Version classiqueVersion mobile

Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique

La naissance du mythe de Christophe Colomb aux États-Unis

Moses Nagy

Texte intégral

1En 1792, l'année où, pour la première fois, on avait décidé de célébrer la découverte de l'Amérique, la république des États-Unis n'avait que seize ans d'existence, "l'Ordre Colombien" (Columbian Order ou Tammany Society), lui, ne datait que de 1789, et, en dehors des États-Unis, on ne repérait dans le monde que peu de signes qui eussent évoqué la mémoire de Christophe Colomb, le découvreur, le fondateur, de l'animateur du Nouveau Monde. Bien sûr, les historiens n'auraient pas pu oublier les voyages et les mérites de Colomb, mais déjà à la fin du XVIème siècle parmi les grands découvreurs son nom était peut-être le moins connu. Au moment où l'on s'approchait du troisième centenaire de la découverte, deux événements capitaux allaient réveiller la conscience colombienne du monde occidental : d'abord, les recherches historiques que Martin F. de Navarrete lança en Espagne, et deuxièmement, les manifestations du centenaire de la découverte de l'Amérique aux Etats-Unis. Les travaux du savant espagnol ont abouti à des résultats remarquables lesquels allaient révolutionner les travaux des historiens sur Colomb. En même temps, les hommages que les États-Unis allaient rendre à leur héros mirent en valeur les qualités personnelles et légendaires de Colomb. Quant aux questions historiques, on ne les négligeait certes pas mais elles ne représentaient guère le souci le plus urgent de l'époque. D'ailleurs, on le sait très bien, Colomb lui-même ne s'est jamais confié à la curiosité des historiens.

  • 1 Parmi les œuvres les plus importantes qu'on connaissait au XVIIIème siècle, qu'on lisait, il faut (...)

2S'il est vrai, d'une part, que l'histoire veut tout savoir sur Christophe Colomb, comme elle veut le bien connaître aussi, il paraissait de plus en plus évident que les Américains voulaient voir en lui non pas seulement la grande figure historique mais encore le héros à qui ils devaient l'existence de leur République. L’Amérique de la fin du XVIIIème siècle connaissait assez bien la vie et les voyages de Christophe Colomb ; il y avait plusieurs biographies (en anglais, en français et en espagnol) qui étaient à la portée de tous ceux que la question intéressait1. Mais comme la poésie et l'imagination n'ont jamais pu se passer du visage légendaire de Colomb, la jeune littérature américaine, cherchant son identité aussi bien que celle de la nouvelle république - comme si Colomb eût été la réponse à toutes les questions et remède à toutes les angoisses - s'est mise au service de ce héros qui gardait les clefs à la fois du passé et de l'avenir des États-Unis. Le troisième centenaire de la découverte ne pouvait passer inaperçu, car il venait de témoigner de la naissance d'une nouvelle forme de société, d'un système politique neuf, d'une manière de vivre et de penser dont l'humanité rêvait depuis les débuts de son histoire.

  • 2 Édouard F. De Lancey, Columbian celebration of 1792. The first in the United States. An address be (...)
  • 3 Voici quelques vers de ce poème :
  • 4 La "Tammany Society" lança une aube fête en l’honneur de Colomb en 1811, à l'occasion de la fondat (...)

