Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Quatrième partie. Héritage : la mémoire et la pratique de l’érudition

17. De la compilation à l’érudition historique (II) : les recueils manuscrits de Jean-Joseph Crestin (1762-1824) conservés aux Archives municipales de Saint-Claude

Aurélia Bully

Texte intégral

  • 1 Les Archives municipales de Saint-Claude possédaient depuis une vingtaine d’années quelques actes p (...)
  • 2 A l’occasion de cette étude, les tables des actes contenus dans ces deux volumes manuscrits ont été (...)
  • 3 Dom P. BENOIT, Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, 2 vol., Montreuil-sur-Mer,1890- (...)

1Le service des Archives municipales de Saint-Claude (Jura) a eu l’occasion en 2004 d’effectuer des recherches sur des manuscrits appartenant à un particulier1. L’intérêt de cette étude était double : en premier lieu, ces manuscrits sont un recueil d’actes concernant l’abbaye et la ville de Saint-Claude, et à ce titre, ils sont une source indirecte précieuse2. Ils sont également l’une de celles de Dom Benoît, fréquemment citée dans ses deux volumes sur l’histoire de l’abbaye sous la forme « documents collationnés par J.-J. Crestin », une référence bien connue de tous ceux qui compulsent régulièrement cette œuvre3.

I. Contenu

  • 4 Ces manuscrits ne présentent pas un grand intérêt codicologique. Nous nous contentons donc d’en don (...)
  • 5 On note en particulier des références aux ouvrages de G. Paradin, S. Guichenon, P.-Fr. Chifflet, J. (...)
  • 6 Circonscription judiciaire dans laquelle s’exerçait la justice de Saint-Claude.
  • 7 Le premier recueil est plus désordonné que le second, ce que l’on doit attribuer à la nature des do (...)

2Ces recueils se présentent en deux volumes comptant respectivement1292 et1184 pages4. Ils contiennent un total de 487 titres, ceux-ci étant des transcriptions littérales dans la plupart des cas, mais pas seulement. Le compilateur a en effet parfois recopié des extraits d’ouvrages d’érudits des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles5 ou recopié de simples notes sur les actes extraits des archives de l’abbaye, de la ville, de l’hôpital, de la grande judicature6, parfois de fonds privés. Il en a chaque fois scrupuleusement indiqué la provenance. Les actes ou notes sont organisés selon un ordre globalement chronologique et intéressent les aspects les plus divers de l’histoire du monastère et de la ville de Saint-Claude7.

II. Auteur

  • 8 Bibliothèque municipale de Saint-Claude, Ms. 20 et 21, Notes historiques et documents relatifs à l’ (...)
  • 9 Archives municipales de Saint-Claude, GG32, f° 21.
  • 10 Pour plus de renseignements sur ce personnage et sur sa carrière militaire, cf. Archives municipale (...)
  • 11 Cf. notice193 du premier volume. On ne peut exclure que l’auteur ait composé sa compilation sur plu (...)
  • 12 La première main a contribué à ce recueil pour une trentaine d’actes environ. E. Guirand, qui fut p (...)

3On a longtemps identifié, à tort, l’auteur de ces recueils à Jean Baptiste Joseph Crestin Grivel, qui fut maire de Saint-Claude entre 1807 et1814, et qui nous a laissé un opuscule sur sa ville8. Mais grâce à quelques notes de la main de l’auteur, à des notes de Dom Benoît également laissées dans les manuscrits eux-mêmes ou consignées dans son ouvrage, et à quelques recherches généalogiques, nous avons rapidement conclu que l’auteur était en réalité un certain Jean Joseph Crestin Grivel, né à Saint-Claude en1762. Une rapide comparaison de spécimens des écritures des deux hommes a permis de confirmer ce sentiment. Jean Joseph Crestin Grivel était le fils de Christophe Chretin Grivel, un ancien officier de cavalerie qui fut maire de Saint-Claude, et de Marie Françoise Bayard de la Ferté9. Après l’école royale et militaire de Brienne, il devint aspirant d’artillerie en1779, lieutenant en premier en1784 et parvint au grade de second capitaine en1791. Après quelques années d’exil, il rentra en France en1801. Il a perdu une grande partie de sa fortune lors de son émigration, mais aussi au moment de l’incendie de Saint-Claude en1799. Jean Joseph Crestin est mort à Salins-les-Bains en1824, où il commandait le ou les forts de cette ville10. On ignore à quelle période de sa vie il a eu l’occasion de se consacrer à la rédaction de ces recueils. Mais l’une de ses copies mentionne le décès de l’avocat Christin dans le grand incendie de Saint-Claude en1799, ce qui nous donne au moins un terminus post quem11. Deux autres mains ont participé à la rédaction des manuscrits, mais dans une moindre mesure : l’une, non identifiée, appartient probablement à la période fin XVIIIème-début XIXème siècle et une seconde peut être attribuée à Edmond Guirand, peintre sanclaudien né en1812 et mort en 188812.

