Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Troisième partie. Érudition et histoire

10. Pierre-François Chifflet S.J. Découvreur et éditeur des Pères de l’Eglise (1592-1682)1

Bernard de Vregille

Texte intégral

  • 1 Ce texte est paru dans Les Pères de l’Eglise au XVIIème siècle, Actes du colloque de Lyon, 2-5 octo (...)

1Pour situer chronologiquement le Père Chifflet parmi les principaux patrologues du XVIIème siècle, disons d’abord qu’il fut de trente-trois ans le cadet de Jacques Sirmond, de dix-sept ans l’aîné de Luc d’Achery, de quarante ans celui de Jean Mabillon.

2Quant à la valeur, et aussi aux limites, de son œuvre patristique, elles ne se comprennent, me semble-t-il, qu’en replaçant cette œuvre dans un cadre biographique, presque dans un portrait.

  • 2 Acte de baptême, du22 septembre, Besançon, Bibliothèque municipale, GG 171, f° 15v°. Chifflet lui-m (...)
  • 3 Nous utilisons le curriculum vitae qui nous a été fourni naguère par les pères Edmond Lamalle et Ge (...)

3Né le20 septembre 1592 à Besançon, ville demeurée libre au cœur de la Franche-Comté espagnole, Pierre-François Chifflet appartenait à une famille patricienne qui compta plusieurs générations d’érudits2. Entré dans la Compagnie de Jésus en 1609, il poursuivit sa formation à Lyon et à Avignon jusqu’en 16183.

  • 4 Jean-Jacques CHIFFLET, Vesontio, IIème partie, p. 328 ; cf. introduction à la traduction de J. Gira (...)
  • 5 Voir Maurice COENS, « Analyse du légendier perdu de l’abbaye d’Acey », dans Analecta Bollandiana, t (...)

4Déjà son goût pour l’histoire religieuse était vif. Il aida son frère aîné, Jean-Jacques, pour l’achèvement du fameux Vesontio, paru en 16184. Surtout, il fut séduit par le projet du Père Héribert Rosweyde, d’Anvers, qui en 1609, dans ses Fasti Sanctorum, avait fait appel à tous les savants pour réaliser une somme des textes hagiographiques. Dès 1622, on voit le jeune Père Chifflet demander à un moine d’Acey l’inventaire, suivant des normes précises, des Vies des saints existant dans cette abbaye cistercienne et la transcription de certaines d’entre elles5.

  • 6 Noms évoqués dans la préface du Manuale Solitariorum, 1657. C’est en réalité durant l’été 1647 que (...)
  • 7 Plan de l’ouvrage dans Acta sanctorum, Jun. I, 636-638 (nous citons la3e édition).
  • 8 Dissertationes tres, 1676, p. XI.
  • 9 Cf. AA. SS., Jun. I, 666 D, 668 A.
  • 10 La correspondance du père Chifflet, encore abondante, est très dispersée. Quelques indications sont (...)

5Durant les années 1618-1626, où il enseigne, dans les collèges de Tournon, Vienne, Chambéry et Lyon, les humanités, la rhétorique et la philosophie, il ne perd aucune occasion d’explorer les bibliothèques et les archives des églises et des monastères, y copiant avec le plus grand soin ou y faisant copier, mais en les collationnant lui-même, aussi bien les Vies des saints que les chroniques, les chartes et les textes patristiques. C’est sans doute dès lors qu’il visita la Grande Chartreuse et les chartreuses de Portes, de Meyriat, et d’Arvières6. Son intérêt se porta avant tout sur les richesses de l’abbaye de Saint-Claude, anciennement Saint-Oyend ; d’avance il trace le plan d’un vaste ouvrage, bourré de textes anciens, qu’il intitulera Sacrarium monasterii Jurensis Condatiscensis7. Sa curiosité est d’ailleurs sans limites : on le voit charger un jésuite en partance pour l’Orient de lui envoyer des documents sur saint Denys l’Aréopagite (1625)8. Il s’intéresse à l’archéologie chrétienne de Lyon9. Et déjà il correspond avec le Père Sirmond, son grand aîné parisien10.

  • 11 Practique journalière de l’Amour de Dieu par forme d’Oblation de soy mesme. Avec une formule des Ac (...)
  • 12 Lettre à H. Rosweyde, 29 mars 1627 : Anal. Boll., t. 83, 1965, p. 25. C’est J. Sirmond qui assurera (...)
  • 13 Délibération du chapitre, Archives départementales du Doubs, G202, au9 août 1627 ; également G203, (...)
  • 14 Cf. R. ETAIX et B. de VREGILLE, « Les manuscrits de Besançon, Pierre-François Chifflet et la biblio (...)
  • 15 Maurice COENS, « Le plan d’une hagiographie de la Franche-Comté et des régions voisines », dans Ana (...)
  • 16 Ibid., p. 25, n.3.

6En 1626 il regagne la Franche-Comté. Après un passage à Besançon et à Pontarlier, il est nommé au collège de Dole, collège agrégé à l’Université, où il enseignera cette fois l’Ecriture sainte et l’hébreu. Le seul ouvrage qu’il publie à Dole est un manuel de spiritualité, fort intéressant, fruit de son ministère auprès des congréganistes : Practique journalière de l’Amour de Dieu par forme d’Oblation de soy mesme11. Mais ses recherches érudites et ses projets de publications se poursuivent. Il a en vue l’édition des œuvres, en grande partie inédites, de saint Avit de Vienne12. En 1627 il obtient la permission, alors inouïe, de consulter à Besançon les archives et la bibliothèque du chapitre de la cathédrale13. Il a aussi accès à celles de l’abbaye Saint-Paul14. En 1627 également, il soumet au Père Rosweyde le plan de toute une hagiographie de la Franche-Comté et des régions voisines, qu’il pense éditer15. Et deux ans plus tard, à la mort de Rosweyde, on parle même de lui pour aller prendre sa succession à Anvers16. Le successeur de Rosweyde fut en réalité Jean Bolland, « Bollandus », qui allait donner son nom à l’entreprise des « Bollandistes ». Avec Bollandus, puis avec ses collaborateurs, Godefroid Henskenius et Daniel Papebroch, Chifflet entretient une correspondance suivie, et il se fait leur fidèle pourvoyeur.

  • 17 Sur cet épisode nous renvoyons à l’article bien documenté d’Émile LONGIN, « Contribution à l’histoi (...)
  • 18 Il citera par exemple un manuscrit « vu dans la chambre du père Bollandus » (lettre à Jean-Jacques, (...)

