Version classiqueVersion mobile

Formaliser les langues avec l’ordinateur : de INTEX à Nooj

 | 
Svetla Koeva
, 
Denis Maurel
, 
Max Silberztein

Troisieme partie. Analyse syntaxique

21. Les groupes nominaux du texte. Du côté de chez Swann

Katia Zellagui

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre de nos recherches, nous avons réalisé un étiquetage morpho-syntaxique du roman proustien : Du côté de chez Swann (Zellagui, 2002). Le texte étiqueté est un objet à explorations innombrables. Dans cet article, nous nous intéresserons à la structure syntaxique des phrases proustiennes. Il est vrai que « Proust nous a laissé très peu d’indications explicites sur sa technique de la phrase » (Milly, 1972 :16).

2Le style proustien présente une caractéristique : aucune phrase ne se ressemble. Ce phénomène s’explique en grande partie par la complexité des structures syntaxiques (enchâssement de propositions subordonnées et relatives). Pourtant l’idée énoncée par (Spitzer, 1970) qu’il existe un modèle des phrases proustiennes, est une réalité incontestable puisqu’une phrase de Proust est reconnaissable parmi mille.

3Nous nous demanderons, entre autre, s’il était possible de faire émerger des phénomènes récurrents dans les structures syntaxiques des phrases du corpus.

4Nous pensons donc qu’en simplifiant la structure des phrases, nous pourrons obtenir une meilleure base d’observation. Cette simplification sera réalisée en remplaçant les groupes nominaux par leur équivalent symbolique <GN>, ce qui permettra de diminuer le bruit généré par la complexité structurelle de certains d’entre eux.

5Le système INTEX est un outil idéal afin de réaliser ce type de modifications et d’analyse syntaxique. Nous utiliserons les outils mis à la disposition par le système afin de repérer les groupes nominaux dans le corpus. Ce repérage passera par l’application d’une grammaire locale appelée : groupes nominaux.grf. Appliquée en mode REPLACE, la grammaire nous fournira un texte dont les groupes nominaux seront remplacés par le symbole <GN>, par exemple : Luc mange une pomme devient <GN> mange <GN/>. L’intérêt de cette substitution permettra d’entreprendre une classification des structures syntaxiques des phrases du corpus, et de repérer la ou les structures syntaxiques les plus utilisées ou les moins utilisées par Proust. Dans un premier temps, nous présenterons le cadre théorique de nos recherches. Nous détaillerons, dans un second temps, la grammaire groupesnominaux.grf en insistant sur les difficultés lors de sa conceptualisation. L’article conclura sur la présentation de quelques résultats et sur l’application de programmes PERL conçus afin de reconnaître la phrase la plus longue et la phrase la plus courte ainsi que leurs caractéristiques en nombre d’unités linguistiques. Un programme susceptible de classer les phrases selon leurs structures syntaxiques en tenant compte des groupes nominaux sera appliqué en fin de traitement.

1. Cadre théorique

6Par définition, le groupe du nom ou groupe nominal est un groupe dont le noyau est un nom. Ce noyau peut être un nom commun ou encore, un nom propre. La plupart du temps, un déterminant précède le nom. Il arrive qu’à l’intérieur du groupe nominal, on retrouve un ou plusieurs compléments du nom qui accompagnent le nom. Ces compléments du nom ont pour but d’apporter des précisions au nom, des informations supplémentaires sur celui-ci.

7Gross (2001) suggère trois structures des groupes nominaux (noté désormais GN) :

  • GN = Npr, c’est-à-dire un nom propre ; il peut également être un pronom, par exemple : Swann la laissa partir. Il la suivait du regard ;

  • GN = DET N, soit un déterminant suivi d’un nom, par exemple : la femme ;

  • GN = DET N MODIF, soit un déterminant suivi d’un nom suivi d’un modifieur, par exemple : le côté de Guermantes. Nous précisons que le modifieur peut précéder ou suivre le nom.

8Nous entendons par modifieurs :

  • les modifieurs adjectivaux : le nom est précédé et / ou suivi d’un groupe adjectival ;

  • les modifieurs prépositionnels : le nom est suivi d’un groupe prépositionnel ;

  • les groupes nominaux : le nom est complété par un autre groupe nominal ;

  • les subordonnées relatives : le nom est enrichi d’une proposition subordonnée relative introduite par un pronom relatif, par exemple : qui, que, à qui, à quoi, de qui, de quoi, dont, où, etc.

