Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Première partie. Les premières générations

4. Philippe Chifflet, chapelain de la « Chapelle du Roi Jacques » (1558-1619)

Bernard de Vregille

Texte intégral

1Nous avons ce matin à parler d’abord de Philippe Chifflet, non pas l’abbé de Balerne qui fit brillante carrière à Bruxelles – d’autres nous parleront de celui-là –, mais d’un ecclésiatique plus modeste, l’oncle et le parrain du second Philippe Chifflet. Vous savez qu’il y a eu à chaque génération Chifflet des XVIème et XVIIème siècles des Philippe, comme des Laurent, des Jean, des Pierre, des Antoinette et des Claudine, ce qui a entraîné plus d’une erreur dans les généalogies et les catalogues, même celui de Montmirey !

2Il s’agit ici d’un des fils du grand Laurent Chifflet et de sa femme, Anne Genevrey de Montureux, donc d’un frère de Claude, le juriste dolois, et de Jean, le médecin bisontin, lequel fut le père de Jean-Jacques, Pierre-François, Philippe et Laurent.

3Ce premier Philippe Chifflet est né à Besançon le 20 juillet 1558. Jeune ecclésiastique, ses études le conduisirent jusqu’à Rome - nous en reparlerons. Il imitait en cela son frère Pierre, mort jeune chanoine de Besançon. Dès avant 1590, nous le retrouvons à Besançon, prêtre et docteur en théologie.

  • 1 Archives municipales de Besançon, BB 42, f° 74v°-137.
  • 2 Archives départementales du Doubs, G 201, f° 288v°-290v°.

4Deux épisodes le mettent en scène à cette époque : l’un nous est connu par les délibérations municipales de 1590-15911 (1), l’autre par les délibérations capitulaires de 16082.

5Durant l’Avent de 1590, un prédicateur capucin, le père Séraphin, « désirant faire comme en Italie et autres lieux pour exciter le peuple à dévotion », avait inspiré la création d’une « Confrérie de la Croix », dont les innovations (port de cagoules ou « sacs », place à part prise dans les processions générales, traditionnellement rangées par paroisses) émurent les gouverneurs et suscitèrent de vives contestations. Celles-ci aboutirent finalement au départ du prédicateur et à la suspension de la confrérie (18 avril 1591).

6Or, dès la première heure, Philippe Chifflet est parmi les plus fervents adhérents au mouvement. Dans les enquêtes menées, il figure au premier rang des citoyens qui, en dépit des mises en garde municipales, persistent « par dévotion » à suivre la procession « habillés de sacs de toile et à visage couvert ». L’on mesure par là son attachement aux expressions d’une sensibilité religieuse plus proche de la dévotion méridionale que de la piété traditionnelle de ses compatriotes.

7Une autre de ses dévotions est pourtant bien bisontine. On sait que le chapitre et la cité croyaient posséder un authentique « Saint Suaire » du Christ, conservé en l’église Saint-Etienne et objet d’une immense dévotion populaire. Le peintre Pierre d’Argent, entre 1572 et 1592, en exécuta trois copies prises sur l’original à l’intention de grands personnages, dont le roi Philippe II d’Espagne, puis sept autres, d’après un calque, entre 1592 et 1608. Or deux de ces dernières avaient été commandées par « Messire Philippe Chifflet, prestre, citoyen dudit Besançon » : l’une destinée à Antoine Béreur, son cousin, avocat général au Parlement de Dole, l’autre pour « l’avoir en sa maison » ; il avait fourni le linge et payé six écus d’or pour chaque exemplaire.

  • 3 Cet épisode a été rappelé par Valérie MARCELLI dans un article de Barbizier, 2004, p. 58-61.

8Mais voici qu’en 1608 les chanoines s’émurent de la circulation de ces copies et que, d’accord avec le peintre, ils firent officiellement détruire celles que l’on put atteindre. Procès verbal en fut dressé. « Icelluy sieur Chifflet a promptement apporté [son exemplaire personnel] et déclaré l’avoir heu dudit Pierre d’Argent pour le prix de six escus d’or, qu’il demandoit luy estre restituez, moyennant quoy il se contentait [qu’] il fut effacé et rompu », ce qui fut fait aussitôt. On lui promit un remboursement (19 août 1608)3.

9Qu’en fut-il de l’exemplaire envoyé à Antoine Béreur ? Un rapprochement me paraît intéressant. Ne serait-ce pas de cette copie qu’il s’agit lorsque Jean Boyvin nous raconte que, durant le fameux siège de Dole en 1636, fut arboré « tout au sommet [de la tour de la collégiale] un guidon bény, sur lequel estoit pourtrait le Saint-Suaire de Besançon » ?

  • 4 Brevet original à la Bibliothèque de Montmirey, 7.087 bis - I, 6.
  • 5 Jean-Jacques Chifflet a noté : « Mon oncle paternel, Messire Philippe Chifflet, est actuellement le (...)

10Le 20 juillet 1595, le chapitre de La Madeleine avait conféré à messire Philippe Chifflet une chapellenie dans cette collégiale4. Mieux que cela, l’abbesse et les religieuses de Sainte-Claire lui conférèrent en 1601 la « chapelle du roi Jacques », fondée dans leur église à la mémoire de Jacques de Bourbon, roi de Naples et de Sicile. Celui-ci s’était retiré chez les Cordeliers de Besançon, où il mourut en 1438, et il avait choisi d’être inhumé dans le monastère des Clarisses5.

  • 6 « Pouillé des Carmes », Archives départementales du Doubs, H 7, p. 293-295.
  • 7 Archives départementales du Doubs, H 11, p. 313.

11Nous sommes bien renseignés sur cette « chapelle du Roi Jacques », mise sous le patronage de sainte Anne. Son titulaire était tenu de célébrer annuellement 356 messes de fondation et jouissait d’une « dot » de 18 ouvrées de vigne et d’une maison rue Saint-Vincent, jouxtant celle des chapelains des Cordelières, en face de la maison de « Mr l’Abbé d’Acey » – c’est à dire à deux pas d’ici !6. L’occupant devait annuellement un cens de 2 sols à l’abbaye de Saint-Vincent, sur le territoire de laquelle la maison était sise ; Philippe Chifflet s’est toujours acquitté fidèlement de cette redevance7.

  • 8 Archives départementales du Doubs, E 2894.

12C’est dans cette petite maison d’un étage, entre rue et cour, que Philippe Chifflet passa ses dix-huit dernières années et qu’il mourut le 25 septembre 1619. Et c’est là que fut dressé, du 16 au 22 novembre, un inventaire après décès, conservé aux Archives du Doubs8. Ce long document – 48 folios – se révèle très instructif, non seulement sur le cadre de vie de Philippe Chifflet, mais même sur sa personnalité.

13L’inventaire a été dressé en présence du cogouverneur Antoine Chappuis et de plusieurs neveux du défunt : neveu du côté de son frère Claude, Guy Vaucherot, docteur ès droits, mari de Claudine Chifflet ; neveux du côté de son frère Jean : Jean-Jacques, docteur en médecine, cogouverneur, et Gaspard Despoutot, docteur ès droits, mari d’Antoinette Chifflet ; neveu du côté de sa sœur Antoinette, Jean-Baptiste Perréal, écuyer.

14Dans les estimations, minutieuses, le compte est le suivant : 1 franc = 20 sols = 12 gros = 24 carolus (monnaie bisontine) = 48 blancs. C’est seulement dans les « lettrages » (« scedules, obligations, admodiations, quictances ») qui terminent l’inventaire qu’il est question d’« escus d’or », de « ducatons » et de « livres tournois ». Le total de l’estimation, pour le seul mobilier, est de neuf cent soixante-huit francs, onze gros, deux blancs.

