Desktop versionMobile Version

Chroniques du diable

 | 
Mirbeau Octave

10. Le Revolver & les femmes Madame Francey

A un monsieur,

Volltext

  • 1 Pour Mirbeau, il existe une guerre permanente entre les sexes, que sépare un abîme de "malentendus (...)

1Cela vous ennuierait peut-être de l'avouer tout haut. Mais, hast ! Puisque nous sommes tous les deux, convenez-en, mon vieux, les femmes commencent à hausser de plusieurs degrés dans votre estime. Avant, vous vous vantiez de connaître les petits trucs séduisants et l'arme du désespoir, les griffes, les trépignements, les dents et le reste, et quand vous aviez, dans votre cervelle d'homme, résolu que cela serait ainsi, parce vous le vouliez, vous aviez un beau sourire. Elle vous laissait faire et pleurait. Ce n'étaient plus les premières larmes ; elle en avait déjà fait voir de fausses ; vous pouviez vous y tromper. Ainsi, que vous eussiez pris le parti de la tromper, de la lâcher, de la calomnier ou de la séduire — cas les plus ordinaires — vous étiez sûr d'avoir le dernier [mot]. Mais voilà que depuis quelque temps l'ennemi intime1 a changé son front d’attaque.

  • 2 Le "pan ! pan !" apparaissait déjà dans "Fini de rire", chronique signée Montrevêche (supra).
  • 3 Il s'agit d'Edmond About (1828-1885), journaliste au XIXe Siècle et romancier, auteur du Roi des m (...)
  • 4 Le Cas de M. Guérin est un roman d'Edmond About paru en 1863 sorte de fantaisie scientifique.
  • 5 Mirbeau prendra cette thèse à son compte dans un article d'un gynécophobie" exacerbée, "Lilith" (L (...)

2Elle a renoncé aux armes qui sont dans sa nature et elle a emprunté les vôtres, celles qui font pan ! pan !2. Elle sait mieux s'en servir que vous, car elle s'en sert plus à propos et cela vous déconcerte, et il y a de quoi. Mais que pouvez-vous y faire ? Vous le savez bien et vous ne me le direz pas tout de suite. Mais je vous le dirai, moi, après vous avoir raconté une très vieille histoire, une histoire vieille de trois semaines. Vous l'avez lue déjà, mais je vous donnerai les détails. Après-demain, vous n'y penserez plus. Hier, on a fait l'éloge funèbre d’un homme de talent3. Vous avez relu Le Cas de M. Guérin4. Vous avez ri de ce chef de bureau qui est pour son fils beaucoup plus qu'un père. Dans votre esprit, la femme seule doit s'occuper de ces choses-là. Elle n'est bonne qu'à faire des enfants5 — ou le simulacre.

  • 6 About était parfois, à cause de son anticléricalisme, considéré comme "le neveu de Voltaire".
  • 7 Drame d'Alexandre Dumas fils, créé le 19 janvier 1885 à la Comédie-Française. Mirbeau s'en moquera (...)

3Et vous tenez ces choses-là dans le plus profond mépris. Je voudrais bien vous y voir. Quoi qu'il en soit, vous vous êtes occupé, de relire About dans votre journée ! Dépêchez-vous. Vous ne relirez peut-être plus bientôt. Qui est-ce qui lit maintenant... Ne nommons personne — pas même Voltaire6. Ce soir, vous irez à la première de Denise7. Dimanche il ne s'est rien passé. Laissez-moi vous conter mon voyage à Tonnerre. C'est une petite ville de province.

4Vous en avez lu la description quelque part, sans doute dans Balzac. Il y a là de braves gens très tranquilles et qui ont pour principale occupation de s'étudier les uns les autres, puis « de se dire leurs caractères ».

  • 8 Dans le premier chapitre du Calvaire, qu’il va entamer en juillet 1885, c'est au père de Jean Mint (...)
  • 9 Dans le chapitre IX de Mme Bovary. Au cours d'une promenade à cheval, Emma "s'abandonne" à Rodolph (...)

