Version classiqueVersion mobile

Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique

Colomb et le Portugal

Frédéric Mauro

Texte intégral

  • 1 Édit. Referendo, Lisbonne.

1En 1978 une maison d'édition de Lisbonne publie l’ouvrage d'un certain Augusto Mascarenhas Barreto intitulé "O português Cristovão Colombo, agente secreto do rei Dom João II"1.

2En 1991, le Commissaire Général pour la Commémoration des Découvertes Portugaises, Vasco Graça Moura, juriste et poète à ses heures, publie une critique violente de ce livre sous le titre :

  • 2 Édit. Quitzal, Lisbonne.

3Cristováo Colombo e a floresta das asneiras, mot à mot "Christophe Colomb et la forêt des âneries"2 où il démontre assez facilement que l'ouvrage de Barreto est le pire livre jamais écrit sur Colomb, que l'ignorance et la médiocrité de l'auteur y apparaissent à chaque page. Souvent, note-t-il, il n'a même pas lu les auteurs qu'il cite, ne les cite pas correctement, en arrive à donner, comme le héros de Borges, des indications bibliographiques sur des livres qui n'existent pas et invente des faits ou propose des énormités.

4N'insistons pas plus longtemps. Inutile de prendre en considération cet ouvrage de Barreto. Carlyle démontrait avec humour que Napoléon 1er n'avait jamais existé et qu'il n'était qu'un mythe solaire. Barreto, lui, semble avoir manqué d'humour. Cela dit, Colomb a vécu au Portugal et ce pays a joué, dans sa vie, un grand rôle. Le problème que nous devons résoudre se décompose en trois points, soit deux remarques et une question : Colomb est allé jeune au Portugal. Il y avait un frère et il s'y est marié.

5Les Portugais étaient, dans le domaine des découvertes, très en avance sur les Espagnols. Pour son premier voyage, Colomb aurait dû partir de Lisbonne.

6Il n'en a pas été ainsi. Colomb est parti d'Andalousie. Pourquoi ?

Colomb est allé jeune au Portugal. Il y avait un frère. Il s'y est marié

7Tous les historiens sérieux actuels sont d'accord : Colomb n'était ni Portugais, ni Corse, ni Catalan, ni Juif. Il est né en 1451 dans le faubourg génois de San Stefano, d'un père tisserand, Domenico Colomb, issu d'une famille habitant un petit village de l'intérieur et qui a réussi à atteindre une certaine indépendance économique. La famille ira même à Savone en 1473.

8Colomb suit le métier de son père. La famille fait du commerce de tissus. Christophe voyage et acquiert ainsi une expérience maritime et commerciale. En 1476 ou 1477, il arrive à Lisbonne. Il existe une tradition légendaire racontant comment il aurait mis le pied pour la première fois sur les terres lusitaniennes.

  • 3 Jacques Heers, Christophe Colomb, Hachette 1981, p. 74.

9"...Au cours d'une nuit dramatique, fuyant le glaive des ennemis et les flammes qui ravagent son navire, luttant désespérément pour atteindre quelque écueil secourable puis la plage providentielle, héros d'un grand combat, abandonné par un sort contraire sur une terre inconnue..."3.

10En fait, il a débarqué, semble-t-il, tranquillement dans le port de Lisbonne. Il semble établi que son frère Bartolomé habitait déjà la capitale portugaise avec sa famille. Il a donc accueilli le jeune homme, lui a fait connaître ses amis et toute la colonie génoise qui se trouvait alors dans la ville. Bartolomé était cartographe, ce qui devait jouer un certain rôle dans la vocation de Christophe.

11À cette époque - le dernier quart du siècle - Lisbonne avait fini par attirer de nombreux marins et commerçants étrangers à cause même de son activité maritime et commerciale. Italiens et, en particulier, Génois étaient installés en Méditerranée un peu partout. Mais comme "colonie" italienne et génoise, Lisbonne présentait une certaine originalité. Elle se trouve sur l'Atlantique, à proximité du détroit de Gibraltar. Si beaucoup 11 d'Italiens y résident, on trouve, parmi eux, peu de Génois. Ceux-ci passent au large de l'embouchure du Tage, cinglant directement vers l'Angleterre ou les Flandres, alors que les galées de Venise ou de Florence font relâche dans le port et ensuite à Porto et en Galice. Pour les navires génois, Lisbonne ne procure ni courtage, ni assurance maritime, ni ravitaillement, ni entrepôt, ni redistribution.

  • 4 Jacques Heers, op. cit., p. 81.

