Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Deuxième partie. Un profil d’érudit dévot : Philippe, Abbe de Balerne

7. L’édition scientifique au XVIIème siècle : Philippe Chifflet, abbé de Balerne, éditeur des décrets du Concile de Trente

Manuel Tramaux

Texte intégral

1Issu d’une famille dont chaque membre sut porter son talent propre à l’excellence, avec pour point commun l’utilisation des services de l’art typographique, Philippe Chifflet réunit à lui seul le privilège d’avoir publié l’ouvrage le moins connu et paradoxalement le plus diffusé de l’abondante production familiale.

2La page de titre d’une des nombreuses éditions des décrets du concile de Trente paru dans la première moitié du XVIIème siècle, porte le nom de Philippe Chifflet, et ce n’est pas vaine gloire car les modifications qu’il a apportées à la présentation générale et à l’apparat critique du Concile, lui valent bien le rang d’auteur secondaire, sinon d’éditeur scientifique. Nous allons le voir, c’est en véritable spécialiste qu’il va mener son œuvre vers un succès éditorial qui s’est poursuivi pendant près de deux cent soixante ans.

3Le Concile œcuménique de Trente s’est réuni de 1545 à 1563 sous l’égide de trois papes animés d’un grand esprit de réforme : Paul III, Jules III et Pie IV ; il entendait entre autres contrecarrer le succès des Réformateurs protestants et répondre à un grand besoin de renouveau spirituel et de réforme ecclésiale.

  • 1 Jean Soteaux, en latin Sotollus ou Soteallus, Lovaniste mort en 1567, est l’auteur d’une édition an (...)

4Il y eut vingt-cinq sessions qui aboutirent à la rédaction d’un corpus de presque quarante décrets. Comme on l’imagine, ils furent l’objet de très nombreuses éditions, notamment commentées, annotées et préfacées, l’une des plus répandues étant de Jean Soteaux1. Celle de Philippe s’inscrit dans ce mouvement de diffusion des idées conciliaires de Trente ; comme ses devancières, elle est pourvue d’une préface justificative, de pièces annexes propres à en améliorer la compréhension et d’une glose fertile.

  • 2 Balthasar Moretus (1574-1641), issu d’une célèbre famille d’imprimeurs anversois perpétuait l’œuvre (...)

5La reconstitution de cette composition méthodique nous laisse entrevoir la volonté de l’auteur et les procédés qu’il emploie, mais aussi la phase technique concourant à la parution de l’ouvrage en 1640. On décèle aussi, dans la rencontre des deux personnalités que sont l’ecclésiastique érudit et l’imprimeur royal d’Anvers, Balthasar Moretus2, une véritable amitié qui transparaît à chacun de leur contact, faisant de cette entreprise un peu plus qu’une affaire commerciale.

I. Les raisons d’une telle refonte

6Pour bien comprendre les motivations de Philippe Chifflet, il est nécessaire de lire conjointement la préface qu’il donne à l’édition du Concile, et l’abondante correspondance qu’il entretient avec l’imprimeur anversois Balthasar Moretus, chez qui sera édité le Sacrosancti et oecumenici Concilii Tridentini, puisque c’est son titre exact.

7Tout d’abord qu’est-ce qui poussa Philippe Chifflet, futur abbé de Balerne, à entreprendre cette révision des notes du Concile de Trente ?

  • 3 Préface. Les citations de la préface ne feront plus l’objet de notes dans la suite du texte.

8Plusieurs raisons sont exposées dans la préface. Toutefois, celle-ci exprime l’un des soucis majeurs de l’auteur, sur lequel nous reviendrons, à savoir la surcharge et l’amateurisme qui se sont accumulés au fil des rééditions : « Certes, nombreux sont ceux qui se sont appliqués à cette tâche [de refonte] en méritant les compliments de la religion et de la doctrine ; toutefois, dans leurs éditions, on risque de trouver bien des choses inutiles, et d’avoir à regretter un certain nombre de lacunes »3.

9Malgré l’abondance des éditions et versions en concurrence sur le marché, soixante-quinze ans après la clôture du Concile, aucune n’a trouvé grâce aux yeux de Philippe Chifflet. Il faut bien avouer que la plupart ne se distinguent pas par leur clarté typographique et leur facilité d’usage.

II. La préface, expression de la dimension théologique et apologétique de la refonte

  • 4 Le Saint Concile de Trente… traduction de l’Abbé Dassance… tome deuxième, Paris, Méquignon junior, (...)
  • 5 « … artis chalographicae ministerio diligenter… ».
  • 6 Eph. V, 27 : « Il a voulu se la présenter à lui splendide, sans tache ni ride, ni aucun défaut ; il (...)

10Cette préface en forme de lettre à Balthasar Moretus, évoque plusieurs choses. Tout d’abord, ce que Pie IV lui-même demande dans la bulle de confirmation des actes du Concile de Trente du 26 janvier 1564 : la défense, sous peine d’excommunication, d’entreprendre aucun commentaire, glose, annotation, remarque ou interprétation sur les décrets du Concile4. Philippe Chifflet ajoute à cela qu’« il faut s’appliquer à ce que les décisions et décrets que nous avons chaque jour sous la main, soient attentivement révisés avec l’aide de l’art de l’imprimeur »5, et qu’ainsi « […] tous les soins soient apportés à l’exactitude et à la digne présentation des canons et décrets conciliaires ». Il poursuit : « si l’Eglise, épouse du Christ, doit être sans tache ni ride6, il serait honteux qu’un livre qui traite de ses mystères, sous la dictée de l’Esprit Saint, ait à rougir des taches dues à une édition moins soignée ». Pie IV et l’Epître de saint Paul aux Ephésiens fournissent à Philippe l’argument majeur en faveur d’une refonte de l’édition.

