Versión clásicaVersión móvil

Bagatelles pour l’éternité

 | 
Philippe Baron
, 
Anne Mantero

Première partie. Récits

Comment Notre-Dame défendit la cité de Constantinople : quelques aspects de l’adaptation poétique chez Gautier de Coinci

Caroline Cazanave

Texto completo

I – Grande fixité d'un genre littéraire qui aime « faire court »

1Dans la typologie des récits brefs du Moyen Age, le miracle s'inscrit en bonne place. L'exemplum, pour porter, se doit de n'être pas trop bavard. Il faut frapper les imaginations en racontant avec fougue et vivacité quelque histoire brillante mettant en représentation le pouvoir tout-puissant qu'exerce Dieu ou sa Sainte Mère. La démonstration de la bienveillance divine a tout intérêt, pour soigner ses effets, à cultiver le spectaculaire expéditif. La fable que rapporte le conte pieux condense le temps d'une aventure : elle laisse se développer une crise, la porte jusqu'à l'insoutenable, puis la brise net car une céleste pichenette secourable intervient à point nommé. Et quand le miracle narratif se boursoufle et se montre incapable de conter vite et bien, c'est généralement qu'il fait la part trop belle et trop grasse à la parénèse. Le commentaire moralisant peut s'épancher sans retenue et casser le rythme de l'anecdote dramatique qu'il est supposé encadrer mais ne pas étouffer. Le « miracle » est en effet un genre littéraire constamment soumis à une tension fondamentale. Ses deux éléments constitutifs, récit « distrayant » d'une part, discours visant à la réflexion et à l'édification d'autre part, sont complémentaires. L'un sert de support à l'autre et seul un équilibre bien calculé mettra correctement en valeur chaque composante. Plus la leçon de catéchisme est longue, plus elle sera pesante et fastidieuse. Les preneurs de parole l'ont assez bien compris. Bref, faire bref relève souvent chez eux d'une stratégie d'écriture visant à l'efficacité. Cet idéal, pas toujours atteint, mais qu'on peut supposer souhaité, a pour cela des retombées structurelles. Et le récit et sa morale doivent se garder de trop de prêchi-prêcha.

  • 1 P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Seuil, 1972, p. 445.
  • 2 Les miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, t. IV, Genève, Droz, 1970, p. 31-41.
  • 3 Nous choisissons ce système de référence abrégé pour éviter le code, moins commode, qu'utilise F. (...)

2L'ensemble textuel des miracles médiévaux présente un inévitable aspect répétitif. Comme le thème de base ne varie pas, la plupart des développements prolongent sans surprise une situation archétypale faisant s'affronter toujours les deux mêmes « hiérarchies de puissance »1 : Dieu, la Vierge et ceux qu'Ils protègent du côté du Bien ; Satan et les méchants du côté du Mal. Que, de ce manichéisme bon enfant, de ce dualisme conduisant à un duel où le vainqueur reste à poste fixe, dans un emploi invariable, on puisse se lasser, nul ne s'étonnera. D'où, inversement, une joie multipliée à rencontrer un vrai plaisir de lecture dans un texte simple, qui repose pour une fois sur un schéma n'étant pas à ce point uniforme qu'il ne puisse accueillir des marques moins ordinaires, plus personnelles, et contenir quelques belles échappées évitant les trop prévisibles stéréotypes. C'est à la découverte d'un art de faire original, d'un auteur exerçant son talent dans un registre étroit, sous haute surveillance « historique » et idéologique, que nous conduit l'examen d'un miracle de Gautier de Coinci, miracle relativement bref (puisqu'il ne compte que 254 vers) et très connu, celui qui, dans le manuscrit L dont l'édition de F. Koenig2 a établi le texte, s'intitule « Comment Nostre Dame desfendi la cité de Constantinople » et qu'à la suite des travaux d'Arlette Ducrot-Granderye on a pris l'habitude de désigner comme étant le miracle 63, bien qu'il corresponde en réalité à la soixante-troisième « pièce » figurant dans le manuscrit de Soissons, toutes catégories de poèmes confondues3. Gautier, auteur prolixe, n'en est plus à se faire la main. Cette énième expérience, qui participe des derniers textes que le « conteur-chanteur » va produire, n'est pour lui qu'une application supplémentaire d’un type de travail pour lequel il est bien rodé. Sans le faire exprès, il a choisi cette fois dans son recueil latin un miracle bref dont la genèse avait été longue, mais cette particularité lui échappe sans doute.

II – A la rencontre du miracle 63 : un projet simple qui s'appuie sur des déclarations d'intention nettement formulées et nous dirige vers un support latin d'apparence banale

3L'inventio, ou choix du sujet, ne se montre pas plus inventive pour ce miracle que pour les autres. Gautier profite d'un support qui lui fournit un scénario tout prêt et une rédaction déjà faite : à l'époque où Théodose était empereur, un chef sarrasin se mit à assiéger Constantinople. Les efforts de ce méchant homme n'aboutirent pas car, touchée par les prières que le patriarche saint Germain lui adressait, Notre-Dame prit très concrètement la cité sous sa protection en l'abritant dans son manteau, lequel fit obstacle aux projectiles. Constantinople fut sauvée. Mieux encore : le roi sarrasin se convertit et devint pour les chrétiens un excellent allié.

  • 4 Le Museon, 64, 1951, p. 27-61.
  • 5 Etudes…, p. 186-189.

4Selon l'habitude qui est la sienne, le prieur épris d’écriture puise cette anecdote pieuse dans un grand livre qu'il consulte et qu'évoque d'ailleurs le v. 196 de ce poème. Nous n'avons pas, aujourd'hui, la possibilité de nous référer précisément au manuscrit latin que Gautier a utilisé, ce qui est dommage : ce manuscrit n'a pas été retrouvé. En contrepartie, il nous est assez facile de nous familiariser avec les types de support qui existaient autour de notre auteur. Pour nous aider dans cette voie, deux outils de travail, qui se complètent assez bien, se montrent précieux : nous trouvons le premier dans la savante publication que dom Michel Huglo a donnée de « l'ancienne version latine de l'acathiste »4, le second dans les indispensables Etudes sur les Miracles Nostre Dame de Gautier de Coinci, où Arlette Ducrot-Granderye nous propose de lire et comparer trois « témoins » latins5, proches parents de la source véritable ayant servi de « banque de données » et de « support déjà rédigé » à notre moine adaptateur.

5D'une manière générale, Gautier insiste souvent sur son activité de traducteur : il se rend utile à ses contemporains qui, tous, ne comprennent pas le latin. A cet égard, les déclarations d'intention du rédacteur sont nettes. Le tout début du prologue du livre premier, composé bien avant le miracle 63, fait valoir haut et fort l'intérêt que le passage du latin à la langue commune présente :

Miracles que truis en latin
Translater voel en rime et metre
Que cil et celes qui la letre
N'entendent pas puissent entendre…
(I Pr 1, v. 6-9)

  • 6 Point bien noté par Anna Drzewicka dans son article « Le livre ou la voix ? Le moi poétique dans l (...)

6C'est que le public que conquiert Gautier compte aussi bien des clercs que des laïcs des deux sexes6. Faire œuvre de vulgarisation et faire œuvre poétique est un double but que l'adaptateur poursuit sciemment et scientifiquement.

  • 7 Terme qui apparaît par exemple au v. 4 du miracle 65.

7Une fois n'est pas coutume : le miracle 63 ne précise pas qu'il part du latin. C'est pourtant bien évidemment ce qu'il fait (la langue d'origine se reconnaît d'ailleurs à certaines marques restées apparentes). Comme chaque fois, Gautier utilise un manuscrit qui lui apporte des récits de miracles. Cet exemplaire de bibliothèque, il en dispose à son gré : prendre connaissance du texte latin, lu aperto libro, ne constitue que la première étape de l'entreprise engagée. Le travail d'activité poétique suit immédiatement. Car ce que souhaite notre clerc intelligent et doué, qui aime « enroumencer »7, ne se limite pas à un exercice de traduction. S'il se montre désireux de moderniser la langue des différents récits qu'il a sélectionnés, Gautier ne s'engage pas pour autant à traduire le plus fidèlement possible les modèles qui ont retenu son attention. Pouvoir se livrer à un vrai travail de rédaction et de composition, innover, lancer des digressions, est tout ce qu'il recherche activement et le miracle 63 ne fait pas exception à ces délicieuses manies. D'une part ce poème offrira en version rimée, à la forme recherchée et lyrique, ce que l'essentiel du miracle latin, de son côté, proposait dans une prose assez plate, de tonalité historicisante ; d'autre part Gautier se permettra constamment d'envahir le terrain de sa reprise pour ajouter ce qui lui passe par la tête. L'avancée de la diégèse est alors plus d'une fois perturbée par des impromptus de Vic-sur-Aisne, qui déroutent le cours du récit proprement dit et constituent un apport tout à fait personnel.

  • 8 Cf. « ce me conte ma matere », v. 3. Sur l'utilisation de ce mot par Gautier, cf. Anna Drzewicka, (...)

8Malgré ce, le plan général adopté dans ce miracle revu et corrigé reste clair : sans même nous exhorter à l'entendre, dans une captatio benevolentiae conventionnelle que d'autres fois il ne néglige pas, l'auteur coupe au plus court et plonge d'emblée ceux qui l'écoutent dans l'univers de référence de son support. Le récit commence immédiatement, dans une ouverture brusquée qui pose sans délai qu'une « matière » existe8, qu'elle est vivante, qu'elle parle et qu’il suffit de la laisser conter. Et une fois dépassée la narration de l'estoire qui a servi de guide et qui est suivie dans sa logique pratiquement pas à pas, sauf le dernier – mais nous serons dûment avertis, en toute franchise, que le passage lyrique qui terminait le modèle latin est sauté à pieds joints pour aller plus vite en besogne –, on en vient à la phase réflexive, que Gautier concocte pour nous afin de donner un éclairage salutaire sur le sens profond que peut prendre l'anecdote historique.

9La conjointure de ce poème est des plus classiques. L'aventure se prolonge en glose didactique. A l’image de toute la littérature du Moyen Age, dont il reproduit l'esthétique fondamentale, le miracle associe à une matière une senefiance. Mais le sen, dans le cadre d'un exemplum, comme tel est ici le cas, n'est pas à construire par le lecteur : il est donné en accompagnement. L’histoire des hommes sur la terre n'est que l'illustration de l'aventure qui les attend dans l'au-delà. Chaque récit peut et doit s’envisager comme une vaste métaphore puisque l'épreuve temporelle n'est qu'une projection, sur l'axe du récit, de la grande épreuve qui attend l'âme humaine dès qu'elle quitte la terre. Créer un concordancier facilitant l'exégèse de l'apologue, faire coïncider la réalité « historique » et l'allégorie qui la rend intelligible, tourner le concret vers l’abstrait qu'il représentera, le particulier entrevu tel jour vers le général qu'il signifie de manière éternelle, tout cela fait partie des objectifs de l'auteur des Miracles de Notre Dame. Son héroïne, la Vierge, qui n'hésite pas à venir se promener dans le monde d'ici-bas pour se mêler des affaires des hommes, attend les âmes là-haut, où elle est toute prête à s'occuper de leur sort avec pareille bienveillance.

10Avant d'en venir à examiner ce qui constitue l'indéniable originalité de la production poétique de notre prieur doué pour les belles lettres, il faut être conscient du fait que le travail de bénédictin de notre auteur vise malgré tout à établir une équivalence contrôlée entre le « dit » du texte latin pris en charge et son correspondant mis à la portée de tous en langue vulgaire. Tous les écarts sont permis, mais à la condition expresse qu'ils prolongent et éclairent le noyau narratif. En amont du miracle 63, une source savante apporte sa caution, et cet aspect n'est pas négligeable. Le récit anonyme que notre poète a choisi de sortir d'une armoire fait pour lui autorité. Ce support érudit est la preuve pour lui, et il le sera pour ses destinataires, que ce qui va être récité et raconté est véritable et digne de foi.

III – Préhistoire compliquée de la lettre (i. e. l'écrit latin) qui a servi à Gautier : où l'événement historique donne naissance à la légende et le cantique commémoratif au récit explicatif ; où le latin remplace le grec et se montre soucieux de raconter pourquoi l'on chante et à qui on le doit ; en bref, passage, en plusieurs étapes, du court au long et du lyrique au narratif

11Le document dont Gautier se sert pour le nouveau miracle en langue vulgaire qu'il prépare lui est fourni « prêt à l'emploi » et il se présentait à son lecteur médiéval comme une œuvre d'un genre et d'un type familiers. Mais avant d'être réceptionné et d'aller sagement couvrir les feuillets des manuscrits latins, l'écrit qui nous intéresse avait déroulé un bien long rouleau : il lui avait fallu d'abord exister et sa venue au monde des belles lettres latines ne s'était pas imposée d'emblée.

12Point de départ facile à noter : la pieuse rédaction latine dont il est question raconte une histoire grecque dont l'action se déroule à Constantinople. Elle demande à ceux qui veulent l'entendre de se reporter loin en arrière, au temps de l'empereur Théodose. Acceptons donc sans grimacer de remonter dans le temps et tâchons d'être encore plus précis que cette indication sommaire.

  • 9 Cf. la datation fournie par Marius Canard, « Les expéditions des Arabes contre Constantinople dans (...)
  • 10 717 et non 716 pour le début du siège est en effet une datation, peut-être plus exacte, que l'on r (...)
  • 11 Art. cit, p. 46.

13Nous sommes au mois d'août 7169, à moins qu'il ne s'agisse du mois d'août 71710 (auquel cas l'abdication de Théodose III au profit de Léon III l'Isaurien vient d'avoir lieu et parler de Théodose sans citer son successeur est un repère qu'il faut prendre au sens large). L'événement historique qui permettra ensuite à la belle légende du manteau « pare-projectiles » de prendre son essor est le suivant : un chef arabe répondant au nom de Maslamah, frère et général du calife Sulayman bin 'Abd al-Malik, vient assiéger Constantinople. La flotte qu'il a mandée arrive en septembre. Mais tout ne se passe pas pour le mieux du côté arabe, comme M. Huglo nous l'apprend11 :

L'hiver fort vigoureux ralentit les opérations du siège ; puis la famine et la peste décimèrent les assiégeants. Enfin les Bulgares, soudoyés par l'empereur Léon, harcelèrent les Arabes. Aussi, la « cité protégée de Dieu » ne tarda pas à être dégagée. L'armée des assiégeants fort réduite, reprit la route du Sud, tandis que leur flotte, disloquée le 15 août 718 par la tempête, s'éloignait pour longtemps des rivages du Bosphore.

