Version classiqueVersion mobile

Formaliser les langues avec l’ordinateur : de INTEX à Nooj

 | 
Svetla Koeva
, 
Denis Maurel
, 
Max Silberztein

Deuxieme partie. Analyse de corpus

14. Une leçon méthodologique en histoire de la médecine : l’application du système INTEX au texte « Recherches physiologiques sur la vie et la mort » de Xavier Bichat

Lucia Di Palo

Texte intégral

Introduction

1« La physiologie est une science à refaire » disait François Xavier Bichat (1771-1802) à ses confrères lorsqu’il était étudiant à Paris à l’Hôtel-Dieu aux côtés du grand chirurgien Pierre Desault (1744- 1795). Consacrant sa vie entière aux recherches anatomiques et physiologiques il évitera dans son travail de s’appuyer sur des hypothèses et des principes abstraits, mais en employant seulement la méthode de l’observation attentive des phénomènes vitaux (Bichat 1955).

2Le manifeste de ses théories et expériences est représenté par le texte Recherches physiologiques sur la vie et la mort publié en 1800, deux ans avant sa mort prématurée. Selon Claude Bernard (1813- 1878) l’originalité du travail de Bichat se fonde sur une méthode d’analyse des phénomènes vitaux spécifiquement physiologiques qui situe :

la raison des phénomènes de la vie non pas dans un principe d’ordre supérieur immatériel mais au contraire dans les propriétés de la matière au sein de laquelle s’accomplissent ces phénomènes.

3Par la suite les Recherches constituent une synthèse approfondie de toutes les notions concernant l’être vivant qui formaient la base des connaissances médicales du siècle précédent. L’héritage intellectuel de courants de recherche tels que le vitalisme, l’organicisme et la théorie des sensations d’un Condillac sont présents tout au long des Recherches.

4Prolongeant une distinction encore vague au XVIIIème siècle Bichat décrit « les corps organisés » cherchant à mettre en évidence les caractéristiques qui les distinguent des « corps inertes ». Conséquemment, il souligne

L’immense intervalle [qui] sépare les sciences physiques de la science des corps organisés, parce qu’une énorme différence existe entre leurs lois et celles de la vie.

I. Méthodes d’analyse

Une science ou un art ne commence à être science ou art que quand les connaissances acquises donnent lieu de lui faire une langue.

5C’est le médecin Tarin qui affirme cette proposition, lorsqu’il rédige, en 1751, l’article « Anatomie » dans le premier volume de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. L’écho de cette problématique est encore présent, deux siècles après, dans un texte du linguiste Émile Benveniste, qui en 1969 soutient

qu’une science ne commence d’exister ou ne peut s’imposer que dans la mesure où elle fait exister et où elle impose ses concepts dans leur dénomination. [...] L’outillage mental consiste d’abord en un inventaire de termes qui recensent, configurent ou analysent la réalité [...]

6La question de la langue de la communication scientifique a intéressé plusieurs catégories de spécialistes : des historiens de la langue et des sciences, aux littéraires et aux linguistes, dont les travaux ont analysé sa formation et son fonctionnement pour aboutir conséquemment à la reconnaissance de sa légitimité. L’analyse textuelle, structurale, l’étude des normes et des rhétoriques de conviction, les études lexicographiques et étymologiques représentent actuellement les moyens les plus exploités par les auteurs dont l’objectif principal reste celui de comprendre la valeur historique d’une telle problématique.

  • 2 Il s’agit d’une question chère à Pierre Georges CABANIS qui, invité par le Commissaire de l’Instruc (...)

7Par ailleurs une des thèses fondamentales concernant le processus de révision et de renouvellement de la médecine de la fin du XVIIIème siècle aborde la question de la langue2. C’est la clarté du langage médical qui, premièrement, mérite une attention considérable. La mise en ordre d’un lexique plutôt confus et conséquemment un travail de systématisation qui dépasse l’obscurité, la fausseté des définitions sont les objectifs auxquels pointent les médecins de la fin du XVIIIème siècle qui cherchent à éviter toute sorte d’expression byzantine au nom de la constitution d’une nomenclature exacte du corps humain, du refus d’une transmission réticente et défectueuse du savoir et d’une attitude clinique fondée sur des connaissances livresques et non pas sur l’observation

8Bichat lui aussi affirme la nécessité d’un réexamen attentif du langage médical à partir des Recherches où il souligne l’importance de l’emploi d’un « langage différent » poursuivant et constatant dans le Discours préliminaire de son « Traité d’Anatomie descriptive » que :

Dans les sciences de description, attacher des images à chaque terme, enchaîner pour ainsi dire la mémoire à la nomenclature, exprimer beaucoup d’objets par un petit nombre de termes ; voilà la perfection du langage. Il faudroit, si je puis m’exprimer ainsi, que ce langage fût un abrégé de la science elle-même.

9Le langage par ailleurs :

influe, jusqu’à un certain point, sur l’étude des sciences. Il est, dit Condillac, une véritable méthode analytique, qui nous dirige d’autant plus surement, qu’elle est plus exacte et son exactitude consiste à « ne rendre que des idées claires, précises, convenues de tous ».

10Sur la base de cette problématique du renouvellement de la langue médicale au tournant du siècle, la présente étude propose une exploration du tissu lexical des Recherche, ouvrage considéré comme l’exposé théorique d’une physiologie en pleine transformation.

11Bichat présente ses principes physiologiques « d’une manière plus authentique et plus universelle », dans les Recherches, qui obtiennent un succès considérable. Divisé en deux parties, « bien distinctes » et « tout à fait différentes », l’ouvrage comporte d’abord une description détaillée des phénomènes de la vie, à l’aide de la théorie des deux vies, animale et organique, suivie d’une riche série d’expériences « faites en présence d’une foule d’élèves […] réitérées devant Hallé et Duméril », concernant le rapport mutuel entre le cœur, le cerveau et le poumon dans les morts violentes.

