Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Troisième partie. Érudition et histoire

9. Le Vesontio de Jean-Jacques Chifflet : Histoire d’une histoire1

Bernard de Vregille

Texte intégral

  • 1 Ce texte a servi d’introduction à la traduction du Vesontio donnée par Jean Girardot, Besançon, Cêt (...)

1La parution du Vesontio de Jean-Jacques Chifflet, à la mi-juin 1618, fut considérée comme un événement bien au-delà de Besançon et de la Comté. Tout ce que l’Europe comptait d’érudits s’y intéressa, et l’écho en parvint jusqu’à Rome. Qui était donc l’auteur ? Quel avait été son projet ? Comment avait-il élaboré son ouvrage ?

  • 2 Archives municipales de Besançon, GG 170, f° 17v°.
  • 3 Vesontio, I, 2-3 ; Ms. Chifflet 151, f° 5. Sur les armoiries : I, (VIII) ; Bibliothèque municipale (...)
  • 4 Vesontio, I, 3, 76, 101, 158 ; Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151, f° 5 ; Préfac (...)
  • 5 Vesontio, I, 67, 79, 160, 188.
  • 6 Vesontio, II, 259.
  • 7 Vesontio, II, 296. Philippe Chifflet fut l’un des premiers « Confrères de la Croix » : Archives mun (...)

2Jean-Jacques Chifflet n’avait alors que trente ans. Né à Besançon le 21 janvier 15882, il appartenait à une famille déjà riche en illustrations. Lui-même mentionne plus d’une fois dans le Vesontio les grands hommes de sa parenté : son grand-père, Laurent (mort en 1575), « recteur magnifique » de l’Université de Dole en 1536, avocat fiscal de Besançon, plusieurs fois cogouverneur de la Cité, chargé de missions en Belgique et en Allemagne, finalement conseiller au Parlement de Dole : à lui remontaient les brillantes armoiries familiales, concédées par Charles Quint3 ; son père, Jean (mort en 1602), Premier Médecin de la Ville, formé à Padoue -où l’on voulut le retenir-, amateur de manuscrits et d’antiquités, longtemps cogouverneur4 ; son oncle, Claude (mort en 1580), professeur de droit à l’Université de Dole, historien et numismate5 ; deux autres oncles clercs : Pierre, chanoine de Besançon et érudit, mort jeune (1574)6, et Philippe, chapelain de « la chapelle du Roi Jacques » aux Clarisses de Besançon7. Double était l’héritage familial : vocation aux charges municipales d’une cité souveraine ; vocation à la science, juridique ou médicale, inséparable du goût pour l’histoire et les antiquités. Cette double vocation allait se transmettre durant plusieurs générations.

  • 8 Vesontio, I, 99.
  • 9 Vesontio, I, 77. Mention par Jean Chifflet dans Singulares… observationes, (13). Sur les privilèges (...)
  • 10 Vesontio, I, 40, 105 ; II, 323-324.
  • 11 Litterae annuae citées dans P. DELATTRE, Les Établissements de la Compagnie de Jésus en France, I, (...)
  • 12 Bibliothèque du Baron d’Aligny, Montmirey-la-Ville, 7010-I.6.

3Le jeune auteur du Vesontio pouvait déjà inscrire au frontispice du livre ses titres de cogouverneur et de Premier Médecin de la Cité, titres rapidement et brillamment conquis. Son enfance s’était déroulée entre l’hôtel familial de la rue des Granges, sur la paroisse Saint-Pierre8, la grange de Palente, domaine rustique à l’orée du bois de Chailluz9, le collège, confié depuis 1597 aux Jésuites. Au collège, plusieurs fois évoqué dans le Vesontio10, les élèves n’apprenaient pas que la piété et le beau latin : dans telle séance solennelle de 1602, « toute l’antiquité et la gloire de la cité de Besançon fut explorée et expliquée »11. Et l’un des premiers exemplaires du Vesontio serait un jour offert au psère René Ayrault, « mon jadis maistre »12.

  • 13 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 23, f° 2. Beaucoup des renseignements biographiqu (...)
  • 14 Ce petit ouvrage est sans date. M. PERROD, Répertoire bibliographique des ouvrages franc-comtois, n (...)

4L’étudiant « comblé de dons »13 poursuivit sa philosophie jusqu’au doctorat à l’Université de Dole. Les études médicales qu’il entreprit ensuite le conduisirent à Paris, où il eut pour maîtres, de 1605 à 1607, Simon Piètre, Pierre Seguin, Jean Riolan. Il était entendu que ces études ne pouvaient s’achever plus honorablement qu’à Padoue. Toutefois, avant de gagner l’Italie, le jeune médecin se rendit en Suisse pour y observer, près de Berne, le cas d’une jeune fille, Apollonia Skreier, qui ne se nourrissait plus depuis cinq ans ; ce fut l’objet de sa première publication, parue à Besançon, chez Nicolas de Moingesse : Asitiae in puella helvetica mirabilis physica exetasis (1607)14. Il y estimait que le phénomène pouvait s’expliquer naturellement.

  • 15 Vesontio, I, 620.
  • 16 Diplôme original joint à un exemplaire des Theoremata sous une fraîche reliure d’origine : Montmire (...)

5À Padoue, Jean-Jacques suivit les cours de Thomas Minadoius, d’Eustache Rudius, de Georges Fabricius et de Prosper Alpinus, tout en s’intéressant aux monuments antiques15. Il soutint, le 6 juillet 1609, une longue liste de thèses imprimées : Theoremata ex universa medicina deprompta (medica, physiologica, pathologica, therapeutica, chirurgica, phramaceutica, chymica), dédiées à Charles-Emmanuel de Gorevod ; l’anneau d’or, le bonnet et le diplôme, armorié et enluminé, signé de dix maîtres et des représentants des diverses « nations », lui furent remis le 6 août16.

6Ce n’était pas assez pour son appétit de savoir : un long périple le conduisit de Padoue à Venise, Rome, Naples, la Toscane, Gênes, Marseille, Arles, Montpellier (et son jardin botanique), Avignon, Vienne, Lyon.

  • 17 Vesontio, I, 15.
  • 18 Vesontio, I, 34. PERROD, Répertoire, n° 442, 2, parle d’exemplaires de 1612 et de 1621. En tout cas (...)
  • 19 Gollut, en 1592, au début de son chapitre sur la Cité de Besançon, exprime le souhait que Jean Chif (...)

7En 1610 il est de retour à Besançon. Tout en se spécialisant dans l’étude des plantes médicinales – ses connaissances lui valent le titre de medicus botanographus des archiducs Albert et Isabelle pour la Comté17 –, il s’intéresse à tous les domaines de l’érudition. En 1611, il dédie à Jean de Watteville, abbé de La Charité et nouvel évêque de Lausanne, deux livres de Daedalmata, – les premiers, dit-il –, édités à Paris, chez Jean Richer18 (l’imprimerie, métier suspecté, connaissait une crise à Besançon). Ces « Ciselures » empruntent autant à la littérature qu’à la médecine. On y remarque le dernier chapitre (l. II, ch. 21) : « Vesontio. Δουβις, Celtica vocabula. Nummus Galbae. Chrysopolis ». La toponymie bisontine et ses origines celtiques et romaines y sont abordées. La question du « municipe » est posée, ainsi que celle de l’étymologie de « Chrysopolis ». C’est déjà l’ébauche de divers chapitres du futur Vesontio. L’auteur y fait appel aux opinions de son père, bon connaisseur19. Sans doute lui-même songeait-il à un ouvrage de plus grande envergure.

8La piété filiale et l’intérêt médical l’amenèrent pourtant à publier d’abord, en 1612, les observations rédigées par son père : Ioannis Chiffletii, philosophi ac medici Vesontini, singulares, tam ex curationibus quam ex cadaverum sectionibus, observationes, cette fois encore à Paris, chez Jean Richer. Observations intéressantes, où lieux et dates et noms des patients figurent le plus souvent : Jean Chifflet va jusqu’à noter les soins donnés à son petit Jean-Jacques mordu par un chien le mardi 8 juin 1593 ! Le recueil s’ouvre sur une dédicace Ad Augustum Vesontionum Senatum. Jean-Jacques y évoque les gloires de la Cité, son site et ses hommes, ses collines et son industrie, sa banlieue et ses vergers, ses anciens imprimeurs, ses livres, ses écoles, ses antiquités surtout : ne se vante-t-elle pas de n’avoir jamais perdu sa liberté et sa dignité, ni sa foi ? Autant de thèses que développera le Vesontio.

  • 20 Vesontio, I, 4. Même expression, à propos d’un travail projeté, I, 15.
  • 21 Vesontio, I, 172.
  • 22 Archives municipales de Besançon, GG 174, f° 16.
  • 23 Diplôme reproduit, Vesontio, II, (338)- (340).

