Version classiqueVersion mobile

Chroniques du diable

 | 
Mirbeau Octave

2. Madame la Députée

Texte intégral

  • 1 C'est chez Ollendorff que Mirbeau a publié tous les romans qu'il a écrits comme "nègre" depuis 188 (...)

1C'est le titre d'un petit roman humoristique que vient de publier un "Jeune" chez Ollendorff1, et qui est agréable à lire. L'auteur suppose que la parité entre les deux sexes a été admise non seulement dans l'adultère, mais encore dans le domaine politique, que les femmes sont éligibles, élues, invalidables, soumises à la vérification des pouvoirs oh ! monsieur ! ; qu'elles parlent, ce qui n'est pas invraisemblable, font des promesses qu'elles ne tiennent pas, répondent à des raisons par des personnalités, décident des plus grandes questions par des cancans de couloirs, enfin font tout ce qui concerne leur état en une telle perfection qu'on ne sait si elles sont de parfaits députés parce qu’elles sont femmes, ou femmes à un degré éminent parce qu'elles sont législateurs.

2Sous sa forme légère elle est d'une profondeur vertigineuse, cette œuvre-là. Elle explique les affinités électives autant que les affinités électorales, fait comprendre à merveille le goût des vieux sénateurs pour les jeunes trottins, et la prédilection des personnes aimables pour les législateurs glabres.

  • 2 Le 26 octobre 1882, Mirbeau a soulevé un énorme scandale en publiant, dans Le Figaro, un pamphlet, (...)
  • 3 Ouvrage de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), paru en 1809.
  • 4 Gros traité, paru de 1815 à 1822, où Lamarck trace l’arbre généalogique du règne animal en fonctio (...)

3On comprend très bien que, si les fillettes du dix-neuvième siècle se destinaient au théâtre, les tendresses du vingtième se réservent pour le Luxembourg, en vertu d'une évolution darwinienne qui mène insensiblement le singe à l'homme, l'homme au comédien2, et le comédien à l'homme d'État, par une lente dégénérescence. J'ose dire que depuis Lamarck, on n’a rien écrit de plus probant sur les transformations graduelles des êtres : que cette histoire de députés qui sont des commères et de chanteuses de rengaines qui dissertent sur la monarchie traditionnelle, est digne de l'auteur de la Philosophie zoologique3, et que le chapitre de l'élection, avec les courbettes aux électeurs et les aplatissements devant les comités, serait une belle page de l'Histoire naturelle des animaux sans vertèbres4.

***

  • 5 Quotidien républicain conservateur, fondé en 1879 par Dufaure, absorbé en 1884 par le Journal des (...)

4J'avais pourtant, sur le titre, rêvé autre chose, et en feuilletant ces spirituelles pages, je me disais : puisque M. André Lebreton habite encore la province — pas pour longtemps, et nous aurons bientôt le plaisir de voir au Bois qu'il aime tant, ou aux premières qu'il peint fort bien, la figure fine du Jean de la Bastide, de feu le Parlement5 — puisque M. Lebreton habite encore cette banlieue de Paris, bornée au sud par le cirque de Gavamie, et au nord, par Rosendael, pourquoi ne nous croque-t-il pas les députés de 1884, tout simplement ?

5Ah ! le joli sujet, et comme il pouvait bien le traiter, là-bas, en son chef-lieu de circonscription rurale, où les ambitions de clocher et les rivalités de chemins vicinaux s’étalent dans la naïveté des faunes mythologiques et dans l'impudeur sacrée des Moabites aux pieds du Booz ! La connaissiez-vous la députée de province ? Exquise. C'est elle qui a remplacé celle qui fut autrefois, comme dit Dorine :

  • 6 Tartuffe, acte II, scène 3. Le bailli rendait la justice, et l'élu s’occupait d'affaires fiscales.

Madame la Baillive ou madame l'Élue6.

  • 7 Albert Glatigny (1839-1873), poète post-romantique, auteur de Vignes folles et de Flèches d'or. Ca (...)

6Grande, sèche, pincée, par elle seule, poivre et sel, mais peu de sel et beaucoup de poivre, raide comme un palais de justice, grave et grinçant sur ses gonds comme une porte de maison d'arrêt, elle fut jadis celle que Glatigny7 a si joliment dessinée dans Maigre Vertu. Élevée dans la basoche, on la destinait à la magistrature assise, et elle fut nourrie des saines doctrines. Sa sœur aînée était présidente. Elle, a épousé un avoué.

7Ah ! le brave homme d'avoué ! Rieur, gaillard et raillard, rose autrefois, pourpre à présent sous ses cheveux drus taillés en brosse, carré par la base, rond des épaules, large des reins, invincible aux dominos, et invincible aussi aux bocks du Café national. La belle vie, rieuse et franche, délicieusement bornée et placide qu'il eût menée avec la dot de quarante mille, l'étude de soixante mille (payée) et son bon ami Gilottard, le roi du carambolage, et son petit Hector, si bon dénicheur de merles, et pas trop bête, ma foi, en version grecque !

