Version classiqueVersion mobile

Chroniques du diable

 | 
Mirbeau Octave

9. Baccalauréats

Texte intégral

  • 1 Jules Simon (1814-1896), sénateur inamovible, ancien président du Conseil, un des fondateurs de "l (...)
  • 2 Paul Bert (1833-1886), professeur de zoologie, député radical de l'Yonne, ministre de l'Instructio (...)

1Au pluriel, s'il vous plaît, monsieur le compositeur, car ils sont en nombre. M. Jules Simon1, l'autre jour, les comptait sur ses doigts. Vers le chiffre six ou sept, il s'arrêtait, bien à tort, car il eût pu aller jusqu'à la dizaine sans se gêner. Ils se sont multipliés comme pains et poissons et ont pullulé comme des lapins dans le clapier universitaire. Sur quoi M. Paul Bert2 est venu et a proposé de les réduire à rien, mais à un pur rien, à néant, puissance zéro. Toujours radical, M. Bert ! en quoi il a bien raison, j'entends pour ce qui est de baccalauréat, les questions politiques n'ayant pour moi que des secrets.

2Le baccalauréat n'a jamais créé de toutes pièces un imbécile, mais il est merveilleux comme il en a développé et amené à une parfaite maturité. Ce qu'il y a de particulier, c'est qu'il empêche les enfants de faire leurs études, comme s'ils n'avaient pas mille raisons, dont quelques-unes sont plus aimables, de ne les point faire. A un moment donné, et il est bien choisi le moment, juste celui où l'esprit de l’enfant commence à se développer et à s'ouvrir des avenues sur toutes choses, à ce moment le baccalauréat survient.

  • 3 Dans "Pétrisseurs d'âmes" (16 février 1901), Mirbeau verra dans la paresse de l'élève une forme de (...)

3« Mon petit jeune homme, écoutez-moi donc ! Vous vous promenez là à travers toutes sortes de choses, belles, ou grandes, ou charmantes, ou intéressantes. Il ne s'agit plus de cela. Cela vous orne l'esprit, vous fait des idées générales, vous dresse le jugement. Arrêtons-nous ça finirait mal. Plus de méthode, des procédés ; plus d'intelligence, de la mémoire. Manuel pour apprendre à faire une version latine prudente et circonspecte, voici. Manuel pour la confection d'un devoir français sans idées personnelles, voilà. Memento d'histoire universelle en 200 pages, vlan ! Et maintenant, allez-y. Bachelier à la fin de l'année, et homme d'une fière et robuste intelligence le reste de votre vie, si vous avez pu résister à cette indigestion3. C'est ce que j'appelle, contrôler les esprits. On ne livre un pont à la circulation que quand on lui a fait porter une charge de cent mille quintaux métriques ».

  • 4 Mirbeau en a fait lui-même l'expérience : il n'a été reçu qu'à sa troisième tentative, le 7 mars 1 (...)

4Il m'est absolument impossible de couper dans ce pont-là. Je mets mon fils au collège pour qu'on lui apprenne à penser juste, à raisonner droit, à parler convenablement et à être, comme idées générales, au niveau de la civilisation où la date de sa naissance l'a placé. Qu'il ait grand usage de la mémoire au début, et même quelques procédés mécaniques pour apprendre à l’âge où il n'a guère que de la mémoire et où il ne peut guère penser par lui-même, j'y consens, et c'est alors que votre baccalauréat ne serait pas meurtrier. Mais juste à l'époque où on commence à lui dire : « Marchez, trouvez, inventez un peu, raisonnez tout seul. Que pensez-vous de L'Avare de Molière, des jeunes gens de Platon, des vieillards de Corneille ? », à cette époque et non à une autre, faire intervenir un examen qui, quoi qu'on fasse, sera toujours une prime pour la médiocrité des idées, un obstacle pour l'originalité d'esprit4, une tentation pour les moyens vulgaires et des facilités plus grandes pour la mémoire que pour le jugement, c'est féroce, fatal et ennuyeux, comme un jeune premier romantique.

***

  • 5 Dans "Cartouche et Loyola" (9 septembre 1894), Mirbeau expliquera cet abrutissement scolaire par l (...)

