Version classiqueVersion mobile

Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique

Christophe Colomb Révélateur de Léon Bloy

Joseph Royer

Texte intégral

  • 1 Cité par Léon Bloy (R.G.,0. I, p. 133), dont la traduction interprète très librement l'original, c (...)

"Va devant toi ! Et si la terre que tu cherches n'a pas été créée encore, Dieu fera jaillir pour toi des mondes du néant afin de justifier ton audace !"
Schiller1

  • 2 De la Béatification de Christophe Colomb, Obstacles à l'Introduction de la cause.

1Contrairement à ce qu'un vain peuple pense, la découverte principale de Christophe Colomb n’est peut-être pas celle de l'Amérique, mais celle de Léon Bloy. Je profite donc sans vergogne de la célébration d'une découverte pour en commémorer une tout autre, sachant bien que le calendrier ne m'y autorise même pas : c'est à la fin des années 1870 que le navigateur téméraire "invente" l'écrivain farouche. Celui-ci n'est alors l'auteur d'aucune œuvre achevée. La rencontre historique aboutit, dès 1879, à la publication d'une série d'articles2, que complète et parachève, en 1884, Le Révélateur du Globe, premier ouvrage édité.

  • 3 Dans la même période, il est vrai, la Salette inspire Léon Bloy qui entreprend la rédaction du Sym (...)
  • 4 Deux articles en 1882 : Christophe Colomb et la fête nationale italienne, Les Deux Cercueils de Ch (...)

2Ainsi, c'est bien sous le patronage de Christophe Colomb que s'inaugure la carrière littéraire de Léon Bloy3. L'illustre marin révèle Léon Bloy à lui-même : il en fait enfin un écrivain, dont les caractéristiques les plus originales sont déjà présentes, pour la plupart, dans ce premier volume. Et il en est largement payé de retour, puisque le Mendiant ingrat, devenant ici prodigue, non seulement lui consacre un cycle important d'écrits qui ne se limite pas au Révélateur du Globe4, mais s'engage, avec l'ardeur que l'on sait, dans la bataille du procès en béatification de son Inventeur (à ce propos, comment ne pas suggérer - sans prétendre exercer la moindre pression sur les autorités religieuses compétentes - que la principale sinon la seule pièce à verser au dossier de cette béatification réside précisément dans le miracle posthume, et d'autant plus remarquable, qu'attestent la découverte et la conquête du pamphlétaire par le Grand Amiral ?).

  • 5 Voir Le dernier enfant d’Homère, 0. XV, p. 175, sq., et Exégèse des Lieux communs, 0. VIII, p. 301 (...)
  • 6 R.G., 0. I, pp. 119-143.

3Plus encore, Léon Bloy gratifie somptueusement Christophe Colomb d'une double révélation. L'une porte sur l'identité de sa découverte : l'Amérique n'est pas ce que l'on croit, mais un chiffre qu'il faut savoir décrypter. Serait-ce l'Atlantide, où le Paradis terrestre jouxte l'Enfer au point que le voyageur risque de les confondre, - continent englouti, surgi brusquemment du fond de l'océan, après une longue dérive sous-marine, "afin de justifier l'audace" du navigateur intrépide5 ? L'autre concerne l'identité du découvreur lui-même : Christophe Colomb n'est pas un simple héros parmi les autres. Si Bloy ose le nommer "le plus grand des hommes", et le qualifier d'"homme presque divin"6, c'est qu'il a pour lui valeur emblématique exemplaire. Celui qui révéla Léon Bloy est en même temps le prototype du révélateur selon Léon Bloy. Il est "le" révélateur par excellence, parce que nul mieux que lui ne révèle ce qu'est la révélation. Sa révélation n'a pas d'autre contenu que la révélation. L'histoire de Christophe Colomb, récrite par Léon Bloy, devient une parabole sur la révélation, qu'annonce d'emblée le titre du livre paru en 1884. Reste à s'entendre sur le sens de cette révélation qui ne saurait se réduire au contenu littéral immédiat, puisque parabole il y a.

  • 7 Voir notamment le chapitre R.G., 1, chap. 8, où Bloy se montre prêt à admettre les "anecdotes apoc (...)

4Oublions pour cela le prétexte historique. Dans sa parabole Bloy mêle aux faits historiques le mythe, la légende, voire ses fictions personnelles, avec la plus totale désinvolture7. On ne doit pas s'en étonner ni s'en indigner : chaque élément acquiert une fonction identique, celle de figure.

5Oublions encore le prétexte polémique, la violente dénonciation des tentatives de "récupération" de Christophe Colomb par le libéralisme, le protestantisme ou la franc maçonnerie. Chez Léon Bloy, le pamphlétaire n'est jamais que le masque d'un personnage beaucoup plus profond : l'exégète. Il est d'ailleurs possible de doter les digressions polémiques d'une valeur figurative elles-mêmes. Ne constituent-elles pas le plus sûr indice de la progidieuse ambivalence du héros dont on défend la cause et dont se réclament les deux camps opposés ?

6Oublions surtout le prétexte religieux apparent. Tâche qui demande plus d'abattage et requiert sans doute une véritable ascèse lors de la première lecture, tant il est omniprésent et pesant. Mais que Léon Bloy ait effectivement cru en la sainteté de son grand homme, que Le Révélateur du Globe s'assigne explicitement pour but d'en hâter et faciliter la béatification officielle, importe finalement bien peu si Christophe Colomb est une figure de parabole. Le motif avoué paraît ici trop manifeste pour témoigner de la stratégie véritable et du sens le plus riche. Comme dans toute œuvre de Léon Bloy, ce qui exhibe, cache ; ce qui accroche le plus immédiatement le regard, est voué à servir de trompe-l’œil. La "révélation" dont nous sommes en quête a beau s'abriter derrière la "Révélation" des théologiens, elle ne coïncide aucunement avec elle - qui d'ailleurs prend aussi rang de figure.

  • 8 C.C.T., O. I, pp. 329-330.

7Évitant ces écueils, et bien d'autres qui peuvent aussi sûrement entraîner naufrage, peut-être parviendrons-nous à bon port. Invoquons donc le "bienheureux" Christophe Colomb, que Bloy imagine en "Protecteur céleste des épouvantables infortunés qui ne savent quel saint invoquer et s'offrent à tous les démons"8. Invoquons-le, avant de tenter la périlleuse traversée du texte !

