Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Première partie. Les premières générations

3. Les prédécesseurs de Jean-Jacques Chifflet

Bernard de Vregille

Texte intégral

  • 1 Ms. Chifflet 151, f° 5.
  • 2 Vesontio, I, p. 2-3.
  • 3 Imago Francici eversoris Davidis Blondellii, ministri calvinistae : Clypei Autriaci Liber prodromus(...)
  • 4 Ms. Chifflet 23, f° 74, et Vesontio, I, p. 2. Le Ms. Chifflet 23 contient un ouvrage inédit de Jean (...)
  • 5 LABBEY de BILLY, I, p. 251.
  • 6 LA TERRADE.- LABBEY de BILLY, I, 236, dit seulement « ses domaines » et ajoute : « rendus dans leur (...)
  • 7 BB 8, f° 18. Où A. Castan a-t-il pris que Laurent Chifflet « avait été introduit en Franche-Comté p (...)

1Curieusement, Jean-Jacques Chifflet qui à plusieurs reprises a vanté les mérites de ses ancêtres, ne cite aucun nom antérieur à celui de son grand-père Laurent. C’est le cas dans la dédicace emphatique du Vesontio, qu’il destina primitivement à l’empereur Mathias1 et adressa finalement à l’archiduc Léopold ; également dans sa préface « au Sénat et au peuple de Besançon »2. De même dans le livret polémique qu’il écrivit contre le pasteur David Blondel, lequel avait mis en doute l’authenticité de ses titres nobiliaires3. Quant à son fils Jean, qui a consacré une notice à chacun des membres de la famille, les indications qu’il fournit ne remontent pas non plus au-delà de Laurent4. Pourtant il est dit dans la dédicace du Vesontio que les anciens souverains « ont voulu s’attacher étroitement la famille des Chifflet » en leur concédant beaucoup « de dignités et d’honneurs ». Et ces mots font écho à la formule employée dans le brevet de Conseiller aulique accordé par Charles-Quint à Laurent Chifflet le 5 juillet 1555 : « en récompense de ses services et de ceux que ses ancêtres avaient rendus à la maison de Bourgogne »5. Ces allusions rendent vraisemblable la filiation, ou au moins la parenté, de Laurent Chifflet avec ce Charles Chifflet qui, le 22 janvier 1476, fut nommé par Marie de Bourgogne « contrôleur général des domaines que cette princesse avait à Besançon, en récompense des services qu’il avait rendus au duc de Bourgogne »6.Curieusement, cette date du 22 janvier 1476 se trouve être celle du jour où Charles le Téméraire, père de Marie, fut reçu à Besançon, à la veille de ses funestes expéditions en Suisse et en Lorraine7.

I. Une préhistoire ?

2Peut-on remonter plus haut encore ? Une hypothèse se présente. On possède en effet plusieurs données sur une famille Chifflat vivant à Besançon au XIVème siècle.

  • 8 U. ROBERT, Testaments de l’Officialité de Besançon, I, p. 291-292.
  • 9 BB 1, f° 96 et 98.
  • 10 U. ROBERT, ibid., I, p. 330-331.
  • 11 U. ROBERT, ibid., I, p. 331-332 et 340-341.

3Le 27 décembre 1308, Etiennette, veuve d’Etienne de Morteau, citoyen de Besançon, désigne comme son exécuteur testamentaire « le nommé (dictus) Chifflat », mari de sa fille Mathile8. Le même personnage figure parmi les treize prudhommes élus gouverneurs de la cité le 22 décembre 1313 ; il est cité à ce titre le 2 mars 13149. Le 19 avril 1327, Isabelle, veuve de Guy (dont elle était la seconde épouse), est dite, dans son testament, « fille de feu Chifflat », citoyen de Besançon ; elle a un frère, Jean, prêcheur, et une sœur, Bernose10. D’autre part, on connaît, par leurs testaments, « Gérard dit Chifflaz de Charmont », citoyen de Besançon, et sa femme Simonette11. Gérard teste le 5 mars 1328 (donc après la mort du premier Chifflat) ; il mentionne sa femme, sa fille Huguette, sa petite-fille et pupille Simonette, fille de son autre fille, défunte, Etiennette, ainsi que sa nièce Aliette. Cette même « Simonette, veuve de Gérard Chifflat, de la rue de Charmont », teste le 11 avril 1334. Elle mentionne ses sœurs, Henriette et Clémence, et ses neveux : Guillaume et Etiennette, dite Chastelein, enfants d’Henriette, et Huet, dit Musard, fils de Clémence ; également sa filleule Simonette, fille de feu Jean, son cousin, médecin de Besançon, et plusieurs autres filleuls. Ce Gérard Chifflat, mort entre 1328 et 1334, est-il le fils du Chifflat mort entre 1314 et 1327 ? On est tenté de le croire. Il serait pourtant curieux, en ce cas, que son nom ne figure pas dans le testament d’Isabelle qui serait sa sœur.

  • 12 L’artistique arbre généalogique peint par la baronne Marie d’Aligny et reproduit sur la couverture (...)
  • 13 Pour la curiosité : Marie-Thérèse MORLET, Dictionnaire étymologique des noms de famille, 1991, indi (...)

4Faut-il voir en ces personnages des ancêtres des Chifflet du XVIème siècle ? Il est bien impossible de le dire, à deux siècles de distance et en l’absence d’autres jalons12. En tout cas, la forme du nom ne paraît pas s’y opposer13.

II. Parents et homonymes

  • 14 GG 49, f° 3v°.

5On doit noter aussi qu’au XVIème siècle il y avait à Besançon, vivant dans la « bannière » de Charmont et la paroisse de La Madeleine, des Chifflet autres que les descendants de Laurent : le 18 février 1597 est baptisée là Claude-Antoinette, fille de Nicolas Chifflet et de sa femme Jeanne, avec pour parrain François de Casanat et pour marraine Claude-Antoinette Valimbert, l’un et l’autre de famille honorable14 (15). Ce Nicolas, qui n’est pas noble comme le sont les descendants de Laurent, paraît bien être un cousin. Les prénoms de sa fille sont courants dans la famille ; il est vrai qu’ils viennent ici de la marraine de l’enfant, mais elle-même doit être une parente.

  • 15 Gallia Christiana, XV, c. 301.
  • 16 G 284 bis.
  • 17 G 198.
  • 18 Thiébaud et Guillemette : U. ROBERT, Testaments, tables (?) ; Oudot, ibid., I, p. 137.

6Ajoutons que le nom de Chifflet se rencontre ailleurs encore : Guillaume Chifflet est abbé de Buillon en 147915 ; un Jean Chifflet, d’Apremont, traite avec le Chapitre en 149516; un François Chifflet, de Chaffois, est reçu familier au Chapitre en 157917 ; on signale ailleurs un Thiébaud Chifflet et sa femme Guillemette ; de même un Oudot, dit Chifflet, vigneron de Besançon, en 151018.