14En quoi consiste le miracle ? Dans le fait incontestable, aussitôt remarqué par les Byzantins, que la date de la retraite des Arabes et de la destruction des navires ennemis coïncidait précisément avec celle de la fête de la Koimesis de Marie. Par un signe clair, la Theotocos venait de montrer à tous les habitants de Constantinople qu'elle avait pris soin de protéger « sa » ville, ce dont un petit chant d'action de grâces (kontakion), dont la paternité revient au patriarche saint Germain, sut la féliciter.

  • 12 « L’hymne fut composée et chantée pour la première fois en 626 », dit le Dictionnaire d’Archéologi (...)
  • 13 Le noyau de la cérémonie est constitué par un hymne pendant lequel on doit rester debout, d'où ce (...)
  • 14 Avec certaines modifications : l'office s'est allongé ; il ne se célèbre plus à la fête de l'Annon (...)

15Le 25 mars 719, le jour de la fête de l’Annonciation, le rite de reconnaissance avait pris une allure plus solennelle. A l'invitation de son patriarche, le peuple de la ville délivrée se rendit à l’église des Blachernes pour remercier la Vierge. Un chantre se chargeait des vingt-quatre strophes d'un hymne populaire déjà ancien12, les fidèles répondant par le plus bref kontakion, qui servait de refrain. Lancé par saint Germain, le célèbre office de l'acathiste13 avait pris forme ; l'usage s'en est perpétué jusqu'à nos jours dans l'Eglise grecque14.

16Selon ce que rapporte Théophane, dès 723 Léon l'Isaurien commença à manifester son opposition au culte des images ; en 726 cette opposition était ouvertement déclarée. Saint Germain refusa d'apporter au basileus le concours que celui-ci lui réclamait et s'efforça de faire comprendre à Léon III qu'il se trompait. Rien n'y fit. La politique iconoclaste de l'empereur ne sut jamais gagner l'assentiment du patriarche. Ce désaccord fondamental eut plusieurs conséquences indirectes.

  • 15 « Homélie de saint Germain sur la délivrance de Constantinople », Revue des Etudes byzantines, Par (...)

17Par exemple, insister inconditionnellement sur le rôle protecteur joué par Marie à Constantinople ne correspondit plus seulement à la manifestation limpide d'un acte de foi, puisque la version miraculeuse de l'événement historique servait à effacer dans les esprits le souvenir du rôle politique, dépourvu de merveilleux et plus concret, tenu en 718 par le stratège qui avait su à bon escient remplir les greniers et les arsenaux et organiser la défense militaire. Louer bien fort la Vierge devint une arme de bonne guerre. Composée, c'est ce que tend à croire V. Grumel, en 728, soit dix ans après le siège de 718, une homélie de saint Germain15, qui complète la fête de l'Acathiste, célèbre avec beaucoup de chaleur et de manière très « unidirectionnelle » la Théotocos pour son aide dans le combat et sa généreuse protection. Dans deux occasions successives ayant menacé Constantinople, l'une correspondant au siège des Avars en 626, l'autre au plus récent siège sarrasin de 718, seule l'intervention efficace de la Vierge avait permis d'obtenir la victoire. Chacune de ces opérations militaires s'était soldée par la destruction de la flotte ennemie. La puissance de la « porteuse de Dieu » était manifeste :

§ 16 Et pour ce qui nous concerne, ce n’est pas maintenant la première fois que l’action miraculeuse et salvatrice de cette verge mystique, porteuse de Dieu, s’est manifestée, mais aussi autrefois quand l’armée compacte des Avars encerclait cette ville gardée de Dieu ; elle avait disposé tout autour des hélépoles et des machines d’assaut, et même, amenant quantité de barques taillées dans le bois, elle les avait remplies d’alliés slaves et les avaient tirées dans le golfe appelé la Corne ; elle comptait ainsi s’emparer sans combat de la ville, privée qu’elle était de muraille maritime. L’intendante de la Providence et de la bonté divine, la toute sainte et toute vénérable Théotocos a fait éclater les effets de sa puissance et de sa protection à notre égard. D’une part, elle précipite dans la mer, non par l’intervention d’une force humaine, mais par une poussée invisible, toute cette armée navigante ; d’autre part, rendant vains les assauts de ses ennemis contre les remparts, elle les chasse vigoureusement, ne leur laissant à triompher qu’en des trophées de honte.
§ 17 C’est de la même façon que maintenant la Théotocos toute bénie nous a accordé une délivrance éclatante et inattendue, celle même dont nous célébrons chaque année la mémoire par cette sainte panégyrie et cette louange à Dieu toute la nuit. Mais dans ce qui s’est passé sous nos yeux apparaissent de plus grandes merveilles, et plus admirables sont les témoignages exceptionnels que la Théotocos a donnés de sa bienveillance envers nous. Ici en effet quand, pareil à l’orgueilleux Pharaon, l’ennemi eut dit : « Je poursuivrai, j’atteindrai, je partagerai le butin, j’en emplirai mon âme, je tirerai mon glaive, ma main triomphera, rien qu’à la seule apparition de mes engins et de mes armées », et que l’investissement de la ville par terre et par mer nous faisait désespérer de pouvoir échapper à son glaive, c’est alors que la Mère du Seigneur prit en main avec plus de chaleur et de magnificence notre libération.
§ 18 Elle ne permit absolument pas à nos ennemis de lancer un engin de guerre contre la ville, mais, tout ainsi que dans sa conception elle garda l'intégrité, de même, dans cette grande guerre elle nous préserva de toute atteinte de la guerre et conserva ainsi sans flétrissure la couronne de la ville ; elle-même, la toute bénie et la toute sainte, fut pour nous colonne et nuée, non seulement au sens spirituel et plus divin pour avoir été l’aurore selon la chair de la véritable lumière qui illumine tout homme venant en ce monde, mais encore pour avoir dissipé les ténèbres de la puissance hostile ; elle a détruit nos ennemis en pleine mer par le feu dans leurs vaisseaux mêmes et nous a gardés de la sécheresse et de la pluie, comme dit le prophète, c’est-à-dire de la brûlure de la captivité et de l’effusion du sang.

  • 16 Art. cit., p. 188.

18Dix ans après la délivrance de 718, ne manque pas de remarquer V. Grumel, « il est bien évident que l’organisation de la résistance par Léon III, son action vigoureuse contre l’armée sarrasine et finalement la levée du siège par l’ennemi découragé avaient dû valoir au nouveau basileus un immense prestige, dont saint Germain pouvait craindre à juste titre qu’il fournît à la politique religieuse qui s’inaugurait alors un puissant appui. Célébrer la délivrance de Constantinople sans dire un seul mot de la part qu'y prit l'empereur, sans même y faire la moindre allusion, en rapporter toute la gloire à la seule Théotocos était une manière de rabaisser ce prestige, de ruiner cet appui et de relever d'autant l’honneur de la Mère de Dieu dont les images allaient être, étaient déjà menacées16. »

  • 17 Art. cit., p. 49 et p. 59.

19Saint Germain ne gagna pas pour autant la partie : parce qu'il avait combattu l'iconoclasme, il dut démissionner (en 730). Sa mort survint trois ans plus tard. Ses successeurs directs, les patriarches Anastase et Constantin, n'ont sans doute pas contribué fortement à la diffusion de l'office de l'acathiste car leur politique religieuse suivait celle de l'empereur Constantin V Copronyme, très mal disposé à l’égard de l'expansion du culte de la Theotocos. Pour que le point de vue change, il fallait attendre encore un peu. En 787 le deuxième concile de Nicée cassa les décisions iconoclastes et réhabilita saint Germain. C'est probablement dans le troisième quart du Ville siècle (avant 802-806, dit M. Huglo17) que fut rédigé un prologue « historique » qu'aux environs de 825, un anonyme qui souhaitait que l’Occident ait connaissance en latin du cantique de l'acathiste, joignit à sa traduction de ce long chant grec, lequel comprenait ses vingt-quatre stances d'origine et son refrain d'action de grâces. Les paroles de l'hymne religieux n'étaient pas données de manière abrupte : les accompagnait ledit prologue, morceau additionnel qui se chargeait d'expliquer dans quelles circonstances historiques et merveilleuses l'office de l'acathiste avait été organisé. Et c'est ce prologue ajouté, presque entièrement narratif, qui raconte en latin pour la première fois le miracle de la Sainte Mère de Dieu protégeant de son « pallium » Constantinople assiégée. Il se termine par une courte partie lyrique, le répons (responsum), lequel correspond dans la version latine au kontakion grec composé par saint Germain. Quant au chant principal, son importance n'est pas « voilée » : le titre qui ouvre l'assemblage inédit néglige presque le prologue avant-coureur pour mieux se consacrer à annoncer l'hymne qui reste, quoi qu'il en soit, le « gros morceau » du texte transformé :

  • 18 Pour l’édition du texte de l’acathiste, M. Huglo se base sur le ms. R (Paris, Bibl. Mazarine 693) (...)

Incipit hymnus de sancta Dei génitrice Maria, victoriferus atque salutatorius, a sancto Germano patriarcha constantinopolitano, rythmice compositus, per singulas alphabeti litteras inchoans singulos versus, cujus ista habetur exordii ratio18.

20Les contraintes de la traduction étant ce qu'elles sont, l’hymnus ne sut pas rester abécédaire : sa présentation tâcha, au moins au départ, de maintenir une disposition strophique, vestige fort insuffisant, absolument incapable de signaler l'ancien procédé de composition, que le titre latin, par compensation, s'efforçait encore de rappeler. Outre cet effort de peu de portée, la ligne de démarcation passant entre le répons et l'hymne fut marquée par un titulus plus bref que celui qui ouvrait l’ensemble du texte : Incipit hymnus.

21Le récit du miracle qui nous intéresse se nichant dans le prologue, il convient maintenant de laisser de côté l'hymne aux 24 strophes pour ne regarder que son introduction. L'auteur de cette partie ajoutée organise son exposition en trois parties distinctes, inégales quant à leur longueur, qui doivent raconter dans un mouvement suivi : le siège qui s'installe à Constantinople et qui n'aboutit pas à cause de la protection miraculeuse (dans l'édition que nous fournit M. Huglo, ce premier passage compte 97 mots et il occupe 11 lignes et demie) ; le revirement du chef arabe, converti, qui visite la ville et y laisse des offrandes avant de rentrer chez lui (cette deuxième partie, nettement plus brève, ne contient que 37 mots répartis sur 4 lignes) ; vient enfin le récit de toute une longue série de circonstances historiques qui conduisent à l'institution de la célébration de l'acathiste. Le dernier morceau est de loin le plus long : a) sa partie narrative (180 mots, 18 lignes et demie) s'intéresse d'abord à Léon III l'Isaurien, responsable de la triste fin de saint Germain, mort en martyr ; puis au concile de Nicée et au rite du chant de l'Acathiste, célébré aussi bien dans l'église stationnale des Blachernes que, plus largement, dans toutes les églises grecques ; b) sa partie finale (une strophe de 6 vers) traduit en latin les paroles du kontakion, devenu « répons », et établit une transition lyrique vers l'hymne proprement dit.

  • 19 L'auteur du prologue devrait citer Chilpéric II (670-721), mais il se trompe et parle de Childéric(...)
  • 20 Voir à ce sujet les considérations énoncées par M. Huglo sur la forme de ce nom dans l'archétype d (...)
  • 21 A cet endroit, M. Huglo signale le possible rapprochement du pallium de la légende avec le maphori (...)

22Les préoccupations historiques du prologue sont manifestes. L'auteur situe son tableau sous l'empereur Théodose, en précisant qu'il s'agit du prédécesseur de Léon, lui-même père du Constantin surnommé Cavallinus. Pour mieux mettre sur la voie ses lecteurs occidentaux, après avoir énoncé ces repères byzantins, il essaie, tout en commettant une maladresse, de donner le nom du contemporain franc de Théodose : d'après lui ce serait Hildricus19. Pour ce qui concerne le nom du chef arabe confronté au miracle, il devait être transcrit, conformément au grec, Musalma20. Et quand le merveilleux prend plus nettement le relais de tous ces jalons fortement réalistes, s'impose la vision d'une femme resplendissante, qui porte des vêtements pourpres et entoure les murs de Constantinople de son pallium21 protecteur.

23A la vision de la Vierge succède la visite que le chef vaincu opère dans les lieux qu'il n'a pas su prendre. Comme le Pseudo-Denys de Tell-Mahré racontait, avant lui, aux alentours de 775, que Maslamah « demanda à Léon de pénétrer dans la ville pour la visiter : il y entra avec trente cavaliers, y circula trois jours et admira les œuvres royales », l'auteur de notre prologue historique n'hésitera pas à grossir ce trait légendaire, déjà constitué : chez lui, obligé de reconnaître la réalité du miracle, le roi des Sarrasins obtient également la permission d'entrer dans la cité, ce qu'il fait, « avec mille hommes seulement », dit la version nouvelle, qui n'a pas peur d'exagérer. Ayant donné toutes les preuves d'une conversion sincère, c'est-à-dire ayant déposé de nombreuses offrandes, adoré Dieu, sa Sainte Mère et conclu une alliance, l'ancien ennemi repart sans autre forme de procès.

24Après quoi, la chronique continue et entame son troisième mouvement, morceau chargé, comme nous l'avons noté, de faire passer de manière enchaînée de Théodose à Léon et de saint Germain mort à ses successeurs, pour en arriver au thème de base, à savoir à la diffusion dans toutes les églises catholiques grecques de l'office de l'Acathiste.

IV – Etape ultérieure : une fois que le cantique grec a engendré le narratif latin et que la langue s'est unifiée, le narratif peut se débarrasser de tout ou partie du lyrique

  • 22 M. Huglo, art. cit., p. 29.