12Par suite, cette colonie génoise de Lisbonne est faite de gens modestes qui viennent travailler de leurs mains. C'est une colonie de peuplement comprenant beaucoup de simples hommes de mer comme on en trouve partout, venus de Gênes, en Méditerranée. De grandes familles ont-elles émigré de la Riviera italienne à la "mer de paille" ? Quand on parle des Lomellini, en fait il s'agit de membres d'un véritable clan, parents mais aussi familiers, employés ou domestiques du chef de famille qui, lui, ne se déplace guère4.

13Restent les questions posées par le mariage de Colomb avec une Portugaise. Il y a là une conséquence naturelle et habituelle de son insertion dans la société portugaise et conforme aux coutumes génoises. Ce mariage aurait eu lieu assez vite, après un voyage à Madère et un retour provisoire à Gênes, sans doute pour une opération commerciale. Revenu à Lisbonne, il épouse une fille de l'aristocratie portugaise. Selon la légende, il aurait rencontré Dona Felippa Perestrello e Moniz dans l'église d'un monastère où l'un et l'autre allaient très souvent prier. C'était le couvent "dos Santos" ; il se trouvait sur les bords du Tage et appartenait à l’Ordre de Santiago, Ordre tourné vers la Reconquête et la Croisade et qui accueillait les femmes des nobles partis en expédition, les veuves, les filles des familles de la Cour.

14Quoi qu’il en soit le mariage eut lieu. Était-ce une mésalliance pour cette jeune fille de la bonne société ? On a appuyé sur cette idée l'hypothèse selon laquelle Colomb était, en fait, un noble portugais. Mais le reste de notre information rend cette hypothèse peu vérifiable. On a pensé aussi que Colomb devait apparaître comme un aventurier mais très séduisant physiquement et moralement. On a même émis la thèse de l'enlèvement.

15En réalité, la famille Perestrello descendait des Pallastrelli, une vieille famille de Plaisance. Mais elle semble avoir subi des revers de fortune. Isabel, la mère de Felippa se trouve veuve dès 1457. Elle doit céder l'île de Porto Santo (dans l'archipel de Madère) dont son mari était capitaine. En 1473 Bartolomeo II Perestrello, frère de Felippa, récupère Porto Santo et le jeune ménage ira y habiter. Puis il s'installe à Madère où naîtra le fils de Colomb et de son épouse, Diego. En 1481-82, la petite famille revient à Lisbonne.

La priorité portugaise

16La chance de Colomb est que les Portugais ont été les premiers à s'occuper de découvertes maritimes et d'exploration atlantique, avant les Espagnols ou les autres Européens. C'est toute l'histoire du XVème siècle.

17La Reconquista portugaise a été terminée dès 1279. Mais les Musulmans restaient menaçants.

18Deux possibilités s’offraient à la monarchie lusitanienne. Ou bien elle prenait pied au Maroc dont elle commençait la conquête, quitte, si elle ne réussissait pas entièrement, à garder quelques antennes, quelques places fortes en territoire chérifien. C'est cette solution que l'on a choisie d'abord. En 1415 Jean 1er s'est emparé de la place de Ceuta. Mais il lui a été difficile de la conserver et, a fortiori, d'aller plus loin. En 1437 l'armée portugaise subit même un échec assez grave devant Tanger, l'infant D. Fernando est fait prisonnier par les Maures et gardé en otage. Cependant, par l'intermédiaire de la population arabe ou juive, le souverain de Lisbonne peut accumuler mille informations sur le Maroc et ses ressources militaires et économiques.

19L'autre possibilité est de laisser un rideau de fumée devant les Marocains et de contourner le continent africain pour prendre l'Islam à revers en faisant la jonction avec le royaume chrétien éthiopien du Prêtre Jean et la colonie chrétienne crée par Saint Thomas l'Apôtre sur la côte de l'Inde. C'est cette nouvelle politique qui a été confiée, par le roi D. Duarte, à son fils Henrique, celui que nous appelons Henri le Navigateur (1415-1460), à partir de 1437. Il lui avait aussi confié l'administration des biens de l'Ordre du Christ, ce qui lui donnait, par les revenus y afférents, les moyens d'une action efficace et rapide.