5Dans cette petite ville s’est trouvée par hasard une femme qui s’amusait dans ses moments de loisir à tirer sur des moineaux avec une carabine de salon8 et qui a été amenée par les circonstances, par l'énervement — et par la contagion de l'exemple — à tirer sur un homme avec un revolver à six coups. L'arme était un peu rouillée, et il n'en est parti que cinq. L'homme s'appelle M. Brisebard. Cela ne vous dit rien. Vous y prendriez plus d'intérêt si la femme s'appelait Mme Bovary et l'homme Rodolphe. Eh bien, supposez le dénouement du roman de Flaubert changé. Mme Bovary a tiré sur Rodolphe, avant la scène de la forêt9.

***

6D'abord, ce n'est pas une œuvre d'imagination que je vais faire. C'est une reconstitution à l'aide de détails précis obtenus par une enquête minutieuse. En ma qualité de diable, j'ai vu la femme, le mari, leurs amis et leurs ennemis. La victime, je la connais comme si je l'avais tuée.

7La femme. Je vais employer le procédé connu. Je crois vous intéresser à elle en déclarant qu'elle valait la peine de risquer le coup de revolver.

8Elle est grande plutôt, brune, le teint frais, de beaux yeux bien francs, une bouche ferme, un peu grande, le menton carré, de belles épaules et de beaux bras. Tout cela, c'est à son mari. Un détail qui n’aurait pas échappé aux physionomistes, c'est que les yeux, le bas du nez, la bouche et le menton forment quatre lignes parallèles. Signe de calme et de fermeté, d'après Lebrun.

9J’ai parlé de Mme Bovary, mais il ne faut pas faire de comparaison. Mme Francey est la femme de province, vivant, comme Mme Bovary, de cette vie monotone et quelque peu énervante dans sa monotonie. Mais elle est loin d'avoir, comme la femme de l’officier de santé, ce bête de "vague à l'âme" qui fait qu'une femme peut prendre pour idéal un de ces jeunes gens dont on voit le portrait sur les bâtons de sucre de pomme.

  • 10 Mirbeau reviendra sur cette idée dans "La Névrose au village (infra).
  • 11 Dans Les Femmes savantes de Molière (1672). Chrysale développe sa conception du rôle dévolu aux fe (...)

10Mme Francey avait plusieurs sœurs, qui ont été honorablement mariées dans le pays. Elle a reçu une éducation excellente ; elle a le caractère droit, l'esprit pratique. Elle a peut-être la notion d'un certain « au-delà », quelque chose comme la vie de Paris, où une femme peut vivre chez elle sans être soumise au contrôle perpétuel des voisins qui surveillent et qui potinent10. C'est, je crois, une illusion ; mais elle n'a rien que d'estimable. En tous les cas, elle a été élevée suivant les préceptes du bon Chrysale11 et, dès son mariage, elle les a mis en pratique. Faire aller son ménage, avoir l'œil sur ses gens (qui ont aussi l'œil sur elle) et régler sa dépense avec économie. Son occupation principale, dans la semaine, était de tenir les livres de son mari, un important marchand de fers.

11La comptabilité n’a jamais passé pour favoriser les passions volcaniques, ni même la plus petite passion illégitime.

12Mme Francey se permettait cependant quelques distractions. Je ne parle pas de son petit garçon, qu'elle promenait une heure ou deux par jour. Cela rentre encore dans les préceptes de Chrysale, pendant la promenade, on peut « former aux bonnes mœurs l'esprit de ses enfants ». Son plus grand plaisir était avant tout sa volière. Une grande vieille volière, dans la salle à manger. Une vingtaine d'oiseaux qui lui prenaient une heure par jour. Puis le piano, une demi-heure, « pour ne pas perdre son mécanisme ». Une leçon d'anglais avec une jeune fille de la ville, mais cela ne compte presque pas comme distraction, parce que, M. Francey faisant pour ses affaires des voyages à Londres, elle apprenait la langue de Shakespeare pour savoir comment se dit fer, serrure, fonte, etc., et pour faire la correspondance étrangère. Enfin, un dernier amusement, et qui la faisait passer pour une « originale » auprès des gens bien pensants, consistait, comme je l'ai dit, à abattre des pierrots dans la cour avec une carabine de salon. Elle donnait sa chasse à une voisine, ou amie, qui, phtisique, ne mangeait que cela avec plaisir.

13Mme Francey menait, comme on voit, une existence bourgeoise suffisamment remplie, suffisamment heureuse, dont les principaux événements étaient le concert, au théâtre, deux fois par an — une troupe de Paris ! — et les cadeaux que son mari lui rapportait de ses voyages.

