Version classiqueVersion mobile

Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique

Le spectacle d’une âme "Configuration" mystique de Christophe Colomb chez Léon Bloy et Paul Claudel1

Dominique Millet-Gérard

Texte intégral

  • 1 Les références entre parenthèses renvoient :
    1) aux Œuvres de Léon Bloy en XV volumes au Mercure de (...)

"Cette blanche et gémissante Colombe portant le Christ pouvait-elle échapper à la loi mystérieuse qui condamne tous les aînés de ce monde à être crucifiés dans leur patrie ?"*
"Ainsi je n'atteindrai jamais Cipango et ces îles d’or et de neige que je vois là à la portée de ma main ?"**
"Cipango, le véritable Cipango, les îles d’or et de neige, je les avais atteintes depuis longtemps quand j'ai atteint ce que je crois être la Vérité, qui est la Foi chrétienne

  • 1 Épigraphes :
    * Bloy, I, 148.
    ** Claudel, Th, II, p. 1175.
    *** Claudel, Mi., p. 369.

1.***

  • 2 Tout porte à croire que Claudel avait une admiration profonde pour Bloy, qu'il rencontrait aux pro (...)

1C'est une chaîne secrète - aussi secrète que les relations tues qui unissent Claudel à son aîné Léon Bloy2 -, qui lie nos deux auteurs, l'un derrière l'autre, au destin de Christophe Colomb. Bloy, entraîné par Barbey et ému par l'idée d'une béatification du Découvreur de l'Amérique, a lu et admiré l'ouvrage du Postulateur de la Cause :

"C'est qu'aussi, l'histoire de Christophe Colomb par le Comte Roselly de Lorgues est un livre terriblement haut pour les avortons du scepticisme ! (...) Le Comte Roselly de Lorgues mérite l'admiration pour avoir vu seul et pour avoir osé notifier au monde le rôle providentiel de l'Homme inouï dont il s'est fait l'historien (...). J'ai pensé souvent à cette œuvre, étrange à force de candeur, dont la première lecture, ancienne déjà, fut un des événements les plus considérables de ma vie intellectuelle" (I, p. 309).

  • 3 Th II, p. 1131 : "Le Livre de la Vie et des voyages de Christophe Colomb qui a découvert l'Amériqu (...)

2Cet ouvrage, dont il pastiche le titre de façon significative au tout début de son propre Christophe Colomb3, Claudel le connaît par Bloy qui à son tour va susciter son enthousiasme :

  • 4 Mémoires improvisés, éd. 1954, pp. 325-326. Il y a là une petite énigme, dans la mesure où la doub (...)

"... et alors j'ai pensé à Christophe Colomb, à ce personnage qui me hantait depuis un certain temps, depuis la lecture du livre de Léon Bloy... comment ça s'appelle-t-il ? Le Découvreur de la Terre... je ne me rappelle plus exactement. C'était le héros d'une idée que j'avais toujours eue, cette idée du rassemblement de la terre, de la réunion des différentes parties éparses de l'humanité, et Christophe Colomb me semblait, à ce sujet, un véritable champion, et, on peut dire, un saint, tel que l'avait rêvé le livre de Léon Bloy"4.

  • 5 Journal de Léon Bloy. Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne, Œuvres, XII, p. 75.

3Peu importe - au contraire - que Bloy ait plus tard, en 1901, révisé son jugement sur le style - ou l'absence de style - du texte révélateur : "Miracle d'un livre, absolument médiocre par la forme, néanmoins tout puissant sur l'âme"5. Peu importe l'"odieux poncif : l'essentiel est ailleurs, et c'est le Bloy poète de l'Absolu qu'emporte l'enthousiasme du Postulateur de la Cause ; Bloy sent bien, ici comme à propos de la petite bergère de La Salette, que c'est l'héroïsme de la foi qui est en jeu, et c'est là qu'il étrennera un talent littéraire qui, par la suite, ne reniera jamais cette audace spirituelle, cet élan pour les sublimes causes perdues.

  • 6 Bull. Bloy, no 9, p. 15.
  • 7 (Sauton, 1884), désormais cité sur Œuvres, I.
  • 8 Voir le détail dans l'article cité de G. Dotoli, Bull. Bloy, 10-11, p. 35.
  • 9 (Savine, 1890), avec pour épigraphe "tauri pingues obsederunt me", Ps. 21, (13, désormais cité sur(...)
  • 10 (Savine, 1890) I, 355-356.
  • 11 "C'est précisément à l'occasion de cette solennité universelle (le 12 octobre 1892) que les advers (...)

4"Vagissement d'un enfant perdu de la Sainte Mère Eglise"6, ce premier livre de Léon Bloy intitulé Le Révélateur du Globe, Christophe Colomb et sa béatification future7 et orné d'une préface de Barbey d'Aurevilly, résulte de la recomposition d'articles antérieurs8 en un triptyque, un "exposé historique de la Cause" et une présentation polémique des "obstacles" qui lui sont opposés encadrant une sorte de poème hagiographique où Bloy célèbre l'unicité providentielle de Christophe Colomb. Six ans plus tard, les chances de succès de la béatification s'amenuisant au fur et à mesure que se rapproche la date anniversaire, c'est la veine polémique qui se laisse libre cours avec un pamphlet placé à l'enseigne du Psaume XXI, Christophe Colomb devant les taureaux9, où Bloy se déchaîne contre toutes les lâchetés et suffisances, laïques et sacerdotales, ennemies du sublime et obstacles à l"'exaltation catholique de Christophe Colomb" (I, 287). Suit une plaquette rédigée intégralement en latin, Lettre encyclique à tous les évêques du monde10, publicité pour l'ouvrage précédent et invitation à l'épiscopat du monde entier à se joindre aux huit cent soixante évêques qui ont déjà signé en faveur de la Cause. Malgré l'urgence11, l'entreprise restera vaine, la brochure sera fort peu diffusée et Christophe Colomb ne sera pas béatifié ; mais on ne saurait oublier la beauté du geste de Léon Bloy.

  • 12 1) "Christophe Colomb et la fête nationale italienne" (Paris-Journal, 1882, Œuvres, XV), excellent (...)
  • 13 Le Mendiant ingrat, mai 1892, Œuvres, XI, p. 28.

5On peut encore signaler quatre courts articles qui s'échelonnent entre 1882 et 190312, et de multiples notes dans le Journal : Bloy manque rarement d'évoquer Christophe Colomb lorsque l'Église célèbre la mémoire de saint Christophe le 25 juillet, ou de saluer, le 20 mai, l'"anniversaire de la mort de saint Christophe Colomb"13 ; la méditation sur Christophe Colomb accompagne ainsi Léon Bloy toute sa vie - preuve de la profondeur intérieure et spirituelle de son engagement dans ce qui à ses yeux était infiniment plus qu'une cause politique.

  • 14 Voir lettre de Claudel à Darius Milhaud du 2 août 1927 : "On m’a suggéré comme sujet l’histoire de (...)
  • 15 Sur la présence du souvenir du Japon, voir "Le Drame et la musique", déjà cité pour la question te (...)
  • 16 Pour les questions d'intertextualité claudélienne, voir J. de Labriolle, op. cit., pp. 18-25.

6Le texte de Claudel est une "commande" qui vient féconder une "idée" peut-être ancienne14. Claudel l'écrit très rapidement - entre le 23 juillet et le 9 août 1927-, au retour du Japon et sur le point de repartir pour l'Amérique, dans ce château de Brangues qu'il vient d'acheter : comme si cet enracinement tout neuf et précaire favorisait l'envol de la rêverie, le regard sur le "Cipango" aimé et perdu, dont le souvenir nourrira les audaces techniques de la pièce15, se superposant à l’élan vers le pays neuf que Claudel va redécouvrir ; le manuscrit sera recopié, fin août, sur le paquebot traversant l'Atlantique... D'ailleurs, Christophe Colomb dont la Providence lui fait ainsi suivre la trace a déjà fait des apparitions dans son œuvre, et l'on a montré combien Rodrigue lui était redevable16. Par la suite, à part quelques occurrences dans ses commentaires bibliques - nous évoquerons les plus significatives -, le personnage n'apparaît plus que dans les nombreuses et fort intéressantes présentations que Claudel fait de son texte lors de ses diverses mises en scène.

  • 17 Voir J. de Labriolle, op. cit., pp. 27-35. Il semble que ni Bloy ni Claudel n'aient lu directement (...)
  • 18 La Atlántida (1877) du poète et prêtre catalan Jacinto Verdaguer (1845-1902). Voir à ce sujet l'ar (...)
  • 19 Mentionné à plusieurs reprises par Bloy dans Le Révélateur du Globe. Il est vrai que Claudel ne li (...)

7La réflexion de nos deux auteurs est celle de rêveurs lucides. Pas plus l'un que l'autre ils ne prétendent faire œuvre d’historien, s'appuient sur des sources de seconde main : pour Bloy, essentiellement Roselly de Lorgues, très abondamment cité ; pour Claudel, Bloy et celui que J. de Labriolle considère comme son "antidote", l'historien Marius André qui lui fournit un matériel peu suspect du délit d'hagiographie17 ; mais parmi les sources importantes, il convient d'insister, puisque Bloy l'a vivement défendu, sur le poème catalan de Jacinto Yerdaguer18 : admiration commune, bien que là encore elle n'ait jamais été ouvertement affirmée par Claudel. Et l'on pourrait aussi, pour la conception catholique du personnage de Colomb, mentionner Ernest Hello, que tous deux ont lu attentivement19.

8Bloy et Claudel - et c'est justement là qu'ils se rencontrent-, sont essentiellement mus par une admiration inconditionnelle pour une destinée héroïque, une vocation unique qui est celle du rassembleur des deux mondes, l'Ancien et le Nouveau, sous la bannière de la Croix, mais aussi de l'unificateur des deux temps, la modernité qu'il inaugure et qui, selon Bloy surtout, le trahira, et le moyen âge qu'il clôt glorieusement ; ainsi la nostalgie l'emporte-t-elle chez l'un, l'enthousiasme chez l'autre :

"Colomb résume en lui toutes les pensées et toute la ferveur militante du Moyen Âge qui finit historiquement à lui, et dont la majestueuse porte de bronze se referme sur son cercueil" (Bloy I, p. 130).

  • 20 F. Lefèvre, Une heure avec (Paul Claudel), 5ème série, N.R.F. 1929, p. 115.

"Je considère la Renaissance comme l'une des périodes les plus glorieuses du catholicisme, celle où l'Évangile termina ses conquêtes dans l'espace et, le temps, où, attaquée dans un petit coin par les hérétiques, l'Église se défend avec l'Univers, où les humanistes retrouvent l'Antiquité pendant que Vasco de Gama retrouve l'Asie, que Christophe Colomb voit un monde nouveau jaillir pour lui du fond des eaux, que Copernic ouvre la bible du ciel, que Don Juan d'Autriche refoule l'Islam, que le Protestantisme est arrêté à la Montagne-Blanche et que Michel-Ange élève la couronne de Saint-Pierre"20.

9Différence de tonalité déjà sensible : la méditation bloyenne est nourrie d'une vision suraiguë et douloureuse du malheur des temps et de la trahison de l'histoire. L'Océan de Ténèbres" affronté par "la douce colombe du XVème siècle" (XII, 168) est devenu "le cloaque ténébreux de l'indifférence contemporaine" (I, 58). Le diplomate-poète, lui, choisit de s'installer sur la "banquette avant" :

"Cette civilisation chrétienne à laquelle la Méditerranée a donné naissance, elle fait son travail maintenant, elle est comme le levain qui travaille dans trois mesures de froment, ou de farine, et qui s'étend au monde entier" (M.i., p. 367 ; cf. Matth. 13, 33).

  • 21 Bibliographie critique sur le sujet : en ce qui concerne le seul Bloy, nous renvoyons le lecteur à (...)

10Bloy ne saurait dissocier l'éloge de Christophe Colomb de l'invective, Claudel de l'espérance. L'originalité du premier se trouve précisément dans cette constante association de la furie et de la candeur, de la haine généreuse et de la vénération éperdue, aiguillonnées par l'attente mystérieuse de la Justice qui viendra enfin se manifester sur "le vertueux troupeau des onagres apocalyptiques de la libre pensée et de la libre histoire" (I, 56) et couronner Colomb d'"un halo terrestre, à la bénigne clarté duquel serait célébrée, sans doute, enfin, sous l'orgue des ouragans, la grand'messe de l'Apocalypse" (XV, 265). Claudel, plus prudent et plus optimiste, se soucie moins d'eschatologie, ce qui rend peut-être son Christophe Colomb, plus "humain" mais non moins mystique, plus complexe et difficile à cerner : c'est l’avantage d'une comparaison que de forcer à mieux dessiner les nuances. Aussi tenterons-nous de suivre simultanément chez l'initiateur et son fantaisiste "disciple" ce mouvement, cette tension entre figuration historique et "configuration" mystique de Christophe Colomb, en considérant successivement leur conception d'une histoire spirituelle, leur appréhension poétique du personnage, et enfin cette secrète parenté que tous deux découvrent - et c'est bien là qu'au plus profond leurs démarches se rencontrent-, entre le destin du Christophore et le leur propre21.

De la figuration historique à la "configuration" mystique

"Un peu de patience, mon cher historien, dans quelques années vous saurez tout et vous vous étonnerez - si l'étonnement vous est possible encore - de n'avoir pas su déchiffrer ce palimpseste à peine surchargé qui était en vous-même..." (V, 233).

  • 22 XV, p. 138. Allusion à l'ouvrage de Washington Irving, A History of the Life and Voyages of Christ (...)
  • 23 XV, p. 139 ; H. Harrisse, Bibliotheca americana vetustissima, New York, 1866.
  • 24 Ainsi la "Croix érigée partout" est-elle pour Irving "signe de possession" - indice politique ; po (...)

11Tout un pan, et fort divertissant, de l'hommage rendu par Bloy à Christophe Colomb consiste à vitupérer ceux qui ont trahi sa mémoire. Les premiers accusés sont les protestants qui, "Washington Irving en tête, voulurent bien admirer Colomb, mais à la condition expresse qu'il n'y eût pas en lui un atome de sainteté"22. Ennemis naturels de la béatification, protestants et libres-penseurs - tel ce "bibliographe américain, M. Henri Harrisse, homme parfaitement sûr que Dieu n'existe pas"23-, se plaisent à gommer systématiquement tous les "signes" que Bloy au contraire exploitera symboliquement24. Plus gravement, c'est tout le sens surnaturel d'une mission providentielle qui se trouve oblitéré :

"Assurément, cet Amplificateur de la Création n'est d'aucune façon le fils du Hasard, comme voudraient le faire croire les misérables Enfants-Trouvés de la Libre Pensée qui ont imaginé de supprimer la Providence pour écarter les inconvénients divins de la Réversibilité" (I, 98).

