chacal" (p. 208) peut jaillir un tableau : "Il en arriva de partout..."31.

  • 32 Le lecteur est pris à témoin par des questions engageant l'adhésion : "Ne vous semble-t-il pas..." (...)
  • 33 L'ironie domine, dès l'introduction. Le duc de Veragua en fait les frais, son attitude apparaissan (...)

23Le "je" omniprésent dès le premier mot, entame avec le lecteur un dialogue32 persuasif qui l'amène à adhérer à la thèse par un mouvement plus affectif qu'intellectuel. Le ton se fait ironique, lyrique, docte et inspiré33. Le problème est habilement retourné : aux adversaires de la Cause d'apporter des preuves de "la non-sainteté" de Christophe Colomb ! (p. 296).

  • 34 Lettres Bloy Villiers Huysmans Thot, Vanves, 1980, p. 195 lettre de Huysmans à Arij Prins du 25.11 (...)

24Malgré le '"métier" indéniable du pamphlétaire et la qualité de l'écriture, le livre semble manquer de cohésion. On connaît le jugement de Huysmans - qui, il est vrai, a pris ses distances avec Léon Bloy - : "Rossignol fabriqué de son ancien livre le Révélateur du Globe ; c'est sans intérêt34 Avec moins de partipris, nous dirons que le pamphlétaire n'a pas atteint son but. Pour quelles raisons ?

25Nous exposerons deux raisons principales qui convergent dans ce que Bloy place finalement au-dessus du souci d'efficacité immédiate : le travail de l'écriture, pour elle-même.

  • 35 Mireille Dereu : Le style de Léon Bloy, une figuration rhétorique de la dysphorie, thèse de Doctor (...)
  • 36 Raïssa Maritain : "Notes de lecture sur Le Révélateur du Globe" Léon Bloy Cahiers de l'Herne, Pari (...)

26Tout d'abord l’excès de raffinement - nous renvoyons, à ce propos, aux travaux de Mireille Dereu35 - sensible dans la recherche des archaïsmes et des métaphores rares, entraîne une impression d'obscurité ou de forcé. Les titres des chapitres, et notamment le titre de l'œuvre, "calculés" pour surprendre, déconcertent. Raïssa Maritain trouvait le titre "bizarre"36. Il s'explique à la fin du premier chapitre, au terme d'un "raisonnement" que nous examinerons. L'image du taureau se retrouve au fil du texte et inspire plus tard à l'auteur certaines de ses dédicaces. Les comparaisons s'enchaînent imprudemment, et Roselly, assimilé au bon samaritain, puisqu'il recueille Colomb abandonné, l'est ensuite à "la pleurante Madeleine" quelques lignes plus bas (p. 336).

  • 37 Hugo : référence à Hernani, p. 273 ; Baudelaire pour les "balcons noirs du plus silencieux orgueil (...)

27Même excès dans la construction de certains chapitres, qui ménage des effets de perspective un peu trop lourds, comme l'ouverture du second chapitre qui prend appui sur deux parallèles : les Artistes et les Chefs de race, puis la France et l'Espagne au XVIème siècle pour aboutir à ce comble : un illustre représentant de la plus orgueilleuse aristocratie - rêvée, il est vrai, à travers Hugo et Baudelaire37-, dégénère ! Le premier chapitre constitue un ensemble très travaillé : dans une première antithèse, Bloy oppose une rêverie : une corrida, autrefois, en Espagne, à la réalité, décevante : une corrida, en France, à laquelle il a assisté, (mettant en regard, terme à terme, le "belluaire dandy" et le "clown") et constate la médiocrité et la férocité déçue des spectateurs français. Dans une seconde antithèse, Bloy inverse le rapport et prédit que les futures corridas, en France, seront supérieures aux spectacles espagnols, retrouvant la violence des jeux romains : cette surenchère n'est là que pour créer un effet de perspective et amener, par contraste, le personnage que vise le pamphlet : "Ils seront loin, alors, les veaux enragés dont nous gratifie le duc de Veragua, dernier descendant de Christophe Colomb et si digne d'être leur pasteur" (p. 264).

28Suivent alors deux paragraphes donnant à voir le duc déchu, en hypotypose ; une deuxième partie reprend le récit : "J'étais donc, l'autre jour, spectateur silencieux de ces courses" (p. 266). Dans un tableau saisissant de la foule - thème d'époque - un nouveau contraste surgit une vision :

"Je perdis un instant la notion précise de l'écœurante réalité (...) et je crus apercevoir (...) la Face douloureuse et calme, la haute figure mélancolique et si douce du Christophore !" (p. 267).

