Version classiqueVersion mobile

Chroniques du diable

 | 
Mirbeau Octave

19. Lettre au pape Léon XIII1

Texte intégral

  • 1 Vincenzo Gioacchino Pecci (1810-1903), fut élu pape le 20 février 1878 et prit le nom de Léon ΧΙΠ. (...)

1Très Saint-Père,

  • 2 Mirbeau joue sur le mot "diable". Signalons qu'il publiera, en août 1895, dans Le journal, les Sou (...)

2On m'a affirmé que vous n'étiez pas fier. En ce cas, j'ose espérer que vous ne jetterez pas ma lettre au panier et que vous daignerez instruire un pauvre diable2.

  • 3 Fille d'Arsenio Martinez de Campos (1831-1900), maréchal espagnol, plusieurs fois ministre de la G (...)

3Voici ce qui me taquine. Il y a quelque temps, vous avez démarié Mlle de Martinez-Campos3. De méchantes langues prétendaient que cette opération lui avait coûté un bon million en espèces sonnantes. Le fait a été démenti. Je le regrette, car je trouve qu'un pape ne doit pas se déranger pour rien, et moi, pour un million, je n'aurais peut-être pas consenti à faire le travail de vérification demandé.

  • 4 Mme Mailly-Nesle, descendante de la duchesse de Châteauroux, maîtresse de Louis XV.

4Mais maintenant voici que vous ordonnez à Mmes de Mailly-Nesle4 et Zamoïska de rester rivées à leur chaîne. Je n'y comprends plus rien. Pourquoi celle-là et non pas celles-ci ? Est-ce que le million a fait défaut ? Le bureau des dissolutions est-il dissous à son tour et avez-vous résolu de ne plus vous mêler de ces choses-là ? Enfin, les maris de ces dames ont-ils ce que n'avait pas le jeune comte San Antonio ? Cela d'ailleurs ne prouverait rien. Des époux peuvent être au grand complet et se trouver fort malheureux en ménage. Voyez un peu à quelles suppositions vous nous réduisez, très Saint-Père.

5Au reste, les suppositions ne signifient rien. On se creuserait la tête jusqu'à demain avant d'avoir pu trouver une raison qui ne soit pas saugrenue. Il faudrait d’abord se demander pourquoi les deux nobles dames ont eu la malencontreuse idée de s'adresser à vous.

  • 5 Mirbeau évoquera cette situation dans une pièce en un acte, et au vitriol, Vieux ménages, qui sera (...)

6Les voilà dans une piteuse situation. Ce n'est pas évidemment votre sentence qui les fera chérir davantage leurs époux. Au contraire. Mais, puisqu'elles ont eu recours à votre justice, c'est qu'elles sont bonnes catholiques. Comme telles, le divorce leur doit inspirer une insurmontable répugnance. Alors c'est le célibat à perpétuité ou la pire des tortures : le boulet traîné jusqu'à la mort par deux être qui se détestent5. — Ou bien, enfin... Non, n'ayez pas peur, je n'écrirai pas le mot, mais, à la place de ces dames, j'aurais de terribles démangeaisons de tâter de la chose. Vous m'avez compris, Saint-Père ? Que voulez-vous, il n’y a pas à sortir de là.

***

7A votre place, je sais bien ce que je ferais. Je dirais : « Adressez-vous à M. le président du tribunal civil de Paris. C'est un homme très juste. Il y met du temps, c'est vrai, mais enfin il s'y connaît au moins aussi bien que moi ». Mais on crierait non sans raison si le pape suivait les conseils du Diable.

  • 6 Jean X, pape de 914 à 928, dut son accession au trône à Théodora, sa maîtresse, épousé dissolue du (...)

8Et cependant, en cherchant bien dans la liste de vos prédécesseurs, on en trouve encore pas mal qui ne semblent pas avoir été précisément inspirés par le bon Dieu. Ceux-là se mariaient eux-mêmes et se démariaient avec la plus grande facilité du monde. L'histoire nous apprend que certains Jean, dixième, douzième et treizième du nom, en faisaient de belles avec les petites Théodora, Marozia et autres ; plus tard, un nommé Borgia fit quelque peu parler de lui6...