15Commençons par les livres, qui occupent plus d’un tiers de l’inventaire. Il y en a trois cent vingt-cinq, ce qui est un chiffre très considérable pour la bibliothèque d’un particulier. Chacun est spécifié, mais de façon très sommaire : les titres et noms d’auteur, sans doute pris à la dictée et souvent mal compris, posent parfois de véritables devinettes. La liste en est donnée en Appendice au présent article. Elle ne suit pas l’ordre de l’Inventaire, où les volumes se succèdent un peu au hasard, tels sans doute qu’ils étaient rangés ou entassés au logis de Philippe Chifflet. Ils sont groupés, autant que possible par domaines, en les mentionnant tous et en donnant pour chacun le numéro de l’Inventaire, parfois le chiffre de l’estimation, lorsqu’elle est un peu élevée.

16Le domaine biblique est représenté par une douzaine de volumes, dont une Bible « en françois » et le Psautier, protestant, de Sébastien Châteillon, plus une trentaine de volumes de commentaires médiévaux et modernes, comme ceux de Nicolas de Lyre, de Denis le Chartreux ou d’un pseudo-Joachim de Flore, et de sermonnaires ; la patristique, par une douzaine de volumes, surtout de saint Ambroise, saint Augustin, saint Jean Chrysostome, saint Bernard. La théologie dogmatique, avec saint Thomas, est moins représentée que la pastorale et le droit canon : une demi-douzaine de volumes contre vingt-cinq. Parmi ces derniers, les directoires pour les sacrements tiennent une grande place, avec quelques titres rares, comme l’Introductorium Confessorum de Jérôme Savonarole.

17Je note, parmi le peu de livres de controverse : Le levain du Calvinisme ou commencement de l’hérésie de Genève de Jeanne de Jussie, et parmi ceux de démonologie, deux titres classiques : le Malleus maleficarum et les plus sages Disquisitiones magicae du jésuite Del Rio.

18Le domaine le plus étendu est celui des livres de spiritualité : près de quatre-vingt-dix volumes, où figurent la plupart des maîtres célèbres, que ce soit d’Italie : Catherine de Sienne, Catherine de Gênes, Angèle de Foligno, Scupoli, « la Dame milanaise » ; du Nord : Ruusbroec, Taulère, Harphius, la Theologia germanica, Thomas a Kempis, Louis de Blois, les chartreux Lansperge, Surius, Denis ; d’Espagne : Jean d’Avila, Louis de Grenade (mais non Thérèse d’Avila, ni, pour la France, François de Sales). Plus une masse d’auteurs contemporains, connus ou peu connus : dominicains, capucins, carmes, jésuites, séculiers. Quelques titres plus savoureux peuvent les évoquer, même s’il ne s’agit pas des plus importants : L’art et manière de parfaitement ensuivre Jésus-Christ, Le miroir de la vie humaine, Le palais d’amour divin, Le paradis des contemplatifs, Le clair soleil des personnes spirituelles, Testament de l’âme à Dieu, etc.

19Il y a beaucoup de manuels d’ordres religieux et de confréries. Le Livre de la Congrégation est peut-être celui imprimé pour le collège de Besançon par Nicolas de Moingesse en 1609.

  • 9 L’ouvrage de Juste Lipse, Diva Sichemiensis sive Aspricollis a paru à Anvers en 1605 et 1606.

20Nombreux sont les livres de piété mariale, entre autres L’histoire de Notre-Dame de Montaigu, ce pèlerinage brabançon qui devait trouver tant d’échos en Franche-Comté, notamment à Bellefontaine – on nous le rappellera tout à l’heure9.

21Parmi les quelques Vies de saints, on remarque, bien sûr, celle de sainte « Coulette », et celle d’une autre clarisse moins connue, sainte Philippe de Gueldre.

22Si nous passons aux ouvrages profanes, une cinquantaine appartiennent au domaine des lettres et de l’humanisme : poètes latins, traductions d’auteurs grecs, dont tout un ensemble d’œuvres d’Aristote. Parmi les auteurs des XIVème, XVème et XVIème siècles, on relève des titres aussi célèbres que Le songe du vergier, La Nef des fous, La sainte Philosophie de Guillaume du Vair, La Théologie naturelle de Raymond de Sebonde. Dans le domaine des sciences, on remarque plusieurs livres d’arithmétique, mais surtout une masse de volumes, presque une centaine, qui peuvent être rangés sous la rubrique « philosophie naturelle ». Ils témoignent de l’ouverture d’esprit de leur possesseur. Ils se laissent malaisément classer, tant sont imbriquées, à cette époque, médecine, chimie, alchimie, et même philosophie.

  • 10 A la Bibliothèque municipale de Besançon, sous la cote 3585, sont réunis deux ouvrages de Paracelse (...)

23Tout un groupe d’ouvrages se réclame du fameux Paracelse, « père de la médecine hermétique » († 1541). Je note que le médecin Jean Chifflet, frère de Philippe, était en relations avec deux des disciples de Paracelse, Adam de Bodenstein et Michael Toxites, qui lui firent hommage de leurs éditions des œuvres du maître10. Un autre groupe, important, comprend des ouvrages du médecin et alchimiste bolonais Léonard Fioravanti († vers 1588).

24Quantité d’autres ouvrages d’auteurs moins connus ou anonymes ou mal identifiés ont trait à la philosophie naturelle des métaux, qu’il s’agisse de l’or médicinal ou potable, de la quintessence, des distillations, de la pierre des philosophes, de l’ars aurifera, de la crysopoieia ou de l’argyropoieia. Plusieurs titres parlent, plus généralement, des secreta et des miracula de la nature.

25Une constatation, d’un autre ordre, s’impose à qui passe en revue la bibliothèque de Philippe Chifflet, aussi bien dans sa partie religieuse que dans sa partie scientifique. Alors que l’on rencontre habituellement dans les bibliothèques franc-comtoises de l’époque un certain nombre d’ouvrages en espagnol, celle-ci n’en possédait que deux : un chansonnier et un livre de « secrets ». En revanche, elle renfermait une trentaine au moins de livres en italien, sans compter les nombreux ouvrages latins édités en Italie. Visiblement, Philippe Chifflet les aura acquis durant son séjour romain.

26J’ajoute que les livres liturgiques mentionnés par l’inventaire sont tous conformes au rit romain, alors que Besançon, même après la réforme de Pie V, gardait pour une bonne part l’ancien rit diocésain (missel et bréviaire de 1588). Seules de « vieilles heures » sont décrites comme à l’« usage de Besançon ».

27Nous n’avons pas parlé, dans tout cela, du mobilier inventorié dans tous les recoins de la maison, du « soulier » à la cave, y compris la garde-robe et la batterie de cuisine. Ce serait un chapitre pittoresque et instructif. Je cite seulement quelques noms d’ustensiles : « callemard, coquemard, cabrette, chauveau, chevette, fontelotte, bériclier, embousoir », sans compter les noms variés des tonneaux et autres accessoires de cave. Egalement des noms de tissus : « brocatelle, carnitille, lassy, bassin, tripe de vellours », etc. Plus de jolis noms d’accessoires liturgiques : « corporalier, tournefeuillet, platine, palette ». Il est noté que divers objets provenaient de la succession de Laurent, frère de Philippe, mort en 1614.

28Plus caractéristiques de l’esprit du maître de maison sont les multiples objets ou images de piété recensés. Les nombreux « Agnus Dei » relèvent d’une dévotion bien romaine, comme les divers chapelets. On remarque aussi plusieurs « Véroniques », voisinant avec les petits Jésus de cire ou les chérubins de « gy » ou de carton, sans doute fabriqués par les Clarisses. Les « Salvateurs » et les « Nostre Dame » se rencontrent à toutes les pages de l’inventaire, qu’il s’agisse de peintures « en huile » ou « à la détrempe », ou de simples images encadrées ; de même plusieurs Madeleines, François d’Assise et autre saints. Comme tableaux profanes, seulement quelques « paysages ».

