Version classiqueVersion mobile

Bagatelles pour l’éternité

 | 
Philippe Baron
, 
Anne Mantero

Troisième partie. Poétiques du vide

Énigmes de la brièveté : quelques théories de l’épigramme à l’âge baroque

Anne Mantero

Texte intégral

  • 1 Par exemple, les propos du Père Le Moyne, en tête de son épopée Saint Louys, sur ce type d’ouvrage (...)

1La réflexion des XVIe et XVIIe siècles s'est attachée aux grands genres, l'épopée, la tragédie. Grands, ces genres le sont pour le prestige qui leur vient de l'Antiquité et d'Aristote ; ils le sont encore à cause de l'étendue des œuvres qu'ils appellent. Leur longueur, ou relative longueur, est censée coûter de la peine à l'artiste1, et constituerait à elle seule un motif évident de les situer au sommet de la hiérarchie littéraire. Elle nourrit en retour le discours théorique puisqu'elle suscite, non seulement des questions relatives aux dimensions, à contenir dans des bornes raisonnables, mais encore des problèmes de dispositio – début épique in médias res, parties différenciées de la tragédie –, et même des problèmes d'inventio, afin d'accorder durée temporelle, richesse événementielle de la diégèse ou de l'argument, aux mesures et aux possibilités formelles de l'œuvre. L'espace du poème ouvre donc le champ d’une codification ; les catégories rhétorico-poétiques, le souci prescriptif conviennent pour prendre en vue des œuvres vastes. Qu'en fut-il, en revanche, de la théorie des genres brefs ? Elle semble beaucoup moins développée. Sans doute les Arts poétiques du temps font-ils place aux différents types de poèmes courts, qui relèvent, pour la plupart, du lyrisme. Mais les monographies isolées sont plus rares. Dans ces conditions, on relève l'intérêt qui entoure l'épigramme, objet de nombreux traités indépendants, à côté des chapitres que ne manquent pas de lui consacrer les auteurs de poétiques.

2Comme l'épopée et la tragédie, l'épigramme est un genre antique. Bien plus, ses réalisations modernes relèvent largement de la production néo-latine. Les théoriciens le suggèrent, et par les exemples qu'ils citent, et par la langue qu'ils emploient eux-mêmes. Mais l'épigramme communique aussi avec la poésie en langue vulgaire, puisque, selon l'opinion commune, elle entre dans la généalogie du sonnet. Alors que ce dernier était encore une nouveauté en France, Th. Sébillet n'hésitait pas à les identifier :

  • 2 Art poétique français (1548), L. II, ch. 2, cité d’après l’éd. de Fr. Goyet, Traités de poétique e (...)

Le Sonnet suit l'épigramme de bien près, et de matière, et de mesure : et quand tout est dit, Sonnet n'est autre chose que le parfait épigramme de l'Italien2

  • 3 Traitté du Sonnet, Sect. I, dans Traitté de l’Epigramme et Traitté du Sonnet, éd. P. A. Jannini, G (...)
  • 4 Ainsi les Octonaires sur l’Inconstance et Vanité du Monde du ministre protestant Antoine de La Roc (...)
  • 5 Colletet, dans son Traitté de l’Epigramme, va même jusqu’à attribuer à son temps un perfectionneme (...)

3Un siècle plus tard, Gu. Colletet commence un Traitté du Sonnet en rappelant l'opinion selon laquelle le sonnet n'est qu'une espèce d'épigramme3. Même s'il ne s'y rallie pas et veut poser l'autonomie des deux formes poétiques, il concède, comme évidente, une proximité. Doublée du sonnet, l'épigramme devient plus qu'une poésie savante, et acquiert une importance que ne suffirait pas à lui conférer le corpus de ce qui s'écrivit sous ce nom dans les langues européennes, corpus assez limité en français, en dépit d'une veine morale, à la fin du XVIe siècle4, et d'un regain de faveur lié à la mode mondaine et galante du milieu du XVIIe siècle5. Or, s'ils ne sont pas dénués d'importance historique, le genre épigrammatique et sa théorie entrent très directement dans le cadre d'une enquête sur la brièveté, pour autant que la définition du poème, telle qu’elle se transmet, plus ou moins révisée, d'un traité à un autre, inclut ce caractère d'être court, resserré. Dans quelle mesure trouve-t-on, dans ces textes, au-delà d'une mention descriptive, une réflexion sur le bref, ses vertus et la qualité d'écriture qu'il engage ? Comme nous le verrons, la brièveté constitue une sorte de défi à la pensée critique de l’époque, mais autour de ce trait, aussi patent au regard qu'énigmatique pour l'intelligence, ne se sont pas moins élaborés des éléments pour une poétique.

4A partir de Scaliger et de ses Pœtices Libri, la définition de l'épigramme tend à se fixer, du moins en latin :

  • 6 Pœtices Libri septem, apud Antonium Vincentium, 1561, L. III, c. CXXVI, p. 170 A.

Epigramma (…) est pœma breve cum simplici cuiuspiam rei, vel personae, vel facti indicatione : aut ex propositis aliquid deducens6.

  • 7 Opus curiosum in duas partes divisum, Paris, Jean de La Caille et Claude Thibout, 1653, p. 4.
  • 8 Ad Valerii Martialis Epigrammaton Libros omnes, Moguntiae, sumptibus Joannis Kinckii. 1627 ; « Vit (...)
  • 9 Ars nova Argutiarum eruditae & honestae recreationis, in duas partes divisa, Coloniae Agrippinae, (...)
  • 10 Sur la théorie de Masen, et les principes de la formalisation qui détermine quatre sources (fontes (...)
  • 11 Sur l’épigramme grecque et l’épigramme latine, sur l’apport de Martial et sur la portée de la défi (...)

5Nicolas Mercier reprendra mot pour mot cette formule dans son De conscribendo Epigrammate de 16537. Bien avant lui s'y était rallié Matthaeus Rader, un jésuite allemand auteur d'un des commentaires les plus réputés de Martial8. Il n’y a guère que le « deducens » qui se trouve quelquefois explicitement contesté, en ce sens qu’il donnerait trop à la rigueur du raisonnement, quand l'épigramme accepte de bouleverser l'ordre du syllogisme. Ainsi Jacob Masen, autre jésuite allemand, mais postérieur, proposera de substituer à la relation de déduction le lien plus lâche d'une conjonction (conjungere) ou juxtaposition9. C'est aussi que son ouvrage est entièrement consacré à l’exploration méthodique de la logique d'association des idées10, pseudo-argumentative, qui est selon lui propre à l'épigramme. Plus cavalière, la perspective de Scaliger avait de quoi séduire, puisqu'elle établit aussitôt, comme il le fait remarquer, une distinction en deux espèces : d'un côté l'épigramme monstrative, de l'autre l'épigramme démonstrative. Cette nette division a en outre le mérite de cerner à peu près les deux domaines de la pratique grecque et de la pratique latine, dans le renouvellement que cette dernière apporte depuis Martial tout au moins11. Ainsi s’esquisse une perspective historique. En effet, quels que soient ses développements littéraires, la première espèce fait à l’évidence toujours signe vers l'origine, on voudrait dire archéologique, de l’épigramme : l'inscription, en prose le plus souvent, parfois réduite à un ou deux mots, sur des monuments. Cet usage est à l’envi rappelé par les théoriciens et présenté par eux comme le site primitif du poème.

