Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Troisième partie. Érudition et histoire

12. Le « Cartulaire de Saint-Claude » constitué par Pierre-François Chifflet

René Locatelli, Gérard Moyse et Pierre-François Chifflet

Texte intégral

1Comme le P. de Vregille vient de le rappeler magistralement, dans le cadre de l’opus magnum qu’il passa une bonne partie de son existence à constituer, ce fameux Sacrarium Jurense qu’il ne parvint pourtant jamais à faire éditer, le P. Chifflet fut amené à mettre au point tout un ensemble de probationes : outre tout ce qui pouvait relever de l’hagiographie, et qui était fondamental, il s’employa aussi à recueillir les actes les plus éclairants pour son objet dans le domaine de la diplomatique. C’est la collection des copies réalisées à cet effet qui forme ce que l’on désigne commodément comme un « cartulaire de Saint-Claude », même si son auteur ne lui a jamais donné ce titre. Une étiquette collée au verso du folio 47 de ce recueil laisse à penser que ce titre devait être, dans l’esprit du P. Chifflet, le suivant, bien dans le style pompeux de l’époque :

Probationes
Historiae inclyti et regalis Monasterii Jurensis,
quod a primo suo ortu Condadescense,
exinde Sancti Augendi sive Eugendi appellatum est,
nunc Sancti Claudii vulgo nuncupatur

  • 1 Une lettre du carme parisien Louis Jacob, du 3 novembre 1651, f° 91, et une lettre du curé de Neuvi (...)

2Ce recueil progressa et fut sans cesse remodelé au gré de sa longue gestation, comme en témoignent les nombreuses modifications de la numérotation apposée par l’auteur sur chaque acte copié par lui, ou pour lui, car toutes les copies ne sont pas de sa main : de fait, ses sources d’information proviennent parfois de correspondants extérieurs, comme en témoignent deux missives incluses dans le présent recueil1. En tout état de cause, le but poursuivi par l’auteur était bien la publication, car il a revêtu son manuscrit d’indications typographiques systématiques, soulignant ce qui devait apparemment être imprimé en italique, encadrant les noms propres pour indiquer un corps de caractère spécial, marquant des renvois pour signaler au prote l’emplacement des analyses, écrites sur les copies en fonction de la place disponible, etc.

3À la suite des tribulations des papiers laissés par le P. Chifflet à sa mort, ce « cartulaire », avec les autres manuscrits Chifflet acquis par sir Thomas Phillipps, a finalement abouti à Berlin, dans les collections de la bibliothèque alors royale de Prusse, aujourd’hui Staatsbibliothek, où il est coté « cod. lat. Phillipp., 1757, II ». Et si les historiens comtois peuvent y recourir aujourd’hui sans se déplacer outre Rhin, c’est grâce à l’obligeance du P. de Vregille qui, en août 1961, en a fait réaliser sur place le microfilm, actuellement conservé aux Archives départementales du Jura.

4C’est le contenu détaillé de ce recueil, étudié à travers ce microfilm, qui est présenté ici, récapitulé sous forme de tableau, où ont été portés, pour chaque acte transcrit, les éléments suivants :

  • numéro d’ordre (1-131) et date des documents du recueil (colonne 1) ;

  • repérage dans le recueil : laissant de côté les foliotations successives apposées par l’auteur et dont il est difficile de reconstituer la succession, on s’en est tenu à deux numérotations suivies apposées plus tard : l’une (colonne 2), sans doute inscrite lors d’un inventaire des papiers laissés par le P. Chifflet et qui se présente sous la forme de numéros d’ordre ordinaux écrits en toutes lettres avec un paraphe, en pied de page, au début de chaque acte (certains pouvant couvrir plus d’une seule page) ; l’autre (colonne 3) est une foliotation, la dernière, moderne, écrite en haut à droite. La numérotation paraphée, qui (pour des raisons que le microfilm ne permet pas d’élucider) ne commence qu’à « sixième » et se poursuit jusqu’à « cent trente-quatrième », est complète (mais, dans le fil du recueil, certains documents n’ont pas été pris en compte et, par ailleurs, le même nombre « cent vingt-quatrième » a été inscrit sur deux documents successifs). La foliotation moderne, elle, va de 1 à 183, mais souffre de lacunes (les folios 22, 73, 95 et 154 n’existent pas). Le rapprochement des deux numérotations semble en tout cas démontrer que le microfilm est bien complet ;