29Les deux personnages : le héros fondateur de la race et son descendant indigne apparaissent au terme d'un renchérissement constant d'images.

30On relève également des coups de pouce un peu trop voyants dans les raisonnements ; certes le lecteur de pamphlet est habitué aux déductions un peu forcées ! Voyons la conclusion du premier chapitre, portée il est vrai par la vision de Colomb. Réduisons une période :

"C'est Lui (Colomb) qui patronne ce mauvais lieu (...) puisque l'homme est un tel mystère que les plus reculés ancêtres vivent (...) dans leur postérité (...)".

31qui repose sur le syllogisme : (incomplet)

32majeure : les ancêtres vivent à travers leurs descendants.

33mineure : or le descendant de Colomb organise des corridas.

34conclusion : donc Colomb lui-même organise des corridas.

35On observe que la majeure est prise au pied de la lettre et renforcée par le recours au "mystère". Le paragraphe suivant, reprise de l'argumentation, recourt de nouveau à cette notion : "Car il est (Colomb), en une façon mystérieuse (...), leur grossier pasteur et leur bourreau" (pp. 267-8).

  • 38 Ex. p. 335 "La colère de la Colombe est un ineffable mystère..." ; p. 338 "L'homme, composé, mysté (...)
  • 39 Bernard Sarrazin "Lyrisme et métaphore ou les avatars du cri prophétique de Léon Bloy" Romantisme (...)
  • 40 Égalités établies par définitions, ou par l'établissement d'un point commun : la vie cachée, les o (...)

36La vision est alors considérée comme acquise ; il ne s'agit plus que de justifier son aspect : "C'est pour cela que je la voyais si triste et si pâle, cette colossale physionomie du Porte-Christ...". Même si la sincérité de Bloy est hors de cause, les références au mystère paraissent souvent surajoutées et ne donnent pas au texte l'autorité attendue38. Les affirmations dogmatiques, comme ses propos sur l'argent, étudiés par Bernard Sarrazin39, ne "passent" pas davantage. Enfin, le recours constant au raisonnement par analogie amène un nombre important d'assimilations qui, mises bout à bout, aboutissent à quelques égalités sacrilèges : Colomb = le duc de Veragua = Lazare = Paul = Jésus = Bloy !40

  • 41 Autres ex. : p. 284 reprise de la p. 281 : "Il est facile, après cela, de concevoir..." p. 312 rep (...)

37Enfin, les digressions, bien qu'autorisées, sont parfois beaucoup trop longues, et la reprise est laborieuse ; par exemple p. 312 : "Que pensez-vous, après cela, du fameux prix de 30.000 francs..." rappel de la page 302 : "trente mille francs !..."41. Au déséquilibre apporté à l'ensemble s'ajoute l'impression que, sans être tous hors-sujet, ces développements sont là pour eux-mêmes. Les thèmes de ces digressions montrent assez que Colomb est un saint nécessaire à Bloy ; il y expose, comme dans Le Révélateur du Globe sa conception de l'histoire, oppose à l'historien chrétien l'historiographe esclave du document, sans vues d'ensemble. Il exalte l'artiste, Prométhée est réprouvé. C'est là une préoccupation constante, d'où le vœu, à la fin (p. 330), que Colomb soit "le Patron des gens de génie", des "poètes ou hauts penseurs qui débordent l'intellectualité de leur siècle" : Colomb inspirateur, protecteur et aussi mécène, à défaut de protecteur terrestre.

  • 42 Pierre Glaudes : "Le tourment de l'irrévocable" Bulletin de la Société des Études Moyennes no 3-4, (...)

38Que Bloy s'investisse au delà du nécessaire est révélé par la présence de certains mots : "parricide", "exil", "expulsion" que le lecteur du Désespéré ne peut que relever ; nous renvoyons, à ce propos, aux travaux de Pierre Glaudes42.

  • 43 CCT, p. 333 "Grande dame..." à p. 335 "Peuples infortunés" repris du Révélateur du Globe ; réduit (...)

39Le pamphlétaire a donc du talent, mais le pamphlet est raté. Nous sommes loin de l'efficacité des pamphlets donnés au Gil Blas, l'année précédente, ou de ce que Bloy dira de la colonisation, s'inspirant des mésaventures de son frère Georges - qu'il cache, alors - dans Jésus-Christ aux colonies, en 1903, en réutilisant un passage de Christophe Colomb devant les taureaux43.

