Desktop versionMobile Version

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Deuxième partie. Un profil d’érudit dévot : Philippe, Abbe de Balerne

8. Préface à l’édition du Concile de Trente publiée par P. Chifflet à Anvers en 1640 chez B. Moretus

Pierre Monat

Volltext

  • 1 Bulla Confirm. Concilii.
  • 2 Ephes. V, 27.

1Il existe une bulle du Pape Pie IV1 stipulant que ni les clercs ni les laïcs ne doivent écrire ou publier de commentaires, d’annotations ou d’autres écrits de ce genre à propos des décrets du Concile de Trente. Sage décision, pour le plus grand bien de la cause chrétienne. A l’évidence, en effet, si on donnait la permission d’écrire était donnée, voici ce qui arriverait : à cause du vice de l’esprit humain par lequel chacun ne considère comme juste que ce qu’il a fait lui-même, cette liberté produirait plus de désordre et de ténèbres que de lumière. C’est pourquoi, étant donné que ce Synode œcuménique de Trente est aussi diffusé dans les esprits que condensé dans les formules, et qu’en même temps nul n’a la liberté de manifester là-dessus les sentiments de son esprit, je suis persuadé que la seule chose à tenter, la seule tâche à laquelle il faut s’appliquer, c’est de faire en sorte que ses décisions et ses décrets, que nous avons chaque jour sous la main, soient attentivement révisés avec l’aide de l’art de l’imprimeur, et qu’ainsi garantis par cette opération de mise au net, ils invitent à les lire ceux qui les verront ainsi. Il est bien évident que si l’Eglise, épouse du Christ, ne doit avoir « ni tache ni ride »2, il est scandaleux qu’un livre qui, sous l’inspiration de l’Esprit saint, traite de ses mystères, ait à rougir de défauts dus à une édition trop peu soignée. Certes, nombreux sont ceux qui se sont appliqués à cette tâche et ont bien mérité de la religion et de la doctrine ; toutefois, dans leurs éditions, on risque de trouver bien des choses inutiles, et d’avoir à regretter un certain nombre de lacunes.

  • 3 Joan. Sotealli et Hort. Lutii.

2Paulus Manutius a simplement présenté les canons et les décrets du Concile ; ensuite, par le soin de quelques érudits, furent ajoutées dans les marges de brèves annotations3. Toutefois, même si tout cela avait pu en quelque sorte répondre au besoin du lecteur, il manquait cependant les vingt-quatre constitutions tirées du droit ancien que le Synode de Trente avait renouvelées en termes solennels. Par la suite, celles-ci furent introduites, non sans d’importantes erreurs ; je ne dirai rien du chapitre Cum in cunctis… qui a été mutilé par la coupure du paragraphe Inferiora ; même s’il est cité abondamment par les Pères (sess.24, de Reform. Cap.22) cette erreur peut sembler assez grave, puisque, dans ce passage, le Concile décide que « ce sont ceux qui ont été là aux offices des heures qui reçoivent les distributions, alors que les autres, sauf entente ou rémission, doivent en être privés, selon le décret de Boniface VIII qui commence par Consuetudinem ». Certains ont placé en sixième place, parmi d’autres, dans l’appendice de ces constitutions qu’ils avaient déjà rejeté à la fin des textes du Concile, le chapitre Consuetudinem qui porte sur l’usage, en pensant que les Pères du Synode avaient eu sous les yeux ce texte de Boniface et avaient pris cette initiative ; mais en cela ils ne faisaient rien qui fût en rapport avec le sujet. D’autres ont fait l’éloge d’une autre constitution, qui commence aussi par Consuetudinem (Sur les clercs qui ne résident pas…). Celle-ci, selon l’esprit du Concile, ordonne clairement qu’on ne donne pas les indemnités quotidiennes à ceux qui sont absents, et qu’on les réserve à ceux qui sont présents à l’office divin, sans qu’une coutume contraire puisse faire obstacle. Mais en voilà assez sur la raison du défaut qui s’est introduit dans certaines éditions. Je reviens donc à mon propos.