8Mais son beau-frère était président, et madame l'avouée n'avait jamais pardonné cela à sœur. Et il a fallu devenir quelque chose, par la politique, parce que la politique mène à tout, et il faut entendre, en province, de quel ton de béatitude extatique et avec quel écarquillement des yeux ronds en dehors du champ des lunettes, on module ces trois mots magiques : « Ça mène à tout ! ».

  • 8 Pour Mirbeau, la politique n’est que "grimaces" destinées à impressionner l'imagination des faible (...)

9Et il a fallu recommencer sa vie : prendre une opinion politique d'abord, et puis un air en rapport, et un autre costume, et d'autres faux cols, et des façons de parler inaccoutumées et étranges8, et passer devant le Café national, comme Ulysse, le subtil, devant les sirènes. Et se brouiller avec Gilottard qui n'est pas un homme sérieux, et qui tutoie les garçons de café en les appelant « l'artiste ».

  • 9 C'est aussi ce qu'a dû faire le père d'Octave, Ladislas Mirbeau, élu successivement conseiller mun (...)

10Et dix ans de travail acharné et énervant. S'atteler d'abord à l'élection des autres, paperasser dans les comités, courir les campagnes en répétant : « Le meilleur député est le candidat Chanteloup » ; débiner le député une fois nommé, pour qu'il ne s'éternise par sur son siège, puis travailler à son propre édifice, d'abord dans les soubassements : candidature au conseil municipal, au conseil d'arrondissement9, au conseil général.

11Enfin, le grand jour arrive. Le comité central à lâché le vieux Chanteloup qui était tiède et qui avait pris à Paris de mauvaises mœurs. On a travaillé le comité, et cet intrigant de Perrinot qui s'insinuait, et même ce Gilottard qui, sans efforts, avait fini par s'acquérir une popularité malsaine. Et l'on est choisi, et l'on est nommé. Et madame télégraphie la chose à la présidente.

***

12Madame l'avouée est maintenant madame la députée. Le rêve de sa vie est réalisé. Eh bien, le croiriez-vous ? Elle a eu une déception. Son ambition était de briller au premier rang, comme il sied à une grande nature. Elle a un vague sentiment qu'elle a dégringolé de quelques degrés.

  • 10 Mirbeau évoquera cette vie de député dans un roman "nègre" qui paraîtra en janvier 1886, Une Folie

13En province elle était quelque chose. A Paris, elle voit bien qu'elle est un peu moins que rien. Elle se rêvait pourchassée par les reporters, elle n'est assiégée que par les solliciteurs qui sont tenaces et qui coûtent cher ; elle avait la vision d'un salon politique dirigé par elle, elle fait la cour aux sténographes pour faire introduire un « Allons donc ! » ou un « Parlez pour vous ! » que son mari, qui ne parle pas pour lui-même, n'a même pas articulé10.

  • 11 Les traités d'Utrecht (1713-1715) mirent fin à la guerre de succession d’Espagne. Ce fut "une vest (...)

14Trois sénateurs et un académicien viennent quelquefois à ses samedis, qui sont si lourds au petit budget. Ceux-là même la prennent peu au sérieux. Ils sourient de son érudition en histoire contemporaine qui est trop exacte, et de ses connaissances en histoire générale, qui le sont moins. Elle a eu un succès d’étonnement quand elle a énuméré les vingt-sept signataires de l'amendement VIII sur la question des bouilleurs de cru, et un succès d'hilarité douce quand elle a pris le traité d'Utrecht pour une espèce de velours, où l'on taille des vestes, ce qui n’est vrai que par métaphore11.

  • 12 Quartier célèbre pour ses lorettes.
  • 13 Mirbeau développera ce thème dans Le Calvaire (1886).

15Son mari aussi l'inquiète, qui mordait bien aux chemins vicinaux parce qu’ils mènent au palais Bourbon, mais qui ne fait pas de progrès en droit constitutionnel, et qui commence à hanter le quartier de l'Europe12 sous prétexte d'études diplomatiques. Hector aussi lui donne des soucis. L'ancien dénicheur de merles a continué ses études d'ornithologie, mais c'est à des oiseaux plus hauts sur pattes qu'il s'adresse, et ce n'est plus le gibier qui est plumé13.

16Trois mois de l'année elle retrouve sa bonne province ; mais ce n'est guère que pour s'occuper à déjouer les manœuvres de l'avocat Brulard, que sa chipie de femme pousse à la politique, et qui sera député quelque jour, ayant pris l'habitude d’être tout ce que sa femme le fait.

  • 14 Allusion aux épurations successives de la Justice et de l'administration en 1879 et 1880. Mirbeau (...)

17Elle n'a eu qu’un plaisir en somme, depuis le grand jour, un vrai, celui-là. Ç'a été de faire comprendre dans la dernière épuration14 son beau-frère le président, qu'elle avait pendant six mois représenté au sous-secrétaire d'État à la justice comme réactionnaire et à tous les chefs de bureau comme radical.

***

  • 15 Allusion à la révision partielle de la constitution, qui est en cours de discussion au parlement, (...)