  • analyse des actes (colonne 4) : est reproduit le résumé (en latin) composé par le P. Chifflet pour chaque acte (sauf pour les quelques documents insérés dans le recueil et qui ne sont pas des copies d’actes anciens, par exemple la correspondance) ;

  • annotation (colonne 5) : sont ici mentionnées les remarques critiques ou historiques que le P. Chifflet a parfois placées à la suite de la copie des actes concernés ;

  • tradition des actes (colonne 6) : est d’abord relevée celle dont fait état le P. Chifflet, la plupart du temps sous la forme « ex autographo », ce qui désigne un original, parfois « apographo », ce qui indique une copie ; le cas échéant, on a ensuite indiqué la cote actuelle des documents correspondants dans le fonds de Saint-Claude des Archives du Jura, originaux ou copie ; pour la plupart des actes, est enfin donnée une référence bibliographique actuelle.

5C’est évidemment de l’examen de la colonne 6 que ressort l’intérêt majeur du recueil, puisqu’un simple coup d’œil permet de vérifier d’abord si l’acte est encore conservé aujourd’hui, ensuite si c’est sous la forme de l’original qui a servi au P. Chifflet. C’est évidemment en cas d’absence de mention dans cette colonne que le recueil rend les plus grands services : la copie qu’il donne d’un acte est alors, très souvent, le seul témoin aujourd’hui connu de celui-ci. En l’état actuel de nos investigations, il apparaît ainsi que, pour la période qui s’étend du VIIIème au XIème siècle, neuf actes ne nous sont plus connus que par ce recueil : presque tous d’ordre privé (la plupart de l’époque carolingienne), mais aussi un très important privilège du pape Léon IX (1050), dont le P. Chifflet est le dernier témoin. Pour le XIIème siècle, il en va encore de huit actes inédits, dont plusieurs de l’archevêque de Besançon. La suite du recueil est moins révélatrice, dans la mesure où la quête du P. Chifflet a dû être moins systématique : néanmoins, de quatre actes du XIIIème siècle encore, sa copie est le seul témoin connu.

  • 2 Louis POUPARDIN, Recueil des actes des rois de Provence, Paris, 1920, n° 38, p. 70-72.
  • 3 Une seule édition existe à ce jour, Pflugk-Harttung, Acta pontificum inedita, III, p. 23, n° 27.

6Mais même dans le cas d’un original conservé jusqu’à nos jours, on ne peut pas faire systématiquement l’impasse sur la copie du recueil. C’est notamment le cas lorsque celle-ci donne d’un original aujourd’hui détérioré un état du texte encore lisible à l’époque. Or ce cas de figure n’est pas rare, tant les documents du fonds de Saint-Claude ont été malmenés, soit par accident (humidité, lacérations), soit par usure naturelle, l’emploi de réactifs pour tenter de lire les passages illisibles ayant pu, de surcroît, aggraver l’état précaire de tel ou tel document, ce qui s’est plus d’une fois produit au niveau de la formule de datation. Certains éditeurs modernes des actes en cause, ignorant l’existence du présent recueil, ont ainsi été pu être amenés à retenir des leçons que la copie Chifflet, prise à une époque antérieure aux détériorations irrémédiables, révèle pour le moins sujettes à caution. On n’en donnera que deux exemples. D’abord le diplôme d’un roi « carolingien » Louis, daté (non sans hésitation) de 900 et attribué au roi de Provence Louis l’Aveugle par son dernier éditeur2, en 1920, la datation étant notée par lui comme illisible sur l’original, ce qui est bien le cas, alors que la copie Chifflet donne une formule de datation complète, avec le millésime de 946, ce qui – sous bénéfice d’inventaire – tendrait à attribuer l’acte à Louis IV d’Outremer. L’autre exemple concerne un privilège du pape Pascal II, que, récemment encore, on datait du 21 mars 1103, sur la foi du texte transmis par des copies du XVIIIème siècle3, mais que la copie Chifflet, confrontée à un examen très attentif de l’original, permet de dater en réalité du 3 mars 1100.