  • 12 Pœtices Libri, éd. cit., p. 170 A : « Exempli gratia, Rufi rhetoris statuae inscripsit lepidum ill (...)
  • 13 Ibid. : « Alia vero composita sunt quae deducent ex propositis aliud quiddam. idque aut majus, aut (...)

6L'épigramme démonstrative apparaît, dans ces conditions, comme un stade ultérieur de l'émancipation de l'écriture, qui, déjà et de toute façon, pour s'instaurer comme poétique, a dû se libérer de sa fonction parmi les objets du monde, ayant rejoint le lieu utopique du livre, dans lequel effigie, tombeau, trophée…, si jamais ils subsistent encore, ne sont plus que les mots d'un titre, subordonnés aux vers. Ce renversement est sans doute ce que vise le même Scaliger lorsque, partant de la polysémie du terme latin inscriptio, il fait observer que désormais, imprimé dans un recueil, le poème n'est plus l’« inscription » de la statue, mais bien la statue, ou plutôt son imago langagière, l’« inscription », entendons le titre, du poème12. Dès lors, on perçoit plus clairement la cohérence des critères de classement proposés par l'humaniste. Il ne s'agit pas tant d'opposer une poésie référentielle à une poésie abstraite jouant des pures opérations de l'intellect ; un tel point de vue mettrait gravement en question l'unité du genre. Car dans le cas présent la référentialité, nettement dissociée de toute utilité, a été elle-même réduite au vestige d'une relation subvertie. C'est pourquoi la division passe à l'intérieur du champ logico-linguistique des propositions. Ce que confirment les noms donnés par Scaliger aux deux groupes d'épigrammes : l'épigramme qui indique est « simple », l'épigramme qui déduit est « composée » (compositum). Cette composition est composition propositionnelle, en fonction de quoi sont subdivisées les épigrammes en sous-espèces13. La description de Scaliger frappe par son degré de généralisation, obtenu par la considération exclusive de la forme, sans aucune détermination thématique de la matière des vers. Reste à comprendre comment s'articule le caractère de brièveté, introduit dans cette définition (« Epigramma est pœma breve »).

  • 14 Ces épigrammes longues peuvent être simples, et le sont souvent, pour autant que l’espèce monstrat (...)

7Il a, tout d'abord, c'est clair, une fonction discriminante. Ainsi tout enchaînement argumentatif de propositions ne constitue pas une épigramme – sinon, l’aire du poème se confondrait avec celle de la discursivité – ; mais seulement ces séries qui se terminent à une seule conclusion. De même, l'espèce monstrative s'arrête à désigner un seul objet. Ainsi la mention de la brièveté déplace l'accent de la formulation qui suit chez Scaliger : pour chaque catégorie, l'essentiel est la singularité du propos. L'épigramme, du moins prise globalement, ne dit jamais qu'une chose. Cependant, toute perplexité n'est pas levée quant à l'exigence commune de brièveté. Car la répartition établie semble bien impliquer, par l’opposition qualitative, une inégalité quantitative, les épigrammes composées étant de droit, à considérer l’espace minimal qu’elles réclament, sinon en fait, dans le traitement littéraire de ces formes, moins courtes que les épigrammes simples. Et si ces types correspondent à une évolution, l'histoire du genre serait-elle, en définitive, celle d'une extension, d’un côté grâce à l’amplification rhétorique (épigramme simple), de l’autre à la complexité introduite par une structure scindée, binaire (épigramme composée), conduisant ainsi des quelques lettres gravées sur la pierre jusqu'aux morceaux d'une vingtaine ou trentaine de vers, attestés dès l’Antiquité14, sans omettre les poèmes de déduction concise ? Sans doute, les théoriciens sont-ils réservés quant aux avatars trop longs, mais la nécessité d'être rapide semble trouver son ultime évidence dans le rappel des origines. Ainsi M. Rader observe :

  • 15 Op. cit., p. 11. Cf. N. Mercier, De conscribendo Epigrammate, c. VI, « De primariis Epigrammatis v (...)

Brevitas ideo tribuitur epigrammati, quod olim epigramma nihil esset praeter ipsam inscriptionem, quae saepè tribus, aliâs duobus, nonnunquam etiam uno verbo absolvebatur15.

8Autrement dit, l'épigramme doit rester concise par fidélité à elle-même, tout en s'accommodant d'être moins concise qu'elle ne le fut… Dans cette tyrannie d'un lointain passé, avec laquelle le poète ruse en définitive, on ne voit pas encore de quoi penser l'impératif de brièveté. Or, à poursuivre la lecture du texte de Scaliger, on y relève une seconde tension, qui ferait également soupçonner que le travail théorique ne porte pas sur le bref. Quoique seule qualité marquée dans la définition, ce dernier entre en effet, au cours du développement, à l’intérieur d'un couple repris par tous les poéticiens :

  • 16 Op. cit., 170 A.

Brevitas proprium quiddam est. Argutia, anima, ac quasi forma16.

  • 17 Cf. Traitté de l’Epigramme, Section XIV « De la subtilité de l’Epigramme ».
  • 18 Pierre Laurens fait remonter à Scaliger le privilège donné à l’argutia et, par là, au modèle de Ma (...)

9La symétrie est de façade ; l'argutia – la « subtilité », pour emprunter la traduction de Colletet17 – vaut davantage. Peut-être même est-elle la plus indispensable. C'est en tout cas l'interprétation que l'on trouve dans plusieurs textes ultérieurs18, celle que donne Masen :

  • 19 Op. cit., c. I, art. 2, « De proprietatibus Epigrammatis », § 2, p. 4.

Argutia (…) caput reliquorum (…) tantùmque in epigrammate pondus habet, ut illâ solà absente, reliqua jaceant, praesente vigeant19

10mais encore N. Mercier :

  • 20 Op. cit., p. 36.

… adeo necessaria videtur <argutia> in hoc genere pœseos, ut eâ sublatâ totum continuὸ Epigramma corruat20

11Opinion qu’avant eux exprimait Rader en un tour quelque peu paradoxal :

  • 21 Op. cit., p. 12.