Transsubstantiation et révélation

8Sous les traits de Christophe Colomb on serait tenté de discerner hâtivement un autoportrait de Léon Bloy. L'épopée du Révélateur d'un monde nouveau ne serait-elle qu’une transparente fable autobiographique ? Colomb, comme tous les personnages historiques auxquels Bloy s'est intéressé (Marie Antoinette, Naundorff, Napoléon, Jeanne d'Arc...) présente les mêmes caractéristiques : l'alternance de grandeur et de misère, de gloire et d'échec. Ces destinées hors du commun se terminent toutes tragiquement, dans l'abandon, la solitude, la pauvreté, la persécution, les condamnations infamantes... Bloy utiliserait ce matériau thématique pour se complaire dans son infortune en évoquant la leur, tout en projetant en eux ses rêves de puissance et de gloire.

  • 9 R.G., pp. 74-75, 0. I, mais aussi pp. 34-96-99, etc.

9De ce point de vue, dans l'histoire de Christophe Colomb, le motif de la Mer ténébreuse attire particulièrement l'attention. Le Mare tenebrosum ou le Bahr-al-Talmet (car Bloy utilise volontiers la désignation latine ou arabe, comme pour sacraliser davantage la chose), c'est la "ceinture d'abîmes peuplée de monstres"9 dont la cosmographie des Anciens entoure et délimite le domaine connu de la terre : au delà d'elle s'ouvrent les enfers et nul n'en revient.

10En 1879, lors de la publication des premiers textes consacrés à Colomb, Bloy a suffisamment vécu d'épreuves et de revers pour pouvoir lester d'un poids de chair cette formule mythique. Mais sa liaison avec Anne-Marie Roulé n'a pas encore connu son dénouement tragique. En 1884, quand paraît Le Révélateur du Globe, il vient tout juste de sortir de ce qu'il faut bien appeler sa "saison en enfer" et s'apprête à l'exorciser dans Le Désespéré. Il sait désormais ce qu'il en coûte d'explorer l'infranchissable. Ce n'est guère en vainqueur qu'il a réussi à traverser cette terrible initiation où il a côtoyé la folie. Il a appris que ce voyage d'exception pouvait être sans retour... Tout cela transfigure le livre de 1884 en poème de douleur. La moindre allusion au Mare tenebrosum y revêt une aura fascinante : on y trouve l'écho de la formidable et toute proche tourmente.

11Léon Bloy semble lui-même nous convier à cette lecture pathétique, si l'on en croit ce qu'il nous dit de quelques autres de ses personnages historiques, notamment Louis XVII Naundorff :

  • 10 Mon Journal, 26.06.1897, lettre à Henri Provins.

"Songez que je suis réellement le protagoniste perpétuel de toutes mes fictions, que j'incarne exactement, au prix de quelles douleurs ! Tous les souffrants, tous les saignants, tous les désolés que j'ai tenté de faire vivre en leur supposant mon âme. Cela d'une manière si complète, si absolue, qu'il me faudra nécessairement, dussé-je en mourir, me transsubstantier en Louis XVII pour arriver à le peindre"10.

12On n'aurait plus dès lors qu'à appliquer au cas de Christophe Colomb cette relation d'identification qui va jusqu'à la transsubstantiation et s'effectue sous le signe du pathos. On pourrait ainsi transposer au Révélateur du Globe ce que Bloy dit encore, ailleurs, du fils de Louis XVI - il suffirait de changer le nom.

  • 11 Le Vieux de la Montagne, 29.12.1909.

"(...) (Christophe Colomb), c'est moi-même, c'est-à-dire que ce personnage historique, mystérieux et si douloureux, je l'ai vu en moi, dans la grande glace noire qui est au fond de mon cœur"11.

13On obtient ainsi à peu de frais un sens apparemment satisfaisant et qui dispense de plus ample investigation, d'autant qu'il est partiellement légitime.

14Le mot de transsubstantiation que Bloy souligne ne facilite pourtant guère la question. Il fait évidemment référence au mystère de l’eucharistie, dans lequel la substance matérielle de l’hostie s'abolit en substance divine et manifeste la présence réelle. Mais dans l'usage qu'en propose l'auteur du Fils de Louis XVI, on ne saisit pas clairement quelle "substance" remplace l'autre. "Incarner" Louis XVII (ou Colomb), et se transsubstantier en eux, c'est évidemment quitter sa substance pour la leur. Au contraire, leur "supposer son âme", dire d'eux "c'est moi-même", inverse le changement de substance : les personnages historiques s'engloutissent dans les abîmes sans fond du "moi" bloyen. Les deux transmutations reviendraient-elles au même ? Ne supposent-elles pas plutôt une troisième substance dans laquelle elles puissent se confondre au point de ne faire plus qu'un ?

15Bloy ne manque pas de nous donner des éléments de réponse, et tout spécialement à l'occasion des longues "digressions" qu'il consacre à sa vision de l'histoire. Dans le cas qui nous intéresse, Le Désespéré nous livre une très précieuse indication, lors de l'exposé du projet de "symbolisme universel", de "synthèse" et de "sens" "absolus", que Marchenoir s'efforce de concevoir et de réaliser. À travers le débordement de comparaisons qui visent à cerner dans la mesure du possible ce monstre impossible, surgit une allusion où Marchenoir rapproche sa résolution de celle de Christophe Colomb :

  • 12 Le Désespéré, 0. III, p. 133.

"Je suis en partance, comme Colomb, pour l'exploration de la Mer ténébreuse, avec la certitude de l'existence d'un monde à découvrir et la crainte de révolter, à moitié chemin, cinquante passions imbéciles"12.

16Cette comparaison incidente place la "transsubstantiation" sous une autre lumière, en l'orientant du côté du Révélateur et de la révélation.

17Ainsi perçu, Colomb n'est plus motif à simple identification pathétique. Nous ne sommes plus dans l'ordre de la projection psychologique, mais dans celui, tout différent, de la construction de modèle. Sous les traits de Colomb s'esquisse le portrait-type de l'écrivain-exégète que Marchenoir (Bloy) a l'ambition d'être et qui aurait pour mission d'ôter le "velum" de toutes choses, en particulier de l'histoire, donc de révéler.