29Mais revenons aux objets domestiques, car il en est d’insolites à première vue. Ainsi « une forge d’orfaivre avec le soufflot et le pied de fer », « deux pierres de touche », plusieurs « trébuchoirs », « ung miroir ardant », « ung miroir propre à lire de nuit », « un allambi de plomb propre à dystiller eaux », « ung petit allambit de fer », « un pouchon de fer renfourcé à fondre plond », sans compter de nombreux grands et petits « mourtiers », dont certains de « pierre de Sampans ». De tels objets suggèrent nettement que leur propriétaire s’est essayé à réaliser telle ou telle des « receptes » que lui fournissaient ses nombreux manuels de sciences secrètes .

30En somme, cet inventaire de 1619 nous permet de saisir quelque chose des traits, et même de l’histoire, de « fut vénérable messire Philippe Chifflet, a son vivant prestre citoyen de Besançon », mieux même que ne le permettent quelques maigres données biographiques.

31Ce prêtre pieux, d’une piété très « moderne » apparaît comme familier des grands courants de la spiritualité et des formes nouvelles de la religion post-tridentine, qu’il aura connues à Rome et en Italie.

32Plus inattendu est l’intérêt évident porté par cet homme d’Eglise, frère et oncle de médecins, aux recherches scientifiques de son temps, spécialement celles des Italiens, qu’il s’agisse de médecine ou d’alchimie.

33Chez lui, les « secrets de la nature » semblent avoir fait bon ménage avec ceux de la vie spirituelle. Pour lui, les mystères de la création ne contredisaient pas ceux de la grâce.

Annexes

Appendice

Ouvrages religieux

Bibles et instruments de travail bibliques (dont les éditions peuvent difficilement être précisées) ; une seule Bible complète, et en françois (278) ; trois Psautiers latins avec notes et paraphrases (38, 145, 167 ; le n° 145 est le psautier, protestant, de Sébastien Châteillon dont la 1ère édition est de Bâle 1547) ; trois Nouveaux Testaments, un latin (62) et deux français (91 « en petit volume » et 259) ; Concordantiae Bibliorum (224) ; Concordantiae breuiores (78) ; Conciliatio locorum communium scripturae sacrae (181) ; Index utriusque testamenti (126) ; Collectaneum Bibliorum (106) ; Phrases divinae scripturae (159) ; Barthélemy Westheimer, Phrases seu modi loquendi divinae Scripturae, Anvers 1536, Paris 1544) ; Thesaurus Linguae Sanctae (27) ; Regulae intelligendi scripturas sacras (104 ; ce titre se rencontre à Lyon, 1546). Il faut y joindre des Hicones historiarum veteris testamenti (156 ; Icones..., Lyon 1547) et une Vita Jesu Christi (59 ; il y a sous ce titre latin un ouvrage français, plusieurs fois édité à Lyon de 1484 à 1545 ; vu la faible estimation [2 gros], il ne saurait être question du grand ouvrage de Ludolphe le chartreux).

Après l’Écriture, les Pères de l’Église : Diui Ambrosii Opera (322, 3 volumes, 2 francs ; nombreuses éditions) ; Diui Atanasii Opera (222, 1 volume, 3 francs ; nombreuses éditions latines) ; Sancti Augustini Opusculorum thomus primus (317 ; Opuscula édités par Josse Bade, en 2 tomes, Paris 1502, 1520, etc., ou ceux édités en 3 tomes par Augustino Fregose Sostero, Venise 1545) ; La Con-fession de St Augustin (304) ; Le second tome des Confessions de St Au-gustin en francois (313 : le même ouvrage ? sans doute la traduc-tion d’Aemar Hennequin, Lyon 1609) ; Méditations de St Augustin en latin (264 ; constamment rééditées) ; Diui Chrisostomi homeliae in partem meliorem Psalterii (44 ; édition due au chartreux Gode-froy Tilmann, Paris 1550, 1554, complétant celle de Gentien Her-vet, Venise 1549) ; Comentarii Diui Chrisostomi in Euangelii (75 ; sans doute Commentarii in Mathaeum. Marcum, Lucam et Joannem... sub minori forma editi. Paris 1576) ; Libellus Sti Crisostomi (144 ; titre qui ne convient qu’au Quod nemo laeditur nisi a seipso, Cologne, c. 1470, s. 1. 1509, Paris 1530, Anvers 1540, 1564) ; Epistolae Sti Hieronimi (316 ; éditions innombrables) ; Viuus Hieronimus (128 ; extraits ?) ; S. Maximi philosophi Loci communes (166 ; traduction latine, parue à Zurich en 1546, d’un florilège grec mis sous le nom de Maxime le Confesseur) ; Les œuvres de St Bernard en vielle Lettre (1 ; 3 francs ; nombreuses éditions gothiques jusqu’à celle de Lyon 1520) ; Diui Bernardi operum thomus secundus (318 ; sont en deux tomes les éditions de Venise 1568 et Paris 1586).

Commentaires scripturaires médiévaux et modernes : Abbatis Joachin in Hieremiam (146 : ce pseudo-Joachim de Flore, à visée réformatrice et politique, a connu plusieurs éditions à Cologne de 1517 à 1577) ; Nicolaus de Lira (12 : 2 gros : une partie seulement de la Postilla, très souvent rééditée dès le XVème s.) ; Virtutum vitiorumque exempla Nicolai Hanapi (164 ; la Summa d’exemples bibliques du dominicain Nicolas de Hanappes, † 1291, nombreuses éditions incunables, Strasbourg, Paris, etc. ; Tubingue 1533, etc. ; Lyon 1608) ; Dionisii Cartusiani commentaria in Epistola diui Pauli (102 ; 17 éditions à Cologne et Venise de 1531 à 1573) ; Ricquel sur les espitres de St Paul (100 ; le même ouvrage, non une traduction, cité sous le patronyme de Denis le chartreux : Rickel) ; 2 exemplaires de Anthonius Flaminius in Psalmos (98 et 165 ; cette Explanatio de Marc-Antoine Flaminius, † 1550, a connu plus de 17 éditions de 1540 à 1576) ; Hogustinii Hugubinii in Psalmos (88 ; Augustin Steuchus, de Gubbio, préfet de la bibliothèque vaticane, † 1549, sur les Ps. IXL, Lyon 1548) ; Collationes super epistolam ad Romanos beati Pauli (163) ; Exposition du Canticque des Canticques de Salomon (270) ; on peut y joindre : Troporum in sacris literis [et d’une autre main] Vesthemer (6 ; Barthélemy Westheimer, Collectanea troporum communium Bibliorum, Bâle 1533, repris sous différents titres [Troporum...], Bâle 1561, etc.) ; De optimo genere Scripturae interprete authore Guillelmo (43 ; Wilhelmus Lindanus, De optimo genere interpretandi Scripturas, Cologne 1558).

Livres liturgiques : Ung missel à l’usage de Rome couvert de veau rouge (non numéroté, f° 5v°, coté 6 francs) ; deux petits Missels de l’usage de Rome, dont l’un de vielles lettres, c’est-à-dire en caractères gothiques (121 et 227) ; un Breuiaire en deux thomes à lusage de Rome couvert de parchemin (219, 3 francs) ; deux parties de bréviaires romains (310 et 325) ; un petit diurnal romain (208) ; Heures à lusage de Rome (243). L’usage de Besançon n’est représenté que par deux exemplaires de vieilles heures, dont l’un en parchemin (4 et 205 ; on connaît une vingtaine d’éditions gothiques). Il faut y joindre une paire d’heure en parchemin raie illuminees couverte de velours jaune, objet précieux (non numéroté, f° 34, coté 9 francs), alors tenu en gage par Pierre Sarragoz. Concernent aussi la liturgie : le Rationale diuinorum officiorum Guillermi Durandi (161 ; les éditions sont innombrables) ; une Expositio hymnorum (202, très souvent réimprimée depuis la fin du XVème siècle).

