Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

1. L’exploitation du sel : une longue histoire

p. 9-10


Texte intégral

1Depuis plusieurs années, le besoin se faisait sentir de regrouper les diverses disciplines scientifiques s’intéressant à la longue histoire de l’exploitation du sel. C’est en 2006 que ces rencontres internationales ont pu se tenir dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la mort de Claude Nicolas Ledoux, architecte de génie de la Saline Royale d’Arc-et-Senans. Vingt ans après les précédentes rencontres d’Arc-et-Senans (Table ronde de 1986, Le Roi, le Marchand et le Sel), ce colloque a eu pour ambition de s’ouvrir à la fois sur la recherche internationale au-delà des frontières de l’Europe, mais aussi d’aborder les questions liées à l’exploitation du sel sur la très longue durée, en regroupant des disciplines qui se côtoient encore trop peu.

2Il devenait en effet nécessaire de croiser les approches autour d’une thématique qui connaît depuis plusieurs années un véritable renouveau en Europe, comme l’illustre le rythme soutenu des rencontres consacrées au sel, que ce soit en archéologie (Paris en 1998, Liège en 2001, Cardona en 2003, Piatra Neamt en 2004) ou en histoire (Halle/Saale en 1992, Granada en 1995, Cagliari en 1998, Weimar en 2001, Nantes en 2004, Sigüenza en 2006). Parallèlement, hors de l’Ancien Monde, des recherches d’envergure se sont développées en Asie, avec les opérations liées à la mise en place du barrage des Trois Gorges (Chine), ou encore au Mexique. Ajoutons, pour finir, les études ethnologiques développées aussi bien en Amérique du Sud, en Afrique de l’Ouest qu’en Océanie. On conviendra alors qu’il devenait nécessaire de confronter des approches aussi variées, afin de dresser une première synthèse de nos connaissances sur l’exploitation généralisée de l’eau de mer, des sources salées ou du sel gemme.

3Durant 3 jours, du 3 au 5 octobre 2006, près d’une trentaine de chercheurs s’est réunie dans le cadre prestigieux de la Saline Royale d’Arc-et-Senans. Préhistoriens, antiquisants, médiévistes, historiens, ethnologues, spécialistes de l’évolution de l’environnement et même professionnels de la production du sel, industrielle comme artisanale, ont pu débattre et partager leurs expériences, leurs approches et leurs résultats. Les vingt-quatre contributions réunies dans cet ouvrage, en français et en anglais, offrent ainsi une lecture actualisée de l’exploitation du sel, en abordant à des échelles variées, à la fois dans le temps et l’espace, une histoire technique, économique, sociale et politique complexe en relation avec les modifications de l’environnement.

4L’ouvrage s’articule autour de trois thèmes.

5Le premier volet est consacré à l’ethnographie de l’exploitation de l’eau salée en Bolivie, en Roumanie et en Afrique de l’Ouest. Processus et transferts techniques, interactions avec le milieu naturel, enjeux territoriaux et économiques, représentations cosmogoniques sont au coeur de ces réflexions. L’analyse diachronique de ces exploitations, qui montrent des constantes comportementales, peut alors enrichir et guider l’investigation archéologique.

6L’approche archéologique, abordée dans la deuxième partie, permet de proposer l’étude de l’exploitation du sel pendant la Pré- et la Protohistoire sous l’angle à la fois des techniques, des enjeux socio-économiques et des interactions et impacts sur l’environnement, bien que ces dernières études ne soient pas encore assez systématiques. Ces approches, qu’elles relèvent – entre autres – de l’ethnoarchéologie, de l’ethnohistoire, de la chimie, des sciences paléo-environnementales ou de l’expérimentation, illustrent bien la richesse des moyens mis en œuvre pour approcher et caractériser au mieux les exploitations anciennes. Les études ont été volontairement diversifiées, de la Mésoamérique à la Préhistoire européenne en passant par la Chine pré-impériale ; au demeurant, elles permettent de balayer plus de huit millénaires d’exploitation.

7La dernière partie de l’ouvrage regroupe les résultats de recherches allant de l’Antiquité à nos jours pour l’Europe et la Chine. L’utilisation des textes antiques, des archives historiques ou de l’archéologie permet d’apporter de nouveaux éléments pour la compréhension de l’évolution des systèmes techniques, des territoires économiques et des contextes socio-politiques. On citera pour exemple la découverte de marais salants romains, le développement du sel solaire à l’intérieur des terres ou d’autres innovations techniques comme le forage profond ou l’utilisation du gaz naturel. Mais c’est aussi du présent et de l’avenir dont il s’agit, à la fois dans le domaine patrimonial avec la mise en valeur des salines historiques et dans le domaine socio-économique avec la renaissance des marais salants noirmoutrins.

8En orientant les débats en faveur d’une histoire culturelle et comparée des productions salicoles tout soulignant les invariants structurels, cet ouvrage, nous l’espérons, montrera la richesse de situations pourtant diversifiées, où logiques techniques et logiques sociales se sont développées en étroite interaction avec l’environnement et ses modifications, depuis au moins huit millénaires.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.