  • 7 « J’en reviens à mon projet ».

11Par ailleurs, il affirme que les éditions précédentes présentent souvent des additions inutiles ou des omissions, et pour étayer ses dires, il cite dans la préface quelques exemples de mutilations du texte ou d’erreurs, qu’il s’agisse d’ajouts mal insérés ou de confusions entre des chapitres et des constitutions ayant le même incipit. Après cet abondant passage sur « la raison du défaut qui s’est introduit dans certaines éditions », qu’il conclut d’ailleurs par un laconique « nunc ad institutum redeo »7, Philippe Chifflet érige en un point final l’autorité pontificale comme seule capable d’éclaircir les décrets du Concile.

  • 8 Cyrille d’Alexandrie, Contra Nestorius, Lib. I.

12Ainsi le but clairement établi se confirme : décourager toute tentative d’interprétation non autorisée. A ce propos, notre préfacier cite, en grec dans le texte, suivi d’une traduction latine, un passage de Cyrille d’Alexandrie parlant de Nestorius et de ses sectateurs : « Il y a, en effet à notre époque, un certain nombre de gens qui […] violent la beauté sacrée des dogmes de l’Eglise, maculent de souillures la vierge sainte et toute pure en l’entraînant dans la scandaleuse sottise de leurs explications et dressent devant nous le rempart de leurs inventions mensongères »8.

  • 9 Marc VENARD (dir.), Histoire du Christianisme des origines à nos jours, t. VIII, Le temps des Confe (...)

13Cette inquiétude concernant l’interprétation des décrets, que porte Philippe Chifflet, est partagée par toute la hiérarchie catholique de l’époque. Pour bien comprendre cela, il faut distinguer, dans les décrets du Concile de Trente, l’œuvre disciplinaire et l’œuvre doctrinale. Cette dernière, qui fut conçue essentiellement « en réponse aux thèses protestantes », suivait un programme assez méthodique. Il est d’ailleurs aisé de comparer la rigueur de cette méthode doctrinale avec les sessions De reformatione : « Quant on approche de la fin du Concile, les décrets de réforme se précipitent sans grand souci d’ordre »9.

14L’expérience d’un demi-siècle de controverses et de conciles locaux peut expliquer cette obsession du contrôle des interprétations.

III. La préface, méthodes et outils à mettre en œuvre

  • 10 Paul Manuce (1512-1574) fut chargé pendant quelques temps de la Bibliothèque Vaticane par Pie IV, q (...)

15Certes, le texte s’entend dans sa pureté originelle mais, tout de même, certains documents indispensables sont à inclure outre les notes. C’est pourquoi la préface est aussi une véritable méthode de composition à l’usage de l’imprimeur. Philippe Chifflet y exprime des exigences tout à fait particulières, qu’il fonde sur l’expérience qu’il a des premières publications des textes conciliaires, en particulier celle de Paul Manuce10 qui a « présenté simplement les canons et les décrets du Concile ». Les annotations et rajouts ayant initialement pour but de répondre aux besoins du lecteur, précise Philippe Chifflet, introduisirent d’importantes erreurs au gré des développements et des rééditions. Il convient donc d’en distribuer l’ordre, sans se priver des pièces annexes.

  • 11 Jacob Boonen (1573-1655) fut évêque de Gand de 1617 à 1620, puis archevêque de Malines.
  • 12 Ce découpage du Concile, précisé ici par Philippe Chifflet, correspond à la distinction classique d (...)

16Pour ce faire, il formule à Balthasar Moretus les exigences suivantes : les décrets et canons seront repris sur l’édition typique romaine. Mais avant cela, il est nécessaire de placer plusieurs éléments ; en tête doit figurer la bulle de Paul III propre à instruire le lecteur sur les raisons et les buts de la convocation du Concile. On placera ensuite une méthode « brève et rapide » pour lire les décrets sur la Réforme, on choisira celle « que le très illustre Jacques Boonen11 […] considère comme très commode ». Viendront à la suite les lettres d’indiction du Concile, et immédiatement après « les vingt-cinq sessions des Pères, c’est-à-dire dix sous Paul III, six sous Jules III, neuf sous Pie IV »12. A la suite de l’objet central de la publication seront ajoutées tout d’abord la bulle de confirmation du Concile par Pie IV, puis les vingt-cinq constitutions du droit ancien, et enfin les quatre bulles de Pie IV où l’on trouve la formule des serments de profession de foi, le moment à partir duquel les décrets doivent être observés, etc. L’index des livres interdits, « vaste problème qui ne relève pas de cette édition », comme le précise la préface, fera néanmoins l’objet de quelques pages donnant les dix règles qui distinguent les bons des mauvais ouvrages.

  • 13 Philippe Chifflet fait ici allusion au discours que tint, deux jours de suite, les 3 et 4 décembre  (...)

17En conclusion de cet agencement, Philippe ajoute : « En outre, je souhaiterais vivement que tout cela soit couronné par le discours prononcé lors de la dernière session (…) par Jérôme Ragazoni [qui constitue] une véritable récapitulation ou somme de tout ce qui a été traité au concile »13.

