Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Troisième partie. Érudition et histoire

11. Le Sacrarium Jurense du Père Pierre-François Chifflet

Bernard de Vregille

Texte intégral

1Il s’en est fallu de bien peu que l’abbaye de Saint-Claude possédât dès le XVIIème siècle, sous la signature du jésuite bisontin Pierre-François Chifflet, un monument historiographique de première valeur, comparable aux grands ouvrages que des bénédictins consacrèrent à la même époque à des monastères tels que Cluny ou Saint-Denis. Ce devait être un volumineux in-folio dont le manuscrit, entièrement achevé, attendit longtemps une impression qui ne vint jamais. Parlons successivement de la genèse de cet ouvrage, de son contenu, de sa destinée posthume.

  • 1 Chifflet-Bollandistes, Lettres 2 à4 (29 mars 1627, 31 janvier 1628,7 octobre 1630), p. 54-96.

2D’abord la genèse de l’ouvrage. Pierre-François Chifflet, encore jeune professeur de philosophie, puis d’Ecriture Sainte, dans divers collèges, dont celui de Dole, s’était très tôt passionné pour l’hagiographie, surtout comtoise. Dès 1627, il avait constitué une riche collection d’anciennes Vies de saints, ce qui le mit en relation avec les jésuites anversois Héribert Rosweyde puis Jean Bolland, initiateurs de la fameuse série des Acta Sanctorum1.

  • 2 Jean-Jacques CHIFFLET, Vesontio, Lyon, 1619, p. 99 et 138.

3Nous constatons qu’à cette date il avait déjà pu exploiter les manuscrits de Saint-Claude, dont le fameux légendier de l’abbaye – celui qui brûla dans l’incendie de 1799 – et le précieux manuscrit mérovingien qui donne la Passion de saint Maurice écrite par l’évêque Eucher de Lyon. Et sans doute ses relations avec Saint-Claude remontaient-elles plus haut encore, puisque le Vesontio de son frère Jean-Jacques, achevé dès 1618, auquel il a collaboré pour la partie religieuse, cite la Vie des Pères du Jura d’après « le très ancien manuscrit du monastère du Jura », et la Vie de saint Claude comme « tirée des archives du monastère de Saint-Claude »2.

  • 3 Archives diocésaines de Saint-Claude, ZZ 30 : Extraits des délibérations du chapitre. Le P. Chiffle (...)
  • 4 Officia propria inclyti monasterii S. Augendi Jurensis, seu S. Claudii. ad ritum Breviarii romani a (...)
  • 5 D. Benoît, II, p. 570 cite des réclamations faites à ce sujet au Père Chifflet en 1631 et 1632 et i (...)

4Il ne s’agissait encore que d’une connaissance des documents hagiographiques, et non des archives proprement dites. Lorsque le Père Chifflet, en 1628, demande à voir, est-il dit, « les titres de fondation de l’abbaye », et même à se faire ouvrir la châsse de saint Oyend, la réponse est négative3. Heureusement les moines allaient avoir besoin de lui. La connaissance qu’il avait dès lors de l’histoire des saints locaux lui valut, en 1629, une mission officielle : celle de composer les offices propres du nouveau bréviaire de l’abbaye (qui ne serait imprimé qu’en 1654)4. Des manuscrits et documents lui furent confiés, nous est-il-dit, non seulement pour élaborer le bréviaire, mais aussi pour écrire « l’histoire de la terre de Saint-Claude, des églises et monastères dudit lieu »5.

5Tel n’avait pas été son premier projet. Il envisageait d’abord de publier un vaste recueil de Vies de saints moines : ceux du Jura, ceux du Valais et ceux de Luxeuil, parallèlement aux Vies des saints des diocèse de Lyon, de Vienne et de Besançon. Quand l’idée lui est-elle venue de limiter la publication aux saints du Jura, mais en l’élargissant à tout le contexte historique où s’enchâssaient les vies de ces saints ? Le contact pris avec la richesse des archives et de la bibliothèque du monastère a dû facilement l’y déterminer.

  • 6 Chifflet-Baluze, f° 249 (8 mai 1665).
  • 7 Chifflet-d’Achery, Lettre 22, p. 175 (7 août 1674).
  • 8 Cf. Bernard de VREGILLE, « Pierre-François Chifflet, découvreur et éditeur des Pères de l’Eglise », (...)

6Cette histoire, il dira en 1669 qu’il s’y était attelé il y avait plus de quarante ans6; il répète en 1674 qu’il y avait consacré « pour le moins cinquante ans »7, des années où il poursuivit d’ailleurs des recherches patristiques et diplomatiques nombreuses et variées, souvent de grande valeur8. Les copies qu’il a prises, de sa main fine et élégante, dans une quantité de bibliothèques et de fonds d’archives, ont dû représenter plusieurs milliers de pages.

  • 9 Chifflet-Bollandistes, Lettre 28, p. 147 (15 décembre 1643).
  • 10 Henri-François de BUZEGNIES, Dionysiani monasterii Sacrarium, seu eiusdem Sacrae Antiquitates versi (...)

7Dès 1643 au moins, le titre du futur ouvrage est trouvé. Ce sera le Sacrarium Jurense9. Comment traduire Sacrarium ? Le mot a pu être utilisé pour un trésor de reliques, ou pour un trésor de titres anciens. Le plus simple ici est, je crois, d’utiliser l’équivalence que propose le titre d’un ouvrage contemporain relatif à l’abbaye de Saint-Denis : Dionysiani monasterii Sacrarium, seu eiusdem Sacrae Antiquitates10. Traduisons donc « Les Antiquités sacrées du Jura ».