  • 13 Cf. Dom P. BENOIT, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. I, p. 378.
  • 14 Sous-série 2 H des Archives départementales du Jura, et fonds ancien des Archives municipales de Sa (...)

4Après la mort de J.-J. Crestin, les deux manuscrits ont été remis par son fils Jules à Raymond Jeantet, un aïeul de l’actuel propriétaire, qui les mit à la disposition de Dom Benoît13. Ce dernier a largement utilisé la compilation, qui contient certains titres dont il ne nous a pas encore été permis de retrouver les originaux ou d’autres copies. Mais pour l’essentiel, elle contient des documents pour lesquels les originaux, ou des copies plus anciennes, sont conservés, que ce soit dans le fonds de l’abbaye de Saint-Claude ou dans celui de la ville14.

III. Manuscrits originaux ou copies ?

  • 15 Archives du diocèse de Saint-Claude, ZZ53, microfilmé aux Archives départementales du Jura sous la (...)

5Les deux volumes manuscrits de Crestin présentent un intérêt indéniable. Pour autant, sont-ce des manuscrits uniques, ou plutôt originaux ? On peut en douter. Il existe en effet un manuscrit aux Archives diocésaines de Saint-Claude qui présente beaucoup de similitudes avec ceux que nous présentons ici. Il s’agit du Ms. Droz n° 127 intitulé « cartulaire de Saint-Claude » dont l’auteur est Claude Antoine Gaillard15. Ce document est également une compilation de titres de la ville et de l’abbaye de Saint-Claude, dont certains sont des copies littérales, d’autres de simples notes. Comme dans les précédents manuscrits, la provenance des copies est indiquée, de même que des titres sont donnés à chaque notice, titres qui correspondent à ceux des notices de Crestin. Même s’il ne nous a pas été possible d’établir une comparaison systématique des manuscrits de Crestin et de Gaillard, en raison de leurs lieux de conservation différents, il apparaît qu’une grande partie des actes copiés chez « Crestin » se retrouve également chez « Gaillard ». Nous avons donc émis l’hypothèse que J.-J. Crestin, plutôt que de constituer son propre recueil, a pu se contenter de recopier celui de C.-A. Gaillard.

  • 16 Précisons que Crestin n’a à aucun endroit de ses manuscrits indiqué sa démarche. On pourrait donc c (...)

6Hormis la ressemblance de leur contenu, un autre argument vient renforcer l’hypothèse d’une copie de Gaillard par Crestin16.

  • 17 Archives municipales de Saint-Claude, GG31, f°54. Son décès a été enregistré sous les prénoms d’Ant (...)
  • 18 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms.1973,1974,1975,1976,1977.
  • 19 Archives du diocèse de Saint-Claude, ZZ50, Ms. Droz n° 34. Autre copie aux Archives départementales (...)
  • 20 D’après J.-R. Joly, un capucin natif de Saint-Claude et auteur de La Franche-Comté ancienne et mode (...)
  • 21 Avocat et érudit, né en1735, il termina sa vie à Saint-Claude, où il mourut en 1805. Cf. M. ROCHE, (...)
  • 22 Nous remercions le père B. De Vregille de nous avoir communiqué cette information. Voir également G (...)
  • 23 La collection des manuscrits Droz a été vendue en1924 par Albert de Vregille, arrière-petit-fils de (...)