12On voit bien quel est l'enjeu : d'un côté,

"Soigneusement écarter de ce récit tout le divin qui l'encombre et qui, à leurs yeux, en déshonore la moderne et humaine beauté" I, 113),

  • 25 C'est ce que veut démontrer J. Dauphiné : "le dédoublement du personnage soulignant clairement deu (...)

13de l'autre exalter la voie très exceptionnelle qui fut celle du "Pauvre grand Prédestiné" (XV, 265). Mais n'est-il pas un peu téméraire de considérer que le dédoublement claudélien du personnage recouvre cette simpliste dichotomie25 ?

  • 26 J I, p. 897, et passim. Voir noue Anima et la Sagesse, Lethielleux-P. Zech 1990, p. 619.

14Si Claudel réserve pour l'intimité de son Journal de ces propos qui ne sont pas sans rejoindre ceux de Léon Bloy, et sont en quelque sorte l'envers de l'enthousiasme officiel pour l'Amérique26, il hésite moins à lui emboîter le pas, quoique plus discrètement, sur le terrain de la "légende noire" :

"La noble victime ayant succombé, les ignobles chiens du pillage et de l'aventure se précipitèrent à la curée. En sens inverse de la croisade sainte rêvée par Christophe Colomb, l'Espagne entière s'arracha de son propre sol et se jeta sur le nouveau monde, comme en une croisade satanique capable de venger l'enfer de toutes les autres croisades des siècles passés. Une cupidité monstrueuse remplaça l'enthousiasme religieux des temps chevaleresques" (Bloy I, 134).

"Et les plaintes de rapine et de violence que nous recevons de tous les coins de l'Amérique ! Ces exactions épouvantables ! Tous ces peuples qu'on ramasse à la manière de Pharaon pour les jeter dans la tranchée de la Culebra !" (Claudel S.S., Th II, p. 798).
"C'est le héros aux prises avec les créanciers, les courtisans et les railleurs. C'est le capitaine domptant la rébellion (...). C'est la critique et la contestation des petits esprits. C'est le Révélateur du Globe enchaîné au mât de son navire et souffleté par la rage des hommes et la fureur des éléments" (Th II, p. 1472).

15La "morgue de Castille" que dénonce, au double sens du terme, Léon Bloy, y englobant les rois catholiques, trouve son répondant dans les "nouvelles de Madrid" apportées par Don Fernand :

"Le vice-roi n'est pas aimé à Madrid. Il y a si longtemps qu'il est parti ! Il est devenu cet homme d'outre-monde dont personne n'a entendu la voix ni regardé la figure" (S.S., Th II, p. 797) ;

  • 27 C'est-à-dire les maurassiens : voir Ch. G. Flood, "Paul Claudel and Charles Maurras I.- The roots (...)

16quant aux Docteurs de Salamanque, d'emblée hostiles à l'entreprise, ils s'incarnent dans les Trois Sages, repris de Don Fernand et Don Léopold Auguste dont ils infléchissent vers la prudence politique le discours académique ; si Claudel en profite pour attaquer indirectement ses ennemis littéraires27, Bloy, lui, règle simultanément leur compte à la scolastique et à la philosophie. On notera leur divergence dans la référence à la tradition ; le propos de Claudel, ici, s'en tient à la caricature ; celui de Bloy s'arrache à toute référence mondaine pour exiger la plénitude d'un regard conforme à celui que l'abbé Tardif de Moidrey lui avait appris à porter sur le monde :

"La Science catholique, figée dans les formules et les sentences de l'École, avait fini par stériliser la Tradition, en la détournant de la contemplation des divins objets pour la contraindre à tout expliquer dans Tordre politique et dans Tordre subjectif des réalités naturelles (Bloy 1, 34).

Don Fernand - Voilà ce que c'est pour un pays que de sortir de ses traditions !
Don Léopold Auguste - La tradition, vous avez dit le mot. Comme on voit que vous avez fréquenté les livres de notre solide Pedro, comme nous l’appelons, le rempart de Salamanque, le professeur Pedro de las Vegas, plus compact que le mortier !

"La tradition, tout est là !" dit ce sage Galicien. Nous vivons sur un héritage. Quelque chose dure avec nous que nous devons continuer.
Or quelle est la tradition de l'Espagne, je vous prie ? Elle se résume en deux noms, le Cid Campeador et Saint Isidore le Laboureur, la guerre et l'agriculture.

Dehors les Infidèles et dedans notre petit champ de pois secs" (Claudel, S.S., Th II, p. 793).

  • 28 Évocation de l'arrivée à Gênes d'un prédicateur de Carême bien intentionné, dépêché par le Vatican (...)

17Non que Bloy s'interdise, dans son sérieux hagiographique, la tentation comique : bien au contraire. En fait les frais le dernier ennemi en date de Colomb, l'abbé Sanguinetti de Gênes, auteur d'un "petit livre, assez platement venimeux, espèce de castration bibliographique du volumineux ouvrage protestant de Washington Irving" (I, 152) et farouche adversaire de la béatification, que Bloy met en scène dans un petit tableau digne du Lutrin28 dont la drôlerie n'est que le revers d’une bien plus grave accusation contre le clergé contemporain, suivi de ses fidèles :

  • 29 I, pp. 188-189 ; - Pontmartin, critique de la très catholique et royaliste Gazette de France, conf (...)

"Les catholiques du strict nécessaire, c'est-à-dire les catholiques qui tiennent pour la lettre des lois de l'Église et qui admettent d'élégantes atténuations à l'esprit des commandements de Dieu. Pour ces catholiques, sagement ennemis de l'exagération dans la pratique de leurs vertus, les saints sont toujours des hommes ridicules qui "en font trop", l'Estote perfecti du Sermon sur la montagne est un précepte qui ne regarde pas les mondains et M. le Comte de Pontmartin, contempteur de tout héroïsme, est l'Apollon du Belvédère du bon sens chrétien"29,

18et hélas, depuis la disparition de Pie IX, dirigé par un pape hésitant et temporisateur :

"Ah ! si Léon XIII avait voulu parler avant ce jour ! (...) Mais l'étude de l'économie politique et la culture des protocoles ne permettent pas toujours à l'étrange Successeur de Pierre de donner audience aux clameurs venues des lieux très profonds..." (XV, 264-5).

  • 30 Voir "Note sur l'art chrétien", (Vigile, 1932), Pr., p. 123.

19On le voit : défenseur historique et désormais quasiment unique de la Cause, Bloy ne peut que s'isoler et à la limite se priver de lecteurs ; de même que l'histoire vraie de Christophe Colomb est "scandaleusement illisible pour les incroyants" (I, 135), de même les plaidoyers de Bloy sont-ils réservés aux "intelligences profondes et (aux) cœurs mystiques" (I, 45). Le "saint" Christophe Colomb de Claudel relève au contraire de cet art de l'extériorisation, de l'apologétique que Claudel lui-même qualifie de "baroque"30 et qu'illustre son théâtre :

"Je n'écris pas pour le public, grand ou petit. Mes livres sont faits pour quelques-uns qui sont des chefs selon Dieu, et qui peuvent conduire le bétail. Mon style seul, ma forme littéraire est une ligne de démarcation qui ne dépassera jamais aucune foule. Je vise à la tête pour être sûr de ne jamais atteindre plus bas que le cœur" (Bloy, XII, 339-340).

  • 31 "Le Drame et la Musique", Pr., p. 151-152. Mais au même moment, Claudel fustige l'Opinion et la pr (...)

"Une vie, une vocation, une destinée, la plus sublime qui soit, celle de l'inventeur d’un nouveau monde et du réunisseur de la Terre de Dieu, se déploie sur la scène, et les réactions et les sentiments dont ce spectacle nous remplit, ne restent pas muets. Du murmure à l'acclamation, de l'interpellation à la controverse, le public suit toutes les péripéties du drame ; il est cette puissance anonyme qu'on appelle l'Opinion, celte Opinion dont la presse s'est faite l'organe, l’Opinion de la postérité qui vient soutenir, épouser, combattre ou renforcer celle des contemporains"31.

  • 32 Voir, pour Bloy, Le Désespéré, ch. XIV et XXXIV-XXXV ; pour Claudel, le début de "Du sens figuré d (...)
  • 33 Il faut ici entendre "information" au sens de l'informare de l'Écriture : I Tim. 1,16 : "informer, (...)
  • 34 Introduction à Isaïe dans le mot à mot, Œuvres Complètes de Claudel, t. XXVII, Gallimard 1974, p. 2 (...)
  • 35 Voir ce magnifique texte de Bloy : Qu'est-ce, après tout que l'Histoire, si elle ne nous offre que (...)
  • 36 "À propos du Livre de Christophe Colomb", 12 mai 1953 : "C'est là (à la retraite de Russie) et non (...)
  • 37 "Et l'histoire, dites (...) Quelle meilleure ressemblance lui trouver que la pièce dramatique ?" ((...)
  • 38 Ps. 21,21 ; 34, 17.
  • 39 J I, p. 780.
  • 40 "Note sur la mise en scène de Christophe Colomb" (1929), Th II, p. 1491.

20Néanmoins, quel que soit le public, ou l'absence de public, c’est bien la même histoire, ou anti-histoire, à laquelle s'attachent Bloy et Claudel : il s'agit d'une Histoire habitée par la présence et la volonté divines, l'histoire humaine interprétée comme l'abbé Tardif de Moidrey avait enseigné à Bloy, et, par lui, à Claudel32, à lire l'Écriture Sainte, "transcendante information du symbolisme providentiel" (I, 83)33, "désir enthousiaste de la vérité appuyé sur le pressentiment d'un plan divin" (ibid.), contemplation du "doigt du Tout-Puissant intercalé dans le mécanisme du temps"34 ; laissant de côté la "bagatelle" des simples aventures humaines35, l'historien digne de ce nom ne retient de l'histoire que ce qui la "plénifie" (le faux latinisme est de Claudel)36 et y exerce "cette noble, curiosité qui veut contempler dans l'Histoire une grandiose Épopée de la Justice de Dieu et qui cherche, à travers le silence des siècles, la respiration des âmes et le battement des cœurs" (I, 174) ; c'est là l'essentiel ; nous retrouvons ensuite la divergence déjà observée entre intériorisation silencieuse et déploiement scénique, entre statisme de la contemplation solitaire et dynamisme de la représentation partagée, la pièce dramatique mimant, autour de ce centre, le mouvement providentiel de l'histoire37 ; le "personnage" s'efface chez Bloy au profit d'une âme, "cette âme, unique parmi les uniques" (I, 75), souvenir de l'Unica mea du Psaume38 ; chez Claudel, dans sa présence scénique et chamelle, il ne s'en affirme pas moins comme cette "âme (qui) vient de Dieu et non des parents"39, "découverte" théologique liée à l'écriture du drame, qui s'inscrit dans un "paysage spirituel qui remplace l'ancien site matériel"40 : telle est la fonction de l'écran dans la mise en scène.

  • 41 Programme de 1937, Th II, p. 1494.
  • 42 Voir ce très beau texte de Bloy, que Claudel n'eût pas renié : Rien "ne suffisait, humainement, po (...)

21L'histoire d’une âme est avant tout celle d'une vocation : Bloy insiste sur le "pressentiment humainement inexplicable de sa Mission (qui) grandissait silencieusement en lui" (I, 101), sur ce "don mystérieux, reçu d'en haut, pour l'accomplissement de son œuvre" (I, 102) ; chez Claudel, c'est bien le rôle de Christophe Colomb II, celui qui sait, détenteur du Livre en train de s'écrire, que d'indiquer à Christophe Colomb I, l'homme ignorant des voies de Dieu, le sens de cet "appel irrésistible"41. Celui-ci, d'emblée, se heurte à la déficience du langage humain : même les lieux communs du sublime restent en deçà de la grandeur unique de ce personnage qui découvre en lui l'unicité d'une personne élue42. C'est pourquoi, plutôt que de le réduire à un portrait, trop humain, Bloy préfère, - et Claudel le suit volontiers-, nous offrir de Christophe Colomb ce que nous appellerons une "configuration", composition de facettes symboliques empruntées au texte par excellence, à l'Écriture Sainte qui leur fournit, selon les suggestions de Roselly de Lorgues, les éléments d'un véritable portrait métaphysique : outre les fréquentes références à Job (I, 61-62) et à Jonas, Christophe Colomb est, dans son errance, le "Caïn de l'innocence" (I, 76), mais aussi cet "Abraham voyageur à la recherche de sa postérité inconnue" (I, 75), pour Claudel "celui qui doit quitter Ur, pour toucher la Terre Promise" (Mi., 358) ; "le plus doux des hommes, comme l'Esprit Saint le dit de Moïse" (I, 43), il est appelé, chez Claudel, à "franchir l'Océan à pied sec comme Moïse fit de la Mer Rouge" (Th II, p. 1148 - avec en surimpression le souvenir de saint Christophe), tandis que Bloy lui fait encore partager du Législateur la piété efficace :

  • 43 Ex. 17. Cette phrase est directement citée de Roselly de Lorgues ; "le plus doux des hommes" : vir (...)

La " prière du Serviteur de Dieu sur la montagne, pendant le combat des chrétiens contre les Indiens, nous rappelle involontairement celle de Moïse durant le combat d'Israël contre les Amalécites"43 (I, 225),

22et que sa dévotion à la Sainte Vierge, trait tout aussi bloyen et claudélien, l'associe par comparaison chez Bloy aux Mages qu'évoquera à ses côtés Claudel dans "La Vocation de Saint Louis" :

"Il alla ainsi, de royaume en royaume, souffrant et dénué, comme il convenait à un ambassadeur du Roi des pauvres, auprès des autres qui ne le trouvaient jamais suffisamment accrédité. Infatigable à la façon des Mages adorateurs, conduit comme eux par une étoile, mais une étoile plus brillante que la leur, celle que l'Église a nommée l’Étoile du matin" (Bloy, I, 129).

"quelqu'un, il s'appelait Colomb ! lui aussi, qui n’a pu se passer de la Terre promise !
C'est en vain que pour l'arrêter on lui a mis en travers un fossé, deux fossés, la fosse de ce double Océan,
Et cette barrière d'un pôle à l'autre jusqu'au ciel que verrouille un double continent,
Les trois Mages, pas en vain se sont donné rendez-vous à Bethléem.
Une étoile par un autre chemin nous a guidés et c'est la même" (Po, p. 803).