40Bloy a fait craquer le pamphlet, poussant à l'extrême limite un genre qui autorise pourtant bien des excès.

Colomb, un sujet nécessaire

41Défendre- mal - une cause perdue : pourquoi s'embarrasser, une seconde fois, d'un tel sujet ?

42Christophe Colomb devant les taureaux contient le récit de sa genèse et fournit une réponse d'ordre littéraire. La lecture des œuvres de Roselly, sur le conseil de Barbey d'Aurevilly, qui dirigea sa tardive formation, fut un choc :

"J'ai pensé souvent à cette œuvre, étrange à force de candeur, dont la première lecture, ancienne déjà, fut un des événements les plus considérables de ma vie intellectuelle" (p. 309).

43Cette expérience est avant tout une émotion :

"On sait à peine ce qui s'accomplit, mais on éprouve quelque chose comme la nostalgie de sa propre essence et on est ému jusqu'aux larmes".

  • 44 0, "Sonate romantique pour servir de préface", tome II, p. 21.

44Bloy donne en appendice un "épisode inouï" - Colomb détournant le typhon - en justification de son "enthousiasme littéraire" (p. 347). Enthousiasme : mot-clef de la critique bloyenne ; on se souvient de "l'enthousiasme en art" qui ouvre les Propos d'un entrepreneur de démolitions44, Christophe Colomb devant les taureaux évoque un autre choc, "enthousiasme juvénile" (p. 262) cette fois :

"Nos yeux d'enfants ont été remplis de ces images de picadores éclatants et de toréadors fulgurants comme des archanges dont les enluminures à deux sous nous racontaient la splendeur (...). Ah ! Les beaux poèmes que cela faisait dans nos imaginations d'adolescents !"

45La lecture des Quatre Fils Aymon dont le compte rendu se trouve dans "Renaissance d'un art perdu" participe de la même expérience :

  • 45 0, tome II, p. 133.

"... Je viens de lire le vieux roman de la Bibliothèque bleue avec une espèce d'enthousiasme"45.

46Bloy s'interroge sur les moyens mis en œuvre :

"Furieusement assiégé de préoccupations littéraires, je me suis demandé, parfois, d'où venait cette autorité, cette prise de possession de mon âme..." (p. 309).

47Les Quatre Fils Aymon apporte la réponse :

"Ces personnages rudimentaires qui font des choses impossibles (...) ces chevaliers pleins de bravoure (...) cette absence infinie de toute analyse, de tout repli philosophique, de tout artifice littéraire ; ces anachronismes gros comme des montagnes..."

48Thèmes héroïques, ces histoires de chevaliers "renversant des armées", le récit de Colomb opérant des miracles, l'image colorée d'un torero dans l'arène, dans le goût des années 1830, encore efficace à Périgueux dix ou vingt ans plus tard ! Voilà ce qui fascine Bloy dans l'"Odyssée chrétienne" (p. 324) de Colomb : "le caractère épique de ses malheurs, la gigantesque poésie de ses épreuves de mer" (p. 276).

49Cet art appartient pourtant à un passé révolu : "L'imagination des peuples était saine alors, elle avait un excellent estomac et ne sentait le besoin d'aucun caviar esthétique". La formule en est perdue, sauf pour l'écrivain privilégié qui a bénéficié d'un "électuaire miraculeux" (p. 309). Le style résiste à l'analyse et Bloy mentionne seulement "la phrase si grande et si humble" de Roselly (p. 309).

50Mais lui est un "moderne" (p. 347), appartenant à une "génération orgueilleuse" (p. 309) en proie aux "idiotifiantes et abominables névroses".

51Dans Christophe Colomb devant les taureaux on relève cependant des passages qui semblent vouloir ressusciter une écriture disparue. Une simple phrase concernant le duc de Veragua, à l'imparfait, semble amorcer un récit, au premier chapitre : "Mais l'homme dont il est question n'avait pas assez de virilité pour cet expédient suprême" (p. 266). On note au second chapitre cet essai de récit hagiographique :

"L'Espagne, un jour, parut être la première d'entre les nations de l'Occident. Un personnage extraordinaire, envoyé de Dieu, lui avait donné la moitié du globe. On disait même que le soleil, fatigué d'éclairer tant de victorieux, n'avait plus un océan solitaire pour se coucher dans ce vaste empire.
C'était environ le temps où la Très Chrétienne France, épuisée de ses mille ans de Moyen Âge, préludait au trafic de son droit d'aînesse par l'exemple contagieux des rébellions" (p. 272).