18La Mer ténébreuse dépasse ici largement le cadre des événements biographiques intimes, elle s'étend à tout événement, recouvre tout, devient figure de la nature et de l'histoire universelle, dont il s'agit d'élucider le sens, grâce à une méthode d'interprétation, déjà fortement présente et thématisée dans Le Révélateur du Globe, avant Le Désespéré.

19Le "monde à découvrir" ne serait-il pas, dans cette perspective, celui d'une écriture radicalement nouvelle ? Écriture-révélation, qui n'admet pas de moyen terme entre la révélation et le lieu commun, pour laquelle "transsubstantier" revient à donner substance à toutes choses en les révélant par l'écriture. Sous le patronage de Colomb, paradigme de cette entreprise, Bloy inaugure un nouveau mode d'exploration, découvre et conquiert de nouvelles régions du sens. Ceci le condamne à naviguer en solitaire, et à "révolter cinquante passions imbéciles" : on n'attaque pas impunément de front la conception traditionnelle de la littérature, de l'histoire, de la religion, de la critique et de l'herméneutique, dont les genres et les frontières sont constamment mis en cause. Le projet risque de rencontrer l'incompréhension de tous les publics. La violation provocante du "sens commun" se paye très cher, Bloy l'apprit bien vite à ses dépens.

20La notion de révélation nous situe au cœur même de la "découverte", et Le Révélateur du Globe, dont c'est le thème directeur, permet d'en construire la forme paradigmatique, et d'en montrer les effets sur le matériau complexe du livre, ainsi que sur le statut du lecteur.

  • 13 R.G., 0. I. p. 84.

21La prolifération des figures, la densité de leurs réseaux ne doivent pas conduire à négliger l'art du raccourci et des "formules abréviatives", auquel Bloy nous invite instamment en en faisant une des règles d'or de l'écrivain-exégète dont il dessine le portrait, qui n'est autre qu'un autoportrait : il faut savoir être un "abréviateur intuitif"13. À ce titre, les multiples significations qui viennent s'entrecroiser dans la notion de révélation peuvent être l'objet d'une double épure, algébrique et géométrique.

22La meilleure formule abréviative nous paraît tenir dans celle de surérogation. En raison, d'abord, de son étymologie latine. Admirons-la au passage, avec ses résonances merveilleusement bloyennes : le mot vient de supererogare, c'est-à-dire payer ou dépenser en supplément. De plus, même si ce terme n'est pas des plus utilisés par Bloy, il n'en est pas moins celui qui "englobe" le mieux toutes les potentialités de la notion de révélation.

23Ce dont il est question sous le nom de révélation dans Le Révélateur du Globe (mais plus généralement aussi dans toute l’œuvre de Bloy) a pour propriété d'être :

  • 14 R.G., 0. I, p. 32. Dans le contexte la formule s'applique aux travaux de Roselly de Lorgues, mais (...)

"Comme une révélation surérogatoire ajoutée à l'autre Révélation"14.

24La révélation (sans majuscule) est supplément à payer, (surtaxe !) qui suppose une révélation antérieure, "la" révélation, ou Révélation (avec majuscule), donnée irréductible. Elle est commentaire d'un texte antérieur, que constitue "le" Livre.

25D'où la dynamique contradictoire et la tension qui la traversent. Le surérogatoire ne risque-t-il pas de paraître superfétatoire ? S'il s'impose comme complément inéluctable, sa nature d'ajout le voue cependant au rang des objets dérivés et seconds. Il oscille donc entre le superflu et le nécessaire, la répétition redondante et la recréation du sens, l'audace conquérante et le respect craintif.

26La Révélation première a pour fonction de tout dire : elle est absolue ou n'est pas, car elle est Révélation de l'Absolu. Mais ce qu'elle dit, précisément parce que c'est l'Absolu, reste enveloppé, obscur, caché. Ainsi, le complément ajouté, ou la "dépense supplémentaire" dont Bloy nous retrace l'épopée à travers celle de Colomb, consiste bien à dévoiler ce qui était caché, développer ce qui demeurait enveloppé, à clarifier les domaines ténébreux. On rejoint en ce sens les acceptions les plus classiques et orthodoxes de la notion de révélation : "apocalypsis" ou dévoilement, "phanérôsis" ou manifestation.

27Mais la parabole bloyenne montre comment la révélation surérogatoire peut elle-même "déplacer", "détourner", "renverser" la Révélation première, comment elle finit par l'occulter. Elle la sert, mais au risque d'en prendre la place. Elle y "supplée" en la "supplantant".

28De plus, aucun ajout ne saurait prétendre être définitif. Il appelle d'autres ajouts, qui eux-mêmes en entraîneront d'autres, dans un cycle sans fin de substitutions. Le surérogatoire, ou "supplément à payer", déchaîne inévitablement l'inflation.

  • 15 À rapprocher du "tournoyant esprit (...) qui revient en ses propres cercles'' dont parle Le Salut (...)

29La figure géométrique prend ici le relais de l'abréviation algébrique : celle du cercle s'impose. La révélation surérogatoire est circularité sans fin15, à condition de bien entendre qu’il ne s'agit pas d'un cercle fermé. Il répète en variant, ses apparentes redondances sont en même temps renouvellement, augmentation, ne serait-ce que par le contexte, toujours différent. Mais ce mouvement de relance permanent compromet la réalisation de la sphère. Le "Révélateur du Globe" révèle précisément l'impossibilité du Globe. Les deux hémisphères qu'il s'efforce d'unir, ne joignent pas ou joignent mal. La parabole décrit le drame de la globalité inaccessible, l'échec auquel se condamne immanquablement la quête de la synthèse et du sens absolus, dont rêve Marchenoir.

  • 16 R.G., 0. I, p. 76.
  • 17 R.G., 0. I, p. 111. Voir aussi le beau passage de la p. 85, où mieux que nulle part ailleurs Bloy (...)
  • 18 R.G., 0. I, p. 176.
  • 19 R.G., 0. I, p. 85.
  • 20 R.G., 0. I, p. 137, sq. À rapprocher d'Adamastor, le "géant des tempêtes", autre figure de l'Inter (...)
  • 21 R.G., 1, 3.