IV. Un outil pratique…

18Bien que somme d’érudition, l’ouvrage se veut une référence quotidienne pour le prêtre de cette première moitié du XVIIème siècle ; il se doit donc d’être particulièrement maniable. Dans la préface, la « main » incarne par deux fois ce souci : il est question des décisions et décrets « que nous avons chaque jour sous la main », et plus loin de la nécessité d’imprimer ces derniers « dans un format plus petit, afin que l’on puisse facilement et sans peine les emporter avec soi », car « ce sont là, en effet, les éléments qui méritent d’être lus chaque jour et même de ne jamais quitter notre main ».

  • 14 Albéric-Jean-Stanislas de TRUCHIS DE VARENNES, Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne, Besançon, (...)

19Cette volonté d’en faire un objet fonctionnel, Philippe l’exprime aussi dans une lettre envoyée à l’imprimeur anversois le 25 juillet 163814. Il lui demande que la première édition soit petite « comme un in-24° ou in-18°, pour le moins en un petit in-12° » ; car, ajoute-t-il, « ce livre doit être le diurnal du prêtre ». Cela n’empêche pas notre préfacier d’entrevoir des concessions en cas de succès éditorial, comme il le dit immédiatement après ; si plus tard on veut l’imprimer en in-quarto ou in-octavo, il propose de revoir à nouveau les feuillets et même d’y ajouter encore quelques ornements selon que Dieu les lui suggérera, et, par ailleurs, d’amplifier les arguments qu’il a dû abréger en vue de la première édition.

20Cette exigence quant au format du volume n’est pas unique, la concision avec laquelle ont été rédigés les textes s’est toujours accompagnée d’une volonté d’en faire un ouvrage de petite taille ; le but, souligné par de nombreux historiens, étant de le faire tenir dans la poche d’une soutane. Ainsi embarqué, sa fréquentation quotidienne devient plus aisée, et comme le dit encore Philippe, empruntant les paroles de saint Paul dans l’Epître à Tite, l’on peut tenir un discours fidèle à la doctrine, être capable d’exhorter et reprendre les contradicteurs.

  • 15 18 Juillet 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 529.
  • 16 12 août 1637, Ms. vol. LXXVIII, p. 225.

21La typographie de l’ouvrage n’est pas non plus le moindre des soucis de Philippe Chifflet. Dans une lettre du 18 juillet 1638, accusant réception d’une commande d’ouvrages passée à Balthasar Moretus, il en profite pour comparer les caractères qu’il souhaite avec ceux de l’édition reçue : « La forme et les caractères m’agréant grandement, celuy de nostre Concile de Trente devra, si me semble, estre plus petit, mais extrêmement net (…) »15. Souci qu’il entretenait déjà un an auparavant : « Il faudra avoir grand égard à la netteté du caractère (…). C’est à cela qu’il faut occuper l’élégance de votre correction et la réputation de vos presses »16.

22Quant à la disposition générale du texte, là encore la correspondance nous éclaire un peu plus sur les consignes qu’il passe à son imprimeur. Dans une lettre en date du mois d’août 1637, il suggère que pour en faire une œuvre recherchée, le livre ne devrait comporter que le texte avec les titres, ou de petits sommaires devant chaque chapitre. Si l’on désire y ajouter des notes, elles ne devront pas être en marge pour ne pas gâter la forme, mais placées à la fin de chaque chapitre avec de petits renvois a. b. c.

23Ces instructions de mise en page rejoignent celles données dans la préface, particulièrement en matière de lisibilité des corps de textes : « Qu’à l’en-tête de chaque page soit indiqué ce qui s’y trouve enseigné afin que le lecteur pressé de connaître les décrets du Concile trouve tout à sa portée. En tête de chacun des chapitres dans lesquels on traite de la doctrine sacramentelle ou d’une autre doctrine, on placera de brefs titres ; avant les décrets sur la Réforme, on placera nos arguments, à l’aide de ces lettres un peu allongées que l’on appelle des italiques. Qu’on aie recours aussi à un caractère du même genre, mais un peu plus petit, pour les notes de la marge qui doivent être disposées et être mises en évidence avec soin et clarté […] ».

24Les apostilles font l’objet d’instructions contradictoires de la part de Philippe : si dans la correspondance il les rejette en fin de chapitre, dans la préface il les admet en marge, moyennant des caractères italiques. C’est cette dernière disposition qui prévaudra dans l’édition princeps. Les rééditions, pour l’essentiel, céderont à l’usage moderne de la notation infra-paginale en deux colonnes ; on remarque toutefois une préférence des éditeurs français pour la marge.

V. … mais néanmoins esthétique

25Soucieux d’offrir une édition digne de l’Epouse du Christ, Philippe Chifflet se préoccupe aussi de l’ornementation de l’ouvrage, il le dit dans sa lettre-préface : « (…) pour ce qui est de donner belle allure à cette édition par des caractères élégants, je n’ai rien à te dire, je sais en effet, qu’il en sera ainsi dès lors que l’ouvrage sortira de ton atelier ; mais, pour que cet ensemble, déjà élégant et agréable à l’œil ne soit privé d’aucune décoration extérieure, je pense qu’il faut y introduire les portraits des trois pontifes, chacun en tête de la partie qu’il a présidée ».

