Version classiqueVersion mobile

Formaliser les langues avec l’ordinateur : de INTEX à Nooj

 | 
Svetla Koeva
, 
Denis Maurel
, 
Max Silberztein

Premiere partie. Formalisation de ressources linguistiques

5. Le traitement des verbes à particules du chiac à partir d’un DELAS / DELAF

Michael Long et Gisèle Chevalier

Texte intégral

Introduction

1. Français acadien et « le chiac »

1Qui parle de français acadien, parle, non pas d’une variété homogène, parlée par le peuple acadien dans l’Est canadien, mais plutôt, d’un ensemble de variétés de français, associées à différentes régions à travers les Provinces maritimes canadiennes. En général, ces variétés diffèrent du français standard par des traits lexicaux (la présence de termes et expressions archaïsantes et de vocables empruntés à l’anglais), phonologiques et prosodiques (ce qui permet aux autres de déceler l’« accent ») et syntaxiques (parfois mais pas toujours empruntés à l’anglais).

2Dans le présent article, nous nous arrêterons sur une variété en particulier « le chiac », pratiquée exclusivement dans la région sud-est du Nouveau-Brunswick, plus particulièrement aux alentours de la ville de Moncton. Le chiac témoigne d’une forte influence de l’anglais, tant au niveau lexical que syntaxique. Le français en demeure la matrice. La phonologie, la morphologie et la syntaxe sont françaises et conservent des vestiges de « vieux français », le plus frappant étant la finale de la troisième personne du pluriel en « -ont », (ils voulont, ils vouliont, ils voudriont, qu’ils vouliont / ils venont ou viennont). Le lexique associé au noyau propositionnel est majoritairement français (la proportion français anglais dépasse rarement 15 %), les éléments du contexte énonciatif et argumentatif tendent à être anglais (Perrot 2000, Flickeid 1989). L’élément qui sera présenté dans cet article est l’emploi des verbes à particules (VPART) dans le chiac, élément qui relève de l’interface lexique-syntaxe.

2. Définition des VPART

3Pour comprendre l’emploi des VPART en chiac, il faut d’abord voir comment ils fonctionnent en anglais, puisque c’est de cette langue que le chiac tire cette construction lexicale. Un VPART est un verbe accompagné d’unité linguistique homophonyque avec les prépositions, la particule, qui a pour effet d’en nuancer le sens par rapport à l’emploi sans particule, comme dans l’exemple suivant :

I must pick the flowers.
(je dois cueillir les fleurs)
I must pick up the flowers.
(je dois prendre en main les fleurs)

4Si l’on veut garantir que le verbe pick (cueillir) ait le sens ramasser, nous sommes obligés d’employer la particule up. On explique dans les grammaires comparées du français et de l’anglais, que la construction verbe à particule n’existe pas en français. Le VPART se traduit en français par un verbe simple. La nuance apportée par la particule est incorporée dans son sémantisme (tirer vers le haut (la fleur (choisie ?))). Nous voyons également la nécessité de la particule dans l’exemple suivant (2), pour garantir le sens épuiser au verbe anglais to run, qui aurait autrement le sens courir ou faire fonctionner.

They will go run in the park.
(Ils iront courir au parc)
They will run the motor for 5 minutes.
(Ils feront fonctionner le moteur pendant 5 minutes.)
* They will run flour.
* They will run of flour.
They will run out of flour.
(il va leur manquer de farine)

5Ce qui peut étonner, est que la construction VPART anglaise en 2e peut se retrouver de la même manière en chiac.

Ils allont runner out de prêtres.
(il va y avoir un manque de prêtres)

6Nous voyons qu’en anglais, comme en chiac, la particule out est rajoutée au verbe to run pour lui donner le sens épuiser une quantité de X. Nous remarquons aussi qu’en chiac, ni le verbe, ni la particule ne sont traduits dans le contexte français, sauf que le verbe se conforme à la morphologie française. En effet, les verbes anglais empruntés dans les parlers acadiens, et donc en chiac, conservent la prononciation anglaise, mais se fléchissent en français, acadien de surcroît to run out => runner out / ils runont out de farine (voir 1.1).

