Version classiqueVersion mobile

Bagatelles pour l’éternité

 | 
Philippe Baron
, 
Anne Mantero

Quatrième partie. Pratiques théâtrales

Remarques sur les prologues de la Palliata

François Callier

Texte intégral

  • 1 Rhétorique, III, 14, 1414 b 19 : Tὸ μὲν ο(...)
  • 2 Poétique, 12, 1452 b 4 : Ἔστιν δὲ πρόλογος μὲν μέρος ὅλον τραγῳδίας τὸ πρὸ χορο(...)
  • 3 Cf. Donatus, Commentum Terentii, rec. P. Wessner, Stuttgart, 1966 (repr. anast.), vol. I, p. 22 et (...)
  • 4 Cf. Evanthius, loc. cit. :…protasis primus actus initiumque est dramatis ; épitasis incrementum pr (...)
  • 5 Velut praefatio quaedam fabulae.
  • 6 Donat (De comoedia, loc. cit.) traduit en latin des adjectifs grecs ; respectivement : δραματικός, (...)

1Comme il l'a fait à propos de maints aspects de la littérature poétique ou rhétorique, Aristote a proposé une définition et établi les principes du prologue : « l’exorde est le commencement du discours, ce qu'est le prologue dans le poème dramatique ou le prélude dans un morceau de flûte : ce sont là autant de commencements, et comme l'ouverture du chemin pour qui va s'y engager »1, ou, dans le cas particulier de la tragédie, « un prologue est l'ensemble de cette partie de la tragédie qui précède l'apparition du chœur »2. Ainsi que son nom l'indique, le prologue (appelé aussi, notamment par les scholiastes, εἴσοδος, ἀρχή προοίμιoν ou εἰσβολή) figure ordinairement en tête de la pièce – tragédie ou comédie. Deux grammairiens latins du IVe siècle ap. J.-C., Evanthius (De fabula, IV, 5) et Donat (De comoedia, VII, l)3 mentionnent les quatre parties successives selon lesquelles s'organise une comédie antique : le prologus, la protasis (le début de l'intrigue), l'épitasis (les troubles et complications) et la catastrophè (l'heureux dénouement)4. Selon Evanthius (loc. cit.), qui ne fait guère que reproduire Aristote, le prologue constitue « en quelque sorte une préface de la pièce »5. Peut-être convient-il de retenir avec Donat – soucieux, comme la plupart des érudits antiques, de distinctions minutieuses – qu'il existe quatre types de prologues : l'argumentatiuus, qui expose l'intrigue de la comédie ou de la tragédie ; le relatiuus, dans lequel le poète s'en prend à quelque rival ou adresse ses remerciements au public ; le commendatiuus, qui se propose de faire valoir la pièce ou son auteur ; le mixtus, qui est une combinaison des trois autres genres6.

  • 7 On sait qu'une pièce de la Néa, comme, par la suite, de la Palliata, n'était décomposée originelle (...)

2Il arrive toutefois que le prologue prenne place après le début de l'action – ce qu’il est convenu, mais impropre, de nommer la première « scène »7. Tel est le cas, par exemple, dans le Miles gloriosus ou dans la Cistellaria de Plaute ; il est avéré cependant que cette disposition n'a pas été ignorée du théâtre grec, et singulièrement de la Néa ; ainsi, chez Ménandre, dans la Comoedia Florentina (qui n'est peut-être autre que l’Aspis ou l’Eunouchos), le Héros, la Perikeiroménè, les Synaristôsai ou encore les Epitrepontes.

  • 8 S'il s’agit bien du prologue ; ce qui est loin d'être assuré.
  • 9 Cf. Edmonds, The Fragments of Attic Comedy, Leiden, 1961, vol. II, fragment 191.

3Il existe une différence entre le prologue tragique et le prologue comique ; il semble qu'elle tienne, pour l'essentiel, aux difficultés rencontrées par le dramaturge, selon qu'il compose des tragédies ou des comédies. Dans le premier cas, il a la tâche aisée ; dans le second, il doit redoubler d'inventions et de trouvailles. C'est du moins ce qu'affirme Antiphane, un poète de la Comédie dite Moyenne, dans ce qui nous reste du prologue8 de sa Poièsis9 : dans le répertoire tragique, eu égard au fait que le sujet est presque toujours emprunté aux mythes les plus fameux, le nom même des protagonistes est, pour le public, une indication suffisante des péripéties qu'il va voir se dérouler sur la scène ; nul, par exemple, n'ignore le sort d'Œdipe, d'Alcméon ou d’Adraste ; il s'ensuit que, dans la tragédie, le prologue – du moins, si l'on se réfère à Donat, le type argumentatiuus – pourrait presque paraître superflu. L'auteur comique, en revanche, doit tout inventer, tout expliquer : noms inconnus, situations nouvelles, dénouement imprévu – toutes choses a priori ignorées des spectateurs et dont on ne peut se dispenser de les informer, avant même que l'intrigue ne s'engage.

  • 10 Cf. supra, p. 1. Il semble que ce terme désigne spécifiquement le πρόλογος comique ; les autres te (...)