II. Le lexique des Recherches

12Mon hypothèse de travail vise à reconnaître l’originalité de Bichat à travers l’analyse du lexique qu’il a employé. La question posée est la suivante : quel type de lexique Bichat a-t-il utilisé, pour communiquer et valider ses enquêtes, dans un contexte de renouvellement total du statut de la physiologie, qui se veut science autonome ? C’est par une enquête sémantique que l’on se propose ici de répondre à cette question, en constituant un répertoire d’expressions lexicales telles que : syntagmes nominaux, adjectivaux, verbaux et même ces syntagmes ambigus qui peuvent donner naissance à des expressions tout à fait nouveaux.

13Le but d’une analyse lexicale automatique du corpus peut être considérée comme « la projection de deux systèmes de données » d’un côté le texte, séquence linéaire, pas encore structurée, de symboles graphiques, de l’autre le système des dictionnaires, considéré, au contraire, un ensemble organisé de données linguistiques. La comparaison entre ces deux systèmes donne vie à une troisième représentation formée par une séquence de mots associés aux caractéristiques linguistiques, décrites dans le système des dictionnaires.

1. Les étapes fondamentales pour l’analyse computationnelle du lexique des Recherches

14Opération de pre-editing du corpus : Le corpus, 372 pages, a été réduit en machine readable form, corrigé et formatté. L’instrument employé pour la transformation du corpus (du mot écrit au code numérique) a été le système de OCR TextBridge, version 9.0. On a décidé, compte tenu de la successive construction du lexique, d’exclure : la Tables des matières et les notes en pied de page. On a choisi de garder la graphie originale, opération qui a comporté la successive construction de dictionnaires spécifiques, (d’après la consultation des éditions du Dictionnaire de l’Académie : 1. Paris, Cognard, 1694 ; 2. Paris, Cognard, 1718 ; 3. Paris, Cognard, 1740 ; 4. Paris, Brunet, 1762 ; 5. Paris, Smits, 1798 ; 6. Paris, Firmin-Didot, 1835), contenant toutes les occurrences archaïques présentes dans le texte. Celui-ci préparé on a procédé à l’application du système INTEX.

15Resultats Préliminaires : Le premier résultat du processing a été une série d’informations statistiques présentées ci-dessous.

4 156 phrases (delimited units), 105 438 tokens, soit 6 137 différents.
La typologie des tokens propose :
85 319 simple words soit 6055 différents ;
2 703 tags soit 59 différents ;
1 259 digit soit 10 différents ;
16 157 delimiters soit 13 différents

16Après l’application des dictionnaires internes le logiciel donne la possibilité de représenter chaque phrase du corpus comme un graphe FST dans lequel les ambiguïtés sont des lignes parallèles entre les noeuds.

2. Liste des fréquences

17On a obtenu une liste de fréquence des formes du corpus, ordonnées selon le nombre d’occurrences. L’appendice I indique les 100 premières entrées et nous offre des occasions de réflexion.

18Le premier substantif est sang qui compte au total 599 occurrences. Vie (454), cerveau (389), organes (319), accompagné de sa forme au singulier (169), cœur (315) fonctions (276) mort (232), poumon (228), les adjectifs animale (237) et organique (183) suivent. Le texte présente une démarche tout à fait singulière : une série de dyades conceptuelles fondent l’organisation du texte sur le modèle de la bipartition des « couples qui se comparent » Vie organique et vie animale représentent le couple le plus important l’intérieur de l’ouvrage, le noyau à partir duquel se répand toute la réflexion physiologique de l’auteur. Il faut, d’ailleurs, souligner que les termes qui présentent des fréquences inférieures observer (120), muscle (113), expériences (108), expérience (63), sensibilité (79), contractilité (68), sensation (81), tissu (46), observation (45) sont dignes d’intérêt.

19Le système intex a repéré, à l’intérieur du corpus, 5 659 mots simples, 619 mots composés, et surtout 394 occurrences ambiguës, classées dans le « fichier des fautes » et soumises à contrôle successif. Il s’agit des formes que le système n’a pas reconnues et qui se sont révélées absentes des dictionnaires internes, probablement à cause du fait qu’il s’agit de coquilles, de faute de digitation soit pour le fait que les dictionnaires peuvent être incomplets.

20On a, donc, procédé à la classification des occurrences selon les catégories suivantes :

  • 3 La consultation des éditions du Dictionnaire de l’Académie (1. Paris, Cognard, 1694 ; 2. Paris, Cog (...)

21Archaismes. La présence d’un nombre élevé d’archaïsmes a rendu nécessaire la construction du dictionnaire Archaïsme.dic. L’appendice II présente la liste complète des ressources lexicales spécifiques ajoutées aux dictionnaires d’intex3. On a construit des chaînes syntactiques du type :

azot, azot. N+Archaïsme : ms/dsFur 1694
catarrales, catarrale. A+Archaïsme : mp/dsAc 1694-1762
moëlle, moëlle. N+Archaïsme : fs/jusquàAc 1798

22On a considéré pour la codification des archaïsmes la présence : de la forme canonique, de la partie du discours, de la spécification archaïque, de la catégorie grammaticale et de la source lexicographique de référence. La graphie azot par exemple est absente dans presque tous les dictionnaires de référence, tandis qu’au contraire azote date 1787, comme attesté dans l’ouvrage de Guyton de Morveau, Méthode de nomenclature chimique. Le choix d’introduire le terme dans le dictionnaire Archaïsme.dic est justifié par le fait que le FUR_1694, présente le lemme azot : terme de Chymie. C’est ainsi que les chimiste appelent la matière première des métaux. L’occurrence catarrales est, elle aussi, absente dans presque tous les dictionnaires, la graphie du lemme de raccordement par le substantif catarrhe, prévoit la présence de la lettre « h », mais on lit, dans le paragraphe Prononc. et Orth du TLF_1971, que la graphie proposée dans les éditions 1694-1762 du Dictionnaire de l’Académie est catarre. L’occurrence moëlle, enfin, bien qu’attestée dans la langue jusqu’à l’édition de 1835, présente une caractéristique particulière : en tant que syntagme adjectival moëlle épinière, avec une fréquence considérable dans l’ouvrage de Bichat, remplace dans le lexique médical, déjà à partir de 1701, la forme cultivée médulla spinale (cf. Théoph. Gelée, Anatomie Franç., p. 58, 134, 156), qui donne lieu définitivement à une nomenclature scientifique tout à fait française.

