Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Quatrième partie. Héritage : la mémoire et la pratique de l’érudition

14. Témoignage

Joseph Picot d’Aligny

Texte intégral

1 L’une des journées d’étude du groupe Chifflet s’est tenue à Montmirey. La notice qui suit présente ce « lieu de mémoire ». La bibliothèque fera l’objet d’une étude approfondie ultérieurement.

2La bibliothèque a été constituée de son vivant par Alfred Bourgon (1780-1870), Président au Parlement de Besançon, qui la vendit en 1870 à Henry Picot d’Aligny. Ce dernier fit édifier une nouvelle aile à son château pour loger ces 10 000 volumes.

3Son fils André eut la lourde charge d’en dresser le catalogue avec l’aide de Pierre-André Pidoux de la Maduère. Il répertoria les livres par ordre alphabétique d’auteurs. Il reste à établir un catalogue thématique.

4Le salon est une pièce de style Renaissance où, tout le long des murs, 10 000 volumes sont disposés dans des meubles copiés d’après ceux du musée de Cluny à Paris.

5Pour un lettré épris de l’histoire comtoise, c’est un plaisir incomparable de caresser d’un même regard 1784 manuscrits et 10 341 volumes, tous comtois ; 2 000 sont antérieurs à 1790 et, avec quantité de pièces rares de l’époque de la Révolution, constituent les deux grandes spécialités de cette collection.

6Trésor d’autant plus curieux que 483 de ces livres ne figurent pas dans le Répertoire bibliographique des ouvrages franc-comtois imprimés avant 1790 de l’Abbé Perrod, et que 95 n’y sont pas mentionnés avec la même édition.

7Rien ne prouve mieux la grande rareté de ces livres que d’avoir pu rester inconnus de savants tels l’Abbé Perrod et Bernard Prost son collaborateur et ami.

8Les vêtements de ces livres forment la plus chatoyante des tentures. Ce sont, à profusion, maroquins de toutes couleurs, avec tranches dorées, maroquins jansénistes ou maroquins chargés de filets à la grecque, de fers armoriés ou de dentelles à la du Seuil, veaux gaufrés et dorés avec tranches ciselées, veaux fauves ou veaux racinés, vélins blancs et truies gaufrées sur ais de bois.

9Ces habits ont souvent été taillés par les meilleurs faiseurs, dont on retrouve les signatures avec les noms de Simier, Petit, Bozerian, Lortic, Pequignot, Cazella, Arnauld, Ducastin, Thouvenin, Bauzonnet, etc. ; 113 sont d’Abich, le relieur du président Bourgon.

10En résumé, la bibliothèque du château de Montmirey-la-Ville est une synthèse rare de l’histoire de la Franche-Comté, dans un écrin particulièrement brillant.

Auteur

Conservateur de la bibliothèque de Montmirey-la-Ville (Jura).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search