  • 4 Gregorii XIII et Sixti V.
  • 5 Nicol. Garcias De Beneficii, in praefat., T. I. et alii.
  • 6 Decretum Urbani VIII, 2 augusti 1631.

3Pie IV, lorsqu’il a interdit que quiconque interprète par sa propre autorité les décrets du Concile, s’il se trouvait en face de quelque point mal éclairci ou difficile à appliquer, a voulu que le nœud du problème ne soit dénoué que par le seul jugement du Siège Apostolique. L’autorité de certains autres Pontifes a mis en place une congrégation de cardinaux4 qui, après avoir consulté ce même Siège Apostolique, répondirent en droit. Et, lorsque le Synode de Trente eût été publié dans tout le monde chrétien, de nombreux sujets de doute furent aussitôt présentés et de nombreuses réponses apportées par les cardinaux ; il y eut des gens qui les rassemblèrent peu à peu, et les éditèrent avec les décrets du Concile5 : peut-être parce qu’il y eut alors des savants qui estimèrent que ces sentences et opinions, tout comme chez les Anciens les réponses des prudents, avaient une autorité telle qu’un juge n’avait pas le droit de s’écarter de cet avis. Mais actuellement, il y a une loi du Pape Urbain VIII6 : « nul ne doit, dans un jugement ou en dehors, prêter foi à ces déclarations de la sacrée Congrégation du Concile ; on s’en tiendra à celles qui, rédigées dans une forme authentique, auront été munies du sceau habituel et de la souscription du très éminent Cardinal préfet et du secrétaire de cette même Congrégation en fonction à cette époque ». C’est pourquoi leur édition de ces opinions n’apporte que peu de profit.

4Il y a quelques années, ont été édités des décrets du Concile, accompagnés de notes nouvelles et enrichis de très savantes observations sur la doctrine, par le cardinal Robert Bellarmin. Dans cette édition, qui est parsemée de fautes d’imprimerie, beaucoup regrettent, entre autres choses, l’absence d’un appendice tout à fait nécessaire aux décrets du Concile, c’est-à-dire les vingt-quatre constitutions qu’il avait spécialement mises en place, et celle que Pie IV a éditée sur la forme du serment de la profession de foi.

5Que dire maintenant des abondantes explications d’Augustinus Barbosa ? Elles sont utiles, certes, et font honneur à leur auteur ; toutefois, si on les ajoute aux décrets du Concile, elles constituent une sorte de barrage qui interrompt la série des sujets ; et, en outre, nous nous rendons compte chaque jour que, dans ce travail qui consiste à louer les auteurs, dans lequel toute la matière est traitée en recourant à des caractères grecs et arabes de toute petite taille, le savoir-faire des imprimeurs, même les plus expérimentés, est souvent pris en défaut.

  • 7 Ad Titum. I.
  • 8 Lib. I. Contra Nestorium [en grec dans le texte].

6A quoi bon, diras-tu, prolonger le développement qui remonte aux origines ? C’est pour que, quand tu auras pris connaissance de ce qui est présenté dans cet ouvrage, ou quand tu auras fixé dans ta mémoire ce que tu connaissais déjà, tu perçoives ce que ton savoir-faire peut leur apporter de neuf en le mettant en valeur. C’est pourquoi, dès lors que nous avons suffisamment d’éditions de ces explications, observations et mises au point, il serait souhaitable que simplement les canons et les seuls décrets de Concile, repris sur un exemplaire romain, soient imprimés séparément par ton imprimeur royal, dans un format plus petit, afin qu’on puisse facilement et sans peine les emporter avec soi. Ce sont là, en effet, les éléments qui méritent d’être lus chaque jour, et même de ne jamais quitter notre main, afin que, selon le commandement de l’Apôtre des nations, nous obtenions, grâce à leur fréquentation quotidienne, « de tenir le discours qui est fidèle à la doctrine, que nous soyons capables d’exhorter dans la saine doctrine et de reprendre les contradicteurs7 ». Il y a, en effet, à notre époque, un certain nombre de gens qui, selon les mots utilisés en d’autres temps par Cyrille d’Alexandrie en parlant de Nestorius et de ses sectateurs, « violent la beauté sacrée des dogmes de l’Eglise, maculent de souillures la vierge sainte et toute pure en l’entraînant dans la scandaleuse sottise de leurs explications et dressent devant nous le rempart de leurs inventions mensongères »8. Toutefois, je ne voudrais pas que l’ouvrage fût raccourci au point de ne pas contenir ce qui est nécessaire.