23Noms propres. Le système INTEX contient le dictionnaire Célébrité.dic, mais il a été nécessaire créer un nouveau dictionnaire, BichCéléb.dic, contenant les noms des médecins et des savants nommés dans le corpus. Bichat cite les noms des personnalités qui représentent la tradition de recherche des études physiologiques : Haller est cité sept fois, de plus de façon polémique, Barthez, Bordeu, Buffon, son maître Desault suivent. Le célèbre Goodwyn, enfin, que Bichat cite surtout en relation aux expériences réalisées pour prouver l’enchaînement de la mort du cœur à la suite de l’interruption des phénomènes mécaniques et chimiques du poumon.

  • 4 La nécessité d’éclairer et ordonner le lexique médical, à la fin du XVIIIème siècle, est à la base (...)

24Mots latins. Dans les Recherches, la nomenclature anatomique et physiologique empruntée à la langue latine mérite une attention particulière. La liste des fréquences a révélé la présence de mots techniques latins, (lemmes durs), dont la plupart est résultée en forme de hapax (fréquence équivalent à 1 dans le texte), passés par analogie dans la langue française4. Anus, fongus, mucus, méconium, placenta, scrotum, sternum, stimulus sont des occurrences présentes à l’intérieur des dictionnaires du système INTEX. La langue française contemporaine garde l’orthographe latine. Au contraire l’absence de certaines formes a rendu nécessaire de souligner leur présence au système à travers le dictionnaire ExprLatsimp, contenant soit les lemmes durs comme coecum et sensorium (Acad_1798), soit des expressions du lexique commun telles que ultimum moriens que Bichat introduit en qualité d’intensif cultivé. A la fin de la première partie des Recherches en décrivant l’événement de la mort naturelle qui suit la vieillesse en terme d’extinction progressive des fonctions (la digestion qui s’affaiblit, l’absence de forces toniques dans la circulation capillaire, la suspension de la circulation générale dans les grands vaisseaux) Bichat écrit :

C’est le cœur qui finit le dernier ses contractions : il est, comme l’on dit, l’ultimum moriens

25Termes médicaux. Les dictionnaires DELAF e DELACF bien que vastes, ne contiennent pas la série de mots techniques et de définitions spécifiques du lexique médical. Or il faut souligner que la plupart du vocabulaire de la médecine est formé de mots composés, d’où la nécessité de créer un dictionnaire du type DELACF, contenant les termes médicaux inconnus au système intex. Le dictionnaire en question, MedeOrtoBich.dic, contient un groupe de termes dont la syntaxe informatique est la stivante :

ganglion de Mekel,.N+NDN+MedAna :ms Le sigle NDN indique un nom composé du type « nom de nom » ; MédAna désigne une indication d’anatomie ; ms signifie masculin singulier.
trou botal,.N+NDN+MedAna :ms

26Coquilles. On a soumis à contrôle le texte, en observant avec attention qu’il s’agissait de fautes présentes dans le texte original et non pas de fautes dues à sa transposition en code numérique. On a vérifié la nature de ces fautes typographiques dans les dictionnaires de référence, en les distinguant des variantes orthographiques archaïques. On a donc dressé le dictionanire Refusi.dic. qui contient les fautes évidentes.

  • 5 L’orthographe de ce terme se manifeste contreversée pour le fait que des sources la représentent av (...)

27Ortographe spécifique. Il s’agit d’une catégorie de formes qu’on a préféré insérer dans un dictionnaire différent, l’OrtoBich.dic, puisqu’on les a considérées des certitudes dans l’usage d’une graphie incorrecte de Bichat. Il s’agit, dans certaines cas, de formes dont la graphie est absente de tout dictionnaire de référence, mais au contraire elle n’est attestée que dans les dictionnaires les plus anciens (cf. le Godefroy et son Complément). La caractéristique commune des occurrences examinées est leur être des hapax dans le corpus : érétisme, excitement, exhalabilité, pethradrocace, secrétionabilité, spinaventosa, sulphuré, sygmoïdes, symphise. Asphixie, oxigène et leur dérivés sont les termes qui font exception à cause du fait que, tout en présentant une orthographe incertaine ils ont révélé une fréquence très élevée à l’intérieur du corpus, symptôme d’une certitude syntactico-sémantique de la part de l’auteur5.

28Le corpus a été chargé de nouveau, après l’introduction des dictionnaires en question. Le résultat a été la réduction des mots ambigus (le fichier des fautes) de 394 à 4.

29Cela dit une étude de proximité syntagmatique, réalisée au moyen de la construction de concordances lemmatisées de termes significatifs comme par exemple la dyade : organe – fonction a montré le fait que la sphère sémantique et le réseau de la connotation du terme « organe », par exemple, progressent au fur et à mesure qu’on procède dans le texte. Dans un lexique scientifique qui est en train de devenir spécifique (qui se veut physiologique), les termes se lient et se coordonnent. L’analyse des termes qui entourent la sphère d’« organe » a été réalisée au moyen d’une concordance lemmatisée [KWIC], utilisant le formalisme : <organe>+<texture>+<organisation>+<tissu>, signalant au logiciel la recherche des séquences textuelles, surtout à l’intérieur de l’article VII de la première partie, en tant que co-occurrences, éléments contigus de la phrase. Les notions d’organisation, de texture e successivement celle de tissu deviennent des éléments nucléaires à coté de la notion fondamentale de propriété. On a réalisé une successive concordance qui a mis en relief le fait que l’organisation et la texture des parties sont considérés à la base des propriétés que Bichat définit de tissu, qui n’abandonnent les organes qu’au moment de leur décomposition. Le terme tissu s’accompagne à celui d’organes et successivement se liant à la notion de texture, elle aussi organique, coordonne « les différentes parties » dans la distribution de la faculté de se contracter.

