Version classiqueVersion mobile

L’inspiration scripturaire dans le théâtre et la poésie de Paul Claudel

 | 
Jacques Houriez

Avertissement

Texte intégral

1La lecture des Ecritures a, comme il l'a dit, profondément marqué Claudel dès le lendemain de sa conversion, mais d'un contact très personnel et original. Il faudra attendre longtemps, l'époque des oratorios pour qu'il traite, avec La Parabole du Festin, L'Histoire de Tobie et de Sara, des sujets proprement bibliques. Sinon, lorsqu'il évoque la parabole des talents, il ne reprend pas les paroles, encore moins l'enseignement de Jésus. Le langage scripturaire lui permet d'exprimer son rapport personnel avec le monde et avec Dieu, son propre drame, avec ses appels passionnés et ses refus pathétiques : « Reprenez le talent que vous m’avez donné ! » Et si, dès les premières œuvres, le vocabulaire, les thèmes, les situations révèlent une imprégnation biblique considérable, un Tête d’Or, avant d'être une figure scripturaire, représente toutes les tentations qu'un siècle désireux de substituer au Christ de l'Évangile un messie laïque proposait à l’esprit du jeune poète séduit par Rimbaud avant de l'être par la Bible. La Princesse même, figure de la Sagesse et de Jésus, du fait qu'elle est un personnage composite, dans la mesure surtout où sa situation scénique en fait le double, l'Anima du protagoniste principal, est issue d'abord, comme lui, d'une nécessité intérieure à son créateur. Elle représente elle aussi l'une de ses virtualités.

2Ainsi le langage scripturaire exprime-t-il le poète dramaturge lui-même, et Claudel n’aura jamais besoin, comme le Nathanaël de Gide, de jeter le Livre pour se trouver soi-même. C'est le Livre qui lui permet de dire le mot qui est en lui et que son premier grand héros ne peut faire jaillir de soi faute de se lire à la lumière des Écritures.

3L'œuvre, d'ailleurs, vérifie l'assertion selon laquelle l'épanouissement du génie a accompagné chez Claudel les progrès de la religion. Si cultivé, si riche qu'il ait été de toutes les expériences de l'humanité, la Bible aura été sa grande institutrice. Elle lui a permis de s'accomplir, de devenir pleinement lui-même.

4Il la lira toujours en un dialogue où le Moi aura le premier rôle. Et lorsque l'apaisement des passions lui aura fait renoncer à l’écriture dramatique, lorsqu'il se sera détourné de la forme poétique, il restera plus que jamais Poète, créateur, malgré lui peut-être et à son insu, dans ses commentaires bibliques. Plus il approfondira sa culture du grand texte, plus le vieil homme mâchera de l'hébreu et plus l'inspiration scripturaire nourrira la sienne propre, lui permettra de se dire soi-même, de se découvrir dans ses rapports au monde et avec Dieu.

5Ma reconnaisance va à Pierre Claudel, Mme Renée Claudel-Nantet qui m'ont aidé dans mes recherches, M. Marius-François Guyard qui les a dirigées.

6Un index général se trouvera à la fin d'un second volume.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search