7En 1630 un épisode curieux vint perturber le curriculum du jeune savant. Il eut l’imprudence de se faire, auprès du Père général de la Compagnie de Jésus, Mutius Vitteleschi, et à l’insu du provincial de Lyon, Etienne Binet, le porte-parole de quelques confrères comtois et de leurs amis, mécontents de voir les maisons de Franche-Comté dépendre de la province française de Lyon ; ils aspiraient à constituer une province distincte17. La question fut d’ailleurs plusieurs fois débattue au XVIIème siècle. Cette fois l’initiative fut mal reçue. Chifflet, écarté momentanément de Dole, obtint de séjourner en Lorraine, à Spire, à Bruxelles, ce qui lui permit de nouvelles recherches (1631-1633)18. Il revint à Dole, puis à Vesoul (1634-1635), puis à Besançon (1636-1639). Dans cette dernière ville, il est père spirituel de la grande congrégation et confesseur du nouvel archevêque, Claude d’Achey. Après un an à Salins, il se stabilise pour cinq ans à Dole (1640-1645).

  • 19 Philippe ALEGAMBE, Bibliotheca scriptorum Societatis Jesu, in-fol, Anvers, 1643, p. 381-382. Notice (...)

8Les papiers s’accumulaient toujours dans ses dossiers, mais les circonstances se prêtaient mal à des publications, malgré les annonces et les promesses réitérées dans une correspondance échangée avec tout le monde savant. Lorsque Philippe Alegambe publie en 1643 sa Bibliotheca scriptorum Societatis Jesu, il ne peut citer, au nom de Chifflet, qu’il loue fort, que la Practique journalière ou De oblatione sui : c’est par là, dit-il, que cet auteur « a préludé pieusement aux grands ouvrages qu’il prépare depuis longtemps déjà »19.

  • 20 Tome 1, 1636, p. 210. Chronique récemment rééditée par Justin FAVROT, dans les Cahiers lausannois d (...)
  • 21 Au9 janvier. Le tout premier texte édité par les Acta Sanctorum est un sermon pour le 1er janvier t (...)
  • 22 Au28 janvier (BHL 4427-4430).
  • 23 Cf. Anal. Boll., t. 65, 1947, p. 61-62.

9À vrai dire, le Père Chifflet avait déjà contribué à des recueils publiés par d’autres. C’est ainsi que dans le tome Ier des Historiae Francorum Scriptores d’André Duchesne (1636), il avait édité la précieuse Chronique de Marius d’Avenches20. Et lorsque parurent, en 1643, les premiers tomes des Acta Sanctorum, ceux de janvier, une notice déjà était de lui, celle de sainte Paschasie de Dijon21, et c’est lui qui avait fourni la Vie de saint Jean de Réome22 ; beaucoup d’autres Vies avaient été envoyées par lui pour les volumes des mois suivants ; son nom y serait souvent mentionné avec reconnaissance : hagiographus insignis, insignis operis nostri adjutor23.

  • 24 Ci-dessus, n.6.
  • 25 Plan conservé : Berlin, Staatsbibliothek, Ms. Phillipp. 1867, p. 43-46. Chaque tome devait contenir (...)

10Cependant il s’impatientait. Deux grands ouvrages surtout piétinaient, faute de moyens matériels et financiers, faute aussi de la compréhension espérée de la part de ses supérieurs jésuites. Il s’agissait du Sacrarium monasterii Jurensis24, un épais in-folio, pour lequel l’auteur escomptait des moines de Saint-Claude un financement qui ne vint jamais, et d’une collection en six volumes in-4° analogue à ce que serait quelques années plus tard le Spicilegium de d’Achery : Antiqua Miscellanea ex Patribus magnam partem collecta, atque aut nondum edita, aut editis pleniora et emendatiora25.

  • 26 Vindiciae hispanicae, Anvers, 1645 (2e éd., 1647).
  • 27 À Pierre Dupuy, 22 octobre 1645 : Troyes, Bibliothèque municipale, Ms.696, p. 36.
  • 28 Première dédicace du Fulgentii Ferrandi Opera, datée du 10 septembre 1646.

11De 1643 à 1645, Chifflet pressa ses supérieurs de le faire passer de la province de Lyon à celle de Champagne, dont relevait le collège de Dijon : les conditions ne seraient-elles pas plus favorables pour ses travaux dans cette ville française ? Il finit par l’obtenir ; or il faut mesurer ce que représentait un pareil transfert. Non seulement le fait était exceptionnel, mais aux yeux des Comtois, c’était de la part de leur compatriote passer à l’ennemi, et cela après s’être fait quinze ans plus tôt le champion de l’autonomie provinciale. Ses amis en furent blessés. Ce fut même la rupture avec son frère Jean-Jacques qui, fixé à Bruxelles, publiait en ce temps-là un gros ouvrage visant à établir les droits de la monarchie espagnole sur le trône de France26. Pierre-François, de son côté, va jusqu’à écrire à un correspondant parisien qu’il est, lui, « un homme de paix qui se tient dans les limites de sa profession et n’a pas moins de cœur pour le bien et l’honneur de la France que si Dieu l’avait fait naître en la ville de Paris »27. On le voit même encenser le prince de Condé, gouverneur de Bourgogne, celui-là même qui, dix ans plus tôt, avait mis en vain le siège devant Dole28.

  • 29 Lettre « soli » du 16 juillet 1646 : Archives Romaines de la Compagnie de Jésus (ARSJ), Campaniae E (...)
  • 30 Lettre du 15 février 1647 : ARSJ, Campaniae Epist. Gener., 8, I, f°93.

12Les conditions de travail étaient, sans doute, plus faciles à Dijon, au voisinage de plusieurs bibliothèques, dont celle de l’abbaye Saint-Bénigne et surtout celle du conseiller Jean Bouhier, mais là encore les difficultés surgirent bientôt : comptes stricts demandés par les supérieurs pour les dépenses occasionnées par les travaux courants ; sous-estime de leur part pour des activités apparemment peu apostoliques. Chifflet écrivant au Père général, Vincent Caraffa, se plaint de l’assistant de France, le Père Barthélemy Jacquinot, contemptor eruditionis et eruditorumv29 ! Le Père général, de son côté, reproche à Chifflet son agitation – ne demande-t-il pas maintenant à aller se faire imprimer à Anvers ? – et il le presse de publier enfin les beaux travaux promis30.

  • 31 Actuellement, Grenoble, Bibliothèque municipale, Ms. 134 (226) et Ms.266 (201).
  • 32 Dijon, Bibliothèque municipale, Ms. 150 (117). Chifflet a cru reconnaître l’Adversus Pintam, perdu, (...)

131649. Un premier volume patristique sort des presses de Palliot à Dijon : Fulgentii Ferrandi Carthaginensis ecclesiae diaconi Opera, junctis Fulgentii et Crisconii Africanorum episcoporum opusculis relativis, in- 4° de 412 pages, ouvrage d’une réelle valeur. Dédié dès 1646 au prince de Condé, mort depuis, il l’est maintenant à ses fils, Louis, qui sera le grand Condé, et Armand, prince de Conty. Les œuvres de Ferrand sont suivies de deux importantes annexes : la partie inédite du traité de Fulgence de Ruspe De veritate praedestinationis et gratiae, et un Liber pro fide catholica adversus Pintam episcopum Arrianum, attribué à tort au même Fulgence. Ces éléments, retirés des Antiqua Miscellanea projetés, provenaient de deux manuscrits de la chartreuse de Portes31, et le second avait été collationné sur un manuscrit de Saint-Bénigne32.