Sermonnaires : Pomerium Sermonum de Sanctis (323) ; Pars estivalis Sermonum Pomelii decentis (de sanctis, 48) ; Ung libure de Sermones Pomerii (2 ; les sermons du franciscain Pelbart de Temesvar [XVème siècle] ont souvent été réédités au XVIème) ; une Tabula Sermonum Henricy Herp (87 ; la dernière édition de ces sermons de Harphius, autre franciscain célèbre du XVème siècle, est de Strasbourg 1520).

Droit canon : Sextus Decretalium (178 : la « Sexte » compilée sous Boniface VIII ; Venise 1489, Lyon 1503, 1507, 1508, etc.) ; Vtraque potestate en vielle lettre (47 ; Aureus libellus de utraque potestate, temporali scilicet et spirituali [Somnium viridarii] Paris 1516) ; Consilium Tridentinum (17 ; éditions innombrables après celle de Rome 1564) ; Canones concilii Coloniensîs (45 ; canons du concile provincial de Cologne [1536], plusieurs fois réédités à Cologne, Paris et Lyon) ; Statuta sinodalia (240, sans doute ceux de Besançon, 1488, 1495, 1560 ou 1575) ; Singularis interpretatio tituli de mandatis apostoli (ci) s (123 ; Mathieu de Paco, Toulouse 1537) ; Compendium questionum regularium Emanuelis Roderici (206, Emmanuel Rodri-guez, o.fm., † 1613 ; 1ère édition des Quaestiones, Salamanque 1598 ; Compendium, plus tardif) ; Déclaration du Jubile de Lenseing (168 ; celui de « l’an saint » 1600, sous Clément VIII ?) ; Thesoro pretiosissimo des Indulgences (203).

Pastorale : Inquiridium Christianae Institutionis (82 ; sans doute Enchiridion christ. instit. in consilio provinciali Coloniensi editum, Lyon 1544, Paris 1550, 1558) ; Alphabetum sacerdotum (149 ; 1’Alphabetum seu instructio sacerdotum, édité dès le XVème siècle) ; Poletus de Institutionne Sacerdotum (20 ; discours synodal prononcé et édité à Lyon en 1537 par le dominicain Ambroise Catharin [Lancelotto Politi]) ; Manipulus curatorum (97 ; du prêtre aragonais Guy de Montrocher, très souvent réédité) ; Pastorum consu... natorumque Instructiones (51 ; Charles Borromée, Pastorum concionatorumque Ins-tructiones, Cologne 1587) ; Sacra Institutio baptisandi (237 ; Venise 1581, Turin 1589, Lyon 1595, 1614) ; Introductorium Confessorum Hie-ronimi Sauonarole (152 ; Florence 1496/1497, 1500, Paris 1510, Plaisance 1598) ; Directorium Confessorum Polenci (303 ; à côté du dominicain Savonarole, le jésuite Polanco : la première édition latine de son Directoire est de Rome 1554) ; Mémorial pour les confesseurs en Italien (234) ; De la Confession et Communion de François Arias (129 ; L’usance de la Confesion et S. Communion, traité d’un jésuite espagnol, traduit dès 1601, à Anvers, et recommandé par saint François de Sa-les) ; Traicte de la fréquente communion (201 ; sans doute celui du jésuite Christophe Madridius souvent réédité à partir de 1555) ; Vere contritionis precepta Joanis Vivaldi (113 ; Jean-Louis Vivaldi, o.p., † après 1520 ; traité souvent réédité sous divers titres, celui-ci correspondant à l’édition de Paris 1543) ; Somma Angeliqua (92 ; Angelus de Clavasio, o.m, † 1493, Summa casuum, dite angelica ; 20 éditions incunables ; Venise 1525, 1569, Lyon 1543, Nuremberg 1588, etc.) ; Summula Guaietani (155 ; la Summula peccatorum de Cajétan, souvent rééditée entre 1525 et 1613) ; Summa aurea armilla Bartholomei Fumi (292 ; 20 sols ; du dominicain Barthélemy Fumus, 7 éditions, de 1550, Venise, à 1594, Lyon).

Théologie : Diuus Thomas (65) ; Compendium teologie (157) ; Compendium theologie veritatis (112 ; Albert le Grand, Comp. totius theol. verit., Memmingen c. 1486, Venise 1500, Lyon 1552, 1557) ; Sententiarum summe virtutum et vitiorum (111 ; cf. Guillaume Peraud, Summae virtutum ac vitiorum, souvent rééditées depuis 1479 ?) ; Theologiae carrole boilii (7) ; Institutions de la Ste Trinité en Italien (89).

Controverse : Le bouclier de la foyd (169 ; par Nicole Grenier, victorin, Paris 1555) ; Le Leuain du Caluinisme ou commencement de lheresie de Genefue (295 ; par Jeanne de Jussie, clarisse de Genève, sur les événements de 1535, édité à Nancy [Annecy ?] en 1611) ; Confutatio pro Legomenon Brentii (79 ; Conf. prolegomenon Br. par le cardinal Hosius, dans le débat entre Pierre de Soto, dominicain, et le luthérien Johann Brenz, auteur d’une Confessio fidei présentée au concile de Trente, Cologne 1558).

Démonologie : Del Rio distinctio magicarum en trois tosme (18 ; 40 sols ; Martin-Antoine Del Rio, s. j., † 1608, Disquisitionum magicarum libri VI, Mayence 1593, Louvain 1599, dix fois réédité jusqu’à 1617) ; Malleus maleficorum (231 ; 20 sols ; Mall. maleficarum, des dominicains Jacques Sprenger, † 1495, et Henri Institoris, † 1500 ; paru à Cologne en 1487 et très souvent réédité) ; Fuga Satanae (117 ; Fuga Satanae, exorcismus, par Pietro-Antonio Stampa, repris dans Thesaurus exorcismorum, Cologne 1608, De fuga Satanae, Lyon 1610).