9L’œuvre future se dessinait. Six ans durant, Chifflet allait y travailler « à ses moments perdus » (succisivis horis)20, au milieu de ses tâches familiales – il vient d’épouser Jeanne-Baptiste, fille de François-Jules Maubouhans, érudit vésulien, préfet des Salines21 (leur fils aîné, Jules, est né le 16 avril 161522) –, médicales – il est nommé Premier Médecin de la Ville en 161423 –, politiques – dès 1614 il est élu notable par la bannière de Saint-Pierre, et en 1616 il est désigné comme cogouverneur, au titre de la bannière de Charmont.

  • 24 Exemplaires de cette chronique dans Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. 1013, 1021, 1029, 1030 (...)
  • 25 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 23, f° 13, résumant Vesontio, I, (VIII).

10Ecrire une histoire de Besançon n’était pas une mince entreprise. Il était admis sans discussion que les origines de la ville remontaient à la nuit des temps. Une chronique très répandue à Besançon au XVIème siècle ne disait-elle pas : « l’an de la création 2775, avant l’édification de Rome 434 ans, et avant l’avènement de notre rédempteur Jésus-Christ 2169, la cité de Chrysopolis, à présent Besançon, fut édifiée après la destruction de Troie la Grande… »24. Le chemin était long des Troyens à l’empereur Mathias, glorieusement régnant ! Il était bien entendu que cette longue histoire n’avait pu être que flatteuse, et que, fondée libre, la Cité – Civitas imperialis libera – n’avait jamais, quels qu’aient été les malheurs des temps, abdiqué cette liberté - on le proclamait bien haut, chaque année, lors des élections municipales. Et l’ouvrage ne pouvait être qu’en beau latin « pour que le nom de Besançon fût porté jusqu’aux extrémités de la terre »25, par-delà le Rhin, les Alpes et les Pyrénées.

11Histoire profane et histoire religieuse appelaient un traitement distinct : une première partie exposerait l’histoire civile et monumentale, une deuxième partie, parallèle, l’histoire des archevêques et des événements religieux. Antiquité, Moyen Age et Temps modernes seraient ainsi deux fois parcourus.

  • 26 En plus des deux passages connus d’Ammien Marcellin, XV, 11, 11, et XX, 11, 13 (cf. Claude FOHLEN e (...)
  • 27 Vesontio, I, 23.
  • 28 Vesontio, I, 158. Janus GRUTERUS, Inscriptiones antiquae totius orbis romani, Heidelberg, 1602 : le (...)
  • 29 Vesontio, I, (XX)- (XXIV).

12Dans la première partie, la part royale revenait à l’Antiquité. À vrai dire, les sources ici étaient rares : une demi-douzaine de textes, d’ailleurs précieux, de César, de Strabon, de Capitolinus, d’Ammien Marcellin26, de l’empereur Julien, de Xiphilinos résumant Dion Cassius, la Notitia Galliarum (dont Chifflet possédait un manuscrit27), la Notitia Dignitatum ; quelques inscriptions conservées sur place, avec d’autres qu’avait publiées Gruter28 ; quelques traces de monuments ; de nombreux objets et médailles collectionnés par les amateurs. Heureusement, la bibliothèque des Chifflet, bien pourvue en auteurs anciens et en commentateurs du XVIème siècle, pouvait fournir à la curiosité de l’historien ample matière à commentaires et digressions, qu’il s’agît de textes, d’archéologie ou d’étymologie. La liste, soigneusement dressée, des « auteurs qu’incidemment dans cet ouvrage nous citons, expliquons ou rectifions » comporte de fait trois cent soixante-six noms ou titres, latins ou latinisés29. A ce compte, la description de la Porte Noire atteint facilement trente-et-une pages !

  • 30 Vesontio, I, 216-217.
  • 31 Vesontio, I, 130-131.
  • 32 Vesontio, II, 250.
  • 33 Vesontio, I, 131-132.
  • 34 Vesontio, I, 123-127, sur l’aqueduc d’Arcier.

13A quoi viennent s’ajouter une centaine de citations et réminiscences littéraires, tirées surtout des poètes latins. Un humaniste ne pouvait faire moins. Virgile est cité vingt fois, Juvénal dix fois, Ovide et Martial six ou sept fois ; suivent Horace, Lucain, Ausone et une dizaine d’autres. Si ce vêtement poétique n’apporte rien à l’histoire, il doit contribuer à la couleur antique du livre et à son attrait littéraire. Même les poètes latins plus récents sont exploités : Gunther de Pairis (Ligurinus)30, Godefroi de Viterbe31, Haymar de Césarée (Florentinus)32, Humbert de Montmoret (un Comtois)33 ; le plus long poème transcrit est d’un bisontin contemporain, Blaise Jacquot !34

14Avec les débuts du Moyen Age, les perspectives changeaient. L’histoire des invasions et celle du royaume burgonde pouvaient à la rigueur remplir cinq chapitres grâce à des digressions : sur la haute taille des Burgondes, la Croix de saint André, les monnaies. Mais du Vème siècle au milieu du XIIème, il n’y avait matière qu’à un seul chapitre- l’histoire religieuse compenserait en partie cette pauvreté. Pour la suite, les diplômes impériaux de la Cité, les actes municipaux, les registres du Conseil de Ville, les chroniques locales offraient une riche documentation, à laquelle Jean-Jacques Chifflet avait facilement accès. Les seize derniers chapitres de la première partie se présentent donc comme d’intéressantes éphémérides bisontines, entrecoupées de documents exactement transcrits, allant du règne de Frédéric Barberousse à celui de Mathias.

  • 35 Vesontio, I, 246 ; cf. I, 218-219 ; II, 6, 185.

15Apparemment, tout l’essentiel est dit. Faits et documents ne semblent pas soulever de problèmes. Pourtant un nom cité ici à deux reprises (il le sera encore dans la deuxième partie) donne à réfléchir : celui de Louis Gollut, l’historien dolois de la Franche-Comté. Chifflet éprouve le besoin de le réfuter, avec courtoisie, c’est vrai : « Pardonnez-moi, mânes de Gollut, si je semble parfois vous faire reproches : je ne fais qu’user de l’honnête liberté dont jouissent les écrivains au service de la connaissance de la vérité. Ceux qui viendront plus tard auront à mon égard le même droit »35.

  • 36 Archives municipales de Besançon, BB 43, f° 81 (« Attemptat ») et 85 (15 et 28 janvier 1593). Cf. B (...)
  • 37 Gollut insiste, avec raison, sur ce qu’il a été le premier à si bien parler de Besançon, et il renv (...)

16En fait, Gollut mort en 1595, restait aux yeux des gouverneurs bisontins l’auteur suspect dont les volumineux Mémoires de la République séquanoise, parus à Dole en 1592, avaient été interdits à Besançon, comme contenant « plusieurs erreurs, mensonges, choses apocryphes, non véritables et aultres semblables contre les seurtez, droitures impériales, libertez, privilèges, antiquitez, et franchises de ceste cité »36. Gollut n’avait-il pas écrit, quoique discrètement – c’est Chifflet qui le rapporte ainsi – que les Bisontins – pourtant éternellement liberi et immunes – avaient été autrefois soumis à la mainmorte et devaient à l’empereur Frédéric Ier d’en avoir été relevés ? Pure rêverie, que des envieux avaient fait croire à un auteur trop crédule en lui présentant une soi-disant sentence impériale rendue à Colmar ! « Attentat » envers les libres Bisontins ! D’autres affirmations ou insinuations de Gollut paraissaient également insultantes : ainsi lorsqu’il décrivait Besançon ne formant plus, après les invasions, qu’un groupe de villages, ou lorsqu’il mettait poliment en garde les Bisontins contre les infiltrations protestantes. On en oubliait tout le long et agréable éloge que les Mémoires font de la Cité37.

  • 38 Édité par A. CASTAN, Origines de la commune de Besançon, p. 162-164, n° XIII, et récemment dans Mon (...)

17N’en déplaise à l’amour-propre de Chifflet et de ses concitoyens, il est trop évident que le diplôme de Frédéric Barberousse pour l’archevêque Éberard (la « sentence de Colmar » du 9 mai 1179) est pleinement authentique, et même qu’il tient une place importante dans la longue histoire de l’émancipation de la ville vis-à-vis des archevêques ses seigneurs38. Pouvait-on s’aveugler à ce point sur une donnée aussi centrale de l’histoire de Besançon ?

  • 39 Vesontio, I, (XXV) ; II, 30, 32, 35, 38, 86…
  • 40 Sur le caractère de cet ouvrage, voir Histoire de Besançon, I, p. 17-18.
  • 41 Berlin, Deutsche Staatsbibliothek, Ms. Phillipp. 1898. Cf. V. Rose, Verzeichnisse der lateinischen (...)
  • 42 Mêmes précautions à propos d’un passage sur Arbois (événement de 1361) : « Garde-toi, frère, d’util (...)