25Recopier tout le prologue et tout l'hymne acathiste représentait sans aucun doute un travail de longue haleine que l'on pouvait avoir envie d'écourter, comme en témoigne immédiatement le réflexe du copiste du manuscrit le plus ancien, celui de Saint-Gall22. Si le scribe de ce manuscrit du IXe siècle a transmis en entier la partie narrative de notre texte, il en a abrégé considérablement la partie lyrique puisqu’il s'est interrompu après les correspondants latins du kontakion et du premier oikos. Heureusement, quelques manuscrits plus tardifs se sont montrés plus consciencieux : avec leur apport, l'ensemble du texte a été conservé. Pour transcrire ce que le manuscrit de Saint-Gall ne livre pas, M. Huglo a utilisé quatre témoins « complets », grâce à quoi sa publication peut nous offrir le prologue historique dans sa version intégrale ainsi que la traduction de l'hymne acathiste, sans qu'une seule des 24 strophes manque à l'appel.

26Fournir tout l’ensemble textuel sans le tronquer ici ou là était une attitude conservatrice qui correspondait à un choix simple. Nous appellerons une telle reproduction option A : toutes les parties doivent y figurer (le contenu du ms. B. N. lat. 18168 est de ce type) et si le volume soigne ses effets de présentation, le texte s'aère de belles rubriques et de belles capitales colorées (ms. B. N. lat. 2153 par exemple).

  • 23 M. Huglo, art. cit., p. 30.

27Cependant copier l'ensemble sans vouloir le réduire fut loin d’être la tendance générale. Tout dépendait de ce que l'on attendait de ce texte, de ce pourquoi on voulait l'utiliser. « Du Mariale ou de l'homiliaire, l'hymne acathiste et son prologue passèrent dans les recueils de miracles de la Vierge. Mais on s'intéressa alors davantage au récit de la délivrance qu'à l'hymne… »23.

28Ce déplacement du centre d'intérêt du chant vers le prologue qui le précédait se vérifie nettement dans les modifications que connut l'ancien titre (« Incipit hymnus… », etc.), diversement changé en « Quomodo sancta Dei genitrix urbem Constantinopolitam defendit sub sancto Germano patriarcha » (ms. B.N. lat. 2333 A et ms. B.N. lat. 17491), « Quomodo dulcis domina urbem Constantinopolim a Sarracenis defendit » (ms. B.N. lat. 12593), « Quomodo beata Virgo civitatem Constantinopolitanam a paganis earn obsidentibus liberavit » (ms. B.N. lat. 18134), voire encore « De Gonstantinopolitana civitate quam illesam servavit et vires hostium enervavit » (ms. B.N. lat. 5268).

  • 24 Le comportement du ms. B.N. lat. 17491 est de ce type. Sa table donne : Quomodo sancta Dei genitri (...)

29On put vouloir garder le prologue dans ses trois articulations et accueillir généreusement tout l’hymne, chaque partie, celle narrative et celle lyrique, formant une catégorie à part, joliment présentée24. On put également montrer, rien qu'à la façon de copier l’ensemble, quel constituant on favorisait. Triste représentant de l'évolution à l'intérieur du parti conservateur (option A), le ms. B.N. lat. latin 2333 soigne la présentation du prologue mais massacre gaiement l'acathiste en lui refusant la plus légère disposition strophique. Tous les mots du cantique sont là, mais le fonctionnement du chant ne se comprend plus. Les doubles colonnes, longues et serrées, couvertes d'une écriture qui ne passe à la ligne que contrainte et forcée, dénoncent la longueur interminable de ces vingt-quatre strophes qu'on refuse de considérer comme autant d'unités. Le texte est écrasé, réduit à un assemblage de mots sans suite : on lui interdit de montrer sa structure parce qu'on ne veut pas qu'il couvre trop de parchemin.

  • 25 M. Huglo, art. cit., p. 31.
  • 26 Deuxième texte latin édité par Mussafia, p. 38, reproduit par A. Ducrot, p. 188. Cette rédaction ( (...)

30D'autres solutions s'imposèrent. Abandonner l'hymne, parce que cette partie était « jugée beaucoup trop longue ou en dehors de l'objet immédiat de la collection »25, et ne garder que le prologue fut envisagé. Le prologue historique pouvait se suffire à lui-même et gagner à se débarrasser de son compagnon. Mais, s'il ne conduisait plus à l'hymne, ce long prologue devait-il être copié intégralement ? Son dernier tronçon, le plus lourd et dont la fonction précise était d'ouvrir vers les paroles de l’acathiste, n'avait plus rien d'indispensable. Une solution expéditive choisit alors d'établir un parcours entièrement narratif et « court », se concentrant sur le miracle et sa conclusion naturelle, la conversion du roi païen. Ce modèle ajusté et « rétréci » (option B), qui ne garde du prologue que les deux premières parties, est celui qu'offre le ms. B.N. lat. 12593 (fol. 147 ro-vo). Mais, à ce point diminué, ce parcours n'était-il pas un peu trop « rapide » ? Un remanieur jugea bon de garder une orientation générale dépourvue de cantique, couvrant la même « diégèse », mais se mit à étoffer la rédaction de la prose en lui ajoutant quelques détails descriptifs. Dans cette version allongée (option C), l'ancien païen repart en louant Dieu et sa bienheureuse mère. Le miracle finit par quelques phrases de louange enthousiastes adressées à la Vierge (ms. B.N. lat. 18134, fol. 164 ro-vo)26.

  • 27 Les Etudes… d'A. Ducrot fournissent ce troisième exemple en remontant une source qu'H. Kjellman le (...)

31Ne garder que du « narratif » était pourtant bien dommage. Après tout, saint Germain, la vedette de cet épisode fulgurant, avait composé un chant dont on pouvait vouloir évoquer l'historicité, à défaut d’avoir envie de le recopier dans toutes ses 24 stophes portées par une « abécédarisation » qui s'était évanouie depuis belle lurette et n'avait jamais existé en latin. A moindres frais de copie, et avec un peu d'inventivité, il était loisible de laisser au patriarche le bénéfice de la fondation de la cérémonie de l'acathiste et le droit d'entonner quelques « Ave ». Du fait d'un remanieur travaillant sur un modèle complet (option A), mais pas tout à fait séduit par la solution radicale adoptée par l'option B, naquit un nouveau modèle (option D27). Dès que les deux premières parties du prologue sont passées, une fois que le roi converti a tourné les talons, une phrase unique, nouvellement rédigée pour les besoins de la cause, prolonge la narration : « Qua de causa patriarcha civitatis imnum in honore gloriossime virginis Marie composait qui usque ad presens in ejus sollempnitate annuatim dicitur ». Cette transition annonce un hymne, qu'elle donne en effet, mais il ne s'agit plus, comme dans l'archétype, de la traduction de l'acathiste. L'hymnus imposé récite quelques « ave » conduisant à la reprise d'« ora pro nobis » ; le refrain original de l'acathiste, « ave sponsa insponsata », a disparu ; ainsi remodelé le cantique a perdu ses caractéristiques et l’ampleur qui, depuis les origines, l'individualisait.

V – Du latin à la langue vulgaire : ce que Gautier découvre et retient

32Après ces fort longues, mais nécessaires, considérations sur le panorama qu'offrent aujourd'hui les manuscrits latins nous proposant, dans des versions ressemblantes mais non équivalentes, le miracle latin que Gautier va raconter à sa façon et qu'il va « franciser », nous pouvons enfin en venir de manière détaillée au travail auquel s’est livré le prieur de Vic-sur-Aisne.

  • 28 Par exemple « pallium », mot latin visant la réalité grecque, deviendra « mantel » ; en revanche l (...)

33Le premier registre dans lequel nous promène Gautier est celui de la traduction, une traduction si possible relativement scrupuleuse. Mais comme les problèmes de « mutation de langage » se posent à lui tout de suite, cette entreprise tient aussi forcément de l’adaptation. A un terme latin donné correspondra l’équivalent francien le plus proche, à moins que l’effet de moindre distorsion ne soit parfois volontairement cultivé par l’emploi de mots gardant les marques du latin (le code lexical change tout à fait ou alors seulement à moitié28) ; les tournures et la syntaxe varient automatiquement ; certaines figures stylistiques, propres au langage poétique, s'imposent avec naturel. L'adaptation que rédige notre dévoué truchement s'essaie à rendre mot pour mot mais se risque aussi assez souvent à amplifier un membre de phrase. Ce qui est indéniable, c'est que les correspondances strictes ou approximatives sont très nombreuses. En première approche, on peut compter dans le dessein de notre auteur la volonté de reproduire sans altération de sens le contenu de ce que son support textuel lui dictait. Qu'il s'agisse des indications de base, temporelles et spatiales, de la désignation des personnages enrôlés dans l'aventure, de la fonction qui les caractérise, etc., Gautier n'invente guère et se contente de répéter. Quelques bribes de latin, prélevées par-ci par-là, nous offrent une « référentiation » très proche de celle que l'on repère dans les premiers vers de Gautier : en face de « temporibus Theodosii imperatoris », on peut placer « au tanz que… ert… Theodosyüs emperere » (v. 1-4) et de « civitatem Constantinopolitanam » : « la cité noble qui nomee est Constantinoble » (v. 1-2 ; la rime facile imposant comme d'elle-même l'emploi du qualificatif élogieux) ; en face de « Musilimin/Musilimim/Musilinum, rex Sa(r)racenorum » : « uns sarrasinz, uns rois…(v. 6), Muselinus avoit a non » (v. 12), et de « sanctum Germanum, tunc… patriarcham » : « patriarches sainz Germains » (v. 5).

  • 29 Le prologue de l’option C’est celui qui insiste le plus sur cet aspect : « audiens quidam rex paga (...)

34Les équivalences thématiques ne manquent pas : aussi bien dans les récits latins29 que dans la version vulgarisée, Constantinople passe pour être une cité pleine de richesses et c'est cette réputation qui attire vers elle le roi païen cupide. L'exposé de la motivation qui devient le moteur de l'action n'a pas éprouvé le besoin de changer. Et des thèmes repris aux idées plus précisément réutilisées, il n'y a qu'un pas. Certains détails descriptifs, spécialement fournis par le texte latin « étoffé » (option C), sont parfois reconnaissables.

  • 30 « li mangonnel et les perrieres qui pierres rüent grans et fierres », v. 99-100.
  • 31 « Perterriti igitur qui in civitate erant unanimiter ad sanctum Germanum tunc ejusdem urbis patria (...)
  • 32 « qui nimio furore accensus » // « si durement a escité le cuer de mautalent et d'ire », v. 116-11 (...)
  • 33 « pre ira oculos ad celum elevans » // « par ire au ciel lieve le chief », v. 120.
  • 34 « Mahometum dominum suum cepit invocare » // « Et Mahommet, son dieu, deprie », v. 121.

35Par exemple, l'auteur de la version latine « bavarde » aime énumérer les machines ennemies (« applicatis… arietibus, petrariis ac ceteris ingeniis seu bellicis instrumentis »). Si cette suggestion lui est parvenue, la mise en vers ne l'a pas suivie d'emblée : elle se montre plus généralisante et plus concise (« d'engienz i a grant multitude », v. 53), mais elle finit quand même par évoquer un peu mieux le matériel balistique30. Y a-t-il eu influence ou exploitation personnelle d'un motif consacré ? On ne le saura pas. Mais d'autres points de comparaison fonctionnent mieux que le précédent. L'assaut avait lieu « terra manque » affirmait l'option D : le v. 50 nous dit de Muselinus que « par mer les assaut et par terre ». Coïncidence encore ? En tout cas, les « superpositions » se multiplient : des deux côtés les assiégés s'adressent à saint Germain en lui demandant d'intercéder pour eux auprès de la Vierge31 ; dans un texte comme dans l'autre le chef sarrasin brûle de colère32 ; lève les yeux au ciel dans une mimique consacrée33, prie son dieu Mahomet34 et aperçoit la vision sublime d'une belle dame, entourée d'un cortège fourni, qui se sert de son manteau pour rendre inefficaces les coups lancés contre la ville.

36De tels passages, développés en parallèle, semblent établir que la source de Gautier est la rédaction remaniée et allongée du prologue (option C). Mais pas toujours. Les versions plus ramassées (celles des options A, B, D), plus proches de l'archétype, fournissent pour cette raison la version la plus authentique. Chez elles, par exemple, la Vierge de Constantinople est revêtue de pourpre, ce qui correspond au trait d'origine (« feminam, purpureis indutam vestibus »). Le remanieur qui a établi C a changé la couleur du vêtement de la Vierge ; il a préféré donner à la magnifique apparition une tenue blanche (« dominant niveis vestibus indutam »). Or c'est le trait ancien que Gautier trouve dans son support et qu'il respecte (cf. son v. 129). Le texte que lit Gautier est donc seulement proche de celui que nous lisons dans l'option C. Voilà tout ce qu'on peut en dire. D’ailleurs nous aurons confirmation tout à l'heure que le livre qu'utilise notre poète porte une rédaction encore différente.

  • 35 « divinum confessus miraculum » et « divinum miraculum confessus » (rédactions « brèves »), « sant (...)
  • 36 La rédaction de l'option D fournit un support (« ab inpugnacione urbis exercitum quiescere jussit  (...)
  • 37 Les différentes versions latines s’accordent sur ce nombre de « mille viris », nombre que le v. 16 (...)
  • 38 Le v. 173 (« grans offrandes fait et grans dons ») correspond soit aux « multis oblatis muneribus  (...)

37Quand les récits latins suivent la même ligne directrice, il est difficile de décider quelle version Gautier consulte. Ayant constaté ce miracle35, le païen fait cesser le combat36 ; accompagné du nombre précis de mille hommes (ce que disait l'archétype et personne ne l'a retouché)37, il entre pacifiquement dans la cité où il va adorer la mère de Dieu et lui déposer des offrandes38.

38Il ressort de tous ces points de concordance que Gautier de Coinci se laissait bien volontiers guider par sa chronique pieuse et qu'il « translatait ». Le miracle 63 puise à qui mieux mieux et sans miracle dans une tradition savante où presque tout était déjà élaboré. Et quand son auteur, dans ce qui pourrait n'être, après tout, qu'une cheville, lance « ce dit li livres » (v. 196), il faut l'en croire. Nous n'avons pas précisément ce livre mais nous possédons ses frères en bibliothèque, famille tentaculaire dont les dépositions rassemblées nous convainquent que même certaines descriptions qui « farcissent » l'action du miracle en langue vernaculaire ne sont pas des créations au vrai sens du terme. Gautier reprend, Gautier retouche, Gautier paraphrase, Gautier soumet son imagination à celle d'un conteur qui l'a devancé et lui a mâché le travail.