52On pourrait aussi citer la scène du jugement de l'âme, prosopopèe divine (pp. 204-5), ou encore celle de Colomb, ainsi conclue :

"Un tel dialogue de gémissements, de ce Pauvre à ces exilés, par dessus la Mer, n'est-il pas, pour l'imagination d'un chrétien, le plus énorme poème de mélancolie qu'on ait pu rêver depuis le Prométhée d'Eschyle ?" (p. 333).

  • 46 Cf. "Le bon conseil" Belluaires et porchers, 0, p. 170 : "Pamphlétaire ! Sans doute que je le suis (...)

53Mais Christophe Colomb devant les taureaux n'est pas l'ébauche d'une impossible chanson de geste sur fond de polémique. Le sujet est cher à Bloy : comment un artiste chrétien, qui rejette autant le roman édifiant à la Veuillot que le roman naturaliste peut-il le traiter et le présenter au public de 1890 ? Il semble que le fragment soit la seule forme possible alors, unité d'une "satura" au sens premier qui déborde de son armature pamphlétaire. Les réticences de Bloy vis-à-vis du pamphlet, pis-aller, sont bien connues46.

  • 47 Émile Goudeau : Les Polonais, Le Chat Noir no 1, 15.01.1882, paru dans Les Poèmes ironiques, Paris (...)
  • 48 Voir Le Chat Noir no 57,10.02.1883 et no 58, 17.02.1883.
  • 49 "Le choix suprême", 0, tome II, p. 61 : "Il n’y a que deux choses, entendez-vous, qu'on puisse met (...)
  • 50 0, tome II, p. 356.
  • 51 Le Pal, 0, tome IV, pp. 59-60, récit de l'affaire Gyp. Mitaine de soie.

54Mais demeure le plaisir de l'écriture libre, portée par un sujet enthousiasmant. À côté de passages lyriques ("Etre le parent, le fils d'un saint !..." p. 308) nous voudrions souligner l'importance des passages plaisants, d'une écriture détendue, car, entre le "drame" et la "farce", c'est la "farce ignoble" (p. 281) qui l'emporte. Bloy utilise, de manière inattendue, des expressions issues du temple de la blague : le "Polonais de l'Atlantique" rappelle Les Polonais d'Émile Goudeau47 et la récompense à l'homme de génie qui inventerait "la table de multiplication de Pythagore" est une des scies du Chat Noir48. De même, la tentation scatologique existe, mais gommée par le recours à l'espagnol (les "plazas estercoladas" p. 294), ou très affaiblie ; mais les lecteurs du "Choix suprême" savent que penser de l'expression "déposer l’ordure de son bas esprit sur (une) tombe" p. 30 149, les travaux d’Henry Harrisse (p. 298), ou ceux de l'Académie d'Histoire espagnole, eux, évoquent les activités malpropres de Sarcey au théâtre dans "Il y a quelqu'un !"50. Le ton adopté pour raconter les démêlés de Harrisse et de l'Académie d'Histoire est celui de la chronique : "Ici s'impose l'énoncé d'un profond mystère (...)· Mais comment diable se sont-ils réconciliés ? Voilà le mystère." (pp. 322-323). Cette "trilogie" est dans l'esprit des "échos" du Pal51. Enfin, parmi plusieurs passages plaisants, citons la rêverie qui ouvre le chapitre 5ème : "C'est effrayant de penser aux délices réprésentés par un capital de 30.000 francs", cocasse par les points de vue envisagés et les chiffres hyperboliques énoncés :

"Songez qu'un historien va-nu-pieds peut acquérir d'un seul coup deux mille paires de bottes, qu'une centaine environ de poètes guenilleux peuvent s’habiller avec faste, qu'un romancier lavé par les eaux du ciel peut s'abriter sous trois ou quatre mille chapeaux.
Considérez, s'il-vous-plaît, qu'avec cette somme, on peut nourrir un pauvre de Jésus-Christ pendant la moitié d'un siècle ou entretenir soixante chiens pendant une année, si on est assez grand seigneur pour s'arrêter à ce dernier choix ; qu'on peut s'abonner à deux cents feuilles publiques, avaler cent mille verres d'absinthe ou fumer un demi-million de cigares de qualité inférieure, en les dévorant ; qu'on peut même, étonnant le monde, faire enterrer avec pompe, civilement ou non, jusqu'à six cents gueux..." (p. 303).