3. Notre propos

7Ce travail s’insère dans le cadre d’un plus grand projet ; celui de réaliser une description du français acadien, de manière à satisfaire aux exigences d’un traitement automatique. Concrètement, nous voulons qu’INTEX puisse traiter avec un taux de succès équivalent à celui des textes en français courant, les textes acadiens qu’on pourrait lui soumettre, qu’il s’agisse de textes littéraires, documentaires, la presse acadienne, et les corpus d’oral transcrits. Nous choisissons de suivre l’exemple du LADL, « le centre principal de recherche sur les dictionnaires électroniques du français » dont « la méthodologie… admet qu’une analyse morpholoqique d’un mot n’est possible que si ce mot apparaît dans le dictionnaire morphologique. » (SAVARY 2002 : 14, 16). Pour la description des verbes à particules anglais intégrés au chiac, il s’agit donc, dans un premier temps, de recenser les VPART, de les décrire dans un dictionnaire de type DELAS, et de les fléchir selon leur usage en acadien (section 2). Par la suite, nous soumettrons notre description à une vérification (section 3).

4. La source des données

8La matière première pour ces recherches a été puisée dans deux corpus de la région de Moncton et Dieppe au Nouveau-Brunswick. Dans les deux cas il s’agit de transcriptions d’entretiens oraux transcrits orthographiquement et marqués de faits d’oralité. Il a donc fallu trafiquer l’orthographe, ce qui pose évidemment problèmes pour le traitement automatique (Chevalier, Kasparian, Silberztein, 2004). Le corpus Malenfant est un petit corpus de 21 000 mots qui regroupe six entretiens interactifs non surveillés entre des élèves de la 8ème année scolaire (13 ou 14 ans). Le corpus Parkton est un corpus de 192 000 mots, soit une série de 21 entretiens, avec des locuteurs âgés de dix-neuf à plus de quatre-vingt-dix ans, et résidant de longue date dans le quartier populaire Parkton, à Moncton.

I. La description des verbes à particules VPART

1. Aspect lexical

9Les VPART rencontrés dans les corpus sont de deux sortes (voir tableau 1 en annexe). On peut trouver des verbes anglais, conjugués selon le 1er groupe français (-er), suivis d’une particule anglaise. Ce groupe est de loin majoritaire puisque 19 des 21 VPART repérés sont de ce type.

Je giverais pas up.
(Je n’abandonnerais pas.)

10On peut également trouver des verbes français, conjugués plus ou moins normalement, suivis d’une particule anglaise. Ces combinaisons sont plutôt exceptionnelles, avec 2 sur 21 occurrences seulement dans nos données actuelles.

Ça dépend quosse qui va on.
(Ça dépend de ce qui se passe.)

Je voulais sortir out.
(Je voulais sortir)

11Portons un regard un peu plus approfondi sur ces deux composants, d’abord sur le verbe et sa flexion, et ensuite sur la particule.

12Des vingt-six particules anglaises (Bonnet-Piron, 1990 : 72), nous n’en avons vu que six dans nos corpus : up, out, off, on, in et around (tableau 1).

13Chevalier et Long (à paraître) examinent le rôle sémantique des verbes à particules en anglais et dans les français d’Amérique, si elles apportent une valeur idiomatique, prépositionnelle ou aspectuelle selon les distinctions établies dans Jackendoff (2002). Mais à part de toucher en vitesse à la distinction entre les particules et les emplois prépositionnels, essentielle pour la désambiguïsation des constructions verbales, nous nous limiterons à une discussion de la manipulation des combinaisons [<V><PART>] avec INTEX.

2. Aspects morphologiques

14Puisque le chiac consiste à toutes fins pratiques en un mélange de langues, on ne pouvait se fier ni strictement aux dictionnaires existants de l’anglais (parce que les verbes anglais sont conjugués en français et que la majorité des mots restent ceux du français) ni à ceux du français (puisqu’il est question de formes canoniques anglaises).

  • 2 Un seul graphe suffirait si on optait pour une transcription phonétique : « bouncent » et « bounçan (...)