VI – Où le latin s'efface et ne sert plus que de tremplin vers le passé récent et même « l'autrier » de 1225

  • 39 Littérature française du Moyen Age, Paris, PUF, 1992, p. 64.

39Le prieur de Vic n'aurait-il pas eu le souci de faire œuvre personnelle ? Aurait-il pris le parti de tout se laisser conter, par le menu, sans y mettre du sien ? Nous deviendrons vite persuadés du contraire. Si aujourd'hui Gautier de Coinci n'est pas considéré comme un vulgaire « rimeur », si Michel Zink, par exemple, n'hésite pas à le qualifier d'« auteur de premier plan »39, c'est bien parce que ses poèmes apportent des preuves d'inventivité manifeste et ses miracles autre chose qu'une traduction assez justement rendue de modèles latins.

  • 40 Sur les services que rend à Rutebeuf l'œuvre de Gautier de Coinci, voir Œuvres complètes de Rutebe (...)
  • 41 Anna Drzewicka, art. cit., p. 245-46.

40Amateur de confidences, allant jusqu’à faire part de ses inquiétudes et divulguer ses bulletins de santé, le narrateur des Miracles de Notre Dame évoque par certains aspects Rutebeuf, plus célèbre que lui, qui lui doit beaucoup et s'inspirera en partie de son œuvre. Car Rutebeuf emprunte à Gautier40. Il est d'ailleurs facile de comprendre l'attirance que son prédécesseur exerce sur lui. Entre ces deux auteurs, qui illustrent si bien les tendances de la littérature du XIIIe siècle, existe plus d’une affinité de fond et de forme. Dans la liste des nombreux traits communs qui unissent Gautier et Rutebeuf (« subjectivité littéraire »41, dévotion mariale, etc.), on fera figurer également un net penchant, une propension exaltée, à parler de l’époque qui les concerne. Ces deux compères aiment « réveiller le passé », mais pour pouvoir exposer les problèmes de leur temps. Ainsi, pour en revenir au seul miracle 63, quand Gautier de Coinci s'empare d'un support latin qu'il a l'intention de « rénover », il commence, comme sa matière le proposait, par inviter son lecteur à voyager dans le temps et dans l'espace, à retourner loin en arrière, mais ce double éloignement, spatial et temporel, lui permet sans transition de passer à une réalité beaucoup plus contemporaine et présente, sur laquelle il n'hésite pas à s'exprimer.

41Le cadre narratif décalqué par le Comment Nostre Dame desfendi… plonge dans un passé révolu. Son point de départ est bien loin, puisque, par intermédiaires interposés, il oblige à remonter jusqu'à un texte dont les prétentions « historiques » ne cachent pas l'invention d'une légende, soutenant d'ailleurs un rapport ambigu avec la « réalité ». La chronique du prologue de l'acathiste, rédigée vers la fin du VIIIe siècle pour rapporter un événement du début du même siècle, était suffisamment proche de ce qu'elle racontait pour situer ses personnages et le lieu de son action de « plain-pied ». Les noms cités dans ce récit, qu'ils indiquent un lieu ou des personnes, voulaient provoquer un « effet de réel » superbement étudié. Le public pour lequel on accumulait autant de références précises devait s'y reconnaître puisqu'on lui mâchait le travail de repérage. Quand le latin de l'archétype disait : « In diebus Theodosii », il s'empressait d'ajouter « predecessoris Leonis, patris scilicet Constantini qui prenominatus est Cavallinus ». Bref, il empilait suffisamment d'étiquettes nominales, en relation les unes avec les autres, pour que l'arrière-plan historique soit reconstitué nettement.

42Du temps de Gautier, lecteur et conteur du XIIIe siècle, les choses ont bien changé : le cadrage historique de la version-mère, parfois malmené (Cavallinus, l'épithète de Constantin V, était passée à Calvus, du fait d'une mauvaise lecture) et qui mentionnait, du côté franc, un Hildricus bien peu satisfaisant, n'avait pas tardé à se délester de cette longue traîne énumérative. Le modèle que nous offre l'option C, généreux sur bien d'autres plans, coupe par exemple au plus court son système introductif : un vulgaire « Temporibus Theodosii imperatoris » lui suffit. Et c'est justement cette prose rapide que le début du poème de Gautier paraît reproduire : « Au tanz que de la cité noble qui nomee est Constantinoble ert, ce me conte ma matere, Theodosyüs emperere » (v. 1-4). L'empilage savant des mentions à tiroirs a disparu.

  • 42 Le texte de Gautier se rapprochant à plusieurs endroits de ce que nous appelons l’option C, on peu (...)

43Si l'on enlève les noms, c'est que leur rôle de guide ne fonctionne plus bien. Gautier avait-il devant lui une version remaniée déjà débarrassée de ces références lourdes dont la portée s'était effacée42 ? A-t-il de lui-même allégé l'énoncé de « sa matere » ? La question est de peu d'importance. N'importe comment Gautier reçoit à bien « longue distance » ce que son texte-source lui apporte. Le miracle 63 nous transportera à Constantinople, mais dans un Orient illo tempore bien plus légendaire qu’historique.

  • 43 Théodose I le Grand fut empereur de 379 à 395 ; Théodose II, de 408 à 450 ; celui figurant dans la (...)
  • 44 A cause de saint Germain, évêque d'Auxerre (v. 378-448), et de saint Germain, évêque de Paris (v.  (...)
  • 45 Né vers 635, dit A. Ducrot (op. cit., p. 186, n. c. 3), archevêque de Cyzique en 712, patriarche d (...)

44Entrer en matière en disant « au temps de Theodosyüs » et croire que cette mention est suffisante tient du pari risqué. L'histoire byzantine compte en effet trois empereurs ayant répondu au nom de « Théodose » et celui que l'allusion de Gautier vise a été le dernier, le plus expéditif et surtout le moins marquant des trois43. L'aide apportée est de peu de poids. Citer saint Germain ne serait guère plus efficace (il y a plus d'un saint Germain44), si n'intervenait l'effet de contexte et l'immédiate mention du fait qu'il s'agit du patriarche45. Il faut le cumul de ces deux points de repère pour transporter aujourd'hui les historiens en terre de connaissance. Dimension précise qui échappait, pourquoi pas, à notre rapporteur lui-même, car rien ne nous dit que ces finesses byzantines lui parlaient clairement. Et n'importe comment le public de Gautier, les clercs et les laïcs de son entourage, n'attendait pas un cours d'histoire ecclésiastique mais un récit propre à soutenir et encourager leur foi.

  • 46 Gautier aime bien cette métaphore. Dans son miracle 12-13, par exemple, les cardinaux pareillement (...)

45Pour son miracle 63, Gautier de Coinci profite donc d'une référentialisation dépaysante et exotique, dont il doit être content parce qu'elle transporte dans l'antiquité sans doute un peu brumeuse, mais illustre et « sérieuse » d’une chronique fiable. D'autre part, ce « point de fixation » ancien fournit une bonne ouverture vers l'histoire contemporaine. Constantinople-la-noble est un sujet en or qui suscite immédiatement au XIIIe siècle l'évocation de la quatrième croisade, la grande aventure de l'entrée dans le siècle. Constantinople, qui concentrait au temps de Théodose toutes les richesses du monde, ou presque, en tout cas plus riche que la France. Constantinople très convoitée, qui depuis a payé cher d'avoir été aussi prospère. Gautier ouvre une parenthèse qui touche au passé proche et à l'actualité de son époque. C'est avec humour et sévérité que, censeur de ses contemporains, le poète stigmatise le comportement des Français et leur conduite outrancière pendant les événements de 1204. Se faisant sans doute l'écho d'une certaine opinion publique, le prieur de Vic-sur-Aisne ne critique pas le succès de l'expédition mais plutôt « l'art et la manière » dont les Français ont pillé sans retenue et sans élégance une proie tentante. « Ils en ont profité pour bien la dégraisser et n'y laisser que le maigre » (v. 24-25) lance une métaphore carnassière ironique46 qui souligne ce qu'a eu de trop féroce un tel appétit. Les croisés latins prirent et reprirent Constantinople, comme le souligne le v. 27, et leurs excès spectaculaires à l'occasion de la seconde prise (le 12 avril) avaient fait parler d'eux beaucoup et pas vraiment à leur avantage – le commentaire de notre mémorialiste improvisé en est la preuve.

  • 47 F. Koenig, s'appuyant sur l'ouvrage d’A. Ducrot, p. 160, situe la pendaison de Bertrand de Raïz en (...)
  • 48 A. Ducrot, op. cit., p. 190.
  • 49 A. Ducrot, op. cit., p. 190-191.
  • 50 Pour reprendre les termes qu'utilise la Chronique rimée de Philippe Mousket (A. Ducrot, loc. cit.)

46Le groupe des Français du Nord, des Flamands et des Picards ayant soutenu la candidature de Baudouin de Flandre contre celle du « Lombard » (le marquis Boniface de Montferrat), le comte Baudouin est élu empereur d'Orient parce que les Français ont réussi à l'imposer, « par force » nous apprend le v. 28. Ayant ainsi fourni une version accélérée et résumée de la « conquête de Constantinople » de son temps, notre journaliste et analyste politique en herbe ne s'en tient pas là. Il tient à nous faire part de son point de vue sur une affaire encore plus récente, qui vient d'éclater il y a peu (« l'autrier », dit le v. 30). De ricochet en ricochet, le thème du sac de Constantinople a conduit à aborder le sujet de Baudouin de Flandre, lequel conduit lui-même à l'actualité, plus brûlante encore, de l’année 122547. Vaincu et fait prisonnier à la bataille d'Andrinople en 1205, Baudouin de Flandre était sans doute mort en prison en 1206 mais « les Flamands, étonnés et fiers que l'un des leurs fût installé sur le trône de Byzance, avaient accueilli avec scepticisme la nouvelle de la mort du héros »48. De ce flottement psychologique profita un imposteur, Bertrand de Ray, drôle de personnage dont on apprend qu'il était né en Franche-Comté, était ermite mais aussi ménestrel49. Cet homme rusé avait essayé de profiter de sa ressemblance avec Baudouin pour se faire passer pour ce dernier. Mais le vilain « baretere », le « faus quens », le « faus emperere »50 avait été arrêté à Rougemont, dans une maison où il chantait, puis jugé et condamné à mort à Lille. De ce scandale étonnant, qui s'était ébruité jusqu'à lui, Gautier de Coinci se fait pour nous le gazetier et le commentateur. On retiendra la vivacité de son ton et ses prises de position tranchées. L'entreprise de l'imposteur était bien sotte, nous dit-il, « car pas plus qu'un merle ou une buse ne ressemble à un faucon ou à un épervier, un chien de garde à un lévrier, une seiche à une plie, Bertrand de Ray ne ressemblait au noble comte Baudouin. Il avait bien trop bu quand il a voulu faire passer une vieille natte en paille pour une étoffe de pourpre ou un riche drap ». Assurance bien ferme, propos bien excité et qui s'emballe de lui-même, nous semble-t-il, pour un moine de monastère qui n'avait concrètement approché ni Bertrand, ni Baudouin, et pouvait donc fort mal juger de la ressemblance physique entre les deux hommes (et par conséquent des atouts que possédait pour lui l'imposteur). Mais ce qui réjouit Gautier et provoque chez lui cette allégresse verbale, c’est que la justice ait eu le dernier mot, ce qu'il nous rend, lui, en premier, par un « mot pour rire » intraduisible, un jeu de création lexicale plaisante et incongrue, un néologisme anecdotique et ponctuel :

Que cil fu puis penduïns
Cuens se volt faire Bauduïns (v. 31-32)

47La rime était difficile à fournir mais notre petit malin avait plus d'une corde à son art poétique.

48D'un Bertrand qui ne ressemblait pas à un Baudouin, on en est passé à une revue des animaux dissemblables et aux tissus à ne pas confondre. La digression commence à être un peu longue et le sens général à dériver sérieusement mais, d'une pirouette habile, Gautier retrouve son mouton principal, Muselin, et le droit fil de son histoire située à Constantinoble la cité noble (on ne le dira pas assez). La régie de l'histoire miraculeuse nous paraît au demeurant bien frivole quand elle se permet d'enchaîner au temps de Théodose l'actualité du fait divers de l'autrier. Voilà un chroniqueur qui n'a pas peur de perdre son latin et de se mettre à la pratique de l'amplificatio hors piste ! Mais l'auteur des Miracles de Nostre Dame applique ici une politique de l'écart qu'on peut juger stratégique. S'il veut séduire ses contemporains et accrocher leur lecture ou leur audition, il faut bien les aguicher par quelques déambulations vers le « hic et nunc » : pourquoi ne pas mêler l'ancien et le neuf, montrer que tout touche à tout et que même le plus sérieux peut être présenté de manière plaisante ? Docere et delectare, du jugement de cet auteur bien intentionné, ne peuvent qu'aller de pair.

VII – Où l'ancien latin, qui couvre un nom arabe transmis par les Grecs, se métamorphose encore une fois, pour mieux faire rire ; et où toutes les occasions sont bonnes pour conduire au divertissement verbal

  • 51 Ce qui pose bien entendu l'épineux problème de la forme que les textes latins, dont le point de dé (...)

49Gautier, on le voit bien, n'a pas eu très fort l'intention de nous fournir en version traduite le strict équivalent de ce que sa « matière », point d’appui vénérable, lui fournissait. Il se montre prêt, bien au contraire, à introduire quelques distorsions sémantiques dûment calculées. L'attention de la critique ne s'est pas suffisamment arrêtée, par exemple, sur le nom de comédie dont Gautier de Coinci affuble instinctivement le roi païen de sa version. Entre le latin51, et « la forme latinisée » qu'invente Gautier, la distance phonétique est peut-être courte, la distance ironique est, elle, sans aucun doute longue.