26S’il tient à les présenter, c’est parce que, comme il le dit, « [c’est] par leur activité et leur fermeté incroyables que ce Concile, réuni, puis parfois interrompu, parfois bousculé et divisé, a été conduit à son terme, si bien qu’ils peuvent à juste titre être considérés comme les auteurs de cette œuvre remarquable, puisqu’ils utilisaient cette formule : Nous faisons nôtre tout cela, nous lui déléguons notre autorité ».

  • 17 Octave de Marie dans le ciel 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 589.
  • 18 Rubens, collaborateur et ami des Moretus, mourra en 1640, année de la parution de notre Sacrosancti (...)

27Cette demande particulière concernant l’effigie des papes, fait l’objet d’un long passage dans une lettre qu’il adresse à Balthasar Moretus le 25 juillet 1638. Cela nous permet de percevoir le travail de composition de l’ouvrage : « Je vous envoie les médailles de Paul III et de Pie IV, cete cy en cuivre, l’autre en plomb. Celle de Jules III est gravée sur une monnoye, et m’a esté impossible de recouvrer une autre. Sans doute Monsieur Rubens aura les effigies des trois papes, et volontiers vous les desseignera avec les ornemens qui conviennent à chascun en particulier. Ainsy ie vous en laisse le soin (…) »17. Qui mieux que Rubens18, originaire d’Anvers, pouvait en faire le « petit chef d’œuvre » que souhaitait l’auteur. La qualité générale doit être au rendez-vous.

  • 19 Octave de Marie dans le ciel 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 589.
  • 20 A ce titre il est intéressant de comparer l’édition de 1640 imprimée chez Balthasar Moretus à Anver (...)

28Bien que les consignes éditoriales et esthétiques soient d’une extrême précision, un détail nous fait entrevoir la liberté de l’imprimeur. Dans cette même lettre, Philippe Chifflet écrit ceci : « La sorte de l’ouvrage est trop petite pour y faire un frontispice : si ce n’est que vous en ordonniez autrement »19. Balthasar Moretus relèvera le défi, comme en témoigne l’édition de 1640. Certaines éditions postérieures s’inspireront du frontispice originel, mais le plus souvent elles le surchargeront d’ornements que Rubens n’avait pas souhaités ; cela est vrai aussi pour les trois portraits, en particulier dans les arrières-plans et les attributs pontificaux20.

29Bien d’autres instructions sont prodiguées dans la préface pour qu’« avec l’aide de l’imprimeur » soit opéré ce que Philippe Chifflet voudrait comme « un travail précieux et agréable pour le lecteur ».

VI. Philippe Chifflet à l’œuvre

  • 21 Cité par Albéric-Jean-Stanislas de TRUCHIS DE VARENNES, « Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne  (...)
  • 22 Sacrosancti et oecumenici Concilii Tridentini… Ioannis Sotealli & Horatii Lutii… Antverpiae, Ex off (...)

30Pour entreprendre sa révision des notes du Concile, l’auteur va utiliser deux éditions plantiniennes des décrets de Trente, la première produite par Christophe Plantin, datée de 1589, ce qu’il précise lui-même dans une lettre en date du 30 juin 1638 : « Je travaille fort à perfectionner l’édition du Concile de Trente de fût Monsieur Christophe Plantin votre aïeul. Elle est de l’année 1589 (…) »21. L’autre, de la même officine, sous la direction de Balthasar Moretus, datée de 1611 et commentée par le théologien Jean Soteaux. Précisément nous avons la chance que cet exemplaire de travail, enrichi des notes de la propre main de Philippe et honoré de son ex-libris en date de 1638, soit conservé à la Bibliothèque d’étude de Besançon22. Au fil des pages de ce volume, on compte près de trois cent soixante-dix notes manuscrites en marge du texte imprimé ; on y trouve même des feuilles volantes introduites là où les marges ne suffisent plus à supporter son écriture. Pour se repérer dans ce foisonnement de renvois qu’il pratique, il utilise un système de chiffres, signes et flèches qu’il trace à la plume à même le texte imprimé. Mais avant de se livrer à cette entreprise laborieuse, l’auteur a dû se soumettre au travail préalable consistant à reproduire, en haut de chaque page, le titre du décret concerné comme en atteste l’édition annotée. Il fit cela conformément à ce qu’il souhaitait dans la préface, mais aussi certainement pour optimiser l’usage fréquent qu’il aurait du volume.

  • 23 A titre d’exemple voir la note p. 148 de l’édition de 1611, c’est une précision type comme on en re (...)
  • 24 Sessio sexta, De Reformatione, cap.2 ad 5, p. 50 de l’édition annotée de 1611.
  • 25 François van den Zype (1580-1650) et Philippe Chifflet entretenaient des relations, comme le sous-e (...)
  • 26 De celebratione missarum, p. 145 de l’édition annotée de 1611.
  • 27 Thomas Sanchez (1550-1610), jésuite espagnol, canoniste et moraliste. Son œuvre majeure est le De M (...)

31De façon générale, les notes consistent en des précisions canoniques et sont le plus souvent des prolongements ou des développements de celles de Soteaux. Toutefois, il se livre à des commentaires personnels ; pour cela il a fréquemment recours aux actes du pape Pie V23. Quelques décrets retiennent plus particulièrement son attention, c’est le cas de la session 6 traitant de la résidence des évêques24, qui fait l’objet de notes abondantes ; de même le passage sur les sanctions encourues par ceux qui impriment sans permission. Mais Philippe Chifflet sait aussi puiser les matériaux dans sa bibliothèque, que l’on sait très riche : à plusieurs reprises il renvoie à des ouvrages qui lui sont contemporains : il invoque ainsi le canoniste François van den Zype25 en note du De celebratione missarum26 et Thomas Sanchez dans le chapitre V du De Reformatione27.