  • 33 ARSJ, Censurae librorum,665, I, f° 208-211, 1653 ; 669, f°291-302, 1161. Les Mauristes ont pris pos (...)
  • 34 Lettre du31 mars 1653 : ARSJ, Epist. Gener., 8, I, f° 164v°- 165.
  • 35 Le projet est mentionné dans une lettre du Général, 16 août 1649 : ARSJ, Epist. Gener. (« soli »), (...)
  • 36 Lettre du 17 décembre 1654 : Epist. Gener., 8, I, f° 187v ; la question revient dans plusieurs lett (...)

14Les ouvrages suivants tardèrent à venir. Nouveau refus au Père Chifflet d’aller se faire éditer à Anvers ou à Paris, refus d’éditer le fameux Chronicon de Saint-Bénigne – un peu plus tard aussi le Divio sacra -, cette fois par crainte de déplaire aux Mauristes, qui venaient de prendre possession de l’abbaye dijonnaise33. Les encouragements se mêlent pourtant aux refus : que les travaux de tant d’années ne soient surtout pas perdus34 ! Il semble que Chifflet ait obtenu de faire un nouveau séjour à la Grande Chartreuse35. Mais le voilà qui s’enhardit jusqu’à vouloir aller à Rome, où il espère la protection du cardinal Francesco Barberini et celle des bibliothécaires du Vatican, Jean-Baptiste Suarez et Luc Holstenius. La réponse est négative. Ses lettres à ces grands personnages ne sont même pas remises. Qu’il patiente donc à Dijon36 !

  • 37 Ci-dessous, n. 55.
  • 38 Montpellier, Faculté de médecine, Ms.308, f°85-138. Ce manuscrit du IXème siècle, originaire de l’a (...)
  • 39 Lyon, Bibliothèque municipale, Ms. 5804 (Philipp. 14036), f° 155v°-177v° (cf. J. FRAIPONT, ibid., p (...)

151656. Sept ans après le Ferrand paraissaient les Scriptorum Veterum de Fide catholica quinque Opuscula, in-4° de 408 pages, dédié symboliquement à Christine de Suède, nouvelle convertie. En plus de textes du haut Moyen Âge, dont une Confessio fidei attribuée à Alcuin37, on trouvait là des textes patristiques d’une grande rareté : 39 fragments du Contra Fabianum de Fulgence, tirés de la collection De fide de Florus de Lyon, conservée par un codex lingonensis pervetustus38, et 13 fragments de son De incarnatione, tirés de la collection « des douze Pères » sur saint Paul, du même Florus, provenant d’un manuscrit de la Grande Chartreuse39.

  • 40 Dijon, Ph. Chavance, 488 p. La dédicace, aux Chartreux du monde entier, est datée du 5 octobre 1651 (...)

16L’année 1657 voit paraître un gros ouvrage historique sur la famille de saint Bernard, accompagné d’importants textes médiévaux tirés des manuscrits de Clairvaux . Egalement, le Manuale solitariorum, recueil in-12° d’inédits cartusiens40, où figure aussi le De laude heremi de saint Eucher, amélioré d’après un manuscrit de Portes.

  • 41 In-4°, Dijon, Veuve de Ph. Chavance, 1662, XIV +312 p.
  • 42 Actuellement, Paris, Bibliothèque nationale, Ms. lat.9550 [C.L.A., V, n° 589] (porte une note du pè (...)
  • 43 Plusieurs textes hagiographiques ont été tirés par Chifflet de ce même légendier, détruit, auquel i (...)

17En 1662 paraît un volume peu épais, mais de grande valeur, le Paulinus illustratus41, dédié au cardinal Barberini. Chifflet aurait aimé rééditer toutes les lettres de Paulin de Nole. Les conditions ne le lui permettant pas, il apporte du moins à ces lettres, en plus d’un commentaire historique et littéraire, des nombreux et importants compléments et retouches, ainsi que de longues listes de variantes. De plus, le commentaire lui donne l’occasion de publier de précieux inédits, dont la Passio Agaunensium Martyrum écrite par saint Eucher, tirée d’un manuscrit de Saint-Claude remontant au VIème-VIIème siècle42, et la Vita anonyme de saint Nizier de Lyon, antérieure à celle écrite par Grégoire de Tours, tirée aussi d’un très ancien manuscrit de Saint-Claude43.

  • 44 Cf. François HALKIN, « Le synaxaire grec de Chifflet retrouvé à Troyes (manuscrit 1204) », dans Ana (...)

18En cette même année 1662, Chifflet a la joie de recevoir à Dijon les bollandistes Henschenius et Papebroch auxquels il communique un manuscrit grec resté célèbre sous le nom de « Synaxaire de Chifflet »44.

  • 45 Victorii Vitensis et Vigilii Tapsensis Provinciae Bizacenae Episcoporum Opera, Dijon, Veuve de Ph. (...)
  • 46 Certains exemplaires du Paulinus illustratus comportent, entre les pages VIII et IX, une feuille su (...)
  • 47 Victorii Vitensis…, Notae, p. 86-99.
  • 48 Dijon, Veuve de Ph. Chavance, 264 + 557 p. À propos du concile tenu à Tournus par le légat Guy de V (...)

19En 1664 paraissent les volumineuses œuvres de deux évêques africains, Victor de Vite, auteur de l’Historia persecutionis africanae, et Vigile de Thapse, in-4° de726 pages45, dédié encore au cardinal Barberini, qui se montre bien disposé pour la suite des publications46. Parmi la riche annotation figure une édition critique, avec variantes, du tome à Flavien de saint Léon47. La même année sort un ouvrage historique en français qui sera souvent cité dans les collections conciliaires : l’Histoire de l’abbaye royale et de la ville de Tournus48.

20Douze ans vont s’écouler ensuite sans que rien d’important ne paraisse. Des ennuis ont encore surgi : des promesses de subventions du dehors n’ont pas été tenues ; il faut combler des dettes. Chifflet veut encore solliciter le cardinal Barberini ; le Père général refuse.

  • 49 Permission donnée en mai 1667 : ARSJ, Censurae librorum, 670, f° 179a-181.
  • 50 Il en parle à Mabillon dans une lettre de novembre 1669, publiée par J. FOHLEN, « Chifflet, d’Acher (...)
  • 51 Cf. J. FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon », op. cit. n.9.
  • 52 Alcuin : Spicilegium, IX, 1669, p. 11-116 ; Anselme : ibid., p. 116-125 (pièces tirées de manuscrit (...)
  • 53 Ibid., préface, p. 15.

