Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Deuxième partie. Un profil d’érudit dévot : Philippe, Abbe de Balerne

6. Un serpent dans le cœur : la symbolique de l’ex-libris de Philippe II Chifflet, abbé de Balerne (1597-1657)

Nicolas Vernot

Texte intégral

  • 1 Cet ex-libris a été publié par Jules GAUTHIER et Roger de LURION, Marques de bibliothèques et ex-li (...)

1Fils du médecin Jean Chifflet, Philippe Chifflet (1597-1657), aima les livres. Après des études à Louvain, il embrassa la carrière ecclésiastique : d’abord chanoine de Besançon, il devint prieur de Bellefontaine en 1628 puis abbé de Balerne en 1639. Ses compétences théologiques lui valurent d’être nommé aumônier de l’Infant gouverneur des Pays-Bas. Les revenus qu’il tira de ses différents bénéfices ecclésiastiques lui permirent de constituer une bibliothèque impressionnante, et son goût des livres se marqua également par l’exécution d’un ex-libris dont l’iconographie en fait probablement l’une des réalisations les plus curieuses du patrimoine bibliophile comtois. En voici la description (fig. 1)1.

2Les armes familiales, de gueules au sautoir d’argent accompagné en chef d’un serpent se mordant la queue d’or, prend place sur un écu en forme de cœur. Les gravures verticales qui informent sur l’émail du champ de l’écu, convexes sur les flancs, concourent à donner un aspect bombé à cet écu. Des hachures complémentaires, notamment sur les extrémités du sautoir, viennent renforcer cette impression. Le cœur est surmonté d’une mitre et s’appuie sur une crosse et un bâton de prieur passés en sautoir derrière l’écu.

3Le tout est posé sur un sol naturaliste où s’enracinent deux arbres qui s’élèvent de part et d’autre de l’écu. Autour du tronc de gauche est enlacé un serpent qui retient d’un pli de son corps l’un des fanons de la mitre. De manière analogue, celui de droite est retenu par l’aile d’une colombe posée sur une branche. L’identité de chaque animal est donnée par la présence d’inscriptions portées verticalement sur les troncs, à peine déchiffrables dans l’écorce : sicut serpentes à gauche, sicut columbae à droite. Il semble que les arbres aient une essence définie. En effet, le graveur a pris soin de les doter de feuillages de forme différente. En outre, le rameau que tient en son bec la colombe est de même aspect que la ramure aux feuilles effilées qui abrite l’oiseau, ce qui laisse à penser que l’arbre de droite est un olivier. Quant à l’arbre de gauche, la présence du serpent comme la forme plutôt cordée des feuilles plaide en faveur d’un pommier.

  • 2 L’abbaye de Balerne se trouve aujourd’hui sur le territoire de la commune de Mont-sur-Monnet, Jura.

4Cette composition est placée dans un cadre sur lequel court une longue légende : en bas, la devise Prudenter et simpliciter paraît fixée par une tête d’enfant à gauche et un agneau allongé à droite. Sur les côtés et en haut c’est le propriétaire qui est présenté : PHILIPPUS CHIFFLETIUS ABBAS BALERNENSIS, CANONICUS VESONT. PRIOR BELLEFONTIS ETC. (« Philippe Chifflet abbé de Balerne, chanoine de Besançon, prieur de Bellefontaine, etc. »). L’ex-libris n’est ni daté, ni signé. La légende permet toutefois de proposer une fourchette de datation comprise entre 1639, année où il accède à l’abbatiat de Balerne2, et 1657, date de sa mort.

5L’iconographie foisonnante de cet ex-libris reflète des intentions symboliques particulièrement élaborées, centrées autour de cet écu cordiforme qui détermine les signifiés de la composition.

I. Des éléments imposés par l’usage

6En dépit de son originalité, cet ex-libris ne rompt pas totalement avec les usages de son temps : la présence de la plupart des éléments héraldiques présents découle de pratiques bien ancrées auxquelles l’abbé de Balerne se prête de bonne grâce.

1. Un héritage familial : les armoiries

  • 3 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet23, f° 160. Nous remercions le R. P. de Vregille p (...)

7Le grand-père de Philippe Chifflet, Laurent, mort en 1575 est le premier de sa lignée pour lequel l’usage d’armoiries soit attesté. Anobli par Charles Quint en 1552, c’est lui qui reçut à cette occasion des armes de gueules au sautoir d’argent accompagné en chef d’un serpent se mordant la queue d’or. Les lettres patentes accordées à son petit-fils Jean-Jacques (1588-1673), le frère aîné de Philippe, en 1647, précisent : gens prius in cocco flavum gestaverunt anguem : famae quae fuerant omina perpetuae : « la famille avait d’abord porté en champ de gueules un serpent d’or » (fig.2)3. Le texte ne précise pas la posture de l’animal, mais la suite de l’historique des armes nous permet de la déduire : « c’étaient là les présages d’une célébrité perpétuelle ». Le serpent qui se mord la queue, appelé ouroboros, est en effet le symbole de ce qui est perpétuel.

a. Le serpent ouroboros

  • 4 Jules et Léon GAUTHIER, Armorial de Franche-Comté, Paris, 1911, p. 33, n° 367.

8Le serpent est un animal rare en héraldique. En Franche-Comté, sa plus ancienne attestation connue figure dans les armes de Nicolas de Beutal, abbé de Goailles, dont le sceau, utilisé en 1451, arbore l’écu familial aux trois fasces, brisé par un serpent entortillé autour de celle du milieu4. Sous le règne des Habsbourg, le serpent devient moins rare ; sans devenir fréquent, il apparaît néanmoins sur une demi-douzaine d’écus : si sa position dans les serres d’une aigle dans les armes des Barberot le maintient dans une symbolique négative destinée ici à glorifier l’aigle, il est ailleurs convoqué comme figure principale de l’écu. La Renaissance voit donc s’affirmer une symbolique positive du serpent.

  • 5 Roger PAULTRE, Les images du livre. Emblèmes et devises, Paris, 1991, p. 3 et p. 205.
  • 6 Cité par Georges NATAF, Symboles, signes et marques, Paris, 1981, p. 72.

9Figure rarissime en héraldique, le serpent appelé ouroboros (littéralement : « qui se mord la queue ») est familier aux mondes symboliques et alchimiques. On le retrouve dans de nombreuses civilisations. Au Vème siècle de notre ère, l’égyptien Horus ou Horapollon s’efforça de rassembler ce qui survivait de la pensée symbolique égyptienne. Son œuvre, rédigée en grec, fut retrouvée mille ans plus tard : publiée pour la première fois à Paris en 1543 avec 197 gravures, elle constitue l’une des sources d’inspiration majeure de la pensée emblématique qui se développe à partir de la Renaissance5. Voici ce que Horapollon rapporte sur l’ouroboros : « lorsqu’on veut représenter l’univers, on trace un serpent qui se dévore la queue, et dont le corps est parsemé d’écailles. Les écailles représentent les étoiles dans l’univers. L’animal est extrêmement pesant comme la terre, et extrêmement glissant comme l’eau ; ensuite, chaque année, il se dépouille de son âge avec sa peau, comme dans l’univers, l’année produit un changement et renaît. Et l’usage de son propre corps comme d’une nourriture signifie que toutes choses qui sont engendrées dans l’univers par la providence divine doivent à nouveau se résoudre en lui-même »6.

  • 7 Voir des exemples de l’utilisation iconographique de l’ouroboros en alchimie et symbolisme médiéval (...)
  • 8 Charles-Albert REICHEN, Histoire de la chimie, Lausanne, 1963, p. 18.

10Cette symbolique était connue au Moyen Age dans le domaine alchimique. Dès avant la Renaissance, l’idée de régénération évoquée par ce serpent se mordant la queue, associée à la présence du cercle symbolisant la perfection, expliquent que la littérature et l’imagerie alchimiques médiévales s’emparent de ce symbole pour évoquer le processus de purification, la régénération cyclique, la renaissance et d’une manière générale, l’œuvre qui n’a ni commencement ni fin7. Il figure, en tant que tel, sur le Codex casselanus, un manuscrit du XVème siècle8. S’il n’est pas dans notre propos de nous étendre sur les gloses et spéculations symboliques qui se sont développées dès le Moyen Age à propos de ce symbole, il convient simplement de retenir que c’est un des symboles alchimiques les plus utilisés dès la fin du Moyen Age.

  • 9 Première édition, Augsbourg, 1531, consultable en ligne sur le site de la Mémorial University of Ne (...)
  • 10 Francfort-sur-le-Main, éd. Sigmund Feyrabends. La gravure est citée dans le Catalogue des estampes (...)

