Version classiqueVersion mobile

Bagatelles pour l’éternité

 | 
Philippe Baron
, 
Anne Mantero

Quatrième partie. Pratiques théâtrales

Heures brèves ou le théâtre de six heures du soir

Noëlle Guibert

Texte intégral

1Des paradoxes qui marquent l'époque en tout domaine, le théâtre révèle les hésitations, les mouvements et les errances. S'agissant des formes de spectacle, le théâtre soumet le public à de grands zigzags entre les longues et les brèves, des spectacles sans fin, revenus à la tradition, aux ultra-courts, conçus en ouverture et aujourd'hui devenus spectacles en soi.

2Le théâtre traditionnel a habitué le public à la durée. Aller au théâtre, c'était pénétrer un univers : les spectacles antiques occupaient des heures et des jours. Le spectacle du XVIIe siècle commençait dans la journée pour s'achever avant les heures graves de la nuit. Mais en général, les tragédies ou les grandes comédies étaient précédées ou suivies de petits actes, farces, impromptus ou avant-propos, mettant, pour les premiers, le spectateur en condition, passage obligé du monde réel à celui de la fiction, laissant aux retardataires le temps d'arriver, ou se terminant sur une petite pièce comme le dernier morceau exécuté par le soliste de concert, facilitant la retombée sur terre.

3Ce sont ces formes brèves, promesses de grandes œuvres, qui ont fait la fortune de nos classiques, Molière, Marivaux, Musset, voire Courteline, Feydeau ou Jules Renard. Combien de temps Molière eût-il mis pour percer, s'il n'avait joué sa « petite comédie », le Docteur amoureux, qui fit tant rire le jeune Roi, après la représentation de Nicomède ? Marivaux aurait-il réussi sans ces actes éblouissants qui le firent découvrir des Italiens, puis des Français ? Courteline aurait-il jamais été consacré par la Comédie-Française sans la Conversion d'Alceste ? Feydeau eût-il fait, à son tour, son entrée posthume au répertoire officiel de la rue de Richelieu sans un acte irrésistible, Feu la mère de Madame, et Jules Renard eût-il poli le Pain de ménage, ou le Plaisir de rompre ?

4Que dire de Musset, et de son fameux Caprice, suivi de ces joyaux de proverbes portés à la scène, des baissers de rideau de Villiers de l'Isle-Adam et de tant d'autres ?

5Hélas, toutes ces œuvres éclatantes, qui enrichirent les spectacles, devaient disparaître au fil de l'après-guerre avec l'accomplissement de mises en scène qui ne faisaient plus leur place aux « actes », levers, et baissers de rideau. Les modernes pièces brèves jouées entre les deux guerres servirent l'inspiration de grands auteurs : Jean Giraudoux, l'Apollon de Bellac, Cantique des Cantiques, Jules Romains, Amédée et les Messieurs en rang, la Scintillante, et tous ces auteurs de petites pièces qui se virent relégués dans les années 1960, un peu comme le seront les réalisateurs de court métrage qui devaient pourtant révéler de grands auteurs de films.

6C'est alors qu'apparut un phénomène nouveau qui allait permettre de sauvegarder ce théâtre tout en le mettant pour un temps entre parenthèses.

7Il s'avéra après la guerre que le théâtre contemporain nouvellement créé, celui de Sartre, de Ionesco, de Beckett, de Duras, de Sarraute, d'Adamov, de Schéhadé, d'Eliot, s'adaptait mal aux grands vaisseaux à l'italienne hérités du XIXe siècle, bien éloignés de cet enseignement venu de Copeau au Vieux-Colombier, ou d'Appia, sur le rapport scène-salle. Bien que les hommes du Cartel, héritiers de Copeau, se fussent installés dans des salles anciennes réaménagées, il fallut qu'une réflexion renaisse au moment où les gens de théâtre s'entouraient des conseils de scénographes pour que la question revienne à l'ordre du jour.

8Vilar se la posa et prit temporairement le théâtre Récamier pour jouer Eliot ou Pichette. De petites scènes s'ouvrirent, économes et chaleureuses, à l'écoute de textes parlant de l'aujourd'hui du public. Scènes de poche, pour théâtre-répertoire de poche. Les metteurs en scène, travaillant parallèlement sur de grandes scènes, aménagèrent alors, en marge de leur théâtre, des scènes non pas expérimentales, mais plus confidentielles adaptées à une écoute nouvelle dans les foyers, les sous-sols, les combles.