21L’éditeur malheureux ne se décourage pas. Permission lui a été donnée de publier les Illustrationes Claudianae, qui sont une partie de son ouvrage sur Saint-Claude49, et même il peut aller compléter dans cette abbaye sa documentation accumulée depuis quarante ans50. Rien n’aboutit pourtant. Il correspond en ce temps-là avec Dom Luc d’Achery51, auquel il fournit, pour les tomes IX, X et XI du Spicilegium des pièces primitivement destinées à ses propres Miscellanea, dont une préface d’Alcuin et huit lettres inédites de saint Anselme52. Quantité de documents et de projets sont mentionnés dans cette correspondance. D’Achery se fait flatteur : il écrit de Chifflet, au tome IX : « le nommer, c’est le louer, car la singulière renommée de son érudition et ses écrits se sont déjà répandus dans le monde des lettres et ont mis en lumière les Pères de l’Eglise »53. Beaucoup d’autres pièces des Miscellanea ont été ainsi dispersées peu à peu. Certaines d’entre elles ont d’ailleurs été entre-temps découvertes et publiées par d’autres.

  • 54 À d’Achery, 29 décembre 1674 : J. FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon », op. cit., p. 178.
  • 55 À d’Achery, 7 août 1674 : J. FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon », op. cit., p. 175.
  • 56 Épisode raconté par Mabillon, Vetera Analecta, I, 1675, p. 178-219 (reproduit par PL 101, col. 1003 (...)

22En 1669, Chifflet reçoit à Dijon Dom Jean Mabillon. Toujours il attend « une main d’argent » qui vienne tirer ses ouvrages de l’ombre54. Rien que le Sacrarium monasterii Jurensis exigerait quatre ou cinq cents écus55 ! Toujours il se plaint au Père général de l’incompréhension des supérieurs français qui l’empêchent de frapper à la porte de possibles mécènes. Dans le domaine de l’érudition, une attaque lui est sensible : dans une dissertation posthume, le protestant Jean Daillé nie que la Confessio fidei publiée par lui en 1656 soit d’Alcuin et estime que le manuscrit utilisé n’est pas du IXème siècle. Mabillon prit l’affaire en main. Il fit venir le manuscrit, alors en la possession de Bénigne Bouhier, de Dijon à Paris, en étudia longuement le contenu, et finalement soumit le volume à une assemblée d’érudits tenue le 13 décembre 1674 : c’étaient entre autres Garnier, Le Cointe, Vion d’Hérouval, Du Cange, Valois, Baluze, Cotelier, Launay. Tous attestèrent que l’écriture paraissait proche du temps de Charlemagne, pas plus tardive en tout cas que le IXème siècle56 (hélas ! ils se trompaient tous, comme Chifflet : le manuscrit est du XIème siècle, et la Confessio fidei est de Jean de Fécamp !).

  • 57 Lettre au Vicaire général de la Compagnie,2 avril 1682 : ARSJ, Franciae Epist., 49, f° 17 : depuis (...)
  • 58 Première dédicace des Dissertationes tres, p. XI (note suivante).

23Les relations avec Paris s’intensifiaient. En 1676, le Père Chifflet, âgé maintenant de quatre-vingt-quatre ans, était enfin envoyé au collège de Clermont. Ses amis l’avaient fait nommer par Colbert garde du médaillier royal, ce qui lui valait une pension57. À Colbert il écrit : Lutetiam inclytam Civitatem, Civitatem Regiam novus hospes ingredior58. Il avait en mains les permissions nécessaires à l’édition de plusieurs ouvrages, dont la fameuse collection de Florus.

  • 59 Dissertationes tres : I De uno Dionysio… (à Colbert). II De lococonversionis Magni Constantini… ( (...)
  • 60 À cette époque, le père Chifflet préparait une édition de Grégoire de Tours. Cf. MGH, SSRMerov. I, (...)

24Dès cette année 1676 paraissaient en effet les Dissertationes tres, in-8°59, dont la première est dédiée à Colbert. Elle tente d’établir que Denys l’Aréopagite et Denys de Paris sont bien un même personnage, comme l’attestent les sources carolingiennes. Entre autres documents sont éditées les Passions de saint Sernin de Toulouse et de saint Antonin de Pamiers. Cette dissertation malheureuse sera aussitôt critiquée par Launoy. Les deux autres concernaient la conversion de Constantin, située curieusement à Besançon (Chifflet tient à préciser que ce n’est pas par chauvinisme !), et l’année de la mort de saint Martin60.

  • 61 Opuscula quatuor : I De sancti DionysiiChronologia… II De una Syra seu Syria Virgine. III Origo p (...)
  • 62 Le manuscrit d’Orval utilisé par Chifflet appartient à l’abbaye de Tamié. Les Fragmenta ont été pub (...)

25Trois ans plus tard paraissent les Opuscula quatuor, in-8°61, avec deux dédicaces, à Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, et à Jacques-Nicolas Colbert, futur archevêque de Rouen : à l’un et à l’autre Chifflet vante le bienfait du récent traité de Nimègue confirmant l’annexion de la Franche-Comté à la France ! Le meilleur de ce recueil consiste en dix extraits des Fragmenta inédits de Geoffroy d’Auxerre sur la vie de saint Bernard, historiquement commentés62.

  • 63 In-4°, X + 476 p., Paris, Gabriel Martin.
  • 64 Introduction reproduite dans PL95, col. 17-18.
  • 65 BHL3338.
  • 66 Opuscula quatuor, p. 182 et p. 237.

26En 1681, c’est un fort in-4°, dédié à Ferdinand de Furstenberg, évêque de Paderborn et de Münster, grand protecteur des érudits : Bedae Presbyteri et Fredegarii Scholastici Concordia63, dont le principal élément est une édition renouvelée de l’Historia ecclesiastica gentis Anglorum de Bède64, d’après un manuscrit de Saint-Maximin de Trèves. Des appendices concernent saint Denys encore et sainte Geneviève, dont est publiée une Vita65. Chifflet, qui a maintenant quatre-vingt-neuf ans, dit toujours son espoir de voir imprimer le Sacrarium monasterii Jurensis66.

27Au total, son séjour, si tardif, à Paris, lui a permis de publier des dissertations historiques, un genre qu’il aimait, plus que des éditions de textes ou de grands ouvrages. Il y a fait preuve de beaucoup d’érudition, mais bien souvent au service de théories contestables.

  • 67 16 avril 1680 : ARSJ, Campaniae, Epist. Gener., 8, f°334v°.
  • 68 8 avril 1681 : ibid., f°361v°.
  • 69 2 avril 1682 : ARSJ, Franciae Epist., 49, f° 17.