55Support d'une réflexion littéraire, la vie de Colomb permet aussi d'interroger les desseins divins et Bloy semble vouloir relayer le comte Roselly : dans son investigation sur Colomb :

"Celui de notre siècle qui l'a le plus approché, le comte Roselly de Lorgues, a dû sentir quelque découragement d'imagination, à mesure qu'il explorait le réseau des innombrables chemins qui convergent à ce sommet des extrêmités de la terre" (p. 335).

  • 52 CCT, p. 289 "Ils méprisent très virilement les mystères de la foi chrétienne, mais ils se tiennent (...)
  • 53 CCT, p. 288 "Argot divin de la secte".
  • 54 P. 278 ; cf. "Rhétorique banale" p. 330 ; "Rhétorique de reconnaissance" p. 317.
  • 55 Exégèse... 0, tome VIII : "Les affaires sont les affaires" p. 33 ; "Être pratique" p. 49 ; "Il fau (...)
  • 56 Sur le "mastic" : cf. "Aller son petit bonhomme de chemin" Exégèse, p. 98 : l'expression toute fai (...)

56Cette opération demande tout d'abord que soient démasqués les simulacres : à la fois ridicules et sataniques dans les rites maçonniques52 et dans le langage maçonnique dont Bloy fournit quelques exemples53. Mais le langage courant même est atteint, dans sa forme : la rhétorique est usée, "de louage"54, et le vocabulaire dévoyé. Cette réflexion, déjà entamée, trouvera son accomplissement dans l'Exégèse des lieux communs ; ici, Bloy met en évidence, dans des passages ironiques : "les affaires sont les affaires" (p. 300) être "pratique" (p. 295), "de son siècle" (p. 295), le "hasard" (p. 338), et opère la distinction utile entre "charité" et "aumône" (p. 306)55. Repérer le "mastic"56 qui oblitère le sens du langage humain n'est qu'une étape. Bloy est impatient devant "Ces énigmatiques Écritures de Dieu que l'attention de dix-neuf siècles n'a pu déchiffrer" (p. 339). Et, bien qu'il s'en défende, il n'a pas renoncé à interpréter le texte divin ; il laisse échapper, au chapitre second, une hypothèse millénariste, qu'il ne fait que citer :

"Quelques-uns supposent que le temps est proche où le Seigneur Dieu va sortir de son silence et renouveler la face de la terre par l'émission d'un Esprit nouveau. Que sa volonté s'accomplisse, alors, sans délai, car le vieux monde, en vérité, ne peut plus tenir" (p. 271).

57Le dernier chapitre développe, au mode hypothétique, des affirmations qui n'ont pour appui qu'un engagement solennel :

"Je le dirais devant les anges" (p. 338)

58La conclusion en est reprise de l'annonce citée ci-dessus :

"Quelques-uns ont parlé d'une Émission, à espérer, de l'Esprit divin qui rénoverait la face du monde (...).
Ces choses du siècle futur sont tellement redoutables et sacrées que c'est à peine si on a le droit d'y penser" (p. 340).

59C'est pourtant bien ce droit que s'accorde Bloy, et en ce sens là Colomb lui est nécessaire ; ce qu'il écrivait à Hello en 1880, en pleine crise mystique, est toujours vrai :

  • 57 Cité par Robert Bessède La crise de conscience catholique dans la littérature et la pensée à la fi (...)

"Beaucoup de choses m'apparaissent confusément, mais la vision pleine et lumineuse, je ne l'ai pas, et voilà l'horreur de ma vie. Je voyage dans la lueur d'un crépuscule interminable"57.

60Peut-être pouvons-nous transposer au plan littéraire cette angoisse spirituelle, et tenter d'expliquer ainsi l'aspect fragmentaire de l'œuvre.

61Colomb, un thème cher à Bloy, qui permet à l'homme et à l'écrivain de faire le point. Ni pamphlet ni récit hagiographique, Christophe Colomb devant les taureaux, par son écriture libre, annonce la fantaisie de l'Exégèse des lieux communs.

  • 58 0, tome II, p. 135.
  • 59 CCT, p. 336.

