Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Troisième partie. Érudition et histoire

13. Histoire et politique : les Mémoires de Jules Chifflet confrontés aux nouvelles sources françaises et espagnoles, 1668-1676

Maurice Gresset

Texte intégral

  • 1 Sources espagnoles pour une histoire de la Franche-Comté aux XVIème et XVIIème siècles, 2000, Besan (...)
  • 2 La Franche-Comté espagnole. A travers les archives de Simancas, une autre histoire des Franc-comtoi (...)

1Les Mémoires de Jules Chifflet portent sur les années 1668-1674, capitales pour l’histoire de la Franche-Comté. Ne virent-elles pas en effet la première conquête de la province, d’une facilité dérisoire en février 1668, puis le retour à l’Espagne dès le mois de juin et enfin la seconde conquête en 1674, définitive celle-là. Entre temps, les Espagnols avaient malmené les franchises et libertés comtoises. Du coup, en 1673, une révolte avait failli embraser toute la province. Longtemps les Mémoires de Chifflet sont restés la meilleure et presque unique source à laquelle ont puisé les historiens comtois. Or depuis quelques années, d’autres sources, non comtoises celles-là, ont été plus largement exploitées, voire découvertes : les sources françaises des Archives de la Guerre. Les principaux documents se rapportant à la Franche-Comté ont été édités et présentés en 2001 dans le volume XV de la collection des Mémoires et documents inédits pour servir à l’histoire de la Franche-Comté, publiés par l’Académie de Besançon. Dans cette collection avaient déjà été publiés en 1867 et 1868 les Mémoires de Jules Chifflet. Les sources espagnoles ont été étudiées dans la thèse d’un jeune historien comtois, François Pernot, actuellement maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise. L’inventaire des sources concernant la Franche-Comté aux Archives de Simancas a été publié en 2000 par les Presses Universitaires de Franche-Comté1, la thèse elle-même, un peu remaniée, en 2003 par le même éditeur2. Qu’apportent de plus ces sources françaises et espagnoles aux Mémoires de Jules Chifflet ? En confirment-elles les dires, ou au contraire les infirment-elles ? Après avoir brièvement situé Jules Chifflet et ses Mémoires dans leur temps, je vais essayer de répondre à ces questions.

I. Jules Chifflet et ses Mémoires

1. Jules Chifflet, 1615-1676

2Né à Besançon, il était le second enfant de Jean-Jacques, médecin des archiducs souverains particuliers des Pays-Bas et de la Franche-Comté pendant le premier tiers du XVIIème siècle et auteur de la première histoire de Besançon, Vesontio civitas imperialis libera dont la traduction du latin au français a été publiée en 1988 à Besançon. Après des études classiques au collège de Louvain, il revint en Franche-Comté et devint docteur-ès-droits à l’université de Dole. Entré dans les ordres, il fut pourvu d’un canonicat au chapitre métropolitain de Besançon et devint chapelain d’honneur à la cour d’Espagne. En 1648 Philippe IV lui confia les fonctions de chancelier de l’Ordre de la Toison d’or et en 1657 il le nomma abbé commendataire de l’abbaye cistercienne de Balerne, près de Champagnole, en remplacement de son oncle Philippe Chifflet qui venait de mourir. Jules Chifflet était à Madrid en 1659 quand le parlement de Dole le présenta en première position pour un office de conseiller clerc, choix qui fut agréé par Philippe IV. Au moment de la première conquête de la Franche-Comté par Louis XIV en février 1668, Jules Chifflet fut l’un des trois membres qui s’opposèrent à la capitulation de Dole.

3Après le départ des Français en juin, il contribua à calmer les émeutes populaires qui avaient secoué la ville de Dole – et pas rien qu’elle ! Le Parlement suspendu par les Espagnols à leur retour, il eut le loisir de rédiger ses Mémoires sur ce qui venait de se passer en Franche-Comté et il en continua la rédaction les années suivantes, les interrompant au début de la seconde conquête française, au moment de la prise de Gray en février 1674. Il mourut à Dole le 7 juillet 1675.

4Publiés seulement près de deux siècles après leur rédaction, ses Mémoires ne sont pas ses seules œuvres historiques. Il en laissa douze autres, dont quatre non publiées. Mais les Mémoires sont les plus connus et consultés.

2. Ses Mémoires

5Pourquoi furent-ils publiés si tard ? On peut penser que, passée au service de Louis XIV dès 1679 par l’entrée au parlement, transféré à Besançon en 1676, de Philippe-Eugène (1620-1713), neveu de l’abbé de Balerne, la famille Chifflet ne tenait point à divulguer les opinions du fervent patriote comtois qu’avait été l’auteur des Mémoires, souvent sévère dans ses jugements.