9Ainsi naîtront le petit Marigny, le petit Odéon un moment dédié à Roger Blin, la salle Gémier (petit Chaillot) et quantité de petites annexes de grandes salles inadaptées à un type de théâtre, formes brèves pour les auteurs nouveaux cherchant à naître au public, et théâtre nouveau issu de la littérature et fait pour être écouté. Au moment où des pièces révélaient des formes tout à fait achevées de mises en scène, des spectacles dit « littéraires » se cantonnaient à la confrontation acteur/texte sans préoccupation de décoration élaborée. Renaissance de scènes pour matinées ou soirées littéraires qui firent en leur temps, avant la seconde guerre mondiale, les beaux jours de la Comédie-Française ou de l'Odéon, voire des salles en mal de programmation ou en marge des spectacles (Trocadéro, Vieux-Colombier, Athénée, Palais-Royal, etc…).

10Très prisés des universitaires et des étudiants, ces spectacles littéraires avaient déjà servi, au début de ce siècle, de « travaux pratiques » à des brillants exposés de Gustave Cohen sur le théâtre médiéval ou de Francisque Sarcey sur le théâtre en général.

  • 1 Conférence de presse à la Comédie-Française, 25 mai 1971.

11Depuis ces trente dernières années, les « lectures théâtrales » ont pris un essor décisif sous l'impulsion de ceux qui militent pour la découverte du théâtre contemporain – on pense à Théâtre Ouvert et à l'action de Lucien Attoun, aux éditions Théâtrales, à la Société des auteurs dramatiques avec la fondation Beaumarchais, mais aussi à l'œuvre militante de Jean-Louis Barrault et à celle de Jean Mercure au Théâtre de la Ville, et de Pierre Dux en collaboration avec Jean-Pierre Miquel, au Petit Odéon, pour faire jouer par les Comédiens Français des œuvres que les statuts liés aux procédures du Comité de lecture de la Comédie-Française ne permettent pas de monter salle Richelieu, ce que Pierre Dux appelait du Théâtre de Chambre1 pour reprendre l'expression allemande de Kammerspiel. Des « auteurs nouveaux » furent ainsi associés au grand répertoire consacré, les Calaferte, Foissy, Grumberg, Haïm, Brisville pour ne citer que quelques-uns.

12Le phénomène s'est aujourd'hui normalisé, on conçoit de plus en plus de petites salles associées aux grandes, surtout dans les théâtres nouvellement construits pour faciliter un état de marche économique, une unité de gestion. Significative fut l'ouverture à quelque semaines d'intervalle en novembre 1996 de deux petites salles à Paris :

  • le Studio-Théâtre de la Comédie-Française au Carrousel du Louvre.
  • le Théâtre les Abbesses dépendant du Théâtre de la Ville.

13Significatif, ce répertoire d'œuvres brèves dont le catalogue est éloquent, tant en France dans la création contemporaine, que dans le répertoire anglo-saxon. Séduction pour le créateur, ce théâtre s'apparente au genre de la nouvelle pour le public, heureux de découvrir un style au travers d'une heure de spectacle : approche, initiation au théâtre. Il semble pourtant que les habitués de ce type de théâtre sont aussi assez largement des habitués du théâtre.

14Les « actes » avaient jadis participé à des programmes copieux, associant comédie – tragédie suivant l'usage. Mais aujourd'hui dans la civilisation de gens pressés dont l'attention se concentre difficilement, ces heures brèves arrachées à la vie selon l'expression de Jean Mercure, qui les multiplia, connaissent un vif succès. Elles répondent à une nécessité économique et sociale dans laquelle le théâtre trouve difficilement sa place, concurrencé par les contingences matérielles et par le spectacle « à domicile » proposé par la télévision.

15Côté public, il faut toujours susciter de l'envie, créer des spectateurs, répondre à une demande non formulée. Côté auteur, la séduction des formes brèves est multiple : elle répond à une écriture, à la naissance d'une vocation d'auteur dramatique. Elle parcourt l'histoire du théâtre : en témoignent ces Œuvres minutes, écrites jadis par Jeanine Worms, aujourd'hui rééditées.