4Peut-on découvrir la trace d'une évolution, à tout le moins d'une différence, dans la conception du prologue entre Comédie Ancienne et Comédie Nouvelle ? Nos documents, surtout s'agissant de cette dernière, sont trop incomplets et clairsemés pour qu'une réponse nette puisse être formulée ; force nous est de nous en tenir à des constatations imprécises. Les comédies d'Aristophane, comme, sûrement, celles des autres comiques contemporains, sont précédées d'une εἰσβολή10 ; elle prend place avant l’entrée du chœur, la parodos. Mais, comme dans la Néa, ce préambule peut être différé ; ainsi dans les Cavaliers, les Guêpes, la Paix. Assurément, pour autant que nous en puissions juger, c'est le ton, plus libre et avec quelque chose de primesautier en apparence, qui distingue ici l'Archaia de la Néa ; ce en quoi, nous le verrons, Plaute apparaît plus proche d'un Aristophane que d'un Ménandre, en dépit de la définition même, mais à la vérité fort sujette aux entorses, de la Palliata.

  • 11 Sur l'incertitude quant au titre de cette comédie, voir ci-dessus, p. 266.
  • 12 A. Koerte, Menander, Reliquiae, Leipzig, 1953, pars II, p. 225-226.

5Il nous est en revanche plus aisé d'entrevoir que la récitation des prologues grecs, toutes époques confondues, revient à diverses sortes de figures. Considérons principalement la Néa et Ménandre ; tantôt cette fonction incombe à une divinité : Pan, dans le Duskolos ou Τύχη dans la Comoedia Florentina11, un dieu ou une déesse, non identifiable pour nous, dans les Epitrepontes, l’Eunouchos, la Perinthia, et d'autres pièces encore (par hypothèse vraisemblable, dans le Geôrgos, les Adelphes β' ou le Misoumenos) ; tantôt encore, ce rôle revient à une silhouette en forme d'allégorie : l'Ignorance (Ἀγνοια) dans la Périkeiroménè, l'Argument (Ἔλεγχος) dans certaine comédie de titre inconnu (c'est le fragment 717 Körte12) ; tantôt, enfin, un personnage de la pièce, qui, au contraire des divinités ou allégories, reparaîtra dans la suite, s'avance sur la scène, seul, pour dire le prologue : le cas se rencontrait déjà chez Aristophane avec, par exemple, le Dicéopolis des Acharniens ; il est celui, chez Ménandre, de Moschion dans la Samia.

  • 13 Cf. par exemple, parmi beaucoup d'autres ouvrages, T.B.L. Webster, Studies in Menander, Manchester (...)
  • 14 A.W. Gomme – F.H. Sandbach, Menander. A Commentary, Oxford, 1973, p. 20.

6Un être divin ou une figure intemporelle et bien plus abstraite qu'incarnée n'ignore rien des événements qui ont précédé la présente situation, rien non plus de ce qui va survenir ; c'est en toute certitude que l'un ou l'autre éclaire les spectateurs, alors que les personnages de la pièce demeurent, bien sûr, dans une complète ignorance de ce qu'ils vont vivre, instant après instant, épisode après épisode ; ceux-là sont à même, grâce aux informations livrées par le prologue, d'apprécier la pertinence ou l'inadéquation du comportement de ceux-ci, l'habileté plaisante ou la maladresse comique de leurs réactions à des circonstances le plus souvent inopinées, en tout cas pour eux. Le public se trouve en somme établi dans une position de supériorité ; aussi peut-il se divertir, en même temps que l'auteur et par une manière de connivence, du jeu auquel celui-ci se livre avec ses créatures. D'un autre point de vue, étant donné que la Néa, ainsi qu'on l'a démontré13, doit beaucoup à Euripide – qu'il s'agisse de l'intrigue, des personnages, voire du style –, il n'est guère douteux que cette même influence a contribué à ce que le prologos fût pour l'essentiel consacré à l'exposition de l'argumentum ; et par exemple, l'on trouve chez le tragique une semblable diversité de récitants – divins ou humains : « Both divine and human prologue-speaker are to be found in Euripidean tragedy and doubtless served as a precedent for the writers of comedy »14.

  • 15 Pièce singulière, du point de vue qui nous occupe ici, puisque Mercure y récite deux prologues : a (...)
  • 16 Misère est fille de Débauche. Cf. vers 9 : hanc mihi gnatam esse uoluit (sc. l'auteur) Inopiam,(...)
  • 17 Mais c'est aussi le cas de Mercure, qui, tout dieu qu'il est, n’en joue pas moins, à l’instar de J (...)