  • 28 De Sacramento ordinis, p. 155 de l’édition annotée de 1611.
  • 29 Catalogue des prélats présents au Concile de Trente.
  • 30 Giovanni Battista Castagna.

32Certaines corrections nous paraissent résumer le souci du détail auquel ce rénovateur attache tant d’importance. Le canon I du décret De sacramento ordinis rappelle le récit biblique de l’Institution de l’Eucharistie ; Philippe Chifflet porte en note la référence scripturaire exacte, ce que n’avait pas fait Jean Soteaux, n’y voyant peut-être qu’une évidence28. Autre exemple, à la fin de l’ouvrage, dans le Catalogus legatorum patrum oratorum et theologorum29, Chifflet corrige les noms propres dans leur orthographe, ajoute certains titres hiérarchiques et dates de mort. Ces changements s’expliquent, bien entendu, par l’évolution des situations depuis la parution de l’ouvrage qu’il annote, mais aussi par son obsession de la précision. Ainsi, à la suite du nom de l’archevêque de Rossano, Joannes Baptista Casteaneus30, présent au Concile, il éprouve le besoin d’indiquer qu’il est devenu pape en 1590 sous le nom d’Urbain VII, chose que Jean Soteaux n’avait pas faite : celui-ci s’était contenté de reproduire sans les retoucher les pièces annexes issues des éditions précédentes.

33Plusieurs index sont révisés de cette façon, et sur la forme, il ressort de l’édition qu’il publie en 1640, que Philippe Chifflet réorganise bel et bien les pièces annexes, introduit un sommaire des décrets et reporte à la fin les incontournables privilèges, comme prévu dans la préface.

  • 31 Aetnae topographica incendiorumque Aetnaeorum historia, Venetii, 1591.
  • 32 Compilatio decretorum et canonum Sacrosancti oecumenici et generalis Tridentini Concilii in sex lib (...)
  • 33 Decreta Sacrosancti Concilii Tridentini ad suos quaeque titulos secundum juris methodum redacta, Sa (...)
  • 34 H. HURTER, Nomenclator literarius recentioris theologicae catholicae…, Oeniponte, Libreria Academic (...)

34Quant à l’organisation du cœur même de l’ouvrage, c’est-à-dire les décrets et canons, le préfacier nous livre sa réflexion : « Un certain nombre d’érudits ont pensé faire œuvre utile en modifiant l’ordre et l’usage des sessions des Pères, Antonius Philotheus de Homodaeis, le Sicilien, a réparti le tout en six livres ; Petrus Vincentius de Marzilla, partant de cette répartition, conserva aussi fidèlement qu’il put les rubriques ou les titres du droit canon et classa les décrets du Concile selon les trois rubriques du droit impérial ». Philippe Chifflet fait ici allusion à deux tentatives originales de réorganisation des sessions du Concile, basées sur le droit. La première, celle d’Antonio Filoteo degli Omodei, historien sicilien davantage connu pour ses descriptions de l’Etna31, aboutit à la publication d’un recueil des décrets et canons réparti en six livres, doté d’un impressionnant apparat critique32. La seconde, d’un bénédictin espagnol, Pierre-Vincent Marzillas, consistait en une publication des décrets améliorés des déclarations publiées par l’autorité apostolique, issue des décisions du tribunal romain de la Rote33 : l’ouvrage fut prohibé comme contraire aux règles générales34. Ces tentatives, ou tout du moins l’accueil réservé par le Vatican à la dernière, ont-elles inquiété Philippe Chifflet pour qu’il livre immédiatement après en guise de conclusion : « Mais à mon avis, et surtout si l’on tient compte de nos institutions, le Concile de Trente doit être lu dans l’ordre où il a été rédigé. Toutefois, à l’usage des pragmatiques, nous avons pensé qu’il fallait placer en tête du Concile la méthode brève et rapide pour lire les décrets sur la Réforme (…) ».

35Voici encore un détail révélateur de l’objectif que poursuit le Père Chifflet, une coupe sombre est pratiquée au détriment d’un ornement littéraire de l’ancienne édition : il s’agit de la Descriptio Tridentini Civitatis, description très bucolique de la ville de Trente et de son cadre entre montagnes et plaines. Sans doute un artifice de trop pour notre auteur qui destine surtout cet ouvrage aux esprits pragmatiques comme il le dit dans la préface.

  • 35 Dans une Lettre du 25 (ou 28 ?) juillet 1638, Philippe accuse réception de plusieurs ouvrages utile (...)
  • 36 5 août 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 583.
  • 37 20 octobre 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 661.

36Philippe Chifflet, en résidence à Bruxelles, se concerte essentiellement par courrier avec l’imprimeur d’Anvers. Il eu aussi recours aux messagers et aux gens de passage pour se faire livrer, en provenance directe des presses de Moretus, les ouvrages qui lui manquaient pour la révision de l’apparat critique et sa lecture personnelle35. Plusieurs fois il lui annonce que la fin de son travail est proche, et qu’il sera prêt à la première semonce bien qu’il ait encore quelques détails à régler : « Reste maintenant à escrire les argumens des chappitres, que i’ay faits nouveaux la pluspart, et en ai mis ou il en manquoit. Ce que ie ferai descrire, Dieu aidant, dans peu de jours »36. La correspondance est aussi l’occasion pour Philippe Chifflet de rappeler la difficulté de l’entreprise : « Vous verrez en son temps, la peine qu’il a fallu avoir et combien de fautes il a fallu redresser ! »37.