28Du côté de Rome, on complimentait le bon vieillard toujours à la tâche67. Et pourtant, lorsqu’il sollicite d’être dispensé de la récitation du bréviaire, tant ses yeux sont usés, il se voit répondre que le bréviaire est d’obligation, alors qu’aucun précepte ne l’oblige encore à feuilleter tous ces vieux documents68 ! Enfin, le2 avril 1682, il écrit, ou plutôt fait écrire, au Père Vicaire général une lettre émue qu’il signe d’une grosse écriture tremblée : les critiques s’en prennent à lui, et d’ailleurs aussi au défunt Père Sirmond, comme s’il avait écrit des inventions ! Il proteste solennellement qu’il n’a jamais eu d’autre but que de servir les traditions de l’Eglise d’Orient et de celle d’Occident69.

29 Il meurt un mois plus tard, le 5 mai 1682, peu avant d’achever sa90ème année.

  • 70 Le père Chifflet, de son vivant, avait fourni aux Bollandistes de nombreuses copies de textes hagio (...)
  • 71 Pour la Vita Patrum Iurensium, la collation de Chifflet (Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms.8601-86 (...)
  • 72 Sont de P.-Fr. Chifflet les Ms. Baluze 138, 142, 143, 144 (sa correspondance avec Baluze se trouve (...)
  • 73 Paris, Bibliothèque nationale, Ms. lat. 5138, f° 42-54.
  • 74 V. ROSE, Verzeichnis der lateinischen Handschriften der Königlicher Bibliothek zu Berlin, I. Die Me (...)
  • 75 Ms. Phillipp. 1757, I, p. 57-59 (cf. p. 45-49 ; 63-71). Document publié par Dom Paul-Irénée FRANSEN (...)
  • 76 Saint-Claude : Ms. Phillipp. 1757, II ; Tournus : Ms. Phillipp. 1757, IV (cf. Histoire ... de Tourn (...)

30De la masse des travaux et documents que le Père Chifflet laissait manuscrits, et de leurs successifs démembrements, on peut assez facilement retracer l’histoire. Disons seulement que les matériaux du Sacrarium monasterii Jurensis, en particulier tout un cartulaire de l’Eglise de Besançon, furent remis en 1689 aux Bollandistes d’Anvers. Certains de ces matériaux furent utilisés par les Acta Sanctorum. D’autres sont conservés soit à la Bibliothèque des Bollandistes, soit surtout à la Bibliothèque royale de Bruxelles70, où l’on trouve notamment la collation des Vies des Pères du Jura et la copie de celles des abbés d’Agaune, toutes tirées d’un très ancien manuscrit, perdu, de Saint-Jean de Besançon71. Divers dossiers furent acquis par Baluze et se trouvent à la Bibliothèque nationale72, par exemple les œuvres de l’évêque Laurent de Novae, tirées d’un manuscrit de Troyes73. Ceux qui restèrent au collège de Clermont jusqu’à la suppression de la Compagnie de Jésus en 1763 aboutirent finalement à la Bibliothèque royale de Prusse, et ils figurent parmi les Phillippici recentiores de Berlin74 : ainsi les prolégomènes à l’édition de Florus, déjà dédiée à Jean Pégon, général des Chartreux75 (le texte lui-même avait été remis par Chifflet à d’Achery) ; également de multiples copies d’Eugippe, Victor de Tonnona, Jean de Biclar, Raban Maur, etc. ; sans parler des importants cartulaires de Saint-Claude, de Dijon et de Tournus76.

  • 77 Voir par exemple Paulinus illustratus, p. 8,85.

31On peut regretter que les circonstances n’aient pas donné au Père Chifflet la possibilité de réaliser en ses belles années les travaux d’édition qu’auraient permis ses découvertes et ses réels dons de critique. À ce sujet, il serait intéressant de relever les remarques de méthode, souvent très pertinentes, qu’il mêle à ses commentaires : choix des variantes, explication des fautes des scribes, respect des locutions et des graphies anciennes, etc.77.

32Il lui aurait fallu le soutien communautaire et financier que trouvaient les Bollandistes d’Anvers, les Mauristes de Saint-Germain, ou même ses confrères du collège de Clermont. Son activité, si souvent fébrile et inquiète, s’y fût sans doute ordonnée et assagie. Et peut-être eût-il été dissuadé de mener de front hagiographie, histoire, généalogie, chronologie, diplomatique et patristique, autant de domaines entre lesquels la variété de ses trouvailles a dispersé ses efforts.

33Pour évaluer cependant à son juste prix son œuvre de patrologue, je me contente de citer deux témoignages peu suspects de partialité, l’un à propos de ses travaux sur Fulgence de Ruspe, l’autre à propos de ceux sur Paulin de Nole.

  • 78 L’attribution à Quesnel est bien établie par G. G. LAPEYRE, Saint Fulgence de Ruspe, Paris, 1929, p (...)

34En 1684, deux ans après la mort du Père Chifflet paraissait l’édition de Fulgence qui allait s’imposer jusqu’à celle du Corpus Christianorum. Éditée sous le nom d’Olivier Mangeant, elle avait été préparée par le Père Pasquier Quesnel, qui en écrivit la préface, non signée78. Or ce bon juge, peu enclin d’ailleurs à l’indulgence vis-à-vis des Jésuites, termine ainsi cette préface (je traduis) :

  • 79 Patrologie latine, t. 75, col. 116 D.

« Il ne faut pas omettre ici le témoignage de reconnaissance dû au jésuite Chifflet, homme d’une rare érudition, pour la dette exceptionnelle de Fulgence, et surtout de la présente édition, envers lui. Toutes les variantes qu’il avait jadis transcrites des manuscrits de la chartreuse de Portes, sur presque toute l’œuvre de Fulgence, il les a communiquées avec bienveillance à ceux qui travaillaient à améliorer cette dernière édition ; ils ont corrigé d’après elles les textes qui restaient à imprimer, et ils ont consigné soigneusement dans l’apparat des variantes celles qu’ils ont reçues trop tard »79.

  • 80 CSEL29, p. XXV.