  • 44 II Cor. 11 et 12.

23Bloy n'hésite pas, après l'Ancien, à couvrir le Nouveau Testament, et à appliquer à Colomb, par analogie, les chapitres de la seconde Epître aux Corinthiens relatant les tribulations de l'Apôtre : "et son accablante odyssée, presque semblable à celle de saint Paul et non moins étonnante, nous écrase tout autant le cœur" (I, 90)44 ; enfin, ce sont bien des signes christiques que Bloy et Claudel, atteignant par là l'acmè du sublime, déchiffrent chez leur héros :

  • 45 Nous reviendrons plus loin sur la transposition sur Isabelle du motif de l'entrée à Jérusalem, sur (...)

"Tout le monde sait que ce grand homme fut abandonné du misérable roi qu'il avait fait le plus puissant de la terre, et qu'il mourut dans la plus obscure indigence, après avoir été chargé de fers et livré aux plus vils outrages qui aient été endurés par un mortel depuis la Passion de Notre-Seigneur-Jésus-Christ (I, 127) ; Le nolumus hunc regnare ne s'adresse pas seulement à Notre-Seigneur Jésus-Christ, mais à tous les fronts couronnés d'épines et surtout à ceux-là qui saignent le plus. Et quel homme fut plus couronné d'épines, plus roulé dans le buisson ardent de l'apostolat que Christophe Colomb qui donna la moitié du Globe à la Sainte Église et qui, trois cent cinquante ans après sa mort, n’avait pas encore trouvé la moitié d’un écrivain catholique pour raconter cette largesse ! (I, 91).
Christophe Colomb I - Quand je suis parti pour mon premier voyage les matelots voulaient me tuer et je les ai priés d'attendre trois jours. Ils m'ont attendu trois jours et j'ai découvert un monde nouveau (Th II, p. 1179).
La Reine Isabelle - Qu'on lui enlève cette mule et qu'on me l'amène sur le champ ! C'est sur ce vil animal que je veux entrer dans le Royaume qui m'a été préparé et pour lequel Christophe a déroulé sous mes pieds un si magnifique tapis !"45 (Th. II, p. 1185).

24Christ aux outrages chez Bloy, Christ triomphant de l'Entrée à Jérusalem et de la Résurrection chez Claudel : deux tonalités qui disent un même mystère de gloire et de douleur ; c'est là que se noue le plus étroitement le lien de cette bouleversante conformité, qui rend inéluctable le destin de Colomb :

"Christophe Colomb était trop grand et trop exactement 'configuré' à Jésus souffrant pour échapper à celle extrémité de la misère" (I, 123).

  • 46 Phil. 3, 10 : "configuratus morti ejus (= Christi) ; 3, 21 : "salvatorem expectamus Dominum nostru (...)
  • 47 Ce terme de "configuration" est aussi propre à la théologie de l'image de saint Bonaventure, dont (...)

25Voilà le mot essentiel, qu'il faut entendre au sens que lui donne saint Paul dans l'Épître aux Philippiens46, et que n'eût pas récusé Claudel, lecteur de saint Bonaventure47 et passionné, la fin de son Livre de Christophe Colomb le prouve, de la théologie des corps glorieux : idée de ressemblance mystique, d'acquiescement parfait à la volonté du Sauveur, qui éclatent chez Bloy comme chez Claudel ; c'est la perspective eschatologique qui diffère, soulignant encore la différence des tempéraments ; tandis que Claudel affirme puissamment sa foi au dogme de la résurrection de la chair et du triomphe des élus, traduits poétiquement par les "innombrables essaims de blanches colombes" (Th II, p. 1186) qui projettent le Livre dans une tonalité glorieuse d'Apocalypse, Bloy laisse, à propos du "Spiritus sanctus specie sicut COLUMBA" qui lui sert d’épigraphe (I, 29), percer sa croyance en l'imminence de retour de l'Esprit et du Jugement universel qui viendra enfin soumettre à la Justice ce monde fini :

  • 48 Il y aurait là beaucoup à dire, quand on connaît la propension quasi joachimite de Bloy à attendre (...)

"Vieille Amérique reconstituée" à la porte Maillot, pour préluder aux fêtes du Centenaire de la Découverte. Rencontré un ami qui m'affirme qu'il n'y aura pas de profanations. Pauvre bonhomme qui ne conçoit pas la profanation par le ridicule ! Ce délire de reconstitutions m'exaspère. Il montre si bien le néant d'un temps qui ne peut se regarder lui-même.
Ennui et dégoût à la vue de ce public de putains et de saltimbanques. Mascarade immense dans le monde entier. Le Centenaire tant annoncé pourrait-il être autre chose ? Le Pape, qui, seul, aurait le pouvoir de changer le caractère de ces manifestations, ne fera rien, c'est trop évident. Le Christophore est trop l'image de l'Esprit-Saint, et je sais combien l'Église moderne est diligente pour écarter la Troisième Personne divine" (XI, 27 - Journal de Léon Bloy, 14 mai 1892)48.

  • 49 Isaïe 60, 9 : "Me enim insulae expectant". Voir I, 43 : "Cet homme qu'Isaïe semble avoir en vue to (...)

26Il est un autre point de départ commun où les deux poètes se rencontrent pour finalement diverger, Claudel englobant l'histoire contemporaine dans sa vision unificatrice, tandis que le pessimisme apocalyptique de Bloy l'en isole pour la "réserver" : c'est l'interprétation de "la plus profondément obscure des prophéties de l'Ancien Testament" (I, 32), celle où Isaïe, interpellant la Jérusalem glorieuse, évoque ces "îles lointaines" (I, 43) qui attendent le Seigneur et dans laquelle Bloy lit la découverte de l'Amérique49 ; Claudel lui emboîte le pas, et va plus loin, en prolongeant la prophétie sur l'époque moderne : les "îles", c'était le monde cloisonné d'avant la Première Guerre mondiale, qui peu à peu cède la place à :

  • 50 Mi., pp. 367-368 ; Is. 49, 20. Ces propos de Claudel, et ceux qui les entourent peuvent servir de (...)

"Ce grand spectacle auquel nous assistons de voir toutes les parties de l'humanité devenir si étroitement solidaires les unes des autres, solidaires pour le moment à leur déséquilibre qui, finalement, aboutira à quelque chose d'assez grandiose qu'avaient prévu tous ces grands réalisateurs de la terre, tels que les Christophe Colomb, et même tous les conquérants comme les Gengis Khan, comme tous ces autres qui se sentaient vivre dans des limites trop étroites pour eux. Et il y a un mot précisément d'Isaïe qui résume tout cela, c'est : "Le lieu est trop étroit pour moi, fais-moi de la place"50.

27Histoire en passe de s'arrêter, pour laisser place à l'Absolu dont rêve Bloy, histoire en marche que déchiffre, après y avoir participé, l'ancien diplomate : c'est leur regard sur le monde, leur place dans le monde qui distingue fondamentalement Bloy et Claudel. Mais le cœur de la doctrine, ce qui dépasse le monde, leur est commun : et c'est là aussi que s'exprime leur plus profonde poésie.

Configuration poétique de Christophe Colomb

"Le dernier soupir de chaque homme est un vent violent qui ouvre ce livre où tout est écrit" (V, 233).

28"La cause de Christophe Colomb", écrit Léon Bloy, "ne ressemble elle-même à aucune autre. Elle est exceptionnelle en tout et appelle un langage exceptionnel" (I, 194) : voici un terrain idéal pour l'un des écrivains les plus singuliers de notre langue française, qui cultive l'exception dans sa façon d'écrire comme dans le choix de ses idées et de ses admirations. Claudel quant à lui s'enthousiasme à la composition de sa pièce, y met à profit les idées que lui a inspirées la technique du théâtre japonais, profite de ce thème américain - et pour lui aussi brésilien, en complicité avec Milhau -, pour laisser libre cours à sa fantaisie.

29D'emblée se pose la question du genre littéraire auquel il convient de rattacher un ouvrage aussi étrange que Le Révélateur du Globe : épopée bigarrée - il s'agit d'un Héros par excellence -, pamphlet doublé d'un panégyrique, extraordinaire mélange de style élevé et de style bas - procédé qui a toujours également été cher au cœur de Claudel et auquel son Christophe Colomb se prête particulièrement, comme il l'écrit à Milhaud :

"De même que j'ai montré que tout est poésie et que des choses les plus basses et les plus grossières aux paroles les plus sublimes il y a suite et continuité, de même il faudrait ajouter à ce domaine de l'expression parlée celui de la musique, et que tout parte du même fond et naisse l'un de l'autre, sentiments, bruits, paroles, chant, cri et musique, tantôt se cédant, tantôt s'enlevant la place. Ne trouvez-vous pas que c'est une idée grandiose ?" (17 déc. 1927, C. Mi. p. 86).

30Telle est la définition claudélienne du poème. Quant à Bloy, il nous donne une indication à travers ce jugement : "la sœur Catherine Emmerich, la Voyante stigmatisée de Dulmen, le plus grand de tous les poètes, sans exception" (XV, 274) : écriture voyante, stigmatisée, ouvrant constamment sur la méditation : tel nous semble être le poème bloyen de Christophe Colomb.

31En vrais poètes pour qui le poids de nul mot n'est indifférent, Bloy et Claudel, qui se font par là aussi théologiens mystiques, fondent leur réflexion sur le nom doublement prédestiné de leur héros, sûrs que "la divine Providence n'est nullement étrangère aux noms que doivent porter les chrétiens jusqu'à leur dernière heure, et sur lesquels ils seront crucifiés ou exaltés selon le caprice de l'inconstante populace humaine" (I, 93). Aussi le nom de Christophe Colomb, matrice poétique du texte de Bloy, devient-il un véritable "thème" dans la pièce de Claudel (Mi., p. 356).

32Le nom de baptême du Christophore est une première indication de sa mission providentielle : "Son nom n'est-il pas le Porte-Christ ?" (Th II, p. 1499). Chez Bloy, selon sa conception du temps comme imposture et de la simultanéité mystique des événements dans l'éternel présent du regard de Dieu, la légende, jusqu'alors restée mystérieuse de saint Christophe, passe avec Colomb de la figure à la réalité : "Par une exception unique dans l'iconographie sacrée et les usages du culte, la piété populaire adopta là des attributs figuratifs de l'avenir (…). Maintenant, la gigantesque effigie a reçu son explication" (I, 96-97).

33Passant de la Légende Dorée à l'Écriture, Bloy va s'employer à débusquer la Columba Christum ferens à travers le Grand Livre, suivi par Claudel qui fait de la simple nomination l'argument essentiel de son Christophe Colomb face à ses opposants :

"Christophe Colomb I - C'est moi qui suis la colombe porteuse du Christ (Th II, p. 1145).
Christophe Colomb II - Et mon second nom est tout ce qui est lumière, tout ce qui est esprit et tout ce qui a des ailes" (Th II, p. 1136).

  • 51 Voir supra, note 18 ; et encore l'Atlantide, op. cit., p. 255 : "Colomb, achète, achète des navire (...)
  • 52 "Un imposant processionnal, plutôt archaïque, auquel prennent part des personnages que ni Alcuin, (...)

34jolie composition poétique qui, sans doute inspirée de Verdaguer51, réjouit Francis Jammes à la première audition52. À l'école, toujours, de l'abbé Tardif, mais avec l'ajout essentiel de leur talent de poètes, Bloy et Claudel se livrent à une belle exégèse poétique, inspirée de la manière des Pères de l'Église, et construite comme une souple concordance des occurrences bibliques du nom de la Colombe, rapportée au Découvreur, avec ce surcroît de poésie et cette ouverture à la méditation que suscitent les associations d'idées, les superpositions impromptues :

"Tes yeux sont comme les yeux des colombes', dit le bien-aimé du Cantique. Et qui donc a été plus semblable que Christophe Colomb à cette figure biblique de la méditation gémissante et inépuisablement miséricordieuse ?" (I, 108) :

  • 53 Cant. 1, 15 et 4, 1 : Nous verrons tout à l'heure à quel point l'imagerie nuptiale du Cantique est (...)
  • 54 Is. 38, 14 : "meditabor ut columba" ; 59, 11 : "quasi columbae meditantes gememus".
  • 55 Rom. 8, 26 : "gemitibus inenarrabilibus postulat pro nobis Spiritus" - avec en surimpression, le " (...)

35il y a ici collision de la douceur aimante du Cantique53, de la désolation d'Isaïe54, et de la miséricorde de l'Esprit, telle que l'évoque l'Apôtre55 ; belle configuration biblique, pour désigner la psychologie surnaturelle du Grand Amiral.

  • 56 Ce détail pittoresque figure dans la Vie de saint Antoine de Padoue et se trouve représenté, notam (...)
  • 57 Voir la clausule de la scène de l'Ombre Double, dans Le Soulier de Satin : "parmi ce battement d'a (...)

36Il en va de même chez Claudel, à cette différence près, comme nous venons de l'observer à propos d'une réminiscence de Verdaguer, qu'il associe beaucoup plus volontiers que Bloy aux références bibliques un tissu de souvenirs empruntés à la culture extra-scripturaire ; la dernière page de son Livre de Christophe Colomb en offre un très bel exemple : sur le fond majestueux de l'Elevamini, portae aeternales du Psaume des Rameaux, le touchant détail, emprunté à l'hagiographie et l'iconographie, de la mule qui s'agenouille56, suivi d'une invocation à la Vierge qui rappelle l'ouverture du dernier chant du Paradis de Dante, pour culminer sur cette somptueuse composition où se combinent, mêlées encore au souvenir de Verdaguer, le Psaume, la Genèse et la Résurrection, triple clausule au motif si profondément claudélien des "ailes du désir"57 :

"Le chœur - (Afin qu') Il atteigne enfin ce que les deux ailes de son désir cherchaient, vous, ô Portes Éternelles ! Et le patriarche Noé envoya la colombe et elle revint au bout de trois jours. Afin qu'ayant traversé le grand Abîme il atteigne enfin ce que son cœur désirait. Au bout de trois jours ce que son cœur désirait. Ouvrez-vous, Portes Éternelles !" (Th II, p. 1187).

  • 58 "Le Journal de Francis Jammes" no 1, op. cit., p. 6.
  • 59 Voir une autre interprétation possible infra et n. 72. C'est de toute façon une figure de l'Église (...)