9Nous choisissons de construire une grammaire locale qui s’applique à tous les textes de la langue française, ce qui implique que la grammaire locale soit la plus générale et la plus exhaustive possible. Dans ce chapitre, nous présenterons une grammaire locale des déterminants qui sera intégrée à la grammaire locale des groupes nominaux. Nous présenterons, ensuite, les grammaires locales intégrées à la grammaire locale des groupes nominaux et nous indiquerons les résultats obtenus.

I. Déterminants et pré-déterminants

10Dans un premier temps, il était nécessaire d’établir et de réaliser une description détaillée des déterminants et des prédéterminants. Gross (1977) définit les déterminants et les pré-déterminants en ces termes :

« En première approximation, nous pouvons définir les (pré) déterminants au moyen de relations entre verbes et substantifs de la manière suivante :
Considérons la phrase suivante :
Certains enfants mangent beaucoup de bonbons
Elle comporte des relations sémantiques appelées contraintes de sélection ou de cooccurrences dans la terminologie de la grammaire (générative) transformationnelles, ces contraintes lient le nom enfants et le verbe mangent d’une part, le verbe mangent et le nom bonbons d’autre part ».

11La phrase prise en exemple est donc schématisée :

« Dét0 enfants mangent Dét1 bonbons.
Avec Dét0 et Dét1 déterminants respectifs des noms enfants et bonbons ».

12Nous notons, en premier lieu, qu’il existe des déterminants simples, par exemple : une, des, certains ; et des déterminants constitués de plusieurs formes simples, par exemple : beaucoup de.

13Nous tenons compte du caractère ambigu de certains mots, par exemple certains peut être un déterminant dans « il a vu certains films », un adjectif : « j’ai vu un certain Paul », et un pronom dans « certains en parlent bien ! ».

14Notre objectif tend à reconnaître et regrouper le plus grand nombre possible de déterminants composés de plus d’une forme. Ainsi, la grammaire décrite dans le chapitre suivant tient compte des pré-déterminants constitués de plusieurs formes simples et non ambigus.

II. Grammaire locale des déterminants

15Les travaux réalisés par Silberztein (1993a, 1993b) nous aident à élaborer la grammaire locale qui nous servira à reconnaître les pré-déterminants du corpus.

16Dans Finite state description of the French Determiner system (Silberztein, 2003), l’auteur entreprend une description à large couverture des déterminants français.

17Le système qui est présenté contient des mots simples, des mots composés et des séquences plus complexes (par exemple : toute une partie de ce groupe).

18En linguistique informatique (par exemple le projet Penn Tree Bank), les étiquettes sont traditionnellement associées à des mots simples et non pas aux séquences de mots. En conséquence, une séquence de type : une grande partie de ce groupe est reconnue comme une suite de sept formes et non pas comme une seule séquence.

19Or il s’agit de traiter cette séquence comme une seule forme, un mot composé.

20L’auteur s’est inspiré d’une part des travaux de Gross (1977) et d’autre part, des travaux de Salkoff (1973) qui a décrit la première grammaire en chaîne à large couverture du français.

21Gross est, effectivement, à l’origine de la description à large couverture du « lexique » français et de la syntaxe. Son objectif était le formalisme des noms phrastiques (« noun phrases ») en français.

22Le contenu du déterminant est indépendant de son contexte droit, généralement construit sur le modèle AdjL-N-Modifieur, et plus généralement de la totalité de la phrase.

23L’objectif de l’auteur était de construire une grammaire locale sous forme d’automate fini afin de reconnaître le plus grand nombre possible de déterminants.

24La construction de cette grammaire construite sous INTEX a été soumise à un certain nombre de contraintes lexicales. Les deux contraintes principales sont :

25La gestion des contraintes entre déterminants et noms, ce qui revient à effectuer des sous-catégories de déterminants, par exemple :

  • Det_fp : tous les déterminants qui introduisent un féminin pluriel ;

  • Det_p : les déterminants définis au pluriel ;

  • Det_Mas : les déterminants qui déterminent des noms indivisibles, par exemple : j’ai (du+*un) sable ;

  • Det_Abst : tous les déterminants qui introduisent un nom abstrait, par exemple : Jean manifeste (un peu de+*un morceau de) sincérité.

26• La seconde contrainte lexicale relève de la limitation des formalismes standard à état finis (Finite State) car il n’y a pas de prévision en cours pour un accord d’unification.

