Version classiqueVersion mobile

Bagatelles pour l’éternité

 | 
Philippe Baron
, 
Anne Mantero

Deuxième partie. Du fragment à l’instantané

Le modèle anatomique de la forme brève

Louis Van Delft

Texte intégral

1Nous nous proposons de démontrer qu'un modèle anatomique sous-tend les formes brèves, qui furent, à l'âge classique, privilégiées par les écrivains moralistes. Pour ce faire, une sorte de socle doit tout d'abord être mis en place : l'anatomie a partie liée avec l'anthropologie, et ce dernier terme même demande à être examiné sous le point de vue de l’histoire de la langue.

1. Du côté de la langue

2Le soubassement, comme toujours, est philologique : une brève enquête lexicologique s'impose.

3Suivant le Trésor de la langue française, la première occurrence du terme anthropologie se trouve chez Jean Bouchet, en 1516, dans cette définition de la rhétorique :

Soubz cest art qui est de très hault priz
Plusieurs savoirs y sont souvent compriz
Cest assavoir science historialle
La naturelle et aussi la moralle
Philosophie, et lentropologie
Geographie, et la philologie…

4Au XVIIe siècle, le terme n'est connoté ni par Richelet (Dictionnaire français, 1680), ni par Furetière (Dictionnaire universel, 1690), ni par l'Académie française (Dictionnaire de l'Académie, 1694).

5En 1704, le Dictionnaire de Trévoux enregistre le vocable et en procure cette définition, qui peut aujourd'hui surprendre, mais qui, respectueuse de la portée originelle des mots, signalerait à elle seule à quel point la culture d'alors était théocentrique : « ANTHROPOLOGIE : Terme de théologie. Façon de parler humaine. Lorsque l'Ecriture attribue à Dieu un trône, des bras, des passions de joie, ou de tristesse, ce sont là des anthropologies, parce que l'Ecriture s'exprime à la manière des hommes ».

6Dans son édition de 1723, le même Dictionnaire précise : « L'Anthropologie est nécessaire en parlant de Dieu pour faire comprendre au peuple bien des choses qu'il ne concevrait point sans cela ». Le rédacteur de ces lignes rejoint Malebranche, qui avait déjà noté : « Comme l'Ecriture est faite pour les simples comme pour les savants, elle est pleine d'anthropologies » (Traité de la nature et de la grâce [1680], I, 2). Nous demeurons au point de rencontre de la théologie et de la rhétorique.

7Ce n'est qu'en 1721 qu’un dictionnaire français prend en compte, outre le registre de l'éloquence, dont il vient d'être question, celui de la science. Il s'agit derechef du Dictionnaire de Trévoux : « ANTHROPOLOGIE : Discours sur l'homme, ou sur le corps humain ; terme d'Anatomiste ». Suit, à titre d'illustration, cette phrase (passablement générale) d'un anatomiste bien connu, Pierre Dionis : « La science qui nous conduit à la connaissance de l'homme s'appelle anthropologie ». La portée théologique du terme n'est indiquée qu'en second lieu.

8En 1727, le Dictionnaire de Furetière démarque, mot pour mot, celui de Trévoux, en ce qui concerne l'acception rhétorique. Il se montre moins servile ensuite : « ANTHROPOLOGIE se dit aussi de la science qui traite de l'homme. Elle a deux parties, la psychologie, qui traite de l'âme, et l'anatomie, qui traite du corps ».

9Néanmoins, en 1732, la nouvelle édition du Richelet ne consigne toujours pas le terme. L'Encyclopédie (en 1751) est mieux informée. Après le domaine de la théologie, dans lequel la rhétorique est une nouvelle fois au principe de la définition (« manière de s'exprimer »), on lit : « ANTHROPOLOGIE : dans l'économie animale, c'est un traité de l'homme ». Aussi bien, sous l'entrée Anatomie, Diderot consigne-t-il : « L'anatomie humaine qui est absolument et proprement appelée anatomie, a pour objet, ou, si l'on aime mieux, pour sujet, le corps humain. C’est l'art que plusieurs appellent l'anthropologie ».

  • 1 Nous avons considéré le domaine français. Pour une utile comparaison, voir le Historisches Wörterb (...)