11A la Renaissance, la figure de l’ouroboros connaît une plus large diffusion à la faveur de la mode des recueils d’emblèmes, grâce auxquels le serpent va s’échapper de la sphère strictement alchimique. C’est essentiellement la notion d’éternité que va diffuser cette littérature : ainsi, Alciat, dans son Emblematum liber, choisit d’illustrer la sentence ex litterarum studiis immortalitatem acquiri par un triton soufflant dans une conque, placé au centre d’un ouroboros, l’ensemble évoquant la renommée éternelle9. L’ouvrage d’Alciat a notablement contribué à la vogue des recueils d’emblèmes, et on ne s’étonnera pas de retrouver l’ouroboros dans les Emblèmes d’Hadrien le jeune, publié à Anvers par Plantin en 1567. De même, une illustration pour le Kunst- und Lehrbüchlein de Jost Amman intitulée L’immortelle gloire acquise par le labeur, reproduite sur les éditions de 1578, 1580 et 1599, montre, en son centre, un serpent mordant sa queue et une bêche, entouré par une couronne de lauriers, avec au bas une sphère. Le tout est accompagné des mots LABORE / PARTA / GLORIA / IMMORTALIS10 (fig.3).

  • 11 Hilarion de COSTE, Les Eloges et vies des reynes, princesses, dames et damoiselles illustres en pié (...)
  • 12 P. CHONE, Emblèmes et pensée symbolique en Lorraine (1525-1633), Paris, 1991, p. 120, fig. 41, p. 1 (...)

12L’influence de ces recueils d’emblèmes dans les pratiques emblématiques princières est bien attestée, et ce dès le XVIème siècle. Ainsi, à l’occasion du mariage de Marguerite de Valois avec Henry de Navarre (le futur Henri IV) en 1572, Hilarion de Coste rapporte qu’on frappa une médaille d’or « où d’un costé estoient gravées dans un cordon ou lien bordé, cloué et bouclé, ces deux lettres H, et M, qui signifioient HENRY et MARGUERITE, avec ces mots latins gravez sur le bord qui estoit d’argent, CONSTRICTA HOC DISCORDIA VINCLO, « la discorde réunie et estreinte par ce lien ». De l’autre costé estoit sur l’or une femme modestement vestue, tenant en ses mains un serpent mordant sa queue sur un autel couvert d’un brasier, avec ces mots sur l’argent, AETERNA QUAE MUNDA, « les choses nettes sont éternelles », qui declaroient que cette paix dureroit longues années, le serpent mordant sa queue estant le symbole de l’éternité »11. On retrouve d’autres attestations de cette utilisation de l’ouroboros comme symbole d’éternité dans les productions emblématiques en Lorraine, par exemple sur une médaille de 1594 et une gravure de 161012.

13Si la symbolique de l’ouroboros est donc bien établie au XVIème siècle, comment expliquer sa présence sur les armoiries des Chifflet ? L’ascendance de Laurent Chifflet n’est pas connue, aussi ignorons-nous s’il fut le premier de sa lignée à utiliser le serpent enroulé. Il est probable qu’il faille en expliquer la présence par la culture familiale. Si Laurent Chifflet s’illustra par une carrière de juriste et de diplomate, deux de ses fils furent très proches du milieu médical.

14Troisième fils de Laurent, Jean (1550-1602), fut médecin. Sur le portrait le montrant à l’âge de sa mort (53 ans), il tient de la main droite un chiffon, de la gauche un serpent entortillé autour de son avant-bras (fig. 4). Si cette scène impressionnante a pu être inspirée par la thématique reptilienne des armoiries figurées en haut à gauche, c’est le savoir médical qui en éclaire le sens. En cas de morsure d’un serpent venimeux, il faut serrer un morceau de chiffon sur la plaie afin que le venin ne se répande pas dans l’organisme. De plus, le seul moyen de rendre inoffensif un serpent venimeux est de lui arracher ses crochets. Un des moyens employés consiste à faire mordre l’animal dans un chiffon que l’on arrache ensuite brusquement de la gueule. C’est cette pratique que semble représenter le portrait. Les deux explications de la présence du chiffon associé au serpent convergent en ce sens qu’elles font de Jean Chifflet celui qui rend inoffensif le serpent, soit qu’il en prévienne la morsure, soit qu’il la soigne. C’est donc bien les qualités médicales de Jean Chifflet qui sont symbolisées ici, le serpent étant le symbole de la maladie.

  • 13 Informations transmises par le R. P. Bernard de Vregille.

15Quant à son frère cadet Philippe, sa bibliothèque nous révèle un goût marqué pour la médecine ainsi que pour l’alchimie13 : il était disciple de Paracelse, médecin dont la pratique était fortement teintée d’ésotérisme.

16Il serait pour le moins étonnant que les goûts partagés par le médecin Jean Chifflet et son frère Philippe ne résultent pas d’un héritage culturel familial. Jean fait du serpent un symbole de l’exercice de la médecine ; quant à son frère Philippe, il connaissait probablement la signification symbolique – et notamment alchimique – du serpent ouroboros. Il est donc raisonnable de penser que leur père Laurent Chifflet ou son aïeul partageait déjà ce goût pour la connaissance des phénomènes naturels ou physiques, et que l’ouroboros, figure typique de l’iconographie de la Renaissance, soit le reflet de cet idéal de curiosité scientifique d’un univers infini. D’une manière générale, il est frappant de constater combien les valeurs des Chifflet s’accordent avec l’esprit de la sentence qui accompagne l’ouroboros gravé dans l’Emblematum liber d’Alciat : ex litterarum studiis immortalitatem acquiri (« l’immortalité est atteinte par les études littéraires »).

17Si l’on en croit les lettres patentes accordées en 1647 à Jean-Jacques Chifflet, les armoiries familiales sont augmentées du « sautoir bourguignon » (Burgundium decussem) à partir de 1552.

b. Le sautoir

18Le sautoir, variante de la croix, est présent dans l’héraldique comtoise dès la fin du XIIIème siècle. A partir de la fin du Moyen Age, on le désigne également sous le nom de « croix de saint André », car on considère alors que c’est sur un sautoir qu’aurait été supplicié l’apôtre.

19L’adoption du sautoir dans l’héraldique comtoise peut s’expliquer par trois processus distincts : le plus précoce correspond à l’adoption spontanée de cette figure, au cours de la période médiévale, par plusieurs familles de chevaliers ou d’écuyers. La ressemblance des couleurs adoptées (dominante du gueules, de l’argent et de l’or) et la concentration de certains de ces écus au sautoir dans des zones géographiques bien délimitées (région de Pontarlier, sud de Baume-les-Dames) suggère l’existence de groupes héraldiques assez cohérents, rassemblant des familles ou des individus probablement liés entre eux par des solidarités familiales ou féodales.

  • 14 Charlotte DENOEL, Saint André. Culte et iconographie en France (Vème-XVème siècles), Paris, Ecole d (...)

20A partir de la fin du Moyen Age, et plus encore à l’époque moderne, des familles bourgeoises, parvenues à la notabilité par l’exercice du négoce ou d’offices seigneuriaux, adoptent à leur tour des armes au sautoir, choix motivé par des goûts personnels, par le souci d’imiter des armoiries chevaleresques locales, ou encore par la volonté de marquer sa fidélité aux souverains comtes de Bourgogne, dont le sautoir est l’emblème depuis le début du XVème siècle14.

  • 15 Roger de LURION, Nobiliaire de Franche-Comté, Besançon, p. 215-216 et p. 462.

21Enfin, à partir du XVème siècle, la chancellerie des ducs de Bourgogne puis des Habsbourg qui leur succèdent se met à octroyer volontiers des sautoirs dans les armoiries qu’elle accorde aux serviteurs comtois qu’elle anoblit. Généralement, les lettres patentes confirment, concèdent ou augmentent les armoiries des récipiendaires. En Franche-Comté, l’attribution de sautoirs aux anoblis ne paraît pas antérieure au règne de Charles le Téméraire (1467-1477), qui fit un usage immodéré de la croix de saint André dans l’exercice de son pouvoir. L’écu d’argent au sautoir noueux ou écoté de sable de Gérard de Cize, conseiller maître des requêtes de l’hôtel du duc de Bourgogne et bailli d’aval de 1472 à 1477, anobli en 1467, et plus encore l’écu parti d’or et d’argent, au sautoir engrêlé de gueules brochant porté par Jean Maçon, prévôt de Faucogney, anobli en 1474, sont probablement le fruit d’une concession ducale15.

22Sous le règne de Charles Quint comme de ses successeurs, les sautoirs concédés sont le plus souvent d’argent sur gueules, plus rarement l’inverse, ce qui correspond aux usages vexillologiques de l’époque. Les autres combinaisons chromatiques sont plus rares. Il arrive également que le sautoir ne figure pas dans l’écu, mais en cimier. Dans le cas des armes augmentées pour Laurent Chifflet et ses descendants, le choix du sautoir d’argent s’explique par la volonté de conserver le champ de gueules des armoiries primitives.

23En associant l’ouroboros et le sautoir bourguignon dans un même écu, la chancellerie caroline a peut-être souhaité évoquer la constance du dévouement de Laurent Chifflet pour défendre les intérêts de sa cité comme de l’empereur : juriste distingué, Laurent Chifflet fut également un diplomate de talent. Ses mérites en tant qu’ambassadeur de Charles Quint lui valurent d’être fait comte palatin trois ans après son anoblissement.