3En 1792, comme si l'on avait répété pendant longtemps le premier acte de ce drame, les grandes villes américaines, de Boston à Richmond en Virginie, en passant par New York et Baltimore, se mirent à rivaliser pour manifester un signe de leur admiration pour l'acte de la découverte. Admiration pour l'acte de la découverte ou pour le découvreur ? Il y avait, d'abord, Christophe Colomb dont l'histoire était vieille de trois cents ans. Mais ce Colomb était un catholique italien dont l'Amérique protestante - si elle y avait réfléchi un peu - n'aurait jamais pu partager les vues. Il y avait aussi ce phénomène neuf qu'on avait nommé Amérique et qui aurait facilement pu s'appeler "Columbia", et qui devint enfin le signe vivant d'une réussite historique, car dans l'Amérique s'est cristallisé le rêve de la république par excellence des temps modernes. L'esprit de ce troisième centenaire, tel que les Américains l'avaient incarné, a étonné même les Américains de la génération du quatrième centenaire. Dans sa conférence du 4 octobre 1892 devant le "New York Historical Society", Édouard de Lancey résume avec admiration la manière dont la "Tammany Society de New York" avait rendu hommage à Colomb en 1792. La première chose qui retint l'attention du conférencier, c'est le ton et le contenu de quelques-uns des toasts qu'on prononça pendant le dîner. On souhaitait, par exemple, que "la paix et la liberté s'étendissent dans les États-Unis colombiens" ; que ce fût "le dernier festival centenaire de l'Ordre Colombien à voir un esclave sur ce globe" ; "que le nouveau monde puisse ne jamais éprouver les vices et les misères du vieux monde" ; et que l'Amérique devienne "l'heureux asile des opprimés de toutes les nations et de toutes les religions"2. La soirée atteignit son paroxysme dans une manifestation éclatante de l'esprit patriotique. Pour le reste de la soirée tout s'est passé dans l'atmosphère d'un triomphalisme politique sans lequel on n'aurait pas pu imaginer l'avenir. "Les fils de la liberté” allaient saluer en chantant la naissance du jour "qui fit voir un deuxième monde". Voilà comment on rendit hommage à Colomb3. Dans la joie de ce chant on a rejeté le passé dont la mémoire ne parlait que d'oppression, de bigoterie, de tyrannie et de ruines que le manque de liberté laissa dans le monde4. En lisant entre les lignes du conférencier de 1892, on a l'impression que dans ses paroles tout ne relève pas que de l'admiration : il est évident que l'âge post-romantique ne partageait plus dans tous les sens l'enthousiasme pour le héros national des années de la fin du XVIIIème siècle. La question que la fin du XVIIIème siècle se posait, à savoir, "qui" ou "qu'est-ce qu"'on voulait célébrer revenait avec une nouvelle actualité. Mais laissons pour le moment cette question pour revenir à notre sujet.

  • 5 Puisque l'Ange cède sa place à Hesper, Joël Barlow tient à nous expliquer l'origine mythologique d (...)

4A la fin du XVIIIème siècle, tout le monde acceptait les faits historiques de base de la vie de Colomb. On savait qu'il était de naissance italienne, professait la foi catholique, menait une vie profondément religieuse - quasi monacale - et servit avec la plus humble fidélité les souverains très catholiques d'Espagne. Tout cela lui aurait valu la haine des Américains très anticatholiques, anti-papistes, anti-bigots. Mais les Américains choisirent de connaître un autre versant de l'histoire ; ils ne pouvaient pas ne pas se rappeler que les services que Colomb rendait aux souverains contribuaient de par leur nature au bienêtre de toute l’humanité. L'Espagne n'a pas pu apprécier les qualités humaines et historiques de Colomb, et au lieu d'essayer de se hausser à son niveau, elle à tout fait pour rabaisser, pour humilier même, d'abord Colomb, ensuite la population innocente des Indes, laquelle ne désirait que la paix et la liberté. Ce n'est donc pas une pure coïncidence que le Christophe Colomb, dont nous allons faire la connaissance chez les premiers poètes américains, doive être libéré par Hesper (l'Ange)5 qui l'invite à sortir de ces ténèbres qui planent au-dessus d'une partie du nouveau monde. Il lui demande de se débarrasser de ses chaînes et de le suivre vers les temps à venir. On penserait d'abord que Joël Barlow fausse l'histoire en la déployant de manière fantaisiste, mais rien n'est plus inexact. Pour notre poète, l'histoire n'est pas seulement événementielle ; comme l'historien essaie de nous en faire comprendre les causes pour voir plus clairement les effets et les phénomènes, le poète, lui aussi, a hâte de déployer devant nos yeux les conséquences de l'événement et les effets que l'événement originel peuvent produire dans l'infini du temps.

  • 6 Columbiad, in The Works of Joël Barlow, I, 214. Pour des raisons évidentes, j'ai adopté cette édit (...)
  • 7 I, 287 et sqq.
  • 8 Ibid., IV, 34.
  • 9 Ibid., IV, 17-19.
  • 10 Ibid., IV, 147-150.

5Hesper a réveillé donc Christophe Colomb de sa torpeur et, lui ayant présenté d'abord une vue panoramique de "la majesté de la nature"6, le mène maintenant vers le nord, vers "un hémisphère plus heureux", où "l'ancien monde embrasse le nouveau", et où "les meilleurs fils de l'Europe sont en train d'établir leur siège", "en changeant le gouvernement et améliorant la race"7. C'est un voyage dans l'espace et dans le temps, car à partir du moment où Colomb prend conscience de ce qui se passe sur le nouveau continent, il doit entrer dans les conseils des événements qui se seront passés longtemps après sa mort. L'Espagne qu'il avait connue comme le pays des "hidalgos", "nouvellement refaite sur les débris de l'empire musulman", cette Espagne a introduit dans le nouveau monde les méthodes de son Inquisition, a relâché toutes les forces infernales des conquistadors sur les peuples primitifs de l'Amérique. "Devrais-je vivre, s'écrie-t-il, pour voir l'imminente damnation ?" ("Why should I live to see the impending doom")8. Dans ce monde sans scrupules des Espagnols, Barlow trouve deux éminentes exceptions : Las Casas, "le meilleur des hommes", "ce prélat infortuné, ce héros, ce saint prophète"9 ; deuxièmement, Colomb que le poète ne peut pas s'empêcher de comparer à Luther, qui, comme lui (Colomb), a eu la tâche de libérer la pensée des chaînes pour la rendre à sa liberté, contre la domination du pape"10. Et au prix de quels labeurs et quelles souffrances !