7D’un intérêt indéniable donc en raison des inédits ou copies anciennes qu’il renferme, le recueil du Père Chifflet est-il pour autant totalement fiable ? Autrement dit, est-il, d’une part, exhaustif et, d’autre part, ses copies sont-elles totalement fidèles ?

8Pour répondre d’abord à cette deuxième question, un examen systématique, acte par acte, entre original et copie, s’imposerait. En fait, il semble que l’on puisse faire crédit aux compétences paléographiques du jésuite bisontin, habitué de longue date des actes et manuscrits anciens, dont il était devenu l’un des experts dans le monde de l’érudition d’alors. On s’en convaincra aisément en considérant l’acte de l’abbé Jotsaldus de 1052, dont est donnée ici en annexe, à titre de spécimen, l’édition comparée de l’original, toujours conservé aux Archives du Jura, et de la copie prise pour le P. Chifflet et corrigée ensuite par lui pour son recueil. Quant au jugement du P. Chifflet sur l’authenticité des actes les plus anciens recueillis par lui, il faut reconnaître qu’il est beaucoup moins critique que celui les éditeurs postérieurs : ainsi ne suspecte-t-il ni le diplôme de Charlemagne de 774 (acte qui ouvre le recueil), ni celui de Lothaire Ier (n° 10), documents considérés unanimement aujourd’hui comme faux ou falsifiés.

  • 4 Bruxelles, Bibliothèque des Bollandistes, Ms. 220.
  • 5 Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. 8287-8290, f° 2-96v, chapitres xxxii et xxxiv de l’ouvrage proj (...)

9La première question, quant à elle, appelle une réponse nuancée. Un premier bilan indique en effet que plusieurs actes (originaux ou copies anciennes) encore conservés dans le chartrier de Saint-Claude, et parfois des plus importants, n’ont pas été compris dans le « cartulaire » qui nous occupe (ils ont été introduits par nous en grisé dans la table du recueil). Sept actes sont ainsi absents pour la période antérieure au XIIème siècle : le pseudo-privilège du pape Jean pour l’abbé Claude (VIIème siècle), le second pseudo-diplôme de Charlemagne (790), le privilège de Louis le Pieux (820), le donation de l’église d’Arbois par l’archevêque de Besançon (1088), etc. De même, pour le XIIème siècle, cinq actes au moins n’ont pas été relevés par le P. Chifflet : confirmation d’Adrien IV dans un litige entre Saint-Claude et Nantua (1157), les deux diplômes de Frédéric Barberousse (1177 et 1184), etc. Or, l’auteur connaissait manifestement l’existence de ces documents : le pseudo-privilège du pape Jean a bien été copié par lui (et reconnu comme un faux grossier), mais dans un autre recueil4, le diplôme de Charlemagne de 790 et celui de Frédéric Barberousse de 1184, du reste apparentés entre eux, sont l’objet de chapitres entiers dans les Illustrationes Jurenses demeurées manuscrites et qui devaient former l’une des grandes partie de son Sacrarium Jurense5. Bref, les absences relevées dans les Probationes dont il s’agit ici s’expliquent soit par le caractère peut-être mineur de certains des documents concernés, soit, pour les plus importants, par le sort que le P. Chifflet leur réservait dans le corps même de son ouvrage ou à un autre endroit de celui-ci.

  • 6 Besançon, Bibliothèque municipale, Droz 42, et Bibliothèque du Séminaire diocésain.
  • 7 Paris, Bibliothèque nationale de France, Moreau 875.
  • 8 Archives diocésaines de Saint-Claude, Ms. 2253 (Droz 127).
  • 9 Propriété de M. Raymond Jeantet, de Saint-Claude (microfilm aux Archives municipales de Saint-Claud (...)
  • 10 Dom BENOIT, Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, Montreuil, 1890- 1892, 2 vol.

