Version classiqueVersion mobile

Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique

"La Scoperta dell’America" de Cesare Pascarella (1890)

Gérard Luciani

Note de l’éditeur

L'œuvre de Cesare PASCARELLA a été plusieurs fois rééditée, en particulier par les soins de l’Académie des Lincei (Milan : Mondadori, 1955-1961). C'est à cette édition, réduite en format de poche (La Scoperta dell'America e altri sonetti, coll. Oscar Mondadori, 1976) qu'ont été empruntées les citations.

Texte intégral

1Nous avons affaire à un auteur mineur, relativement peu connu en Italie hors de Rome, et encore moins - a fortiori - hors d'Italie ; il est néanmoins significatif ("en valeur absolue") d'un genre et d'une époque, et il nous a paru ici intéressant pour la manière dont il traite le sujet qui nous réunit.

2Cesare Pascarella naît à Rome en 1858 et fait ses premières études au séminaire de Frascati. La prise de Rome (1870) met un terme à cette amorce d'une vocation sacerdotale éventuelle, et que combattait chez l'enfant une vraie passion pour l'Unité italienne. De retour à Rome, il obtient de son père l'autorisation d'étudier les beaux-arts pour une carrière de dessinateur dans laquelle il s'assure quelques succès, en particulier comme animalier.

3À cette époque, il appartient au milieu intellectuel et artiste de "Rome capitale" et commence à publier dans les journaux romains des textes en vers et en prose, dont un traité sur l'humour, qui lui valent vite une renommée certaine dans la clientèle bourgeoise de la capitale. C'est encore en qualité de journaliste qu'il va effectuer des voyages divers à travers le monde. Mais ce qui nous intéresse ici davantage, c'est sa production dans le domaine de la poésie dialectale : en 1886 il publie 25 sonnets intitulés Villa Gloria, dans lesquels il évoque l'entreprise héroïque des frères Cairoli et de 70 jeunes patriotes, tombés à Villa Gloria pour la libération de Rome (1867). Villa Gloria remporte un vif succès auprès des plus grands écrivains italiens de l'époque, en particulier Carducci.

4Encouragé par cet accueil, Pascarella publie en 1890 les 50 sonnets de La Scoperta dell'America. Toujours dans le même genre, il entreprend en 1895 une histoire de l'Italie, de Rome au Risorgimento, en 350 sonnets, œuvre qui ne sera jamais achevée et dont il subsiste 267 sonnets. C'est ensuite pour Pascarella une vie de journaliste et d'écrivain-voyageur de renommée plus particulièrement locale. Avec l'âge et la surdité, il fréquente de moins en moins les milieux culturels et, en 1940, sa mort à Rome passe inaperçue.

5Son œuvre appartient à une grande tradition italienne : la poésie dialectale. Notons au passage l'importance en Italie du dialecte qui traduit une réalité historique durable, comme en témoigne son emploi dans la Commedia dell'arte pour mieux différencier les Masques provenant de diverses régions d'Italie. La poésie en dialecte a ses lettres de noblesse si l'on admet que l'italien actuel n'est autre que le "dialecte toscan" de Dante. On relève une large production en ce domaine au XVIIIème siècle, avec en particulier la Sicile pour la poésie lyrique, et Venise avec le théâtre de Goldoni et les poésies de Lamberti et d'Angelo-Maria Barbaro. Le XIXème siècle connaît une éclosion remarquable avec, pour ne citer que les plus grands, les poésies milanaises de Carlo Porta (1775-1821), tant appréciées de Stendhal, et surtout l'œuvre du romain Giuseppe Gioacchino Belli (1791-1863).

6À propos de ce dernier, précisons que le dialecte à Rome a pour caractéristique d'être très plébéien, à la différence d'autres villes où il n'a pas de connotation sociale, comme à Venise ou à Naples. D'autre part la tradition, dont on retrouve la trace dans la Commedia dell'arte, attribue au petit peuple romain un caractère d'orgueil et d'arrogance à telle enseigne que le "masque" romain s'appelle Rugantino, où l'on retrouve le français "arrogant". C'est l'œuvre monumentale de Belli - en tout 2279 sonnets, dont 1867 composés entre 1830 et 1836 - qui suggère à Pascarella le cadre du sonnet. Or l'exemple est dangereux car la pratique du sonnet avive le goût de la "pointe" finale, souvent au détriment de la progression qui y mène.