  • 11 Washington Irving, The Complete Works of Washington Irving. "The Westchester Edition" (New York : (...)
  • 12 Ibid., p. 489.

6Pour les services inestimables que ces héros ont rendus à l'humanité, ce sont donc les poètes qui vont rendre grâce. Mais avant de voir comment les poètes expriment leurs remerciements, il faut se rappeler qu'ils sont prêts non pas seulement à louer les vertus de leur héros mais encore à passer des jugements sévères sur les malfaiteurs de l'histoire. Quelques années plus tard, Washington Irving qui a résumé en quelque sorte l'idée de nos poètes, ne manque jamais l'occasion de faire accompagner ses remarques sur le destin tragique - que parfois ces vilains ont dû subir eux-mêmes - d'un jugement moral. C'est la providence qui les a châtiés ! En racontant, par exemple, l'histoire du désastre de l'armada qui périt dans la tempête de fin juin 1502, au bout sud-est de Saint-Domingue, Irving met en relief comment la grande quantité d'or - la fortune de Roldan, de ses partisans et des autres aventuriers, pour ne pas parler de Bobadilla - "cette fortune gagnée par la souffrance des malheureux indigènes", a coulé en quelques heures11. Une page plus loin, il revient à la même question pour répéter que la fortune qui s'est engloutie dans la mer était un "trésor mal acquis" ("ill-gotten treasure"), c'est-à-dire, "gagné par la misère des Indiens"12. Par contre, quand nos poètes ou Irving commencent à parler de Colomb, il faut consentir à se mouvoir avec eux dans des superlatifs des plus élevés. Il serait absurde d'essayer même de dresser une liste complète des compliments et des épithètes poétiques qu'on ne cesse de répéter depuis des siècles. Aujourd'hui on se scandalise presque à l'idée que les Catholiques aient osé introduire la cause de la béatification de Christophe Colomb, et en même temps, on pardonne de très bon cœur aux poètes américains qui ne cachaient jamais leur ambition de hausser Colomb dans les régions les plus élevées du ciel où ils l'honoraient et le divinisaient à leur manière.

  • 13 Jacques Heers, Christophe Colomb (Paris : Hachette, 1991), p. 316.
  • 14 Sir Thomas More, Utopia. Translated by Peter K. Marshall. Introduction by John Anthony Scott (New (...)
  • 15 The Columbid (Préface), p. 382.
  • 16 "Préface" à Colombiad, op. cit., p. 383. On ne peut pas s'empêcher de penser à cette phrase d'Émil (...)
  • 17 Cf. Columbiad, VIII, pp. 399-400.