7Un fois que l'on a posé la définition de la Palliata – comédie latine qui procède d'un original grec choisi dans le répertoire de la Néa –, on n'a rien fait qui vaille, sinon soulevé une inévitable et quasi insoluble difficulté, de nature à compromettre l'étude de cette forme-là de théâtre antique, quelque face que l'on en considère : celle des rapports entre les comédies de Plaute ou Térence et les œuvres, pour la plupart inconnues, des Ménandre, Diphile, Philémon ou Apollodore ; traduction fidèle ou libre adaptation ? Et l'analyse des prologues ne fait pas exception ; l'état trop fragmentaire des textes de la Nouvelle Comédie laisse peu ou prou la question sans réponse. Quelques éléments, néanmoins, nous sont saisissables ; nous constatons ainsi que, comme ceux de la comédie grecque, les prologues de la Palliata sont prononcés par diverses sortes de personnages ; soit par un être divin, comme Mercure dans l'Amphitryon de Plaute15, le Lar familiaris dans l'Aulularia ou l'étoile Arcturus dans le Rudens ; soit par une allégorie : Auxilium dans la Cistellaria, le couple formé par Luxuria et sa fille Inopia dans le Trinummus16 ; ou encore par un personnage de la pièce : Charinus dans le Mercator, Palestrion dans le Miles gloriosus17. Mais cet inventaire est incomplet ; il faut y ajouter un nom qui, en lui-même, constitue l'une des rares données permettant d'affirmer la « romanité » de la Palliata ; « romanité » relative, pour qui tient aux réserves, mais, en l'occurrence, incontestable : il s'agit de la création par les comiques latins d'un « personnage » (en vérité, les guillemets s'imposent) qui a pour fonction spéciale et unique de prononcer le prologue ; il est appelé d'un mot qui en dit assez, puisque, à la majuscule près, il n’est autre que le terme même de prologus. Ce Prologus, figure protatique – car absente de la comédie proprement dite – appartient au monde des humains ; mais on perdrait sa peine à vouloir lui découvrir quelque trait particulier de caractère, quelque personnalité, fût-ce ébauchée. Outre son rôle – important, mais passager – cet être aux contours incertains n'a pour originalité que le costume dont il est revêtu : l'ornatus Prologi, que nous ne saurions d'ailleurs décrire précisément :

Orator ad uos uenio ornatu prologi

  • 18 Hécyre, prologue II, vers 9 : « Je viens… sous un costume de Prologue ».
  • 19 Mais ce prologue a manifestement été modifié ou complété ou entièrement récrit à l'occasion d'une (...)
  • 20 Mais, comme l'ensemble de la pièce, le prologue est fort mutilé.
  • 21 Cf. infra.

8déclare Ambivius Turpio, chez Térence18. A la vérité, Prologus n'est guère autre – mais ce n’est après tout pas rien – que le prête-nom de l'auteur lui-même. C'est à lui que Plaute a recours dans cinq ou peut-être six de ses comédies : Asinaria, Casina19, Ménèchmes, Poenulus, Truculentus et Vidularia20 ; Térence le fait paraître par six fois21.

  • 22 Cf. vers 13 et 52.

9Mais des variantes existent, et il faut compter avec la fantaisie d'un dramaturge tel que Plaute. C'est ainsi que, dans les Captiui, un personnage de la pièce – joué par le dominus gregis qui tiendra sans doute par la suite, comme il convient, le rôle principal – se costume en Prologus22 pendant les soixante-huit premiers vers ; de même, dans le Poenulus, l'acteur qui vient d'indiquer les données de l'argumentum quitte momentanément la scène, le temps de changer de costume : « ornabor », déclare-t-il au vers 123.

  • 23 On peut se faire une idée de cette turbulence, de cette indiscipline d’après, par exemple, le prol (...)

10Le prologue de la Palliata révèle souvent le titre et parfois le nom de l’auteur de l'original. II est ordinairement du type argumentatiuus, c'est-à-dire narratif ; comme sans doute son précédent grec de la Nouvelle Comédie, il a pour principale fonction d'informer des particularités élémentaires de l'argumentum, dont la connaissance par les spectateurs est indispensable afin qu'ils ne s'y perdent point et, par suite, n'abandonnent là l'auteur et sa pièce ; les indications préliminaires étaient d'autant plus nécessaires que les intrigues des comédies gréco-romaines étaient fréquemment fort embrouillées. Or divers témoignages montrent que le public, et notamment le public romain, était difficile, capricieux, impatient, versatile, aussi prompt à s'enthousiasmer qu'à se rebuter23. C'est là ce qui confère sa pleine justification à l'autre composante du prologue, bien moins développée, mais tout aussi utile : la captatio beneuolentiae, par laquelle le poète s'efforce de capter l'attention toujours précaire des spectateurs et sollicite leur appréciation bienveillante ou, à défaut, équitable. Citons par exemple Mercure et l'Amphitryon (vers 13-15) :

  • 24 « Vous ferez silence pour cette comédie, vous vous montrerez tous des arbitres aussi justes qu'équ (...)

…huic facietis fabulae silentium
itaque aequi et iusti hic eritis omnes arbitri24.

11ou l'Asinaria (vers 1-3 et 14) :

  • 25 « Maintenant, spectateurs, de l'attention, s'il vous plaît, et puisse cette représentation bien to (...)

Hoc agite sultis, spectatores, nunciam ;
quae quidem mihi atque uobis res uertat bene
(…)
…Date benigne operam mihi25.

12A l'occasion, cette demande ne va pas sans quelque flagornerie, comme dans les Captiui (vers 67-68) :

  • 26 « Adieu, ô les plus justes des juges dans la paix, et à la guerre, les plus valeureux des guerrier (...)

