Version classiqueVersion mobile

L’aventure baroque chez Claudel et Caldéron

 | 
Ruth Reichelberg

Avant-propos

Texte intégral

1« Ce que j’ai cherché surtout en appelant Le Soulier de satin action ‘espagnole’, c’était ce dépaysement qui est nécessaire à une action poétique, auquel l’Espagne se prête d’une manière tout à fait particulière », avoue Claudel dans ses Mémoires Improvisés. Il précise même pourquoi il choisit l’Espagne du XVIème ou XVIIème siècles :

« J’ai considéré l’Espagne au XVIème et au XVIIème siècles comme le champion, comme le héros d’une situation épique, un héros qui a à la fois d’une main à conquérir le monde, de l’autre à repousser les attaques que la foi qui l’inspire a à subir soit du côté des Musulmans, soit du côté des hérétiques. C’est une situation éminemment inspiratrice, dont je me suis servi avec énormément d’intérêt... »

2Ces propos de Claudel nous permettront-ils de tenter d’établir un parallèle entre l’action « espagnole » de Claudel et l’action « polonaise » de Calderón, un inventeur de scénarios tout à fait extraordinaire, selon le jugement de Claudel ?

3La vida es sueño et Le Soulier de satin ont-ils quelque chose de commun ? Est-ce dans le baroque des œuvres qu’il nous faut rechercher ce qui pourrait les rapprocher ? Espagne et Pologne ont-elles une réalité en soi dans ces deux œuvres respectives, ou nous faut-il essayer de refaire l’épopée imaginaire des deux poètes ? Le lien ténu qui unit ces deux œuvres les affiliant à une même famille, à une ressemblance séminale est à la fois étroit et secret. Claudel lui-même nous prévient qu’on ne saurait aborder Le Soulier de satin, espèce de rêve éveillé racontant la trajectoire des âmes, dans une attitude cartésienne et rationnelle. L’entrée dans l’œuvre fait appel à un engagement d’un tout autre type :

« C’est ce que vous ne comprendrez pas qui est le plus beau, c’est ce qui est le plus long qui est le plus intéressant et c’est ce que vous ne trouverez pas amusant qui est le plus drôle ».

4Claudel nous invite à faire éclater tous nos critères de jugement. C’est la définition même du baroque. Temps et espace vont revêtir une nouvelle signification.

5L’univers qui nous est proposé dans les deux cas, dans l’œuvre claudélienne et dans l’œuvre caldéronienne exige une toute autre approche. La scène de ces deux drames nous plonge dans une dimension nouvelle.

6D’emblée, nous sommes ça et là jetés dans le monde. Mais il ne s’agit pas de n’importe quel monde. Le contexte géographique va bientôt exploser en quelque chose de bien plus fort, en un effacement de toutes les frontières. Plus de sentiment de sécurité, d’appartenance bien précise, mais un plongeon dans la matrice même du monde et du temps. Selon le propre conseil de Claudel, il nous faut comprimer « les pays et les époques, de même qu’à la distance voulue, plusieurs lignes de montagnes séparées ne sont qu’un seul horizon », et de même que Rodrigue et Segismundo ont, tous deux, entendu, « une parole telle que désormais elle les empêchera d’en entendre toute autre », faisons le silence en nous et écoutons pour pouvoir dire, selon le mot essentiel de Mallarmé :

« Qu’est-ce que cela veut dire ? »

« Lors le Temps sera fermé sur nous et le Présent en sera le centre éternel » (Connaissance du Temps).

7Dans un premier regard, Le Soulier de satin et La vida es sueño présentent un point commun : une double version du drame, çà et là. Chaque drame se présente avec son double, comme si les auteurs tenaient à nous faire connaître les différentes virtualités de développement comme essentielles à leurs yeux. Aussi, dans notre essai d’interprétation, tenterons-nous de respecter une continue et « mutuelle compénétration » des œuvres, les envisageant dans leurs réponses et dans leurs échos, de l’une à l’autre.

8Les deux drames se tissent autour de thèmes qui sont :

« l’oubli et l’espérance ».

9J’entends par oubli, non l’oubli du temps et des événements, dans leur successivité, mais l’oubli de l’Éternité.

10Par espérance, au contraire, j’entends la foi en Dieu, qui en est la mémoire de Dieu, le sentiment d’être situé dans une ligne ascendante qui nous rattache et à notre origine et à notre finalité. Les deux drames sont une merveilleuse illustration de la quête et de la poursuite de « l’heure ». Il nous faut définir ce que l’on entend par heure ici :

11Le point de rencontre, dans la temporalité, entre ce que l’on croit être sa vocation et la mission attribuée par Dieu, à toute âme, descendant dans ce monde. De telle sorte que la vie puisse être le parcours victorieux de l’être qui trouve son nom, quels que soient les avatars de l’histoire dans laquelle il est plongé, ou au contraire, le ratage de celui qui n’a pas su décrypter les signes de sa propre histoire pour en bâtir un Poème cohérent.

12Certes, bien des choses séparent les deux drames, Le Soulier de satin et La vida es sueño, mais le fond théologique reste le même et tous deux, en dépit de différences profondes et complexes traduisent la même problématique.

13Dès les titres : Le pire n’est pas toujours sûr et La vida es sueño naît chez le lecteur, une impression d’ambiguïté, de défini négatif. La présence du verbe être, loin de définir ici une situation, contribue, au contraire, à créer une atmosphère très incertaine.

14Dans La vida es sueño notons l’absence d’article, défini ou indéfini. La vie est songe, et non pas la vie est un songe ou la vie est le songe. Elle est songe. Elle est à la fois aussi forte qu’un songe et aussi insaisissable qu’un songe. Un songe qui ne peut être ni compris ni compté, car d’après Claudel, « comprendre, c’est compter ». Un écoulement.

15Nous voilà donc plongés dans le mouvement, dans le fluide, dans ce qui s’écoule sans pouvoir être capté. C’est là l’essence même du drame : le « songe ». Toutes nos vies sont « songe », c’est-à-dire qu’elles ne sont pas venues à l’existence tant qu’elles n’ont pas rencontré et affronté le vouloir de Dieu. Tel est le message de Calderón aussi bien que celui de Claudel. Tant que le vrai duel n’a pas été défini entre le vouloir de l’homme qui ne peut vouloir que contre Dieu et le vouloir de Dieu, nos vies ne sont que représentation. Cette situation n’est pas sans évoquer le psaume de David : « Cantique des degrés, jusqu’à ce que tu nous aies ramenés à Sion » – lieu de la Présence et de l’expression de la Présence – « nous étions comme des rêvants », c’est-à-dire, nous n’avons pas encore vécu. Tout va se passer dans le « songe », c’est-à-dire dans une vie encore absente à elle-même, dans une vie de mouvement ou de stagnation, ce qui est à la limite, la même chose. Le mouvement scande le parcours du Temps perdu au Temps retrouvé, du Temps sans la grâce au Temps de la Présence.

16La vida es sueño et Le Soulier de satin sont deux illustrations, semblables et différentes, de l’opposition du temps virtuel au temps réel. De par sa nature même, le songe devient le principal acteur des deux drames. Il permet de mesurer ce qui n’est pas mesurable et d’appréhender l’absence de frontières, tant dans l’espace que dans le temps. À mi-chemin entre sommeil et prophétie, il devient l’axe autour duquel se jouent les deux drames. De même que le temps du songe et le sentiment de la durée qui l’accompagne sont incontrôlables, de même le temps de l’homme est « innombrable ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search