24Dès leur origine, les armoiries de la famille sont fortement empreintes de symbolisme.

c. Les ornements extérieurs d’un ecclésiastique

  • 16 Nous remercions chaleureusement notre ami Laurent Granier pour avoir porté à notre connaissance cet (...)
  • 17 Claire ARLAUX, Le dragon en Bretagne. Mythes et symboles, Gourin, 2000, p. 13.

25Tout comme son père Jean (fig. 4), Jean-Jacques, frère de Philippe Chifflet, timbre ses armes d’un heaume dont le cimier est une tête de dragon (fig. 5)16, déjà présent sur les lettres patentes accordées à Laurent Chifflet en 1552. Probablement lié à la thématique serpentine de l’écu, le choix du dragon est sans doute à mettre en rapport avec les activités de Laurent Chifflet. Si, pour l’Eglise, le dragon est un animal satanique, il possède également une autre dimension symbolique, héritée cette fois de la tradition grecque : « ce qui distingue le dragon pour les Grecs, c’est donc son regard, caractérisé à la fois par l’acuité de la perception, la constance de la vigilance, le pouvoir meurtrier, et aussi une connaissance des choses secrètes qui lui confère une sorte de sagesse. C’est pourquoi il reste affecté à la garde des territoires sacrés » et des objets précieux convoités par les héros mythologiques17. La symbolique de ce dragon, issue non pas de la tradition biblique mais de la mythologie grecque, s’accorde assez bien avec les qualités prêtées à Laurent Chifflet, bon juriste et fin diplomate, soucieux de défendre les intérêts de ceux qu’il représente. Dans une sentence sur laquelle nous reviendrons, Jean-Jacques Chifflet écrit que ce dragon familial est vigilans, ce qui en fait un symbole éminemment positif, en accord avec l’interprétation qui vient d’être faite.

  • 18 Pierre PALLIOT, La vraye et parfaicte science des armoiries, Paris et Dijon, 1660, p. 213.

26L’abbé de Balerne Philippe, frère de Jean-Jacques, supprime pourtant ce dragon sur son ex-libris, suivant en cela les usages héraldique ecclésiastiques de son temps. Comme ses confrères, il abandonne heaume et cimier au profit des insignes de dignité ecclésiastiques : la mitre et la crosse renvoient à l’abbatiat de Balerne, le bâton au priorat de Bellefontaine. Les chanoines, « comme les protonotaires, prévôts, doyens non mitrés, archidiacres, sacristains... n’ont qu’un chapeau comme celui des abbés », nous précise l’héraldiste Pierre Palliot en 166018. Point n’est besoin de chapeau ici : en matière de timbres, l’usage veut que l’on ne retienne que celui désignant la dignité la plus élevée : ici, la mitre d’abbé surpasse et donc supplante le chapeau. Ces insignes de dignité forment le pendant visuel de la légende.

27Ainsi, ni le contenu de l’écu, ni ses ornements extérieurs ne nous renseignent sur la personnalité de Philippe Chifflet. Le premier est hérité, les seconds sont imposés par les usages de l’époque. En revanche, le choix – rare et curieux – d’un écu en forme de cœur, de même que sa situation dans un ensemble complexe associant éléments naturels et inscriptions, démarquent nettement cet ex-libris de ses contemporains comtois. Ils ne peuvent être que le résultat d’un vœu exprimé expressément par Philippe Chifflet lui-même, et doivent à ce titre retenir toute notre attention.

II. Des choix personnels

28Toute la composition est structurée autour du serpent et du cœur.

1. L’écu en forme de cœur

29L’écu a la forme d’un cœur, mais l’environnement végétal (les arbres) et animal (le serpent), pourrait faire hésiter avec une pomme. S’il n’est pas exclu que l’ambiguïté soit volontaire, comme nous le verrons plus loin, il ne fait pour autant guère de doute que c’est en priorité en tant que cœur que doit être perçu cet écu, en vertu d’une pratique ancienne et méconnue.

Antécédents de l’écu en forme de cœur : du cœur subi au cœur choisi

30Si l’écu en forme de cœur n’est pas une innovation de Philippe Chifflet, son emploi paraît rarissime en Franche-Comté : nous n’en connaissons pour l’heure aucune autre attestation.

a. Premiers écus médiévaux

  • 19 Michel PASTOUREAU, « Héraldique du cœur (XIIème-XVIème siècles) », Il cuore, Micrologus XI, p. 145- (...)
  • 20 Sur ces questions, voir Pierre VINKEN, The shape of the heart, Amsterdam, 2000.

31Les écus cordiformes sont connus dès le Moyen Age. Michel Pastoureau affirme qu’ils connaissent une certaine vogue jusque vers 1260, notamment dans les pays germaniques19. Toutefois, il est permis de se demander si ce n’est pas fortuitement que ces écus adoptent la forme de ce que nous interprétons aujourd’hui comme un cœur, à une époque où la représentation graphique de l’organe paraît encore hésitante20.

  • 21 Pierre-François CHIFFLET, Lettre touchant Béatrix, comtesse de Chalon, laquelle déclare quel fut so (...)

32Ce qui est certain, c’est que les Chifflet connaissaient l’existence de ces écus cordiformes. En effet, le frère de Philippe Chifflet, le jésuite Pierre-François Chifflet (1592-1682) publie dans sa Lettre touchant Béatrix, comtesse de Chalon le contre-sceau d’Agnès de Dreux († septembre 1258), deuxième femme du comte Etienne de Bourgogne (fig.6)21. La gravure montre un écu cordiforme dont la silhouette est très proche des armes figurées sur l’ex-libris de Philippe Chifflet. Si la parution de cet ouvrage (1656) est probablement postérieure à l’exécution de l’ex-libris (Philippe Chifflet, décède en 1657, soit un an après la parution de l’ouvrage de son frère), le dessin, voire l’original de ce sceau, conservé au « Thrésor de l’église cathédrale de Besançon », était probablement connu de Philippe. Son influence plastique sur l’ex-libris de l’abbé de Balerne est donc très probable.

b. Le cœur subi

33Il semble que ces écus en forme de cœur, si tant est qu’on puisse les décrire ainsi, connaissent une éclipse jusqu’au XIVème siècle où leur emploi est à nouveau attesté, et cette fois sans équivoque possible : les écus sont bien intentionnellement cordiformes.

  • 22 Michel POPOFF, « Armoiries non nobles dans le comté de Clermont-en-Beauvaisis à la fin du XIVème si (...)
  • 23 Noter, sous l’écu au cœur à droite, les armes de « Jehanne La Mairesse de La Verrière », ornées de (...)
  • 24 Pour tout ce qui précède, M. POPOFF, op. cit., p. 117.

34C’est le cas par exemple dans le Dénombrement du comté de Clermont-en-Beauvaisis établi entre 1373 et 1376. Les armoiries de tous les possesseurs de fiefs, ainsi que celles des officiers domaniaux, sont peintes en marge22. Sur l’ensemble des possesseurs de fiefs, cent, soit environ 10 % du total, sont représentés par des écus en forme de cœur, que Michel Popoff attribue à des roturiers, paysans et artisans (fig. 7)23. L’héraldiste, qui s’interroge sur l’authenticité de ces armoiries, note que chaque possesseur de fief étant tenu de sceller sa déclaration écrite, ces écus ont probablement été composés par le scribe à partir des figures apparaissant sur ces sceaux, et qui bien souvent prenaient place non pas sur un écu, mais directement sur le champ sigillaire. Les couleurs ont été probablement inventées24, tandis que la systématisation de l’écu en forme de cœur traduirait chez le scribe la volonté de manifester de manière uniforme le rang inférieur d’une hiérarchie dont l’échelon supérieur est doté d’écus scutiformes. Toutefois, ce n’est pas une distinction entre nobles et roturiers que montre ce changement d’écu. En effet, comme le remarque Michel Popoff, sur les quarante et un écus des officiers domaniaux étudiés, deux seulement sont en forme de cœur, alors qu’à l’évidence, la grande majorité de ces officiers n’est pas noble. Si donc les écus en forme de cœur semblent désigner systématiquement des roturiers, certains parmi ces derniers peuvent être dotés d’écus scutiformes.

  • 25 Id., ibid., p. 127, n° 21.
  • 26 Id., ibid., p. 125, n° 6.
  • 27 Id., ibid., p. 128, n° 30.

35On notera toutefois que sur les deux écus en forme de cœur attribués à des officiers domaniaux, l’un est à l’évidence une facétie du scribe : tandis que nombre d’officiers ont en leur écu une épée, insigne de leur fonction, l’écu attribué à la « Mairesse de La Verrière » est orné de trois quenouilles25 ! Il s’agit donc d’une attribution fantaisiste. Le cœur ne saurait être considéré comme servant à désigner une femme officier, puisque « Jehanne la Mairesse de Buicourt » est dotée d’un écu scutiforme chargé d’une épée accompagnée d’une étoile, armoiries qui semblent davantage refléter une réalité emblématique que les trois quenouilles26. En outre, le second écu cordiforme est attribué à un homme, Colin Le Bègue, maire d’Ars, dont l’emblème, un maillet, est probablement également un insigne de pouvoir27.