27La grammaire contient également des déterminants semi-figés tels que les unités de mesure, par exemple : deux kilos de viande, cent kilomètres de route ; ainsi que les séquences comportant « un déterminant nominal comme vingtaine dans une vingtaine de film » (Buvet, 1994), par exemple :

J’ai vu un millier de supporters dans la rue
J’ai besoin de trente centimètres de fils doré.

28Silberztein (2003) utilise le système INTEX afin de construire une grammaire locale des déterminants (Det.grf) qui intègre 150 graphes.

Graphe 1 : Grammaire locale Det.grf

Graphe 1 : Grammaire locale Det.grf

29Le nœud Det_ms intègre par exemple le graphe Ddef.grf qui contient lui-même trois sous-graphes présentés ci-dessous :

  • le graphe LE.grf qui reconnaît les déterminants définis : le, la, les, l’ ;

  • le graphe Poss.grf qui reconnaît les déterminants possessifs : mon, ton, son, ma, ta, sa, mes, tes, ses, notre, votre, leur, nos, vos, leurs.

  • le graphe CE.grf qui reconnaît les déterminants démonstratifs : ce, cet, cette, ces.

30Nous avons étudié une à une les grammaires locales afin de récupérer celles qui nous semblaient pertinentes à la reconnaissance des déterminants du corpus.

31Nous conservons 108 graphes (sur les 150 graphes originellement inclus dans le système INTEX) afin de construire la grammaire locale des déterminants : DET.grf. Nous retenons entre autre les grammaires locales : Dadj.grf, Dadv.grf, DDef.grf, DDnom.grf. Nous ne gardons pas les grammaires locales qui reconnaissent les déterminants simples (tels que ce.grf) dans la mesure où nous travaillons sur un texte étiqueté.

32La grammaire locale Det.grf, ainsi modifiée, est très efficace et reconnaît la totalité des déterminants du corpus. Ce qui nous amène, en toute logique, à l’étude de la partie centrale du groupe nominal : le nom.

III. Grammaire locale des groupes nominaux

33La grammaire locale des groupes nominaux est présentée ci-dessous.

Graphe 2 : Grammaire locale Groupes nominaux.grf

Graphe 2 : Grammaire locale Groupes nominaux.grf

34Nous allons décrire dès à présent les grammaires locales intégrées à la grammaire locale des groupes nominaux.grf.

35La grammaire Groupes nominaux.grf contient six grammaires locales décrites dans les lignes suivantes.

36Le noeud qui contient l’information <N> renvoie à la catégorie des noms ; le noeud <PRO+PpvIl> reconnaît l’ensemble des pronoms préverbaux.

37Les apostrophes placées avant et après le <N> sont justifiées par le fait qu’il y a dans le corpus 91 occurrences correspondant à l’expression « <N> », par exemple :

[…] la prétention d’aimer les « antiquités » […] ;
[…] il le souhaitait, la connaissance des « bonnes adresses » […] ;
[…] On était passé dans le « cabinet de travail » […].

1. Le graphe DET.grf

38Nous avons vu précédemment que nous avions sélectionné 108 graphes inclus dans le système INTEX (Silberztein, 2003) afin de construire la grammaire de reconnaissance des déterminants.

39Le nœud DET.grf renvoie au graphe qui reconnaît tous les pré-déterminants et les déterminants du corpus.

40Une fois la détermination repérée, nous construisons la grammaire de façon à reconnaître :

  • les noms de personnages : état civil.grf ;

  • les modifieurs à gauche ;

  • les modifieurs à droite ;

  • les groupes pronominaux.

2. La grammaire locale : état civil.grf

41La grammaire locale état civil.grf est conçue de façon à reconnaître des noms propres intégrant (ou non) des abréviations : M. pour monsieur, Mme pour madame, Mlle pour mademoiselle, MM. pour messieurs, Mmes pour mesdames et Mlles pour mesdemoiselles.

Graphe 4 : Grammaire locale état civil.grf

Graphe 4 : Grammaire locale état civil.grf

423 584 occurrences sont reconnues par le graphe ci-dessus, voici quelques exemples :

[…] le général de Froberville […] ;
[…] M. Charles Swann […] ;
[…] M. et Mme Cottard […] ;
[…] Mme de Saint-Euverte […].

3. La grammaire locale Modifieurs à gauche.grf

43Nous construisons un graphe susceptible de reconnaître tous les ajouts à gauche du nom. Ces ajouts sont, en grande partie, des modifieurs adjectivaux constitués d’un adjectif (précédé ou non d’un adverbe) suivi ou non d’une conjonction introduisant un autre adjectif avec insertion possible d’un adverbe.