III. Etude du réseau verbal des Recherches

30En admettant que les structures verbales représentent des traces de l’originalité du lexique de l’auteur, on a procédé au dépouillement de celles précédées du pronom personnel « je » (dont la fréquence s’est montrée très élevée dans le texte) et des pronoms impersonnels « il » et « on », à travers la construction et l’application du graphe (je+il+on) <MOT> afin d’avoir la possibilité de classer et surtout répertorier toutes les séquences verbales et le modus operandi de l’auteur.

31Dès le début de sa réflexion Bichat appelle et, par conséquent, définit l’objet de son investigation :

j’appelle vie organique l’ensemble des fonctions de la première classe

32L’acte de la dénomination est soutenu, dans le texte, par l’emploi réitéré de la structure verbale de type je crois exclusivement utilisée au temps présent. Le verbe croire représente la conviction de l’auteur de ne pas s’éloigner de la vérité pour le fait que la relation qui lie les prémisses de son raisonnement sont tout à fait respectées. L’action est considérée sur le plan des faits constatés et successivement affirmés. Le verbe croire devient, alors, le synonyme des verbes tels que retenir, penser, considérer résultat final du processus inductif qui est à la base du parcours intentionnel de l’auteur. Bichat, donc, d’après la plus évidente inspection, assure à la physiologie d’observation la cohérence de son argumentation, la continuité logique de son discours, l’enchaînement des faits décrits, en éloignant toute préoccupation d’incongruité dans son analyse. Sa conviction est, d’ailleurs, soutenue par la nécessité de montrer, prouver, ses assertions. Bichat rassure son lecteur de l’adresse de ses arguments à travers ce qu’on a définit le fardeau de l’épreuve introduit par les verbes au futur je montrerai, je prouverai qui préludent, ailleurs dans le texte, à des essais tout à fait réalisables. L’exemple d’une concordance construite à partir de la conjonction comme peut être considéré l’élément de raccordement immédiat avec la série d’expériences sur la mort qui caractériseront toute la seconde partie des Recherches.

comme je le montrerai, dans les fonctions internes
comme je le prouverai ailleurs,
comme je le prouverai bientôt
comme je le prouverai en détail

33Reconnaître donc et reconstruire le parcours créateur de l’auteur reste le but de cette analyse computationnelle, en tant que méthodologie d’enquête historiographique, c’est à travers l’étude des concordances KWIC qu’on a cherché donc à systématiser ce qui constitue l’originalité supposée du lexique d’une physiologie, discipline qui se veut autonome, et qui s’affirme, au moyen d’une langue sanctionnée, à travers une redéfinition et redistribution de son savoir.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

BERNARD C. (1965), Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Bruxelles, Culture et civilisation.

BERNARD C. (1878), Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Paris, Baillière.

BERNARD C. (1867), Rapport sur le progrès et la marche de la Physiologie en France, Paris, Imprimerie Impériale.

BICHAT François X (1812), Anatomie générale appliquée à la Physiologie et à la médecine, par M.F.X. Bichat, Nouvelle édition, Première partie, Tome premier, Paris, Brosson-Gabon.

BICHAT François X (1800), Recherches physiologiques sur la vie et la mort, par M.F.X. Bichat, Paris, Brosson-Gabon, an VIII.

BICHAT François X (1802), Recherches physiologiques sur la vie et la mort, par M.F.X. Bichat, 2ème, Paris, Brosson-Gabon, an X.

BICHAT François X (1955), Recherches physiologiques sur la vie et la mort, par M.F.X. Bichat, fac-similé de l’édition de 1800, Paris, Gauthier-Villars.

BICHAT François X (1856), Recherches physiologiques sur la vie et la mort, par M.F.X. Bichat, Nouvelle éd. précédée d’une notice sur la vie et les travaux de Bichat et suivie de notes par le Docteur Cerise, Paris, Fortin, Masson.

BICHAT François X (1801), Traité d’Anatomie descriptive, par M.F.X. Bichat, Paris, Brosson-Gabon, an IX.

BUISSON F. (1802), De la division la plus naturelle des phénomènes considérés chez l’homme, Précis historique, Paris, Brosson-Gabon.

CABANIS P.G. (1804), Coup d’œil sur les révolutions et sur la réforme de la médecine, Paris, Crapart, Caille et Ravier, an XII.

CABANIS P.G. (1996), Journal de la maladie et de la mort de Mirabeau, présenté et annoté par Carmela Ferrandes, Bari, Adriatica.

MAGASIN ENCYCLOPEDIQUE, Tome III, VI année, an VIII, [s.n.] Paris.

LAROUSSE P. (1866), Grand dictionnaire universel du XIXème siècle, Tome 11, Mem-Ozz, Paris, Administration du grand dictionnaire universel.

MICHAUD M. (dir.) (1854-1865), Biographie universelle ancienne et moderne, ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, Nouvelle éd., revue, corrigée et augm, Paris, Desplaces, 45 vol.

Sources secondaires

ACKERNECHT E. H. (1986), La médecine hospitalière à Paris 1794-1848, Paris, Payot.

ALBURY W. R. (1977), « Experiment and explanation in the physiology of Bichat and Magendie », Studies in History of Biology, 1, p. 47-131.