18Parti pris de l’historien ? Ignorance ? Une raison plus grave nous est révélée par un document peu connu mais suggestif. Parmi les sources dont il disposait, Chifflet mentionne souvent : Membraneus Codex MS. de Archiepiscopis Bisontinis noster39. Il s’agissait d’une histoire latine des archevêques transcrite à la fin du XVème siècle et se présentant comme l’œuvre d’un « moine de Saint-Paul »40. Le manuscrit avait été donné à Jean-Jacques en 1612 par son oncle, Philippe Chifflet, qui le tenait de son parrain, le chanoine Philippe Bourquin. Nous le possédons encore. Demeuré dans l’héritage de Pierre-François, frère de Jean-Jacques, il a eu le sort mouvementé des manuscrits des Jésuites de Paris après 1763 et se trouve aujourd’hui à Berlin41. Or, on peut lire dans ses marges une série de courtes notes latines, de la main de Jean-Jacques, écrites à l’intention de Pierre-François. Voici, traduite, la première de celles qui nous intéressent et la plus éloquente : elle vise un passage sur les « régales » (justice, tonlieu, monnaie), restaurées par l’archevêque Hugues Ier vers 1040 : « S’il te plaît, abstenons-nous de parler de ces questions : il nous a, en effet, été interdit de parler de la juridiction ». Même refrain à propos de chacun des épisodes de la lutte entre les citoyens et l’archevêque rapportés dans la suite : sur le diplôme de Frédéric Ier pour l’archevêque Herbert, du 30 décembre 1164 : « Tout ce chapitre est à passer sous silence » ; sur la sentence du même en faveur de l’archevêque Éberard, à Colmar, le 9 mai 1179 : « Tout ce chapitre sur Éberard est à raturer, car ce qui y est raconté est odieux et faux » ; sur Gérard de Rougemont : « Ce Gérard fut grand ennemi de la Cité, et sa réputation est détestable auprès du peuple ; il ne faut donc même pas jeter les yeux sur son histoire » ; sur Jean Halgrin et la pénitence imposée aux citoyens : « Tout ce chapitre ne doit même pas se lire ». De même à propos de Nicolas de Flavigny, Vital de Maignaud, Thiébaud de Rougemont, Jean de Rochetaillée, Quentin Ménard (« … presque tout est faux et hostile à notre égard »)42.

  • 43 Pierre-François, moins docile aux injonctions, a parfois protesté par d’autres notes marginales. Et (...)

19Jean-Jacques Chifflet se montre persuadé que cette histoire des archevêques a été écrite dans un esprit clérical, hostile à la Cité, et donc suspect de mensonge. Surtout, il avoue qu’il n’a pas les mains libres : « il nous a été interdit de parler de la juridiction ». Les gouverneurs, encore inquiets au sujet de la « régalie », dernière juridiction civile de l’archevêque, ont exercé une censure préventive et fixé des barrières au futur historien de la Cité. Celui-ci s’y prête, sans paraître s’en offusquer. Mais son lecteur ne doit pas être dupe43.

  • 44 Vesontio, II, 5-6. Gollut a consacré deux chapitres (l. I, ch. XXV et XXVI) aux archevêques de Besa (...)

20Abordant la deuxième partie de son ouvrage : De archiepiscopis bisontinis et aliis civitatis bisontinae ecclesiasticis rebus, Jean-Jacques Chifflet avait conscience d’explorer un domaine neuf : Gilbert Cousin (suspect d’hérésie !), suivi par Demochares (Antoine de Mouchy) et surtout Baronius, avait effleuré, bien peu et bien mal, le sujet ; Gollut, plus exact, restait encore très fautif44. Les sources, ici, différaient, pour une bonne part, de celles de l’histoire profane, et elles appelaient un traitement approprié. Il convenait de répartir la matière, non par chapitres, mais par épiscopats successifs : quatre-vingt-sept notices seraient consacrées à autant d’archevêques légitimes ; cinq autres prélats, non reconnus, seraient mentionnés à leur place chronologique, sans numéros, leurs noms imprimés en minuscule.

21En plus de quelques documents anciens assez connus, l’historien disposait ici de trois sources : le fameux manuscrit des archevêques déjà cité – même si beaucoup de ses pages étaient écartées d’avance comme tendancieuses ; les « légendes » hagiographiques utilisées par la liturgie ; les archives des établissements religieux.

22Pour l’histoire la plus ancienne, du Ier au VIIIème siècles, la plus longuement traitée, Chifflet était bien informé quant aux documents les plus sûrs : souscriptions épiscopales aux conciles gaulois et mérovingiens, catalogues épiscopaux et martyrologes, lettre du pape saint Léon (en 444), Vies de saint Hilaire d’Arles, des Pères du Jura, de saint Colomban, texte de Grégoire de Tours sur Besançon. Il a su utiliser aussi les œuvres de « Clément », Athanase, Eusèbe, ainsi que les chronologies et histoires récentes, spécialement les Annales ecclesiastici de Baronius et les Vitae probatorum Sanctorum de Surius. Mais même en dissertant sur ces sources, il n’y a pas de quoi remplir les soixante-dix pages assignées à ces huit siècles.

  • 45 Vesontio II, 7.

23Par bonheur, une ample matière inédite s’offrait : les « légendes » hagiographiques de Besançon et des églises voisines. Chifflet prit le sage parti de les publier, soit in-extenso, soit sous forme d’extraits : elles gardaient ainsi leur originalité45. Mais, à ces légendes liturgiques, il adjoignit fâcheusement de nombreux extraits de son « manuscrit des archevêques » (dont le compilateur avait déjà utilisé plusieurs de ces mêmes légendes). Les lecteurs du Vesontio s’y sont souvent trompés, en prenant pour des documents anciens des textes tardifs et sans valeur. Il est très nécessaire d’établir une nette distinction entre les uns et les autres.

  • 46 Sur les légendes du XIème siècle, cf. B. de VREGILLE, Hugues de Salins, archevêque de Besançon (103 (...)
  • 47 Sur cette Vie, cf. Saint Claude. Vie et Présence (1960 et 1977), p. 29-46.

24La plupart des légendes importantes provenaient des lectionnaires de la cathédrale Saint-Jean ; certaines d’entre elles se retrouvaient dans les livres d’autres églises. Ce sont celles qui ont trait aux saints Ferréol et Ferjeux, au Bras de saint Étienne, au « Chef » de saint Agapit, à la passion de saint Antide, aux saints évêques Nicet, Protade, Donat : toutes se présentent telles qu’elles avaient été écrites ou récrites au XIème siècle, sous l’archevêque Hugues Ier46. Un lectionnaire de Baume-les-Dames a fourni la légende, moins ancienne, de saint Germain, évêque et martyr ; un de Saint-Claude, la Vita sancti Claudii du XIIIème siècle47.

25À son manuscrit des archevêques, Chifflet a emprunté la légende, très résumée, de saint Lin et les passages relatifs aux évêques Maximin, Paulin, Hilaire, Désiré, Antide (en partie), Célidoine (en partie), Miget, Ternat, Albon, Bernoin, plus beaucoup de brèves mentions.

  • 48 (Humbert), Vita S. Leonis IX, l. II, ch. 1 et 14 (Migne, Patrologia latina 143, 485 C- 486 A, 503 B (...)
  • 49 Grégoire de Tours, Vitae patrum, VII (Migne, Patrologia latina 71, 1036 D-1037 C).

26Hélas ! Le soi-disant « moine de Saint-Paul », écrivant au XVème siècle, avait rempli son ouvrage – au moins pour les périodes anciennes – de pures inventions et de plagiats à peine camouflés : ainsi ce qu’il raconte de saint Miget est copié de la Vie du pape saint Léon IX et se passait au XIème siècle à Rome et à Worms48; ce qu’il raconte d’Albon est copié de Grégoire de Tours parlant de l’évêque Grégoire de Langres et se situe à Dijon au VIème siècle !49 En propageant de telles faussetés, mises sur le même plan que des documents vénérables – pour leur valeur hagiographique, sinon toujours historique –, le Vesontio a rendu bien mauvais service aux écrivains postérieurs.

  • 50 Saint-Anatoile, II, 192 ; Bellevaux, II, 154, 256 ; Goailles, II, 257.
  • 51 Vesontio, II, 180-181.
  • 52 Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms. 7852, f° 163v° et 159. toute la liasse, f 157-168, est constitu (...)
  • 53 Le « Cartulaire Guenard », perdu, était daté de 1612 ; celui de Jean d’Orival (au Grand Séminaire d (...)