10Compte tenu des perspectives particulières de sa constitution, illustrer par des preuves – ici diplomatiques, archivistiques – l’histoire de Saint-Claude à travers ses saints et la chronique de ses abbés, le recueil des titres médiévaux de Saint-Claude scrupuleusement constitué par le P. Chifflet constitue aujourd’hui un gisement précieux de documents pour certains encore inédits, pour d’autres susceptibles d’une nouvelle critique. La longue errance du manuscrit loin de son lieu de création, jusqu’à Berlin, explique sa méconnaissance jusque dans la seconde moitié du XXème siècle, alors que, depuis le XVIIIème siècle, les historiens amenés à se pencher sur l’histoire de Saint-Claude, tant localement qu’internationalement, s’étaient bien souvent trouvés réduits à exploiter tour à tour, faute de mieux, quelques autres recueils de bien moins bonne essence, plus touffus et disparates, souvent compilés du reste les uns sur les autres : recueil constitué au XVIIIème siècle par Droz pour le cabinet des chartes de Moreau, d’audience large en raison de la conservation de ses diverses copies, à Besançon6 ou à Paris7, cartulaires Gaillard (XVIIIème siècle)8 et Crestin (fin XVIIIème-début XIXème siècle)9, utilisés par les amateurs locaux, tel Dom Benoît10.

Annexes

Document 1 :

Pierre-François Chifflet

PROBATIONES HISTORIAE INCLYTI

ET REGALIS MONASTERII JURENSIS,

QUOD A PRIMO SUO ORTU CONDADESCENSE,

EXINDE SANCTI AUGENDI SIVE EUGENDI APPELLATUM EST,

NUNC SANCTI CLAUDII VULGO NUNCUPATUR

(Berlin, Staatsbibliothek, Cod. lat. Phillipp., 1757, II)

Table détaillée

Document 2 : Une copie Chifflet confrontée à l’original, l’acte de l’abbé Jotsald (1052)

S. l. — Mercredi 22 janvier 1052

Jotsald, abbé de Saint-Claude, renouvelle au bénéfice du prêtre Aimon, du frère de celui-ci Aschiricus, de leur mère Racheldis et des deux fils d’Aschiricus, Barnard et Aimon, une concession en précaire consentie par son prédécesseur l’abbé Giperius1 aux ancêtres des bénéficiaires et concernant un curtil sis dans le diocèse de Lyon, sur le terroir de Dortan2, dans la villa d’Arbent3, moyennant un cens annuel de12 deniers payable le1er janvier. A leur décès, le curtil reviendra à l’abbaye, de même que trois journaux de terre sis dans la villa de Marchon4, dont les bénéficiaires font donation à l’abbaye mais dont ils continueront de jouir de leur vivant avec la précaire précédente.

A. Original, Archives départementales du Jura, 2 H 1116. – D. Copie Chifflet, Berlin, Staatsbibliothek, cod. Phillipp. 1757, II, fol. 23.

Éd. (d’après D), J. Staub, Studien zu Iotsalds Vita des Abtes Odilo von Cluny, Hanovre, 1999, p. 85-87 (M. G. H., Studien und Texte, 24).

Auteur de l’acte : Jotsald, abbé de Saint-Claude, n’est explicitement connu que par cet acte et par la mention de son nom (rattachée chronologiquement à l’époque du pape Léon IX) dans le catalogue abbatial de Saint-Claude du XIIème siècle (éd. U. Robert, Chronique de Saint-Claude, dans Bibl. École des chartes, 41, 1880, p. 568). Mais tout un faisceau d’indices rend probable son identification avec l’auteur homonyme de la Vita d’Odilon de Cluny (hypothèse déjà émise par le P. Chifflet, en marge de sa copie D, reprise et explicitée par Staub, op. cit.)

Date de l’acte : La conjonction entre le jour de la semaine (mercredi), le quantième du mois de janvier (22 janvier) et l’âge de la lune (17) permet de déterminer l’année 1052. Le début du règne de l’empereur Henri III (qu’il faut évidemment reconnaître dans le nom du souverain Argrico ici mentionné) comme roi (de Bourgogne), dont la 12ème année est prise comme référence par l’acte, était donc décompté à Saint-Claude à partir de 1040/1041.