BENREKASSA G. (1995), Le langage des Lumières, Paris, PUF.

BENVENISTE É. (1966), Problèmes de linguistique générale, I-II, Paris, Gallimard.

BENVENISTE É. (1969), « Genèse du terme scientifique », L’Age de la Science, II, p. 3-7.

BOZZI A. (1982), Note di lessicografia ippocratica : il Trattato sulle arie, le acque, i luoghi, Roma, Edizioni dell’Ateneo.

BRANCA-ROSOFF S. (1986), « Luttes lexicographiques sous la Révolution Française : le Dictionnaire de l’Académie », in Winfried BUSSE et Jürgen TRABANT, Idéologues : sémiotique, théories et politiques linguistiques pendant la Révolution française, Amsterdam, Benjamins, p. 279-297.

CANGUILHEM G. (1998), La connaissance de la vie, deuxième éd., revue et augmentée, Paris, Vrin.

CANGUILHEM G. (1989), Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin.

CIMINO G., DUCHESNEAU F. (ed.) (1997), Vitalism : from Haller to the cell theory : proceedings of the Zaragoza Symposium, XIXth International Congress of History of Science, 22-29 August 1993, Firenze, Olschki.

COLEMAN W., HOLMES F.L. (ed.) (1988), The Investigative enterprise : experimental physiology in nineteenth-century medecine, Berkeley, University of California Press.

CONTESSI R. (1992), « Le parole della scienza », Sapere, ottobre, p. 41-46.

DOBO N. (1989), Bichat, la vie fulgurante d’un génie, Paris, Perrin.

DUBOIS J. (éd.) (1973), Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse.

FAURE O. (1993), Histoire sociale de la médecine, Paris, Anthropos.

FERRANDES C. (1982), « La scienza e l’ordine dei segni in Cabanis », Lecture. Numero monografico Scienza e coscienza letteraria, 10, giugno, Dedalo Bari, p. 101-112.

FOUCAULT M. (1998), Nascita della clinica : una archeologia dello sguardo medico, introduzione e traduzione di Alessandro Fontana, postfazione di Mauro Bertani, Torino, Einaudi.

GELFAND T. (1980), Professionalizing Modern Medecine : Paris Surgeons and Medical Science and Institutions in the 18th century, Westport, Conn, Greenwood Press.

GREVISSE M. (1964), Le bon usage : grammaire française, 8ème édition, Paris, Duculot.

GROULT M. (1988), Transfert de vocabulaire dans les sciences, sous la direction de Pierre Louis et Jacques Roger, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche scientifique.

HAGEGE C. (1996), Le français, histoire d’un combat, Paris, Éd. Hagège.

HAIGH E. (1984), Xavier Bichat and the medical theory of the 18th century, London, Wellcome Institute for the History of Medicine.

HUARD P. (1972), Biographies médicales et scientifiques, XVIIème siècle : Jean Astruc, Antoine Louis, Pierre Desault, Xavier Bichat, Paris, Dacosta.

HUNEMAN P. (1998), Bichat, la vie et la mort, Paris, PUF.

LAMOTHE J.-R. (1928), Desault et Bichat, Thèse de doctorat en médecine, Bordeaux, Imprimerie de l’Académie et des Facultés.

LENOIR T. (1989), The strategy of life : teleology and mechanics in nineteenth-century German biology, Chicago, The University of Chicago Press.

LEONARD J. (1981), La médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXème siècle, Paris, Aubier Montaigne.

LESCH E. (1984), Science and medicine in France, the emergency of experimental Physiology 1790-1855, Boston, Harvard.

MAINGUENEAU D. (1990), Éléments de linguistique pour le texte littéraire, Paris, Bordas.

MORAVIA S. (1966), « Filosofia e ‘science de la vie’ nel secolo XVII », Giornale critico della filosofia italiana, 1, p. 64-109.

MORAVIA S. (1974), « Dall’Homme machine all’Homme sensible. Meccanicismo, animismo e vitalismo nel XVII secolo », Belfagor, XXIX, Olschki, Firenze, p. 633-648.

MORAVIA S. (2000), Filosofia e scienze umane nell’età dei Lumi, Firenze, Sansoni.

PARODI A. (2002), Storie della medicina, Torino, Ed. di Comunità.

PERA M. (1991), Scienza e retorica, Roma-Bari, Laterza.

PERA M., Shea W. R. (a cura di) (1992), L’arte della persuasione scientifica, Atti del convegno organizzato dall’Istituto per gli Studi Filosofici su « La retorica della scienza », Forio d’Ischia 14-16 giugno 1990, Milano, Guerini e Associati.

PICHOT A. (1993), Histoire de la notion de vie, Paris, Gallimard.

QUEMADA B. (1959), Introduction à l’étude du vocabulaire médical 1600.-1710, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 2 série, tome II, fasc.5, Littérature française.

QUEMADA B. (a cura di) (1997), Les Préfaces du Dictionnaire de l’Académie française 1694-1992, Paris, Champion.

RAT M. (1961), Le verbe : définitions et généralités, Paris, PUF.

RATCLIFF M. (1995), « Le lexique de la méthode dans l’œuvre de Charles Bonnet », Archs. Sci. Genève, 48, Fasc. 2, Genève, p. 197-208.

REY R. (1991), « Point de vue physiologique et point de vue pathologique dans l’œuvre de Bichat », in Actes du XXXIIème Congrès International d’histoire de la médecine, Anvers, 3-7 septembre, Bruxelles, Societas Belgica Historiae Medicinae, p. 523-534.

REY R., 1994, « Naissance de la Biologie et redistribution des savoirs », Revue de Synthèse, 115, p. 167-197.

REY R. (2000), Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du XVIIIème à la fin du Premier Empire, Oxford, Voltaire Foundation.

REY R. (1997), « Bichat au carrefour des vitalismes », in CIMINO G., DUCHESNEAU F. (éd.), Vitalism : from Haller to the cell theory, Firenze, Olschki, p. 175-203.