7D'autre part, il faut tenir compte de l'évolution de la société romaine : celle de Belli est encore celle du pouvoir temporel des Papes, dans une Ville Éternelle de 150 à 180.000 âmes, alors qu'un demi-siècle plus tard, Rome-capitale a vu arriver une masse d'immigrés, provenant du Sud et des Abruzzes, venus participer aux grands travaux de transformation de la Ville. La population a plus que doublé, et la composition de sa partie populaire s'est profondément modifiée sous l'effet d'influences d'origines diverses. Repris à l'usage de la clientèle bourgeoise qui habite la capitale de l'Italie - mais qui n'est pas forcément d'origine romaine - le dialecte des héros plébéiens de Belli évolue vers des formes moins marquées, koinè significative d'une population plus mélangée, et perd considérablement de son énergie de langue parlée, pour devenir en partie simple divertissement de l'élite bourgeoise au détriment du menu peuple.

8Venons-en à l'ouvrage qui nous intéresse directement. La Scoperata dell'America a pour cadre l'auberge traditionnelle du petit peuple romain, lieu de rencontre, "centre culturel" cher aux personnages de Belli qui, souvent analphabètes, venaient s'y informer grâce à la conversation de clients plus lettrés. L’aubergiste, ou encore le "cafetier", jouait volontiers le rôle de rédacteur en chef de cette sorte de gazette informelle. Au temps de Pascarella, la plèbe romaine a évolué et souvent acquis une culture de base, demeurée cependant rudimentaire, en particulier en ce qui concerne le monde exotique.

9On a donc un narrateur, qui a sans doute lu dans quelque ouvrage de vulgarisation, peut-être publié à l'approche du quatrième centenaire (1892) de l'entreprise de Colomb, et qui fait bénéficier de ses connaissances un public populaire de clients de l'auberge constituant une masse indéterminée qui réagit bruyamment (sonnets XXIV-XXV, XLVI). Mais ces réactions de l'auditoire se limitent à quelques rares questions sur les faits racontés, et surtout à des incitations à boire ou à des appels à l'aubergiste. On ne saurait voir dans cette alternance auditoire-narrateur un véritable dialogue, et le public ne joue aucunement le rôle d'un chœur. En effet l'ensemble s'articule comme suit : sonnets I-XII : préparatifs du voyage et départ ; XIII-XXIII : navigation, réflexions du narrateur sur le spectacle de la mer ; XXIV-XXV : réactions du public de l'auberge ; XXVI-XXXIX : arrivée en Amérique, exploration, premiers contacts avec les Indiens, retour en Espagne ; XL-XLV : arrivée triomphale, puis trahison du roi ; XLVI : pause du narrateur, interventions du public ; XLVII-L : réflexions finales sur la nationalité et la gloire de Colomb.

10Les thèmes en sont fournis par l'histoire de l'aventure de Colomb traitée en caricature. Il serait vain de chercher sous la plume de Pascarella une grande exactitude scientifique, même si quelques détails pittoresques, susceptibles de séduire le public populaire, peuvent être justement notés. Mais on serait tenté de dire que c'est là l'exception, car la plupart du temps ces mêmes détails pittoresques sont défigurés par la référence à un bagage culturel tout à fait inapproprié et dont nous retrouverons divers exemples. Enfin le portrait de Colomb est simpliste et idéalisé : il n'est fait aucune allusion à certains côtés déplaisants de la personnalité de l'Amiral que Pascarella essaie de récupérer pour l'Italie dans le cadre de ces dernières années d'un XIXème siècle marqué par l'unité italienne.