50Quand le roi païen de notre histoire s'appelle Muselinus puis Muselin, au lieu de rester le Musilinus ou le Musilimum d'origine qu'on peut lui supposer, c'est pour toutes sortes de raisons combinées : pour que ce nom s’intègre mieux, pour que sa prononciation soit plus facile sans doute, mais surtout pour que sa senefiance s'impose. Gautier s'arrête sur le nom de « Muselin » parce que c'est pour lui un « truc de métier » que d'accroître son potentiel d'acrobaties jongleresques, que d'accentuer le comique d'une idée en jouant sur la dérivation lexicale. « Mus », le radical, fournissait déjà un bon trempolino. Mais que le « mus » se rallonge et se précise en « musel », et c'en est dit : le personnage de Muselin se promène inévitablement le museau en l'air, comme un animal rodant bouche bée devant une proie qu'il ne saura pas emporter. Son nom est un raccourci de temps perdu en vaine attente, un constat d'échec affiché par avance.

51Un véritable morceau de bravoure saluera la dénomination de cet ennemi pour rire, dont on décline et chante sur un air de musette la réflexion qui n'aboutit pas :

Roys Muselins, qui defors muse,
Dit ne se prise une viez muse
Et mout se tient pour amusé
Quant par defors a tant musé. (v. 87-90)

  • 52 Ce jeu sur l'onomastique et son langage signifiant est totalement absent du Coment la virge Marie (...)

52L'exploitation des « effets de sens » auquel prête le bagage phonétique du antihéros n'a pas tardé. Sitôt Muselin est-il entré en scène, sitôt sa dominante psychologique a été dénoncée52 :

Muselinus avoit a non.
Musars ert il par verité, (v. 12-13)

53C'est la caractéristique que sait mettre en valeur cette onomastique « ontologique » qui permettra d'ailleurs à notre narrateur, coupable d'avoir bavardé à tire-larigot et d'avoir cédé d'un peu trop près à la jubilation maximale des allitérations en série, d’exécuter une gymnastique acrobatique et de retrouver, comme si de rien n'était, le cours de son récit après sa longue parenthèse consacrée à Bertrand de Ray. Bertrand, l'homme du [b] qui le liait à Baudouin, du [b] qui laissait exploser sa bêtise (de buisnardel et de buïn) et sa qualité d'ivrogne ayant trop bu, Bertrand était plus « musars de Muselin » (v. 43). La politique de retour des sonorités sert judicieusement une politique d'association d'idées. La niaiserie (buisnardel) ramène à la sottise et cette boucle facétieuse ayant été bouclée, l'histoire peut reprendre là où on l'avait laissée.

54Alors que l'octosyllabe est, à l'époque de Gautier de Coinci, et depuis un bon moment déjà, la forme versifiée la plus neutre qui soit, puisque c'est celle sous laquelle se présente à peu près tout le narratif rédigé en langue vulgaire, notre « traducteur » émérite lutte de pied ferme contre cette neutralité de convenance et cherche par tous les moyens à rendre ses octosyllabes à rimes plates les moins plats possibles. A chaque détour du récit, la « matière » que lui dicte son texte latin est destinée à la métamorphose d'une recherche formelle qui n'a de cesse que quand un « effet » est trouvé. Le travail stylistique abattu est énorme. Pour ce bel esprit talentueux, accentuer le jeu des correspondances phonétiques est un jeu d'enfant : la paronomase est quasiment instantanée. Chez Gautier la polissure de la forme, la quête d'une paronymie cocasse, la mise en valeur à la rime de calembours, simples ou compliqués, sont des éléments constants. Le poète versifie le plus richement qu’il peut. Son expression est subtile, pleine de termes choisis, de constructions précieuses, de jeux de mots en cascade. L'enseignement religieux a choisi de passer chez notre auteur par le divertissement verbal. Si le conte est dévot et s'il témoigne d'une grande dévotion à la Vierge, il montre aussi une grande dévotion à la langue française qui sait intelligemment se montrer spirituelle pour mieux séduire les esprits récalcitrants.

  • 53 « Perterriti igitur qui in civitate erant unanimiter ad sanctum Germanum tunc ejusdem urbis patria (...)

55Les procédés les plus simples provoquent parfois des effets savoureux. Gautier ne craint pas par exemple la répétition à bref terme d'un verbe banal et de son composé, choisis pour marteler de leur redondance naïve un énoncé à la syntaxe alambiquée. Là où le latin laissait varier l'expression du thème de la demande53, la version en langue vulgaire impose un lexique dont l'étroitesse insiste de manière presque burlesque sur le parcours à étapes enchaînées que suit une requête dirigée vers le ciel :

A saint Germain le patriarche
Deprïent pour Dieu et pour s'ame
La mere Dieu, la douce dame,
Deprit que prit a son doz fil
Jeter les daint de ce peril. (v. 72-76).

56Comme dans les services de l'administration terrestre, les suppliques « celestielles », si elles veulent être entendues, passent par différents « bureaux » et elles doivent gravir les échelons d’une voie hiérarchique dont l'organisation sévère est bien établie. Les intercesseurs priés de prier se succèdent ici à une cadence trop accélérée pour n'être pas comique.

57D'autres trouvailles sont plus sophistiquées. Grand rhétoriqueur avant l'heure officielle, Gautier de Coinci apprécie les rimes équivoquées. Il nous en fournira un bel exemple dans sa parénèse, passage conclusif consacré à ouvrir une réflexion sur le sens profond que peut bien avoir le miracle qui vient d'être raconté. Et quand la moralisation se sert du calembour pour mieux nous convaincre, son message paraît automatiquement moins austère, qui dira le contraire ?

Mout par est voir de fol affaire
Et mout petit seit son preu faire
Cielz qui l'aimme volagement.
Vers enfer pris vol a – je ment,
Ainz est ja pieç'a volez –
Qui apris n'est et escolez
De Nostre Dame bien amer. (v. 217-223)

58Le didactique acrobatique est un genre un peu spécial dans lequel Gautier excelle. La recherche forcenée de rime riche fait chez lui exploser la syntaxe ordinaire ; le sens de l'énoncé s'attrape au vol d'un rejet et l'humour est d'autant plus présent et plaisant que la phrase se voudrait sentencieuse.

VIII – Affaire de visions

59L'imagination dont fait preuve le chantre de Notre-Dame s'active à chaque instant. Il se mêle de tout, corrige les petits détails, déforme ce que sa source écrite lui « conte », ne retient que ce qu'il veut entendre. Certes nos témoins latins ne sont pas fiables à cent pour cent, puisque le texte que lisait Gautier était une version « panachée » de celles qui nous sont parvenues, mais nous ne pouvons faire autrement que de leur faire confiance. Une mise en regard de ce qu'ils apportent et de ce que nous rencontrons nous apprend au premier coup d'œil que notre prieur impose ses vues et n'hésite pas à réformer ce qui ne lui plaît pas assez.

60Gautier sait par exemple que la Vierge est sensible aux prières, mais qu'elle apprécie aussi énormément les cierges que l'on fait brûler devant ses autels. Ce témoignage concret de vénération, qui implique une dépense de la part de celui ou celle qui s'adresse à elle, la touche directement. D'autre part, la Mère de Dieu est une femme qui aime bien aider l'humanité en général, mais qui se montre d'autant plus prête à apporter son secours volontiers et rapidement que l'aide qui lui est réclamée lui est demandée par et pour des « femmes ». Tout ce qui est « affaire de femmes » la concerne et l'émeut. Enfin, l'esprit de logique de notre narrateur trouve peut-être que, pendant un siège les hommes ont plus leur place sur les remparts, à défendre leur ville, que l'occasion de rester jour et nuit dans une église. Tout ceci étant noté, force nous est de constater que le récit du miracle 63 prend plaisir à s'écarter de son support pour ajouter des détails et réviser la logique des événements. Tandis que le texte de l'option C, version latine la plus complète et la plus proche de notre poème, dépeint le patriarche saint Germain occupé, avec les hommes et les femmes de la cité (cum viris ac mulieribus), sans jamais s'arrêter (die ac nocte), à prier la Vierge de bien vouloir libérer Constantinople, il n'en sera pas de même chez Gautier. Notre rédacteur propose en échange le tableau entièrement féminisé de suppliantes apportant tous les soirs à pleines poignées de longs cierges et de longues chandelles devant la statue (ou l'icône) de Notre-Dame ; les mains jointes, avec ferveur, saint Germain transmet à qui de droit la requête qu'appuie cette débauche de cire (v. 78-86).

  • 54 Nam cum pluribus diebus obsidio durasset et muri lapidum ictibus nulle modo quaterentur, immo nec (...)

61Mieux que son prédécesseur anonyme, que cette veine ne tentait pas, Gautier de Coinci réussit à imager de manière pittoresque la vision de Constantinople assiégée, opération poliorcétique qui, dépeinte d'une nouvelle manière, perd une partie de son sérieux et fait rire aux dépens des méchants attaquants. Le récit-source prêtait certes son attention « historicisante » à la durée d'un siège qui s'éternisait en longueur et aux murs de la cité que les pierres n'ébranlaient pas, et qu'elles ne détérioraient aucunement puisqu'elles rebondissaient en arrière, portant donc un coup vain qui ne créait pas de dommage ; absence de dégâts que le roi sarrasin, un jour d'assaut renforcé, était bien obligé de constater54. Toutes ces notations échelonnées, Gautier les retient pour nous mais il les débarrasse de leur ton grave et objectif. La scène est entièrement révisée pour tourner en dérision païens et Turcs, et surtout leur chef suprême, Muselin le bien nommé, moqué et ridiculisé, qu'on aperçoit brûler de colère devant la ville qu'il ne prend pas (tout comme si l'image des cierges entrevus plus haut pouvait communiquer sa flamme au roi dont le nom ressemble surtout à un sobriquet). Un style alerte et décidé, peu soucieux d'économie, prend en charge le récit de cette fameuse journée où l'attaque redouble de vigueur parce que l'ennemi la veut décisive. L'action épique tourne à la comédie à grand renfort d'applications humoristiques savamment étudiées. La première arme (littéraire, bien sûr) qu'utilise Gautier est celle de l'intensification de l'aspect paradoxal de la scène qui se déroule. Ainsi la succession de ces trois plus, dont le dernier accompagne un énoncé inattendu contrariant la saine logique, rend le déroulement de l'action incompréhensible et provoque l'étonnement :

Mais quant plus la fait envaïr
Et assaillir par plus grant rage,
Tant ont li sien plus grant damage.(v. 96-98)

  • 55 Aucassin et Nicolette, XXX, I. 17 et XXXI, v. 6.

62Le second procédé poursuit et accentue le paradoxe créé en établissant un brusque renversement de tonalité : après avoir vanté les machines de guerre sarrasines et la puissance des projectiles qu'elles sont capables d'envoyer, il est immédiatement noté que l'effet obtenu par elles est nul, mais surtout une comparaison dépréciatrice vient détendre l'atmosphère. La guerre que mène Muselin ressemble à celle que l'on fait à Turelure, où l'on se bat « pour de vrai » avec des fromages frais55 :

Li mangonnel et les perrieres.
Qui pierres ruent grans et fieres,
As murs ne font point de damage
Ne que feroyent fres froumage. (v. 99-102)

63Une autre comparaison imagée venant au renfort de la description précise :

Tout maintenant qu'as murs flatissent,
Ausi ariere resortissent
Com se li mur erent de fer. (v. 103-105)

64La troisième arme malicieuse et ironique qu'emploie l'auteur de cette fausse épopée est d'établir un glissement insidieux mais suivi entre le système de pensée qu'énonce la voix narratrice et les réflexions immédiatement prêtées ensuite au roi Muselin, lequel prend la parole et confirme au style direct que toutes les impressions qu'on vient de nous communiquer sont également les siennes :

« Ce sont, ce croy, li mur d'enfer,
Ce dist li roys a ses paienz,
Nes empirons deux poys baiens. » (v. 106-108)

  • 56 baien = signifie crevé en parlant de pois et de fèves (dit le dictionnaire Greimas) ; cet adjectif (...)

65Ce qui vient percuter les murailles de la cité assiégée fait penser tantôt à du fromage, tantôt à des pois ramollis56, mais dans un sens seulement car ce qui repart en sens inverse, ce sont des projectiles qui font mouche du côté païen. La défense passive des habitants de Constantinople simplement abrités par leurs remparts devient une riposte active. La ville chrétienne paraît dotée des mêmes murs que l'Enfer, et c'est une créature diabolique qui en fait le constat amer. La mésaventure du roi Muselin est, on le voit, contée avec verve. Les notations burlesques s'additionnent, dans une moquerie à « jets » continus. La peinture de la colère chez le chef sarrasin est soumise à une habile gradation, mais pour cela le latin offrait son appui et Gautier accepte de se laisser guider.

  • 57 Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (XIIème-XIIIème siècles), L'Autre, l'Ai (...)

66Après ce passage détendu, qui tire vers la parodie des scènes de siège plus habituelles rencontrées dans les chroniques et les chansons de geste, le talent de Gautier de Coinci s'oriente vers un domaine qu'il apprécie et où il excelle : il va devoir consacrer sa plume à peindre la splendeur de la Vierge, la Dame pour qui son livre existe, celle qui fait l'objet de tous ses soins et de tout son amour. Tandis que Muselin, pour prier Mahommet, lève son regard vers le ciel, il aperçoit de « grandes merveilles » (v. 125). Le mot-clé « qui porte à lui seul la meilleure part de l'imaginaire médiéval », dit Francis Dubost57, intervient dans le récit comme un signal. Dans ce passage il sera répété volontiers et décliné sous plusieurs formes. Sous celle d'un adjectif car deux fois la belle dame qui apparaît est dite « mervilleuse » (v. 127 et 148) ; une seconde fois en tant que substantif quand le mot « merveille » offrira son soutien au mot « myracle », qu'il vient doubler (v. 151) ; enfin sous celle d'un verbe, venant clore la série de ces marques d'insistance, puisque la « merveille » entrevue fait qu'on « se merveille », ce qui est bien normal (v. 152).

67Mais que recouvre ce concept de « merveille » ?