REY R. (1995), « Lignes de force et tendances actuelles des études sur le vitalisme », in CIMINO G., DUCHESNEAU F. (éd.), Vitalism : from Haller to the cell theory, Firenze, Olschki, p. 19-30.

ROGER J. (1963), Les sciences de la vie dans la pensée française du XVIIIème siècle, Paris, Colin.

ROSSI P. (1971), « Lingue artificiali, classificazioni, nomenclature », in ROSSI P., Aspetti della rivoluzione scientifica, Napoli, Morano.

SALOMON-BAYET C. (1978), L’institution de la science et l’expérience du vivant : méthode et expérience à l’Académie royale des Sciences 1666-1793, Paris, Flammarion.

SCHILLER J. (1978), La notion d’organisation dans l’histoire de la Biologie, Paris, Maloine.

SIGRIST R., BARRAS V., RATCLIFF M. (ed.) (1999), Louis Jurine (1751-1819) chirurgien et naturaliste, Genève, Georg.

STAROBINSKI J. (1975), « Le philosophe, le géomètre, l’hybride », Poétique : revue de théorie et d’analyse littéraire, 21, p. 8-23.

STAROBINSKY J. (1999), Action et réaction : vie et aventures d’un couple, Paris, éd. du Seuil.

Annexes

Annexes

Annexe 1 : Liste des fréquences

7510

,

4265

de

4156

{S}

3211

.

2876

2795

la

2353

l

2160

le

2146

les

2139

que

1505

à

1486

dans

1397

et

1356

est

1252

des

1097

;

1095

qui

1021

ne

991

du

908

par

850

en

751

une

700

un

688

-

659

{à, . PREP}

609

il

599

sang

574

sur

550

ce

458

se

454

{le, . DET : ms}

454

vie

434

plus

409

ces

397

A

397

S

389

cerveau

371

cette

371

même

371

P

365

sont

362

nous

357

ou

342

on

321

comme

319

organes

317

etc

315

cœur

304

avec

299

deux

288

:

288

Y

281

°

276

fonctions

269

pour

264

2

252

250

action

249

elle

249

leur

243

pas

237

animale

232

mort

231

tout

228

phénomènes

228

poumon

223

point

222

noir

214

je

204

3

197

celle

195

si

193

1

192

influence

183

ai

183

mais

183

organique

183

son

181

{j’, je. PRO+PPV : 1ms : 1fs}

180

{les, le. DET : mp : fp}

180

ont

179

dont

178

ses

174

tous

172

{c’, ce. PRO+PPV : ms}

169

organe

164

alors

164

peu

162

très

159

ils

159

rouge

158

temps

156

système

154

elles

153

cet

152

aussi

151

après

149

toujours

148

peut

147

lui

Annexe 2 : Ressources lexicales spécifiques. Archaisme.dic

absorbans,absorbant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

absorbans,absorbant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

accidens,accident.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

accordoit,accorder.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

acheteroit,acheter.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

acquerroit,acquerir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

admettoient,admettre.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

admettroit,admettre.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

affectoient,affecter.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

affoibli,affoibli.A+Archaïsme:ms/jusqu’àAc_1798

affoiblie,affoibli.A+Archaïsme:fs/jusqu’àAc_1798

affoiblies,affoibli.A+Archaïsme:fp/jusqu’àAc_1798

affoiblir,affoiblir.V+W/jusqu’àAc_1798

affoiblis,affoibliA+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

affoiblissant,affoiblir.V+G/jusqu’àAc_1798

affoiblissement,affoiblissement.N+Archaïsme:ms/jusqu’àAc_1798

Affoiblissement,affoiblissement.N+Archaïsme:ms/jusqu’àAc_1798

affoiblissent,affoiblir.V+P:3p/jusqu’àAc_1798

affoiblit,affoiblir.V+P:3s/jusqu’àAc_1798

agens,agent.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

agiroient,agir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

agiteroient,agiter.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

agrandissoient,agrandir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

aimerois,aimer.V+C:1s/jusqu’àAc_1798

alimens,aliment.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

allioit,allier.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

ame,ame.N+Archaïsme:fs/dsAc_1694-1762

anéantiroit,anéantir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

animoit,animer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

apparens,apparent.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

appeloient,appeler.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

armois,armer.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

arrêtoit,arrêter.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

arriveroit,arriver.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

arrivoit,arriver.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

arrivoient,arriver.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

arrosoit,arroser.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

auroient,avoir.V+aux:C3p/jusqu’àAc_1798

aurois,avoir.V+aux:C1s/jusqu’àAc_1798

auroit,avoir.V+aux:C3s/jusqu’àAc_1798

avois,avoir.V+aux:I1s/jusqu’àAc_1798

avoit,avoir.V+aux:I3s/jusqu’àAc_1798

azot,azot.N+Archaïsme:ms/dsFur_1694

battemens,battement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

battoit,battre.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

bienfaisans,bienfaisant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

bouleversemens,bouleversement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

caractérisoit,caractériser.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

catarrales,catarrale.A+Archaïsme:mp/dsAc_1694-1762

cesseroient,cesser.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

cesseroit,cesser.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

cessoit,cesser.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

changemens,changement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

chariée,charier.K+Archaïsme/dsAc_1694-1762

commenceroient,commencer.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

communiquans,communiquant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc1798