30Aucun des ouvrages ultérieurs ne montre mieux que ce premier livre le principe qui meut cette circularité sans fin, c'est-à-dire le désir, confronté à l'irrévocable, sous ses trois espèces du passé, de la mort et de l'interdit. Si "la vraie patrie des hommes c'est leur désir"16, celui du Révélateur est désir de l'impossible17 que Bloy formule en des figures inoubliables. Celle du prophète couché sur l'enfant mort18 ; celle d'Œdipe affrontant "jusqu'à l'aurore" le "Sphinx intégral du Passé19 ; celle du combat épique avec Typhon, personnification de la Mer ténébreuse20 ; ou celle encore du Diable, où se résume l'irrévocable21. Insuffler la vie à ce qui n'en a pas ou n'en a plus, braver l'Interdit et le Secret, introduire la réversibilité dans l'irrévocable, dompter les monstres des ténèbres : telle est la tâche, à la fois nécessaire et impossible de l'écrivain-révélateur. Cette démesure contraste singulièrement avec la complémentarité modeste qu'annonce au départ le concept de surérogatoire. Mais elle en est l'aboutissement. Le "supplément à payer" dérive vers la dépense fastueuse, sinon ruineuse. Le traitement que Bloy réserve aux travaux de Roselly de Lorgues, le Postulateur, son guide permanent dans la biographie de Colomb, et sa principale source, mérite toute notre attention. Le texte de Bloy, qui n'est qu'un débutant, multiplie les protestations de respect et de fidélité à l'égard du Maître éminent, comme s'il n'était qu'un humble faire-valoir, innocent additif. Cela n'empêche pas la rhétorique pieuse et empesée du "disciple" de révéler, plus qu'elle ne les cache, les débordements du combat avec l'Ange, fût-ce l'Ange maudit, et les manœuvres de "supplantation".

Les révélateurs du Révélateur

  • 22 R.G., 0. I, pp. 30-92.
  • 23 Cf. note (14).
  • 24 R.G., 0. I, pp. 31-202.

31Parmi les éloges dithyrambiques dont Bloy gratifie Roselly de Lorgues, l'appellation de "révélateur du Révélateur" ou de "découvreur du Découvreur"22 doit nous servir de point de départ. Elle introduit la notion de surérogatoire, qui est effectivement présentée dans ce contexte23. Les travaux du Postulateur "restituent", "ressuscitent"24 Christophe Colomb et en augmentent la silhouette d'un "supplément" considérable, puisqu'il s'agit d'officialiser l'auréole. Le commentaire bloyen s'inscrit dans ce jeu de surenchère, caractéristique de la "surérogation" : Colomb "ajoute" à la Création la moitié qui lui manquait, son biographe le rémunère en le nimbant d'une auréole. Léon Bloy, présentateur et commentateur du biographe, se contenterait-il d'apporter l'orchestration lyrique de sa rhétorique un peu trop sonore pour être parfaitement honnête ?

32La relation du commentaire et de son "modèle" est explicitement thématisée dans Le Révélateur du Globe. Bloy ne manque pas de la placer sous le signe de l'amplification admirative et respectueuse. Il l'exprime à travers une série de dénégations dont nous allons livrer trois exemples saisissants : ils ne peuvent qu'éveiller la plus grande surprise du lecteur, tellement ils énoncent le contraire de ce que pratique en fait le commentateur.

  • 25 R.G., 0. I, p. 137.

1) "Je n'aime guère les citations et on ne m'accusera pas d'en avoir abusé"25.

  • 26 R.G., 0. I, pp. 124-126.

33Cette affirmation catégorique par laquelle l'auteur vise à introduire (à son corps défendant ?) une nouvelle et interminable citation de Roselly de Lorgues, paraîtra proprement renversante, pour qui a quelque peu lu Bloy. Non seulement tous ses textes regorgent de citations et leur attribuent les fonctions les plus importantes et diversifiées, mais Le Révélateur du Globe en est plus que les autres tissu. Les extraits des différents ouvrages de Roselly de Lorgues ne constituent sans doute pas loin des deux tiers du livre, sans parler des cinquante pages d'Appendices qui ne sont que des citations plus développées, et si longues qu'il eût été impossible de les intégrer au texte, sauf à en faire une anthologie de Roselly de Lorgues. Partout, Bloy cite et utilise des citations qui elles-mêmes citent, pratiquant l'emboîtement de citations selon un jeu de renvois parfois vertigineux : ainsi, Bloy cite Roselly, qui cite un biographe antérieur, qui cite un propos ou un écrit de Colomb qui cite la bible... laquelle ramène évidemment au point de départ, car elle ne peut que citer Bloy26 Dans la circularité sans fin de la révélation surérogatoire, la Bible, - en d'autres termes la Révélation - a pour fonction d'éviter la régression à l'infini ("il faut bien s'arrêter...), encore ne s'agit-il pas de n'importe quelle Bible, mais de la Vulgate, qui est elle-même une traduction...

  • 27 R.G., 0. I, p. 133.

2) "(...) Je ne sais vraiment pas ce qu’on pourrait y ajouter et (...) je me désespère à chercher quelque chose qu’il n’ait pas dit, afin d'être original, en le disant moi-même (...)"27.

  • 28 R.G., 0. I, pp. 124-186.
  • 29 R.G., 0. I, p. 135.

34Ainsi Bloy juge-t-il les travaux du Postulateur. Cette proclamation leur accorde valeur définitive et exhaustive. La révélation surérogatoire amorce toujours ses développements en se plaçant sous l'autorité absolue de la Révélation qui lui sert de référence : point besoin d'ajout, on ne peut rien dire de plus, mais... et derrière ce mais, Bloy ajoute ses parenthèses, ses paraphrases, les débordements de son "métatexte". Il glose même (et surtout ?) lorsqu'il prétend citer sans commentaire28. Outre que le silence peut être éloquent, le lieu d'insertion de la citation dans le montage textuel suffit à lui seul pour suggérer le commentaire. Tout en affirmant qu'"il faut aller au livre lui-même"29, il rend l'opération inutile : qui, de nos jours, aura la curiosité d'ouvrir les volumes du Postulateur, si ce n'est quelques lecteurs de Bloy, qui le feront en référence à Bloy. La relation est inversée, le commentaire supplée et supplante.

