Version classiqueVersion mobile

Formaliser les langues avec l’ordinateur : de INTEX à Nooj

 | 
Svetla Koeva
, 
Denis Maurel
, 
Max Silberztein

Premiere partie. Formalisation de ressources linguistiques

7. Un dictionnaire INTEX de noms de professions : Quels féminins possibles ?

Marie-Aimée Gazeau et Denis Maurel

Texte intégral

Introduction

1Le logiciel INTEX [Silberztein, 1993], comme beaucoup d’autres logiciels de traitement automatique des langues, commence l’analyse d’un corpus par la consultation de dictionnaires. Ce logiciel utilise le système DELA de dictionnaires électroniques du français [Courtois, Silberztein, 1990], mais autorise aussi la consultation d’autres dictionnaires supplémentaires. Les mots non reconnus par cette analyse lexicale sont catégorisés mots inconnus et vont de ce fait perturber le bon déroulement des étapes ultérieures de traitement.

  • 3 Sauf si on utilise aussi lors de l’étiquetage le graphe des chiffres romains, fourni avec INTEX.
  • 4 Principalement des gentilés (noms d’habitants) [Eggert et al., 1998].

2Comme cela est détaillé dans [Maurel, 2004], ces mots inconnus sont le plus souvent des abréviations, des chiffres romains3, des dérivés de noms propres4, des néologismes, des onomatopées, des sigles et des termes spécialisés. Il faut ajouter à cette liste les mots étrangers et les fautes de frappe ou d’orthographe.

3Depuis plusieurs années, nous travaillons sur le projet Prolex de traitement automatique des noms propres. En particulier, pour reconnaître automatiquement les noms propres dans un texte et leur attribuer une étiquette (nom de personne, d’entreprise, de lieu…), nous utilisons des graphes décrivant leur grammaire locale [Friburger, Maurel, 2004]. Ces graphes utilisent le dictionnaire des noms de profession de Cédric Fairon [Fairon, 2000]. Celui-ci contient 4 190 entrées monolexicales pour 1 257 lemmes. Parmi ceux-ci, 419 lemmes apparaissent uniquement au masculin ou (beaucoup plus rarement) uniquement au féminin.

4L’utilisation de plus en plus fréquente dans les journaux de formes féminines [Dister, 2004], nous a conduit à vouloir compléter ce dictionnaire. Dans le même temps, nous avons augmenté sa couverture en passant à 2 949 entrées monolexicales et polylexicales au masculin singulier. L’existence d’un certain nombre de règles répertoriées, que nous décrivons ici, n’empêche pas une abondante création lexicale dans un domaine en pleine mutation. De ce fait, nous avons donc aussi cherché à décrire les mots possibles [Corbin et al., 1997], afin d’éviter au maximum leur apparition dans les mots inconnus.

5La section 0 présente un bref historique de la féminisation des noms de métiers, la section 0, la méthode utilisée et la section 0 une discussion sur les résultats obtenus.

I. La féminisation des noms de métiers

6La féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions rentre officiellement dans le domaine public et politique en 1984 avec la création d’une Commission de Terminologie dirigée par Yvette Roudy. L’entrée des femmes, de plus en plus importante, dans des professions jusqu’à maintenant presque exclusivement masculines, entraîne effectivement une nouvelle dénomination de ces métiers. La langue doit suivre le mouvement. Des travaux d’enquête sont menés d’avril 1984 à décembre 1985, ce qui aboutit à la publication de la circulaire du 11 mars 1986. Toutefois, elle reste lettre morte, et le blocage institutionnel figé au masculin jusqu’en 1997.

7D’après Marina Yaguello [Yaguello, 1978 : 7] :

Le rapport de l’individu à la langue passe par son rapport à la société.