Maîtres spirituels : Scala paradisi Joanis Climati (120 ; L’Echelle de Jean Climaque a eu plusieurs éditions latines de 1531 à 1585) ; De contemptu mundi (215 ; trad. latine, parue à Venise, 1506, d’extraits des Sermons ascétiques d’Isaac de Ninive, plutôt que les traités d’Innocent III ou d’Érasme) ; Exercices devots de Ste Getrude (196 ; traductions des seuls Exercices de sainte Gertrude, Paris 1580 et 1619) ; Sancti Bonnaduanture Opera (276, 3 francs ; Strasbourg 1495, Rome 1588-1599, Mayence 1609) ; Sancti Bonaduanture (160) ; Joannes Laspergius (13 ; 20 sols : lesquels des traités du chartreux Lansperge ?) ; du même, Joannis Lanspergi Operum Libri sex de fide et ecclesia catholica en deux thomes (321, 3 francs) ; d’un autre chartreux : La Vye de la Voye purgatif par Laurens Surius (268 ; une traduction ?) ; Le Trésor coeleste contenant les richesses des bénéfices de Dieu par Denis le chartreux (21) ; Opera Ludouici blausii folio parchemin cartum (14 ; 30 sols ; la première édition collective des œuvres de Louis de Blois, souvent reprise, est de Louvain 1568) ; Institutions spirituelles de Louys de Bloix (186) ; autre exemplaire (305 ; l’Institution spirituelle a paru en 1553 et, avec divers suppléments, en 1603) ; Teologia mistica Ludouici Blosii (187 ; ce titre ne figure pas parmi les œuvres de Louis de Blois, mais le nom de celui-ci se lit au titre de la Theologia mystica... Germanice conscripta...[la fameuse Theologia deutsch, chère à Luther] qui dans les éditions de Lyon 1580 et 1601 est suivie de Ludovici Blosii Enchiridion parvulorum) ; Cabinet de Lame fidelle (301 ; recueil de 4 traités de Louis de Blois, traduits par Jacques Froye, Douai 1596) ; Les Epistres spirituelles de Jean Davillard (269 ; de Jean d’Avila, traductions françaises en 1588 et 1608) ; Dialogue avec Dieu de Ste Catherine de Sienne (221 ; la traduction E. Bourgoing, Paris 1580 ?) ; Les second et troisième tosme des diverses contemplations de Sœur Chapte (?) de Genne en Italien (314 ; nombreuses éditions de sainte Catherine de Gênes : laquelle est en 3 tomes ?) ; La vye spirituelle dangelicque de Foligni (283 ; La vie spirituelle de la vertueuse et dévote Angélique de Foligni, traduction Jean Blancone, Paris 1604) ; et, titre incomplet, Opere spirituali della Reuerenda et devotissima vergine di Christo [...] (24) ; Joannis Rusbrochii Opera, (274, édité par Surius, Cologne 1552) ; Les Institutions divines de frère Jean de Tholere (247 ; plusieurs éditions françaises des Institutions attribuées à Tauler, de 1587 à 1614) ; De Imitatione Cristi Tome de Kampis (176) ; et sa traduction, à deux exemplaires : L’art et Manière de parfaictement ensuivre (ou : d’aymer [194]) Jésus Christ, par Thomas de Campis (174 et 194) ; est-ce le même ouvrage qui est intitulé Jean Gerson en italien (139) ; Granatensis de oratione (86 ; de Louis de Grenade, o.p. † 1588 ; Cologne 1568 ?) ; La grande guide des pêcheurs (233 ; du même ; titre de la traduction de Douai 1577, 1584, Lyon 1585) ; Le miroir de la vye humaine de Grenade (148 ; trad. Jean Chabanel, Lyon 1593) ; Introductio et Simbolum (29 ; est-ce l’Introd. ad Symbolum Fidei de Louis de Grenade, très répandue ?) ; Combat spirituel (141 ; fameux ouvrage, encore anonyme, de Laurent Scupoli, traduit dès 1595 et, sous sa forme complète, en 1608) ; Le palais d’amour diuin par Laurent de Paris (282 ; œuvre d’un capucin mystique contemporain ; éditions de 1602, 1603 et, amplifiée, de 1614) ; Teologia mistica Joanis a Jesu Maria (191 ; œuvre d’un carme contemporain éditée à Rome 1605, Naples 1607, Cologne 1611, Paris 1612) ; Theologica mistica arcii (15) ; Praxis vitae spiritualis (135 ; Gerardus Brunius, Cologne 1587) ; La flame de l’amour diuin en Italien (266 ; Cipriani Verardi, Fiamma del divin amore, Brescia 1580) ; Le paradis des Contemplatifs (232 ; Barthélémy de Saluthio, Paris 1609).

Autres traités spirituels : De coelesti agricultura (8 ; Paulus Riccius, Augsbourg 1541) ; Summarium summae virtutum (134 ; Guilhelmus Peraldus, Cologne 1479, 1618, Bâle 1497, etc.) ; Tesaurus vere pietatis (298 ; Frère Berthold, Cologne 1577) ; Spechio de la perfectio magna (119) ; Opera di Marco Marulo da Spalato (23 ; cf. De institutione bene vivendi per exempla sanctorum, Venise 1506, souvent traduit, ou Dictorum factorumque memorabilia libri VI. Anvers 1584) ; Œuvres spirituelles d’Androtius en Italien (308 ; du jésuite Fabio Androzzi, 1ère édition, Milan 1579) ; Discour spirituel en Italien (16) ; Le paradis de Lame par le père Humbelot minime (189 ; François Humblot, † 1618) ; La Journe de lame dévote (90) ; Le clair soleil des personnes spirituelles (188 ; Angelo da Sienna, capucin, Lyon 1616) ; Testament de Lame à Dieu (190 ; Rouen 1608) ; Abbrege de la perfection crestienne (235 ; le fameux Breve compendio intorno alla perfezione cristiana d’Isabelle Bellinzaga et Achille Gagliardi, s .j. ; les premières éditions sont en français, Paris 1596, 1598, Arras 1599) ; La Conversion de Lame pecheresse (242 ; R. L’Huillier, Lyon 1605) ; Consolation des penitents en Italien (293) ; Praticque Crestienne de François Bonars (287) ; La Clets de paradis par un Père de la compagnie de Jésus (175 ; on connaît : Clavis Paradisi. Contritio..., d’un jésuite espagnol anonyme [qui serait Richard Haller, † 1610], traduit en latin [Ypres 1610] ; une traduction française [Antoine de Balinghen, s.j.], Liège 1609, 1611 porte un titre différent) ; encore La Clets de paradis (238) ; La practique singulière pour conduire l’homme a perfection, par Alexis de Salo (209 ; Alexis Segala de Salo, capucin, † 1628 ; abrégé du titre de la traduction parue à Rouen en 1617) ; La seconde partye de la Couronne céleste (315 ; du même, Lyon 1619).

Méditations et prières : Pinelli Meditationes (286 ; mort à Rome en 1607, le jésuite Luc Pinelli a publié en italien de nombreux livrets de méditations, fréquemment traduits) ; Instruction pour méditer (294 ; traduit de l’italien par François Solier, s.l. 1609) ; Méditation sur la naissance du Sauveur (250) ; L’art de bien contempler la passion de notre Seigneur, en Italien (245) ; Le Mistère de la flagellation de notre Seigneur (236 ; Bernardin de Balbano, Le sacré mystère de la flagellation de nostre Sauveur, traduction Antoine Gazet, Rouen 1610) ; Instruction pour bien prier et méditer (302 ; Paris 1603) ; Precationes Cristiani (162 ; sans doute Precationes cristianae, Lyon 1545, 1548) ; Dominicae precationis (154 ; Domin. precat. explanatio, 8 éd. Lyon 1500-1546) ; Les prières des Catholicques (138) ; Office de l’Ange Gardien (198 ; Béziers 1614 ?).

Dévotion mariale : Les miracles de Notre Dame par frère Jean le Compte (61, Jean Leconte ; éd. gothiques, Lyon 1490, 1494 ; Rouen 1500, 1510, 1512) ; Traicte de la devotion envers la Vierge (244) ; Le Rosaire de la Vierge Marie par Grenade (85 ; titre italien : Rosario... dall’opere del R.P.F. Luigi di Granata... raccolto per il R. P. F. Andrea Granetti de Salo, Rome 1573, Venise 1582 ; 1587, 1607) ; Le Sacre Jardin du St Rousaire par Augustin Barret (52 ; Augustin Baretti, o.p., † 1620) ; Rozaire de la Vierge Marie. en Italien (180 ; Rosario della R. Vergine Maria, Gênes 1610 ?) ; Les merveilles du sacre Rozaire (249 ; de Réginald Chabannac, o.p., † 1618 ; Toulouse 1613) ; Méditation du Rosaire (300) ; Devote Manière de reciter le Chappelet (285) ; Les trésors de la Vierge triumphante (220) ; Le triumphe de la Vierge (228 ; Pierre Crespel, Le triumphe de Marie, vierge et mère de Jésus, Lyon 1594, 1600) ; Traicte de la devotion envers la Vierge (244) ; Histoires de Nostre Dame de Laurettes (197) ; L’histoire de la translation Notre Dame de Laurette en Italien (267 ; Horatio Torsellini, s.j., Istoria dell’origine e translazione..., Venise 1601, 1611) ; Histoire de Notre Dame de Montagu (57 ; sur le pèlerinage au chêne de Montaigu en Brabant, bien connu en Franche-Comté ; l’ouvrage de Juste Lipse, Diva Sichemiensis sive Aspricollis a paru à Anvers en 1605 et 1606 ; celui d’Erycus Putaneus, en latin et en français, n’a paru, à Louvain, qu’en 1622).