11Pascarella suit l'histoire de Colomb, mais non sans quelque désinvolture, comme le prouve la manière dont il évoque, dans le sonnet d'ouverture, l'épisode bien connu de l'œuf, présenté ici comme la démonstration qu'aurait faite le navigateur, non de la difficulté de sa découverte, mais du fait que le nouveau monde existait depuis longtemps :

"(...) Il prit un œuf/ Et là, devant ceux qui n'y croyaient pas,/ Il leur dit, comme ça : - Tenez ! je vous le prouve - (I, 7-8).

12Il en va de même pour la protection hésitante du roi d'Espagne, et pour l'intérêt plus marqué de la reine : en l'espace de deux sonnets (XI-XII), celle-ci prend sa décision et Colomb obtient ce qu'il demandait, ce qui lui permet de mettre à la voile à partir d'un port dont nous savons que c'est celui de Palos, mais qui demeure ici indéterminé. L'accent est mis avant tout sur la rapidité de décision de Colomb :

"Il prit ses hommes, largua les chaînes/ Et fila en haute mer comme une fusée." (XII, 13-14).

13C'est encore la même attitude du narrateur à propos de la navigation proprement dite et des tempêtes qui l'accompagnèrent : elles sont évoquées complaisamment en termes familiers mais inquiétants au point qu’il doit se référer à des témoins :

"(...) Un autre jour passait, / Et patatras, une autre tempête dégringolait !" (XIII, 13-14).
"Fais-toi dire par quelqu'un qui y a été, / Ce que c'est que la tempête !" (XIV, 1-2).

14Les vivres baissent (XVII) et l'équipage, qui commence à ressentir la fatigue, s'inquiète avant d'aller trouver Colomb. Le discours qu'il fait à l'Amiral adopte un ton familier ("Caro lei" : mon bon Monsieur), et ferme en même temps. La bonne volonté de tous est acquise, mais il conviendrait que Colomb comprenne bien les propos qu'on lui tient :

"Bon, on espère que vous êtes convaincu ; / Sinon, qu'il dit, ne faites pas de façons,/ Allez-y... Mais nous, on rentre à la maison." (XVIII, 12-14).

15Peut-être est-ce encore à quelque récit historique qu'il convient de rapporter l'évocation faite par le narrateur des conflits qui naissent dans l'âme du héros, persuadé qu'il a raison et que le but est accessible, mais que la sottise de son entourage dresse sur sa route des obstacles infranchissables :

"La terre existe, Oui ! J'en suis sûr./ (...) Et devoir dire : bon, je me suis trompé." (XXI, 11-14).

16On retrouve en revanche la trace du récit historique, au moins partiellement, dans la proposition que fait Colomb à l'équipage (XXII) de tenir encore deux jours, de même que dans la "ruse" de l'Amiral qui sait désormais que la terre n'est plus éloignée. Mais il ne s'agit pas ici, comme dans les récits, de signes matériels évidents tels qu'objets flottants ou vols d'oiseaux, mais d'observations présentées comme un peu plus subtiles :

"(...) à la façon dont soufflaient les vents,/ Il comprit que la terre était proche." (XXIII, 3-4).

17L'évocation que fait Pascarella des premiers conflits entre Espagnols et Indiens suit encore les récits : l'accent est mis sur le rôle joué par les femmes indiennes. Colomb dit à l'équipage :

"(...) Laissons tomber les sauvagesses,/ Sinon, qu'il dit, crénom de Dieu,/ Un jour ou l'autre, va y avoir du sang." (XXXV, 9-11).

18La situation s'aggrave et il y a "complot" des Indiens, aussi les Espagnols préfèrent-ils plier bagages après avoir ramassé (far fagotto : faire un baluchon) tout ce qu'ils pouvaient prendre :

"En effet, sans plus de façons,/ Ils ratissèrent le plus d'affaires qu'ils purent./ Ils les chargèrent sur les navires,/ Ouvrirent toutes grandes les voiles en face (sic) du vent ;/ De toute façon, désormais ils connaissaient la route,/ Et ils rentrèrent chez eux en un instant." (XXXIV, 9-14).