  • 30 R.G., 0. I, p. 137.

3) "(...) Les pages d'un beau livre ne doivent pas s'éparpiller comme les feuilles sibyllines"30.

  • 31 Le terme se trouve ibidem.

35Tout le travail de Bloy consiste au contraire à désassembler, éparpiller, déplacer, et combiner en de multiples variations l'ensemble des éléments qu'il trouve chez Roselly de Lorgues. Certes, le Postulateur offre, ou peu s'en faut, tout le matériau, jusqu'au titre même du livre de Bloy, qui est une expression empruntée. Mais ce matériau de base est littéralement pulvérisé : sans "l’éparpillement des feuilles", il n'est point de Sibylle ! La mise à plat du texte de référence détermine son "explanation"31. Chaque thème acquiert ainsi une mobilité et une plasticité singulières qu'interdisait le lourd appareil hagiographique conçu par Roselly de Lorgues. La discontinuité et le mouvement soumettent les figures à une sorte d'effet stroboscopique. A tel point qu'on ne peut plus lire les morceaux choisis de Roselly de Lorgues donnés en appendice (ni sans doute le livre entier auquel Bloy nous renvoie - ironiquement ?), sans déclencher cette machinerie diabolique : chaque ligne du Postulateur est investie et rendue digestible d'avance par les "enzymes" bloyens.

  • 32 R.G., 0. I, pp. 54-84, p. 35 (raccourci).
  • 33 R.G., 0. I, pp. 98-167..., pp. 43-129..., p. 44...
  • 34 R.G., 0. I, p. 75.
  • 35 R.G., 0. I, p. 94, où Bloy détourne la notion de détournement (apotropéen).
  • 36 R.G., 0. I, p. 98.
  • 37 R.G., 0. I, p. 119, p. 134 (substitution).

36Les techniques bloyennes de traitement de texte sont déjà à l'œuvre tout au long de ce premier ouvrage édité. Mieux, la plupart des termes qui en désignent les principales règles transparaissaient déjà au fil des pages : l'abréviation32, qui restructure le matériau de base, l'aère de raccourcis fulgurants ; en sens inverse, l'amplification, la dilatation, ou encore le dédoublement33, en quoi s'effectue le surcodage des figures, présentes chez Roselly mais rigidement codées ; la translation34, le détournement35, le renversement et la réversibilité36, par le texte surérogatoire se substituent au texte matriciel, pour n'en faire plus qu'un prétexte et le supplanter37

37Certes, ces termes clefs qui parsèment le livre semblent innocemment parler de tout autre chose. C'est qu'ils sont eux-mêmes des figures, qui, à la manière des personnages et des épisodes de la parabole, en disent toujours "plus" que ce qu'elles paraissent, mais ils opèrent remarquablement dans le texte.

38Dès Le Révélateur du Globe, Bloy inaugure sa manière, qui consiste à construire ses textes sur la glose d'autres textes qu'elle "récrit". Cette réécriture se développe donc à la frontière de la lecture et de l'écriture. Elle tend à fusionner ces deux pratiques, qui composent les deux hémisphères du sens, séparés (irrévocablement ?) par le Mare tenebrosum de l'herméneutique. Elle s'efforce de répondre à deux exigences contradictoires : celle d'un type d'écrit conçu pour inciter à la lecture interprétative, et qui par conséquent voile, enveloppe, occulte le sens, sous le "velum" du contenu apparent ; et celle du commentaire interprétatif lui-même, qui dévoile, développe, clarifie, suggère les clefs, indique le chemin, fait signe à l’œil le plus myope...

  • 38 Le cas de Borgès nous paraît s'en rapprocher. On ne peut que regretter que cet auteur n'ait pas da (...)

39L'originalité et l'audace de Léon Bloy ne s'arrêtent pas là : cette "manière" devient en effet la "matière" même de l'œuvre. On peut évidemment donner bien des exemples de lectures-commentaires qui se hissent au rang d'œuvres littéraires et relèvent de l'écriture, au sens le plus fort du terme. De même, la littérature ne manque pas d'exemples de textes écrits pour être décryptés. La fusion des deux genres est déjà plus exceptionnelle, bien qu'elle commande une tradition où brillent quelques chefs-d'œuvre, de Virgile à Joyce... Mais Bloy explore un domaine nouveau : celui où cette fusion de la lecture et de l'écriture, de l'interprétation et de l'énigme à interpréter, du cryptogramme et du décryptage, deviennent le sujet de l'œuvre, ainsi qu'en attestent les innombrables digressions et parenthèses qui parsèment ses livres et ramènent invariablement à cette relation de la lecture et de l'écriture. Bloy "invente" un nouveau continent littéraire, où il règne encore en solitaire38, et que nous appellerons, faute de mieux, celui de la "méta-littérature" comme œuvre littéraire. L'écriture s'y accomplit par l'autorévélation d'elle-même : chaque objet qu'elle aborde reflète ses lois constitutives, indique ses principes et ses fins, manifeste sa tension interne. Que Christophe Colomb ait pu constituer l'emblème idéal de cette découverte et de cette révélation, un bref parcours du matériau thématique associé au Révélateur, suffira à le montrer.

La circumnavigation

40Suivons la règle que Bloy, selon l'une de ses ruses habituelles, met sous la plume du Postulateur, en la noyant dans une citation de deux pages :

  • 39 R.G., 0. I, p. 97.

"Décomposons l'emblème ; les détails nous feront trouver aisément la signification de l'ensemble"39.

41Ce précepte, qui chez Roselly de Lorgues, n'a sans doute valeur que de référence prudhommesque aux vertus de l'analyse et de la synthèse, recodé à la lumière de la métalangue bloyenne, nous rappelle à la nécessité de l'"éparpillement des feuilles sibyllines", et de l"'abréviation". Dans le personnage de Christophe Colomb, tout prend forme emblématique, le prénom, le nom, les faits et gestes, la destinée posthume à travers les historiens... Dans l'abondant matériau avec lequel Bloy jongle, non sans virtuosité, se dessinent deux axes où se réfractent toutes les caractéristiques de la surérogation. Colomb est bien le Révélateur. Il l'est doublement : dans sa biographie et dans le rapport qu'elle entretient avec le Livre, c'est-à-dire la Révélation.