35J’emprunte le second témoignage à Guillaume de Hartel, l’éditeur de Paulin de Nole dans le Corpus de Vienne, ce qui est une bonne référence. Il écrit en 1894, dans la préface aux Epistulae de Paulin80 (je traduis) :

« Il est tout à fait regrettable qu’il n’ait pas été donné au très érudit et très perspicace Chifflet, empêché par ses occupations, de mener à bien l’édition qu’il préparait des lettres de Paulin. Ce qu’il aurait pu produire, les échantillons qu’il a publiés en 1662 de l’édition et des notes sur Paulin le montre… Non seulement il a corrigé très heureusement le texte en beaucoup de passages par des leçons authentiques tirées de ses manuscrits - l’un, très ancien, de Cluny, un de Vienne, un de Paris, des frères Dupuy - et par ses propres conjectures, mais il a découvert une nouvelle lettre, adressée « à Eucher et à Galla demeurant dans l’île de Lérins »… [ici je passe toute une liste d’additions et de rectifications importantes]… Sa contribution à l’établissement plus exact de la biographie de Paulin et de la chronologie de ses lettres, je n’ai pas à la détailler ici. Sur ces points, c’est de Chifflet que dépend presque entièrement Jean-Baptiste Le Brun qui a édité à Paris, vingt-trois ans plus tard, en 1685, les œuvres de Paulin [il s’agit de l’édition reprise par Muratori et par Migne]… Le Brun, qui brillait plus par l’habileté que par le sens critique, doit tout ce qu’il a de bon, en partie à Chifflet, dont il ne souffle pas un mot, en partie à Tillemont… ».

36Tant de recherches et de peines n’ont donc pas été perdues.

37 Puis-je ajouter, du point de vue des historiens cette fois, que les nombreuses et excellentes copies de chartes et autres documents bisontins, souvent disparus depuis, prises par le Père Pierre-François Chifflet, et conservées pour une bonne part, comptent parmi les sources les plus précieuses de l’histoire médiévale de l’église de Besançon et de la Franche-Comté ?

Notes

1 Ce texte est paru dans Les Pères de l’Eglise au XVIIème siècle, Actes du colloque de Lyon, 2-5 octobre1991, publiés par E. Bury et B. Meunier, I.R.H.T. Les Editions du Cerf, 1993, que nous remercions de leur aimable autorisation.

2 Acte de baptême, du22 septembre, Besançon, Bibliothèque municipale, GG 171, f° 15v°. Chifflet lui-même rappelle sa date de naissance dans sa dédicace à Dom Jean Pégon (ci-dessous, n.74). Sur son milieu familial, voir notre introduction à Jean-Jacques Chifflet, Vesontio, Lyon, 1618, traduction Jean Girardot, Besançon, Cêtre, 1988.

3 Nous utilisons le curriculum vitae qui nous a été fourni naguère par les pères Edmond Lamalle et Georges Bottereau, alors archivistes de la Compagnie de Jésus à Rome (naissance fixée à tort à 1591).

4 Jean-Jacques CHIFFLET, Vesontio, IIème partie, p. 328 ; cf. introduction à la traduction de J. Girardot, dans ce présent volume.

5 Voir Maurice COENS, « Analyse du légendier perdu de l’abbaye d’Acey », dans Analecta Bollandiana, t. 79, 1961, p. 361-388 (une première copie, celle de la légende de saint Antide, était de 1616 : ibid., p. 366).

6 Noms évoqués dans la préface du Manuale Solitariorum, 1657. C’est en réalité durant l’été 1647 que le P. Chifflet séjourna à Portes et y trouva « quelques bonnes pièces des Pères » (lettre à Guichenon, 16 septembre 1647, dans Revue de la Société littéraire de l’Ain, 1875-1876, p. 294) ; il alla jusqu’à Genève, où il rencontra Godefroy, avec qui il correspondait depuis dix ans (cf. Catherine SANTSCHI, dans Jacques Godefroy (1587-1652), colloque de Genève, 1987, édité 1991, p. 100-102 et p. 277-281.

7 Plan de l’ouvrage dans Acta sanctorum, Jun. I, 636-638 (nous citons la3e édition).

8 Dissertationes tres, 1676, p. XI.

9 Cf. AA. SS., Jun. I, 666 D, 668 A.

10 La correspondance du père Chifflet, encore abondante, est très dispersée. Quelques indications sont données par SOMMERVOGEL, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, II, 1128, 1131-1132 ; IX, 37 ; XI, 1652 ; XII, 142, ainsi que par Jeannine FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon. Une correspondance érudite dans la deuxième moitié du XVIIe siècle (1668-1675) », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, t. 126, 1968, p. 135-185 (28 lettres de Chifflet à d’Achery, plus une à Mabillon ; contribution importante à la biographie du père Chifflet). Nous ne donnons de référence que pour les lettres qui font ici l’objet de citations.

11 Practique journalière de l’Amour de Dieu par forme d’Oblation de soy mesme. Avec une formule des Actes de la vraye Dévotion à la Très-sacrée Vierge Mère de Dieu ; aussi appropriée aux Anges et aux Saincts, Dole, Antoine Binard, 1629, in-12°,360 p. ; Anvers, Plantin, 1630 ; idem, Praxis quotidiana divini amoris sub forma oblationis sui ipsus…, Anvers, Moretus, 1631, in-12°,334 + 10 p.

12 Lettre à H. Rosweyde, 29 mars 1627 : Anal. Boll., t. 83, 1965, p. 25. C’est J. Sirmond qui assurera l’édition en 1643.

13 Délibération du chapitre, Archives départementales du Doubs, G202, au9 août 1627 ; également G203, au9 août 1635.

14 Cf. R. ETAIX et B. de VREGILLE, « Les manuscrits de Besançon, Pierre-François Chifflet et la bibliothèque Bouhier », dans Scriptorium, t. 24, 1970, p. 27-39. Chifflet parle du psautier carolingien de Saint-Paul (Montpellier, Faculté de médecine, Ms. 409) dès 1636 (lettre citée ibid. p. 31, n.22).

15 Maurice COENS, « Le plan d’une hagiographie de la Franche-Comté et des régions voisines », dans Anal. Boll., t. 83, 1965, p. 23-49. L’auteur conclut : « Pierre-François Chifflet prenait rang, dès 1627, parmi les précurseurs de la véritable critique historique, celle qui va aux sources ».

16 Ibid., p. 25, n.3.

17 Sur cet épisode nous renvoyons à l’article bien documenté d’Émile LONGIN, « Contribution à l’histoire des Jésuites en Franche-Comté (1630) », dans Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1924, p. 55-74.

18 Il citera par exemple un manuscrit « vu dans la chambre du père Bollandus » (lettre à Jean-Jacques, 17 juin 1642, Besançon, Bibliothèque municipale, Ms. Chifflet23, f° 196).

19 Philippe ALEGAMBE, Bibliotheca scriptorum Societatis Jesu, in-fol, Anvers, 1643, p. 381-382. Notice reproduite parmi d’autres par Jean Chifflet : Besançon, Bibliothèque municipale, Ms. Chifflet23, f° 109, qui donne la liste des ouvrages de son oncle jusqu’en 1649.

20 Tome 1, 1636, p. 210. Chronique récemment rééditée par Justin FAVROT, dans les Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 4, Lausanne, 1991.

21 Au9 janvier. Le tout premier texte édité par les Acta Sanctorum est un sermon pour le 1er janvier tiré par le P. Chifflet d’un Ms. d’Acey (de Faustinus episcopus, en réalité de Césaires d’Arles, Sermo 192).