10En 1777 encore, la « nouvelle édition » du Dictionnaire de l'Académie se contente de relever : « Figure par laquelle l'Ecriture Sainte attribue à Dieu des actions, des affections humaines ». Cette définition centrée sur la seule rhétorique demeure même quasiment inchangée dans l’édition de 18351.

2. Dignitas et miseria

  • 2 Antropologium [sic] de hominis dignitate, natura et proprietatibus. De elementis, partibus et memb (...)
  • 3 Magnus Hundt (1449-1519) fut Docteur en philosophie, en médecine et en théologie. Il enseigna la p (...)

11Cependant, en 1501 avait paru un ouvrage de l'Allemand Magnus Hundt, Antropologium de hominis dignitate2. D'emblée, ce titre paraît annoncer quelque livre de spiritualité. Or, il s'agit d’un traité d'anatomie stricto sensu3.

12Le titre et les pièces liminaires, en effet, ne doivent pas induire en erreur. Conformément aux conceptions du temps, ils s'inscrivent dans une perspective théologique, celle de l'excellence – dignitas – de l'homme.

  • 4 Les notes de Johann Heinrich Scheifler et l'aquarelle sont conservées au Département des manuscrit (...)

13Rappelons que l’anatomie, à l'époque, ne jouit pas encore du statut d'une science pleinement autonome. Le thème de l'« 'éminente dignité » (Bossuet) de l’homme est un des plus anciens qui soient, dans toute la littérature spirituelle. L'anatomie servait inversement, mais dans le même esprit, à souligner l'idée opposée de la miseria. C'est ce que montrent non seulement les frontispices des traités d'anatomie les plus fameux, mais aussi des documents plus « anodins », et par là même très révélateurs de la pensée « moyenne », qu'il n'importe pas moins de connaître. Un de ces auteurs qualifiés de minores, Johann Scheifler, peint ainsi, en 1664, une saisissante aquarelle en tête des notes qu'il a prises en assistant aux démonstrations anatomiques de Franz Thiermair (fig. 1). On remarquera, en particulier, l'inscription « ΑΝΑΤΟΜΙΑ » sur la faux de la Mort, qui est en même temps le sujet anatomisé. Non moins lestés d'histoire culturelle, les mots microcosmi sive parvi mundi : on sait que parvus mundus désigne traditionnellement l'homme et, particulièrement pour l'anatomiste, le microcosme du corps humain. La miseria se trouve encore illustrée, dans cette humble aquarelle, en ce que le « petit monde » est tout entier tenu, porté – littéralement supporté – par la Mort. L'inscription, qui ne paraît point tirée de quelque « autorité », témoigne de son côté de la prégnance du thème de la miseria : « Circum fert parvum Compago haec ossea Mundum ! / Mundus at heu ! quoties hoc sub Atlante ruit ! » (Cet assemblage d'os porte à la ronde le petit monde !/Mais le monde, hélas ! Combien de fois s'effondre-t-il sous cet Atlas !). Le terme du parcours existentiel est clairement marqué par la fosse surplombée de la croix. Le memento mori se présente spontanément à l'esprit dès lors que l'on s'occupe d'anatomie4.

14Dignitas ou miseria, cet « éclairage » ou, si l'on préfère, cette « inscription » de l'anatomie dans une perspective plus vaste, spirituelle, est la norme. Ce n'est pas là seulement un topos qui se retrouve dans les plus célèbres traités d'anatomie, c'est une conviction ancrée au cœur des anatomistes et qu'ils transmettent au public. L'anatomie constitue un degré vers la cognitio Dei et vers la cognitio sui. Cependant, chez les authentiques savants, ce « discours » demeure confiné dans les Dédicaces, les Préfaces et autres pièces liminaires, il n'interfère pas avec la description proprement scientifique.

15Aussi bien, en ce qui concerne Magnus Hundt, dans les 60 chapitres de son ouvrage, l'approche et l'esprit sont factuels, analytiques, aussi précis et rigoureux qu'ils pouvaient l'être avant les fécondes innovations de Vésale. On ne saurait, ici, entrer dans le détail de l'ouvrage ; l'illustration (fig. 2) permettra de s'en faire une idée.

16Ainsi, la forme latinisée anthropologium peut, dès le seuil du XVIe siècle, renvoyer à l’anatomie, et exclusivement à elle. En dépit du retard des dictionnaires français les plus importants à l’enregistrer, le rapport entre anthropologie et anatomie est attesté, dès l'orée du XVIe siècle, dans la « culture » médicale du temps.