68Pour commencer une part d'ineffable : Gautier dit « Une dame si mervilleuse, si tres bele, si glorieuse » là où le latin de la version C propose « quandam ineffabilis pulcritudinis dominam ». La merveille est ce qu'on ne peut pas raconter (« n'est nus qui le seüst retraire », v. 131) ; elle fait obstacle à la comptabilité exacte et engendre une obligatoire imprécision (« plus de mil mile… nus ne saroit dire quantel », v. 137 et 139).

69Deuxièmement l'observation d’un curieux dérèglement des lois mécaniques ordinaires. L’ordre naturel semble transgressé (« grever n'i puet nus ne mesfaire, tant i saiche lancier ne traire », v. 143-144). L'anomalie est manifeste.

70Mais ce dysfonctionnement devient dans un troisième temps explicable. En effet le dernier aspect qu'établit la « merveille » rétablit la logique et aplanit le mystère. Cette « merveille » se précise puisqu'il s'agit d'un « myracle ». Le monde visible n'est déroutant qu'en apparence, quand l'invisible refuse de s'y montrer. Mais il suffit que le surnaturel accepte de se manifester clairement, et tout rentre dans l’ordre. Le miracle, c'est l'intrusion du sacré dans le quotidien, c'est l'explication de l'illogique par une logique supérieure. Le phénomène extraordinaire, dès qu'on constate l'œuvre divine – comme est bien obligé de l'admettre Muselin au v. 153 : « bien seit que c'est wevre devine » – est parfaitement élucidé. Il devient rationnel. Notre-Dame « en son mantel reçoit les colz et rebondist la pierre entr'olz » (v. 149-150). Le geste « humain » qu'accomplit l'apparition magnifique casse l'étrangeté du comportement des projectiles, dont le trajet n'est plus anarchique. Mieux que l'enseignement de Pangloss, cette intervention de la Vierge « prouv[e] admirablement qu'il n'y a point d'effet sans cause ». La bienveillance et la toute-puissance de la protectrice de l'humanité est démontrée dans cette belle et tendre histoire qui conduit Muselin à se convertir parce qu'il a vu, de ses yeux vu (et il restera le seul), ce que les autres n'aperçoivent pas. L'expérience du roi sarrasin est personnelle. Il devra la raconter à saint Germain et aux « preudommes » de Constantinople, qui, eux, n'ont pas eu le fin mot de l'énigme. Si Dieu est un Dieu caché, il est convenu que sa Mère accepte de se montrer, mais pas à tout le monde.

  • 58 Miracle 44, v. 131-174.
  • 59 Cf. Annette Garmier, Mutations temporelles et cheminement spirituel, Analyse et commentaire du Mir (...)

71Le thème de l'« avisïon » est fréquent chez Gautier de Coinci. En 1219 notre auteur a eu le triste privilège de recevoir à minuit la visite du diable, noir et cornu comme il se doit58. Mais d'autres, plus chanceux que lui, voient la Vierge leur apparaître et en gardent un souvenir ébloui. De cet éblouissement, le travail littéraire essaie de rendre compte. La « solarisation »59 attachée à cet être lumineux est un motif descriptif dont l'usage devient presque systématique :

Tout enlumine et tout esclaire
La contree, ce li est vis,
De la clarté de son der vis. (v. 132-134)

  • 60 Version longue de l’option C, « cum inestimabili multitudine virorum vestibus albis indutorum » ; (...)

72Marie, puisqu'il s'agit d'elle, bien que le poète ne le dise pas, est habillée de manière impériale, de pourpre et d'or. Descend des cieux avec elle une innombrable compagnie, vêtue de blanc. Dans le prototype latin il s'agissait d'un cortège masculin60 : en même temps que la femme mystérieuse, une multitude d'anges s'avançait. Mais Gautier n'est pas décidé à nous préciser quel est le sexe auquel appartient cette blanche troupe accompagnatrice, laquelle se dispose autour de la ville :

De blanche gent toute florie
Avec li a tel compaignie
Qu'il en i a plus de mil mile.
Tant en voit tout entor la vile
Nus ne saroit dire quantel. (v. 135-139)

73Car Gautier de Coinci « revoit » tout. Ce que lui « conte sa matière » est pour lui une base de travail à partir de laquelle il laisse son esprit voguer. Il reste parfaitement inventif et se montre capable d'apporter des changements importants s'il le juge nécessaire.

74On supposerait à tort que le « même miracle » est raconté dans la prose latine et dans le poème médiéval. Rien n'est moins vrai. La recherche de pittoresque conduit l'indépendant Gautier à déformer jusques et y compris le point fondemental de son histoire merveilleuse. A bien écouter ce qui nous est raconté, on découvre en effet que sa Vierge personnelle ne procède pas de la même façon que le modèle qu'elle est supposée décalquer.

75En effet, la première version du prologue de l'acathiste (options A et B) parle d'une femme à la clarté éblouissante, qui descend du ciel avec un très grand nombre d’hommes vêtus de blancs, fait le tour des murs de Constantinople et tend en avant un « pallium » devant les murailles, vers les ennemis. Ce scénario n'est pas modifié dans les témoins de l'option D, qui répètent, sur une syntaxe à peine transformée, la même description et la même gestuelle, alors que dans la version renforcée (option C), qui a, comme d'habitude, plus le souci de décrire, quand les adversaires lancent des traits et des pierres contre la cité, la même belle dame, en disposant par devant son manteau doré, reçoit les coups portés par les armes de jets et les pierres. Chaque fois l'apparition magnifique utilise son « pallium » largement déployé pour protéger la ville chrétienne en interposant entre les rangs sarrasins et la place forte qu'elle protège un écran total. Les projectiles se heurtent à ce rempart souple et par conséquent ils n'atteignent pas leur but. Et le témoin le plus remanié (option C) est le seul à noter que les pierres repartent en arrière (lapidibus semper casso ictu resilientibus).

  • 61 Miracle 63, v. 140-44 ; un autre miracle de Gautier, le no 77, vante de manière encore plus hyperb (...)

76La Vierge de Gautier de Coinci ne pourra qu'améliorer cette prouesse hors normes. Elle garde son manteau sur elle61 et se sert uniquement de l'extrémité de son vêtement pour obtenir un résultat bien plus efficace puisqu'elle renvoie la totalité des projectiles sur l'ennemi auquel elle fait essuyer de lourdes pertes. Pour notre moine au talent de visionnaire le geste restreint est peut-être plus noble, plus spectaculaire, plus féminin, plus élégant ; mais le résultat obtenu est sans nul doute humanisé et cocasse puisque Notre-Dame, presque comme dans une kermesse, « joue aux boules » et doit faire preuve d'adresse pour bien capter les boulets et les tirer à son tour judicieusement. En tout cas Gautier, sans l'aide du latin, insiste par deux fois sur le fait qu'il y a utilisation partielle du mantel :

D’un des corons de son mantel
Cele dame grant et plaigniere… (v. 140-141)

He ! mere Dieu, haute pucele,
Haute roÿne, en'iez tu cele
Qui tant iez fors, puissanz et noble,
Qui desfendis Constatinnoble
D'un des corons de ton mantel ? (v. 235-39)

77Et comme le fantastique, une fois lancé sur le thème du miracle, ne sait plus où il peut et où il doit s'arrêter, le copiste du ms. D (Arsenal 3517-18), un peu tête en l'air, se trompe et commencera par raconter que la grande dame arrivait à riposter en se servant, sans plus, d'un des cordons de son manteau. Les fantaisies que se permet l'imagination médiévale sont véritablement spectaculaires !

78La belle histoire se termine bien et toujours, chez Gautier, de manière plaisante. Ne sommes-nous pas, en effet, devant une version précoce de « l'arroseur arrosé » ? Soumis aux dégâts que lui cause sa propre artillerie, Muselin le lanceur de grosses pierres doit abandonner la partie : il est vaincu par l’évidence du tableau auquel il a assisté. Du coup le païen renonce à son ancienne croyance. Lui qui venait pour piller les richesses de la ville vient déposer de « grandes offrandes et de grands dons » dans Constantinople, où il fait la tournée des églises. Le cupide devient généreux. Et serviable, car le nouveau converti promet son assistance armée en cas de besoin et s'en va très courtoisement, maintenant qu'il est le meilleur homme du monde, avec son bataclan de grands seigneurs que la même initiale solidarise :

Si Aumaçour, si Achopart,
Si Amyraud, si Amuaffle
Vaillant une fuelle de raffle
N'ont pas conquis en lor assaut, (v. 181-185)

79Le butin militaire est nul, mais Gautier s'empressera de préciser que le gain spirituel est, lui, très appréciable pour tous ceux qui « sautent le bon saut » (v. 186).

IX – Sur l'art de conclure

80Cette première conclusion, en deux parties, ne suffit pourtant pas. La fin de l'histoire vécue par les habitants de Constantinople doit elle aussi être examinée. On apprend à cette occasion que, tout comme le prieur de Vic-sur-Aisne – son rapporteur et notre conteur –, le patriarche saint Germain possédait un certain talent de compositeur musical et se montrait capable de mettre son inspiration poétique au service de sa foi. Chansonnier et poète inspiré par le vécu qu'il vient de traverser, saint Germain élabore pratiquement dans l'instant un chant commémoratif, qu'il crée et inaugure.

Et si trova, ce dit li livres,
Une loënge, une sainte hynne
De la pucele haute et digne
Qui dame et roïne est de gloire,
Que chascun an clerc et provoire
Par la cité en remembrance
De cele sainte delivrance
Chantent et dïent a grant joie. (v. 196-203)

81L'hymne et l'office de l'acathiste, d'où toute la longue histoire du miracle est partie en réalité, sont ici assez précisément évoqués. Cette mention du rite qui fonde l'estoire, Gautier la trouve, on peut s’en persuader, dans le livre qu'il prend à témoin (v. 196), porteur d'un texte latin qui, plus haut, montrait une évidente parenté avec la version C, mais qui ici, peut-être à l'exemple des manuscrits de l'option D, pouvait lui apporter la phrase : « Qua de causa patriarcha civitatis imnum in honore gloriosissime virginis Marie composuit qui usque ad presens in ejus sollempnitate annuatim dicitur » et inscrire derrière elle l’appendice d'un hymnus métamorphosé et abrégé (option D) ou carrément tout l'hymne acathiste (comme dans l'option A).

82Fait étonnant, Gautier de Coinci, qui est un adaptateur boulimique, ne saisit pas l'occasion de travailler cette « matière » lyrique. On attendrait pourtant de cet éminent spécialiste des chansons d'amour dédiées à la Vierge qu'il tente de recomposer pour nous ce chant d'action de grâces. Or ce n'est pas du tout ce qu'il fait :

Ceste loënge vos diroie,
Mais trespassee por ce l'ai
Que dot et criem trop le delai. (v. 193-206)

83Pour la première fois dans le miracle 63, l'auteur marque brutalement son souci d'aller vite (disposition curieuse puisque, jusqu'à présent, nous avons constaté que le poème amplifiait sans vergogne tout ce qui provenait de sa source). Voilà notre conteur apeuré à l'idée de traîner en longueur et qui confesse qu'il est pressé de terminer ! Qui boude ce que lui apporte son latin et saute une partie lyrique alors qu'il lui serait facile de nous apprendre l'équivalent de la « loënge… de la pucele haute et digne ». Après tout, Gautier n'adore-t-il pas composer des chansons ? Il s'est rendu célèbre par ses talents combinés de poète et de musicien. Sa thématique préférée, la chanson à la Vierge, se trouve pour une fois sur son parcours latin et il ne saisit pas cette occasion lyrique de saluer Marie. Son réflexe de rejet nous surprend.

  • 62 Les chansons mariales, au nombre de sept, forment un ensemble, de même que les trois chansons du c (...)
  • 63 Si la symétrie n'est pas parfaite, elle est du moins souhaitée. Cf. A. Ducrot (op. cit., p. 160) e (...)
  • 64 Une huitième chanson (Entendez tuit ensamble…), qui porte sur le thème du salut, viendra ensuite s (...)
  • 65 J. Chailley, op. cit., pp.38-39. 65.
  • 66 Miracle 80, v. 9-17.

84Mais ce serait sans doute oublier que certaines lois, élaborées par le narrateur lui-même, régissent sa production poétique. Le prieur de Vic est un écrivain soucieux d'ordonnance et pour lui la composition d’un livre se soumet à une organisation précise. On sait que dans un premier état, la rédaction du livre I des Miracles ne comportait que des miracles. C'est le remaniement de cet ouvrage qui introduira des chansons pieuses, des chansons qui accompagnent les miracles mais qui se présentent de manière regroupée62. Les pièces lyriques s'ajoutent aux récits sans véritablement s'intégrer dans leur rédaction. Et le second recueil des Miracles Nostre Dame a un plan tout tracé puisqu'il veut être le symétrique du premier63 : comme dans le livre I, sept chansons suivent le prologue et rentrent dans le système d'ouverture64. Chaque fois ce qui relève du récit et ce qui relève de la chanson est bien rangé. Un système fonctionne, que Gautier n'est pas prêt à remettre en question et à chambouler à la première occasion venue. Comme le même n’est sans doute pas davantage enclin à transgresser une autre règle, qu'il applique consciencieusement, à savoir que, par an, il se limite à n'écrire qu'une chanson à la Vierge, et pas davantage65. De même qu'à Constantinople, une fois l'an, dans l'office de l'acathiste on célèbre la délivrance de la cité, de même une fois l'an Gautier, imitant saint Germain, se rend en pèlerinage sur les bords de l'Aisne. Il commémore la récupération des reliques de sainte Léocade, auprès de la croix qui marque l'endroit où les ossements ont été repêchés. L'auteur des miracles écrit des miracles qui s'additionnent dans un nombre qui ne lui paraîtra exagéré qu'au miracle 80, le dernier de la « trop grosse » série66 ; le compositeur quant à lui respecte le vœu qu'il a prononcé de n'écrire qu'une chanson mariale annuelle. La « louange de saint Germain à la Vierge », s'il l'adaptait, le conduirait-elle à se dédire ? D'ailleurs cette « louange » chantée se présentait-elle à Gautier comme la version complète, vraiment très longue, de l'acathiste latinisé (option A), ou sous la forme secondaire, déformée et plus rapide propre à l'option D ? La précipitation que montre l'auteur du miracle 63 à passer au point suivant pour rester dans du « narratif », l'argument qu'il nous sert aux v. 204-206 de son poème, laisseraient plutôt supposer que sa source n’abrégeait pas l'acathiste, lequel couvrait tant de feuillets qu'on pouvait raisonnablement souhaiter ne pas aller se perdre dans les méandres de ses strophes.