16L'œuvre brève s'exprime mieux dans le domaine de la comédie, voire de la comédie grave, que dans la tragédie ou dans les œuvres lyriques. Une rare tragédie courte, les Cenci, pièce d'Artaud, n'a jamais laissé de surprendre le spectateur, même lors de sa redécouverte en 1983 par Jacques Baillon à l'Odéon.

17En guise de préface aux Pièces en un acte choisies dans le théâtre contemporain des années 1960, Odette Aslan cite Sacha Guitry, qui dans un Candide de 1925, associe le metteur en scène à l'inspiration de l'auteur dramatique. « Jules Renard aurait-il écrit Poil de carotte s'il n'avait eu la certitude d'être jouée par Antoine ? ». Guitry aligne encore les noms de ces auteurs de chefs-d’œuvre, Tristan Bernard, Fiers, Caillavet, Feydeau, Anatole France…, et conclut : « le théâtre a beaucoup perdu en n'encourageant pas ces pièces brèves où les auteurs donnaient le meilleur de leur talent, le plus clair de leur génie ». En écrivant ces mots, Guitry pensait peut-être à lui, l'auteur de quantité de petits actes, les Deux Couverts, Un soir quand on est seul. Cette veine brillante et soudaine, premier jet ou esquisse, a encore été celle d'écrivains-poètes aussi originaux et divers que Jean Tardieu, monté par Jacques Poliéri, Ionesco par Jacques Mauclair, Adamov par Jean-Louis Barrault, Aragon, Queneau, Audiberti…

18A l'époque contemporaine, les anglo-saxons ont été d'actifs propagateurs de la pièce courte. Arthur Miller y voyait l'avantage de « traiter le sujet directement, simplement ». En Italie, le maître incontesté en fut Pirandello, en Espagne, Federico Garcia Lorca, en Belgique, Michel De Ghelderode, en Angleterre, Christopher Frey, en Irlande, Sean O’Casey, ou Synge.

19Les recueils de pièces françaises et étrangères, publiées ces vingt dernières années, insistent par leur titre individuel ou collectif, sur la brièveté des œuvres dont l'atout premier est ainsi souligné. Pièces en dix minutes de Djuna Barnes, les Courtes de Jean-Claude Grumberg, réunissant sketches, saynètes, petits drames qui interrogent la société, son histoire, ses habitudes avec humour, ironie ou désespoir.

20Ces œuvres nourrissent le répertoire radiophonique de France-Culture chez Lucien Attoun ou les Dramatiques de minuit de Patrice Galbeau sur France-Inter – les Keurps, pièces détachables de Gilles Costaz – ou les « Petits théâtres » de la télévision quand la télé s'intéressait encore au théâtre ! Ce genre théâtral est aussi une chance pour les troupes en région.

21Moni Grego explique à propos du théâtre d’Yves Reynaud, Evénements regrettables parus en 1985, à « Théâtrales » : « Tout se passe dans quelques mètres carrés, comme dans la vie, comme au théâtre ». Un autre théâtre de l'absurde a ainsi pu être monté, comme celui de Mrozek, échelonné sur la période 1957-1987 : « Maître de la nouvelle satirique » selon l'expression de son compatriote Milosz. Un théâtre qui regroupe des pièces absurdes, saynètes animalières, dont l'humour s'est laissé familièrement apprivoiser en France.

22Ce théâtre a pu trouver son public grâce à des metteurs en scène attentifs, Jean-Louis Barrault qui montait dans les années 60 Sarraute, Duras, Adamov, Yourcenar, Jean-Pierre Miquel qui découvrait Grumberg, Brisville, Calaferte, ou Jean Mercure qui ouvrait généreusement le Théâtre de la Ville à ces petites formes. Beaucoup de ces œuvres doivent ainsi leur mise au jour aux maisons d'édition et collections, Théâtre Ouvert, Théâtrales, l'Avant-Scène Théâtre et sa maison d'édition les Quatre Vents, et plus récemment Actes-Sud répondant aux incitations de la Maison du Geste et de l'Image qui suscita des rencontres pour mettre l'auteur en contact avec des jeunes et faire découvrir des écritures contemporaines : ainsi l'opération « Auteur en direct » sous la forme de commandes à des écrivains parmi lesquels Michel Azama, Denise Bonal, Bernard Da Costa, Yves Lebeau, Sirjacq, réunis sous le titre Brèves d'Auteurs.

