Version classiqueVersion mobile

Bagatelles pour l’éternité

 | 
Philippe Baron
, 
Anne Mantero

Deuxième partie. Du fragment à l’instantané

La forme brève, miroir du Système. Sur l’esthétique du Fragment

Élisabeth Kessler

Texte intégral

  • 1 Dans les Pièces de fleurs, de fruits et d’épines, c’est-à-dire vie conjugale, mort et mariage de l (...)

1La forme brève, à l’aube du romantisme allemand, est en elle-même un programme critique. Quelques années avant la parution de la revue de l'Athenäum, et sans rapport avec les auteurs de Fragments, Jean-Paul commence en 1790 le Voyage du proviseur Fälbel par un éloge du petit format, ces livres de quelques pages susceptibles d’être portés sur soi en voyage. L’ironie à l’endroit des vieux in-folio qui requièrent deux chaises pour pouvoir être ouverts, désigne aussi son petit livre, dans sa petitesse même, comme le projet d’un nouveau genre de pédagogie. Mais la leçon n’est plus, comme le faisait Montaigne, d’opposer deux genres de têtes, celle qui est bien faite à celle qui est bien pleine, ou comme Kant, une connaissance par principes à une connaissance par données, c’est à peine une leçon : suggérer dans le filigrane du récit et de la description des êtres, un autre rapport au monde et à soi-même. Il écrira en 1795 : « Rien n’est plus difficile, devant un objet de considération, posé tout le temps au-dehors de nous, bien loin de l’œil intérieur censé devoir être dirigé vers lui, que d’en faire un objet de sensation, de sentir que l’objet est l’œil lui-même1 ». L’expérience de la sensation trouve ici en fin de phrase le nom qu’elle porte en philosophie, à l’époque de Goethe et Fichte, reprenant une tradition qu’Anaxagore avait inaugurée chez les Grecs, à savoir que l’être et la pensée sont le même. S’il appartient aux systèmes à venir de l’idéalisme allemand d’en déployer l’intuition, les premiers romantiques ont cherché à écrire le chiffre de cette identité, aussi bref que la chose même.

2L’œuvre de Jean-Paul sera constamment guidée par l’intuition de la petitesse, en tous genres, autant que par celle de la brièveté. Ce qu’il faut entendre dans ce court programme de voyage et dans cette brève littérature ici visée comme un idéal pratique et un style de vie, à travers tout l’humour exercé sur soi-même, c’est l’imitation, avant tout énoncé explicite, d’une expérience affective, sociale et finalement religieuse, culminant au bord d’un refoulé permanent, qui toujours souffre violence. L’esthétique du fragment, dont la pratique et la doctrine se limiteront au cercle d’Iéna, n’aura pas à se réclamer de Jean-Paul ou de K. Ph. Moritz. Mais elle puise aux sources mêmes de cette sensation sui generis, qu’il faut bien se garder de trop vite confondre avec la sensibilité des temps qui précèdent. Au reste, Jean-Paul est né en 1763, la même année que Caroline, alors épouse d’August Wilhelm Schlegel avant de devenir celle de Schelling. La sensation qu’il découvre, est tout autant une pierre de touche de l’existence qu’un fil conducteur en littérature et en philosophie, c’est une forme nouvelle de l’Idée :

  • 2 Selberlebenbeschreibung, Hanser Verlag, tome 6, p. 1061.

Un matin, alors encore tout jeune enfant, je me tenais sous la porte de la maison et je regardais à gauche vers le dépôt de bois, lorsque tout à coup la vision intérieure « je suis un moi » traversa le ciel devant moi comme le rais d’un éclair et depuis lors n’a cessé de briller : là mon moi s’était vu lui-même pour la première fois et pour toujours2.

  • 3 Friedrich Schlegel (1772-1829), August Wilhelm Schlegel (1767-1845). A propos de l'Athenäum, on pe (...)
  • 4 Athenäum, édité par Gerda Heinrich, Philipp Reclam jun., Leipzig, 1978, p. 99.