5Savez-vous ce qui arrive, c'est que l'enfant sans idées, sans imagination, sans intelligence personnelle, et sur qui les cours et manuels ont suffisamment déteint, acquiert aux approches du moment fatal une valeur inattendue. L’autre, le garçon bien doué, s'il est malin, se met tout simplement à faire par méthode ce que son voisin fait par impuissance. Sur toute question, il prend l'opinion moyenne ; entre tous les styles, un style honnête et modéré ; en histoire, l'historien portatif qui classe clairement les faits, au lieu du Michelet qui fait éclore des idées ; il éteint la petite lumière, si faible encore, qui dansait dans son cerveau ; il sera bachelier, et au bout de l'année, il aura perdu une année, et peut-être le goût de réfléchir5.

6Et il n’y a de la faute de personne ! Et les examinateurs sont très bons, et très intelligents, et font effort pour donner à leur examen telle tournure qui permette à l'enfant de se montrer lui-même, et non son manuel. Et, tout doucement, rentrés chez eux, ils font des manuels eux-mêmes, tant ils savent bien que, quoi qu'ils en aient, le diplôme est là, dans un résumé de notions sèches, dans une boîte de conserves, et jamais là où il devrait pousser tout seul, dans une tête bien faite.

***

7Que faire ? Supprimer l'examen, et avec lui la boîte à sardines, et avec elle la boîte à bachot. — Oui, mais voici une autre affaire. Au lieu de l'examen, général encore et relativement large, vous aurez, à l'entrée de chaque carrière, un examen professionnel, très étroit, portant sur les connaissances spéciales à la carrière qu'il ouvrira, demandant au jeune homme moins ce qu'il a appris que le commencement de ce qu'il doit apprendre, mathématiques à Centrale, et histoire des institutions à l'École de droit. Quelque libéral que soit l'esprit de ceux qui accueilleront le jeune homme à l'entrée de chaque carrière, le penchant serait fatal, chacun de nous croyant toujours à l'importance extraordinaire de ce qu'il fait et ayant toujours un faible pour son fort.

8Et alors qu'arrivera-t-il ? C'est que dès la troisième année, mon coquin d'Emmanuel, qui fait semblant de travailler, là, dans la pièce à côté, se destinera à l'École navale et ne fera que de l'hydrographie, pour se former l'esprit et le cœur.

  • 6 Mirbeau écrira de même, à propos du peintre Bastien-Lepage, le 21 mars 1885 : "Un peintre qui n'a (...)

9Il aura raison, me répondait d'avance, l'autre jour, un de mes plus brillants confrères ; c'est précisément les vocations que les études du collège doivent exciter et soutenir. Au futur artiste de l'histoire de l'art et au futur officier d'artillerie de la balistique. —Ah ! mais non, par exemple ! Des spécialistes de douze ans, jamais de la vie ! Mon fils sera ferré sur l'angle réflexe le plus tard possible, s'il vous plaît ; car ce que j'entends, c’est qu'il commence par se faire un angle facial à peu près humain. Ce que je veux, au contraire, c'est qu'il nesache nullement à quoi il se destine jusqu'à dix-huit ans, et qu'il se promène à travers les idées jusque-là, en causant avec des gens intelligents ne le préparant à rien du tout. Ce que je veux, c'est qu'il réfléchisse, librement, sous l'œil de guides qui soient plus encore des excitateurs que des guides, qu'il lise et rêvasse sur ses lectures, sans les considérer comme les matériaux de sa future boutique, sans l'obsession d'un calcul ni le joug d'une idée fixe ; qu'il s'élargisse et s'étende, de ci et de là, de tous côtés si possible, pour n'être pas plus tard serré dans une spécialité comme dans une gaine, ou droit sur une technique comme sur un pal. Ah ! les jolis messieurs que ceux qui ont été élevés pour être huissiers, sont devenus huissiers et ne sont qu'huissiers ! N’ayez peur : ils auraient été élevés pour être sculpteurs, en dehors de leur sculpture, ils seraient aussi huissiers que les plus purs notaires6 ! Il me faut, au contraire, un grand garçon qui ait, à vingt ans, l'esprit droit, souple et libre, à qui l'on dise : « Maintenant, quelles études pratiques veux-tu faire ? » et qui réponde avec une certaine fierté : « Celles qu’on voudra » ; un garçon qui soit prêt à faire toutes choses, et qui n'aime à faire que les bonnes. Otez votre chapeau : c'est du Montaigne.