7La véritable grandeur de Colomb, cependant, quand on la considère de près, ne se situe pas entièrement dans sa personne. Bien que les premiers poètes l'aient considéré comme un caractère incorruptible, homme de principe, une âme compatissante, un génie de tout, on lui savait gré d'abord et avant tout, dès le début, d'avoir ouvert les portes d'un univers où les possibilités dont l'humanité rêvait depuis des âges se transformaient de plus en plus en réalité. Entre la découverte de l'Amérique et la naissance des États-Unis l'histoire ne s'est pas déployée que d'une manière unidimensionnelle : dans un sens, une des îles que Colomb découvrit aurait pu facilement devenir le véritable espace ou lieu de l'Utopie de Sir Thomas More. À partir du moment où les ennemis de Colomb ont pu l'empêcher de mener à bien son entreprise dans les régions qu'il découvrit, la réalisation de ce pays devait se déplacer ailleurs, dans le nord, dans un autre "hémisphère plus heureux", dans la république de l'Amérique. Les premières impressions que les îles faisaient sur Colomb l'avaient persuadé qu'un équilibre social, moral, économique, voire spirituel régnait sur le monde des Indiens lesquels vivaient dans la paix et la liberté que ne dérangeaient ni l'avarice, ni l'égoïsme, ni le sentiment de la propriété privée. L'abondance qui était à leur portée, Colomb n'avait cessé d'en sensibiliser l'occident. On ne peut pas ne pas être d'accord avec Jacques Heers qui dit que "Colomb réussit à imposer sa façon de voir et sa propagande"13. Mais "pourquoi l'homme devrait-il chercher à posséder trop tant qu'il peut être sûr qu'il aura toujours de quoi satisfaire ses besoins ?" se demande Sir Thomas More14. Ce que l'Utopie promettait de manière plutôt vague, le monde des Indiens semblait le posséder déjà ; tandis que la république américaine devait le révéler ou bien comme quelque chose de facilement accessible ou comme un fait déjà accompli. En somme, qu'il s'agisse de Sir Thomas More ou des Républicains, leurs désirs et aspirations se rencontraient dans l'harmonie d'un monde à laquelle les derniers prêtaient une croyance presque dogmatique. Joël Barlow, dans sa préface à Columbiad, parlant de cette nouvelle société, prône "une liberté rationnelle" dont l'esprit doit fortifier l'homme pour qu'il puisse éviter "la passion délétère pour la violence et la guerre"15. Barlow sait que son "utopie" à lui, est loin d’avoir atteint ses buts ; il demande donc à ses lecteurs de "croire que ce chemin praticable nous rapproche déjà (au moins) d'un pas à la réalisation" du rêve de l'humanité16. D'après lui, les trois valeurs absolues sur lesquelles le nouveau système politique et économique doit être fondé se nomment ÉGALITÉ, ÉLECTION LIBRE ET UNION FÉDÉRALE, système que le poète appelle "sainte Triade”, laquelle représentera dans les temps futurs "l'abrégé de tous les droits divins"17. Droits divins ou naturels ? Au lieu de proposer une distinction savante entre les deux, je dirais que pour Barlow - et ses contemporains - chaque fois que se rencontrent et s'embrassent le naturel et le surnaturel, le premier l'emporte et rend le rôle de l'autre nul. Étant arrivée à ce point de l'évolution dont les signes sont des plus positifs, l'humanité n'a qu'à renouveler sa confiance, sa foi et son espérance en elle-même. N'est-il pas vrai que le poète, en nous présentant le nouveau monde dans cette lumière éclatante du mythe, sollicite notre acte de foi dans l'infaillibilité du républicanisme ?

  • 18 Elhanan Winchester, An oration on the discovery of America. Delivered in London, October the 12th, (...)

8Sans poser la question de cette manière brutale, les écrivains américains de la première génération constatent tous qu'en somme la réussite politique, économique et morale de leur pays n'était ni rêve ni utopie ; elle correspond plutôt à la réalité empirique dont l'histoire déjà vécue garantit l'avenir. Le 12 octobre 1792, un certain Ehanan Winchester, américain de naissance demeurant à Londres, fait, à l'occasion de l'anniversaire de la "naissance" de l'Amérique, une conférence sur les États-Unis. Le ton et le message de la conférence méritent l'attention du lecteur. Après avoir résumé l'histoire de Christophe Colomb et exprimé ses regrets que l'Angleterre ait refusé de patronner son entreprise, le conférencier passe - non sans proférer quelques invectives sur "la nation la plus cruelle, la plus cupide et la plus bigote des Espagnols" - à énumérer quelques-unes des conséquences des plus obvies de la découverte de l'Amérique. Le conférencier souligne que la République a réussi à établir "l'égalité entre les citoyens", "l'indépendance de la religion" vis-à-vis de l’État comme quoi celui-ci ne doit plus patronner celle-là, à admettre les Juifs comme citoyens égaux à tous, à abolir la peine capitale, etc. Mais le point avec lequel le conférencier impressionne tout le monde, c'est le miracle que la république a produit dans le monde. Si Rome et Athènes avaient fourni d'excellents exemples des républiques primitives qui, après tout, s'étaient limitées à de petites villes, les États-Unis de l'Amérique ont accompli davantage : ils ont implanté "la forme républicaine du gouvernement" dans un vaste pays dont les frontières s'étendent de plus en plus et qui constituent "un empire florissant et vaste" sous "la protection" et "la bénédiction de Dieu"18.

  • 19 Jeremy Belknap, A discourse intended to commemorate the discovery of America by Christopher Columb (...)
  • 20 L'idée se trouve déjà dans Utopia (p. 86) où Sir Thomas More, parlant des habitants de ce royaume (...)
  • 21 Belknap, op. cit., p. 7.
  • 22 Ibid., pp. 8-9.