Argutia vel maximè propria est epigrammati21

12Si donc l'argutia est l’âme, le « nerf » (Rader), l'autre caractère, tenant au « succinct », est-il du côté de la matière, et, par conséquent, une propriété extérieure, d'intérêt et de portée secondaires ?

13Bien des indices iraient dans ce sens. Certes, des débats minutieux portent sur le nombre de vers souhaitable. Ils se calquent d’ordinaire sur ce schéma : après une position minimaliste, restreignant l'espace à deux ou quatre vers, vient une enquête empirique au terme de laquelle une latitude bien plus grande est laissée au poète. La législation admet volontiers les dérives et Scaliger, sans s'attarder au sujet, écrivait déjà :

  • 22 Op. cit., p. 170A.

Brevitatem verὸ intelligemus, non definitam. nam & monostichon est apud Martialem, & aliquot satis longa, si alia spectes22.

14A vrai dire, les développements sur la question laissent une impression ambiguë, puisqu'ils conçoivent la brièveté sur le mode quantitatif, et, à la fois, s'avèrent incapables de fixer une mesure. Pour sortir de cette confusion, sans doute est-il possible d'établir le principe, fort simple, d'une relativité du bref, à évaluer en proportion du sujet à traiter. C'est l'« argument », selon Mercier, qui autorise parfois à agrandir l'épigramme, idée qu'il reprend plus vigoureusement dans le résumé qu'il joint à son traité, dégageant enfin une règle d'adaptation :

  • 23 « Sypnopsis Opusculi, De conficiendo epigrammate », p. 129.

Brevitas (…) nullo certo versuum aut distichorum numero circumscribi potest : superflua tantùm rescindere jubet, & quàm paucissimis fieri poterit verbis absoluere Epigramma23.

  • 24 Traitté de l’Epigramme, éd. cit., Sect. I, p. 22.
  • 25 Ibid., Sect. VII, p. 54.

15Au même précepte, Colletet donnera un tour positif : « dire beaucoup en peu de mots »24. La brièveté, cette fois, est qualitative et elle devient affaire de style. Les dimensions du poème ne sont que le résultat manifeste du choix d'une expression ramassée, voire condensée comme le langage oraculaire. Dans le même paragraphe, Colletet n’hésite pas du reste à inscrire le destin de l'épigramme dans l'histoire du « style Attique ou Concis », à l'opposé de l'abondance de l'asianisme. Ailleurs, citant le jésuite italien A. Possevino, il rappelle « le caractere specifique de l’Epigramme, Nimium ornatum non postulat », et indique que ce poème veut « un langage naïf, naturel, et sans fard, net et familier, tel que celuy des Bergeries ou Eglogues Pastorales, ou des Silves mesmes »25. N'insistons pas sur l'hésitation entre un modèle tendu et un modèle « familier » d'éloquence, puisqu'aussi bien l'atticisme pouvait supporter cette double orientation. Parmi les « trois genres de bien dire », renonçant au « sublime ou magnifique » et même au « moyen, ou le médiocre », l'épigramme retient « le moindre, ou le bas » (ibid.). La concision du poème s'appuie donc sur le sol théorique des characteres dicendi, tandis qu'est scellée la relation entre genre bref et style bref : la thèse d'une adéquation est de fait séduisante, même si l'un ne saurait se réduire à l'autre.

16Pourtant, les traités détruisent eux-mêmes une bonne part de la pertinence de cette solution facile. C'est que l'épigramme ne se laisse pas aisément contenir dans un des trois styles, dès lors que matière et style doivent être appropriés et que, comme le déclarent avec insistance tous les textes, le poème accueille toute sorte de matières. N. Mercier n'y met de bornes que les conditions mêmes du littéraire :

  • 26 Op. cit., « Synopsis », p. 126.

Epigrammatis materia sunt res omnes, quae utilitatem aut oblectationem afferre possunt26. (p. 126)

17Scaliger refusait les sujets indécents, l'obscénité d'une part et les attaques personnelles de l'autre. Pour le reste, se référant à la terminologie des orationes, il notait :

  • 27 Op. cit., p. 170 B.

Epigrammatum tot sunt genera, quot causarum27.

  • 28 Traitté de l’Epigramme, éd. cit., Sect. I, p. 22 et 24.
  • 29 Op. cit., p. 171 A.
  • 30 Voir op. cit., c. I, art. III, § 1, p. 5-7, « De Epigrammatis venustate ac varietate » ; « …ubi il (...)

18Il y a donc des épigrammes judiciaires, suasives, démonstratives ; le poème couvre tout le champ du discours. Cette diversité peut encore se dire par une variété de tonalités ; les vers reçoivent « les matieres gayes » comme les « matieres serieuses », ou encore, risque Colletet, s'inspirant de l'humaniste Robortello, ils ont tantôt, pour évoquer des « choses tristes et funestes (…) quelque rapport avecque l'Elegie et la Tragedie » ; tantôt, par leur tour satirique, « avec la vieille Comedie », et, quand l'épigramme « lotie les Dieux et les Heros, les Deserts et les Villes, elle ressemble en quelque sorte au Poëme Epique »28. L'épigrammme serait-elle moins, ou plus qu'un genre, étant génériquement plurielle ? Elle offre en tout cas des espèces indéfinies, « propter materiae diversitates », comme le fait remarquer Scaliger29. Admis ce polymorphisme inquiétant, et d'autant plus troublant en une époque où les contraintes génériques pèsent conjointement sur la forme et sur la thématique, il n'est guère pensable que l'épigramme ne s'ouvre pas, selon la gamme de ses matières, aux trois styles. C'est ce que déduit méthodiquement J. Masen, et, dans le registre moyen, voué aux objets qui charment les sens, il concède aux poètes de s'attarder en des ornements gracieux30. Nous sommes loin du style concis. N. Mercier affirme de même

  • 31 Op. cit., « Synopsis », p. 129.

Triplex est orationis character, ut in omni alio dicendi genere, sic & in Epigrammate31

19Sans que les frontières coïncident, cette distribution laisse transparaître les zones bien distinctes des vers amoureux, qui regardent vers le modèle de l'Anthologie, de la raillerie, nourrie de la verve grecque et surtout latine, et enfin de l'épitaphe, également de tradition antique. En définitive, ce n'est pas seulement la brièveté qui se dérobe à l’analyse, mais encore le support de l'enquête, l'épigramme, dont la cohérence devient de plus en plus problématique. L'étroitesse spatiale du poème semble correspondre à d'indéfinies potentialités de mises en œuvre, et en cette indifférence, l'épigramme est comme frappée de vacuité théorique.