…Valete, iudices iustissimi
domi, duellique dullatores optumi26,

13voire quelque forme de chantage, comme dans l'Amphitryon (vers 13-14) :

  • 27 « Si vous voulez que je vous exauce et m'efforce que vos gains aillent sans cesse s'accroissant, e (...)

Haec ut me uultis adprobare, adnitier,
lucrum ut perenne uobis semper subpetat,
ita huic facietis etc.27

  • 28 C'est le cas dans Asinaria, Bacchides, Captiui, Casina, Cistellaria, Epidicus, Trinummus.
  • 29 Voir Amphitryon, 1146 ; Asinaria, 947 ; Bacchides, 1211 ; Casina, 1015-1017 ; Cistellaria, 786-787 (...)
  • 30 Plaudite dans Andria, 990 ; Hécyre, 880 et Adelphes, 997. Vos ualete et plaudite dans Eunuque, 109 (...)

14Cet appel initial à l'indulgence trouve un écho à la toute fin de la pièce, avec, parfois dans la bouche du dominus gregis28, des clausules telles que plaudite ou plausum date29. Chez Térence, c'est à un membre de la troupe chargé de chanter les parties lyriques, le cantor, que revient le mot de la fin : soit « Plaudite », soit « Vos ualete et plaudite »30.

15Mais Plaute n'est décidément pas l'homme des conventions ; il ne lui déplaît pas de tromper l'attente et les habitudes de son public. Tels de ses prologues ne sont, pour ce qui est de l'exposition de l'argumentum, rien de moins qu'expéditifs ; ainsi les spectateurs de la Vidularia sont avertis qu'ils ne connaîtront les péripéties qu'au moment précis où elles surviendront et les découvriront en même temps que ceux qui les vivront sur la scène :

  • 31 Vers 10-11 : « Vous voulez, je crois, connaître l'intrigue ; je préfère que vous compreniez ce qu' (...)

Credo argumentum uelle uos <pern>os<cer>e :
int<elle>g<etis poti>us q<uid a>g<an>t, q<ua>nd<o a>gant31 ;

16ceux du Trinummus sont traités avec la même ironique désinvolture :

  • 32 Vers 16-17 : « Mais n'attendez pas que je vous parle du sujet de la pièce. Les vieillards qui vont (...)

Sed de argumento ne exspectetis fabulae ;
senes qui huc uenient, i rem uobis aperient32.

  • 33 Sosie dans l’Andria (vers 28-183) ; Dauus dans le Phormion (vers 35-152) ; Philotis et Syra dans l (...)

17Il arrive même que Plaute se dispense purement et simplement de tout préambule, de toute information préalable, de toute captatio beneuolentiae : c'est sans aucun délai que la comédie commence. Il est vain de prendre en considération le cas des pièces (Bacchides, Curculio, Epidicus) dont le prologue, qui a très vraisemblablement existé, ne nous a pas été conservé ; nous avons, en revanche, de solides raisons de croire que, dès l'origine, la Mostellaria, le Per sa et le Stichus en étaient dépourvues. Y a-t-il là une innovation de Plaute ? Ou bien le répertoire de la Néa – voire de la Palliata antérieure au Sarsinate – présentait-il des exemples, même isolés, de cette singularité ? Nous l'ignorons, une fois encore à cause des irréparables lacunes de notre documentation. Quoi qu'il puisse en être et, nous satisfaisant de ce que nous pouvons lire, pour ne pas nous égarer dans des hypothèses vaines, nous évoquerons les phénomènes avérés : lorsque Plaute compose, par plaisanterie, une sorte de « non-prologue » ou que, plus radicalement, il supprime tout prologue, ce qui eût été le contenu principal de cette partie déformée ou éliminée se trouve transféré dans la première « scène », mais sous une forme diffuse et comme par touches éparses. A charge pour le spectateur ou le lecteur de rassembler celles-ci en un tout ordonné, de reconstituer la situation et, en somme, de se confectionner mentalement un prologue. Cette forme-là, mêlée aux prémices de l'action, a, sur l'habituel monologue, le double mérite de gagner en vivacité et ne pas différer le commencement de la comédie ; elle se présente comme un dialogue entre deux protagonistes (les deux esclaves, Toxile et Sagaristion du Persa ; les deux sœurs, Panégyris et Pamphila, du Stichus) ou entre un protagoniste et un personnage protatique qui ne fait que jouer les utilités (respectivement Tranion et Grumion, dans la Mostellaria) – ce second schéma étant adopté par Térence dans l’Andria, le Phormion et l'Hécyre33.

  • 34 Par ex. Aulularia, vers 715-720, où Euclion interroge, en vain, le public sur l'identité de son vo (...)
  • 35 Ibid. : uitium Plauti frequentissimum.