14Ce mari, soit dit en passant, est un beau garçon, très mâle. Il a en sa femme la plus grande confiance.

15Cela vous fait rire, mon vieux. Vous vous êtes toujours demandé pourquoi les maris sont si confiants, et vous êtes disposé à en rire. A cela je vous répondrai que je n’ai jamais, tout diable que je suis, compris la raison de ce rire-là. S'il n'était pas confiant, il ne se serait pas marié. Sur ce, continuez à rire, et finissons le portrait de la femme. Une seule touche suffit.

  • 12 Mirbeau reprendra la formule dans "La Névrose au village" (infra).

16C'est un habitant de Tonnerre lui-même qui me l'a dit. Tant pis pour lui si je le répète. Moi qui n'ai rien à voir avec l'Yonne, je n'en dirais pas de mal pour le plaisir. Donc, un Tonnerrois m'a dit que les habitants du département avaient une réputation méritée et justifiée de médisance pointue et impitoyable. Je n'en crois pas un mot, et je me borne à penser qu'il n'en est à Tonnerre ni plus ni moins que dans toutes les petites villes de France, où chacun s'implante hardiment dans la vie de son voisin par droit d'ennui, et où les murs n’ont pas besoin d'avoir d'oreilles tant ils ont d'yeux et de bouches12.

17Or, dans Tonnerre, avant les coups de pistolet, Mme Francey avait une réputation excellente, ou plutôt elle n'en avait pas du tout, ce qui vaut encore mieux. Après les coups de pistolet, personne n'en dit de mal. Il y a bien des clignements d'yeux et des réticences mystérieuses, mais d'allégations précises, pas une. Ah si ! On croit qu'elle a tué Brisebard pour enterrer un secret, un secret de roman à deux sous la livraison. On se dit tout bas, au café de la place Chose, qu'elle avait pour amant un prêtre et que Brisebard le savait. Moi, ça m'est égal de raconter cela, je suis un petit phonographe. Je suis sûr d'ailleurs que pas un témoin ne parlera de cela aux assises du 13 mars. Si je consigne le détail, c'est pour vous montrer comme on a de l'imagination en province.

***

  • 13 Nom du maître-chanteur assassiné par Mme Clovis Hugues (cf. note 17).

18Présentons maintenant le malheureux Brisebard, qui a payé un peu cher un accès de galanterie, un béguin et un moment d'élan chaleureux. Morin13 aussi a payé cher sa science du droit.

19M. Brisebard était l'architecte de l'arrondissement. Un ouvrier intelligent, un homme qui s'était formé tout seul, et pas mal formé du tout. Venu de Besançon simple ouvrier, il était arrivé à conquérir une place honorable à Tonnerre. Actif, gai, assez artiste.

20Pas beau du tout, de l'aveu de ses amis. J'ai vu son portrait. Un petit homme avec un toupet de cheveux, une grosse moustache, des traits accentués, un cou très long, des jambes maigres et fortement arquées — en manches de veste, suivant l'expression vulgaire. Mais une paire de coquins d'yeux, fixes et brillants, des yeux qui devaient vouloir ravager les cœurs de toute force. On s'accorde d'ailleurs à reconnaître qu'il n'avait généralement ravagé que ceux qui le voulaient bien ou qui n'en étaient plus à un ravage près.

21Comme instruction, possédant pas mal du tout son métier d'architecte. Comme éducation... ah ! l'éducation avait un côté un peu imparfait, que je vais dire à l'instant. Comme réputation, le coq de Tonnerre, l'effroi des familles, qui l'invitaient tout de même, et excitant chez ses amis une certaine admiration pour les bonnes fortunes qu'on lui attribuait et sur lesquelles il gardait un silence prudent, ou habile, je ne sais pas, mais en tout cas systématique.

22J'ai parlé de l'instruction. Je crois qu'il avait cultivé à ses moments perdus l'école des poètes dits « érotiques ». Ceux, vous savez, qui semaient leurs vers d'ivresses, de tendresses, d'amant, de brûlant, d’âme, de flamme et qui faisaient toujours rimer "ardeur éternelle" avec "amante cruelle". Aussi ne pouvait-il s'empêcher d’aborder une femme sans lui décocher quelque madrigal de cette sauce. Il croyait que cela faisait bien. A ce qu'il paraît d'ailleurs, ce n'était pas très varié.