37On pourrait multiplier les exemples où raison poétique et raison exégétique se combinent pour célébrer dans un sublime où l'émotion se traduit, chez Bloy à la fréquence des interrogatives, chez Claudel à celle des exclamatives lyriques, ce grandiose destin associé à la destinée spirituelle du monde. Mais pour donner toute leur profondeur à ces "magnifiques alchimies"58, il faut ne pas en perdre de vue le point de fuite : le bien-aimé du Cantique, c'est-à-dire, selon l'exégèse allégorique, le Christ lui-même, veille sur la "colombe amoureuse" (I, 315) ; de même qu'il est le cœur des consonances bibliques, de même c'est cette présence en filigrane qui fait la parenté la plus profonde des deux œuvres ; à la "colombe poignardée" (I, 329) répond le "Pontife gigantesque et couvert d'or avec l'étole et la chasuble" (Th II, p. 1188), figure triomphale de l'Église représentée par son chef59.

  • 60 Voir I Cor. 4, 13 où saint Paul déclare les Apôtres "balayure du monde".

38Écriture de l'exception, celle de Christophe Colomb appelle tout un sublime bloyen qui s'épanouit notamment dans l'invention de périphrases magnifiantes, que Claudel ne craint pas de reprendre, rehaussées par l'usage de caractères majuscules, et l'emploi du démonstratif déictique : "cet Ambassadeur plénipotentiaire de la Sainte Trinité" (I, 45) ; "cette incomparable Ressemblance de Dieu" (I, 49) ; "cet Amplificateur de la Création" (I, 98), "le Grand Christophore, le réunisseur de la Terre Habitée" (Th II, p. 1491), ou encore, avec un jeu intéressant sur l'expression paulinienne, "cette balayure de l'Éternité" (I, 142)60 ; c'est là le "grand style" bloyen, lourd en beaux substantifs latins, riche de sa constance superlative, cette poétique de l'hyperbole marquée par la profusion d'adjectifs à fonction augmentative, la prédilection pour le terme ample et latinisant, le rythme en cadence majeure - effets qui ne seront pas étrangers à la prose exégétique à venir de Claudel :

"L'invraisemblable odyssée de cette gloire exorbitante s'abîmant dès son aurore, voyageant dans le mystère des catacombes par-dessous la rumeur d'une dizaine de générations, et surgissant tout à coup, par la volonté d'un pape et malgré les efforts diaboliques d'une multitude d'imbéciles épouvantés d'un tel signe, au moment précis et providentiel où la splendeur obscurcie du catholicisme a tant besoin de ce réconfort de magnificence !" (Bloy, XV, 141).

39Mais ici, la forme du drame court implique une autre écriture du sublime, qui tient dans des effets brefs et répétitifs. Les dialogues en stichomythie, martelés de systèmes anaphoriques et se résolvant en une sentence grandiose dans sa simplicité, sont sans doute le trait le plus marquant de ce texte :

"Christophe Colomb I - C'est avec cet anneau que j'épouserai la terre entière...
Christophe Colomb I - C'est moi qui suis la colombe porteuse du Christ...
Christophe Colomb I - C'est moi qui ai été envoyé pour réunir la terre...
Christophe Colomb I -Je n'ai pas d'autre pays que la terre de Dieu" (Th II, pp. 1144-1145).

40Ce serait une erreur de considérer que chez Bloy les pages ironiques et polémiques relèvent d'une autre esthétique, plaquée sur la première : elles sont d'ailleurs écrites de la même façon. Les vices de la société contemporaine ne sauraient, aux yeux de Bloy, dépasser le misérable pastiche, la grimace du diable. Aussi l'évocation qu'en fait Bloy n'est-il que l'envers tonitruant, volontairement distendu et déformé, de ce grand style de la méditation auquel il a volontiers recours, notamment en clausule de ses chapitres, et qui trahit le Bloy le plus intérieur, oublieux des tristesses du monde pour se livrer à son rêve de contemplation :

"Pendant sa première navigation, chaque soir il fait chanter sur ses trois navires l'hymne de la Vierge. La merveilleuse tendresse de cette dévotion répand sur toute cette existence fracassée et gigantesque la suave douceur d’une poésie céleste. La Vierge sans tache le conduit presque visiblement de sa main lumineuse à travers tous les écueils de l'Océan et du Monde. Dans les nuits sereines de l'Atlantique, sous la bénigne clarté des constellations australes, l'azur profond de ce firmament nouveau pouvait paraître au Contemplateur du Verbe comme le manteau étoilé de la Reine des deux étendu pour le protéger sur l'immensité des flots, et, dans les angoisses de la tribulation suprême, c'est Elle encore qui descendait pour fortifier son serviteur, non plus dans le bleu constellé de Sa Gloire, mais dans le sombre vêtement de la Mère Douloureuse, avec le cadavre d'un Dieu sur Ses genoux et les Sept Épées plantées dans le cœur. Mais c'est Elle, toujours, dans le calme ou dans la tempête, et la plus belle grandeur, après tout, de l'Inventeur du Nouveau Monde, du candide Précurseur de l'Oblation Perpétuelle, c'est d'avoir accompli dans sa plénitude, après quatorze cent cinquante-neuf ans révolus, la Troisième Parole de Notre-Seigneur-Jésus-Christ mourant sur la Croix, sous les yeux de sa Mère, pour le salut du monde entier" (I, 131-132).

41Il y a là trop de beautés stylistiques pour que nous envisagions de les détailler. Les ennemis de Bloy ne cessent d'attaquer en lui l'excès, le fanatisme, la violence ; sans doute restent-ils sourds à de tels passages où l'ardeur de l’humble se convertit en discrète tendresse, où le polémiste s'oublie dans l'adoration.

42C'est donc sur le plan de l'"élocution" que Claudel est le plus redevable à Bloy, et ce surtout dans les commentaires qu'il propose lui-même de son drame. Sa profonde originalité est à chercher ailleurs, sur les deux autres terrains définis par l'ancienne rhétorique : l'invention et la disposition.

43En ce qui concerne l'invention - outre l'idée essentielle de la vocation de Christophe Colomb qui lui vient de Bloy -, Claudel fait preuve d'originalité en superposant à ce thème essentiel deux autres thèmes qui dans sa pièce lui sont étroitement conjoints, et l'infléchissent dans une double direction particulière : il s'agit de la mort et du Livre.

  • 61 I, 4 et II, 6 : aux "livres, papiers" (Th II, p. 1133) s'est substitué "Le Livre (...) presque fin (...)

44Claudel considère manifestement "la Vie et les Voyages de Christophe Colomb" (Th II, p. 1132) sous cet éclairage particulier que leur donne une méditation sur la mort du héros. En fait il s'agit plutôt du "Livre de la mort de Christophe Colomb", la mort étant le révélateur, la clé d'une existence. La mort encadre le texte : les deux tableaux à l'auberge de Valladolid se répondent, au début et à la fin du Livre61, de même que se font écho, avec entre-deux tout l'espace de la méditation claudélienne, la séparation des deux Christophe au début et leur réunion à la fin. Or qu'est cette fameuse "limite" - thème cher à Claudel-, qui isole de la scène le proscenium ? Claudel l'exprime très clairement :

"il n'y a qu'un seul pas à faire pour être avec nous ! simplement cette étroite limite qui s'appelle la mort !" (Th II, p. 1133).

  • 62 I, 4 et II, 6 : aux "livres, papiers" (Th II, p. 1133) s'est substitué "Le Livre (...) presque fin (...)

45Aussi tout le livre peut-il se lire - à l'exception du Prologue et de la clausule-, comme une mise en scène poétique et mystérieuse de la mort, de ce moment où une destinée se fixe et se fige, où les mérites et les péchés d'une vie s'inscrivent en caractères définitifs sur un de ces livres qu'évoque l'Apocalypse - sujet imminent de la réflexion de Claudel62 -, livres de comptes qui donneront ou non accès au livre de vie : nous y reviendrons. Mais Le Livre de Christophe Colomb est aussi celui de la mort d'Isabelle : mort désirée, préparée (Th II, p. 1147), différée (p. 1164), enfin accomplie, et nous verrons pourquoi, après la réunion des deux Christophe Colomb, en ce "séjour nouveau" (Th II, p. 1182) qui n'est autre que l'au-delà.

  • 63 Sur "Colomb et l'Apocalypse", voir J. de Labriolle, op. cit., pp. 225-227. Sur le thème essentiel (...)
  • 64 Cf. Cette réplique qui pourrait bien être une réponse oblique à Mallarmé : "L’homme humain n'est p (...)
  • 65 L'Univers imaginaire de Mallarmé, Seuil, 1961, passim.
  • 66 De même pour l'image de la "belle rose centrale" (Th II, p. 1183), issue du chant XXX du Paradis.
  • 67 La procession avec les cierges (Th II, p. 1187), et surtout le triple Alleluia, caractéristique de (...)

46À cette méditation poétique sur la mort est très étroitement liée la réflexion sur le Livre, autre grand thème claudélien. Qu'est-ce en effet que ce Livre de la Vie et des Voyages de Christophe Colomb, qui se substitue à l'"Histoire" de Roselly de Lorgues ? Ici encore, la réponse est une composition poétique de significations. C'est le livre de la vie de Christophe Colomb, qui va insensiblement devenir le Livre de Vie - d'où la majuscule - où sont inscrit les noms des élus. C'est aussi, dans une perspective "poétique", le livre en train de s'écrire, le destin poétique du personnage se composant au fur et à mesure qu'avance la plume du poète, qui exerce par là sa vocation spécifique, et analogue de celle de Colomb, de réunisseur de la terre par la composition et la proclamation de la vérité, dans la louange et l'action de grâces. C'est enfin, et de ce point de vue le commentaire de l'Apocalypse s'inscrira dans la continuité exacte de notre drame63, l'appropriation et la transmutation claudéliennes du Livre mallarméen (d'où encore la majuscule), qui s'accomplit ici non point en œuvre de Néant64, mais d'affirmation et de glorification de la vérité catholique. L'expression "Au paradis de l'Idée" pour qualifier ce vestibule du Ciel où Isabelle attend Christophe est un clin d'œil au Maître, ainsi que l'imagerie blanche et cristalline qui l'habite : c'est exactement l'univers mallarméen tel que l'a décrit J.P. Richard65, mais dans lequel s'infuse la géométrie lumineuse du Paradis dantesque66 que viendra bientôt soutenir la liturgie pascale67 : l’Idée mallarméenne trouve ici sa plénitude.

  • 68 Mallarmé, "Avant-dire" au Traité du verbe de René Ghil, Œuvres complètes, éd. H. Mondor et G. Jean (...)

47La réflexion sur le Livre est aussi réflexion sur le langage, et toujours à l'école de Mallarmé : ainsi se définit ce "réel dans l'Éternité qui est infiniment plus réel que ce qui est réel sur la carte" (Th II, p. 1133) : autre façon de marquer l'opposition entre deux fonctions du langage, celle de "numéraire facile et représentatif"68 - ce qui est la manière des adversaires de Christophe Colomb-, et le "Dire" du poète, ici rapporté à la Vérité éternelle, que Christophe Colomb I apprend de Christophe Colomb II. L'opposition de ces deux langages, l'un prosaïque et limité à une vérité circonstancielle, l'autre poétique, et, par sa profondeur analogique, essentiellement vrai, apparaît nettement dans le dialogue de Christophe et des Savants, que nous reprenons cette fois dans sa totalité :

"Un des savants - Ainsi c'est bien vous que l'on appelle Christophe Colomb ?
Christophe Colomb I - C'est moi qui suis la colombe porteuse du Christ."

48- opposition du hasard et de la vocation, d'un nominalisme et d'un réalisme : l"'ego sum" de Christophe répond, par le symbolisme du nom, au scepticisme de l'adversaire.

"Un des savants - C'est vous qui voulez rejoindre les Indes en naviguant vers l'ouest ?
Christophe Colomb I - C'est moi qui ai été envoyé pour réunir la terre."

49- d'un côté l'accident, l'exercice de la simple volonté humaine, de l'autre, la substance, la volonté articulée à la cause finale, la mission profonde et divine, qui rappelle les "missus est" de l'Evangile, celui de l'Ange Gabriel et celui de saint Jean Baptiste.

"Un des savants - Votre pays ne vous suffit-il pas ?
Christophe Colomb I - Je n'ai pas d'autre pays que la terre de Dieu (Th II. p. 1145),"

50- au contingent s'oppose l'absolu, cette Terre Promise, cet Autre Monde qui est le lieu mystique de la découverte de Christophe Colomb.

  • 69 J. Dauphiné, art. cité, p. 109.

51Très étroitement lié à cette dimension spirituelle du texte est l'effet original de disposition consistant à douer de deux voix Christophe Colomb. Il nous semble peu conforme au dessein même de Claudel de considérer qu'il se contente de mettre en scène les deux versions que la postérité offre de Christophe Colomb, l'aventurier et le héros mythique, le coupable et le saint : le "À chaque Colomb sa vérité"69 semble poser le problème à plat, et faire abstraction de cette relation dynamique, typiquement claudélienne, qui s'instaure entre les deux "personnages" ; Claudel lui-même s'en explique : "le Christophe Colomb de l'histoire communie avec ce Christophe Colomb en avant de lui qui n'a cessé de lui montrer le chemin dans un suprême sanglot" (Th II, p. 1499). Christophe Colomb II n'est pas seulement la voix de la postérité canonisatrice, il est la justification de cette voix, la garantie que, malgré et peut-être à travers ses faiblesses - c'est là tout le paradoxe claudélien-, Colomb a su accomplir une authentique mission : c'est le mérite de Christophe Colomb, sa capacité à tuer en soi le vieil homme au profit de l'homme nouveau ; n'acquiesçant ainsi ni aux accusations des calomniateurs, ni à l'éloge à ses yeux univoque des postulateurs de la cause, Claudel décape le personnage, nous livrant, par le biais génial de cet examen de conscience final qu'est sa pièce, l'itinéraire spirituel de Christophe ; aussi peut-on cerner l'opposition des deux Christophe à travers une série d'équations poético-théologiques : Christophe Colomb I face à Christophe Colomb II, c'est l'"âme violente" et le "cœur dur" (Th II, p. 1178) face à l'âme soumise à sa vocation, c'est la volonté humaine rétive et orgueilleuse face à la volonté humaine ordonnée à celle de Dieu, ce sont les "refus et (les) poussées" face à l'"invitation" (Th II, p. 1498), mais c'est aussi l'homme seul face à son Ange gardien, l'homme souffrant face au Christophe Colomb glorieux, l'âme unie au corps face à l'âme séparée.