18L'un des aspects les plus marqués et probablement, même si l'on peut évoquer les précédents d'Aristophane et de la farce italique, les plus originaux du prologue plautinien est qu'il représente pour l'auteur une occasion privilégiée de s'adonner à l'une de ses fantaisies favorites : s'adresser directement à son auditoire, comme s'il se tenait lui-même sur le pulpitum et s'exprimait en son nom personnel. C'est le procédé dit du « ad spectatores » ou « ex persona » ; à la vérité, il peut intervenir inopinément à tout instant dans le déroulement de la pièce34, et il est souvent comme une continuation du prologue ; mais le monologue initial s'y prête mieux que tout autre passage, parce que, précisément, il n'a que des rapports de toute façon lâches avec l'ensemble ; et la création de Prologus n'a fait que rendre plus sensible cette sorte de coupure, au point que le prologue semble souvent un morceau autonome, extérieur à la comédie qui le suit. On peut donc y prendre plus aisément des libertés avec la dramaturgie, et la rupture de l'illusion dramatique, sans rien perdre de son caractère facétieux, ne peut être taxée d'extravagance, quoique puisse en penser Evanthius, qui ne goûte pas ce qu'il nomme une « faute »35. Ces interpellations peuvent prendre l'allure d'une invective – mais elle n'est que jeu –, comme on le voit par les vers 17-35 du Poenulus, ou énoncer avec une apparente gravité des leçons de morale en forme de sententiae, comme dans l'Amphitryon :

  • 36 Vers 35-37 : « Vouloir obtenir d'hommes justes une injustice, c'est chose inconvenante ; d'autre p (...)

Nam iniusta ab iustis impetrari non decet,
iusta autem ab iniustis petere insipientia est,
quippe illi iniqui ius ignorant neque tenent36.

19ou dans le Rudens :

  • 37 Vers 26-27 (et cf. l'ensemble 13-29) : « Lorsqu'un homme au cœur pur supplie les dieux, il trouver (...)

Facilius si qui pius est a dis supplicans
quam qui scelestust inueniet ueniam suam37.

20Il est aussi question de s'assurer, pour le principe en tout cas, que les spectateurs suivent :

Iam hoc tenetis ? Optumest

  • 38 Vers 10 : « Vous y êtes ? C'est parfait ».

21s'enquiert Prologus dans les Captiui38 ; ou de leur proposer un service – mais moyennant rétribution. Prologus, dans les Ménèchmes, s'apprête à partir pour Epidamne :

  • 39 Vers 51-53 : « Si quelqu'un d'entre vous veut me charger d'une commission à Epidamne, qu'il n'ait (...)

Si quis quid uestrum Epidamni curari sibi
uelit, audacter imperato et dicito ;
sed ita ut det, unde curari id possit sibi39.

  • 40 Sinon peut-être Caecilius, dont les débuts, si l'on en croit Ambivius Turpio, furent rendus diffic (...)
  • 41 Cf. Phormion, vers 17 : Ille ad famem hunc a studio studuit reicere (« Cet homme a prétendu arrach (...)
  • 42 La première fois, en 165, l'exhibition d’un funambule, non loin du théâtre, vida ce dernier ; puis (...)

22Térence, lui, va systématiquement abandonner la tradition, et même ses variantes. Il soumet le genre du prologue à une véritable et complète métamorphose. Certes, ses six comédies sont toutes – ce qui n'est pas, nous l'avons vu, le cas de l'œuvre plautinienne – précédées d'un préliminaire ; mais le contenu en est tout nouveau : il n'est plus question de présenter l’argumentum ; quant à la captatio beneuolentiae, on pourrait avancer qu'elle s'enfle au point d’occuper la totalité du prologue, qui devient une sorte d'« avertissement au spectateur ». Ce n'est pas tant, de la part de Térence, l'effet d'un choix d'ordre esthétique que l'obligation de réagir à une situation que n’avaient apparemment pas connue ses prédécesseurs40. Le « ad spectatores » n'est plus une parenthèse « pour rire », un procédé comique parmi d'autres. C'est qu'il dut, lui, faire face, dès ses débuts et jusqu'au terme de sa carrière, à une cabale montée et obstinément menée par un rival, Luscius Lanuvinus (ou « de Lanuvium »), qui ne visait à rien moins qu'à l'écarter définitivement de l'art théâtral et à le réduire à la misère41. Le prologue est désormais consacré tout entier aux réponses ou aux ripostes – plaidoyers, justifications, contre-attaques – de l'auteur aux accusations qui s'efforcent de le discréditer auprès du public ; un public peut-être dangereusement réceptif et enclin à se laisser dicter ses préférences, parce que, sans doute, quelque peu décontenancé par l'allure des pièces du jeune poète, si peu plautinienne, si peu étincelante de uis comica ou chatoyante de cantica et de mètres, si différente, donc, de ce à quoi l'on était habitué et qui, du reste, se trouvait être l'exacte expression du génie italique. On sait que par deux fois l'Hécyre succomba à la concurrence de spectacles autrement plus attrayants qu'une palliata « à la Térence »42. De narrateur qu’il était, Prologus se fait maintenant tour à tour défenseur ou accusateur. Qui plaide ? Un personnage de pure invention ou l'auteur en personne ? En deux occurrences (Heautontimoroumenos et Hécyre, prologue II), toute fiction disparaît : c'est Ambivius Turpio, le dominus gregis qui, sans aucun déguisement et sous son propre nom, se présente sur la scène et se présente aux spectateurs, pour solliciter leur impartialité et les prier de ne pas prêter une oreille complaisante aux médisances :

  • 43 Heautontimoroumenos, vers 11 ; il est vrai que, dans l'Hécyre (prologue II, vers 1), Ambivius décl (...)
  • 44 Semblablement, dans ce même prologue, Ambivius emploie les termes actor (vers 12 et 13), au sens d (...)