  • 32 Op. cit., p. 163 ; « L’épigramme comme discours minimal », p. 169-171.

20A moins qu'une telle disponibilité ne décide au contraire de sa valeur dans le système des formes et des genres, et de la signification de sa concision. C'est l'hypothèse que fait Mercedes Blanco dans l'ouvrage mentionné32, cherchant à expliquer la profusion d'ouvrages critiques autour du petit poème. Si l'épigramme, œuvrette d'ambition limitée, se laisse ployer à tous les usages, c'est que n'étant rien par elle-même – rien d'important ni de déterminé –, elle offrirait en réduction le modèle de tout texte. Dès lors, la réflexion sur l'épigramme serait l’essai, sur un objet miniaturisé, d'une rhétorique de plus vaste portée. La référence des théoriciens aux orationes et à leurs parties va en ce sens : l'épigramme omet, notent-ils, les moments préliminaires et intermédiaires du discours pour ne conserver que la narratio et la conclusio, seules indispensables. Ainsi en juge Mercier, reprenant ici une thèse déjà répandue qui lui semble liée directement à la tension par laquelle l'épigramme abrège :

  • 33 Op. cit., « Synopsis », p. 129.

Itaque non patitur exordium, narrationem & Epilogum, (quae partes esse in cœteris poëmatiis solent) sed narrationem admittit tantùm & conclusionem33.

21Le laconisme, qui définit l'épigramme, serait-il à chercher non dans l'ordre de l'eloculio, mais dans celui de la dispositio ? Il y a là sans doute pour nous une indication non négligeable, quoique sa formulation reste, pour le moment, assez peu satisfaisante : la catégorie du récit, de la narratio ne paraîtra guère apte à subsumer le texte épigrammatique, du moins l'ensemble des productions, ni à manifester l'originalité de sa méthode. En ce sens, l'épigramme ne saurait être, sans plus, un résumé, un condensé de prose. Mais, au-delà de cette confusion banale de la rhétorique et de la poétique, et des difficultés qu'elle soulève, on peut encore retenir, de la réflexion de Mercier, l'idée plus générale de faire de quelques vers la mesure, l'étalon dans l'ordre textuel. La description de Scaliger se prêtait déjà elle-même – nous relevons encore une remarque de M. Blanco – à cette interprétation. Car si l'épigramme consiste en un raisonnement, le discours n'est-il pas posé lui-même, à l’époque, comme une suite ordonnée de raisonnements ?

  • 34 Robortello, In Librum Aristotelis de Arte Poetica explicationes : « Nam sicuti Comoedia, aut Trago (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Traitté de l’Epigramme, éd. cit., Sect. XIV, p. 78.

22Le rapport entre le poème et la discursivité s’envisage cependant, à l’intérieur de cette perspective, de façon quelque peu équivoque : l’épigramme est conçue comme une forme minimale, portant en soi la totalité concentrée, ou encore c’est un élément pour une composition plus ample. Robortello proposait déjà de la comprendre comme une partie de la tragédie, de la comédie ou de l'épopée, de l'élégie… Il expliquait que d'une scène tragique, d'un épisode épique…, il se tire aisément la matière d'une épigramme34. A l'inverse, les quelques vers pourraient être considérés comme un morceau d'une œuvre virtuelle, et, dès lors, la brièveté épigrammatique prendrait le caractère bien connu du fragment. En cette nouvelle figure, le court poème légitime une entière liberté ; l'échec pour qualifier forme et contenu semble justifié, puisque le fragment se détermine moins à partir d'un plein que par l'effet de rupture en ses frontières : paradoxe, on le sait, d'une forme sans forme, d'un achèvement inachevé, qui créent, autour d'eux, le sentiment d'un vide ou d'un manque. L'œuvre totale, définitivement absente, pure projection, cerne seule de son ombre les mots présents. Cependant, si la conception fragmentaire a hanté plus d'un développement théorique, devant la difficulté du polymorphisme et du polysémantisme de l'épigramme, elle a été aussi, le plus souvent, refusée, et de façon explicite. C'est que résiste, chez le lecteur d'épigrammes, le sentiment d’une clôture, d'une auto-suffisance des vers. A cette impression, la plupart des poéticiens ont voulu être fidèles – d'où le rejet de la définition de Robortello. Comme y insiste Colletet, l'épigramme est « un petit ouvrage distinct et séparé des autres, et qui subsiste de soy-mesme »35. Sa concision s'associe à son autonomie. Cette perfection du poème refermé sur soi ne livre pas seulement un caractère nécessaire du resserrement épigrammatique ; elle est sans doute la notion qui forme le moyen terme pour penser désormais le lien entre les deux qualités concurrentes de l’épigramme, la brièveté et l’argutia. L'épigramme conclut, du moins les épigrammes de forme argumentative, mais aussi, en leur peu d’espace, toutes les épigrammes se concluent, entendons poétiquement. Ou plutôt, sans doute, les deux termes, rationnel et poétique, tendent à se confondre, pour autant que le raisonnement qui occupe les vers de l’espèce démonstrative obéit à une logique poétique. Interroger ce raisonnement, c'est ce que les traités font par une enquête quelquefois si développée qu'elle en occupe la plus grande part, et qui tourne autour de l’idée de « subtilité », cette seconde propriété du poème. Car l'argutia n'est pas exclusivement affaire d'elocutio ; loi d’association de la pensée, de formation du concept, c'est elle encore qui oriente la déduction épigrammatique et qui, par là, selon les expressions éclairantes de Colletet, « conduit l'ordre et l'œconomie de ce petit, mais artificieux, et noble Poëme »36. Si la brièveté de l'épigramme est celle d’un tout indépendant, la « subtilité », en tant qu'elle organise, « démesle » les vers, et les achemine vers leur fin, constitue peut-être le trait distinctif de cet art du court.

  • 37 Ibid., respectivement p. 80 et p. 79.

23Les traités suggèrent en quelques passages que le bref et le subtil se confortent l'un l'autre. Les « jeux piquans » de l'épigramme, Colletet les oppose aux « froideurs languissantes d'un long ouvrage ». Si la subtilité est l'âme, elle donne vivacité au poème, et « dix excellens Vers Epigrammatiques » sont « préférables à une centaine de traisnans et de médiocres »37. L'argutia favorise la brevitas, laquelle, réciproquement, est rendue nécessaire par le couronnement de l’argutia qu'est l'acumen, la pointe :

… ut brevitate viget ac florescit acumen, ita etiam prolixitate languet ac frangitur ; & scitè dicta, quo breviora sunt, eo majore vi animos ferire solent.