8La prédominance des hommes s’inscrit dans toutes les marques de la langue : qu’un groupe de cent personnes soit composé de quatre-vingt-dix-neuf femmes et d’un seul homme, c’est le masculin qui l’emportera dans les règles d’accord. Que ce soit dans l’usage singulier ou dans l’usage pluriel, qu’en est-il de l’emploi du féminin pour nommer les femmes dans leur profession ? Les avis sont divergents sur ce point : le masculin devrait prédominer pour des questions d’assimilation ou bien comme marque d’une fonction générale [Brunot, 1936 : 90]. Pour d’autres [Khaznadar, 2002 : 157] : il faut intégrer la femme par la parole et par le texte afin d’affirmer son statut social. La langue, permettant cette affirmation grâce à ses règles morphologiques, doit s’adapter à l’évolution sociétale. Comme le dit Louise Larivière [Larivière, 2000] :

La langue a tout ce qu’il faut, grammaticalement parlant, pour féminiser les noms, sa morphologie étant « parfaitement équipée pour traduire la distinction en genre des noms de métiers et de fonctions » et pour former de nouveaux féminins en offrant une abondance de possibilités.

9Pourtant, l’évolution est lente. Une nouvelle Commission est créée en 1998 mais la dénomination au féminin est rejetée [Khaznadar, 2002 : 169] :

Le texte du rapport est un document sociologique de grande qualité sur les notions de hiérarchie dans la société française, la dignité et le prestige des « fonctions », « grades » ou « titres » ne pouvant accepter qu’une dénomination masculine, les « métiers », au rang inférieur, pouvant s’accommoder d’un féminin.

10Elaine Audet rejoint cette idée ainsi que celle de Marina Yaguello [Audet, 2003] :

La langue reflète les structures, les préjugés et les rapports de forces inhérents à toute société. […] Le refus de la féminisation tend à renvoyer les femmes dans la marginalité et à leur nier toute identité propre. Il est évident qu’en reflétant les changements sociaux, la langue transformera à son tour les mentalités.

II. La méthode suivie

1. Insertion de traits dans le dictionnaire

11Le dictionnaire Delas utilisé par INTEX est partagé en trois couches : les mots courants (+z1), les mots rares (+z2) et les mots techniques (+z3) [Garrigues, 1993]. Nous avons intégré ce découpage dans notre dictionnaire :

acteur, acteur. N+z1+Profession : ms
affuteur, affuteur. N+z2+Profession : ms
allergologue, allergologue. N+z3+Profession : ms

  • 5 D’après la Commission de Terminologie, on a la possibilité d’utiliser la forme masculine dans tous (...)

12Afin de distinguer les formes féminines conformes aux règles d’usage et les formes féminines issues de la création lexicale, nous avons opéré un second découpage en quatre couches spécifiques à notre dictionnaire : les formes officielles, construites et reconnues à partir des règles morphologiques de féminisation (+f1), la ou les formes possibles (+f2), les formes épicènes5 (+f3) et les formes obtenues par composition avec le mot femme (+f4).

brocanteur, brocanteur. N+z1+Profession : ms
brocantrice, brocanteur. N+z1+f1+Profession:fs
brocanteure, brocanteur. N+z1+f2+Profession : fs
brocanteuse, brocanteur. N+z1+f2+Profession : fs
brocanteur, brocanteur. N+z1+f3+Profession : fs
femme-brocanteur, brocanteur. N+z1+f4+Profession : fs
brocanteur-femme, brocanteur. N+z1+f4+Profession : fs

2. Utilisation des règles de féminisation

13Nous avons recensé huit règles de féminisation en nous basant à la fois sur les règles grammaticales classiques [Arrivé, Gadet, Galmiche, 1986 : 288] [Dubois, Lagane, 1973 : 47] [Riegel, Pellat, Rioul, 1994 : 172] et sur les règles édictées par la Commission de Terminologie [JO, 1984] :

141. Si la forme masculine se termine par e, la forme féminine est identique à la forme masculine et portera le trait +f1. Ces formes sont dites épicènes : on observe uniquement une variation en genre.

journaliste, journaliste. N+z1+f1+Profession : fs

15C’est aussi le cas des formes abrégées, des sigles, des mots empruntés à une langue étrangère (sans adaptation morphologique) et de quelques mots qui résistent à la féminisation.