Graphe 5 : Grammaire locale Modifieurs à gauche.grf

Graphe 5 : Grammaire locale Modifieurs à gauche.grf

44Ce graphe reconnaît 8 834 séquences dont voici quelques exemples.

[…] abortive […] ;
[…] pauvres petites […] ;
[…] à demi éteinte et assoupie […] ;
[…] à la fois mystiques et saugrenues […] ;
[…] aussi intermittente et aussi chaude […].

4. La grammaire locale Modifieurs à droite.grf

Graphe 6 : Grammaire locale Modifieurs à droite.grf

Graphe 6 : Grammaire locale Modifieurs à droite.grf

45Le graphe Modifieurs à droite.grf est constitué de deux grammaires locales et est construit afin d’identifier le plus grand nombre possible d’ajouts à droite du nom, par exemple :

L’histoire hallucinante, vraie et merveilleuse.

5. La grammaire locale Modifieur adjectival.grf

46Les ajouts longs à droite du nom sont traités en partie par le graphe Modifieur adjectival.grf.

47Cette grammaire locale est susceptible de reconnaître toutes les séquences de type : adverbe – ou non – suivi d’un ou plusieurs adjectifs coordonnés – ou non – par une virgule et / ou une conjonction de coordination.

Graphe 7 : Grammaire locale Modifieur adjectival.grf

Graphe 7 : Grammaire locale Modifieur adjectival.grf

48Nous relevons des séquences telles que :

[…] à la fois mystiques et saugrenues […] ;
[…] aigre, contraint, timide et froid […] ;
[…] alors encore tout ému […] ;
[…] bien au contraire plus précieuse […] ;
[…] dansante, pastorale, intercalée, épisodique, […].

49La concordance, réalisée suite à l’application de cette grammaire locale, compte en totalité 8 568 occurrences.

6. La grammaire locale Modifieur prépositionnel.grf

50Les ajouts à droite sont plus complexes à gérer dans la mesure où ils peuvent intégrer des modifieurs adjectivaux et un autre nom.

51Le graphe ci-dessous reconnaît toutes les séquences commençant par une préposition (<PREP> ou <PREPDET>) suivie ou non d’un déterminant, suivi ou non d’un modifieur adjectival suivi d’un nom ou d’un état civil.

Graphe 8 : Grammaire locale Modifieur prépositionnel.grf

Graphe 8 : Grammaire locale Modifieur prépositionnel.grf

5211 872 occurrences sont reconnues suite à l’application de la grammaire locale ci-dessus.

[…] à cause de notre conception des castes […] ;
[…] à ce degré de perfection […] ;
[…] à cinquante centimètres de la fenêtre […] ;
[…] à des personnes d’une grande position de fortune […]
[…] contre les attaques des sires de Guermantes […].

7. La grammaire locale : groupe pronominal.grf

53Nous tenons compte, dans la réalisation de la grammaire locale des groupes nominaux, d’une classe naturelle existante : les groupes nominaux sans nom ou groupes pronominaux.

54Nous rappelons que :

« Le groupe nominal sans non est caractérisé par l’absence de nom réalisé dans un groupe ayant pour fonction de groupe nominal » (Corblin, 1990).

55Les principales structures du groupe nominal sans nom selon Corblin (1990) sont :

  • un groupe nominal ordinaire (DET N Modifieur) mais dont le nom est elliptique, par exemple : […] mais cette piste lui parut un instant la bonne ; la bonne pour la bonne piste.

  • un pronom possessif, par exemple : […] vis-à-vis de gens d’un milieu inférieur au sien comme étaient les Verdurin.

  • un composé de celui, par exemple : […] d’un liséré capricieux et sombre comme celui des algues.

  • un superlatif, par exemple : la vie de la façon la plus noble et la plus délicate.

56Dans la reconnaissance d’une catégorie de groupes nominaux sans nom, nous construisons deux grammaires locales, ci-dessous décrites.

Graphe 9 : Grammaire locale groupe pronominal.grf

Graphe 9 : Grammaire locale groupe pronominal.grf

57La grammaire locale celui.grf est conçue afin de repérer :

  • des mots simples, par exemple : celui devant lequel s’inclinait Mme Cottard ;

  • des séquences plus complexes, par exemple : Beuzeval l’avait penser à celui d’une autre localité de cette région ;

  • des mots composés, par exemple : Celui-ci soupçonna encore Bergotte.