  • 28 Id., ibid., p. 131, note 17.
  • 29 Michel PASTOUREAU, Traité d’héraldique, Paris, 1979, p. 97.

36Michel Popoff est donc amené à émettre l’hypothèse que plus que des personnes, ces écus désigneraient des fiefs secondaires, des arrière-fiefs28. Dans les Hommages du comté de Clermont-en-Beauvaisis, les chevaliers bannerets sont dotés d’un écu en bannière, les simples chevaliers d’un écu brochant sur une lance ornée d’un pennon29. Les rangs inférieurs sont représentés par un écu scutiforme simple (dont on a vu qu’il pouvait désigner un noble ou un officier roturier) et le rang le plus bas par un écu en cœur, qui paraît exclusivement attribué aux roturiers. Il semble donc bien que l’écu au cœur désigne le rang inférieur de la hiérarchie féodale locale, plus que la condition noble ou roturière du propriétaire. On notera que le cœur est un écu héraldique plus que militaire : le lien entre le signifiant et le signifié s’établit probablement à l’origine dans une association entre d’un côté un écu scutiforme, utilisé réellement par ceux qui combattent, et un écu cordiforme qui n’existe pas sur les champs de bataille et désigne donc des roturiers.

  • 30 Bibliothèque Nationale, Mss occ., fr.22495, f°229v°.

37Des écus en forme de cœur apparaissent encore dans un contexte fort différent : une enluminure du XIVème siècle tirée du Roman de Godefroi de Bouillon et de Saladin montre les cavaliers de l’armée de Saladin munis de boucliers ronds on en forme de cœur30.

38Les études sur l’écu en forme de cœur n’existent pas, mais les quelques éléments épars ici rassemblés semblent montrer qu’au Moyen Age, l’écu en forme de cœur est davantage attribué par un tiers (enlumineur, scribe) que réellement porté. Dans les deux contextes observés, sa valeur est dépréciative, soit qu’il désigne l’hérétique face au croisé, soit qu’il indique les niveaux inférieurs de la pyramide vassalique. Il semble toutefois qu’une inflexion s’observe autour du XVIème siècle, et que l’écu en forme de cœur soit de moins en moins perçu comme infamant.

c. Promotion progressive de l’écu en forme de cœur : le cœur choisi

  • 31 Nous remercions Laurent Granier pour nous avoir fait connaître cette marque.

39Ainsi, la marque utilisée par le libraire parisien Antoine Vérard en 1498 montre, sous les armes royales de France soutenues par deux anges, un écu cordiforme chargé non pas d’armoiries mais d’un monogramme, soutenu par deux oiseaux (fig.8)31. Cette composition, choisie et non imposée, manifeste par tous ses éléments iconographiques la condition du sujet face au souverain : le roi a des armoiries, le bourgeois une simple marque ; aux anges royaux répondent les oiseaux ; enfin à l’écu du combattant correspond le cœur du bourgeois. La hiérarchisation des écus demeure, mais elle est à présent pleinement assumée.

  • 32 Des cœurs aux armes de Jacques de Savoie-Nemours côtoient des bannières elles aussi armoriées, avec (...)

40De même, une facture de 1551 nous apprend qu’à l’occasion de festivités organisées par la ville d’Annecy (probablement à l’occasion d’une des visites de Jacques de Savoie-Nemours), des écus en forme de cœur, rouges frappés de la croix d’argent de la maison de Savoie, côtoyaient des bannières carrées aux mêmes armes, accompagnées de celles de la ville (fig.9)32. Leur interprétation est délicate : s’agit-il de montrer que les Savoyards portent le prince en leur cœur ?

  • 33 Philippe PALASI, Armorial de la Haute-Marne, Chaumont, 2004.

41Enfin, Philippe Chifflet n’est pas le seul ecclésiastique à avoir placé son écu dans un cœur à l’époque moderne. En effet, dès 1604, le chanoine Joachim Forgemont fit sceller dans la chapelle de la Trinité qu’il venait de fonder à Châteauvillain (Haute-Marne) une dalle sur laquelle ses armes, cinq burelles accompagnées en chef de trois croisettes, sont placées sur un écu en forme de cœur, lui-même surmonté de trois clous et du monogramme IHS (fig. 10)33. On notera toutefois que si la pierre de fondation est cordifome, la clef de voûte de la même chapelle montre les armes dans un écu en accolade.

42Ainsi, à l’époque moderne, le cœur est toujours l’écu des non-combattants, mais ce signifié n’est plus aussi péjoratif qu’au Moyen Age. Même s’il demeure rare, l’écu cordiforme semble avoir acquis une puissance symbolique qui en fait une figure non plus subie mais choisie.

2. Le cœur, enjeu politique en Franche-Comté

43Sur le plan local, le cœur des Comtois semble être au XVIIème siècle l’objet d’un important investissement iconographique destiné à le maintenir dans le giron espagnol.

a. Un thème de propagande en Franche-Comté sous Charles II d’Espagne

  • 34 Jean NAGLE, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIème au XIXème (...)
  • 35 Id., ibid., p. 38-39 et p. 169-170.

44L’historien Jean Nagle a souligné combien le cœur populaire prend de l’importance à la fin du Moyen Age : « l’emblème du cœur a pris sa signification pour le peuple aux XVème et XVIème siècles, au moment même où le courage populaire a été reconnu par la noblesse et où le tiers état, gouvernant les villes, a associé le peuple aux cérémonies »34. A la fin du Moyen Age, l’idée que le cœur royal gît dans le cœur des sujets est bien connue. Ainsi, lors des entrées royales, la ville qui accueille le souverain lui offre son cœur, en signe de loyauté ; à Paris en 1436, le roi reçoit les cœurs des trois états de la cité. Si au XVème siècle le cœur offert signifie avant tout l’hommage de la ville au roi, au siècle suivant, les entrées mettent en scène les cœurs unis, la concorde prônée35. En Franche-Comté, on rencontre dans la seconde moitié du XVIIème siècle plusieurs preuves de l’utilisation du cœur du peuple à des fins de propagande politique.

Une toile allégorique à la gloire du jeune roi

  • 36 Merci à Pascal BRUNET et Luc DUERLOO pour les précisions au sujet de cette toile.
  • 37 Maurice GRESSET, « Louis XIV et le statut de Besançon », Besançon 1290-1990. De l’autonomie des vil (...)
  • 38 François PERNOT, La Franche-Comté espagnole. A travers les archives de Simancas, une autre histoire (...)

45A Besançon, le palais Granvelle conserve une toile allégorique sommairement intitulée La Franche-Comté à trois époques, tableau de propagande destiné à renforcer l’attachement des Comtois vis-à-vis de leur souverain (fig. 11)36. La présence de la ville de Besançon en arrière-plan suggère que la toile a été commanditée à la suite du traité de 1664 mettant fin au statut impérial de la cité pour la rattacher au comté de Bourgogne. A partir de cette date, Besançon doit se soumettre à l’autorité du roi d’Espagne, décision qui est loin de faire l’unanimité37. La mort de Philippe IV en 1665 fragilise le pouvoir espagnol : l’héritier du trône, le futur Charles II, n’a alors que quatre ans, et c’est sa mère, la peu convainquante Marie-Anne, qui assure la régence38. Charles ne sera pas couronné avant 1675, alors que la Franche-Comté est occupée militairement par les troupes françaises depuis un an environ. C’est donc probablement à l’époque de la régence de sa mère que fut peinte cette toile destinée à conforter localement l’autorité des Habsbourg d’Espagne. Sur la toile, la légitimité du jeune prince est suggérée par le prénom identique porté par les trois souverains représentés : Charles le Téméraire, Charles Quint et Charles d’Espagne : à l’époque de leur lointain prédécesseur Charles le Téméraire, la Franche-Comté, vêtue en haillons, mendie aux pieds du duc. Sous le règne de Charles Quint, la province, désormais richement vêtue, tient une épée pour indiquer qu’elle est prête à défendre l’empereur qui lui tend en retour un bâton de commandement. Enfin au centre, la Franche-Comté, légèrement vêtue, tend au jeune Charles son cœur, dont la particularité est d’être chargé d’un lion jaune, surchargé d’une croix de saint André rouge vif. Démunie mais confiante, telle apparaît la Comté devant un Charles à cheval et en armure, paraissant prêt à défendre et protéger victorieusement la Comté, comme le montre l’ange tenant une couronne de lauriers et une palme.

46Remettre son cœur au souverain, c’est placer en lui sa confiance et sa fidélité. De surcroît, ce cœur est frappé du lion comtois surchargé de la croix de saint André, pour signifier que le destin du comté est indissociablement lié à ses souverains naturels, les Habsbourg, héritiers des ducs de Bourgogne. Le lien est accentué par l’offrande de ce cœur comtois au jeune roi. Toutefois, il est possible de déceler, dès les années suivantes, que le cœur est bien plus que cela. En effet, dans la Harangue de la Franche-Comté de Bourgongne au roy des Espagnes (1643), le poète anonyme met dans la bouche de sa patrie s’adressant à Philippe IV d’Espagne, les vers suivants :

  • 39 « tourmente ».
  • 40 Jules GAUTHIER, « Harangue de la Franche-Comté de Bourgongne au roy des Espagnes (1643) », Bulletin (...)