  • 6 Mais le féminin alternatif (judoka / judokate) analogique de avocate ou magistrate progresse rapide (...)

judoka6,judoka. N+z1+f1+Profession : fs
impresario, impresario. N+z1+f1+Profession : fs
otorhino, otorhino. N+z1+f1+Profession : fs
OS, OS. N+z1+f1+Profession : fs
clown, clown. N+z1+f1+Profession : fs
chef, chef. N+z1+f1+Profession : fs
mannequin, mannequin. N+z1+f1+Profession : fs

162. Pour les noms masculins terminés par les voyelles é ou i, on ajoute un e final. Il en est de même pour les noms terminés par une voyelle orale ou nasale (ier, at, ent, ien…). On observe alors une dénasalisation de la voyelle avec ou sans redoublement de la consonne. On peut également constater l’apparition d’un accent grave.

attachée, attaché. N+z1+f1+Profession : fs
apprentie, apprenti. N+z1+f1+Profession : fs
contractuelle, contractuel. N+z1+f1+Profession : fs
chirurgienne, chirurgien. N+z1+f1+Profession : fs
maçonne, maçon. N+z1+f1+Profession : fs
paysanne, paysan. N+z1+f1+Profession : fs
laborantine, laborantin. N+z1+f1+Profession : fs
conseillère, conseiller. N+z1+f1+Profession : fs
préfète, préfet. N+z1+f1+Profession : fs

17Nous avons cependant hésité à utiliser cette règle dans deux cas particuliers (marin et médecin) où la forme obtenue est ambiguë avec des mots très courants. Pour cette raison, nous leur avons exceptionnellement associé le trait +f2, en plaçant le trait +f1 (et non +f3) sur la forme épicène.

médecin, médecin. N+z1+f1+Profession : fs
médecine, médecin. N+z1+f2+Profession : fs

183. Les noms masculins terminés par teur obéissent à deux règles différentes, suivant qu’ils sont ou non dérivés d’un verbe comportant un t dans leur terminaison. Dans le premier cas, le féminin se termine par teuse et dans le deuxième, par trice.

acheteuse, acheteur. N+z1+f1+Profession : fs acheter
aviatrice, aviateur. N+z1+f1+Profession : fs *aviater

19Il existe trois exceptions : éditeur, exécuteur et inspecteur, auxquelles nous ajouterons le mot docteur.

éditrice, éditeur. N+z1+f1+Profession : fs éditer
docteur, docteur. N+z1+f1+Profession : fs *docter

  • 7 Les formes officielles décrites ici correspondent au français de France. Des formes comme professeu (...)

204. Les autres noms terminés par eur font leur féminin en euse si un verbe de base est reconnaissable, sinon le féminin est épicène7.

vendeuse, vendeur. N+z1+f1+Profession : fs vendre
proviseur, proviseur. N+z1+f1+Profession : fs *proviser

21Une exception : le mot ambassadeur.

ambassadrice, ambassadeur. N+z1+f1+Profession : fs *ambassader

225. Les noms terminés en eux font leur féminin en euse.

rebouteuse, rebouteux. N+z1+f1+Profession : fs

236. Pour le féminin des mots polylexicaux, les noms sont féminisés selon les règles énoncées ci-dessus et les adjectifs ou participes passés sont accordés.

présidente-directrice-générale, président-directeur-général. N+z1+f1+Profession : fs

247. Les noms désignant explicitement l’un des deux sexes sont remplacés par leur équivalent. Cette règle s’applique également aux mots d’origine étrangère.

consoeur, confrère. N+z1+f1+Profession : fs
fille bouchère, garçon boucher. N+z1+f1+Profession : fs
femme-grenouille, homme-grenouille. N+z1+f1+Profession : fs
femme de ménage, homme de ménage. N+z1+f1+Profession : fs
fille de salle, garçon de salle. N+z1+f1+Profession : fs
barmaid, barman. N+z1+f1+Profession : fs
tenniswoman, tennisman. N+z1+f1+Profession : fs

25Cependant, lorsque l’usage consacre un autre équivalent, la forme construite par cette règle sera associé au trait +f2.