1. Laurent Chifflet († 1575)

  • 19 Ms. Granvelle 36, f° 165.
  • 20 Ms. Chifflet 23, f° 74.
  • 21 Cf. feuille de garde du Ms. Chifflet 135.
  • 22 BB 21, f° 134 ; BB 22, f° 110.
  • 23 BB 22, f°88, 130, 166 ; BB 23, f° 223-224 ; cf. BB 23, f° 43.
  • 24 BB 22, f° 249 ; BB 23, f° 290.
  • 25 BB 24, f° 268 (22 mars 1546).
  • 26 BB 25, f° 122, 132-133 ; cf. 358.
  • 27 BB 25, f° 300-303.
  • 28 BB 25, f° 325.
  • 29 BB 26, f° 213-215.
  • 30 BB 26, f° 221, 239, 258.
  • 31 BB 27, f° 51, 67.

7C’est bien à Laurent Chifflet que la famille a dû son premier prestige. A défaut de connaître ses parents, nous savons qu’il eut un frère, mort avant 1560, qui fut le père d’un Jean Chifflet, clerc, âgé d’environ 17 ans en 156019. Au terme de ses études de droit à l’Université de Dole, Laurent avait été élu « Recteur magnifique » pour l’année 153620. Et l’on voit, au long des délibérations de « Messeigneurs les illustres et très honorés les Gouverneurs de la Cité impériale de Besançon en l’Hostel consistorial et Conseil d’icelle », apparaître et s’imposer son autorité de juriste. Le suffrage populaire le désigne comme l’un des quatre Notables représentant la « bannière » de Battant en juin 1540, – année de son mariage avec Anne Genevrey de Montureux21 –, puis en juin 154122. Et déjà les Gouverneurs lui confient des missions délicates dont il s’acquitte excellemment, à Paris, puis en Flandre à deux reprises (1541, 1543)23. Le 15 mars 1542, il est nommé « avocat fiscal », le premier des « offices » de la Cité24. Quatre ans plus tard, il est « juge de la gardienneté », au nom du roi d’Espagne25. Ses missions se poursuivent, cette fois à la cour impériale de Worms et de Spire (1548)26, ainsi qu’à Dijon (1550)27. A la fin de 1550, il passe au service de l’archevêque, comme avocat fiscal de l’officialité28. Mais en 1553, élu Notable pour la bannière de Saint-Quentin, puis Gouverneur à ce même titre29, il est de nouveau chargé de missions auprès du Parlement de Dole (1553)30, puis de la cour de Spire (1554)31.

  • 32 De MESMAY.
  • 33 Ms. Chifflet 151, f° 5.
  • 34 LA TERRADE ; LABBEY de BILLY, I, p. 251.
  • 35 Ms. Chifflet 23, f° 160 : attestation du Roi d’armes, Bruxelles, 1er mars 1647, distinguant les éta (...)
  • 36 D’après De MESMAY, ce fut avec l’appui du cardinal de Granvelle.
  • 37 Ms. Granvelle 12, f° 139 ; 13, f° 290 ; 14, f° 381 ; 15, f° 173 ; 36, f° 28, 165, 178, 207, 353. Da (...)
  • 38 BB 30, f° 266.

8Cette période est pour lui la plus brillante. Charles-Quint, qui l’anoblit en 1552 (Thionville, 5 novembre)32 « avec privilèges et droits de toute antique noblesse pour lui et ses descendants », lui octroie en 1555 des patentes honorifiques de Comte palatin (4 mars)33, puis de Conseiller aulique (5 juillet)34. Les armoiries primitives de la famille : « de gueules au serpent d’or ployé en cercle », se chargent, en son honneur, d’« un sautoir d’argent » (c’est la croix bourguignonne de saint André), avec pour cimier « un dragon vigilant » (les supports, « deux béliers d’or », devaient être accordés par Ferdinand II, en 1633, à Jean-Jacques, historien de la Toison d’or)35. Finalement, Philippe II le nomme en 1560 Conseiller au Parlement de Dole36. A ce titre, il correspond avec le cardinal de Granvelle de 1560 à 156537. Il arrive qu’il soit délégué auprès de ses concitoyens les Gouverneurs de Besançon (1566)38.

  • 39 De MESMAY. D’après quelle source ?
  • 40 LA TERRADE.
  • 41 Date figurant sur son épitaphe. Son anniversaire, à Saint-Pierre, était fixé au 15 ou au 17 décembr (...)
  • 42 Ms. Chifflet 23, f° 74.
  • 43 Ms. Chifflet 23, f° 74v°.

9Mais il connaît la disgrâce : suspendu en 1571 par les Commissaires des Flandres comme suspect de relations avec les « Gueux », mais gardant son titre, il rentre à Besançon, songeant « à vendre son meilleur bien et à se retirer en Suisse »39. Il rédige son testament le 16 juillet 157140 et emploie ses dernières années à pousser la carrière de ses fils. Mort le 20 décembre 157541, il fut inhumé à Saint-Pierre de Besançon, « à gauche de l’autel du Très Saint Sacrement »42. L’épitaphe que lui dédia Anne Genevrey de Montureux, sa veuve, longue épitaphe murale sur lame de bronze, vantait ses grandes qualités d’administrateur et sa haute conscience43.

  • 44 LABBEY de BILLY, I, p. 241, qui renvoie à Charles du MOULIN, Consilia et responsa juris, où je n’ai (...)

10On lui a attribué une Sylloge variorum tractatuum de palatiis principum, viis publicis et nundinis, édité à Bâle en 154544, mais le Président Chifflet note, en 1755, que l’on n’avait « de luy d’autres ouvrages qu’un de ces recueils ou répertoires sur toutes sortes de matières, que les sçavans composoient pour leur usage et qu’ils appeloient Remissiones, et un assez grand nombre de consultations manuscrites sur différentes questions de droit ». Il s’agit des Mss. Chifflet 134 et 135.

2. Claude Chifflet (1541-1580)

  • 45 Date figurant sur son épitaphe.
  • 46 Ms. Chifflet 23, f° 76.
  • 47 Ms. Granvelle 36, f° 28.
  • 48 Archives départementales du Doubs, G 197, f° 242v°.
  • 49 Ibid., f° 263v°.

11La carrière de Laurent Chifflet avait été juridique, politique, diplomatique. Son fils Claude hérita de sa science juridique, à laquelle il joignit l’érudition historique ; son fils Jean hérita de ses talents politiques et de ses goûts d’historien, mais il fut avant tout un savant médecin. De ses autres fils, deux furent prêtres, Pierre et Philippe. Claude, né le 14 juillet 154145, étudia le droit à Bourges, où il fut l’élève du fameux Cujas46. On le voit accompagner son père à Bruxelles en 156047. Il était clerc et déjà docteur ès droits lorsque son père le présenta au Chapitre métropolitain le 27 mars 1573 pour l’obtention de la prébende à laquelle renonçait son frère Pierre (le droit à régler fut de 20 écus d’or)48. Mais dès le 23 septembre, il échangeait cette prébende contre deux chapellenies, à Vermantois et à Saint-Maur49. Et sa carrière ne fut pas cléricale ; c’est comme laïc qu’il enseigna le droit à l’Université de Dole.