  • 11 Bibliothèque nationale de France, Ms. Baluze 144, f° 32-37. - AA. SS., Jun. I, p. 636- 638.

8Ce titre apparaît ensuite très développé : Sacrarium monasterii Jurensis Condatescensis, tertio decimo ab hinc saeculo fundati, quod est caput monastici Ordinis in Provincia Sequanorum ; mediis saeculis a S. Eugendo, sive Augendo, quingentis vero ab hinc annis frequentius a S. Claudio nuncupatum ; quatuor in partibus divisum : « Les Antiquités sacrées du monastère jurassien de Condat, fondé il y a plus de douze siècles, chef de file de l’Ordre monastique en Séquanie, appelé au Moyen-Age “Saint-Oyend”, et plus souvent, depuis cinq cents ans “Saint-Claude”. Ouvrage en quatre parties »11.

  • 12 Chifflet-d’Achery, Lettre 22, p. 175 (7 août 1674).
  • 13 Chifflet-Baluze, f°453 (30 mars 1667).

9Dans sa correspondance abondante avec les érudits, en particulier avec dom Luc d’Achery, le premier des « Mauristes », avec Etienne Baluze, avec ses confrères d’Anvers et de Paris, le P. Chifflet fait plus d’une fois allusion à l’élaboration de son grand ouvrage et aux découvertes successives qui lui permettaient de l’amplifier. « J’advoue, écrit-il, que je l’ay enrichie [cette histoire] de tout ce que j’ay pu trouver ou produire de meilleur »12. Dès 1645, le P. Jacques Sirmond l’avait pressé de le publier, mais à cette date il estimait que « l’affaire n’était pas mûre »13.

  • 14 ARSJ, Censurae librorum, 670, f° 179-181 (mai 1667).
  • 15 Cf. note 13.
  • 16 Chifflet-d’Achery, Lettre 11, p. 157 (novembre 1669).

10Enfin en 1667 l’ouvrage est considéré comme achevé, puisque le manuscrit est soumis à la censure des supérieurs jésuites romains, qui l’approuvent14. L’auteur écrit à Baluze : « Je pense de bientôt imprimer l’Histoire de l’Abbaye de Saint-Oyand. (...) Je vous offrirai l’un des premiers exemplaires »15. Il veut pourtant « y mettre la dernière main », et il obtient de séjourner pour cela à Saint-Claude à l’automne 166916.

  • 17 « 3 000 livres » (Chifflet-Baluze, f°431) ; «4 ou 500 écus » (Chifflet-d’Achery, p. 175).
  • 18 Registre des délibérations du chapitre de Saint-Claude, Archives municipales de Saint-Claude, II, 1 (...)

11Rien ne paraissait plus devoir retarder la mise sous presse, rien sauf une question cruciale, celle du financement de l’édition. Il y fallait quatre cents ou cinq cents écus de six livres à avancer à l’imprimeur dijonnais17. En pareil cas, les auteurs faisaient appel à quelque mécène, quitte à lui réserver une flatteuse dédicace. A qui faire appel d’abord, sinon aux religieux de Saint-Claude ? Or, dans une délibération capitulaire du 19 juillet 1644, ceux-ci avaient répondu négativement : « L’on respondrat audit P. Chifflet de la part de mesdits Seigneurs qu’ils n’ont pas le moyen en cette saison de supporter la despence qu’il convient faire pour l’impression de ceste œuvre, et qu’il seroit a propos qu’il se donnat la patience qu’il y eut un Abbé estably, lequel pourroit fornir plus commodément aux frais que ne savent lesdits Seigneurs »18.

  • 19 Lettre de Jean Boyvin à Philippe Chifflet, 12 mai 1645 (Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Ch (...)

12En 1645 encore, Jean Boyvin notait, avec quelque malice, que le P. Chifflet « se flattait de l’espoir que les religieux de Saint-Claude feraient les frais de son Histoire »19. A-t-il écrit au nouvel abbé désigné cette année-là, don Juan d’Autriche, dans sa lointaine résidence de Madrid ? En tout cas, ni l’abbé ni la communauté ne se mirent jamais en frais pour une entreprise qui avait tant de raisons de leur tenir à coeur. Il est vrai que la vie était dure en Franche-Comté ces années-là.

13Ce n’était pas que les moines se soient tout à fait désintéressés de l’entreprise. La suite de la délibération citée, après avoir demandé à l’auteur « de donner en déclaration les livres manuscripts qui luy demeurent en main », ajoute : « S’il y avoit moyen d’avoir copie de son œuvre et (qu’) il agree de la donner, on le prieroit de le faire en payant les frais de la copie, s’ils ne sont excessifs ».

  • 20 Dédicace au cardinal Barberini du Paulinus illustratus, Dijon, 1662. Remerciement du cardinal, 11 s (...)
  • 21 ARSJ, Epist. Gen., 8 , I, f° 1870 (17 décembre 1654) ; 8, II, f° 446 (9 février 1666).