7Claude Antoine Gaillard, l’auteur du premier recueil, promoteur de l’Officialité de l’évêché de Saint-Claude, fut également l’aumônier du couvent des Annonciades dans cette même ville ; il est mort en1751, âgé d’environ 70 ans17. Il avait pour projet d’écrire une histoire de l’abbaye et avait dans cette intention pris une multitude de notes et rassemblé de nombreuses observations, consignées dans cinq volumes actuellement conservés à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon18. Il avait également confectionné ce « pseudo-cartulaire » conservé à Lons-le-Saunier. Il ne put malheureusement mener son projet à bien et à sa mort, ses manuscrits revinrent à l’official de Saint-Claude, l’abbé Vuillerme Des Villars. Ce dernier, à la demande de l’Académie de Besançon, composa vers1760 un Dessin et précis de l’histoire de l’abbaye et ville de Saint-Claude, qui ne fut jamais publié19. L’abbé a-t-il utilisé en partie la matière contenue dans les manuscrits de Gaillard ?20 A la mort de l’abbé Des Villars, ses papiers et manuscrits furent récupérés par son neveu François Nicolas Eugène Droz21, conseiller au parlement de Besançon22. Cet héritage explique que le « cartulaire » de Gaillard, ainsi que l’ouvrage manuscrit de l’abbé Vuillerme Des Villars, soient conservés dans la collection Droz des Archives diocésaines23.

  • 24 Certains actes copiés par Crestin présentent quelques différences avec ceux de Gaillard. Il est pos (...)

8Ces petites digressions nous ramènent bien à notre propos de départ puisque Jean-Joseph Crestin avait épousé Philippine Hyacinthe Césarine Droz, la fille du célèbre conseiller Droz. Il est donc probable que cette alliance a permis à J.-J. Crestin de disposer du « cartulaire » de Gaillard et d’en établir une copie. Il nous faut dire que la copie de Crestin est beaucoup plus soignée que le manuscrit de Gaillard. Celui-ci avait en effet une écriture particulièrement difficile à lire, son manuscrit est raturé, la calligraphie en est fine et serrée. Crestin a eu le loisir d’organiser sa copie de manière plus claire et de soigner sa présentation24. Cette raison, ajoutée au contenu proprement dit des deux manuscrits, explique tout l’intérêt de ce document.

9Bien que les manuscrits de J.-J. Crestin n’appartiennent pas à un fonds public, la petite étude que leur propriétaire a bien voulu laisser mener par les Archives municipales de Saint-Claude a permis de remonter ainsi à d’autres auteurs qui se sont intéressés à l’histoire de Saint-Claude, et de comprendre certaines des filiations qu’il y avait entre eux, au propre comme au figuré. Une étude plus complète des compilations et histoires de l’abbaye, comme celles du moine C. Dusaix, de H. Boguet, de P.-Fr. Chifflet, de J.-C. Pernier, de C.-A. Gaillard, ou de Des Villars, permettrait d’en savoir plus sur les influences que les différents auteurs ont eues les uns sur les autres. De là, nous serions sans doute mieux à même de comprendre le devenir des archives de l’abbaye et de la ville, leur transmission, l’origine des copies, les dispersions, les achats ou même parfois les pertes pures et simples.

Notes

1 Les Archives municipales de Saint-Claude possédaient depuis une vingtaine d’années quelques actes photocopiés extraits de ces manuscrits. Cette liasse de documents était connue sous le nom « extraits des manuscrits Jeantet », du nom de leur actuel détenteur.

2 A l’occasion de cette étude, les tables des actes contenus dans ces deux volumes manuscrits ont été établies. Elles sont consultables aux Archives municipales de Saint-Claude.

3 Dom P. BENOIT, Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, 2 vol., Montreuil-sur-Mer,1890-1892.

4 Ces manuscrits ne présentent pas un grand intérêt codicologique. Nous nous contentons donc d’en donner une description très rapide.

5 On note en particulier des références aux ouvrages de G. Paradin, S. Guichenon, P.-Fr. Chifflet, J.-J. Chifflet, J. Mabillon, etc.