Graphe 10 : Grammaire locale celui.grf

Graphe 10 : Grammaire locale celui.grf

58La grammaire locale pronom possessif.grf reconnaît certains pronoms possessifs, par exemple :

[…] la beauté des arbres c’était encore la sienne […] ;
[…] on savait donc quelles étaient les siennes […]

Graphe 11 : Grammaire locale pronom possessif.grf

Graphe 11 : Grammaire locale pronom possessif.grf

8. La grammaire locale superlatif.grf

59Nous traitons indépendamment de la grammaire groupe pronominal.grf, le cas des superlatifs. Ce choix est motivé par le fait qu’il n’est pas possible de gérer les superlatifs pronoms sans tenir compte du contexte gauche ou droite.

60Voici quelques exemples de séquences reconnues (en gras) :

[…] l’amour peut naître, – l’amour le plus physique, – […]
[…] le plus grand désespoir de M. Verdurin […]
[…] la beauté d’une femme devait y être la plus grande […]

61Dans les deux premiers énoncés, la séquence est constituée d’un déterminant suivi d’un nom suivi d’un adverbe et d’un adjectif ; alors que dans le dernier énoncé, on rencontre une séquence (déterminant adjectif) qui présente une ellipse du nom.

Graphe 12 : Grammaire locale superlatifs.grf

Graphe 12 : Grammaire locale superlatifs.grf

62La grammaire locale superlatif.grf reconnaît 130 groupes nominaux dont voici un échantillon :

des paysages les plus beaux
l’amour le plus physique
l’ homme le plus distingué
la côte la plus sauvage
la douleur la plus cruelle
la façon la plus noble et la plus délicate

9. Grammaire locale des comparatifs

63De la même façon, nous traitons le cas des comparatifs et la grammaire locale comparatifs.grf est construite dans le but de reconnaître toutes les formes nominales formées avec un comparatif. Par exemple :

Bayeux si haute
ces choses si communes,
ces choses si importantes
ces heures si différentes
ces lieux si sauvages
cette bonne si intelligente et active

Graphe 13 : Grammaire locale Comparatifs.grf

Graphe 13 : Grammaire locale Comparatifs.grf

64Ce graphe permet de reconnaître 85 séquences dans le corpus.

III. Perspectives de la grammaire locale des groupes nominaux

65La grammaire locale n’est pas tout à fait complète. Elle reconnaît de façon certaine la tête des groupes nominaux mais affiche ses limites lorsqu’il s’agit de reconnaître des groupes nominaux très complexes. Nous proposons, par exemple, le cas de l’apposition.

66Nous rappelons que l’apposition :

« Est un élément nominal placé dans la dépendance d’une autre élément nominal et qui a avec celui-ci la relation qu’a un attribut avec son sujet, mais sans copule » (Grevisse, 1986).

67Par exemple :

Paris, (la) capitale de la France, est une ville magnifique.

68L’apposition se caractérise le plus souvent par un groupe nominal avec ou sans déterminant juxtaposé au nom et encadré de virgules.

69Nous les repérons dans le texte en utilisant l’expression rationnelle suivante :

70Les 4 occurrences reconnues sont :

coutances, cathédrale normande,
facteurs, signes de réalisation effective,
jeux, soupers costumés,
parties de campagne, parties de théâtre,

71Cette recherche est une recherche très simplifiée, ce qui explique le peu d’occurrences obtenues. Nous remarquons que sur les quatre occurrences obtenues, seulement une occurrence est une apposition (la seconde). Dans les autres énoncés, il s’agit de groupes nominaux indépendants et juxtaposés. La recherche des appositions est une tâche très complexe, surtout dans un texte proustien. L’exemple suivant en est la preuve :

« […] un célèbre brigand, – un des membres les plus élégants du jockey-club, ami préféré du comte de Paris et du Prince de Galles […] »

72Nous avons ici une double apposition : la première : un des membres les plus élégants du jocker-club ; et la seconde : ami préféré du comte de Paris et du Prince de Galle. Toutes deux qualifient le groupe nominal : un célèbre brigand. La seconde apposition est plus complexe au niveau de sa structure que la première. En effet, elle est construite sur une coordination de deux groupes nominaux (sans déterminant pour le premier groupe).

73L’énoncé suivant pose un autre type de problème.