  • 50 Claudii Chiffletii I.C., Sequani, eorum quae de iure pars prior..., Lugduni, apud Ioannam Iacobi Iu (...)
  • 51 Claudii Chiffletii I.C., De Numismate antiquo Liber posthumus... Eiusdem Chiffletii, De Ammiani Mar (...)
  • 52 Fr. ELIAS de TEJADA, La Franche-Comté hispanique, trad. J. Bongain, Dole 1977, p. 50 (intéressante (...)

12Après sa mort, son frère Jean publia à Lyon en 1584, chez les Giunta, un recueil de ses leçons sur divers points de droit50. Une dissertation de lui sur l’histoire de la monnaie dans l’Antiquité fut éditée en 1628 par son neveu Jules, « fils de Jean-Jacques », jointe à une œuvre posthume sur la vie et les oeuvres de l’historien latin Ammien-Marcellin, imprimée en 1627 (les notes de Claude sur le texte même d’Ammien avaient été prêtées et perdues ; d’autres notes existaient, qui concernaient Tacite, Horace, Végèce)51. Les deux ouvrages devaient connaître des rééditions. C’est dans l’approbation qui les précède, signée de J. B. Stratius, que figure la formule souvent citée : Eximia sunt quaecumque a Chiffletiorum manu et mente (« Insigne est tout ce qui vient de la main et de l’esprit des Chifflet »). « Dans ces ouvrages, si l’érudition est extraordinaire, elle va de pair avec la sagacité critique d’un esprit qui savait joindre aux subtilités du juriste les intuitions de l’historien assuré »52.

  • 53 Ms. Chifflet 23, f° 76. Cf. une lettre de Cujas à Laurent Chifflet, Ms. Chifflet 23, f° 113.
  • 54 Ibid., f°80-81.
  • 55 Ibid., f°81.

13La réputation du professeur de Dole était grande : on rapporte que le célèbre Cujas, invité à enseigner à Besançon en 1566, au temps où l’empereur érigea là une Université, qui d’ailleurs n’eut pas de lendemain, avait répondu : « Vous avez en Claude Chifflet un autre moi-même »53. C’est aussi Cujas qui, en 1580, invita son ancien élève, de la part de François de Valois, duc de Berry et frère d’Henri III, à venir enseigner à Bourges, invitation que Claude Chifflet déclina54. C’est cette année-là qu’il mourut, le 16 octobre. Il fut enseveli à l’église Saint-Georges de Dole. Son frère Jean lui consacra une longue épitaphe, gravée sur marbre55.

  • 56 Ms. Chifflet 149-150.

14Son fils, Constant, né et mort à Dole (29 juin 1579-26 janvier 1647), fut professeur de droit canonique à partir de 1621, puis de droit civil à partir de 1634. Ses commentaires manuscrits sur les Institutiones de Justinien sont conservés56. Sa très longue épitaphe se lisait dans la chapelle Saint-Christophe de la collégiale Notre-Dame. Son fils Guy-François fut chanoine de cette collégiale, dont il défendit les libertés.

3. Jean Chifflet (1550-1602)

  • 57 Archives départementales du Doubs, G 197, f° 183v (1571, ancien style). R. de Marliano (ou Marliani (...)
  • 58 Ms. Chifflet 23, f° 90 ; billets d’adieux, Padoue, mai 1575 : f° 93 ; en mai 1580, il y a juste cin (...)
  • 59 BB 38, f° 175 et 297 ; cf. 347v°.
  • 60 BB 38, f° 297 ; BB 40, f° 110-112 ; BB 41, f° 138 ; BB 42, f° 11.
  • 61 Vesontio, I, p. 3.
  • 62 BB 40, f° 205.
  • 63 BB 45, f° 71, 102-103.
  • 64 Ibid., f° 152, 241.
  • 65 Date figurant sur son épitaphe.
  • 66 Citation partielle, Ms. Chifflet 23, f° 93.

15Jean Chifflet, né le 25 octobre 1550, fut philosophe et médecin. Lui aussi était clerc lorsque son père le présenta au Chapitre, le 9 janvier 1572 : il s’agissait de le faire bénéficier d’une bourse d’études, pour cinq ans, au Collège universitaire fondé à Pavie par le juriste Raymond de Marliano, jadis chanoine de Besançon57. Le Chapitre, usant de son droit, écrivit à ce sujet à Philippe II, « roi d’Espagne et duc de Milan ». La démarche n’eut pas la suite escomptée, puisque ce fut à Padoue que Jean Chifflet séjourna quatre ans, de 1571 à 1575, et qu’il y prépara son doctorat en médecine, avec pour maître très affectionné le célèbre Jérôme Mercurialis58. En 1582, il fut élu Notable pour la bannière de Saint-Pierre ; cette année-là, il fit adopter le projet d’Hugues Sambin pour la seconde façade de l’Hôtel de Ville59. Notable à nouveau en 1583, puis en 1587, il est Gouverneur, pour Saint-Pierre également, en 1587, 1589 et 159060. Il épousa à Besançon, vers 1585, Marguerite Poutier de Mamirolle. A cette époque, nous dit Jean-Jacques, « François Contarini, ambassadeur de la Sérénissime République de Venise auprès du roi de France Henri IV, lui offrit la première chaire de Médecine de l’Université de Padoue, avec des appointements considérables, mais il déclina cet honneur par amour pour son Besançon »61. Il est, en 1588, lors de la peste, « commis à la police de la santé » ; on lui offre en reconnaissance une tasse d’argent aux armes de la Cité62. De nouveau, en 1597, il offre, « par affection pour sa patrie », de prendre la charge de surintendant à la police et à la santé de la Cité ; le remerciement est cette fois de quarante écus d’or63. Il redevient Gouverneur, au titre de Charmont cette fois, en 1598 et 159964. Il meurt le 14 juin 1602 et est inhumé à Saint-Pierre65. Son épitaphe vantait ses talents en usant des termes de la poésie antique66.

  • 67 Iohannis Chiffletii, philosophi ac medici Vesontini, Singulares tam ex curationibus quam ex cadaver (...)

16Nous avons la chance de pouvoir suivre le médecin Jean Chifflet dans l’exercice de son art, grâce aux Singulares Observationes qu’il a rédigées et que son fils Jean-Jacques a pieusement éditées à Paris en 161267. Le plus souvent, lieux, dates et noms des patients – dont ses enfants – sont consignés. Jean Chifflet s’intéressait vivement aussi à l’archéologie et à la littérature ancienne.

  • 68 BB 37, f° 160-161.
  • 69 Ms. Chifflet 23, f° 93-94. Le P. Auger n’aura fait que passer chez les Chifflet, puisque les gouver (...)
  • 70 Ms. Chifflet 148, f° 328-329.
  • 71 Vesontio, II, p. 323-324 ; cf. I, p. 105.