6Dans le premier livre de ces Mémoires l’auteur s’interroge sur les causes de l’effondrement militaire comtois de février 1668, puis dans un second livre décrit la première conquête et l’occupation française terminée le 10 juin. Les quatre livres suivants s’attachent aux séditions populaires survenues dans les villes comtoises après le départ des Français, et à l’action des trois gouverneurs, flamand, puis espagnols, qui se succédèrent à la tête de la province et eurent maille à partir avec les villes pour en tirer de l’argent. La seconde conquête par Louis XIV n’est racontée que dans ses débuts et les Mémoires se terminent à la fin février 1674 par une brève conclusion où l’auteur s’abandonne à la Providence.

7Aux six livres et aux différents chapitres, de longueur inégale, qui composent ses Mémoires, Jules Chifflet a lui-même donné des titres. Parfois dans son manuscrit, il a rédigé deux versions du même événement. Dans ce cas, l’éditeur des Mémoires, L. Jeannez a reproduit les deux versions, la seconde en caractères plus fins, en-dessous de la première. C’est donc une rédaction déjà élaborée, mais pas définitive, qui a été publiée en 1867 et 1868. Jules Chifflet y apparaît comme un historien bien informé, d’abord grâce à ses fonctions au Parlement, puis après la suspension de ce dernier, par ses nombreuses relations. La publication des documents français conservés aux Archives de la Guerre, et l’utilisation des sources espagnoles de Simancas vont-elles amener à réviser ce jugement ?

8Sans prétendre pouvoir mener une comparaison exhaustive, nous nous bornerons à voir d’abord les confirmations, les compléments ou les nuances, puis dans une troisième et dernière partie, ce que l’on pourrait qualifier de révélations.

II. Confirmations, compléments

1. La première conquête

9Racontant ses préludes, Chifflet montre que Louis XIV a voulu « amuser » les Comtois par des négociations, pour qu’ils ne concluent pas de traité défensif avec les Suisses et soient surpris par l’attaque française. Les documents français le prouvent amplement. Le mot « amuser » est même dans les instructions données aux négociateurs français. Ils apportent aussi des compléments sur la manière dont le secret a été conservé dans la préparation de l’invasion. Ainsi, fin janvier 1668, quand troupes, canons et munitions affluent vers la Franche-Comté, Louvois fait « voler » le courrier ordinaire envoyé à Dijon le 26 janvier et le courrier suivant est dirigé « par erreur » sur Lyon au lieu de l’être sur Dijon. Quand l’« erreur » est réparée, les troupes françaises sont déjà entrées en Comté.

10Y a-t-il eu trahison ? Chifflet reste perplexe. Les documents français ne laissent pas apparaître avant l’attaque une quelconque collusion avec des Comtois, mais constatent un effet de surprise et le manque d’esprit de résistance des Comtois. Quant aux documents espagnols consultés par M. Pernot, ils laissent apparaître une différence entre Castel-Rodrigo, le gouverneur des Pays-Bas, très sévère pour le comportement des Comtois lors de la conquête, et le Conseil des Flandres à Madrid, beaucoup plus indulgent.

2. L’occupation française

  • 3 Mémoires et documents inédits pour servir à l’histoire de la Franche-Comté, publiés par l’Académie (...)
  • 4 Ainsi la lettre du 5 mai. Arch. Guerre. A1 226/26. Doc. inédits, t. XV, p. 149-150.

11Chifflet reconnaît que la discipline a été strictement maintenue par Gadagne dans les troupes françaises d’occupation, comme en témoigne l’anecdote de la veuve qui alla le trouver pour se plaindre de la conduite des soldats logés chez elle3. Les documents français le confirment. Certes Gadagne fut très sévère à l’égard des Comtois, menaçant même de jeter par la fenêtre l’avocat général du Parlement qui lui tenait tête. C’est qu’il professait, jusque dans ses lettres à Louvois, que l’attitude d’un chef devait être très ferme dans les débuts, quitte à l’être moins par la suite4.

12Chifflet a bien compris l’importance des mesures prises par Louis XIV en mars : démolitions des murailles de Dole et Gray, enlèvement de toute l’artillerie comtoise. Il a bien vu leur lien avec les négociations de paix.

  • 5 Mémoires pour l’instruction du Dauphin, présentés par P. Goubert, Paris, 1992, p. 256.

13Les documents français ajoutent des compléments utiles, ceux des Archives de la Guerre une chronologie précise, ce que Chifflet ne donne jamais, et dans les mesures prises, ils montrent aussi l’enlèvement de l’argent des caisses publiques. Une autre source, les Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du Dauphin, explicite ses intentions : mettre la Franche-Comté dans un état tel qu’il puisse (après l’avoir évacuée) « s’en rendre maître à toute heure »5.