14Où trouver un autre commanditaire ? L’auteur en peine pensa se tourner vers Rome, et spécialement vers le cardinal François Barberini, un ami de la France, qui en d’autres occasions s’était montré bien disposé en sa faveur20. L’obstacle vint cette fois des supérieurs jésuites qui en 1666, comme déjà en 1645, lui signifièrent de n’avoir pas à importuner les prélats et les érudits romains. Les lettres destinées à ceux-ci ne leur étaient même pas remises21.

  • 22 Chifflet-Baluze, f°429 (8 mai 1669).

15Une occasion parut favorable, en France même. Etienne Baluze, un savant ami, devint en 1668 intendant de la bibliothèque de Colbert. N’était-il pas bien placé pour intervenir auprès d’un ministre aussi puissant ? Le P. Chifflet écrivit à plusieurs reprises au nouveau bibliothécaire en insistant sur l’importance de l’ouvrage et en ne craignant pas de se faire courtisan : « J’ay pensé de vous prier, écrit-il à Baluze le 8 mai 1669, de sçavoir de M. Colbert s’il aura pour agréable que je la luy dédie [cette Histoire], ou bien à M. son fils l’Abbé. S’il l’agrée, vous luy direz s’il vous plait de ma part que le seul contentement de rendre cet honneur a son mérite me seroit une plus que juste récompense des peines que j’ay prises et des frais que j’ay faits à préparer cette pièce ». Mieux encore : « Il se pourrait bien faire que ce livre latin, se distribuant à toutes les nations et provinces de l’Europe, donneroit quelque jour l’ouverture et l’occasion à M. l’Abbé Colbert d’estre encore Abbé de Saint-Claude [Il s’agit de Jacques-Nicolas Colbert, futur archevêque de Rouen, qui, à quatorze ans, possédait déjà trois abbayes]...»22.

  • 23 Chifflet-d’Achery, Lettre 22, p. 175 (7 août 1674).

16La démarche, plusieurs fois répétée, n’aboutit pas. Sans se décourager, l’auteur chercha à attirer l’attention des érudits en faisant imprimer en 1674 trois Dissertationes tirées de son gros ouvrage, « pour les faire voir, dit-il, comme frontispice de tout ce grand bastiment ». « Ce petit ouvrage, paroissant le premier, tirera peut-estre bientost après soy le volume in-folio »23.

  • 24 ARSJ, Franciae Epist., 49, f° 17 (2 avril 1682).
  • 25 AA. SS., Jun. I, 638 AB.
  • 26 Chifflet-d’Achery, Lettre 24, p. 78 (29 décembre 1674).

17Après 1676, lorsque le P. Chifflet quitta Dijon, « appelé par le Roy », nous dit-il, et pensionné au titre de garde du médaillier royal24, ses amis espérèrent que cette haute protection permettrait enfin la parution du Sacrarium Jurense25. Mais l’auteur malheureux mourut nonagénaire en 1682 sans avoir eu la consolation de se voir tendre, comme il le dit « une main d’argent » qui aurait tiré son ouvrage de l’obscurité26.

  • 27 AA. SS., Jun. I, p. 636-638.
  • 28 Paris, Bibliothèque nationale, Ms. Baluze 144, f° 32.

18Avant de rappeler quelle fut la destinée posthume de cet infortuné Sacrarium Jurense, nous devons prendre connaissance de son plan et de son contenu, ce qui reste relativement facile, en dépit des avatars que connut le manuscrit. La table des matières complète a été publiée, nous le dirons, dans les Acta Sanctorum27. Une autre table, manuscrite, est conservée à la Bibliothèque nationale de Paris parmi des mélanges de papiers Chifflet qu’avait acquis Etienne Baluze28.

19Le titre annonce quatre parties. La première était une chronique ou chronologie des abbés, des origines aux Temps modernes ; la seconde donnait les Vies des trois premiers Pères ; la troisième, les Vies et recueils de miracles de saint Claude ; la quatrième, les Vies des autres saints de Condat, très spécialement celle de saint Simon de Crépy.

20Puisqu’il s’agissait avant tout de présenter des documents anciens, l’éditeur aurait pu se contenter de les annoter brièvement. Mais l’historien passionné qu’était le Père Chifflet a vu beaucoup plus large. A ces quatre parties, il a été trop heureux d’apporter une abondante orchestration sous forme d’Illustrationes, dissertations sur tel ou tel point de vocabulaire ou d’histoire, et de Probationes ou documents d’archives cités à l’appui des assertions historiques. Ainsi les Illustrationes Jurenses jointes à la seconde partie comportent trente-quatre chapitres, parfois très longs ; les Illustrationes Claudianae de la troisième partie présentent, à propos de la famille présumée de saint Claude, toute une histoire – la première – des sires de Salins, et, à propos de son épiscopat, une longue chronologie des évêques et archevêques de Besançon, des origines au XVIIème siècle ; dans la quatrième partie, dix-sept chapitres concernent les origines familiales de saint Simon.

21Pour vous donner une idée des Illustrationenses Jurenses, voici, en les traduisant et en les abrégeant, quelques titres :

22I. Sur l’auteur de la Vie des saints Romain, Lupicin et Oyend (il l’attribue à Pragmatius, moine de Condat).

23III. Où situer la Villa Jurensium dont il est question, croit-il (il pense à Villars-d’Héria, et il est le premier à relever l’inscription romaine du Lac d’Antre) ?

24V. Sur les appellations variées du monastère.

25VI. Le monastère de Condat est-il le plus ancien de la Séquanie ?

26VII. Est-ce par saint Romain qu’a été fondé le monastère de Romainmôtier ?