3. Le modèle anatomique

  • 5 Fénelon, Dialogues sur l'éloquence en général, et sur celle de la chaire en particulier (1681-1686 (...)

17Mais sous quelle forme ce rapport se manifeste-t-il ? Sous celle, croyons-nous, d'un authentique « modèle anatomique » qui sous-tend le discours tenu sur l'homme. « Discours sur l'homme », tel est, rappelons-le, le tout premier sens d'anthropologie suivant l'usage actuel. Ce modèle anatomique sous-jacent au discours sur l'homme, on le décèle très nettement dans une notation comme celle-ci, de Fénelon, à propos du sermon d'un prédicateur : « Il a fait une anatomie des passions du cœur humain, qui égale les Maximes de M. de La Rochefoucauld »5.

  • 6 Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à l'âge classique, Paris, PUF, 1993, ch. (...)

18Nous avons tenté ailleurs de montrer la pratique, dans l'Europe de l'âge classique, de ce que les moralistes appellent l'« anatomie morale ». Cet art, cette technique de « descendre » dans le moi, de « sonder jusqu'au dedans », de « pénétrer les profondeurs » de ses « replis internes » (Montaigne) revêtent des formes très diverses, de l'anatomie comparée de Della Porta à l'anatomie ad majorem gloriam Dei de Graciân, de l'anatomie humaniste de Burton à l'anatomie déliée, de « tous les replis du cœur », de La Rochefoucauld6. Nous voudrions ici, par l'examen de deux autres documents iconographiques, étayer nos précédentes conclusions et confirmer à quel point le rapport entre le discours sur l'homme qu’est l'anatomie morale et l'anatomie proprement dite est étroit.

19L'un et l'autre documents nous semblent, en effet, pleinement confirmer l'existence du « modèle anatomique ».

  • 7 Sur l'exemplaire du Trinity College de Cambridge dont notre illustration est tirée, English a, dan (...)
  • 8 Baltasar Gracián, El Criticόn (1651-1657), I, 9 : « Moral anotomía [sic] del hombre ».

20Le premier est extrêmement peu connu. Il est tiré, lui aussi, d'un ouvrage d'un de ces minores, dont nous avons rappelé tout l'intérêt. Il s'agit de la gravure figurant au frontispice de la Zootomia, or Observations on the present Manners of the English (1654) de Richard Whitlock (fig. 3). Le sous-titre de cet écrit ne laisse pas d'être inquiétant : Briefly Anatomizing the Living by the Dead7. Le cartouche du frontispice précise A Moral Anatomy. Ce point est particulièrement intéressant, car si les écrits anglais se référant de la façon la plus directe à l'anatomie abondent – Follie's Anatomy (1619) de Henry Hutton, The Times Anatomized (1647) de Thomas Ford, England Anatomized : Her Disease discovered (1659), The Character of Italy, or The Italian Anatomiz'd by an English Chyrurgion (1660)… –, nous n'avions jusqu’ici repéré la tournure spécifique, si significative, d'« anatomie morale » que chez Gracián8.

  • 9 « The Explication of the Frontispice [non paginé]. – Th' experienc't scepter of the preaching king (...)

21Mais venons-en à la gravure, qui a naturellement pour fonction d'expliciter les divers éléments du titre et du cartouche et de faire mieux entendre ce que cette moral anatomy recouvre. L'auteur facilite l'intelligence de cette illustration assez fruste par une « Explication of the Frontispiece » en dix vers quelque peu obscurs, qui se trouve à la page suivante9. Le sujet anatomisé (une femme, apparemment) représente le monde. Trois attributs, correspondant aux régions (« region[s] ») de la tête, du cœur et du bas-ventre le caractérisent : Vana (« The Vaine », les vaines apparences, la vanité des choses), Vexatio (« The Vexing », les tourments, la souffrance) et Stercus (« The Loathsome », l'ordure). Une couronne, une cuirasse, un heaume et des détritus ou des excréments symbolisent cette chose vide qu'est le monde (« THING », « empty world »). L'inscription au bas de la gravure souligne une nouvelle fois cette « leçon » : Quam mundi illecebris vacuum, quam triste cadaver ! / Cujus tres ventres, stercus, vexatio, vana (Quel vide dans les charmes du monde, quel lamentable cadavre / Aux trois ventres, les excréments, la souffrance, la vaine apparence !)