62Christophe Colomb devant les taureaux : une sorte de miracle médiéval où Dieu et le Diable batailleraient pour emporter le nom de Colomb. Cause perdue, car, Bloy le sait, les adversaires à la béatification les plus redoutables sont dans son propre camp, le camp catholique. D'où un pamphlet porté au paroxysme, mené "à sauts et à gambades", dans le corset de sept chapitres, tout comme la phrase de Bloy. Livre inégal, mosaïque de citations, de redites, de morceaux de bravoure, qui reflète l'évolution de Bloy vers une fantaisie maîtrisée. C'est un travail ainsi décrit par Bloy lui-même : "solitaire et désespéré enlumineur de mes propres images d'héroïsme et d'idéale justice"58 : il s'agit bien d'un hommage toujours répété, à travers le thème de Colomb, au Texte, avec d'infinies variations, seul moyen pour lui, en 1890, d"'acclimater les licornes et les hermines"59.

Notes

1 Œuvres de Léon Bloy, Mercure de France, 1964. Bref rappel historique :
1856 À la demande de Pie IX, le comte Roselly de Lorgues rédige Histoire de la vie et des voyages de Christophe Colomb.
1865 Pie IX encourage le vœu de Roselly et du Comte Tullio Dandolo d'introduire, par voie d'exception, la cause de canonisation de Christophe Colomb.
1870 Le comte Roselly rédige un Mémoire, adressé aux Pères du Concile, qui expose les motifs d'introduire la Cause. Alors que l'on espère faire passer cette introduction par acclamation, le Concile est dispersé.
1873 Le cardinal Donnet introduit la Cause.
1877 Rejet de la Congrégation des rites.
1879 Bloy rédige 4 articles sur Colomb. Trois paraissent dans la Revue catholique.
1884 Le Révélateur du Globe (Bloy). Sources : Roselly de Lorgues Histoire posthume de Christophe Colomb, Paris.
1885 2 éd. Emile Perrin, pp. 244-250. Diccionario de Historia de Espana Alianza Diccionarios 1979. Enciclopedia Universal ilustrada Europeo Americano Espasa Calpe, Madrid Barcelona 1974.

2 "Dissertations assommantes" (p. 296) ; "Il serait inutile et fort assommant..." (p. 325).

3 Propos d'un entrepreneur de démolitions, 0, tome II, pp. 75-8, 08.05.1892 : Bloy caresse le rêve de donner des conférences à Bogota : "Mes livres sur Christophe Colomb (...) me désignaient pour des conférences dans les principales villes de l'Amérique du Sud". Journal de Léon Bloy, tome I, p. 26, Mercure de France, 1963.

4 Joseph Bollery : Vie de Léon Bloy, vol. II, p. 359, lettre du 25.10.1990.

5 Lettres aux Montchal, Œuvres complètes de Léon Bloy, Bernouard, Paris 1947, tome III p. 506, lettre du 25.10.1890.

6 Georges Duby, Robert Mandrou : Histoire de la civilisation française, XVII-XXème siècles, Armand Colin, Paris, 1984, p. 245.

7 Pierre Chevallier : Histoire de la franc-maçonnerie française tome III, Fayard, Paris, 1984, p. 28 : nombre de frères de toutes obédiences : 1862 : 10.000 ; 1989 : 20.000.

8 Eugen Weber : Satan franc-maçon la mystification de Léo Taxil, Julliard, Paris, 1964, p. 201.

9 Jean-Marie Mayeur : Les débuts de la IIIème république, Le Seuil, Paris, 1973, p. 145.

10 Cf. "L'obsession du simulacre" Propos, op.cit., p. 122 : "Une chose tout à fait remarquable, c'est le goût passionné des peuples athées pour les simulacres de chenapans et les images de dentistes célèbres", et "La rhétorique du suicide", 0, tome XV, p. 170.

11 Cf. Bloy : Le Pal, 0, tome 14, p. 82. Attesté par J.-M. Mayeur, op. cit., p. 144.

12 Pierre Chevallier : Histoire. Op. cit., p. 56.

13 Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII, Maison de la Bonne Presse, Paris.

14 Raoul Girardet : Mythes et mythologies politiques. Le Seuil, Paris, 1986, chap. I.

15 On trouve citées les "arrière-loges" dans "Léon XIII et la conspiration des imbéciles" commentaire de l'Encyclique Humanum genus, Propos... op. cit., p. 143.

16 "Si l’imbécile avait osé faire les frais d'une traduction espagnole, on pouvait gagner une somme considérable, mais il a reculé, même devant les quatre sous de quelques échos parisiens". Lettres aux Montchal, op. cit., p. 506. D’autre part, Bloy multiplie les remarques agressives à l’encontre de l’Espagne : pp. 263-264-273-275-278 etc... espérant en retirer un bénéfice de scandale. Il semble que la reine Marie-Christine de Habsbourg, régente de 1885 à 1902, ait protégé la mémoire de Colomb ; cf. un poème cité par Claude Confon dans "Colomb et les écrivains français" Le Magazine littéraire, no 296, février 1992.