19Là encore, Pascarella s'inspire librement de l'histoire, puisqu'en particulier il néglige le fait que Colomb laissa derrière lui un détachement, détail qui eût pu lui suggérer des réflexions sentimentales sur la séparation entre l'équipage et ce petit groupe.

20Enfin, l'auteur nous semble redevable d'un dernier élément aux récits historiques : on sait que certains courtisans du roi de Portugal, chez qui l'expédition avait touché terre en un premier temps, auraient bien assassiné Colomb. Pascarella ne mentionne pas cette première étape au Portugal, et se contente de faire arriver Colomb sans préciser où, mais ajoute aussitôt que le cortège triomphal (XL) fut accompagné des critiques des envieux et des jaloux (XLI).

21L'utilisation des récits de l'aventure colombienne s'arrête là : Pascarella ne fait pas mention du deuxième et du troisième voyages, ni du fait que la disgrâce et l'emprisonnement de Colomb, auquel il consacrera les sonnets XLII-XLV, n'interviennent qu'après le troisième voyage. Ici, le temps historique du voyage est extrêmement ramassé : l'histoire de Colomb devient une sorte d'exemplum ramené à ses données essentielles.

22En fait, La Scoperta dell'America repose au plan littéraire sur l'évacuation de l'histoire, sur le recours à l'anachronisme considéré comme un procédé. Cela apparaît dans des détails comiques, comme le fait que, parmi les babioles données en échange de l'or aux Indiens par les Espagnols, Pascarella n'hésite pas à introduire une boîte d'allumettes-bougies (cerini) typiquement italiennes (XXXII, 4). Mais c'est un anachronisme beaucoup plus profond qui se trouve à la base même du poème, constamment entretenu par le narrateur qui met à plusieurs reprises dans la bouche de ses personnages le mot "Amérique" (II, 14 ; XIII, 4 ; XVII, 4 ; XXV, 7 ; XXX, 14) alors que ce terme n'existe pas encore, qu'il est parfaitement inconnu de Colomb et de ses marins, et à fortiori des Indiens.

23Nous sommes devant un procédé de distanciation qui joue dans le temps mais aussi dans l'espace : tout le récit de l'aventure colombienne se déroule par rapport à un public typiquement romain, de la Rome de cette fin du XIXème siècle. On en a une expression remarquable de concision dans la phrase, par ailleurs marquée d'une formule interrogative caractéristique du parler populaire romain ("aver da" : avoir à..., être censé...), et que dit le premier Indien rencontré dans la forêt vierge en réponse aux Espagnols qui se sont adressés à lui selon les "usages" du menu peuple romain :

"Hé, mon gars ! - qu'ils lui font -, qui vous êtes ?/ - Eh, - qu'il fait - qu'est-ce que je suis censé être ? Je suis un sauvage." (XXXIX, 10-11).

24On note qu'ici tout est populaire, ou du moins s'efforce d'en prendre l'aspect. Ainsi la récupération par le narrateur-Pascarella de la culture littéraire classique ne saurait se référer qu'à un bagage très commun : les aventuriers qui se lancent sur l'Océan s'exposent à un destin tragique, dont l'évocation se conclut par la reprise d'une formule dantesque ("Vous qui entrez ici, laissez toute espérance", Enfer, ch. III, v. 9) assez célèbre pour être connue du grand public :

"Voir ta mort au lointain ;/ Vouloir vivre et entendre là, tout près,/ Dans tes oreilles, la voix du destin/Qui te dit : "Laissez toute espérance." (XXI, 5-8).

25C'est par rapport à cette réalité populaire romaine que joue la distanciation, sociale et géographique aussi bien qu'historique, dans la représentation de l'aventure de Colomb. Mais l'opération ne se borne pas à utiliser cette base populaire de comparaison : il me semble que Pascarella se sert aussi de l'utilisation du langage plébéien pour adresser un clin d'œil complice à son public bourgeois. En revanche il ne perd pas pour autant l'occasion de se référer à la sensibilité de cette classe moyenne en cette époque "Fin de siècle". Il nous semble en trouver la trace indiscutable dans certaines notations intéressantes quant à la psychologie de cette petite bourgeoisie, par exemple l'évocation complaisante des différences entre l'état de nature des Indiens et la civilisation européenne, qui mêle la référence aux Espagnols de la fin du XVème siècle et celle des Italiens de la fin du XIXème siècle.