22Jusqu'ici, rien que de passablement commun et connu. Aussi bien, ce sont les deux personnages au premier plan, et davantage encore, derrière eux, les deux « anatomistes » qui commandent l'attention. Les personnages au premier plan sont plongés dans une méditation assurément induite par la démonstration. Ils font office d'intermédiaires entre le lecteur-spectateur et les anatomistes : ils incitent à la réflexion, leur gravité demande à être imitée, ils sont exemplaires, ils confèrent déjà de l’auctoritas aux deux autres personnages qui, de l'autre côté de la table de dissection, tiennent lieu d’officiants. Ils sont identifiés sur la gravure même : ce sont Sénèque et Plutarque. Vraisemblablement, ce sont bien, pour l'auteur, des « autorités ». Mais il est clair que les deux anatomistes représentent des autorités nettement supérieures, et que les deux philosophes moraux, jouissant pourtant d'un grand prestige à l'époque, sont ici réduits au rôle d'étudiants, d'apprentis, qui ont encore beaucoup à découvrir auprès des véritables Maîtres.

  • 10 Voir Mino Bergamo, L'Anatomia dell'anima da François de Sales a Fénelon, Bologna, Il Mulino, 1991 (...)

23Ces Maîtres – ces anatomistes – qui sont-ils ? L’un d'eux porte une couronne et, en guise de scalpel, se sert d'un sceptre. C'est le roi David (« the preaching King », selon l'« Explication »). L'autre, en fait de lancette, utilise un crucifix : c'est l’apôtre Paul (« Pauls Cross »). On peut être tenté aujourd’hui de sourire : ces instruments chirurgicaux manquent de tranchant, sans doute, mais sûrement pas de piquant ! Ironie anachronique. L'époque de Whitlock et de Scheifler – plus largement celle de Hundt, de Montaigne, de Burton et de Gracián – est précisément celle où les auteurs spirituels eux-mêmes se livrent à l'« anatomie de l'âme » et « anatomisent » jusqu'au « fond du cœur »10. Au reste, l'« Explication » de Whitlock, sans crainte de trop appuyer, souligne derechef la « leçon », c'est-à-dire la lecture correcte de la gravure : If ought thats worth your soules, or love you finde / I'th world below, call us dissecters blinde (« Si vous trouvez quoi que ce soit, dans ce bas-monde, qui vaille votre âme / Ou votre amour, traitez-nous d'anatomistes aveugles »).

24Pour résumer : mieux qu'aucun titre d'ouvrage – mieux même que celui, tellement révélateur, de Samuel Person : An Anatomical Lecture of Man. Or a Map of the little World (1664) –, cette gravure permet de mesurer à quel point la démonstration anatomique a constitué, pour les moralistes, une source d'inspiration. Elle leur a offert un modèle d'« analyse » (dès avant la fin du XVIIe siècle, ce terme commence à concurrencer, en France, sous la plume des écrivains moralistes, celui d'anatomie) pour affiner, dans le domaine spécifique qui est le leur – la nature humaine, le théâtre du monde – leurs « observations » et leurs « essais ».

4. Memento mori

  • 11 Notamment : Th. H. Lunsingh Scheurleer, « Un amphithéâtre d'anatomie moralisée », dans : Th. H. Lu (...)

25Cette transposition et cette extrapolation, le second document les confirme et en révèle de tout autres aspects. Il représente le fameux amphithéâtre d'anatomie de l'Université de Leyde, haut-lieu de la culture européenne (fig. 4). Nous n'en redonnerons pas une description d'ensemble : plus d'une étude lui a déjà été consacrée11. Mais il convient de s'interroger enfin sur les aphorismes qui font de ce lieu un texte tout autant qu'un amphiteatrum.

26Ce qui nous importe, ce sont les deux séries d’aphorismes se détachant avec une extrême netteté sur les étendards déployés par les squelettes. Examinons ces messages de plus près. En voici d'abord la liste :

  • 12 En réalité, ces aphorismes forment deux séries, différentes selon les deux gravures représentant l (...)

- Pulvis et umbra sumus
- Omnes eodem cogimur œqua lege necessitas sortitur insignes et imos
- Nosce te ipsum
- Homo
bulla
- Mors ultimum vita brevis
- Memento mori
- Mors ultima linea rerum
- Nascentes morimur
- Principium moriendi natalis est
- Mors sceptra ligonibus oequat12.