27XIX. Agaune, Izernore, Baume. Quelle fut la langue des anciens Gaulois, et combien variée ?

28XXIII. Quelle était cette région des Hériens, voisine des monastères du Jura, d’où l’on tirait, déjà du temps de saint Oyend, du sel de cuisine ?

29XXX. Sur la Règle des premiers moines du Jura, leur mode de vie et de vêtement, et sur la clôture des moniales de Saint-Romain-de-Roche.

  • 29 Actuellement Paris, Bibliothèque nationale, lat.9550. Cf. ci-dessus, n. 5.
  • 30 Voir F. MARTINE, Vie des Pères du Jura (Sources Chrétiennes, 142), p. 144-146.

30Beaucoup de ces chapitres ont trait à des épisodes précis des trois Vies. De longs chapitres concernent l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune, très liée anciennement à celle de Condat. Y sont insérés des documents de première valeur, dont la Passion de saint Maurice, écrite par l’évêque Eucher de Lyon et transmise par un manuscrit de Saint-Claude du VIème siècle29, et les Vies des premiers abbés d’Agaune tirées d’un manuscrit de Saint-Jean de Besançon du VIIème siècle, celui-même qui donnait le meilleur texte de la Vie des Pères du Jura30.

  • 31 Gérard MOYSE et René LOCATELLI, Le cartulaire de Saint-Claude constitué par le Père Chifflet.

31Quant aux Probationes, elles constituaient de véritables cartulaires. Celles de la deuxième partie – intéressant Saint-Claude – nous seront présentées tout à l’heure31. Celles de la troisième formaient un très riche cartulaire de l’archevêché de Besançon. Celles de la quatrième, une collection de titres concernant la généalogie des Valois, famille de saint Simon. Le bollandiste Papebroch qui édita les Illustrationes Claudianae dans les Acta Sanctorum, nous le dirons, a cru que le Père Chifflet avait renoncé finalement au projet de publier ces vastes Probationes, plus ou moins étrangères au sujet. J’ai peine à le croire.

  • 32 AA. SS., Jun. I, 636 B.
  • 33 BRUCKER (note suivante), p. 512.

32Tel était l’état du Sacrarium Jurense demeuré au Collège de Clermont à la mort du Père Chifflet, le 5 mai 1682. Il n’était plus question de publication, mais le manuscrit n’était pas oublié. En 1689, le Père Jean Hardouin, bibliothécaire, envoya à ses confrères les Bollandistes d’Anvers, en même temps que tous les papiers Chifflet intéressant l’hagiographie, l’ingens opus du Sacrarium32, à l’exception du cartulaire de Saint-Claude, qui se trouvait rangé avec d’autres cartulaires, ceux de Dijon, de Tournus, etc. La masse des papiers Chifflet demeurés à Paris représentait encore une centaine de liasses remplissant trois grands cartons33.

  • 34 Sur le sort des manuscrits du Collège de Clermont, voir Joseph BRUCKER, « Episode d’une confiscatio (...)
  • 35 Valentin ROSE, Verzeichnis der lateinischen Handschriften der königlischen Bibliothek zu Berlin, I  (...)

33Le cartulaire de Saint-Claude se trouvait donc à Paris en 1762, lors de la confiscation des biens des Jésuites34. Avec tous leurs manuscrits, il fut vendu, le 6 décembre 1764, au collectionneur hollandais Gérard Meerman. Le tout, racheté par le collectionneur anglais Thomas Phillipps en 1824, le fut finalement par la Bibliothèque royale de Prusse en 1887. Celle-ci en publia un excellent catalogue, rédigé par Valentin Rose35. C’est donc à Berlin qu’il faut maintenant, on va nous le dire, consulter les copies Chifflet des titres de Saint-Claude !

  • 36 AA. SS., Febr. III, 747-752 (Romanus) ; Mart. III, 262-266 (Lupicinus) ; Jan. I (Eugendus).
  • 37 AA. SS., Jun. I, 638 C.

34Quant à la presque totalité du Sacrarium Jurense, parvenue à Anvers en 1689, les Bollandistes y puisèrent d’importants matériaux pour la continuation de leurs Acta Sanctorum. Il n’était plus question d’utiliser le texte définitif de la Vie des Pères du Jura, puisque les Acta, astreints à l’ordre du calendrier, avaient déjà publié, quoique sous une forme moins exacte, chacune des trois Vies à leurs dates respectives en 1643, 1658 et 166836. L’idée d’un Supplément fut envisagée, mais sans suite37.

  • 38 Ibid., 647-660.
  • 39 Ibid., 660-696.
  • 40 Ibid., 636-638.

35En revanche, la fête de saint Claude, au premier volume de juin, paru en 1695, fournit l’occasion au Père Daniel Papebroch d’utiliser largement la troisième partie du Sacrarium. Il édita, en supplément aux anciens Miracula de saint Claude, la collection de plus de soixante récits de miracles des XIVème-XVIIème siècles réunis par le Père Chifflet dès 163238. Mieux encore, il publia, à la suite, la totalité des Illustrationes Claudianae, intéressantes pour l’histoire de Salins, et plus encore pour celle de Besançon39. Et même il tint, par amitié, dit-il, à publier tout le plan du Sacrarium, si important pour nous40. Cela représente, avec les notes, une soixantaine de pages in-folio.