23Au demeurant, un honnête garçon, vieux garçon même (trente-huit ans) qui avait de bonnes qualités naturelles et de petits travers. Physiquement ou moralement, vous pouvez vous demander si l'homme que je viens de peindre pouvait « dire quelque chose » à la femme dont j'ai parlé.

***

  • 14 Le chevalier de Boufflers (1738-1815) était un poète mondain et libertin, auteur de poésies légère (...)
  • 15 Émile Richebourg (1833-1898), auteur de romans-feuilletons qui lui rapportent une fortune, notamme (...)

24Oyez maintenant comment Boufflers et Dorat14 peuvent se reprocher un crime posthume, tout comme M. Richebourg15 a été récemment déclaré responsable d'infanticides et autres gracieusetés de ce genre. Imbu de ses préjugés galants, l'architecte crut pouvoir « triompher de la vertu » de Mme Francey. Il lui en a coûté quatre coups de revolver.

25M. Brisebard était reçu dans la maison de M. Francey. Il avait autrefois demandé en mariage une ou deux sœurs de madame.

26Malheureux dans ses tentatives, il était resté cependant en relations d'affaires avec M. Francey. Dans les derniers temps, il se rendait souvent chez le marchand de fers pour les travaux du collège.

27Mme Francey a-t-elle cru devoir, avec l'assentiment de son mari, garder un visage agréable pour un client important, c'est fort vraisemblable. Il suffit de relire Sterne pour se rendre compte des trésors de grâce et de complaisance qu’une boutiquière est obligée de dépenser, pour vendre une paire de gants.

  • 16 Jean-Louis-Ernest Camescasse (1838-1897) est préfet de police de Paris depuis 1881. Il a fait ferm (...)

28Allons ! l'exemple est mal choisi. Les gantières ont maintenant une si mauvaise réputation que la comparaison nuirait plutôt à la cause. Mais M. Camescasse16 est heureusement en train de leur refaire une virginité.

29Enfin, M. Brisebard, dans une de ses visites d’affaires, commença un jour l'assaut de la place.

30M. Francey faisait ses treize jours. L'architecte fit à madame un compliment de condoléance enjouée sur ce qu'il appelait son veuvage. Elle se retira brusquement, laissant le complimenteur décontenancé, mais non vaincu. Il recommença plus d'une fois ses assiduités.

31La situation d'une femme est délicate en province. Le moindre détail peut faire naître les soupçons et marcher les langues. En repoussant les offres de service elle est exposée à faire dire que l'article a cessé de plaire, qu'il n’y a pas de fumée sans feu (cette bête de fumée qu'exploitent avec tant de zèle les imbéciles ou les méchants).

32Peu à peu l'architecte s'enhardissait et faisait une cour en règle. A la promenade, il saluait ; au concert, il fixait ; au magasin, il prenait la main par surprise et madrigalisait.

***

33M. Francey part pour Londres, il y a quelques semaines. Sa femme se rend un soir au concert avec la jeune maîtresse d'anglais, qu'elle reconduit d'abord.

34En rentrant chez elle, elle trouve l'architecte qui l'avait devancée. Et voilà le premier acte du drame qui commence. Car tout ce qui précède n'est que le prologue.

35De peur d’éveiller les domestiques et les soupçons, elle n’osa appeler. L’entreprenant architecte aurait voulu la suivre chez elle, et Mme Francey l'aurait éloigné à grand'peine, non sans lutte et lutte très chaude. La menace d’un revolver, non chargé, l'aurait éloigné enfin.

36Mais voilà une femme inquiète, énervée, torturée. Que peuvent dire ses gens ? Que peuvent répéter les voisins ? Que pensera son mari ? Et sa réputation !

37J'ai dit que Mme Francey est une femme réfléchie, pratique et déterminée. Cela n'était pas suffisant pour faire naître chez elle un projet de vengeance tout arrêté. Son mari revient de voyage, et elle parvient, non à lui cacher son trouble, mais à égarer son attention. C'est si facile à une femme d'inventer des détails vraisemblables et de créer mille petits incidents.

38Par une ruse bien féminine, elle prend son mari pour complice, et nous assistons à une scène de haute comédie, — fond noir.