  • 67 « De ce myracle plus n'i a Ne mes livres plus ne m'en conte Mais par la foy que doy le conte, N'es (...)
  • 68 Miracle 77, v. 241-242.

85Pourtant, Gautier ne craint pas vraiment de s'attarder encore. Sa manière de clôturer un récit est fixée d'avance : la partie « miracle » proprement dite doit être suivie du commentaire réflexif qui lui revient. Ce que, dans son jargon savoureux il appelle « faire un peu de queue »67. Cette « queue », en relation avec le corps du récit, mais dont il prévoit par ailleurs qu'elle pourrait au besoin être lue de manière indépendante68. Dans l'histoire versifiée du siège de Constantinople, à peu près un cinquième du poème se consacrera à tirer la morale de l'expérience amère qu’a vécue Muselin. Tout un système d'homologies complexes nous exhorte, dans notre propre intérêt, à ne pas être fou et à aimer Notre-Dame car la mère de Dieu est une forteresse capable de nous mettre à l'abri des assauts de l'ennemi.

86Jouer un rôle d'homme débordé et pressé, soucieux d'accélérer le train, fait également partie des attitudes fondamentales de Gautier, des poses d'écrivain qu'il aime bien prendre. Dans un autre miracle, qui raconte cette fois « Comment Nostre Dame sauva un home ou fons de la mer », on l'entendra se plaindre de sa dépendance à l'égard de son modèle, lequel, gémit-il, entrave sa liberté :

Sovent m'est vis, par saint Romacle,
Queque je sui en plain miracle,
Qu'en prison soie en une barge ;
Mais quant sui hors, lors sui au large,
Lors pens et di quanque je vuel.
Quant me convient sieurre le fuel,
Je ne puis pas avec la letre
Quanque je pens ajoindre et metre,
Car trop i aroit de delai. (v. 227-235)

87Si on n'écoutait que ce témoignage, on s'imaginerait volontiers que Gautier de Coinci, cramponné à chaque feuillet de son latin, se refusait à traiter de manière personnelle le récit qu'il y découvrait et s'interdisait le moindre ajout. Mais, comme notre analyse a tenté de le montrer, un examen attentif de son travail de mise en forme fait bien au contraire apparaître dans son œuvre une grande décontraction à l'égard des sources et une indéniable liberté d’écriture. Avec la letre, qui fonde sa narration mais ne la limite pas, Gautier joue de mille manières car il aime tordre son exposé dans tous les sens, introduire des digressions et, par dessus tout, faire bruisser la langue. Le lecteur parcourt le labyrinthe de ses idées fantasques et de ses mots d'esprit.

88Rester bref, faire vite, sont chez cet auteur autant de vœux pieux, pieux comme les sujets qu'il emprunte mais rénove, ouvrant à l’infini sa réflexion sur l’anecdotique et le symbolique. Avec ses 254 vers, Comment Nostre Dame desfendi la cité de Constantinople est un authentique récit bref du Moyen Age, mais que sa brièveté ne nous abuse pas.

89D’une part son support latin nous apprend, jusqu'à nous en donner le tournis, l'histoire d'un récit de taille « moyenne » apparu pour accompagner un immense cantique grec, né lui-même au confluent de deux chants, l'un du VIIe (composé selon un principe strictement alphabétique), l'autre du Ville siècle (le kontakion, attribué à saint Germain). Entre le troisième quart du VIIIe siècle et le milieu du IXe siècle, l'abbaye de Saint-Denis a traduit en latin tout le cantique de l'acathiste et l'a diffusé précédé de son prologue introductif, sorte de récit étiologique éclairant de merveilleux les circonstances ayant conduit à l'adoption de la cérémonie religieuse dédiée à Marie. L'histoire était devenue mythe par étapes, en cultivant de belles images. De même que l'immaculée Conception avait gardé son intégrité, de même, « sous Théodose », la couronne des murailles de « sa » ville ne souffrit aucune atteinte. Le symbolique, via le concret du manteau de la Vierge, était devenu facilement perceptible.

90Du IXe au XIIIe siècle, une incessante tradition manuscrite s'ingénia ensuite dans les ateliers à recomposer cette matière complexe, à la taillader, à lui donner longueur et forme nouvelles en ajustant les uns aux autres des morceaux recoupés plus ou moins abrégés ; et quand certains passages prirent leur indépendance, les remanieurs purent s'engager à leur faire reprendre du volume et du poids. Car la tendance qui va du plus long au plus court n'est jamais la seule à régner : le mouvement peut s'inverser et tourner au désir de refaire du long sur ce qui était, artificiellement ou pas, du bref.

91Gautier a eu la main heureuse : il a trouvé dans sa source un récit « hybride », dans lequel le narratif se terminait comme à l'ancienne par une partie lyrique. Mais la narration latine sur laquelle il s'est appuyé n'était pas celle des premiers âges. Elle nous rappelle une rédaction latine retravaillée, celle que nous offre le ms. B.N. lat. 18134, sans qu'il s'agisse pourtant de ce remaniement.

92A lire les textes latins du miracle, nous découvrons bien vite que Gautier de Coinci a fait ses choix. Son récit poétique a grossi pour mieux nous charmer, nous divertir, nous convaincre et nous éduquer. Le chant terminal, lui, a été volontairement éliminé : il tenait trop de place.

93Par l'exemple du miracle 63, la littérature médiévale en langue vulgaire nous montre une fois de plus qu'elle recopie très librement et très peu la littérature latine qu'elle prolonge et remplace, parce qu'elle s'émancipe à chaque détour de ligne et formule des règles qui lui sont propres.

94Alors quand Gautier de Coinci, embarqué sur un joli miracle, nous apitoie et nous confie qu'il a l'impression d'être prisonnier dans une barge, ne le croyons qu'à moitié : ce serait plutôt nous qu'il mène en bateau.

Notas

1 P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Seuil, 1972, p. 445.

2 Les miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, t. IV, Genève, Droz, 1970, p. 31-41.

3 Nous choisissons ce système de référence abrégé pour éviter le code, moins commode, qu'utilise F. Koenig : « II Mir 12 (D.63) », à savoir douzième pièce du livre II des Miracles de Notre Dame dans cette édition, et soixante troisième pièce du recueil S. Les numéros d'ordre établis par Arlette Ducrot-Granderye ont en effet été attribués d'après le manuscrit de Soissons (S = Paris, B.N., n. a. f. 24541), Etudes sur les Miracles Nostre Dame de Gautier de Coinci, Helsinki, 1932, Annales Academiae Scientiarum Fennicae B, XXV, 2 ; Slatkine Reprints, Genève, 1980, p. 26-36. Une édition du miracle 63, établie cette autre fois d'après le ms. M (Paris, B.N., f. frs 2163), est également donnée dans cet ouvrage fondamental (aux p. 215-227). Il y a au total dix-huit manuscrits qui nous ont transmis ce miracle de Gautier.

4 Le Museon, 64, 1951, p. 27-61.

5 Etudes…, p. 186-189.

6 Point bien noté par Anna Drzewicka dans son article « Le livre ou la voix ? Le moi poétique dans les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci », Le Moyen Age, 96, 1990, p. 254 (cf. miracle 78, v. 9).

7 Terme qui apparaît par exemple au v. 4 du miracle 65.

8 Cf. « ce me conte ma matere », v. 3. Sur l'utilisation de ce mot par Gautier, cf. Anna Drzewicka, art. cit., p. 248.

9 Cf. la datation fournie par Marius Canard, « Les expéditions des Arabes contre Constantinople dans l'histoire et dans la légende », Journal Asiatique, 208, 1926, p. 80, qui dit suivre la chronologie fixée par Wellhausen. Maslama part au début de l'année 97, laquelle commence le 5 septembre 715. Il met le siège devant Constantinople en 98, au mois d’août 716, et il le lèvera au début de l'année 99, vers l'époque de la mort du calife Sulayman, qui survint en septembre 717 (second mois de l'année 99, commençant le 14 août 717). Les Etudes… d'A. Ducrot (op. cit., p. 186) utilisent un cadrage chronologique qui se situe également en 716.

10 717 et non 716 pour le début du siège est en effet une datation, peut-être plus exacte, que l'on rencontre assez souvent. Chez M. Huglo, par exemple (art. cit., p. 45, qui demande, dans sa note critique no 11, de revoir, en tenant compte de l’avis d'autres spécialistes, les données chronologiques énoncées par Marius Canard) ; chez Hilding Kjellman (La deuxième collection anglo-normande des miracles de la Sainte Vierge, Paris et Upsala, 1922, p. LXX-LXXI : « Le siège se termina en effet sous le règne de cet empereur vigoureux et brave [= Léon l'Isaurien], qui par la défense de Constantinople (août 717-août 718) brisa l'assaut des Arabes et sauva la chrétienté »). Un ouvrage, plus récent, celui de Bryon C. P. Tsangadas confirme ce repère chronologique (Léon est couronné empereur le 25 mars 717. Le 15 août 717, soit cinq mois après l'accession de Léon au trône, Masalma campe devant les murs de Constantinople avec 80.000 hommes… ; le siège est levé le 15 août 718 ; cf. The fortifications and defense of Constantinople, Columbia University Press, New York, 1980, p. 134). Le Catalogue of Romances de H. L. D. Ward et J. A. Herbert, I-III, Londres, 1883-1891, t. II, p. 639, fournit un bon moyen de concilier les deux thèses, puisqu’il prête à Masalmas deux attaques successives contre Constantinople, l'une en 716, l’autre en 717 : « According to Theophanes and Paulus Diaconus, the Saracen leader Masalmas came up against Constantinople in the reign of Theodosius III (i.e. 716), but retired in the same year. He attacked it again in 717, in the reign of Leo the Isaurian, and did not raise the siege till July or August 718 ». De toute façon, l'événement « exact » n'a guère d’importance pour notre point de vue puisque le miracle latin, aussi bien que celui de Gautier, nous raconteront un mythe dont l'assise historique reste vraiment très faible.

11 Art. cit, p. 46.

12 « L’hymne fut composée et chantée pour la première fois en 626 », dit le Dictionnaire d’Archéologie chrétienne et de liturgie, Paris, Letouzey et Ané, 1924, p. 214, verbum « acathistus ». L’auteur de l'hymne n’est pas connu de façon certaine. Tantôt sont avancés les noms du patriarche Sergius de Constantinople ou de Georges Pisidès, son contemporain (cf. R. P. Mercenier, La prière des Eglises byzantines, II, 2, 1949), tantôt celui du diacre Romanos (cf. M. Huglo, art. cit., p. 27 et p. 61).

13 Le noyau de la cérémonie est constitué par un hymne pendant lequel on doit rester debout, d'où ce nom d'acathiste ; chacune des 24 strophes (oikoi ou stances) commence, en ordre suivi, par une des 24 lettres de l'alphabet grec. Les vingt-quatre stances sont de deux sortes. Les unes sont formées d’un tropaire de contenu dogmatique ou historique introduisant une série de douze acclamations groupées par paires et terminées par ces mots : « Salut, Epouse inépousée ». Elles alternent avec des strophes plus courtes se terminant par un alléluia.

14 Avec certaines modifications : l'office s'est allongé ; il ne se célèbre plus à la fête de l'Annonciation mais le cinquième samedi de carême.

15 « Homélie de saint Germain sur la délivrance de Constantinople », Revue des Etudes byzantines, Paris, 1958, t. XVI, Mélanges S. Salaville, p. 183-205 ; les extraits reproduits figurent aux p. 202-203.

16 Art. cit., p. 188.

17 Art. cit., p. 49 et p. 59.

18 Pour l’édition du texte de l’acathiste, M. Huglo se base sur le ms. R (Paris, Bibl. Mazarine 693) et consulte les ms. GPFV (G = ms de Saint-Gall ; P = Bruxelles, Bibl. Royale II 1420 ; F = Paris, B.N. lat. 2153 et V = Reims, Bibliothèque publique 1394).

19 L'auteur du prologue devrait citer Chilpéric II (670-721), mais il se trompe et parle de Childéric (Hildricus), sans doute Childéric II (v. 653-675), fils de Clovis II (M. Huglo, art. cit., p. 45).

20 Voir à ce sujet les considérations énoncées par M. Huglo sur la forme de ce nom dans l'archétype du VIII-IXe siècle, loc. cit.

21 A cet endroit, M. Huglo signale le possible rapprochement du pallium de la légende avec le maphorion de la Theotocos, voile très ample tombant jusqu'aux talons, « ayant appartenu à la Vierge Marie », que l’église des Blachemes montrait aux fidèles. « Cette relique passait pour avoir plusieurs fois déjà protégé des invasions la cité impériale. Au IXe siècle, Joseph l’Hymnographe célèbrera le "vêtement saint et vénérable, de la cité mur inexpugnable" » (art. cit., p. 47).

22 M. Huglo, art. cit., p. 29.

23 M. Huglo, art. cit., p. 30.

24 Le comportement du ms. B.N. lat. 17491 est de ce type. Sa table donne : Quomodo sancta Dei genitrix urbem Constantinopolitam defendit sub sancto Germano patriarcha (I) et hymnus ejusdem virginis victoriferius at que salvatatorius… compositus (II) (fol. 16 ro-vo). La partie I est alors toute narrative : elle contient le prologue historique qui va jusqu'à « sibi commendate ». La partie II est toute lyrique : le répons (« Propugnatori… ») rejoint les vingt-quatre strophes suivantes pour composer l’hymnus (alors que dans le modèle de départ le répons chanté n’est pas compris dans l’hymnus). Les ouvrages d'A. Mussafia (Uber die von Gautier de Coinci benützten Quellen, in Denkschriften der kais. Akad. der Wissenschaften zu Wien, XLIV, Vienne, 1896, p. 38) et d'A. Ducrot (Etudes…, p. 187), ne permettent pas de constater cette répartition parce qu'ils escamotent la fin de ce texte. Ils ne donnent que les deux premières parties du prologue narratif, assemblées dans un paragraphe unique, qui couvre quinze lignes. La partie no 1 compte deux phrases, la partie no 2 une phrase.