17Parmi les témoignages qui lui furent rendus de son vivant, on peut citer celui du célèbre Jésuite Edmond Auger, dont les prédications à Besançon, faites à la demande des Gouverneurs en avril 1579, eurent un grand retentissemen68 : sur l’Album amicorum de Jean Chifflet, le Père Auger, Chiffletianae domus peramans hospes, écrivit, le 30 avril, quelques lignes affectueuses à l’éloge de la médecine des corps et des âmes et sur l’érudition et la piété de son hôte et des siens (« mi Chiffleti » !)69. Du zèle catholique de Jean Chifflet il existe un autre témoignage, surprenant celui-là : son petit-fils Jules, écrivant en octobre 1654 au père Goswin Nickel, Général de la Compagnie de Jésus, pour lui demander une faveur (le retour à Bruxelles de son oncle Laurent, envoyé à Anvers), fait valoir, entre autres titres de sa famille à la reconnaissance des Jésuites, que Jean, son grand-père, alors Gouverneur à Besançon, « était, dit-on, mort empoisonné par certains sectaires pour avoir appuyé l’admission de la Compagnie de Jésus dans cette Cité »!70. L’insinuation cadre mal avec les faits et dates connus – le contrat confiant le Collège de la Ville aux Jésuites est du 26 mai 1597, donc antérieur de cinq ans à la mort de Jean Chifflet, qui du reste n’était pas Gouverneur cette année-là ; elle témoigne du moins de la sympathie notoire de celui-ci pour les nouveaux venus, de qui l’on attendait « non seulement qu’ils forment les jeunes esprits dans les belles-lettres, mais qu’ils les embellissent grandement par les ornements de la vertu et de la piété »71 (68). Les propres fils de Jean allaient être des premiers à bénéficier de cette formation littéraire et religieuse : tous les quatre seraient des humanistes, et trois entreraient dans les Ordres, dont deux dans la Compagnie de Jésus.

4. Pierre Chifflet († 1574)

18Aux côtés de Claude et de Jean Chifflet, il faut évoquer leurs frères prêtres, Pierre et Philippe.

  • 72 Ms. Chifflet 23, f° 75 : Petrus Chiffletius, Laurentii F(ilius) (...). Ce passage est repris de Ves (...)
  • 73 Archives départementales du Doubs, G 196, f° 215.
  • 74 Archives départementales du Doubs, G 197, f° 215, 227v°, 234v°.
  • 75 Ibid., f° 242v°.
  • 76 Ms. Chifflet 23, f° 75, repris de J.-J. Chifflet, Imago Francici eversoris (ci-dessus, note 3), p.  (...)

19Pierre, « docteur en sacrée théologie et chanoine de la Métropole de Besançon », dit son neveu Jean-Jacques, « apparut et fut enlevé en même temps, comme le fait l’herbe du solstice ». Dès le 28 mars 1564, il est bénéficier de la chapelle de Sainte-Madeleine de Gy72. Ses études le conduisent en Italie. Il est encore sous-diacre lorsque son père le présente au Chapitre le 24 septembre 157273. Diacre et docteur en théologie avant le 23 décembre, prêtre avant le 9 février 1573, il est admis définitivement au Chapitre à cette date, mais, malade, résigne son canonicat en faveur de son frère Claude dès le 27 mars74. Il mourut le 8 avril 1574 et fut enterré à Saint-Pierre, dans la zone du « chancel » où reposaient des corps saints : cette tombe, en ce lieu, disait la belle épitaphe rédigée par son frère Laurent, ne serait que pour lui et les hommes non mariés de la famille75. Pierre Chifflet laissait des papiers intéressant l’histoire religieuse de Besançon76.

5. Philippe Chifflet (1558-1619)

20Philippe, né le 20 juillet 1558, lui aussi prêtre et docteur en théologie, fut « chapelain royal » de la « chapelle du roi Jacques », dans l’église des « Cordelières » de Besançon. Il mourut là le 25 septembre 1619. Une notice détaillée est consacrée ci-dessous à ce prêtre curieux de spiritualité et de sciences.

6. Laurent Chifflet (1559-1614)

  • 77 Vesontio, II, p. 259.
  • 78 Archives départementales de Haute-Saône, 410 E, Suppl. 34 : 12 novembre 1600, Laurent, fils de Jean (...)

21Laurent Chifflet, né le 18 juillet 1559, portait le nom de son père et le transmit à son neveu et filleul, le futur Jésuite, baptisé le 15 novembre 1598. Célibataire, il est peu connu et semble avoir résidé par moments à Pin, où la famille possédait une « grange ». Son nom figure dans les registres baptismaux de cette paroisse en novembre 1600 et mai 1601 : il y est parrain de deux jeunes « Laurent »77. Il mourut en 1614 : dès avant sa mort, il avait fondé son anniversaire à Saint-Pierre, à célébrer déjà de son vivant sur la tombe de son frère Pierre qui devait être aussi la sienne (14 juin 1603)78.

III. Le cadre de vie des Chifflet

  • 79 Archives départementales du Doubs, G 1897, f° 52v°.
  • 80 « Si l’on ne pouvait être notable pour un quartier où l’on n’avait pas domicile, rien n’empêchait q (...)
  • 81 Cf. Simon-Pierre DINARD, « Antoine de Granvelle », dans Cahiers de la Renaissance du vieux Besançon(...)
  • 82 LA TERRADE.
  • 83 Vesontio, I, p. 99. - Qu’est-ce qui a pu faire croire à Gaston Coindre (Mon vieux Besançon, p. 397) (...)

22Quel fut le cadre bisontin de l’existence familiale des Chifflet au XVIème siècle ? Jean-Jacques nous le montre double : l’hôtel de la rue des Granges et la grange de Palente. Quand la famille s’est-elle fixée rue des Granges, sur la paroisse et la bannière de Saint-Pierre ? Nous voyons que Laurent, en 1541-1542, est élu parmi les Notables de la bannière de Battant, ce qui prouve qu’il réside dans ce quartier79. En 1553, il est élu par la bannière de Saint-Quentin, à l’autre bout de la ville, où il a donc émigré. De 1560 à 1571, il quitte Besançon pour Dole. Revenu à Besançon, il y meurt en 1575 et est inhumé à Saint-Pierre, qui est donc sa paroisse. Le fait ne prouve pas qu’il ait vécu alors rue des Granges, sur la bannière de Saint-Pierre. En effet, la paroisse était bien plus étendue que la bannière. Précisément nous apprenons que « la veuve et les héritiers de Laurent Chifflet » ont vendu, le 16 décembre 1580, au cardinal de Granvelle, qui allait construire là son hôtel particulier, la « tour Montmartin », située sur la paroisse de Saint-Pierre, mais sur la bannière de Chamars80. N’est-ce pas que Laurent Chifflet avait habité, en ses dernières années, cette très ancienne demeure ? Son testament, du 16 juillet 1571, pourrait le dire, mais où le retrouver81 ? Toujours est-il qu’en 1582, Jean, fils de Laurent, est élu Notable pour la bannière de Saint-Pierre, comme le sera plus tard son fils Jean-Jacques, ce qui prouve que la famille s’est fixée rue des Granges en 1580 au plus tard, et peut-être nettement plus tôt. Jean-Jacques parle de cette demeure et de son verger in vico Arearum, « dans la rue des Granges »82. Cet hôtel, proche de l’église paroissiale Saint-Pierre, comportait en annexe une « petite maison » ou « maison de louage », « en la même rue des Granges, joignant la grande »83.

