Version classiqueVersion mobile

Autour des Chifflet : des origines de l’érudition en Franche-Comté

 | 
Laurence Delobette
, 
Paul Delsalle

Introduction

1. Introduction

Laurence Delobette et Paul Delsalle

Texte intégral

1A Besançon, le nom de Chifflet évoque celui d’une rue et aussi, pour les habitants les mieux renseignés, celui d’un ancien hôtel particulier. L’héritage de cette extraordinaire dynastie de savants franc-comtois ne saurait pourtant se limiter à cette éponymie.

2Les Chifflet sont bien connus à partir du XVIème siècle, même si leurs origines sont probablement plus anciennes. Durant deux siècles au moins et plusieurs générations, ils ont réuni un ensemble considérable de manuscrits et de livres, composant ainsi une bibliothèque de premier ordre. Leurs compétences s’étendaient au droit, à la médecine et à l’histoire - l’un d’eux est l’auteur du Vesontio, l’une des premières monographies urbaines. Leur esprit de curiosité est à l’origine de la constitution de plusieurs disciplines académiques, telles l’archéologie ou la numismatique. Localement, les Chifflet ont donc joué au sein du milieu humaniste un rôle de premier plan.

3Cependant, ces érudits rayonnent bien au-delà de l’échelon local. La dynastie Chifflet était en effet en contact avec tout ce que l’Europe comportait de savants et de lettrés. Les correspondances et les ex-libris des ouvrages de la bibliothèque familiale attestent de liens étroits avec l’Italie, l’Espagne et le nord-ouest européen. A l’échelle européenne, les savants bisontins ont ainsi formé un véritable réseau intellectuel. Ce « réseau Chifflet » mettait en relation des individus mais aussi des groupes, notamment religieux ; aussi ce réseau doit-il sans doute se lire à différents niveaux d’échelle. A l’évidence, il a fonctionné comme instrument de la constitution d’une élite européenne.

  • 1 Il s’agit de celles de Pascale MILLY, « La bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Saint-Claud (...)

4Sous l’égide du Laboratoire de Sciences historiques et de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Franche-Comté, ont eu lieu entre mars 2003 et juin 2005 quatre journées d’étude consacrées au « réseau Chifflet ». Ce volume réunit, à l’exception de quatre d’entre elles1, les communications présentées lors de ces journées.

5Les première et deuxième parties de l’ouvrage regroupent d’abord une dizaine d’études relatives à plusieurs membres de la dynastie Chifflet. Bernard de Vregille étudie la généalogie familiale à partir des premiers porteurs du patronyme, qui vivaient à Besançon au début du XIVème siècle. Les renseignements deviennent précis avec Laurent († en 1575), recteur de l’Université de Dole en 1536. Son fils Claude, juriste, fut un historien et un médecin réputé, tout comme Jean, auteur des Singulares observationes éditées à Paris en 1612. Deux Philippe retiennent particulièrement l’attention. Le premier (né en 1558), chapelain des Clarisses à Besançon, fut à la fois un théologien et un humaniste, comme le montre l’extraordinaire inventaire de sa bibliothèque. Le second entra également dans la carrière ecclésiastique, qui lui permit de devenir à Bruxelles l’aumônier de la souveraine, l’archiduchesse Isabelle et, dans le comté de Bourgogne, prieur de Bellefontaine et abbé de Balerne (1639). Bibliophile, il compta parmi les plus grands collectionneurs du XVIIème siècle. On sait la notoriété de l’historien Jean-Jacques Chifflet, auteur du fameux Vesontio, publié en 1618. Autre historien, Pierre-François Chifflet (né en 1592), fut aussi l’un des premiers patrologues.

6Les troisième et quatrième parties du livre groupent les communications présentées lors de la journée d’étude tenue à Saint-Claude, dans le Jura. L’ancienne abbaye bénédictine de Saint-Oyend de Joux constitue sans aucun doute un lieu emblématique. A la tête d’un véritable trésor archivistique, assemblé au long du Moyen Age, le monastère attire les érudits et au premier chef, les Chifflet. A partir de ce cadre monastique, il est possible d’étudier le réseau Chifflet à l’œuvre, pour ainsi dire, et la façon dont il assure un rôle de passage entre un modèle culturel et un autre.