7Il faut qu’il y ait en tête la bulle du pape Paul III, qui, à mon grand regret, ne figure pas dans de nombreuses éditions : dans un bref résumé, elle instruira le lecteur sur les raisons et les buts de la convocation du Concile. Un certain nombre d’érudits ont pensé faire œuvre utile en modifiant l’ordre en usage des sessions des Pères. D’abord, Antonius Philotheus de Homodaeis, le Sicilien, a réparti le tout en six livres ; puis Petrus Vincentius de Marzilla, partant de cette répartition, conserva aussi fidèlement qu’il put les rubriques ou les titres du droit canon et classa les décrets du Concile selon les trois rubriques du droit impérial : les choses, les personnes et les actions. Mais, à mon avis, et surtout si l’on tient compte de notre intention, le Concile de Trente doit être lu dans l’ordre où il a été rédigé. Toutefois, à l’usage des pragmatiques, nous avons pensé qu’il fallait placer en tête du Concile la méthode brève et rapide pour lire les décrets sur la Réforme : méthode que le très illustre Jacobus Boonen, archevêque de Malines, considère comme très commode ; il en fait un tel éloge que, même si on en ignore l’auteur, elle peut ne pas sembler indigne d’être connue sous le nom d’un si grand pasteur. Après les lettres d’indiction du Concile doivent venir ensuite les vingt-cinq sessions des Pères, c’est-à-dire dix sous Paul III, six sous Jules III, neuf sous Pie IV ; qu’à l’en-tête de chaque page soit indiqué ce qui s’y trouve enseigné afin que le lecteur pressé de connaître les décrets du Concile trouve tout à sa portée. En tête de chacun des chapitres dans lesquels on traite de la doctrine sacramentelle ou d’une autre doctrine, on placera de brefs titres ; avant les décrets sur la Réforme, on placera nos arguments, à l’aide de ces lettres un peu allongées que l’on appelle des italiques. Qu’on ait recours aussi à un caractère du même genre, mais un peu plus petit, pour les notes de la marge qui doivent être disposées et être mises en évidence avec soin et clarté : celles-ci, en effet, dans les éditions précédentes, sont pleines de fautes et, en de nombreux passages, mises bien loin de la bonne place ; nous avons eu bien de la peine à les rattacher au texte source et les avons généreusement enrichies. De la sorte, si l’on y prête bien attention, quand on sera revenu aux origines grâce à une confiance mieux étayée, on comprendra que l’œuvre des Pères du Concile, c’est moins de donner du nouveau aux plus jeunes que transmettre ce qu’ils ont reçu des anciens, même si l’on ne doit pas douter qu’ils se sont appliqués à préciser un certain nombre de points restés jusque-là indécis, à expliquer quelques choses moins claires, à frapper d’anathème les hérésies de leur époque, à extirper les mauvaises habitudes, et finalement, en apportant aux malades les remèdes appropriés, à mettre en place une saine réforme adaptée aux mœurs. Nous avons ajouté en outre aux premières notes de brefs résumés à la suite des bulles des souverains Pontifes, qui apportent un éclairage appréciable au Concile, nuancent ou interprètent ses décrets et constituent un droit tout nouveau. Ensuite, la garantie publique souvent accordée par le Concile aux protestants, et qu’on appelle sauf-conduit, doit être mise à sa place afin que la preuve de leur ignorance inconsciente et puérile soit bien signifiée à ces gens bien agités qui, par leurs doctrines adultères, ont corrompu la pureté de l’Eglise et ont essayé de violer la vérité de l’Evangile. Enfin, que, selon l’usage, le Concile soit ratifié par la bulle de confirmation de Pie IV, et qu’on fasse l’effort d’ajouter tous les autres textes dont on tirera le plus grand profit, c’est-à-dire les vingt-cinq constitutions du droit ancien, avec, en tête, un index d’une page ; puis les quatre bulles du Pape Pie IV, dans lesquelles on trouve la formule prescrite pour le serment de la profession de foi, le moment à partir duquel les décrets du Concile doivent être observés ; la désignation des huit cardinaux qui doivent veiller à cela, et en outre l’abrogation des privilèges, exemptions, licences et toutes choses de cette espèce qui auraient pu être opposées aux décrets du Concile. Et toutes ces choses, anciennes ou nouvelles, quand on les cite pour la première fois, on les marquera avec une lettre qui servira de chiffre ; ainsi, dans le cours de l’édition, quand il en sera besoin, on indiquera leur page avec exactitude ; tu feras ainsi un travail précieux et, je l’espère, agréable pour le lecteur.