27Pour la période du Moyen Age, l’histoire religieuse bisontine était à tirer avant tout des archives du chapitre métropolitain et de celles des abbayes et églises de la ville et du diocèse. Jean-Jacques Chifflet se fit facilement communiquer des titres de Saint-Paul, de Saint-Vincent, de La Madeleine – trois établissements souvent cités par lui –, de Saint-Anatoile de Salins, de Bellevaux, de Goailles50. L’accès aux archives du Chapitre, riches mais sévèrement gardées, s’avéra singulièrement plus ardu. Chifflet dit bien, en citant le titre le plus ancien de ce fonds (le diplôme de Lothaire II pour Arduic, de 869) : « Cette charte et beaucoup d’autres m’ont été montrées, avec la bienveillance qui est la sienne, par monsieur François Dorival, homme de grande probité et érudition, Docteur en théologie et en droit canon, chanoine du chapitre métropolitain de Besançon et archidiacre de Luxeuil… »51. Mais des notes latines adressées par Jean-Jacques à son frère Pierre-François rendent un tout autre son. Voici le récit de la première démarche (au sujet du catalogue épiscopal) : « Je suis allé voir M. Dorival… Il m’a toujours affirmé qu’il n’y avait rien sur les archevêques dans leurs archives, et il n’a jamais daigné mettre un pied dehors pour me montrer quoi que ce soit dans le « trésor », comme ils disent. Je suis reparti de mauvaise humeur, comme cela m’arrive… ». Par bonheur, il rencontre, chemin faisant, un homme plus traitable, le chanoine Rody, qui, fâché de l’attitude de son confrère, lui montre, à Saint-Étienne, quelques antiquités de l’église et de la sacristie, dont la « Rose » de l’autel (Chifflet en prend un croquis ; il propose à son frère d’en faire tirer une gravure - ce qui fut fait). Le chanoine Rody lui promet aussi de lui communiquer d’ici un mois ou deux des pièces d’archives, mais à l’insu du chanoine Dorival52 ! On saisit mal les démarches suivantes : le fait est que Chifflet réussit à voir, non sans doute les originaux, mais au moins les copies d’un certain nombre de titres : c’est l’époque où des chanoines plus curieux ont constitué de petites collections de pareilles copies53. Le Vesontio n’utilise en fait qu’une douzaine de titres du Chapitre.

  • 54 Texte utilisé en Vesontio, II, 36-37, 238, 262-263. Transmis par le Ms. 94 de la Bibliothèque munic (...)

28Un autre résultat, très appréciable, de ces visites au quartier capitulaire fut la transcription de divers documents précieux, relevés, non aux archives, mais dans les livres liturgiques de Saint-Jean et de Saint-Étienne. C’est le cas pour les différents exemplaires du catalogue épiscopal, pour des notices obituaires, et pour le texte important résumant la querelle entre chanoines des deux cathédrales du XIème au XIIIème siècle (Rationes maternitatis ecclesiae S. Johannis)54. Sans parler des légendes liturgiques, déjà connues, ni des épitaphes des archevêques à Saint-Étienne.

  • 55 Vesontio, II, 328.
  • 56 Cf. note 51.
  • 57 Bruxelles, Bibliothèque des Bollandistes, Ms. 123, f° 59-66. Cf. M. COENS, « Analyse du légendier p (...)
  • 58 Archives départementales du Doubs, G. 202 : délibération capitulaire du 9 août 1627.

29Ici, une question se pose. Au dernier paragraphe du Vesontio, Jean-Jacques Chifflet écrit : « Voici ce que, sur nos archevêques et la très ancienne église de Besançon, nous avons extrait, non sans remuer la poussière, des vieux documents. Pour les disposer selon une exacte chronologie, nous avons eu recours aux conseils et à l’aide de notre frère très cher, Pierre-François Chifflet, de la Compagnie de Jésus »55. La collaboration de Pierre-François à cette deuxième partie de l’ouvrage n’a-t-elle pas en fait été plus considérable qu’il n’est dit ? C’est ce qui paraît ressortir des documents conservés : les annotations de Jean-Jacques en marge du « manuscrit des archevêques » sont des directives à son frère pour l’utilisation de cette histoire, suspecte, dans leur ouvrage ; et tout ce que Jean-Jacques relève d’utile dans ses visites au Chapitre, il l’envoie à son frère pour qu’il en fasse bon usage56. A cette date, Pierre-François, de quatre ans le cadet de Jean-Jacques, Jésuite depuis neuf ans, achève ses études de théologie à Lyon, mais il est depuis toujours passionné d’hagiographie comtoise. Le plus ancien témoignage en est une copie de la Vita et Passio S. Antidii effectuée à sa demande par Jean Jacquelin, moine d’Acey, copie datée de 1616 et utilisée précisément dans le Vesontio (II, 70)57. Ses travaux à venir, poursuivis jusqu’à sa mort, à quatre-vingt-dix ans (1682) devaient dépasser singulièrement en ampleur et en rigueur scientifique ces premiers essais au service de son frère Jean-Jacques. Il faut dire qu’il eut, dès 1627, l’autorisation de pénétrer dans ces fameuses archives du Chapitre58.

  • 59 Vesontio, I, 4.
  • 60 Vesontio, II, (339).

30Après la documentation, l’élaboration. Il est possible de jalonner quelques étapes de la rédaction du Vesontio. En 1618, nous dit Chifflet, il y avait six ans que l’ouvrage avait été entrepris, ce qui reporte ses débuts à 161259. La première rédaction fut rapide, puisque dès le Ier mars 1614 les gouverneurs pouvaient écrire – dans le diplôme même qui confiait à Chifflet la charge de Premier Médecin : « En outre, nous approuvons le livre de notre dit Archiatre dont le titre est VESONTIO, vu que nous n’y avons rien trouvé de contraire aux bonnes mœurs, mais que nous avons jugé d’un commun accord qu’il est très digne d’être mis sous presse »60. C’est aussi de cette année 1614 que sont datées les gravures de la Porte Noire figurant dans le volume. On peut se demander si l’ouvrage ne se limitait pas alors à l’histoire civile.

  • 61 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151.

31Un seul état du livre antérieur à l’imprimé s’est conservé : le manuscrit qui le donne n’est qu’en partie de la main de Chifflet, mais il a été tout entier retouché par lui61. On y lit : nunc… anno 1617 ; cum haec edimus, anno 1617 ; nunc anno 1617, chiffre chaque fois corrigé en 1618. La collation de ce manuscrit et de l’imprimé met en évidence, par le nombre des variantes relevées, tout un travail d’auteur. Qu’il suffise de citer quelques exemples de ces retouches par lesquelles Chifflet a complété et amélioré son ouvrage jusqu’au dernier moment.

  • 62 J.-J. Chifflet reprendra la question deux ans plus tard : De loco legitimo concilii Eponensis, Lyon (...)

32La première partie a subi relativement peu de modifications. On note les hésitations sur l’orthographe et l’étymologie des lieux-dits bisontins (I, 63-65) : ici Champ Rom, Mont delie, Chaumarin, Camp Vacho, Chalese, Chaleseule, Chaudaine, Casteur. Ce qui est dit de la statue trouvée à Champ-Rond au ch. XXXI (118), se trouvait primitivement au ch. XVII (= 63) sous la rubrique plus noble Cham Rom ! Au passage sur les Battualia (118) était jointe l’étymologie de la rue de Chartres, tirée de carceres (ceux du cirque !). A propos de Mandeure (154-155), un nouveau développement sur la localisation d’Epona a été inséré en 1618, ainsi que deux nouvelles inscriptions, tirées du recueil de P. Apianus62. Plus significatif : le passage sur Gollut (246) était primitivement plus développé et plus aigre de ton : les annales de nos aïeux ont plus de poids, n’est-ce pas, que les bruyantes et fâcheuses inventions de quelques modernes ! On ne lisait pas encore la jolie phrase d’excuses aux mânes de Gollut.

33La deuxième partie, elle, a été largement retouchée et complétée. Sur une indication de Gaspard de Mornieu, de Lyon (II, 120), a été introduit, à tort, en dernière heure, au 21ème rang, un évêque « Vital Ier », d’après une souscription à un diplôme apocryphe pour Saint-Médard de Soissons : l’addition a entraîné divers bouleversements. Une autre addition inexacte a été insérée en cours d’impression (properante praelo) dans la notice d’Hugues V de Chalon, cette fois d’après un renseignement dû à l’illustre Jean Savaron (282). On constate des tâtonnements sur la place à assigner au prétendu Ebrardus (256).

34Autre genre d’additions, plus heureuses : tout le passage sur les vers palindromes prêtés au démon portant saint Antide (85-86) ; l’hymne en l’honneur des saints Épiphane et Isidore (104-105) ; les notes sur Pierre et Philippe Chifflet (259 et 296) ; la mention du chapitre général des Dominicains à Besançon en 1615 (261) ; les noms des parents de l’archevêque Ferdinand de Rye (323) et surtout le détail des événements de son épiscopat jusqu’à 1616, y compris le miracle de Faverney, de 1608 (324-327). Les passages supprimés ont parfois leur intérêt : l’un, sur les origines de La Madeleine (cf. 213- 214), parle d’une peinture existant sous le cloître de cette collégiale et représentant la rencontre de saint Antide et des démons au Pont de Battant ; une inscription en vers expliquait que le saint venait ce jour-là entendre les matines à La Madeleine ! Au dernier paragraphe, la mention de la collaboration de Pierre-François Chifflet a remplacé une phrase déplorant la rareté, due aux pertes anciennes, des chroniques et des chartes de l’Église de Besançon.

  • 63 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151, f° 2-7.
  • 64 Archives municipales de Besançon, BB 49, f° 276-277 (15-18 février 1613).