  • 7 "Je réunis" et "je sépare".

9Tout ceci n'est pas pour vous faire de la peine, très Saint-Père. Nous savons que les papes se sont rangés depuis longtemps et qu'ils ont, grâce aux cabrioles de l'équilibre européen, bien d'autres chats à fouetter. Mais enfin ne trouvez-vous pas avec moi, la main sur la conscience, que les origines de la papauté devraient la rendre plus réservée sur le chapitre du conjungo et disjungo ?7.

10Je lis quelquefois la Bible. C’est une vieille habitude que j'ai contractée autrefois en Angleterre, quand je m'ennuyais, le dimanche. Eh bien, je n'ai jamais rien trouvé qui établît le droit du pape de renvoyer les mal mariés dos à dos. En revanche, j'ai voulu voir comment on s'y prenait du temps de Moïse.

  • 8 Deutéronome 24. Pour sa part, l'Église catholique s'appuie sur un passage de l'Evangile selon Matt (...)

11"Si un homme, après avoir épousé une femme et vécu avec elle, en conçoit ensuite du dégoût, il fera un écrit de divorce, et l'ayant mis entre les mains de cette femme, il la renverra hors de sa maison"8.

12Un point, c'est tout. C'est peu compliqué, comme on voit. Je trouve même que c'était un peu trop simple. Il y a pourtant des gens qui trouveraient ce procédé encore de leur goût. Mais ceux-là, nous n'en parlons pas ; qu'ils se fassent mormons ou mahométans si cela leur plaît.

13Le divorce est maintenant entouré de plus de formalités. La loi en a même rendu la pratique si énervante qu'à moins d'avoir beaucoup d'argent, de patience et de résolutions, de très courageux peuvent reculer. Nous avons un petit divorce bénin, bénin, un divorce pour la forme, un divorce de pacotille. Le consentement mutuel ? Connaissons pas ! Flanquez-vous des gifles, à la bonne heure ! Nous pourrons faire quelque chose pour vous. C'est [chose] absurde que votre droit de dissolution, que le diable emporte ! Pardonnez-moi, Saint-Père, je crois que je deviens impoli.

***

14Ah ! si j’étais pape !... Eh bien, oui, c'est encore un conseil que je vais vous donner. En attendant qu'on réforme le divorce en France, ce qui ne saurait tarder, je donnerais l'exemple, et voici ce que je ferais. Je chercherais dans les actes des conciles ceux qui contestent l'indissolubilité du mariage, et le droit du pape en la matière. Il y en a toute une collection. Fort de ces documents, vous renieriez carrément les bêtises de vos prédécesseurs. Ce serait peut-être un revenu de moins, mais vous auriez donné un fier exemple de raison.

  • 9 Principe stoïcien, que Léon XIII mettra d'ailleurs en application en incitant les catholiques fran (...)
  • 10 Robert le Pieux, fils d'Hugues Capet, roi de France de 996 à 1031, épousa en 995, la veuve d'Eudes (...)

15Et puis ne vaut-il pas mieux se donner le beau rôle, et consentir vaillamment à ce qu'on ne peut empêcher9 ? Le temps n'est plus où ce pauvre Robert le Pieux était traité en pestiféré pour avoir épousé sa cousine sans l'autorisation de Grégoire IV10.

  • 11 L'Excommunication de Robert le Pieux de Jean-Paul Laurens, se trouve au Musée d’Orsay. Il a été ex (...)

16Pauvre roi Robert ! Vous connaissez sans doute le superbe tableau de J.-P. Laurens, où cette histoire est contée avec une si terrible concision11.