serveuse, serveur. N+z1+f1+Profession : fs
fille de café, garçon de café. N+z1+f2+Profession : fs
joueuse de rugby, joueur de rugby. N+z1+f1+Profession : fs
rugbywoman, rugbyman. N+z1+f2+Profession : fs

268. On ne créera pas de mots nouveaux en esse, le procédé paraissant vieilli ou dévalorisant. Toutefois, on maintiendra la dizaine de mots consacrés par l’usage.

maîtresse, maître. N+z1+f1+Profession : fs

27L’ensemble de ces huit règles sera utilisé de deux manières : d’une part, pour la création de formes officielles, accompagnée du trait +f1, et, d’autre part, pour la création de formes possibles accompagnée du trait +f2.

28Par exemple, à partir du masculin viticulteur, nous allons créer six formes féminines : la forme officielle, par application de la règle 3, viticultrice (+ f1), la forme concurrente, provenant d’une mauvaise application de cette même règle, viticulteuse (+ f2), la forme inspirée du reste de la francophonie, viticulteure (+ f2), la forme épicène, viticulteur (+ f3) et les deux formes composées, femme-viticulteur (+ f4) et viticulteur-femme (+ f4).

III. Questions soulevées

29Plusieurs objections sont parfois émises lors de la féminisation des noms de métiers… Voici les principales.

1. L’homonymie

30Parfois, la création de certains féminins crée une forme homonyme d’un mot existant. Mais l’ambiguïté du lexique est courante en français. Dans l’optique d’une revendication identitaire féminine, l’homonymie avec une machine (par exemple, cafetière), semble dévalorisante, mais c’est oublier que le même phénomène existe au masculin (par exemple, conditionneur). Sans parler des avocats (fruits), des écrivains (parasites de la vigne), des gendarmes (saucisses séchées et fumées ou punaises de feu)…

2. L’euphonie

31L’euphonie de certains féminins est aussi souvent invoquée. Est-ce que certaines formes, comme sapeuse-pompière ou proviseuse, peuvent choquer nos oreilles ? La nouveauté est toujours surprenante, c’est l’usage qui atténuera cette impression. [Cerquiglini et al., 1999 : 32] remarque avec justesse que :

Il est vrai que la néologie est dissonante quand elle est dérangeante.

3. La dévalorisation

32Citons, pour illustrer ce point, une remarque de [Cerquiglini et al., 1999 : 33] :

Pour beaucoup de femmes, féminiser un nom de métier revient à le dévaloriser. […] Un métier féminisé perdrait ainsi de son prestige et sa valeur d’autorité : on ne saurait être directrice de cabinet, conseillère d’Etat, rédactrice en chef.

33Nous ne discuterons pas de cet argument très subjectif à notre sens. Il est parfois associé à un autre argument, celui du féminin conjugal consistant à attribuer aux épouses le titre ou la fonction de leur époux (par exemple, Madame la Générale). Mais ce féminin conjugal n’est pratiquement plus employé aujourd’hui [Dister, 2004].

Conclusion

34A ce jour, notre dictionnaire est en cours d’achèvement. Nous avons 10 865 féminins singuliers et un dictionnaire de 27 628 entrées (avec les masculins). Pour ce qui est des traits associés, en ne comptant que les féminins singuliers, nous obtenons 2 460 traits +f1, 1 726 traits +f2, 1 759 traits +f3 et 4 920 traits +f4.

35Les possibilités existent pour nommer les femmes dans leur profession. Il semble que l’immobilisme et la peur de l’innovation du français commencent à reculer. Toutefois la dissymétrie qui existe dans ces dénominations relève, soit du refus d’utiliser les formes disponibles, soit des connotations dépréciatives ou facétieuses que l’on confère à ces termes. Nous avons recherché sur la Toile un grand nombre des formes que nous avons créées, et nous les avons trouvées, parfois même sur des sites officiels.

Bibliographie

Bibliographie

ARMSTRONG N., BAUVOIS C., BEECHING K., BRUYNINCKX M. (2001), La Langue française au féminin, le sexe et le genre affectent-ils la variation linguistique ?, L’Harmattan, Paris.