La comparaison entre l’original de l’acte de l’abbé Jotsald et la transcription qu’en a faite ou, pour le moins, revue le P. Chifflet est particulièrement éclairante sur le crédit que l’on peut accorder à l’auteur quant à la fidélité de sa lecture des documents médiévaux. Ses qualités paléographiques sont indéniables (les nombreuses et justes corrections apportées par lui à une première lecture souvent approximative en témoignent), mais il faut aussi compter avec une tendance à « rectifier » implicitement l’orthographe spécifique du latin de l’acte : transformation systématique en diphtongues æ ou œ du e simple couramment écrit sur l’original, quandam transcrit quamdam, ou encore puplica corrigé en publica, etc. Quant aux majuscules de la copie, alignées sur l’usage du XVIIème siècle, elles ne préjugent évidemment en rien de celles de l’original.
Pour mieux mettre en évidence les différences entre les usages suivis au XVIIème siècle et les normes adoptées aujourd’hui en la matière, les transcriptions « comparées » qui suivent sont ainsi conçues :
- la transcription de l’original (A) respecte évidemment les normes actuelles (majuscules, lettres i/j, u/v, ponctuation, alinéas) ; les abréviations sont développées en italiques ; les lignes de l’original sont signalées par un / suivi du numéro de la ligne en exposant ;
- la transcription de la copie Chifflet (D) est reproduite à l’identique aussi rigoureusement que possible, même lorsque la ponctuation d’alors heurte manifestement les usages actuels (la version publiée par Staub, op. cit., modernise en général la ponctuation et les majuscules). Les multiples corrections apportées par le P. Chifflet à la transcription initiale, à partir d’un réexamen manifeste de l’original, sont systématiquement indiquées en note (Staub, op. cit., fait de même, mais ne les interprète pas toujours exactement).

Transcription de A (inédite)

In Christi nomine. Jotsaldus, gratia Dei abbas, omnisque congregacio ex cenobio Sancti Augendi /2 omnibus fidelibus sancte Dei ecclesie notum esse volumus quia adierunt presentiam nostran5 /3 fideles nostri Aymo presbyter et Aschiricus, frater ejus, postulantes ac deprecantes ut sibi /4 renovaremus quandam precariam quam antecessores eorum a Giperio abbate adquisierant /5, eo tenore ut et ipsi de sua hereditate partibus Sancti Augendi aliquid darent, /6 quod et fecimus. Dedimus itaque eis, Aimoni videlicet presbytero et Aschirico et matri /7 illorum Rachelde et duobus filiis Aschirici, Barnardo et Aimoni, de terra Sancti Au- /8-gendi in pago Lugdunensi, in agro Dortincense, in villa quam vocant Al-/9-binco, unum curtilum qui terminat a mane [terra]6 Sancti Augendi, a medio die terra Sancti /10 Stephani, a sero terra Sancti Johannis, a sercio7 via puplica, et alias res que ad /11 ipsum curtilum aspiciunt, hoc sunt campi, prata, silve, exarta, rivi, /12fontes, aque aquarumque decursus. Et omnia que at ipsum curtilulm as-/13-picere videntur infra istas terminaciones vobis per precariam /14 concedimus et matri vestre et filiis Aschirici supranominatis ad /15 restaurandum et meliorandum, dummodo advivitis, usu fructua-/16-rio possideatis et annis singulis in kalendis januariis xii denarios persolvatis [… ]8. /17 Post vestrum vero discessum ipsę res cum omni melioratione in nostra revocemus do-/18-minatione. Dederunt vero Aymo presbyter et Ascherinus, frater ejus, partibus Sancti /19 Eugendi de sua hereditate tres jornadas de terra in villa Mar-/20-chion : terminat una[m]9 a mane terra Sancti Eugendi, a medio die similiter, /21 a sero pratum commune ; alterum10 jugerum terminat a mane via publica, /22 a meridie terra de Albinco, a cercio et a sero terra Sancti Augendi ; tercium jugerum /23 terminat a mane et a sero terra Sancti Augendi, a cercio terra Sancti Johannis, a me-/24- dio die terra Sancti Augendi. Infra istas terminationes terram quam diximus dederunt11, /25 eo tenore ut simul cum precaria teneant et, quando exieri[n]t12, partibus Sancti Eu-/26-gendi hec terra remaneat.

S. Jotsaldi abbatis. S. Nandradi. S. Leutol. /27 S. Ugoni. S. Umberti. S. Warulfi13. S. Rainol. S. Oddo.

/28 Anno xii regnante Argrico rege, xi kalendas februarias, ego Arcodus scripsi, /29 die mercoris, luna xvii.