  • 17 Clovis Hugues (1851-1907), poète, romancier, élu député socialiste (tendance guesdiste) à Marseill (...)

39C'est au moment du procès Clovis Hugues17. M. et Mme Francey vont se coucher. Laissons au récit et à la mise en scène son réalisme bourgeois.

40— J'ai lu aujourd'hui des détails sur l'affaire Hugues. Que penses-tu de cela, mon ami ? Dis-moi sérieusement, mais vraiment, là, ce que tu penses ? Acquitterais-tu Mme Clovis Hugues si tu étais juré ?

41— Si j'avais la preuve qu’elle a été persécutée comme elle le dit, je l'acquitterais et avec félicitations.

42— Ah ! tu es un homme de cœur !

43Le mari se rappelle seulement aujourd'hui l'étreinte passionnée qui le récompensa de cette parole.

44Autre scène. Dans la salle à manger, deux jours après.

45— Tes armes se rouillent, dit la femme d'un ton indifférent. Ainsi, voilà ce revolver (celui qui avait servi à menacer l'autre nuit) ; je pense que tu ne pourrais pas t'en servir. Tu n'as même pas de cartouches.

46— Mais si.

47— Montre-moi comment on fait marcher cela. Est-ce que c'est dangereux ? Non, j’ai peur.

48— Il n'y a pas de danger. Tiens, vois-tu, voilà comment on fait.

49Et le mari montre le mécanisme.

***

50Peu de jours après, Mme Francey envoie une lettre à M. Brisebard. Elle veut que celui-ci vienne chez elle et lui apporte une attestation formelle, et sur papier timbré, de l'indignité de sa conduite et de la manière dont il a été reçu. Sinon elle le tuera.

51Réponse :

52« Madame,

53On peut mourir d'une cheminée qui tombe, d'une échelle qui casse. Mais la mort la plus agréable est celle qui nous vient de la main d'une jolie femme ».

54Le parti de Mme Francey était pris. Elle insiste, donne un rendez-vous pour le dimanche, son mari étant à la chasse. Il n'a garde de refuser. Dans le salon où elle le reçoit, elle a préparé le papier timbré, il est quatre heures et demie de l'après-midi, il fait nuit...

***

55Et si vous voulez en savoir plus long, attendez les assises du 15 mars. Ou plutôt ne les attendez pas, car le Diable croit pouvoir vous annoncer que l'huis-clos sera prononcé à cet endroit intéressant.

56Seulement, une demi-heure après, Brisebard sort comme un fou ; une détonation a retenti. La femme le poursuit à une distance de 250 mètres. Il sonne à la grille du collège. Avant qu'on soit venu, elle décharge à bout portant le reste de l'arme chargée par le mari. L'architecte est presque foudroyé. Comme Mme Hugues, dont l'exemple l'avait hantée, elle eût tiré douze coups si le revolver en eût eu douze.

57Et maintenant, mon cher monsieur, convenez que, si M. Brisebard a fait dans le salon les vilaines choses dont elle l'accuse, il est bien difficile de condamner une femme outragée, après avoir acquitté une femme calomniée. Si M. Brisebard était innocent au contraire, le jury n'attendra pas notre avis pour condamner Mme Francey. Quoi qu'il en soit, je puis vous dire que les médecins pourront prouver lumineusement ce qui s'est passé. Je n'en dis pas plus long, parce qu’un diable même n'a pas le droit de tout dire — surtout quand il en a déjà dit aussi long.

58Une réflexion cependant, pour terminer. Je suppose que Mme Francey se soit simplement défendue contre un monsieur un peu trop énervé.

59C'est un cas de légitime défense. Mais croyez-vous entre nous, que la femme soit en France aussi protégée par la loi que la femme anglaise ?

60Abordez une femme à Londres-et adressez-lui quelques paroles, je ne dis pas shocking, mais simplement poétiques. Je vous donne là un mauvais conseil, car vous seriez sûr de votre amende et de vos quinze jours de hard-labour. A Paris, si elle se plaignait au gardien de la paix, il tournerait le dos. A Tonnerre, on dirait qu'elle a « des relations » avec vous.

61C'est très bien d'abaisser le maximum. Mais il y aurait quelque chose de mieux encore. Permettre à la femme de sortir en liberté et de se promener sans être exposée à rougir ou à tirer « l'instrument nécessaire ». Le christianisme a émancipé la femme. Je veux bien. On apprend cela dans les classes d'histoire. Dans ce moment, le revolver est en train de compléter l'œuvre du christianisme devenu impuissant.

