Version classiqueVersion mobile

Chroniques du diable

 | 
Mirbeau Octave

3. Trop de délicatesse

Texte intégral

  • 1 Alfred Naquet (1834-1916), député, puis sénateur radical, promoteur de la loi sur le divorce, adop (...)

1O tous, partisans du divorce, mes frères en Naquet1, je ne vous dissimulerai pas plus longtemps qu'on commence à nous blaguer fortement. C'était prévu. Dans toute réforme il y a la période des fiançailles qui est le temps où l’on met l'opinion publique de son côté, le grand jour qui est celui où la réforme passe dans la loi, la lune de miel qui est le temps où la loi nouvelle existe et ne fonctionne pas encore, et puis la lune rousse, celle où commencent à apparaître les côtés embarrassants, ou pénibles, ou ridicules de l'application.

  • 2 Paul de Beauffremont (1827-1893), général qui s'est illustré en 1870 à Sedan. Marié avec une dame (...)
  • 3 Sébastien Santerre, marié à Jeanne Arachequesne, pendant des années a persécuté sa femme, et a fai (...)

2Nous en sommes là. L’énorme stock de séparations à convertir en divorces se dresse comme un monstrueux tas de linge fripé, de dessous honteux à désinfecter au plus vite. Et l'on nous dit : — Eh bien ! c'est du joli, cette « lessive » — le mot est de l'un de nos plus sympathiques confrères, et parfaitement partisan du divorce, mais un peu trop nerveux et vibrant, et de ceux qu'on appelle les emballeurs opérant sur eux-mêmes — c'est du joli ; et nous allons en voir de belles, avec trois générations de cocus, cocufiés, cocufiantes, adultères mâles, adultères femelles, gerministes par ci, tribades par là, et Sodome et Gomorrhe, s'étalant à nouveau et s'éclaboussant de toutes leurs fétidités anciennes, aigries encore par le temps, corruptions repourries et recuites, sanies tournées, fumiers moisis. Nous allons les revoir tous les premiers rôles de l'adultère, et les Beauffremont2, et les Santerre3, et patati et patata...

  • 4 Salomon Gessner (1730-1788), écrivain suisse de langue allemande, auteur d'Idylles sentimentales j (...)
  • 5 D’Oliver Goldsmith (1766).

3Mon Dieu ! je ferai observer tranquillement que personne n'a jamais demandé la loi du divorce à l'effet d'offrir à l'humanité le spectacle d'une idylle de Gessner4, ou une nouvelle édition du Vicaire de Wakefield5. Aucun législateur n'a eu l'intention, en la votant, de fournir à l’Académie française des sujets, ou plutôt des objets à prix de vertu. Nous sommes ici dans les bas-fonds du mariage, et dans les sentines de l'édifice conjugal. Nous avons voulu les nettoyer, et, surtout, car c'est là ce qui nous émeut, permettre à quelques malheureux enfoncés là et, quoique purs et propres, retenus là par le hideux lien de la séparation qui ne sépare pas, de revenir enfin à la lumière et à l'air relativement pur du célibat.

  • 6 Ennius (239-169 av. J. C.) est le premier grand tragique romain. Mais de ses quelques tragédies n’ (...)
  • 7 Allusion à L’Or du Rhin, de Wagner.

4Mais, dame ! pour nettoyer les sentines, il faut y descendre, et, pour tirer du fumier d'Ennius6 les quelques perles, mettons les quelques cailloux du Rhin7 qu’il contient, il faut bien l’étaler au jour, et, à grands coups de crochet, l'éparpiller en jonchée sur la pavé. Tant pis pour ceux qui ont le nez trop délicat. De ce que la besogne est peu séduisante, ce n'est pas une raison... c'est précisément une raison qui montre que les mesures d'assainissement sont urgentes.

***

5Il y a beaucoup de ces faux raisonnements qui dérivent d'une sensibilité olfactive exagérée, ou d'un dédain un peu bien aristocratique d'homme heureux pour ceux qui ont mis le pied à un mauvais endroit, dans toute cette affaire de la loi du divorce. On en ferait une histoire assez curieuse. Dans les premiers temps on nous disait :

6— Bah ! une loi pour quelques exceptions, et pour quelques exceptions en définitive peu intéressantes ! Combien y en a-t-il de ces victimes de la séparation de corps ? Combien y a-t-il de mal mariés qui n'aient eux-mêmes des torts ? Combien de pures et innocentes victimes, comme vous dites dans votre langue de mélodrame ?

