Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Deuxième partie. Un profil d’érudit dévot : Philippe, Abbe de Balerne

5. « La source des délices du monde » : Philippe Chifflet et la diffusion du culte marial en Franche-Comté

Bénédicte Gaulard

Texte intégral

  • 1 Bellefontaine : Doubs, cant. d’Audeux, c. d’Emagny. Le prieuré doit son nom à sa situation au milie (...)
  • 2 Postérité de Jean-Jacques Chifflet, Association Chifflet, 1994 p. XXVI.
  • 3 Philippe CHIFFLET, Histoire du prieuré de Notre-Dame de Bellefontaine au Comté de Bourgogne, Anvers (...)

1La carrière de Philippe Chifflet se déroula entre la Franche-Comté et Bruxelles. Né le 10 mai 1597, Philippe, huitième des dix enfants du médecin Jean Chifflet et de Marguerite Poutier, poursuivit ses études à Louvain. C’est en Flandres qu’il entra au contact de la cour de l’archiduchesse Isabelle-Claire-Eugénie qui ne tarda pas à reconnaître ses qualités en s’attachant ses services comme chapelain de son oratoire en 1623. Il fut nommé cinq ans plus tard chanoine métropolitain de Besançon, grand vicaire de l’archevêché et fut pourvu par la princesse du prieuré de Bellefontaine, à proximité du village de Pin l’Emagny1. Le prieur de Bellefontaine devint abbé de Balerne en 1639 et aumônier de l’infant Léopold-Guillaume, gouverneur des Pays-Bas, l’un des plus grands collectionneurs du XVIIème siècle, qui le fit évêque de Saint-Omer à la veille de son décès à Bruxelles le 11 janvier 16572. L’action de Philippe Chifflet au prieuré est bien documentée, puisque l’ecclésiastique, qui y installa une statuette de la Vierge de Montaigu, en écrivit l’histoire dans un ouvrage fameux dans lequel il décrit la naissance et le développement du culte de la Vierge venue du Brabant et vante les charmes du lieu, « clair séjour, source des délices du monde »3.

I. Le prieuré de Bellefontaine

2Le passage de Philippe Chifflet à Bellefontaine fut marqué par la résurrection de la dévotion mariale après une période de décadence et fut illustré par l’ouvrage que le nouveau prieur publia à Anvers chez Balthasar Moretus en 1631, Histoire du prieuré de Notre-Dame de Bellefontaine au Comté de Bourgogne. Le livre est dédié à Ferdinand d’Andelot, capitaine et prévôt de la ville de Gray, en remerciement du soutien accordé à Philippe Chifflet pour l’obtention de la charge de prieur accordée par l’infante Isabelle.

  • 4 Philippe CHIFFLET, op.cit., p. 82.

3L’auteur dresse d’abord l’historique du prieuré de Saint-Augustin fondé au XIIème siècle par Raymbauld, chanoine de Saint-Paul de Besançon, en l’honneur de la Vierge dont, écrit-il, la bonté est immense, et « la source de ses grâces est inespuisable »4.

  • 5 Archives départementales du Doubs, G 1113.
  • 6 Eléonor de Chassagne fut nommé prieur de Bellefontaine en 1612 et 1621 (Bibl. mun. de Besançon, col (...)
  • 7 Philippe CHIFFLET, op. cit., p. 18.
  • 8 Ibid., p. 31

4La première action du nouveau prieur, nommé en 1628 par l’infante Isabelle5, qui succéda à Eleonor de Chassagne6 fut de raviver la dévotion mariale rendue possible par la présence d’une Vierge « taillée en bois de relief »7 offerte par le fondateur du prieuré et qui était alors tenue en grande vénération par les habitants des villages voisins, mais dont le culte s’était peu à peu effacé devant un laisser-aller que Chifflet décrit non sans une certaine complaisance, en se flattant d’avoir remis en état le sanctuaire : « Mon premier soin, écrit-il, fut de redresser à mon possible la belle et ancienne dévotion de cette Eglise (...). La négligence et l’avarice des derniers admodiateurs avoit profané le lieu et faict de la maison de Dieu un réceptacle d’immondices : jusques à introduire la coutume d’aberger le foin dans la nef de l’Eglise, les pigeons dans la sacristie, et les porceaux dans une chambre à l’entrée du cœur, pour faire en peu de temps de toute la maison une estable, et une retraite de toute sorte d’animaux »8.