22 Au28 janvier (BHL 4427-4430).

23 Cf. Anal. Boll., t. 65, 1947, p. 61-62.

24 Ci-dessus, n.6.

25 Plan conservé : Berlin, Staatsbibliothek, Ms. Phillipp. 1867, p. 43-46. Chaque tome devait contenir, en plus des textes patristiques, une centaine de diplômes. S’y ajouteraient quelques Vies de saints choisies, puisque les Acta Sanctorum de février et les suivants tardaient à paraître (nous sommes donc entre 1643 et 1658).

26 Vindiciae hispanicae, Anvers, 1645 (2e éd., 1647).

27 À Pierre Dupuy, 22 octobre 1645 : Troyes, Bibliothèque municipale, Ms.696, p. 36.

28 Première dédicace du Fulgentii Ferrandi Opera, datée du 10 septembre 1646.

29 Lettre « soli » du 16 juillet 1646 : Archives Romaines de la Compagnie de Jésus (ARSJ), Campaniae Epist., 36, I, f°233-234. Pour les années 1646-1682, la correspondance échangée entre le père Chifflet et ses supérieurs romains compte une quarantaine de pièces.

30 Lettre du 15 février 1647 : ARSJ, Campaniae Epist. Gener., 8, I, f°93.

31 Actuellement, Grenoble, Bibliothèque municipale, Ms. 134 (226) et Ms.266 (201).

32 Dijon, Bibliothèque municipale, Ms. 150 (117). Chifflet a cru reconnaître l’Adversus Pintam, perdu, dont parle la Vita Fulgentii, 23, dans le texte africain anonyme édité en dernier lieu sous le titre de Liber de Trinitate (CCL90, p. 235- 260) par J. Fraipont, qui utilise notamment les Ms. Dijon 150 et Grenoble266.

33 ARSJ, Censurae librorum,665, I, f° 208-211, 1653 ; 669, f°291-302, 1161. Les Mauristes ont pris possession de Saint-Bénigne en 1657.

34 Lettre du31 mars 1653 : ARSJ, Epist. Gener., 8, I, f° 164v°- 165.

35 Le projet est mentionné dans une lettre du Général, 16 août 1649 : ARSJ, Epist. Gener. (« soli »), 41, II, f°379v°.

36 Lettre du 17 décembre 1654 : Epist. Gener., 8, I, f° 187v ; la question revient dans plusieurs lettres du Général en 1662-1666 : Epist. Gener., 8, II, f°346v°-446.

37 Ci-dessous, n. 55.

38 Montpellier, Faculté de médecine, Ms.308, f°85-138. Ce manuscrit du IXème siècle, originaire de l’abbaye de Saint-Claude, a appartenu à la bibliothèque Bouhier (D 43, puis E 13). Sur son histoire, voir Dom C. CHARLIER, « Une œuvre inconnue de Florus de Lyon, la collection De fide de Montpellier », dans Traditio, t. 8, 1932, p. 81-109 (l’hypothèse de Dom Charlier sur le séjour de ce manuscrit et d’autres originaires de Saint-Claude au prieuré de Bar-sur-Aube ne peut d’ailleurs pas être retenue). Liste de ces fragments donnée par J. Fraipont dans Sancti Fulgentii episcopi Ruspensis Opera (CCL91-91 A), tableau avant la p. 763. Avant ces 39 fragments maiora, J. Sirmond en avait publié 43, minora (même tableau).

39 Lyon, Bibliothèque municipale, Ms. 5804 (Philipp. 14036), f° 155v°-177v° (cf. J. FRAIPONT, ibid., p. 310), manuscrit dont Sirmond avait déjà tiré des fragments du Contra Fabianum (cf. J. FRAIPONT, ibid., tableau avant la p. 763). En fait, une édition intégrale du De incarnatione avait été donnée en 1634 par Guillaume Chalmers (Camerarius) : cf. J. FRAIPONT, ibid., p. 310. Sur ce manuscrit et sur d’autres, de précieux renseignements nous ont été fournis par l’abbé Raymond Étaix, que nous tenons à remercier très amicalement.

40 Dijon, Ph. Chavance, 488 p. La dédicace, aux Chartreux du monde entier, est datée du 5 octobre 1651. Cf. Lettres des premiers Chartreux, II Les moines de Portes, Paris, 1980, (Sources chrétiennes,274), p. 14-16.

41 In-4°, Dijon, Veuve de Ph. Chavance, 1662, XIV +312 p.

42 Actuellement, Paris, Bibliothèque nationale, Ms. lat.9550 [C.L.A., V, n° 589] (porte une note du père Chifflet, lequel citait déjà ce manuscrit en 1627 : cf. liste citée ci-dessus, n. 14).

43 Plusieurs textes hagiographiques ont été tirés par Chifflet de ce même légendier, détruit, auquel il donnait presque900 ans d’âge : la table des26 pièces qu’il contenait, dressée de sa main, est conservée à Paris, Bibliothèque nationale, Ms. Baluze 144, f°212v°.

44 Cf. François HALKIN, « Le synaxaire grec de Chifflet retrouvé à Troyes (manuscrit 1204) », dans Anal. Boll., t. 65, 1947, p. 61-70, plus « Appendice. Témoignages des premiers Bollandistes sur leur passage en Bourgogne et à Paris », p. 71-106.

45 Victorii Vitensis et Vigilii Tapsensis Provinciae Bizacenae Episcoporum Opera, Dijon, Veuve de Ph. Chavance.

46 Certains exemplaires du Paulinus illustratus comportent, entre les pages VIII et IX, une feuille supplémentaire : lettre élogieuse du cardinal Barberini (11 septembre 1662) ; il offre ses services à l’auteur.

47 Victorii Vitensis…, Notae, p. 86-99.

48 Dijon, Veuve de Ph. Chavance, 264 + 557 p. À propos du concile tenu à Tournus par le légat Guy de Vienne durant l’été 1115 au sujet du débat entre Saint-Jean et Saint-Etienne de Besançon, Chifflet publie une importante série de bulles pontificales et d’autres documents.

49 Permission donnée en mai 1667 : ARSJ, Censurae librorum, 670, f° 179a-181.

50 Il en parle à Mabillon dans une lettre de novembre 1669, publiée par J. FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon », op. cit., p. 157.

51 Cf. J. FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon », op. cit. n.9.

52 Alcuin : Spicilegium, IX, 1669, p. 11-116 ; Anselme : ibid., p. 116-125 (pièces tirées de manuscrits de Saint-Claude).

53 Ibid., préface, p. 15.

54 À d’Achery, 29 décembre 1674 : J. FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon », op. cit., p. 178.

55 À d’Achery, 7 août 1674 : J. FOHLEN, « Chifflet, d’Achery et Mabillon », op. cit., p. 175.