62Espérons qu'il viendra un jour où le revolver aura fait son temps aussi. Mais poussez à la roue, vous qui pouvez !

63L'Événement, 20 janvier 1885

Anmerkungen

1 Pour Mirbeau, il existe une guerre permanente entre les sexes, que sépare un abîme de "malentendus". Voir l'introduction au chapitre ΠΙ des Contes cruels et la préface de L'Ecuyère.

2 Le "pan ! pan !" apparaissait déjà dans "Fini de rire", chronique signée Montrevêche (supra).

3 Il s'agit d'Edmond About (1828-1885), journaliste au XIXe Siècle et romancier, auteur du Roi des montagnes (1857) et de L'Homme à l'oreille cassée (1862). Mirbeau va publier le 28 janvier suivant dans L'Événement son pseudo-discours de réception à l'Académie Française (recueilli dans Combats littéraires, à paraître en 1995).

4 Le Cas de M. Guérin est un roman d'Edmond About paru en 1863 sorte de fantaisie scientifique.

5 Mirbeau prendra cette thèse à son compte dans un article d'un gynécophobie" exacerbée, "Lilith" (Le Journal, 20 octobre 1892) : « La femme n'est pas un cerveau, elle n'est qu'un sexe, et rien de plus. Elle n'a qu'un rôle dans l'univers, celui de faire l’amour, c’est-à-dire de perpétuer l'espèce...".

6 About était parfois, à cause de son anticléricalisme, considéré comme "le neveu de Voltaire".

7 Drame d'Alexandre Dumas fils, créé le 19 janvier 1885 à la Comédie-Française. Mirbeau s'en moquera dans "L'Art et la nature", le 26 avril 1886 (article recueilli dans ses Combats esthétiques, t. I, p. 247). Le soir de la création, enthousiasmé par "la Divine", Julia Bartet, il lui offrira timidement un bouquet de fleurs.

8 Dans le premier chapitre du Calvaire, qu’il va entamer en juillet 1885, c'est au père de Jean Mintié que Mirbeau prêtera ce genre de distraction...

9 Dans le chapitre IX de Mme Bovary. Au cours d'une promenade à cheval, Emma "s'abandonne" à Rodolphe "avec un long frémissement", en "se cachant la figure" (Livre de poche, p. 195).

10 Mirbeau reviendra sur cette idée dans "La Névrose au village (infra).

11 Dans Les Femmes savantes de Molière (1672). Chrysale développe sa conception du rôle dévolu aux femmes dans la scène 7 de l'acte Π :
"Former aux bonnes mœurs l'esprit de ses enfants,
Faire aller son ménage, avoir l’œil sur ses gens,
Et régler la dépense avec économie,
Doit être son étude et sa philosophie".

12 Mirbeau reprendra la formule dans "La Névrose au village" (infra).

13 Nom du maître-chanteur assassiné par Mme Clovis Hugues (cf. note 17).

14 Le chevalier de Boufflers (1738-1815) était un poète mondain et libertin, auteur de poésies légères et de contes (notamment Aline reine de Golconde). Claude-Joseph Dorat (1734-1780), auteur de romans — Le Malheur de l'inconstance (1772) —, de comédies, de fables et de Poésies fugitives.

15 Émile Richebourg (1833-1898), auteur de romans-feuilletons qui lui rapportent une fortune, notamment L’Enfant du faubourg (1876) et Rédemption (1880).

16 Jean-Louis-Ernest Camescasse (1838-1897) est préfet de police de Paris depuis 1881. Il a fait fermer de nombreux tripots.

17 Clovis Hugues (1851-1907), poète, romancier, élu député socialiste (tendance guesdiste) à Marseille en 1881. Le 27 novembre 1884, sa femme, née Jeanne Royannez (1855-1933), sculpteur de talent, avait abattu à coups de revolver, dans une galerie du Palais de Justice de Paris, un certain Morin, responsable d'une officine de renseignements suspecte de chantage, qui l'avait diffamée. Bien qu'elle ait obtenu préalablement sa condamnation à deux ans de prison, ce qui eût dû lui suffire, elle a été acquittée, le 8 janvier 1885.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search