17Il est là, seul et sombre, assis sur son trône que n'entourent plus les courtisans. Dans la grande salle règnent le silence et le froid du tombeau. Une torche, écrasée du pied hautain d'un prélat, fume encore, jetée insolemment sur le sol, devant le trône. Au fond, les hommes rouges et violets qui ont lu la sentence, s'éloignent à jamais... Le roi est seul ! Il est seul, vous dis-je, il ne voit rien, ne sent pas la créature épouvantée qui se serre contre lui, cette Berthe pour laquelle il a bravé le souverain pontife. Ses sujets auront peur et horreur de lui. Son palais sera perpétuellement vide : il traînera de chambre en chambre son isolement et cette ombre blanche qui lui semble un fantôme. Deux serviteurs seulement lui seront laissés. Quand il aura bu et mangé, ils feront passer les plats et les verres par le feu pour les purifier !...

***

  • 12 Grégoire V, pape de 996 à 999, fit mettre à mort le pape concurrent, Philagate, et ses partisans, (...)

18Voyons, Très Saint-Père, c'est un peu exagéré. Ce pape qui ne permettait pas qu'on épousât sa cousine, faisait, lui, arracher le nez, la langue et les yeux à un de ses compétiteurs12. De nos jours, on dirait que ce Grégoire est un vilain homme, et il n'est personne de nous qui ne se fît un devoir d'aller serrer la main au bon Robert, de présenter ses respectueux hommages à Berthe, et de lui faire la cour au besoin...

19Que voulez-vous, nous ne croyons plus et je gage que l'on ne trouverait pas dans tout Paris un seul domestique qui consentît à laver la vaisselle par les procédés des serviteurs de Robert.

20"Le mariage est une affaire mondaine, disait Luther, elle doit être traitée comme une affaire mondaine". Vous me direz que ce Luther vous est suspect. Mais enfin il y a du vrai dans cette parole. La preuve, c'est que vos prédécesseurs n'ont pas précisément adopté une règle constante dans les affaires de ce genre.

  • 13 Agnès de Méranie, fille du duc Berthold de Meran, épousa Philippe-Auguste en juin 1196 et lui donn (...)

21Un d'eux excommunie Robert pour s'être marié ; un autre excommunie Philippe-Auguste, pour s'être démarié tout seul, et la pauvre Agnès de Méranie en meurt de consomption13.

  • 14 Marguerite de Valois, dite "le Reine Margot” (1553-1615), fille de Henri II, épousa Henri de Béarn (...)

22En revanche, avec Henri IV cela ne fait pas un pli, Marguerite de Valois14 cédera la place à Marie de Médicis ; c'est tout simple : elle n'était pas mariée ; du moins c'est le pape qui l'affirme. Cependant la pauvre Marguerite croyait bien être sûre du contraire. Voyons ! voyons ! je m'embrouille dans toute cette histoire. Pourquoi ô mon père, ce qui est défendu à Philippe est-il permis à Henri ?

23Je ne me charge pas de le démêler ; ni vous non plus. Ou plutôt nous n’en savons que trop la raison. Et puis, attendez un peu, voici Napoléon Ier, qui va résoudre le problème d'un coup de botte.

24Il lui faut la fille de l'empereur d'Autriche dans son lit, et elle y entrera pendant que Joséphine s'éloignera les larmes aux yeux, et le cœur déchiré. Et le pape ? Il obéira comme les autres ou l'on se passera de lui. Et le pape se tait, abdiquant à jamais, pour lui et ses successeurs, le droit de défaire les unions que les faiblesses, les intérêts ou les vices des hommes ont rendues odieuses.

25Maintenant, Très Saint-Père, en attendant que vous consentiez à me dire quel caprice sacré vous a fait refuser aux deux comtesses ce que vous aviez accordé à Mme de San-Antonio, que vont-elles faire, comment vont-elles sortir de l'embarras où vous les plongez ? Si elle s'inclinent devant votre autorité, ce n'est pas cela qui en fera revivre le prestige autrefois terrible. Aussi, je vous conseille encore une fois de renoncer à un droit chimérique, de même que je conseille non moins humblement à nos législateurs de nous donner bientôt un divorce plus libéral.