8En ce qui concerne l’index des livres interdits, c’est un vaste problème qui ne relève pas de cette édition ; rien n’empêche, toutefois, de donner en quelques pages les dix règles par lesquelles les bons seront distingués des mauvais par une sorte de pierre de touche. En outre, je souhaiterais vivement que tout cela soit couronné par le discours prononcé lors de la dernière session, avant que les Pères ne se séparent, par Girolamo Ragazoni ; là, lorsqu’on se sera bien imprégné de la doctrine du Concile, ou que l’on connaîtra familièrement ses décrets, on pourra reconnaître ce qu’on aura déjà lu ; c’est, en effet, une véritable « récapitulation », ou une somme de tout ce qui a été traité au Concile. Il ne sera pas inutile d’ajouter les noms de ceux qui, sous le pontificat de Pie IV, ont assisté au Concile, car, parmi ces noms, un certain nombre avaient été déformés par l’usure du temps ; nous avons rétabli l’éloge de ces personnages illustres, selon la dignité de chacun, et nous y avons parfois introduit quelques brèves notes. Enfin, une fois l’ouvrage ainsi conduit à son terme, on y ajoutera quatre index (décrets, chapitres, points remarquables du droit nouveau cités dans les annotations, et mots).

9Par ailleurs, pour ce qui est de donner belle allure à cette édition par des caractères élégants, je n’ai rien à te dire ; je sais, en effet, qu’il en sera ainsi dès lors que l’ouvrage sortira de ton atelier ; mais, pour que cet ensemble déjà élégant et agréable à l’œil ne soit privé d’aucune décoration extérieure, je pense qu’il faut y introduire les portraits des trois souverains pontifes, chacun en tête de la partie qu’il a présidée. C’est, en effet, par leur activité et leur fermeté incroyables que ce Concile, réuni, puis parfois interrompu, parfois bousculé et divisé, a été conduit à son terme, si bien qu’ils peuvent à juste titre être considérés comme les auteurs de cette œuvre remarquable, puisqu’ils utilisaient cette formule : « Nous faisons nôtre tout cela, nous lui déléguons notre autorité ».

10Voilà confié à ce texte, mon très savant et très cher Moretus, un descriptif de l’édition nouvelle que j’ai conçue. A toi de voir, maintenant si, dans la mesure où tu en as la grâce auprès de Dieu et des hommes, tu peux un jour accomplir ce souhait.

11Bruxelles, 18e jour des Calendes de septembre, en la fête de l’Assomption de la Vierge.1639.

Anmerkungen

1 Bulla Confirm. Concilii.

2 Ephes. V, 27.

3 Joan. Sotealli et Hort. Lutii.

4 Gregorii XIII et Sixti V.

5 Nicol. Garcias De Beneficii, in praefat., T. I. et alii.

6 Decretum Urbani VIII, 2 augusti 1631.

7 Ad Titum. I.

8 Lib. I. Contra Nestorium [en grec dans le texte].

Autor

Professeur de littérature latine à l’Université de Franche-Comté et à l’Institut d’Etudes religieuses du diocèse de Besançon

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search