23Oratorem esse uoluit (sc. l'auteur) me, non Prologum43. L'emploi du mot orator44 n'est pas indifférent : à présent, le prologue est devenu un authentique morceau d'éloquence judiciaire, un discours, en raccourci, certes, mais qui recourt, selon les strictes règles enseignées par les rhéteurs, à tous les procédés et se plie à toutes les exigences de l'art oratoire ; on le montrerait par la composition même de ces passages, où l’on trouve, en bon ordre et en toute orthodoxie, exordium, narratio ou propositio, argumentatio, conclusio.

24Térence porte le débat devant son public, peu suspect d'appartenir à une coterie ; c'est lui qu'il préfère prendre pour juge :

Vestrum iudicium fecit

  • 45 Heautontimoroumenos, vers 12.
  • 46 Voir Eunuque, vers 10-17.

25affirme Ambivius45. Les griefs formulés et propagés afin de provoquer la désaffection des amateurs de palliatae, supposés par Térence et ses adversaires être des connaisseurs éclairés, font à l'auteur le reproche d'avoir pratiqué la contaminatio, c'est-à-dire d'avoir utilisé deux pièces grecques pour, en les imbriquant, n'en tirer qu'une seule comédie latine ; ils le taxent de plagiat – en l'espèce, le recours à une œuvre de la Néa antérieurement traduite ou adaptée en langue latine. Ces deux accusations sont voisines : une pièce de la Nouvelle Comédie transformée en une palliata est à tout jamais rendue inutilisable pour quelque comique latin que ce soit ; on conçoit par conséquent que la contaminatio constitue, du moins aux yeux d'un Luscius, une sorte de gaspillage. Quant aux autres reproches, ils relèvent soit de la calomnie, soit de l'appréciation la plus subjective, et ils sont de tradition dans les polémiques littéraires de tous les temps ; ainsi, Térence n'est pas, selon la rumeur orchestrée, le véritable auteur des pièces que des naïfs croient être de lui, mais est seulement un prête-nom derrière lequel il convient d'entrevoir ses nobles et puissants amis ou protecteurs : un Scipion Emilien, un Laelius. Et puis, les fautes de goût, la débilité de l’invention attestent assez que ce jeune poète ne possède pas une once de talent. Lorsqu’il exposait ce que l'on pourrait nommer les pièces du dossier, Térence aurait pu n'avoir aucune peine à démonter la machination, à prouver que, pour juger des qualités d'un dramaturge, Luscius était discrédité par la médiocrité même de ses propres productions46. Mais c'était compter sans l’opiniâtreté d'une chapelle hargneuse et jalouse ; et il fallut, pour chaque nouvelle pièce, reprendre le combat.

26On ne sait pas de façon précise ce qu'il est advenu du prologue au cours du bref laps de temps qui s'est écoulé entre Térence et la disparition de la Palliata en tant que forme théâtrale vivante. A considérer globalement ce qui nous est parvenu de celle-ci – pour l'essentiel, les œuvres de Plaute et de Térence –, on pourra sans témérité avancer que son prologue est un authentique genre littéraire ; parce que, comme tout autre, il a une histoire – même si nous n'avons pas une perception détaillée de ses étapes ; parce que, comme tout autre, il obéit à des lois, à une tradition ; mais aussi, et peut-être surtout, parce que, comme tout autre, il ne laisse pas de s'affranchir desdites lois et que ces manquements sont une manifestation, parmi d'autres, de l'originalité, de l’invention des poètes et constituent le moteur de son renouvellement. Ses variantes nombreuses – en tout cas chez un Plaute –, et jusqu'à sa suppression occasionnelle, s'apparentent à de petits coups de théâtre. On peut bien prétendre, non sans raison, que, dans la comédie qu'il précède, le prologue apparaît comme une partie extrinsèque, néanmoins, quand ce ne serait que par les surprises mêmes qu’il réserve aux spectateurs, il appartient pleinement et sans conteste au genre dramatique.

Notes

1 Rhétorique, III, 14, 1414 b 19 : Tὸ μὲν οImageν προοίμιόν ἐστιν ὰρχὴ λόγου, ὅπερ ἐν ποιήσει πρόλογος καὶ ἐν αύλήσει προαύλιον · πάντα γὰρ ἀρχαὶ ταImageτ’εἰοί, ϰαὶ οImageον ὁδοποίησις τImage ἐπιόντι.

2 Poétique, 12, 1452 b 4 : Ἔστιν δὲ πρόλογος μὲν μέρος ὅλον τραγῳδίας τὸ πρὸ χοροImage παρόδου.

3 Cf. Donatus, Commentum Terentii, rec. P. Wessner, Stuttgart, 1966 (repr. anast.), vol. I, p. 22 et 27.

4 Cf. Evanthius, loc. cit. :…protasis primus actus initiumque est dramatis ; épitasis incrementum processusque turbarum ac totius (…) nodus erroris ; catastrophe conuersio rerum ad iucundos exitus patefacta cunctis cognitione gestorum.