3La forme brève en littérature imite l’instant de la révélation, comme ici, l’instant crucial où la plus humble des situations contient la découverte de l’absolue liberté. Mais son assomption comme telle ne se produit que dans l’élaboration des Fragments. Ils ont paru entre 1798 et 1800 dans la revue littéraire Athenäum éditée par les frères Schlegel3. La revue devait d’abord porter le nom des Dioscures, avant que lui fût préférée cette référence explicite à la Cité grecque. A la différence des classiques, qui visaient l’imitation des Grecs, fût-ce à la manière d’un modèle inaccessible et utopique, le cercle d'Iena s’affirme lui-même comme grec : « Croire aux Grecs, ce n’est aussi qu’une mode de l’époque. Les gens aiment bien entendre déclamer sur les Grecs. Mais que quelqu’un vienne et dise qu’ici, il en existe… Là, tout le monde rentre chez soi.4 »

  • 5 Caroline Michaelis-Böhmer-Schlegel-Schelling (1763-1809).
  • 6 (1768-1834).
  • 7 Friedrich von Hardenberg (1772-1801).
  • 8 (1773-1853).
  • 9 (1765-1810).
  • 10 Lettre à Caroline de nov. 1797. S. Damm, Caroline Schlegel-Schelling in ihren Briefen, Leipzig, Ve (...)
  • 11 Friedrich avait écrit la même année dans le Lyceum : « Beaucoup reçoivent le nom d’artistes, qui e (...)

4C’est dire que la revue est comme un manifeste proclamant l’action réciproque plénière entre l’existence publique des textes et celle de leurs auteurs, quand bien même ils seraient ignorés de presque tous. August avait épousé Caroline5 après qu’elle eut pris une part active à la République de Mayence et se fut trouvée victime de la répression, emprisonnée avec sa fille, née d’un premier mariage. Son frère Friedrich épouse Dorothea Veit, fille de Moses Mendelssohn, veuve elle aussi comme Caroline, d’un premier mariage avec un banquier berlinois. Les deux femmes participeront à l’entreprise, comme les amis qu’ils rencontrent ces années-là, le théologien Schleiermacher6 et le poète Novalis7, Johann Ludwig Tieck8, August Ludwig Hülsen9. A eux tous, leur moyenne d’âge n’excède pas vingt-cinq ans. Les Fragments paraîtront dans la revue, sans nom d’auteurs et parmi d’autres études plus vastes. Mais si le Fragment n’a pas besoin de signature, sa forme n’est pas du tout impersonnelle, au contraire : selon Fr. Schlegel, c’est une forme de nature10, c’est la forme que prend la nature dans certains artistes11. Lui-même et surtout Novalis laisseront sous forme de Fragments une grande partie de leur œuvre écrite, comme si la fermeture d’une conclusion eût été renier en eux cela même qu’ils voulaient rejoindre et révéler et que l’on pourrait aussi appeler « la logique du vivant ».

5Tous admirent la philosophie de Kant et celle de Fichte, qui enseigne à Iena et va bientôt connaître une vive polémique dirigée contre sa personne et son œuvre. Mais ils aspirent à rendre aux intuitions philosophiques disséminées dans une œuvre, à leurs yeux trop encline à vouloir prouver, l’éclat de leur affirmation première. Affirmation, proposition, thèse, telle est la nature de chaque Fragment, mais saisie sous l’espèce du commencement, comme on disait autrefois : sous l’espèce de l’éternité. Un véritable commencement ne saurait ainsi porter de nom d’auteur ni s’inscrire dans aucune succession, puisqu’il en est au contraire aussi bien le produit et le résultat, ou comme dira Heidegger à propos de l’existence elle-même, l’envoi.

  • 12 « Dans le cas d’une femme cultivée, si la question vient à se poser de sa valeur morale, on peut s (...)
  • 13 Athenäum, éd. cit., p. 94. Echappées de vue est en français dans le texte.
  • 14 Athenäum, éd. cit., p. 86. Le même Fragment déclare : « La poésie romantique est la seule à être p (...)

