Version classiqueVersion mobile

Chroniques du diable

 | 
Mirbeau Octave

17. L’Exécution

Texte intégral

  • 1 Louis Riel (1844-1885), leader du comité national des métis franco-indiens hostiles à l’occupation (...)
  • 2 En fait, elle sera reportée au 16 novembre.

Le pourvoi de Louis Riel1, le chef des métis franco-indiens, a été rejeté, le verdict du tribunal de Regina fixe au 18 septembre2, l'exécution du condamne. (Dépêches de l'étranger).

1Le dernier soir était arrivé : demain, pour lui, ne devait pas avoir de fin. Il le savait et, malgré cette terrible certitude, Riel méditait impassible, sans que son cœur battît plus fort que de coutume. Par l'étroite fenêtre de sa cellule, il entrevoyait un coin de ciel étoilé, et les pas raides et mesurés de la sentinelle anglaise s'éloignant et se rapprochant tour à tour, revenaient dans ses pensées comme le refrain d'une funèbre ballade.

  • 3 Louis Riel écrira en effet, la veille de son exécution : "Je suis heureux de partir et d'être déli (...)
  • 4 Dans son livre Louis Riel, héros ou rebelle (Mame, 1971), Georges Cerbelaud Salagnac écrit : Les s (...)

2Il est grand, songeait-il, il est beau de mourir pour la sainte cause de la liberté. Cette mort, je l'accepte avec joie, comme je l'ai appelée de tous mes vœux3. Elle sera féconde pour mes frères. La corde qui demain m'étreindra le cou sera le lasso qu'ils lanceront dans les jambes des Anglais pour les précipiter dans la mer. Vaincus deux fois, nous serons deux fois plus grands, nos fils deux fois plus forts. Si j'ai été impuissant à les délivrer du joug pesant et détesté, je leur ai du moins montré le chemin : ils le suivront, car chaque goutte de mon sang fera pousser l'émulation et la vengeance4.

3« Oui, marche ! marche ! sentinelle. Si tu savais quels flots s'enflent et grondent derrière toi, ta promenade si orgueilleusement cadencée se changerait en une course folle ! ».

  • 5 Des pétitions venues de partout, surtout de France et du Québec, demandaient en effet la grâce de (...)
  • 6 Depuis plusieurs années, Mirbeau a rédigé nombre d'articles hostiles à l’impérialisme anglais, not (...)
  • 7 Il s'est en effet rendu à la police montée canadienne, fin mai 1885. Le général Middleton, qui a e (...)

4Mes amis espèrent encore obtenir ma grâce5, et ils ont tenté de me faire partager leur espoir. Ironie ! Ils s'adressent à la justice et à la générosité de l'Angleterre. Sa justice ! quand pour elle le vaincu est condamné d'avance, quand le succès est la seule loi devant laquelle elle s'incline, quand son idéal unique est la force, depuis la force de l'or jusqu'à celle du fer6. Sa générosité ! mais ils oublient, dans leur élan, dans leur douleur, que je me suis livré moi-même ! N’en est-ce pas assez pour ne compter sur aucune générosité7 ? Celui qui ne conserve pas une arme est perdu sans ressource. Je me suis livré tout entier pour en finir ; le moment n'était pas encore venu : il fallait un otage à nos vainqueurs et un martyr à ceux qui doivent nous venger. Je suis le martyr et l'otage : je ne veux pas de la justice de l'Anglais, je ne veux pas de sa générosité, je ne veux pas de sa grâce. Plus ils s'attireront de malédictions, plus complet sera le châtiment !

5« Oui, marche ! marche ! sentinelle. Si tu soupçonnais quels nuages pleins d'éclairs se forment sur ta tête, ta promenade, si orgueilleusement cadencée, se changerait en une course folle ! ».

  • 8 Ce sera un leitmotiv de ses articles de combat pendant l'Affaire (recueillis dans L Affaires Dreyf (...)

6Une seule chose aurait pu les décider à faire grâce malgré leur haine : l’intérêt. S'ils comprenaient que cette exécution retentira dans toutes leurs colonies et fera saigner de pitié le cœur de la France, ils hésiteraient peut-être, de peur que cette terre du Canada, qui se souvient toujours d'avoir été française, ne se considère dégagée du fragile lien de fidélité qui l'attache à la Grande-Bretagne. Mais ils se croient sûrs en ce moment de l'impunité. La France est trop loin, pensent-ils, et nous sommes en force. Imprudents ! Il n'y a pas de force éternelle et le droit finit toujours par prendre sa revanche8.

7« Ah ! marche ! sentinelle ! Si tu pouvais penser quels mépris, quelles colères s'accumulent contre la patrie et quelles hontes rejailliront sur elle, ton pas serait moins assuré, et ta botte résonnerait moins lourdement devant ma porte ! »

***

  • 9 En fait, Riel passera la nuit du 15 au 16 novembre en prière, aux côtés de son confesseur, André, (...)