35Enfin un important changement est intervenu. Sous sa forme primitive, l’Epistola dedicatoria initiale s’adressait, non à l’archiduc Léopold, comme c’est le cas en 1618, mais à l’empereur Mathias en personne, et elle s’étendait sur neuf pages au lieu de quatre63. Jean-Jacques Chifflet y détaillait les charges et les honneurs mérités par son grand-père et son père au service de l’Empereur et de la Cité. Plusieurs phrases écrites pour Mathias ont d’ailleurs été reprises pour Léopold, dans le même style emphatique. Pourquoi ce changement de destinataire, alors que Mathias n’est mort qu’en 1619 ? Sans doute, il est spécifié que Léopold avait passé récemment par Besançon (nuper), mais ce passage remontait en réalité à février 1613, et l’archiduc s’était refusé à toute réception officielle64.

  • 65 Archives municipales de Besançon, GG 173, f° 19 et 11. La pièce signée de Laurent est antérieure à (...)

36Chez les Chifflet, l’érudition était affaire de famille, comme la poésie, et beaucoup de leurs amis partageaient ces goûts : un livre qui paraissait était un peu le bien de tous, et chacun se devait d’apporter un bouquet à cette fête. On ne compte pas moins de vingt-quatre carmina gratulatoria, éloges de l’œuvre et de l’auteur, faisant escorte au Vesontio : dix-sept en vers latins, sept en vers français. Les genres sont variés, et plus encore les talents. La première pièce, solennelle, est de Gaspar Despotot, mari d’Antoinette Chifflet, sœur de Jean-Jacques : Chrysopolis, émule de Rome, se présente elle-même, tuta Deo, florens Caesare, Cive potens. Deux des dernières, de couleur mythologique, sont signées des jeunes frères de Jean-Jacques, très connus plus tard : Philippe (né le 10 mai 1597) et Laurent (né le 15 novembre 1598)65. Dans ce cortège bien ordonné, les ecclésiastiques (avec en tête, ô surprise, le redouté chanoine Dorival) précèdent les gouverneurs et les gens de loi. Les noms sont familiers : Varin, Gollut (Claude, neveu de Louis), Terrier, Pétremand, Brun… Plusieurs affichent leur parenté avec l’auteur. Au total, une anthologie, modeste, des poètes comtois du premier XVIIème siècle, à laquelle il manque toutefois un Chassignet !

  • 66 Vesontio, II, (340)- (342). Autographe de J. Chapusot : Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Ch (...)
  • 67 « Dulcissimo musarum alumno D. Antonio Brun, amico suo suavissimo, Jo. Jac. Chiffletius, Idibus Iun (...)

37Les approbations des théologiens bisontins sont des 21 février et 7 mars 1618. Celles des théologiens lyonnais des 30 avril et 7 mai. Le permis d’imprimer à Lyon est du 9 juin66. Et déjà l’envoi d’un exemplaire d’hommage – à Antoine Brun – est daté du 15 juin67. Le travail fut donc rondement mené. Jean-Jacques Chifflet était sur place : il a eu le temps d’insérer des détails sur une découverte antique dont il fut témoin à Lyon hoc anno 1618 (I, 98).

38L’imprimeur choisi, Claude Cayne, était réputé. Il utilisa les cuivres exécutés à Besançon par Pierre de Loisy (l’ancien), dont le superbe frontispice, le blason des Chifflet et les vues de la Porte Noire, prêtes depuis quatre ans. Le plan de Besançon, non daté, venait seulement d’être exécuté, puisque le titre du chapitre IX, dans le manuscrit de 1617, n’en fait pas encore état, et que la liste des monuments n’y renvoie pas encore. Dessiné par Jean Maublan, peintre bisontin, il avait été gravé et tiré par le Dijonnais Nicolas Spirain. Agréable d’aspect, utile pour le tracé des rues et la silhouette des monuments, ce plan demeure, hélas, très conventionnel dans la représentation des quartiers habités.

  • 68 Pas moins de quatre exemplaires avec dédicace à Montmirey : 7008-7011-I. 6.
  • 69 Histoire ecclésiastique de la cour, ou les antiquités et recherches de la chapelle et oratoire du r (...)

39Chifflet fit hommage de nombreux exemplaires du Vesontio à ses parents et amis et aux érudits de France, d’Italie et des Pays-Bas68. Bien des lettres conservées témoignent de l’accueil admiratif fait à l’ouvrage. Citons, pour 1619-1620, les noms de Nicolas Camuzat, André Duchesne, Nicolas Faret, Jean Grivel, Claude Menestrier, Aubert Le Mire, Nicolas Peiresc… Dès lors les citations du Vesontio apparaissent dans les ouvrages savants, ceux de Samuel Guichenon, Claude Robert, Luc Wading, Guillaume du Peyrat, (celui-ci appelle Chifflet « la gloire et l’honneur de la ville de Besançon »)69. André du Saussay fit entrer dans le Supplementum de son Martyrologium Gallicanum (1637) bon nombre de saints bisontins, évêques ou martyrs, découverts chez Chifflet.

  • 70 Harangue citée dans Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 23, f° 14.
  • 71 Mémorial imprimé, sans lieu, en français (PERROD, Répertoire, n° 1080 et 1480) et en espagnol (dans (...)

40Des citations du Vesontio trouvèrent place jusque dans des documents officiels, comme la harangue des députés demandant à Rome la confirmation de l’élection de l’archevêque Claude d’Achey en 163870, ou le Mémorial présenté au nom de la Cité par le gouverneur Pierre Henry au roi Philippe IV en 1661 pour obtenir le transfert du Parlement à Besançon au cas où la ville serait unie à la Comté71.

  • 72 Archives municipales de Besançon, BB 54, f° 91-92.

41L’hommage le plus flatteur se lit dans le diplôme décerné à l’auteur par le « Sénat et le Peuple de Rome », au Capitole, le 20 décembre 1621. Chifflet se voyait honoré « du titre de Citoyen Romain pour lui et les siens à l’infini et faits capables de pouvoir être admis à exercer toutes les charges et offices en ladite Cité de Rome comme l’un des nobles d’icelle » : ceci pour s’être toujours montré grand ami de Rome, avoir illustré la très antique Cité sa Patrie à la lumière des antiquités romaines ; ne promettait-il pas d’autres travaux encore à la gloire de Rome ? Le diplôme fut présenté par Chifflet à ses collègues, les gouverneurs de Besançon, « qui s’en louèrent », à la séance du 18 février 1622 ; il fut enregistré, à sa demande, « au papier journal de la Cité »72.

  • 73 Lettre d’Erycius Puteanus (Henry Dupuy), citée dans Ms. Chifflet 23, f° 21.
  • 74 Titre du recueil publié à Anvers en 1650.
  • 75 Voir la légende du portrait ci-joint, gravé pour la 2e édition des Vindiciae Hispanicae, Anvers, 16 (...)

42L’heureux auteur du Vesontio ne devait pourtant plus travailler longtemps à la seule gloire de Besançon et de Rome, ainsi jumelées. Une nouvelle et longue carrière l’attendait aux Pays-Bas et en Espagne. Elle débuta par des missions diplomatiques au service de la Cité dès 1623. Nommé médecin de l’archiduchesse infante Isabelle-Claire-Eugénie, il est sollicité par ses amis de Bruxelles : « Le moment est venu pour toi de transporter ta famille en Belgique et de jouir d’une dignité aussi insigne… Amène ici ta très douce épouse, tes enfants, tes livres (liberos, libros) : ainsi seulement tu seras tout nôtre »73. Il est élu gouverneur pour la dernière fois en 1629. Désormais ses nombreuses et savantes publications, presque toutes anversoises, seront autant d’Opera politico-historica74, mettant l’érudition au service des intérêts de la Maison d’Autriche et de la Couronne d’Espagne face à la royauté française – c’est le cas même pour la précieuse Anastasis Childerici I, description de la célèbre sépulture découverte à Tournai (Anvers, 1655). Elles lui vaudront le brillant surnom, inspiré du titre d’un de ses ouvrages, de Vindex Hispanicus75.