« Grand Roy, disois-je en moi, toi pour qui l’on me gêne39 Et que je ne connois
Que comme on connoit Dieu dans l’Eglise chrestienne, Seulement par la foy »40.

47Voilà qui est dit. On connaît son roi comme on connaît Dieu : par la foi. Le cœur est donc l’organe qui permet, dans un même élan, d’adorer Dieu et d’honorer son roi. Un autre document iconographique va dans le même sens.

Un jeton de co-gouverneur tourné vers Charles II

48En 1666, le revers des jetons émis par les co-gouverneurs de Besançon adoptent une iconographie nouvelle (fig. 12) : l’aigle aux deux colonnes qui constitue l’emblème héraldique de la ville est chargé sur la poitrine d’un écusson parti aux armes d’Autriche (une fasce) et de Castille (un château, simplement évoqué ici sous la forme d’une tour). Le tout est accompagné de la légende : CORDE GERO QUOD CORDE COLO (« Je porte en mon cœur ce qu’en mon cœur j’honore »). Il s’agit de proclamer la fidélité des Bisontins à leurs nouveaux souverains, les Habsbourg d’Espagne. Le but de ce jeton est donc d’affermir les liens entre la cité bisontine et une monarchie espagnole affaiblie, en faisant à nouveau appel à la fidélité venant du cœur. Le cœur est donc ce qui contient la loyauté au souverain, mais également ce qui permet de connaître celui que l’on n’a jamais vu.

b. Une appropriation par la population comtoise

  • 41 Guy-Jean MICHEL, La Franche-Comté sous les Habsbourg, 1493-1678, t. V de l’Histoire de la Franche-C (...)
  • 42 Merci à Pascal Magnin pour cette information.

49D’après Guy-Jean Michel, après le massacre d’Arcey perpétré par les troupes françaises en janvier 1674, « un religieux parcourut le bailliage d’Amont en racontant le massacre et en distribuant des cœurs rouges de Bourgogne à coudre sur la poitrine »41. Dans les Vosges saônoises, la tradition orale rapporte que le cœur de Bourgogne était l’emblème des Comtois partisans de la cause espagnole face aux Français42. Si pour l’heure nous n’avons trouvé aucune confirmation écrite de cet usage, plusieurs documents iconographiques rendent cette hypothèse vraisemblable.

L’écu de L’Abbaye-en-Grandvaux

  • 43 Nous tenons à remercier Madame Véronique Rossi, archiviste de la ville de Saint-Claude, ainsi que M (...)

50A l’intérieur de l’ancienne église abbatiale de L’Abbaye-en-Grandvaux, le portail latéral en ogive qui ouvre sur le bas-côté nord est surmonté d’un écu chargé d’une croix de saint André alésée surmontée d’un cœur (fig. 13)43. Le fait que l’écu soit simplement gravé laisse supposer soit des moyens modestes (il est toujours moins cher de graver que de sculpter), soit un ajout postérieur à la mise en place de l’arc, les deux hypothèses paraissant du reste complémentaires. La facture est assez maladroite : le sautoir prend directement appui sur la pointe de l’écu ; quant au contour du cœur, il est formé de segments de droite qui lui confèrent une certaine raideur. La forme de l’écu, plus souple (l’artisan disposait peut-être d’un gabarit), fait pencher pour une réalisation comprise entre le XVème et le XVIIème siècle.

  • 44 Pierre LACROIX, Eglises jurassiennes romanes et gothiques, Besançon, 1981, p. 137.
  • 45 Alphonse ROUSSET, Dictionnaire géographique, historique et statistique… du Jura, t. V, Lons-le-Saun (...)

51Si l’abbaye fut fondée vers 1170, il ne subsiste rien de l’église primitive ; l’édifice actuel semble avoir été construit à l’époque de l’abbé Etienne Fauquier (1445-1472)44. D’après Rousset, l’église aurait été incendiée par les Français entre 1637 et 1640. Les travaux entraînent notamment la reconstruction du chœur vers 164545.

  • 46 Charles d’HOZIER, Armorial général de France, recueil officiel dressé en vertu de l’édit de 1696, p (...)
  • 47 Jean-Marie THIEBAUD, Histoire et généalogie de la famille Frère de Villefrancon (XVIème – XIXème si (...)
  • 48 « d’argent au chevron de sable, et une bordure engrêlée d’azur » pour Pierre Frère (Charles d’HOZIE (...)

52S’agit-il des armoiries de celui qui a fait reconstruire l’église après le passage des Français ? Pour l’heure, un seul Comtois est connu pour avoir porté des armes associant une croix de saint André et un cœur. Il s’agit de Jacques Frère, docteur ès droits, conseiller de ville à Pontarlier, qui déclare à l’Armorial général un écu « de gueules à un sautoir d’or accompagné en chef d’un cœur surmonté d’une étoile de même, et en pointe d’un croissant d’argent » (fig. 14)46. Né en 1631, il fut maire de Pontarlier, et mourut en 1711 à Rochejean47. Il est le seul connu de sa famille à posséder de telles armes : son propre frère, Pierre, et toutes les générations qui suivront, porteront des armes différentes48. En dépit d’une similitude héraldique, il semble peu probable que l’écu de L’Abbaye soit attribuable à un membre de la famille Frère : certes, la localité est située non loin de la route qui relie Saint-Claude à Pontarlier, dont elle est distante d’une cinquantaine de kilomètres. Toutefois, il ne semble pas que les Frère, probablement originaires de Rochejean, et dont les ambitions étaient tournées vers Pontarlier puis les villes de la plaine (Besançon, Dole), aient eu des attaches ou un rôle dans le Grandvaux.

  • 49 Bernard SECRETAN, Secretan : histoire d’une famille lausannoise de l’an 1400 à nos jours, Lausanne, (...)

53Si Jacques Frère est le seul comtois dont les armes présentent une similitude certaine avec celles qui surmontent le portail de L’Abbaye-en-Grandvaux, la présence du sautoir et du cœur n’est pas sans rappeler les armes de la famille Secrétan dont les variantes, nombreuses, incluent presque systématiquement ces deux meubles. La patronyme Secrétan – et ses variantes – est bien attesté des deux côtés de la frontière : au XVIème siècle, Claude Secrétan est gouverneur d’Orbe. Parvenus à la notabilité, les Secrétan suisses font au XVIIème siècle usage d’armoiries associant systématiquement le sautoir et le cœur. Les différentes devises adoptées oscillent entre deux interprétations possibles des armes : l’une, religieuse, voit dans le cœur sur la croix un emblème de la foi en la vie éternelle ; l’autre, profane, voit dans le cœur surmonté de cette croix l’évocation d’un secret gardé. Faut-il attribuer cet écu à une branche comtoise des Secrétan ? Si le patronyme est attesté dans la Terre de Saint-Claude dès le début du XVIème siècle, il semble être absent du Granvaux49. D’une manière générale, les Secrétan français paraissent avoir été de trop modeste condition pour faire usage d’armoiries et financer une reconstruction d’église.

54La troisième hypothèse est de voir dans ces armes celles de l’abbaye proprement dites, qui nous demeurent inconnues par ailleurs. Toutefois, cette proposition se heurte au fait que le portail que cet écu surmonte n’ouvre pas sur l’établissement religieux, qui était accolé au flanc sud de l’église.

55En fait, le caractère fruste de cette composition, tout comme son air improvisé, n’est pas sans évoquer les écussons de fondation qui surmontent nombre de bâtiments, fermes ou chapelles, de l’époque moderne. Ces écussons ne sont pas des emblèmes héraldiques, mais des compositions de circonstance ; ils contiennent en effet des informations sur le contexte de construction dont ils sont la marque (initiales du propriétaire, date des travaux, symboles religieux, etc.). En l’absence d’attribution convainquante à une famille, il nous paraît probable que cet écusson a été réalisé pour représenter cette victoire morale que représente, pour les partisans des rois d’Espagne, la reconstruction d’un église détruite par les troupes françaises.

Judas à Dole (1666)

  • 50 André PIDOUX DE LA MADUERE, Le vieux Dole. Histoire pittoresque, artistique et anecdotique d’une an (...)

56Dans son ouvrage Le vieux Dole, Albin Pidoux de La Maduère reproduit la grille d’un judas de 1666 dont la composition s’inscrit dans un carré subdivisé en neuf cases50. Aux angles figurent les quatre chiffres de la date. Au centre apparaît le monogramme de la Vierge ; à ses côtés, les deux carrés sont ornés de croix de saint André, et d’un cœur en-dessous. Ici, la hiérarchisation des signifiés se fait selon une logique rayonnant du centre vers la périphérie. Le cœur est probablement lié sémantiquement au monogramme qui le surmonte directement, et secondairement aux croix de saint André latérales.