  • 13 Horace, Epîtres, I, 16, v. 79 : « Mors ultima linea rerum est ». Pauw a supprimé est, ce qui confè (...)

27On remarque sans peine les caractères généraux de ces énoncés, de ces péremptoires annonces. Ce sont non seulement des lieux communs, mais des lieux parmi les plus usés, les plus « foulés » qui soient. Pour ne donner qu'un exemple de leur antiquité : la « sentence » Mors ultima linea rerum se trouve déjà chez Horace13. Chacun de ces lieux est une variation sur le thème de la Vanitas. Chacun d'eux se veut porteur de vérité spirituelle, chacun d'eux est un memento mori. C'est l'ultime vérité de la vie que ces squelettes « proclament » et même « profèrent ». Aussi bien, l'amphithéâtre de Leyde n'est pas seulement un lieu académique. C'est, tout autant, un Théâtre de la Mort. Son aménagement est tout entier conçu pour « rappeler à la mort ».

28Or, le memento mori constitue la quintessence, la « mœlle » du discours de ces anthropologues que sont les moralistes. Il peut bien être paré de mille plaisantes fictions et jeux littéraires (qu'on songe seulement à La Fontaine ou à La Bruyère), il peut être « profane » à souhait : toujours il tiendra d'une parabole laïcisée destinée à rappeler au lecteur le terme de l'« humain voyage » (Montaigne) et à favoriser cette cognitio sui dans laquelle doxa chrétienne et morale socratique se rejoignent et se conjoignent.

5. Anatomie, art de la mémoire, fragment

29On notera, d'autre part, qu'à l'époque qui constitue comme l'âge d'or de l'écriture moraliste (en France, des Maximes de La Rochefoucauld à celles de Chamfort), la forme littéraire privilégiée par ces écrivains n'est plus celle du traité, mais celle, brève, de la pensée, de l'aphorisme, du caractère… On assiste à l'avènement des recueils éclatés, discontinus, désarticulés, et d'une écriture par « pièces détachées ». C'est aussi parce que l'anatomie contribue à façonner une tout autre manière d'écrire sur l'homme que l'amphithéâtre de Leyde mérite d'être examiné avec la dernière attention.

30Ce qui caractérise, en effet, les vérités si fortement rappelées par les squelettes porte-enseignes, c'est le style coupé et comme le triomphe de la forme du fragment. Mais c'est un style bien plus impérieux et tranchant encore que dans un aphorisme ordinaire. D'emblée frappent la brutalité de l'assertion, le tour tranchant, les arêtes vives. La phrase a été littéralement sectionnée, fractionnée : il ne demeure que des segments. En fait, il s'agit de devises, et l'ensemble squelette + devise constitue, chaque fois, un emblème. On a affaire à une série d'emblèmes composés, conformément à la tradition rhétorique, d'une image et d'un motto. Pour nous en tenir aux devises, elles vont encore au-delà de ce qu'on a appelé l'« écriture essentielle » : elles ont l'allure sèche, la pointe sèche d'une entaille. Ce sont des incisions.

31Très vraisemblablement, le Professeur Pauw, titulaire de la chaire d'anatomie en même temps que maître d'œuvre du « spectacle » en lequel est constitué l'amphithéâtre, a perçu un rapport entre son travail au scalpel, et le style « incisif » des inscriptions dont il a fait choix. C'est cela qui conduit à faire état d'un « modèle anatomique » jusque dans la forme des écrits moralistes.

  • 14 Descartes, seconde règle de la méthode ; Corrado Rosso, Saggezza in salotto, Moralisti Francesi ed (...)

32L'ère de Vésale qui, au demeurant, coïncide à peu de choses près avec l'essor de la microscopie, précède de peu l’essor de la maxime et plus généralement des formes littéraires brèves. Cette concomitance n'est pas fortuite. La meilleure connaissance du linéament, dans l'ordre anatomique, l'attention qu'il suscite, n'ont pas été sans exercer une action sur les formes littéraires, tout particulièrement sur celles des moralistes, portés à pratiquer l'analyse, à « diviser chacune des difficultés », même existentielles, en « parcelles », comme dit Descartes, ne fût-ce que pour arrêter une « stratégie pour vivre » (C. Rosso)14.