9Voilà le grand miracle de Christophe Colomb, de l'Amérique, de la république des États-Unis. Mais tout cela, comment a-t-il pu arriver ? Qu'est-ce qui a prédestiné l'événement de la découverte pour qu'il ait lieu à la fin du XVème siècle ? Et pourquoi un Christophe Colomb ? Pour expliquer ce phénomène de la découverte du nouveau monde, on nous propose des théories pour dissiper le brouillard qui enveloppe les mystères, et parfois des réponses savantes à des questions les plus simples ; en somme, des solutions à tous les problèmes imaginables. Les poètes de la fin du XVIIIème siècle, eux non plus, ne manquaient pas de réponses aux questions qu'ils se posaient. Ils ne pouvaient pas ne pas constater que la découverte du nouveau monde résultait d'un voyage fabuleux et fantastique, sans que ce voyage ait eu l'aspect d'un acte futile ou dépourvu de sens. Au contraire, pour les poètes qui ont été élevés dans le respect de la Bible, le voyage possédait même un côté mystique, un teint supernaturel. Jeremy Belknap, ministre protestant, poète, écrivain, admirateur de Colomb - c'est lui qui avait organisé la célébration du troisième centenaire de Colomb à Boston - sait très bien que la Bible associe le voyage à la croissance, à l'augmentation de la connaissance. Dans son discours devant la "Historical Society in Massachusetts", le 23 octobre 179219, Belknap rappelle les mots du prophète Daniel : "Beaucoup erreront de-ci de-là, et le savoir grandira" (XII, 4). Mais Daniel, de quel voyage parle-t-il ? Certes, pas de celui des Israélites à Babylone20. Les dates du prophète ne s'accordent pas avec l'événement historique ! Par contre, puisque "le témoignage de Jésus est l'esprit de la prophétie"21, on peut dire que le voyage des apôtres nous fournit l'exemple incontestable dans lequel la prophétie de Daniel s'accomplit. À partir de cette interprétation nouveau-testamentaire du texte de Daniel, pour montrer sa libéralité, l'auteur étend les bénéfices du voyage même sur les croisades, bien que celles-ci "fussent inspirées par la superstition". Dans ces "dixième et onzième siècles (sic)", le voyage avait ouvert, dit encore le conférencier, "la communication entre les pays lointains de l'Europe et de l'Asie", contribuant ainsi à l'augmentation de la science, c'est-à-dire "à l'esprit de commerce"22.

  • 23 Ibid., p. 9.
  • 24 Ibid., p. 10.

10Dans la pensée de Jeremy Belknap, deux vérités cohabitent et se meuvent dans le même sens, parallèlement : la mission supernaturelle de Colomb et la nature quasi divine du commerce. D'après Belknap, l'homme, en assumant "dominion sur la mer", répondait "à un don que le Créateur lui octroyait"23. Christophe Colomb, c'est l'homme par excellence, l'homme de génie "dont la mémoire a été préservée avec vénération dans les pages de l'histoire, comme un instrument créé pour élargir les domaines de la science et du commerce", au-delà de tout ce que ces prédécesseurs avaient pu accomplir24.

  • 25 Dans son enthousiasme, le conférencier conclut ses pensées sur Colomb et l'Amérique en rappelant q (...)
  • 26 Belknap, op. cit., p. 39.

11Le mot commerce doit être entendu dans son double sens : il signifie d'abord "relation" entre gens, nations, peuples, pays, continents. Dans ce sens déjà, le concept suggère un certain enrichissement, car - qu'il s’agisse de gens ou de pays - toute conversation et tout dialogue comportent un échange de biens, matériels ou spirituels. Le deuxième sens du mot se situe à un niveau plus matérialiste, plus pratique. Dans son "Introduction" à The Vison of Columbus, Barlow affirme que Colomb "a déployé à la vue de l'humanité la moitié du globe et a élargi la fortune et la dignité de l'autre moitié"25. Or, même un sujet (ou une question) comme la "tolérance religieuse" - si loin qu'elle puisse se situer de notre propos - nous ramène forcément et de manière infaillible à la question de "commerce". Et voici comment Belknap élabore son point de vue. D'après lui, ce n'est ni à l'homme d'état ni au devin que nous devons reconnaissance pour "ce droit bien-aimé" ("first acknowledgement of this darling right") qu'est la tolérance religieuse, mais à l'esprit de commerce et aux intérêts de finance des marchands. Et Belknap de conclure : "La tolérance religieuse a été introduite dans les pays de l'Europe pour le profit du commerce"26.

12Est-ce le mythe, la légende de Christophe Colomb ou de l'Amérique ? La plupart du temps, on a la difficulté de séparer les deux : on salue Colomb parce que, grâce à lui, l'utopie a pu se transformer en réalité historique, et on loue en même temps la grandeur de l'Amérique parce qu'elle a tenu la promesse de Colomb qui aurait voulu que la découverte fût cadeau de part et d'autre. En exaltant la grandeur de Colomb, les poètes américains entendaient chanter les louanges de leur patrie ; et inversement, chaque fois qu'ils se rendaient compte de la magnificence de leur patrie, c'est à Colomb qu'ils en savaient gré.