ARRIVE M., GADET F., GALMICHE M. (1986), La Grammaire d’aujourd’hui, Guide alphabétique de linguistique française, Flammarion, Paris.

AUDET E. (2003), La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde, http://sisyphe.org/article.php3 ?id article=414.

BARD C. (dir.), Un Siècle d’antiféminisme, « La Féminisation des noms de métiers », Fayard, Paris.

BRUNOT F. (1936), La pensée et la langue. Méthode, principes et plan d’une théorie nouvelle du langage appliquée au français, Masson.

CERQUIGLINI B., BEQUER A., CHOLENKA N., COUTIER M., FERCHER J., MATHIEU M.-J. (1999), Femme, j’écris ton nom – Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, La Documentation française, Paris.

CORBIN D., FRADIN B., HABERt B., KERLEROUX F., PLENAT, M. (1997), Mots possibles et mots existants, 1er Forum de Morphologie, Silexicales 1, Villeneuve d’Ascq, 28-29 avril 1997.

COURTOIS B., SILBERZTEIN M. (1990), « Dictionnaires électroniques du français », Langues française, 87 : 11-22.

DENIS D., SANCIER-CHATEAU A. (1994), Grammaire du français, Le Livre de Poche.

DISTER A. (2004), « La féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre en Belgique francophone. Etat des lieux dans un corpus de presse », JADT’04, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, p. 313-324.

DUBOIS J., LAGANE R. (1973), La nouvelle grammaire du français, Larousse.

FAIRON C. (2000), Structures non-connexes : grammaire des incises en français, description linguistique et outils informatiques, thèse de doctorat sous la direction de Maurice Gross, Université Paris 7.

FRIBURGER N., MAUREL D. (2004), « Finite-state transducer cascades to extract named entities in texts », Theoretical Computer Science, vol. 313, Elsevier, p. 94-104.

GARRIGUES M. (1993), Méthode de paramétrage des dictionnaires et grammaires électroniques : Application à des systèmes interactifs en langue naturelle, Thèse de doctorat en Sciences du langage sous la direction de Maurice Gross, Université Paris VII.

HOUDEBINE-GRAVAUD A.-M. (dir.) (1999), « La Féminisation des noms de métiers », in BARD C. (dir.), Un Siècle d’antiféminisme, Fayard, Paris, p. 431-448.

KHAZNADAR E. (2002), Le Féminin à la française – Académisme et Langue française, illustrations d’Alf, L’Harmattan, Paris.

LARIVIERE L. (2000), Pourquoi en finir avec la féminisation ou à la recherche des mots perdus, Montréal, Boréal.

MATHIEU M.-J. (dir.) (2002), Extension du féminin, les incertitudes de la langue, Honoré Champion, Paris.

MAUREL D. (2004), « Les mots inconnus sont-ils des noms propres ? », Septièmes Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles (JADT 2004), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, p. 776-784.

RIEGEL M., PELLAT J.-C., RIOUL R. (1994), Grammaire méthodique du français, PUF.

SILBERZTEIN M. (1993), Dictionnaires électroniques et analyse automatique de textes - Le système INTEX, Paris, Masson.

YAGUELLO M. (1978), Les mots et les femmes, Petite Bibliothèque Payot, Paris.

Notes

3 Sauf si on utilise aussi lors de l’étiquetage le graphe des chiffres romains, fourni avec INTEX.

4 Principalement des gentilés (noms d’habitants) [Eggert et al., 1998].

5 D’après la Commission de Terminologie, on a la possibilité d’utiliser la forme masculine dans tous les cas.

6 Mais le féminin alternatif (judoka / judokate) analogique de avocate ou magistrate progresse rapidement.

7 Les formes officielles décrites ici correspondent au français de France. Des formes comme professeure, en usage dans d’autres pays francophones (Québec, Suisse, Belgique…) seront dans notre dictionnaire accompagnées du trait +f2.

Auteurs

Université François Rabelais Tours – l & r et li
Courriel : marie-aimee.gazeau@etu.univ-tours.fr.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search