Version classiqueVersion mobile

L’aventure baroque chez Claudel et Caldéron

 | 
Ruth Reichelberg

L’eau et le rêve, métaphores baroques et cultistes du temps

Texte intégral

1Aussi l’épreuve de l’homme se déroule-t-elle dans le temps, car l’épreuve, c’est précisément le temps...

2Au « songe » caldéronien va s’opposer « l’eau » claudélienne, lieu par excellence de la rêverie. Eau et songe sont ici et là. Ce qui est moins évident, c’est ce qu’ils sont, ici comme là. Songe et eau rythment dans les deux drames les enjeux de la Création. L’histoire de Segismundo comme celle de Rodrigue et de Prouhèze illustre l’implication des éléments dans la création. En ce sens, les œuvres sont profondément baroques. Elles opèrent un véritable éclatement de l’espace, et se muent en un véritable « endieusement » de la Présence. Tour à tour, eau et songe vont tisser ici et là plus qu’une atmosphère : une question. La question métaphysique par excellence. Leur caractéristique de fluidité les érige en principes de mouvement. L’un comme l’autre échappent à la durée tout en permettant, par négatif, une définition de la durée. Matière, vie, résistance ou liberté, tous deux témoignent du « réel absolu » comme du non-être. Par excellence, ils symbolisent la vocation humaine et métaphorisent le destin de l’homme évanescent, mais ouvrant une prise sur le réel, ils sont tous deux, l’eau comme le rêve, de vraies clefs. Ils nous ouvrent, et c’est là toute leur ambiguïté, – ambiguïté qu’il nous est plus précieux de préserver que d’éclaircir – les portes de l’échange entre l’immanence et l’éternité.

3De Calderón à Claudel l’eau et le songe délivrent un même message, et témoignent du « sens divin de l’orientation » de toute Parole, thème qu’il nous faudra reprendre.

4Principes de vitalité, eau comme songe sont la représentation de tout ce que Dieu vivifie. Dans une optique et atmosphère chrétiennes qui sont le cadre des deux œuvres, eau et songe deviennent une représentation de l’Église. Bien avant Bachelard, venu nous le rappeler et le reformuler, les vocables de « songe » et « d’eau » revêtent une puissance mnémotechnique et symbolique d’une richesse inouïe.

5Ce sont donc des clefs de lecture. Écoutons Claudel :

« L’eau porte tout. C’est délicieux, l’oreille au ras de l’eau, de percevoir toutes ces musiques confuses, (pensé) les danseurs autour de la guitare,
La vie, les chants, les paroles d’amour, l’innombrable craquement de toutes ces paroles imperceptibles !
Et tout cela n’est plus dehors, on est dedans, il y a quelque chose qui vous réunit, bien heureusement à tout une goutte d’eau associée à la mer ! La Communion des Saints ! » (Le Soulier de satin, scène X, quatrième journée, première version)

6Dans sa propre méditation, Doña de Sept-Epées, fille de Rodrigue et de Prouhèze, reçoit l’eau avec bonheur. L’eau devient Musique et chant. Par contre, chez Segismundo, la relation au songe témoigne tout d’abord du malheur d’être. Le monologue de Segismundo est d’une tristesse infinie :

«Ya os conozco, ya os conozco
Y sé que os pasa lo mismo
Con calquiera que se duerme
para mi no hay fingimientos
que desengañado ya,
sé bien que La vida es sueño»
(Jornada tercera, escena III)

7Même fluidité ici et là. Pourtant différence totale d’atmosphère. Le « desengano » de Segismundo colore tout d’une note de tristesse incoercible. L’à-quoi-bon a gagné cette sagesse désabusée d’elle-même, ce qu’on ne retrouve pas dans le drame claudélien. Mais que ce soit à travers la tristesse ou la joie, et à la limite, les contraires se touchent, c’est une même acception, là du songe, ici de l’eau qui réunit Rodrigue et Segismundo, ou Prouhèze et Camille. Eau et songe : deux lieux instables où l’on cherche le repos, toujours en vain :

«Si es sueno, si es vanagloria
¿Quién por vanagloria humana
pierde una clivina gloria?
¿Que pasado bien no es sueno?
¿Quién tuvo dichas heroicas
que entre si no diga, cuando
las revuelve en su memoria:
sin duda que fué soñado
cuando vi? Pues si esto toca
mi desengaño; si sé
que es el gusto llama hermosa
que la convierte en ceñizas
cualquiera viento que sopla;
acudamos a lo eterno,
que es la fama vividora
donde ni duermen las dichas
ni las grandezas reposait ». (Jornada tercera, X)

8Mais, « par une inversion exquise », l’image des eaux de la Grâce devient l’histoire de « la goutte d’eau » qui « sent que toute la mer est occupée à la solliciter. » (Cent phrases pour éventail)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search