  • 70 E. T. Dubois, "Léon Bloy, Paul Claudel and the Revaluation of the Significance of Columbus", art. (...)
  • 71 Voir aussi supra., note 59.
  • 72 Christophe Colomb devant les taureaux, I, p. 330 ; Heb. 9,2.
  • 73 "Le Journal de Francis Jammes" no 1, op. cit., p. 6.

52J. de Labriolle et E.T. Dubois ont raison de voir dans ce texte la mise en scène fantaisiste d'un procès de béatification70. Mais on peut aller plus loin : le drame de Claudel est une véritable béatification poétique, qui accomplit par l'écriture ce que Léon Bloy n'a pu obtenir de l'histoire : à preuve cette fin en apothéose71 qui couronne l'œuvre avec l'énigmatique image du "Pontife gigantesque et couvert d'or avec l'étole et la chasuble" (Th II, p. 1188) ; Claudel s'inspire peut-être ici de la figure de "l'Ange d'Espagne, gracieux et beau, qui de ses ailes d'or couva Grenade, et les étend aujourd'hui par le firmament, et la vaste terre les prend pour manteau" de l'avant-dernière strophe de l'Atlantide de Verdaguer, mais plus certainement de Bloy qui s'excuse au dernier chapitre de Christophe Colomb devant les taureaux de "désigner le plus grand des hommes d'une appellation donnée par saint Paul à Notre-Seigneur-Jésus-Christ" : le "Pontife des biens futurs"72 Ainsi, par la puissance de sa création poétique, Claudel transfigure-t-il, béatifie-t-il presque aux yeux du public, son héros : tel est le "fruit paradisiaque" issu de "ces feuilles aussi luxuriantes que des palmiers d'aucune forêt vierge"73 : là où Bloy s'enferme dans l'ascèse solitaire d'une amère déception, le tempérament expansif de Claudel procède à une "béatification quand même", assurée par le pouvoir de l'écriture.

L'exercice spirituel : la configuration intérieure

"...car nous sommes vraiment des ressemblances de Dieu et tout ce qui s'est accompli dans les siècles a laissé en nous son empreinte."

53La pensée de Bloy, nous l'avons vu, procède par analogies : c'est par là qu'elle est constamment ordonnée à l'essentiel ; sa conception de l'histoire n'est autre que "ce vif sentiment des analogies historiques par lequel l'esprit humain remonte et parcourt intuitivement l'immense procession des faits importants, par-dessus toutes les séries intermédiaires des agitations de l'histoire" (I, 131). Aussi la méditation sur Christophe Colomb l'amène-t-elle à dessiner une constellation qui réunit mystiquement quatre personnages : le Découvreur de l'Amérique, son "Inventeur" le Pape Pie IX, son "Postulateur" Roselly de Lorgues, et son héritier, Bloy lui-même.

54Ce n'est évidemment pas un hasard, selon Bloy, si le cardinal Mastaï, futur Pie IX, s'est vu désigner au peuple comme prochain successeur de Pierre par le vol d'une colombe (I, 53-53-54) :

"(Les âmes profondes) remarqueront les saisissantes relations spirituelles qui rattachent l'une à l'autre, à quatre siècles de distance, les deux personnalités exceptionnelles de Christophe Colomb, démonstrateur de l'infaillibilité papale et de Pie IX, promulgateur de ce grand privilège (...). (Elles) seront particulièrement frappées de l'identité du sentiment religieux entre l'Homme de la Découverte et le grand Pape de l'immaculée Conception. Rien n'est plus touchant comme rien n'est plus révélateur de la sainteté des vues de Christophe Colomb que cette perpétuelle préoccupation de la gloire de Marie conçue sans péché. Il semble que cet Apôtre ait voulu préparer l'évangélisation des peuples nouveaux par le même procédé divin qui servit à préparer, pendant quatre mille ans, la Rédemption du genre humain. Christophe Colomb parsema la gloire de Marie sur la mer des Antilles, en imposant son Nom à la plus grande partie des îles qu'il découvrait, mais, c'est principalement sous le vocable de Marie Immaculée qu'il voulut offrir au ciel les glorieuses prémices de sa Mission. Le souvenir de la Mère du Sauveur précède toutes ses entreprises et l'accompagne dans tous ses travaux" (I, 131).

55Ainsi la proclamation des dogmes de l'immaculée Conception et de l'Infaillibilité pontificale apparaît-elle à Bloy comme une réplique et une affirmation de l'œuvre accomplie par le Navigateur :

"La destinée de Colomb et la destinée de Pie IX se rencontrent et se pénètrent dans le mystère d’une surnaturelle exception. Colomb révèle la sphéricité du monde terrestre sous les pieds de Jésus-Christ et de sa Mère ; Pie IX, par la définition cathédrale des deux grands dogmes manquant encore à la transcendante harmonie de l'enseignement théologique, a fermé ce glorieux cercle de lumière qui enveloppe les intelligences humaines en exil, - semblable à l'anneau splendide de cette planète du silence et de la mélancolie qui roule si prodigieusement loin de nous, dans le fond du ciel !" (I, 54),

56ce qui correspond à la définition spirituelle de l'histoire précédemment énoncée, annulatrice de la notion de temps :

"Dans le plan des desseins éternels, tous les hommes sont contemporains. Pie IX et Christophe Colomb correspondent sympathiquement l'un à l'autre suivant une loi spirituelle identique à la loi physique d'attraction des mondes" (I, 55).

57Ce n'est pas plus le hasard qui aiguilla Pie IX, "le seul de tous les Pontifes romains qui ait visité le Nouveau Monde" (I, 30), sur le Comte Roselly de Lorgues ; à la confiance que pouvait lui inspirer "le doyen actuel de nos écrivains catholiques" (I, 31), issu d'une illustre famille, se joignait une intuition surnaturelle :

  • 74 Souvenir du "Mystère de Jésus" de Pascal : "Tu ne me chercherais pas, si tu ne m'avais trouvé".

"En vertu d'une de ces lois d'affinité mystérieuse par lesquelles nous sommes forcés de tout expliquer, Christophe Colomb appelait cet historien et non pas un autre et il l'appelait de celte façon (…)
Lorsque le Comte Roselly de Lorgues a commencé d'écrire son Christophe Colomb, il avait déjà l'intuition complète de ce grand homme et de ce grand saint (...). S'il ne l'avait pas eue, il n'aurait pu rien découvrir et n'aurait pas même cherché"74 (I, 177).

  • 75 Voir en complément I, pp. 249-252. Cf. Th II, p. 1175 : même motif chez Claudel.

58C'est d'ailleurs là pour Bloy l'occasion de revenir sur un thème qui lui est cher ; celui de la vocation mystique de la France, Fille aînée de l'Église et première apostate, qui trouve là de quoi racheter sa trahison. Les liens de la France avec Christophe Colomb sont anciens et complexes ; il ne faut pas oublier que "la première fois qu’un document historique permet de saisir sa trace, il navigue sous le pavillon français" (I, 100), commandité par le roi René ; mais la fille prodigue ne tarde pas à agir en faussaire en fournissant, en l'espèce d'un géographe lorrain, l'auteur d'un ouvrage qui ôtera à Colomb et à la terre qu’il a découverte jusqu'à la légitime possession de leur nom : "Quant à l'inventeur du Nouveau Monde, il s'appela désormais Amerigo Vespucci, et ce fut ce très mince aventurier qui recueillit dans toutes les langues, par une substitution sans exemple, la plus grande gloire de l'univers" (I, 134)75. Aussi était-il légitime, et conforme à une loi de réversibilité providentielle que, "comme la Fille aînée de l'Église avait égaré l'opinion et donné le nom d'un plagiaire au Continent découvert par l'Envoyé de Dieu, ce fût elle-même que le Chef de l'Église chargeât de réparer, autant que possible, cette injustice, en publiant dans sa langue la vie de ce sublime apôtre" (I, 31).

59Après Pie IX et Roselly de Lorgues, le dernier point de cette constellation qui se dessine autour de Christophe Colomb est bien sûr Léon Bloy lui-même, à qui échoit, en "cet octogénaire XIXème siècle" (XV, 170), la mission de défendre, envers et contre tous, une cause dont il apparaît de plus en plus clairement qu'elle est perdue d'avance ; à travers la contemplation de la figure de Colomb, Bloy fait l'apprentissage de son propre devoir d'état, qui sera de se battre contre la "Mer ténébreuse" de l'incroyance, de la médiocrité contemporaine, qui sont précisément le contraire de toute sainteté. Christophe Colomb prend ici valeur de guide intérieur : il s'agit de se "configurer" à lui, d'imiter sa force dans la foi et son courage. Humble, Léon Bloy n’insiste jamais sur cette "analogie", mais elle se lit en filigrane de l'œuvre, dont telle caractérisation métaphorique n'est certes pas innocente :

  • 76 Auto-citation, cf. I, 49. Le "bateau de papier" est Le Révélateur du Globe.

"Cet initial bateau de papier s'en alla donc à la dérive, silencieux et inaperçu au milieu des pontons immobiles et des lourds chalands pavoisés, jusqu'au plus prochain tourbillon où il s'engouffra, "sans faire plus de bruit qu'un atome qui croulerait du haut d'une ruine dans le désert"76 (I, 258).

60Poète souffrant qui a reçu "la vocation et la mission religieuse des temps modernes" (I, 67), Bloy s’inscrit discrètement derrière le portrait de son héros, dont il partage "les pesantes agonies et les noires tentations de la mélancolie des exilés" (I, 103). Ailleurs, sous le voile romanesque, la superposition sera plus explicite :

  • 77 Le Désespéré (1886), ch. XXXIV. -Œuvres, III, p. 133.

"Je suis en partance, comme Colomb, pour l'exploration de la Mer ténébreuse, avec la certitude de l'existence d'un monde à découvrir et la crainte de révolter, à moitié chemin, cinquante passions imbéciles"77,

61ou encore - et c'est là tout un autre pan de son œuvre qui se découvre :

"Je vais à La Salette comme Christophe Colomb à la découverte du Nouveau Monde" (XII, 337).

62Aussi Bloy nous invite-t-il à une lecture allégorique de son livre : c'est à nous, ses rares lecteurs, d'être auprès de lui les Christophe Colomb du monde moderne ; ceci, Bloy l'exprime admirablement dans l'ultime chapitre de Christophe Colomb devant les taureaux, véritable méditation qui s'ouvre sur un alexandrin à consonance toute baudelairienne : "Et maintenant, ma pauvre âme, console-toi" (I, 328), et s'épanche en une suite de versets qui dessinent la vocation propre des héritiers de Christophe Colomb :

"Il sait aussi, d'un savoir de Bienheureux, qu'en ce crépuscule du monde, il est nécessaire que les figures anciennes dont sa personne était le substrat soient vérifiées enfin dans leur accomplissement absolu (...).
Il faut cependant qu'il continue son œuvre puisque la terre arrondie de sa main, ne peut plus rouler, semble-t-il, que sur l'axe de sa prière et ne veut plus être évangélisée que par des apôtres qui se souviendront de lui" (I, p. 329).

63Tel est le message de Léon Bloy, grand "solitaire" lui aussi et partageant, au sein de cette constellation, quelque chose de "la solitude incomparable du Porte-Christ, à laquelle aucun isolement ne ressembla, depuis l'isolement ineffable du Verbe fait Chair" (I, 329).

64Il ne faut pas en effet s'y tromper : le cœur de cette "constellation", ce qui la justifie et justifie par là même toute l'œuvre de Bloy, c'est la Divine Présence, conçue, dans une belle théologie de la Ressemblance, comme le noyau de l'histoire, le ressort des admirations humaines, l'abîme ardent de toute méditation :

"Pourtant, si on savait regarder avec profondeur, on verrait que personne ne nous est plus proche et plus semblable que les grands hommes puisqu'ils sont les aînés de Celui qui nous a tous façonnés à son image et qu'ils se tiennent devant Lui pour nous abriter contre le resplendissement solaire de sa Face" (I, 70).

65Tel est l'or véritable qu'avait à nous livrer, avant de s'effacer, la "colombe aux ailes d'argent" (I, 332).

  • 78 Au sujet du thème de la limite, voir encore : - pour les théories scientifiques allant dans le mêm (...)
  • 79 Po., p. 819.

66Si nous avons ici dissocié nos deux auteurs, c'est que le rapport le plus intime d'identification s'opère cette fois sur des terrains différents. Mais ce serait une erreur de croire qu'il est moins profond chez Claudel que chez Bloy : à preuve, que l'écriture du drame se substitue totalement, entre le 23 juillet et le 9 août 1927, à celle du Journal, comme si toutes les facultés du poète s'y trouvaient absorbées. Essayons de voir ce qui attache si authentiquement Claudel à son Christophe Colomb. Nous avons déjà évoqué deux thèmes qui lui étaient chers : la "limite" et le "Livre"78 ; le poème de Visages radieux consacré à saint Joseph nous invite par ailleurs à lire en Christophe Colomb le paradigme de la conversion, de cette découverte, "en soi-même, de quelque chose d'immense et de vierge comme l’Amérique"79 : ceci est à rattacher à la thématique du mérite, de l'itinéraire spirituel, de la transformation intérieure précédemment étudiée ; mais il est un lieu intime où cet exercice spirituel prend pour Claudel un sens particulièrement aigu et cher : c'est ce que nous appellerons sa "tentation romanesque" et qui nous semble constituer l'acmè poétique du Livre de Christophe Colomb.

  • 80 J. de Labriolle, op. cit., p. 176.
  • 81 J. Madaule, "Le Poète-Dramaturge", La Table Ronde, avril 1955, cité par E.T. Dubois, art. cité, p. (...)
  • 82 Ibid..

67Nous nous démarquerons ici de la position de J. de Labriolle, qui estime que "le thème de la FEMME peut sembler sacrifié dans Le Livre de Christophe Colomb. Face aux riches et pathétiques créatures de Claudel - une Ysé, une Violaine, une Prouhèze-, la reine Isabelle se réduit à une silhouette de vitrail, lumineuse mais sans épaisseur"80. Auparavant E.T. Dubois avait déjà rejeté l'hypothèse d'une "relation amoureuse" entre Christophe et la Reine risquée par J. Madaule81, commentant en ces termes le "dis-lui que je l'aime et qu'il me rende mon anneau" (Th II, p. 1184) : "But surely this is hardly anything other than the affection she bears for one she calis'mon frère Christophe Colomb', as she is about to enter Eternity"82. Certes, à première vue ; mais la proximité du Soulier de Satin, les déclarations de Claudel lui-même et l'étude d'un détail précis nous autoriseront peut-être à fournir une interprétation plus complexe et plus profondément claudélienne.