7Eh quand il n'y en aurait qu'une ? Des lois pour des exceptions, mais il n’y a que cela dans les codes. Le vol est une exception. L'assassinat est une exception. Allez-vous prétendre que pour une centaine d'assassins au plus qui se révèlent à la lumière en une année, il est bien inutile de faire une loi sur l'homicide ?

8Il est bien étrange que l'on ne songe pas du tout à s'étonner que les lois qui punissent visent des exceptions, et, d'autre part qu'on crie au scandale pour une loi visant aussi des cas exceptionnels, parce que celle-là est réparatrice et bienfaisante. Le raisonnement s'appliquerait très bien aux récompenses sociales. Par exemple, on pourrait très bien dire : Pourquoi des médailles de sauvetage ? Pour cinq ou six cents originaux par année, qui se jettent à l'eau pour en tirer un moutard ! Ce sont des cas exceptionnels.

9Pourquoi la Légion d'honneur ? Pour quelques milliers d'excentriques qui font de belles actions, de beaux tableaux ou de beaux livres ! Ce sont des cas éminemment exceptionnels. Voilà de singuliers modes d'argumentation !

***

10De même aujourd'hui on va répétant :

11— C'est bien ennuyeux. On va remuer toute la défroque des vieux adultères, et en répandre les miasmes dans notre limpide atmosphère. Avions-nous besoin de cet embarras ? Pour quelques pauvres diables qui moisissent dans ces bas-fonds, peut-être sans qu'il y ait de leur faute, on va vicier tout notre air, et gêner notre respiration paisible.

En voilà pour tuer la narine sensible !

  • 8 Allusion à la réplique de Guatimozin, le dernier empereur aztèque, exposé par les Espagnols sur de (...)

12Dites donc ! Eh, mais ! ceux qui sont à fond de cale sont-ils sur des lits de rose8 ? La comparaison est-elle possible du pouah ! plus ou moins douloureux, et pas mal affecté, que vous fera faire le spectacle étalé de leurs misères, à l'affreuse grimace que leur fait faire depuis des années leur misère même ? Ce sont là des répugnances de délicats, de dégoûtés, de voluptueux, et — je cherche une violente injure — de conservateurs.

13« Ne me dérangez pas. Ne remuez rien autour de moi. Ne changez pas ce meuble de place. Ne changez pas le système des water-closets. Ils puent, mais j'y suis habitué. Esclave, apporte-moi des roses ».

  • 9 Toulon et Marseille souffrent alors d'une épidémie de choléra, et tous les jours la presse annonce (...)
  • 10 Mirbeau traitera ce sujet dans sa farce L'Epidémie, représentée en 1898.

14Il y a eu de ces paresses, de ces résistances apathiques à propos de toute réforme et de toute entreprise de salubrité publique. Dix louis que les Toulonnais, une fois le danger passé9, vont résister comme de beaux diables à toute tentative d'établissement de fosses d'aisances dans leur ville odorante. Pourquoi changer ? On est si bien. Nos pères ont bien vécu là dedans, et ça leur a porté bonheur ! Laissez-nous tranquilles10.

  • 11 Cela explique notamment l'engagement de Mirbeau dans l’affaire Dreyfus (cf. son Affaire Dreyfus, S (...)

15J'ignore quand a été faite la loi sur le détournement de mineurs. Mais je suis sûr qu'on a dû se dire en ce temps-là : « Bah ! pour quelques fillettes dont on lève la jupe un peu trop tôt ! Et encore, elles sont bien contentes. Et huit sur dix font les premiers pas. Cela se passait discrètement, doucement, dans l'ombre nuptiale dont parle le poète. Vous allez étaler cela au grand jour. Pour quelques exceptions intéressantes. Ce n’est pas la peine ». — Eh, diantre ! nous le savons bien que neuf sur dix... Mais c'est précisément pour la dixième qu'est faite la loi. Il suffit qu'il y ait une injustice quelque part pour qu'on y doive courir comme au feu, dans une société qui a la prétention de n'être pas tout à fait barbare11.

***

16Je ne sais quel médecin de Bordeaux, le mois dernier, au milieu de l'épouvante un peu ridicule, et dont nous commençons à être un peu honteux, qu'avaient répandue sur la France les menaces du choléra, avait inventé tout un système d’affreuses persécutions, sous prétexte d’hygiène, contre la jolie corporation des blanchisseuses bordelaises, considérées comme les plus redoutables propagatrices du fléau. Les pauvres filles étaient pourtant bien innocentes à cet égard, et ce n'est pas le choléra, à l'ordinaire, qu'elles propagent parmi leurs clients.