15Il a fallu d’abord décrire la flexion de ces verbes pour qu’INTEX puisse les reconnaître. Pour les 21 verbes dont il est question nous n’avons vu que 6 temps et 4 modes, soient les modes impersonnels : l’infinitif, le participe présent et le participe passé, et les tiroirs verbaux du futur simple, de l’imparfait, du présent, du conditionnel présent et du subjonctif. À part le passé simple, peu utilisé au N.-B., à l’exception de quelques personnes âgées (il est toujours en usage en Nouvelle-Écosse), les autres verbes n’ont pas a être conjugués, puisqu’il ne reste que les temps composés qui se conjuguent avec les avoir, être (rare en acadien), aller et venir. S’agissant des verbes empruntés à l’anglais, donc conjugués sur le modèle des verbes réguliers, cinq graphes ont suffi à en décrire la flexion, et ce, à cause des caprices phonologiques et orthographiques2.

  • 3 Nous faisons abstraction ici de l’hétérogénéité des nomes orthographiques des verbes empruntés à l’ (...)

16Une première difficulté, est la terminaison des verbes aux 3 personnes du singulier des verbes au présent qui s’écrivent parfois avec le « e », parfois sans, selon les auteurs des corpus, ce qui crée des classes différentes pour les verbes comme l’illustrent les exemples suivants3 :

  • V750 – (Worker- work) on enlève deux lettres pour obtenir le radical

  • V751 – (Giver-give) on en enlève une seule, car il faut conserver le « e »

  • V752 – (Setter-set) le dédoublement de la consonne à l’infinitif demande que l’on en enlève trois.

  • 4 Un traitement d’ensemble des conjugaisons acadiennes est en cours (Chevalier et Long 2005).

17Une seconde difficulté tient au décodage des lettres « c » et « g » : voyager / geons, appelle / appeler, acheter / achète, et donc, en chiac, bouncer / çait, etc.4 :

  • V753 – Bouncer-bounçait : enlever 3 lettres et ajouter ç

  • V754 – Veger-vegeait : enlever deux lettres.

3. Aspects syntaxiques

a. Ordre des éléments

18Si le VPART constitue un élément lexical (c’est-à-dire on lui accorde une entrée dans notre dictionnaire mental, si notre idiolecte reconnaît ce phénomène), il n’en demeure pas moins qu’il est régi par une grammaire locale. Dans tous les cas on a vu que le verbe précédait la particule, jamais l’inverse. D’ailleurs, une particule préverbale courrait le risque d’être confondue avec une préposition. Les tests de Jackendoff (2002 : 70) nous permettent justement de distinguer entre up, PREP et up, PART, distinction importante à notre étude.

Bill ran [PP up the street]
Bill ran the street up. [inversion de PREP et NP impossible]
It was up the street that Bill ran. [Cleft]

Bill looked [PART up] [NP the answer]
Bill looked the answer up. [inversion de PART et NP est possible]
It was up the answer that Bill looked. [no Cleft]

19On voit donc que up, . PREP peut se trouver devant le verbe mais pas up, . PART, et cela entre autre, à cause de l’atomicité sémantique ou la non-compositionalité de l’expression idiomatique. Ainsi, pour bien aborder la question des VPART, il faut un traitement qui va tenir compte de la relation entre ces deux éléments. Cette partie de notre recherche n’a pas encore été entièrement réalisée, elle est en cours.

b. Insertion

20Voulant en savoir plus sur la relation entre <V> et <PART>, nous nous sommes penchés sur la question de savoir s’il pouvait y avoir d’insertion entre les deux. Dans notre corpus, on n’a relevé que l’adverbe négatif pas en position intermédiaire. Ceci dit, l’intuition d’une locutrice native de l’acadien nous laisse croire que l’insertion d’un c.o.d. serait éventuellement possible.

J’ai shutté off la light.
(J’ai éteint la lumière)
J’ai shutté la light off.
(J’ai éteint la lumière)

21FLIKEID (1989 : 221), qui a fait une étude sur l’acadien parlé dans 5 communautés à travers la Nouvelle-Écosse, atteste l’occurrence suivante où nous voyons également l’insertion d’un c.o.d.