6La forme du Fragment s’inspire certes des maximes dans le style français de Chamfort. Il s’agit de cultiver dans le monde allemand l’art de la rhétorique et de la pointe, qui va prendre le nom de Witz, le mot d’esprit, ou comme il est écrit, en français dans le texte et d’un seul tenant, le bonmot. Mais la verve ironique et le persiflage doivent susciter les affects propices à la transformation chimique par laquelle se révèlent les constituants d’une âme ou d’une époque12. En philosophie, le bonmot s’élève à la simplicité de la plaisanterie géniale, raccourci fulgurant de toute une œuvre. « Les plus importantes découvertes scientifiques sont les bonmots de l’espèce… Les meilleures sont des échappées de vue à l’infini13. » Leibniz et Kant sont ainsi les maîtres inégalés du mot d’esprit où se tient en fin de compte leur œuvre tout entière. Il en va du mot d’esprit comme d’une ligne mélodique. En ce genre, le bonmot cultivé par Kant aurait été le plus pur, « si les kantiens ne l’avaient chanté à mort ». Les membres de l'Athenäum exigent ainsi des philosophes celte même qualité dont Goethe déplorait l’absence chez les Allemands et par là chez tous nos modernes d’aujourd’hui : le goût, la plus personnelle des qualités. Aussi bien tournent-ils leurs exigences vers tous les domaines séparés des arts, afin qu’ils éprouvent leur commune mouvance dans le miroir qui leur est tendu. La poésie romantique, dont ils forgent le nom et usent comme d’un emblème, « est parmi les arts ce que le sel de la philosophie et la société, commerce, amitié, amour, sont dans la vie14. » On ne saurait mieux exprimer combien fut littéraire et poétique, en Allemagne du moins, l’origine du moderne souci de sociologie. L’héritage de cette poésie romantique s’étend jusque sur le style et l’ampleur des œuvres de Simmel, Adorno ou Norbert Elias, tous les trois auteurs et défenseurs d’une autre forme brève, celle de l’essai – quelles que fussent leurs divergences dans l’orientation de leurs analyses.

  • 15 Fr. Schlegel, Fragment du Lyceum, 1797, cité par Gerda Heinrich, Athenäum, éd. cit., p. 53.

7Mais les Fragments sont aussi imprégnés de l’esprit du temps, ils en appellent au peuple qu’ils pressentent et veulent rassembler depuis le cœur vivant de sa langue jusqu’au terme le plus haut de ses aspirations profondes. Novalis reconnaît dans les Fragments de Friedrich « d’authentiques affiches révolutionnaires ». Si la revue ne manque pas de susciter polémiques et réprobations, elle trouve d’emblée la faveur de Goethe, charmé par ce « nid de guêpes ». Leur révolution doit porter à la parole poétique et donner consistance d’œuvre à une qualité très particulière d’union et de concorde parmi les hommes, dont les Fragments sont déjà l’image : « amas multicolore d’inspirations, animés par l’esprit, les Fragments visent un but ». Et ce qui les relie, c’est « cet être-ensemble libre et égal, où se retrouveront un jour, selon l’assurance des sages, les citoyens de l’Etat parfait ; cet esprit de compagnonnage sans réserve, tel qu’il n’est censé s’en trouver que dans ce qu’on appelle, de manière si curieuse et presque puérile, le grand monde15. »

  • 16 Ibid., Pollens, p. 74.

8Le peuple pressenti à sa courtoisie future, ce public dont l’image avait été forgée par les Lumières, est prédessiné à l’intérieur même du Fragment, puisque celui-ci est déjà en lui-même à la fois la trace et le germe d’une expérience collective, portant le nom de Symphilosophie. Le Geist, l’esprit, dont il sera souvent question, est comme au jour de la Pentecôte, un esprit partagé, le don des langues, dont Novalis se dira l’enthousiaste. Lui-même désignera comme des fragments mystiques les « poussières florales » ou Pollens qu’il enverra à Friedrich aux fins de publication dans l'Athenäum. C’est ainsi que le Fragment anticipe la figure de l’homme parfait autant que celle de la société à venir. « Le peuple est une idée. Nous devons devenir un peuple. Un homme parfait est un petit peuple. Être authentiquement populaire, but suprême de l’homme16. »

  • 17 Lettre à August Schlegel de mars 1798.
  • 18 Athenäum, éd. cit., p. 83.