26Ainsi les Indiens ignorent-ils l'argent, se bornant au troc (XXXIII) : c'est là, rapidement évoquée, une comparaison avec un système plus évolué qui amène le narrateur à une allusion démagogique traditionnelle aux impôts que fait payer l'État au petit peuple :

"Nous au contraire, qui sommes une famille/ D'une race de gens plus civilisés,/ On a l'argent et l'État nous le pique." (XXXIII, 12-14).

27Les heureux Indiens n'ont pas d'impôts et "agissent en tout, selon la nature" (XXXIV, 1-2). De même est-ce la nature qui leur dicte leurs usages en matière de mariage (XXXVIIXXXVIII) : à la différence de ce qui se passe chez nous (en Italie, au XIXème siècle ?), les filles se marient dès qu'elles en ont l'âge. Le mariage selon les lois naturelles s'oppose ainsi à celui de la société bourgeoise, dont la complication dissuade les amateurs éventuels, et le narrateur de conclure par ce qui demeure une boutade comique :

"S'il n'y avait pas au monde le mariage/ Dieu sait combien il y aurait de gens pour se marier !" (XXXVIII, 13-14).

28En fait l'intérêt de Pascarella se porte nécessairement sur cette sensibilité perçue sous sa connotation populaire, c'est-à-dire assortie d'une bonne dose d'ignorance et de naïveté qui apparaît souvent à travers des formules comiques. Ainsi de la découverte par les Espagnols des merveilles de la nature tropicale, où "les pieds de chicorée arrivent au-dessus des têtes" (XXVI, 11). Ainsi encore de leurs angoisses au sein de cette nature vierge et impénétrable : "Car là tu fais un pas en avant et cent en arrière" (XXVII, 14). On a alors l'évocation de cette forêt américaine hantée de présences aussi menaçantes que surprenantes, comme celle de l'"éliophant" qui "la fréquente" (XXVIII, 8), et plus encore, celle de l'"homme sauvage", un cannibale féroce, "qui te mange en petites miettes,/ Et il te mange même avec ta culotte en prime". (XXVIII, 13-14).

29On se doute que le summum dans ce genre sera atteint lors de l'évocation des premiers contacts. Les Espagnols, dont le principal souci est de savoir s'ils ont oui ou non atteint l'Amérique et qui doivent le demander au premier passant (XXV), rencontrent dans la forêt un Indien :

"Ils virent un drôle de croquant avec la tête/Peinte comme si c'était un polichinelle,/ Habillé moitié nu, avec une crête/ Toute faite de plumes d’oiseaux." (XXIX, 5-8).

30Nous avons noté plus haut la phrase lapidaire par laquelle l'indigène en question allait se définir ("Je suis un sauvage"), mais il convient de relever au passage la charmante naïveté du dialogue : l'auditeur de Pascarella ignore tout des difficultés de communication, et nul ne relève l'évidente contradiction entre la facilité du contact ainsi établi et la réponse du "sauvage". Π en va de même lors de la rencontre avec le "roi" des Indiens. Le narrateur utilise des termes de comparaison susceptibles d'être compris de son auditoire, et le "roi" en sort étrangement travesti :

"...Le roi, qui était un sultan./ Tout habillé d'or, avec un cimier/ De plumes qu'on aurait dit un Musulman..." (XXX, 2-4).

31Il tient à ses visiteurs un discours aussi aisément compréhensible par eux - ce qui ne laisse pas d'être illogique - que celui du premier indien qu'ils avaient rencontré :

"Qu'est-ce que vous dites ? - qu'il fait - d'où nous sommes ?/Nous sommes d'ici ; mais comment s'appelle/ Ce pays - qu'il dit - nous, on le sait pas." (XXX, 9-11).