Ils allont out, zeux chuckont leurs… leurs scallop out
(Ils vont jeter leurs coquilles St. Jacques)

22PERROT (1992) conclut dans son étude du chiac de Moncton, que « … à part la négation, l’adverbe assez, les locutions adverbiales tout le temps et un petit brin, et l’objet direct dans le cas de l’impératif, la tendance à ne pas intercaler un objet direct entre le verbe et la particule est très nette » (Perrot, 1992 : 137).

23Puisque nous nous sommes limités, dans un premier temps, aux combinaisons et contextes repérés dans les corpus, et donc le chiac du grand Moncton, on n’a admis que l’insertion adverbiale pas. Il est fort probable qu’à l’avenir, nos grammaires et nos requêtes au moyen d’expressions rationnelles devront être modifiées pour accepter les insertions à plus grande échelle.

II. Traitement des verbes à particule dans INTEX

1. Le dictionnaire Delas

24Le test d’insertion nous amène à considérer les VPART comme des formes simples, même si, techniquement parlant, ce sont des formes composées de plus d’un élément, puisque le verbe et sa particule sont séparés au minimum d’un « espace ». On a construit un dictionnaire des verbes à particules du type DELAS qui comprend la nomenclature des particules, et celle verbes en questions. Chaque entrée présente la forme infinitive du verbe, les codes morpho-syntaxiques et distributionnels qui le décrivent, la particule utilisée accompagnée du code « PART », pour nous donner une entrée telle que la suivante :

runner, V752+vp+PART=out

25V752 indique le code flexionnel, +vp indique un verbe qui accepte une particule et +PART=out précise une particule attestée.

26Pour distinguer entre un verbe qui peut et celui qui ne peut pas prendre une particule, du moins on ne l’a pas encore vu en présence d’une particule, regardons l’entrée DELAS pour le verbe babysitter (garder des enfants) :

babysitter, V752

27Nous constatons qu’il se conjugue de la même façon que runner mais n’a pas encore ces mêmes indications distributionnelles.

2. Le dictionnaire DELAF des verbes à particules

28Une fois terminés, les graphes des verbes anglais, INTEX peut générer le dictionnaire DELAF des verbes à particules acadiens aux temps, modes et rangs décrits dans les graphes et les étiqueter dans les textes. Ces ressources lexicales sont loin d’être complètes, il faut maintenant dépouiller de nouveaux corpus. Il est possible d’automatiser le repérage de nouvelles combinaisons de verbes + particules soit au moyen d’expressions rationnelles, soit par grammaire locale. Regardons quelques essais effectués et les résultats qui en découlent. Ces essais serviront en même temps à vérifier la validité de nos descriptions.

III. L’extraction automatique de VPART dans des textes en chiac

29Les essais effectués visaient donc à voir si, grâce à nos descriptions, INTEX serait capable 1) de reconnaître des VPART déjà recensés, 2) d’identifier de nouveaux VPART, et 3) d’extraire des V à PART spécifique.

1. Premier essai : Extraction des VPART reconnus

30Pour vérifier la reconnaissance de VPART déjà recensés, on s’est fié au code distributionnel +vp, se disant que INTEX identifierait tout verbe que l’on savait prêt à accepter une particule, suivi de n’importe quelle particule, et admettant l’insertion ou pas d’une adverbe. On s’est servi de l’expression rationnelle <V+vp> (<E> <ADV>) <PART> qui a, en tout, reconnu 53 occurrences dont on voit deux exemples suivants :

je sneak out pis…
je use pas up tout mon argent

31Elle a également identifié 8 occurrences que nous considérons erronées puisque 3 de celles-ci se trouvaient dans un contexte linguistique anglais, comme en (9),

… all his things to set up in the dorm.

32Cette erreur se corrigerait facilement si on balisait les transferts codiques, c’est-à-dire si on marquait les séquences en fonction de la langue.

33Dans les 5 autres cas, INTEX a interprété la forme on comme étant une PART dans des énoncés français où il agissait en fait du pronom « on » tel qu’en (10) :

so on a mové on a mové icitte.

34Cette mauvaise identification est favorisée par une convention de transcription répandue en vertu de la quelle on ne ponctue pas le texte, si ce n’est pour indiquer les pauses, généralement au moyen de la barre oblique. C’est une convention bien malheureuse du point de vue du traitement informatique (Chevalier et al. 2004).