« […] quelque sinistre échoppe, témoignage historique et reste sordide du temps où ces quartiers étaient encore mal famés, […] »

74Nous rencontrons, en plus d’une juxtaposition de groupes nominaux sans déterminant, l’insertion d’une proposition subordonnée relative « modifieur » du nom temps introduite par le pronom relatif .

75Nul besoin de fournir d’autres d’exemple. La recherche et l’étiquetage des appositions comme <GN> est une opération qui nécessiterait un traitement spécifique et long compte tenu de la complexité des phrases proustiennes.

IV. Résultats

76La grammaire locale groupes nominaux.grf fournit des résultats très satisfaisants. Elle reconnaît 31 628 occurrences dans le corpus. Un échantillonnage des groupes nominaux reconnus est présenté ci-dessus.

ces horribles créatures sous leurs chapeaux couverts d’ une volière
ces habitudes au reste de la vie d’ Odette
certains pavillons de chasses abandonnés
cette dernière image du banquier
cette page
cette page de Bergotte sur la beauté des vieux mythes

77Les premières lignes du texte modifié sont :

{S} {Longtemps, . ADV+Padv+z1}, <GN> {me, me. PRO+z1} {suis, être. V+aux+z1 : P1s} {couché, coucher. V+se+p+i+E+z1 : Kms} {de bonne heure, de bonne heure. ADV+z1}.
{S} {Parfois, . ADV+Padv+z1}, {à peine, à peine. ADV+z1} <GN/>, <GN> {se, se. PRO+z1} {fermaient, fermer. V+se+p+i+E+z1 : I3p} {si, si. ADV+z1} {vite, . ADV+Padv+z1} {que, que. CONJS+z1} <GN> {n’, ne. ADV+Dadv+z1} {avais, avoir. V+t+U+z1 : I1s} {pas, . ADV+Dadv+z1} <GN> {de, . PREP+z1} {me, me. PRO+z1} {dire, . V+t+z1 : W} :
{S} " <GN> {m’, me. PRO+z1} {endors, endormir. V+se+p+i+E+z1 : P1s}."

78C’est en terme de rappel/précision que nous allons évaluer la qualité de la grammaire locale : groupesnominaux.grf.

79Nous vérifions manuellement les dix premières pages du corpus afin de calculer la précision. Tous les éléments trouvés sont pertinents. Nous obtenons donc une précision de 100 %. Le rappel s’élève à 99,12 %. En effet, 344 groupes nominaux ne sont pas reconnus par la grammaire (nous les repérons en recherchant toutes les étiquettes {DET} dans le texte). Ces erreurs sont dues soit à l’insertion du guillemet entre le déterminant et le nom, par exemple : le « fils, », une « toquade » ; soit de groupes pronominaux sans nom non traités par la grammaire locale groupe pronominal.grf, par exemple : la seule.

80Nous rappelons que l’intérêt de cette substitution permet d’entreprendre une classification des structures syntaxiques des phrases du corpus, et de repérer la ou les structures syntaxiques les plus utilisées ou les moins utilisées par Proust. Ces opérations sont réalisées en appliquant un petit ensemble de programmes écrits sous Perl.

V. L’étude de la structure syntaxique

  • 2 Le programme unephraseparligne.prl (cf. Annexe 17) permet d’obtenir un document qui présente une ph (...)

81Nous écrivons sous PERL quatre algorithmes afin de réaliser diverses recherches sur le corpus étiqueté2. Nous voulons repérer dans le corpus, la phrase la plus longue et la phrase la plus courte. Le deuxième programme consiste à ne préserver dans l’étiquette que la catégorie grammaticale, par exemple {de, de. PREP+z1} devient {PREP}. Le dernier programme est conçu afin de classer les phrases selon leurs structures grammaticales. Une fois classées et dénombrées, nous pourrons tirer des conclusions sur les structures syntaxiques les plus utilisées ou les moins utilisées par Proust.

82• La phrase la plus longue

83Dans un premier temps, le programme laphraselapluslonguetlapluscourte.prl permet d’afficher la phrase la plus longue et la phrase la plus courte en indiquant le nombre d’unités linguistiques. 243 mots dont 12 mots composés constituent la phrase la plus longue. Elle contient 8 conjonctions de subordination, et 8 pronoms relatifs (cf. Annexe 1).

84• Les phrases les plus courtes

85Les phrases les plus courtes sont des mot-phrases. Nous en relevons 8 dans le corpus.