  • 38 Ibidem.

37Des épreuves à corriger s’échangent et, en octobre 1638, alors que Philippe Chifflet annonce la fin de son labeur, c’est Balthasar Moretus qui n’est pas prêt à imprimer, ce qui fournit une bonne occasion à notre consciencieux homme de lettres : « Quant au Concile, puisque vous n’estes encore prest de l’imprimer i’y aioucterai ça et là des petites observations que i’ay faittes depuis, qui ne l’augmenteront pas, ains l’embelliront beaucoup. Quant vous voudrez, vous le raurez, car dans quatre ou cinc iours c’en sera faict »38.

VII. Le Concile sous presse

  • 39 A. de TRUCHIS DE VARENNES, « Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne », Académie du Doubs, 1908, p (...)

38Les archives de la Maison Plantin-Moretus nous apportent quelques ultimes précisions sur la partie purement typographique de cette aventure éditoriale. Retouches terminées et presses enfin libres, l’ouvrage fut remis à l’officine anversoise le 1er janvier 1639, soit environ deux ans et demi après les premières tractations. L’impression commença le 12 avril 1639, pour se terminer le 14 mai 164039.

39Cela aboutit donc à la parution en 1640 d’un Sacrosancti Concilii Tridentini « Chiffletii » de trois cent cinquante-huit pages sans compter les pièces liminaires et finales, c’est un in-12° de douze centimètres comportant comme prévu les gravures dont nous avons parlé.

40Philippe Chifflet avait plusieurs fois prophétisé le succès de son édition, comme il l’écrivait à Balthasar Moretus en octobre 1638 : « Vous ne croiriez combien de personnes qui scavent qu’on le doit imprimer, le désirent : en sorte que ie m’assure qu’on en débitera par mille, vous pouvant dire sans flatterie que jamais il n’a esté imprimé comme il faut et comme il le mérite ».

  • 40 Archives du musée Plantin-Moretus, Ms. Catalogus librorum a C. Plantino anno MDLXXX impressorum ad (...)
  • 41 A. de TRUCHIS DE VARENNES, « Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne », Académie du Doubs, 1908, p (...)
  • 42 Ibidem.
  • 43 Erasme Quellin (1607-1678), autrement appelé Quellinus ou Quillin, peintre à Anvers, fut élève de R (...)

41Voici quelques chiffres arides mais nécessaires pour comprendre la stratégie de ce capitaine d’industrie qu’était Balthasar Moretus. Comme l’atteste le catalogue de l’imprimerie40, la presse d’Anvers tire la première édition à 3 050 exemplaires, vingt-trois feuilles de papier sont nécessaires pour chaque exemplaire, l’ensemble de la production revient à 3 660 florins, et on le vend 1 florin 4 sous l’exemplaire. Ainsi que le constate le vicomte de Truchis de Varennes : « D’une façon générale il semblerait […] qu’indépendamment du prix des gravures, l’imprimerie plantinienne établissait le prix de revient des ouvrages qu’elle imprimait à raison d’un sou ou d’un vingtième de florin par feuille employée, et de un sou et de deux dixièmes pour les exemplaires sur meilleur et plus grand papier »41. Concernant la rémunération de Rubens : « Pour les dessins de frontispice : vingt florins par dessin in-folio ; douze florins par in-4° ; huit florins par in-8° et cinq florins par in-24°»42. Curieusement Moretus le paye moins qu’Erasme Quellin43 qui perçoit 20 à 24 florins pour un frontispice in-folio.

  • 44 Bonaventure KRUITWAGEN, ofm, « La Vie et l’Œuvre de Christophe Pantin », Fêtes données en 1920 à An (...)

42Le chalcographe était homme d’affaire, et son officine semblait avoir oublié l’époque où son fondateur, Christophe Plantin, éprouvait la désillusion des pionniers en achevant ses lettres par ces mots : « En nostre jadis florissante mais ores flaitrissante Imprimerie »44.

  • 45 12 août 1637, Ms. vol. LXXVIII, p. 225. Jan Cnobbaert n’est pas inconnu des Chifflet, puisqu’il ava (...)
  • 46 Octave de Marie dans le Ciel, 1638. Ms. vol. LXXVIII, p. 589.

43Le XVIIème siècle n’étant pas ignorant des lois du commerce, ce marché aurait pu échapper à l’enseigne au compas d’or de l’atelier de Balthasar Moretus. En effet, en 1637, avant même d’avoir entrepris la moindre ébauche, Philippe Chifflet avait établi un contact avec une imprimerie concurrente d’Anvers, celle de Jan Cnobbaert : « (…) Il est vray que c’est pour cela que i’escrivois au Sr Cnobbaert, me persuadant que vous estiés occupé à d’autres ouvrages »45. Mais un an plus tard, peut-être en réponse à l’inquiétude réitérée de Balthasar, Philippe Chifflet lui écrit ceci : « Je ne destine l’œuvre à autre qu’à vous, qui me faittes l’honneur de m’aimer »46.

VIII. La postérité de l’œuvre

44C’est ici que commence le succès, puisque, après une recherche qu’il conviendra de poursuivre, nous avons repéré un peu plus d‘une centaine d’éditions ou réimpressions, la plupart au XVIIème siècle. C’est en France à Lyon et Paris qu’il s’en donnera le plus, la dernière en date connue étant celle de Roger et Chernoviz à Paris en 1899.