5 Velut praefatio quaedam fabulae.

6 Donat (De comoedia, loc. cit.) traduit en latin des adjectifs grecs ; respectivement : δραματικός, ἐπιτιμητικός, συστατικός et μικτός.

7 On sait qu'une pièce de la Néa, comme, par la suite, de la Palliata, n'était décomposée originellement ni en scènes ni en actes, mais était, pour ainsi dire, jouée d'un seul mouvement ininterrompu. La division en actes des comédies de Térence n'est pas antérieure à l'époque de Varron ; quant à celle des palliatae de Plaute, elle n'apparaît qu'en 1500, avec l'édition de J.-B. Pius.

8 S'il s’agit bien du prologue ; ce qui est loin d'être assuré.

9 Cf. Edmonds, The Fragments of Attic Comedy, Leiden, 1961, vol. II, fragment 191.

10 Cf. supra, p. 1. Il semble que ce terme désigne spécifiquement le πρόλογος comique ; les autres termes que nous avons cités sont plutôt synonymes de πρόλογος tragique.

11 Sur l'incertitude quant au titre de cette comédie, voir ci-dessus, p. 266.

12 A. Koerte, Menander, Reliquiae, Leipzig, 1953, pars II, p. 225-226.

13 Cf. par exemple, parmi beaucoup d'autres ouvrages, T.B.L. Webster, Studies in Menander, Manchester, 1960, ou G.E. Duckworth, The Nature of Roman Comedy. A Study in Popular Entertainment, Princeton, 1952 (notamment p. 33-38). On trouvera une abondante bibliographie dans chacune de ces deux études.

14 A.W. Gomme – F.H. Sandbach, Menander. A Commentary, Oxford, 1973, p. 20.

15 Pièce singulière, du point de vue qui nous occupe ici, puisque Mercure y récite deux prologues : aux vers 1 à 152, puis 463 à 498 ; cependant que, à son tour, Jupiter annoncera, aux vers 861-881, les événements à venir.

16 Misère est fille de Débauche. Cf. vers 9 : hanc mihi gnatam esse uoluit (sc. l'auteur) Inopiam, déclare Luxuria.

17 Mais c'est aussi le cas de Mercure, qui, tout dieu qu'il est, n’en joue pas moins, à l’instar de Jupiter, un rôle dans l’intrigue.

18 Hécyre, prologue II, vers 9 : « Je viens… sous un costume de Prologue ».

19 Mais ce prologue a manifestement été modifié ou complété ou entièrement récrit à l'occasion d'une reprise de la pièce, postérieure à la mort de Plaute (à peu près une génération après la première représentation ; cf. vers 14 sq.). En admettant que les deux premières hypothèses soient les bonnes, on ne sait exactement ce qui, dans le texte qui nous est parvenu, est dû à Plaute lui-même (peut-être les vers 5 à 22 ou, selon certains commentateurs modernes, 5 à 28, voire 5 à 34) et ce qui est le fait du retractator.

20 Mais, comme l'ensemble de la pièce, le prologue est fort mutilé.

21 Cf. infra.

22 Cf. vers 13 et 52.

23 On peut se faire une idée de cette turbulence, de cette indiscipline d’après, par exemple, le prologue du Poenulus (spécialement vers 16 à 35).

24 « Vous ferez silence pour cette comédie, vous vous montrerez tous des arbitres aussi justes qu'équitables ». Comme celles des autres citations, cette traduction est empruntée à l'édition procurée par A. Ernout dans la Collection des Universités de France ; quant à celles des passages de Térence, elles sont de J. Marouzeau (même collection).

25 « Maintenant, spectateurs, de l'attention, s'il vous plaît, et puisse cette représentation bien tourner pour moi, pour vous (…). Accordez-moi votre bienveillante attention ». Voir également Casina, 4 ; Poenulus, 123 et 126 ; Trinummus, 22.

26 « Adieu, ô les plus justes des juges dans la paix, et à la guerre, les plus valeureux des guerriers ». Cf. aussi Casina, 1-2 : Saluere iubeo spectatores optumos, / Fidem qui facitis maxume et uos Fides (« Salut, qui estimez si fort la Bonne Foi ; et la Bonne Foi vous le rend bien »).

27 « Si vous voulez que je vous exauce et m'efforce que vos gains aillent sans cesse s'accroissant, en ce cas vous ferez… » (la suite est à la note 24, supra). Voir encore Asinaria, 14-15 :…ut uos item alias, pariter nunc Mars adiuuet (« pour que Mars, aujourd'hui comme hier, veuille vous continuer ses faveurs »).