***

  • 7 C'est-à-dire à l'École Navale, installée depuis 1840 à bord du vaisseau Borda, dans la rade de Bre (...)

10Pas de baccalauréat qui obstrue, et pas d’absence de baccalauréat permettant à l'enfant de se spécialiser de bonne heure. Alors quoi donc ? — Des études générales bien faites et librement faites, qu'on maintiendra dans leur caractère général, qu'on affranchira et de la préoccupation de l'examen de sortie et du souci hâtif de l'examen d'entrée au Borda7 ou à l'Χ. — Comment cela ? — Ah ça ! Comment fait donc un père de famille qui veut que son fils ne néglige aucune partie de ses études et donne à son esprit une culture variée ? Il s'assure que le gamin fait autant d'allemand que d'histoire, et autant de littérature que de mathématiques. Il s'assure surtout, ah ! oui surtout ! que le gamin devient sensé, réfléchi, discute net et conclut lentement.

11Eh bien ! vous n'avez qu’à faire cela tout le long des classes, et pas autre chose. Voir où en est l'enfant à la fin de la cinquième, et l'y laisser s'il n'est pas mûr pour l'acte suivant, et ainsi de suite. Ah ! les examens de passage ! Eh oui ! les examens de passage, il n'y a que cela.

  • 8 Tribun du peuple, qui obtint, en 445 av. J.C., la communauté des mariages entre patriciens et pléb (...)

12Seulement... seulement, il ne faut pas dire examen de passage, parce que c'est précisément des examens que je ne veux pas. Ils les prépareraient, les misérables ! Et puis, il ne s'agit pas des examens de passage, tels qu'on les faisait dans l'Université quand j’y apprenais le discours de Canuleius8 et tels qu'on les fait encore. Demandez à Emmanuel. Ceux-là, c'est en famille. Aucun proviseur ne veut fermement qu'on casse l'échelon supérieur sous le pied d'un élève que sa famille pourra bien retirer pour le mettre ailleurs. Aucun professeur ne veut faire à son collègue de l'étage au-dessous la mauvaise farce de lui laisser un cancre. Il le prend, passant les siens au collègue de l'étage au-dessus. Ce n'est peut-être pas aussi familier que je le dis ; mais c'est bien à peu près cela, allez !

13Ce qu'il faut, c'est la même chose faite sérieusement. Elle ne sera sérieusement faite que quand, à la fin de chaque année, un délégué, étranger à la maison, inspecteur, professeur de faculté, professeur en retraite, savant libre (j'aimerais mieux celui-là), père de famille connu pour son instruction et son goût des études, sera envoyé par l'autorité académique pour... pour ne pas faire un examen.

14Ah ! mais non ! et puis encore : Ah ! mais non !... pour se mêler à la classe et de la classe, demander les notes de toute l'année, en toutes matières, consulter les classements, interroger très discrètement les élèves, en dehors de tout programme, juger enfin non pas de leur savoir, mais de leur maturité d'esprit, et sur ce accepter ou modifier le tableau d'avancement dressé par les professeurs. Cet examen-là, l'enfant a un moyen de le préparer, c'est d'être intelligent et attentif partout pendant toute l'année. Ce genre de préparation, je l'admets. Au bout de ses études, mon garçon n'a ni préparé ni subi un seul baccalauréat, scindé, restreint ou autre, et il n'a pas pu trouver le moyen de se spécialiser en quoi que ce soit, il a fait ses études, voilà tout.

15Et maintenant aux choses pratiques, toujours assez tôt venues, à la technique et à l'apprentissage ! Tu peux te faire notaire, mon ami, maintenant que tu es à peu près un homme.

***

  • 9 Paul Robin (1837-1912) mettra ces idées en pratique dans son orphelinat de Cempuis. Lorsqu'il sera (...)