32Et la conclusion du narrateur est charmante de naïveté :

"Tu vois comment ils s'y prenaient !/ Te dire qu'ils étaient nés là/ En Amérique, et qu'ils le savaient même pas." (XXX, 12-14).

33En fait, l'ignorance qui éclate ici, plus que celle des Indiens, c'est celle du public populaire, disposé qu'il est à admettre que le cortège triomphal de Colomb puisse comprendre, à côté de "sauvages enchaînés" et de perroquets,

"des singes africains, des lions, des éléphants (pour éléphants),/ Des morceaux d'or comme ça, que pour les porter/ Ils devaient les mettre sur un chariot ;/ Les perles, les rubis, les brillants,/ Ils les portaient dans leur mouchoir." (XL, 10-14).

34Devant cet auditoire, le narrateur trouve des accents à la fois latins et gaulois pour dire que s'il y eut des frictions entre Espagnols et Indiens, ce fut très vite à cause des femmes qui, dit-il, étaient très attirées par les Blancs (XXXV, 14). Mais, dit un auditeur, "et la couleur ?" A cette question le narrateur-Pascarella répond par une déclaration flatteuse pour l'orgueil masculin des Européens : "si une sauvage fait l'essai du Blanc", elle ne peut plus le quitter jusqu'à sa mort (XXXVI, 7-8). L'ennui, ajoute-t-il, c'est qu'elles ont l'habitude de "se rouler dans l'herbe" et "quand vient la nuit et qu'elle va au lit,/ Elle pue un peu l'odeur de bufflonne" (XXXVI, 13-14), comparaison susceptible de frapper l'imagination du Romain, habitué à voir alors des troupeaux de buffles à demi sauvages dans les solitudes de la campagne romaine.

35Ce public populaire, disposé à accepter par avance toutes les exagérations à propos de ces mondes mystérieux est aussi celui qui vit à Rome et, à ce titre, se sent le descendant du Populus romanas dont il retrouve avec un orgueil tranquille la mention abrégée dans ces "S.P.Q.R." qui scandèrent l'histoire du monde et qui agrémentent ces ruines que les voyageurs viennent en foule admirer. À ce titre, Rome est la référence obligée, et d'abord dans sa réalité quotidienne : ainsi les caravelles sont-elles comparées aux barques qui apportent sur les quais du Tibre le vin de Marsala (XII, 8). Quant aux Romains de l'Antiquité, on sait que, comparés aux Grecs, ils étaient avant tout des terriens, et qu'ils durent hésiter longtemps avant de tenter sur mer la fortune des armes. Leurs descendants lointains nous semblent avoir conservé ce caractère, et c'est sans doute là l'explication de l'insistance avec laquelle le narrateur évoque les risques courus par les navigateurs : c'est manifestement une admiration inquiète qu'il éprouve pour la mer azurée auprès de laquelle il fait si bon profiter de la brise (XV), mais qui est capable de toutes les tempêtes, et qui est immense au point que l'on n'en voit jamais la fin (XVI).

36De sa fréquentation assidue de toutes les grandeurs, qu'elles soient temporelles ou spirituelles, le peuple romain a conservé une tendance à rabaisser les puissants, qui s'est longtemps traduite par l'usage des pasquinades, ces inscriptions aussi vengeresses qu'anonymes confiées à la statue dite populairement de Pasquino. Le narrateur de Pascarella semble être fidèle à cette tradition de supériorité détachée et recourt volontiers à la comparaison dépréciative : pour faire comprendre à son public ce qu'est le fameux "éliophant" qui a élu domicile dans les forêts vierges de l'Amérique, il le définit comme "le poussin de la Minerve". La comparaison nécessite de nos jours quelques explications : c'est ainsi que le peuple romain avait ironiquement baptisé, à cause de ses trop modestes proportions, l'éléphant de marbre sur lequel on avait élevé, défigurant le projet initial fait par le Bemin (1667), un obélisque destiné à orner la place située devant l’église de Sainte-Marie "sur Minerve".