  • 76 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151, f° 184-189. Sur les vestiges de thermes déco (...)
  • 77 « Je suis un besan (d’or) » : hypothèse reprise, d’après Savaron cité par Chifflet, par A. CASTAN : (...)
  • 78 Aux notes de J.-J. Chifflet signalées ci-dessus (note 51), ajouter ce jugement inscrit par lui sur (...)
  • 79 Réédition en 1688. Traduction française de A(ndré) D(e) C(ampans) P(arisien), sous le titre de Hiér (...)
  • 80 Sur cette inscription, voir Histoire de Besançon, I, p. 137.-

43Quelques travaux, de peu postérieurs au Vesontio et le complétant, sont pourtant à signaler. Une dissertation inédite porte sur des trouvailles antiques faites à Besançon : d’importants éléments de thermes sur la place du Vieux-Marché en août 1619, et un Bacchus de bronze à Saint-Paul en septembre 162076. Dans le De loco legitimo concilii Eponensis observatio, paru en 1621 (cette fois encore à Lyon chez Claude Cayne), est citée la jolie hypothèse sur l’étymologie de « Besançon » proposée à l’auteur par son ami, le président Savaron : « Besanson quasi Bezan sum »77. Le Vesontio laissait espérer un ouvrage « de quelqu’un » sur le Saint-Suaire de Besançon (II, 108-109) ; le chanoine François Dorival en avait préparé un dès 1609, mais « contraire à la vérité et à l’histoire », dit et répète Chifflet78. Lui-même édita en 1624 (À Anvers, chez Plantin, cette fois) le De linteis sepulcralibus Christi Servatoris crisis historica, plein de détails intéressants79. Enfin, une inscription antique trouvée à Besançon, « à l’extérieur des remparts du nord, le long de la route, là où on a commencé en 1633 à élever le bastion dit de Saint-Claude », donna lieu à l’ouvrage : Geminiae Matris Sacrorum titulus sepulcralis explicatus (Anvers, Plantin, 1634)80.

  • 81 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. 1023. Chassignet dédie à « Monsieur François Souquet, Marc (...)

44Deux faits encore intéressent le Vesontio. Une traduction française de l’ouvrage fut établie en 1627 par le poète Jean-Baptiste Chassignet – dont les poignants sonnets sur le Mespris de la vie et Consolation contre la mort avaient paru à Besançon trente-quatre ans plus tôt. Chassignet intitula sa traduction : Les Antiquitées de la Cité impériale de Besançon, ville capitale des Séquanois, illustrées de plusieurs histoires tant sacrées que profanes extraictes du latin de M. Jean-Jacques Chifflet docteur en médecine, et depuis mises en français. Faict en ladite Cité en l’an M. DC. XXVII. Moins heureuse que celle de Monsieur Jean Girardot, la traduction de Chassignet est demeurée inédite81. Enfin, à Lyon, en 1650, un libraire besogneux présenta comme une editio novissima des exemplaires invendus du Vesontio de 1618, se contentant de substituer une nouvelle page de titre à l’ancienne : « À Lyon, aux frais de Michel Dehan, rue Mercière, à l’enseigne de la Très Sainte Trinité… Et se vendent à Paris, chez la veuve de Pierre Chevalier, rue Saint-Jacques, à l’enseigne de Saint-Pierre ». Exemplaires assez rares, mais de pure curiosité, d’ailleurs dépourvus du frontispice et des principales planches gravées.

  • 82 Archives municipales de Besançon, BB 95, f° 225 et 226v°.

45Les très longues années passées par Jean-Jacques Chifflet loin de sa patrie ne le firent pas oublier à Besançon : on lui conserva, malgré son éloignement, le titre de Premier Médecin de la Cité, porté ainsi concurremment avec celui de Premier Médecin du Roi d’Espagne. Quinze jours après sa mort, survenue à Bruxelles le 20 avril 1673, à l’aube de sa quatre-vingt-sixième année, apprenant la nouvelle au conseil tenu le 5 mai, les gouverneurs de Besançon « ont regretté la perte d’un si brave Citoyen, qui a très bien servi la Cité en plusieurs occasions très importantes ». Deux d’entre eux furent députés auprès des fils du défunt, Philippe-Eugène, gouverneur, et Jules, abbé de Balerne, pour leur faire « les compliments de condoléance »82. Un nouveau Médecin de la Cité fut désigné le 9 mai.

  • 83 Vesontio, I, 2.

46Point d’allusion ici au Vesontio : les missions diplomatiques remplies par Jean-Jacques Chifflet étaient plus présentes à l’esprit des gouverneurs que son livre, paru cinquante-cinq ans plus tôt. Mais le titre de « brave Citoyen » était bien celui qu’avait jadis ambitionné l’auteur du Vesontio, à l’instar de son grand-père Laurent, bonus civis83.

  • 84 Vesontio, I, 4.

47Critiquant Gollut, Chifflet ajoutait, nous l’avons rappelé : « Je ne fais qu’user de l’honnête liberté dont jouissent les écrivains au service de la connaissance de la vérité. Ceux qui viendront plus tard auront à mon égard le même droit ». Déclaration méritoire de la part d’un auteur à la fierté juvénile, qui venait d’écrire : « rien ne m’est plus doux ni ne me tient plus à cœur que de devenir avec ma Patrie, immortel »84.

  • 85 Histoire de l’Église de Besançon, I, p. (VIII).

48« Ceux qui sont venus plus tard » n’ont pas manqué d’user du droit qui leur était courtoisement reconnu. Ils l’ont fait en termes parfois sévères. En 1750, Dunod dit du Vesontio et de son auteur : « C’est son premier ouvrage, bien inférieur à ceux qu’il a composés depuis qu’il fut Premier Médecin des Archiducs Albert et Isabelle et qui lui ont fait un nom respecté dans la République des Lettres »85.

  • 86 Dom Anselme Berthod, Dissertation sur le gouvernement politique de Besançon… (présentée au concours (...)

49Avec un dom Berthod, en 1761, le regard se fait aigu sur les silences tendancieux et les erreurs de perspective du Vesontio : « (les Bisontins) s’en rapporteront volontiers à un Mr Chifflet et à quelques autres qui ont laissé des Mémoires sur les antiquités de Besançon ; on est persuadé qu’ils ont écrit en bons Compatriotes et qu’ils avoient en leur disposition toutes les Archives de l’hôtel de ville. Cependant que trouve-t-on dans leurs ouvrages…? Ils ont parlé avec complaisance de la police des derniers siècles. Ils l’ont fait remonter jusqu’au temps des Césars et des Celtes. Quant à celle du Moyen Age, il semble que de concert ils aient voulu nous en dérober la connaissance, mais où ils n’ont point trouvé de preuves ou ils les ont omises… S’ils les ont omises, elles étoient sans doute contraires à leurs préjugés, ou inutiles pour la chaine qu’ils avoient commencée… » – « … rechercher avec nos historiens l’origine de notre Conseil de Ville jusque dans les temps les plus reculés de l’Empire Romain, ce seroit vouloir s’égarer dans un vide de plus de six siècles… Besançon et les autres villes impériales persuadées que l’Empire Romain subsistoit encore et qu’elles en faisoient partie, affectèrent le même gouvernement qu’elles voioient dans l’Ancienne Rome… Voilà ce qui a trompé la plupart des historiens qui n’ont pas voulu faire usage de la critique… »86.

  • 87 Biographie universelle… par X. de Feller, éd. revue sous la direction de Ch. Weiss, II (1848), p. 6 (...)

50Au XIXème siècle, Charles Weiss écrit : « Cette histoire de Besançon est en assez beau latin, mais l’auteur fait, de cette ville celtique, une ville toute romaine. D’ailleurs, si l’on retranchait de la partie civile l’érudition étrangère, et de la partie ecclésiastique les fables et les légendes, son in-4° serait bien diminué »87.

  • 88 Essai sur l’histoire de la Franche-Comté, I (1840), p. IV-V ; non repris dans la 2e édition (1870).

51Édouard Clerc, avec sa perspicacité coutumière, a fort bien caractérisé et jugé l’ouvrage : « Antique métropole de l’un des grands peuples de la Gaule, fier de ses antiquités, Besançon se flattait d’avoir toujours été le maximum oppidum Sequanorum vanté par César, et d’avoir traversé avec le même éclat tous les temps féodaux. Ses gouverneurs le publiaient hautement… Ils demandaient un historien, ou plutôt un vengeur contre Gollut… Jean-Jacques Chifflet répondit parfaitement aux vues de la ville. Panégyriste plutôt qu’historien, il décrivit avec amour, avec orgueil, toutes les gloires de celle qui lui avait confié sa renommée… Comme la partie romaine de son histoire était la plus magnifique, sur deux cent cinquante pages il lui en consacra plus de deux cents : à l’entendre, jadis les portes de la ville étaient d’or, Athènes avait été sa tributaire, son origine remontait aux compagnons d’Énée, et Chrysopolis était la rivale de Rome… Chifflet glissa sur le Moyen Age, ignora ou passa sous silence les révolutions de la ville dans les temps féodaux, et ne laissa pas même soupçonner l’extinction de la commune. L’apparition du Vesontio fut un événement. On y trouvait à la fois un monument hardi, élevé aux anciennes franchises de la cité, un arsenal pour les défendre, des textes prêts pour les agrandir. Le Vesontio fut célébré par les poètes. On crut avoir une histoire de Besançon »88.

52« On crut avoir une histoire de Besançon » : formule sobre et juste, teintée de fine ironie. Le lecteur que séduirait le charme du vieil auteur mis à sa portée par Monsieur Jean Girardot ne doit pas croire trop vite qu’il tient en mains « l’histoire de Besançon ». L’héritage érudit de Jean-Jacques Chifflet et de ses concitoyens, dont il s’est fait le porte-parole, ne doit jamais être accueilli qu’avec une extrême prudence. La présente introduction veut être à la fois éloge et mise en garde.