17Ces effarements en présence de la grande entreprise de désinfection qui est en cours, sont tout à fait analogues aux noirs desseins de l'Hippocrate du cours de l'Intendance. C'est aux blanchisseuses qu'on en veut. Moi, c'est au linge sale.

  • 12 Mécène, ami d'Auguste, protecteur de Virgile et d'Horace, était le prototype de l'amateur éclairé.

18Hercule fut un galant homme, comme Mecenas12, et certes, quand il filait aux pieds d'Omphale, au lieu de filer loin d'elle, il était aussi amoureux qu'un autre des parfums délicats, et des fines odeurs qui s'exhalent des cheveux lustrés, des tuniques molles. Mais, quand il le fallait, il entrait aux écuries d'Augias, sans froncer le sourcil, ni faire la moue. Cet affreux réactionnaire d'Augias tenait à ses ordures, et résistait avec noblesse, en faisant remarquer judicieusement qu'à les remuer ainsi on ne ferait que redoubler l'âcre puanteur répandue à la ronde ; qu'à tout prendre mieux valait tout laisser et continuer à mener doucement la petite existence.

19Hercule ne fut pas sensible à cet appel, et ne fut pas épouvanté par les révoltes de sa narine, ce qui prouve qu'il y voyait plus loin que son nez. Il détourna le cours d'un fleuve pour mener à bien son entreprise, et, dans la suite, il fut béni par les peuples.

20Affabulation : il faut désinfecter nos coins sales, dussions-nous changer le cours des fleuves et de nos habitudes.

21Montrevêche

22L'Événement, 21 août 1884

Notes

1 Alfred Naquet (1834-1916), député, puis sénateur radical, promoteur de la loi sur le divorce, adoptée le 27 juillet 1884. Pour rallier les républicains mous, il a dû se contenter d'un projet de loi édulcoré par Jules Ferry, qui exclut, en particulier, le divorce par consentement mutuel.

2 Paul de Beauffremont (1827-1893), général qui s'est illustré en 1870 à Sedan. Marié avec une dame Caraman-Chimay, il en était séparé de coros. Mais, voulant se remarier, la dite a demandé et obtenu la nationalité allemande et a pu divorcer outre-Rhin. Son ex-mari s'est fait alors accorder par les tribunaux français la garde des enfants, mais le jugement n'a pu être exécuté en Allemagne. L’établissement du divorce en France permettra à la mère de faire reconnaître son divorce dans son pays d'origine et, du même coup, de conserver légalement la garde de ses enfants.

3 Sébastien Santerre, marié à Jeanne Arachequesne, pendant des années a persécuté sa femme, et a fait courir sur son compte les bruits les plus infamants, avec la complicité des domestiques, jusqu'à ce qu'elle demande et obtienne la séparation de corps. Mais à ses torts, car le mari a prétendu l'avoir surprise en flagrant délit dans un cabinet particulier avec un grand seigneur (certains parlaient du prince de Galles), alors qu’elle avait réussi a s’échapper déguisée en mitron. Le procès avait été le théâtre d'un beau déballage de linge sale.

4 Salomon Gessner (1730-1788), écrivain suisse de langue allemande, auteur d'Idylles sentimentales jugées aujourd'hui bien fades.

5 D’Oliver Goldsmith (1766).

6 Ennius (239-169 av. J. C.) est le premier grand tragique romain. Mais de ses quelques tragédies n’ont survécu que des fragments épars. La formule sur le fumier d'Ennius", mis à profit par Virgile, est d’Horace, dans ses Odes.

7 Allusion à L’Or du Rhin, de Wagner.

8 Allusion à la réplique de Guatimozin, le dernier empereur aztèque, exposé par les Espagnols sur des charbons ardents.

9 Toulon et Marseille souffrent alors d'une épidémie de choléra, et tous les jours la presse annonce le nombre des victimes de la veille.

10 Mirbeau traitera ce sujet dans sa farce L'Epidémie, représentée en 1898.

11 Cela explique notamment l'engagement de Mirbeau dans l’affaire Dreyfus (cf. son Affaire Dreyfus, Séguier, 1991).

12 Mécène, ami d'Auguste, protecteur de Virgile et d'Horace, était le prototype de l'amateur éclairé.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search