Mentions Dorsales
(XIIème-XIIIème siècle)
Dalbinco (= de Albinco ?)
(Fin XVIIème-début XVIIIème siècle)
« Aliénation de certain bien à Dortam et Arben faicte par l’abbé et le chapitre de St Oyant pendant le règne du roy Agricus Henri. Dortam, cothé n° 6 (ou G ?). »
(XVIIIème siècle)
« L. 39. Inventaire de Batheney »14.

Transcription de D

In Christi nomine Iotsaldus gratia Dei Abbas, omnisque congregatio ex cœnobio Sancti Augendi, Omnibus fidelibus Sanctæ Dei Ecclesiæ notum esse volumus quia adierunt præsentiam nostram fideles nostri, Aymo presbyter15, et Aschiricus16 frater eius ; postulantes ac deprecantes ; ut sibi renouaremus17 quamdam precariam quam amtecessores18 eorum a Giperio19 Abbate adquisierant ; eo tenore ut et ipsi de sua hereditate20 partibus Sancti Augendi aliquid21 darent : quod et fecimus, et dedimus22. Itaque eis, Aymoni videlicet, presbytero23 et Aschirico, et matri24 illorum Racheldæ, et duobus filiis Aschirici, Barnardo25, et Aymoni, de terra Sancti Augendi26, in pago Lugdunensi, in agro Dortincense, in villa quam vocant Albinco, unum curtilum, qui terminat27 a mane Sancti Augendi, a medio die terra Sancti Stephani, a sero terra Sancti Iohannis, a cercio via publica : et alias res, quæ ad ipsum curtilum28 aspiciunt ; hoc sunt, campi29, prata, siluæ, exarta, riui, fontes, aquæ, aquarumque decursus, et ominia quæ ad ispsum curtilum aspicere videntur : Infra30 istæ terminationes vobis per præcariam concedimus, et matri vestræ, et filiis Aschirici supra nominatis, ad restaurandum31 et meliorandum, dummodo32 aduiuitis, usu fructuario possideatis : Et omnia singulis in Kalendis Januariis xii denarios33 persoluatis. Post vestrum vero discessum ipsæ res cum omni melioratione, in nostra reuocentur34 dominatione. Dederunt vero Aymo35 Presbyter et Aschiricus36 frater eius, partibus Sancti Eugendi37 de sua hereditate38 tres jornadas de terra, in villa Marchion. Terminat39 una a mane terra Sancti Eugendi : a medio die similiter : , a sero pratum40 Commune. Alterum41 jugerum terminat a mane via publica ; a meridie terra de Albinco, a cercio42, et a sero terra Sancti Augendi, tertium iugerum terminat a mane et a sero terra Sancti Augendi43 ; a cercioterra Sancti Johannis ; a medio die terra Sancti Augendi. Infra istas terminationes terram quam diximus dederunt44, eo tenore, ut simul cum præcaria teneant et quando exierit, partibus Sancti Eugendi hæc terra remaneat. S. Iotsaldi Abbatis. S. Nandradi. S. Leutol. S. Vgoni45. S. Umber46. S. Warulfi47. S. Rainol. S. Oddo. Anno duodecimio regnante Argrico Rege, xi48 Calendas Februarii49. Ego Arcodus scripsi ; die Mercoris, Luna50 decima septima.

Notes

1 Une lettre du carme parisien Louis Jacob, du 3 novembre 1651, f° 91, et une lettre du curé de Neuville (Ain), du 21 avril 1673.

2 Louis POUPARDIN, Recueil des actes des rois de Provence, Paris, 1920, n° 38, p. 70-72.

3 Une seule édition existe à ce jour, Pflugk-Harttung, Acta pontificum inedita, III, p. 23, n° 27.

4 Bruxelles, Bibliothèque des Bollandistes, Ms. 220.

5 Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. 8287-8290, f° 2-96v, chapitres xxxii et xxxiv de l’ouvrage projeté (précision due au P. de Vregille).