56 Épisode raconté par Mabillon, Vetera Analecta, I, 1675, p. 178-219 (reproduit par PL 101, col. 1003-1023). Le manuscrit en question est l’actuel Montpellier, Faculté de médecine, Ms.309.

57 Lettre au Vicaire général de la Compagnie,2 avril 1682 : ARSJ, Franciae Epist., 49, f° 17 : depuis six ans il a été appelé par le roi et pensionné.

58 Première dédicace des Dissertationes tres, p. XI (note suivante).

59 Dissertationes tres : I De uno Dionysio… (à Colbert). II De lococonversionis Magni Constantini… (au conseiller Fieutelot, de Dijon). III De sancti Martinitemporum ratione (à Ferdinand de Neufville, évêque de Chartres, son ancien élève à Lyon), in-8°, XVI-276 p., Paris, Jean de la Caille. - Dissertation touchant saint Denys l’Areopagite… traduite en François par le mesme Auteur (à Françoise de Lorraine, abbesse de Montmartre), in-12°, XII +94 p., ibid.

60 À cette époque, le père Chifflet préparait une édition de Grégoire de Tours. Cf. MGH, SSRMerov. I, 2, 464-465, à propos de Ms. Bruxelles7666-7671 (catal. 3183), prêté à Chifflet par les Bollandistes.

61 Opuscula quatuor : I De sancti DionysiiChronologia… II De una Syra seu Syria Virgine. III Origo prima Comitum Valentinensium… IV Excerpta singularia ex Collectaneis de Vita et rebus gestis sancti Bernardiauctore Gaufrido AbbateAccessit Appendix de Concilio Niumagensi anni DCCCXXI, in-8°, XII-246 p., Paris, Gabriel Martin, 1679.

62 Le manuscrit d’Orval utilisé par Chifflet appartient à l’abbaye de Tamié. Les Fragmenta ont été publiés intégralement par Robert Lechat dans Anal. Boll., t. 50, 1932, p. 83-122.

63 In-4°, X + 476 p., Paris, Gabriel Martin.

64 Introduction reproduite dans PL95, col. 17-18.

65 BHL3338.

66 Opuscula quatuor, p. 182 et p. 237.

67 16 avril 1680 : ARSJ, Campaniae, Epist. Gener., 8, f°334v°.

68 8 avril 1681 : ibid., f°361v°.

69 2 avril 1682 : ARSJ, Franciae Epist., 49, f° 17.

70 Le père Chifflet, de son vivant, avait fourni aux Bollandistes de nombreuses copies de textes hagiographiques : en plus de ceux utilisés par les Acta Sanctorum, d’autres subsistent parmi les Collectanea Bollandiana de ces deux bibliothèques. C’est « huit ans après la mort d’Henschenius » († 11 septembre 1681), que le père Hardouin, bibliothécaire du collège de Clermont, envoya à Papebroch tous les papiers hagiographiques laissés par Chifflet, y compris l’ingens opus que représentait le manuscrit du Sacrarium monasterii Jurensis (AA.SS., Jun. I, 636 B). Ces matériaux ont connu le même sort que les précédents. Papebroch a longuement expliqué le cas du Sacrarium (ibid., 638 A-D), dont il a publié, en plus des Miracula S. Claudii, les Illustrationes Claudianae qui constituent toute une histoire de l’Eglise de Besançon (ibid.,659-696). Aux Illustrationes était joint un épais dossier de Probationes qui ne fut pas publié (ibid., 638 D). En 1785, ce précieux dossier fut envoyé à Besançon par Dom Berthod, l’un des successeurs des Bollandistes, mais trop tard pour être utilisé par la grande collection des chartes de Franche-Comté (« collection Moreau », Paris, Bibl. nat. ; « Collection Droz », Besançon, Bibl. mun.). Malheureusement démantelé, il a servi entre autres au père André de Saint-Nicolas et à l’abbé Guillaume ; une partie importante conservée jusqu’ici à la bibliothèque du Séminaire de Consolation (Doubs) l’est à présent à celle du Grand Séminaire de Besançon. De plus, un volume de Collectanea Burgundica venant de Chifflet est conservé à la Bibliothèque des Bollandistes : Ms.220. Tout ceci a été développé dans l’article publié dans le présent volume : « Le sacrarium Jurense du Père François Chifflet ».

71 Pour la Vita Patrum Iurensium, la collation de Chifflet (Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms.8601-8606) est seule à renseigner sur un manuscrit précarolingien, perdu, de Saint-Jean de Besançon (cf. Vie des Pères du Jura, éd. François Martine, Paris, 1968 [Sources chrétiennes, 142], p. 139-151). Pour les Vitae Abbatum Agaunensium, les copies Chifflet (Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms.8287-8290), d’après ce même manuscrit, sont le témoin le plus ancien et le plus complet (cf. B. KRUSCH, dans MGH, SSRMerov., III, p. 173).

72 Sont de P.-Fr. Chifflet les Ms. Baluze 138, 142, 143, 144 (sa correspondance avec Baluze se trouve dans le Ms. Baluze 162) ; également les Ms. lat. 5138, 9866, 9867, etc.

73 Paris, Bibliothèque nationale, Ms. lat. 5138, f° 42-54.

74 V. ROSE, Verzeichnis der lateinischen Handschriften der Königlicher Bibliothek zu Berlin, I. Die Meerman-Handschriften des Sir Thomas Phillipps, Berlin, 1893. Sont catalogués à part, comme Phillippici recentiores, les papiers des érudits du collège de Clermont. Ceux de Chifflet, Phillipp. rec. 15-23, correspondent aux Phillippici 1757 (I-IX), 1867, 1866, 1894, 1844, 1855, 1755, 1848, 1666. Viennent aussi du père Chifflet d’autres manuscrits du catalogue, dont le n° 152 (Ms. Phillipp. 1858).

75 Ms. Phillipp. 1757, I, p. 57-59 (cf. p. 45-49 ; 63-71). Document publié par Dom Paul-Irénée FRANSEN : « Une lettre ‘dédicatoire’ du jésuite Pierre-François Chifflet au prieur général de la Grande Chartreuse, Dom Jean Pégon », dans Analecta Cartusiana, n.s., I, 1986, p. 135-141.

76 Saint-Claude : Ms. Phillipp. 1757, II ; Tournus : Ms. Phillipp. 1757, IV (cf. Histoire ... de Tournus, 1664) ; Dijon : Ms. Phillipp. 1757, V (Preuves du Divio sacra, dont le texte est à Paris, Bibliothèque nationale, Ms. Baluze 138).

77 Voir par exemple Paulinus illustratus, p. 8,85.

78 L’attribution à Quesnel est bien établie par G. G. LAPEYRE, Saint Fulgence de Ruspe, Paris, 1929, p. 339-341.

79 Patrologie latine, t. 75, col. 116 D.

80 CSEL29, p. XXV.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search