17 La Plume no 29 du 01.07.1890 : "Nous sommes heureux d’offrir exceptionnellement à nos lecteurs ce chapitre curieux d’un livre nouveau que Léon Bloy est sur le point de publier après un trop long silence. Œuvre étrange visiblement écrite en vue de renforcer l’armée formidable de ses ennemis d’un contingent de toreros et de rastaquouères".

18 "...Vous devenez un insupportable pédant en matière de catholicisme. (...) Vous avez les idées d'un moine - et d'un moine très cuistre et sans charité... "Barbey d'Aurevilly Correspondance générale, tome VII, Annales littéraires de l'Université de Besançon, Les Belles-Lettres, Paris, 1987.

19 Marc Angenot : La Parole Pamphlétaire, Payot, Paris, 1982, p. 111.

20 Réf. note 11, article du 02.04.1885 "Les Catholiques déshonorent Jésus-Christ comme jamais les Juifs et les plus fanatiques anti-chrétiens ne furent capables de le déshonorer (...). Je les accuse de médiocrité".

21 Bloy collabora à La Restauration en 1874 ; on sait qu'il garda rancune à Cadoudal de ne pas lui avoir payé ses articles. Cf. pp. 265-272 et "L'anniversaire des carcans" 0, tome II, p. 202.

22 Léon XIII demande aux évêques de faire célébrer le 12.10.1892 une messe solennelle De Sanctissima Trinitate.

23 Cf. Exégèse des lieux communs, 0, tome VIII : "Il ne faut pas être plus catholique que le pape" (p. 54).

24 Réf. note 15.

25 CCT, pp. 287-288 : "Entendons-nous, cependant. Mes informations personnelles ne me permettent pas de garantir l’illumination de ce seigneur (...). Je prie qu’on m'éclaire, j'implore des renseignements véridiques. L'héritier des titres et dignités de Colomb est-il ou n'est-il pas franc-maçon ?"

26 Journal de Léon Bloy, Mercure de France, Paris, 1963, tome I, 14 et 15 mai 1892 : Bloy déplore L'inertie" de Léon XIII ; tome II, p. 74, 19.10.1901 : Bloy relit Roselly : juge la forme "médiocre". Voir aussi p. 79, 23.10.1901 et p. 339, 28.02.1907 : "J’ai passé une partie de ma vie à demander bien vainement au pape la "voie exceptionnelle", en ce qui regarde la béatification de Christophe Colomb, indéfiniment ajournée par l'infâme Congrégation des Rites qui demandait 200.000 francs pour introduire la Cause". On sait que le comte Roselly avait refusé de verser cette somme ; Cf. "À l'impossible nul n’est tenu" Exégèse des lieux communs O, tome VIII, p. 92.

27 Marc Angenot, op. cit., p. 295.

28 Léon Bloy de Maurice Bardèche, La Table Ronde, Paris, 1989, pp. 236-237. Une erreur p. 236 : le duc de Veragua (1837-1910) (Cristobal Colon de la Cerda y Gante) n’est pas mort en 1890 !

29 Exemples : CCT p. 290 "La Franc-Maçonnerie et la vieille hérésie Janséniste... politique" p. 291, tiré de "Léon XIII..." pp. 138-139, CCT, pp. 298-3. Il en arriva de partout... Hurleurs immondes" tiré de "Le cent-unième chacal" Propos O, tome II, pp. 126-7, (texte allégé et aéré par de nombreux alinéas).

30 Transposition de "Les fanfares de la charité" Belluaires et Porchers, 0, tome II, p. 368.

31 Une image obsédante, présente à deux reprises : la foule des suppliants au seuil du paradis (p. 270), ou en Amérique, appelant Colomb (p. 332).

32 Le lecteur est pris à témoin par des questions engageant l'adhésion : "Ne vous semble-t-il pas..." (pp. 279-288), des impératifs, qui donnent au pamphlet la spontanéité de l'oral.

33 L'ironie domine, dès l'introduction. Le duc de Veragua en fait les frais, son attitude apparaissant comme un "comble", "se réhabiliter de ses ancêtres" (p. 278) signe d'un mundus inversus, dénoncé par Juvénal, cité p. 265.