33L'anatomiste est habile à sectionner. Il sait ce qu'il en coûte de dé-faire, de dé-velopper, de dé-construire la trame, le tissu de la « machine ». Il se sert d’instruments tranchants. De leur côté, les aphorismes que Pauw choisit pour l'amphithéâtre ne sont pas même constitués de phrases complètes, mais de tronçons, de membres, de sections de phrases. Ce qui les caractérise, c'est un style acéré. Il y a « sympathie », cette fois, entre l'« art » de l'anatomiste et le « tour » stylistique du « discours » qu’il développe dans l'ordonnance, le decorum de l'amphithéâtre. Les aphorismes sont le pendant de ce que l'anatomiste scrute et manipule tout au long de son inspection, l'équivalent littéraire de la « fabrique », des linéaments qu'il dégage.

34L'anatomiste, devenu par l'exercice de son art éminemment conscient de la portée, de l'efficacité d'une frappe, d'une incision bien pratiquée, avec l'exacte force requise pour produire l'impact nécessaire, a perçu qu'il devait œuvrer sur le cerveau, siège de la mémoire, avec la même dextérité, la même vigueur parfaitement contrôlée. L'analogie, à tous égards, s'impose – ce qui ne veut pas dire que Pauw lui-même l'ait délibérément mise au point. Le style des inscriptions est sec et parfaitement porté, administré, comme une experte incision au scalpel.

35L'anatomiste opère sur la conscience et la mémoire suivant la même méthode, exactement, qu'il travaille sur les corps. Il applique seulement cette méthode comme en la retournant : en disséquant, il cherche à désassembler ce qui est viscéralement lié ; en rappelant son auditoire à la mort, il cherche à articuler, à greffer, à enter le memento mori de façon tout aussi organique dans la mémoire.

36Ainsi, l'amphithéâtre permet de percevoir ce qui est au principe même de la forme brève : l'incision. Il démonte le modus operandi de la forme brève sur la mémoire. Si l'art de persuader est toujours l'art de produire une impression, une technique d'impression, ce savoir-faire, réduit à sa quintessence, est un art de l'incision.

37La devise citée plus haut, Mors ultima linea rerum est, permet d'observer le processus de plus près encore. Fidèle en cela à ce qu'une longue tradition effectuait déjà, Pauw a prélevé, a extrait, a excisé du texte, du tissu de l’épître horatienne, un fragment d'une concision extrême, auquel il confère une parfaite autonomie. Chez le poète, cette sentence, par laquelle il conclut, illustre une leçon de vie mi-stoïcienne, mi-épicurienne. Dans l’amphithéâtre, cette perspective est entièrement rejetée. Seule a compté la qualité éminemment mnémonique de l'énoncé.

38Le modèle anatomique ne se réduit pas à l'incision. De fait, l'anatomiste ne se contente pas d'inciser et de couper. Il détache, écarte, sépare, déplie, isole, dégage, met à jour, en évidence. Il dé-fait, repli par repli, pli par pli, fibre à fibre. Il pénètre jusqu'à l'os, jusqu'au nerf, jusqu'au linéament. C'est très exactement tout cela que le Professeur Pauw opère aussi sur le corps du discours. Du discours constitué, suivi, lié, aristotélicien. Sur le corps de ce qu'on entend communément par texte : un tout développé, amplifié, composé de parties, de matière et de chair, d'articulations. En bref, un tout organique.

39Le « modèle anatomique » conduit à dépouiller, à décharner le discours moraliste jusqu'à son « noyau dur », jusqu'à l'os, jusqu'à la moelle. Si Pauw anatomiste coupe dans le corps, Pauw « metteur en scène » d'aphorismes coupe dans le tissu que formait traditionnellement un texte, dans le corps du discours régulier, ordonné, structuré, organisé. Le discours suivi et développé est démembré. Entre les mains de Pauw, le corps du texte est démonté, désassemblé, jusqu'à ce que soient mis en évidence ses premiers composants, exactement comme sur la table de dissection sont progressivement dé-couvertes les parties du corps et, pour finir, les linéaments de la « machine ». Après l'anatomie du texte demeure l'aphorisme. L'aphorisme constitue la quintessence du « littéraire » dans le discours moraliste.

  • 15 Voir L'Absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, prés, par Philippe Lac (...)