Cœur chargé d’une croix de saint André

  • 51 Claude ROYER, « Ethnologie », dans Franche-Comté, Paris, 1988, p. 133.

57Il nous reste enfin à évoquer une pierre que nous connaissons uniquement par une photographie, malheureusement non localisée, publiée par l’ethnologue Claude Royer (fig. 15)51. La photographie montre nettement un cœur chargé d’un sautoir lui-même surchargé d’un petit rectangle horizontal qui est probablement un briquet stylisé. Non datée, la pierre surmonte un linteau sur lequel court l’inscription « DIEV SOIT BENIT », encadrée par le millésime 1707. Il est impossible de dire si la pierre au cœur lui est contemporaine, ou si elle a été placée en remploi lors de la reconstruction de la bâtisse. La prudence exige donc que le cœur ne soit pas interprété à la lueur de l’inscription. La présence de la croix sur le cœur ne laisse en revanche aucun doute quant au message politique délivré, en harmonie avec la toile de propagande en faveur des Habsbourg d’Espagne.

58La composition de l’ex-libris de Philippe Chifflet s’insère donc dans un contexte large, fruit d’un long processus de valorisation de l’écu cordiforme d’une part, et prenant place d’autre part dans une production iconographique mettant en scène le cœur comme marque de loyauté envers les Habsbourg d’Espagne, selon des métaphores souvent empruntées au vocabulaire religieux. Dans quelle mesure l’ex-libris de Philippe Chifflet reflète-t-il ces effervescences cordiales ?

3. La pensée symbolique de Philippe Chifflet

59L’ex-libris de Philippe Chifflet reflète non seulement sa culture familiale, mais aussi ses convictions politiques et religieuses.

a. Le goût pour les symboles et les emblèmes, une tradition familiale

60On a vu que l’ouroboros est le symbole de l’éternité, du renouvellement perpétuel. En l’associant à la croix bourguignonne, la chancellerie de Charles Quint a pu signifier la constance de la fidélité de Laurent Chifflet au service de son maître.

61Sur le portrait posthume de Jean, fils de Laurent Chifflet, le serpent familial est clairement associé à la médecine (fig. 4).

  • 52 Vesontio, civitas imperialis, Sequanorum metropolis, Lyon, 1614.

62A la troisième génération, Jean-Jacques Chifflet aime à accompagner ses armes d’une sentence rédigée tantôt en français (fig. 5), tantôt en latin. La version latine figure dans son Vesontio52, sous ses armoiries, timbrées :

Crux operosa, Draco vigilans, & circulus Anguis Aeternum assiduâ nomen ab arte notant.

63Une traduction française un peu libre figure sur son ex-libris peint, daté de 1664 (fig. 5) :

  • 53 Les vers latins sont plus exactement traduits comme suit : « Une croix pénible, un dragon vigilant (...)

« Cete pénible croix, ce fier dragon qui veille, Ce serpent annelé
Monstrent que la vertu ramène par merveilles Tout le temps écoulé »53.

64Dans les deux langues, cette sentence propose une nouvelle lecture symbolique des armoiries : le sautoir n’est désormais pas tant la marque d’une faveur des Habsbourg que le symbole de la passion du Christ, comme le montre l’expression « pénible croix ». En revanche, le « serpent annelé » conserve sa signification traditionnelle : il est à relier ici au « temps écoulé » ramené « par merveilles » : c’est bien l’éternité (aeternum nomen) qui est évoquée ici, la victoire sur le temps que procure une connaissance toujours accrue (ab arte assidua).

65Il est évident que l’ex-libris de Philippe Chifflet s’inscrit dans ce contexte familial favorable à une pensée symbolique élaborée, fruit d’une culture humaniste approfondie.

b. Dans le cœur de Philippe Chifflet

  • 54 Anne SAUVY, Le miroir du cœur. Quatre siècles d’images savantes et populaires, Paris, 1989, p. 50.

66En ajoutant le cœur à l’ensemble formé par la croix et l’ouroboros, Philippe Chifflet propose une lecture symbolique renouvelée des armes familiales. L’époque, en effet, est propice aux cœurs. En effet, les recueils d’emblèmes qui se multiplient à partir de la seconde moitié du XVIème siècle accordent une place iconographique de plus en plus importante au cœur ; le premier tiers du XVIIIème siècle voit déferler les recueils dont le cœur est l’objet principal, voire unique. Anne Sauvy a souligné cette invasion cordiale, notant qu’« on assiste alors à d’extraordinaires flambées d’imagination autour du thème du cœur qui tantôt sert de palette à un peintre, tantôt est pêché hors de la mer au bout d’une ligne, tantôt est introduit, comme un pain à cuire, dans un four embrasé ; il arrive qu’embarqué sur une coquille, il vogue sur des flots tumultueux ; il émerge ailleurs de livres amoncelés sur une table de travail ; transformé en métier à broder, il reçoit l’image du Christ ; enchaîné à une cassette remplie d’or, il attend sa délivrance d’une main issue du ciel qui lui offre la clef du cadenas ; percé de trois lances, il repose sous une branche d’où pend une tête coupée ; décoré et muni de deux pieds humains, qui assurent son équilibre, il brûle comme une chandelle à son orifice supérieur ; formant le bulbe d’une plante, il prend racine tandis que des abeilles butinent ses fleurs et qu’une araignée tisse sa toile entre ses rameaux ; ouvrant deux yeux vers le soleil divin, il reçoit les gouttelettes d’un arrosoir que tient une main mystérieuse ; muni d’ailes, c’est cependant sur le dos d’un colimaçon qu’il traverse un pont jeté sur un précipice ; ou bien, encore, posé sur un livre et un autel, il prie à la lueur d’un cierge, par deux mains jointes qui jaillissent de son flanc… »54.

  • 55 Otto van Veen, dit Vaennius, (1556-1629), peintre flamand originaire de Leyde, se passionna pour l’ (...)
  • 56 Communication de Marie-Claire WAILLE, « Les ouvrages des Chifflet à la Bibliothèque d’Etude et de C (...)

67On sait que Philippe Chifflet a possédé plusieurs recueils d’emblèmes, dont l’Amorum emblemata de Van Veen55, publié à Anvers chez Plantin en 160856. L’artiste, qui fut portraitiste et décorateur à la cour des Archiducs, a probablement été en contact direct avec les Chifflet, eux aussi familiers de la cour et des Plantin. Les Amorum emblemata s’ouvrent sur la gravure d’un Cupidon posé dans un ouroboros (fig. 16), illustrant le poème « Amour est éternel », dans sa version italienne puis française :

« Le cercle vipérin l’éternité nous marque,
Pourquoy sans chef, sans bout se fait l’anneau nopcier
L’Amour sis au milieu dict qu’il doibt estre entier,
Et éternel, maugré la fortune et la Parque ».

  • 57 Sous le titre Amor aeternus, on voit deux angelots de sexes opposés se serrer la main, posés au mil (...)

68Van Veen exploitera à nouveau ce thème dans les Emblemata divini amoris, publiés à Anvers en 1615, dédié à l’archiduchesse, dans une tonalité moins légère, plus marquée par la religion57. L’attention de Philippe Chifflet n’a pu qu’être attirée par ces figurations où l’amour, sous les traits d’un aimable Cupidon, est placé dans un serpent ouroboros identique à celui des armes familiales. Peut-être l’abbé de Balerne eut-il également connaissance du Flammulae Amoris S. P. Augustini, de Michel Hoyer, publié également à Anvers en 1629 (fig. 17). En frontispice, le titre est placé sur un cœur ardent contre lequel s’appuient deux angelots tenant une torche enflammée. Celui de gauche tient de sa main restée libre un cœur fiché dans la tige d’une ancre ; celui de droite tient, à la manière d’un cerceau, un ouroboros au centre duquel apparaît un cœur enflammé percé d’une flèche, attribut traditionnel du Père de l’Eglise. Ainsi associé au serpent, l’ensemble symbolise d’une part l’espérance, d’autre part la charité et la foi éternelles.

69Philippe Chifflet se trouve donc en contact direct avec l’iconographie emblématique des Pays-Bas, qui accorde une large place au cœur profane mais aussi religieux, ainsi qu’avec la propagande visuelle que les autorités espagnoles diffusent en Franche-Comté (et à laquelle, d’ailleurs, les Chifflet ne sont peut-être pas totalement étrangers). A la confluence de ces courants, que nous dit le cœur de Philippe Chifflet ?