23Une autre démarche militante a conduit Actes-Sud à publier des pièces lues à l'Odéon en décembre 1996 au bénéfice d'Amnesty International sur le thème de la défense des Droits de l’homme, avec des textes signés de Catherine Anne, Michel Deutch, Joël Jouanneau, Rezvani, Jean-Michel Ribes, Eric-Emmanuel Schmitt, réunis sous le titre Théâtre contre l'oubli. Une autre série, Brèves d'ailleurs, réunissait dix pièces courtes, fruit des échanges entre les auteurs et des groupes de lycéens réunis en ateliers ou en option théâtre, opération réalisée avec Gabriel Garran, directeur du Théâtre international de langue française. Dans ce recueil on retrouve les noms de Normand Chaurette, Serge Kribus, Eduardo Manet.

24En fait, ce genre de forme brève a toujours séduit les auteurs dramatiques. René de Obaldia se dit étonné d'être autant traduit et « l'attribue aux vertus scéniques du genre », ce dont les directeurs des Cours d'art dramatique se sont vite aperçus ! Des romanciers comme Yves Navarre se sont aussi laissé tenter par ce théâtre dans lequel des écrivains de la forme excellent, Georges Perec, régulièrement joué, comme Raymond Queneau, ces dernières années encore. Le palmarès de ces formes brèves est très vaste. Etonnante variété, de Jarry à Cocteau, de Prévert à Vitrac, Marcel Aymé, Anouilh, Roussin, de Bradbury à Witkiewicz, Woddy Allen, Albee, Pinter, Buzzati ou Thomas Bernhardt… Qui a dit qu'il n'y avait plus d'auteurs ?

25La forme courte est devenu un genre en soi qui trouve son public, ses salles, son créneau horaire – l'avant-soirée –, qui permet de rentabiliser l'exploitation des salles à plein. En témoigne, par exemple l'effort actuel de programmation de l'Athénée reprenant des usages qu'avait connu le Vieux-Colombier des années 60-70. Un genre qui s’applique aux nouvelles pratiques théâtrales et aux aspirations des directeurs de théâtre : une future petite salle de l'Odéon doit être creusée sous la vaste place, semi-circulaire, à l'occasion des grands travaux de rénovation engagés en 1998.

26Pratiques anciennes déjà en Amérique qui a érigé le théâtre de chambre en genre, dans les universités et dans l'underground confidentiel ou le off si recherché où l'on joue des auteurs devenus célèbres, Tony Morrison et David Mamet. Un théâtre qui prend une tout autre dimension dans l'informel Kammerspiel allemand, riche de création inventive, et qu'on retrouve en festival, comme dans le off d'Avignon.

27Audaces mesurées pour des auteurs, des metteurs en scène, des producteurs naissants ou timorés, et surtout pour des modes d'expression d'aujourd’hui, allant des sketches de Pinter, aux Pièces piégées d’Armando Llamas, des années 1970, ou aux Divertissements touristiques de Noëlle Renaude, « écrits pour jouer avec les mots, les situations » et donnés sur les ondes, reflet d'une France profonde où chacun se retrouve. Tandis que les textes de Philippe Minyana intéressent les jeunes metteurs en scène comme les plus confirmés, Viviane Théophilidès, Philippe Cantarela, Schiaretti, Grinevald, Françon, Didym – une écriture dense, faite pour une troupe, langage de la vie sans ponctuation, ni reprise de souffle. La profération de ces textes, comme ceux de Valère Novarina, demande aux interprètes une virtuosité liée à l'inspiration de leur auteur.

28La forme brève est propice au théâtre d'essai, à l’invention, toujours associée à l'économie de ce ménage à trois que forment l'auteur, l'interprète et la salle… à laquelle se substitue aujourd'hui la salle à manger ou le séjour d'un appartement pour une formule de théâtre à la carte, et à la maison, qui s'installe de moins en moins timidement dans les habitudes.

Notes

1 Conférence de presse à la Comédie-Française, 25 mai 1971.

Auteur

Département des Arts du spectacle, B.N.F.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search