40Ainsi se précisent la nature et le statut du fragment. Le fragment est précisément ce qui a été détaché. C'est à bon droit que l’on parle à son sujet d'« absolu littéraire »15.

***

  • 16 Georges Canguilhem, L'Homme de Vésale dans le monde de Copernic, Paris, Laboratoires Delagrange, 1 (...)
  • 17 On se permet de renvoyer à deux articles parus depuis que le présent article fut rédigé, et qui se (...)

41Originellement, l'anthropologie était consubstantielle à l'anatomie. Si, comme le note Georges Canguilhem, « l'homme de Vésale dans le monde de Copernic » atteste que « la révolution anatomique est comme la révolution cosmologique renversée »16, la « nouvelle anthropologie » (William G. Moore), à l'âge classique, fut indéniablement marquée, à son tour, du sceau de l'anatomie17.

Illustrations

Illustrations

Fig. 1 : Johann Heinrich Scheifler, notes sur le cours d'anatomie de Franz Ignaz Thiermair, 1663, p. XI. Aquarelle. Ms. Cod. st 609, bibliothèque de l'U. d’Eichstätt. Cliché U. d'Eichstätt.

Fig. 2 : Magnus Hundt, Antropologium de hominis dignitate […], Leipzig, 1501, p. 38-39, « De membris exterioribus in generali ». Cliché Bayerische Staatsbibliothek, Munich.

Fig. 3 : Richard Whitlock, Zootomia […], Londres, 1654. Frontispice et page de titre. Cliché Trinity College, Cambridge.

Fig. 4 : Amphitheatrum anatomicum de l'Université de Leyde. Gravure sur cuivre de Willem Swanenburgh, d'après un dessin de Jan Corneliszoon van't Woudt [Woudanus] (1610). Leiden, Cabinet des estampes de l'Université. Cliché Cabinet des estampes.

Notes

1 Nous avons considéré le domaine français. Pour une utile comparaison, voir le Historisches Wörterbuch der Philosophie de Joachim Ritter, s. v. Anthropologie et Anthropologie, medizinische.

2 Antropologium [sic] de hominis dignitate, natura et proprietatibus. De elementis, partibus et membris humani corporis, de juramentis, nocumentis, accidentibus, vitiis, remediis, et physionomia ipsorum, de excrementis et exeuntibus, de spiritu humano ejusque natura, partibus et operibus, de anima humana et ipsius appendiciis, Leipzig, « per Baccalarium Wolfgangum Monacensem », 1501.

3 Magnus Hundt (1449-1519) fut Docteur en philosophie, en médecine et en théologie. Il enseigna la physique à l'Université de Leipzig.

4 Les notes de Johann Heinrich Scheifler et l'aquarelle sont conservées au Département des manuscrits de la Bibliothèque de l'Université d'Eichstätt. Voir : Klaus Walter Linger, Die Bibliothek Dr. med. Johann Scheifler (1612-1671), Kataloge der Universitätsbibliothek Eichstätt, V. Nachlassbibliotheken, t. 2, Wiesbaden, Harrassowitz, 1993. Sur J. Scheifler : K. W. Linger, « Dr. med. Johann Scheifler (1612-1671) und seine Bibliothek », Sudhoffs Archiv, t. 74, 1, 1990, p. 75-103.

5 Fénelon, Dialogues sur l'éloquence en général, et sur celle de la chaire en particulier (1681-1686), Dialogue premier, Œuvres, éd. Jacques Le Brun, t. I, Paris, Gallimard, 1983, p. 4. En note, l'éditeur renvoie à des occurrences d'anatomie chez Mme de Sévigné, Fénelon (Lettre à l'Académie), Bernard Lamy.

6 Littérature et anthropologie. Nature humaine et caractère à l'âge classique, Paris, PUF, 1993, ch. X, « L'anatomie moralisée », ch. XI, « L'anatomie morale ».

7 Sur l'exemplaire du Trinity College de Cambridge dont notre illustration est tirée, English a, dans le titre, été indûment barré et remplacé par World. L'ouvrage est passé sous silence par quasiment tous les historiens de la littérature anglaise. Nous n’avons trouvé que cette allusion : « Another sceptic, of greater moral earnestness than Osborn, but a disciple of Bacon, Montaigne, and especially Charron, was Richard Whitlock, author of Zootomia (1654), a combination of "anatomy", essays and characters » (Douglas Bush, English Literature in the earlier Seventeenth Century, 1600-1660, Oxford, Clarendon, 1945, p. 208). – Mountebanks, dans le titre de l'ouvrage publié sous la même couverture, signifie « charlatans ».