  • 84 Le 1er juillet 1656, les Notables font opposition aux Bénédictines enseignantes, réfugiées de Lorra (...)

23L’hôtel Chifflet fut très tôt réputé pour sa collection d’objets antiques, dont certains découverts dans le jardin-même. Jean-Jacques, qui accrut la collection, évoque et décrit quelques-uns des objets recueillis à Besançon du vivant de son père et provenant surtout du « Champ Noir » (Canot) : fragments d’épitaphes, vases funéraires, monnaies. Jean Chifflet avait aussi relevé diverses inscriptions antiques. Quant aux monnaies, elles formaient « un médaillier historique à peu près complet » ; toutes furent décrites par Claude Chifflet84.

  • 85 Ms. Chifflet 23, f° 76. Récit de Juste Lipse dans Antiquarum lectionum, Liber II, c. 22 (Opera, Lyo (...)
  • 86 Ms. Chifflet 23, f° 76v°, en marge. Il semble que ce codex chiffletianus s’identifie avec l’actuel (...)
  • 87 Pline, Historiae mundi Libri XXXVII, éd. Jacques Dalechamps, Lyon 1587, f° 3v°.
  • 88 Le Ms. Chifflet 23 contient, en originaux et en copies, 6 lettres de J. Dalechamps à J. Chifflet.
  • 89 Vesontio, I, p. 23.
  • 90 Ms. Chifflet 23, f° 79v°, en marge : ... anno 1572, quo Gallia dedidicerat tueri societatem humanam(...)
  • 91 Ph. LABBE, Nova Bibliotheca manuscriptorum Librorum, II, Paris 1657, p. 531-551, publie le De Mirac (...)
  • 92 Plusieurs auteurs de bibliographies dominicaines (Quétif-Echard, Kaeppeli, etc.) se sont interrogés (...)
  • 93 Reproduit par A. CASTAN, Catalogue des incunables de la Bibliothèque de Besançon, p. 15.

24Non moins précieuse était la bibliothèque familiale - la Bibliotheca Chiffletiorum - riche en imprimés de toutes sortes, mais aussi en anciens manuscrits. La plupart de ces derniers appartenaient déjà à Jean Chifflet, qui les communiquait volontiers aux érudits. Un exemplaire de l’Histoire romaine de Tite-Live est cité par le fameux Juste Lipse ; Claude Chifflet le lui avait apporté de Besançon à Dole pour le récréer durant une convalescence (1567). Au premier coup d’œil, Lipse y avait découvert une variante textuelle excellente85. Quant à Jacques Delechamps, médecin de l’Hôtel-Dieu de Lyon et éditeur de l’Histoire naturelle de Pline (1587), il souligne le profit qu’il tira d’un exemplaire manuscrit de cette Histoire, « très ancien et très exact » – on lui donnait plus de six cents ans d’âge86 –, que lui avait prêté pour un an « le très savant et très digne médecin Chifflet de Besançon ». De fait, les marges de son in-folio sont constellées des références CH. ou Chiff.87. Jean-Jacques cite encore d’autres manuscrits de valeur, comme un exemplaire du Libellus Provinciarum ou Notitia Galliarum88 et un de l’Apotheosis de Prudence89. Un Itinerarium Antonini Augusti portait un ex-dono de Cujas à Claude Chifflet, daté de 1572, « année où la Gaule avait désappris la pratique de l’humanité » (c’est l’année de la Saint-Barthélemy)90. Dans le domaine religieux, il faut mentionner un exemplaire ancien des Miracula sanctae Fidis91 ; également « un livre érudit sur les Epîtres et les Evangiles » écrit par Pierre de Baume, dominicain de Besançon, devenu Maître général de son Ordre et mort en 134392. La collection allait se conserver et s’accroître jusqu’au XVIIIème siècle. Déjà Jean Chifflet pouvait y apposer un fort bel ex libris à ses armes93.

  • 94 Ci-dessus, note 72.
  • 95 Ms. Chifflet 23, f° 74.

25A l’église paroissiale Saint-Pierre se trouvaient les tombes de la famille : celle du « chancel », lieu vénéré, où reposait Pierre, le chanoine94, et, « à gauche de l’autel du Saint-Sacrement », celle de Laurent, qui fut aussi celle de Jean95.

  • 96 GG 170, f° 12v°.
  • 97 Ibid., f° 17v°.
  • 98 GG 171, f° 15v°.
  • 99 Ibid., f° 19.
  • 100 GG 172, f° 12.
  • 101 Ibid., f° 19.
  • 102 Observationes, n° 56. S’agirait-il d’une filleule ?

26A côté des sépultures, les baptêmes. C’est sur les registres paroissiaux de Saint-Pierre – qui ne remontent qu’à 1583 – que se lisent les noms des enfants de Jean Chifflet et de Marguerite Poutier, son épouse (lui-même y est dit nobilis, medicinae doctor celeberrimus, nobilis et sapiens). Ce sont Pierre-Philippe (1586)96, Jean-Jacques (21 janvier 1588)97, Pierre-François (22 septembre 1592 ; né le 20)98 ; Antoinette (9 octobre 1593 ; née le8)99, Jeanne (5 janvier 1595 ; née le 4)100, Philippe (10 mai 1597), Laurent (15 novembre 1598)101. Des noms manquent, dont celui de Philiberte, filiola que Jean Chifflet mentionne dans ses Observationes à la date du 28 mai 1594102. La litanie des parrains et marraines peut donner une idée des relations de famille et d’amitié : on y lit les noms d’une des deux grands-mères (Anne de Montureux en 1586), des oncles et tantes Chifflet et Poutier, du chanoine Jacques de Saint-Mauris, de Marc-Claude de Rye, d’Etienne de Jouffroy, seigneur de Gonsans, d’Anne de Gonsans, de Françoise de la Tour, dame de Vellecle, d’Antoinette Grenier, veuve de Claude de Chauvirey, de Jeanne de Corbessain, dame de Laisey, et même celui de la première dame de Besançon, Barbe de Saint-Vital, épouse de François Perrenot, comte de Cantecroix et neveu du cardinal de Granvelle (marraine de Pierre-François).

  • 103 Ibid., n° 13.
  • 104 Vesontio, I, p. 77
  • 105 Ibid.