  • 41 AA. SS., Sept., VII, 106-112.
  • 42 AA. SS, Sept., VIII, 744-750.

36J’ajoute que par la suite le manuscrit devait encore être exploité. Ainsi en 1760 pour la Vie de saint Ermenfroid de Cusance41 et, bien plus tard, en 1887, pour la Vie de saint Simon42.

37Tout ce qui restait du manuscrit, à Anvers, une fois soustraites les pièces éditées depuis 1689 et sacrifiées pour l’impression, allait avoir à nouveau une destinée mouvementée.

  • 43 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 194, p. 58-59.
  • 44 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Académie 3, f° 51-55.

38Disons tout de suite qu’à l’Académie de Besançon, la question se posait de savoir ce qui subsistait des manuscrits Chifflet à Anvers. Déjà en 1749, le président François-Xavier Chifflet avait fait demander aux Bollandistes, par l’intermédiaire du cardinal Thomas-Philippe d’Alsace, archevêque de Malines, de lui envoyer le manuscrit de son arrière-grand-oncle. Le cardinal lui avait transmis la réponse de l’Ancien des Bollandistes, le Père Jean Stilting, datée d’Anvers, le9 avril 1750 ; celui-ci s’excuse courtoisement : ils ne peuvent se défaire de ce dépôt précieux, confié au Père Papebroch ; ils en ont besoin et se doivent de le publier par fidélité43. Plus tard, en février 1773, le conseiller François-Nicolas-Eugène Droz, secrétaire perpétuel de l’Académie, écrivit à G. J. Gérard, secrétaire de la Société royale de Bruxelles, lequel obtint des Bollandistes une notice très détaillée du « portefeuille » renfermant, en ordre assez disparate, les éléments du Sacrarium restés inédits44.

  • 45 Ibid., f° 61.
  • 46 Lettre du Président Chifflet à Droz, 27 mars 1779 (récemment acquise par la Bibliothèque municipale (...)

391773, remarquons bien la date. C’est celle de la suppression de la Compagnie de Jésus par le pape Clément XIV. Divers projets furent tentés pour sauvegarder l’œuvre des Bollandistes. Même l’Académie de Besançon fit une démarche en ce sens auprès du gouvernement français45. De Besançon aussi, on attira l’attention du président Chifflet, alors à Metz, sur une possible vente de livres et de papiers de son arrière-grand-oncle. Il répond, le 27 mars 1779, que, pour ce qui est des livres, il les possède tous, et que pour les papiers, il s’en est déjà enquis et pense « qu’il n’y a rien a espérer a cet égard »46.

  • 47 Sur toute cette période mouvementée, consulter Paul PEETERS, L’œuvre des Bollandistes, 2e éd., Brux (...)

40En fait, les survivants de l’œuvre, leur bibliothèque et leurs matériaux manuscrits trouvèrent des refuges précaires dans des abbayes, et cela à travers les révolutions. Finalement, le travail se poursuivit, tant bien que mal, à l’abbaye des chanoines réguliers de Caudenberg47.

  • 48 Voir Dom Ursmer BERLIERE, « Dom Anselme Berthod, Bollandiste », dans Revue Bénédictine, XVI, 1901, (...)

41Et ici j’ouvre une parenthèse doublement intéressante pour nous. Le gouvernement de l’empereur Joseph II – nous sommes en Belgique –, intéressé à la survie de l’entreprise bollandienne, appela en renfort quelqu’un que nous connaissons bien, dom Anselme Berthod, bénédictin de Besançon et Grand Prieur de Luxeuil, déjà connu à Bruxelles48. Cette collaboration allait d’ailleurs bien peu durer, puisque, arrivé en octobre 1784, dom Berthod mourut en mars 1788.

  • 49 Lettre de D. Berthod à Droz, 31 mars 1785 (récemment acquise par la Bibliothèque municipale de Besa (...)

42Durant cette courte carrière de Bollandiste, ce Franc-Comtois n’oublia pas sa province. Il écrit à Droz le 31 mars 1785 : « Vous trouverés bien des pièces que vous connoissés déjà dans le Cartulaire du P. Chifflet que j’ay sauvé du feu auquel il estoit destiné. Il est tout écrit de la main du P. Chifflet. J’ai cru pouvoir le retirer pour l’avantage de notre province, d’autant plus qu’il n’est point inscrit dans nos inventaires et qu’il devient inutile pour notre ouvrage. Je souhaite que notre histoire y trouve quelques secours. Je ne désire rien tant que de la voir faire des progrès »49.

43Parlons de ce lot de copies Chifflet revenu de Bruxelles. Il s’agissait uniquement des copies de chartes comtoises formant les Probationes de la troisième partie. Lorsque cette liasse parvint à Besançon, l’immense collection de chartes réalisée par Droz, en liaison avec l’entreprise parisienne de Moreau, était achevée. Droz envisagea d’en tirer un Supplément pour la collection en faisant transcrire les copies Chifflet dans le style de l’ensemble. Mais le travail ne fut qu’amorcé. La liasse demeura jointe à l’exemplaire personnel que Droz gardait de la collection des chartes – les deux autres exemplaires étant celui de Paris (Collection Moreau) et celui de l’Académie de Besançon (Collection Droz).

  • 50 Catalogue de manuscrits et de livres sur la Franche-Comté provenant des Bibliothèques de Fr. Nic. E (...)
  • 51 Besançon, Bibliothèque du Centre diocésain, Ms. Droz 3.