  • 89 On le verra, l’annotation du traducteur a pris malgré tout une certaine ampleur.

53Certes, le Vesontio peut fournir quelques données utiles à l’historien d’aujourd’hui : telle inscription relevée, telle découverte signalée, tel document cité garde, à l’occasion, une réelle valeur. Mais presque toujours précisions et rectifications s’imposent. Ce serait une tâche longue et ingrate, et somme toute inutile, de vouloir annoter chaque assertion de Chifflet, en renvoyant par exemple aux lieux parallèles de l’Histoire de Besançon parue sous la direction du Professeur Claude Fohlen en 1964-1965, puis en 1981. Le lecteur dont la curiosité serait attirée sur tel ou tel point fera bien de procéder lui-même à cette recherche, qui lui réservera sans doute des surprises. La traduction ici donnée n’appelait donc que peu de notes, en dehors des références littéraires89.

54Au fond, l’intérêt historique, très réel, du Vesontio n’est pas là. Si le livre n’est pas « une histoire de Besançon », il est, à sa façon, un document précieux pour cette histoire. A ce titre, il n’y a rien d’anachronique ou de paradoxal à le présenter aujourd’hui en français aux curieux du passé bisontin. Ceux-ci devront moins l’interroger sur ce que fut le Besançon romain ou médiéval que sur l’image que s’en faisait vers 1610 un Bisontin érudit et patriote. Le livre est le reflet brillant de toute une mentalité, celle de l’univers assez clos que constituait le Besançon de la fin du XVIème et du début du XVIIème. On y lit les légitimes fiertés d’une cité belle et riche, jointe à ses prétentions plus ou moins mythiques, sa foi catholique, devenue ombrageuse pour avoir été menacée, son attachement à un régime politique original, qui se croyait démocratique, son loyalisme envers un empereur lointain, garant d’une liberté jalousement revendiquée, ses susceptibilités aussi, rançon de ses faiblesses internes et de son relatif isolement.

55Il faut le dire, un patriotisme aussi sincère que l’était celui d’un Jean Chifflet suffisait mal – son exemple personnel le montre – à satisfaire les ambitions intellectuelles et politiques d’hommes ouverts et cultivés, vite à l’étroit entre les murs d’une ville de commerçants et de vignerons, sans Parlement ni Université. Volontiers ils se tournaient vers Dole, Paris, Bruxelles ou Madrid. Plusieurs y firent brillante carrière, et ce fut tout à l’honneur de Besançon.

Notes

1 Ce texte a servi d’introduction à la traduction du Vesontio donnée par Jean Girardot, Besançon, Cêtre, 1988. Texte resaisi par Sylvie Delsalle.

2 Archives municipales de Besançon, GG 170, f° 17v°.

3 Vesontio, I, 2-3 ; Ms. Chifflet 151, f° 5. Sur les armoiries : I, (VIII) ; Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 23, f° 160.

4 Vesontio, I, 3, 76, 101, 158 ; Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151, f° 5 ; Préface à Singulares… observationes, citées ci-dessous.

5 Vesontio, I, 67, 79, 160, 188.

6 Vesontio, II, 259.

7 Vesontio, II, 296. Philippe Chifflet fut l’un des premiers « Confrères de la Croix » : Archives municipales de Besançon, BB 36, f° 74 (décembre 1590) et suivants.

8 Vesontio, I, 99.

9 Vesontio, I, 77. Mention par Jean Chifflet dans Singulares… observationes, (13). Sur les privilèges d’affouage et de pâturage au bois de Chailluz accordés par la Ville aux Chifflet (années 1543-1621) : Archives municipales de Besançon, BB 23, f° 135 ; BB 34, f° 400 ; BB 36, f° 212 ; BB 37, f° 314 ; BB 53, f° 358. Jean-Jacques Chifflet est parfois dit « seigneur de Palente » : Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 3, f° 148.

10 Vesontio, I, 40, 105 ; II, 323-324.

11 Litterae annuae citées dans P. DELATTRE, Les Établissements de la Compagnie de Jésus en France, I, 646. Cf., semble-t-il, Vesontio, I, 41.

12 Bibliothèque du Baron d’Aligny, Montmirey-la-Ville, 7010-I.6.

13 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 23, f° 2. Beaucoup des renseignements biographiques qui suivent sont tirés de cet ouvrage inédit du chanoine Jean Chifflet, intitulé Vindicis Hispanici fama defensa, écrit vers 1650.

14 Ce petit ouvrage est sans date. M. PERROD, Répertoire bibliographique des ouvrages franc-comtois, n° 442, I, dit : (1610), ce que semble appuyer Ms. Chifflet 23, f° 3. L’exemplaire, peut-être unique, de la Bibliothèque municipale de Besançon porte la date manuscrite 1607, satisfaisante. L’auteur précise en effet que le phénomène remontait à 1602 et durait depuis cinq ans. Ajoutons que Nicolas de Moingesse a reçu interdiction d’imprimer le 23 novembre 1608 (BB 48, f° 149). Une première étude de ce cas : Historia admiranda… avait été publiée par Paul Lentulus à Berne en 1604.

15 Vesontio, I, 620.

16 Diplôme original joint à un exemplaire des Theoremata sous une fraîche reliure d’origine : Montmirey, 7043-7044-I.6. Un autre exemplaire de Theoremata à la Bibliothèque municipale de Besançon.

17 Vesontio, I, 15.

18 Vesontio, I, 34. PERROD, Répertoire, n° 442, 2, parle d’exemplaires de 1612 et de 1621. En tout cas, Chifflet, en 1618, se proposait de rééditer l’ouvrage.

19 Gollut, en 1592, au début de son chapitre sur la Cité de Besançon, exprime le souhait que Jean Chifflet écrive sur ce sujet : « Et suis asseuré que feurent messieurs de Casenat et Chifflet [Laurent], très doctes personnages, hont curieusement et longuement travaillé, ainsi que autrefois ils m’hont dict ; et veux croire que le sieur docteur médicin Chifflet [Jean], ou suivra ce qu’en est désia commencé, ou l’entreprendrat comme chose digne de son gentil esprit, attenduë de luy et demandée par ceste sienne patrie » (Mémoires, l. I, ch. XXIV). Il dit aussi, dans son Apologie : « Messieurs de Casenat et Chifflet en avoient dressez quelques recueils… » (Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 12, f° 116).

20 Vesontio, I, 4. Même expression, à propos d’un travail projeté, I, 15.

21 Vesontio, I, 172.

22 Archives municipales de Besançon, GG 174, f° 16.

23 Diplôme reproduit, Vesontio, II, (338)- (340).

24 Exemplaires de cette chronique dans Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. 1013, 1021, 1029, 1030, 1035, 1038. Les essais sur les antiquités de Besançon sont nombreux à cette époque.

25 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 23, f° 13, résumant Vesontio, I, (VIII).

26 En plus des deux passages connus d’Ammien Marcellin, XV, 11, 11, et XX, 11, 13 (cf. Claude FOHLEN et alii, Histoire de Besançon, I, p. 123-124), Chifflet, Vesontio, I, 188, avec les premiers éditeurs, pensait lire le nom de Besançon (uesunti) en XVI, 2, 8, passage où le texte est corrompu (cf. apparat de l’édition Galletier, I, p. 149).

27 Vesontio, I, 23.

28 Vesontio, I, 158. Janus GRUTERUS, Inscriptiones antiquae totius orbis romani, Heidelberg, 1602 : les chiffres portés dans les marges du Vesontio en face de la plupart des inscriptions renvoient à la page de cette édition et au n° de l’inscription dans cette page.

29 Vesontio, I, (XX)- (XXIV).

30 Vesontio, I, 216-217.

31 Vesontio, I, 130-131.

32 Vesontio, II, 250.

33 Vesontio, I, 131-132.

34 Vesontio, I, 123-127, sur l’aqueduc d’Arcier.

35 Vesontio, I, 246 ; cf. I, 218-219 ; II, 6, 185.

36 Archives municipales de Besançon, BB 43, f° 81 (« Attemptat ») et 85 (15 et 28 janvier 1593). Cf. Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 12, f° 96- 112 : Extraits des mémoires de la comté de Bourgogne par Louys Gollut, sur aucuns passages contraires à la cité de Besançon (de la main de J.-J. Chifflet) ; f° 113-139 : Apologie ou déffence des Mémoires de la France-Comté contre cela que la maison de ville de Besançon a décrété : c’est la réponse passionnée, mais fort intéressante, de Gollut aux 45 griefs des Bisontins contre les Mémoires ; Edouard CLERC l’a publiée dans les Mémoires de l’Académie de Besançon, 1872, p. 107-119.

37 Gollut insiste, avec raison, sur ce qu’il a été le premier à si bien parler de Besançon, et il renvoie « au Chapitre 24. du premier livre, où tant copieusement et curieusement, en traité particulier, l’on a descript la Cité, son Antiquité, sa beauté, et ses autres particularitez qui la prisent et la recommandent dehors, et en quoy l’autheur s’est tant affectionnément eslargi, que tous ceux qui en ont eüe la lecture ont esté occasionez de confesser que jamais en tous les temps passez un autre voire citoyen en faict de la cité ou estranger ne s’est peu trouver, qui en ayt tant sceu et peut dire » (Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 12, f° 116).