27Jean et Jean-Jacques ont parlé l’un et l’autre de la seconde demeure familiale, la grange de Palente : « Notre Palente de la banlieue, dit Jean, où j’allais me récréer avec mon épouse, mes enfants et mes proches...»103. Et Jean-Jacques : « Cette vieille et noble maison de campagne des Chifflet (...), lieu fort agréable où, comme mes ancêtres, j’aime faire retraite pour cultiver plus secrètement les Muses (...) »104. Le lieu sentait son antiquité : le nom de Palente n’avait-il pas un sens mythologique et n’avait-on pas trouvé là jusqu’à un aureus de Constance ?105

  • 106 Bibliothèque municipale de Besançon, Yc Bes. A 1/3 : plan reproduit par R. Fiétier, Recherches sur (...)
  • 107 Le 8 avril 1609, la Cour de Dole proteste contre « l’arrestation faite par les gouverneurs d’un cer (...)

28La grange appartenait à la famille depuis plusieurs générations. Elle est représentée sur un plan figuré de la banlieue de Besançon qui paraît remonter à 1532-1533, à mi-chemin entre la Porte de Battant et Braillans, isolée à proximité de la forêt de Chailluz. Une indication manuscrite dit : « La Grange Chifet (sic) deuant laquelle lon dit auoir une borne »106. C’est dire que l’on était là hors des limites de la Cité, ce qui explique que Laurent et ses héritiers aient pu se dire « seigneurs de Palente »107.

  • 108 BB 23, f° 135 ; BB 34, f° 400.
  • 109 BB 23, f° 135 ; BB 34, f° 400.
  • 110 BB 53, f° 358 : pour J.-J. Chifflet (30 janvier 1621), en raison de ses mérites et des services ren (...)
  • 111 LABBEY de BILLY, I, p. 251.

29Plusieurs fois il est question de cette grange dans les délibérations municipales : le 9 juin 1543, la Ville octroie à Laurent Chifflet et à ses consorts le droit de « champoyer » le bétail de la grange de Palente « en et rière les bois de Chailluz », moyennant 15 gros annuels ; faculté reconduite le 20 avril 1574108. De même, le 1er juin 1577, pour la veuve de Laurent, Anne de Montureux, et ses fils Claude, Jean et Philippe (20 sols tournois), et le 18 avril 1580 pour elle et ses fils Jean et Philippe109. Les droits d’affouage et d’usage du bois mort étaient acquis depuis toujours110 et, le8 août 1545, un « mandement de garde » avait été donné « pour maintenir noble messire Laurent Chifflet, seigneur de Palente, dans son droit de chasse »111.

  • 112 Archives départementales du Doubs, E 2894.

30Les revenus tirés de la grange de Palente et ceux tirés de la grange de Pin nous sont connus seulement plus tard, dans l’état que Philippe-Eugène a dressé de sa fortune en 1670112.

IV. Jean-Jacques, l’héritier

  • 113 Cf. ci-dessus, note 4.
  • 114 Ms. Chifflet 23, f° 73.

31Lorsque Jean Chifflet, fils de Jean-Jacques, entreprit d’écrire à la louange et à la défense de son père, un ouvrage, qui d’ailleurs ne parut jamais : Vindicis Hispanici fama defensa113, il parla des Chifflet des générations précédentes, mais seulement après avoir parlé de Jean-Jacques lui-même. Ce renversement chronologique veut mettre Jean-Jacques en pleine lumière, sans renier pour autant ce qu’il devait à sa famille : « Bien qu’il eut pu par la seule prérogative de sa vertu s’élever aux degrés des honneurs qu’il méritait, point ne lui fit défaut la recommandation de ses ascendants »114.

32Cette « recommandation » apparaît en effet éclatante. Jean-Jacques, « comblé de dons » personnels, était d’avance comblé de dons reçus en héritage, et il n’est guère de traits de sa propre réussite qui n’ait été brillamment esquissé dans la carrière de son grand-père, dans celle de son père, dans celle de son oncle. Situation sociale et faveur politique, relations avec les cours européennes, familiarité avec les grands juristes et médecins des Flandres, de France et d’Italie, climat d’érudition et d’humanisme, ressources d’une riche bibliothèque, vertus familiales de travail obstiné et de loyalisme envers Dieu, l’Eglise, le Prince et la Cité, tout cela était offert à Jean-Jacques dès le berceau. Et c’est lui qui, par ses talents, devait, une fois attaché à la cour des princes et des monarques, qu’il servit brillamment par sa plume d’historien, faire valoir un tel héritage et donner tout son lustre au nom des Chifflet, secondé en cela par ses frères, avant qu’il ne soit relayé par ses fils.

Bibliographie

Références

Ms. Chifflet : à la Bibliothèque municipale de Besançon.

Ms. Granvelle : à la Bibliothèque municipale de Besançon.

BB 49, etc. : cotes de la série « Administration communale » des Archives municipales, à la Bibliothèque municipale de Besançon (Registres des délibérations, avec analyse dans Inventaires sommaires).

GG 170, etc. : cotes des Registres paroissiaux, aux mêmes Archives.

Quelques documents qui n’ont pu être retrouvés sont cités sur la foi de N.- A. LABBEY de BILLY, Histoire de l’Université du Comté de Bourgogne ; de F. S. A du MONTET, baron de LA TERRADE, Nobiliaire de Bourgogne et de Franche-Comté (resté manuscrit ; copie d’Albert de Vregille) ; du Général de MESMAY, Dictionnaire des anciennes familles de Franche-Comté ; de S. PIDOUX de LA MADUERE, Les officiers au souverain Parlement de Dole.

Notes

1 Ms. Chifflet 151, f° 5.

2 Vesontio, I, p. 2-3.

3 Imago Francici eversoris Davidis Blondellii, ministri calvinistae : Clypei Autriaci Liber prodromus, Anvers, 1655.

4 Ms. Chifflet 23, f° 74, et Vesontio, I, p. 2. Le Ms. Chifflet 23 contient un ouvrage inédit de Jean Chifflet, apologie de Jean-Jacques, son père, rédigé vers 1665 et intitulé : Vindicis Hispanici Fama defensa. C’est une source de grande valeur pour la biographie des Chifflet.

5 LABBEY de BILLY, I, p. 251.

6 LA TERRADE.- LABBEY de BILLY, I, 236, dit seulement « ses domaines » et ajoute : « rendus dans leurs armées ». L’acte original semble perdu. - Au nom de Charles Chifflet, la tradition familiale rattache un précieux monument, conservé au château de Montmirey-la-Ville. Il s’agit d’un tableau de grande dimension représentant la Descente de Croix vénérée par le duc Philippe le Bon et sa troisième épouse, Isabelle de Portugal, assistés de leurs saints patrons et accompagnés de leur jeune fils, Charles, comte de Charolais, le futur Charles le Téméraire. Le tableau aurait été donné en 1478 (date qui y figure) par Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, à Charles Chifflet, « officier de la garde noble » de ce même duc. Le sujet de ce « retable » est analogue à celui d’autres monuments étudiés par Pierre Quarré : « Plaques de fondation d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, aux Chartreuses de Bâle et de Champmol-lès-Dijon », dans Historisches Museum, Bâle, 1960, p. 29-38. Pourtant le style du tableau ne permet pas de le faire remonter au XVème siècle. P. Quarré estime qu’il s’agit d’une copie du XVIIème siècle tirée d’un original du XVème qui a pu être donné à Charles Chifflet (p. 35 et notes 42 et 45).