8Peu à peu, Louis Riel s'endormit9, comme les héros à la veille des batailles décisives. Alors il eut un rêve grandiose.

9Les siècles avaient marché. La race odieuse avait été chassée du Canada. Les descendants de ceux qu'il avait jadis conduits à l'assaut de l'envahisseur étaient redevenus libres.

10Peuple jeune et plein de vie, ils entretenaient à travers les mers les relations les plus douces avec la France, échangeant les idées, commerçant largement, respirant à cette source d'intelligence et de liberté. Son nom était cité avec orgueil, et l'on se souvenait que c'était à Louis Riel que l'on devait cette indépendance et cette prospérité.

11Mais quelle place tenait dans le monde ce coin de terre pour lequel il avait chèrement combattu ! Que le spectacle était beau, partout où l'esprit pouvait s’étendre ! La France avait reconquis son prestige ; son flanc ne portait plus cette double blessure dont elle avait si longuement souffert.

  • 10 Le 14 juin 1885, Mirbeau écrivait dans La France, à propos de l'Inde : Nous n'avons point, pour ju (...)

12Sa lumière éclairait et réchauffait les nations jeunes : ces races fortes et nouvelles d’Afrique, par exemple, si avide de civilisation. Elle avait renoncé aux folles aventures, aux conquêtes lointaines apprenant par son exemple à respecter les droits de ceux qu'on appelait jadis dédaigneusement des peuples inférieurs10.

13Les relations entre tous les pays étaient fondées uniquement sur la liberté et le travail. Ceux qui avaient méconnu cette loi se trouvaient maintenant relégués au dernier rang. L'Angleterre avait été chassée de toutes les colonies qu’elle avait occupées par la force. Reléguée dans son île, elle se consumait stérilement à envier et à regretter. Enfin, les hommes étaient indépendants et heureux, et lui, l'humble métis français, n'avait pas été étranger à toutes ces choses...

14Un bruit de crosses retentit brusquement sur les dalles de la cellule, et le prisonnier se réveilla en sursaut. Deux hommes en habit rouge, le fusil au pied, étaient là devant lui ; un troisième tenait une torche.

15— Ah, c'est vrai ! dit Riel, en passant la main sur son front ; c'est pour ce matin. Je vous suis, messieurs... J'avais été trop vite tout à l'heure, ajouta-t-il en se parlant à lui-même avec un sourire. Il faut commencer par mourir.

16Le jour ne paraissait pas encore. Cependant il y avait déjà des lueurs rouges au ciel. A mesure que l'escorte avançait, les tons devenaient plus éclatants. C'était du sang tout à l'heure ; maintenant c'était du feu : le soleil allait se lever sur la grande injustice.

17Un froid aigre faisait frissonner par moments les soldats anglais encore mal réveillés. Riel seul ne tremblait pas. Il marchait entre les deux haies d'habits rouges, non pas la tête hautaine et le regard provocateur, mais grave, recueilli, comme allant remplir une mission sacrée.

18La route était longue et il faisait maintenant grand jour. On avait suivi les rues les plus larges et les plus habitées de la ville.

19Mais pas une âme ne se rencontrait sur le chemin. Toutes les fenêtres étaient fermées ; on devinait dans ce silence morne et dans cette solitude absolue une écrasante protestation. Riel avait demandé qu'on lui laissât les mains libres et cette grâce lui avait été accordée.

***

20Le cortège arrivait au carrefour désigné pour le lieu du supplice. On distinguait à cent pas une haute plate-forme et une sorte de mât la dominait.

  • 11 Tout cela, naturellement, est pure imagination. Il n'y aura aucune tentative de ses partisans pour (...)

21Louis Riel avait déjà gravi deux degrés, quand les vociférations retentirent. Inquiets, les soldats se retournaient, oubliant de surveiller leur prisonnier. De tous les côtés accouraient des métis, amis désespérés de la victime, qui voulaient tenter un dernier effort pour sauver et enlever leur chef11. La résolution et la fureur se peignaient dans leurs yeux. Ils étaient en plus grand nombre que la troupe ; les Anglais hésitaient, se sentant perdus. Riel, toujours maître de lui, avait achevé de gravir les marches de l'échafaud, et de toute sa hauteur il dominait la scène.

22Le chef du détachement eut un geste de colère et, d'un commandement bref, retint ses soldats prêts à épauler.

  • 12 "Pendez-le d'abord".

23 Hang him first !12, s'écria-t-il en montrant Riel au bourreau.

24— Laissez-moi leur parler d'abord, dit Riel avec un sourire triste, ou pas un de vous n'échappera.

25Levant la main gravement, il fit signe à ses amis de mettre bas les armes. Ils obéirent.