6 Besançon, Bibliothèque municipale, Droz 42, et Bibliothèque du Séminaire diocésain.

7 Paris, Bibliothèque nationale de France, Moreau 875.

8 Archives diocésaines de Saint-Claude, Ms. 2253 (Droz 127).

9 Propriété de M. Raymond Jeantet, de Saint-Claude (microfilm aux Archives municipales de Saint-Claude).

10 Dom BENOIT, Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, Montreuil, 1890- 1892, 2 vol.

Notes de fin

1 Abbé destinataire d’un diplôme du roi de Provence Hugues en 928 en faveur du monastère. Les autres dates que l’on peut déduire pour son abbatiat du catalogue des abbés de Saint-Claude évoqué ci-dessus sont complexes à établir et sujettes à caution.

2 Ain, cant. Oyonnax.

3 Id.

4 Hameau de la commune d’Arbent.

5 Lecture n final à vérifier.

6 Comme le fait Staub dans son édition de D, ce mot semble devoir être restitué pour donner un sens à cette partie de la phrase.

7 Le s initial a peut-être été corrigé en c.

8 Deux ou trois lettres effacées, ou grattées, ou simplement illisibles.

9 Peut-être trace d’un tilde.

10 Correction ancienne d’un a primitif en u.

11 Le scribe avait d’abord écrit damus, puis la syllabe -mus a été grattée et les lettres der (+tilde) inscrites dans l’interligne supérieur, sans que le a de la syllabe da-subsistante ait été clairement corrigé en e.

12 L’accord appelle le pluriel, mais il n’y a pas trace d’un tilde sur le i.

13 On lit Warulf, mais un tilde abréviatif en crochet semble bien placé en haut du f final.

14 Inventaire réalisé en 1745, Arch. dép. Jura, 2 H 4.

15 Correction marginale des lectures antérieures successives prior, puis pater (il s’agissait de résoudre l’abréviation pr.)

16 Le premier i de ce nom résulte de la correction d’un u d’abord transcrit.

17 Lecture initiale revocarem.

18 Le a initial semble avoir été d’abord écrit majuscule, puis corrigé, mais la consonne suivante comporte trois jambages, ce qui impose la lecture m au lieu du n attendu.

19 Lecture initiale Agiperio.

20 Lecture initiale hæreditate.

21 Lecture initiale aliquod.

22 Lecture initiale fecerunt et dederunt.

23 Correction marginale des lectures antérieures successives pro, puis patro.

24 Correction en minuscule du m d’abord écrit majuscule.

25 Lecture initiale Bernardo.

26 Lecture initiale Eugendi.

27 Les deux dernières lettres portent la marque d’une correction difficile à interpréter.

28 Correction en minuscule du c d’abord écrit majuscule.

29 Id.

30 Correction en majuscule du i d’abord écrit en minuscule.

31 Lecture initiale res curandum.

32 Correction en minuscule du d initial d’abord écrit en majuscule.

33 Lecture initiale D suivi d’un long espace en blanc.

34 Lecture initiale revocent (?).

35 Lecture initiale illisible corrigée.

36 Lecture initiale Aschiripus (?).

37 Lecture initiale Augendi.

38 Lecture initiale hæreditate.

39 Correction en majuscule du t initial d’abord écrit en minuscule.

40 Correction en minuscule du p initial d’abord écrit en majuscule.

41 Lecture initiale altera ; intercalation en interligne du mot autem, ensuite barré.

42 Lecture initiale cersio.

43 Tertium… Augendi : addition interlinéaire.

44 Lecture initiale damus.

45 Lecture initiale Hugoni.

46 La hampe de la lettre b a été barrée d’un trait qui évoque le tilde qu’elle porte dans A.

47 Lecture initiale Ugarulfi.

48 Lecture initiale undecimo.

49 Correction en majuscule du f d’abord écrit en minuscule.

50 L majuscule résulte d’une correction sur une initiale illisible.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27734/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteurs

Membre de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Besançon et de Franche-Comté ; professeur honoraire d’histoire médiévale à l’Université de Franche-Comté ; spécialiste d’histoire religieuse et du comté de Bourgogne à l’époque médiévale.

Archiviste-paléographe, directeur des Archives départementales de la Côte-d’Or ; spécialiste de l’histoire religieuse de la Franche-Comté au haut Moyen Age.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search