3. Les débuts de la seconde conquête

14La guerre ne fut déclarée que le 20 octobre 1673 et aussitôt les Comtois lancèrent des courses en territoire français, auxquelles les Français répondirent par des opérations analogues et en tentant de lever des contributions sur les villages comtois situés sur les frontières. C’est ce que le général Bertin appelait des « coups d’épingle ». Chifflet indique les plus importants ainsi que le massacre d’Arcey, le 8 janvier 1674, mais il n’est pas au courant de ce que signalent les Documents français : les lettres de Navailles commandant ce front font état d’effectifs tout à fait insuffisants auxquels il supplée par leur mobilité. Il a très peur quand les Comtois arrivent aux faubourgs de Dijon mais n’exploitent pas leur succès. Le récit de Vaubrun sur Arcey diffère par le nombre de morts, soixante contre cent vingt-trois. Il donne la cause de l’engagement : les habitants d’Arcey tuent les parlementaires français.

III. Des révélations ?

1. L’attitude de Lacuson au moment de la prestation de serment à Louis XIV

  • 6 Doc. inédits, t. V, p. 223.
  • 7 Arch. Guerre, A1 225/25 et Doc. inédits, t. V, p. 26.
  • 8 Pour plus de détails voir M. GRESSET, « De l’ordre espagnol à l’ordre français : Lacuson, Gadagne e (...)

15On connaît la scène décrite par Chifflet : « Je lui serrai la main sans parler, il semblait un homme tombé des nues »6. Les Documents français contiennent une lettre de Gadagne du 3 mars 16687, dans laquelle il explique que Lacuson vient le trouver pour lui proposer ses services et jure qu’il ira jusqu’aux enfers pour servir Louis XIV ! Gadagne lui demande d’accompagner la troupe chargée d’aller reprendre le château de Saint-Laurent-la-Roche à l’officier français, capitaine des gardes, propriétaire d’un château dans la Bresse, qui vide celui de Saint-Laurent alors qu’il affirme l’avoir pris après un siège et il n’y restait que deux personnes ! Il met les alentours en coupe réglée. Il sera pris et envoyé en prison à Salins8.

2. Louis XIV et la destruction des salines en mai 1668

  • 9 Doc. inédits, t. V, p. 284.
  • 10 Ibidem.
  • 11 Arch. Guerre, A1 226/81 et 179, 12 et 24 mai 1668 et Doc. inédits, t. XV, p. 160 et 175.
  • 12 Archivo General de Simancas, Secretarias provinciales, 2465, f. 46/3 et Fr. PERNOT, La Franche-Comt (...)
  • 13 Doc. inédits, t. V, p. 477 : « Il avoit suivi le vent, et au changement de maître avoit changé d’in (...)
  • 14 Arch. Guerre, A1 225/67 et Doc. inédits, t. XV, p. 58-63. Pour plus de détails sur cette question, (...)

16Selon Chifflet les Français ont voulu « perdre les sources de nos sauneries »9. Gadagne, le gouverneur de la province, Le Peletier de Souzy, l’intendant, viennent à Salins rencontrer le gouverneur de la ville, le marquis de Noisy, dans ce but. « Dieu permit qu’on ne trouva pas le moyen de les perdre et qu’ils n’eurent pas le temps de démolir les fabriques »10. Dans les sources françaises aucun ordre à ce sujet malgré des recherches minutieuses à Vincennes. L’intendant signale seulement des rumeurs selon lesquelles les Français voulaient emporter le Saint Suaire de Besançon et que lui-même allait se rendre à Salins pour y perdre les sauneries11. Le débat a été relancé par l’utilisation des sources espagnoles. Elles renferment une lettre en français d’un ecclésiastique de Salins, Etienne Patouillet, à la reine, envoyée de Paris à Madrid le 3 juin 166812. Patouillet se vante d’avoir empêché la destruction des salines par ses démarches auprès du Nonce et des ambassadeurs d’Angleterre et de Hollande. Toutefois Chifflet lui-même a tracé de Patouillet un portrait peu flatteur. Il était allé à Gray féliciter Louis XIV de sa conquête et sa harangue avait été appréciée par Condé. Il partit à la Cour et prêcha le Carême dans des églises parisiennes pour se faire connaître13. Le traité d’Aix-la-Chapelle conclu le 2 mai et l’ordre d’évacuation envoyé le 27, ne cherchait-il pas à rentrer en grâce auprès des Espagnols en s’attribuant le mérite de la révocation d‘un ordre qui n’a peut-être jamais été donné ? Quand on sait que Louis XIV avait bien l’intention de redevenir « maître de la Franche-Comté à toute heure » pourquoi aurait-il ruiné les salines qui, d’après l’état du domaine comtal qu’il s’était fait envoyer en mars, procuraient plus de 90 % du revenu de ce domaine ?14

3. Louis XIV et la révolte de Listenois, début 1673

  • 15 Sur le soulèvement de Listenois, les sources espagnoles ne semblent pas apporter grand’chose. En re (...)