II. La fortune d’une image

  • 9 Archives départementales du Doubs, G 1117.
  • 10 Philippe CHIFFLET, op. cit., p. 31.

5Après avoir réparé les bâtiments - un marché fut passé par Philippe Chifflet et le maçon Innocent Jannot en 16299 -, le nouveau prieur, secondé par le chapelain Michel Allemandet, s’employa à raviver l’ancienne dévotion mariale en introduisant à Bellefontaine le culte de Notre-Dame de Montaigu grâce à une « Image de Nostre-Dame du chesne miraculeux de Montaigu, taillée de la main d’un bon ouvrier » qui lui avait été donnée par son ami le « très docte professeur » Henry Du Puict, conseiller et historiographe de l’archiduchesse Isabelle et son chapelain à Louvain, qui l’avait lui-même obtenue du pasteur de Montaigu10. Philippe a laissé une description de l’image qu’il déposa dans un reliquaire, description dressée lors de la visite de l’église de Bellefontaine le 15 octobre 1629 par un représentant de l’archevêché :

  • 11 Archives départementales de Haute-Saône, G 1118, visite de l’église en 1629.

6« L’Image de la glorieuse Mère de Dieu taillée du chesne miraculeux de Montaigu, de la hauteur de six doigts, ayant une Corone du mesme bois, & un sceptre a la gauche, lad (i) te Image reposant sur une petite base tornée, et estant enchâssée de son long dans un verre de Venise, au milieu d’un tabernacle de bois noyer noircy en façon d’ebesne, ayant quatre colonne, et un dome soustenu de petits piliers tornez, avec une croix au dessus d’iceluy »11.

  • 12 Sur la diffusion de ces statuettes en Franche-Comté, on consultera avec profit Paul DELSALLE, « La (...)

7La statuette de Bellefontaine s’ajoute au corpus des représentations de Notre-Dame de Montaigu en Franche-Comté au XVIIème siècle. Le développement du culte de Notre-Dame de Montaigu, d’origine brabançonne, est ainsi à l’origine de la diffusion en Franche-Comté, dans la première moitié du XVIIème siècle, d’images d’une Vierge honorée dans un lieu appelé Montaigu, entre Louvain et Diest, près du village de Sichem12. La naissance de ce culte eut un formidable retentissement dans les pays catholiques, en particulier ceux que gouvernaient les archiducs Albert et Isabelle, fervents dévots de la Vierge de Montaigu. Ces princes officialisèrent le pèlerinage en élevant une ville, Scherpenheuvel, autour d’une basilique, et donnèrent une impulsion considérable à la dévotion en diffusant des effigies de la Vierge taillées dans le chêne dans lequel avait été découverte une statue de la Vierge.

  • 13 Bibliothèque municipale de Besançon, coll. Chifflet, Ms. 179, f° 23.

8Le culte de la Vierge brabançonne, fortifié par de nombreux miracles, pénétra en Franche-Comté à la faveur des voyages des Comtois qui obtinrent des archiducs ou du pasteur de Montaigu des statuettes ou des morceaux du chêne, dont une pièce importante avait été donnée aux souverains, et firent sculpter des effigies de la Vierge, comme Jeanne Bonnet à Gray et François Carlier à Mièges. Les archiducs contribuèrent largement à l’implantation de cette dévotion mariale dans le comté de Bourgogne, en encourageant les progrès du culte et la diffusion des statuettes dans la province. Philippe Chifflet reçut ainsi, un an après la mort de l’infante, une « portion du bois de chesne miraculeux de Montaigu » des mains de Juan da Sylva, garde-joyaux de la princesse13.

  • 14 Philippe CHIFFLET, op. cit., p. 32.
  • 15 Ibid., p. 32.
  • 16 Ibid., p. 36.
  • 17 Ibid., p. 8.

9L’image de la Vierge de Montaigu fut d’abord exposée dans l’église voisine de Pin l’Emagny avant d’être transférée, le 19 août 1629, dans celle du prieuré de Bellefontaine, où elle fut « colloquée pour un gage perpétuel de la Piété et religion des peuples qui ont le bonheur d’habiter son voisinage »14. A peine installée et présentée à la vénération des fidèles, la statuette en bois suscita des miracles, et le sanctuaire connut une réputation telle que le prieur dut faire dresser, à l’entrée des bâtiments, une grande croix de chêne, « pour enseigne de la saincteté du lieu », bénite le 7 novembre 162915. Dès lors, le prieuré de Bellefontaine devint un « clair séjour » et la « source des délices du monde »16. La réputation de l’image se confirma, lorsqu’un an plus tard, grâce, à la protection mariale, le prieuré et les villages qui en dépendaient furent épargnés par la peste, comme le constata Philippe Chifflet : « Véritablement, c’est une chose merveilleuse, pendant ces dangers si présents que Bellefontaine ayt esté environné de la contagion de toutes parts ; que là tout le monde ayt accouru à la Vierge comme à un remède surnaturel »17.