20Henri s'installe à Lagos, petit port de l'Algarve, non loin du cap de Sagres, la pointe de l'Europe la plus sud occidentale. Il s'entoure de géographes, de cartographes, de marins, d'astronomes, de mathématiciens. Et les découvertes s'ajoutent rapidement aux découvertes, du moins au rythme de l'époque. Les Canaries étaient déjà connues. Madère, elle, est découverte en 1419, les Açores entre 1427 et 1450, les îles du Cap Vert en 1457. Les côtes de l'Afrique aussi sont explorées et, en 1434, Gil Eanes découvre et double le Cap Bojador. La circumnavigation de l'Afrique commence alors et n'est interrompue que par la mort de l'Infant en 1460.

21En 1457, Alphonse V, aussitôt monté sur le trône, réoriente à nouveau l'expansion portugaise vers le Maroc, sans doute impressionné par la prise de Constantinople par les Turcs en 1453. Le Pape veut organiser une nouvelle croisade mais seul Alphonse V, de tous les rois européens, répond à l'appel pontifical. L'armée portugaise prend Alcacer-Ceguer mais échoue à nouveau dans ses tentatives contre Tanger, malgré des efforts répétés qui durent jusqu'en 1471.

22En 1481, Jean II, le nouveau roi, revient à la politique de l'Infant. C'est alors qu'est bâtie la forteresse de Mina sur la Côte de l’Or. En 1487, Bartolomeo Dias atteint le Cap des Tempêtes, baptisé, par lui, le Cap de Bonne Espérance.

23L'apport de l'infant Henri, et plus encore peut-être de Jean II, a été considérable pour le progrès de l'expansion portugaise. Ils ont pratiqué ce que nous avons appelé, en empruntant une image à la science hydrographique, le "phénomène de capture". Au Maroc, les Portugais détournent vers Lisbonne le commerce de l'Afrique du Nord, naturellement tourné vers l'Espagne et surtout l'Italie. A Mina, ils détournent l'or, qui empruntait les caravanes sahariennes vers l'Afrique du Nord et la Méditerranée, dans la direction de Lisbonne par l'Atlantique. C'est une méthode qui va devenir habituelle dans l'expansion portugaise. Et c'est déjà du mercantilisme.

24C'est aussi dans cette période que triomphe la "spécificité" de la Renaissance portugaise : non pas tellement humaniste et tournée vers le passé gréco-romain que scientifique et tournée vers l'avenir. Ce sont les Portugais qui introduisirent en Europe les chiffres arabes y compris le zéro qui représente un progrès mathématique important. C'est le voyageur Duarte Pacheco Pereira qui, dans son "Esmeraldo de situ Orbis” déclare que "l'expérience est la mère de toutes choses". On ne s'étonnera donc pas des progrès réalisés au Portugal, à cette époque, par les sciences et en particulier par les sciences nautiques et cosmographiques. Les mathématiciens qui entouraient Jean II, et en particulier le marrane Abraham Zacuto, ont mis au point des "tables de correction" qui permettaient le calcul de la latitude en mer, par l’astrolabe, quel que soit le jour de l'année. La longitude ne devait être vraiment calculable qu'au XVIIIème siècle, avec l'invention du chronomètre de précision.

25Enfin l'espace maritime formé par les côtes du Portugal, du Maroc, de la Mauritanie et du Sénégal d'une part, et le chapelet des archipels - Açores, Madère, Canaries, îles du Cap Vert - d'autre part, était une véritable méditerranée que nous avons appelée la méditerranée de l'Atlantique sud oriental. Cette méditerranée, très ouverte, a été le champ d'expérience, le "laboratoire" de la navigation atlantique. On a pu y étudier le régime des vents alizés, les courants marins, les étoiles et les constellations communes aux deux hémisphères, boréal et austral et la navigation dans les eaux de l'Atlantique, différentes de celles de la méditerranée eurafricaine.

26C'est dans ce milieu maritime qu’a baigné Christophe Colomb. Il y a voyagé et habité. Il a même navigué, semble-t-il, jusqu’à Mina au sud, jusqu'à l'Islande au nord, avant le voyage de 1492. Il aurait donc été normal qu'il profitât de cette avance portugaise pour partir de Lisbonne vers l'Ouest et chercher la route de l'Asie par l'Ouest, avec l'appui moral et financier du roi de Portugal. Or cela ne s'est pas produit. Pourquoi ?

Pourquoi Colomb n'est-il pas parti du Portugal ?

27Cette grande question en recouvre trois autres :

Pourquoi le Roi de Portugal a-t-il refusé les propositions de Colomb ?