  • 38 C. XIV, « De Epigrammatis brevitate », p. 87.
  • 39 L’insistance sur cet effet remonte à Quintilien, dans le cadre d’une réflexion sur la sententia ar (...)
  • 40 L’ingéniosité comme éthique mondaine est au cœur de la pensée de Baltasar Gracián, moraliste (El H (...)

24Ces phrases du De conscribendo Epigrammate de Mercier38, comptant parmi les plus explicites, établissent la connexion des deux vertus qu'une présentation initiale assez généralement adoptée tendait à fortement distinguer et à juxtaposer, sinon opposer. Cependant avec la prise en compte de la « subtilité », le vocabulaire de la brièveté se renouvelle de façon significative. Plutôt que du nombre des mots, il est question d’allure, de rapidité ; les vers se hâtent vers leur terme, toutes formules qui, insinuant une dynamique du texte, renvoient à la temporalité d'une lecture, et, au-delà, à l'état d'esprit d'un lecteur subjugué sur lequel les quelques vers prétendent fortement agir (« ferire animos39 »). L'art de faire court se comprend désormais comme une certaine manière de faire éprouver le temps. S'il était peu de choses à dire du « bref », se développe, du côté de la réception, et sous l'empire d'un art de l'expression ingénieuse, un discours du « pressé », de la démarche précipitée d'un poème qui tient en suspens, et retient, l'intelligence du lecteur. Il n'est pas de notre propos d'exposer, même à grands traits, les divisions et les analyses par lesquelles les voies de l'ingenium, conférant aux textes et à leur argumentation l'argutia, sont classées et décrites. Du reste, les traités de « l'esprit », pensons à ceux de Tesauro ou de Gracián, débordent le domaine de l'épigramme pour embrasser d'autres formes comme l'emblème, ou encore les procédés d’une certaine prose coupée sénéquienne, sans parler des concepts non littéraires, voire non linguistiques, dans les comportements sociaux ou dans l’acte du Créateur divin40. Mais à l'inverse, il semble bien que le meilleur de la réflexion sur l'épigramme soit à chercher dans les ouvrages consacrés à l'ingenium, selon une sorte de résorption dont est fort caractéristique le titre choisi par J. Masen : Ars nova Argutiarum (…) In duas partes divisa. Prima est Epigrammatum : altera Inscriptionum argutarum. Etant donné la double acception du terme, autant dire qu'une partie comme l'autre s'occupent d'épigrammes. Théoriser l’épigramme devient très exactement, chez Masen, rechercher les principes, les « sources » – fontes – de la subtilité. L'enquête et ses résultats comblent le vide prescriptif que nous avons constaté en ce qui concerne la dispositio et l'inventio du petit poème. On y trouve sans doute un des efforts les plus remarquables pour formaliser le problème de l'inventio en le dissociant radicalement de la thématique, puisque l'inventaire systématique des lieux rhétoriques n'est lui-même, pour cette approche, qu’une base sur laquelle s'édifie l'examen des types de relations possibles entre éléments. Cependant, si la technique du trait, en ses variétés, est capable de remplir, en l’aimantant, l'espace épigrammatique, le lien entre l'argutia et la brièveté se noue à un niveau plus général.

25Qu'est-ce en effet que la « subtilité », commune à toutes les espèces que découvrent les manuels de l'ingenium ? Elle se définit principalement par son effet sur le lecteur qui va de la simple déception de l'attente à la passion forte de l'admiration. L'argutia tient à la conjonction de deux données, « praeter opinionem », précise Masen :

  • 41 Op. cit., c. I, art. II, § 2, p. 4.

Argutia (…) aliquid, praeter opinionem ad praedicta conjungit41.

  • 42 Traitté de l'Epigramme, éd. cit., Sect. II, p. 31. Pour une lecture contemporaine de l’épigramme, (...)

26Colletet indique de même que le poème « infere agréablement une chose surprenante de quelque proposition advancée »42. Créer une difficulté qui semble inextricable, puis la résoudre ; faire espérer quelque chose et en donner une autre, ce sont par ces ruses que les vers ménagent chez le lecteur une impression de soudaineté, liée à un brusque renversement du point de vue. Si la concision épigrammatique épargne l'ennui, ce n'est pas seulement par un certain rythme du texte, mais encore grâce à un parcours accidenté, qui suscite l'impatience, et qui étonne en proportion. Un tel trajet et ses inégalités rejoignent tout spécialement les possibilités de cette déjà longue forme brève que constituent les quatorze vers du sonnet. On se souvient des conseils de Peletier du Mans, souhaitant plusieurs conclusions pour le sonnet, indiquant donc que celui-ci doit progresser par feintes, et surprendre par sa structure même :

  • 43 Art poétique, L. II, 4, dans Traités de poétique et de rhétorique, éd. cit., Fr. Goyet, p. 294.

Car celui-là emportera le prix, qui au milieu de son écrit, contentera le Lecteur de telle sorte, qu'il semble que ce soit un achèvement : puis rechargera, et couronnera son ouvrage d'une fin heureuse, et digne des beautés du milieu43.

27Ce qui importe, c'est moins un schéma précis, qui est sans doute loin d'avoir été toujours suivi, mais l'orientation donnée, par cet avis, à la dispositio. Si l'épigramme, quant à elle, par opposition au sonnet, se contente d'une seule conclusion, demeure le fait que le raisonnement, tel du moins qu’on le reçoit en suivant le déroulement du texte, présenterait lui-même une ou plusieurs failles, moments où vacille la précompréhension par laquelle la lecture accompagne ou devance la suite des mots. Comme la logique est du côté de l'enchaînement, il convient de résoudre cette tension en envisageant une argumentation fallacieuse, ou une présentation spécieuse d'une argumentation solide. La brièveté est, en définitive, une certaine façon de manipuler l'attention d'un lecteur, d'engager sa curiosité, de déchirer, quoiqu'en un laps de temps très réduit, la continuité d'une durée par des événements intellectuels, propositions, termes inopinés. Voici donc l’enjeu d'une modélisation temporelle, derrière la problématique de la concision.

  • 44 Resté manuscrit, quoique diffusé dans le milieu de la Compagnie de Jésus, cet ouvrage a été édité (...)