16Tu entends, Emmanuel ? tu vas me faire le plaisir d'apprendre à avoir le sens commun, l'esprit juste et l'esprit de justice, un peu de raison et un peu de cœur9. Très bonnes pour cela les études classiques, avec quelques amendements qu'on y fera peu à peu ; mais surtout à la condition de les faire pour elles, sans idée ni de baccalauréat congestif ni d'examen spécial rétrécissant. Tu veux être soldat, comme tous les moutards de ton âge : je n’en sais rien et te prie de n'en rien savoir. On veut que tu sois bachelier : tu me dénonceras tout professeur qui te parlera de baccalauréat.

  • 10 Influence de "l'éducation négative" préconisée par Rousseau, dans l'Émile, jusqu'à douze ans, et q (...)

17Ce que je te demande c'est... c’est de grandir tout simplement, de t'étendre et de t'amplifier dans le vrai et le bon par ton esprit, comme dans l'espace par ton corps. Cela suffit parfaitement jusqu'au terme naturel de la croissance10. Et rien qui contrarie cet accroissement en le hâtant, rien qui te congestionne ou t'ankylose. Ne t'inquiète pas du baccalauréat. Nous arrangerons ça, Paul Bert et moi. Il est deux heures. Va-t-en en classe. Tu oublies ton Montaigne, imbécile. Il ne faut jamais oublier Montaigne.

18Montrevêche

19L'Événement, 1er décembre 1884

Notes

1 Jules Simon (1814-1896), sénateur inamovible, ancien président du Conseil, un des fondateurs de "la république des Jules". Il était hostile à la laïcisation de l'université. Une des têtes de Turc de Mirbeau, qui stigmatisera souvent ses prétendues œuvres philanthropiques.

2 Paul Bert (1833-1886), professeur de zoologie, député radical de l'Yonne, ministre de l'Instruction Publique dans le "grand ministère" Gambetta en 1881, auteur d'un ouvrage sur L'Enseignement laïque (1881).

3 Dans "Pétrisseurs d'âmes" (16 février 1901), Mirbeau verra dans la paresse de l'élève une forme de résistance à la manipulation : "Je devins un très mauvais élève, ce qui put m'arriver de mieux, et ce qui me permit, plus tard, de me ressaisir" (Combats pour l'enfant, loc. cit., p. 159).

4 Mirbeau en a fait lui-même l'expérience : il n'a été reçu qu'à sa troisième tentative, le 7 mars 1866 (cf. ses Lettres à Alfred Bansard, pp. 48-53).

5 Dans "Cartouche et Loyola" (9 septembre 1894), Mirbeau expliquera cet abrutissement scolaire par le fait que "le prêtre et le politique, pour perpétuer leur domination", ont besoin de "troupeaux de brutes" et d"'électeurs soumis", et non pas de "vrais hommes purs de tout mensonge" et capables de "trouver le bonheur en soi-même"(Combats pour l'enfant, p. 142).

6 Mirbeau écrira de même, à propos du peintre Bastien-Lepage, le 21 mars 1885 : "Un peintre qui n'a été qu'un peintre ne sera jamais que la moitié d’un artiste" (article recueilli dans Combats esthétiques, Séguier, 1993, tome I, p. 143). Pour lui, le notaire est l'incarnation de la propriété et, partant, de la férocité bourgeoise.

7 C'est-à-dire à l'École Navale, installée depuis 1840 à bord du vaisseau Borda, dans la rade de Brest.

8 Tribun du peuple, qui obtint, en 445 av. J.C., la communauté des mariages entre patriciens et plébéiens. Il est cité par Tite-Live.

9 Paul Robin (1837-1912) mettra ces idées en pratique dans son orphelinat de Cempuis. Lorsqu'il sera révoqué par Georges Leygues, le 31 août 1894, Mirbeau prendra sa défense et analysera son système éducatif, qui vise à "réveiller, dans la brute humaine, ce qui y sommeille de divin !" ("Cartouche et Loyola", loc. cit.).

10 Influence de "l'éducation négative" préconisée par Rousseau, dans l'Émile, jusqu'à douze ans, et qui inspirera aussi la pédagogie — si on ose dire — de l'abbé Jules (cf. Combats pour l’enfant, pp. 51-59).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search