6 Circonscription judiciaire dans laquelle s’exerçait la justice de Saint-Claude.

7 Le premier recueil est plus désordonné que le second, ce que l’on doit attribuer à la nature des documents- essentiellement des chroniques - présentés dans les premières pages.

8 Bibliothèque municipale de Saint-Claude, Ms. 20 et 21, Notes historiques et documents relatifs à l’administration municipale de Saint-Claude par M. Crestin, son ancien administrateur. Ce manuscrit a été publié sous le titre Notice historique sur la ville de Saint-Claude, s. l.,1811.

9 Archives municipales de Saint-Claude, GG32, f° 21.

10 Pour plus de renseignements sur ce personnage et sur sa carrière militaire, cf. Archives municipales de Saint-Claude, S28717/19.

11 Cf. notice193 du premier volume. On ne peut exclure que l’auteur ait composé sa compilation sur plusieurs années. Toutefois, l’homogénéité de l’ensemble permet d’en douter.

12 La première main a contribué à ce recueil pour une trentaine d’actes environ. E. Guirand, qui fut par ailleurs professeur de dessin au collège de Saint-Claude, a laissé trois notices. Ces ajouts ont été rendus possibles par l’organisation même des manuscrits. J.-J. Crestin a en effet intercalé entre chacune de ses notices ou copies des feuillets vierges, sans doute pour pouvoir compléter sa compilation sans trop perturber l’ordre chronologique des copies.

13 Cf. Dom P. BENOIT, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. I, p. 378.

14 Sous-série 2 H des Archives départementales du Jura, et fonds ancien des Archives municipales de Saint-Claude.

15 Archives du diocèse de Saint-Claude, ZZ53, microfilmé aux Archives départementales du Jura sous la cote1 Mi1013.

16 Précisons que Crestin n’a à aucun endroit de ses manuscrits indiqué sa démarche. On pourrait donc croire, à la lecture des indications de provenance des titres copiés, qu’il a lui-même exécuté cette compilation.

17 Archives municipales de Saint-Claude, GG31, f°54. Son décès a été enregistré sous les prénoms d’Antoine François. L’un de ses manuscrits conservé à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon lui donne le nom de Claude Antoine Gaillard. C’est ce dernier que nous utilisons.

18 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms.1973,1974,1975,1976,1977.

19 Archives du diocèse de Saint-Claude, ZZ50, Ms. Droz n° 34. Autre copie aux Archives départementales du Jura,1 J68 (4).

20 D’après J.-R. Joly, un capucin natif de Saint-Claude et auteur de La Franche-Comté ancienne et moderne, Paris,1779, p. 94, Vuillerme Des Villars s’était proposé de faire publier les manuscrits de Gaillard dont il avait hérité.

21 Avocat et érudit, né en1735, il termina sa vie à Saint-Claude, où il mourut en 1805. Cf. M. ROCHE, M. VERNUS, Dictionnaire biographique du département du Jura, Lons-le-Saunier,1996.

22 Nous remercions le père B. De Vregille de nous avoir communiqué cette information. Voir également G. DUHEM, Inventaire analytique des livres de bourgeoisie de la ville de Saint-Claude, Lons-le-Saunier,1960, p. 133. J.-R. Joly indique dans son ouvrage que F. N. E. Droz aurait récupéré les papiers de Des Villars par l’intermédiaire de sa tante, sœur de l’abbé. Cf. J.-R. JOLY, La Franche-Comté, op. cit., p. 94.

23 La collection des manuscrits Droz a été vendue en1924 par Albert de Vregille, arrière-petit-fils de F. N. E. Droz. Nous devons encore une fois cette précision au père B. De Vregille.

24 Certains actes copiés par Crestin présentent quelques différences avec ceux de Gaillard. Il est possible que Crestin ait, dans certains cas, rétabli quelques leçons qu’il jugeait fautives. Mais il a eu également des difficultés à lire le document sur lequel il se basait, comme en témoignent parfois des espaces laissés en pointillés.

Auteur

Docteur en histoire médiévale ; a soutenu récemment une thèse sur l’abbaye de Saint-Claude à la fin du Moyen Age, XIVème-XVème siècles.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search