28Cependant, nous restons dans le cadre d'une réflexion rhétorique pour laquelle le discours s'empare de l'âme d'un public et émeut des passions. Or la passion que devrait exciter l’épigramme, par sa nature même, met en question la conception de cette psychologie rhétorique qui postule la malléabilité sans résistance d'un auditeur ou d'un lecteur. Car si l'effet à susciter est la surprise, il ne semble pouvoir être produit qu'au cas où les mots aient gardé la qualité d'inédits. Ce qui va à l'encontre des virtualités de répétition propres au texte écrit – et l’épigramme appartient bien, jusque dans son origine, à l’écrit –, lequel est disponible pour un nombre indéterminé de (re)lectures. Surgit alors la figure d'un lecteur concret, indocile, soustrait à l'émotion épigrammatique, parce qu'il connaît déjà tel poème qui ne saurait donc plus l’étonner, ni, en conséquence, lui causer le plaisir spécifique à quoi tend cet art. L’objection est si massive qu'elle est capable d'annuler tout le gain en intelligibilité obtenu par la transposition psychologique des catégories du bref. Or, si la plupart des théoriciens ont voilé la difficulté, le mérite revient au jésuite polonais K. Sarbiewski de l'avoir abordée et, dans une certaine mesure, résolue, dans son traité De Acuto et Arguto Liber unus, dont le sous-titre porte significativement Sive Seneca et Martialis44. Au prix d'une rigueur intellectuelle d'allure scolastique, Sarbiewski se dégage de la confusion induite par la notion de passion rhétorique, oscillant entre le fait – les émotions provoquées, en telle occasion, sur tel public, par ce discours –, et le droit – les émotions idéalement créées par la seule vertu des mots. C'est ainsi qu'il refuse de définir la nature de l'acutum par l'impression inattendue, simple effet :

  • 45 Op. cit., c. I, p. 6. Sarbiewski parle d'acutum, à distinguer de l'argutia qu'il restreint aux jeu (...)

Non ergo consistit essentia acuti in hoc, quod est esse praeter opinionem (…), sed potius in causa huius ipsius, propter quam aliquid est nobis inopinatum45.

29La cause, c'est la présence et la manifestation d'un accord au sein de données discordantes, ou d'une discordance, dans des données cohérentes. D'où la définition :

  • 46 Ibid., c. II, p. 10.

Acutum est oratio continens affinitatem dissentanei et consentanei, seu dicti concors discordia vel discors concordia46.

30Réciproquement, ayant disqualifié le niveau non interrogé du résultat rhétorique, Sarbiewski peut enregistrer comme un constat strictement empirique, mais non négligeable, le paradoxe d'une surprise renouvelée. Ce paradoxe mis en évidence, il convient de l'expliquer, et c'est précisément la régression à la causalité qui va permettre d'en fournir la raison, à chercher dans un processus d'occultation propre aux phrases porteuses de l'acutum. Le lecteur peut bien connaître par cœur l'épigramme, savoir par conséquent sous quel angle ses éléments s’accordent, sous quel autre ils discordent logiquement, cette connaissance effective – « actuelle » –, dans la terminologie du jésuite, ne contrarie ni ne supprime l’incompatibilité entre les points de vue – accord ou discord –, la duplicité inhérente à un sujet qui interdit de saisir ensemble, dans une seule vue intellectuelle, les deux perspectives, avant que leur rencontre ne s'effectue au point d'équilibre merveilleux de la pointe proprement dite. Sarbiewski parle de non-connaissance et de surprise « virtuelles », « fondamentales » :

  • 47 Ibid., p. 18. Et, plus bas, « … v. g. millies lecta conclusio epigrammatis alicuius vere acuta, et (...)

… ut consentaneum ita se habeat respectu dissentanei, ut uno cognito aliud ex natura sua latere postulet et consequenter aptum sit non cognosci47.

  • 48 Cependant, le paradoxe est dans le cas du théâtre moins exacerbé, parce que les émotions ne s’y ra (...)

31Par rapport à la théorie des passions rhétoriques, l'approfondissement tient à ce que le pouvoir du texte, dissocié de l'emprise de la harangue d'un orateur, est conçu à l’épreuve des conditions réelles de sa réception. Désormais est mise en place une distinction entre les passions mues par le texte écrit – l'esthétique – et l'ordre général des affects, tandis qu'est visé le caractère spécifique du phénomène de la lecture, comme accomplissement, offert à toute réitération, d’un procès duratif induit par le texte. Que la temporalité de l'acte de lire soit pleine et orientée, qu'elle soit informée par les mots, et non pas pré-informée, prédéterminée par des connaissances préalables – qui lui seraient donc extérieures, eussent-elles pour origine une semblable lecture –, voilà ce qu'invite à considérer une telle réflexion. Non que le lecteur, par quelque envoûtement, aille oublier ce qu’il sait, mais parce qu’il goûte, par la modalisation affective et cognitive que propose le poème, et comme à distance de son propre savoir, en un recul proprement esthétique, le caractère inopiné de la pointe. Il est probable que la réponse apportée par Sarbiewski à l'énigme de la répétition de l'émotion déborde le domaine de l'épigramme et pourrait être transposée au renouvellement sans usure des affects comiques ou tragiques liés au théâtre48. Cependant, sans procéder à un tel élargissement, ne retenons que le nouveau modèle de la brièveté épigrammatique qui se dessine.

  • 49 Op. cit., c. II, p. 12.
  • 50 Epigramme I, 14, citée par Sarbiewski p. 12.

32Sarbiewski schématise la pointe par la figure d’un triangle, où deux lignes différentes courent se rejoindre49. De manière moins technique, on dira aussi que le court poème, lieu d'une dissimulation concertée, semble comme s'étager en profondeur pour compenser ses bornes étroites. S'il dit beaucoup en peu de mots, comme d'autres théoriciens le suggéraient, c'est que non seulement son elocutio, et encore sa dispositio, obéissent de façon ponctuelle aux figures du silence, de l'ellipse, mais aussi qu'elles s'établissent selon des strates : une image, donnée en surface, si on peut user de ces métaphores, cache l'autre, tenue en réserve. Ou plutôt les deux images sont la même, ambiguë, se prêtant à deux visions. Ainsi de l'exemple analysé par le jésuite polonais, ce lion affamé et généreux de l'épigramme de Martial50, qui fait preuve d'une clémence incompatible – dissentaneum – avec sa nature et les circonstances (l'appétit, la proximité des proies), et qui aussi bien agit selon ce qui lui convient – consentaneum –, puisque sa mansuétude imite celle de son maître César. Une équivoque domine le propos et parcourt le poème, dans la succession des informations qu'il livre : elle éclate quand le mystère trouve enfin sa résolution, du moins verbale, et que se métamorphose le portrait de l'animal, la douceur surgissant de la cruauté. La duplicité fondatrice que Sarbiewski met au cœur de l'épigramme, retournement du discord en accord, ou réciproquement, suggère une structure en feuilleté, ou encore s’accommode de quelque analogie avec des effets d'optique. Ce sont ces métaphores, et le jeu entre surface et fond, façade et retrait, qui leur est associé, que retenait, sans autrement les expliciter, M. Rader :

  • 51 Op. cit., « Vita Martialis », p. 12.