42La biographie de Colomb tient en cinq figures : serviteur, amplificateur, suppléant, supplanteur, supplanté.

43Les traits qui composent en Colomb un serviteur zélé de la Providence sont évidemment grossis, ainsi que l'exige le propos explicitement hagiographique : les onze chapitres de la seconde partie du Révélateur du Globe s'intitulent Le Serviteur de Dieu, et ils occupent une position centrale. Ne serait-il qu'un simple messager et passager de la Providence, un "passeur", à l'image de son saint patron le Christophore, un apôtre et un missionnaire qui n'agit que sous la motion divine ? La répétition insistante de ces termes le laisserait parfois entendre. Mais s'ouvrent aussi d'autres registres de sens.

  • 40 R.G., 0. I, p. 111. Ne serait-ce pas la meilleure définition du poète selon Bloy ?
  • 41 R.G., 0. I, p. 48 : "(...) le Dieu qui t'a choisi pour leur servir de père en te substituant à LUI (...)

44Colomb découvre, invente, amplifie, double la Création. Il devient donc "auteur", au sens étymologique du terme (celui qui augmente) et créateur. Bloy va jusqu'à dire de lui qu'il "va, en une manière, parachever l'Œuvre des sept jours"40, même s'il place cette formule extrême en bas de note, et l'assortit d'une restriction rhétorique. Tout cela classe Colomb au-dessus des simples instruments de la Providence, et le promeut au rang de suppléant de Dieu, ainsi que nous l’indique un passage qui évoque, avec luxe d'italiques et de majuscules, son rôle de substitut41. Notion évidemment charnière, car elle fait vite passer du légal (fondé de pouvoir) à l'illicite (usurpateur).

  • 42 R.G., 0. I, p. 100, voir aussi pp. 111-143.
  • 43 R.G., 0. I, pp. 71-137.

45Ce dernier thème requiert les précautions de l'allusion et les ressources savamment graduées de la rhétorique, mais il n'en est pas moins présent d'un bout à l'autre du livre. Il est préparé par celui de l'audace. Navigateur téméraire, Colomb explique sa vocation de marin par la volonté de dévoiler les secrets : "Cette carrière porte qui la suit à vouloir pénétrer les secrets de ce monde..."42. Ambition dont la portée transgressive trouve son plein développement dans l'affrontement du Mare tenebrosum et de Typhon, figures transparentes de l'Interdit43 Nouvel Œdipe, il ose combattre le "Sphinx intégral". Il est le vainqueur de la Mer ténébreuse.

  • 44 R.G., 0. I, pp. 76-86-124.
  • 45 R.G., 0. I, p. 136.
  • 46 R.G., 0. I, p. 134.

46Mais cette victoire sent le souffre, comme le suggèrent une série d'expressions, où l'ambiguïté est dosée de manière à ne pas effaroucher les pieux lecteurs : "Caïn de l'innocence", "face de Méduse de la profonde horreur et de la profonde pitié", "Léviathan de magnificence..."44. Et lorsque nous lisons que "La Découverte de l'Amérique est une véritable descente aux enfers"45, la formule peut s'entendre de manière réversible : Colomb vient abolir l'enfer, ou bien il apporte l'enfer avec lui. Car son rêve d'évangélisation du Nouveau Monde inaugure le plus gigantesque pillage et génocide de l'histoire, et transforme les Indiens en "bétail immense pour le travail et pour l'extermination"46. Serait-il devenu messager du Diable, "supplantant" la mission divine ?

  • 47 R.G., 0. I, pp. 165-119.
  • 48 R.G., 0. I, p. 136.
  • 49 R.G., 0. I, p. 134.

47Finalement, la vie de Colomb s'achève dans l'échec, la trahison, la calomnie, la destitution47. Selon la loi du "renversement des rôles"48 le suppléant inversé en supplantateur est lui-même supplanté. Que le continent découvert par Colomb porte désormais le nom du médiocre Amerigo Vespucci n'est pas un des moindres aspects de cette "supplantation"49.

48Ce thème interprétatif de la biographie est immédiatement transposable dans la relation qu'elle entretient avec la Révélation scripturaire.

49Chaque épisode biographique est déjà consigné dans le Livre :

  • 50 R.G., 0. I, p. 98.

"(...) de pieux et savants interprètes ont distinctement aperçu l'Inventeur du Nouveau Monde à travers les énigmes et les figures du Saint Livre"50.

  • 51 R.G., 0. I, pp 48-90-114-115-116.

50Bloy convoque à l'appui le Cantique des Cantiques, les Psaumes, saint Paul et surtout Isaïe51. En ce sens, Colomb répète sans rien ajouter. Mais en même temps, il dévoile, développe, corrobore, accomplit. Cette révélation surérogatoire, est aussi clairement désignée comme amplification, et pas n'importe laquelle, puisqu'elle est pur et simple dédoublement. Affecterait-elle la Révélation originelle d'imperfection, d'inachèvement, en la divisant d'autant ? Un très important passage montre bien comment le surérogatoire peut mettre en danger ce dont il n'est en principe que le complément :

  • 52 R.G., 0. I, p. 34.

"L'apparition soudaine d'un Messager et d'un Révélateur au sein d'une société si fermement assise dans la certitude que toutes les révélations divines étaient consommées fut, sans doute, pour un grand nombre d'esprits altiers, une formidable épreuve préliminaire à la tempestueuse expugnation luthérienne. On est forcé de le reconnaître, les deux événements simultanés de la Découverte du Nouveau Monde et de la Renaissance du Monde Antique étaient bien de nature à désorbiter la raison humaine et à faire tourner le lait universitaire des plus orthodoxes doctrines"52.

51Colomb est situé là en bien mauvaise compagnie, car il se voit rapproché de l'esprit de la Réforme et de la Renaissance, alors même que tout le combat de son thurifaire consiste à l'en séparer vigoureusement en attaquant ceux qui tentent de le "récupérer" en ce sens. De plus, il n'est guère, en principe, dans les attributs de la sainteté de "faire tourner le lait de l'orthodoxie" ! Ce paragraphe présente un bon échantillon de l'habileté avec laquelle Bloy va jusqu'au bout de la logique de ses figures, et notamment celle de la surérogation.