7 BB 8, f° 18. Où A. Castan a-t-il pris que Laurent Chifflet « avait été introduit en Franche-Comté par la maison de La Palu, qui possédait dans cette province l’importante seigneurie de La Roche » (Catalogue des incunables de la Bibliothèque de Besançon, p. 158) ?

8 U. ROBERT, Testaments de l’Officialité de Besançon, I, p. 291-292.

9 BB 1, f° 96 et 98.

10 U. ROBERT, ibid., I, p. 330-331.

11 U. ROBERT, ibid., I, p. 331-332 et 340-341.

12 L’artistique arbre généalogique peint par la baronne Marie d’Aligny et reproduit sur la couverture du volume Postérité de Jean-Jacques Chifflet fournit pour les premières générations Chifflet des données en partie différentes de celles ici proposées. Il indique : 1° Gérard Chiflet « grand fauconnier du roi », cogouverneur en 1313, et sa femme Simonette « Mésard ». - 2° « Jacques Chiflet, époux de Claudine Thomassin, 1330, 1380, 1410 » (Guillaume Chiflet, abbé de Buillon, 1430, est son frère). - 3° « Jean Chiflet, docteur en médecine à Besançon, 1406-1487 ». - 4° Charles Chiflet, « capitaine des gardes de Charles le Téméraire, puis, en 1476, contrôleur des domaines de Marie de Bourgogne à Gand ». Il reçoit d’elle le tableau de la Descente de Croix.

13 Pour la curiosité : Marie-Thérèse MORLET, Dictionnaire étymologique des noms de famille, 1991, indique : « Chifflet, Chifflot, (…) dérivé de chifle, sifflement, moquerie, surnom d’un homme moqueur, railleur ».

14 GG 49, f° 3v°.

15 Gallia Christiana, XV, c. 301.

16 G 284 bis.

17 G 198.

18 Thiébaud et Guillemette : U. ROBERT, Testaments, tables (?) ; Oudot, ibid., I, p. 137.

19 Ms. Granvelle 36, f° 165.

20 Ms. Chifflet 23, f° 74.

21 Cf. feuille de garde du Ms. Chifflet 135.

22 BB 21, f° 134 ; BB 22, f° 110.

23 BB 22, f°88, 130, 166 ; BB 23, f° 223-224 ; cf. BB 23, f° 43.

24 BB 22, f° 249 ; BB 23, f° 290.

25 BB 24, f° 268 (22 mars 1546).

26 BB 25, f° 122, 132-133 ; cf. 358.

27 BB 25, f° 300-303.

28 BB 25, f° 325.

29 BB 26, f° 213-215.

30 BB 26, f° 221, 239, 258.

31 BB 27, f° 51, 67.

32 De MESMAY.

33 Ms. Chifflet 151, f° 5.

34 LA TERRADE ; LABBEY de BILLY, I, p. 251.

35 Ms. Chifflet 23, f° 160 : attestation du Roi d’armes, Bruxelles, 1er mars 1647, distinguant les états successifs du blason ; diplôme de Ferdinand II, 15 juin 1633, transcrit par Jean-Jacques Chifflet dans Imago Francici eversoris (cf. note 3), p. 28- 29.

36 D’après De MESMAY, ce fut avec l’appui du cardinal de Granvelle.

37 Ms. Granvelle 12, f° 139 ; 13, f° 290 ; 14, f° 381 ; 15, f° 173 ; 36, f° 28, 165, 178, 207, 353. Dans presque toutes ces lettres, Laurent Chifflet sollicite l’appui du cardinal pour l’obtention de bénéfices ecclésiastiques en faveur de ses fils Claude et Pierre. Son « importunité est à imputer à son désir de pourvoir ses enfants à l’Eglise ». Il fait valoir ses bons services, ses faibles gages et le nombre de ses enfants.

38 BB 30, f° 266.

39 De MESMAY. D’après quelle source ?

40 LA TERRADE.

41 Date figurant sur son épitaphe. Son anniversaire, à Saint-Pierre, était fixé au 15 ou au 17 décembre : G 1897, f° 100 v°.

42 Ms. Chifflet 23, f° 74.

43 Ms. Chifflet 23, f° 74v°.

44 LABBEY de BILLY, I, p. 241, qui renvoie à Charles du MOULIN, Consilia et responsa juris, où je n’ai rien trouvé de tel. Rien non plus dans aucun catalogue consulté. Mais il existe, sous le nom d’Ahasver FRITSCH, un recueil intitulé Sylloge variorum tractatuum juris publici et privati, de monopoliis, palatiis principum, viis publicis et nundinis, primariis precibus, jure necessitatis. Editio altera, Iena, G. Sengenwald, 1666 (il y a eu une réédition en 1667, et une autre, plus développée, en 1678, toujours à Iéna).

45 Date figurant sur son épitaphe.

46 Ms. Chifflet 23, f° 76.

47 Ms. Granvelle 36, f° 28.

48 Archives départementales du Doubs, G 197, f° 242v°.

49 Ibid., f° 263v°.

50 Claudii Chiffletii I.C., Sequani, eorum quae de iure pars prior..., Lugduni, apud Ioannam Iacobi Iuntae F., 1584, in-8°.

51 Claudii Chiffletii I.C., De Numismate antiquo Liber posthumus... Eiusdem Chiffletii, De Ammiani Marcellini Vita et Libris Monobiblion, Lovanii, typis Cornelii Coenesteynii, 1628, in-12° en 2 parties.

52 Fr. ELIAS de TEJADA, La Franche-Comté hispanique, trad. J. Bongain, Dole 1977, p. 50 (intéressante référence, note 63bis).

53 Ms. Chifflet 23, f° 76. Cf. une lettre de Cujas à Laurent Chifflet, Ms. Chifflet 23, f° 113.

54 Ibid., f°80-81.

55 Ibid., f°81.

56 Ms. Chifflet 149-150.

57 Archives départementales du Doubs, G 197, f° 183v (1571, ancien style). R. de Marliano (ou Marliani), ancien conseiller de Philippe le Bon, avait été reçu au Chapitre le 4 octobre 1473 et mourut le 20 août 1475 ; le premier « boursier de Pavie » fut nommé le 15 novembre (G 185).

58 Ms. Chifflet 23, f° 90 ; billets d’adieux, Padoue, mai 1575 : f° 93 ; en mai 1580, il y a juste cinq ans qu’il a quitté J. Mercurialis : f° 90v°. - Lettres originales de J. Mercurialis à J. Chifflet (31 août 1575, 15 mai 1576), ibid., f° 396-397.