68Claudel lui-même, tout d'abord, dans ce magnifique texte de 1953 où il semble prendre toute la mesure de son drame, est loin de sous-estimer le rôle d'Isabelle ; les formules lyriques, et auxquelles l'intertextualité fournit toute leur résonance autobiographique, abondent :

  • 83 "À propos du Livre de Christophe Colomb" (1953), Th II, p. 1497. Nous soulignons.

"Mais grand Dieu, pourquoi est-ce à ce moment précis qu'il s'est offert à nous, ce visage de femme ? (...)
Il y a une colombe aussi dans la pièce. C'est une femme qui lui donne l'essor. De même à son homonyme humain, Isabelle, la reine Isabelle. C'est fini ! On part ! Tant pis pour tout ce qui reste en arrière, tant pis pour l'épouse humaine, et pour les enfants, et pour les créanciers et pour la patrie terrestre !... La colombe n'a pas perdu ses ailes, et c'est une femme encore qui va lui donner le vol !"83.

  • 84 L'Atlantide, op. cit., p. 255 pour les "îles fleuries" et les "navires ailés", p. 247 pour les noc (...)
  • 85 Même si c'est un anneau symbolique, un anneau-signe dans la perspective claudélienne, c'est encore (...)

69Il y a là un ton qui ne trompe pas ; à quoi s'ajoute un ultime effet d'invention : le "dédoublement" de l'anneau. Ce joli motif poétique, Claudel le trouve chez Verdaguer, où dans le chant conclusif, Isabelle se justifie gracieusement auprès de Ferdinand de la perte de son anneau de fiançailles, qu'elle s'est laissé ravir par une colombe ; tombé dans la mer, cet anneau en fera surgir ces "îles fleuries" qu'Isabelle offre à son époux au moment où elle donne à Colomb, dont elle déchiffre le nom providentiel, de quoi acheter des "navires ailés" ; ainsi se renouvellent, grâce à l'Espagne qui prend la succession de Venise, les noces du Doge et de la mer84. Chez Claudel l'anneau de la Colombe ne se substitue pas à l'anneau de mariage d'Isabelle : il s'y juxtapose85 ; c'est précisément la différence qui désigne la "tentation courtoise" ; la situation ainsi dessinée est en effet exactement la même que celle du Soulier de Satin : d'un côté, un mariage effectif, qui rend impossible toute "relation amoureuse" ordinaire ; Isabelle est mariée, l'histoire ne peut être refaite - d'ailleurs, Colomb aussi... Mais, comme dans le Soulier, à cet indissoluble "sacrement du oui" se superpose un poétique "sacrement du non" qui est celui de l'ascèse dans l'acquiescement spirituel, l'union, non point chamelle, mais infiniment plus haute de deux âmes qui partagent une même vocation et ont besoin l'une de l'autre pour la réaliser. Isabelle est une Prouhèze quintessenciée, que la fidélité à l'histoire débarrasse du souvenir d'Ysé ; elle ne rencontre Christophe que dans l'absence - les deux personnages ne sont jamais sur scène ensemble - ce qui n'empêche pas Christophe de l'évoquer dans les termes mêmes dont usait Rodrigue se rappelant sa Prouhèze :

  • 86 Cf. Le Soulier de Satin, IV, XI, Th II, p. 945 : Don Rodrigue - Vous ne vous rappelez plus ? Eh qu (...)

"Christophe Colomb I - Pendant ces heures de ténèbres la confiance de Sa Majesté était ma seule étoile, ces deux beaux yeux jadis, les seuls qui m'aient jamais regardé"86.

70et la réciproque est indéniable :

"Le messager - Elle ne pensait qu'à vous et aux Indes. Votre nom était sans cesse sur ses lèvres : Christophe Colomb" (Th II, p. 1176).

71Le commentaire que fait Claudel de son texte en 1937 confirme bien à quel point, par la continuité de la thématique et de l'imagerie, Le Livre de Christophe Colomb est le point d'orgue de l'admirable construction romanesque du Soulier :

"Mais l'appel continue à se faire entendre. Ce n'est plus celui d'Isabelle, ce n'est plus celui de l'Amérique, c'est celui du ciel étoilé, de ce monde où celle qu'il aime l'a précédé et qui est seul à la mesure de ce cœur insatiable" (Th II, p. 1494. Nous soulignons).

72Enfin, le sublime texte que Claudel, dans son commentaire du Cantique des Cantiques, quelques années plus tard encore, consacre au Soulier de Satin, n'est-il pas exactement réversible sur T'intrigue courtoise" (nous entendons par là celle qui se superpose à un mariage, la "Dame" de la littérature courtoise étant toujours, et nécessairement, mariée) du Livre de Christophe Colomb ?

  • 87 Paul Claudel interroge le Cantique des Cantiques (Egloff 1948) O.C., XXII, p. 184 ; Nous soulignon (...)

"Mais ces deux autres qui par respect, disons plutôt par réalisation profonde du sacrement qui l'un à l'autre les interdit, se sont dit : Non ! l'un à l'autre en cette vie, est-ce qu'eux aussi en un sacrifice sublime n'ont pas été l'un à l’autre un instrument de salut ? Est-ce qu'avec le secours de la grâce ils ne se sont pas administré l'un à l'autre la Volonté_divine ? (a) Est-ce qu'ils n'ont pas été l'un à l'autre la source d'un honneur, d'une réalisation inextinguibles ? (b) Est-ce qu'ils cesseront d'être l'un par rapport à l'autre pour l'éternité en position de causes ? Est-ce qu'ils n'ont pas ensemble coopéré à leur vocation essentielle ? Est-ce qu'ils ne sont pas œuvre l'un de l’autre, en un mot est-ce qu'il n'y a pas entre eux un véritable mariage dont la forme n'est pas un oui mais un non, un refus donné à la chair dans l'intérêt de l'étoile ? Et la conséquence bénéfique de ce refus qui est un consentement, un consentement à l’étoile, ne s'arrête pas aux deux êtres qui en ont été participants, il se propage autour d'eux en ondes infinies, les voilà qui sont devenus une source inépuisable d'anneaux. Car le bien compose et le mal ne compose pas. Tristan et Yseult s'engloutissent dans un néant stérile. Mais Rodrigue a créé un monde et Prouhèze a créé Rodrigue. L'amour par-dessus l'Océan entre les deux mondes a créé un désir et un lien"87.

  • 88 "Le Journal de Francis Jammes" no 2, op. cit., p. 13.
  • 89 Cant. 2, 8 (Columba mea (...) veni) ; Cant. 4, 8 (veni coronaberis) ; le triple Alleluia qui carac (...)

73On pourrait aussi bien dire "Christophe Colomb a créé un monde et Isabelle a créé Christophe". On peut même se demander si Claudel eût écrit ces lignes sur le Soulier si Christophe Colomb n'était venu lui fournir cette résolution transparente, cette quintessence de dénouement. Que l'on observe bien en effet la fin du Livre de Christophe Colomb : Francis Jammes avait vu juste, qui, à l'audition de la pièce chez lui, décelait en Isabelle une "douce sœur spirituelle, sorte de sœur engagée à lui dans je ne sais quelles fiançailles mystiques"88 ; on peut même aller plus loin, et, les motifs bibliques, liturgiques89 et picturaux aidant, lire dans le finale non seulement la béatification poétique de Colomb, mais la double et réciproque béatification de Christophe et d'Isabelle l'un par l'autre, par imitation des scènes de Couronnement de la Vierge par son Fils. Ainsi s'explique le Veni, coronaberis auparavant glosé par le mariage onomastique Veni, Columba, ad Columbam !, mais aussi le curieux échange qui attribue à Isabelle, déjà glorifiée, les insignes christiques de l'Entrée à Jérusalem, sur la mule de Christophe Colomb.

74C'est un admirable travail poétique que celui de Claudel, autour de ce motif de l'anneau, devenu signe mystique et discrètement autobiographique. La gracieuse préciosité de Verdaguer se transmue ici en grand art chrétien, œuvre du poète-rassembleur où tout, en effet, se trouve conjoint dans l'alchimie fastueuse de l'invention et du travail sur le langage : au dessein apologétique se mêle toute la dimension humaine que traduit le burlesque anagogique, tandis que l'émotion intime de l'homme se glisse derrière la proclamation et la compréhension de sa vocation profonde d'énonciateur de la vérité, que, d'une façon étonnamment romanesque, seul l'amour a su parfaire en lui.

  • 90 Au milieu des vitraux de l’Apocalypse (Gallimard, 1967) O.C., XXVI, p. 132. Référence à Baudelaire (...)

75De cette comparaison jaillissent deux tempéraments, deux personnalités dont la tangence ne fait que mieux apparaître l'irréductible différence : Bloy tout d'une pièce, d'un entêtement à la mesure de sa générosité, rêvant de refaire l'histoire selon un idéal plan divin, purifiée de ses humaines compromissions ; Claudel plus complexe et double, un pied dans l'éternité et l'autre dans le monde, oscillant entre un discours public conciliant et une parole intérieure aux accents beaucoup plus nettement bloyens. Léon Bloy, en vérité, séduit indubitablement le Claudel le plus profond, le plus secret : ne le place-t-il pas au nombre de ces "poètes qui avaient de l'âme, qui refusaient de plier le genou devant la bêtise au front de taureau"90 ? Mais il n'osait pas trop dire cette ressemblance qu'il pressentait entre eux, si ce n'est discrètement, en note... et pour s'inviter soi-même à la prudence :

  • 91 Un poète regarde la Croix, Gallimard, 1938, O.C., XIX, p. 205 note. Joh. 18, 10.

"- Malchus. Remets ton coutelas dans sa gaine, brave Veuillot, et toi, vaillant Léon Bloy ! (sans parler de P.C. !)"91.

  • 92 Voir supra, note 2.

76En réalité, Bloy lui fait un peu peur92. Il représente une tentation, qui existe aussi chez lui, de l'Absolu sans conditions, et que tempèrent une prudence naturelle ou... professionnelle, un caractère expansif qui a besoin de l’approbation d'autrui, d'un consensus. Ceci explique et leur choix de genres littéraires différents - Bloy n'aimait pas le théâtre-, et leurs attitudes divergentes, bien qu'à partir d'une conception commune, face à l'histoire. Bloy, dans l'enfermement méditatif du Solitaire, rêve sur un "retour" de Christophe Colomb, qui serait aussi un retour à la chrétienté du Moyen Âge :

  • 93 I, p. 329. À noter que Jammes pensera aussi à cette belle image des trois vertus théologales, à pr (...)

"C'est à la vieille Europe, exterminatrice de ses enfants spirituels, qu’il rapporte désormais la Foi, l’Espérance et la Charité"93 ;

  • 94 Christophe Colomb devant les taureaux, I, p. 333.

77le poète-diplomate, lui, vieillissant dans l'optimisme, se refuse au "poème de mélancolie"94, et délivre, à travers le commentaire de son Christophe Colomb dans les Mémoires improvisés, un message d'avenir à la jeunesse, que son théâtre est chargé de diffuser. Ce qui distingue essentiellement Claudel de Bloy, c'est leur rapport au monde concret, au réel avec une minuscule, celui du quotidien, de l'histoire qui se fait au jour le jour. Claudel, dans une didascalie de son Livre de Christophe Colomb, fait à un moment apparaître "d'abord l'image d'une colombe sur l'écran, puis une colombe réelle sur la scène" (Th II, p. 1139) ; pour illustrer notre propos, nous pourrions dire que Bloy s’en tient à l'"image", seule, dans le régime absolu de la figure qui est le sien, détentrice de la Vérité ; Claudel, quant à lui, et c'est la clé de son œuvre, combine les deux, la figure embrassant le réel.

Notes

1 Épigraphes :
* Bloy, I, 148.
** Claudel, Th, II, p. 1175.
*** Claudel, Mi., p. 369.

2 Tout porte à croire que Claudel avait une admiration profonde pour Bloy, qu'il rencontrait aux profondeurs ; à preuve cette confidence à Stanislas Fumet : "Je ne pouvais pas leur parler (à Schwob, Jules Renard...) de ce qui m'occupait alors. Le seul homme à qui j'aurais pu m'en ouvrir était Léon Bloy, mais je n'osais pas lui rendre visite, il me faisait peur" (S. Fumet, Claudel, Gallimard, Bibl. idéale, pp. 38-39, cité en Pr., p. 1471) ; ces propos tout à fait révélateurs sont emblématiques de cet attachement in absentia dont nous allons tenter de cerner les effets.

3 Th II, p. 1131 : "Le Livre de la Vie et des voyages de Christophe Colomb qui a découvert l'Amérique" ; le titre de l'ouvrage du Comte Roselly de Lorgues est : Christophe Colomb, histoire de sa Vie et de ses Voyages, d'après les documents authentiques tirés d'Espagne et d'Italie (Didier, 1856). L'auteur avait été désigné par le Pape Pie IX comme postulateur de la cause de béatification auprès de la Sacrée Congrégation des Rites, et chargé, sur sa réputation d'apologiste chrétien, de rédiger ce livre. Pour plus de détails, voir : "Inédits de Léon Bloy. Envois et dédicaces (II) : Le Révélateur du Globe, 1884”, présentation par M. Arveiller, Bulletin de la Société des Études bloyennes (désormais Bull. Bloy), no 9, juillet 1990 ; G. Dotoli, "Christophe Colomb, Léon Bloy et l'écriture de l'histoire", Bull. Bloy, no 10-1, octobre 90-janvier 91.

4 Mémoires improvisés, éd. 1954, pp. 325-326. Il y a là une petite énigme, dans la mesure où la double mention du nom de Léon Bloy et du titre approximatif de son livre ont disparu de l'édition de Louis Fournier des Mémoires improvisés... Cette dernière est, d'après L. Fournier, strictement conforme à la bande enregistrée. Mais celle-ci a pu être coupée dans la préparation de l'émission, notamment en raison de l'hésitation de Claudel sur le titre. Le rapport de Claudel au Révélateur du Globe reste néanmoins mystérieux : pourquoi ne le mentionne-t-il ni dans le texte paru dans Le Taudis en février-mars 1926 (Pr., p. 528) ni dans l'éloge de Bloy qui ouvre "Du sens figuré de l’Écriture" (1938 O.C., XXI, p. 9), où il célèbre leur maître commun l'abbé Tardif de Moidrey ? Et pourtant il ne fait aucun doute que Le Livre de Christophe Colomb porte des traces d'une lecture du Révélateur du Globe, et aussi de Christophe Colomb devant les taureaux (voir aussi à ce sujet J. de Labriolle, Les "Christophe Colomb" de Paul Claudel, Klincksieck 1972, pp. 25-29). Mais il est impossible dans l'état actuel des recherches de déterminer quand il a pu le lire et pourquoi il en a gommé la trace.