  • 47 Sacrosancti et oecumenici Concilii TridentiniCanones et Decreta : pluribus annexis ad idem Concil (...)

45Il y eut bien sûr d’autres tentatives identiques après Philippe Chifflet ; celle de Pierre Deville, imprimeur-libraire lyonnais, ressemble, à bien des égards dans sa démarche, à celle qui nous intéresse ici. Il ne cache pas non plus son ambition et ne recule pas devant la polémique dans la préface qu’il donne à l’édition autopubliée en 174447. Il y déplore la médiocrité qui s’est emparée des reproductions trop nombreuses des éditions préfacées par l’abbé de Balerne, et manifeste son désir d’un véritable retour aux sources, proposant une « édition nouvelle, beaucoup plus soignée », débarrassée des fautes et défauts, introduits par les typographes : « A quoi bon [dit-il] rappeler les défauts il vaut mieux revenir au texte primitif ». Malgré que la première édition de 1640, ait été soignée, comme le reconnaît Pierre Deville, Chifflet n’avait pas fixé correctement les tables, les index et la place des documents. Par cette nouvelle édition, Deville déclare avoir « répondu autant que possible à la noblesse du sujet », de sorte qu’il peut écrire à destination du lecteur : « rien ne te paraîtra de peu de prix dans cette édition, sinon le prix d’achat ».

46Nous l’avons vu, la préface résume les ambitions de Philippe Chifflet concernant le texte du Concile de Trente : élégance, sobriété, précision, mais aussi souci de l’usage fréquent qui en sera fait. Cela correspondait effectivement à la demande de l’époque comme le prouve le succès commercial de cette version.

47Dans cette œuvre, Philippe Chifflet se montre homme de son temps et ecclésiastique informé des dernières évolutions canoniques et théologiques, c’est donc bien en spécialiste qu’il s’empara de l’œuvre conciliaire. En s’alliant l’enseigne au compas d’or de Balthasar Moretus, il fit sienne la devise de cette industrieuse maison : « Labore et Constantia », la pointe fixe du compas symbolisant la constance, l’autre qui trace un cercle symbolisant le labeur. C’est ainsi qu’il procéda pour venir à bout de son ouvrage.

48Puisque désormais Internet nous donne accès aux catalogues des cinq continents, nous pensons pouvoir dire que par cet ouvrage, l’Abbé de Balerne est le Chifflet le plus représenté dans les bibliothèques du monde entier.

Notes

1 Jean Soteaux, en latin Sotollus ou Soteallus, Lovaniste mort en 1567, est l’auteur d’une édition annotée du Concile de Trente ayant fait l’objet de nombreuses rééditions, le plus souvent sous le titre Canones et decreta Concilii Tridentini… cum annotationibus Joannis Sothealli et Horatii Lutii. Il convient de ne pas le confondre avec le théologien Domingo de Soto (1495-1560), communément appelé Soto, présent au Concile de Trente. Le latin se prête à cette confusion.

2 Balthasar Moretus (1574-1641), issu d’une célèbre famille d’imprimeurs anversois perpétuait l’œuvre de son grand-père Christophe Plantin, d’où la localisation « Ex officina Plantiniana » portée par les ouvrages de cet imprimeur. Des relations d’amitié s’établirent entre les Chifflet et les Moretus, comme en témoigne la correspondance conservée à Anvers.

3 Préface. Les citations de la préface ne feront plus l’objet de notes dans la suite du texte.

4 Le Saint Concile de Trente… traduction de l’Abbé Dassance… tome deuxième, Paris, Méquignon junior, 1842, p. 387.

5 « … artis chalographicae ministerio diligenter… ».

6 Eph. V, 27 : « Il a voulu se la présenter à lui splendide, sans tache ni ride, ni aucun défaut ; il a voulu son Eglise sainte et irréprochable ».

7 « J’en reviens à mon projet ».

8 Cyrille d’Alexandrie, Contra Nestorius, Lib. I.

9 Marc VENARD (dir.), Histoire du Christianisme des origines à nos jours, t. VIII, Le temps des Confessions (1530-1620/30), Paris, Desclée, 1992, p. 242.

10 Paul Manuce (1512-1574) fut chargé pendant quelques temps de la Bibliothèque Vaticane par Pie IV, qui le mit ensuite à la tête de l’Imprimerie Apostolique. Ses ouvrages sont réputés pour leur pureté et leur élégance.

11 Jacob Boonen (1573-1655) fut évêque de Gand de 1617 à 1620, puis archevêque de Malines.

12 Ce découpage du Concile, précisé ici par Philippe Chifflet, correspond à la distinction classique des trois périodes conciliaires incarnées par les trois pontificats majeurs au cours desquels eurent lieu les débats : première période (1545-1549), sous Paul III ; deuxième période (1551-1552), sous Jules III ; troisième période (1562-1563), sous Pie IV, après le long intermède de la guerre entre la France et les Habsbourg et l’épisode de la Contre-Réforme. Entre temps règneront Marcel II (1555) et Paul IV (1555-1559).

13 Philippe Chifflet fait ici allusion au discours que tint, deux jours de suite, les 3 et 4 décembre 1563, Girolamo Ragazzoni alors coadjuteur de Famagouste, puis évêque de Bergame en 1576 et nonce à Paris. On y trouve effectivement un résumé de tout ce qui a été défini au Concile de Trente et « ce qui est nécessaire pour croire une saine doctrine et vivre saintement ».