8 Baltasar Gracián, El Criticόn (1651-1657), I, 9 : « Moral anotomía [sic] del hombre ».

9 « The Explication of the Frontispice [non paginé]. – Th' experienc't scepter of the preaching king, / And sermon of Pauls cross, both shew what THING / (Compar'd with Heav'n) this empty world would prove, / If once ript up. Is here ought worth your love ? / Bewitch't admirers ! View each region, / The vaine, the vexing, and the loathsome one. / No ; He, and that's above, which onely can / Full ravishments afford the soule of man. / If ought that's worth your soules, or love you finde / I'th world below, call us dissecters blinde ». Nous conservons, pour ces vers, l'orthographe ancienne.

10 Voir Mino Bergamo, L'Anatomia dell'anima da François de Sales a Fénelon, Bologna, Il Mulino, 1991 (tr. frse, 1994) ; Benedetta Papàsogli, Il "Fonde del cuore". Figure dello spazio inferiore nel Seicento francese, Pisa, Goliardica, 1991 (trad. française, 2000).

11 Notamment : Th. H. Lunsingh Scheurleer, « Un amphithéâtre d'anatomie moralisée », dans : Th. H. Lunsingh Scheurleer et G. H. M. Posthumus Meyjes (Eds), Leiden University in the Seventeenth Century. An Exchange of Learning, Leiden, Universitaire Pers/E. J. Bril, 1975, p. 216-277 ; Jean-Pierre Cavaillé, Descartes. La Fable du Monde, Paris, Vrin, 1991, ch. 1 ; Louis van Delft, op. cit.

12 En réalité, ces aphorismes forment deux séries, différentes selon les deux gravures représentant l'amphithéâtre. Voir Lunsingh Scheurleer, art. cit., p. 273.

13 Horace, Epîtres, I, 16, v. 79 : « Mors ultima linea rerum est ». Pauw a supprimé est, ce qui confère naturellement une force encore accrue à l'énoncé.

14 Descartes, seconde règle de la méthode ; Corrado Rosso, Saggezza in salotto, Moralisti Francesi ed espressione aforistica, Naples, E.S.I., 1991, Appendice I : « La massima : une strategia per vivere ».

15 Voir L'Absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, prés, par Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, Paris, Seuil, 1978.

16 Georges Canguilhem, L'Homme de Vésale dans le monde de Copernic, Paris, Laboratoires Delagrange, 1991, p. 13-14. (Texte repris de : G. C., Etudes d'histoire et de philosophie des sciences, 5e éd., Paris, Vrin, 1989).

17 On se permet de renvoyer à deux articles parus depuis que le présent article fut rédigé, et qui se rapportent à la question traitée ici : Louis Van Delft, « La Rochefoucauld et L'anatomie de tous les replis du cœur” », Littératures classiques, no 35, 1999, p. 37-62 ; Bernard Roukhomovsky et Louis Van Delft, "La question du fragment", dans : « Les moralistes. Nouvelles tendances de la recherche », XVIIe Siècle, no 202, janvier-mars 1999, p. 157-167.

Table des illustrations

Titre Illustrations
Légende Fig. 1 : Johann Heinrich Scheifler, notes sur le cours d'anatomie de Franz Ignaz Thiermair, 1663, p. XI. Aquarelle. Ms. Cod. st 609, bibliothèque de l'U. d’Eichstätt. Cliché U. d'Eichstätt.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/2575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Légende Fig. 2 : Magnus Hundt, Antropologium de hominis dignitate […], Leipzig, 1501, p. 38-39, « De membris exterioribus in generali ». Cliché Bayerische Staatsbibliothek, Munich.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/2575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Légende Fig. 3 : Richard Whitlock, Zootomia […], Londres, 1654. Frontispice et page de titre. Cliché Trinity College, Cambridge.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/2575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Fig. 4 : Amphitheatrum anatomicum de l'Université de Leyde. Gravure sur cuivre de Willem Swanenburgh, d'après un dessin de Jan Corneliszoon van't Woudt [Woudanus] (1610). Leiden, Cabinet des estampes de l'Université. Cliché Cabinet des estampes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/2575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k

Auteur

Université Paris X

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search