13Quand ils parlent de Colomb, ce ne sont pas les superlatifs qui leur manquent ; de la même façon, on peut dire que la seule pensée de leur patrie leur inspire de l'enthousiasme et une confiance dans un avenir sans limites.

  • 27 Winchester dans son discours rappelle que les Espagnols dans l'espace de cinquante ans "ont exterm (...)
  • 28 "Introduction" à The Vision of Columbus, op. cit., p. 110.
  • 29 "Reflections at the tomb of Columbus". By a Lady... To the Peers of Great-Britain this poem is ins (...)
  • 30 Columbiad, I, 3.

14Comme j'ai déjà remarqué en passant, dans leur admiration pour Colomb, nos poètes avaient hâte de le séparer du monde qu'il avait servi. Les poètes en voulaient aux Espagnols d'avoir maltraité et exterminé les indigènes27, mais ils leur en voulaient aussi d'avoir maltraité Christophe Colomb. Les souverains d'Espagne ont commis contre lui toutes les obstructions imaginables, ils se sont servis d'astuces pour retarder son programme, ont employé tous les moyens pour le démoraliser ; en somme, "tout ce qu'un âge de superstition a pu inventer", dit Barlow, il l'a commis contre Colomb28. Et d'autres poètes encore font la queue pour vitupérer l'Espagne, "ingrate et dégénérée"29 qui a refusé d'écouter la voix prophétique de ce génie qui "enseignait à l'humanité où les empires futurs" devaient se réaliser30.

  • 31 Richard Snowden, The Columbiad : or a poem on the American war. In thirteen cantkoes (Baltimore : (...)

15Qui était donc cet homme, ce navigateur, ce découvreur de génie, ce fondateur du nouveau monde ? Le sait-on ? Peut-on le savoir, le connaître ? En lisant ces poètes, on ne sait plus à quel moment on passe de "Colomb" à "Columbia", ou si l'on devait écouter à la fois et en même temps les voix du mythe, de la légende et de l'histoire. D'ailleurs ce nouveau monde devrait s'appeler "Columbia" - c'est une injustice que tout un continent doive porter le nom d'un imposteur, le nom d'Amerigo Vespucci. Dans son poème, intitulé "The Columbiad : or a poem of the American war" (1798), Richard Snowden n'hésite pas à appeler l'Amérique "Columbiad", car, d'après lui, c'est le seul pays qui incarne l'esprit de Christophe Colomb, "Columbiad" s'opposerait à "Britannia" laquelle symbolise les forces du mal qui ne cesse d'empêcher l'épanouissement du nouveau monde31. Cependant, et malgré tout, rien ne peut empêcher que ce monde promis devienne ce dont Colomb avait l'audace de rêver. "Columbia" de Timothy Dwight, un des poètes les plus lyriques de cette période, raconte dans le cadre de 48 vers - dont les deux premiers se répètent à la fin du poème - l'histoire ou l’épopée de l'Amérique. Presque tous les thèmes que j'ai déjà repérés chez les autres poètes y sont présents : la vertu de l'Amérique opposée aux vices de l'Europe, l'espérance que les sciences inspirent, la paix qu'on espère établir sur le nouveau continent ; il y a jusqu'à ce rêve de domination sur le globe :

"Tes flottes, dit le poète, déployeront ta puissance sur toutes les régions ;

Les nations t'admireront, l'océan t'obéira,

Chaque côte s'ouvrira devant ta gloire en reconnaissance,

Et l'est et le sud te produiront leurs épices et leurs trésors."

16Mais, dans un autre sens, c'est un poème symphonique : le poète s'imagine comme dans une vallée où le cauchemar d'un orage (de la guerre) vient de passer, et le ciel s'étant éclairci, une sérénité indicible commence à planer sur le paysage pendant qu'un parfum édénique envahit la vallée. Le poète se met à l'écoute du génie dont la voix s'entend une deuxième fois :

"Columbia, Columbia, to glory arise,

  • 32 Timothy Dwight, op. cit. On pourrait certes comparer cette idée à ce qu'on appellera plus tard "Mo (...)

The Queen of the world, and the child of the skies"32.

  • 33 Cf. Eliza Robbins, Tales from American history ; containing the principal facts in the life of Chr (...)
  • 34 Pour les qualités littéraires de ces écrivains de la fin du XVIIIème siècle, cf. Barret Wendell, A (...)