Le cœur d’un sujet

70Le sautoir des armes des Chifflet est dû à la volonté d’un Habsbourg. Plusieurs membres de la famille montrèrent un grand intérêt pour l’emblématique de leurs princes : le frère de Philippe, Jean-Jacques Chifflet, fut chargé par Philippe IV d’écrire une histoire de la Toison-d’Or. Son fils Jules, neveu de Philippe, lui aussi ardent défenseur et propagandiste de la cause des rois d’Espagne face aux prétentions françaises, a, parmi de nombreux ouvrages et pamphlets, composé un Crux andreana victrix seu de cruce Burgundica, publié à Anvers en 1642. Nous l’avons montré, le cœur chargé d’une croix de saint André est, au XVIIème siècle, le symbole de la fidélité des Comtois aux Habsbourg d’Espagne. Philippe Chifflet ne pouvait l’ignorer. Le contexte politique comme familial s’accordent pour faire de cet ex-libris la marque évidente d’un attachement fort à la cause espagnole. Pour autant, la dimension spirituelle de la composition n’en est pas moins présente.

Le cœur d’un croyant

71Le choix du cœur chez Philippe Chifflet repose également sur des motivations spirituelles. Elles se font à trois niveaux.

Un cœur constant dans sa foi
  • 58 Voir par exemple, le livre III, intitulé De la vie intérieure, ch. 11 : « qu’il faut examiner et mo (...)
  • 59 Id., livre I : Avis utiles pour entrer dans la vie intérieure, ch.21 : « De la componction du cœur  (...)

72Le premier niveau de lecture ne fait appel qu’au cœur et à son contenu : il fait du serpent ouroboros le symbole de l’éternité, et s’applique au cœur envers la croix : Philippe Chifflet donne ainsi à voir la constance (le serpent) de sa foi (le cœur) dans le sacrifice du Christ (la croix). Cette interprétation est en accord à la fois avec la tradition familiale en ce qui concerne l’ouroboros comme symbole de continuité, et avec les travaux de théologie auxquels se consacra l’érudit. En effet, on doit notamment à Philippe Chifflet la publication à Anvers en 1640 d’une traduction de L’imitation de Jésus-Christ, rédigée au début du XVème siècle et attribuée à Thomas A Kempis. Après avoir réaffirmé l’existence de l’amour et du mal, cet ouvrage mystique propose d’accéder au Salut en renonçant au monde et en s’attachant à Jésus-Christ dont le sacrifice sur la croix représente l’exemple à imiter. La méditation sur la croix joue un rôle central dans la dévotion, tandis que le cœur, lieu de la vie intérieure, est à la fois le siège du péché58 et l’organe permettant d’accéder à Dieu59.

Un cœur simple et prudent
  • 60 Jean COURTIEU, « Orve », dans Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. V, Besançon, 19 (...)
  • 61 Jules et Léon GAUTHIER, Armorial de Franche-Comté, op. cit., p. 65, n° 769.

73Le deuxième niveau de lecture est éclairé par la présence de la devise placée dans la partie inférieure de la légende, rendue nécessaire par l’ambivalence symbolique du serpent. Philippe Chifflet n’aurait-il pas un serpent – symbole chrétien du Mal – dans le cœur ? Il devient dès lors nécessaire de doter le serpent d’une connotation symbolique positive explicite. Tel est le rôle attribué à la devise, Sicut serpentes, sicut columbae (« comme les colombes, comme les serpents »), citation abrégée de l’évangile selon Mathieu (X, 16), dans lequel le Christ recommande à ses disciples d’être « malins comme les serpents et candides comme les colombes ». Philippe Chifflet n’est pas le premier Comtois à s’inspirer de cette citation évangélique : à Orve dans le Doubs, la cheminée de style Renaissance tardive d’un logis seigneurial est gravée de l’inscription « MATH. 10 ESTOTE PRUDENTES SICUT SERPENTES ET SIMPLICES SICUT COLUMBE »60, le tout accosté de deux écus aux armes de la famille Cousin, d’azur à la fasce d’argent chargée d’un serpent étendu de sinople accompagnée en chef d’un oiseau essorant d’argent becqué et membré d’or61. Gilbert Cousin, humaniste et théologien disciple d’Erasme, fut anobli en même temps que ses quatre frères en 1555 : c’est probablement à son érudition que l’on doit la création de la devise et des armes familiales. L’étrange cohabitation du serpent et de la colombe dans cette composition ne peut guère s’expliquer autrement que par la volonté d’en faire l’illustration d’une devise choisie antérieurement aux armoiries, fait plutôt rare en héraldique. Dans le choix de sa devise, Philippe Chifflet a-t-il été inspiré par les emblèmes des Cousin ? C’est possible.

  • 62 Ursula GEORGES, « Heraldic latin Mottoes. Sixteenth and Seventeenth Century Welsh Evidence », publi (...)

74La présence de l’enfant, comme celle de l’agneau, a pour but d’accentuer l’innocence et la candeur : Innocentes sicut pueri sagaces sicut serpentes, est une variante bien connue de la parole évangélique, bien attestée à l’époque moderne : c’est alors la devise de la famille Vaughan au Pays de Galles62.

Un cœur bien humain

75Il existe enfin, probablement, un troisième niveau de lecture qui inclut le cœur dans le contexte animal et végétal qui l’entoure. Le serpent enroulé autour du tronc à gauche fait immanquablement penser au péché originel dans le jardin d’Eden, ce qui ne peut être fortuit : rien n’obligeait à placer le serpent dans un arbre. Autrement dit, on se trouve en présence d’un ecclésiastique dont les armes créent une ambiguïté quant à la nature positive ou négative du serpent, ambiguïté levée d’un côté par l’ajout d’une devise évangélique, et simultanément renforcée en plaçant le reptile dans la posture bien connue du tentateur. Le fait que l’inscription Sicut serpentes qui court sur le tronc soit très peu visible au milieu de l’écorce montre qu’elle n’est pas conçue pour être perçue immédiatement. Dans cette lecture qui fait abstraction de l’écrit, le serpent à gauche forme avec la colombe à droite un couple antinomique. Entre les deux, le cœur du fidèle oscille en permanence, chaque animal tirant à soi les fanons de la mitre. C’est peut-être la plus intime des lectures, celle qui montre la fragilité du cœur de Philippe Chifflet travaillé en permanence entre la tentation du péché et le désir de la foi…

76Peu d’ex-libris expriment aussi nettement les valeurs de leur possesseur que ne le fait celui de Philippe Chifflet. Convictions religieuses et politiques s’y expriment dans une érudition teintée de maniérisme. Témoignant à la fois des enjeux politiques locaux et des mouvement culturels des Pays-Bas, cette œuvre, dont on ne saurait dire si le graveur est comtois ou flamand, est probablement une des plus subtiles évocation du destin des Chifflet.

Notes

1 Cet ex-libris a été publié par Jules GAUTHIER et Roger de LURION, Marques de bibliothèques et ex-libris franc-comtois, Besançon, 1894, p. 39-40, n° 119 et pl. V. C’est l’exemplaire que nous étudions et reproduisons ici. Un article non signé, « Ex-libris franc comtois (suite). La famille Chifflet de Besançon », Archives de la Société française des collectionneurs d’ex-libris, 1918, p. 16-23, publie un dessin établi à partir du cuivre original, et qui présente deux variantes : le filet extérieur n’existe pas et la tête en bas à gauche présente non pas un visage d’enfant, mais une double face, à la manière de Janus, le profil de gauche étant barbu et celui de droite juvénile (p. 21, fig.2). Nous remercions chaleureusement M. François-Louis A’WENG pour nous avoir communiqué cet article ainsi que plusieurs des documents iconographiques présentés ici.

2 L’abbaye de Balerne se trouve aujourd’hui sur le territoire de la commune de Mont-sur-Monnet, Jura.

3 Bibliothèque municipale de Besançon, Ms. Chifflet23, f° 160. Nous remercions le R. P. de Vregille pour nous avoir indiqué cette source et nous avoir éclairé sur bien des points.

4 Jules et Léon GAUTHIER, Armorial de Franche-Comté, Paris, 1911, p. 33, n° 367.

5 Roger PAULTRE, Les images du livre. Emblèmes et devises, Paris, 1991, p. 3 et p. 205.

6 Cité par Georges NATAF, Symboles, signes et marques, Paris, 1981, p. 72.

7 Voir des exemples de l’utilisation iconographique de l’ouroboros en alchimie et symbolisme médiéval et moderne sur les sites http://abacus.best.vwh.net/oro/ouroboros.html, ainsi que http://www.spirasolaris.ca/sbb4f.html qui, en dépit de ses parti-pris ésotériques échevelés, fournit des documents intéressants.

8 Charles-Albert REICHEN, Histoire de la chimie, Lausanne, 1963, p. 18.

9 Première édition, Augsbourg, 1531, consultable en ligne sur le site de la Mémorial University of Newfoundland, Canada, http://www.mun.ca/alciato/index.html, emblème CXXXIII.

10 Francfort-sur-le-Main, éd. Sigmund Feyrabends. La gravure est citée dans le Catalogue des estampes de l’Ecole des Chartes, en ligne : http://elec.enc.sorbonne.fr/estampes/interrogation.php?technique=bois.

11 Hilarion de COSTE, Les Eloges et vies des reynes, princesses, dames et damoiselles illustres en piété, courage et doctrine, qui ont fleury de nostre temps, et du temps de nos pères. Avec l’explication de leurs devises, emblèmes, hiéroglyphes et symboles, Paris, 1ère éd. 1630, ici éd. augmentée 1647, p. 293-294, publié sur le site http:// www.siefor.org.