  • 53 R.G., 0. I, p. 71.
  • 54 R.G., 0. I, p. 125.
  • 55 R.G., 0. I, I, p. 44, où Bloy fait citer Humboldt... par Christophe Colomb (en s'en excusant en no (...)

52Le "vaingueur de la Mer ténébreuse" enfreint le cercle maudit qui ferme le sens53, il déverrouille "les barrières de la mer Océane, fermées jusque-là de chaînes si fortes !"54. Grâce à lui, "Le livre de la nature, hermétiquement fermé jusqu'à ce jour, est enfin ouvert". Par lui va "se révéler tout à coup un sens nouveau"55. Rompre le cercle, ôter verrous et barrières, renouveler le sens, voilà qui ne peut que faire "tourner le lait" de toute orthodoxie.

  • 56 R.G., 0. I, pp. 55-131.
  • 57 R.G., 0. I, p. 167. Le mot de circumnavigation apparaît p. 111.
  • 58 R.G., 0. I, p. 177. Lire aussi le beau passage sur Saint Patrice qu'appellent les enfants dans le (...)

53Mais le Révélateur ne fait que déplacer les barrières, comme l'indique le thème de la Ligne de Démarcation56. Espérant unir les deux hémisphères, il les désunit. Il ne parvient pas à mener à bien son projet de circumnavigation : de l'Europe, naviguer jusqu'aux Indes occidentales, puis traverser "la mer libre au-delà du nouveau continent"57, rejoindre enfin les Indes orientales. Il ne réussit pas à embrasser le sens dans un cercle parfait, mais ouvre la circularité sans fin. Il se résorbe dans l''appel58 : il en appelle à d'autres révélateurs, honnêtes et prudents voyageurs (Roselly de Lorgues), ou audacieux supplanteurs (Bloy). La circumnavigation, par delà les exégètes-écrivains, entraîne tout lecteur dans sa ronde.

Dans le cercle de Popilius

54Un texte édifié sur les rapports réversibles de la lecture et de l'écriture ne peut que faire intervenir le lecteur dans le cercle.

55Léon Bloy exige beaucoup de son lecteur, qui doit "s'acquitter d'un supplément" (lourde dépense, parfois), selon les mystères de la surérogation.

  • 59 R.G., 0. I, p. 71. (L’expression est souvent reprise par Bloy, dans toute son œuvre).

56Faute de quoi la lecture s'enferme vite dans le "cercle de Popilius"59 des interprétations littérales. De ce point de vue, Bloy continue d'entretenir les pires malentendus. Le Révélateur du Globe peut toujours être lu comme un ouvrage édifiant, une hagiographie naïve et dérisoire, un pamphlet réactionnaire... Il y aura toujours des lecteurs pour s'en réjouir, le plus grand nombre s'en indignant et allant chercher ailleurs des joies littéraires plus sûres.

57Rappelons que le reliquat de l'édition originale du Révélateur du Globe fut transformé en livres de prix. Le cartonnage de rigueur, avec les armes et la devise des institutions religieuses remplace la couverture enluminée par Bloy. Tel exemplaire porte le nom d'un élève de quatrième, en 1889, ainsi récompensé de ses vertus... On pourrait gloser longtemps sur le type de lecture (ou sur l'absence de "lecture") qui a rendu possible ce destin du livre. Contentons-nous d'y voir un bel exemple de "supplantation" négative, ou de monstre vomi par le Mare tenebrosum.

  • 60 Le Salut par les Juifs, 0. IX, p. 57.
  • 61 R.G., 0. I, p. 176.

58Plus arrangeant que Popilius, Bloy ne manque pourtant pas de suggérer les indices, voire les réponses pour sortir du cercle. Il jalonne de cailloux lumineux l'"imense forêt pénombrale des Assimilations scripturaires"60, bien qu'il soit également expert dans l'art de brouiller les pistes. Son "métalangage" est aisément repérable : il suffit de prêter la plus grande attention à tout ce qui dans le texte parle de lecture, d'interprétation, d'écriture. Le projet d'écriture bloyen s'y révèle. Le Révélateur du Globe abonde en clefs de ce genre, à peine déguisées sous la fiction parabolique ou la dénégation. Précieuses allusions qui doivent nous servir de boussole pour que la "circumnavigation" ne nous enferme pas dans le cercle de Popilius, mais nous apprenne à redonner vie aux mots, comme le "prophète couché sur l'enfant mort"61.

  • 62 R.G., 0. I, p. 153 sq.

59Bloy rémunère au centuple la "dépense supplémentaire" du lecteur, en en faisant, à son tour, un "révélateur". La troisième partie du Révélateur du Globe présente une belle typologie des lecteurs, à travers l'évocation de W. Irving, Lamartine, Pontmartin, le chanoine Sanguinetti..., sans oublier le couple Roselly de Lorgues-Léon Bloy, qui constitue la matrice du livre. On y voit des "révélateurs" qui ne révèlent que leur insuffisance ou leur bêtise. Le long portrait d'Angelo Sanguinetti est exemplaire, car il présente un double parodique de Léon Bloy, un faux "abréviateur", un pamphlétaire ridicule62, la caricature même de l'exégète. On y voit aussi des "révélateurs" capables d'"augmenter" le sens, sinon le "doubler", quitte à trahir, ou à "supplanter". Mais la supplantation devient dans ce cas enrichissement.

60Le clair obscur des figures bloyennes ouvre la possibilité de découvertes multiples et d'interprétations fort différentes. La leçon du "surérogatoire" est évidemment qu'il n'y a pas plus de révélation première qu'il n'y a de révélation dernière.

61C'est à propos du style écrit de Christophe Colomb, assimilé à celui du Livre (mais en Colomb, tout à valeur de paradigme), que Bloy, dans Le Révélateur du Globe, trouve l'expression qui définit peut-être le mieux le miroitement de ses figures et de ses textes. Elle met en position instable, comme pour stimuler les manœuvres surérogatoires, un substantif entre deux déterminations contradictoires :

  • 63 R.G., 0. I, p. 130.

"La translucide profondeur voilée"63.