communiquoit,communiquer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

complétement,complétement.ADV+Archaïsme/dsAc_1762-1835

comprendroit,comprendre.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

concentreroit,concentrer.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

concomitans,concomitant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

condamnoit,condamner.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

confondroient,confondre.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

connois,connoître.V+P:1s/jusqu’àAc_1798

connoissance,connoissance.N+Archaïsme:fs/jusqu’àAc_1798

connoissances,connoissance.N+Archaïsme:fp/jusqu’àAc_1798

connoissions,connoître.V+I:1p/jusqu’àAc_1798

connoissoient,connoître.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

connoissons,connoître.V+P:1p/jusqu’àAc_1798

connoît,connoître.V+P:3s/jusqu’àAc_1798

connoître,connoître.V+W/jusqu’àAc_1798

considéroit,considérer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

constatoit,constater.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

contenoient,contenir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

continueroient,continuer.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

continueroit,continuer.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

continuoient,continuer.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

continuoit,continuer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

conviendroit,convenir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

correspondroient,correspondre.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

couleroit,couler.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

couloit,couler.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

couvriroit,couvrir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

croyoient,croire.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

decroître,decroître.V+W/jusqu’àAc_1798

dépendans,dépendant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

déplacemens,déplacement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

dérangemens,dérangement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

destineroit,destiner.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

détruisoit,détruire.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

développoit,développer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

deviendroient,devenir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

devoient,devoir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

devois,devoir.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

devoit,devoir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

devroient,devoir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

devroit,devoir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

différens,différent.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

dirois,dire.V+C:1s/jusqu’àAc_1798

diroit,dire.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

discordans,discordant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

disoient,dire.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

disparoît,disparoître.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

disparoître,disparoître.V+W/jusqu’àAc_1798

disparoîtroit,disparoître.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

distendoit,distendre.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

distention,distention.N+Archaïsme:fs/dsAc_1718-1762

distinguoit,distinguer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

écartoient,écarter.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

élémens,élément.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

éleveroit,élever.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

éloigneroit,éloigner.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

empêchoient,empêcher.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

enfans,enfant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

engorgemens,engorgement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

entoureroit,entourer.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

entraîneroit,entraîner.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

entretenoit,entretenir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

entroient,entrer.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

environnans,environnant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

épanchemens,épanchement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

éprouveroit,éprouver.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

essayeroit,essayer.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

établiroient,établir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

établissoit,établir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

éteindroit,éteindre.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

étoient,être.V+aux:I3p/jusqu’àAc_1798

étois,être.V+aux:I1s/jusqu’àAc_1798

étoit,être.V+aux:I3s/jusqu’àAc_1798

étonnans,étonnant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

étonnoient,étonner.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

étouffemens,étouffement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

évacuoient,évacuer.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

excitans,excitant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

exciteroit,exciter.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

exécutoit,exécuter.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

exhalans,exhalant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1835

exhalans,exhalant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1835

existoient,exister.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

expliquoient,expliquer.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

faisoient,faire.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

faisois,faire.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

faisoit,faire.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

falloit,falloir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

faudroit,falloir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

fermeroit,fermer.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

feroient,faire.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

feroit,faire.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

finiroient,finir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

finirois,finir.V+C:1s/jusqu’àAc_1798

finiroit,finir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

flottans,flottant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

foible,foible.A+Archaïsme:ms/jusqu’àAc_1798

foiblement,foiblement.ADV+Archaïsme/jusqu’àAc_1798

foibles,foible.A+Archaïsme:mp:fp/jusqu’àAc_1798

foiblesse,foiblesse.N+Archaïsme:fs/jusqu’àAc_1798

formeroient,former.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

formeroit,former.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

fournissoit,fournir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

frappoit,frapper.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

frottemens,frottement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

fuyoient,fuir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

gagneroit,gagner.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

importans,important.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

incomplétement,incomplétement.ADV+Archaïsme/dsAc_1762-1835

indépendans,indépendant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

influeroient,influer.V+C;3p/jusqu’àAc_1798

instans,instant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

interceptois,intercepter.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

irritans,irritant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

jetteroient,jeter.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

jouiroient,jouir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

jouiroit,jouir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

jugemens,jugement.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

languiroient,languir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

ligamens,ligament.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

liois,lier.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

médicamens,médicament.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

mêloient,mêler.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

menaceroient,menacer.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

mèneroit,mener.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

moëlle,moëlle.N+Archaïsme:fs/jusqu’àAc_1798

momens,moment.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

mourans,mourant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

mouroient,mourir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

mouroit,mourir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

mouvemens,mouvement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

naissoit,naître.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

naîtroit,naître.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

nourrissoient,nourir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

noyois,noyer.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

observeroit,observer.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

obtenois,obtenir.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

occasionnoient,occasionner.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

offroient,offrir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

offroit,offrir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

opéreroient,opérer.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

opéroit,opérer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