Ordres religieux et Confréries : Le manuel des gens de religion (271 ; Gabriel de Puiherbaut, Paris 1546, 1572) ; De Vita Cartusiana (207 ; Pierre Cousturier [Sutor], Paris 1522, 1609, Louvain 1572 ou Theodorus Petreius, Cologne 1509) ; Commentariola super regulam Fratrum minorum (147 ; Charlet Picquet, Commentariola super evangelicam Fratrum minorum Regulam, Lyon 1597, Paris 1601) ; Le Liure de la Confrairie des Carmes (199) ; Le Liure de la mesme Confrairie en Italien (200) ; Somme des Indulgences de la Confrairie des Carmes (265) ; Regulae Confraternitatis beatae Virginis (263 ; Cologne 1581) ; Livre de la Congrégation de Costeilo (307) ; Le Livre de la Congrégation de François Costellier (172 ; il s’agit dans les trois cas du manuel édité par le jésuite François Costerus, dont la première traduction française parut à Anvers en 1586 ; l’une a paru à Besançon en 1609, chez Nicolas de Moingesse, sous le titre de Règles, Prières et Indulgences des Congrégations de la glorieuse et sacrée Vierge Marie, mère de Dieu, érigée ès chapelles de la Compagnie de Jésus).

Hagiographie : La vye des pères hermites (229 ; Les vyes et miracles des saincts Pères hermites... traduits du grec..., Paris 1605) ; La Vye de St François en Italien (195) ; La vie de Ste Coulette (30 ; celle de Surius, traduite par Michel Notel, à Mons, 1594) ; La Vye de Ste Philippe de Gueldre (246 ; clarisse, † 1547 ; la vie parue à Douai en 1594 ? ; autre à Pont-à-Mousson, 1607 et 1617) ; Vitam Ignacii en latin (55 ; celle par Ribadeneyra plusieurs fois rééditée depuis 1572) ; La Vye du Père Bourgeas duc de Candie (262 ; la vie de saint François de Borgia, publiée en latin par Ribadeneyra en 1592, l’a été en français à Verdun et à Douai, 1596) ; La Vye de St François de Paulle en Italien (248 ; celle de P. Regio, Naples 1577 ?).

Histoire : Platina de la vie des papes en Italien (77 ; nombreuses éditions et traductions depuis 1479) ; Baronii parenesis (54 ; Baronius, dans sa Paraenesis ad Rempublicam Venetam, Rome 1606, prêche la réconciliation après l’interdit lancé par Paul V ; une édition a paru à Dole dès 1606, chez Antoine Dominique) ; Vrbis hierosolomit. descriptio (173 ; Christianus Adrichonius, Vrbis Hierosolimae... brevis descriptio, Cologne 1585, 1592) ; Quatrains historicque avec les figures (56) ; Promptuaire de mémoire par Jean Doniques (70 ; Jean D’Ongoys, Promptuaire de tout ce qui est advenu plus digne de mémoire, Bordeaux 1579).

Ouvrages profanes

Humanisme chrétien : Sophologium sapientie Jacobi Magni (108 ; de Jacques Legrand, ermite de saint Augustin, † 1425 ; nombreuses éditions aux XVème et XVIème siècles) ; La Ste Philosophie de Duuert (140 ; de Guillaume du Vair, lre édition à Paris, 1584 ; 8 autres jusqu’à 1614) ; La Théologie Naturelle de Remond Sebon (214 ; traduction de Montaigne, Paris 1569 et 1581, Rouen 1603) ; Distiques moraux de Barthelon (60, Bartelon de Ravières, latin et français, Lyon, 1561, 1570, 1581) ; Nauis stultifera (299 ; nombreuses éditions aux aux XVème et XVIème siècles de la traduction latine de la « Nef des fous » de Sébastien Brandt) ; Livre de la vanité du Monde par Jacque de Lestoille (288 ; Lyon 1580).

Rhétorique, Dialectique, Logique : Epithomae oratoria arti (26) ; Trapesuntius de Dialectica (107 ; Georges de Trébizonde, traité latin, Strasbourg, 1509) ; autre exemplaire (69) ; Dialecticqua Joannis Caesarii (63 ; J. Caesarius juliacensis, Dialectica, Cologne 1558) ; Dialecticqua Tolleti (76 ; du jésuite François Tolet, † 1596 ; son Introductio in Dialecticam Aristotelis, Rome, 1561 ?) ; Epithome commentariorum dialecticae Rodorphi [dialecthicae] (99) ; Logises fundamentum Hogustini Huneii (37 ; Aug. Hunnaeus, théologien de Louvain) ; Identitatum et dixsimonarum Stephani (39 ; Étienne Brulefer, Compendiosa contractio distinctionum et identitatum, Paris 1541, 1582).

Auteurs classiques : Liliade domere (11 ; il y a eu des traductions de l’Iliade seule en 1530 et 1584, celle-ci réimprimée en 1609) ; Apopthegme de Plutargue en Italien (72 ; Apoftemmî di Plutarco traduits par G. B. Gualandi, Venise 1567) ; Plauty comedii (10) ; Commedie Terentii (150) ; Cornelius Tacitus (3) ; Les métamorphoses d’Ovide en verses italien (34 ; 5 éditions de 1533 à 1614) ; Boeti opera in folio (73 ; 30 sols ; sans doute Bâle 1546 ou 1570) ; Manlius Sevelinus (66 ; semble désigner aussi Boèce [Anicius Manlius Severinus Boethius]).

Aristote : Dialectica Aristot. (124) ; Fisiqua Aristotelis (84) ; Eticquorum Arristotelis (81) ; Moralium Aristotelis (9) ; Forestus morestica Aristotely (sic, 80 ; Hector Forestus, ... in Ethica Aristotelis, Lyon 1550 ? ; Interpretatio Georgii bruxellensis in sumulas Petri hespani (109 ; sur Aristote, Paris 1516, etc).

Philosophie, « philosophie naturelle » : Compendium philosophie (83) ; Abrahami Gusuani Institut, philosophie (131 : Abraham Guisianus, Methodicae institutionis philosophiae rationalis, naturalis, moralis, s.l.n.d.) ; Philosophiae naturalis (67) ; Textus philosophie naturalis (130) ; Cumpendium Naturalis philosophie Francisi Talmani (136 ; François Titelmann, Lyon 1551).

Arts et littérature : Les Amblèmes de Pierre Constant en francois (312 ; une traduction des Emblemata d’Alciati ?) ; Enchiridium Musices Nico-lai Vobci (105 ; Nicolas Volcir de Sérouville, Paris 1512) ; Canticque spirituel noté en Musicque (158) ; Pastorelles Italianes intitulé Ameto (127 ; sans doute l’Aminta du Tasse, comédie pastorale, plusieurs fois éditée à Venise de 1581 à 1617, aussi à Ferrare en 1603) ; Can-sionere generalle en espagnol (33).