9Le Fragment est en effet une œuvre-peuple, non signée, mais retouchée par les soins de Friedrich, dont on accepte les talents de fragmenteur. Friedrich le notifie dans une lettre à son frère : « Dans un Fragment, tu auras remarqué qu’il y en a deux17. » La fragmentation et le rajointement des pièces, souvent dues à plusieurs mains différentes, contribuent à rendre plus sensible la part de l’événement dans le Fragment. Sa signification manifeste alors comme un lapsus de l’Esprit lui-même, se retrouvant à travers les auteurs de Fragments. « Dans le mot d’esprit, bien des trouvailles sont comme des retrouvailles surprenantes de deux pensées amies, après une longue séparation18. » Le Fragment, brisé, porte donc une blessure, une section, qu’elle soit de l’histoire et du temps, ou du corps et de la sexualité, mais il apporte aussi le savoir du geste qui la guérira. La blessure est ce qui sépare le sujet de l’objet, le projet de sa réalisation.

  • 19 Ibid., p. 81.

Un projet est le germe subjectif d’un objet en devenir. Un projet parfait devrait être à la fois entièrement subjectif et entièrement objectif, un individu impartageable et vivant. Par son origine, entièrement subjectif, original, possible uniquement dans cet esprit ; par son caractère, entièrement objectif, nécessaire physiquement et moralement. Seule leur direction distingue la sensibilité pour les projets, que l’on pourrait appeler Fragments de l’avenir, de la sensibilité pour les Fragments du passé… Comme le transcendantal est justement ce qui a rapport à la liaison ou à la séparation de l’idéal et du réel, on pourrait bien dire que le sens pour les Fragments et les projets est l’élément constitutif de l’esprit historique19.

  • 20 Ibid., Pollens, éd. cit., p. 79.

10Ainsi le Fragment n’est-il pas seulement une forme littéraire, mais une forme historique, au sens où l’histoire est le nom de la connaissance aussi bien que celui de l’objet connu. Cet esprit historique se révèle naïvement chez la plupart des observateurs de la Révolution Française, qui la déclaraient comme « une maladie mortelle et contagieuse. Ils en sont restés aux symptômes… Beaucoup n’y ont vu qu’un mal seulement local. Les adversaires qui avaient le plus de génie en appelèrent à la castration. Ils remarquaient bien que cette prétendue maladie n’est rien que la crise des commencements de la puberté20. » On retrouve ici l’intuition d’une correspondance entre l’histoire et la nature ou le vivant, dont la séparation ou la fracture est toute l’énigme que le Fragment a pour tâche de réduire, en la dévoilant comme énigme.

  • 21 Ibid., p. 100.
  • 22 Ibid., Pollens, p. 76.
  • 23 Athenäum, Fr. 52 dans l’édition par E. Behler de Fr. Schlegel, Schriften und Fragmente, Stuttgart, (...)

11Le Fragment, interrompu, comme l’histoire, mais comme elle contenu dans une vie organique, renvoie aussi et pour la même raison, à la vie quotidienne et à l’homme du quotidien. « Si nous avons besoin de tant de force et de contention pour ce qui est habituel et commun, peut-être est-ce parce qu’il n’y a, pour l’homme véritable, rien de moins habituel, rien de moins commun, que la pauvre vie ordinaire21 ? » Mais les philistins, surtout les philistins révolutionnaires, les pires, « race avide », ont subjugué la vie de tous les jours. « Le moyen principal semble être leur unique but22. » Quand on a refoulé la fin sous les moyens qui ne s’offrent pourtant qu’en elle, on ne vit plus que dans la vie de tous les jours. L’interruption du dimanche est alors la poésie que la détresse leur impose. C’est leur fièvre poétique du septième jour, et pour certains, c’est le début de la philosophie : « Il y a une espèce particulière d’hommes, chez qui l’enthousiasme de l’ennui est le premier mouvement par lequel s’anime en eux la philosophie23. » Le Fragment pourrait être à la poésie à venir ce que le dimanche est à la vraie vie, son signe avant-coureur, sa marque en creux.