59 BB 38, f° 175 et 297 ; cf. 347v°.

60 BB 38, f° 297 ; BB 40, f° 110-112 ; BB 41, f° 138 ; BB 42, f° 11.

61 Vesontio, I, p. 3.

62 BB 40, f° 205.

63 BB 45, f° 71, 102-103.

64 Ibid., f° 152, 241.

65 Date figurant sur son épitaphe.

66 Citation partielle, Ms. Chifflet 23, f° 93.

67 Iohannis Chiffletii, philosophi ac medici Vesontini, Singulares tam ex curationibus quam ex cadaverum sectionibus Observationes, in-12°, Paris, J. Richer, 1612. – LABBEY

68 BB 37, f° 160-161.

69 Ms. Chifflet 23, f° 93-94. Le P. Auger n’aura fait que passer chez les Chifflet, puisque les gouverneurs l’avaient logé à leurs frais « chez Mr de Chavirey » (BB 37, f° 160-161, 25 avril 1579).

70 Ms. Chifflet 148, f° 328-329.

71 Vesontio, II, p. 323-324 ; cf. I, p. 105.

72 Ms. Chifflet 23, f° 75 : Petrus Chiffletius, Laurentii F(ilius) (...). Ce passage est repris de Vesontio, I, p. 105. La citation latine est empruntée à un poème d’Ausone à la mémoire d’un jeune rhéteur de Bordeaux (Opuscula, XVI, 7, vers 24-27 : éd. C. Schenkl, p. 61).

73 Archives départementales du Doubs, G 196, f° 215.

74 Archives départementales du Doubs, G 197, f° 215, 227v°, 234v°.

75 Ibid., f° 242v°.

76 Ms. Chifflet 23, f° 75, repris de J.-J. Chifflet, Imago Francici eversoris (ci-dessus, note 3), p. 26, y compris l’épitaphe : (...) saxeum sepulchri monumentum Laurentius Chifletius Petri frater P. C.

77 Vesontio, II, p. 259.

78 Archives départementales de Haute-Saône, 410 E, Suppl. 34 : 12 novembre 1600, Laurent, fils de Jean Thierry, de Pin ; 19 mai 1601, Laurent, fils de Guillaume Symon, de Flangebouche.

79 Archives départementales du Doubs, G 1897, f° 52v°.

80 « Si l’on ne pouvait être notable pour un quartier où l’on n’avait pas domicile, rien n’empêchait que l’on ne fût gouverneur pour une bannière à laquelle on n’appartenait pas » (A. CASTAN, Notes sur l’histoire municipale de Besançon, p. 418).

81 Cf. Simon-Pierre DINARD, « Antoine de Granvelle », dans Cahiers de la Renaissance du vieux Besançon, 5, 2002, p. 31 et p. 33. Cf. Archives municipales de Besançon, BB 38, f° 31,83, 1020, 118.

82 LA TERRADE.

83 Vesontio, I, p. 99. - Qu’est-ce qui a pu faire croire à Gaston Coindre (Mon vieux Besançon, p. 397) et à Jean Brelot (Histoire de Besançon (1964), I, p. 670) que les Chifflet avaient habité l’hôtel Porcelet, rue des Chambrettes (8 rue Pasteur), que Jean-Jacques avait écrit là son Vesontio et que Jules y était né ?

84 Le 1er juillet 1656, les Notables font opposition aux Bénédictines enseignantes, réfugiées de Lorraine, qui « prethendoient d’admodier la maison du Sr Chifflet située en la rue des Granges » (BB85, f° 5v). Il est question de cette « petite maison » dans l’inventaire des biens de Philippe-Eugène Chifflet en 1670 (Archives départementales du Doubs, E 1369, f°8).

85 Ms. Chifflet 23, f° 76. Récit de Juste Lipse dans Antiquarum lectionum, Liber II, c. 22 (Opera, Lyon 1613, I, p. 474).

86 Ms. Chifflet 23, f° 76v°, en marge. Il semble que ce codex chiffletianus s’identifie avec l’actuel codex Lipsii 7 de Leyde, du début du Xe siècle (cf. A. Ernout, Introduction à Pline, Histoire naturelle, l. I, Coll. des Universités de France, Paris, 1950, p. 31.

87 Pline, Historiae mundi Libri XXXVII, éd. Jacques Dalechamps, Lyon 1587, f° 3v°.

88 Le Ms. Chifflet 23 contient, en originaux et en copies, 6 lettres de J. Dalechamps à J. Chifflet.

89 Vesontio, I, p. 23.

90 Ms. Chifflet 23, f° 79v°, en marge : ... anno 1572, quo Gallia dedidicerat tueri societatem humanam.

91 Ph. LABBE, Nova Bibliotheca manuscriptorum Librorum, II, Paris 1657, p. 531-551, publie le De Miraculis sanctae Fidis Liber « ex veteri ms. codice Byzuntinae Chiffletiorm Bibliothecae et a R.P. Petro Francisco theologo Societatis Jesu communicato ».

92 Plusieurs auteurs de bibliographies dominicaines (Quétif-Echard, Kaeppeli, etc.) se sont interrogés sur cette mention : si Pierre de Baume est l’auteur de Moralitates sur les Evangiles, on ne connaît parmi ses œuvres rien de pareil sur les Epîtres.

93 Reproduit par A. CASTAN, Catalogue des incunables de la Bibliothèque de Besançon, p. 15.

94 Ci-dessus, note 72.

95 Ms. Chifflet 23, f° 74.

96 GG 170, f° 12v°.

97 Ibid., f° 17v°.

98 GG 171, f° 15v°.

99 Ibid., f° 19.

100 GG 172, f° 12.

101 Ibid., f° 19.

102 Observationes, n° 56. S’agirait-il d’une filleule ?

103 Ibid., n° 13.

104 Vesontio, I, p. 77

105 Ibid.

106 Bibliothèque municipale de Besançon, Yc Bes. A 1/3 : plan reproduit par R. Fiétier, Recherches sur la banlieue de Besançon au Moyen Age, Paris, 1973, hors-texte. Cf. divers plans du XVIIIème siècle : Archives départementales du Doubs, fichier des plans des quartiers de Besançon.

107 Le 8 avril 1609, la Cour de Dole proteste contre « l’arrestation faite par les gouverneurs d’un certain Jean-Pierre, originaire du Comté, pour actes commis à Palente, c’est à dire notoirement dans le Comté » ; il est fait droit à cette réclamation (BB 48, f° 183-184).

108 BB 23, f° 135 ; BB 34, f° 400.

109 BB 23, f° 135 ; BB 34, f° 400.

110 BB 53, f° 358 : pour J.-J. Chifflet (30 janvier 1621), en raison de ses mérites et des services rendus à la ville par lui et sa famille.

111 LABBEY de BILLY, I, p. 251.

112 Archives départementales du Doubs, E 2894.

113 Cf. ci-dessus, note 4.

114 Ms. Chifflet 23, f° 73.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search