  • 18 Archives départementales du Doubs G 1118. La statue y était encore en 1646, puisque l’inventaire de (...)
  • 19 « Une image de bois miraculeux de Monsieur Philippe Chifflet, lors abbé de Balerne et prieur dudit (...)
  • 20 Chanoine MUSY, op. cit., p. 33.

10Lors de la dévastation du prieuré en 1636 par les Français et les Suédois, la statuette de la Vierge fut cachée chez les carmélites de Besançon18. En 1663, elle est de nouveau citée dans un inventaire de l’église du prieuré19, puis signalée dans la sacristie en 1682. Elle passa ensuite entre différents propriétaires avant d’intégrer l’église de Pin le 30 septembre 192520. L’histoire du prieuré de Bellefontaine dans la première moitié du XVIIème siècle est significative du vaste mouvement de reconquête des âmes entrepris par l’Eglise comtoise après le concile de Trente. La spiritualité de Philippe Chifflet, son zèle pour faire de Bellefontaine une véritable place-forte de la dévotion mariale le place d’emblée parmi les grandes figures spirituelles de l’Europe catholique. L’action de Chifflet au prieuré s’intègre dans les grandes missions du prélat dont la carrière se développa autour de plusieurs axes, le développement du culte marial, la connaissance de la vie et des libéralités de la princesse Isabelle dont il souhaitait écrire l’histoire, ainsi qu’une œuvre littéraire de première importance.

Notes

1 Bellefontaine : Doubs, cant. d’Audeux, c. d’Emagny. Le prieuré doit son nom à sa situation au milieu d’une campagne très humide : cf. René LOCATELLI, Sur les chemins de la perfection. Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon vers 1060- 1220, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1992, p. 190.

2 Postérité de Jean-Jacques Chifflet, Association Chifflet, 1994 p. XXVI.

3 Philippe CHIFFLET, Histoire du prieuré de Notre-Dame de Bellefontaine au Comté de Bourgogne, Anvers (B. Moretus), 1631, p. 36.

4 Philippe CHIFFLET, op.cit., p. 82.

5 Archives départementales du Doubs, G 1113.

6 Eléonor de Chassagne fut nommé prieur de Bellefontaine en 1612 et 1621 (Bibl. mun. de Besançon, coll. Dunand, Ms. 31, f° 21 v°).

7 Philippe CHIFFLET, op. cit., p. 18.

8 Ibid., p. 31

9 Archives départementales du Doubs, G 1117.

10 Philippe CHIFFLET, op. cit., p. 31.

11 Archives départementales de Haute-Saône, G 1118, visite de l’église en 1629.

12 Sur la diffusion de ces statuettes en Franche-Comté, on consultera avec profit Paul DELSALLE, « La diffusion en Franche-Comté des statuettes de la Vierge de Montaigu (Brabant) à l’époque des archiducs Albert et Isabelle », La dévotion mariale de l’an mil à nos jours, Arras, Artois Presses Université, 2005, p. 99-124.

13 Bibliothèque municipale de Besançon, coll. Chifflet, Ms. 179, f° 23.

14 Philippe CHIFFLET, op. cit., p. 32.

15 Ibid., p. 32.

16 Ibid., p. 36.

17 Ibid., p. 8.

18 Archives départementales du Doubs G 1118. La statue y était encore en 1646, puisque l’inventaire des meubles et ornements de cette même année signale que la statuette est « en l’église des Carmélites de Besançon avec la châsse où elle estoit a Bellefontaine » (Bibl. mun. de Besançon, coll. Chifflet, Ms. 179, f° 23).

19 « Une image de bois miraculeux de Monsieur Philippe Chifflet, lors abbé de Balerne et prieur dudit prieuré, y aurait envoyée autrefois ». Cité par le chanoine Musy, Le prieuré de Notre-Dame de Bellefontaine. Notice sommaire, Besançon, 1934, p. 23.

20 Chanoine MUSY, op. cit., p. 33.

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’Art à l’Université de Bourgogne.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search