18Mme la députée vieillit, sa constitution s'altère et elle aurait besoin d'une révision partielle15. Elle absorbe les projets de loi avec difficulté ; elle digère les amendements d'une façon pénible et l'Officiel le plus feuilleté lui donne des aigreurs. Elle a encore ses grands airs et, devant les trois sénateurs distraits et l'académicien ahuri, c'est encore avec une certaine dignité qu'elle dit : « Nous autres femmes publiques... ». Mais la conviction n'y est plus, le ressort s'affaisse.

19Elle commence à regarder son mari partant pour la Chambre de l'air dont elle le voyait descendre à l'étude à l'effet d'étudier le dossier Cocardel contre Pichenot. Pauvre homme ! avec son diabète, il n'a pas même su faire un petit discours sur la question des sucres.

20Et Brulard, là-bas, qui est déjà président de la Ligue pour l'alimentation artificielle des vers à soie, secrétaire de la Société de gymnastique en chambre, et trésorier de l'Alliance pour la propagation de la langue française dans les journaux de province ! Et Mme Brulard qui fait flèche de tout le bois qu'elle trouve au foyer conjugal, et se livre à une publicité scandaleuse !

  • 16 En novembre 1868, Mirbeau a fait, à Bullier, la connaissance d'une certaine Pauline, dite Popo... (...)

21Ah ! Mme la députée est triste. Mme la députée a des inquiétudes sur la situation. Cependant elle vient d’avoir une joie, un retour d'énergie et de jeunesse. Son cher Hector lui a dit l'autre jour, avec un air assez décidé : « Maman, j'ai une vocation. Je veux être attaché d'ambassade. Papa m'a dit que c'est très chic. — Ton père ?... — Non, Paméla, dite Papa16 dans les heures d'ivresse ». Mon Dieu ! s'est dit Mme la députée, ces malheureuses sont donc bonnes à quelque chose !

22Montrevêche

23L'Événement, 12 août 1884

Notes

1 C'est chez Ollendorff que Mirbeau a publié tous les romans qu'il a écrits comme "nègre" depuis 1882, et qu'il fera paraître Le Calvaire en 1886 et L'Abbé Jules en 1888. Madame la députée est l'œuvre d'un jeune professeur agrégé de lettres, André Le Breton, né à Poitiers en 1860.

2 Le 26 octobre 1882, Mirbeau a soulevé un énorme scandale en publiant, dans Le Figaro, un pamphlet, au demeurant excessif et injuste, pour dénoncer le règne des cabotins, symbole d'une société du spectacle où tout marche à rebours du bon sens et de la justice (cf. ses Combats politiques, Séguier, 1990, pp. 43-50).

3 Ouvrage de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), paru en 1809.

4 Gros traité, paru de 1815 à 1822, où Lamarck trace l’arbre généalogique du règne animal en fonction de son hypothèse transformiste.

5 Quotidien républicain conservateur, fondé en 1879 par Dufaure, absorbé en 1884 par le Journal des débats. Paul Bourget y a tenu la chronique dramatique avec une compétence qui lui a valu les éloges de Mirbeau dans Les Grimaces.

6 Tartuffe, acte II, scène 3. Le bailli rendait la justice, et l'élu s’occupait d'affaires fiscales.

7 Albert Glatigny (1839-1873), poète post-romantique, auteur de Vignes folles et de Flèches d'or. Catulle Mendès en fera le rôle-titre d'une de ses pièces.

8 Pour Mirbeau, la politique n’est que "grimaces" destinées à impressionner l'imagination des faibles pour mieux les manipuler.

9 C'est aussi ce qu'a dû faire le père d'Octave, Ladislas Mirbeau, élu successivement conseiller municipal, adjoint au maire de Rémalard et conseiller d'arrondissement.

10 Mirbeau évoquera cette vie de député dans un roman "nègre" qui paraîtra en janvier 1886, Une Folie.

11 Les traités d'Utrecht (1713-1715) mirent fin à la guerre de succession d’Espagne. Ce fut "une veste" pour Louis XIV, dans la mesure où il dut notamment abandonner l'Acadie à l’Angleterre et Nice et la Savoie à Victor-Amédée II.

12 Quartier célèbre pour ses lorettes.

13 Mirbeau développera ce thème dans Le Calvaire (1886).

14 Allusion aux épurations successives de la Justice et de l'administration en 1879 et 1880. Mirbeau les avait alors dénoncées dans les colonnes de Paris-Journal, où il prostituait sa plume.

15 Allusion à la révision partielle de la constitution, qui est en cours de discussion au parlement, réuni à Versailles. Mirbeau en a rendu compte, à sa manière, c'est-à-dire au vitriol, dans les colonnes du Gaulois, du 6 au 13 août, et y a manifesté son dégoût pour les politiciens, "tas grouillant d'êtres malpropres et malhonnêtes, sans courage, sans dignité, sans conscience, sans patrie, qui trafiquent de leur mandat et vendent leurs convictions au ministre le plus offrant"...

16 En novembre 1868, Mirbeau a fait, à Bullier, la connaissance d'une certaine Pauline, dite Popo... (Lettres à Alfred Bansard des Bois, Le Limon, Montpellier, 1989, p. 124).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search