5 Journal de Léon Bloy. Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne, Œuvres, XII, p. 75.

6 Bull. Bloy, no 9, p. 15.

7 (Sauton, 1884), désormais cité sur Œuvres, I.

8 Voir le détail dans l'article cité de G. Dotoli, Bull. Bloy, 10-11, p. 35.

9 (Savine, 1890), avec pour épigraphe "tauri pingues obsederunt me", Ps. 21, (13, désormais cité sur Œuvres de Léon Bloy, t. I, Mercure de France, 1964 (I).

10 (Savine, 1890) I, 355-356.

11 "C'est précisément à l'occasion de cette solennité universelle (le 12 octobre 1892) que les adversaires du Christ ont résolu de confisquer à leur profit l'éblouissante renommée de l'Homme extraordinaire envoyé de Dieu pour annoncer l’Évangile à la moitié de la terre "(Lettre encyclique..., I, pp. 356-7 et 369 pour la traduction de Bloy).

12 1) "Christophe Colomb et la fête nationale italienne" (Paris-Journal, 1882, Œuvres, XV), excellent exemple d'ironie bloyenne. 2) "Le dernier enfant d’Homère" (Le Chat noir, 1884, Œuvres, XV), éloge de l'épopée du poète catalan Verdaguer, qui s'ouvre et se referme sur l'évocation de Christophe Colomb, "rédempteur" de l'Atlantide perdue - Partiellement repris dans Christophe Colomb devant les taureaux. 3) "Le Fourmillement de l'Abîme" (Gil Blas, 1892, Œuvres, XV), réponse à un article malveillant intitulé ironiquement "Saint Christophe Colomb". 4) "Jésus-Christ aux colonies" (1903, repris dans Le sang du Pauvre en 1909, Œuvres, IX et XII) violente accusation des pratiques espagnoles en Amérique.

13 Le Mendiant ingrat, mai 1892, Œuvres, XI, p. 28.

14 Voir lettre de Claudel à Darius Milhaud du 2 août 1927 : "On m’a suggéré comme sujet l’histoire de Christophe Colomb ce qui ne m’a nullement enthousiasmé. (...) Mais alors est survenu un coup de théâtre. Une des idées qui m'étaient venues dans la conversation a pris feu, j'ai vu mon chemin tout à coup et j'ai écrit dans l'enthousiasme non pas le scénario comme je le croyais, mais la pièce presque tout entière" (Correspondance Paul Claudel-Darius Milhaud, Cahier Paul Claudel no 3, Gallimard 1961, désormais C. Mi. p. 79). Qu'est-ce que cette "idée" ? Deux hypothèses possibles : une "idée" technique, quant à l’union de l'expression parlée et de la musique, ce qui sera développé dans "Le Drame et la Musique" (Revue de Paris, mai 1930, voir Pr., p. 153) ou une "idée" métaphysique et théologique, qui se fait jour dans le Journal à la même date : "Du 23 juillet au 9 août. - Château de Brangues. Installation. Achevé d'écrire Dimanche et d'un bout à l'autre l'Histoire de Christophe Colomb (...) Compris que l'âme vient de Dieu et non des parents" (J I, p. 780).

15 Sur la présence du souvenir du Japon, voir "Le Drame et la musique", déjà cité pour la question technique, et Mi., p. 359 pour l'émotion qui y reste liée.

16 Pour les questions d'intertextualité claudélienne, voir J. de Labriolle, op. cit., pp. 18-25.

17 Voir J. de Labriolle, op. cit., pp. 27-35. Il semble que ni Bloy ni Claudel n'aient lu directement, si ce n'est de brefs fragments, les Œuvres de Christophe Colomb, dont il n’existait à leur époque aucune traduction française, les seules éditions alors disponibles étant celles en espagnol de Fernández de Navarette (1825) et, en italien, la Raccolta colombiana (1892).

18 La Atlántida (1877) du poète et prêtre catalan Jacinto Verdaguer (1845-1902). Voir à ce sujet l'article de Bloy, "Le dernier enfant d'Homère", mentionné supra note (11). Voir aussi J. de Labriolle, op. cit., p. 38. Nous citerons d'après la traduction d'A. Savine, L'Atlantide, Paris, Librairie Léopold Cerf, 1883. Il est impossible de dire où et quand Claudel a lu ce texte, mais un certain nombre de réminiscences précises prouvent qu'il l'a bien lu ; par exemple : - p. 5 : "Christophe Colomb enlace de ses bras un tronçon de mât", d'où Soulier, I, 1 et Ch. C., II, 3 ; - p. 17 : "En ouvrant l'immense livre de ses souvenirs (il s'agit d'un vieillard qui va découvrir à Christophe Colomb que l'Amérique n'est autre que l'Atlantide perdue) il déroule le fil d'or de cette histoire (...) ; le jeune homme (...) étend les larges ailes de son esprit" : double motif du livre et des ailes, itératifs chez Claudel ; - p. 49, le "Jardin des Hespérides" qui peut avoir inspiré celui de Majorque (I, 8). Majorque apparaît d'ailleurs plus loin chez Verdaguer ("Ballade de Majorque", p. 231 sq.) ; - p. 243 : le "Fiat" de Colomb, auquel peut répondre, chez Claudel, celui d'Isabelle (Th II, p. 148) ; nous reviendrons plus loin sur le motif essentiel de l'anneau.

19 Mentionné à plusieurs reprises par Bloy dans Le Révélateur du Globe. Il est vrai que Claudel ne lira que plus tard Les Plateaux de la balance que Bloy cite pp. 62-63. Mais il est déjà familier d'Hello et son interprétation "exégétique" de l'histoire, le Journal en témoigne.

20 F. Lefèvre, Une heure avec (Paul Claudel), 5ème série, N.R.F. 1929, p. 115.

21 Bibliographie critique sur le sujet : en ce qui concerne le seul Bloy, nous renvoyons le lecteur à la communication que nous avons faite au Colloque de l'Université saint Pie X, "1492, célébration ou commémoration ?", 8 février 1992, sur le sujet : "Le spectacle d'une âme : configuration mystique de Christophe Colomb chez Léon Bloy", dont nous reprenons les éléments essentiels ici, infléchis par la comparaison (paru dans L'Héritage de Christophe Colomb, Vu de haut no 10, éd. Fideliter, 1992, pp. 77-102) ; sur le Christophe Colomb de Claudel, outre la thèse déjà mentionnée de J. de Labriolle, - le numéro de Claudel Studies consacré au "Columbus Quincentennial", volume XV, 1988/2, notamment l'article de J. Houriez : "Inspiration scripturaire et écriture dramatique dans Le Livre de Christophe Colomb ; - J. Dauphiné, "Notes sur Claudel : Le Livre de Christophe Colomb (1927)", Pyrenaïca, Cahiers de l'université de Pau, no 14, 1988, pp. 107-116 ; - on peut ajouter M. Bressolette, "Avant Braudel, la Méditerranée et l'époque de Philippe II vues par Claudel", "Littérature et spirituel", Supplément au Bulletin de Littérature ecclésiastique. Institut catholique de Toulouse, Chronique no 2 - 1991, pp. 63-69. Sur Bloy et Claudel : E.T. Dubois, "Léon Bloy et Paul Claudel", French Studies, vol. XX, April 1966, pp. 151-163 ; E.T. Dubois, "Léon Bloy, Paul Claudel and the revaluation of the significance of Colombus", Currents of thought in French literature, Essays in memory of G.T. Clapton, Blackwell, Oxford, 1965, pp. 131-144 ; J. Petit, "Claudel et Bloy", Cahier Paul Claudel no 7, "La figure d'Israël", Gallimard 1968, pp. 378-386. J. Madaule, "De Bloy à Claudel, Christophe Colomb", Léon Bloy, Cahier de l'Herne, décembre 1988.

22 XV, p. 138. Allusion à l'ouvrage de Washington Irving, A History of the Life and Voyages of Christopher Columbus, 1827.

23 XV, p. 139 ; H. Harrisse, Bibliotheca americana vetustissima, New York, 1866.

24 Ainsi la "Croix érigée partout" est-elle pour Irving "signe de possession" - indice politique ; pour Bloy, "annonce du salut" (I, p. 74) : indice mystique.

25 C'est ce que veut démontrer J. Dauphiné : "le dédoublement du personnage soulignant clairement deux points de vue, deux vérités : à chaque Colomb la sienne" (art. cité, p. 109).

26 J I, p. 897, et passim. Voir noue Anima et la Sagesse, Lethielleux-P. Zech 1990, p. 619.

27 C'est-à-dire les maurassiens : voir Ch. G. Flood, "Paul Claudel and Charles Maurras I.- The roots of a political, religious and literary enmity", Claudel Studies, vol. XVIII, 1991/1, p. 69. Sur cette "tradition", voir aussi Ch. C, Th II, p. 1135.

28 Évocation de l'arrivée à Gênes d'un prédicateur de Carême bien intentionné, dépêché par le Vatican pour faire l'éloge de Colomb en vue de la béatification : "L'effet fut inouï. L'intrusion soudaine d'un mulot dans une fourmilière peut en donner quelque idée. Le clergé s'inquiète et s'agite ; les chanoines académiciens, inexprimablement affolés, vont et viennent, comme des augures épouvantés par quelque calamiteux présage ; l'indomptable Sanguinetti rugit dans l'archevêché ; une députation de ses partisans vient railler l'orateur et s'emporte jusqu'à le menacer ; l'archevêque lui-même, légèrement éperdu, le supplie de renoncer à un aussi funeste dessein ; tout le monde a la fièvre, tout le monde a le délire, les inquiétudes et les épouvantes planent sur la cité... Mgr Miglior dut croire à quelque soudain maléfice des puissances ténébreuses" (I, 190-191).

29 I, pp. 188-189 ; - Pontmartin, critique de la très catholique et royaliste Gazette de France, confondait dans un même mépris deux admirations de Bloy, Barbey d'Aurevilly et le Comte Roselly de Lorgues.

30 Voir "Note sur l'art chrétien", (Vigile, 1932), Pr., p. 123.

31 "Le Drame et la Musique", Pr., p. 151-152. Mais au même moment, Claudel fustige l'Opinion et la presse dans Au milieu des vitraux de l’Apocalypse (O.C., XXVI, p. 97).

32 Voir, pour Bloy, Le Désespéré, ch. XIV et XXXIV-XXXV ; pour Claudel, le début de "Du sens figuré de l'Écriture", déjà cité, préface à une réédition de l'Introduction au Livre de Ruth de l'abbé Tardif de Moidrey (Desclée de Brouwer, 1938).

33 Il faut ici entendre "information" au sens de l'informare de l'Écriture : I Tim. 1,16 : "informer, servir de modèle".

34 Introduction à Isaïe dans le mot à mot, Œuvres Complètes de Claudel, t. XXVII, Gallimard 1974, p. 245.

35 Voir ce magnifique texte de Bloy : Qu'est-ce, après tout que l'Histoire, si elle ne nous offre que le stérile tableau des agitations extérieures de l'humanité sans éclairer les profonds abîmes de conscience privée ou de conscience publique, béants au-dessous de chaque fait et remplis de ces témoignages dévorants qui doivent s'en échapper au Jour définitif de la Congrégation des peuples dans la vallée de Josaphat ? Qu'est-ce que cette aride nomenclature d'événements et d'hommes qui galopent en si grand mystère sur le front des siècles, comme de blêmes cavalcades apocalyptiques ? Qu'est-ce encore que ces incohérentes compilations ethnographiques que n'illumine aucune métaphysique transcendante et qui se désassemblent comme des colliers de verroterie, à la première singularité de nature humaine qui vient à en rompre le fil ? Un pareil enseignement historique, réduit à ces proportions d'éphémérides et de synopses chronologiques, est assurément la plus vaine des spéculations, la plus creuse et la plus caverneusement démeublée des inutilités de la pensée. C'est une procession de monstres futiles et de sots fantômes dans le kaléidoscope tournoyant d'une imagination de femme ennuyée. Le froid XIXème siècle s'en contente, néanmoins, et n'exige pas qu'on ait du cœur quand on lui parle de ses ancêtres, mais sa frivolité veut qu'on l'amuse des aventures du genre humain et cela s'appelle dans l'Écriture de ce nom spécialement réprobateur : l'ensorcellement de la bagatelle. (I, 175-6 - Citation de Sap. 4, 12).

36 "À propos du Livre de Christophe Colomb", 12 mai 1953 : "C'est là (à la retraite de Russie) et non pas à Austerlitz, ou à Notre-Dame le jour du sacre que le drame de Napoléon a été plénifié" (Th II, p. 1498 - nous soulignons).

37 "Et l'histoire, dites (...) Quelle meilleure ressemblance lui trouver que la pièce dramatique ?" (Ibid., p. 1497).

38 Ps. 21,21 ; 34, 17.

39 J I, p. 780.

40 "Note sur la mise en scène de Christophe Colomb" (1929), Th II, p. 1491.

41 Programme de 1937, Th II, p. 1494.

42 Voir ce très beau texte de Bloy, que Claudel n'eût pas renié : Rien "ne suffisait, humainement, pour la découverte. Il fallait la personne de celui qui portait, inscrite jusque dans son nom, cette vocation miraculeuse. Je sais que cela est tout à fait incompréhensible et, par conséquent, tout à fait absurde pour la plupart des hommes de ce temps d'égalité, qui, voulant ressusciter l'antiquité en haine du christianisme, n'ont réussi à substituer au polythéisme païen qu'un polythéisme ridicule de vanités exaspérées et impuissantes. Il faut être trois fois docteur pour savoir aujourd'hui ce que c'est que la personne humaine, cette gigantesque royauté solitaire que l'Église avait reconstruite tout entière des reliefs déshonorés du festin de Tantale, ramassés dans le sang du Fils de Dieu" (XV, 139).

43 Ex. 17. Cette phrase est directement citée de Roselly de Lorgues ; "le plus doux des hommes" : vir mitissimus, Nb. 12, 3.