17Dans ses Tales from American history ; containing the principal facts in the Ufe of Christopher Columbus (1830), Eliza Robbins avoue que, en créant son œuvre sur Colomb, elle avait l'ambition de combiner "l'excellence de la vérité" avec "la beauté de la fiction” et "le charme de la poésie"33. Voilà une manière possible de voir la vérité de Christophe Colomb. Nous savons qu'aujourd'hui plus que jamais on essaie de l'épurer, de l'éplucher, de le démythifier. Il est vrai qu'il était toujours un peu ridicule, un peu fou, très peu attaché à la terre ; il n'a pas eu le temps d'ancrer son bateau dans un port du nouveau monde. Ce n'est pas la faute de nos poètes d'avoir mythifié, mystifié même, le visage historique de Colomb34. Ils l'aimaient, ils l'admiraient et ils auraient voulu que leur message fût entendu dans tous les siècles futurs. S'ils ne réussissent pas à nous persuader de leur enthousiasme, encore une fois, ce n'est pas de leur faute. Il est vrai que les voix poétiques que nous avons entendues n'étaient pas toujours les plus authentiques. Les critiques américains sont tous d'accord pour dire que les poètes de ce dix-huitième siècle finissant sont loin de représenter les sentiments de leur pays : leur sentimentalité l'emportait sur leur sensibilité. Ils avaient l'âme prophétique qui les faisait souvent voler dans le futur. Ils étaient tous des "gentlemen", bien éduqués dans la tradition anglaise, mais ils pensaient de manière "américaine", dans des catégories modernes, et ils se laissaient fasciner par les promesses d'un bien-être matériel qui commença à frapper à leur porte. Leur poésie fit écho à ce qu'ils aimaient, à ce qu'ils connaissaient, et à la manière dont ils considéraient l'avenir.

  • 35 Les remarques de Jacques Heers nous aideront à préciser notre pensée : "...Ce personnage si discut (...)

18Les vérités historiques, cependant, ne changent pas ; c'est nous qui changeons et cherchons de nouveaux points de vue. L’histoire universelle se prête à qui veut la connaître. On a la liberté de fouiller le passé. En regardant notre attitude qui se transforme, notre goût qui change, nos choix qui multiplient je ne peux pas m'empêcher de répéter ces mots de sagesse : "On a toujours honte d'avoir aimé quand on n'aime plus". Cela dit, Christophe Colomb ne cesse de mériter notre admiration et notre amour35.

Notes

1 Parmi les œuvres les plus importantes qu'on connaissait au XVIIIème siècle, qu'on lisait, il faut mentionner les suivantes : Pierre-François-Xavier de Charlevoix, Histoire de l'Isle espagnole ou de Saint-Domingue, 2 volumes (Paris : F. Barois, 1730-1731). La traduction anglaise de cette œuvre parut à Londres quelques années après la publication en français... On lisait aussi The world displayed, une œuvre encyclopédique de voyages, parue d'abord à Londres en 1759, dont le premier volume fut consacré à Colomb. Il est également important de mentionner œuvre de William Robertson, The History of America, 2 volumes (London : W. Strahan ; T. Cadell in the Strand ; and J. Baltour, at Edinburgh, 1777).

2 Édouard F. De Lancey, Columbian celebration of 1792. The first in the United States. An address before the New York Historical Society, on Tuesday Evening, Oct. 4th, 1892 (New York : Reprinted from the Magazine of American History for January 1893).

3 Voici quelques vers de ce poème :

Ye sons of freedom, hail the day,
That brought a second world to view
The great Columbus' mem'ry pay
The praise an honor justly due.
Et le Chœur d'y répondre :
Let the important theme inspire
Each breast with patriotic fire. Ibid.

4 La "Tammany Society" lança une aube fête en l’honneur de Colomb en 1811, à l'occasion de la fondation de leur maison à New York.

5 Puisque l'Ange cède sa place à Hesper, Joël Barlow tient à nous expliquer l'origine mythologique de Hesper dont le nom en français correspond à "une" des Hespérides et qui est associé à Hesperia que pour les Grecs incarnait l'Italie, pour les Italiens l'Espagne et finalement, depuis la découverte de l'Amérique, le Nouveau Monde. Cf. The Works of Joël Barlow. In two volumes, Volume II : Poetry. Facsimile reproductions with an Introduction by William K. Bottorff and Arthur L. Ford (Gainesville, Florida : Scholars' Facsimiles & Reprints, 1970), II, p. 420.

6 Columbiad, in The Works of Joël Barlow, I, 214. Pour des raisons évidentes, j'ai adopté cette édition et mes citations y renvoient.