28 C'est le cas dans Asinaria, Bacchides, Captiui, Casina, Cistellaria, Epidicus, Trinummus.

29 Voir Amphitryon, 1146 ; Asinaria, 947 ; Bacchides, 1211 ; Casina, 1015-1017 ; Cistellaria, 786-787 ; Curculio, 729 ; Epidicus, 732-733 ; Mostellaria, 1181 ; Persa, 858 ; Poenulus, 1422 ; Pseudolus, 1334 ; Rudens, 1334 ; Stichus, 775 ; Trinummus, 1189 et Truculentus, 967-968.

30 Plaudite dans Andria, 990 ; Hécyre, 880 et Adelphes, 997. Vos ualete et plaudite dans Eunuque, 1094 ; Heautontimoroumenos, 1067 et Phormion, 1055.

31 Vers 10-11 : « Vous voulez, je crois, connaître l'intrigue ; je préfère que vous compreniez ce qu'ils (sc. les personnages) font, au moment où ils le feront ».

32 Vers 16-17 : « Mais n'attendez pas que je vous parle du sujet de la pièce. Les vieillards qui vont venir vous éclairciront la chose ».

33 Sosie dans l’Andria (vers 28-183) ; Dauus dans le Phormion (vers 35-152) ; Philotis et Syra dans l’Hécyre (vers 58-197). Donat (ad And., praef. I, 8. Ed. Wessner, vol. I, p. 36-37) : persona autem protatica ea intellegitur, quae semel inducta in principio fabulae in nullis deinceps fabulae partibus adhibelur.

34 Par ex. Aulularia, vers 715-720, où Euclion interroge, en vain, le public sur l'identité de son voleur ; Truculentus, vers 482, où le miles Stratophane prévient l'auditoire qu'il ne fera pas étalage de ses prouesses guerrières (il est bien l'un des seuls d'entre les gloriosi du répertoire à faire montre… de discrétion) ; Ménèchmes, vers 880-881, où Ménèchme I sollicite la complicité du public : Vosque omnis quaeso, si senex reuenerit, / ni me indicetis qua platea hinc aufugerim (« Quant à vous, je vous en prie tous, si le vieux revient, n'allez pas lui indiquer par quelle rue je me suis sauvé » –. On croirait entendre Guignol s'adressant à son public d'enfants. On trouvera d’autres exemples de ce genre chez B. A. Taladoire, Essai sur le comique de Piaule, Monaco, 1952. Ces sortes de cassures sont bien moins fréquentes et bien moins nettes chez Térence (e.g., Andria, 217 ; Phormion, 1026 ; Adelphes, 862 ; Hécyre, 361) ; ce dont Evanthius le félicite (De fabula, III, 8) : illud quoque mirabile in eo, (…) quod nihil ad populum facit actorem uelut extra comoediam loqui…

35 Ibid. : uitium Plauti frequentissimum.

36 Vers 35-37 : « Vouloir obtenir d'hommes justes une injustice, c'est chose inconvenante ; d'autre part, demander justice à des injustes, c'est folie. Iniques comme ils le sont, ils ignorent jusqu’à la notion du juste ».

37 Vers 26-27 (et cf. l'ensemble 13-29) : « Lorsqu'un homme au cœur pur supplie les dieux, il trouvera grâce devant eux plus aisément que le scélérat ».

38 Vers 10 : « Vous y êtes ? C'est parfait ».

39 Vers 51-53 : « Si quelqu'un d'entre vous veut me charger d'une commission à Epidamne, qu'il n'ait pas peur de parler et de commander ; mais à condition de me donner quelque chose pour la commission ». Semblablement, dans le Poenulus, vers 79-81 (Prologus va s'en retourner à Carthage) : Reuertor rursus denuo Carthaginem. / Si quid mandare uoltis aut curarier, / argentum nisi qui dederit, magis maiores nugas egerit (« Je fais demi-tour et retourne une nouvelle fois à Carthage. Avez-vous des commissions ou quelque affaire à me confier ? Si vous ne me donnez pas d'argent, vous perdez votre temps ».

40 Sinon peut-être Caecilius, dont les débuts, si l'on en croit Ambivius Turpio, furent rendus difficiles par l'iniuria de ses adversaires (Cf. Hécyre, prologue II, vers 14-23).

41 Cf. Phormion, vers 17 : Ille ad famem hunc a studio studuit reicere (« Cet homme a prétendu arracher notre auteur à son travail et le réduire à la famine »). Il n'est pas sûr que ce soit là outrance oratoire.

42 La première fois, en 165, l'exhibition d’un funambule, non loin du théâtre, vida ce dernier ; puis, en 160, ce fut un combat de gladiateurs qui eut raison de la même pièce.

43 Heautontimoroumenos, vers 11 ; il est vrai que, dans l'Hécyre (prologue II, vers 1), Ambivius déclare : Orator ad uos uenio ornatu Prologi ; mais il nous semble que le principal et vrai rôle d'Ambivius en la circonstance est indiqué par « orator », en face de quoi « ornatu Prologi » n'est qu'un détail subalterne.

44 Semblablement, dans ce même prologue, Ambivius emploie les termes actor (vers 12 et 13), au sens de « qui plaide une affaire », et oratio (vers 15).

45 Heautontimoroumenos, vers 12.

46 Voir Eunuque, vers 10-17.

Auteur

Université de Dijon

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search