44C’est ainsi que ces copies Chifflet, jointes aux deux gros volumes des chartes de l’archevêché et du chapitre, passèrent aux mains des descendants de François-Nicolas-Eugène Droz. Elles s’y trouvaient encore en 1924 lorsque fut vendue la bibliothèque d’Albert de Vregille50. A cette date, les deux volumes des chartes de l’archevêché et du chapitre, avec les copies Chifflet qui y étaient jointes, furent acquis par l’érudit abbé Guyot, curé de Belleherbe, lequel les laissa au Séminaire de Consolation, d’où il passa au Grand Séminaire, où ils se trouvent toujours51.

45Hélas ! au long du parcours, des chercheurs ne se sont pas gênés pour prélever sur le lot des documents qui les intéressaient. Il ne subsiste que cinquante-deux copies d’actes sur les cent dix-neuf que suppose leur numérotation.

46Voici pour les Probationes de la deuxième partie du Sacrarium. Cependant, qu’est devenu le manuscrit lui-même, celui qui avait été décrit en 1773 ?

47Ce qui en subsiste aujourd’hui se trouve, non pas dans la bibliothèque des actuels Bollandistes, mais à la Bibliothèque royale de Bruxelles, à laquelle avaient été finalement vendue en 1827 la masse des Collectanea bollandiana.

48Ses éléments ont été répartis dans deux recueils :

    • 52 Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, par J. VAN DEN GHEYN, t. V (1905), (...)

    le manuscrit8601-8606 : 3478 du Catalogue52. Aux folios 14- 43 se lisent les trois Vies des Pères prêtes pour l’édition, telles que le Père Chifflet les avaient améliorées grâce au manuscrit de Besançon. Elles sont suivies d’une intéressante série de notes critiques. Ce devait être l’essentiel de la deuxième partie du Sacrarium.

    • 53 Ibidem, t. VI (1906), p. 110.

    le manuscrit 8287-8290 : 3760 du Catalogue53. Ses 134 folios se répartissent ainsi :

    1. f° 2-96, les Illustrationes Jurenses, c’est-à-dire les appendices à la deuxième partie, trente-quatre chapitres, la plus grosse partie du manuscrit ;

      • 54 Les auteurs de la Gallia Christiana de 1728, t. IV, c. 242 A, disent qu’ils s’inspirent, pour leur (...)

      f°97-104, le Chronicon ou chronologie des abbés, c’est-à-dire la première partie54 ;

    2. f° 105-111, la Passion des Martyrs d’Agaune, qui devait figurer dans la deuxième partie ;

    3. f° 113-132, l’histoire des saints moines formés au monastère, qui appartient à la quatrième partie.

49En conclusion, nous pouvons dire, je crois, que le grand travail du Sacrarium Jurense, qui fut apparemment un échec, et un échec douloureux pour le travailleur acharné et très sûr que fut le Père Pierre-François Chifflet, a, par différentes voies, porté ses fruits, sinon tous ses fruits. Deux longs ensembles, parus dans les Acta Sanctorum : le deuxième livre des Miracles de saint Claude et les Illustrationes Claudianae, ont été exploités par les historiens. De même la Vie de saint Simon.

50Dom Paul Benoît a utilisé ces parties imprimées, mais se réfère à peine aux parties inédites, connues seulement à travers des copies incomplètes.

  • 55 Mon. Germ. Hist., Scr. rer. merov., III (Hanovre 1896), p. 174-181.
  • 56 Ibid., p. 131-166.

51En revanche, c’est essentiellement d’après la copie Chifflet qu’ont été publiées par Bruno Krusch en 1896 les Vies antiques des abbés d’Agaune dans la collection des Monumenta Germaniae Historica55. Le même Krusch a malheureusement ignoré les excellentes copies Chifflet de la Vita Patrum Jurensium, lorsqu’il a édité cette Vita, en 1896 également56.

52Si l’édition Martine de cette même Vita en 1968 a marqué un progrès considérable, elle le doit avant tout à l’utilisation soignée de la copie Chifflet sous sa dernière forme. François Martine a aussi tiré profit de bien des détails relevés dans les Illustrationes Jurenses.

  • 57 Gérard MOYSE, « Actes privés inédits relatifs à Besançon et à Saint-Claude sous Conrad le Pacifique (...)
  • 58 « Un document inédit sur la promotion de Burchard de Fénis à l’évêché de Bâle (1072) », dans Zeitsc (...)

53Par ailleurs, Gérard Moyse, il nous le dira, a analysé ou édité d’après les Probationes de la première partie de très anciens titres de l’abbaye57. J’ai eu pour mon compte l’occasion d’éditer des chartes bisontines tirées des Probationes de la troisième partie58.

54Il y aurait encore bien des documents et bien des faits à glaner dans cet héritage dispersé entre Bruxelles, Berlin, Besançon et un peu Paris. Je le signale aux futurs chercheurs.

55De toute cette richesse, grâces soient rendues à l’immense travailleur et bon serviteur de l’histoire religieuse et monastique que fut notre Père Pierre-François Chifflet !

Bibliographie

Références

Chifflet-Bollandistes : Pierre-François Chifflet, Charles Du Cange et les Bollandistes, Correspondance, Présentation, édition et commentaire par Bernard JOASSART (« Tabularium hagiographicum », 4), Bruxelles, 2005.