7 I, 287 et sqq.

8 Ibid., IV, 34.

9 Ibid., IV, 17-19.

10 Ibid., IV, 147-150.

11 Washington Irving, The Complete Works of Washington Irving. "The Westchester Edition" (New York : George D. Sproul, 1899), VI (II), p. 488.

12 Ibid., p. 489.

13 Jacques Heers, Christophe Colomb (Paris : Hachette, 1991), p. 316.

14 Sir Thomas More, Utopia. Translated by Peter K. Marshall. Introduction by John Anthony Scott (New York : Washington Square Press, 1965), p. 59.

15 The Columbid (Préface), p. 382.

16 "Préface" à Colombiad, op. cit., p. 383. On ne peut pas s'empêcher de penser à cette phrase d'Émile M. Cioran : "L'harmonie, universelle ou non, n’a jamais existé ni n'existera jamais". Cf. Histoire et utopie (Paris : Gallimard, 1960), p. 145.

17 Cf. Columbiad, VIII, pp. 399-400.

18 Elhanan Winchester, An oration on the discovery of America. Delivered in London, October the 12th, 1792, being three hundred years from the day on which Columbus landed in the New World. The second edition, with the Appendix, etc... (London : Keeble and Accuts, s. d.).

19 Jeremy Belknap, A discourse intended to commemorate the discovery of America by Christopher Columbus ; delivered at the request of the Historical Society in Massachusetts, on the 23rd of October, 1792... (Boston : Printed at the Apollo Press by Belknap and Hall, 1792).

20 L'idée se trouve déjà dans Utopia (p. 86) où Sir Thomas More, parlant des habitants de ce royaume idéal, nous rappelle d'abord que les gens n'y voyageaient pas très souvent (parce qu'ils n'avaient pas besoin de se déplacer pour augmenter leur connaissance ?). Par contre, ils accueillaient "les bras ouverts" le visiteur qui "arrivait avec le savoir du voyageur qui connaissait beaucoup de pays", car on acquiert de la connaissance "en voyageant fréquemment".

21 Belknap, op. cit., p. 7.

22 Ibid., pp. 8-9.

23 Ibid., p. 9.

24 Ibid., p. 10.

25 Dans son enthousiasme, le conférencier conclut ses pensées sur Colomb et l'Amérique en rappelant que "le rêve de Scipion s'est avéré illusoire. Thulé n'est plus la dernière des terres, comme d'ailleurs les piliers d'Hercule n'indiquent plus les frontières de l'univers non plus". Ibidem.

26 Belknap, op. cit., p. 39.

27 Winchester dans son discours rappelle que les Espagnols dans l'espace de cinquante ans "ont exterminé quinze millions de ces pauvres créatures", op. citum.

28 "Introduction" à The Vision of Columbus, op. cit., p. 110.

29 "Reflections at the tomb of Columbus". By a Lady... To the Peers of Great-Britain this poem is inscribed by the Author (London : C. and G. Kearsley, 1791), p. 24.

30 Columbiad, I, 3.

31 Richard Snowden, The Columbiad : or a poem on the American war. In thirteen cantkoes (Baltimore : W. Pechin (1787). Cf. aussi : "Columbia" de Timothy Dwight, dans Columbian Muse. A selection of American poetry, from various authors of established reputation (New York : Printed by J. Carey, 1794).

32 Timothy Dwight, op. cit. On pourrait certes comparer cette idée à ce qu'on appellera plus tard "Monroe Doctrine" qui est à la fois une doctrine protectionniste et expansionniste. La même idée s'inscrit aussi dans ce qu'on va nommer "The Briand-Kellogg Pact"

33 Cf. Eliza Robbins, Tales from American history ; containing the principal facts in the life of Christopher Columbus... (New York : William Burgess, 1830).

34 Pour les qualités littéraires de ces écrivains de la fin du XVIIIème siècle, cf. Barret Wendell, A literary history of America (New York : Scribner's Sons, 1900), p. 118.

35 Les remarques de Jacques Heers nous aideront à préciser notre pensée : "...Ce personnage si discuté, le découvreur du nouveau monde, se présente à nous comme un homme de grande foi, profondément attaché à ses convictions, pénétré de religiosité, acharné à défendre et à exalter le christianisme partout, à promouvoir une reconquête ou conquête contre les ennemis de Dieu, les infidèles ou les païens. C’est même le seul trait de sa personnalité qui ne souffre aucune discussion, qui nous apparaisse clairement alors que d'autres sur lesquels on a tant brodé gratuitement nous échappent presque complètement", op. cit., p. 326.

Auteur

Université de Dallas

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search