{S} {Aujourd’hui,aujourd’hui.ADV+z1} ! {S}
{S} {bon,bon.INTJ+z1} ; {S} {
{S} {Brava,Brava.INTJ+Ital} ! {S},
{S} {Chercher,chercher.V+i+U+z1 : W} ? {S}
{S} {Hélas,.INTJ+z1} ! {S}
{S} {Non,.ADV+z1} ; {S}
{S} {Non, . ADV+z1} ? {S}
{S} {Odette de Crécy, . N+Pr+Hum : fs} ? « {S}
{S} {Pourquoi, pourquoi. CONJS+z1} ? {S}

86• Les catégories grammaticales

87Dans un second temps, le programme étiquetteseule.prl afin de ne préserver dans chaque étiquette que la catégorie grammaticale. Nous classons ensuite chaque phrase selon sa structure syntaxique (ci-dessous la phrase la plus longue qui contient 159 étiquettes).

88{S} {CONJC} {PREP} {GN}, {PRO} {V} {GN} {PRO} {GN} {V} {PREPDET} {ADV} {A} {N}, {CONJS}, {CONJS} {GN} {V} {V} {GN}, {PRO} {ADV} {PRO} {V} {ADV} {CONJC} {V} {CONJS} « {GN} {PRO} {V } », {PREP} {V} {PREP} {GN}, {GN} {V} {ADV}, {V} {PREP} {GN} {PRO} {V} {GN} - {N} {ADV} {PREP} {GN}, {PREP} {GN} {A} {CONJS} {GN} {ADV} {V} {V} {PRO} {PRO} {V} {GN} {ADV}, {CONJS} {GN} {V} {GN} {GN} {CONJC} {ADV} {A}, - {A} {PREP} {GN}, {A} {CONJC} {A} {CONJS} {GN} {PRO} {V} {PREP} {GN}, {V} {A} {PREP} {GN} {GN} {V} {GN}, {PREP} {GN} {V} {DET} " {N} " {PREP} " {A} {GN} ", {GN} {V} - {CONJC} {ADV} {GN} {V} {V} {GN} - {GN}, {ADV} {ADV} {A} {CONJC} {V} {V} {ADV} {GN} {N} " {GN}, {PREP} {PRO} {V} {PREP} {N} {GN}, {GN} {V} {PREP} {GN}, {ADV} {GN}, {PREP} {PRO} {V} {GN}, {PREP} {GN} {GN}, {PREPDET} {N} {GN} {PRO} {GN} {ADV} {V} {CONJS} {GN} {CONJC} {PRO} {GN} {PRO} {V} {GN}, {CONJC} {PRO} {GN} {V} {PREP} {N} {PREP} {GN} {PRO} {PRO} {V} .

  • 3 Crémieux cité par Spitzer (1970).

89À partir de l’observation du trie, nos conclusions rejoignent celles de Crémieux3 lorsqu’il écrit que :

« Pour chaque phrase, Proust crée un modèle nouveau sur lequel il renonce à calquer une seconde phrase ».

90D’un point de vue syntaxique, les phrases proustiennes ne se ressemblent pas. Deux types de phrases présentent une structure similaire avec pour chaque type 15 occurrences relevées dans le texte :

  • les phrases de type : [GN] {PRO} {V} ;

  • et les phrases dont la structure répond au modèle : [GN] {V} [GN].

Conclusion

« La phrase représente un inéluctable mécanisme de la pensée » (Spitzer, 1970).

91Notre objectif initial était de tenter de vérifier s’il existait un modèle syntaxique du style proustien. Nos conclusions nous obligent à répondre par la négative. La recherche au niveau de la phrase ne s’est pas avérée pertinente compte tenu de la longueur moyenne des phrases proustiennes. Nous pensons donc qu’il serait nécessaire de travailler sur un champ plus restreint que celui de la phrase. Il serait plus logique d’étudier, par exemple, des segments de 7, 8 voire 9 étiquettes. Nous pouvons réaliser ce type d’analyse en appliquant des méthodes de statistique, en l’occurrence la méthode des segments répétés (Salem, 1987). Cette méthode nous permettrait de faire émerger de façon plus significative les structures récurrentes. Nous ne présenterons pas cette analyse dans le cadre de cette recherche, mais elle ouvre un champ qui sera exploré dans nos prochains travaux.

Bibliographie

Bibliographie

BUVET Pierre-André (1994), « Déterminants nominaux », Linguisticae Investigationes, XVIII :1, Amsterdam, John Benjamins BV.