Limis etiam & obliquis oculis epigrammata velut optice pictura intuenda. Aliud enim plerurnq<ue> habent in recessu conditum, quàm in fronte promittunt51.

33Aux pièges de l'épigramme répondrait chez le lecteur l'obliquité du regard. Quand Sarbiewski insiste sur une stratégie du poème, Rader indique plutôt la possibilité d'un décryptage, contre-stratégie démontant les ruses de l'ingéniosité. Les deux approches convergent : un moraliste de l'« esprit » comme Gracián nous a appris à associer ces deux versants de la conduite ingénieuse, attaque et défense.

***

34En définitive, jusque dans les apories rencontrées, les penseurs baroques de l'épigramme semblent avoir problématisé efficacement la question du texte bref, pour laquelle ils offrent un certain nombre de réponses : quantitative, s'en tenant au décompte des mots et des lignes ; stylistique, selon l'idée d'une réduction de l'ornement et d'une économie de l'expression ; psychologique, introduisant l'interrogation sur le rythme de la lecture et les affects d'un public. Si le caractère ingénieux de l'écriture épigrammatique particularise cette dernière voie, conduisant au paradoxe d'une surprise à volonté recréée, l'effort pour surmonter cette difficulté concerne, me semble-t-il, l'ensemble de la théorie littéraire, faisant présager le passage du rhétorique à l'esthétique. Sans doute s'agit-il là d'une ouverture et non encore d'un transfert thématisé par la conscience critique. Plus modestement, les modèles plastiques ou spatiaux, projetés tour à tour sur le court poème, laissent apparaître dans leur langage métaphorique un certain nombre de figures emblématiques de la brièveté : depuis le cartouche de la pierre gravée jusqu'à l'anamorphose superposant en un même dessin deux plans de visibilité, sans négliger la condensation, l'atomisation, les images de clôture ou de fracture textuelles. Ni l'idée d'un texte kaléidoscopique, ni la hantise de l'incomplétude fragmentaire, ni la fascination contraire pour l'absolu enfermement du texte en lui-même, ni même la poésie du mot décisif et figé, ou du peu de mots à garder – que l'on pense à Francis Ponge, ou encore au titre du recueil d'Yves Bonnefoy, Pierre écrite –, ne correspondent à des espèces révolues de la concision littéraire. Les traités de l'épigramme, en apparence laconiques sur le bref, furent bien un laboratoire de théories plurielles et parfois contradictoires ; par là-même, malgré l'âge des positions sur lesquelles elles s'édifièrent, un lieu d'expérimentation intellectuelle encore stimulant pour penser l’attrait des formes courtes, et percevoir leur ambivalence, tantôt ramassées, centripètes – c'est sans doute de ce côté qu'il faut ranger l'épigramme –, tantôt centrifuges, brisées – et la moindre étrangeté du poème n'est pas que l'argumentation ingénieuse introduise, dans la concentration épigrammatique, quelque chose qui ressemble fort à la rupture.

Notes

1 Par exemple, les propos du Père Le Moyne, en tête de son épopée Saint Louys, sur ce type d’ouvrages : « Si nous en considerons le travail & les façons, c’est le plus fort & le plus élevé, le plus difficile & le plus ingenieux (…) On ne peut avoir une trop grande capacité pour l’entreprendre, ny une trop longue vie pour l’achever » (éd. de 1676, Paris, L. Bilaine, Traité du Poëme Heroïque, n. p.). Cf. G. Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Le Seuil, 1979.

2 Art poétique français (1548), L. II, ch. 2, cité d’après l’éd. de Fr. Goyet, Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Le Livre de Poche, 1990, p. 107.

3 Traitté du Sonnet, Sect. I, dans Traitté de l’Epigramme et Traitté du Sonnet, éd. P. A. Jannini, Genève, Droz, 1965, p. 124.

4 Ainsi les Octonaires sur l’Inconstance et Vanité du Monde du ministre protestant Antoine de La Roche-Chandieu (1583).

5 Colletet, dans son Traitté de l’Epigramme, va même jusqu’à attribuer à son temps un perfectionnement de cette forme poétique ; Sect.VI, éd. cit., p. 47 : « … les Esprits de nostre temps ont depuis élevé <l’Epigramme> à un si haut poinct, que toute l’Antiquité Grecque et Latine n’a peut-estre jamais rien veu, ny rien fait de mieux. ». Point de vue sans doute outré, mais on peut penser à la vogue de l’épigramme dans la poésie mondaine, et, par exemple, à la contribution de Tristan L’Hermite.

6 Pœtices Libri septem, apud Antonium Vincentium, 1561, L. III, c. CXXVI, p. 170 A.

7 Opus curiosum in duas partes divisum, Paris, Jean de La Caille et Claude Thibout, 1653, p. 4.

8 Ad Valerii Martialis Epigrammaton Libros omnes, Moguntiae, sumptibus Joannis Kinckii. 1627 ; « Vita Martialis », p. 10.

9 Ars nova Argutiarum eruditae & honestae recreationis, in duas partes divisa, Coloniae Agrippinae, apud Joannem Antonium Kinckium, 1660. Voir c. I, art. 1, p. 2-3 : « …breve poëma quod ad rei alicujus propositionem scripto factam aliud quiddam aut oppositum, aut alienum, aut comparatum, aut alludens conjungit. (…) Diximus autem conjungit, non, ut alii, ex propositis deducit. Nam Epigrammatis conclusio non est semper, velut in enthymemate, diducta ex ratione, sive assumptione ; sed non rarὸ assumptio epigramma claudit, conclusio incipit. »

10 Sur la théorie de Masen, et les principes de la formalisation qui détermine quatre sources (fontes) de l’ingéniosité – oppositum, alienum, comparatum, alludens, catégories déjà indiquées dans sa définition de l’épigramme –, voir Mercedes Blanco, Les Rhétoriques de la Pointe. Baltasar Gracián et le conceptisme en Europe, Paris, Champion, 1992, p. 180-3.

11 Sur l’épigramme grecque et l’épigramme latine, sur l’apport de Martial et sur la portée de la définition de Scaliger quant à une histoire du genre, on peut se référer à l’ouvrage de Pierre Laurens, L’Abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

12 Pœtices Libri, éd. cit., p. 170 A : « Exempli gratia, Rufi rhetoris statuae inscripsit lepidum illud pœmatium Ausonius. Hîc ipsum pœmatium inscriptum, Epigramme est. quum verὸ illud in libro descripsit, statuae imaginem, id est Rufi nomen inscripsit sic : In Rufi statuam. »

13 Ibid. : « Alia vero composita sunt quae deducent ex propositis aliud quiddam. idque aut majus, aut minus, aut aequale, aut diversum aut contrarium. »

14 Ces épigrammes longues peuvent être simples, et le sont souvent, pour autant que l’espèce monstrative, devenue chose poétique, destinée au livre, se prête, mieux que l’espèce démonstrative, à l’expansion ornementale. Inversement, bon nombre d’épigrammes composées de Martial sont des distiques.