Notes

1 Cité par Léon Bloy (R.G.,0. I, p. 133), dont la traduction interprète très librement l'original, comme on peut en juger en comparant avec le texte allemand rappelé par J. Bollery, J. Petit (0.I, p. 365).

2 De la Béatification de Christophe Colomb, Obstacles à l'Introduction de la cause.

3 Dans la même période, il est vrai, la Salette inspire Léon Bloy qui entreprend la rédaction du Symbolisme de l'Apparition, resté inachevé. L'abbé Tardif de Moidrey, mais aussi Anne-Marie Roulé (Véronique) sont d'autres "révélateurs" de Léon Bloy.

4 Deux articles en 1882 : Christophe Colomb et la fête nationale italienne, Les Deux Cercueils de Christophe Colomb, en 1890, Christophe Colomb devant les Taureaux et la Lettre encyclique à tous les évêques de France (chef-d'œuvre de Bloy en langue latine), sans oublier les textes où Colomb est très présent, comme l'article de 1884, Le dernier enfant d'Homère, la conclusion de la nouvelle série d'Exégèse des Lieux communs, l'article de 1903, Colonisons ! repris dans le chapitre XII du Sang du Pauvre, ni les mentions du Journal...

5 Voir Le dernier enfant d’Homère, 0. XV, p. 175, sq., et Exégèse des Lieux communs, 0. VIII, p. 301 sq., sur le thème de l'Atlantide.

6 R.G., 0. I, pp. 119-143.

7 Voir notamment le chapitre R.G., 1, chap. 8, où Bloy se montre prêt à admettre les "anecdotes apocryphes", au nom du symbolisme (0. I, pp. 53-54).

8 C.C.T., O. I, pp. 329-330.

9 R.G., pp. 74-75, 0. I, mais aussi pp. 34-96-99, etc.

10 Mon Journal, 26.06.1897, lettre à Henri Provins.

11 Le Vieux de la Montagne, 29.12.1909.

12 Le Désespéré, 0. III, p. 133.

13 R.G., 0. I. p. 84.

14 R.G., 0. I, p. 32. Dans le contexte la formule s'applique aux travaux de Roselly de Lorgues, mais tout indique qu'elle désigne aussi la biographie de Colomb... et son interprétation par Léon Bloy. Le fait que Bloy reprenne littéralement l'expression dans C.C.T., (0. I, p. 309) est un indice très sûr de l'importance qu'il lui attribuait. Bloy n'utilise pas le substantif surérogation, mais seulement l'adjectif surérogatoire. Fonction grammaticale révélatrice : le substantif proclamé reste toujours la Révélation, qui masque le surérogatoire de l'"autre" révélation.

15 À rapprocher du "tournoyant esprit (...) qui revient en ses propres cercles'' dont parle Le Salut par les Juifs, 0. IX, p. 47.

16 R.G., 0. I, p. 76.

17 R.G., 0. I, p. 111. Voir aussi le beau passage de la p. 85, où mieux que nulle part ailleurs Bloy révèle ce qui motive la fascination qu’exerce l'histoire sur lui : l'historien est confronté au "possible de Dieu", qui déplace les frontières du possible et de l'impossible, voire englobe l'impossible.

18 R.G., 0. I, p. 176.

19 R.G., 0. I, p. 85.

20 R.G., 0. I, p. 137, sq. À rapprocher d'Adamastor, le "géant des tempêtes", autre figure de l'Interdit (Le Désespéré, 0. III, p. 78).

21 R.G., 1, 3.

22 R.G., 0. I, pp. 30-92.

23 Cf. note (14).

24 R.G., 0. I, pp. 31-202.

25 R.G., 0. I, p. 137.

26 R.G., 0. I, pp. 124-126.

27 R.G., 0. I, p. 133.

28 R.G., 0. I, pp. 124-186.

29 R.G., 0. I, p. 135.

30 R.G., 0. I, p. 137.

31 Le terme se trouve ibidem.

32 R.G., 0. I, pp. 54-84, p. 35 (raccourci).

33 R.G., 0. I, pp. 98-167..., pp. 43-129..., p. 44...

34 R.G., 0. I, p. 75.

35 R.G., 0. I, p. 94, où Bloy détourne la notion de détournement (apotropéen).

36 R.G., 0. I, p. 98.

37 R.G., 0. I, p. 119, p. 134 (substitution).

38 Le cas de Borgès nous paraît s'en rapprocher. On ne peut que regretter que cet auteur n'ait pas davantage développé et clarifié ses "vues" sur Bloy.

39 R.G., 0. I, p. 97.

40 R.G., 0. I, p. 111. Ne serait-ce pas la meilleure définition du poète selon Bloy ?

41 R.G., 0. I, p. 48 : "(...) le Dieu qui t'a choisi pour leur servir de père en te substituant à LUI-MEME !"

42 R.G., 0. I, p. 100, voir aussi pp. 111-143.

43 R.G., 0. I, pp. 71-137.

44 R.G., 0. I, pp. 76-86-124.

45 R.G., 0. I, p. 136.

46 R.G., 0. I, p. 134.

47 R.G., 0. I, pp. 165-119.

48 R.G., 0. I, p. 136.

49 R.G., 0. I, p. 134.

50 R.G., 0. I, p. 98.

51 R.G., 0. I, pp 48-90-114-115-116.

52 R.G., 0. I, p. 34.

53 R.G., 0. I, p. 71.

54 R.G., 0. I, p. 125.

55 R.G., 0. I, I, p. 44, où Bloy fait citer Humboldt... par Christophe Colomb (en s'en excusant en note, il est vrai !).

56 R.G., 0. I, pp. 55-131.

57 R.G., 0. I, p. 167. Le mot de circumnavigation apparaît p. 111.

58 R.G., 0. I, p. 177. Lire aussi le beau passage sur Saint Patrice qu'appellent les enfants dans le sein de leur mère en Hibernie, p. 49.

59 R.G., 0. I, p. 71. (L’expression est souvent reprise par Bloy, dans toute son œuvre).

60 Le Salut par les Juifs, 0. IX, p. 57.

61 R.G., 0. I, p. 176.

62 R.G., 0. I, p. 153 sq.

63 R.G., 0. I, p. 130.

Auteur

Lycée Lakanal, Sceaux

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search