2. Deuxième essai : Extraction de nouveaux VPART

35Dans le but d’identifier de nouveaux VPART, on a employé la même expression, en omettant le code distributionnel +vp : <V> (<E>+<ADV>) <PART>, avec l’idée que cette fois, INTEX reconnaîtrait n’importe quel verbe suivi d’une particule. Les résultats furent beaucoup moins satisfaisants, mais toujours dû, en grande partie, au problème de l’ambiguïté de « on » et de l’absence de ponctuation.

36Sur les 281 occurrences trouvées, ce qui comprenait les VPART déjà connus, il s’agissait, dans 235 cas, d’un verbe suivi de « on, . PRO » et non « on, . PART » comme en (10). Puisque nous traitons des corpus oraux, on se rappellera qu’il est très commun pour les locuteurs de s’arrêter en milieu de phrase et reprendre leur pensée, souvent à partir du pronom sujet. On se rend compte qu’il nous faudra lever l’ambiguïté entre ces deux entrées lexicales. Par ailleurs, dans 7 autres instances, les occurrences erronées sortaient de phrase anglais comme en (9).

37Une autre erreur à se produire était attribuable à deux ambiguïtés, en plus du problème de transcription : INTEX n’a pu distinguer on, . PRO de on, . PART, ni entre « été, . N : ms » et « été, être. V : K » tel qu’en (11).

ils venont dans l’été on on fait des barbecue ensemble

3. Troisième essai : Extraction de VPART spécifiques

38Ensuite on a voulu vérifier l’efficacité d’une recherche de VPART spécifique, dans ce cas out. Pour ce faire, on a essayé les expressions rationnelles suivantes :

<V+PART=out> (<E>+<ADV>) <PART>

39On espérait que le code distributionnel +PART=out sélectionne uniquement les verbes susceptibles d’accepter la PART out qui étaient véritablement suivie d’une particule. Le problème c’est qu’INTEX a reconnu les bons verbes, mais suivis de n’importe quelle particule, ce qui a donné des résultats du genre :

l’année qu’on est sorti on a bâti…

40Au lieu de chercher la catégorie lexicale PART on a recherché la forme out :

<V+PART=out> (<E>+<ADV>) out

41Cette modification nous a bien servi, puisque sur 24 occurrences repérées, on n’a vu aucune erreur.

4. Graphe général d’extraction des VPART

42Pour faciliter la recherche de VPART à l’avenir, nous avons regroupé les meilleurs aspects des différentes tentatives dans un seul graphe, que voici :

43Dans la première « colonne », on n’identifiera que les verbes susceptibles d’accepter une particule, et on a dû spécifier la particule. Ensuite on voit la possibilité d’insertion adverbiale (optionnelle). Finalement, on définit la particule acceptée, s’assurant qu’elle soit conforme à celle indiquée dans la première colonne dans le but d’éviter des problèmes rencontrés en (11). L’application d’une telle grammaire fournira des résultats satisfaisants, mais qui seront limités, on l’avoue, aux VPART connus. Il nous faudra donc, continuer à travailler sur une solution permettant d’identifier de nouveaux verbes et de nouvelles particules.

Conclusion

44L’emploi des VPART en chiac représente un phénomène linguistique à cheval entre deux langues et entre deux « modules » linguistiques. Ils sont composés de deux éléments : un verbe anglais, pour la plupart, qui se fléchit à la française et une particule anglaise. Ils ont une structure syntaxique quelque peu figée mais admettent l’insertion et témoignent donc d’un degré d’atomicité sémantique, ce qui nous amènent à conclure qu’il s’agit non pas d’un syntagme verbal entièrement libre mais plutôt un verbe composé discontinu. Ainsi, bien que l’exploitation initiale par DELAS/DELAF nous ait permis de reconnaître les constructions qui nous intéressent dans certains contextes, on croit qu’il s’agit d’un bon premier jet. Si on hésite de dire « une solution parfaite » c’est parce qu’en tenant compte des tests de Jackendoff – qui nous signalent l’importance de décrire le comportement syntaxique des PREP et des PART – ainsi que des définitions du LADL, on est conscient du fait que les VPART sont des séquences de mots simples, contenant paradoxalement un séparateur et admettant une insertion, et donc, des mots composés discontinus. Chaque verbe à particule devrait apparaître dans deux dictionnaires différents : celui des formes simples et celui des formes composées. Il devient clair que le DELAS n’est plus la solution idéale pour notre traitement des VPART.