12Les allusions des romantiques à leur religion suggèrent une rupture du même genre que le Fragment ; elle aussi fait retour au commencement, quand le prêtre et le poète ne faisaient qu’un. La rupture du Fragment, analogue au repos du septième jour, fait briller la lumière des origines. Novalis dit qu’il existe une série d’événements idéaux, dont le cours est parallèle à celui des événements réels. Les hommes et les hasards produisent des interférences, qui en perturbent l’apparition. Ainsi le luthéranisme a-t-il pu prendre la place du protestantisme. Les Discours sur la religion de Schleiermacher parurent en 1799, mais en dépit de l’enthousiasme que suscita ce livre, il faut avoir présentes à l’esprit les critiques de Fr. Schlegel. La religion comme sentiment et intuition de tout l’univers fait apparaître Dieu « singulièrement amaigri », comme il l’écrit dans une lettre à Schleiermacher. Le texte des Fragments lui-même, rappelons-le, reste toujours « explosant-fïxe » et appelle auprès de ses lecteurs un sens élevé de l’empathie, pour bien apercevoir les lignes de séparation dans les courants qui s’y rencontrent sans s’y fondre.

  • 24 Dans le titre d’un projet de revue formulé en 1798. HKA II, 564.

13Novalis, encore, désigne le Fragment comme une « tâche de pensée24 », et s’inspirant d’Hemsterhuis, il définit la communication philosophique comme un Nachdenken, pensée après ou d’après, acte compris entre celui qui parle et celui qui écoute, le premier ne faisant que diriger par simples signes la marche prise par la pensée de l’autre. Or, c’est la reproduction ou la répétition qui porte toute fécondité. C’est du côté du mouvement engendré que se trouve la véritable impulsion. La première parole n’a peut-être jamais été proférée, ou le fut à une époque si ancienne qu’on en a perdu la mémoire. Dans le Fragment, le transcendantal déjà devient l’immémorial : « La tâche suprême de la culture est de se rendre maître de son soi transcendantal, d’être à la fois le moi de son moi. » Mais penser jusqu’au bout cette tâche, c’est bien trouver le fond « imprépensable » de l’existence, par lequel s’extravase l’ancienne philosophie du sujet, dans l’œuvre de Schelling, et passe à de tout autres horizons, ceux de la Création et de la Révélation.

14Tel est le sens du projet de critique littéraire moderne conçu par les auteurs des Fragments. La vie de chaque œuvre est déposée dans une critique la prolongeant à l’infini. Comme plus tard Husserl, les Fragments reprennent l’image familière du cordonnier de Socrate :

  • 25 Ibid., p. 74.

Là où domine une véritable tendance à la repensée, et pas simplement à la pensée de ceci ou de cela, là se trouve aussi la progression. (…) La plupart ont appris à déduire et à raisonner comme le cordonnier à fabriquer des chaussures, sans jamais avoir l’idée ni avoir pris la peine de trouver le fondement des pensées25.

15Le paradoxe n’est pas ici dans l’apparente critique des systèmes, à quoi l’on a trop voulu réduire l’entreprise des premiers romantiques, mais bien plutôt dans le fait qu’un tel Fragment inaugure le véritable système, tel que Hegel et Schelling vont s’efforcer de le mettre en œuvre. Hegel verra dans ce mouvement d’aller-au-fond, l’allure même du concept, sa vie. L’effort de repenser portera bientôt le nom de travail du négatif. Mais là où Hegel referme la blessure et abandonne la contingence historique à son être inessentiel, les premiers romantiques maintiennent ouverte la déhiscence du hasard.

  • 26 Début des Disciples à Saïs, Rowohlt, p. 9.
  • 27 « L’application est-elle le but de la théorie, ou bien est-ce la théorie qui est le but de l’appli (...)