15 Op. cit., p. 11. Cf. N. Mercier, De conscribendo Epigrammate, c. VI, « De primariis Epigrammatis virtutibus… », p. 36 : « Quàm verὸ conveniat Epigrammati brevitas (…), vel hinc liquet, quod Epigramma (quemadmodum initio diximus) nihil aliud est quàm inscriptio, quae paucis admodum aut verbis, aut versibus constare solet. »

16 Op. cit., 170 A.

17 Cf. Traitté de l’Epigramme, Section XIV « De la subtilité de l’Epigramme ».

18 Pierre Laurens fait remonter à Scaliger le privilège donné à l’argutia et, par là, au modèle de Martial, sur les autres qualités traditionnelles de l’épigramme, et spécialement la venustas des poèmes grecs et de Catulle. Voir L'Abeille dans l’ambre, éd. cit., p. 10-2.

19 Op. cit., c. I, art. 2, « De proprietatibus Epigrammatis », § 2, p. 4.

20 Op. cit., p. 36.

21 Op. cit., p. 12.

22 Op. cit., p. 170A.

23 « Sypnopsis Opusculi, De conficiendo epigrammate », p. 129.

24 Traitté de l’Epigramme, éd. cit., Sect. I, p. 22.

25 Ibid., Sect. VII, p. 54.

26 Op. cit., « Synopsis », p. 126.

27 Op. cit., p. 170 B.

28 Traitté de l’Epigramme, éd. cit., Sect. I, p. 22 et 24.

29 Op. cit., p. 171 A.

30 Voir op. cit., c. I, art. III, § 1, p. 5-7, « De Epigrammatis venustate ac varietate » ; « …ubi illa attigeris quorum voluptas sensum aliquem demulcet, ut hortorum fontiumque amoenitas oculos, conviviorum suavitas gustum, Musicae dulcedo aures capit : medio charactere scribendum est, tropis figurisque ludendum (…), idque etiam copiosius, quὸd haec sensuum oblectamenta sine fastidio animum teneant… » (p. 5-6).

31 Op. cit., « Synopsis », p. 129.

32 Op. cit., p. 163 ; « L’épigramme comme discours minimal », p. 169-171.

33 Op. cit., « Synopsis », p. 129.

34 Robortello, In Librum Aristotelis de Arte Poetica explicationes : « Nam sicuti Comoedia, aut Tragoedia, una particula est epopoeiae grandioris poematis (…) ita quoque Epigrammata multa ducuntur ex una particula Comoediae, aut Tragoediae, adeo ut aliquis jure appellare possit ipsum epigramma particulam unius alicujus particulae comoediae, tragoediae, et aliorum poematum. » (cité dans Colletet, éd. cit., p. 29, n. 11). Pour une discussion de cette thèse, voir Colletet, Traitté de l’Epigramme, éd. cit., Sect. I, p. 24.

35 Ibid.

36 Traitté de l’Epigramme, éd. cit., Sect. XIV, p. 78.

37 Ibid., respectivement p. 80 et p. 79.

38 C. XIV, « De Epigrammatis brevitate », p. 87.

39 L’insistance sur cet effet remonte à Quintilien, dans le cadre d’une réflexion sur la sententia arguta (Institution oratoire, VIII, 5, 2, cité par P. Laurens, op. cit., p. 339).

40 L’ingéniosité comme éthique mondaine est au cœur de la pensée de Baltasar Gracián, moraliste (El Héroe, Et Discreto,…) et analyste de l’esprit (Agudeza y arte del ingenio ; La Pointe ou l’art du génie, trad. M. Gendreau-Massaloux et P. Laurens, Paris, L’Age d’Homme, 1983 ; voir spécialement Discours XLV, XLVI, XLVII). Tesauro indique pour sa part l’extension théologique du concept dans son traité Il Cannocchiale aristotelico.

41 Op. cit., c. I, art. II, § 2, p. 4.

42 Traitté de l'Epigramme, éd. cit., Sect. II, p. 31. Pour une lecture contemporaine de l’épigramme, qui met en évidence, par l’analyse du corpus de Martial, une régularité formelle comme principe de composition et élimine donc la notion de surprise, jugée floue dans son empirisme, voir l’important article de Gilles Tronchet, « Martial ou l’art des figures imposées », Vita latina, no 149, 1998. Ce point de vue n’est toutefois pas si éloigné de celui des théoriciens baroques, si on note qu’il n’y a pas de surprise sans phénomène d’attente. Mais il nous semble que l’écriture de l'ingenium, du moins dans l’ère moderne, suit des modalités plus complexes que le développement régulier d’une loi programmatique, et, conjuguant rigueur et rupture, déjoue l’appréhension du texte qu’elle a elle-même instaurée.

43 Art poétique, L. II, 4, dans Traités de poétique et de rhétorique, éd. cit., Fr. Goyet, p. 294.

44 Resté manuscrit, quoique diffusé dans le milieu de la Compagnie de Jésus, cet ouvrage a été édité de notre temps par St. Skimina, dans Sarbiewski, Praecepta poetica, Woclaw-Krakow, 1958. Voir M. Blanco, op. cit., p. 171-178.

45 Op. cit., c. I, p. 6. Sarbiewski parle d'acutum, à distinguer de l'argutia qu'il restreint aux jeux et ornements du langage.

46 Ibid., c. II, p. 10.

47 Ibid., p. 18. Et, plus bas, « … v. g. millies lecta conclusio epigrammatis alicuius vere acuta, etiamsi actualiter in illa jam sit cognita ratio, et quidem saepius considerata, tam dissentanei quam consentanei, atque adeo etiamsi utrumque iam non sit inopinatum, tamen adhuc re vera acuta est. Ergo non consistit essentia acuti in esse inopinatum formaliter et actualiter, sed in esse inopinatum virtualiter et fundamentaliter. Virtuale autem, seu fundamentale inopinatum est ipsum dissentaneum et consentaneum coniunctum. »

48 Cependant, le paradoxe est dans le cas du théâtre moins exacerbé, parce que les émotions ne s’y ramènent pas à la seule surprise, et parce que le phénomène de la représentation assure une nouveauté à l’œuvre déjà connue.

49 Op. cit., c. II, p. 12.

50 Epigramme I, 14, citée par Sarbiewski p. 12.

51 Op. cit., « Vita Martialis », p. 12.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search