28Il s’agissait pour Colomb, non pas de découvrir des îles légendaires mais de trouver la "route des Indes" par l'ouest, avec l'espoir de rencontrer en chemin une île intermédiaire dont faisaient état certains documents. Le roi a-t-il refusé parce que Colomb était mal introduit à la Cour ? Sans doute il n'est ni officier du roi ni titulaire de seigneurie. Mais il se présente comme marin et même comme homme de science et de réflexion et cela doit suffire à D. Manuel. En réalité Jean II est engagé de tous côtés. Comme l’écrit Jacques Heers :

  • 5 Jacques Heers, op. cit., p. 165.

"...À l'intérieur du pays contre les rebelles, les complots (celui du duc de Bragance exécuté en 1483) et les règlements de comptes sanglants entre familles rivales. À l'est et sur la mer atlantique contre l'Espagne toujours rivale... En Afrique contre les Musulmans de Tlemcen et du Maroc où les Portugais tentent, malgré plusieurs défaites, de s'implanter. Plus au sud enfin, pour la recherche de la voie africaine vers les Indes..."5.

29C'est surtout la route des Indes par le Cap de Bonne Espérance qui capte toute l'attention du roi. C'est une route déjà en partie connue. Elle paraît plus rentable à un souverain qu'on appelle le roi marchand, et dont le palais est construit sur les entrepôts du port de Lisbonne. De plus, cette route est la plus sûre parce qu'elle a été garantie aux Portugais par les Espagnols. Le traité d'Alcaçovas (1479), confirmé par celui de Tolède (1480), reconnaît à la couronne portugaise l'exclusivité de l'espace découvert ou à découvrir au sud des Canaries. Accord qui a été confirmé par une série de bulles pontificales. Et après le succès de Bartolomeo Dias, le roi écrit aux rois catholiques. Ceux-ci répondent en confirmant les clauses précédentes.

Pourquoi Colomb s'est-il adressé aux rois d'Espagne ?

30On connaît mal les circonstances concrètes et la chronologie exacte de cet appel et des négociations qui ont suivi. Colomb aurait perdu sa femme Felippa. S'est-il retrouvé, avec son fils Diego, dans une situation aussi misérable qu'on a bien voulu le dire ? Il semble qu'il se soit dirigé vers Palos, Moguer et le couvent de la Rabida parce qu'une branche de la famille de sa femme était installée dans la région à Huelva. Il est naturel aussi qu'il ait pensé à l'Espagne du sud parce que c'était la région la plus proche du Portugal, la mieux placée géographiquement pour ce qu'il voulait faire. Il pressentait sans doute aussi la fin du royaume de Grenade, de la Reconquista et donc une certaine disponibilité de l'Espagne, cette Espagne rivale du Portugal et il pensait peut-être jouer de cette rivalité.

Pourquoi les Rois Catholiques ont-ils accepté ?

31D’abord, ils ont accepté parce que la Reconquista était terminée et quand elle a été terminée les projets de Colomb avaient l'avantage de rester conformes à leurs engagements envers le Portugal. Ils pouvaient, comme Colomb lui-même, trouver un appui chez les commerçants et les capitalistes des ports andalous, à une époque où la Méditerranée n'offrait plus les mêmes perspectives économiques que dans la période précédente. Dans le couple royal, la Castille et Isabelle dominaient manifestement Ferdinand et l'Aragon ; et l'Andalousie c'était la Castille, tournée vers l'Atlantique.

32On pourrait - nous l'avons dit - imaginer ce que serait devenue l'Amérique si Colomb était parti de Lisbonne au lieu de lever l'ancre sur un petit estuaire andalou. Mais l'histoire en a décidé autrement. Lisbonne n'est pas devenue la capitale du monde. Elle a failli le devenir plus tard en 1580, lorsque Philippe II a réuni sur sa tête les deux couronnes d'Espagne et de Portugal. Mais Philippe, finalement, est resté à Madrid et à l'Escorial. Les deux peuples, les deux empires, étaient trop différents. Mais n'en était-il pas ainsi dès 1492 ? D'un côté un roi marchand, de l'autre un couple royal qui annonçait déjà la "monarchie universelle" de Charles Quint. D'un côté une logique économique, de l'autre une logique politique et religieuse cherchant à faire l'unité du monde. Ainsi avons-nous la preuve que dès 1492 le Portugal et l'Espagne étaient déjà deux nations définitivement distinctes avec deux destins séparés, même en Amérique.

Notes

1 Édit. Referendo, Lisbonne.

2 Édit. Quitzal, Lisbonne.

3 Jacques Heers, Christophe Colomb, Hachette 1981, p. 74.

4 Jacques Heers, op. cit., p. 81.

5 Jacques Heers, op. cit., p. 165.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search