Arithmétique. Métrologie : Laritmeticgue de Pierre Savonne (223 ; de Pierre de Savonne, Lyon, 1585, 1597, 1612) ; Larigmeticque de Valentin Meinier (101 ; L’arithmétique d’Honorat Meynier, Paris 1614 ?) ; Larigmeticque de Jacque Peletier (74 ; Jacques Peletier du Mans, Poitiers 1552, Lyon 1554, 1570) ; Vn petit livre daritmeticgue (225) ; Aritmeticque pour apprendre a chiffrer et compter (212) ; Vn tariphe daritmeticgue (211) ; Compendium aritmetice (115) ; Taxe des monnoyes de France (291) ; Les cannons et praticque pour lusage des efemerides (50 ; Oronce Fine, Les canons et documents très amples touchant l’usage et practique des communs almanachs que l’on nomme éphémérides, Paris 1543, 1557).

Sciences et techniques : De eruditionis arbore Joanis Artopei (256 ; Johann Artopaeus, de Spire, De erud. arb. oratio, Paris 1560) ; Joachimi Fortii opera (122 ; Joachimi Fortii Ringelbergii... opera. Lyon 1531, 1556) ; Histoires de plantes traduictes de latin en francois (210) et Histoires et pourtraict des plantes (192 ; trad. de Historia plantarum. Earum imagines, d’après Théophraste, Lyon 1567 ?) ; Rodophia agricultura (46) ; Les Commentaires de Matheol (275 ; Comm. de M. Pierre-André Matthiole [Mattioli]... sur les six livres de Ped. Dioscoride, Lyon 1572 [trad. J. D. Moulens], 1572, 1605 [trad. Ant. du Pinet]) ; La vénerie de Jacque de Fouloux (94 ; J. de Fouilloux, nombreuses éditions à partir de celle de Poitiers 1561) ; Des entreprises et ruses de guerre (53 ; tiré de l’italien du Sieur Bernardin Roque de Plaisance par le Sieur de la Popellinière, Lancelot de Voesin, Paris 1571).

Œuvres de Paracelse : Dixionarium Paracelcy (25 ; Gérard Dorn, Dictionarium Theophrasti Paracelsi…, Francfort/Main 1583 ; La chirurgie de Parasels (254, 20 sols ; La grand chirurgie de Philippe Aoreole Théophraste Paracelse, Lyon 1589, 1593, 1603, Montbéliard 1608, ou La grande, vraye et parfaite chirurgie..., Anvers 1567, 1568) ; Philippi Aureoli Theofrastri Paracelcy paracio-nes (42 ; Aur. Theophr. Parac. Praeparationes, Strasbourg 1569, Cracovie 1569) : Paraselci Archidoxorum (289 ; Archidoxorum seu de secretis naturae mysteriis, Cracovie 1569, éd. complète, Bâle 1570 à 1582) ; La toison dor par Salomum (35 ; Salomon Trissmosin, « précepteur de Paracelse », La Toyson d’Or, ou la fleur des Thresors. en laquelle est succinctement & méthodiguement traité de la Pierre des Philosophes, trad. de l’allemand [Paracelse, Aureum Vellus, Rorschach 1598 et 1604], Paris 1613).

Œuvres de Leonardo Fioravanti, médecin et alchimiste, Bologne, c. 1518-c. 1588 : Miroir de la science universelle en Italien (230 ; Dello Spechio di scienze universali, Venise 1564 à 1609) ; Miroir uniuersel des arts et sciences en géneral par Phiorauanti (290 ; traduction du précédent par Gabriel Chappuys, Paris, 1564, 1586, 1598, 1602) ; Les Caprices de Leonard Phioraventi (217 ; traduction par Claude Rocard, Paris 1586, 1598, de Li Capricci medicinali, Venise 1566, 1571, 1573, 1595) ; La phisicque de Phiorauanti en Italien (213 ; Della Fisica, Venise 1582, 1603, 1609) ; La chirurgie de Frolauente en Italien (31 ; La Cirurgia... con una gionta de’ secreti nuovi, Venise 1595) ; Compendio de cecretis Raceniolenti (sic, 64 ; lire Compendio de i secreti rationali Leonardi Fioravanti, Venise 1564, 1571, 1596, 1597) ; Le Trésor de la vie humaine, par Léonard (28 ; paru en italien à Venise : Il Tesoro della Vita humana, 1582, 1603).

Autres médecins : Josephi Cursetani Opera Medica (324 ; Quercetanus = Joseph du Chesne, sieur de la Violette, Opera medica, Lyon 1591, Francfort/Main 1602, Leipzig 1614) ; du même : Quercetani Dietericonne posestericone (93 ; Dietericon polyhistoricon, Paris 1606, Leipzig 1607, Genève 1607) ; Bernardi Perroti de denario medico (297 ; Perrot, Bernard-Georges, Berne 1608) ; Nouus de Medicina Veterum tractatus (296 ; Andreas Libarius, Nouus de Medicina Veterum... tractatus, Francfort 1599) ; Anathomia Tomae Gemini (260) ; Alphabet Anatomicque (241) ; Abbrege de la Nature de l’Or medicinal (239) ; Discours des vertus de l’or potable (182 ; Bref discours des admirables vertus de l’or potable par Alexandre de la Torrete, Lyon 1575) ; La Vertu de la quintessance (95 ; La vertu et propriété de la quintessence de toutes choses, par Jean de Roquetaillade [o.f.m., XIVème s.], trad. par Antoine du Moulin, Lyon 1549) ; Le Guidon des appoticquaires (226 ; Valerius Cordus, Lyon 1578) ; Paraphrases sur la Pharmacopee Baudery (204 ; Paraphr. sur la pharmac. par M. Briçon Bauderon [Bricius Bauderiusl, Lyon 1595) ; Val. Cordi Dispensatorium (279 ; Valerius Cordus, Pharmacorum omnium... componendorum ratio. Vulgo vocant Dispensatorium, Nuremberg 1535 à 1612) ; Traicte de la peste et cure dicelle (170) ; Secreti medicina delca pater [corrigé 2ème main : del rapale] (71 ; ?) ; Praticque des Remèdes pour les chevaux (153 ; Praticque excellente enseignant remèdes très exquis... pour guérir les chevaux, Lyon 1612).