GROSS Maurice (1977), Grammaire transformationnelle du Français, Syntaxe du nom, Éditions Cantilène.

GROSS Maurice (1985), « Sur les déterminants dans les expressions figées », dans Générique et Généricité, Langages n° 79, éditions Galmiche Michel et Kleiber Georges, Paris, Larousse, p. 89-117.

GROSS Maurice (2001), « Grammaires locales de déterminants nominaux », Détermination et formalisation, LIS 23, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, p. 177-193.

MILLY Jean (1972), La phrase de Proust dans « A la Recherche du Temps Perdu », études de style, Lille III.

SALEM André (1987), « Pratique des segments répétés : essai de statistique textuelle », Lexicométrie et textes politiques, Institut national de la langue française, Paris.

SALKOFF Moris (1973), Une grammaire en chaîne du français Analyse distributionnelle, Paris, Dunod éditeur.

SILBERZTEIN Max (1993a), Dictionnaires électroniques et analyses automatiques de textes : le système INTEX, Paris, Masson.

SILBERZTEIN Max (1993b), « Les Groupes Nominaux productifs et les noms composés lexicalisés », Linguisticae Investigationes, XVII : 2, Laboratoire d’Automatique Documentaire et Linguistique, Paris VII.

SILBERZTEIN Max (2003), « Finite state description of the French Determiner system », Journal of French Language Studies, July 2003 Volume 13 Number 2.

SPITZER Léo (1970), Études de style, Collection Tel Gallimard, p. 397-473.

ZELLAGUI Katia (2002), « Du Côté de Chez Swann, Analyse linguistique automatique d’un texte littéraire », Actes des Journées INTEX 2001 -2002, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 287-307.

Annexes

Annexe : la phrase la plus longue

« Mais au lieu de la simplicité, c’est le faste que je mettais au plus haut rang, si, après que j’avais forcé Françoise, qui n’en pouvait plus et disait que les jambes “lui rentraient”, à faire les cent pas pendant une heure, je voyais enfin, débouchant de l’allée qui vient de la Porte Dauphine – image pour moi d’un prestige royal, d’une arrivée souveraine telle qu’aucune reine véritable n’a pu m’en donner l’impression dans la suite, parce que j’avais de leur pouvoir une notion moins vague et plus expérimentale, – emportée par le vol de deux chevaux ardents, minces et contournés comme on en voit dans les dessins de Constantin Guys, portant établi sur son siège un énorme cocher fourré comme un cosaque, à côté d’un petit groom rappelant le “tigre ‘de’ feu Baudenord”, je voyais – ou plutôt je sentais imprimer sa forme dans mon cœur par une nette et épuisante blessure – une incomparable victoria, à dessein un peu haute et laissant passer à travers son luxe “dernier cri” des allusions aux formes anciennes, au fond de laquelle reposait avec abandon Mme Swann, ses cheveux maintenant blonds avec une seule mèche grise ceints d’un mince bandeau de fleurs, le plus souvent des violettes, d’ descendaient de longs voiles, à la main une ombrelle mauve, aux lèvres un sourire ambigu je ne voyais que la bienveillance d’une Majesté et il y avait surtout la provocation de la cocotte, et qu’elle inclinait avec douceur sur les personnes qui la saluaient ».

Notes

2 Le programme unephraseparligne.prl (cf. Annexe 17) permet d’obtenir un document qui présente une phrase par ligne, ce qui facilite l’application des algorithmes suivants.

3 Crémieux cité par Spitzer (1970).

Table des illustrations

Titre Graphe 1 : Grammaire locale Det.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7k
Titre Graphe 2 : Grammaire locale Groupes nominaux.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Graphe 4 : Grammaire locale état civil.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Graphe 5 : Grammaire locale Modifieurs à gauche.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Graphe 6 : Grammaire locale Modifieurs à droite.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Titre Graphe 7 : Grammaire locale Modifieur adjectival.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphe 8 : Grammaire locale Modifieur prépositionnel.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Titre Graphe 9 : Grammaire locale groupe pronominal.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
Titre Graphe 10 : Grammaire locale celui.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
Titre Graphe 11 : Grammaire locale pronom possessif.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Graphe 12 : Grammaire locale superlatifs.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphe 13 : Grammaire locale Comparatifs.grf
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27219/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k

Auteur

Université de Franche-Comté – laseldi
Courriel : katia.zellagui@univ-fcomte.fr.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search