26— A quoi vous servira cette chevaleresque folie, dit-il, mes pauvres amis ? A compromettre à jamais notre cause, à faire impitoyablement écraser nos femmes et nos enfants. Le moment n'est pas venu. Souvenez-vous de ce que je vous ai dit : lisez souvent aux petits les instructions et les leçons que j'ai laissées. Qu'elles soient votre code et votre bible. Je meurs volontairement. Je vous prie, monsieur le commandant, de laisser ces braves gens s'en aller en paix... D'ailleurs, ils vous écraseraient, dans les dispositions où ils sont. Adieu, mes amis ! Je ne vous quitterai jamais !...

27Les métis s'en allèrent en bon ordre, après avoir échangé avec leur chef un regard d'adieu déchirant.

28Quelques minutes après, le corps de Louis Riel se balançait dans l'espace ; les soldats s'en retournaient à la caserne la tête moins haute. Le rêve du glorieux révolté allait-il commencer à se réaliser ?

29L'Événement, 20 septembre 1885

Notes

1 Louis Riel (1844-1885), leader du comité national des métis franco-indiens hostiles à l’occupation du Manitoba par des colons anglais, lorsque cette province est sur le point d'être proclamée colonie de la Couronne, en 1869. Après des années d’exil aux États-Unis, rappelé par les métis et les Indiens du Canada occidental, il a pris la tête de la révolte et constitué un gouvernement du Manitoba en mars 1885. Fait prisonnier, après la chute de sa "capitale" de Batoche, où il voulait instaurer la cité de Dieu, il a été condamné à mort pour haute trahison, par un tribunal où ne siégeait pas un seul canadien français ou métis, le 31 juillet 1885. On n'a tenu aucun compte de sa santé psychique, qui avait donné de graves signes de déséquilibre. Malgré des protestations venues du monde entier, il a été pendu le 16 novembre 1885, à Regina (Saskatchewan)... deux mois après le récit de son exécution !

2 En fait, elle sera reportée au 16 novembre.

3 Louis Riel écrira en effet, la veille de son exécution : "Je suis heureux de partir et d'être délivré de mes souffrances (...). Je remercie Dieu de m'avoir donné la force de bien mourir. Je suis au seuil de l'éternité".

4 Dans son livre Louis Riel, héros ou rebelle (Mame, 1971), Georges Cerbelaud Salagnac écrit : Les sacrifices ne sont jamais vains. Les victimes deviennent parfois des vainqueurs, même un siècle plus tard. Ils sont alors des héros. Et c’est le cas de Louis Riel". En fait, la victoire posthume de Riel se manifeste dès 1886 : le Parti National, créé grâce à son martyre, remporte les élections provinciales ; et l'année suivante, lors des élections fédérales, les conservateurs s'inclinent devant les libéraux, ce qui change complètement la situation politique du Canada.

5 Des pétitions venues de partout, surtout de France et du Québec, demandaient en effet la grâce de Riel. Mais elle a été refusée par le gouvernement conservateur de John Macdonald, pour ne pas mécontenter les colons anglais.

6 Depuis plusieurs années, Mirbeau a rédigé nombre d'articles hostiles à l’impérialisme anglais, notamment les Lettres de l'Inde (loc. cit.). Le 27 août 1884, par exemple, il écrivait dans Le Gaulois que l'Angleterre "a poursuivi contre nous son œuvre de haine ténébreuse et de rapacité féroce", et "nous a dépouillés sans pitié de tous nos biens qu'elle a trouvés sur sa route, depuis les côtes du Canada jusqu'à celles des Indes".

7 Il s'est en effet rendu à la police montée canadienne, fin mai 1885. Le général Middleton, qui a eu alors l'occasion de discuter avec lui, l'a jugé

8 Ce sera un leitmotiv de ses articles de combat pendant l'Affaire (recueillis dans L Affaires Dreyfys, Séguier, 1991). Même antienne dans ses Combats esthétiques.

9 En fait, Riel passera la nuit du 15 au 16 novembre en prière, aux côtés de son confesseur, André, qui lui donnera l’extrême onction à 7 heures du matin (cf. Hartwell Bowsfield, Louis Riel, le patriote rebelle, éd. du Jour, Montréal, 1973). Cette fin religieuse édifiante ne fait évidemment pas l'affaire de Mirbeau, qui préfère imaginer un Riel révolté politique conscient des enjeux planétaires et martyr de la liberté, plutôt que de se contenter d'un illuminé catholique.

10 Le 14 juin 1885, Mirbeau écrivait dans La France, à propos de l'Inde : Nous n'avons point, pour juger des choses qui nous paraissent barbares, l'esprit qu'il faut et le point de vue nécessaire. Tout cela est affaire de milieu, et il n'est pas de vérité unique". Sur ce relativisme culturel, voir la préface des Lettres de l'Inde, loc. cit.

11 Tout cela, naturellement, est pure imagination. Il n'y aura aucune tentative de ses partisans pour le libérer in extremis ; et les seuls grommellements entendus viendront de spectateurs mal placés pour voir le spectacle...

12 "Pendez-le d'abord".

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search