17Chifflet rapporte que Listenois, bailli d’Aval, se révolta contre le gouverneur espagnol de la Franche-Comté et leva des troupes. Elles furent écrasées près de Poligny par celles de Massiet et de Lacuson. Aux frontières des troupes françaises avaient pourtant été envoyées ! Les Documents français précisent exactement le rôle de Louis XIV : a-t-il provoqué ou encouragé la révolte ? Non. C’est Listenois qui lui a envoyé un émissaire avant la révolte pour demander argent et hommes. Louis XIV a bien envoyé à la frontière un financier, Gourville, condamné à mort grâcié, avec d’importantes subsides, un militaire, M. de Vaubrun avec de la cavalerie, dont les hommes se seraient fait passer pour déserteurs. Gourville et Vaubrun avaient ordre de s’informer et de n’aider Listenois que s’il remportait un succès au combat. On sait ce qu’il advint et Listenois se réfugia en France15.

18Françaises ou espagnoles, les sources nouvelles publiées ou utilisées ces dernières années, permettent le plus souvent de compléter et de nuancer les Mémoires de Chifflet, quelquefois, mais rarement, de les contredire. C’est donc à juste titre qu’ils ont donc déjà été beaucoup utilisés par les historiens et qu’ils le seront encore dans l’avenir.

19Mais désormais, étant devenus facilement accessibles par leur publication, les principaux documents français conservés au château de Vincennes, ne pourront plus être ignorés des chercheurs comtois. Quant aux documents espagnols conservés à Simancas, François Pernot en a révélé toute l’importance et son inventaire des Sources espagnoles concernant la Franche-Comté devra permettre au chercheur comtois isolé sur l’aride plateau de Castille de fructueuses recherches, en lui évitant de se perdre dans un océan de documents.

Notes

1 Sources espagnoles pour une histoire de la Franche-Comté aux XVIème et XVIIème siècles, 2000, Besançon, PUFC.

2 La Franche-Comté espagnole. A travers les archives de Simancas, une autre histoire des Franc-comtois et de leurs relations avec l’Espagne de 1493 à 1678, 2003, Besançon, PUFC.

3 Mémoires et documents inédits pour servir à l’histoire de la Franche-Comté, publiés par l’Académie de Besançon (cités désormais : Doc. inédits), t. IV, p. 210-212.

4 Ainsi la lettre du 5 mai. Arch. Guerre. A1 226/26. Doc. inédits, t. XV, p. 149-150.

5 Mémoires pour l’instruction du Dauphin, présentés par P. Goubert, Paris, 1992, p. 256.

6 Doc. inédits, t. V, p. 223.

7 Arch. Guerre, A1 225/25 et Doc. inédits, t. V, p. 26.

8 Pour plus de détails voir M. GRESSET, « De l’ordre espagnol à l’ordre français : Lacuson, Gadagne et le château de Saint-Laurent-la-Roche après la première conquête française (février-mars 1668) », dans Société d’Emulation du Jura, Travaux 1997, p. 159-174.

9 Doc. inédits, t. V, p. 284.

10 Ibidem.

11 Arch. Guerre, A1 226/81 et 179, 12 et 24 mai 1668 et Doc. inédits, t. XV, p. 160 et 175.

12 Archivo General de Simancas, Secretarias provinciales, 2465, f. 46/3 et Fr. PERNOT, La Franche-Comté espagnole, op. cit., p. 279-283.

13 Doc. inédits, t. V, p. 477 : « Il avoit suivi le vent, et au changement de maître avoit changé d’inclination et changea de nouveau quand nous fûmes relâchés par la France » ; et aussi Doc. inédits, t. VI, p. 228.

14 Arch. Guerre, A1 225/67 et Doc. inédits, t. XV, p. 58-63. Pour plus de détails sur cette question, voir ma communication : « Louis XIV a-t-il voulu détruire les sauneries de Salins en mai 1668 ? » à paraître dans Société d’Emulation du Jura, Travaux 2004.

15 Sur le soulèvement de Listenois, les sources espagnoles ne semblent pas apporter grand’chose. En revanche les sources françaises sont fort explicites. Doc. inédits, t. XV, p. 208-238. Elles ont été utilisées par M. GRESSET, « Louis XIV et le soulèvement de Listenois en 1673 », Société d’Emulation du Jura, Travaux 1979-1980, p. 181-198.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search