26L'Événement, 18 octobre 1885

Notes

1 Vincenzo Gioacchino Pecci (1810-1903), fut élu pape le 20 février 1878 et prit le nom de Léon ΧΙΠ. D'esprit relativement libéral, il préconisa le ralliement des catholiques à la République, et une politique sociale qui, tout en reconnaissant le droit de la propriété, devait tenir compte des intérêts matériels et spirituels des ouvriers.

2 Mirbeau joue sur le mot "diable". Signalons qu'il publiera, en août 1895, dans Le journal, les Souvenirs d'un pauvre diable (Contes cruels, t. II, pp. 484-513).

3 Fille d'Arsenio Martinez de Campos (1831-1900), maréchal espagnol, plusieurs fois ministre de la Guerre.

4 Mme Mailly-Nesle, descendante de la duchesse de Châteauroux, maîtresse de Louis XV.

5 Mirbeau évoquera cette situation dans une pièce en un acte, et au vitriol, Vieux ménages, qui sera créée le 20 décembre 1894 au Théâtre d'Application.

6 Jean X, pape de 914 à 928, dut son accession au trône à Théodora, sa maîtresse, épousé dissolue du consul de Rome Gratien ; il fut étranglé par Guido, duc de Toscane et époux de la belle Marozia, qui avait par ailleurs un nombre impressionnant d'amants (le fils de Marozia régnera peu après sous le nom de Jean XI). Jean XII fut pape de 956 à 963, élu à l'âge de 18 ans ; il fit mutiler horriblement ses ennemis, partisans du pape Léon VIII, et mena une vie de débauche. Jean ΧΙΠ fut pape de 965 à 972 et se distingua par la cruauté de la répression contre la noblesse romaine qui avait voulu le chasser. Le pape Borgia auquel Mirbeau fait allusion est Alexandre VI, père de César Borgia, modèle du "Prince", de Machiavel, et de Lucrèce Borgia ; il régna de 1492 à 1503.

7 "Je réunis" et "je sépare".

8 Deutéronome 24. Pour sa part, l'Église catholique s'appuie sur un passage de l'Evangile selon Matthieu, où il est écrit : "Ce que Dieu a uni, homme ne doit point le séparer".

9 Principe stoïcien, que Léon XIII mettra d'ailleurs en application en incitant les catholiques français à reconnaître la République.

10 Robert le Pieux, fils d'Hugues Capet, roi de France de 996 à 1031, épousa en 995, la veuve d'Eudes Ier, Berthe, dont il avait tenu un des enfants sur les fonts baptismaux. Parenté spirituelle qui, selon le pape Grégoire V (et non IV) faisait de son mariage un inceste. Excommunié et son royaume mis en interdit, Robert se soumit et répudia Berthe.

11 L'Excommunication de Robert le Pieux de Jean-Paul Laurens, se trouve au Musée d’Orsay. Il a été exposé au Salon de 1875. Le qualificatif de "superbe", (inattendu sous la plume de Mirbeau), est choisi pour les besoins de la cause. Le 29 mai 1875, dans L'Ordre, il jugeait la toile "admirable", certes, mais il regrettait "la prééminence de l'idée sur l'art", ce qui "distrait quelque peu de la peinture" (article recueilli dans les Premières chroniques esthétiques, à paraître en 1995 aux Presses de l'Université d'Angers).

12 Grégoire V, pape de 996 à 999, fit mettre à mort le pape concurrent, Philagate, et ses partisans, en 997.

13 Agnès de Méranie, fille du duc Berthold de Meran, épousa Philippe-Auguste en juin 1196 et lui donna deux enfants. Mais l'Eglise obligea le roi a reprendre sa première femme, Ingeburge de Danemark, qu'il avait répudiée, et Agnès mourut peu près, de chagrin, en 1201.

14 Marguerite de Valois, dite "le Reine Margot” (1553-1615), fille de Henri II, épousa Henri de Béarn — le futur Henri IV — en 1572. Mais ses débauches lui valurent d'être enfermée par son mari au château d'Usson. Devenu roi, Henri IV fit casser son mariage par le pape Clément VIII, en 1599, et épousa l'année suivante Marie de Médicis (1573-1642).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search