14 Albéric-Jean-Stanislas de TRUCHIS DE VARENNES, Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne, Besançon, 1909. Toute la correspondance citée ici entre Ph. Chifflet et B. Moretus est issue de cet opuscule. Les originaux sont conservés à Anvers au Musée Plantin-Moretus, ce sont leurs côtes que nous donnerons en notes.

15 18 Juillet 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 529.

16 12 août 1637, Ms. vol. LXXVIII, p. 225.

17 Octave de Marie dans le ciel 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 589.

18 Rubens, collaborateur et ami des Moretus, mourra en 1640, année de la parution de notre Sacrosancti Concilii Tridentini.

19 Octave de Marie dans le ciel 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 589.

20 A ce titre il est intéressant de comparer l’édition de 1640 imprimée chez Balthasar Moretus à Anvers, avec celle de Deville à Lyon en 1734, l’imitation et la surcharge y sont flagrantes.

21 Cité par Albéric-Jean-Stanislas de TRUCHIS DE VARENNES, « Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne », Académie du Doubs, 1908, p. 388.

22 Sacrosancti et oecumenici Concilii Tridentini… Ioannis Sotealli & Horatii Lutii… Antverpiae, Ex officina Plantinia (apud viduam et filios Io. Moreti), 1611. Cote BM 235849. Dans un courrier du 12 août 1637, Philippe accuse réception de ce volume envoyé par B. Moretus (Musée Plantin, Ms. vol. LXXVIII, p. 225).

23 A titre d’exemple voir la note p. 148 de l’édition de 1611, c’est une précision type comme on en retrouve beaucoup sous la plume de Ph. Chifflet : « Vide Const. Pii 5 Quamvis 1568 ».

24 Sessio sexta, De Reformatione, cap.2 ad 5, p. 50 de l’édition annotée de 1611.

25 François van den Zype (1580-1650) et Philippe Chifflet entretenaient des relations, comme le sous-entend le passage d’une lettre du 15 décembre 1638 retranscrite par le vicomte de Truchis de Varennes dans Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne, Besançon, 1909, p. 81.

26 De celebratione missarum, p. 145 de l’édition annotée de 1611.

27 Thomas Sanchez (1550-1610), jésuite espagnol, canoniste et moraliste. Son œuvre majeure est le De Matrimonio, que Philippe utilise pour expliciter les nouvelles dispositions édictées par le Concile touchant la forme du mariage.

28 De Sacramento ordinis, p. 155 de l’édition annotée de 1611.

29 Catalogue des prélats présents au Concile de Trente.

30 Giovanni Battista Castagna.

31 Aetnae topographica incendiorumque Aetnaeorum historia, Venetii, 1591.

32 Compilatio decretorum et canonum Sacrosancti oecumenici et generalis Tridentini Concilii in sex libros iuxta materiarum affinitatem distincta, Venetii, ad candentis Salamandrae insigne, 1566.

33 Decreta Sacrosancti Concilii Tridentini ad suos quaeque titulos secundum juris methodum redacta, Salamanque, 1613.

34 H. HURTER, Nomenclator literarius recentioris theologicae catholicae…, Oeniponte, Libreria Academica Wagneriana, 1871-1873, t. I, p. 409.

35 Dans une Lettre du 25 (ou 28 ?) juillet 1638, Philippe accuse réception de plusieurs ouvrages utiles à ses multiples travaux, dont un exemplaire du Concile de Trente avec lequel il entend bien montrer à B. Moretus « cent fautes notables » qu’il a déjà corrigées sur une ancienne édition.

36 5 août 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 583.

37 20 octobre 1638, Ms. vol. LXXVIII, p. 661.

38 Ibidem.

39 A. de TRUCHIS DE VARENNES, « Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne », Académie du Doubs, 1908, p. 412.

40 Archives du musée Plantin-Moretus, Ms. Catalogus librorum a C. Plantino anno MDLXXX impressorum ad annum MDCLV ; cat. (1590-1651) enhrift. J. Moretus I, Balt. I et II ; Bibliographie Plantinienne, t. III (1603-1876).

41 A. de TRUCHIS DE VARENNES, « Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne », Académie du Doubs, 1908, p. 366.

42 Ibidem.

43 Erasme Quellin (1607-1678), autrement appelé Quellinus ou Quillin, peintre à Anvers, fut élève de Rubens.

44 Bonaventure KRUITWAGEN, ofm, « La Vie et l’Œuvre de Christophe Pantin », Fêtes données en 1920 à Anvers et à Tours pour le Centenaire de la naissance de Christophe Plantin. Discours et séances, Anvers, éditions du Musée Plantin-Moretus, 1920, p. 29.

45 12 août 1637, Ms. vol. LXXVIII, p. 225. Jan Cnobbaert n’est pas inconnu des Chifflet, puisqu’il avait déjà édité une traduction de Jules Chifflet ; cf. A. de TRUCHIS DE VARENNES, Les Chifflet à l’imprimerie plantinienne, Besançon, 1909, p. 62, note 2.

46 Octave de Marie dans le Ciel, 1638. Ms. vol. LXXVIII, p. 589.

47 Sacrosancti et oecumenici Concilii TridentiniCanones et Decreta : pluribus annexis ad idem Concilium spectantibus, Lugduni, apud Fratres Deville, 1744.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search