ouvrois,ouvrir.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

ouvroit,ouvrir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

paroissent,paroître.V+P:3s/jusqu’àAc_1798

paroissoit,paroître.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

paroît,paroître.V+P:3s/jusqu’àAc_1798

paroîtra,paroître.V+F:3s/jusqu’àAc_1798

paroîtroit,paroître.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

passeroient,passer.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

pénétreroit,pénétrer.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

percevroit,percever.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

perdroit,perdre.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

périssoient,périr.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

poëtes,poëte.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

porteroient,porter.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

portoit,porter.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

pourroient,pouvoir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

pourrois,pouvoir.V+C:1s/jusqu’àAc_1798

pourroit,pouvoir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

pouvoient,pouvoir.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

pouvoit,pouvoir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

précédens,précédent.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

prêtoient,prêter.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

produiroient,produire.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

produisois,produire.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

prouvoient,prouver.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

rampans,rampant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

rangeroient,ranger.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

ranimoit,ranimer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

rapporteroit,rapporter.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

rapportoient,rapporter.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

rapprocheroit,rapprocher.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

rapprochoient,rapprocher.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

rarefié,rarefier.K+Archaïsme/dsAc_1694et1718

recevoit,recevoir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

Reconnoissons,reconnoître.V+Y1p/jusqu’àAc_1798

reconnoît,reconnoître.V+P:3s/jusqu’àAc_1798

reconnoître,reconnoître.V+W/jusqu’àAc_1798

reconnoissance,reconnoissance.N+Archaïsme:fs/jusqu’àAc_1798

reconnoissant,reconnoissant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

rectifioit,rectifier.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

rejetoient,rejeter.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

rendoient,rendre.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

reparoître,reparoître.V+W/jusqu’àAc_1798

reposoit,reposer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

ressembleroient,ressembler.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

restoient,rester.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

restoit,rester.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

résultoit,résulter.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

reviendroient,revenir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

romproient,rompre.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

rubéfians,rubéfiant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

saillans,saillant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

sauroient,savoir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

saurois,savoir.V+C:1s/jusqu’àAc_1798

sauroit,savoir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

savans,savant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

secrétion,secrétion.N+Archaïsme:fs/dsAc_1762

secrétoire,sécrétoire.A+Archaïsme:ms/dsAc_1762

secrétoires,sécrétoire.A+Archaïsme:ms/dsAc_1762

sembleroient,sembler.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

sembloient,sembler.V+I:3p/jusqu’àAc_1798

sentimens,sentimant.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

sentiroit,sentir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

seroient,être.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

serois,être.V+C:1s/jusqu’àAc_1798

seroit,être.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

servois,server.V+I:1s/jusqu’àAc_1798

siége,siége.N+Archaïsme:ms/jusqu’àAc_1798

stimulans,stimulant.N+Archaïsme:ms/jusqu’àAc_1798

subsistoit,subsister.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

succomberoient,succomber.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

suffiroit,suffire.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

suffisoit,suffire.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

suivans,suivant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

surviendroit,survenir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

tégumens,tégument.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

tempéramens,tempérament.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

tenoit,tenir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

tenuité,tenuité.N+Archaïsme:fs/dsAc_1694et1718et1740

terminoit,terminer.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

thorachique,thorachique.A+Archaïsme:ms/jusqu’àAc_1798

thorachiques,thorachique.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

touchoit,toucher.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

tourmens,tourment.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

tremblemens,tremblement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

tromperoit,tromper.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

trouveroit,trouver.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

trouvoient,trouver.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

trouvoit,trouver.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

varieroit,varier.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

verroit,voir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

versoit,verser.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

vêtemens,vêtement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

viendroit,venir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

violens,violent.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

vîte,vîte.A+Archaïsme:ms/dsAc_1740et1762

vîtesse,vîtesse.N+Archaïsme:fs/dsAc_1740et1762

vivans,vivant.A+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

vivroit,vivre.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

vomissemens,vomissement.N+Archaïsme:mp/jusqu’àAc_1798

voudroient,vouloir.V+C:3p/jusqu’àAc_1798

voudroit,vouloir.V+C:3s/jusqu’àAc_1798

voulois,vouloir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

voyoit,voir.V+I:3s/jusqu’àAc_1798

Notes

2 Il s’agit d’une question chère à Pierre Georges CABANIS qui, invité par le Commissaire de l’Instruction Publique Garat, écrit l’ouvrage Coup d’œil sur les révolutions et sur la réforme de la médecine (1795, publié en 1804). Son travail, inséré dans le cadre de réforme de l’enseignement publique de la médecine, s’interroge surtout sur la nécessité d’une révision de la langue médicale au nom d’une « nouvelle déontologie scientifique ». Le long chapitre « Grande influence des langues sur les sciences » est exemplaire, Cabanis en soulignant en général l’importance de « l’exactitude et le bon emploi des mots ou plus généralement des signes, qu’il faut considérer comme le critérium de la vérité » affirme que « la langue de la médecine est mal faite. Elle s’est altérée de plus en plus, par la fausse application des mots empruntés aux autres sciences et par un certain jargon, insignifiant et ridicule, que le coupable respect des préjugés populaires a trop souvent fait adopter aux praticiens » (Cf. FERRANDES 1982, p. 101-112 ; MORAVIA 2000, p. 215 et suiv.).

3 La consultation des éditions du Dictionnaire de l’Académie (1. Paris, Cognard, 1694 ; 2. Paris, Cognard, 1718 ; 3. Paris, Cognard, 1740 ; 4. Parigi, Brunet, 1762 ; 5. Parigi, Smits, 1798 ; 6. Parigi, Firmin-Didot, 1835 ; 7. Parigi, Firmin-Didot, 1878) a représenté un moyen indispensable à l’approfondissement de tout ce qui concerne la norme du français. L’ouvrage constitue une série homogène de descriptions des étapes différentes du français classique et moderne. L’intention des auteurs du Dictionnaire était celle d’assurer le purisme de la langue contre toute forme de renouvellement. D’ici le choix, par exemple, de garder, tout au long du XVIIIème siècle le diphtonge oi dans les désinences de l’imparfait de l’indicatif et du présent du conditionnel à la place des désinences modernes -ais, -ait, -aient, prescrites par le réformiste Voltaire.

4 La nécessité d’éclairer et ordonner le lexique médical, à la fin du XVIIIème siècle, est à la base de la redaction de dictionnaires médico-scientifiques selon les principes des enciclopédistes. Cette exigence exhorte les auteurs à préférer des procédures de formations terminologiques déjà connues, comme par exemple une nomenclature greco-latine, appliqué au moyen des lois de l’analogie. Cf. Article FONGUS, Encyclopédie, Tome VII, F-G, 1757, p. 81.

5 L’orthographe de ce terme se manifeste contreversée pour le fait que des sources la représentent avec le « i » d’autres avec le « y ». On lit dans le troisième tome du Journal des Arts et des Manufactures, 1797, « C’est à partir de ce nom (oxigène) qu’on a donné celui d’oxidation à cette opération à travers laquelle on brûle les métaux, nommés oxides métalliques ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/27134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0k

Auteur

Université de Bari (Italie) – Seminario di Storia della Scienza
Courriel : l.dipalo@ria.uniba.it

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search