44 II Cor. 11 et 12.

45 Nous reviendrons plus loin sur la transposition sur Isabelle du motif de l'entrée à Jérusalem, sur cet échange entre Christophe et elle de l'imagerie christique. À noter aussi, chez Claudel, l’itération du thème des "trois jours" (p. 1161 et passim), l’allusion aux miracles de Cana et de la multiplication des pains (p. 1161), le "Pourquoi m'as-tu abandonné ?" (p. 1180, avec sa version burlesque p. 1173), etc.

46 Phil. 3, 10 : "configuratus morti ejus (= Christi) ; 3, 21 : "salvatorem expectamus Dominum nostrum Jesum Christum, qui reformabit corpus humilitatis nostrae, configuratum corpori claritatis suae".

47 Ce terme de "configuration" est aussi propre à la théologie de l'image de saint Bonaventure, dont Claudel est déjà familier, et qu'il redécouvrira avec enthousiasme en 1928.

48 Il y aurait là beaucoup à dire, quand on connaît la propension quasi joachimite de Bloy à attendre le Saint-Esprit, et, par ailleurs, l'intérêt qu'a voué Christophe Colomb aux écrits de l'abbé de Flore, ainsi qu'en témoigne son étrange Livre des Prophéties (voir J. Heers, Christophe Colomb, Hachette 1991, p. 329 sq. ; Bloy, I, 120 et passim). Pour la critique claudélienne de cette position, voir Paul Claudel interroge l'Apocalypse, 1952, O.C., XXV, p. 196 n. : "Pour Léon Bloy, reprenant à son compte les extravagances de Joachim de Flore issues de Montan et renouvelées par Vintras, auxquelles il ajoute ses propres imaginations, ce millenarium serait l'œuvre du Saint-Esprit, venant sans doute suppléer aux déficiences du Fils de Dieu !". Bloy s'est défendu contre ce genre d'accusation : voir J. Petit, Léon Bloy, DDB, "Les écrivains devant Dieu", 1966, pp. 89-90.

49 Isaïe 60, 9 : "Me enim insulae expectant". Voir I, 43 : "Cet homme qu'Isaïe semble avoir en vue toutes les fois qu'il parle aux îles lointaines et aux peuples des extrémités de la terre, c'est Christophe Colomb" ; p. 115 : "le prophète aperçoit les premiers navires qui sillonnent l'Océan. On le dirait témoin de la première expédition de Colomb. Il assimile aux blancs nuages volant dans l’azur, les blanches toiles de ses caravelles sur les flots ; et, par une transparente allusion à son nom, il compare ces voiles rapides à l’aile des colombes revenant vers leur nid : 'Qui sunt isti qui ut nubes volant et quasi COLUMBAE ad fenestras suas ?'" (Is. 60, 8).

50 Mi., pp. 367-368 ; Is. 49, 20. Ces propos de Claudel, et ceux qui les entourent peuvent servir de réponse à l'opinion défendue par M. Bressolette (art. cité supra, n. 21) qui lit dans la Quatrième Journée du Soulier de Satin, non pas le "triomphe du catholicisme espagnol et romain", mais "le retrait de la Méditerranée de la grande histoire" (pp. 64-65) ; à quoi Claudel répond : "Cette civilisation n'a pas été faite pour être seule, elle a été faite pour répandre son influence dans le monde entier, et actuellement, la Méditerranée, c'est le monde entier ; elle n'a pas été découronnée, comme le dit Christophe Colomb, elle a été au contraire couronnée par les résultats magnifiques que produisent cette foi, cette civilisation chrétienne, cette civilisation humaine également, qui s'est agrégée à elle et qui, maintenant, s'étend à toutes les nations" (Mi., p. 366) : c'est toujours ce rêve d'expansion baroque qui habile Claudel.

51 Voir supra, note 18 ; et encore l'Atlantide, op. cit., p. 255 : "Colomb, achète, achète des navires ailés". Dans le "rêve d'Isabelle" qui clôt le poème, les thèmes de l’oiseau, de la blancheur et du scintillement sont constamment mêlés.

52 "Un imposant processionnal, plutôt archaïque, auquel prennent part des personnages que ni Alcuin, ni Albert le Grand, ni saint Thomas d'Aquin n'eussent désavoués, moines, rongeurs de livres, hérauts, avec l'Explicateur, succède au prélude. Et il nous est fait savoir, au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, que la vie qui va nous être représentée, plus admirable, glorieuse et douloureuse qu'aucune autre, est bien celle de Christophe Colomb, navigateur génois, dont le prénom signifie : Porteur du Christ, et le nom :'tout ce qui est esprit et tout ce qui est ailes'("Le Journal de Francis Jammes", no 1, Supplément au Divan, no 144, décembre 1928, pp. 7-8).

53 Cant. 1, 15 et 4, 1 : Nous verrons tout à l'heure à quel point l'imagerie nuptiale du Cantique est tout aussi essentielle pour Claudel.

54 Is. 38, 14 : "meditabor ut columba" ; 59, 11 : "quasi columbae meditantes gememus".

55 Rom. 8, 26 : "gemitibus inenarrabilibus postulat pro nobis Spiritus" - avec en surimpression, le "Spiritus sicut columba" de Luc 3, 22. Voir aussi I, 329.

56 Ce détail pittoresque figure dans la Vie de saint Antoine de Padoue et se trouve représenté, notamment, sur une fresque de la Scuola di Sant'Antonio de Padoue : la mule s'agenouille devant le Saint-Sacrement, prouvant ainsi la Présence réelle. - Voir le savoureux commentaire de Francis Jammes : "même quand la reine redemande l'anneau afin d'entrer au ciel, il se refuse à le lui rendre et, de préférence, lui envoie sa mule. Que ce trait est claudélien !" ("Le Journal de Francis Jammes", no 2, Supplément au Divan, no 145, janvier 1929, p. 14).

57 Voir la clausule de la scène de l'Ombre Double, dans Le Soulier de Satin : "parmi ce battement d'ailes éperdues" (Th II, p. 777) et Ch. C., Th II, p. 1178.

58 "Le Journal de Francis Jammes" no 1, op. cit., p. 6.

59 Voir une autre interprétation possible infra et n. 72. C'est de toute façon une figure de l'Église triomphante. Ici encore la différence de tonalité est frappante par rapport à cette très belle clausule, toute d'espérance solitaire et douloureuse, de Christophe Colomb devant les taureaux : "Encore une fois, on pleure d’amour dans nos églises, - c'est même à cela que se reconnaît le Catholicisme -, et quand l'Épouse du Seigneur y consentira, les pauvres gens qui s'en vont, à l'aube, chercher leur pain dans les brouillards de la mer, les aventureux marins que Colomb protège aussi volontiers que les solitaires esprits, réconforteront sans doute leurs cœurs, avant de partir, en s'attendrissant sur lui, dans les simples chapelles où seront vénérées, le long de tous les rivages, les Reliques miraculeuses du Révélateur du Globe !" (I, p. 341).

60 Voir I Cor. 4, 13 où saint Paul déclare les Apôtres "balayure du monde".

61 I, 4 et II, 6 : aux "livres, papiers" (Th II, p. 1133) s'est substitué "Le Livre (...) presque fini" (Th. II, p. 1179) : temps du retour sur soi, de la dernière confession qui inscrit une vie dans l’Éternité.

62 I, 4 et II, 6 : aux "livres, papiers" (Th II, p. 1133) s'est substitué "Le Livre (...) presque fini" (Th. II, p. 1179) : temps du retour sur soi, de la dernière confession qui inscrit une vie dans l’Éternité.

63 Sur "Colomb et l'Apocalypse", voir J. de Labriolle, op. cit., pp. 225-227. Sur le thème essentiel du Livre, voir notre article "βίϐλος, βιϐλίον, βιϐλαρίδιον", les Apocalypses claudéliennes et le Livre mallarméen" à paraître dans La Revue des Lettres Modernes, Paul Claudel 16.

64 Cf. Cette réplique qui pourrait bien être une réponse oblique à Mallarmé : "L’homme humain n'est pas fait pour naviguer ainsi affreusement au travers du Néant" (Th II, p. 1159). On n'oubliera pas que le texte définitif sur Mallarmé, "La Catastrophe d’Igitur", date de 1926 - un an auparavant

65 L'Univers imaginaire de Mallarmé, Seuil, 1961, passim.

66 De même pour l'image de la "belle rose centrale" (Th II, p. 1183), issue du chant XXX du Paradis.

67 La procession avec les cierges (Th II, p. 1187), et surtout le triple Alleluia, caractéristique des offices du temps de Pâques.

68 Mallarmé, "Avant-dire" au Traité du verbe de René Ghil, Œuvres complètes, éd. H. Mondor et G. Jean-Aubry, Gallimard, bibl. de la Pléiade, 1974, pp. 857-8.

69 J. Dauphiné, art. cité, p. 109.

70 E. T. Dubois, "Léon Bloy, Paul Claudel and the Revaluation of the Significance of Columbus", art. cité, p. 140. J. de Labriolle, op. cit., p. 27 parle simplement de "procès".

71 Voir aussi supra., note 59.

72 Christophe Colomb devant les taureaux, I, p. 330 ; Heb. 9,2.

73 "Le Journal de Francis Jammes" no 1, op. cit., p. 6.

74 Souvenir du "Mystère de Jésus" de Pascal : "Tu ne me chercherais pas, si tu ne m'avais trouvé".

75 Voir en complément I, pp. 249-252. Cf. Th II, p. 1175 : même motif chez Claudel.

76 Auto-citation, cf. I, 49. Le "bateau de papier" est Le Révélateur du Globe.

77 Le Désespéré (1886), ch. XXXIV. -Œuvres, III, p. 133.

78 Au sujet du thème de la limite, voir encore : - pour les théories scientifiques allant dans le même sens, J. I, p. 960 ; - pour sa fonction morale : "Lettre sur Coventry Patmore" (1914) Pr., 529. - pour sa fonction esthétique : Cinq Grandes Odes, "La Maison fermée", Po., p. 281. Lettre à Jacques Rivière du 11 janvier 1908. Sur le thème du Livre - Christophe Colomb modèle du chrétien mais aussi du poète : "Lettre à M. L'abbé D. du 10 mai 1923 (O.C., XXVIII, p. 281) ; mais ce motif de la vocation spécifique du poète, qui est de comprendre et de rassembler, est très ancien, on le trouve déjà - avant Art poétique - dans le poème "Le Promeneur" de Connaissance de l'Est.

79 Po., p. 819.

80 J. de Labriolle, op. cit., p. 176.

81 J. Madaule, "Le Poète-Dramaturge", La Table Ronde, avril 1955, cité par E.T. Dubois, art. cité, p. 142.

82 Ibid..

83 "À propos du Livre de Christophe Colomb" (1953), Th II, p. 1497. Nous soulignons.

84 L'Atlantide, op. cit., p. 255 pour les "îles fleuries" et les "navires ailés", p. 247 pour les noces des doges et de la mer.

85 Même si c'est un anneau symbolique, un anneau-signe dans la perspective claudélienne, c'est encore plus probant : "Le messager - (Les Indes). Elle les a prises avec elle. Elle dit qu'elles sont son plus précieux joyau, la bague de Christophe à son doigt, c'est le mot dont elle se sert. L'anneau à son doigt qu'elle ne quittera jamais à côté de son anneau de mariage" (Th II, p. 1176).

86 Cf. Le Soulier de Satin, IV, XI, Th II, p. 945 : Don Rodrigue - Vous ne vous rappelez plus ? Eh quoi, même ces yeux si beaux ? (...) Ah ! ce sourire radieux et ces yeux pleins de foi qui me regardaient ! Des yeux que Dieu n'a pas faits pour voir ce qu'il y a de vil et de mort en moi !" Le lieu commun est, dans les deux cas, absolument renouvelé par le contexte. Voir aussi Christophe Colomb, Th II, p. 1179, pour la reprise du "sourire radieux" ; il est bien clair que Claudel a, dans les deux cas, le même souvenir en tête, qui se trouve ainsi doublement transfiguré.

87 Paul Claudel interroge le Cantique des Cantiques (Egloff 1948) O.C., XXII, p. 184 ; Nous soulignons. Les applications au Livre de Christophe Colomb sont transparentes : (a) : Cf. Th II p. 1144 : "J'ai épousé la Volonté de Dieu", l’anneau d'Isabelle en étant le gage, (b) C'est ici l'entrée l'un par l'autre au Monde Éternel : "Comment entrerai-je au Ciel sans mon serviteur Christophe Colomb ?" (Th II, pp. 1183-4).

88 "Le Journal de Francis Jammes" no 2, op. cit., p. 13.

89 Cant. 2, 8 (Columba mea (...) veni) ; Cant. 4, 8 (veni coronaberis) ; le triple Alleluia qui caractérise le temps pascal.

90 Au milieu des vitraux de l’Apocalypse (Gallimard, 1967) O.C., XXVI, p. 132. Référence à Baudelaire, "L'Examen de minuit", in Nouvelles Fleurs du Mal.

91 Un poète regarde la Croix, Gallimard, 1938, O.C., XIX, p. 205 note. Joh. 18, 10.

92 Voir supra, note 2.

93 I, p. 329. À noter que Jammes pensera aussi à cette belle image des trois vertus théologales, à propos du texte de Claudel : "Et, battues dans cette baratte dont le cercle est l'horizon, soulevées par ce mouvement qui monte du tréfonds, belles comme des vierges inviolables, la Nina, la Pinta, la Santa Maria avancent. (...) Elles avancent, comme le calme, l'humilité et la constance, telles encore que la Foi, l'Espérance et la Charité" ("Le Journal de Francis Jammes", no 3, Supplément au Divan, no 146, février 1929, pp. 21-22).

94 Christophe Colomb devant les taureaux, I, p. 333.

Notes de fin

1 Les références entre parenthèses renvoient :
1) aux Œuvres de Léon Bloy en XV volumes au Mercure de France
(1963-1975), l'indication du tome en chiffres romains étant suivie de celle de
la page en chiffres arabes.
2) aux œuvres de Claudel, avec les abréviations suivantes :
- Th II = Théâtre, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, éd. L Madaule et J. Petit, t. II, 1971.
- Mi. = Mémoires improvisés, texte établi par L. Fournier, Gallimard, coll. "Idées", 1969.
- Po. = Œuvres poétiques, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, éd. S. Fumet et J. Peut, 1967.
- Pr. = Œuvres en prose, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, éd. J. Petit et Ch. Galpérine, 1973.
- O.C. = Œuvres complètes de Paul Claudel, Gallimard (1950-1986) en 29 volumes.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search