38 Édité par A. CASTAN, Origines de la commune de Besançon, p. 162-164, n° XIII, et récemment dans Monumenta Germaniae Historica, Friderici I. Diplomata, t. III (1985), n° 777, p. 333-335.

39 Vesontio, I, (XXV) ; II, 30, 32, 35, 38, 86…

40 Sur le caractère de cet ouvrage, voir Histoire de Besançon, I, p. 17-18.

41 Berlin, Deutsche Staatsbibliothek, Ms. Phillipp. 1898. Cf. V. Rose, Verzeichnisse der lateinischen Handschriften der königl. Bibl. zu Berlin. I. Die Meerman-Handschriften der Sir Thomas Phillipps (1893), n° 152 (Phill. 1898), p. 343-345 (avec texte de certaines notes marginales).

42 Mêmes précautions à propos d’un passage sur Arbois (événement de 1361) : « Garde-toi, frère, d’utiliser ce passage… » Bien entendu, Chifflet restera muet sur la grave crise politique et religieuse qui secoua Besançon de 1525 à 1540.

43 Pierre-François, moins docile aux injonctions, a parfois protesté par d’autres notes marginales. Et l’on trouve dans le Vesontio quelques allusions à des faits pourtant censurés dans le manuscrit, par exemple la mention du « Traité de Rouen » du 10 juin 1435 : II, 296.

44 Vesontio, II, 5-6. Gollut a consacré deux chapitres (l. I, ch. XXV et XXVI) aux archevêques de Besançon en un temps où il n’existait rien de pareil ; il est tributaire d’une version française, très répandue, de la chronique latine du « moine de Saint-Paul » qu’utilise Chifflet.

45 Vesontio II, 7.

46 Sur les légendes du XIème siècle, cf. B. de VREGILLE, Hugues de Salins, archevêque de Besançon (1031-1066), 1981, p. 377-402.

47 Sur cette Vie, cf. Saint Claude. Vie et Présence (1960 et 1977), p. 29-46.

48 (Humbert), Vita S. Leonis IX, l. II, ch. 1 et 14 (Migne, Patrologia latina 143, 485 C- 486 A, 503 B-504 A).

49 Grégoire de Tours, Vitae patrum, VII (Migne, Patrologia latina 71, 1036 D-1037 C).

50 Saint-Anatoile, II, 192 ; Bellevaux, II, 154, 256 ; Goailles, II, 257.

51 Vesontio, II, 180-181.

52 Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms. 7852, f° 163v° et 159. toute la liasse, f 157-168, est constituée de notes envoyées par Jean-Jacques à Pierre-François et annotées ou raturées par celui-ci. Les jugements portés sur le chanoine Dorival et ses conceptions de l’histoire sont très durs : même les gouverneurs mettent Pierre-François en garde (f° 159v°).

53 Le « Cartulaire Guenard », perdu, était daté de 1612 ; celui de Jean d’Orival (au Grand Séminaire de Besançon) l’est de 1614. Jean, neveu de François, ne fut chanoine qu’en 1620, après la mort de son oncle. Sur ces « cartulaires », cf. B. de VREGILLE, Hugues de Salins, op. cit., t. III, p. 4*-6*.

54 Texte utilisé en Vesontio, II, 36-37, 238, 262-263. Transmis par le Ms. 94 de la Bibliothèque municipale de Besançon, f° 137v°-138 et publié par P.-Fr. Chifflet, Histoire de Tournus, 1664, preuves, p. 341-352.

55 Vesontio, II, 328.

56 Cf. note 51.

57 Bruxelles, Bibliothèque des Bollandistes, Ms. 123, f° 59-66. Cf. M. COENS, « Analyse du légendier perdu de l’abbaye d’Acey », dans Analecta Bollandiana, 79, 1961, p. 361-388 (analyse faite à la demande de P.-Fr. Chifflet en 1622).

58 Archives départementales du Doubs, G. 202 : délibération capitulaire du 9 août 1627.

59 Vesontio, I, 4.

60 Vesontio, II, (339).

61 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151.

62 J.-J. Chifflet reprendra la question deux ans plus tard : De loco legitimo concilii Eponensis, Lyon, Richer, 1621.

63 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151, f° 2-7.

64 Archives municipales de Besançon, BB 49, f° 276-277 (15-18 février 1613).

65 Archives municipales de Besançon, GG 173, f° 19 et 11. La pièce signée de Laurent est antérieure à son entrée dans la Compagnie de Jésus, le 13 octobre 1617.

66 Vesontio, II, (340)- (342). Autographe de J. Chapusot : Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151, f° 190 ; de A. Baird : Ms. Chifflet 23, f° 213.

67 « Dulcissimo musarum alumno D. Antonio Brun, amico suo suavissimo, Jo. Jac. Chiffletius, Idibus Iun. 1618 » : Bibliothèque de Montmirey, 7009-I, 6.

68 Pas moins de quatre exemplaires avec dédicace à Montmirey : 7008-7011-I. 6.

69 Histoire ecclésiastique de la cour, ou les antiquités et recherches de la chapelle et oratoire du roy de France…, Paris, 1645, p. 640.

70 Harangue citée dans Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 23, f° 14.

71 Mémorial imprimé, sans lieu, en français (PERROD, Répertoire, n° 1080 et 1480) et en espagnol (dans le Ms. Chifflet 72, f° 109).

72 Archives municipales de Besançon, BB 54, f° 91-92.

73 Lettre d’Erycius Puteanus (Henry Dupuy), citée dans Ms. Chifflet 23, f° 21.

74 Titre du recueil publié à Anvers en 1650.

75 Voir la légende du portrait ci-joint, gravé pour la 2e édition des Vindiciae Hispanicae, Anvers, 1647, et repris dans les Opera politico-historica en 1650.

76 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 151, f° 184-189. Sur les vestiges de thermes découverts au même lieu en 1964, cf. Histoire de Besançon, I, p. 101-102.

77 « Je suis un besan (d’or) » : hypothèse reprise, d’après Savaron cité par Chifflet, par A. CASTAN : « Origine du Surnom de Chrysopolis donné à la ville de Besançon », dans Mém. Soc. Émul. Doubs, 1889, p. 116-130.

78 Aux notes de J.-J. Chifflet signalées ci-dessus (note 51), ajouter ce jugement inscrit par lui sur une copie de l’ouvrage de François Dorival : « Discours du feu sieur Chanoine Dorival contraire à la vérité et à l’histoire, duquel il faut garder de se servir, comme étant très important que telle chose ne passe à la postérité » (Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet 4, f° 177v°).

79 Réédition en 1688. Traduction française de A(ndré) D(e) C(ampans) P(arisien), sous le titre de Hiérothonie de Jésus-Christ, ou Discours des saints suaires de Nostre Seigneur…, Paris, Cramoisy, 1631. Jugement sévère de Jean Chifflet (qui fait erreur sur le traducteur) : Ms. Chifflet 23, f° 20v°. - A. de Campans devient célèbre, sous le nom de Cyprien de la Nativité, comme traducteur de saint Jean de la Croix.

80 Sur cette inscription, voir Histoire de Besançon, I, p. 137.-

81 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. 1023. Chassignet dédie à « Monsieur François Souquet, Marchand Bisontinois », « ceste translation tirée du latin de très docte et dissert en la science de médecine M. Jean-Jacques Chifflet vostre bien aymé concitoyen » et s’excuse des libertés qu’il prend. Il achève la IIe partie par un récit original et des festivités bisontines de la canonisation des saints Ignace de Loyola et François-Xavier en 1622. - J.-B. Chassignet a dû mourir peu après le 25 octobre 1635, date de son testament (cf. Obituaire de l’abbaye Saint-Paul de Besançon, éd. J. de Saint-Agathe, dans Mémoires et documents inédits pour servir à l’histoire de la Franche-Comté, t. XI, Besançon, 1919, n° 1472, p. 267).

82 Archives municipales de Besançon, BB 95, f° 225 et 226v°.

83 Vesontio, I, 2.

84 Vesontio, I, 4.

85 Histoire de l’Église de Besançon, I, p. (VIII).

86 Dom Anselme Berthod, Dissertation sur le gouvernement politique de Besançon… (présentée au concours de l’Académie en 1761), Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. 1104, f° 271v°-272.

87 Biographie universelle… par X. de Feller, éd. revue sous la direction de Ch. Weiss, II (1848), p. 600. Ch. Weiss a signé une autre notice dans la Biographie universelle de Michaud, VIII (1844), p. 138-139.

88 Essai sur l’histoire de la Franche-Comté, I (1840), p. IV-V ; non repris dans la 2e édition (1870).

89 On le verra, l’annotation du traducteur a pris malgré tout une certaine ampleur.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search