Chifflet-d’Achery : Jeannine FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon. Une correspondance érudite dans la deuxième moitié du XVIIème siècle (1668-1675) », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 125, 1928, p. 135-185.

Chifflet-Baluze : Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. Baluze 162 (Recueil de lettres des Chifflet) : f°412-461, lettres de P.- Fr. Chifflet à Baluze, de 1665 à 1681.

ARSJ : Archives romaines de la Compagnie de Jésus.

AA. SS. : Acta Sanctorum... ediderunt Socii Bollandiani, Anvers, 1643, etc. (cités d’après la 3e édition, Paris 1863, etc.)

D. Benoît : Dom Paul BENOIT, Histoire de l’Abbaye et de la Terre de Saint-Claude, 2 vol., Montreuil-sur-Mer, 1890-1892.

Notes

1 Chifflet-Bollandistes, Lettres 2 à4 (29 mars 1627, 31 janvier 1628,7 octobre 1630), p. 54-96.

2 Jean-Jacques CHIFFLET, Vesontio, Lyon, 1619, p. 99 et 138.

3 Archives diocésaines de Saint-Claude, ZZ 30 : Extraits des délibérations du chapitre. Le P. Chifflet a cependant noté que lui avaient été ouvertes par courtoisie les deux châsses où avaient été regroupées en 1626 des reliques des saints Romain et Lupicin et d’une quinzaine d’autres saints personnages (AA. SS., Sept. 8,714 D).

4 Officia propria inclyti monasterii S. Augendi Jurensis, seu S. Claudii. ad ritum Breviarii romani accommodata. Divione, apud Philibertum Chavance, via S Ioannis, ad insigne Pueri Iesu., M.DC. LIV, pet. in-8°, 228 p. Cf. D. Benoît, I, 305.

5 D. Benoît, II, p. 570 cite des réclamations faites à ce sujet au Père Chifflet en 1631 et 1632 et insinue que les manuscrits ainsi prêtés auraient passé dans la bibliothèque de Jean Bouhier à Dijon. Ce qui est vrai, c’est que « les éloges décernés par le P. Chifflet aux manuscrits de Saint-Claude éveillèrent les désirs du bibliophile dijonnais » et que « les religieux durent être d’autant moins insensibles à des offres pécuniaires que leurs revenus venaient d’être grandement atteints par les ravages qu’une guerre de 10 ans avait fait subir à la province de Franche-Comté tout entière » (Auguste CASTAN, « La bibliothèque de l’Abbaye de Saint-Claude du Jura. Esquisse de son histoire », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 50, 1989, p. 310). Mais aucun des manuscrits acquis à Saint-Claude par Jean Bouhier vers 1660 ne concerne l’histoire de Saint-Claude, même si plusieurs d’entre eux portent l’ex-dono du fameux prévôt Mannon. Il s’agit de textes patristiques et canoniques. En voici la liste, d’après l’Appendice donné par André Vernet et Raymond Etaix à A. RONSIN, La bibliothèque Bouhier... (Mémoires de l’Académie de Dijon, 118, 1971), p. 238-242 : Troyes, Bibliothèque municipale 51, 52,96, 1331, 1356, 1558, 2405 ; Montpellier, Bibliothèque universitaire, Section médecine, 157, 160, 218, 301, 308, 377, 404, 406. Quant au manuscrit lat.9550 de la Bibliothèque nationale de France, provenant de Saint-Claude (Œuvres de saint Eucher), il a été prêté au P. Chifflet, comme l’indique une note de sa main, mais rendu : les Bénédictins Martène et Durand l’ont vu à Saint-Claude en 1708. Cf. D. Benoît II, p. 698.

6 Chifflet-Baluze, f° 249 (8 mai 1665).

7 Chifflet-d’Achery, Lettre 22, p. 175 (7 août 1674).

8 Cf. Bernard de VREGILLE, « Pierre-François Chifflet, découvreur et éditeur des Pères de l’Eglise », dans Les Pères de l’Eglise au XVIIème siècle, sous la direction d’Emmanuel BURY et de Bernard MEUNIER, Cerf, 1993, p. 237-250 et dans le présent volume.

9 Chifflet-Bollandistes, Lettre 28, p. 147 (15 décembre 1643).

10 Henri-François de BUZEGNIES, Dionysiani monasterii Sacrarium, seu eiusdem Sacrae Antiquitates versibus illustratae..., Mons, 1641.

11 Bibliothèque nationale de France, Ms. Baluze 144, f° 32-37. - AA. SS., Jun. I, p. 636- 638.

12 Chifflet-d’Achery, Lettre 22, p. 175 (7 août 1674).

13 Chifflet-Baluze, f°453 (30 mars 1667).

14 ARSJ, Censurae librorum, 670, f° 179-181 (mai 1667).

15 Cf. note 13.

16 Chifflet-d’Achery, Lettre 11, p. 157 (novembre 1669).

17 « 3 000 livres » (Chifflet-Baluze, f°431) ; «4 ou 500 écus » (Chifflet-d’Achery, p. 175).

18 Registre des délibérations du chapitre de Saint-Claude, Archives municipales de Saint-Claude, II, 16 (feuille volante).

19 Lettre de Jean Boyvin à Philippe Chifflet, 12 mai 1645 (Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 105, f° 21), citée par Emile LONGIN, Contribution à l’histoire des Jésuites en Franche-Comté (1630), dans « Mémoires de la Soc.d’Emul. du Doubs », 75, 1924, p. 55-74.