12 P. CHONE, Emblèmes et pensée symbolique en Lorraine (1525-1633), Paris, 1991, p. 120, fig. 41, p. 142, p. 152 et fig.63.

13 Informations transmises par le R. P. Bernard de Vregille.

14 Charlotte DENOEL, Saint André. Culte et iconographie en France (Vème-XVème siècles), Paris, Ecole des Chartes, 2004, p. 91-105.

15 Roger de LURION, Nobiliaire de Franche-Comté, Besançon, p. 215-216 et p. 462.

16 Nous remercions chaleureusement notre ami Laurent Granier pour avoir porté à notre connaissance cet ex-libris totalement inédit, ainsi que son propriétaire – qui a tenu à conserver l’anonymat – pour en avoir gracieusement autorisé la reproduction.

17 Claire ARLAUX, Le dragon en Bretagne. Mythes et symboles, Gourin, 2000, p. 13.

18 Pierre PALLIOT, La vraye et parfaicte science des armoiries, Paris et Dijon, 1660, p. 213.

19 Michel PASTOUREAU, « Héraldique du cœur (XIIème-XVIème siècles) », Il cuore, Micrologus XI, p. 145-157, ici p. 153.

20 Sur ces questions, voir Pierre VINKEN, The shape of the heart, Amsterdam, 2000.

21 Pierre-François CHIFFLET, Lettre touchant Béatrix, comtesse de Chalon, laquelle déclare quel fut son mary, quels ses enfants, ses ancestres, et ses armes, Dijon, 1656, p. 105. Nous tenons à remercier chaleureusement Laurence Delobette pour nous avoir communiqué ce document.

22 Michel POPOFF, « Armoiries non nobles dans le comté de Clermont-en-Beauvaisis à la fin du XIVème siècle », Les armoiries non nobles en Europe : XIIIème-XVIIIème s., actes du3ème colloque international d’héraldique, Montmorency, 1983, Paris, 1986, p. 117-140.

23 Noter, sous l’écu au cœur à droite, les armes de « Jehanne La Mairesse de La Verrière », ornées de trois quenouilles.

24 Pour tout ce qui précède, M. POPOFF, op. cit., p. 117.

25 Id., ibid., p. 127, n° 21.

26 Id., ibid., p. 125, n° 6.

27 Id., ibid., p. 128, n° 30.

28 Id., ibid., p. 131, note 17.

29 Michel PASTOUREAU, Traité d’héraldique, Paris, 1979, p. 97.

30 Bibliothèque Nationale, Mss occ., fr.22495, f°229v°.

31 Nous remercions Laurent Granier pour nous avoir fait connaître cette marque.

32 Des cœurs aux armes de Jacques de Savoie-Nemours côtoient des bannières elles aussi armoriées, avec à droite les armes de la ville d’Annecy Archives municipales d’Annecy, CC 41. Il nous est agréable de remercier les services d’Archives de la ville pour leur amabilité.

33 Philippe PALASI, Armorial de la Haute-Marne, Chaumont, 2004.

34 Jean NAGLE, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIème au XIXème siècle, Paris, 1998, p. 165.

35 Id., ibid., p. 38-39 et p. 169-170.

36 Merci à Pascal BRUNET et Luc DUERLOO pour les précisions au sujet de cette toile.

37 Maurice GRESSET, « Louis XIV et le statut de Besançon », Besançon 1290-1990. De l’autonomie des villes, actes du colloque de Besançon, 1990, Besançon, 1992, p. 153- 161, ici p. 153-154.

38 François PERNOT, La Franche-Comté espagnole. A travers les archives de Simancas, une autre histoire des Franc-Comtois et de leurs relations avec l’Espagne, de 1493 à 1678, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2003, p. 41.

39 « tourmente ».

40 Jules GAUTHIER, « Harangue de la Franche-Comté de Bourgongne au roy des Espagnes (1643) », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de Poligny, 1868, p. 237, cité dans Emile LONGIN, « Les drapeaux et l’écharpe en Franche-Comté », Mémoires de la Société d’Emulation du Doubs, 1920, p. 223-271, ici p. 247, note3.

41 Guy-Jean MICHEL, La Franche-Comté sous les Habsbourg, 1493-1678, t. V de l’Histoire de la Franche-Comté, Wettolsheim, 1978, p. 135.

42 Merci à Pascal Magnin pour cette information.

43 Nous tenons à remercier Madame Véronique Rossi, archiviste de la ville de Saint-Claude, ainsi que Monsieur Jean Louvier, de Saint-Laurent-en-Grandvaux, pour nous avoir transmis le relevé précis de cet écu.

44 Pierre LACROIX, Eglises jurassiennes romanes et gothiques, Besançon, 1981, p. 137.

45 Alphonse ROUSSET, Dictionnaire géographique, historique et statistique… du Jura, t. V, Lons-le-Saunier, 1857, p. 430 et Pierre LACROIX, op. cit., p. 137.

46 Charles d’HOZIER, Armorial général de France, recueil officiel dressé en vertu de l’édit de 1696, publié par Henry Bouchot, Franche-Comté, Dijon, 1875, p. 89, n° 21 (arrêt d’enregistrement du 19 décembre 1698 ?).

47 Jean-Marie THIEBAUD, Histoire et généalogie de la famille Frère de Villefrancon (XVIème – XIXème siècles), de Rochejean, Pontarlier, Besançon, Dole et Villefrancon, Pontarlier, 1992.

48 « d’argent au chevron de sable, et une bordure engrêlée d’azur » pour Pierre Frère (Charles d’HOZIER, op. cit., p. 92, n° 59), alias une bordure de sable pour les générations suivantes.

49 Bernard SECRETAN, Secretan : histoire d’une famille lausannoise de l’an 1400 à nos jours, Lausanne, 2003, p. 26 et p. 176.

50 André PIDOUX DE LA MADUERE, Le vieux Dole. Histoire pittoresque, artistique et anecdotique d’une ancienne capitale, 1929, p. 461.

51 Claude ROYER, « Ethnologie », dans Franche-Comté, Paris, 1988, p. 133.

52 Vesontio, civitas imperialis, Sequanorum metropolis, Lyon, 1614.

53 Les vers latins sont plus exactement traduits comme suit : « Une croix pénible, un dragon vigilant et un serpent en cercle / Font connaître une renommée éternelle [venue] d’une connaissance permanente ».

54 Anne SAUVY, Le miroir du cœur. Quatre siècles d’images savantes et populaires, Paris, 1989, p. 50.

55 Otto van Veen, dit Vaennius, (1556-1629), peintre flamand originaire de Leyde, se passionna pour l’Antiquité et l’expression allégorique dans l’atelier romain de Federico Zuccari où il exerça pendant sept ans. Il fut ainsi l’un des grands acteurs de la diffusion du maniérisme au nord des Alpes (P. CHONE, op. cit., p. 276, et note 53).

56 Communication de Marie-Claire WAILLE, « Les ouvrages des Chifflet à la Bibliothèque d’Etude et de Conservation [de Besançon] », donnée lors de la journée d’études organisée par le Groupe de recherches historiques sur les Chifflet, Besançon, 13 novembre2004.

57 Sous le titre Amor aeternus, on voit deux angelots de sexes opposés se serrer la main, posés au milieu d’un serpent ourobouros couché au sol (p. 17). En regard (p. 16) figure un poème latin traduit en italien, en flamand et en français, version qui dit ceci : « Remarquons ici ce qu’emporte, / Et ce que veult ce cercle ; afin / Que nostre Amour de mesme sorte / n’Ayt jamais de bout ny de fin. / Car ceste amitié n’est que faincte, / Qui peut un jour ne plus durer ; / Et le prix de nostre Amour saincte, / Gist du tout à persévérer ».

58 Voir par exemple, le livre III, intitulé De la vie intérieure, ch. 11 : « qu’il faut examiner et modérer les désirs du cœur » et ch.33 : « De l’inconstance du cœur, et que nous devons tout rapporter à Dieu comme à notre dernière fin ».

59 Id., livre I : Avis utiles pour entrer dans la vie intérieure, ch.21 : « De la componction du cœur », et Livre IV : Du sacrement de l’Eucharistie, ch. 13 : « Que le fidèle doit désirer de tout son cœur de s’unir à Jésus-Christ dans la communion ».

60 Jean COURTIEU, « Orve », dans Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. V, Besançon, 1986, p. 2427-2428. La cheminée est attribuée à tort aux sires de Belvoir.

61 Jules et Léon GAUTHIER, Armorial de Franche-Comté, op. cit., p. 65, n° 769.

62 Ursula GEORGES, « Heraldic latin Mottoes. Sixteenth and Seventeenth Century Welsh Evidence », publié sur le site http://www.doomchicken.net.

Auteur

Doctorant, chargé de cours à l’Université de Cergy-Pontoise, spécialiste d’héraldique.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search