37Plus simplement, le narrateur se réfère à des lieux bien connus des romains. Ainsi de "la Longara", où le roi d’Espagne envisage de mettre Colomb (XLII, 14), et qui n’est autre que la via della Lungara, grand axe du quartier populaire du Transtévère, où se trouvait la prison de Rome, depuis connue du public sous l'appellation moderne de Regina Coeli. De même, pour contempler l'image de tous les grands hommes de l'histoire d'Italie, le narrateur renvoie-t-il le public au Pincio (XLVIII, 11-14), cette promenade aménagée par l'architecte Valadier au début du siècle sur l'emplacement des jardins de Lucullus, et ornée à partir des années 1850 de bustes des italiens illustres.

38Et l'évocation de ce geste de fierté patriotique nous amène à la caractéristique la plus surprenante de La Scoperta dell'America. Ce poème à la gloire de Christophe Colomb est profondément marqué par l'histoire, alors toute récente, de l'unification de l'Italie. On y rencontre en effet des allusions à des faits qui avaient quelque peu bouleversé l'opinion romaine : la chute du pouvoir temporel des papes avait entraîné l'installation à Rome des organismes d'une monarchie parlementaire et le petit peuple en avait découvert le fonctionnement, non sans quelques réflexions critiques. Aussi le narrateur peut-il évoquer devant son public le jeu des commissions devant lesquelles le roi d'Espagne, malgré son intérêt pour le projet de Colomb, doit renvoyer celui-ci, Colomb s'étonne.

"Mais alors - qu'il fait - à qui j'ai parlé ?/ Et vous, qui êtes-vous ? Le roi ou un particulier ? -/- Pour être roi, je suis roi, y'a pas de question ;/ Mais je ne peux pas faire ce qui me plaît./ Ça veut dire que vous portez vos registres/ De dépenses, un rapport exact,/ Alors je vous ferai parler aux ministres." (VI, 8-14).

39Ce qui nous frappe le plus vivement, dans cet écho des événements historiques qui avaient amené l'Italie à son unité, c'est le violent anticléricalisme qui parcourt les sonnets VIII, IX et X. C'était là un souvenir des luttes pour Rome capitale qu'avaient menées les Garibaldiens, comme ces frères Cairoli dont Pascarella avait chanté le sacrifice dans Villa Gloria, et il nous semble que ce précédent dans l'œuvre de Pascarella suffirait à lui faire attribuer les sentiments qu'il prête à son narrateur.

40Le ton est donné quand, à la suite de l'évocation des navettes épuisantes que devra parcourir le projet de Colomb, nous trouvons cette remarque :

là, selon moi, dans les secrets/ De ce complot-là, pas besoin de le dire,/ Il y avait là-dessous la main des prêtres." (VIII, 12-14).

41La suite est plus violente :

"Mets-toi bien en tête que le curé !/ Ça a toujours été lui, toujours le même./ Le prêtre ? Il a toujours été le sale type,/ Ennemi de la patrie et du progrès." (IX, 1-4).

42Suit l'évocation des temps abhorrés où les geôles ecclésiastiques étouffaient les esprits, qui se conclut ("Tu pouvais être plus que sûr/ d'avoir la fin de Giordano Bruno") par une allusion au philosophe brûlé vif sur la place de Campo dei Fiori en 1600, et auquel les libres-penseurs romains venaient de faire ériger un monument sur le lieu même de son martyre, trois ans avant La Scoperta dell'America. Colomb dit se sentir inquiet et note que :

"Dans le voisinage/ On sent un peu une puanteur de brûlé,/ Mais toute fraîche - qu'il dit-. Ici, faut être prudent." (X, 2-4).

43Nous avons noté plus haut, à propos du s. XXXIII et du fait que les Indiens ignoraient l'argent, l'allusion du narrateur au gouvernement qui prenait le leur aux Romains. C'est là un rappel d'un thème cher aux Italiens des lendemains de l'Unité, qui découvraient bien souvent le poids des impôts, et cela en particulier à Rome, où avait fait fureur une pasquinade qui, reprenant le slogan garibaldien "Vive l'Italie une", ajoutait cette explication : "s’il y en avait deux, elles me mettraient à sec".