20 Dédicace au cardinal Barberini du Paulinus illustratus, Dijon, 1662. Remerciement du cardinal, 11 septembre 1662 (feuillet inséré entre les p. viii et ix).

21 ARSJ, Epist. Gen., 8 , I, f° 1870 (17 décembre 1654) ; 8, II, f° 446 (9 février 1666).

22 Chifflet-Baluze, f°429 (8 mai 1669).

23 Chifflet-d’Achery, Lettre 22, p. 175 (7 août 1674).

24 ARSJ, Franciae Epist., 49, f° 17 (2 avril 1682).

25 AA. SS., Jun. I, 638 AB.

26 Chifflet-d’Achery, Lettre 24, p. 78 (29 décembre 1674).

27 AA. SS., Jun. I, p. 636-638.

28 Paris, Bibliothèque nationale, Ms. Baluze 144, f° 32.

29 Actuellement Paris, Bibliothèque nationale, lat.9550. Cf. ci-dessus, n. 5.

30 Voir F. MARTINE, Vie des Pères du Jura (Sources Chrétiennes, 142), p. 144-146.

31 Gérard MOYSE et René LOCATELLI, Le cartulaire de Saint-Claude constitué par le Père Chifflet.

32 AA. SS., Jun. I, 636 B.

33 BRUCKER (note suivante), p. 512.

34 Sur le sort des manuscrits du Collège de Clermont, voir Joseph BRUCKER, « Episode d’une confiscation de biens congréganistes. Les manuscrits des Jésuites de Paris », dans Etudes, 88, 3ème trim. 1901, p. 497-519. Egalement l’historique donné par V. ROSE (note suivante), p. i-vii, et H. DUTOUQUET, article « Chifflet, Pierre-François », dans Dictionnaire de Théologie catholique, II (1923), c. 2363-2364.

35 Valentin ROSE, Verzeichnis der lateinischen Handschriften der königlischen Bibliothek zu Berlin, I : Die Meerman Handschriften des Sir Thomas Phillipps, Berlin, 1893 (p. 476-480 : « Nachlass von Pierre-François Chifflet »).

36 AA. SS., Febr. III, 747-752 (Romanus) ; Mart. III, 262-266 (Lupicinus) ; Jan. I (Eugendus).

37 AA. SS., Jun. I, 638 C.

38 Ibid., 647-660.

39 Ibid., 660-696.

40 Ibid., 636-638.

41 AA. SS., Sept., VII, 106-112.

42 AA. SS, Sept., VIII, 744-750.

43 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 194, p. 58-59.

44 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Académie 3, f° 51-55.

45 Ibid., f° 61.

46 Lettre du Président Chifflet à Droz, 27 mars 1779 (récemment acquise par la Bibliothèque municipale de Besançon) : « Les livres imprimés des autheurs de ma famille, je crois les avoir tous... A l’égard des ouvrages manuscrits... rien à espérer à cet égard ».

47 Sur toute cette période mouvementée, consulter Paul PEETERS, L’œuvre des Bollandistes, 2e éd., Bruxelles, 1961, p. 43-68.

48 Voir Dom Ursmer BERLIERE, « Dom Anselme Berthod, Bollandiste », dans Revue Bénédictine, XVI, 1901, p. 193-209.

49 Lettre de D. Berthod à Droz, 31 mars 1785 (récemment acquise par la Bibliothèque municipale de Besançon). Autre longue lettre du même à l’Académie sur sa situation et ses travaux : Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Académie, 4, f° 34-36.

50 Catalogue de manuscrits et de livres sur la Franche-Comté provenant des Bibliothèques de Fr. Nic. Eug. Droz des Villars... et du Chanoine Suchet... (Vente, 24-27 novembre, Dijon, 1924).

51 Besançon, Bibliothèque du Centre diocésain, Ms. Droz 3.

52 Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, par J. VAN DEN GHEYN, t. V (1905), p. 483.

53 Ibidem, t. VI (1906), p. 110.

54 Les auteurs de la Gallia Christiana de 1728, t. IV, c. 242 A, disent qu’ils s’inspirent, pour leur chronologie des abbés de Saint-Claude, du Chronicon Condatescense publié par le Père Chifflet (quod publici juris fecit). En fait ils utilisent la chronologie que le Père Chifflet avait communiquée aux frères de Sainte-Marthe pour leur Gallia Christiana de 1656, t. IV, p. 547-551 ; c’était là une praelibatio de l’histoire du monastère prête à paraître (operis brevi edendi) !

55 Mon. Germ. Hist., Scr. rer. merov., III (Hanovre 1896), p. 174-181.

56 Ibid., p. 131-166.

57 Gérard MOYSE, « Actes privés inédits relatifs à Besançon et à Saint-Claude sous Conrad le Pacifique », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 130, 1972, p. 585- 588 ; « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Vème-Xème siècles) », ibid., 131, 1973, p. 16-18.

58 « Un document inédit sur la promotion de Burchard de Fénis à l’évêché de Bâle (1072) », dans Zeitschrift für schweizerische Kirchengeschichte, 93, 1999, p. 107-120 ; « Les statuts canoniaux promulgués à Besançon par l’évêque Bernard de Genève (1212) », dans Inquirens subtilia diversa. Dietrich Lohrmann zum 65. Geburtstag, Aachen, 2000, p. 109-121.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search