25 M. Huglo, art. cit., p. 31.

26 Deuxième texte latin édité par Mussafia, p. 38, reproduit par A. Ducrot, p. 188. Cette rédaction (dite par nous option C) fait plus que le double de la version précédente puisque, dans l'édition moderne, elle fait passer les 15 lignes du premier modèle proposé (lequel relève d'une option A dépourvue de la dernière partie du prologue et correspond donc ainsi à l'option B) à plus de 35 lignes.

27 Les Etudes… d'A. Ducrot fournissent ce troisième exemple en remontant une source qu'H. Kjellman leur indiquait (op. cit., p. LXX-LXXI). La rédaction de la version no 3, qu'offre le ms. B.N. lat. 5268 (fol. 31 ro-vo) et, à sa suite, le ms. B.N. lat. 5267 (fol. 64 vo et 65 ro-vo), présente dans l’édition moderne un texte d'un seul paragraphe couvrant 17 lignes ; les paroles de l'hymne annoncé n'y sont pas reproduites. On remarque que, dans cette version particulière (option D), s'il est question du patriarche (patriarcha), son nom de « saint Germain » n'est pas donné (il ne figure pas dans le titre, et le corps du texte ne le cite pas non plus).

28 Par exemple « pallium », mot latin visant la réalité grecque, deviendra « mantel » ; en revanche l'expression « in diebus Theodosii » engendre au v. 4 l'emploi du nom propre resté latin « Theodosyus », au lieu de son équivalent français « Theodose ». L'auteur de Coment la Virge Marie garenti Constantinoble a quant à lui traduit ce nom (v. 9).

29 Le prologue de l’option C’est celui qui insiste le plus sur cet aspect : « audiens quidam rex paganorum, Musilimin nomine, civtatem Constantinopolitanam auro et argento, gemmis ac purpura et ceteris diviciis inestimabilibus repletam  ».

30 « li mangonnel et les perrieres qui pierres rüent grans et fierres », v. 99-100.

31 « Perterriti igitur qui in civitate erant unanimiter ad sanctum Germanum tunc ejusdem urbis patriarcham concurrerunt, supplicantes ut pro liberacione urbis clementissimam Dei malrem exoraret » ; miracle 63, v. 72-76.

32 « qui nimio furore accensus » // « si durement a escité le cuer de mautalent et d'ire », v. 116-118.

33 « pre ira oculos ad celum elevans » // « par ire au ciel lieve le chief », v. 120.

34 « Mahometum dominum suum cepit invocare » // « Et Mahommet, son dieu, deprie », v. 121.

35 « divinum confessus miraculum » et « divinum miraculum confessus » (rédactions « brèves »), « santo attonitus miraculo et divinam virtutem agnoscens » (rédaction remaniée, option C) = v. 151-153.

36 La rédaction de l'option D fournit un support (« ab inpugnacione urbis exercitum quiescere jussit ») qui correspond peu ou prou à ce que disent les v. 155-157.

37 Les différentes versions latines s’accordent sur ce nombre de « mille viris », nombre que le v. 169 de Gautier maintient et qu'on retrouve également dans Coment la virge Marie garenti Constantinoble, au v. 47.

38 Le v. 173 (« grans offrandes fait et grans dons ») correspond soit aux « multis oblatis muneribus » des options A, B, D, soit aux « munera singulis ecclesiis in honore beate virginis optulit copiosa » de l'option C.

39 Littérature française du Moyen Age, Paris, PUF, 1992, p. 64.

40 Sur les services que rend à Rutebeuf l'œuvre de Gautier de Coinci, voir Œuvres complètes de Rutebeuf, Paris, Picard, 1977, t. I, p. 40, ainsi que Jacques Chailley, Les chansons à la Vierge de Gautier de Coinci, Paris, Heugel, 1959, p. 42-44.

41 Anna Drzewicka, art. cit., p. 245-46.

42 Le texte de Gautier se rapprochant à plusieurs endroits de ce que nous appelons l’option C, on peut le supposer. Dans le ms 818 (77), fol. 101 vo, le cas de figure rencontré est moins problématique. Le poème qui s'intitule « Coment la virge Marie garenti Constantinoble » ne s'appuie pas sur celui de Gautier de Coinci et il nous offre une version franco-provençale assez différente de celle que le miracle 63 nous apporte. Bien qu'elle couvre, en termes généraux, le même schéma narratif, cette autre rédaction médiévale, de qualité littéraire médiocre, est nettement plus condensée (soixante vers au total lui suffisent pour raconter le miracle ; H. Kjellman, op. cit., pp. 305-6) ; toutefois l'introduction de ce poème garde un repérage historique très détaillé, qui suit consciencieusement sa source latine et la décalque, y compris dans ses erreurs : « Ço fu en cel temps que Eudris Tenoit de France le païs, El temps Theodose Tempereor, De cui Leons fu succesor, Cil qui fu pere Constantin, Qui Chauz est sornomez e diz,… » (v. 7-12). H. Kjellman rapproche ce texte des versions contenues dans les ms. B. N. lat. 5268 et 5267 (notre option D), ce qui n'est pas tout à fait exact puisque dans ce poème le patriarche porte un nom, « Sainz Gramanz » (v. 14) alors que le modèle D, ayant supprimé du titre le nom de « sancto Germano », laisse au patriarche son anonymat. L’éditeur pense que le versificateur et le copiste étaient certainement tous les deux de la région lyonnaise où le ms 818 a dû être exécuté dans la deuxième moitié du XIIIe siècle.

43 Théodose I le Grand fut empereur de 379 à 395 ; Théodose II, de 408 à 450 ; celui figurant dans la source du miracle 63 est Théodose III, empereur d'Orient en 716-717, qui mourut à Ephèse en 722. Percepteur d’impôts, il fut proclamé roi malgré lui par l'armée révoltée de Rhodes. Il s’empara de Constantinople et déposa Anastase IL Détrôné à son tour par Léon III l'Isaurien, il prit l'habit religieux (Paul Hetherington et Werner Forman, Les Byzantins, histoire d'un empire, éditions Atlas, Paris, 1982, tableau p. 124).

44 A cause de saint Germain, évêque d'Auxerre (v. 378-448), et de saint Germain, évêque de Paris (v. 496-576).

45 Né vers 635, dit A. Ducrot (op. cit., p. 186, n. c. 3), archevêque de Cyzique en 712, patriarche de Constantinople en 715 (11 août), résignant en 730 (17 janvier), mort le 12 mai 733.

46 Gautier aime bien cette métaphore. Dans son miracle 12-13, par exemple, les cardinaux pareillement « le gras vuelenl et le meigre ».

47 F. Koenig, s'appuyant sur l'ouvrage d’A. Ducrot, p. 160, situe la pendaison de Bertrand de Raïz en 1226 (t. I, p. XXIX) ; mais A. Ducrot, p. 191, date cet événement en 1225, pas en 1226.

48 A. Ducrot, op. cit., p. 190.

49 A. Ducrot, op. cit., p. 190-191.

50 Pour reprendre les termes qu'utilise la Chronique rimée de Philippe Mousket (A. Ducrot, loc. cit.).

51 Ce qui pose bien entendu l'épineux problème de la forme que les textes latins, dont le point de départ est le grec, nous proposent. La chronique de Nicéphore appelait le chef arabe Μουσαλμα et Théophane Μασαλμας (Patrologie grecque, 108, col. 783). M. Huglo considère que le texte prototype du prologue historique latin devait orthographier ce nom « Musalma (avec les a ouverts en haut) » (art. cit., p. 45). Dans l'Historia miscella de Paul Diacre, c'est « Masalmas » que l'on trouve (« Anno ab Incarnatione Domini 708, Theodosius imperat anno uno. Cujus tempore Masalmas adversus Constantinopolim aciem dirigit et praemisit Zulcimin cum exercitu per siccum, Haumarum vero per mare » ; Patrologie latine, 95, col. 1072). Au demeurant, dans la grande diversité des copies latines nous ayant transmis le texte du prologue, ce n'est ni la forme « Musalma » ni celle de « Masalmas » que l'on rencontre. Quelques manuscrits offrent tantôt « Musilimim » (ms. Bibl. Mazarine 693) tantôt « Musilimin » (B.N. lat. 5268, B.N. lat. 5267 et B.N. lat. 18134). Doit-on penser que « Zulcinim », le lieutenant dont l’Historia miscella nous dit qu'il attaquait sur la terre ferme, a pu influencer de son nom la phonétique de celui de « Masalmas » ? Un phénomène d’« agglutination » et de contamination ne serait pas impossible (mais cette hypothèse reste aventureuse puisque le miracle latin néglige de porter son attention sur les comparses ; il faudrait que la consultation de l’Historia miscella ait poussé un copiste du prologue historique à modifier le nom du commandant en fonction de celui de son subordonné). D'autres manuscrits latins (comme le ms. B.N. lat. 17491, le ms. B.N. lat. 2153 et le ms. 1394 de Reims) présentent la forme « Musilinum » ou (ms. B.N. lat. 5267) « Musillimum », et, ce qui est assez curieux, bien qu'il s'agisse dans les deux phrases concernées d'une fonction sujet. On attendrait une deuxième déclinaison mieux respectée, ce qui laisse entrevoir que la finale en « um » pourrait être la modification secondaire de la précédente finale en « im » avec un simple changement de vocalisme, ce qui expliquerait la présence de ce « -m » peu soucieux de se plier à la norme grammaticale. « Musilimus », forme de nominatif correct, se lit aussi, mais cette variante paraît moins bien implantée (nous l'avons rencontrée, par exemple, dans le ms. B.N. lat. 12593). Quelle forme précise Gautier de Coinci a-t-il croisée ? « Musilinus » ou « Musilinum » (qu'en fin clerc il aurait rectifiée) ? Son méchant homme s'appelle « Muselinus » (v. 12) : le nom latinisant arbore le nominatif de convenance. Mais le corps du mot a tant soit peu évolué. Alors que « Musilinus » aurait pu être la forme « archaïsante » et conservatrice retenue, il n'en sera rien. Le radical du mot a été soumis à un changement de vocalisme « vulgaire », que nous ne voulons pas croire entièrement anodin. Certes, changer un « » en « e » n'est pas une grande affaire (et si par hasard le i latin est bref, telle est même l'application régulière de la phonétique historique). Mais ce n'est pas ici la phonétique historique qui a dicté sa loi ; il est évident que la sémantique a apporté son grain de sel et qu'elle nous éloigne considérablement du « Maslama bin 'Abd al-Malik » dont parlent aujourd'hui les ouvrages historiques modernes.

52 Ce jeu sur l'onomastique et son langage signifiant est totalement absent du Coment la virge Marie garenti Constantinoble de l'anonyme franco-provençal pour lequel le roi sarrasin s’appelle, sans aucune malice, « Musilimin » (v. 2) et « rois Musilimis » (v. 15).

53 « Perterriti igitur qui in civitate erant unanimiter ad sanctum Germanum tunc ejusdem urbis patriarcham concurrerunt, supplicantes ut pro liberacione urbis clementissimam Dei matrem exoraret » (option C).

54 Nam cum pluribus diebus obsidio durasset et muri lapidum ictibus nulle modo quaterentur, immo nec deteriorarentur, lapidibus semper casso ictu resilientibus, die quadam predictus rex civitatem undique validissime impugnans, vidit quod lapides quos suus contra muros jaciebat exercitus nichil dampni muris inferebant. » (option C).

55 Aucassin et Nicolette, XXX, I. 17 et XXXI, v. 6.

56 baien = signifie crevé en parlant de pois et de fèves (dit le dictionnaire Greimas) ; cet adjectif qualifie les légumes que l'on a fait tremper dans l'eau chaude jusqu'à cuisson ou ramollissement plus ou moins complet, donc cuits à l’eau, demi-cuits (pois, fèves). C'est une expression que Gautier de Coinci affectionne : cf. miracle 62, « De saint Basile », v. 516.

57 Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (XIIème-XIIIème siècles), L'Autre, l'Ailleurs, l'Autrefois, t. I, Paris, Champion, 1991, p. 61.

58 Miracle 44, v. 131-174.

59 Cf. Annette Garmier, Mutations temporelles et cheminement spirituel, Analyse et commentaire du Miracle de l’Empeeris de Gautier de Coinci, 1988, Champion, p. 89, à propos du v. 2241, du miracle 60 (« De l'empeeris »). Cf. aussi miracle 31, v. 82-96 (une dame « qui fu plus clere que solaus a mïedi » apparaît à un sacristain).

60 Version longue de l’option C, « cum inestimabili multitudine virorum vestibus albis indutorum » ; versions brèves, « cum multitudine maxima candidatorum virorum » ; les Etudes… d’A. Ducrot, p. 187, qui suivent le texte édité par A. Mussafia, écrivent « candidatarum » au lieu de « candidatorum ». Il s'agit d'une erreur.

61 Miracle 63, v. 140-44 ; un autre miracle de Gautier, le no 77, vante de manière encore plus hyperbolique l’ampleur du manteau de la Vierge : « Com est plaisanz et com est bialz, Amples et larges tes mantiaus ! Tant par est grans, pucele monde, Que tu en cuevres tout le monde. » (v. 335-338).

62 Les chansons mariales, au nombre de sept, forment un ensemble, de même que les trois chansons du cycle de Léocade.

63 Si la symétrie n'est pas parfaite, elle est du moins souhaitée. Cf. A. Ducrot (op. cit., p. 160) et F. Koenig, introduction du t. I, p. VIII.

64 Une huitième chanson (Entendez tuit ensamble…), qui porte sur le thème du salut, viendra ensuite s'intercaler entre le groupe des saluts (que leur prologue introduit) et le groupe des prières (quatre oraisons servant à clore le livre II).

65 J. Chailley, op. cit., pp.38-39. 65.

66 Miracle 80, v. 9-17.

67 « De ce myracle plus n'i a Ne mes livres plus ne m'en conte Mais par la foy que doy le conte, N'est pas raisons qu'on me resqueue Que je n'i face un poi de queue » (miracle 77, v. 222-226 ; cf. aussi les v. 236-242).

68 Miracle 77, v. 241-242.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search