16Une philosophie de la nature se reflète en effet dans cette forme brève. Si la forme fragmentée renforce la part du hasard dans le résultat final – c’est pour mieux révéler la nécessité d’une croissance interne, les « singulières conjonctures du hasard ». Ainsi fait celui qui regarde « les ailes, les coquilles d’œuf, les nuages, la neige, les cristaux et les formations minérales, les eaux gelées, l’intérieur et l’extérieur des montagnes, des plantes, des animaux, des hommes, dans les lumières du ciel26. » « Dans l’instant, on croit trouver la clef de cette écriture miraculeuse, mais la pensée bien vite ne peut s’arrêter à des formes fixes… » Les Fragments sont destinés à faire se rejoindre le Livre et l’instant – pour révéler, dans cette coïncidence aussi brève que l’éclair, la grande conjoncture de l’écriture des hommes et de celle de la nature. L’instant du Fragment est aussi bien limite ou section de la théorie dans l’expérience, que limite de l’expérience dans la théorie, le point où chacune éprouve l’insuffisance de l’autre27.

17Comme la nature, le Fragment contient le moment, à retours périodiques, qui revient abolir le droit de propriété. La mort est ce moment par lequel la nature est « l’ennemie des possessions éternelles ». Kant a enseigné que l’espace naturel fini de la terre, finie comme le corps lui-même, doit être posé à la base de l’édifice du droit, aussi ne parlera-t-on plus, comme il le faisait encore, de citoyen du monde, mais de citoyen de la terre :

  • 28 Ibid., p. 70.

Le droit de propriété s’éteint en des temps déterminés. L’amélioration et la détérioration se tiennent sous des conditions immuables. Mais si le corps est une propriété, par laquelle je ne fais qu’acquérir les droits d’un citoyen actif de la terre, la perte de cette propriété ne signifie pas que je me perds moi-même. Je ne perds que ma place à cette école des princes et j’entre dans une corporation supérieure, où me suivront les camarades d’école que j’ai aimés28.

18Le monde de la nature, apparaissant dans le monde du langage et du droit, ouvre sur le monde des esprits. Le dernier Fragment ne sera pas publié dans l'Athenäum. Ecrit dix ans plus tard, on le retrouvera dans les papiers de Schelling après la mort du philosophe. Le beau dialogue intitulé Clara, porte comme sous-titre : Sur le lien de la nature avec le monde des esprits. Entre parenthèses, on trouvera les mots : un Fragment. Fragment de l’œuvre entière comme le sont à tant d’égards les textes de Schelling, ou bien rappel conscient du souvenir des amis de sa jeunesse ? C’est peut-être le thème lui-même du dialogue qui exige d’être rangé sous un tel genre, comme si le rapport des vivants et des morts ne pouvait plus appeler que cette seule et fragile hauteur littéraire.

  • 29 Ibid., p. 109.
  • 30 Dernier Fragment publié dans l’Athenäum, éd.cit., p. 115.

19Parce que la révolution copernicienne a introduit la simplicité mathématique au fondement de la nature, la nouvelle harmonie des sciences et de la poésie doit encore trouver son ultime synthèse. Tout comme Einstein aux yeux de Valéry, les premiers fondateurs de la physique moderne sont déjà reconnus, dans les Fragments, davantage comme des artistes que comme des philosophes. La science comme activité de l’imagination créatrice doit nous faire remonter aux sources de ce pouvoir créateur, où les idées et les thèmes débattus au cœur des plus difficiles questions sont comme des légendes et des dieux de la poésie antique, qui reviennent en chaque système, mais toujours modifiés29. « La vie de l’esprit universel est une chaîne ininterrompue de révolutions internes ; tous les Individus, ceux qui sont originaires, éternels, vivent en elle. Il est véritable polythéiste et porte tout l’Olympe en lui-même30. »

20Si les Fragments livrent quelques-uns des germes qui portent le système de l’idéalisme, il faudrait entendre par système, non pas celui de tel ou tel de ses principaux penseurs, mais l’ensemble de l’aventure de pensée qui va de Kant et de Fichte au dernier Schelling, avec un singulier rebondissement dans la personne et l’œuvre de l’écrivain-philosophe Kierkegaard, leur image inversée.

21Quant aux circonstances de la dissolution du groupe, elles éclairent d’un jour cru le décalage entre la vie et l’art, où le Fragment lançait ses ultrasons. En 1800, la fille intelligente et radieuse de Caroline, Augusta, meurt en quelques jours de la typhoïde, au moment où sa mère et Schelling éprouvent les limites de l’amitié du groupe à leur égard. L’année suivante, Novalis disparaît, et c’est la fin. Chacun suivra désormais sa voie sur les routes du siècle qui s’ouvre.