45Heureusement, le prochaine génération d’INTEX, NooJ, ne nous contraint plus à trancher sur les cas qui se situent dans les intervalles intermédiaires sur le continuum entre forme simple et forme composée, en passant par les expressions figées et semi-figées (Gross, M. 1982).

Bibliographie

Bibliographie

BONNET-PIRON Daniel, KUPERBERGG Anne-Marie (1990), Anglais : methods et techniques, Paris, Nathan.

CHEVALIER Gisèle, KASPARIAN Sylvia et SILBERZTEIN Max (2004), « Eléments de solution pour le traitement automatique d’un français oral régional », dans Revue française en traitement automatique du language (TAL), vol. 2, n° 45, sous la direction de Jean VÉRONIS, Paris, Editions Lavoisier, p. 41-62.

CHEVALIER Gisèle et LONG Michael (en préparation), La flexion automatique des verbes acadiens, Actes du 60ème Colloque annuel de l’Association de linguistique des Provinces atlantiques, Université du Maine, Orono (USA).

COURTOIS Blandine (1994-1995), « Buts et méthodes de l’élaboration des dictionnaires électroniques du LADL », dans Cahiers CIEL 1994-1995, Paris, Université de Paris 7.

COURTOIS B., SILBERZTEIN M. (eds.) (1990), Langue Française 87. Dictionnaires électroniques du français, septembre 1990, Paris, Larousse.

FLIKEID Karin (1989), « Moitié anglais, moitié français : Emprunts et alternance de langues dans les communautés acadiennes de la Nouvelle Écosse » dans LAFORGE, Lorne, PÉRONNET, Louise (rédacteurs délégués) Revue québécoise de linguistique théorique et appliquée. Volume 8, numéro 2, avril 1989, Québec, Association québécoise de linguistique.

GROSS Maurice (1975), Méthodes en syntaxe, Régime des constructions complétives, Paris, Hermann.

GROSS Maurice (1982), « Une classifications des phrases figées du français » dans Revue québécoise de linguistique, Vol. 11, No. 2, Montréal, Presses de l’université du Québec à Montréal.

JACKENDOFF Ray (2002), « English particle constructions, the lexicon, and the autonomy of syntax », dans DEHÉ, Nicole, JACKENDOFF, Ray, MCINTYRE, Andrew, URBAN, Silke, éds. Verb-Particle Explorations, New York, Mouton de Gruyter.

PERROT Marie-Eve (2001), « Bilinguisme en situation minoritaire et contact de langues : l’exemple du Chiac », Faits de langue, No. 18, Langues de dispora. Langues en contact.

PERROT Marie-Eve (1995), Aspects fondamentaux du métissage français / anglais dans le chiac de Moncton, Thèse de doctorat sous la direction de L. Danon-Boileau et S. Lafage, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, U.F.R. du monde anglophone,

SAVARY Agata (2000), Recensement et description des mots composés – méthodes et applications, Université Marne-la-Vallée, LADL Paris 7.

SILBERZTEIN Max (1993), Dictionnaires électroniques et analyse automatique de textes. Le système INTEX, Paris, Masson.

Notes

2 Un seul graphe suffirait si on optait pour une transcription phonétique : « bouncent » et « bounçant » sont tous deux représentés par [s].

3 Nous faisons abstraction ici de l’hétérogénéité des nomes orthographiques des verbes empruntés à l’anglais (Chevalier et al. 2004).

4 Un traitement d’ensemble des conjugaisons acadiennes est en cours (Chevalier et Long 2005).

Table des illustrations

Titre Tableau 1
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/26994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/26994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteurs

Université de Moncton Université du Nouveau Brunswick

Université de Moncton
Courriel : gisele.chevalier@unmoncton.ca.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search