34 Lettres Bloy Villiers Huysmans Thot, Vanves, 1980, p. 195 lettre de Huysmans à Arij Prins du 25.11.1890.

35 Mireille Dereu : Le style de Léon Bloy, une figuration rhétorique de la dysphorie, thèse de Doctorat d'État, Nancy II, 3 vol., 1986, inédite.

36 Raïssa Maritain : "Notes de lecture sur Le Révélateur du Globe" Léon Bloy Cahiers de l'Herne, Paris, 1988, p. 156. Métaphore filée : pp. 297-316-318...

37 Hugo : référence à Hernani, p. 273 ; Baudelaire pour les "balcons noirs du plus silencieux orgueil" p. 273 et "l'archange accoudé au balcon des deux" p. 339.

38 Ex. p. 335 "La colère de la Colombe est un ineffable mystère..." ; p. 338 "L'homme, composé, mystérieux..." ; p. 306 : "Il est profondément mystérieux et décourageant...".

39 Bernard Sarrazin "Lyrisme et métaphore ou les avatars du cri prophétique de Léon Bloy" Romantisme no 6, 1973.

40 Égalités établies par définitions, ou par l'établissement d'un point commun : la vie cachée, les outrages, pour C. Colomb = Jésus (pp. 275-279) et l'action des "spadassins du silence" contre Colomb (p. 279) et contre Bloy (p. 257).

41 Autres ex. : p. 284 reprise de la p. 281 : "Il est facile, après cela, de concevoir..." p. 312 reprise de la p. 302 : "Que pensez-vous, après cela...".

42 Pierre Glaudes : "Le tourment de l'irrévocable" Bulletin de la Société des Études Moyennes no 3-4, novembre 1988, janvier 1989, pp. 34-49.

43 CCT, p. 333 "Grande dame..." à p. 335 "Peuples infortunés" repris du Révélateur du Globe ; réduit à quatre paragraphes énergiques dans "Jésus-Christ aux Colonies" Journal, tome II, p. 166, 28.04.1903, paru dans l'Assiette au beurre sous le titre "Colonisons !" le 9 mai ; utilisé aussi dans Le Sang du Pauvre 0, tome IX, p. 118.

44 0, "Sonate romantique pour servir de préface", tome II, p. 21.

45 0, tome II, p. 133.

46 Cf. "Le bon conseil" Belluaires et porchers, 0, p. 170 : "Pamphlétaire ! Sans doute que je le suis, pamphlétaire, parce que je suis forcé de l'être, - vivant, comme je le peux-, dans un monde ignoblement futile et contingent, avec une famine enragée de réalités absolues".

47 Émile Goudeau : Les Polonais, Le Chat Noir no 1, 15.01.1882, paru dans Les Poèmes ironiques, Paris, Ollendorf, 1884.

48 Voir Le Chat Noir no 57,10.02.1883 et no 58, 17.02.1883.

49 "Le choix suprême", 0, tome II, p. 61 : "Il n’y a que deux choses, entendez-vous, qu'on puisse mettre sur une tombe et qui y fasse un très bon effet : La Croix du Sauveur des âmes ou un énorme excrément humain !". Cf. aussi, à propos du Mémoire de l'Académie d’Histoire, le terme : "colique" p. 325.

50 0, tome II, p. 356.

51 Le Pal, 0, tome IV, pp. 59-60, récit de l'affaire Gyp. Mitaine de soie.

52 CCT, p. 289 "Ils méprisent très virilement les mystères de la foi chrétienne, mais ils se tiennent dans un tremblant respect devant le sot mystère de la foi maçonnique".

53 CCT, p. 288 "Argot divin de la secte".

54 P. 278 ; cf. "Rhétorique banale" p. 330 ; "Rhétorique de reconnaissance" p. 317.

55 Exégèse... 0, tome VIII : "Les affaires sont les affaires" p. 33 ; "Être pratique" p. 49 ; "Il faut être de son siècle" p. 52 ; "Je ne parle pas au hasard" p. 276 ; "Faire la charité" p. 210.

56 Sur le "mastic" : cf. "Aller son petit bonhomme de chemin" Exégèse, p. 98 : l'expression toute faite s'impose, dans son absence de sens et entraîne des associations d'idées.

57 Cité par Robert Bessède La crise de conscience catholique dans la littérature et la pensée à la fin du 19ème siècle, Klincksieck, Paris, 1975, p. 528.

58 0, tome II, p. 135.

59 CCT, p. 336.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search