Notes

1 Dans les Pièces de fleurs, de fruits et d’épines, c’est-à-dire vie conjugale, mort et mariage de l’avocat des pauvres Siebenkäs, hg. von Norbert Miller, Hanser Verlag, tome II, p. 137.

2 Selberlebenbeschreibung, Hanser Verlag, tome 6, p. 1061.

3 Friedrich Schlegel (1772-1829), August Wilhelm Schlegel (1767-1845). A propos de l'Athenäum, on peut consulter L’absolu littéraire, de Ph. Lacoue-Labarthe et J.-L. Nancy, paru au Seuil en 1978.

4 Athenäum, édité par Gerda Heinrich, Philipp Reclam jun., Leipzig, 1978, p. 99.

5 Caroline Michaelis-Böhmer-Schlegel-Schelling (1763-1809).

6 (1768-1834).

7 Friedrich von Hardenberg (1772-1801).

8 (1773-1853).

9 (1765-1810).

10 Lettre à Caroline de nov. 1797. S. Damm, Caroline Schlegel-Schelling in ihren Briefen, Leipzig, Verlag Philipp Reclam jun., 1979.

11 Friedrich avait écrit la même année dans le Lyceum : « Beaucoup reçoivent le nom d’artistes, qui en vérité sont des œuvres d’art de la nature ». Fr. Schlegel, Schriften und Fragmente, hg. Ernst Behler, Stuttgart, Alfred Kroner Verlag, 1956.

12 « Dans le cas d’une femme cultivée, si la question vient à se poser de sa valeur morale, on peut sans doute juger de manière très précise si elle est corrompue ou innocente. Si elle suit la tendance générale, si l’énergie de l’esprit et du caractère, sa manifestation extérieure, avec toutes les valeurs qu’on y attache, est tout pour elle, alors elle est corrompue. Mais si elle connaît quelque chose de plus grand que la grandeur, si elle peut sourire sur sa tendance naturelle à l’énergie, si en un mot, elle est capable d’enthousiasme, alors elle est innocente au sens éthique. De ce point de vue on peut dire que la religion fait toute la vertu de la femme. Mais dire que les femmes dussent croire davantage que les hommes en Dieu ou en Christ, ou que quelque belle et bonne libre pensée leur convienne moins qu’aux hommes, telle est l’une des innombrables platitudes que Rousseau a collectionnées dans un vrai système doctrinal de la féminité, où le non-sens se trouve si bien exprimé et mis au net, qu’il devait immanquablement trouver l’applaudissement général. » Ibid., p. 111.

13 Athenäum, éd. cit., p. 94. Echappées de vue est en français dans le texte.

14 Athenäum, éd. cit., p. 86. Le même Fragment déclare : « La poésie romantique est la seule à être plus qu’un genre et pour ainsi dire l’art poétique lui-même : car en un certain sens, toute poésie est ou doit être romantique ».

15 Fr. Schlegel, Fragment du Lyceum, 1797, cité par Gerda Heinrich, Athenäum, éd. cit., p. 53.

16 Ibid., Pollens, p. 74.

17 Lettre à August Schlegel de mars 1798.

18 Athenäum, éd. cit., p. 83.

19 Ibid., p. 81.

20 Ibid., Pollens, éd. cit., p. 79.

21 Ibid., p. 100.

22 Ibid., Pollens, p. 76.

23 Athenäum, Fr. 52 dans l’édition par E. Behler de Fr. Schlegel, Schriften und Fragmente, Stuttgart, Alfred Kröner Verlag.

24 Dans le titre d’un projet de revue formulé en 1798. HKA II, 564.

25 Ibid., p. 74.

26 Début des Disciples à Saïs, Rowohlt, p. 9.

27 « L’application est-elle le but de la théorie, ou bien est-ce la théorie qui est le but de l’application ? » (Pollens, ibid., p. 69).

28 Ibid., p. 70.

29 Ibid., p. 109.

30 Dernier Fragment publié dans l’Athenäum, éd.cit., p. 115.

Auteur

Lycée Saint-Louis-de-Gonzague, Paris

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search