44En fait, la conclusion de La Scoperta dell'America nous en fournit l'explication. Le récit de la geste de Colomb, tel qu'il est fait par le narrateur à son public populaire, a pour but d'exalter l'orgueil national italien. Au cours de la dernière pause (XLVI), un des auditeurs lui demande, après des considérations sur la qualité du vin servi, s'il sait quelle était la patrie de Colomb. La réponse vient peu à peu : si on ne s'est pas soucié de cette question du vivant de Colomb, parce qu'il n'intéressait personne, maintenant qu'il est mort, "tous le veulent". Et il n'est pas sans intérêt de voir qui serait tenté de le revendiquer.

45Napoléon III, favorable à l'Unité italienne mais farouche défenseur de la papauté, au point qu'il avait fallu les désastres de 70 pour laisser les mains libres aux Italiens dans leur conquête de Rome, avait profondément irrité par ses tergiversations les partisans de l'Unité. Les premières décennies de l'Italie unifiée allaient être marquées par un vif sentiment anti-français venu doubler une traditionnelle irritation des Italiens devant les attitudes de supériorité affichées par les Français à leur égard. On ne s'étonnera donc pas de voir Pascarella égratigner au passage les Français qui ont essayé d'annexer Colomb :

"Et si eux ne l'ont pas volé,/ C'est bien, mon bon, parce qu'ils ne peuvent pas./Eh oui, ceux-là, dame, ils sont toujours les mêmes,/ Et tout ça pourquoi, hein ? Pour la grande fierté/ De pouvoir dire qu'il était français." (XL VII, 8-12).

46Car la réponse est simple : Colomb était italien (XLVII, 14), ce qui n'aurait rien d'étonnant si l'on tenait compte de son origine génoise : or Pascarella n'évoque pas cette dernière et se borne à relever que l’Italie a été fertile en grands hommes, ceux dont on trouve les bustes au long des allées du Pincio, de même qu'elle est pleine de monuments célèbres (XLVIII). Les Italiens ont surtout pour eux leur talent inventif : de spectacles communs, ils tirent l'inspiration de grandes découvertes. Sans les nommer, Pascarella évoque - de façon à dire vrai quelque peu simpliste - Galilée et Volta :

"(...) Il te voit une grenouille/ Qui était morte ; il la touche avec une badine/ Et il s'aperçoit qu'elle bouge les genoux./ Qu'est-ce qu'il fait ? Il goupille une mécanique ;/ Un autre, ça ne lui aurait pas fait d'effet,/ L'italien invente l'électricité." (XLIX, 11-14).

47Dans l'attitude du narrateur, comme de son public, il entre sans doute beaucoup d'ignorance, dont l'effet est multiplié par nombre de naïvetés formelles, sans doute semées avec complaisance par un Pascarella désireux de faire rire son public au spectacle du petit peuple. Mais il s'y ajoute cette composante qu'est un orgueil national trop longtemps réprimé, et l'on est en droit de se demander quelle part involontaire de sincérité Pascarella a mise dans les divers fils de cette trame : Colomb a découvert l'Amérique parce qu'il était Italien.

"Si à la place ç'avait été un étranger,/ Qu'est-ce qu'il y découvrait ? Des nèfles !/ Celui-là au contraire t'invente l'incroyable..." (6-9).

48En outre c'est bien un génie italien puisque, selon l'usage invétéré de la nation, personne ne l'a aidé :

"(...) si en plus il avait eu des appuis,/ Mais ce gars-là il aurait fait l'impossible." (10-11).

49Enfin, saisi par l'idée des pouvoirs nouveaux de la science, et emporté par son patriotisme et son éloquence plébéienne par-delà les frontières d'un vraisemblable trivial, le narrateur conclut son évocation de la découverte par Colomb d'une terre nouvelle :

"S'il avait eu les engins de marine/ Qu'on trouve au jour d'aujourd'hui,/ Ah ! celui-là en découvrait une vingtaine." (12-14).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search