Chimie et alchimie : De chimichorum cum Aristot (el) icis et Gallenicis cumsensu (177 ; par Daniel Sennnert, Wittenberg 1619) ; Secreta alquimie diui Thome (114 ; Secreta alchimiae magnalia D. Thomae Aquinatis. Item Thesaurus alchimiae secretissimus. quem dedit fratri Reinaldo, Cologne 1579) ; Rogerii Baconis de arte chimie scripta (183 ; Roger Bacon o.f.m., † 1294, De Arte Chymiae scripta, Francfort 1603) ; De Miraculis Oultrenature Leuili Lemni (137 ; Levin Lemnius, Occulta naturae miracula, Anvers 1559 à 1581, Gand 1571, Francfort 1598 et 1611 ; Les secrets miracles de nature, Lyon 1566) ; Theatrum chimicum (251 ; recueil d’opuscules hermétiques, 3 vol. Ursell 1602, 4 vol. Strasbourg 1613) ; Joannis Baptiste Porte de Distilationibus (272 ; Gioannibattista della Porta [Naples, 1540-1615], De distillationibus libri IX, Rome 1608, Strasbourg 1609) ; mots rayés : Jacobi Auberti de Ortu et (= De metallorum ortu et causis contra chemistas breuis et dilucida explicatio, Lyon 1575), remplacés par : Democritus Abderita de Arte Magna (151 ; traduction latine par Dominico Pizimenti, dédiée au cardinal de Granvelle, Padoue 1573) ; Secreta secretorum Remundi Luly (32 ; traité d’alchimie sous le nom de Raymond Lulle, Cologne, 1592) ; Romondi Lulli testamentum nouissimum (284 ; autre pseudépigraphe, Cologne, 1563) ; Guillermus Pepin, Opus secretorum (320 ; Opus admodum insigne de aduentu Domini, de secretis secretorum nuncupatum, Paris 1511 à 1537) ; Secreta Alexii pedemuntani (133 ; Alexii Pedem. De secretis, Bâle 1559, 1560, 1563, Anvers 1560, Lyon 1561 ; traduction du De’secreti d’Alessio Piemontese [Venise 1555]) ; Secrets de piai montes en espagnol (68 ; même ouvrage) ; Les secrets de Timothe Roussel en Italien (277 ; Tim. Rossellus, Della summa de’ secreti universali in ogni materia, Venise, 2 vol., s.d.) ; Le Ciel des philosophes par Phil. Ulstade (179 ; trad. fr., Paris 1547, de Coelum philosophorum seu Liber de Secretis Naturae, Strasbourg 1528, Paris 1543, Lyon 1553 à 1572) ; Presiosa marguareta de filosophorum Lapide (96 ; Pretiosa margarita novella de thesauro ac pretiosissimo philosophorum lapide, artis huius divinae typus et methodus. Collectanea... per Janum Lacinium Calabrum... edita = Pierre-Antoine Boni, Venise 1546 et 1557, Strasbourg 1608) ; Laurentius Ventura (261 ; L. Ventura, De ratione conficiendi lapidis philosophici, Bâle 1571) ; Ars Aurifera (319 ; Artis auriferae. quam Chemiam vocant..., recueil, Bâle, 2 vol. 1572, 3 vol. 1593 ?) ; Apologia Crisopeie et Argiropeie (273), et Appologia Bernardi Guillemy Penoti (40 ; même ouvrage = Gaston de Claves, Apologia crysopoeiae et argyropoieae adversus Thomam Erastum, éditée par Bernard-Georges Penot, [Genève] 1598) ; Geberis philosophi summa perfectionis (132 ; de Djabir ibn Hayyan al Tarsousi : Geberis... Summa perfectionis magisterii in sua natura..., Rome c. 1515, Venise 1542) ; Opuscule de la vraye philosophie naturelle des Métaux (306 ; Denis Zacaire, Opuscule très excellent sur la vraye philosophie naturelle des Métaux, Anvers 1568, Lyon 1612) ; Miracula chimica (252 et 311 ; Philippe Muller, une édition plus ancienne de Miracula chimica et mysteria medica, Paris 1644 ?) ; Tractatus varii chimicorum (253) ; Typus aureus siue tres tractatus chimici (216 ; Francfort 1618) ; Chimisticum artificium (193) ; Tetras chimiatricha (185 ; Erfurt 1618) ; Les eleme (nt) s de chimie de Me Jean Baginii [?] (218) ; Secreti de larte profumatoria (143 ; Giovanni Ventura Roseti, Notendissimi secreti dell ’acte profumatoria, Venise 1555, 1560).

Astrologie : La grande pronostication du siècle sollaire (171 ; les différentes Pronostications du siècle à venir groupent des traités sur les fins dernières, v.g. Lyon 1533, etc.) ; Les jugemens astronomiques (118 ; Les jugements astronomiques des songes, par Artemidorus, autheur ancien et renommé, traduction, Lyon 1555, plusieurs fois rééditée au XVIème siècle).

A préciser : Phelicis Hemeliy opuscula (125) ; Rasionamento dal seignor Francisco Vivaldo (110) ; Stephany scisiennensis compendium (36) ; Joesaphus thosetanus (19) ; Les oeuvres de Remondus pius (5) ; La Lampe Ardante (255) ; Compendium de arresticqa (58) ; De Agestica (41) ; Compendio de arte gerathissime gerasastica. Seconde partie (22).

Liure des Receptes (142) ; Vng petit libure de receptes (49) ; Vn viel Liure in folio discourant de diverses matières (280).

Des tablettes pour escripre (309) ; Une petite tablette (257).

Ont été utilisés surtout, pour l’identification des ouvrages de spiritualité, en plus des catalogues de bibliothèques, les bibliographies du Dictionnaire de Spiritualité. 17 vol., Paris 1937-1995, et Jean Dagens, Bibliographie chronologique de la littérature de spiritualité et de ses sources (1501-1610), Desclée de Brouwer 1952. Citons aussi, plus généralement, le Nomenclator literarius theologiae catho-licae de H. Hurter, la S., II (1109-1563) et IIa S., I (1564-1663), ainsi que la Bibliographie lyonnaise de H.-L. et J. Baudrier, 12 vol., Lyon 1895-1921. Nous avons consulté également les catalogues informatisés suivants : le Catalogue Collectif de France (CCFR) (http://www.ccfr.bnf.fr/​accdis/​accdis.htm), le Karlsruher Virtu-elle Katalog (KVK) (http://www.ubka.uni-karlsruhe.de/​hy-lib/​en/​kvk.html) ; l’Istituto Centrale per il Catalogo Unico (ICCU) (http://opac.sbn.it/​cgibin/​IccuForm.pl ?form=WebAnt).

Pour l’identification des ouvrages de « philosophie naturelle », nous avons utilisé en particulier, à la Bibliothèque municipale de Lyon : E.M. Parkinson, Catalogue of Medical Books in Manchester University Library 1480-1700, Manchester 1972 ; Karl Sudhof, Bibliographia Paracelsica, Berlin 1894 (reprod. Graz 1958) ; John Ferguson, Bibliotheca Chemica. A Catalogue of the Alchemical, Chemical and Pharmaceutical Books in the Collection of the late James Young of Kelly and Durris, 2 vol., Glasgow 1906 (reprod. Londres 1954) ; Albert L. Caillet, Manuel bibliographique des Sciences psychiques ou occultes. 3 vol. in 8°, Paris, Dorbon, 1913 ; Bibliotheca Alchemica et Chemica. An Annotated Catalogue of Printed Books on Alchimy, Chemistry and Cognate Subjects in the Library of Denis I. Duveen, Londres – New-York 1949 ; Alchimy and the Occult. A Catalogue of Books and Manuscripts from the Collection of Paul and Mary Mellon given to Yale University Library, t. I, Printed Books, 1472-1623, compiled by Ian Macphail, New-Haven, Yale University Library 1968. Nous avons également eu recours aux catalogues informatisés indiqués ci-dessus.

Notes

1 Archives municipales de Besançon, BB 42, f° 74v°-137.

2 Archives départementales du Doubs, G 201, f° 288v°-290v°.

3 Cet épisode a été rappelé par Valérie MARCELLI dans un article de Barbizier, 2004, p. 58-61.

4 Brevet original à la Bibliothèque de Montmirey, 7.087 bis - I, 6.

5 Jean-Jacques Chifflet a noté : « Mon oncle paternel, Messire Philippe Chifflet, est actuellement le chapelain royal de cette Chapelle, dans laquelle il ne cesse d’offrir au Roi éternel le saint sacrifice pour le salut de l’âme de ce roi » (Vesontio, II, p. 296 ; traduction J. Girardot, p. 603). Sur Jacques (II) de Bourbon, voir Dictionnaire de Biographie française, 6, c. 318 (Roman d’Amat).

6 « Pouillé des Carmes », Archives départementales du Doubs, H 7, p. 293-295.

7 Archives départementales du Doubs, H 11, p. 313.

8 Archives départementales du Doubs, E 2894.

9 L’ouvrage de Juste Lipse, Diva Sichemiensis sive Aspricollis a paru à Anvers en 1605 et 1606.

10 A la Bibliothèque municipale de Besançon, sous la cote 3585, sont réunis deux ouvrages de Paracelse offerts à Jean Chifflet en 1575 et 1577 par leurs éditeurs respectifs : VII Libri de Gradibus, Bâle, 1568 (A. de Bodenstein) et Libri XIV Paragraphorum, Strasbourg, 1575 (M. Toxites).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search