7Cette quinzaine de contributions présente donc une première approche du réseau Chifflet.

8Il nous semble important d’attirer l’attention sur l’importance de la bibliothèque de Philippe Chifflet, inventoriée en 1619. Bernard de Vregille nous en offre une première présentation thématique. Cette approche est de nature à suggérer des pistes de recherche sur la provenance des ouvrages et sur leur langue – le latin domine mais le français a acquis un droit de cité et quelques livres sont en italien. La composition de la bibliothèque donne à voir une gestion complexe des savoirs. Philippe Chifflet lisait les auteurs classiques, tel Homère, source d’interprétations théologiques et d’applications édifiantes. Il a assemblé en outre toute une documentation spécialisée, relative à la médecine, aux sciences de la nature, à l’arithmétique ; occupant la double posture du savant, il confrontait à la tradition le témoignage de l’expérience. Comme nombre d’humanistes, il était attiré par l’herméneutique et la volonté de déchiffrer une vérité inaccessible aux non-lettrés. Il partageait le goût de ces derniers pour la pratique interprétative et le commentaire, quand il s’agit de théologie, de philosophie et de morale. Enfin, la collection d’ouvrages de spiritualité mériterait d’être étudiée, pour savoir dans quelle mesure cet homme d’Eglise oscillait entre tradition et modernité. L’histoire des différentes bibliothèques des Chifflet constitue ainsi, à n’en pas douter, l’une des perspectives les plus stimulantes qui s’ouvrent pour nos travaux futurs. Celle de Philippe Chifflet est représentative du lent processus qui, du XVIème au XVIIIème siècle, aboutit à la séparation entre « érudition » et « littérature ».

9L’on pourrait croire, à tort, que deux des textes publiés ici s’écartent de la thématique des Chifflet. En réalité, la présentation des archives de Saint-Claude est indissociable de celle des manuscrits et des imprimés de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Oyend-de-Joux. Eprouvant comme nombre d’humanistes une véritable passion pour l’histoire, les Chifflet font prévaloir la conception d’une discipline fondée sur les documents et les archives. En particulier Pierre-françois Chifflet, qui travailla longtemps sur les sources assemblées à l’abbaye de Saint-Oyend, a fondé et transmis l’idée d’une histoire érudite, documentée et sérieuse. Le monastère participe de ces lieux fondateurs d’un nouveau modèle culturel, soucieux d’établir les faits et de rompre avec le merveilleux et le légendaire.

10Ce volume ne correspond pas à un ouvrage préconçu : il rassemble des contributions diverses présentées lors des premières journées d’étude. Il s’efforce d’en conserver non seulement la teneur mais aussi l’état d’esprit, en gardant parfois, par exemple, le style oral utilisé par tel ou tel conférencier. L’ensemble réuni ici pourrait sembler incomplet. Nous avons bien conscience des lacunes qui subsistent. Elles sont même volontaires. Les éclairages qui manquent ici seront apportés lors des prochaines journées d’étude.

11Nous avons choisi un fil conducteur, l’œuvre des Chifflet, mais sur ce point aussi il importe de préciser qu’il ne s’agit nullement d’une synthèse. Notre ambition était d’offrir quelques éclairages, de rassembler des chercheurs de disciplines diverses et variées : historiens, bibliothécaires, archivistes. On trouvera ailleurs d’autres travaux sur tel ou tel Chifflet.

12Chaque érudit, chaque savant de la famille Chifflet avait constitué son propre ensemble d’ouvrages. L’étude de ces bibliothèques sera poursuivie dans les années à venir. Les fonds conservés aujourd’hui à Montmirey, à Besançon, à Bruxelles ou à Berlin, résultent des acquisitions et héritages successifs au sein de cette dynastie aux multiples ramifications.

Notes

1 Il s’agit de celles de Pascale MILLY, « La bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Saint-Claude : politique de sauvegarde d’un fonds patrimonial » ; de Marie-Claire WAILLE, « Les ouvrages des Chifflet à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, notamment ceux des deux Philippe » et « L’inventaire des fonds Chifflet à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon » ; de Claude-Laurent FRANÇOIS, « Livres de chœur au XVIIème siècle : état d’une recherche ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search